Version classiqueVersion mobile

Pauvreté, cultures et ordre social

 | 
Jean-Pierre Gutton

Église et société

Christianisation et déchristianisation à travers les procès curés-paroissiens (Diocèse de Lyon - xviie et xviiie siècles

Note de l’éditeur

Article initialement publié dans Christianisation et déchristianisation, actes de la 9e  Rencontre d’histoire religieuse, tenue à Fontevraud les 3, 4 et 5 octobre 1985, Angers, Presses de l’Université d’Angers, 1986, p. 107- 119.

Texte intégral

1Le cadre de cette étude est l’ancien diocèse de Lyon. Avant 1790 le diocèse de Lyon était très vaste. Il s’étendait sur le Lyonnais, le Beaujolais et le Forez, mais aussi sur la Dombes, sur une partie du Dauphiné, de la Bresse, du Bugey, de la Comté. La création, en 1742, du diocèse de Saint-Claude vint cependant l’amputer dans cette dernière direction.

2Notre communication s’insère d’autre part dans un ensemble de travaux qui ont pour centre l’histoire de la communauté d’habitants et celle de la sociabilité villageoise. L’étude des rapports entre les curés et leurs paroissiens est, en effet, au cœur de cette histoire. Mais elle est aussi au cœur d’une histoire de la réforme catholique et, par là, de la christianisation tridentine. Et aussi de la déchristianisation lorsqu’un conflit montre la volonté de se situer dans un contexte qui n’est plus religieux. Les archives des bailliages et des sénéchaussées, celles aussi de petites justices la plupart du temps seigneuriales, celles enfin de l’officialité, fournirent la matière de notre étude. La plupart de ces sources deviennent abondantes à partir du milieu du XVIIe siècle ce qui correspond à peu près au moment où la réforme tridentine a donné des résultats tangibles sur le clergé du diocèse. Nous commencerons donc par présenter un bref tableau de ce clergé pour mieux apprécier par la suite quel peut être le degré d’opposition avec les fidèles.

  • 1 A.D. Rhône, 1 G 49 à 1 G 52.
  • 2 Les chiffres qui suivent sont, pour la plupart, extraits de J.-P. Gutton, Notes sur le recrutement (...)
  • 3 A.D. Rhône, série B, passim.

3Les visites pastorales de Mgr Camille de Neufville de Villeroy entre 1654 et 16621, parmi d’autres documents, montrent que de grands progrès ont été accomplis, avec des nuances locales importantes, les provinces occidentales du diocèse connaissant souvent une meilleure situation que les provinces orientales. Les prêtres ne fréquentent plus guère les cabarets en Forez, mais le font très largement en Comté. Le concubinage devient généralement exceptionnel, mais demeure répandu en Bas-Dauphiné. Les violences physiques, rares en Forez, se rencontrent encore en Lyonnais et Beaujolais. En 1662, le pourcentage des curés non résidants n’est que de 6,80 % en Lyonnais-Beaujolais, 5,77 % en Forez, 5,26 % en Bas-Dauphiné, 4,69 % en Bresse-Bugey-Dombes. Les lieux de culte sont assez bien tenus. Il est important d’autre part pour notre sujet de souligner la stabilité de ce clergé2. Pour l’ensemble de la période 1650-1789, les vacances de bénéfices à charge d’âmes par décès représentent presque la moitié des vacances et sans qu’il y ait, au cours de ces quelque 140 ans, de mutation essentielle dans le temps, voire même dans l’espace. La moyenne du diocèse est de 45,05 %, celle des cures du Lyonnais et du Beaujolais de 40,84 %, de Bresse-Bugey et Dombes de 44,24 %, de Forez de 48,19 %. En ce qui concerne les vacances par résignation, les chiffres sont respectivement de 54,06 %, 57,92 % 55,16 % et 51,05 %. Les vacances de cures pour motifs extraordinaires ou incapacité ne représentent que 0,85 % des cas, et, dès le début du XVIIIe siècle, le seul motif invoqué est celui de cumul. Tous ces chiffres vont dans le même sens : les bénéfices sont considérés comme des charges au moins autant que comme des sources de revenus. La stabilité qui en résulte est aussi confortée par un recrutement largement local. 3 curés sur 4 sont originaires du diocèse. Dans certaines provinces, comme le Forez, la proportion est de 4 sur 5. Environ 40 % des curés sont même originaires de l’archiprêtré dans lequel est située leur cure. Tout cela aboutit à de longs ministères dans la même paroisse. Les registres de provisions de bénéfices montrent que, toujours de 1650 à 1789, 55,06 % des curés sont demeurés 11 ans et plus dans la même cure, le pourcentage étant de 22,84 % pour ceux qui sont demeurés plus de 30 ans. Si le clergé du diocèse est relativement proche de ses paroissiens par ses origines géographiques, ses origines sociales, en revanche, peuvent l’en éloigner. L’exigence d’un titre clérical, dont le revenu assure l’existence du clerc en l’absence même de bénéfice, permet de connaître la profession du père des ordinands. C’est la petite et moyenne bourgeoisie marchande dont les fils fournissent les plus gros effectifs (43,83 %), suivis par ceux des travailleurs manuels (cultivateurs ou artisans) (23,28 %) et par ceux des gens de loi (17,22 %). Les catégories les plus modestes sont presque totalement absentes. Conséquence vraisemblable de la nécessité du titre clérical qui, pour un revenu de 100 livres suppose un capital de 2 000 livres. Conséquence aussi, peut-être, au XVIIIe siècle au moins, de l’exigence de véritables études au séminaire qui sont payantes. Les archevêques successifs allongent peu à peu la durée de celles-ci, jusqu’à demander, en 1782, sous Malvin de Montazet, cinq ans et demi dont deux et demi obligatoirement en séminaire. Il est clair en tout cas que les curés – et les curés seulement, les vicaires appartenant souvent à un tout autre monde – ont une relative aisance qui les met à part de la plupart de leurs ouailles. Les inventaires après décès conservés pour le Lyonnais et le Beaujolais3 montrent d’évidence deux traits importants : les curés font régulièrement appel au médecin lors de leurs maladies ; ils laissent espèces monétaires, argenterie et créances. Celles-ci font entrevoir des curés qui prêtent à leurs paroissiens. Il semble que ces prêts soient de simples prêts charitables à la consommation. Il n’empêche que les rapports entre villageois et curés peuvent en être singulièrement influencés. Il y a là des indices de l’existence d’une barrière matérielle entre les deux parties. Indices confortés encore par les conflits, les procès (que nous n’évoquerons pas autrement ici car ils ne sont pas directement utiles à notre sujet) à propos de réparations ou de reconstructions du presbytère. Les points d’incompréhension sont, presque toujours, celui de la spécialisation des pièces (cabinet d’étude par exemple) et celui du chauffage de toutes les pièces.

