Version classiqueVersion mobile

Pauvreté, cultures et ordre social

 | 
Jean-Pierre Gutton

Pauvreté et assistance

L’insertion sociale des enfants recueillis par la Charité de Lyon au xviiie siècle un bilan provisoire

Note de l’éditeur

Article initialement publié dans Lorsque l’enfant grandit : entre dépendance et autonomie, Jean-Pierre Bardet, Jean-Noël Luc, Isabelle Robin-Romero (dir.), Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2003, p. 929-939.

Texte intégral

  • 1 A. Croze et alii, Histoire de l’hôpital de la Charité de Lyon, Lyon, 1934.

1La répartition des enfants orphelins, exposés ou abandonnés entre les deux principaux hôpitaux lyonnais fut longue à se mettre en place1. Dès le début du XVIe siècle, l’Hôtel-Dieu reçoit des orphelins et des abandonnés. À partir du moment où l’Aumône générale ou Charité devient définitive (1534), elle reçoit aussi des enfants, précisant bientôt que ces derniers doivent être en état de se vêtir et dévêtir seuls. Les enfants trop jeunes, mais aussi les illégitimes, sont refusés par la Charité. Après de longues discussions et plusieurs tentatives infructueuses, un accord intervient en novembre 1627 : désormais les enfants de l’Hôtel-Dieu, légitimes ou non, sont remis à l’Aumône générale dans l’année de leurs sept ans. Ce passage s’effectue une fois par an. Un règlement de 1697 le fixe au dimanche après celui de Quasimodo (c’est à dire quinze jours après Pâques) pour les enfants alors âgés de 6 ans et 7 mois accomplis. Ce passage reste la règle jusqu’à un arrêt du Conseil d’État décidant qu’à compter du 1er octobre 1783 tous les enfants, quel que soit leur âge, seraient reçus par la Charité, l’Hôtel-Dieu étant désormais « uniquement consacré au service des malades ».

2Les enfants, ainsi recueillis à la Charité avec des pauvres et des vieillards, sont répartis en six corps et en trois catégories : garçons adoptifs de la Chanal et filles adoptives de Sainte-Catherine ; enfants exposés illégitimes, nommés Petits garçons et Petites filles, dites encore Thérèses, qui sont placés en apprentissage dès que possible, envoyés à la campagne à partir de 1695 jusqu’à l’âge de 10 ans, âge reculé à 14 ans en 1758, avec le souci de les fixer définitivement à la campagne ; Petits passants et Petites passantes, enfants légitimes abandonnés (« délaissés ») et susceptibles d’être repris, qui ne sont pas placés. Il y a toutefois, au XVIIIe siècle, une évolution qui est commune aux trois catégories : le placement à la campagne. Le 26 avril 1758, les recteurs décident d’envoyer aussi à la campagne les adoptifs de moins de 9 ans et cela jusqu’à l’âge de l’apprentissage, À partir de 1775, les passants y sont aussi placés. La Charité ne garde dès lors que peu d’enfants dans ses murs : estropiés, élèves du collège.

L’éducation à l’hôpital

  • 2 J. Roubert, « L’instruction donnée aux enfants de la Charité de Lyon jusqu’à la Révolution », Actes (...)
  • 3 Archives Charité Lyon, série E.
  • 4 P. GONNET, L’adoption lyonnaise des orphelins légitimes (1536-1793), Paris, 1935, 2 vol.
  • 5 Arch. Charité Lyon, G 7 et G 8.

3L’avenir des enfants qui grandissent est bien entendu d’abord dans l’éducation que leur donne la Charité2. Les différents corps d’enfants sont dirigés par des maîtres ou des maîtresses ; des maîtres spécialisés viennent aussi de l’extérieur. Lecture, écriture et catéchisme sont la base de cet enseignement3. Les enfants adoptifs sont ceux qui reçoivent l’éducation la plus soignée. À l’occasion de la mise en apprentissage d’un enfant, en 1536, on constate que la Charité adopte des enfants orphelins, sans qu’aucune délibération n’ait prévu cet usage4. Ce n’est qu’un règlement de 1598 qui fixe des normes : les enfants doivent avoir plus de 7 ans, être orphelins légitimes, nés de parents ayant demeuré à Lyon un certain temps. Les recteurs gèrent le patrimoine de l’enfant, restitué au mariage des filles ou à l’émancipation des garçons. Ils dotent les filles. En cas de décès, la succession revient à la Charité. Les recteurs, pères des adoptifs, prennent particulièrement soin de l’éducation. Les garçons bénéficient de 5 heures d’études par jour et d’un ecclésiastique qui veille sur leur instruction, privilège qui n’est pas toujours vraiment respecté au XVIIIe siècle, il est vrai. Une éducation musicale (chant polyphonique, plain-chant, musique instrumentale) est aussi donnée aux adoptifs et aux adoptives. Surtout, plusieurs fondations permettent à une douzaine d’adoptifs de faire des études au collège des jésuites. Les registres relatifs aux adoptifs5 montrent que les bénéficiaires des fondations ne sont pas choisis en fonction de leur origine sociale, mais sans doute bien en fonction de leurs capacités. Les fondations sont créées, la plupart du temps, pour former des prêtres. Mais une minorité seulement accède à la prêtrise. De 1733 à 1762, sur les 60 collégiens recensés, 19 deviendront prêtres et 8 entreront dans des ordres. Pour les autres, les destins sont variés : 6 décèdent, 14 s’enrôlent « sans cause », 6 ne peuvent suivre et sont mis en apprentissage, 2 sont commis de magasins, 2 apprentis chirurgiens, un chirurgien. Claude Lafisse, « est sorti de la maison en philosophie, ayant été nommé principal du collège de Villefranche en Beaujolais, d’où il est sorti pour aller à Paris ou il étudie la médecine pour prendre ses grades ». Parmi ceux qui sont devenus prêtres, plusieurs sont revenus à la Charité comme aumônier ou maître.

