Version classiqueVersion mobile

Pauvreté, cultures et ordre social

 | 
Jean-Pierre Gutton

Pauvreté et assistance

Missions jésuites et Bureaux de charité xviie – xviiie siècles

Note de l’éditeur

Article initialement publié dans Les missions intérieures en France et en Italie du XVIe siècle au XXe siècle, Ch. Sorrel et F. Meyer éd., Chambéry, 2001, p. 203-213.

Texte intégral

  • 1 R. Sauzet, Le Notaire et son roi. Étienne Borrelly (1633-1718). Un Nîmois sous Louis XIV, Paris, 19 (...)
  • 2 La première datait de 1679.

1Dans son récent livre consacré aux mémoires d’un notaire de Nîmes, Étienne Borrelly1, Robert Sauzet publie les lignes que son héros consacre à la seconde fondation d’un hôpital général à Nîmes en 16862 : « Cesthuici [l’hôpital général] aiant esté mieux conserté par ordre du Roi et l’on croît qu’il subsistera. On s’y prend comme il faut. Le P. Chaurand, jésuite, en a establi par ordre du Roi dans beaucoup de provinces car le Roi veut qu’on ne voye pas de pauvres dans les villes et lieux. C’est un grand œuvre ». Ce second enfermement avait lieu huit jours avant l’ouverture des États provinciaux, avait été précédé d’une prédication et d’une procession des pauvres. La date et les modalités disent assez le souci de médiatisation. Ce n’est qu’un exemple d’un grand projet concerté des années 1680 qui intéresse l’histoire des missions, mais aussi celle des rapports des jésuites et de la Compagnie du Saint-Sacrement dans la moralisation de la société.

  • 3 R. Poujol, La Naissance de l’hôpital général de Paris d’après des documents inédits (Papiers Minach (...)
  • 4 F. Dornic, Une Ascension sociale au XVIIe siècle. Louis Berryer agent de Mazarin et de Colbert, Cae (...)

2Avant de décrire et de tenter d’expliquer ce que furent ce projet et sa réalisation, il faut en reconstituer le contexte en évoquant, tour à tour, l’histoire de l’assistance, celle du volontarisme monarchique, celle des missions. Dans l’histoire de l’assistance, l’échec de l’enfermement est patent dès la fin des années 1670. Sous l’influence de considérations à la fois religieuses et mercantilistes, le pouvoir royal avait fait de l’enfermement une politique officielle. Dès 1622, Louis XIII avait prescrit l’enfermement par des lettres patentes non suivies d’effet. Du moins est-ce l’année où la Charité de Lyon enferme les pauvres et devient un modèle en ce domaine. L’hôpital général de Paris l’imite en 1656 et, à partir du règne personnel de Louis XIV, des textes applicables à tout le royaume se multiplient, pour éviter que mendiants et vagabonds puissent échapper à l’internement en changeant de ville. Un édit de juin 1662 porte « qu’on établira des hôpitaux généraux dans toutes les villes et gros bourgs du royaume pour renfermer les mendiants, et les instruire à la piété selon les anciennes ordonnances ». Un arrêt du Conseil d’État du 3 juin 1673 ordonne aux notables des villes de se réunir pour délibérer sur la possibilité de fonder un hôpital général. Et le 6 juin 1676, le roi adressait aux évêques et aux intendants une lettre pour leur recommander cette œuvre. Tous ces textes impliquaient, de la part de la monarchie, une forte volonté politique, mais une absence d’engagement financier, si l’on fait exception de l’octroi de quelques privilèges. L’enfermement ainsi décrété est effectivement à la source de créations d’hôpitaux généraux. Mais cet enfermement a des caractères bien particuliers. Par rapport aux buts visés, il est un échec. Mendicité et aumône manuelle ne disparaissent nullement et l’hôpital général du XVIIe siècle a surtout créé l’hospice de vieillards avec l’entrée, volontaire et souvent après attente, de pauvres rendus sans ressources par l’âge et l’invalidité. Plus encore, le système d’assistance ainsi mis en place a été l’objet d’une concurrence très vive entre les tenants d’un enfermement à finalité spirituelle (le salut des pauvres) et ceux d’un enfermement à finalités temporelles (l’ordre public, le plein emploi). Ce sont les premiers qui sont souvent à l’origine de la création des hôpitaux généraux. Les membres de la Compagnie du Saint-Sacrement ont ainsi joué un rôle de premier plan à Marseille, Toulouse, Rouen, Limoges et surtout Paris. L’orientation qu’ils donnent aux établissements n’est généralement pas du tout celle qu’aurait souhaitée Colbert, soucieux de renforcer les aspects répressifs de l’institution. Aussi bien, la découverte de copies de documents de l’hôpital général de Paris détruits en 18713 montre que Colbert, qui a rencontré l’hostilité de la Compagnie dans le procès engagé contre Fouquet, a placé, vers 1666, Berryer, un de ses fidèles, dans le bureau d’administration pour être son « œil »4. Berryer pèsera sur les cooptations d’administrateurs, au fur et à mesure que des places seront vacantes.

  • 5 G. Couton, « Effort publicitaire et organisation de la recherche : les gratifications aux gens de l (...)
  • 6 A Lebigre, Les Grands Jours d’Auvergne. Désordres et répression au XVIIe siècle, Paris, 1976, p. 17 (...)