4Tenter de saisir, dans une optique de l’histoire de la christianisation et de la déchristiannisation, les relations entre curés et paroissiens au travers des archives judiciaires n’est pas sans danger. Cela peut même sembler relever de la gageure. Le document judiciaire parle de l’exceptionnel et du pathologique alors que l’histoire des relations entre groupes sociaux est d’abord celle du quotidien, du banal. Au demeurant, les procès n’intéressent jamais qu’une minorité de paroisses. Le dépouillement des petites justices du Lyonnais montre, qu’au cours de deux siècles, une cinquantaine de paroisses (sur un total de 184 paroisses ou annexes) au plus sont affectées par ces procès. Des 133 paroisses du Beaujolais, 39 apparaissent dans les archives laissées par le bailliage entre 1604 et 1789. Encore, de tous ces procès une bonne moitié est-elle relative à des conflits strictement matériels que nous laisserons de côté car ils sont souvent impossibles à interpréter. Un procès pour dîme, un vol avec effraction peuvent être signes de déchristianisation. Ils peuvent être aussi simple conflit traditionnel de la vie rurale pour le premier, simple méfait de vagabond pour le second. Il faut bien évidemment ajouter que, dans ce domaine peut-être plus que dans d’autres, l’importance du chiffre noir est vraisemblablement grande. Le non recours à la justice, largement caractéristique de l’Ancien Régime, est sans doute ici plus grande tentation encore. Pour les paroissiens, il faut de fortes raisons pour assigner un notable qui a pour lui prestige et possibilités financières propres à soutenir l’action judiciaire. Pour les curés, tout l’enseignement de la réforme tridentine porte à la médiation et à l’accommodement. Une dernière réserve sur nos documents : ils sont presque exclusivement ruraux. C’est évidemment un inconvénient – mais révélateur –. Si les conflits sont à peu près absents en ville cela signifie certes que les occasions d’opposition matérielle sont réduites (pas de dîme), mais cela peut aussi signifier que la distance culturelle entre curés et paroissiens est beaucoup moins grande. Et c’est sans doute pour cette raison que les archives judiciaires, en dépit des défauts rappelés, peuvent rendre des services à l’historien de la religion. Plaintes, et plus encore témoignages, disent les rancœurs accumulées, disent ce qui n’est nulle part ailleurs dit. Y compris dans le domaine de la christianisation et de la déchristianisation.

  • 4 A.D. Rhône, 2 B 401.
  • 5 Idem, B P 3379.
  • 6 Idem, 4 G 28.

5Nos documents apportent d’abord une certaine image de la christianisation. Ils nous représentent le curé de village tel que les paroissiens l’exigent désormais. Un certain nombre de défauts, très fermement dénoncés par le Concile de Trente, ne semblent pas inquiéter beaucoup les ruraux à en juger par la très faible proportion de plaintes qu’ils suscitent. L’état relativement bon du clergé l’explique certes, mais pas seulement. La comparaison avec les archives de l’officialité est ici éclairante. Les paroissiens se préoccupent peu de voir leur pasteur chasser ou porter les armes. Le concubinage est parfois dénoncé, l’ivrognerie, l’emportement aussi, mais il y a, en fait, à l’origine de ces dénonciations d’autres raisons qui sont considérées comme autrement graves. Tel curé est accusé de libertinage parce qu’il s’oppose aux fêtes baladoires4 ; tel autre est accusé d’avoir des relations sexuelles avec sa servante le jour où celle-ci se rend coupable d’un vol5. Dans un autre village, le curé, qui a engrossé une de ses jeunes paroisiennes, la marie mais continue à la fréquenter. Et c’est alors que les habitants se décident à parler, hommes et femmes confondus. La situation est inacceptable parce que l’honneur d’un membre de la communauté, le mari, est en jeu6. À ces dénonciations de libertinage correspondent presque toujours le souci de défendre l’honneur, la sécurité, les coutumes de la communauté. C’est en fonction de cette dernière que le curé semble jugé en effet. On souhaite particulièrement avoir un curé dispensateur de sacrements et protecteur du village.

