Version classiqueVersion mobile

Pauvreté, cultures et ordre social

 | 
Jean-Pierre Gutton

Pauvreté et assistance

Misères de la guerre, réponses de la charité

Note de l’éditeur

Article initialement publié dans 1648, la paix de Westphalie : vers l’Europe moderne, Paris, 1998, p. 95-101.

Texte intégral

1À partir de 1635, avec l’invasion de la Comté par Richelieu et le siège de Dole, la France s’engage dans la guerre « ouverte » et en subit les effets. Toutes les régions françaises ne sont pas concernées directement. C’est dans les provinces du Nord et de l’Est, celles qui sont aux confins du royaume ou encore hors du royaume, au contact avec les terres d’Empire et les Pays-Bas, que la guerre fait les ravages les plus importants.

Les soldats maraudeurs, par Jean Tassel, (1648-1650)

  • 1 J.F Solnon, Quand la Franche-Comté était espagnole, Paris, 1983, p. 262. Voyez aussi le tableau au (...)
  • 2 G. Cabourdin Histoire de la Lorraine, Les Temps modernes, I, Nancy, 1991.
  • 3 P. Cattin, La vallée du Suran, Bourg, 1982.
  • 4 P. Gresser, R. Locatelli, M. Gresset, E. Vuillemin, L’abbaye Notre-Dame d’Acey, Besançon, 1986.

2Dans ces régions spécialement exposées, les misères de la guerre, représentées de façon si dramatique par Jacques Callot, sont le fait à la fois des armées ennemies et des troupes du roi. Elles sont la conséquence des engagements militaires, mais plus encore, du passage des soldats et de ceux, hommes et femmes, qui les suivent, ou de leur stationnement pendant les quartiers d’hiver. C’est, en effet, sur la population locale que reposent le logement et l’entretien des gens de guerre, synonymes de destructions et d’atrocités. Comme la solde est payée de manière irrégulière, les soldats vivent sur l’habitant, méritant bien le surnom de « picoreurs » que leur donne un bourgeois de Dole affirmant qu’ils « savent mieux le métier de voler que de combattre1 ». Le vol, la maraude sont activités courantes. Les « bons pays » producteurs de blé sont ravagés dès 1636 en Comté ou en Bourgogne ; en juin 1640, au cours de ce qui est appelé « guerre des moissons », c’est le blé en herbe qui est détruit par les Français pour affamer les populations de Dole et de Gray. Le bétail est enlevé, les chevaux volés, les greniers vidés, les maisons pillées ou incendiées. Villages et villes sont détruits. Lunéville est assiégée et incendiée en 1638. La forteresse de La Mothe est réduite après un nouveau siège en 1645 ; Mazarin fait alors entièrement raser ses fortifications et la population restante est dispersée2. Les bâtiments religieux ne sont pas épargnés et nombre d’entre eux sont saccagés, ainsi, en pays comtois, la chartreuse de Sélignat3 ou l’abbaye d’Acey, cette dernière dévastée, entièrement abandonnée par les religieux et dont sept granges furent brûlées ou détruites4. Non contents de s’en prendre aux récoltes ou aux bâtiments, les soldats se montrent cruels vis-à-vis de la population. Et les exemples de violences physiques, de viols ne sont pas seulement récits littéraires à l’image de ceux de Grimmelshausen.

  • 5 G. Cabourdin, Terre et hommes en Lorraine du milieu du XVIe siècle à la guerre de Trente Ans. Toulo (...)
  • 6 J. P. Kintz, La société strasbourgeoise 1560-1650, Gap, 1984.
  • 7 E. Nemery, La Famenne. Histoire d’une région naturelle, Gembloux, 1975.
  • 8 G. Louis, La Franche-Comté de Bourgogne pendant la guerre de Trente Ans, thèse Besançon, 1995. J. F (...)
  • 9 M. J. Laperche-Fournel, La population du duché de Lorraine de 1580 à 1720, Nancy, 1985. B. Vogler, (...)
  • 10 O. Zeller, Les recensements lyonnais de 1597 et 1636, Lyon, 1983.

