Version classiqueVersion mobile

Pauvreté, cultures et ordre social

 | 
Jean-Pierre Gutton

Pauvreté et assistance

Les pauvres face à leur pauvreté : le cas français 1500-1800

Note de l’éditeur

Article initialement publié dans Thomas Riis (ed.), Aspects of Poverty in Early modern Europe, T. II, 1986, Odense, p. 89- 104.

Texte intégral

1Le thème de réflexion proposé : les réactions des pauvres face à la pauvreté du XVIe siècle à 1789, est fort embarrassant. Il soulève en effet une question fondamentale pour la compréhension de la dynamique de la société française d’ancien régime. Mais la réponse à cette question ne peut que s’appuyer sur des documents indirects qui trahissent des attitudes plus qu’ils ne révèlent des pensées. Raison suffisante pour expliquer que l’analyse de l’attitude de la société face aux pauvres, fondée sur les archives des œuvres d’assistance, ait donné lieu à beaucoup plus de travaux que n’en a donné l’étude des réactions des pauvres à la pauvreté.

  • 1 Archives Municipales Lyon, BB 47, fol. 237 v.

2Nous ne percevons, en effet, que rarement la voix des pauvres. Il est assez exceptionnel de trouver un document signé « Le Povre » comme l’est une affiche apposée par les émeutiers de la Grande Rebeine lyonnaise de 15291. Et même dans ces cas, la critique du document est délicate. C’est seulement dans les archives policières et judiciaires que l’on entend les pauvres s’exprimer. Ce sont là des documents qui les saisissent dans des situations exceptionnelles. Et, s’ils s’expriment, c’est par le truchement du greffier qui a pu transposer plus que transcrire, qui a parfois traduit du dialecte en français, qui ne dispose pas forcément du même outillage mental que celui dont il rapporte les propos. Ces réserves faites, il est possible de glaner des mentions précieuses dans les procès-verbaux de maréchaussée. Les arrestations de mendiants « insolents », c’est-à-dire qui ont proféré des menaces, sont particulièrement intéressantes. On y rencontre le pauvre traitant de mauvais riche le paysan qui lui a donné une aumône jugée trop médiocre. Ou bien, telle mendiante qui injurie une « demoiselle » en lui disant : « Vous êtes dans la belle parure, dans la mousseline et moi je suis dans la misère et dans les guenilles ». Plus fréquent est le cas de mendiants arrêtés pour s’être querellés avec le curé du village. Le motif apparent est toujours le même : le curé aura refusé l’aumône ou donné une aumône jugée trop mince. Mais la vraie raison, dans ces affaires comme dans d’autres, apparaît vite. Elle est dans le sentiment d’être exclu, d’être à part. Et, dans le cas évoqué, dans le sentiment d’être exclu de la communauté villageoise précisément symbolisée par son curé. Les archives judiciaires, et plus encore policières, devraient procurer d’importantes possibilités pour l’analyse de ce sentiment d’exclusion pour peu que l’attention se porte particulièrement sur le vocabulaire des injures et sur les réponses des inculpés de vagabondage ou de mendicité. Les liens qui se tissent entre histoire et linguistique devraient être particulièrement fructueux ici.

  • 2 M. J. Bosquet, L’endettement de la communauté de Bourg-Saint-Andéol et le syndicat du menu peuple ( (...)

3D’autres documents, plus isolés, et qui ne sont sans doute pas susceptibles de recevoir un traitement sériel, permettent du moins d’entendre la voix des pauvres dans des circonstances qui sont moins exceptionnelles que celles de l’arrestation ou du jugement. Les archives des communautés d’habitants conservent parfois la trace des conflits qui ont pu opposer riches et pauvres, au sujet de la fiscalité particulièrement. C’est dans les communautés d’habitants de la France méridionale que ces affrontements apparaissent le mieux, car c’est ici seulement que la liberté de développer une fiscalité locale existait vraiment. En Languedoc, des syndicats du menu peuple manifestent la solidarité des pauvres contre les riches. Celui de Bourg-Saint-Andéol en Vivarais a été bien étudié2. De 1642 à 1656 il conduit une action exemplaire. En 1642, la communauté a 90 000 livres de dettes. Les consuls, qui sont aussi les plus gros propriétaires fonciers et qui figurent parmi les créanciers, décident d’établir un « capage », impôt par tête, pour rembourser la dette. Cette décision provoque les protestations des pauvres qui, le 12 novembre 1642, s’assemblent, au nombre de 185, devant un notaire pour constituer un syndicat que douze conseillers et un syndic dirigent. Ce syndicat apparaît bien comme le rassemblement des pauvres. Le compoix de 1656 prouve en effet que près des trois quarts des syndiqués ont un allivrement inférieur à une livre. On peut y identifier 75 travailleurs de terre, 4 ménagers, 15 mariniers et pêcheurs, 70 petits artisans, 2 prêtres, les veuves d’un travailleur de terre et d’un savetier. Le syndicat demande une révision des impositions, qui tiendrait compte de la fortune de chacun, et la nomination d’un troisième et d’un quatrième consuls choisis dans le menu peuple. Le consulat refuse ces demandes et déclare sans ambages qu’à l’assemblée il est « bien permis au peuple d’y assister et non d’y opiner, car autrement, le pouvoir serait toujours au petit peuple et aux gens de néant qui sont en grand nombre ». Le projet de vendre les communaux porte à plus de 400 le nombre des adhérents au syndicat. Ce dernier soumettra le conflit à la Cour des Comptes, Aides et Finances de Montpellier qui lui donnera gain de cause. L’affaire traînera cependant jusque vers 1656.