  • 7 Paris, 1774, p. 277.
  • 8 A.D. Rhône, 4 G 23.
  • 9 Idem, 4 G 28.
  • 10 Idem, B, Bailliage de Beaujolais criminel, 569.
  • 11 A.D. Rhône, idem 573.
  • 12 Idem, B P 3224.
  • 13 Idem, B P 3342.
  • 14 A.D. Loire, B 1074.
  • 15 A.D. Rhône, B P 3350.

6Les paroissiens ont compris, à leur manière, l’enseignement tridentin sur les sacrements. Plus qu’un signe visible de la grâce, ils voient une assurance pour les aléas de la vie terrestre et les menaces de la vie future. Aussi ils ne comprennent guère les curés qui refusent les sacrements que ce soit par négligence ou pour des raisons fondées. D. Jousse, dans son Traité du gouvernement spirituel et temporel des paroisses7, note, parmi les devoirs des pasteurs, la nécessité d’être prêt, à toute heure du jour ou de la nuit, à donner les sacrements à ceux qui les leur demandent. Ceux qui le refusent commettent une injustice, ils sont coupables devant Dieu et devant les hommes, « principalement lorsqu’ils ne veulent pas motiver leur refus, ou qu’ils le fondent sur des raisons frivoles ». Comme il est vrai aussi que certains curés se servent, du refus de sacrement comme d’une arme, il peut en résulter de vifs conflits. À la fin du XVIIe siècle, le curé de Pommiers est souvent absent, il oublie de célébrer la messe, laisse les mourants sans sacrement8. En 1697, celui de Charentay « n’assure pas ses fonctions curiales, ne fait la messe que pour les fêtes et n’a pas d’horaires ; il donne rarement les derniers sacrements et menace de battre les paroissiens qui demandent ses services »9. Au XVIIIe siècle, les prêtres ne célébrant pas l’Eucharistie ont disparu mais d’autres refus de sacrements existent. Les refus de baptême sont généralement liés à un différend sur le choix du parrain (mais jamais de la marraine, la population féminine semblant parfaitement encadrée par les curés). Le curé de Saint-Cyr-de-Favières, en 1777, non seulement refuse le baptême à un enfant, parce qu’il n’agrée pas le parrain, mais encore écrit à ses confrères du voisinage pour leur demander de faire de même ce qui n’empêchera pas un vieux prêtre de procéder au baptême10. À Claveisolles, en 1786, un parrain a été aussi refusé. Il a protesté auprès du curé : « J’en sais autant que vous ; donnez-moi votre gros livre et je vous ferai des questions auxquelles vous serez embarrassez de répondre ». La communauté intervient, plusieurs habitants se réunissent au cabaret. Finalement, le vicaire baptisera l’enfant11. Quant au curé de Couzon, près de Lyon, il est accusé par ses paroissiens de s’absenter souvent et d’emporter toutes les clefs, ce qui fait qu’en son absence on ne peut faire baptiser un enfant. Il affirme, pour sa défense, laisser toujours une clef des fonts baptismaux, mais c’est par pure malice que les paroissiens ne la trouvent pas12. Il est vrai que le même prêtre est, quelques années plus tard, accusé de refuser « d’administrer le sacrement de mariage, de sacrer des sépultures et d’en délivrer les actes si l’on ne paye pas d’avance »13. L’intérêt, est en effet quelquefois, à l’origine de ces refus de sacrement. Le curé de Neulise est assassiné en 1681. La justice soupçonne l’un de ses paroissiens à qui il refusait la communion à cause de certains procès qu’ils avaient14. À Chassagny, en 1768, le curé a refusé les derniers sacrements et la sépulture chrétienne à quelqu’un qui s’en serait « rendu indigne par la saisie qu’il avait fait faire de ses novalles ». Les habitants, incommodés par l’infection, réagissent vigoureusement15.

  • 16 Idem, B, Bailliage de Beaujolais, Criminel, 521 et 572.

7Dans nombre de ces affaires de refus de sacrements, on comprend comment la communauté se dresse contre un pasteur dont l’attitude est, hâtivement, considérée comme dangereuse pour le village car la réception du sacrement a, manifestement, une connotation magique. On retrouve cette attitude dans d’autres conflits dans lesquels le curé apparaît pour ses paroissiens comme le protecteur, comme le médiateur entre ciel et terre de la communauté. Cette image du curé, un peu proche du magicien, comment s’en étonner dans une société de fidélité et de clientèle qui privilégie le recours au protecteur ? Comment s’en étonner aussi alors que vis-à-vis du pouvoir civil les curés ont souvent ce rôle de médiateur ? Comment s’en étonner enfin alors que certains curés – les accusations en justice de « despotisme » le montrent – se considèrent comme seuls maîtres de leur paroisses ? Alors si le prêtre accepte de prier, de sonner les cloches pour attirer les bienfaits du ciel, conjurer un orage... l’entente sera bonne avec ses ouailles. Mais l’esprit tridentin est évidemment peu favorable à une utilisation profane des rites, toujours suspecte de « paganisme ». Alors des heurts sont à peu près inévitables. À Vauxrenard le cabaretier se plaint très violemment de ce que le curé n’ait pas évité un orage de grêle au village. Type d’incident qui se retrouve assez fréquemment. Et qui peut aller plus loin. À Saint-Sorlin un couple de cultivateurs accuse le curé et sa servante d’attirer la grêle sur la paroisse16.