3Aussi les populations rurales, les plus exposées, fuient-elles. Elles quittent la campagne pour se réfugier dans les villes, mieux protégées grâce à leurs murailles. À Toul, en 1636, on dénombre 229 étrangers venus pour la plupart de villages situés dans un rayon d’une dizaine de kilomètres5. À Strasbourg, c’est par milliers que se comptent les réfugiés installés dès 16226. Parfois, c’est à l’abri des murailles d’un château, d’une maison forte que les populations cherchent refuge. Attitude que l’on retrouve dans la Famenne liégeoise proche qui conserve encore aujourd’hui des fermes fortifiées où, pendant la guerre de Trente Ans, bêtes et gens se réfugient après avoir levé le pont-levis7. Pour d’autres habitants chassés de leur village, c’est la forêt qui sert de refuge. D’abord refuge provisoire où l’on se rend pour attendre le départ de l’ennemi, elle devient vite lieu d’occupation permanente où l’on s’installe, en construisant cabanes, voire retranchements. On observe le même phénomène dans les régions montagneuses et les lieux isolés qui servent d’abri. En février 1639, la ville de Baume-les-Dames est abandonnée par la population, qui s’installe dans une vallée retirée. Les grottes calcaires du Jura constituent des refuges naturels excellents pour les Comtois. Les habitants de Sancey et des villages environnants vécurent cinq mois, de février à juin-juillet 1639, dans une caverne ; certains Comtois, plus proches des frontières ou de l’ennemi, y demeurèrent plusieurs années de 1637 à 1644. Là, la vie s’organise : des baptêmes sont célébrés, des opérations de pillage pour pouvoir se nourrir organisées. Il est enfin une autre possibilité offerte aux populations frappées par la guerre : l’émigration. Dès le début de la guerre, les Comtois quittent leur pays, d’abord en petit nombre, puis les effectifs augmentent autour des années 1638-1640, même si l’on ne saurait parler de « sortie générale » comme l’a fait un contemporain. Les émigrants se dirigent vers la Suisse, la Savoie, l’Italie8. Quelle que soit la solution choisie, la région touchée par les hostilités est ruinée. Et ce sont, bien sûr, les vallées, les zones proches des frontières, celles situées le long des routes et exposées au passage des troupes, qui subissent les ravages les plus graves. Inversement les régions montagneuses, d’accès difficile, sont plus épargnées ; ainsi en a-t-il été des Vosges ou de la région forestière de Cîteaux9. Les ravages occasionnés par la guerre sont tellement importants que les régions voisines ont peur d’une extension du conflit et essaient de se protéger. Après avoir reçu, au milieu du mois de novembre 1636, c’est-à-dire peu de temps après le siège de Saint-Jean-de-Losne, une demande des échevins de Mâcon réclamant une troupe de renfort et l’asile pour les femmes et enfants, les consuls de Lyon décident de mettre leur ville en état de défense. Les étrangers sont recherchés, les habitants recensés de manière à garantir l’approvisionnement de la ville si Lyon venait à être assiégée10.

  • 11 J. N. Biraben, Les hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens, Paris (...)

4Aux destructions et aux ravages de la guerre s’ajoutent peste et famine. Entre 1629 et 1639, la France est frappée de façon presque ininterrompue par la peste, le terme désignant, au vrai, toute maladie infectieuse. Dès 1629, la maladie venue des pays germaniques pénètre en France par l’intermédiaire de troupes contaminées. À partir de 1635, elle se montre particulièrement virulente dans le Nord et le Nord-Est provoquant une véritable hécatombe en Lorraine, Flandre, Artois. La propagation de l’épidémie est fonction des déplacements des gens de guerre, liée à l’arrivée de soldats malades ou blessés. De plus, la guerre empêche souvent de prendre les mesures d’isolement qui arrêteraient le mal11. En même temps, la guerre entraîne le ravage des champs cultivés, la destruction des récoltes, le départ des paysans, la baisse de la production agricole et des crises de subsistances. La disette et la famine sévissent et en Comté on signale même des cas d’anthropophagie. Sans tomber dans le misérabilisme, évident, de certains textes, il est clair que le marasme est profond.

  • 12 H. Lepage, « De la dépopulation en Lorraine au XVIIe siècle », Annuaire de la Meurthe, 1851, p 11-5 (...)
  • 13 Villages désertés et histoire économique. XVIe-XVIIe siècles, Paris, 1965, p. 207-227. M. J. Laperc (...)
  • 14 J F. Solnon, op. cit, p. 283.
  • 15 G. Cabourdin, op. cit., p. 300.
  • 16 J. Dupaquier (dir.), Histoire de la population française, t. II, « De la Renaissance à 1789 », Pari (...)
  • 17 Cité dans G. Roupnel, op. cit., p. 31.
  • 18 J. Dupaquier, La population française aux XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, 1979 et La population rurale (...)

5La conjonction de ces trois éléments, guerre, épidémies, famine, a des conséquences dramatiques sur la population. Baisse de la natalité, de la nuptialité, hausse de la mortalité caractérisent ces années de crise. De nombreux chiffres ont été avancés. Pour H. Lepage qui écrivait en 1851, quatre-vingts villages lorrains auraient disparu au cours de la guerre de Trente Ans12. Des études plus récentes13 relativisent le phénomène, les abandons définitifs ayant souvent été moins nombreux qu’on le croyait. Il n’en reste pas moins que la ponction démographique liée à la guerre est très forte. La Comté, à la veille des hostilités, avait une population évaluée à quelque 400 000 hommes. Les récents travaux de G. Louis estiment à près de 250 000 le nombre des morts. La Comté aurait perdu 60 % de sa population. Même pourcentage pour l’ensemble de la Lorraine et jusqu’à 80 à 85 % de pertes si l’on considère les campagnes alors qualifiées de « vrais déserts ». Le pourcentage de pertes pour l’Alsace, jusque-là évalué à la moitié de la population, est estimé aujourd’hui à un tiers ou un quart des habitants. L’Est du Bassin parisien perd entre 30 à 40 % d’habitants. Si l’on n’atteint pas les pourcentages du Palatinat (66 à 85 %) ou du Wurtemberg (50 à 70 %), on se rend compte cependant de l’hécatombe. Il faudra plusieurs années, voire un siècle en Comté, pour retrouver les chiffres de population du début du siècle. Et l’on pourrait multiplier les exemples. À Sainte-Bénigne, paroisse de Pontarlier, on baptisait annuellement une soixantaine d’enfants avant la guerre. Le chiffre tombe à une dizaine en 164014. À Gondreville, en Lorraine, le nombre de décès d’adultes et d’enfants de plus de dix ans est, en 1631, sept fois plus important qu’en année normale, il passe à plus de dix-neuf fois en 163615. Dans la ville neuve de Nancy, pour la paroisse de Saint-Sébastien, les unions entre veufs et veuves passent de 81 pour mille entre 1619-1630, à 219 pour mille entre 1631-1633. Au cours de ces deux périodes, la proportion des veufs parmi les mariés passe de 234 à 410 pour mille et celle des veuves parmi les épouses de 167 à 373 pour mille16. Combien significatif des malheurs de l’époque est le livre de comptes de Denis Janvier, économe de la seigneurie des Tavannes à Beaumont en Bourgogne17 ! En mai 1636, la vie s’écoule paisiblement à Beaumont et, parmi les dépenses, figure du « fromage blanc pour la nourriture des dindets de Madame ». Dès juin, apparaissent des dépenses de poudre, de munitions ; en juillet et août ce sont des frais de déménagement, en septembre des frais de funérailles, il y a 800 morts à enterrer au cimetière Sainte-Catherine ; la peste a gagné la région. Le 22 octobre, l’économe part précipitamment « voyant à la portée du mousquet les armées du comte de Challas... et autres armées ennemies ». Les années passent, Janvier et sa femme ne reviendront jamais car « leurs biens ont été brûlés et saccagés ». C’est seulement au bout de dix ans qu’un autre registre est ouvert avec la mention de dépenses nouvelles : aumônes de froment pour les gens, reconstruction des fours, des granges, des maisons. La guerre est passée là. Pour faire revivre toutes ces régions dévastées, il faut faire appel aux étrangers. Des Suisses s’installent en Alsace, il en vient aussi en Comté en même temps que des Savoyards, des Auvergnats, des Bressans. À une date un peu plus tardive, ce sont des Picards et des Vermandois qui repeuplent la Lorraine. De même en Roussillon, il y a des départs vers la Catalogne, peut-être compensés par des arrivées de France. Il est clair que la guerre de Trente Ans a eu des répercussions considérables sur la démographie. Encore faut-il souligner que des crises démographiques graves – 1636-1638 et surtout 1648-1652 – sont ressenties dans des régions bien éloignées des opérations militaires18.