3L’enfermement ayant échoué et ne correspondant pas aux vues du pouvoir, on comprend que la tentation soit grande, à la fin des années 1670, de conduire une politique plus volontariste dans le domaine de l’assistance. D’autant que le volontarisme est bien une tradition de l’époque. Dans le domaine économique, bien sûr, mais aussi dans la manière de verser des gratifications aux gens de lettres5 et, plus généralement, dans la mise sur pied d’une politique de recherche scientifique. Dans ce dernier domaine, Colbert est d’ailleurs à l’origine de l’utilisation de missionnaires jésuites en Asie pour y porter « les lumières de la vraie Foi » et « observer [...] les longitudes des principaux lieux ». Or, dans le domaine hospitalier, il y a bien une pression du pouvoir pour tenter d’unifier des structures qui échappent, par leur autonomie, à ce pouvoir. Ce n’est pas seulement l’action menée à l’hôpital général de Paris que nous rappelons ici, mais nous pensons aussi à l’action des magistrats parisiens envoyés en Auvergne pour y tenir des « Grands Jours ». Punissant au moins les abus les plus criants, ils travaillent aussi à implanter l’autorité royale au cœur de la province et prennent à ce titre des mesures réglementaires. Du 6 octobre 1665 au 30 janvier 1666, la cour s’occupe, à onze reprises, des institutions d’assistance. Dès octobre, une « réformation » est demandée aux administrateurs de l’hôtel-Dieu et de l’hôpital général de Clermont et, à sa dernière audience, le 30 janvier 1666, la cour homologue deux longs règlements qui parlent de travail, d’obéissance, de piété, d’économie et qui sont très proches du règlement de l’hôpital général de Paris6.

  • 7 L Châtellier, La Religion des pauvres. Les missions rurales en Europe et la formation du catholicis (...)

4Nous sommes, enfin, à une époque où missions et charité sont très liées7. Certes le travail, comme antidote de l’oisiveté mère de tous les vices, est largement mis en avant et doté d’une valeur sanctifiante. Mais le pain est également très présent dans la langue des prédicateurs. Symbole de vie, il est pain des âmes aussi. Distributions de pain alternant avec prédications ne sont pas sans rappeler le Sermon sur la montagne. Les capucins, au temps d’Honoré de Cannes, créent, dans les lieux où ils prêchent, des bureaux charitables composés de prêtres et de laïcs, parfois aussi un bureau d’accommodement pour la restitution des biens mal acquis. Lazaristes et compagnies de charité sont associés dans l’action. Les oratoriens ont une attitude comparable. Pour beaucoup de missionnaires, la mission est aussi moyen de mieux connaître pauvres et pauvreté. Les jésuites participent à cette découverte. La nécessité de repenser l’enfermement, le souci de contrôle du pouvoir, la rencontre de la mission et de l’action charitable expliquent ainsi l’utilisation que le pouvoir monarchique fait des missionnaires jésuites.

  • 8 V. Audren de Kerdrel, « Gabriel Calloët de Kerbrat, agronome breton du XVIIe siècle », Bulletin arc (...)
  • 9 G. Livet, Le duc Mazarin, gouverneur d’Alsace, 1661-1713, lettres et documents inédits, Strasbourg, (...)
  • 10 J.-P. Gutton, « Aux origines d’un ministère de l’Assistance et de la Santé dans la France de l’Anci (...)

5À partir des années 1680, les créations d’hôpitaux généraux, ou de bureaux de charité dans les villes moins importantes, se font plus nombreuses. Elles sont très dépendantes du souci du salut des pauvres et elles répondent à un plan. Des missionnaires jésuites sont les instruments qui agissent sous l’autorité d’un curieux personnage, Gabriel Calloët-Querbrat8. Ce breton a été avocat général à la Chambre des comptes de Bretagne à partir de 1642 et conseiller d’État, mais il est sans doute essentiellement un gentilhomme campagnard. Il est connu du duc Mazarin, gouverneur, très proche de la spiritualité de la Compagnie du Saint-Sacrement, sans faire partie de celle-ci, car le duc est aussi lié à Colbert9. C’est à l’initiative de ce dernier que Calloët écrit divers opuscules sur l’élevage des brebis, des chèvres ou des chevaux dans une optique très mercantiliste. Il publie, à Paris en 1666, et dédie à Colbert Moyen pour augmenter les revenus du royaume de plusieurs millions qui prône l’élevage de nouvelles races de bestiaux pour rendre la nourriture des ouvriers des manufactures moins coûteuse, et donc pour produire à meilleur coût. S’y ajoutent des considérations sur le fourrage artificiel et les maladies du bétail. Vers 1680, Calloët prend le titre, et le conserve au moins jusqu’en 1688, d’« avocat général des pauvres », ou encore de « procureur et protecteur général des affaires concernant les pauvres dans toute la France », et il a désormais un rôle de directeur de l’assistance. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que le pouvoir nomme un chargé de mission à l’enfermement. Henri IV l’avait fait avec Barthélemy de Laffemas, comme Louis XIII avec Théophraste Renaudot « commissaire général des pauvres du royaume »10.

  • 11 Placet au Roy. Hospitaux généraux. Mémoires de feu M. de Morangis, cet illustre, ce charitable, et (...)
  • 12 BNF, Ms fr. 21623.
  • 13 À Lyon, Chomel recommande ces remèdes dans son Recueil de plusieurs lettres familières... Lyon, 169 (...)
  • 14 BNF, Ms fr. 21623.
  • 15 BNF, Ms 21802, fol. 332-333, 345.