  • 3 N.Z Davis, Sagesse proverbiale et erreurs populaires, dans Les cultures du peuple. Rituels, savoirs (...)

4On ne peut utiliser, enfin, qu’avec une extrême prudence les documents littéraires. La littérature de colportage est une littérature d’évasion qui, en dehors de l’histoire du Bonhomme Misère, n’aborde guère le thème de la pauvreté. La littérature de la gueuserie nous renseigne sur les fantasmes des élites et non pas sur les sentiments des gueux. Les contes sont d’interprétation difficile. Pourtant, on ne peut manquer de relever comment le thème du petit, du pauvre, de l’handicapé qui prend sa revanche y revient avec insistance. Ce sont peut-être les proverbes qui sont le plus près de nous donner à entendre la voix des pauvres. Charles de Bouelles, au XVIe siècle, raconte qu’il a recueilli ses Proverbes et dicts sentencieux (1557) directement de la bouche du peuple. Il assortit ces proverbes des commentaires qu’il a entendus. Et certains de ces proverbes sont bien des réactions des pauvres à leur pauvreté : « De tout grain on faict pain », « qui pert le sien il pert le sens ». De Bouelles a des imitateurs. Encore faut-il souligner que tous ces auteurs expurgent les inconvenances, mettent en français « commun » et envisagent pour ces proverbes des usages différents de ceux qu’ils ont pour le peuple.3

5L’indigence - en nombre cela s’entend - des documents directs susceptibles d’éclairer les réactions des pauvres face à leur pauvreté et à la pauvreté en général, conduit à utiliser des documents indirects qui renseignent sur les attitudes. Les pistes de recherches sont ici relativement nombreuses.

6La démographie historique, légitimement fière de beaux succès, n’a encore que peu abordé les analyses différentielles qui tiendraient compte des niveaux sociaux. C’est bien dommage pour notre propos car il serait fondamental de connaître l’attitude des pauvres à l’égard du mariage. Les documents ne manquent pas qui laissent entendre que le mariage est une sorte de luxe pour les pauvres, mais ils n’émanent pas des principaux intéressés ! Voyez ces lignes adressées par un prêtre normand à l’évêque de Bayeux en 1770 :

  • 4 Archives Départementales Calvados, H sup. 1308, cité p. 107 de Olwen Hufton, Begging, vagrancy, vag (...)

« Les journaliers, les manouvriers et tous ceux dont le travail ne fournit beaucoup plus que le vivre et le vêtement sont ceux qui produisent les mendiants. Étant garçons ils travaillent et lorsque par leurs travaux ils se sont procurés un bon vêtement et de quoi faire les frais d’une noce, ils se marient, ils ont un premier enfant, ils ont beaucoup de peine à en nourrir deux et s’il en survient un troisième leur travail n’est plus suffisant à la dépense »4.

  • 5 Cf. particulièrement J. M. Gouesse, Parenté, famille et mariage en Normandie aux XVIIe et XVIIIe si (...)

Les pauvres ont-ils le même sentiment ? On peut seulement rappeler que le retard de l’âge au mariage (entre 25 et 27 ans) est très largement pratiqué dans la France de l’ancien régime. Or, si la démographie historique ne nous dit pas encore avec certitude si, et dans quelle mesure, le retard de l’âge au mariage est plus marqué chez les plus pauvres, en revanche divers documents dont les demandes de dispenses pour liens de parenté conservées dans les archives des officialités5 indiquent clairement que c’est souvent la mort des parents qui pousse les futurs au mariage. En d’autres termes, c’est la possibilité de reprendre la petite exploitation ou l’atelier des parents qui a rendu possible le mariage. Le retard de l’âge du mariage paraît bien ici lié à la précarité des conditions d’existence des humbles. Pour se marier il faut pouvoir constituer une communauté de travail entre époux, c’est-à-dire posséder l’instrument de travail.