  • 19 AD Côte-d’Or, minutes de A. Marie, notaire à Beaune : liasse de 1652-1653.
  • 20 J. Jacquart, La crise rurale en Île-de-France 1550-1670, Paris, 1974. J. M. Moriceau, Les fermiers (...)
  • 21 Lettre de J. Dehorgny à V. de Paul, V. de Paul, Correspondance, Entretiens, Documents publiés et an (...)
  • 22 Lettre des échevins de Metz à V. de Paul, V. de Paul, Correspondance..., t. II, p. 132.
  • 23 Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique, Paris, 1980, t. X, col. 885-888 et P. Coste, Le (...)
  • 24 D. Dinet, Vocation et fidélité, Le recrutement des Réguliers dans les diocèses d’Auxerre, Langres e (...)
  • 25 A. Lottin, Lille citadelle de la Contre-Réforme ? 1598-1668, Dunkerque, 1984, p. 154.
  • 26 P. Ponsot, « Effet de la peste et prix de la vie à Savigny en Revermont au XVIIe siècle », Bul. de (...)
  • 27 Cité dans G. Roupnel, op. cit., p. 39. Des cas de sorcellerie ont dû aussi exister dans d’autres ré (...)

6La guerre a aussi des conséquences moins directes sur les populations. Ces conséquences atteignent non seulement les régions où se déroulent les conflits, mais, comme la peste et la famine présentes, à des degrés et à des dates variés sur tout le royaume, elles frappent d’une manière beaucoup plus générale l’ensemble de la France. Rappelons d’abord les conséquences sur les esprits et les mentalités. La guerre, période de troubles, est responsable de la désorganisation des familles. Voyez le cas – qui ne fut sûrement pas isolé – de ce mercenaire suisse qui « passans par Beaune venans en France pour le service de sa Majesté au siège de La Mothe en Lorraine » abandonne en 1635 sa fille âgée de 8 ou 10 mois. La fillette, dont les parents moururent au siège de La Mothe, sera adoptée par le fondateur de l’hôpital de la Charité de Beaune et sa femme19. De la même façon, la guerre entraîne des déplacements de populations, et dans les régions voisines – telle l’Île-de-France – de celles touchées par le conflit arrivent nombre de réfugiés20. L’Église aussi est atteinte. Ne voit-on pas, en 1640, à une demi-lieue de la ville de Saint-Mihiel, un curé « réduit à tirer la charrue étant attelé avec ses paroissiens à la place des chevaux »21. Une misère identique touche les religieuses qui, telles celles de Metz, sont « destituées de tout secours humain, les unes ne jouissant pas de leurs petits revenus depuis la guerre et les autres ne recevant plus rien des personnes accommodées de cette ville qui leur faisaient l’aumône parce que les moyens leur en sont ôtés »22. Acculées à la misère, certaines sont obligées de quitter le pays. Ainsi Catherine de Bar, en religion sœur Mechtilde du Saint-Sacrement, fondatrice des religieuses adoratrices du Saint-Sacrement, doit, en 1635, fuir avec les religieuses du monastère de Bruyères dont elle est supérieure. Chassée successivement, du fait de la guerre, de Rambervillers, de Saint-Mihiel, elle se réfugie en août 1641 à l’abbaye de Montmartre avec deux religieuses de Rambervillers23. Ailleurs, les noviciats ferment, dans l’impossibilité de recevoir des postulants incapables de payer leur pension. À Champmol, près de Dijon, les professions cessent en 1638 et en 1648-1649. Même chose chez les cordeliers de Dijon en 1649-1651. Les carmes déchaussés de la province de Paris ferment leur noviciat de 1639 à novembre 1642. Entre 1636 et 1648, les sujets sont rares chez les dominicaines de Dijon et les annonciades de Langres24. À la faveur de la guerre, la lutte contre les hérétiques passe au second plan et, dans certaines localités occupées par des soldats, réformés pour certains, le culte protestant s’exerce au grand jour25. Désorganisation aussi au niveau de la vie sociale et, en particulier, difficulté, voire impossibilité, de rendre la justice. En témoigne une affaire singulière survenue à Savigny-en Revermont où, alors que la guerre et la peste frappaient la localité en 1636 ou 1637, un meurtre a été commis. Les meurtriers n’ont pas été poursuivis et c’est seulement treize ans après, au printemps 1649, que la veuve du défunt porte plainte, pour, en réalité, obtenir une transaction26. Dans ces conditions difficiles, il est aisé de comprendre que le climat d’angoisse permanent ait favorisé le développement de la sorcellerie ou, en tout cas, de sa répression. La peur du diable et du mauvais sort se développe, la nécessité de trouver des boucs émissaires aussi. Et de véritables épidémies de chasse aux sorciers, et surtout aux sorcières, apparaissent, comme en Bourgogne, aux frontières des diocèses de Langres et d’Autun en 1644-1646. Le « Journal de ce qui s’est passé de mémorable à Langres et aux environs depuis 1628 jusqu’en 1658 » du curé Macheret, dont le village de Hortes a été trois fois détruit pendant les troubles, donne une idée du climat de surexcitation des esprits. Alors que, à Langres, trois jeunes garçons ont été attaqués par les loups, l’un a été mangé sur place, les deux autres emportés, la peur saisit la population. On croit aux loups-garous. Et dans son journal, le curé Macheret écrit très sérieusement que trois loups ont terrassé un habitant de Langres, qu’ils le mirent « tout nud » et le « foittèrent par devant et par derrière avec de grosses épines ». Exagération et affabulation sont les conséquences des troubles. Les choses vont même aller plus loin puisque, en 1644, un dément surnommé le prophète d’Arcée, qui « se disoit cognoistre les sorciers », parcourt la région de Flavigny et désigne, sur un simple regard, les sorciers. « On les prenoit incontinent et on les noyoit et leur donnoit-on tant de coups de perche qu’enfin ils mourroient en l’eau. D’autres faisoient chauffer des fours et jettoient dedans tous ceulx qu’il disoit être sorciers »27.

