Version classiqueVersion mobile

Pauvreté, cultures et ordre social

 | 
Jean-Pierre Gutton

Église et société

Curés et paroissiens dans les campagnes du diocèse de Lyon sous l’Ancien Régime

Le témoignage des archives judiciaires

Note de l’éditeur

Article initialement publié dans Revue du Nord, Tome LXVI, N° 261/262, avril-septembre 1984, p. 805-816.

Texte intégral

  • 1 Nous avions indiqué cette piste à Ph. Hoffman lors de la préparation de son Church and Community : (...)

1L’étude des rapports entre curés et paroissiens est l’un des thèmes fondamentaux de l’histoire de la sociabilité villageoise comme de celle de la réforme catholique. Nous donnons ici quelques conclusions du dépouillement entrepris dans les archives des bailliages et sénéchaussée de la partie occidentale du diocèse de Lyon (Lyonnais, Beaujolais, Forez). L’analyse de documents émanant de quelques justices seigneuriales est également en cours, celle des registres de l’officialité à peine entamée1.

  • 2 A.D. Rhône, Bailliage de Beaujolais.

2L’apport de ces sources n’est ni sans danger, ni sans lacunes. Elles privilégient quelques affaires exceptionnelles. À titre d’exemple, le dépouillement des liasses laissées par le bailliage de Beaujolais au criminel entre 1604 et 1789 montre que sur les 133 paroisses de la province, 39 seulement apparaissent dans les procès, et ce, sur deux siècles2. Veut-on être plus précis et s’interroger sur le rythme de ces procès ? On constate alors, dans les trois provinces, que le nombre de procès opposant curés et paroissiens croît au XVIIIe siècle, et particulièrement après 1760. Mais comment l’interpréter ? Meilleure conservation des archives judiciaires ? Curés plus portés à s’opposer à des formes de culture populaire en un temps où les influences jansénistes peuvent accroître les malentendus ? Curés plus conscients du rôle qu’ils ont à jouer dans le village ? Moindre respect à l’égard du curé ? Plus fréquent recours à la justice ? Il faut, en tout cas, et pour l’ensemble de la période, se souvenir de l’importance de la médiation, c’est-à-dire de tout ce qui échappe au document judiciaire. Et que les curés tridentins aient, eux-mêmes, prêché les vertus de l’accommodement conforte cette réserve. Au total, les archives judiciaires montrent surtout, et évidemment en négatif, quel est le portrait idéal que chaque partenaire se fait de l’autre. Elles apportent plus à l’historien des mentalités qu’à celui des structures sociales.

Plan pour la reconstruction du presbytère de Salles (1787) Au XVIIIe siècle réparations et constructions de presbytères donnent lieu à une procédure administrative contrôlée par l’intendant. Elle laisse souvent des plans précis et évite bien des procès avec les communautés d’habitants. Mais on comprend que les ruraux rechignent encore parfois à payer les éléments de confort qui font ces maisons si différentes des maisons paysannes : pièces spécialisées, chauffage de tout le presbytère, début d’équipement sanitaire.
Cliché A.D. du Rhône, Liasse 1 C 294.

  • 3 En 1750, et d’après les déclarations pour la répartition des décimes, plus de 85 % des curés du dio (...)
  • 4 A.D. Rhône, B P 2843.
  • 5 A.D. Rhône, 2 B 55.

3Les affaires rencontrées dans ces documents sont, évidemment, de type très divers. On peut, schématiquement, les classer sous trois rubriques. Il y a d’abord, bien entendu, tous les conflits qui sont essentiellement d’ordre matériel et qui sont sans doute les moins intéressants. On y relève des affaires de dîme, au demeurant peu nombreuses parce que le curé n’est que rarement gros décimateur3, et parce que, de toutes manières, les conflits sont surtout avec les fermiers. Ils portent sur des refus de dîme. À Chazay-d’Azergues, en juillet 1660, deux prêtres expliquent qu’un laboureur a refusé de payer la dîme et qu’il « a faict le gerbier de bled... sans avoir laissé ledit droict de dixme au pied dudit gerbier comme il est de coustume, ny d’appeler les dixmeurs »4. Plus nombreux sont les conflits qui portent sur le taux. En juillet 1732, le curé d’Anse dénonce une femme qui ignore systématiquement le montant de la redevance qu’elle doit. L’année précédente, ayant récolté au moins 57 gerbes, elle n’en a laissé que 3 au lieu de 4. Cette année 1732, elle n’en a laissé que deux et n’a pas averti les fermiers5. Rares sont les conflits portant sur le casuel. Mais, lorsqu’ils existent, ils ne manquent pas de pittoresque. Le curé de Couzon-au-Mont-d’Or est, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, en conflit avec ses paroissiens à ce sujet. Un domestique témoigne : le curé lui a réclamé 4 livres et 10 sols pour le baptême de son enfant alors que l’usage prévoit 30 à 35 sols. Plus tard, à propos de l’enterrement du même enfant, il refuse les exigences du curé. Ce dernier