6L’action, dans le domaine de l’assistance, de Calloët, apparaît cependant antérieure au début des années 1680, au temps où notre personnage prend son titre officiel et où se multiplient les créations. Une brochure imprimée, de quelque 90 pages et datée de 1675, est éclairante11. On y apprend en effet que M. de Morangis, membre important du mouvement dévot, a œuvré pour que le pouvoir royal organise une direction centrale de l’assistance, comme il en existait déjà dans certains États italiens. On y apprend encore que le Père Chaurand, que nous retrouverons, agit aussi en ce sens auprès du Père La Chaise, confesseur du roi, pour qu’il en parle à Louis XIV. On y apprend surtout que ce travail d’approche pour créer une direction et redonner un nouveau souffle à la politique d’enfermement, voulue notamment par l’édit de 1662, a eu recours à « M. Pelisson et M. Loyseau ». Le second est un membre de la Compagnie du Saint-Sacrement nommé parmi les premiers directeurs de l’hôpital général. Sa présence confirme le rôle du milieu dévot dans cette affaire. Quant à Paul Pelisson (1624-1693), c’est un fidèle de Fouquet, qui payera de quelques années de détention cette fidélité. Libéré en 1666, il retrouve rapidement une place à la cour comme historiographe et son abjuration du protestantisme, en 1670, lui facilitera des fonctions officielles, notamment celle d’administrateur de la caisse des conversions ! Sans doute Pelisson avait-il acquis de Madame Fouquet mère, grande connaisseuse de médecine parallèle, ce souci de distribuer des remèdes aux pauvres. Il fut en tout cas chargé, jusqu’à sa mort, de ces distributions12. Et celles-ci se font très souvent par l’intermédiaire de dévots13. Calloët, qui doit son importance à la fois au clan Colbert, au milieu dévot et à un ancien ami de Fouquet, s’occupe donc aussi de distribution de remèdes aux pauvres, puisque cela correspond aux vues de la monarchie. Il rédige même un ouvrage intitulé Remède universel pour les pauvres et leurs bestiaux, (Paris, 1680). Calloët, à l’activité inlassable, assure encore une fonction de représentation des intérêts des pauvres auprès des pouvoirs. Il entretient une correspondance avec de La Mare lieutenant général de police de Paris14. Il adresse un placet au nonce du pape en France pour que celui-ci engage tous les autres nonces à « exhorter tous les princes et les États catholiques à secourir leurs pauvres, pour obtenir du Ciel la paix et l’abondance du Règne de Salomon qui n’est promise par le prophète qu’à ceux qui auront soin des pauvres »15. S’autorisant de l’exemple de Charles Borromée, Calloët-Querbrat recommande aux évêques d’œuvrer pour l’accommodement des procès, qui « réduisent à la mendicité et augmentent le nombre des gueux ». Ce faisant, il reprend une des œuvres favorites de la Compagnie du Saint-Sacrement.

  • 16 BNF, 4° R pièce 555. Ms fr. 21802, fol. 332 sqq. Ms fr. 21804, fol. 101 et 102.

7La grande œuvre est cependant l’établissement d’hôpitaux généraux ou d’« assemblées charitables », c’est-à-dire de bureaux de charité. Dans de courts écrits de propagande, généralement intitulés Avis de lavocat général des pauvres16, Calloët explique que la conversion des pauvres du royaume doit passer avant celle des « Indiens et des sauvages ». En France, « des millions » de pauvres « mènent une vie abominable, qui les damne et damne ceux qui pourraient y remédier et ne le font pas ». Cette hantise du salut des pauvres se retrouve dans tous les opuscules militants que Calloët ou les missionnaires diffusent. Le ton est bien celui des milieux dévots, mais à une époque où le repli sur la France est très net. Nous sommes loin du temps de la fondation de Ville-Marie ! La référence à Charles Borromée, le souci d’associer les évêques à cette œuvre, le rappel de la lettre aux évêques et aux intendants de juin 1676 (qui a sans doute été sollicitée sinon par Calloët-Querbrat, du moins par ceux qui le soutiennent) soulignent la volonté de quadriller le terrain de manière systématique.

  • 17 C. Joret, « Le P. Guévarre et les bureaux de charité au XVIIe siècle », Annales du Midi, 1889, p. 3 (...)
  • 18 Et aussi Projet de la Charité de la ville de Dole, Dole, 1698, 59 p.

8Sur le terrain, précisément, le travail est accompli par d’« illustres et consommez missionnaires, à qui notre grand et charitable monarque donne pensions ». Il y a, parmi ces missionnaires, des capucins, notamment un Père André. Mais ce sont surtout des jésuites. Le plus important est le Père Chaurand, que l’on rencontre prêchant dans de nombreuses régions. Le Père Guévarre (1646-1724) œuvre particulièrement dans le sud du royaume et assure les liens avec la papauté17. Le Père Pierre-Joseph Dunod (1657-1725) prêche essentiellement en Franche-Comté, mais il est le plus connu, car il a laissé des ouvrages sur l’archéologie gallo-romaine18. Les noms des Pères Vitte et Martin apparaissent aussi.

  • 19 Archives hospices de la ville de Bourg (A. D. Ain, A3) : lettre de Calloët aux administrateurs de l (...)
  • 20 A. D. Rhône, série D non classée.