Siège de La Mothe, Anonyme

Allégories de la paix et de la guerre, attribué à Van Balen

  • 28 G. Cabourdin, op. cit.
  • 29 G. Roupnel, op. cit.
  • 30 S. Dontenwill, Une seigneurie sous l’Ancien Régime. L’Étoile en Brionnais du XVIe au XVIIe siècle ( (...)
  • 31 J. Finot, Un document judiciaire concernant les dégâts commis par les troupes suédoises dans le bai (...)
  • 32 G. Roupnel, op. cit, p. 257.
  • 33 J. Finot, op. cit, p. 14.

7Il y a d’autres formes de réaction tout à la fois liées aux troubles de la guerre et à la conjoncture économique de la première moitié du XVIIe siècle. Face à une crise qui entrave la perception de leurs revenus, les seigneurs réagissent durement. Le phénomène est attesté dans diverses régions, Lorraine28, Bourgogne29 et Brionnais30, Comté31. Appauvris par les difficultés, les seigneurs se montrent particulièrement exigeants. Malgré les protestations des villageois, ils entendent conserver voire augmenter leurs terres et leurs droits. Se montrant plus rigoureux dans la gestion de leurs biens, ils font respecter scrupuleusement le moindre de leurs droits, n’hésitant pas, souvent, à en rétablir d’anciens. La destruction des titres des communautés à la faveur des troubles a, sans nul doute, facilité leur tâche. Ainsi l’abbé de Cîteaux, profitant de la détresse de la population, double la dîme, acquiert une partie des bois communaux et établit sur les habitants une redevance en nature32. En Comté, plusieurs années après le conflit – 1669 –, le seigneur de Contréglise réclame le paiement des revenus qu’il aurait dû toucher en 1635-1636. Son attitude déclenche immédiatement une instance judiciaire et les dépositions de vingt témoins attestant de l’impossibilité de percevoir les droits seigneuriaux pendant les troubles. « L’on auroit trouvé cela bien ridicule pour lors si quelque admodiateur ou créancier ayt prétendu de relever des cens ou rentaires dehus pour ledit an trente-six », affirme l’un d’eux33.

  • 34 F. Bayard, « Comment faire payer les riches ? », Comité pour l’histoire économique et financière. É (...)
  • 35 F. Bayard, « Le poids financier des régions françaises à l’époque de la guerre de Trente Ans (1630- (...)
  • 36 Y. M. Bercé, Histoire des Croquants, Étude des soulèvements populaires au XVIIe siècle dans le Sud- (...)
  • 37 G. Livet, L’intendance d’Alsace sous Louis XIV. 1648-1715, Strasbourg, 1956, p. 50.
  • 38 P. de Saint-Jacob, Documents relatifs à la communauté villageoise en Bourgogne du milieu du XVIIe s (...)
  • 39 G. Roupnel, op. cit., p. XXIII et suiv. et 162.