« répondit qu’il se contenterait de quarante sols, mais que luy qui dépose lui donnerait de la cire, sans quoy il l’enterrerait sans feu et à sa commodité ; qu’en conséquence, il porta audit sieur curé deux cierges qu’il ne voulut pas recevoir attendu qu’ils avaient déjà servis et qu’il enterra effectivement cet enfant sans qu’il y eut aucuns cierges allumés dans l’église ».

Un marchand, ancien marguillier, témoigne aussi : le curé ne respecte pas la coutume lorsqu’il exige 24 sols pour les grands messes des fêtes solennelles. Le curé répond « qu’il fallait bien qu’il retira de quoi payer les frais de sa prise de possession qui se montaient à huit cent livres et ceux qu’il avait fait pour se faire graduer qui allaient à mil écus ». Et, s’il exige de la cire, c’est

« pour rendre les inhumations dans l’église moins fréquentes, conformément aux saints canons de l’Eglise et empescher dans la sienne les dégradations du pavé...[et]... pour mettre quelque différence entre les enterrements des habitants notables de la paroisse et ceux des moindres habitants et de ceux qui à titre de pauvreté estaient enterrés gratis ».

Le curé de Couzon, accusé d’autre part de négligence dans l’instruction de ses ouailles, est condamné à se démettre de sa cure par des sentences de l’officialité et de la sénéchaussée. Mais il parvient à reprendre ses fonctions. Le conflit resurgit très vite avec les paroissiens. Et pour des raisons comparables. À la communion pascale de 1762,

  • 6 A.D. Rhône, B P 3224 et 3342.

« il invitait avec empressement tout le monde de s’approcher, mais voyant que les offrandes n’étaient pas aussy abondantes qu’il le souhaitait, il déclara publiquement qu’une autre année, il n’y admettrait personne »6.

  • 7 Sur le rôle de prêteur des curés, utiles remarques dans J.-F. Soulet, « À propos de l’endettement r (...)
  • 8 N. Castan, Justice et répression en Languedoc à l’époque des lumières, Paris, 1980, p. 39.

4Rares toujours les plaintes consécutives à des prêts7. Les inventaires après décès des biens des curés montrent que ceux-ci ont souvent un rôle de prêteur. Beaucoup de petites créances, signes sans doute d’un prêt à la consommation, mais aussi, parfois, prêts de sommes plus importantes. Cependant ce réseau, sans doute complexe, de dettes, ne donne pas lieu à de nombreuses plaintes en justice, même si certaines affaires sont violentes. En 1762, un charpentier de Saint-Julien en Beaujolais vend une vigne au curé de la paroisse. Lorsque ce dernier vient visiter sa nouvelle terre, il est insulté par le vendeur qui a été contraint de se défaire de sa vigne car trop endetté à l’égard du curé. Les témoins sont favorables au charpentier et considèrent volontiers le curé comme ayant profité des difficultés de son débiteur. Les vols dans le presbytère ou dans l’église sont en revanche assez nombreux. Comme dans le Languedoc de Nicole Castan, l’aisance reconnue, la réputation de thésaurisation font « du presbytère un lieu privilégié du vol avec effraction pendant les offices religieux »8. Mais ces vols sont généralement le fait d’inconnus, et même d’errants et de vagabonds, ce qui explique que l’on en trouve trace autant dans les archives de la maréchaussée que dans les archives judiciaires ordinaires. Les vols perpétrés par des paroissiens sont rares. Ils se rattachent alors aux conflits de la vie rurale (vols de bois, détournement d’eau, ...) et sont commis sur des biens éloignés du village. Ou bien, dans quelques cas très rares, le vol a lieu au presbytère, ou dans son jardin, mais il a une valeur symbolique et il est provocateur. Nous le retrouverons.

  • 9 A.D. Rhône, 2 B 70, septembre-octobre 1766.
  • 10 A.D. Rhône, B, Bailliage de Beaujolais, plaintes criminelles, 565, septembre 1765, Saint-Sorlin.

