Version classiqueVersion mobile

Pauvreté, cultures et ordre social

 | 
Jean-Pierre Gutton

Pauvreté et assistance

Mendicité beaujolaise et prophétisme cévenol : les craintes d’un intendant

Note de l’éditeur

Article initialement publié dans Mélanges André Corvisier. Le soldat, la stratégie, la mort, Paris, 1989, p. 342-348.

Texte intégral

  • 1 Charles Trudaine est alors intendant de la généralité de Lyon depuis août 1704. Michel Chamillart e (...)
  • 2 J.-P. Gutton, La société et les pauvres. L’exemple de la généralité de Lyon. 1534-1789, Paris, 1971 (...)
  • 3 A.D. Rhône, B, maréchaussée, 1776, dossier P. Chamot.
  • 4 J. Depauw, « Pauvres, pauvres mendiants, mendiants valides ou vagabonds ? Les hésitations de la lég (...)

1Les documents qui suivent sont extraits de la correspondance entre l’intendant Trudaine et le contrôleur général Chamillart1 dans l’été 1705. Ils sont relatifs à la lutte contre une troupe de mendiants qui inquiète les habitants du Haut-Beaujolais. Rien de plus banal en apparence. Les archives de la maréchaussée contiennent en abondance des procès verbaux d’arrestation et des procédures contre des vagabonds qui mendient en troupe et « avec insolence », c’est à dire en usant de menaces2. Sont d’ailleurs réunies dans cette région deux conditions qui favorisent ce type de délinquance : la brigade de maréchaussée la plus proche, celle de Beaujeu, est à quelque vingt kilomètres ; la région est montueuse et boisée. Au cours du XVIIIe siècle d’autres bandes de vagabonds sont d’ailleurs signalées dans ces mêmes parages3. Et ces documents sont d’autant moins étonnants que l’époque est celle d’un durcissement de la législation. Les mendiants valides cessent d’être considérés comme « pauvres mendiants », rattachés au monde des pauvres qui conservent une dimension spirituelle. Ils deviennent « mendiants et vagabonds » et, à ce titre, situés aux franges de la criminalité4.

  • 5 Lettre du 29 novembre 1702, p. 585-586 de G. Lanson, Choix de Lettres du XVIIe siècle, Paris, 1901.

2Ces documents, pourtant, sont susceptibles d’une autre lecture. Sans que le mot soit jamais prononcé, il semble bien que l’attitude bizarre du mendiant arrêté fasse redouter à l’intendant un lien avec le prophétisme cévenol. De 1695 à 1702 le mouvement prophétique s’est étendu en Cévennes, mais aussi en Vivarais et en Dauphiné. Des personnes tombent en extase et prophétisent. Le prophétisme est volontiers le fait de jeunes. La génération qui n’a pas ou peu connu les pasteurs, et sur laquelle comptaient les autorités catholiques, reprend courage. Fléchier, évêque de Nîmes, évoque ces petits prophètes : « Ces enfants joignaient à leur discours des convulsions et des tremblements qu’on regardait comme des opérations de l’esprit de Dieu »5. L’éveil religieux des prophètes s’est fait au cours des veillées où on lit la Bible en attendant l’hypothétique rétablissement du culte. L’« inspiration » des prophètes aboutit à un double message : appel à la repentance et à la rupture définitive avec l’Eglise romaine, mais aussi appel à la guerre sainte.

  • 6 A. Nales, G 7 360, procès-verbal du juge de Propières (Rhône, ar. Villefranche, c. Monsols), 2 juil (...)
  • 7 Archives de la Guerre, archives historiques anciennes n° 1902. Voyez aussi, toujours aux archives d (...)
  • 8 H. Bosc, La guerre des Cévennes (1705-1710) d’après les archives du dépôt de la guerre à Vincennes, (...)

3On comprendra, en lisant les documents ci-dessous, comment l’intendant pouvait s’inquiéter : le curieux mendiant arrêté était jeune, avait des aspects de pénitent, une attitude hors du commun et multipliait les signes de croix. Ne fallait-il pas craindre « des correspondances avec les ennemis du Royaume ainsi qu’il a été cy devant fait par les fanatiques »6 ? En cette année 1705 Trudaine est consulté sur les mouvements de Camisards7. Quelle est alors la situation ?8 La guerre des Cévennes, commencée en juillet 1702, est largement apaisée depuis qu’en octobre 1704 les principaux chefs camisards se sont rendus. Mais en avril 1705 un complot, dit « des Enfants de Dieu », a tenté de relancer la révolte. Le rôle de Marion, qui reçoit des « avertissements » de l’Esprit saint, la promesse de secours extérieurs, qui ne viendront d’ailleurs pas, sont les deux principaux soutiens du complot. Celui-ci échoue et, dès la fin de juin 1705, la situation des derniers Camisards est catastrophique. Des chefs ont été pris et condamnés, d’autres font leur soumission. Une inquiétude demeure cependant. Au mois de mai 1705 le pouvoir a acquis la preuve de ce que le duc de Savoie entretient des espions pour garder des relations avec les Camisards et les encourager à reprendre la révolte. On pense que le prophétisme, l’annonce de nouveaux secours peuvent amener un nouveau soulèvement. D’autant que des mouvements de Camisards en Chablais, Faucigny et pays de Gex inquiètent aussi. C’est avec ce contexte à l’esprit qu’il faut lire les documents suivants.