Le destin des enfants envoyés à la campagne

  • 6 B. Danjoux-Dichamp, Le destin des enfants recueillis par l’hôpital de la Charité à Lyon au XVIIIe s (...)
  • 7 J. Roubert, « L’adoption des enfants par des particuliers à Lyon sous l’Ancien régime », Bulletin d (...)

4L’éducation ne peut être valablement dispensée que pour les corps d’enfants qui échappent à l’envoi à la campagne ou, pour les autres, durant le laps de temps qui sépare le retour de la campagne de la mise en apprentissage. Beaucoup d’enfants cependant grandissent à la campagne chez des parents nourriciers avant de revenir à la Charité et d’être placés, un peu plus tard, chez un maître. Il est alors tentant de définir un corpus d’enfants et de rechercher quel fut leur avenir. Blandine Danjoux-Dichamp6 a choisi de se placer dans les années qui suivent 1733, date à laquelle l’enregistrement des enfants devient plus soigné. Elle a ainsi traqué le futur des adoptifs entrés à la Charité de 1733 à 1742, et celui des illégitimes et des passants de 1738 à 1742, et cela pour les deux sexes. Les enfants arrivés de l’Hôtel-Dieu ne restent jamais qu’une journée à la Charité et sont, en principe, renvoyés à ceux qui les ont nourris au temps où ils relevaient de l’Hôtel-Dieu. À cette époque, la Charité place encore les enfants exclusivement dans la généralité de Lyon. De 1738 à 1742, on recense 83 paroisses d’accueil, qui forment deux secteurs bien définis. Près de 65 % des enfants sont envoyés dans le massif du Pilat, à Pélussin et autour ; un bon tiers le sont dans les monts du Lyonnais, à Saint-Martin-en-Haut et aux alentours. La durée du séjour varie, mais plus de quatre enfants sur dix restent entre trois et quatre ans et reviennent à la Charité après leur dixième anniversaire, en dépit du règlement. Et près d’un quart restent beaucoup plus longtemps, jusqu’à onze années dans un cas. Certains ne reviennent pas. Ce sont les filles qui ont tendance à rester le plus longtemps. Une évolution est en marche : quand l’enfant grandit, il peut rendre plus de services et les nourriciers se contentent de gages réduits. Dans la seconde moitié du siècle, la physiocratie et la peur de la dépopulation des campagnes aidant, la Charité fera tout pour laisser les enfants à la campagne : on oubliera de les faire rentrer ; on promettra, en 1765, trente livres aux nourriciers dont les enfants accueillis se marient avant l’âge de dix-huit ans. On peut s’interroger sur ce qu’est la vie de ces enfants sur qui le curé de la paroisse et un recteur de la Charité qui passe une fois l’an veillent. Ils grandissent dans des villages au sein desquels ils forment un groupe nombreux. Leur particularité est affirmée par la médaille de plomb, indiquant leur numéro, qu’ils portent au cou. Sans doute les conditions de vie varient-elles d’une famille nourricière à une autre. Sur les 386 enfants de l’échantillon, 3 sont rentrés d’eux mêmes à la Charité en raison de mauvais traitements ; une fillette est retirée de chez sa nourricière « parce qu’elle demande l’aumône » ; un garçon est renvoyé à la Charité pour avoir volé. Mais il faut aussi rappeler que l’adoption d’enfants des hôpitaux par des particuliers est pratiquée dans les régions lyonnaise et stéphanoise7. Ce sont assez souvent des parents nourriciers qui demandent à adopter, ou du moins à accueillir à vie, un enfant qu’ils ont contribué à élever. Alexandre Veremont, enfant de la Charité depuis 1742, est « remis à Philibert Bonnet et Marie Moulin, sa femme, habitants de Pélussin en forest qui luy ont fait une donation de tous leurs biens fonds par devant notaire Me Durand le 14 avril 1746 ». Un seul cas est retrouvé : c’est bien peu ! D’autant que l’édition de 1742 des Statuts et règlements de lHôpital Général de la Charité et Aumône Générale de Lyon encourage cette politique.