5Un deuxième apport des archives judiciaires réside dans le tableau des défauts ecclésiastiques que la communauté villageoise ne supporte plus. On lit ici quels sont les manquements à la discipline que les paroissiens réprouvent le plus. Le Concile de Trente avait interdit aux clercs la chasse et le port d’armes. Il y a fort peu de plaintes pour chasse dans nos documents. En 1766, à Chessy, le procureur fiscal de la petite justice, fait saisir au corps « le sieur Collet prêtre desservant la cure »9. Mais les inventaires après décès révèlent que beaucoup de curés ont un fusil, et les plaintes disent qu’ils s’en servent parfois avec violence. Les affaires qui mettent en scène des curés battant leurs paroissiens ne sont pas vraiment exceptionnelles. Paroissiens traités d’huguenots et frappés à coups de croix, querelle de voisinage suscitant menaces et coups, actes arrachés à l’huissier qui vient pour un exploit, d’autres attitudes violentes encore, se rencontrent dans nos archives. Il faut y voir le reflet des mœurs d’une époque dont les clercs ne peuvent se débarrasser entièrement. Il faut aussi y reconnaître la propension du curé à se poser en justicier. L’importance de « l’infrajustice » dans ces sociétés, le rôle de guide moral que la réforme tridentine lui a assigné, l’attitude de la justice qui considère le curé comme un auxiliaire en lui adressant des monitoires par exemple, donnent au curé le sentiment de pouvoir et de devoir punir. Tel curé beaujolais déclare qu’un vigneron qui est allé voler le blé de son voisin mérite correction. Il le fait garder attaché sur un banc pendant vingt-quatre heures, alors qu’on l’oblige à boire du vin10. On sait où peut conduire ce genre de pratiques !

  • 11 A. D. Rhône, 4 G 28.
  • 12 Idem.
  • 13 A.D. Rhône, 2 B 401.

6Deux manquements disciplinaires semblent dénoncés dans la mesure seulement où le curé gêne pour d’autres raisons. C’est d’abord l’ivrognerie publique. En Beaujolais, à Charentay et en 1697, le curé « est presque toujours pris de vin pendant les offices »11. Quelques années auparavant, en 1684, le curé de Saint-Bonnet-le-Troncy est dénoncé à l’official car il use de violence sur ses paroissiens12. Au XVIIIe siècle, plus de plaintes pour le Beaujolais. En Lyonnais, à la même époque, les rares affaires de ce genre sont toujours liées à d’autres griefs. La conclusion est la même pour les aventures sexuelles. En Beaujolais, on constate par exemple que les plaintes s’expliquent soit par des violences physiques du curé, soit par le souci de défendre l’honneur d’un membre de la communauté. Ainsi, est dénoncé le curé qui a marié sa maîtresse enceinte et qui continue à la fréquenter. En Lyonnais, il en va à peu près de même : des rancœurs se cachent sous ce type de dénonciation, évidemment très grave depuis la réforme tridentine. En 1679, c’est le curé de Saint-Romain-de-Popey qui porte plainte contre des habitants qui lui reprochent faussement divers faits. On est venu sous ses fenêtres, nuitamment, battre le tambour, en blasphémant : « bougre sor de la cure, por la mor sang dieu sy tu es assé hardy avec ta p. que tu di estre ta sœur, nous t’apprendrons bien ton mettier ». On vient chanter à la porte de l’église des chansons « impudiques et lascives... vomissant à tout moment des injures contre les bonnes vie et mœurs de l’exposant ». On colporte « qu’il a envoyé sa servante grosse à Lyon » et qu’« il desbauche les femmes et filles de la paroisse ». Mais tout cela est dû à l’hostilité du village parce qu’il s’oppose aux fêtes baladoires13. Presque un siècle plus tard, en 1771, deux autres affaires laissent un sentiment analogue. La servante du curé de Couzon est prise en flagrant délit de vol de blé dans un grenier. Alors l’accusation révèle

  • 14 A.D. Rhône, B P 3379.

« que cette fille est d’ailleurs soupçonnée de mener une vie libertine et scandaleuse. Elle passe dans la paroisse pour avoir été enceinte depuis qu’elle est au service dudit curé de Couzon et pour être allé faire ses couches à Lyon... d’où elle est ensuite revenue au service dudit curé »14.

  • 15 A.D. Rhône, B P 3382.