9Les missionnaires s’appuient sur les pouvoirs locaux. Les archives des hôpitaux conservent fréquemment la mention de l’appel de tel ou tel missionnaire (surtout les Pères Chaurand ou Guévarre) par le bureau des recteurs de l’établissement. La renommée du prédicateur, la réussite, au moins provisoire, de l’enfermement dans une bourgade voisine suscitant peut-être l’émulation, en tout cas la crainte de voir les pauvres affluer vers la ville voisine dépourvue d’une « police » des pauvres, jouent sans doute chacune leur rôle. Il arrive aussi qu’appel soit fait directement à Calloët-Querbrat. Dans ce cas, ce dernier, tout en donnant des conseils, notamment pour obtenir des lettres patentes, adresse un imprimé avec « la méthode du Père Chaurand qui réussit partout quand on la suit »19. Les agents généraux du clergé diffusent, dès mai 1679, une lettre circulaire pour recommander l’œuvre aux curés. Mais les évêques constituent évidemment des relais privilégiés. En Bretagne, l’évêque de Tréguier a beaucoup soutenu, de même qu’à Nîmes, Jacques Séguier. Dans le diocèse de Lyon, l’archevêque est poussé dans cette tâche par la pression de la Compagnie du Saint-Sacrement. Démia reçoit une lettre de Calloët, datée du 3 juin 1680, le pressant de demander à Bédien Morange, autre membre de la Compagnie et proche de l’archevêque, d’obtenir de ce dernier la signature « du projet de mandement que je vous ay envoyé ce touchant et nous ferons le reste »20. Les intendants, destinataires de la lettre de Louis XIV en 1676, sont aussi des relais. Certes, l’époque n’est pas encore venue où l’assistance constitue une de leurs tâches essentielles. Mais certains y voient une manière de séduire les nouveaux convertis. Le 24 juillet 1687, Lamoignon de Bâville, intendant de Languedoc, écrit au contrôleur général :

  • 21 Correspondance des Contrôleurs généraux des finances avec les intendants des provinces, p. p. de Bo (...)

« J’ai cru qu’il serait très utile de faire établir des bureaux de charité dans les plus gros lieux des Cévennes, pour assister les pauvres. Rien n’est plus utile pour la religion, parce que les nouveaux convertis estoient secourus par le consistoire avant leur conversion, et il est très à propos qu’après s’estre convertis ils ne se trouvent pas abandonnés. Le Père Chaurand, jésuite, qui est un très bon acteur pour ces sortes d’établissements y travaille »21.

  • 22 A. Vexliard, « La lutte contre le vagabondage en Bretagne aux XVIIe et XVIIIe siècles », Cahiers de (...)
  • 23 A. Boschet, Le Parfait missionnaire ou la vie du RP Julien Maunoir, de la Compagnie de Jésus, missi (...)

Les gouverneurs sont également des appuis importants. Il est clair, à lire Calloët, que les nobles, les seigneurs jouent un grand rôle dans son action charitable, ce qui est une preuve supplémentaire de la filiation avec les œuvres du mouvement dévot. Les gouverneurs sont les premiers des nobles et ne peuvent que collaborer. En Bretagne où le Père Chaurand a réformé l’hôpital général de Rennes dès 1678, puis multiplié des bureaux de charité, le duc de Chaune a beaucoup soutenu ces entreprises22. Il est vrai que, quelques années auparavant, lors de la révolte de 1675, le duc avait pu apprécier l’attitude de Julien Maunoir. Antoine Boschet commente ainsi la présence du Père Maunoir dans l’entourage du duc : « Dieu bénit encore ces missions militaires, dit le Père lui-même dans ses Mémoires, et la crainte de Dieu servit autant que la terreur des armes à réduire les révoltés »23.

  • 24 Par exemple : Règlemens des assemblées politiques de charité des paroisses... Rennes-Paris, 1681 ; (...)
  • 25 Règlemens des assemblées politiques… Un mémoire « Idée de l’établissement des hôpitaux généraux dan (...)
  • 26 De même le règlement de ces assemblées adopte un « secret inviolable » des délibérations, l’absence (...)
  • 27 Y. Fouquet, Pauvreté et assistance au XVIIe siècle. Le cas exemplaire de Chambéry, Mémoires et docu (...)