8Les documents judiciaires fournissent, d’autre part, une série d’indications sur des résistances au curé. Dans ces affaires se marque, mieux encore que dans les précédentes, l’enjeu qui est celui du pouvoir au village. Nous tenterons de montrer qu’elles relèvent plus des difficultés rencontrées par la christianisation tridentine que de l’anticléricalisme ou même de la déchristianisation, encore que la question demeure ouverte.

  • 17 A.D. Rhône, B P 3520.
  • 18 A.D. Rhône, B, Bailliage de Beaujolais, plaintes criminelles, 550.
  • 19 A.D. Rhône, B, Bailliage de Beaujolais, plaintes criminelles, 522.

9Face au curé, les paroissiens défendent un espace communautaire. Les communautés d’habitants du diocèse de Lyon sont peu structurées, surtout dans la partie occidentale. Les domaines de la paroisse et de la communauté sont parfois mal séparés. À partir de la réforme tridentine, le souci de séparer profane et sacré ne fait pas disparaître les ambiguïtés mais avive les conflits : le curé soutient une conception de la paroisse spirituelle mais qui informe le temporel ; les paroissiens défendent des pratiques originellement liées à la paroisse prétridentine. Heurts dans l’utilisation des biens de l’église par exemple. La chaire : un édit d’avril 1695 a dispensé les curés d’annonces profanes, mais ils continuent, dans nos régions, à annoncer ordonnances royales, réunion d’assemblées, ventes aux enchères... S’ils se servent du prône pour dénoncer tel ou tel paroissien ou pour défendre leurs intérêts, la plainte est fréquente. En 1788, le curé de Poleymieux tente de persuader ses paroissiens de ne plus s’adresser à l’officier de justice seigneuriale du lieu, mais à un procureur de Neuville qui se trouve être son frère17. L’église, et son annexe, la place, sont l’occasion d’affrontements. L’église est d’abord considérée comme bien communautaire et comme lieu de sociabilité. Lorsqu’à Montmelas, en 1737, la femme d’un notable injurie et interpelle des particuliers à la fin de la messe, le curé lui rappelle que « si on a de mauvaises paroles à dire, il faut le faire hors de l’église ». En réponse, elle injurie le curé et le couvre de coups de poings et de soufflets18. La place a un statut bien particulier. Elle est à la fois espace masculin (cabaret) et espace féminin (lavoir). Elle est souvent lieu d’assemblée. Elle a des aspects sacrés car elle a souvent succédé à l’atrium des premières églises à plan basilical. À ce titre, elle fut lieu d’asile et demeure bien communautaire. Alors, au moins au XVIIe siècle encore, des paroissiens restent sur la place pendant la messe et demandent au curé de parler plus fort, de laisser la porte ouverte : ainsi ils entendront la messe tout en jouant leur rôle social sur la place. Les refus du curé entraînent de vives réactions comme à Juliénas en 169619. Au demeurant, le clergé s’efforce de christianiser la place, comme le curé de Pouilly-le-Monial qui, en 1725, écrit sur son registre paroissial :

  • 20 A.D. Rhône, E supplément 814.

« Avons solemnellement béni (pour l’honneur et la gloire de Dieu, et singulièrement pour réparation des scandales causés autrefois dans la place publique, au devant de l’église qui, servant de feuillée, authorisait en apparence nombre de libertinages de la jeunesse), une grande croix de pierre à deux manches... sur l’endroit même où étoit auparavant posé un pilier qui servait de soutien à ladite feuillée20 ».

  • 21 A.D. Rhône, B P 3342.
  • 22 Idem.

Autre annexe essentielle de l’église et qui donne lieu à une lutte pour sa possession : les cloches. Elles rythment le culte et la vie chrétienne mais aussi la vie de la communauté dont elles constituent un symbole. D’où des heurts sur les heures et, surtout, sur l’objet des sonneries. Le curé de Couzon affirme que « les cloches ne sont destinées qu’à appeler au service divin » et que pour le ban de vendange « on devrait se servir d’un tambour »21. Les processions sont également fort importantes pour les rapports entre les deux parties. Pour le curé, c’est une affaire de dévotion et qu’il faut surveiller de très près pour éviter les excès. Pour ses paroissiens, c’est une fête et aussi souvent le moyen de marquer les limites de la communauté (au moment des Rogations notamment) et les relations avec les communautés voisines. Beaucoup de conflits donc au sujet des changements de parcours que certains curés entendent imposer. Et la procession peut aussi marquer la possession d’un lieu communautaire. C’est à Couzon encore que les jeunes gens « enterrent le carnaval en faisant une espèce de procession jusque dans la partie du cimetière interdite d’où l’on n’a point exhumé les ossements des défunts, en chantant des chansons bacchiques »22. Il y a enfin lutte pour la défense de l’espace communautaire à propos des inhumations. Les paroissiens entendent parfois encore se faire enterrer dans le charnier d’une ancienne confrérie, comme la confrérie Saint-Roch à Neuville, mal ou pas du tout contrôlée par le curé.

  • 23 J.-P. Gutton, Reinages, abbayes de jeunesse et confréries dans les villages de l’ancienne France, C (...)
  • 24 B.M. Lyon, Fonds Coste, 355865, chap XIV, art. V.
  • 25 A.D. Rhône, 4 G 24.
  • 26 A.D. Rhône, B, Bailliage de Beaujolais, plaintes criminelles, 570.