La même année 1771, un vicaire de Neuville est accusé de deux paternités, mais l’affaire apparaît vite comme le règlement d’une vieille querelle15.

  • 16 A.D. Rhône, B P 3224.
  • 17 A.D. Rhône, B P 3371.

7Les manquements disciplinaires apparaissent, au total, peu nombreux. Reste à dire ce qu’il en est des manquements aux devoirs sacerdotaux. On relève quelques plaintes contre les curés qui abusent du pouvoir que leur donne l’usage de la chaire. Un édit d’avril 1695 a dispensé les curés des annonces temporelles, ce qui ne les a pas empêchés de continuer à lire au prône ordonnances royales, annonces d’adjudication et convocations d’assemblées. À partir de là, des abus sont parfois possibles. Des plaignants affirment que le curé de Couzon lit « dans la chère du prône et dans le temps de cette instruction, après l’Évangile et avoir béni le pain, des arrêts et ordonnances au sujet des réparations des maisons curiales », ou encore qu’« en place du prône, il lisait des déclarations du Roy au sujet des curés »16. Le curé de Vaugneray, en 1770, est en conflit avec un ancien huissier. Il n’hésite pas à le traiter en chaire d’« esprit malin plus dangereux que la bête du Gévaudan.... d’infâme scélérat, d’infernal démon »17. En 1788, un officier de justice seigneuriale porte plainte contre le curé de Poleymieux, Me Buisson, qui

  • 18 A.D. Rhône, B P 3520.

« lut au prône de la messe parroissiale... un écrit par lequel Me Buisson recommandait aux justiciables de la terre dudit Poleymieux de ne plus s’adresser au plaignant pour les affaires de justice mais à Me Buisson, son frère, notaire royal et procureur à Neuville »18.

Les paroissiens supportent moins bien encore les négligences dans le devoir pastoral. On rencontre là aussi le curé de Couzon, accusé en 1754, puis, à nouveau, en 1768.

« Les fréquentes absences du curé donnent encore lieu à beaucoup d’inconvénient parce qu’il emporte ou ferme les clefs de sorte qu’il est impossible que d’autres prêtres en son absence puissent administrer les sacrements ».

  • 19 A.D. Rhône, B P 3224 et 3342.

Le curé note le nom de ceux qui se confessaient à lui. « Plus occupé de ce soin que du sacrement qu’il devait administrer, après avoir entendu les confessions, il oubliait de donner l’absolution ». Aussi certains habitants vont se confesser ailleurs. Mais le lundi de Pâques, le curé leur annonce qu’ils n’avaient pas fait de Pâques et que, s’ils mouraient dans l’année, il « les traiterait comme excommuniés ». On lui reproche aussi de ne pas dire les vêpres, de ne faire « jamais aucune prières usitées dans le temps de Carême »19.

  • 20 Paris, 1774, p. 277.
  • 21 Cf. J. Vinot-Préfontaine, « Sanctions prises dans l’ancien diocèse de Beauvais au XVIIe siècle cont (...)

8Les refus de sacrements sont particulièrement mal ressentis. D. Jousse, dans son Traité du gouvernement spirituel et temporel des paroisses20, écrit que les curés qui refusent de donner les sacrements sont « coupables devant Dieu et devant les hommes, principalement lorsqu’il ne veulent pas motiver leur refus, ou qu’ils le fondent sur des raisons frivoles ». Comme le refus de sacrement ou de sépulture en terre chrétienne est aussi une arme dans les mains du curé21, il peut en résulter des situations dramatiques. Le 16 mai 1681, le curé de Neulise, qui revenait de L’Aubépin, est retrouvé mort. Les soupçons se portent sur l’un des paroissiens. En effet,

  • 22 A.D. Loire, B 1074.

« le sieur curé aurait refusé la communion audit Guillaume étant fort mécontent de sa conduite... Le jour de Pâques, plusieurs témoins virent le sieur Peyrard s’approcher à deux reprises de la Sainte-Table pour recevoir la communion, mais le curé la lui refusa... Le sieur Peyrard fort ulcéré sortit alors de l’église en disant tout haut : "je prends à témoins..." »22.

En 1768, une plainte est déposée car l’église de Saint-Martin-de-Cornas est infectée par un corps sans sépulture. Le curé de Chassagny, dont dépend Saint-Martin, avait été appelé auprès du mourant. Mais il

« luy refusa totalement son ministère sous le prétexte qu’il s’en était rendu indigne par la saisie qu’il avait fait faire de ses novalles, qu’il était damné, mots que le curé répetta plusieurs fois, que cependant il n’avait qu’à déclarer et se désister de la saisie qu’il avait fait faire, que pour lors il l’administrerait, qu’il allait faire venir un notaire pour écrire son désistement ».