7Dans l’attente de cette possibilité d’installation, la domesticité constitue une autre forme de réponse des pauvres à leur état. Ce groupe social, encore mal connu, se recrute assez largement dans des couches sociales humbles. La remarque vaut pour les domestiques agricoles comme pour les serviteurs urbains. À Lyon, au XVIIIe siècle, les domestiques sont généralement fils d’agriculteurs, de vignerons, de manouvriers. À Toulouse, en 1727-1729, les pères des servantes repérés dans les contrats de mariage sont des agriculteurs à 63,4 % et des artisans à 19,8 %. Il convient d’y ajouter 5,9 % d’ouvriers du textile et 3 % de domestiques. En 1787- 1789, ces proportions demeurent sensiblement les mêmes. De tels indices pourraient être multipliés pour d’autres lieux. Mieux vaut reconstituer un schéma. Les enfants des ruraux les plus modestes ne peuvent pas se marier avant de pouvoir recueillir la petite exploitation familiale. En attendant, ils se placent comme domestiques. Le processus est évidemment particulièrement répandu dans les familles nombreuses. De ce fait, l’état de domestique est souvent temporaire. Il correspond à l’âge du célibat et il sert, surtout pour les servantes, à amasser la dot. C’est la raison pour laquelle les valeurs moyennes des apports au mariage des domestiques sont généralement supérieures à celles des autres catégories de travailleurs non spécialisés. Les domestiques sont logés et nourris, ils sont donc, au sein du menu peuple, les seuls à pouvoir faire des épargnes. Ces épargnes sont d’ailleurs plus ou moins forcées. En effet, les gages sont payés très irrégulièrement. Il n’est pas rare de trouver des carnets de gages. Sur une page sont inscrites les sommes dues au serviteur ou à la servante au titre de ses gages et gratifications. Sur l’autre page figurent les acomptes reçus. Le solde, parfois important, n’est versé qu’au terme de plusieurs années, souvent lorsque le domestique quitte sa place, pour se marier par exemple. C’est le versement des arriérés de gages qui permet finalement l’établissement de jeunes gens issus de milieux pauvres. Cette réalité fondamentale peut rendre compte, dans une certaine mesure, de l’hypergamie des servantes et, surtout, des anciennes servantes revenues dans leur pays. Elle rend compte aussi d’un autre fait. Dans les contrats de mariage de domestiques agricoles, l’indication de l’apport masculin est souvent générale. Particularité partagée avec les marchands, ce qui donne la clé. C’est que, pour ces deux groupes sociaux, l’avoir est essentiellement mobilier. Le domestique, par ses origines, est largement un exclu du sol. En l’absence de fonds, parfois de maison, il ne peut produire que ses gains et épargnes. Aussi, ne manque-t-il guère de les faire figurer dans le contrat, faute de quoi il ne compterait que peu face à l’épouse dotée. L’état de domestique permet bien de gagner la somme qui sert à l’établissement. Bien entendu, il ne permet pas à tous de réussir cet établissement, mais si le domestique ne peut pas quitter son état, s’il parvient à garder un maître sa vie durant du moins sera-t-il à l’abri de la hantise du pain quotidien.

  • 6 Bonne synthèse dans le chapitre VII de P. Guillaume et J. P. Poussou, Démographie historique, Paris (...)

8On aura compris, par les développements précédents, que tenter d’échapper à la pauvreté par le passage au moins temporaire dans la domesticité suppose l’émigration. Les domestiques urbains sont, dans une majorité écrasante, d’origine rurale. Il y a même là, pour la population féminine, l’un des principaux modes d’exode rural. N’est-ce point cas particulier d’un phénomène plus général ? Et les migrations, temporaires ou définitives, constituent-elles une réponse à la pauvreté ? Il est, en réalité, délicat de se faire un sentiment sur ce point.6 Il est évident que toute émigration n’est pas liée à la misère et il est patent que certaines formes d’émigration supposent crédit et avance. La misère, d’autre part, n’est pas toujours un facteur suffisant pour décider de l’émigration. A. Poitrineau a souligné qu’il fallait souvent, en plus, des loisirs forcés. C’est ainsi que les Limagnais, misérables, n’émigrent guère car la culture de la vigne et, en certains lieux, l’entretien des fossés exigent une main d’œuvre abondante.

  • 7 G. Debien, La société coloniale aux XVIIe et XVIIIe siècles. Les engagés pour les Antilles (1631-17 (...)
  • 8 A. Corvisier, L’armée française de la fin du XVIIIe siècle au ministère de Choiseul. Le soldat, Par (...)
  • 9 A. Poitrineau, Aspects de l’émigration temporaire et saisonnière en Auvergne à la fin du XVIIIe et (...)

9Il est bien clair cependant, que l’émigration est souvent réponse à la pauvreté. Plusieurs preuves peuvent être avancées. On constate, par exemple, dans le Faucigny de la fin du XVIIIe siècle un net ralentissement de l’émigration en même temps que se développe l’horlogerie. Les candidats à l’émigration se raréfient parce que la fabrication des mouvements de montres les occupent. À la même époque, en Gévaudan, le déclin de l’industrie textile conduit les tisserands d’abord, puis une grande partie du menu peuple, à émigrer. D’autres migrations encore, paraissent bien liées à la pauvreté. G. Debien7 a montré qu’une partie au moins des « engagés » pour les Antilles étaient de pauvres bougres, journaliers ruraux. Incapables de payer leur voyage, ils s’engageaient à travailler trois années au service d’un colon ou d’un recruteur de main-d’œuvre en échange de leur passage gratuit. La misère joue aussi fréquemment un rôle dans cette forme d’émigration qui est constituée par l’engagement militaire. On a pu mettre en rapport densité des engagements et une carte de la « faculté des peuples » établie grâce à une enquête du milieu du XVIIIe siècle8. La pauvreté dans la généralité de Montpellier explique la vigueur du recrutement. Dans la généralité de Bordeaux, le Bordelais, où les peuples sont « à l’aise », fournit 158 soldats pour 100 000 habitants, les pays de la Garonne, désignés comme « pauvres » dans l’enquête, 343 ; le Périgord, dans la « misère », 522. Il semble assuré aussi que les crises économiques peuvent accentuer les phénomènes migratoires. À Chartres, en l’an III, l’attrait de la ville s’exerce sur les journaliers des campagnes. À l’époque révolutionnaire encore, et à Bayeux, la corrélation entre prix du froment et immigration urbaine est claire. Ce qui est vrai pour l’attraction urbaine peut se confirmer pour l’émigration temporaire. Dans les dix dernières années de l’ancien régime, la courbe des passeports délivrés aux émigrants auvergnats est à peu près parallèle à celle du prix moyen du seigle à Thiers.9 Mais il est vrai aussi que, pour cette même Auvergne, l’importance de l’immigration est parfois réduite par les difficultés économiques qui diminuent les emplois comme le pouvoir d’achat de la clientèle des artisans et colporteurs.