10Le déroulement des missions peut se reconstituer facilement, particulièrement à partir des livrets de propagande largement diffusés24. Elles durent de douze à quinze jours. Les missionnaires établissent hôpitaux dans les villes et bureaux de charité dans les bourgs « à la capucine », sans rien solliciter de la monarchie et sans attendre qu’il y ait une fondation et des revenus assurés. La réussite de la mission conditionne donc directement la création de l’établissement ! Le missionnaire est accompagné d’un autre prêtre qui catéchise les enfants. Pendant ce temps, il prêche devant un public qui comporte les notables, dont on espère qu’ils donnent le bon exemple. Ces notables étant les gestionnaires des institutions d’assistance, il importe de leur montrer que leur pouvoir ne pâtira pas des réformes, mais sera, au contraire, renforcé en canalisant les charités vers les institutions. Les premiers sermons rappellent l’obligation de l’aumône et la nécessité de débarrasser la paroisse des gueux et vagabonds. Suivent des développements sur la mendicité source des désordres, du libertinage, de l’impiété. L’argent distribué en aumône manuelle sera plus utile s’il va à une assistance vraiment organisée. Alors, quand l’établissement sera créé, dons, voire fondations, afflueront. Le missionnaire lit d’autre part la législation royale sur la répression de la mendicité, notamment la lettre circulaire de juin 1676. Il se réfère aussi constamment à l’exemple de Charles Borromée, surtout pour susciter la création d’une confrérie charitable. Puis, le lendemain, les notables sont invités à se réunir chez l’évêque, ou chez une autre personnalité dans les villes non épiscopales. C’est alors que des directeurs sont choisis pour mettre sur pied l’hôpital ou le bureau de charité. À côté des directeurs nés (curé, seigneur, juge ou procureur du roi, syndic, marguillier), des directeurs élus se répartiront les tâches : secrétaire, receveur, distributeur du pain, directeur des passants, directeur des pauvres honteux, directeur des malades. On nomme aussi des quêteuses, pour solliciter dans les églises, et à la fois des quêteuses et des quêteurs pour se rendre au domicile des aisés leur indiquer le nombre des pauvres et ce qui est nécessaire pour les entretenir, et leur demander un engagement mensuel, en espèces ou en nature. Il reste à organiser les distributions et à « trier » les pauvres pour éliminer les faux mendiants. Les « gueux » qui s’obstinent à mendier sont passibles du fouet et des galères. Mais la procédure est longue. Aussi vaut-il mieux employer « quelque juge, ou quelque autre personne considérable, qui sans autre forme de procès les enfermera dans une prison, ou dans une chambre durant quelque temps, les fera jeûner au pain et à l’eau, leur donnant fort peu de pain, et puis les renvoyera »25 afin d’épouvanter leurs compagnons. Ces pratiques sont celles des « voies excitatives » de la Compagnie du Saint-Sacrement26 ; celles aussi des chartes privées si répandues dans cette société qui ignore la prison comme peine. Mais, si l’on est dans une ville, les gueux seront enfermés dans un hôpital général qui aura également comme fonction l’assistance à domicile. Alors le missionnaire prêchera à nouveau pour demander aux habitants de préparer meubles, vêtements, linge dont ils peuvent disposer. Des charrettes escortées d’enfants et d’adultes munis de clochettes iront, quelques jours plus tard, de maison en maison. Des bâtiments sont loués et bénévoles et artisans préparent dortoirs et manufactures. Un jour est fixé pour l’enfermement. Une messe solennelle est dite devant tout ce que la ville compte de notables. Le missionnaire y prêche à nouveau la générosité. Puis une procession est organisée. On y porte, en tête, le Saint-Sacrement. Les pauvres qui doivent être enfermés suivent. Une symbolique est affirmée, comme à Chambéry où les pauvres ont « chacun un Ange à leur côté, les filles ayant chacune une fille de la ville habillée en Vierge ». Ces enfants de bonne famille symbolisent l’effort des riches et le modèle à imiter27. Suivent les pauvres assistés à domicile, puis les directeurs de l’hôpital, le clergé, les confréries. Il s’agit donc bien d’une forme d’enfermement – s’il y a hôpital général –, ou de secours – s’il s’agit d’un simple bureau de charité – qui est destiné à convertir, amender. Ce n’est pas l’aspect répressif, que souhaitait Colbert, qui est seulement mis au premier plan.

  • 28 J.-B. Galley, Les origines de l’hôpital et de la Charité de Saint-Étienne, Saint-Étienne, 1923, not (...)
  • 29 « Mission faite à Lyon sous les ordres de Mgr Claude de Saint-George archevêque et comte de Lyon, p (...)

11La volonté d’organisation rationnelle va de pair avec les préoccupations économiques et l’angoisse du salut des pauvres dans toutes ces réalisations. C’est sans doute la raison pour laquelle il y a parfois nouvelle mission pour conforter l’établissement de l’hôpital général. Le cas stéphanois est éclairant. La Charité – c’est-à-dire l’hôpital général – de Saint-Étienne a été établie en 1682, grâce à l’action d’un membre de la Compagnie du Saint-Sacrement de Lyon, le curé Guy Colombet, et à l’action des missionnaires jésuites Chaurand, Colbert, Dunod. Or, le 23 avril 1687, on note la présence des Pères Chaurand et Guévarre, qui signent un registre de délibérations. Le 25 avril, un examen général de tous les pauvres enfermés a lieu en présence du Père Chaurand. Le 17 septembre 1711, le Père Guévarre est présent. Il visite la maison au sein de laquelle le grand hiver de 1709 a dû provoquer des difficultés. Il prêche, organise une quête dans les jours qui suivent. Une messe, une instruction, un catéchisme et les prières obligatoires précédent une distribution de pain28. Lyon a une tradition ancienne d’assistance aux pauvres, qui remonte à 1531, et d’enfermement réalisé en 1622. Calloët-Querbrat et les missionnaires donnent souvent les règlements de Lyon en exemple. Il est vraisemblable que les recteurs de la Charité de Lyon n’accepteraient pas ces sortes d’inspection de la part des missionnaires. Mais, en 1712, les jésuites organisent, à la demande de l’archevêque, une mission générale qui, outre le Père Guévarre, mobilise quarante-trois prédicateurs29. La mission dure deux semaines : la première est consacrée aux vérités du salut ; la seconde aux vices particuliers. Il n’y est pas question des hôpitaux, mais d’un certain nombre d’œuvres qui soulagent aussi la pauvreté et évitent d’avoir recours aux hôpitaux. Ce sont celles que tente d’imposer la Compagnie du Saint-Sacrement de Lyon, très vivante encore, et qui peuple largement les bureaux des hôpitaux : bureaux d’accommodement, prêt charitable, c’est-à-dire mont-de-piété, conseil charitable, c’est-à-dire aide judiciaire, enfermement des « femmes perdues ».