Le curé insista longtemps « Vous êtes damné... vous plaidez contre moy et vous demandés mon ministère, je ne puis vous confesser ». Il ne s’exécuta que devant les menaces de l’entourage. Mais après le décès, il aurait dit : « Il est mort là une bête, on l’enterrera dans son jardin ». Au cours de l’instruction, on apprend que le curé de Chassagny a fait interdire l’église de Saint-Martin, annexe de Chassagny, pour ne pas avoir à entretenir un vicaire. Et il a empêché un prêtre d’en remplir les fonctions, même le jour de Noël, à la déception de

  • 23 A.D. Rhône, B P 3350.

« la plupart des habitants de laditte paroisse qui se faisaient une joye de s’aprocher des sacrements et de remplir leur devoir de religion dans une fête aussy solenel, ... au moyen de quoy les habitants ont été privés et empêché de faire leur devoirs de chrestien »23.

Ce souci des sacrements, le petit nombre de cas de prêtres indignes aussi, disent les progrès de la réforme catholique. Mais d’autres conflits révèlent précisément les difficultés nées entre curés et paroissiens en raison même des progrès tridentins.

  • 24 A.D. Rhône, B, Bailliage de Beaujolais, plaintes criminelles, 522, janvier 1696, Juliénas.
  • 25 A.D. Rhône, B P 3342.
  • 26 A.D. Rhône, B, Bailliage de Beaujolais, plaintes criminelles, 538 (octobre 1721, Chervinges) et 753 (...)

9C’est ainsi que les heurts se manifestent à propos de la « décence » dans l’église : fidèle qui parle haut, ou, mieux encore, qui, resté sur la place publique, demande à ce que la porte demeure ouverte pour, tout à la fois, jouer et entendre le sermon ! Comme le curé refuse, il brise la porte24. Conflits aussi autour des « anciens usages abusifs », comme l’écrit un curé, qui manifestent familiarité avec le sacré, avec les défunts, qui sont rites de socialisation et d’agrégation à la communauté. Le curé de Couzon les évoque longuement : « Après les baptêmes, on décrit un cercle à la porte de l’église, on met au milieu le cierge pascal avec le nouveau baptisé et l’on danse autour de la manière la plus scandaleuse tandis que, quelques uns des assistants bénissent du vin dont on rempli à diverses fois l’éguière même qui a servie à l’administration de ce sacrement... Autrefois, dans les derniers jours de Carnaval, les jeunes gens dansaient et voltigeaient devant la porte de l’église sur une corde qu’ils attachaient par un bout à la grande croix du cimetière et, encore à présent, le jour des cendres, ils enterrent le canaval en faisant une espèce de procession jusque dans la partie du cimetière interdite d’où l’on n’a point exhumé les ossements des défunts, en chantant des chansons bachiques. Les femmes et les filles s’assemblent au même lieu pour y travailler. Elles y font la nuit de grands feux et les enfants qui les suivent, s’amusent à jetter les os des morts... Une autre irrévérence est de chanter dans l’église des Noëls ou prétendus cantiques les plus indécents, pour ne pas dire impies, les personnes du sexe de monter et de rester debout sur l’autel de la Vierge sous prétexte de l’orner, de critiquer à haute voix dans l’église les avis que le pasteur y donne dans ses instructions et de s’y tenir dans des positions indécentes »25. Dans plusieurs paroisses, le parcours et les haltes des processions sont occasions de conflits. Les processions qui se déroulent d’une paroisse à une autre sont particulièrement combattues. L’usage des cloches oppose paroissiens, pour qui les cloches sont bien communautaire, et curé, pour qui elles sont instrument du culte. Le curé de Chervinges s’oppose à la tradition de sonner l’angélus à 17 heures en hiver et il confisque les clés de l’église au marguillier. Mais la population menace de lui faire un mauvais parti. En 1785, à Saint-Victor, quand un paroissien sonne les vêpres de 14 heures, le curé « comme un fou furieux vint sur le suppliant, le prit par les cheveux et ensuite lui donna plusieurs soufflets et coups de poings en lui disant plusieurs invectives »26. Quant au curé de Couzon, il affirme que « les cloches ne sont destinées qu’à appeller au service divin », et que pour le ban de vendange « on devait se servir d’un tambour ». Il s’indigne :

  • 27 A.D. Rhône, B P 3342.