4Document n° 1 : Lettre de Trudaine à Chamillart du 7 juillet 1705. (A. Nales, G7 360. Analyse dans Correspondance des contrôleurs généraux des finances avec les intendants des provinces, Paris, 1883, T.II, p. 263, n° 847).

A Lion ce 7 juillet 1705

[d’une autre main] qu’il faut trouver moyen
de faire parler l’homme
qui est arresté, que l’on
saura par là ce que c’est
que cet attroupement et on
pourra prendre des mesures
pour le dissiper.

Monsieur,

  • 9 Charles-François de Châteauneuf, comte de Rochebonne, commandant pour le roi en Lyonnais, Forez et (...)

Il a paru dans les montagnes de Beaujolais une troupe de 25 à 30 personnes qui marchent touts nuds et sans armes, l’on en a arresté un dans un village, le juge en a dressé procès verbal et la fait conduire à Villefranche ou le lieutenant général a voulu l’interroger, mais il n’a pas voulu répondre, l’on voit par l’interrogatoire que c’est un muet volontaire, parce qu’il luy a échappé un mot ou deux, et il parait aussi qu’il n’est point sourd, qu’il entend bien ce qu’on lui demande. Je prend la liberté de vous envoyer copie du procès-verbal et de l’interrogatoire, je ne crois pas que cet attroupement puisse avoir de grandes suites et que ces gens soient fort à craindre. Nous avons néanmoins conféré Monsieur le Marquis de Rochebonne9 et moy de ce qu’il y avait à faire pour le dissiper, et nous avons trouvé à propos d’envoier le prevost des maréchaux de Beaujollais à leur suitte pour les dissiper et tascher d’en prendre quelqu’autre dont nous puissions tirer plus de lumière que de celuy qui est arresté qui ne veut pas répondre. J’ay donné ordre qu’on l’interrogeast de nouveau avec menaces de le maltraitter s’il continuait de ne pas vouloir répondre, et si l’on en prend encore quelqu’autre et qu’il affecte le même silence, j’iray à Villefranche pour voir si je n’en pourai point tirer plus que le lieutenant général. Je ne manquerai pas de vous donner avis de tout ce qui se faira et arrivera de ces vagabonds et je me transporterai ou il sera neccessaire pour estre plus promptement averti de leur marche et y mettre ordre si cela ne se dissipe pas aussy promptement que je l’espère. Je n’ay pas jugé à propos d’aller sur les lieux sur le premier avis que je receu hyer de cette affaire craignant que mon voyage ne fist penser qu’elle estait de plus de conséquence que je ne le croit et je compte vous en mander au premier jour sa fin. Je suis avec tout le respect possible

Monsieur
votre très humble et très obéissant serviteur
Trudaine.