8Ces mesures de réaction seigneuriale entraînent à l’évidence un appauvrissement des ruraux. Appauvrissement d’autant plus dramatique que l’augmentation des taxes versées aux seigneurs va de pair avec le développement de la fiscalité royale. La guerre coûte cher et les dépenses de la monarchie grimpent en flèche dès le début des années 1630 et surtout 1635 ; les frais de politique étrangère représentent la moitié des dépenses royales en 163034. Pour y faire face, la royauté augmente le montant des tailles par des « crues » en principe provisoires, mais toujours reconduites et souvent augmentées. Elle réclame aux villes non taillables des « dons gracieux » et impose des livraisons en nature. Les diverses régions françaises ne sont pas touchées de manière identique. Celles directement frappées par la guerre et qui ont été pillées sont moins imposées. Les régions qui en revanche donnent le plus sont les plus éloignées des frontières (recettes de Bordeaux, Montauban, Riom) ou les plus proches du pouvoir politique (recette générale de Paris, recettes de Tours, Rouen, Caen)35. À titre d’exemple, dans le Cotentin, le montant de la taille triple en une dizaine d’années36. L’endettement devient alors, pour les communautés et les individus, cause de misère supplémentaire. Ainsi, par l’augmentation de la fiscalité, la guerre pèse sur l’ensemble de la France et ne limite pas ses effets aux seules régions occupées. Même si la croissance de la fiscalité est prétexte à insurrections – elles furent nombreuses entre 1636 et 1648 –, celles-ci ne mettent pas vraiment en péril l’ordre politique ou l’ordre social. Et l’on peut même dire qu’on assiste, à la faveur des difficultés de la première moitié du XVIIe siècle, au développement de la centralisation. Le fait que la recette générale de Paris soit le fournisseur privilégié du Trésor de l’épargne peut apparaître comme un premier exemple. D’autres indications vont dans le même sens. À la faveur de la guerre, l’administration se met en place. En Alsace, on voit très bien comment on passe de l’intendant d’armée arrivé en 1634 pour s’occuper des subsistances, de la justice, de la police, des finances des troupes à l’intendant de province. « En 1637, à son arrivée, l’intendant trouve en place un premier appareil administratif de très vaste amplitude qui se présente comme essentiellement militaire et vivrier », écrit G. Livet37. En 1662, au lendemain de la guerre, pour réaliser la volonté du roi de « prendre une entière cognoissance des debtes de toutes les villes et communautés de son royaume », l’intendant Bouchu est chargé en Bourgogne de déterminer la situation financière des communautés, de leurs dettes ou de leurs richesses38. La disparition, à partir des années 1632-1635, c’est-à-dire à partir de la guerre, d’une littérature populaire bourguignonne originale39 renforce l’idée que, à la suite des troubles, la centralisation se développe aux dépens des particularismes locaux. La notion d’un État moderne centralisé se précise. Une question se pose cependant : dans quelle mesure les transformations relatées peuvent-elles être mises sur le compte de la guerre seule, est-ce que la crise générale de la première moitié du XVIIe siècle n’en est pas, pour une part parfois, responsable ?

  • 40 M. Gresset, P. Gresser, J. M. Debard, Histoire de l’annexion de la Franche-Comté et du pays de Mont (...)
  • 41 D. Dinet, op. cit., p. 105.
  • 42 J. Mauzaize, Le rôle et l’action des Capucins de la province de Paris dans la France religieuse du (...)
  • 43 J.-P. Kintz, op. cit., p. 89.

9Les misères de la guerre suscitent un mouvement charitable de grande ampleur. Il se manifeste d’abord par la présence d’ecclésiastiques aux côtés des populations. L’archevêque Ferdinand de Rye est, dans Dole assiégée, l’âme de la défense comtoise, faisant des rondes sur les remparts de la ville, chaque jour, l’épée à la main40. Même attitude courageuse, que certains payèrent de leur vie, de la part des religieux, soit pendant les sièges, soit pendant les épidémies de peste où certains se dévouèrent sans compter41. À cet égard, les capucins, aumôniers des troupes, se montrèrent particulièrement actifs et zélés42. Face à l’augmentation du nombre des miséreux, les initiatives individuelles se multiplient. Devant la porte neuve de Strasbourg, le long du Rhin, se pressent péagers, charpentiers ou valets mais aussi, en temps de guerre, mendiants et soldats. Les registres paroissiaux les évoquent, vivant dans des hangars ou des cabanes appartenant à la ville. À la faveur des hostilités, leur nombre augmente et un maître d’école est chargé d’instruire leurs enfants43.

  • 44 A. Lottin, op. cit., p. 205-206, 296.

10Les initiatives charitables sont souvent le fait des milieux dévots. Au-delà de l’aspect purement caritatif, elles peuvent être expliquées dans un contexte particulier. En 1630, la journée des Dupes marque l’échec du parti dévot. Écartés de la vie politique, les dévots se tournent vers l’action charitable et l’assistance. Dans les provinces frontières particulièrement dévastées, la Compagnie du Saint-Sacrement organise et envoie des secours. À Lille, où les ravages de la guerre provoquent un afflux d’orphelins, une école créée en 1630 par Martine Degrave et les filles dévotes est transformée en orphelinat. Là, les fillettes apprennent à lire, à écrire, à travailler manuellement pour éviter l’oisiveté et, bien sûr, sont instruites dans la doctrine chrétienne44.