L’apprentissage

  • 8 Délibération du 22 février 1739. Arch. Charité Lyon, C 42.
  • 9 J.-P. AGUERRE-HOHL, « Les placements collectifs des enfants de la Charité au XVIIIe siècle », Bulle (...)
  • 10 J.-P. Aguerre-Hohl, L’apprentissage des enfants de la Charité de Lyon au XVIIIe siècle, maîtrise Ly (...)

5S’ils reviennent de la campagne, les enfants passent quelques mois ou quelques années – en fonction de l’âge du retour – à la Charité. Ce laps de temps est destiné à honorer les conditions posées pour la mise en apprentissage : avoir 14 ans et avoir effectué sa première communion8. On sait peu de choses sur cette période, à la fois carcérale, monastique, scolaire et manufacturière, qui se déroule à un âge si essentiel dans la formation de la personnalité. Ce temps précède celui de la mise en apprentissage. Il y a peu à dire sur les placements collectifs9 qui sont exceptionnels, réservés aux années de grand chômage et qui ont donné des résultats catastrophiques tant les abus des employeurs furent nombreux. Les mises en apprentissage individuelles sont, en revanche, essentielles. La plupart d’entre elles ont lieu d’avril à juin chaque année, au moment où les arrivées d’enfants de l’Hôtel-Dieu et les retours de la campagne invitent à faire de la place. Les adoptifs, usant pour la plupart du privilège de fils de maître, sont affermés ; les autres sont obligés. Le régime de ces contrats d’apprentissage, de cinq ans le plus souvent, est privilégié : l’apprenti n’est pas pris en compte dans le contingent autorisé par les règlements ; le brevet d’apprentissage est gratuit ; des gages (40 à 60 livres alors) sont versés par le maître, pour un tiers à l’obligé, pour deux tiers à la Charité. La plus grande partie des enfants de l’échantillon de Blandine Danjoux-Dichamp est placée dans les métiers de la soie : près de 79 % des garçons et près de 85 % des filles. Ces pourcentages ne sont guère différents de ceux de Jean-Pierre Aguerre-Hohl10 qui, dépouillant les registres d’apprentissage de 1740 à 1768, obtient 80 % pour les garçons et 78,21 % pour les filles. Faut-il s’étonner de cette prépondérance ? Les recteurs ne sont certes pas dupes puisque, dans les Règlements de la Charité, on peut lire que « le métier qu’on leur fait apprendre ne leur donne souvent pas de quoi subsister et que, loin de soulager la Charité, ils en augmentent les dépenses par le pain qu’il faut leur donner, par les enfans qu’ils abandonnent quelquefois, et parce qu’ils viennent eux-mêmes pour l’ordinaire y finir leurs jours ». Mais la Charité avait des ateliers textiles en son sein pour commencer à apprendre le métier aux enfants. Surtout, la Charité de Lyon, bien loin d’être un hôpital général voué à l’enfermement, fonctionne comme une soupape de sûreté face aux cessations de la Fabrique. Il est vrai aussi que Aumône générale et art de la soie ont été liés dès leurs naissances.

  • 11 J.-P. Aguerre-Hohl, L’apprentissage…, op. cit.
  • 12 Arch. Charité Lyon, E 71, fol. 225.
  • 13 Arch. Charité Lyon, G 46, G 64 et G 65, G 67, G 73.

6Reste à dire quels sont les résultats de ces apprentissages. Ils sont difficiles à apprécier pour les filles qui ne peuvent devenir compagnons. La plupart sont dévideuses, mais quelques unes « travaillent sur le métier » ce qui, pour une fille, est un privilège précisément réservé aux assistées de la Charité. Sur les registres de l’établissement, on constate une grande mobilité de cette main d’œuvre qui, n’ayant pas de brevet à obtenir, peut se permettre de chercher le salaire le plus attractif. Les garçons ne changent que rarement de maître pour la raison inverse. Dans notre échantillon, 30 % des enfants illégitimes placés deviennent compagnons et presque 32 % dans le cas d’adoptifs. Résultats très proches de ceux fournis par le travail de Jean-Pierre Aguerre-Hohl11 qui aboutit au pourcentage de 29,4 % et qui souligne aussi qu’un tiers de ces compagnons a mis plus de 5 ans pour obtenir son titre. Si bien, qu’au total, on peut être déçu par les efforts de la Charité. Sans doute, un certain nombre de contrats passés par les recteurs ne sont pas inscrits sur les registres – faute d’âge réglementaire par exemple – et certains contrats sont passés par les nourriciers des enfants. On a tout de même avec les contrats passés par la Charité l’essentiel du destin des enfants. Et ces enfants ont de réels privilèges. Ils sont repris par l’établissement en cas de chômage jusqu’à leurs 25 ans ; les recteurs visitent tous les trois mois les enfants et leurs maîtres ; depuis décembre 1730, les enfants placés reviennent une fois par mois à l’hôpital pour y communier, être interrogés par les recteurs sur les conditions de leur apprentissage, déjeuner12. Il est donc nécessaire, pour mieux cerner le relatif échec, de s’interroger sur les conditions de vie des enfants. Les registres d’apprentissage et les registres de dénombrement des différents corps d’enfants13 disent l’importance des retours à la Charité pour y être admis en infirmerie. De 1740 à 1768, sur 713 garçons placés en ville, au moins 120 sont hospitalisés une ou plusieurs fois. D’autres documents relatifs aux deux sexes montrent, d’autre part, que les filles sont de deux à trois fois plus nombreuses à être malades et qu’elles meurent six fois plus ! Cette dernière constatation s’explique peut-être par la propension des filles à subir leur sort alors que les garçons usent beaucoup de la fugue pour se ménager des espaces de liberté temporaire... Ou pour disparaître définitivement de nos registres !