  • 10 Cf particulièrement les travaux de M. Vovelle, Le prolétariat flottant à Marseille sous la Révoluti (...)

10En dernier ressort, et au rang des conséquences, il demeure sans doute deux faits importants : l’existence de groupes de miséreux fraîchement immigrés dans les villes ; l’extension des modes de vie errante. La présence de « populations flottantes » a été repérée dans plusieurs villes au XVIIIe siècle.10 Il est probable que la plus grande abondance des documents explique seule ces repérages au dernier siècle de l’ancien régime ; sans doute en est-il de même auparavant. L’essentiel de la progression démographique des villes est dû à des apports extérieurs. Et, parmi ceux-ci, l’arrivée de misérables s’explique fondamentalement par la poussée démographique des campagnes et par le rêve d’un mieux vivre accessible en ville. Ce que l’on a parfois nommé des « prolétariats flottants » est attesté dans de nombreuses agglomérations, particulièrement Paris, Chartres, Lyon, Marseille, Bordeaux. Les observateurs du XVIIIe siècle avaient d’ailleurs déjà relevé le fait. La relative importance des migrations dûes à la pauvreté explique, d’autre part, l’existence d’un « monde des errants », comme l’a écrit P. Goubert, qui, certaines années, se gonfle brusquement. L’historien entrevoit les errants lorsqu’ils s’arrêtent ou lorsqu’ils sont arrêtés. Les archives de la maréchaussée, surtout, renseignent sur eux. Chargée de la police des campagnes et des grands chemins, la maréchaussée a laissé procès-verbaux d’arrestation et d’interrogatoire et jugements, puisqu’elle est à la fois police et juridiction. Lorsque les errants s’arrêtent, ils laissent trace de leur passage dans les archives d’institutions charitables. Et lorsqu’ils s’arrêtent définitivement, pour mourir, dans quelque grange ou dans le fossé, le curé les inscrit sur le registre de sépultures de la paroisse. Avant d’admettre leur corps en terre chrétienne, il a fait une enquête pour savoir si le malheureux a donné quelque signe de christianisme, et il nous en fait part. Il faut donc s’interroger sur cette France errante. Le vagabondage est certes une réponse des pauvres à la pauvreté. Mais comment en vient-on à cette « solution » ?

  • 11 Sur les vagabonds : J. P. Gutton, La société et les pauvres. L’exemple de la généralité de Lyon 153 (...)

11Le vagabondage lié à la mendicité, paraît d’abord comme un trait de structure de la société d’ancien régime dans la mesure où des habitudes, des activités, des métiers présentent des occasions qui conduisent au vagabondage11. La monarchie a défini, sous le règne de Louis XIV, le vagabond comme celui qui n’a ni profession, ni domicile, ni bien et qui n’est avoué par personne. Mais cette définition est encore trop large et d’application difficile. Car les émigrants temporaires ont des modes de vie très proches de ceux des vagabonds. Maçons limousins, chaudronniers cantalous, manœuvres savoyards, peillarots auvergnats ou dauphinois, scieurs de long, ... font parfois leur voyage en mendiant pour économiser l’argent gagné. Ils sont aussi habitués des distributions de pain, des « passades » des couvents et des hôpitaux. Tels d’entre eux sont arrêtés par la maréchaussée pour mendicité alors qu’ils ont une somme d’argent cachée dans leurs sabots. Les enfants, les plus jeunes migrants, sont sous l’autorité de chefs qui peuvent les battre s’ils ne rapportent pas une somme déterminée. D’où la tentation de la mendicité chez ces enfants. La confusion entre émigrant temporaire et vagabond mendiant est si fréquente que certains textes législatifs précisent qu’ils ne s’appliquent pas aux émigrants. Et l’intendant de Montpellier recommande de ne pas arrêter les « mendiants » qui, à la fin de l’été, viennent du Rouergue et du Gévaudan, dans les rues de Montpellier. Ce sont des pauvres passants qui mendient, non de vrais mendiants ; et ils sont indispensables aux vendanges explique-t-il. D’autres activités procurent au menu peuple l’occasion de côtoyer le vagabondage : gagne-petit à la recherche de travail, attiré par quelque chantier de construction ; domestique à la recherche d’une place qui peut, légalement, être assimilé à un vagabond, s’il est dépourvu du certificat de fidélité délivré par le dernier employeur ; batelier qui revient à pied à son point de départ, en amont, sur les rivières où la navigation ne se fait qu’à la descente. Il faut y ajouter les montreurs de curiosités, les charlatans, les bateleurs, tel celui qui déclarait « faire l’exercice avec un bâton, ce qui lui procurait quelque argent qu’on lui donnait par charité ». Plus encore, il y a les colporteurs. Les liens avec vagabondage et mendicité sont ici inextricables. Le mercier dont la balle renferme « plusieurs morceaux de pain », n’est pas que mercier. Autres situations équivoques : celle de ce colporteur qui reconnaît avoir été mendiant et s’être « mis marchand d’images » lorsqu’il a appris que la mendicité était interdite ; celle de cette marchande de vaisselle de terre « vendant de la fayence lorsqu’elle a de l’argent et demandant l’aumône quand elle en manque » ; celle de ce vendeur d’almanachs qui « va quelquefois manger la soupe à la porte des couvents ». Pour tous ces métiers, c’est l’habitude de faire des voyages en mendiant qui explique la confusion possible avec l’état de vagabond