10Le groupe de la jeunesse – les « garçons de paroisse » – est, très généralement, l’un des pires opposants au curé. Ces conflits sont toujours lourds de sens et de conséquences. L’organisation de la jeunesse est en effet confondue avec des institutions coutumières dont le rôle est essentiel à la vie de la communauté, les royaumes et les anciennes confréries qui sont les confréries du Saint-Esprit ou du saint patron de la paroisse. Entre ces trois formes de groupement, la distinction est souvent impossible à faire dans nos régions23. Mais ce qui est sûr, c’est que toutes trois sont liées à la naissance même de la communauté. Aussi n’est-il pas étonnant de voir la jeunesse jouer le rôle de gardien des rites qui scellent l’unité et qui, plus encore, préservent des mauvais sorts particulièrement météorologiques et épidémiologiques. Elle est aussi gardienne d’un certain code de relations, de moralité, parmi les jeunes gens à marier. Sur ces différents terrains les heurts avec l’autorité du pasteur de la paroisse sont fréquents. Un des thèmes privilégiés d’affrontement est celui de la vie festive. De multiples décisions civiles, particulièrement un règlement émanant des Grands Jours de Clermont, ont interdit « danses et baladineries » les dimanches et les fêtes patronales. Les archevêques de Lyon ont repris, sans lassitude et sans efficacité, cette interdiction. En 1705, Claude de Saint-Georges rappelle aux curés qu’il faut absolument empêcher, les jours de confréries, « les danses publiques, les vogues et autres divertissements, leur défendant de faire aucun service solennel dans l’église, dans le cas où les peuples ne veulent pas s’abstenir de ces plaisirs profanes »24. Or les jeunes gens sont très attachés à ces coutumes. À Saint-Etienne-la-Varenne, le curé Deguz déclare à deux jeunes gens venus se confesser : « Je vous écoute, mais je ne vous donnerai pas l’absolution à moins que vous me promettiez de ne plus danser ni participer aux fêtes balladoires »25. À Claveisolles, en 1777, le curé frappe publiquement un jeune homme qui avait, notamment, volé des cerises dans son jardin. Le fond du conflit est, en vérité, autrement grave. Un groupe de jeunes gens de la paroisse n’assiste jamais aux offices, danse devant l’église en jouant du fifre et en frappant des tonneaux vides26. En dépit de toutes les ordonnances interdisant les fêtes baladoires, les « garçons de la paroisse de Champoly ne laissent pas d’y contrevenir en s’assemblant le jour de la Nativité de la Vierge, fête patronale du lieu pour danser, tirer l’oie... ». Le 8 septembre 1753, la maréchaussée remontre aux jeunes gens « qu’ils doivent se retirer et cesser leurs danses ». Ils se sont alors attroupés, munis de pierres

  • 27 A.D. Loire, B 357 et B 1783. Ce type de conflit se retrouve évidemment hors du diocèse de Lyon. On (...)

« qu’ils auraient jetées auxdits cavaliers, les auraient obligé à se réfugier dans la cour du presbytère pour se sauver de la grêle de pierres et échapper à leur fureur, mais ils poussèrent alors la rage jusqu’à entrer dans la maison curiale qu’ils remplirent de pierres, cassèrent les vitres et plusieurs carreaux de taille et la tête du brigadier et donnérent un coup de couteau à un d’iceux, ce qui est un scandale et un assassinat »27.

  • 28 A.D. Rhône, 10 G 1445.

Les curés ne redoutent pas seulement les fêtes en raison des danses et du « paganisme ». Ils craignent aussi les rixes de paroisse à paroisse entre les groupes de jeunes gens porteurs de l’honneur communautaire. Dans une supplique adressée à l’archevêque, le 17 avril 1758, plusieurs curés du Bugey s’avouent désarmés devant les désordres occasionnés par les fêtes patronales et demandent « d’ordonner qu’à un jour de dimanche et à un jour unique soit fixée la célébration des fêtes patronales dans toutes les paroisses du diocèse »28.

11L’organisation de la jeunesse entend aussi organiser les fréquentations amoureuses et les mariages, sauvegarder le « stock » des filles à marier contre les remariages et contre les mariages avec des forains. L’Église, qui défend la liberté de choix des futurs, ne peut guère accepter ces prétentions. D’où de multiples affaires. Le curé de Couzon se plaint de ce que

  • 29 A.D. Rhône, B P 3342.

« après les mariages on dresse une table à la porte de l’église et pendant le repas on met à contribution l’époux étranger qui veut se marier avec une fille de la paroisse et on exige de luy un droit arbitraire, ce qui donne lieu souvent à des rixes29».

  • 30 A.D. Loire, B 842.
  • 31 A.D. Loire, B 1586 et B 1589. Cf. un document important p. 157 et 158 de J.-P. Gutton, Villages du (...)
  • 32 J.-P. Gutton, Reinages..., et La sociabilité villageoise dans l’ancienne France, Paris, 1979.