  • 14 J.-P. AGUERRE-HOHL, L’apprentissage…, op. cit., p. 125.
  • 15 Arch. Charité Lyon, G 7, G 44, G 49.
  • 16 Statuts et règlements de l’hôpital général de la charité et Aumône générale de Lyon, Lyon, 1742. Pe (...)
  • 17 M. Reinhard, « Nostalgie et service militaire pendant la Révolution », Annales historiques de la Ré (...)

7Près de 8 % des apprentis placés de 1740 à 1768 font l’objet de plaintes de la part de leurs maîtres14. Paresse, vols, violence, libertinage sont les reproches les plus fréquents. Il faut certes relativiser : les maîtres paient ces apprentis alors que, pour les autres, ils sont payés par les parents ! Leurs exigences en sont sans doute plus grandes. Mais il y a là un signe que conforte l’étude des « absences ». Le corpus qui a fait l’objet de la recherche de Blandine Danjoux-Dichamp en ce domaine ne fait apparaître que 4 fugues de filles Thérèses, alors que les fugues de garçons sont très nombreuses15. Elles affectent 24,6 % des adoptifs mis en apprentissage, 35,5 % des Petits garçons et 8,5 % des Petits passants. Toutes catégories confondues, près de 25 % des fugueurs font au moins une récidive. Et le nombre de récidives dépasse la vingtaine dans quelques cas. Les mois de belle saison, surtout mai, juin et août, enregistrent les plus forts taux. La durée de l’absence – quand elle est connue – est très variable, de quelques jours à plus de cinq ans. Les fugues d’enfants encore à l’hôpital sont très précoces : elles commencent à 8 ans et culminent entre 11 et 13 ans. Pour les enfants en apprentissage, le pic se situe dans la quinzième année. On notera aussi le peu de temps qui sépare arrivée à l’hôpital, ou arrivée chez le maître d’apprentissage, de la fugue : 4 fugueurs sur 10 sont partis dans la première année pour le premier cas, dans les six mois pour le second. Les fugues à deux, trois ou quatre sont fréquentes, mais le groupe se défait vite et les retours sont individuels. La Charité punit très lourdement les fugues (repas pris à genoux, fouet, cachot) et les recteurs indiquent sur les registres les raisons de la fugue. « Fainéantise » et « libertinage » sont le plus souvent avancés. Mais d’autres mentions sont plus explicites. Il en est plusieurs qui disent que l’enfant est retourné à la campagne chez son ancien nourricier, tel cet apprenti « absenté pour la deuxième fois de chez son maître qui a bien voulu lui pardonner la peine d’aller le chercher à Pelussin ». Au reste, les Règlements, à propos des sorties des Petits garçons, mettent en garde car « il arrive assez fréquemment à ceux qui sont revenus de campagne, d’y retourner sans permission, et de se sauver chez ceux qui les ont nourris ou ailleurs...»16. On relève encore des adoptifs qui ont fui pour retrouver des parents, ou bien d’autres enfants absentés « pour aller voir le païs ». Et il faut, bien sûr, y ajouter les départs après un menu vol (parfois symbolique : le chapeau du maître), une punition (le petit garçon qui « pissait au lit tous les jours, on a voulu le corriger même a mon insu »), un fantasme de gamins (dix enfants partis le 10 juin 1745 car « l’envie ordinaire à ces enfans d’aller manger des cerizes en campagne en est le seul sujet et rien d’autre »). C’est dire si ce sujet, en cours d’étude, nous renvoie aux intuitions, à propos d’une autre époque, de Marcel Reinhard17 sur l’histoire de la nostalgie.

  • 18 Arch. Charité Lyon, G 7, Simon Thivaut et Philibert Coin.