12Il y a d’autres conditions pour lesquelles la menace du vagabondage est quasiment consubstantielle. Archives hospitalières et archives de la maréchaussée montrent bien comment il y a un vagabondage lié à l’armée : fils de soldats, à peu près livrés à eux-mêmes ; déserteurs, particulièrement ceux qui vont d’un régiment à l’autre pour, à chaque fois, toucher la prime d’engagement, et que l’on nomme rouleurs ou billardeurs ; soldats réformés qui ne peuvent se réadapter à la vie civile ; invalides qui n’ont pas bénéficié du secours des institutions que la monarchie a fondées pour eux. Les Bohémiens, connus sous les noms divers de Sarrasins, Ethiopiens, Egyptiens, Bœsmes... vont en troupes qui vivent de petits métiers (maîtres d’armes, maîtres à danser, diseuses de bonne aventure, fabricants de paniers, marchands de chevaux...), mais aussi de rapines. Ces troupes recueillent des non tziganes, surtout des jeunes. Beaucoup de petits talents s’exposent au vagabondage et à la mendicité dès que, sans emploi, ils doivent se déplacer : écrivains publics, maîtres d’école, vielleux. Tout un vagabondage aussi exploite la piété. Parce qu’on a coutume de donner aux chanoines réguliers de la Sainte Trinité qui quêtent pour le rachat des captifs des Barbaresques, un certain nombre de mendiants parcourent les campagnes avec des chaînes, des faux certificats et mendient pour le même objet. En dépit des efforts de la réforme tridentine, il reste toujours des clercs vagabonds : réguliers en rupture de couvent qui mendient en exhibant quelques reliques supposées, prêtres dépourvus de bénéfice et de titre patrimonial réduits à mendier leur pain. Surtout, il y a toute la gamme des pèlerins, faux ou vrais. Les pèlerinages lointains, hors des frontières, sont réglementés pour éviter la fuite des hommes. Il faut, en principe, obtenir l’autorisation de l’évêque et celle du pouvoir civil. Réglementation médiocrement appliquée ! Et il y a tant de pèlerinages possibles dans le Royaume ! Les faux pèlerins, nombreux, peuvent être assimilés à des vagabonds. Mais les vrais pèlerins peuvent aussi être très proches des vagabonds car une conception très franciscaine de la pauvreté veut encore que le pèlerinage soit de plus de prix s’il est fait en mendiant.

Photo : Den kongelige Kobberstiksamling, Copenhague .

Photo : Den kongelige Kobberstiksamling, Copenhague .

Deux (faux ?) pèlerins. La coquille montre
que le but du pélerinage avait été St. Jacques
de Compostelle.
Jacques Callot, Les deux pèlerins.

13Reste à dire enfin la place des escrocs parmi les vagabonds. Les plus communs sont les faux estropiés qui montrent une « jambe Dieu », c’est-à-dire couverte d’ulcères bien imités. Vagabonder avec une peau de loup permet de quêter des œufs. Quêter avec de faux certificats d’incendie, de grêle ou d’autre calamité c’est pratiquer la « pique ». Les curés ne refusent pas toujours ces certificats, car la mendicité n’est guère un délit que pour les pouvoirs publics. Beaucoup moins innocents ces vagabonds qui repèrent les fermes, où l’on attend le retour d’un fils depuis longtemps parti, se font passer pour l’absent et réclament leur part d’héritage. Le procédé ne semble pas exceptionnel : il dit bien une certaine forme d’instabilité de la société d’ancien régime, les départs au moment des « chères années », l’attente, sans nouvelles, après ces départs.

14Ces remarques font apparaître une typologie des mendiants qui permet d’entrevoir, en partie, quels types de pauvres sont attirés vers le vagabondage. Mais elles ne rendent pas compte de quelques uns des traits majeurs des vagabonds. Nous voudrions signaler rapidement ici quatre de ces traits qui importent précisément à l’analyse des réactions des pauvres à la pauvreté.

  • 12 P. Goubert, Le monde des errants, mendiants et vagabonds à Paris et autour de Paris au XVIIIe siècl (...)

− les vagabonds sont en majorité des hommes : plusieurs études se rencontrent pour accorder un pourcentage de 15 % environ de vagabondes. Pour les maréchaussées de Meaux et de Melun, de 1768 à 1790, la proportion des femmes errantes arrêtées est de 16,6 %.12 Cette faiblesse numérique – une vagabonde pour 5 ou 6 vagabonds – s’explique peut-être parce qu’on les arrête moins volontiers. Mais elles sont aussi effectivement moins nombreuses, parce que plus facilement absorbées par les emplois offerts par les villes dans la domesticité, les manufactures textiles...