Les ordonnances synodales ont défendu les charivaris sous peine d’excommunication. Or les conflits curés / jeunes gens sur ce thème sont multiples. À Belmont, en 1766, le curé Vacogne, qui entend s’opposer à des charivaris, se voit menacé publiquement : on rompra les portes et les fenêtres de son presbytère et on lui fera un mauvais parti30. Les curés ne peuvent pas non plus accepter la juridiction que les garçons de paroisse s’arrogent sur les mariés de l’année. Le cas de conflit le plus rude s’est sans doute déroulé à Régny où le curé s’élève, en 1769, contre une coutume du dimanche « des brandons » (le premier de Carême) qui consiste à faire traîner une charrette de bois, dans des conditions dangereuses pour tous, à « tous les hommes qui se sont mariés dans l’année ». Le bois sert à faire un grand feu qui, lui-même, menace la sécurité de la grand’place ; ceux qui cherchent à fuir la coutume sont l’objet de brimades à leur retour : tout cela décidera l’autorité judiciaire à soutenir l’action du curé31. Il est évidemment très délicat de savoir si de telles attitudes correspondent à une déchristianisation. L’appartenance au groupe de la jeunesse peut éloigner de la communauté paroissiale dirigée par le curé. Et les jeunes gens de Claveisolles n’assistent pas aux offices du culte. Mais l’important est ailleurs et nous le rappellerons rapidement pour l’avoir déjà exposé32. Le clergé tridentin s’est efforcé de christianiser la vie associative par la multiplication de confréries et de royaumes de dévotion. Ce faisant il a atteint surtout la population féminine. Les hommes, dont le pouvoir au village était mis en cause par la réforme tridentine, sont demeurés fidèles aux vieux groupements : confréries du Saint-Esprit, anciens reinages, groupements de jeunesse. C’est ainsi que des déchristianisations futures se préparèrent sans doute. Encore faut-il souligner, qu’au sein de la population masculine, certaines catégories sociales sont sans doute à mettre à part.

  • 33 Exemples dans A.D. Loire, B 1551 et B 1683.
  • 34 A.D. Loire, B 333.

12On ne voit pas clairement, dans ces documents judiciaires comme dans d’autres documents, que le cabaretier soit l’ennemi principal du curé. Qu’un certain nombre de cabarets demeurent ouverts pendant la célébration du service divin, au mépris des ordonnances civiles et ecclésiastiques, ne prouve pas grand-chose. Que le curé de Villié ait répandu jusqu’à Belleville le bruit de la faillite d’un marchand de vin-cabaretier avec qui il a de mauvais rapports ne prouve pas grand-chose non plus. Tout au plus peut-on souligner, sans s’en étonner beaucoup, que le cabaret sert de lieu de rencontre aux jeunes gens préparant un charivari, aux parents qui se sont vu refuser le parrain de leur choix pour le baptême de leur enfant, aux paroissiens furieux de ce que leur pasteur n’ait pas su éloigner un orage de grêle. Plus intéressants, mais d’interprétation difficile, sont les conflits avec les seigneurs. Assez nombreux, ils portent essentiellement sur les assises : usage de la cloche pour les convoquer, présence du curé33. Certains seigneurs, nobles, semblent effectivement être des esprits forts. Mais le conflit est d’abord – ou c’est l’aspect le plus visible ? – lié à la question de la première place au village. Plus significatifs sont les heurts avec la bourgeoisie rurale. Les procès qui les mettent en cause sont nombreux. C’est le curé de Craintilleux qui porte plainte contre un bourgeois du lieu « pour avoir arraché la haie du jardin du presbytère »34. Les notaires sont fréquemment visés. À Juliénas, c’est un notaire qui, resté sur la place, demande au curé de laisser la porte de l’église ouverte durant la messe. Le refus du curé le conduit à briser la porte. À Saint-Laurent-de-Chamousset le curé se lamente, en 1730 :

  • 35 A.D. Rhône, E sup. 1046, fo 104.

« Dallier, notaire royal et anticuré, fut à Lyon avec Joannon, alors luminier, son brouillon et son affidé, accompagnés de dix-huit autres brouillons d’habitans contre les srs curé et vicaire, pour en donner des plaintes à monseigneur l’archevêque, ayant exposé des mémoire faux et imposteurs, mais ils furent honteusement chassés du palais archiépiscopal35 ».

  • 36 A.D. Rhône, B P 4564.

Mais ce sont sans doute les marchands et les marchands-fabricants qui sont le plus souvent en procès avec les curés. Un marchand-fabricant de Lyon qui a une maison mitoyenne du presbytère de Givors a fait des modifications, notamment dans l’écoulement des eaux pluviales, préjudiciables à ce presbytère36. Trois marchands d’Ancy sont victimes de brutalités de la part du curé de Saint-Romain-de-Popey et de son vicaire. Ce dernier, ayant en mains une petite croix d’argent, tente de jeter par terre l’un des plaignants tandis que le curé crie : « ... qu’on me donne le manche de la croix, je veux sortir ce coquin d’uguenot de l’esglize ». Puis,

  • 37 A.D. Rhône, 2 B 401.

« la mère dudit sieur Curé qui avait un batton en mains, pendant qu’il estoit tenu par lesdits sieurs Curé et Vicaire, luy avait donné plusieurs coups de battons tant par la teste que sur les espôlles, criant toujours ledit Curé, qu’on me donne le bois de la croix pour chasser cette impie, huguenot hérétique37 ».

  • 38 A.D. Rhône, B P 3371.
  • 39 A.D. Rhône, B, Bailliage de Beaujolais, plaintes criminelles, 569.
  • 40 A.D. Rhône, B, Bailliage de Beaujolais, plaintes criminelles, 559.
  • 41 Les papiers des dévots de Lyon. Recueil de textes sur la Compagnie secrète du Saint-Sacrement, ses (...)
  • 42 Mémoire par les Dominicains de Lyon, défendeurs, contre le sieur Vingtrinier, marchand pelletier à (...)