8La fugue est rarement sans conséquence. L’enfant revenu ou repris est puni, remis à son maître, parfois chez un nouveau maître, avec des gages plus faibles. Après récidives, il peut être chassé de la Charité. On ne retrouve sa trace – pour celui qui en laisse – que plus tard lorsqu’il demande à l’administration de la Charité un certificat pour se marier et s’installer dans une paroisse. Ajoutons qu’il existe une alternative à la fugue qui est l’engagement dans l’armée. De 1740 à 1768, 7,2 % des garçons placés en apprentissage s’engagent, avec un maximum au temps de la guerre de succession d’Autriche. Les engagés peuvent d’ailleurs revenir chez le maître d’apprentissage à l’expiration de l’engagement avec un billet de congé. Ces engagements ne sont pas forcément des réactions de désespoir. On sait qu’il y a des cas assez nombreux chez les adoptifs étudiants. Il y a aussi ceux des apprentis très proches de leur fin d’apprentissage. Mais, dans le corpus de Blandine Danjoux-Dichamp, 27,3 % des engagés sont des fugueurs. Les recteurs sont souvent surpris de l’engagement, ils le trouvent « sans cause ». Ou bien ils avancent « fainéantise » ou « libertinage », ou disent encore l’engagé « victime des troupes », c’est à dire enrôlé de force ou par surprise. Au reste, dans certains cas, ce sont les recteurs de la Charité qui versent la somme nécessaire à dégager les enfants18. Ils ne répugnent pas, non plus, à faire soigner des engagés, quitte à être déçus. Jacques Pierrieux, réformé, est revenu à la Charité se faire soigner. Il « s’est réengagé à peine guéri, ne laissant à ladite maison qui luy avait servi d’auberge pendant longtemps qu’une grande quantité de poux dont elle fut inondée longtemps ».

Retrouver ou fonder une famille

  • 19 Fl. Chambe, Le destin des enfants trouvés mis en nourrice à Saint-Martin-en-Haut et dans les enviro (...)
  • 20 Arch. Charité Lyon, G 44 : Jean-François Faure, Augustin Bonnet, Benoît François Caillat.

9Le temps de l’apprentissage constitue la dernière période, dans la vie des enfants de la Charité, pour laquelle on dispose de renseignements denses et sériels. Les possibilités de suivre les destins après ce temps sont plus ténus. Pourtant, deux thèmes méritent encore d’être explorés : la reprise d’enfants par les parents, l’installation à la campagne comme le souhaitent tant les recteurs. La reprise d’enfants par des parents se fait en réalité à des âges très divers. Il est peu surprenant de constater un nombre assez important de reprises à l’âge de sept ans, lorsque les enfants reviennent de chez les nourriciers à qui l’Hôtel-Dieu les a confiés et passent sous l’autorité de la Charité. C’est, d’autre part, un âge auquel un enfant est presque déjà élevé en ces siècles ! Mais des reprises ont lieu pour des adolescents qui s’approchent de leur vingtième anniversaire19. Les recteurs ont une politique précise en ces domaines. Ils s’efforcent évidemment de retrouver les parents des enfants délaissés qui sont censés ne faire que « passer » à la Charité. Ils sont prêts à accorder à ces parents le bénéfice de la distribution de pain, mais, en même temps, ils s’efforcent de « leur faire donner, s’il est possible, quelque argent pour récompenser la maison de la nourriture qu’elle leur a fournie ». Pour la reprise des enfants illégitimes la politique est autrement rigoureuse. Les recteurs jugent sévèrement les parents qui ont abandonné et ils veulent éviter l’abandon dont le but est de faire nourrir gratuitement l’enfant, la mère tentant de se faire recruter comme nourrice de son enfant. Aussi s’assurent-ils d’un répondant connu avant d’accepter un acte de décharge. Celui qui retire l’enfant s’engage à veiller à son éducation spirituelle et professionnelle, s’oblige à le représenter à la première réquisition. De plus, l’article XIX des Règlements de 1742 porte : « On exigera une somme de soixante livres par an, pour indemniser la maison des dépenses qu’elle a faite pour leur éducation ; faute de quoi les Enfans resteront et ne seront pas rendus. » Cette dernière condition, si défavorable à toute reprise, n’est sans doute pas vraiment appliquée. On ne trouve pas mention de sommes dans les actes de décharge en tout cas. Inversement, il arrive qu’on y trouve indication de versement de gages aux parents – comparables à ceux versés aux nourriciers – ce qui n’est pas prévu par les textes. Cette mansuétude de fait n’empêche pas des parents de « retirer furtivement », « enlever », retirer « sans l’avis du bureau » leur enfant20. Ces cas, rares, montrent que des parents savent très bien qui est leur enfant, en dépit de l’anonymat préservé des exposés.

  • 21 A. Bellecoste, Les enfants abandonnés placés en nourrice par les hôpitaux de Lyon et de Montbrison (...)