  • 30 Ainsi La Direction et le secours des pauvres des villes et des campagnes, Montpellier, 1690. Le Sec (...)
  • 31 Le Secours des pauvres par le moyen des directions ou bureaux de charité, Clermont, 1691, p. 11.
  • 32 Documents inédits concernant la Compagnie de Jésus, op. cit., p. 353 à 439.

12Le souci d’organisation se manifeste encore par la volonté de mettre sur pied un réseau véritable d’établissements, pour faire en sorte que les vagabonds ne puissent échapper à l’enfermement. Les missionnaires centrent souvent leurs efforts sur toute une région (Bretagne, Languedoc, ...), allant d’une ville à l’autre. Les livrets de propagande font allusion à un bureau de charité « général » dans chaque diocèse30. Il ne semble pas, cependant, qu’une organisation centralisée autour du diocèse ait jamais pu être mise en place. Sans doute le souci d’indépendance des directeurs des bureaux était-il trop grand. Mais hors de France, la planification fut beaucoup plus grande. La méthode fut, en effet, exportée. Dans tel livret de propagande31 on apprend que le grand duc de Toscane a dépêché un jésuite de Florence à Montpellier pour étudier ces types d’établissement. À la fin de 1693 et au début de 1694, Chaurand et Guévarre, de retour de Rome, s’arrêtent en Toscane à la demande du prince pour suggérer des réformes hospitalières. En réalité, ce fut dans les États pontificaux et en Savoie que la formule prit tout son développement. Dès 1683, le Père Chaurand fonde un véritable réseau dans le Comtat Venaissin32. En 1693, il est appelé à Rome par Innocent XII pour enfermer les pauvres de la ville. Mais c’est au Père Guévarre, qui l’a rejoint, que le pape commande la rédaction d’un ouvrage La mendicité abolie, qui connaît de multiples versions en italien et en français, multiples mais peu différentes, car c’est un exposé de la méthode des missionnaires, des objections (objections de ceux qui ne donnent pas l’aumône pour soutenir l’hôpital et objections de ceux qui pratiquent l’aumône manuelle) qu’on leur oppose et des réponses possibles à ces objections. Les missionnaires jésuites travaillent ensuite en Savoie.

  • 33 H. Costamagna, « L’assistance dans le comté de Nice au XVIIIesiècle », dans Assistance et assistés (...)

13On a déjà évoqué le rôle du Père Guévarre dans la création de l’hôpital général de Chambéry. Quelques années plus tard, de telles actions sont systématisées. En effet, par édit du 19 mars 1717, Victor-Amédée II, roi de Sicile et duc de Savoie, entend interdire la mendicité et l’aumône manuelle dans ses États. Une assistance légale sera fournie dans des hospices ou à domicile. Les hôpitaux généraux de charité des villes enferment des pauvres, en secourent d’autres. Les bureaux de charité, dans les villages, sont « une assemblée de quelques uns des principaux habitants d’une paroisse, en forme de direction, laquelle s’applique à en bannir la mendicité et l’oisiveté » et à distribuer des secours aux « véritables pauvres ». Dans son chapitre 3, l’édit de 1717 a précisé comment fonder les bureaux de charité. Le roi a nommé les pères André Guévarre et Charles-François San Giorgio, prêtres et prédicateurs de la Compagnie de Jésus, pour qu’« ils se rendent dans toutes les villes, terres et lieux des états royaux afin de donner des instructions bien entendues pour supprimer la mendicité ». Ainsi à Saorge, en 1723, le Père San Giorgio expose aux habitants convoqués dans l’église au son de la cloche, les avantages spirituels et temporels des bureaux de charité. Ceux « qui concourent à une œuvre aussi salutaire auront l’avantage d’être introduits par ces mêmes mendiants dans le séjour de la bienheureuse éternité ». Le conseil de la communauté, après avoir entendu lecture de l’édit de 1717, nomme les directeurs du bureau, directeurs d’office (curé, comte, baile, syndics) et douze directeurs d’élection. Des fonctions sont précisées : secrétaire qui tient le registre des assistés, receveur, deux distributeurs de pain, deux députés aux pauvres passants, deux directeurs chargés de quêter des ressources qui complètent les biens de la confrérie du Saint-Esprit qui fusionne avec le bureau. Le bureau se réunit tous les quinze jours et délibère sans préséances, « comme à la table de la sainte communion ». Le secret sur le contenu des séances doit être observé rigoureusement. Ces dernières prescriptions rappellent les pratiques des assemblées dévotes. Le souci de fournir du travail aux pauvres va dans le même sens. De même, les distributions de pain ont lieu le dimanche à la porte de l’église après que les bénéficiaires aient assisté au catéchisme. En cas d’impureté, ivrognerie, absence de fréquentation des sacrements, les pauvres sont avertis par le curé et, faute de s’amender, rayés des listes de distributions. Des dames de charité collaborent à l’organisation des secours. Dans ces États dont l’administration est développée, les bureaux doivent rendre compte périodiquement de leur activité à un bureau général établi dans la ville principale de chaque province qui, lui-même, est supervisé par Turin. Il y a donc une volonté de rationaliser qui est déjà celle d’un pays de despotisme éclairé. Mais la mise en œuvre du plan fut très partielle. La cérémonie qui a lieu à Turin le 7 avril 1717 rassemble les pauvres secourus à la cathédrale, donne la parole au Père Guévarre pour un sermon devant la porte de l’hôpital de la Charité, puis un repas est servi aux pauvres sur la Piazza Castello, de manière à ce que la famille royale puisse suivre le spectacle des fenêtres du château. Les pauvres, à la fin du repas, chanteront d’ailleurs à la santé du roi. On lit dans la cérémonie un souci de réforme – qui tardera –, mais aussi, à coup sûr, le souci de s’affirmer de la part d’un prince qui vient d’accéder à la couronne royale depuis si longtemps désirée33.