C’est le curé de Vaugneray qui, en 1770, traite, du haut de la chaire, un marchand d’« esprit malin plus dangereux que la bête du Gévaudan... d’infâme scélérat, d’infernal démon »38. Pourquoi une telle hostilité ? Parce que – on l’aura compris au travers des injures – les marchands sont de mauvais paroissiens. Parce que, comme tous ceux qui étaient souvent sur les routes, ils étaient peu soumis au curé, a priori suspects de libertinage et d’esprit républicain, comme on disait alors. Certes, mais il y a aussi, de la part des curés, le sentiment que les marchands exploitent les miséreux. À Jullié, le curé accuse, en chaire, deux marchands : ils doivent une somme à de pauvres gens. Ce même prêtre souhaite que la communauté nomme un procureur spécial chargé de veiller sur les intérêts de miséreux en procès avec un marchand du lieu39. Aux Sauvages, le curé est à la tête d’un groupe de villageois qui envahit la maison d’un marchand. Il exhorte : « Allons mes enfants, vous n’avez été trop bons de le souffrir jusqu’à présent, il est un voleur et un pilleur de paroisse. Il y a longtemps que vous auriez du le tuer et vous en estre débarassé »40. Les griefs les plus courants des curés contre les marchands sont de pratiquer l’usure et d’être malhonnêtes avec les ruraux qui travaillent pour eux dans le cadre d’un système proche de celui de la fabrique. Il est intéressant de constater que c’est sur le point des rapports avec les bourgeois que, pour une fois, les attitudes à la campagne et en ville sont comparables. Il n’y a plus ici d’opposition entre deux cultures. Les dévots de Lyon dénoncent eux aussi les pratiques des marchands dans un mémoire des années 169041. À Lyon, comme à la campagne, les bourgeois sont très portés à s’opposer aux biens et aux personnes d’Église, ne serait-ce que parce qu’ils ont la possibilité financière de plaider. En 1780, un procès oppose à Lyon un marchand pelletier, Aimé Vingtrinier, et les dominicains. Vingtrinier a acheté une maison contiguë de la chapelle des dominicains. Il considère avoir acquis la chapelle en même temps que la maison. De nuit, il fait percer le mur de l’église et fait construire une séparation entre la chapelle et le reste de l’église ! La population du quartier prendra d’ailleurs le parti des dominicains42. À Lyon, comme à la campagne, c’est aussi dans ces catégories que se recruteront les acheteurs de biens de première origine. Sans doute y a-t-il dans ces catégories, souvent un peu en marge de la communauté paroissiale, des éléments déchristianisateurs.

  • 43 Ph. T. Hoffman, Church and Community in the diocese of Lyon, 1500-1789, New-Haven and London, 1984.

13Une dernière question : pourquoi le nombre des conflits connaît-il une nette augmentation dans la seconde moitié, du XVIIIe siècle ? Philip Hoffman, à qui nous avions confié naguère un premier dépouillement de ces documents, avait attiré l’attention sur ce point précisant aussi que, en cette période, c’étaient les laïcs qui prenaient de plus en plus l’initiative d’assigner43. Ces coups de sonde ont été confirmés par des comptages plus systématiques. Dans le cadre du bailliage de Beaujolais, 3 679 plaintes et procédures criminelles peuvent être suivies de 1604 à 1789. On peut en tirer le tableau suivant :

procès

dont procès opposants clercs et laïcs

- 1604-1699 :

1298

15

- 1700-1789 :

2381

64

dont 28 de 1700 à 1759

dont 36 de 1760 à 1789

  • 44 Le 17 septembre 1784, les paroissiens de Chatillon-la-Palud « sont exhortés à se mettre en état de (...)
  • 45 L. Febvre, Pour l’histoire d’un sentiment : le besoin de sécurité, Annales E.S.C., 1956, p. 244 à 2 (...)

14Le comptage des procès-verbaux de vols avec effraction dans les églises foréziennes, opéré à partir de la série B des Archives départementales de la Loire, montre que sur les 25 cas repérés seuls 2 sont antérieurs à 1750. Si la tendance générale n’est guère contestable, son interprétation demeure délicate. Il faut, en tout cas, se garder de conclure trop vite à un indice de déchristianisation. Les difficultés de recrutement des réguliers et même des séculiers, la lettre pastorale (1776) de Montazet sur les sources de l’incrédulité constituent des arguments facilement relativisés par d’autres indices foncièrement divergents : bonne santé des confréries, caractère unique d’une paroisse qui, au cours des visites pastorales effectuées entre 1773 et 1789, se voit reprocher sa tiédeur44. S’agissant de l’augmentation du nombre des conflits, il faut d’abord rappeler que plusieurs études récentes ont mis en valeur le plus fréquent recours à la justice à la fin de l’ancien régime. Cet élément rend certainement compte d’une partie de l’augmentation. Pour le reste, nous mettrons volontiers en avant le fait que les curés sont, plus nettement qu’auparavant, les chargés d’affaires de l’État. Des chargés d’affaires, très proches certes, mais contre qui peut se tourner l’hostilité au pouvoir central. De plus, au temps de l’archevêque Malvin de Montazet (1758-1788) « toutes les associations des paroisses en forme de confrérie sont réduites à celles du Saint-Sacrement et du Rosaire ». Un certain nombre de confréries anciennes sont interdites et ces mesures viennent s’ajouter au règlement que le cardinal de Tencin avait imposé, le 14 février 1749, aux confréries du Saint-Esprit. Je suis porté à penser que ces atteintes à la vie communautaire traditionnelle ont favorisé des heurts, particulièrement avec les jeunes gens souvent très proches des anciennes confréries. Peut-être faut-il aussi y ajouter la diffusion grandissante du sentiment que le prêtre et la religion ne suffisent plus à assurer la sécurité45 ? Forme de laïcisation plus que de déchristianisation.