10Les retraits d’enfants plus réglementaires sont en nombre limité, malgré le désir de reprendre leur enfant exprimé par beaucoup de parents. Car à Lyon, comme ailleurs, des demi-médailles – l’autre moitié est conservée par les parents – accrochées aux vêtements de l’enfant témoignent de ce désir. Parmi les enfants exposés ou délaissés, entrés à la Charité de 1738 à 1742, 73 sont repris par leur famille. Cinquante-cinq d’entre eux sont des Petits passants ou Petites passantes : 26 filles sur les 87 accueillies au cours des cinq ans et 29 garçons sur 94, soit près de 30 % dans les deux cas. Inversement les Petits garçons et Thérèses repris ne représentent que 2 % à 3 % des enfants accueillis dans ces corps. Un autre coup de sonde21 portant sur les enfants placés dans les monts du Lyonnais de 1754 à 1762 par les Charités de Montbrison et de Lyon confirme. Pour le premier établissement, 7 enfants sur 30 sont repris et ce sont tous des légitimes. Trois étaient même déjà nourris par leur mère qui recevait ainsi une aide financière. Pour le second établissement, 32 enfants, soit à peu près 15 % du corpus, sont repris, dont 26 Petits passants ou Petites passantes. Partout les enfants sont repris par leur père et (ou) mère, mais aussi par des oncles ou tantes, ou par des aînés.

  • 22 Arch. Charité Lyon, H 1.
  • 23 C. TRICOT, Le destin des enfants trouvés placés en Bresse et en Bugey aux XVIIe et XVIIIe siècles, (...)

11Le XVIIIe siècle, qui a cru à la dépopulation des campagnes, s’est prononcé pour le maintien des enfants trouvés à la campagne. Le pouvoir royal a donné la possibilité aux familles abritant un garçon trouvé de le présenter, dès 16 ans, au tirage au sort pour la milice en remplacement d’un fils, d’un frère, d’un neveu vivant sous son toit. Le lieutenant général Prost de Royer, qui fut recteur de la Charité, défend l’idée que le maintien à la campagne sauve beaucoup de vies22. Plusieurs mémoires de maîtrise ont tenté de suivre le destin des enfants qui restent dans la région de placement, et cela dans des sites divers. C’est en Bugey et en Bresse23 que les enfants semblent le plus difficilement s’établir. Peut-être la rudesse de ces pays est-elle une explication ? Mais il faut surtout remarquer que ces provinces, assez lointaines de Lyon, n’ont reçu des enfants en nombre significatif qu’à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Le travail ayant porté sur les enfants placés entre 1753 et 1762, ceux-ci ne bénéficient pas encore d’un milieu d’accueil comportant de nombreux enfants placés. Ailleurs, il est toujours possible de reconstituer le devenir d’un certain nombre d’enfants. Mais d’emblée, les documents utilisables disent les limites de la recherche. Les registres de la Charité sont peu loquaces sur l’adolescence des délaissés. Ce sont donc surtout des Petits garçons et des Thérèses que l’on peut suivre. Ce sont, d’autre part, les enfants mariés que l’on connaît le mieux. On peut localiser en effet les enfants trouvés qui s’installent en un lieu par les certificats d’établissement que délivre la Charité. Mais ces certificats sont surtout réclamés par des enfants qui vont se marier. Les registres paroissiaux permettent, de toutes manières, de retrouver mariages et naissances. Le recours aux minutes notariales peut conduire à découvrir un éventuel contrat, des achats. Les célibataires échappent donc vraisemblablement très largement à nos prises, d’autant qu’ils sont plus mobiles sans doute que les mariés.

12Ces réserves faites, l’étude des couples formés au moins d’un enfant de la Charité permet de conclure à une relative intégration. Le rythme des mariages est celui de tous, c’est à dire qu’il tient compte du calendrier agricole et des interdits religieux. Janvier et février et, dans une moindre mesure, l’automne sont les périodes où les unions sont les plus nombreuses. L’âge au mariage des enfants de la Charité peut présenter quelques particularités. Le mariage est souvent précoce pour les filles (autour de 23 ans), sans doute parce qu’elles n’ont pas d’héritage à attendre. Mais, lorsqu’un contrat de mariage est retrouvé, les apports sont des apports féminins (« gains et épargnes », « nippes et hardes ») comme dans le reste du monde populaire. Un nombre parfois important de filles de la Charité se marie avec des hommes âgés ou veufs. Sans doute parce que c’est pour elles une forme d’ascension sociale et pour eux le moyen d’échapper au contrôle des garçons qui gère le « stock » de filles à marier du village. Et il y a aussi des garçons de la Charité qui épousent des veuves ou des « filles anciennes ». Mais en dépit de ces exemples qui pourraient conduire à conclure sur l’union de deux misères, les mariages entre enfants de la Charité sont loin d’être les plus nombreux. Et ce mélange entre la communauté d’habitants et les enfants recueillis est confirmé par l’analyse des témoins de mariage et des parrains et marraines au baptême, fournis par l’ensemble de la communauté. Ce sentiment d’intégration est encore conforté par les réussites individuelles (accès à l’artisanat, ou à des fonctions comme celle de marguillier) et par le fait qu’à la seconde génération le comportement démographique est parfaitement semblable à celui des autochtones. Mais, une fois de plus, cette conclusion optimiste ne s’applique qu’aux mariés ; or, dans les différents coups de sonde effectués, ceux-ci n’ont jamais représenté qu’au plus 30 % des enfants placés dans la région. Et même pour ces enfants mariés, bien des obscurités demeurent. Les inventaires après décès n’ont été retrouvés qu’en tout petit nombre. Notre attention avait été aussi attirée par les plaintes d’une dame noble de la région de Pélussin à un recteur de la Charité :

  • 24 Arch. Charité Lyon, E 134, lettre du 10 juillet 1766.