14L’histoire, en France, de ces missions qui servent à créer hôpitaux généraux et bureaux de charité est d’abord l’histoire de la longue existence d’un mouvement dévot qui ne disparaît pas avec la suppression de la Compagnie du Saint-Sacrement à Paris et qui est essentiel à l’histoire de l’assistance. C’est ensuite l’histoire des aléas de l’enfermement au XVIIe siècle et la réussite, personnelle du moins, de l’un de ces « donneurs d’avis » dont la monarchie n’a jamais manqué. Calloët-Querbrat est en effet parvenu à réunir les deux groupes de pression qui entendaient piloter l’enfermement : celui des mercantilistes, celui des dévots. C’est enfin, et peut-être surtout, celle de l’État inachevé, d’un État qui doit s’en remettre à la Compagnie de Jésus pour conduire une politique d’assistance qui lui tient à cœur, d’un État qui ne parvient pas à imposer une organisation générale qui réussira, en revanche, assez bien dans la monarchie voisine au siècle suivant.

Notes

1 R. Sauzet, Le Notaire et son roi. Étienne Borrelly (1633-1718). Un Nîmois sous Louis XIV, Paris, 1998, p. 207-208.

2 La première datait de 1679.

3 R. Poujol, La Naissance de l’hôpital général de Paris d’après des documents inédits (Papiers Minachon), Paris, 1982.

4 F. Dornic, Une Ascension sociale au XVIIe siècle. Louis Berryer agent de Mazarin et de Colbert, Caen, 1968.

5 G. Couton, « Effort publicitaire et organisation de la recherche : les gratifications aux gens de lettres sous Louis XIV », dans Le XVIIe, siècle et la recherche, Actes du 6e colloque de Marseille (1976), Marseille, 1977, p. 41-55.

6 A Lebigre, Les Grands Jours d’Auvergne. Désordres et répression au XVIIe siècle, Paris, 1976, p. 170 à 176.

7 L Châtellier, La Religion des pauvres. Les missions rurales en Europe et la formation du catholicisme moderne. XVIe-XIXe siècles, Paris, 1993, chapitre VII.

8 V. Audren de Kerdrel, « Gabriel Calloët de Kerbrat, agronome breton du XVIIe siècle », Bulletin archéologique de l’Association bretonne, 1884, p. 191-212. H. D. de Fourmont, Histoire de la Chambre des comptes de Bretagne, Paris, 1854.

9 G. Livet, Le duc Mazarin, gouverneur d’Alsace, 1661-1713, lettres et documents inédits, Strasbourg, 1954.

10 J.-P. Gutton, « Aux origines d’un ministère de l’Assistance et de la Santé dans la France de l’Ancien Régime », dans Histoire du droit social. Mélanges en hommage à Jean Imbert, Paris, 1989, p. 287-293.

11 Placet au Roy. Hospitaux généraux. Mémoires de feu M. de Morangis, cet illustre, ce charitable, et intelligent conseiller d’État mort l’an 1672 adressez en forme de lettre par luy écrite trois mois avant son décès, à un sieur amy, qui a esté advocat général, pour le convier à continuer ses soins, pour l’establissement de ces hôpitaux généraux dans toutes les villes du Royaume, suivant l’édit vérifié de 1662. (BNF, Ms fr. 11364, fol. 89 à 184). Voir aussi Hôpitaux généraux, Paris, 1677, 7 p. (BNF, Imprimés, Rp 12978). M. de Morangis est, selon toute vraisemblance, Antoine Barillon de Morangis, maître des requêtes au parlement, supérieur de la Compagnie du Saint-Sacrement à la fin de 1645, conseiller d’État et directeur des finances en 1648. On trouvera également dans le manuscrit 319 du fonds Morel de Thoisy (BNF) divers documents relatifs à des diocèses bretons, mais aussi à celui de Lescar, qui relatent établissements d’hôpitaux et de confréries de charité dès 1677-1678, en même temps que la distribution de remèdes.

12 BNF, Ms fr. 21623.

13 À Lyon, Chomel recommande ces remèdes dans son Recueil de plusieurs lettres familières... Lyon, 1693, et dans son Dictionnaire oeconomique, Lyon, 1709. Démia correspond avec Calloët à propos de ces remèdes (A D. Rhône, 1G 33, D 412).

14 BNF, Ms fr. 21623.

15 BNF, Ms 21802, fol. 332-333, 345.

16 BNF, 4° R pièce 555. Ms fr. 21802, fol. 332 sqq. Ms fr. 21804, fol. 101 et 102.

17 C. Joret, « Le P. Guévarre et les bureaux de charité au XVIIe siècle », Annales du Midi, 1889, p. 340-393 ; « Le P. Guévarre et la fondation de l’hôpital général d’Auch », Annales du Midi, 1890, p. 27-35.