Portrait, en tenue de ville, de saint Vincent de Paul,
attribué à Simon Françoys de Tours

  • 45 V. de Paul, Correspondance…, t. I, p. 551. P. Coste, op. cit.
  • 46 V. de Paul, Correspondance…, t. I, p. 542.
  • 47 Id., t. I, p. 552, 589.
  • 48 Id., t. I, p. 24.
  • 49 Id, t. II, p. 33, t. I, p. 591, P. Coste, op. cit., A. Dodin, Saint Vincent de Paul et la charité, (...)
  • 50 V. de Paul, Correspondance…, t. I, p. 42 et P. Coste, op. cit., p. 614.
  • 51 Vincent de Paul. Actes du colloque international. Études vincentiennes, Paris, 25-26 septembre 1981 (...)

11C’est dans ce contexte que se situe l’action de Vincent de Paul. Les grandes fondations de Monsieur Vincent : confréries de charité, Filles de la Charité, œuvre des Missions, œuvre des Enfants trouvés ne sont pas directement liées à la guerre. Cependant, très vite, Vincent de Paul, ému par les misères occasionnées par le conflit, entreprend, en 1639, « avec l’aide de Notre Seigneur l’assistance des pauvres gens qui sont en Lorraine »45. Cette assistance prend des formes diverses : accueil à Paris de réfugiés lorrains46, envoi de prêtres de la Mission dans une Lorraine divisée en sept régions : Toul, Verdun, Nancy, puis Bar-le-Duc, Metz, Saint-Mihiel et Pont-à-Mousson « pour assister corporellement et spirituellement le pauvre peuple des champs retiré dans ces villages ». L’aide matérielle consiste en distributions de nourriture, de vêtements. Pour l’aide spirituelle, elle se réalise « en leur enseignant à tous les choses nécessaires à leur salut et en leur faisant faire une confession générale de toute leur vie passée d’abord et continuer de deux ou de trois en trois mois »47. Pour trouver l’argent nécessaire à cette œuvre, Vincent de Paul mobilise toutes les bonnes volontés, allant jusqu’au roi et à la reine et utilisant en particulier les Dames de la Charité. Un prêtre de la Mission, frère Mathieu Regnard, est chargé d’acheminer l’argent, de Paris vers les villes et les villages des régions dévastées. Là les missionnaires organisent les distributions : malades, pauvres honteux, pauvres passants, soldats sont l’objet de leur sollicitude. Et leur zèle est immense attesté par de nombreux témoignages : « Vos Messieurs sont souples et très dociles en tout, hormis dans les avis qu’on leur donne de prendre un peu de repos. Ils croient que leurs corps ne sont pas de chair, ou que leur vie ne doit durer qu’un an » écrit un jésuite à Vincent de Paul en février 164048. Quant au frère Mathieu « qui va et vient pour porter l’argent en Lorraine », il « fait des merveilles » et accomplit, entre 1639 et 1649, au milieu de périls incroyables, cinquante-trois voyages49. À diverses reprises, des lettres sont envoyées à Vincent de Paul pour dire la gratitude des villes, des populations envers l’œuvre accomplie. La noblesse lorraine n’est pas oubliée par Vincent de Paul qui, aidé de Gaston de Renty, organise à Paris une œuvre d’assistance pour les nobles lorrains ruinés et émigrés à Paris50. Si, pendant près de dix ans, la Lorraine et les Lorrains sont l’objet de toute la sollicitude de Vincent de Paul et de ses missionnaires, leur charité ne se limite pas là. Elle s’exerce aussi en Artois et, au moment de la Fronde, en Picardie, Champagne, Île-de-France, où l’appauvrissement est grand. Dans tous les cas, pour Vincent de Paul, la charité conserve un aspect traditionnel. Elle a un caractère spontané, déclenchée par la vision des malheurs. La première création de Vincent de Paul n’a-t-elle pas été la confrérie de Châtillon-les-Dombes ? C’est ce même souci des pauvres qui le pousse à faire des Filles de la Charité les « servantes des pauvres », soucieuses de préférer à leurs pratiques de dévotion le service des pauvres. Cette attitude se retrouve dans l’aide apportée aux populations éprouvées par la guerre où les actions de terrain apparaissent l’essentiel et où Vincent de Paul, fils de paysans, sait montrer aussi prudence et esprit avisé. Il est sans doute très réservé sur l’enfermement des pauvres et il refuse que les prêtres de la Mission assurent le service spirituel de l’Hôpital général « pour ne pas assez connaître si le bon Dieu le veut ». Mais il pensait aussi que les Lazaristes étaient destinés à des missions itinérantes dans les campagnes plutôt qu’à Paris51.

  • 52 R. Taveneaux, « Port-Royal, les pauvres et la pauvreté », Bibliothèque de la Revue d’histoire ecclé (...)
  • 53 A. Feillet, La misère au temps de la Fronde et de saint Vincent de Paul, Paris, 1868.
  • 54 À titre d’exemple, cf. Ch. Agnel, L’aspect de la pauvreté et de l’assistance à Colmar de la fin du (...)

12Dans la même optique, se situe l’action caritative menée par les jansénistes52. Dans l’Île-de-France, qui a accueilli de nombreux réfugiés et qui est fortement touchée par la Fronde, les misères sont nombreuses et les jansénistes actifs. Dès le printemps 1648, le monastère de Port-Royal des Champs s’organise pour soulager les pauvres, distribuant nourriture, vêtements, remèdes, luttant contre le banditisme, mettant les pauvres au travail. La mère Angélique ordonne cette action charitable, se dépense pour cela, allant jusqu’à inventer des recettes de potage économique à l’intention des pauvres. Son action est doublée par celle d’amis, de disciples, tel Ch. Maignart de Bernières, qui, pour relater les misères et susciter l’aumône, crée des feuilles périodiques, les Relations, qui eurent un énorme succès53. De la même façon, dans diverses villes, l’activité des Aumônes ou Bureaux des Pauvres augmente parallèlement à la misère54. Enfin, l’idée d’enfermement des pauvres, bien antérieure à la guerre de Trente Ans, s’affirme à la faveur des difficultés. Mais l’afflux des pauvres dans les villes, les pressions des mercantilistes comme celles des dévots en sont les causes principales. C’est le temps (1656) de la création de l’Hôpital général de Paris et, bientôt (l662), d’un édit étendant l’enfermement à « toutes les villes et gros bourgs du royaume ». Ainsi la guerre avec son cortège de misères permet le développement de l’action charitable dans ses formes les plus traditionnelles, mais aussi en donnant plus de place aux laïcs, plus de pouvoir à l’État, qui voudrait mettre à part ces malheureux.