5À cette lettre sont joints deux documents. Le premier est le procès-verbal du procureur de la justice de Propières (2 juillet 1705). On y lit surtout le résumé de la déposition d’un cabaretier qui a dénoncé cette bande de 25 à 30 mendiants comprenant femmes et enfants et vivant dans les bois de la Farge et dont quelques uns « courrent dans les paroisses feignant de demander l’aumône et faire pénitence » ... « Comme les habitants dudit Propières ont vu que lesdits particuliers passaient alternativement l’un après l’autre cela a obligé les habitants à prendre soin à leur démarche ». Ils ont ainsi constaté qu’ils faisaient des « hurlements terribles sans pouvoir entendre leur langage ». Et, ce 2 juillet, ils ont arrêtés l’un de ces mendiants « tout nu ». Ce procès-verbal précise enfin que le substitut du procureur fiscal a requis contre eux, « attendu l’attroupement desdits particuliers comme étant gens sans aveu et qui peuvent porter un préjudice considérable à la province et même à l’Etat par des intrigues cachées et par des correspondances avec les ennemis du Royaume ainsi qu’il a été cy devant fait par les fanatiques ». Quant au mendiant arrêté il sera envoyé dans les prisons royales de Villefranche, comme « homme sans aveu », pour y être interrogé à la diligence du procureur du roi. De fait, le second document joint est un procès-verbal d’interrogatoire par Noël Mignot, lieutenant général civil et criminel au bailliage de Beaujolais, et maire perpétuel de Villefranche. C’est le sergent de la justice de Matour qui a conduit le mendiant à Villefranche, sans doute parce que la justice de Propières ne disposait pas des services d’un sergent. Noël Mignot interroge le mendiant dès son arrivée le 4 juillet à 9 heures du soir. Il n’en tire que des « monosyllabes sans liaison d’aucun mot » et, considérant que le malheureux est toujours tout nu, qu’il porte des meurtrissures et qu’il a fait un long voyage, il remet la suite de l’interrogatoire au lendemain. Le 5 juillet à 8 heures, Mignot lui demande de lever la main et de jurer de dire la vérité. Le mendiant lève la main, mais répond par un mot incompréhensible. Il fait des signes de croix quand on lui dit d’en faire, mange de grand appétit le pain qu’on lui présente, mais surtout pousse des cris de plainte. L’homme, qui paraît 18 à 20 ans, compte une ou deux fois sur ses doigts, lorsqu’on lui demande le nombre de ses camarades. Le 8 juillet, Mignot interrogeait à nouveau le prisonnier et le 11 juillet Trudaine transmettait l’interrogatoire à Chamillart.

6Document n° 2 : Interrogatoire du 8 juillet 1705. (Arch. de la Guerre, Archives historiques anciennes, n° 1902, pièce 42).

Ce jourd’huy 8e juillet 1705 : Nous Noël Mignot etc sçavoir faisons que nous étant transportez dans les prisons Royaux de cette ville et en la chambre de la geole nous y avons fait amener par Tillet et Nuffin archers de la mareschaussée le jeune garçon vagabond qui y a été amené en conséquence du verbal du Sr Dumont Burserat pour procéder en son interrogatoire derechef et l’ayant interrogé sur son nom age qualité et demeure apres luy avoir demandé son serment il ne nous a répondu que par des monosillabes mas et oûet, nous l’avons pris avec touttes les douceurs possibles pour l’obliger de nous répondre et n’ayant rien pû gagner sur luy nous y avons employé les menaces avons fait apporter des brandeaux de paille allumez et luy avons fait approcher de sa peau sans pouvoir l’obliger a prononcer d’autres parolles. Cepandant luy ayant dit de se mettre a genoüil, de s’asseoir, de marcher, il a satisfait sur le champ a ce que nous luy demandions luy ayant même demandé combien d’années il avoit il nous a compté sur ses doigts le nombre de 20, nous luy avons demandé qui l’avait blessé à l’œil, il nous a montré aussytôt son œil blessé, nous luy avons demandé combien il avoit de camarades dans les bois ou il a été arrêté, il a compté deux fois ses doigts enfin il nous a donné touttes les marques qu’il entendoit et comprenoit ce que nous luy disions sans vouloir prononcer d’autres mots que celuy de Mas qu’il a répété souvent et quelquefois ouy et non qu’il a appliquez avec justesse aux interrogats que nous luy avons faits et comme nous pourrions craindre qu’il n’eut pas les organes de la voye assez bien disposez de parler librement et prononcer tous les mots nous avons ordonné qu’il en sera fait visite et rapport par le S. Martigny docteur médecin de cette ville et par le S. Aubry Chirurgien du Roy pour être joint à la présente procédure et Iceluy vû et examiné être ordonné ce que de raison aprèz quoy nous l’avons renvoyé en la salle des prisonniers et ordonné que le pain luy sera fourny a la forme de l’ordonnance et de la nous étant transporté dans la salle des prisonniers et nous etant enquis de six ou sept d’eux s’ils n’avaient point oüy parler et prononcer quelques parolles par led. vagabond ils nous ont tous dit qu’ils luy avoient oüy prononcer led. mot de oüy de non, et ceux de pain et de vin quand il avoit faim ou soif et avons signé avec nôtre greffier. Signé Mignot et Delafont greffier.

7Document n° 3 : Lettre de Trudaine à Chamillart du 11 juillet 1705. (Arch. de la Guerre, archives historiques anciennes, n° 1902, pièce 41).