« on sonne les cloches pour s’amuser, pour se réjouir des abondantes récoltes, pour convoquer les assemblées de paroisse sans permission des supérieurs et on sonne excessivement et sans aucune distinction lors du décès des moindres habitants et des plus nottables »27.

  • 28 A.D. Loire, B 1603, 1764, Renaison.

10Conflits surtout à propos de l’encadrement moral de la communauté. Les heurts avec les cabaretiers sont bien réels28. Mais ce sont les procureurs fiscaux des justices locales qui poursuivent pour faire respecter les ordonnances : les cabarets ne doivent pas donner à manger et à boire durant les offices, messe ou vêpres. Le curé est ici assuré du soutien de la puissance publique. Il en va de même pour l’observation du repos dominical. Le curé paraît, au contraire, mener personnellement la lutte contre les fêtes, même si le soutien des pouvoirs joue, là aussi, son rôle. En 1667, le Parlement de Paris, dans le ressort duquel se trouve le Lyonnais, a interdit foires et fêtes baladoires les dimanches et jours de fête. On sait, qu’en 1679, le curé de Saint-Romain de Popey est calomnié par ses paroissiens précisément parce qu’il s’oppose aux fêtes. Ils crient sous sa fenêtre : « à voulloir empescher les garçons de dancer, nous te ferons bien aller prescher ailleurs ! ». Dans son annexe d’Ancy,

  • 29 A.D. Rhône, 2 B 401.

« dans la place où estait l’assemblée des enfants d’Ancy qui dansaient, attendant qu’on commencat vaispres [on le vit] qui s’achemina despuis l’esglize dudit Ancy jusqu’au lieu où les enfants dansaient et, s’en prenant...»29.

  • 30 J.-P. Gutton, La sociabilité villageoise dans l’ancienne France. Solidarités et voisinages du XVIe (...)
  • 31 A. D. Loire, B 390.

11On l’aura compris par cet exemple, et par l’expression « enfants d’Ancy », la lutte des curés est largement dirigée, à propos des fêtes, mais aussi en d’autres occasions, contre les organisations de la jeunesse. Nous avons dit ailleurs l’importance de cette lutte pour l’histoire de la sociabilité villageoise30 et comment on perçoit ici combien la réforme catholique s’est attaquée au pouvoir des mâles, préparant peut-être ainsi des déchristianisations futures. Nous n’y reviendrons pas, mais nous donnerons des exemples concrets de cette opposition. Les curés peuvent, à la rigueur, fermer les yeux sur ces rixes de villages à villages qui servent à défendre l’honneur de la communauté31. Mais l’opposition est fatale dans la mesure où les garçons de paroisse entendent défendre le stock des filles à marier contre des remariages qu’ils estiment abusifs ou contre les menées matrimoniales des garçons de villages voisins. Le curé de Couzon, une fois encore, dénonce :

  • 32 A. D. Rhône, B P 3342.

« Après les mariages on dresse une table à la porte de l’église et pendant le repas on met à contribution l’époux étranger qui veut se marier avec une fille de la paroisse et on exige de luy un droit arbitraire, ce qui donne lieu souvent à des rixes »32.

  • 33 A. D. Rhône, 2 B 278.

À Lissieu, en 1758, un époux forain a versé aux garçons de paroisse une somme jugée insuffisante. Une bousculade s’ensuit et comme « M. le Curé [était] survenu pour dégager soit les uns soit les autres des plaignants des mains des accusés, l’un d’eux... dit à M. le Curé qu’il n’avait rien à faire là, qu’il leur laissa exiger leur droit qui n’était pas les siens »33. Ces conflits se manifestent mieux encore à l’occasion de charivaris. En 1766, à Belmont, un veuf remarié est contraint, avec son épouse, à passer par les flammes d’un feu de paille allumé à sa porte. Le curé,

  • 34 A. D. Loire, B 842.

« ayant appris ces jeux cruels fit des remontrances d’un homme de son état à ces garçons attroupés qui sans respect pour leur pasteur le menacèrent publiquement de rompre les portes et fenêtres de son presbytère et de lui faire un mauvais party »34.

  • 35 A. D. Loire, B 1589, le texte a été publié dans J. Prajoux, Mœurs et coutumes foréziennes. Les Bran (...)
  • 36 A.D. Rhône, B, Bailliage de Beaujolais, plaintes criminelles, 570.
  • 37 A.D. Rhône, B, Bailliage de Beaujolais, plaintes criminelles, 569.