18 Et aussi Projet de la Charité de la ville de Dole, Dole, 1698, 59 p.

19 Archives hospices de la ville de Bourg (A. D. Ain, A3) : lettre de Calloët aux administrateurs de l’hôpital le 14 décembre 1688. Dans ses opuscules généralement intitulés Avis de l’avocat général des pauvres, Calloët offre d’obtenir les lettres patentes sans frais ; de donner gratuitement les règlements de l’hôpital général de Lyon ; d’imprimer sans frais les mandements que les évêques lui adresseront et de fournir les exemplaires pour « tous leurs curez, prédicateurs missionnaires, et confesseurs » ; de fournir les oeuvres de saint Charles Borrromée ; d’adresser la recette de bouillons pour les pauvres ; les règlements du prince de Conti ou du duc Mazarin pour accommoder les procès et éviter les duels...

20 A. D. Rhône, série D non classée.

21 Correspondance des Contrôleurs généraux des finances avec les intendants des provinces, p. p. de Boislisle, Paris, t. 1, 1874, p. 101. Auparavant intendant en Poitou, Basville « a estably plusieurs bureaus de charité dans les villes et gros bourgs, par le moyen desquels on donnait quelque secours de pain ou d’argent aux pauvres malades et principalement aux nouveaux convertis » (« Estat du diocèse de Poitiers et des biens spirituels et temporels qui s’y peuvent faire »), B. M. Aix-en-Provence, Ms 672, fol. 595. Sur l’oeuvre de Chaurand en Languedoc, voir L’Intendance de Languedoc à la fin du XVIIe siècle. Edition critique du mémoire « pour l’instruction du duc de Bourgogne », p. p. F. Moreil, Paris, 1985, p. 129. Le mémoire est rédigé par Lamoignon de Basville.

22 A. Vexliard, « La lutte contre le vagabondage en Bretagne aux XVIIe et XVIIIe siècles », Cahiers de l’Iroise, juillet-septembre 1957, p. 17-19.

23 A. Boschet, Le Parfait missionnaire ou la vie du RP Julien Maunoir, de la Compagnie de Jésus, missionnaire en Bretagne, Paris, 1697, p. 365 sqq. Il est vrai que les États de Bretagne sont destinataires de l’ouvrage.

24 Par exemple : Règlemens des assemblées politiques de charité des paroisses... Rennes-Paris, 1681 ; La Direction et le secours des pauvres des villes et des campagnes, Montpellier, 1690. Ces livrets portent la marque de la Compagnie du Saint-Sacrement, mais aussi celle des mercantilistes (thèmes de la prospérité nationale, concurrence avec les nations réformées...). Ou encore les multiples éditions, dans les années 1680, d’une brochure Hospitaux généraux (B.M. Lyon, 367995 et 367996).

25 Règlemens des assemblées politiques… Un mémoire « Idée de l’établissement des hôpitaux généraux dans les diocèses esloignés » (BNF, Ms Joly de Fleury, 1273, fol. 256 à 259 vo) va jusqu’à écrire : « les pauvres valides fénéants et vagabonds ne sont point les vrais objets des hospitaux généraux ; et si l’on les y renferme, c’est par forme de punition pour leur otter l’esprit de mendicité et de fénéantise et les obliger d’aller travailler ».

26 De même le règlement de ces assemblées adopte un « secret inviolable » des délibérations, l’absence de préséance « non plus qu’à la table de la Sainte Communion », préceptes qui rappellent évidemment ceux de la Compagnie du Saint-Sacrement (exemples dans Archives hôpital de Romans, IV, A1 et IV, E l.).

27 Y. Fouquet, Pauvreté et assistance au XVIIe siècle. Le cas exemplaire de Chambéry, Mémoires et documents de la Société savoisienne d’histoire et d’archéologie, t. 89, 1986, p. 117. C’est le Père Guévarre qui était venu prêcher en 1714.

28 J.-B. Galley, Les origines de l’hôpital et de la Charité de Saint-Étienne, Saint-Étienne, 1923, notamment p. 809 sqq.

29 « Mission faite à Lyon sous les ordres de Mgr Claude de Saint-George archevêque et comte de Lyon, primat des Gaules par les P. de la Compagnie de Jésus l’an MDCCXII », dans Documents inédits concernant la Compagnie de Jésus, p. p. A. Carayon, Paris, t. 23, 1874-1886, p. 231-292.

30 Ainsi La Direction et le secours des pauvres des villes et des campagnes, Montpellier, 1690. Le Secours des pauvres par le moyen des directions ou bureaux de charité, Clermont, 1691. Voyez aussi dans BNF, Ms Joly de Fleury 1273, fol. 256 à 259 vo le mémoire, déjà cité note 25, qui insiste sur la nécessité d’établir une « police générale des pauvres » qui ne laisserait pas les campagnes démunies d’institutions d’assistance et qui prévoit un financement faisant appel aux confréries, aux seigneurs, aux quêtes, thèmes fréquents dans les écrits de la Compagnie du Saint-Sacrement.

31 Le Secours des pauvres par le moyen des directions ou bureaux de charité, Clermont, 1691, p. 11.

32 Documents inédits concernant la Compagnie de Jésus, op. cit., p. 353 à 439.

33 H. Costamagna, « L’assistance dans le comté de Nice au XVIIIe siècle », dans Assistance et assistés de 1610 à nos jours, Actes du 97e congrès national des sociétés savantes (Nantes, 1972), Histoire moderne et contemporaine, t. 1, Paris, 1977, p. 513-530. S. Cavallo, Charity and power in early modern Italy. Benefactors and their motives in Turin, 1541-1789, Cambridge, 1995 qui insiste sur le fait que le plan de 1717 ne recevra une application qu’à partir des années 1760 et avec bien des modifications.

© LARHRA, 2006

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search