− les vagabonds sont jeunes : dans l’échantillon des maréchaussées de Meaux et de Melun déjà cité, les moins de 41 ans forment 71,5 % du total. La tranche d’âge 21-30 ans est presque toujours la plus fournie et les vagabonds sont en majorité célibataires : deux traits que la plupart des travaux font ressortir. On prendra garde cependant que le plus grand nombre des études relatives au vagabondage sont fondées sur les archives de la maréchaussée. Celles-ci ne laissent des documents nombreux qu’à partir de 1720 et c’est même souvent plus tardivement encore, à partir de 1764, qu’elles fournissent en abondance des dossiers d’arrestations de vagabonds. En effet, une déclaration du 3 août 1764 et un arrêt du Conseil du 21 octobre 1767 ont prévu pour les cavaliers de maréchaussée une prime de trois livres par arrestation de mendiant vagabond. On se trouve donc avoir le plus de renseignements sur les vagabonds au moment même où la croissance de la population rend difficile l’établissement d’un supplément de jeunes. D’autres archives, peut-être encore trop peu exploitées, permettent cependant de penser que le vagabondage des adolescents est un trait antérieur au XVIIIe siècle. En témoignent particulièrement des documents laissés par les petites écoles destinées aux pauvres. On y voit d’abondance comment leur finalité n’est pas seulement d’apprendre le catéchisme, à lire et à écrire, mais encore de lutter contre le vagabondage. Les archives hospitalières, d’autre part, fournissent souvent les registres de placements des jeunes pupilles en service ou en apprentissage. On y lit la fréquence des fugues.

− les journaliers agricoles fournissent toujours un gros contingent de vagabonds. Les mauvaises années, la fiscalité, la concentration des terres au bénéfice de propriétaires forains, le tirage au sort pour la milice aussi expliquent les départs. L’accident qui laisse malade fournit aussi son contingent de passages au vagabondage. L’histoire individuelle de ces vagabonds qui se déclarent manouvriers, travailleurs de terre, batteurs en grange, suggère leur extrême instabilité : ils font plusieurs métiers en quelques mois, mais tous ces métiers sont des emplois d’homme de peine. Ils vont d’un village à l’autre, parfois en ville, puis reviennent. Ils constituent une main d’œuvre d’appoint, intermittente. Aussi n’est-il pas étonnant que les deux tiers des arrestations aient lieu de la Toussaint à Pâques, lorsque les travaux agricoles, le bâtiment aussi, connaissent une moindre activité. Les vagabonds sont souvent des chômeurs. Après de rudes années, 1709 ou l’an III par exemple, bien des ouvriers agricoles qui ont dû se déraciner deviennent vagabonds.

  • 13 Archives de la Charité de Lyon, G 295.

− les artisans et anciens artisans, les compagnons et anciens compagnons fournissent, après les journaliers, un contingent important. Pour ceux-ci, aussi, le chômage et l’invalidité semblent les raisons essentielles de la vie errante et mendiante. On souhaiterait pouvoir conforter, nuancer ou redresser ces traits recueillis dans les déclarations des mendiants. C’est la raison pour laquelle il y aurait intérêt à étudier de près les dossiers d’enquêtes que les hôpitaux chargés de l’accueil des enfants abandonnés réunissaient dans l’espoir de retrouver les parents. On y rencontre presque toujours des indications sur la famille : papiers de famille, extraits baptistaires des enfants abandonnés, témoignages de voisins. Il y a là d’abord un des rares documents qui permettent de saisir la sociologie des parents abandonnant leur enfant. Ceux qui sont partis en abandonnant leurs enfants ont parfois laissé un billet expliquant leur geste. Sans doute beaucoup de ces « absents », comme disent les textes, ne deviennent pas vagabonds. Mais, pour quelques uns, c’est suffisamment sûr pour que les voisins le sachent. On perçoit alors comment des artisans (ouvriers du textile notamment), de petits marchands, versent tout à coup dans le monde des errants. Les raisons : chômage, endettement (on retrouve des commandements d’huissiers, des inventaires de saisie). On déménage – mais le mot est trop fort – à la cloche de bois pour éviter la prison pour dettes. Au delà, on comprend parfois, au travers d’un dossier, le cheminement qui conduit au vagabondage. Telle domestique de Lyon, épouse d’un rapeur de tabac, a été condamnée pour contrebande. Sa peine purgée, devenue veuve, elle se trouve « sans talent et sans bien, ne sachant quel bois faire flèche ». Une personne charitable recueille la plus jeune de ses enfants. « Dès le moment que la petite fut entrée chez ladite demoiselle, la mère vendit tout son petit ménage et couchait dans la petite rue Ferrandière à 1 livre 10 sols par mois. Sous prétexte de colporter des marchandises de villages à villages, promettant de payer ce qui conviendrait pour ses enfants, a disparu ».13 Si l’on prend soin de considérer la situation familiale de ceux qui s’absentent, on constate enfin, que c’est dans les couples brisés qu’ils se recrutent surtout. Départ ou emprisonnement du père conduisent des mères à cette attitude. Plus encore, ce sont des veufs qui s’en vont en abandonnant leurs enfants, et parfois quelques jours seulement après le veuvage. La maladie a endetté la famille, le désarroi joue son rôle ; dans beaucoup de ménages du menu peuple, les salaires des deux parents sont nécessaires pour vivre.