Quelques mois plus tard, les garçons de Belmont récidivent, « en protestant que si le dit curé de Belmont voulait se récrier sur leur conduite, ils lui en feraient autant ». La « juridiction » des organisations de jeunesse s’étend aussi aux mariés dans l’année. Et, là encore, les curés s’opposent. En 1769, le curé de Régny se plaint du feu organisé le premier dimanche de Carême sur la place. Les mariés de l’année doivent traîner une charrette de fagots, les couples doivent franchir le brasier. Les accidents, le danger de l’incendie, conduisent certains à s’absenter de la ville. Lorsqu’ils rentrent, ils sont soumis à des humiliations au son du tambour. Un arrêt du Parlement de Paris, en 1778, donnera raison au curé en posant une interdiction35. Au reste, les archives judiciaires fournissent parfois l’exemple de conflits poussés à l’extrême. En 1777, à Claveisolles, la jeunesse gêne la messe en frappant sur des tonneaux vides et en jouant du fifre devant la porte de l’église. Elle vole dans le verger et dans la bassecour du curé qui porte plainte car il redoute pour sa vie !36 Un dernier type de conflit pour l’encadrement moral de la paroisse a pour occasion le choix des parrains. Le curé peut faire subir aux parrains et marraines un interrogatoire sur leurs connaissances religieuses. Ils doivent connaître les principales prières et avoir satisfait à leur devoir pascal, ne pas être des pécheurs publics. En réalité, les conflits n’intéressent que les seuls parrains, comme on pouvait le présumer ! À Saint-Cyr-de-Favières, le curé refuse un parrain et la famille a beaucoup de peine à faire baptiser l’enfant dans une paroisse voisine car le curé a écrit à ses confrères37. À Saint-Loup-de-Dareizé, en 1689, le curé,

« comme c’est du devoir d’un véritable pasteur de faire des remontrances aux parrains et marraines et leur faire cognoistre la grandeur du sacrement de baptême, les obligations en quoy il les engage envers les enfants et les préparations qu’il faut, [a tiré] en particulier ledit Carrichon auquel il aurait faict quelques réprimandes et correction... croyant qu’il la recevait comme un bon chrestien et parroissien doit faire de la part d’un pasteur ».

  • 38 A.D. Rhône, B P 2933.
  • 39 A.D. Rhône, B, Bailliage de Beaujolais, plaintes criminelles, 573, janvier 1786, Saint-Nizier d’Aze (...)

Carrichon proteste, injurie le curé et emporte l’enfant, « ce qui obligea ledict sieur plaignant qui estait revestu de son surplis d’aller jusques au fond du cimetière de ladicte église pour le prier de revenir, ce qu’il ne voullut faire ». À l’instruction, Carrichon explique qu’il avait demandé plusieurs fois au curé qu’il l’accepte comme parrain mais que celui-ci lui aurait répondu « qu’il ne le voulait pas parce que le répondant n’avait pas faict ses Pâques et qu’il estait un orgueilleux ». Ce à quoi il rétorque « qu’il n’avait tenu qu’audict sieur curé qu’il n’eut faict ses Pâques, s’estant présenté à luy deux fois pendant le Caresme et qu’il l’avait toujours renvoyé »38. Dans un cas, on voit même le curé refuser un parrain, considéré comme indigne, et en nommer lui-même un autre39.

12Les archives judiciaires n’expliquent pas tout des rapports curés-paroissiens. Parfois elles suggèrent, en laissant une zone d’ombre. Les rapports sont particulièrement tendus avec la bourgeoisie rurale : officiers de justices seigneuriales (qui, en Lyonnais au moins, appartiennent souvent à des chapitres de Lyon), marchands que l’on rencontre parmi les luminiers. Ces oppositions ne peuvent qu’être creusées par l’analyse des structures sociales des villages concernés. D’autre part, certains éléments des stratégies locales n’apparaissent guère dans ces documents : confréries, reinages, missions, prédications... Ces archives privilégient quelques cas, voire quelques prêtres. Il n’empêche : elles donnent une image des idéaux sociaux ; une image aussi des thèmes concrets d’affrontements.