15Il faut conclure. Nos documents nous semblent assez bien marquer les ambiguïtés de la christianisation tridentine. Ils sont, paradoxalement pour des documents conflictuels, moins parlants au sujet de la déchristianisation. Ils éclairent un paysage de relations humaines et de heurts de cultures ; ils disent la tension entre l’exigence de dignité religieuse et les usages communautaires pré-tridentins (anciennes confréries, jeunesse...) ; ils enseignent comment des représentants de certains groupes sociaux (marchands) demeurent en marge de la paroisse tridentine. Ils permettent d’approcher, plus que la déchristianisation, quelques-unes des conditions qui l’ont rendue possible.

Notes

1 A.D. Rhône, 1 G 49 à 1 G 52.

2 Les chiffres qui suivent sont, pour la plupart, extraits de J.-P. Gutton, Notes sur le recrutement du clergé séculier dans l’archidiocèse de Lyon (1589-1789), Bulletin du Centre d’Histoire économique et sociale de la région lyonnaise, 1974, n° 2, p. 1 à 19, et de N. El Hajje, Le clergé forézien et la culture populaire. 1650-1789, Thèse de 3e cycle, Lyon, 1983.

3 A.D. Rhône, série B, passim.

4 A.D. Rhône, 2 B 401.

5 Idem, B P 3379.

6 Idem, 4 G 28.

7 Paris, 1774, p. 277.

8 A.D. Rhône, 4 G 23.

9 Idem, 4 G 28.

10 Idem, B, Bailliage de Beaujolais criminel, 569.

11 A.D. Rhône, idem 573.

12 Idem, B P 3224.

13 Idem, B P 3342.

14 A.D. Loire, B 1074.

15 A.D. Rhône, B P 3350.

16 Idem, B, Bailliage de Beaujolais, Criminel, 521 et 572.

17 A.D. Rhône, B P 3520.

18 A.D. Rhône, B, Bailliage de Beaujolais, plaintes criminelles, 550.

19 A.D. Rhône, B, Bailliage de Beaujolais, plaintes criminelles, 522.

20 A.D. Rhône, E supplément 814.

21 A.D. Rhône, B P 3342.

22 Idem.

23 J.-P. Gutton, Reinages, abbayes de jeunesse et confréries dans les villages de l’ancienne France, Cahiers d’Histoire, 1975, p. 443 à 453.

24 B.M. Lyon, Fonds Coste, 355865, chap XIV, art. V.

25 A.D. Rhône, 4 G 24.

26 A.D. Rhône, B, Bailliage de Beaujolais, plaintes criminelles, 570.

27 A.D. Loire, B 357 et B 1783. Ce type de conflit se retrouve évidemment hors du diocèse de Lyon. On trouvera d’excellents points de comparaison dans N. Pellegrin, Les bachelleries. Organisations et fêtes de la jeunesse dans le Centre Ouest. XVe-XVIIIe siècles, Poitiers, 1982.

28 A.D. Rhône, 10 G 1445.

29 A.D. Rhône, B P 3342.

30 A.D. Loire, B 842.

31 A.D. Loire, B 1586 et B 1589. Cf. un document important p. 157 et 158 de J.-P. Gutton, Villages du Lyonnais sous la monarchie (XVIe-XVIIIe siècles), Lyon, 1978.

32 J.-P. Gutton, Reinages..., et La sociabilité villageoise dans l’ancienne France, Paris, 1979.

33 Exemples dans A.D. Loire, B 1551 et B 1683.

34 A.D. Loire, B 333.

35 A.D. Rhône, E sup. 1046, fo 104.

36 A.D. Rhône, B P 4564.

37 A.D. Rhône, 2 B 401.

38 A.D. Rhône, B P 3371.

39 A.D. Rhône, B, Bailliage de Beaujolais, plaintes criminelles, 569.

40 A.D. Rhône, B, Bailliage de Beaujolais, plaintes criminelles, 559.

41 Les papiers des dévots de Lyon. Recueil de textes sur la Compagnie secrète du Saint-Sacrement, ses statuts, ses annales, la liste de ses membres. 1630-1731. Documents inédits, p.p. G. Guigue, Lyon, 1922, p. 122-123.

42 Mémoire par les Dominicains de Lyon, défendeurs, contre le sieur Vingtrinier, marchand pelletier à Lyon, Paris, 1781.

43 Ph. T. Hoffman, Church and Community in the diocese of Lyon, 1500-1789, New-Haven and London, 1984.

44 Le 17 septembre 1784, les paroissiens de Chatillon-la-Palud « sont exhortés à se mettre en état de satisfaire chaque année au devoir pascal et de fréquenter plus souvent les sacrements... ». A.D. Rhône, 1 G 156, p. 142.

45 L. Febvre, Pour l’histoire d’un sentiment : le besoin de sécurité, Annales E.S.C., 1956, p. 244 à 247.

© LARHRA, 2006

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search