« Le pays... souffre beaucoup des enfants trouvés dont vous peuplés ma terre de Virieu ; Ces enfans commencent par garder les troupeaux, et, devenus grands, ils se marient avec d’autres batardes qu’ils appellent leurs soeurs. Cette peuplade, sans biens ou avec de très petites épargnes, se constituent des chaumières auprès des communes, où ils louent quelques petites maisons dans le lieu ; tous s’occupent à ravager le bois des communes, et le détruisent par les chèvres qu’ils y font paître ; ils en défrichent même le sol et le mettent en nature de terre à grains ; ils enlèvent le bois des communes et le vont vendre à Condrieu ou lieux circonvoisins, et si on leur fait des représentations sur une pareille conduite, ils ne menacent que du feu ; enfin, ces gens semblent avoir pour objet de s’approprier les communaux. »24.

  • 25 A. D. Rhône, 3 C 88.

13Or, pas plus que les mariages entre enfants de la Charité ne nous ont paru l’essentiel, l’activité de défricheurs ne semble importante. L’exploitation des déclarations de défrichements faites par les agriculteurs pour obtenir une réduction d’imposition, dans la région de Saint-Martin-en-Haut25 n’a pas permis de retrouver d’anciens enfants de la Charité. Sans doute, ces derniers, s’ils défrichaient, le faisaient discrètement et se souciaient peu de demander une exemption fiscale. Et les déclarations conservées ne sont relatives qu’aux années 1766-1784.

Pour conclure

14Au terme de ces quelques pages, les limites de l’étude apparaissent clairement. L’établissement des anciens enfants de la Charité en ville, et particulièrement à Lyon, n’est pas étudié ici. La multiplicité des registres paroissiaux et des études notariales rend la quête très longue en ce domaine. De même, nous renonçons, et toujours à titre provisoire, à présenter le résultat de recherches dans les registres d’abandon, dans les procès-verbaux d’arrestation de mendiants, dans les séries judiciaires pour y retrouver des anciens enfants de la Charité, abandonnant, mendiant ou volant. Limite encore : la trace des enfants établis à la campagne permet, certes, de conclure à une intégration sociale convenable pour les cas reconstitués. Mais, précisément, parce que le nombre de ces cas est limité par les sources disponibles, on ne peut répondre à une question essentielle : le souci des recteurs, celui du pouvoir royal aussi, de fixer le plus grand nombre de ces enfants à la campagne sont-ils suivis d’effet ? Il reste que le temps de l’adolescence peut être éclairé dans plusieurs domaines : études secondaires, voire supérieures, des adoptifs, apprentissage, fugues, engagements dans l’armée. Et que, dans tous ces cas, on constate la difficulté de l’insertion, mais aussi ses chances réelles. Avec une réserve importante : l’insertion, lorsqu’elle a lieu, n’enlève malheureusement pas l’ancien enfant de la Charité au menu peuple menacé par la mendicité et l’abandon quand la conjoncture s’y prête.

Sources

Bibliographie

Les archives de la Charité de Lyon sont conservées aux Archives des Hospices civils de Lyon, 25 rue Roger Radisson, 69005 Lyon. Elles sont, pour l’essentiel, répertoriées dans Steyert (A.) et Rolle (F.), Inventaires sommaire des Archives de la Charité ou Aumône générale de Lyon, Lyon, 1874-1908, 5 vol. Sont particulièrement utiles au sujet les séries E (délibérations du bureau, correspondance, comptabilité) et G (actes de réception des enfants, registres de placement en nourrice ou en apprentissage...)

Bibliographie

Aguerre-Hohl (J.- P.), Lapprentissage des enfants de la Charité de Lyon au XVIIIe siècle, maîtrise Lyon 2 (M. Garden dir.), 1978.

Aguerre-Hohl (J.-P.), « Les placements collectifs des enfants de la Charité au XVIIIe siècle », Bulletin du Centre dhistoire économique et sociale de la région lyonnaise, 1978, n° 3, p. 17 à 47.

Bellecoste (A.), Les enfants abandonnés placés en nourrice par les hôpitaux de Lyon et de Montbrison au XVIIIe siècle : leur destin, maîtrise Lyon 2 (J.-P. Gutton dir.), 1999.

Berthet (Ch.), Le devenir des enfants de la Charité de Lyon placés en Bas-Dauphiné au milieu du XVIIIe siècle, maîtrise Lyon 2 (J.-P. Gutton dir.), 1999.

Chambe (Fl.), Le destin des enfants trouvés mis en nourrice à Saint-Martin-en-Haut et dans les environs au XVIIIe siècle, maîtrise Lyon 2 (J.-P. Gutton dir.), 1995.