La Reine Christine à cheval,
par Pierre Mariette fils

Portrait de Descartes,
attribué à David Beck

13Resterait à se demander – ce qui dépasse notre propos mais en constitue forcément la suite – dans quelle mesure les événements des années 1618-1648 ont stimulé une volonté, déjà présente au XVIe siècle, d’instaurer des règles pour repousser la guerre au point de faire apparaître un droit des gens. Sans doute, le grand nom est ici celui de Grotius qui, avec son De Jure belli ac pacis de 1623, demande que « les puissances chrétiennes fissent entr’elles quelque espèce de corps, dans les assemblées duquel les démêlez de chacune se terminassent par le jugement des autres non intéressées ». Mais l’idée est présente, la même année, dans Le nouveau Cynée ou Discours des occasions et moyens détablir une paix générale et la liberté du commerce par tout le monde d’Émeric Crucé. Et, en 1649, la cour de Suède fête une paix autour d’une jeune reine et de la noblesse suédoise enrichie par le pillage. À la demande de Christine, Descartes, qui était à la Montagne Blanche, a écrit un ballet Naissance de la Paix. Des soldats blessés y dansent la septième entrée :

« Qui voit comme nous sommes faits
Et pense que la guerre est belle
Ou qu’elle vaut mieux que la Paix
Est estropié de cervelle. »

Notes

1 J.F Solnon, Quand la Franche-Comté était espagnole, Paris, 1983, p. 262. Voyez aussi le tableau au musée de Langres de Tassel, Les Soldats maraudeurs. En Roussillon, la guerre favorise un banditisme endémique. G. Cholvy (dir), Le Languedoc et le Roussillon, Roanne, 1982.

2 G. Cabourdin Histoire de la Lorraine, Les Temps modernes, I, Nancy, 1991.

3 P. Cattin, La vallée du Suran, Bourg, 1982.

4 P. Gresser, R. Locatelli, M. Gresset, E. Vuillemin, L’abbaye Notre-Dame d’Acey, Besançon, 1986.

5 G. Cabourdin, Terre et hommes en Lorraine du milieu du XVIe siècle à la guerre de Trente Ans. Toulois et Comté de Vaudémont, Lille III, 1975, p 103.

6 J. P. Kintz, La société strasbourgeoise 1560-1650, Gap, 1984.

7 E. Nemery, La Famenne. Histoire d’une région naturelle, Gembloux, 1975.

8 G. Louis, La Franche-Comté de Bourgogne pendant la guerre de Trente Ans, thèse Besançon, 1995. J. F. Solnon, op. cit.

9 M. J. Laperche-Fournel, La population du duché de Lorraine de 1580 à 1720, Nancy, 1985. B. Vogler, M. Hau, Histoire économique de l’Alsace, Strasbourg, 1997. G. Roupnel, La ville et la campagne au XVIIe siècle. Étude sur les populations du pays dijonnais, Paris, 1955.

10 O. Zeller, Les recensements lyonnais de 1597 et 1636, Lyon, 1983.

11 J. N. Biraben, Les hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens, Paris, 1975.

12 H. Lepage, « De la dépopulation en Lorraine au XVIIe siècle », Annuaire de la Meurthe, 1851, p 11-58.

13 Villages désertés et histoire économique. XVIe-XVIIe siècles, Paris, 1965, p. 207-227. M. J. Laperche-Fournel, op. cit. J. M. Boehler, Une société rurale en milieu rhénan : la paysannerie de la plaine d’Alsace 1648-1789, Strasbourg, 3 vol, 1995. D. Peter, La population de l’Outre-Forêt de 1648 à 1746, Strasbourg, 1994. Cf. aussi G. Parker, La guerre de Trente Ans, Paris, 1987.

14 J F. Solnon, op. cit, p. 283.

15 G. Cabourdin, op. cit., p. 300.

16 J. Dupaquier (dir.), Histoire de la population française, t. II, « De la Renaissance à 1789 », Paris, 2e édition 1988, p. 190.

17 Cité dans G. Roupnel, op. cit., p. 31.

18 J. Dupaquier, La population française aux XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, 1979 et La population rurale du Bassin parisien à l’époque de Louis XIV, Lille III, 1982.

19 AD Côte-d’Or, minutes de A. Marie, notaire à Beaune : liasse de 1652-1653.

20 J. Jacquart, La crise rurale en Île-de-France 1550-1670, Paris, 1974. J. M. Moriceau, Les fermiers de l’Île de France. XVe-XVIIIe siècles, Paris, 1994.