Notes

1 Nous avions indiqué cette piste à Ph. Hoffman lors de la préparation de son Church and Community : the parish priests and counter reformation in the diocese of Lyon. 1500-1789, Ph.D., Yale University, 1979, VII, 422 p. Le dépouillement a été poursuivi depuis par nos soins et par G. Mamas, Clercs et laïcs dans le Beaujolais aux XVIIe et XVIIIe siècles, maîtrise, Lyon, 1982, VI, 98 p., N. El Hajje, Le clergé forézien et la culture populaire, 1650-1789, Lyon, thèse de 3e cycle, 1983, 353-LXX p., M. Masini, Curés et paroissiens dans les campagnes lyonnaises aux XVIIe et XVIIIe siècles, maîtrise, Lyon, 1983, 142-XVII p.

2 A.D. Rhône, Bailliage de Beaujolais.

3 En 1750, et d’après les déclarations pour la répartition des décimes, plus de 85 % des curés du diocèse sont congruistes.

4 A.D. Rhône, B P 2843.

5 A.D. Rhône, 2 B 55.

6 A.D. Rhône, B P 3224 et 3342.

7 Sur le rôle de prêteur des curés, utiles remarques dans J.-F. Soulet, « À propos de l’endettement rural au XVIIIe siècle : deux communautés du Piémont pyrénéen », Annales du Midi, 1973, p. 29 à 50.

8 N. Castan, Justice et répression en Languedoc à l’époque des lumières, Paris, 1980, p. 39.

9 A.D. Rhône, 2 B 70, septembre-octobre 1766.

10 A.D. Rhône, B, Bailliage de Beaujolais, plaintes criminelles, 565, septembre 1765, Saint-Sorlin.

11 A. D. Rhône, 4 G 28.

12 Idem.

13 A.D. Rhône, 2 B 401.

14 A.D. Rhône, B P 3379.

15 A.D. Rhône, B P 3382.

16 A.D. Rhône, B P 3224.

17 A.D. Rhône, B P 3371.

18 A.D. Rhône, B P 3520.

19 A.D. Rhône, B P 3224 et 3342.

20 Paris, 1774, p. 277.

21 Cf. J. Vinot-Préfontaine, « Sanctions prises dans l’ancien diocèse de Beauvais au XVIIe siècle contre les réfractaires au devoir pascal », R. H. E. F, 1959, p. 76-83.

22 A.D. Loire, B 1074.

23 A.D. Rhône, B P 3350.

24 A.D. Rhône, B, Bailliage de Beaujolais, plaintes criminelles, 522, janvier 1696, Juliénas.

25 A.D. Rhône, B P 3342.

26 A.D. Rhône, B, Bailliage de Beaujolais, plaintes criminelles, 538 (octobre 1721, Chervinges) et 753 (décembre 1785, Saint-Victor).

27 A.D. Rhône, B P 3342.

28 A.D. Loire, B 1603, 1764, Renaison.

29 A.D. Rhône, 2 B 401.

30 J.-P. Gutton, La sociabilité villageoise dans l’ancienne France. Solidarités et voisinages du XVIe au XVIIIe siècles, Paris, 1979.

31 A. D. Loire, B 390.

32 A. D. Rhône, B P 3342.

33 A. D. Rhône, 2 B 278.

34 A. D. Loire, B 842.

35 A. D. Loire, B 1589, le texte a été publié dans J. Prajoux, Mœurs et coutumes foréziennes. Les Brandons en Lyonnais, Forez, Beaujolais, Saint-Étienne, 1909 ; Y.-M. Bercé, Fêtes et révoltes, Paris, 1976 ; J.-P. Gutton, Villages du Lyonnais sous la monarchie (XVIe - XVIIe, siècles), Lyon, 1978.

36 A.D. Rhône, B, Bailliage de Beaujolais, plaintes criminelles, 570.

37 A.D. Rhône, B, Bailliage de Beaujolais, plaintes criminelles, 569.

38 A.D. Rhône, B P 2933.

39 A.D. Rhône, B, Bailliage de Beaujolais, plaintes criminelles, 573, janvier 1786, Saint-Nizier d’Azergues.

Table des illustrations

Légende Plan pour la reconstruction du presbytère de Salles (1787) Au XVIIIe siècle réparations et constructions de presbytères donnent lieu à une procédure administrative contrôlée par l’intendant. Elle laisse souvent des plans précis et évite bien des procès avec les communautés d’habitants. Mais on comprend que les ruraux rechignent encore parfois à payer les éléments de confort qui font ces maisons si différentes des maisons paysannes : pièces spécialisées, chauffage de tout le presbytère, début d’équipement sanitaire.Cliché A.D. du Rhône, Liasse 1 C 294.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/973/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 93k

© LARHRA, 2006

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search