Croze (A.), Colly (M.), Carle (M.), Trillat (P.), Déléage (E.), Histoire de lhôpital de la Charité de Lyon, Lyon, 1934.

Danjoux-Dichamp (B.), Le destin des enfants recueillis par lhôpital de la Charité à Lyon au XVIIIe siècle, maîtrise Lyon 2 (J.-P. Gutton dir.), 1988.

Gonnet (P.), Ladoption lyonnaise des orphelins légitimes (1536-1793), Paris, 1935, 2 vol.

Gutton (J.-P.), Histoire de ladoption en France, Paris, 1993.

Reinhard (M.), « Nostalgie et service militaire pendant la Révolution », Annales historiques de la Révolution française, janvier - mars 1958, p. 1 à 15.

Roubert (J.), « L’instruction donnée aux enfants de la Charité de Lyon jusqu’à la Révolution », Actes du 97e congrès national des sociétés savantes, Nantes, 1972, Section d’histoire moderne et contemporaine, Paris, 1977, T. I, p. 277 à 297.

Roubert (J.), « L’adoption des enfants par des particuliers à Lyon sous l’Ancien Régime », Bul. Sté fr. dhist. des hôpitaux, 1978, n° 36 et 37, p. 41 à 67.

Tricot (C.), Le destin des enfants trouvés placés en Bresse et en Bugey aux XVIIe et XVIIIe siècles, maîtrise Lyon 2 (J.-P. Gutton dir.), 1997.

Notes

1 A. Croze et alii, Histoire de l’hôpital de la Charité de Lyon, Lyon, 1934.

2 J. Roubert, « L’instruction donnée aux enfants de la Charité de Lyon jusqu’à la Révolution », Actes du 97e congrès national des sociétés savantes, Nantes, 1972, Section d’histoire moderne et contemporaine, Paris, 1977, T. 1, p. 277 à 297.

3 Archives Charité Lyon, série E.

4 P. GONNET, L’adoption lyonnaise des orphelins légitimes (1536-1793), Paris, 1935, 2 vol.

5 Arch. Charité Lyon, G 7 et G 8.

6 B. Danjoux-Dichamp, Le destin des enfants recueillis par l’hôpital de la Charité à Lyon au XVIIIe siècle, maîtrise Lyon 2 (J.-P. Gutton dir.), 1988.

7 J. Roubert, « L’adoption des enfants par des particuliers à Lyon sous l’Ancien régime », Bulletin de la Société d’histoire des hôpitaux, 1978, n° 36 et 37, p. 4 à 67 ; J.-P. Gutton, Histoire de l’adoption en France, Paris, 1993.

8 Délibération du 22 février 1739. Arch. Charité Lyon, C 42.

9 J.-P. AGUERRE-HOHL, « Les placements collectifs des enfants de la Charité au XVIIIe siècle », Bulletin du Centre d’histoire économique et sociale de la région lyonnaise, 1978, n° 3, p. 17 à 47.

10 J.-P. Aguerre-Hohl, L’apprentissage des enfants de la Charité de Lyon au XVIIIe siècle, maîtrise Lyon 2 (M. Garden dir.), 1978.

11 J.-P. Aguerre-Hohl, L’apprentissage…, op. cit.

12 Arch. Charité Lyon, E 71, fol. 225.

13 Arch. Charité Lyon, G 46, G 64 et G 65, G 67, G 73.

14 J.-P. AGUERRE-HOHL, L’apprentissage…, op. cit., p. 125.

15 Arch. Charité Lyon, G 7, G 44, G 49.

16 Statuts et règlements de l’hôpital général de la charité et Aumône générale de Lyon, Lyon, 1742. Petits garçons, chap. III, art. IV, p. 189.

17 M. Reinhard, « Nostalgie et service militaire pendant la Révolution », Annales historiques de la Révolution française, janvier - mars 1958, p. 1 à 15.

18 Arch. Charité Lyon, G 7, Simon Thivaut et Philibert Coin.

19 Fl. Chambe, Le destin des enfants trouvés mis en nourrice à Saint-Martin-en-Haut et dans les environs au XVIIIe siècle, maîtrise Lyon 2 (J.-P. Gutton dir.), 1995, p. 113 et annexes p. 32.

20 Arch. Charité Lyon, G 44 : Jean-François Faure, Augustin Bonnet, Benoît François Caillat.

21 A. Bellecoste, Les enfants abandonnés placés en nourrice par les hôpitaux de Lyon et de Montbrison au XVIIIe siècle : leur destin, maîtrise Lyon 2 (J.-P. Gutton dir.), 1999, p. 95 sq.

22 Arch. Charité Lyon, H 1.

23 C. TRICOT, Le destin des enfants trouvés placés en Bresse et en Bugey aux XVIIe et XVIIIe siècles, maîtrise Lyon 2 (J.-P. Gutton dir.), 1997.

24 Arch. Charité Lyon, E 134, lettre du 10 juillet 1766.

25 A. D. Rhône, 3 C 88.

© LARHRA, 2006

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search