A Lion ce 11 juillet 1705
Monsieur
M. Trudaine

Jusques a present je n’ai encore pû avoir des nouvelles que par des ouys dire de ces pretendus vagabonds que l’on dit estre dans les montagnes de Beaujollais dont j’ay eu l’honneur de vous escrire le 7e de ce mois, l’on est après a les suivre, s’il est vray qu’il y en ait, j’espère en estre bien tost mieux informé. Ils ne paroissent pas a craindre sur ce que l’on en rapporte estant absolument touts nuds sans chemises, et sans armes aucunnes et par conséquent de peu de deffenses, bien des gens parlent icy de ces vagabonds, beaucoup croyent que c’est une fable, quoyque je panche fort de ce dernier costé je n’ay pas laissé de donner touts les ordres necessaires pour en découvrir la vérité et a moins que je n’aprenne quelques choses de positif je ne vous en fatigueray pas d’avantages.

Celuy qui a esté pris a esté de nouveau interrogé et n’a pas mieux repondu que la première fois. Celuy qui la interrogé n’a encore pû demesler si c’est malice ou impuissance naturelle qui luy fait garder silence comme vous le verrez par ce second procez verbal qu’il en a fait que je prends la liberté de vous envoyer. Ce n’est pas un argument certain qu’il y en ait d’autres par ce que l’on a arrêté ce vagabond et qu’il marque par ses doigts qu’ils sont au nombre de vingt comme vous le verrez dans le procez verbal, mais quand il y en auroit autant qu’en marque ce malheureux, je crois qu’il n’y auroit rien a 89 craindre estant nuds et sans armes, s’il est vray qu’il y en ait ce nombre dans les montagnes, j’espère qu’ils seront bien tost pris ou dissipés par les ordres que j’ay donné pour cela. Je suis avec un profond respect

Monsieur
Votre très humble et très obéissant serviteur
Trudaine.

  • 10 Archives de la Guerre, archives historiques anciennes, n° 1902, pièces 52.

8Cette affaire avait donc fait grand bruit. Je n’en connais pas le dénouement. Les archives de la justice de Propières ne conservent des plumitifs qu’à partir de 1739 (A. D. Rhône, 4 B 204), celles du bailliage de Beaujolais et de la maréchaussée sont muettes (A. D. Rhône, B et 7 B), celles des procédures réservées à l’intendant aussi (A.D. Rhône, 1 C). Le conflit qui semble exister entre bailliage de Beaujolais et maréchaussée à cette époque en est-il responsable ? Il est probable que l’on fut rapidement persuadé qu’il ne s’agissait que d’une bande de mendiants et non de « fanatiques ». Une lettre du 16 août 1705 adressée par le Contrôle général à Trudaine10 nous apprend que le Roi a été informé de l’affaire et qu’il a donné ordre d’arrêter ces mendiants, de les remettre au prévôt de la maréchaussée pour que leur procès leur soit fait comme vagabonds. À cette date on a même identifié le nom du mendiant arrêté. L’affaire semble avoir perdu de son acuité. L’émoi qu’elle avait soulevé était cependant caractéristique des soucis de l’époque.

Notes

1 Charles Trudaine est alors intendant de la généralité de Lyon depuis août 1704. Michel Chamillart est contrôleur général du 5 septembre 1699 au 20 février 1708 et secrétaire d’Etat à la guerre de 1701 à 1709.

2 J.-P. Gutton, La société et les pauvres. L’exemple de la généralité de Lyon. 1534-1789, Paris, 1971, p. 202 sq.

3 A.D. Rhône, B, maréchaussée, 1776, dossier P. Chamot.

4 J. Depauw, « Pauvres, pauvres mendiants, mendiants valides ou vagabonds ? Les hésitations de la législation royale », R.H.M.C., 1974, p. 401-418.

5 Lettre du 29 novembre 1702, p. 585-586 de G. Lanson, Choix de Lettres du XVIIe siècle, Paris, 1901.

6 A. Nales, G 7 360, procès-verbal du juge de Propières (Rhône, ar. Villefranche, c. Monsols), 2 juillet 1705.

7 Archives de la Guerre, archives historiques anciennes n° 1902. Voyez aussi, toujours aux archives du S.H.A.T., le registre A1 1702, particulièrement les pièces 63, 65 66, les mesures prises à l’initiative de Chamillart pour contrôler les déplacemennts dans la région lyonnaise

8 H. Bosc, La guerre des Cévennes (1705-1710) d’après les archives du dépôt de la guerre à Vincennes, les correspondances et les mémoires du temps, Lille, 1974, 2 vol.

9 Charles-François de Châteauneuf, comte de Rochebonne, commandant pour le roi en Lyonnais, Forez et Beaujolais. Mort à Lyon en mars 1728, père du futur archevêque de Lyon (1731-1740).

10 Archives de la Guerre, archives historiques anciennes, n° 1902, pièces 52.

© LARHRA, 2006

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search