15Dans ces derniers cas, dans les précédents aussi, il est avéré que le vagabondage est une menace et une tentation pour tous les humbles. Il ne faut donc pas s’étonner de constater que la plupart des vagabonds déclarent un métier et que les criminels, les voleurs, les véritables asociaux soient en nombre réduit. Si les mendiants sont redoutés dans les campagnes c’est qu’ils sont parfois menaçants – ils menacent surtout du feu – et qu’il y a parmi eux des délinquants et des criminels. Mais ceux-ci ne sont qu’une minorité. Il y a des bandes, certes, qui répandent la terreur dans les villages. Cela va de la simple intimidation pour faire monter le prix des journées (ce qui en dit long sur l’origine des vagabonds !) au vol par « suage » (on torture par le feu la victime pour lui faire avouer la cache de ses économies) et à l’assassinat. De telles bandes ont une signification sociale, puisqu’elles pratiquent une sorte de reprise directe sur les nantis. La solidarité de ces bandes est assurée par l’existence d’un chef, par l’emploi d’un langage commun, « le jargon des voleurs », et par les « coups » faits ensemble. Mais il peut y avoir aussi plusieurs groupes à l’intérieur d’une même bande. Dans tous les cas, les femmes y jouent leur rôle. Elles observent, renseignent lors de la préparation du vol par exemple. Puis elles écoulent les marchandises volées à des colporteurs, si elles sont neuves, à des revenderesses, si elles sont usagées. Mais ces vagabonds criminels sont exceptions. Simplement, et pour la plupart, le vagabondage est lié à la pauvreté d’ancien régime.

  • 14 Cf. J. P. Gutton, Olwen H. Hufton, o. l., J. Combes Monier, Population mendiante et criminalité à V (...)
  • 15 Importantes remarques méthodologiques à cet égard dans Études sur l’histoire de la pauvreté (Moyen (...)

16Il en va de même avec la mendicité14, autre réaction, plus élémentaire et plus étendue, des pauvres à la pauvreté. La masse des mendiants (car c’est une masse. Peut-être 10 % dans le Paris du XVIIIe siècle) est bien délicate à saisir. Le volume des entrées dans les hôpitaux dépend plus des ressources de l’établissement que du nombre réel des mendiants de la ville. Les arrestations connaissent des vagues de sévérité accrue après la publication des textes répressifs tels que les déclarations de 1724 ou de 1764. Mais, entre temps, la chasse aux mendiants est le plus souvent ralentie. Il est donc assez vain d’espérer atteindre une conjoncture de la mendicité. Du moins de grands traits apparaissent. Ce sont les femmes, et souvent les veuves, qui recourent le plus volontiers à la mendicité. La situation est donc ici l’inverse de ce qu’elle est pour les vagabonds. Les femmes rompent plus malaisément les attaches avec leur domicile. L’existence d’un fort contingent de mendiantes, dans les villes notamment, souligne combien la ville est le refuge des femmes pauvres. Encore faut-il ajouter que, lorsque les registres d’hôpitaux distinguent mendiants arrêtés et mendiants qui ont demandé leur admission volontaire, les femmes sont particulièrement nombreuses dans cette dernière catégorie. L’étude des groupes d’âge fait généralement apparaître l’existence d’un groupe d’adolescents, mais surtout une forte majorité de personnes ayant dépassé 50 ans. À Bicêtre, au XVIIIe siècle, presque la moitié a entre 50 et 70 ans. L’étude des métiers avoués présente toujours un gros contingent d’activités non spécialisées et souvent intermittentes : journaliers, manouvriers, portefaix, gagne-deniers, ... Mais le reste appartient à la boutique et à l’artisanat. Les ouvriers du textile et ceux du bâtiment, ces deux grandes activités des villes de l’ancien régime, sont bien représentés. La maladie, une infirmité, la vieillesse, les « cessations de travail » les ont contraints à mendier. Il paraît donc évident que de la pauvreté à la mendicité la différence est de degré, non de nature. La mendicité paraît une ressource normale. Certains le déclarent tout de bon, affirmant qu’ils sont bien obligés de mendier. Beaucoup expliquent aussi que des protecteurs, parfois prestigieux, leur ont permis de mendier en dépit de toutes les interdictions. La présence, toujours copieuse, dans les listes de mendiants arrêtés de récidivistes – à l’occasion jusqu’à une vingtaine de fois – montre que les textes répressifs sont très mal appliqués et que la mendicité est une fatalité de la société d’ancien régime. Tous ceux qui mendient ne sont d’ailleurs pas entièrement démunis d’argent. Sans être un professionnel de la mendicité, on peut mendier en ayant sur soi une petite somme d’argent. En périodes difficiles l’importance de ces sommes, le nombre de ceux qui en possèdent, croissent. C’est que la mendicité touche alors de nouvelles couches sociales. C’est la mobilité du seuil de pauvreté15 qui explique ces déclassements. Notion qui échappe à notre propos stricto sensu, certes, mais qu’il fallait citer car c’est d’elle que dépend le nombre de pauvres.