21 Lettre de J. Dehorgny à V. de Paul, V. de Paul, Correspondance, Entretiens, Documents publiés et annotés par P. Coste, Paris, 1920-1924, 14 vol. Cf. t. II, p. 59. Exemples similaires en Alsace où des communautés, faute de moyens, renoncent à entretenir un prêtre. Cf. L. Châtellier, Tradition chrétienne et renouveau catholique dans l’ancien diocèse de Strasbourg, Strasbourg, 1981, p. 43.

22 Lettre des échevins de Metz à V. de Paul, V. de Paul, Correspondance..., t. II, p. 132.

23 Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique, Paris, 1980, t. X, col. 885-888 et P. Coste, Le grand saint du grand siècle. Monsieur Vincent, Paris, 1931, 3 vol. Cf t. II, p. 609.

24 D. Dinet, Vocation et fidélité, Le recrutement des Réguliers dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon (XVIIe-XVIIIe siècles), Paris, 1988.

25 A. Lottin, Lille citadelle de la Contre-Réforme ? 1598-1668, Dunkerque, 1984, p. 154.

26 P. Ponsot, « Effet de la peste et prix de la vie à Savigny en Revermont au XVIIe siècle », Bul. de la Société des amis de l’instruction et de l’agriculture de Sagy et de Saint-Martin-du-Mont, n° 16, 1984, p. 56-60.

27 Cité dans G. Roupnel, op. cit., p. 39. Des cas de sorcellerie ont dû aussi exister dans d’autres régions, telle la Comté, cf. P. Cattin, op. cit, p. 166.

28 G. Cabourdin, op. cit.

29 G. Roupnel, op. cit.

30 S. Dontenwill, Une seigneurie sous l’Ancien Régime. L’Étoile en Brionnais du XVIe au XVIIe siècle (1575-1778), Roanne, 1973.

31 J. Finot, Un document judiciaire concernant les dégâts commis par les troupes suédoises dans le bailliage d’Amont en Franche-Comté pendant la guerre de Trente Ans, Vesoul, 1877.

32 G. Roupnel, op. cit, p. 257.

33 J. Finot, op. cit, p. 14.

34 F. Bayard, « Comment faire payer les riches ? », Comité pour l’histoire économique et financière. Études et Documents, Paris, 1989, p. 29-51.

35 F. Bayard, « Le poids financier des régions françaises à l’époque de la guerre de Trente Ans (1630-1648) », Comité pour l’histoire économique et financière. Études et Documents, t. IV, 1992, p. 23-59.

36 Y. M. Bercé, Histoire des Croquants, Étude des soulèvements populaires au XVIIe siècle dans le Sud-Ouest de la France, Genève, 1974, Même chose en Champagne entre 1621 et 1660. Cf. M. Stévenin, « Une fatalité : les dévastations des gens de guerre dans l’Est de la France (1620-1660). L’exemple de la Champagne », Les malheurs de la guerre, t. 1, De la guerre à l’ancienne à la guerre réglée, Paris, Éditions du CTHS, 1996, p. 161-179.

37 G. Livet, L’intendance d’Alsace sous Louis XIV. 1648-1715, Strasbourg, 1956, p. 50.

38 P. de Saint-Jacob, Documents relatifs à la communauté villageoise en Bourgogne du milieu du XVIIe siècle à la Révolution, Dijon, 1962.

39 G. Roupnel, op. cit., p. XXIII et suiv. et 162.

40 M. Gresset, P. Gresser, J. M. Debard, Histoire de l’annexion de la Franche-Comté et du pays de Montbéliard, Le Coteau, 1988, p. 132.

41 D. Dinet, op. cit., p. 105.

42 J. Mauzaize, Le rôle et l’action des Capucins de la province de Paris dans la France religieuse du XVIIe siècle, Lille III, 3 vol. Cf. t. II, p. 1099-1109.

43 J.-P. Kintz, op. cit., p. 89.

44 A. Lottin, op. cit., p. 205-206, 296.

45 V. de Paul, Correspondance…, t. I, p. 551. P. Coste, op. cit.

46 V. de Paul, Correspondance…, t. I, p. 542.

47 Id., t. I, p. 552, 589.

48 Id., t. I, p. 24.

49 Id, t. II, p. 33, t. I, p. 591, P. Coste, op. cit., A. Dodin, Saint Vincent de Paul et la charité, Paris, 1959.

50 V. de Paul, Correspondance…, t. I, p. 42 et P. Coste, op. cit., p. 614.

51 Vincent de Paul. Actes du colloque international. Études vincentiennes, Paris, 25-26 septembre 1981. Rome, 1983.

52 R. Taveneaux, « Port-Royal, les pauvres et la pauvreté », Bibliothèque de la Revue d’histoire ecclésiastique, Louvain, 1977, (Actes du colloque sur le jansénisme, Rome, 2 et 3 novembre 1973), p. 65-68.

53 A. Feillet, La misère au temps de la Fronde et de saint Vincent de Paul, Paris, 1868.

54 À titre d’exemple, cf. Ch. Agnel, L’aspect de la pauvreté et de l’assistance à Colmar de la fin du Moyen Âge à 1650, thèse, Strasbourg, 1991.

Table des illustrations

Légende Les soldats maraudeurs, par Jean Tassel, (1648-1650)
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/958/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Siège de La Mothe, Anonyme
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/958/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende Allégories de la paix et de la guerre, attribué à Van Balen
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/958/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Portrait, en tenue de ville, de saint Vincent de Paul,attribué à Simon Françoys de Tours
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/958/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende La Reine Christine à cheval,par Pierre Mariette fils
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/958/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende Portrait de Descartes,attribué à David Beck
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/958/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 21k

© LARHRA, 2006

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search