  • 16 Remarques. intéressantes dans le chapitre XI de Olwen H. Hufton, The poor…, et dans J. Cl. Perrot, (...)

17Les liens entre pauvreté et délinquance ou marginalité ont été soulignés par plusieurs auteurs. La prostitution16 peut être la suite, difficile à éviter, pour de jeunes mendiantes. Il s’agit bien souvent d’ouvrières du textile au chômage. Et, plus souvent encore, d’anciennes servantes. Les déclarations de grossesse, en principe obligatoires depuis 1556 pour les mères célibataires, montrent que ces servantes ont perdu leur place et l’espoir d’en retrouver une lorsque leur maître s’est aperçu qu’elles étaient enceintes. Il ne faut pas que l’honneur de la maison puisse être suspecté ! D’autant que le futur père est, fréquemment, le maître, son fils, ou un autre domestique de la maison. La servante ira accoucher à l’hôpital. Ouvrières du textile ou servantes, les prostituées sont souvent des filles de la campagne, fraîchement arrivées en ville, et mal intégrées à la vie urbaine. Reconnaissons cependant que la connaissance des prostituées et celle de ceux qui vivent de la prostitution demeurent très imparfaites. Pendant longtemps, et en tout cas au XVIIe siècle, ce sont moins les pouvoirs publics que des associations pieuses et charitables qui se préoccupent du problème. La Compagnie du Saint-Sacrement notamment a encouragé la création de communautés qui, sous des noms divers – Filles repenties, Bon Pasteur, Recluses, ... – s’attachent au relèvement des prostituées. Or ces institutions n’ont pas laissé de listes de pensionnaires. Sinon exceptionnellement, et, avec un louable parti de discrétion, en n’utilisant que les prénoms. Plus tard, au XVIIIe siècle, les autorités civiles s’intéressèrent plus à la question de la prostitution. Mais en réalité les prostituées n’inquiètent que si elles troublent l’ordre public par tapage, vol... C’est surtout dans ces cas qu’elles sont poursuivies. Il y a hésitation sur la police chargée des arrestations comme sur les lieux de détention. Les vénériennes sont systématiquement admises dans les dépôts de mendicité, mais les autres filles peuvent être enfermées dans un couvent, un hôpital, voire une prison au moins pour un temps.

18Plus généralement, c’est l’ensemble de la criminalité des pauvres qui est de prise difficile. Ils n’apparaissent dans l’institution judiciaire que s’ils lèsent d’autres groupes sociaux. Les conflits internes au monde de la pauvreté n’apparaissent que malaisément. Yves Castan l’écrit excellemment

  • 17 Y. Castan, Honnêteté et relations sociales en Languedoc (1715-1780), Paris, 1974, p. 85.

« Les plus pauvres... règlent leurs querelles avec les poings, le gourdin ou les pierres ; il faut beaucoup de mauvais hasards pour que la justice l’apprenne et s’en mêle et l’on ne peut guère reprocher à cette partie de la population qu’une plus grande propension aux vols de subsistances dans les périodes de disette et de cherté des prix, ce qui ne suffit pas à rétablir l’équilibre. Il est d’ailleurs établi en justice que cette classe a l’épiderme épais et qu’il est inadmissible que ses membres portent plainte pour injure, calomnie ou coups sans conséquence »17.

  • 18 N. Castan, Justice et répression en Languedoc à l’époque des Lumières, Paris, 1980, chapitre VI.

C’est une des raisons pour lesquelles c’est le vol qui paraît la forme de délinquance la plus répandue chez les pauvres. Mais c’est aussi, bien entendu, l’insécurité alimentaire, l’instabilité qui conduit journaliers, compagnons et ouvriers à ce type de délinquance. Le petit peuple, soumis aux fluctuations économiques constitue le gros de la troupe des voleurs18.

19C’est peut être dans les délits ruraux que l’on perçoit le mieux cette criminalité des pauvres, des « travailleurs de terre » parfois à la limite du vagabond. On y voit le manouvrier qui possède quelques chèvres les faire pâturer sur les fonds d’autrui. Les vols de fruits, de raisin notamment, que l’on va revendre à la ville voisine constituent un fréquent délit. On abuse aussi des droits d’usage en donnant par exemple, une définition extensive au droit de glanage. Les délits forestiers sont nombreux. Les procès-verbaux des gardes des maîtrises des Eaux et Forêts montrent de pauvres journaliers poser quelques collets à lapins, mener chèvres et brebis pâturer. Le besoin qui les pousse à ces petits délits est sans doute impérieux car, depuis Colbert, les peines sont lourdes. Celui qui est pris à faire pâturer est condamné à 5 livres d’amende par animal et se voit confisquer la bête occasion du délit. Les vols de bois, surtout au XVIIIe siècle lorsque le prix de cette denrée a notablement augmenté, sont monnaies courantes pour les manouvriers. On emporte un ou deux fagots, on coupe quelque baliveaux et si l’on est pris on déclare que l’on « en avait trop besoin ». Au reste, aux dossiers d’amende pour « coupe et enlèvement de bois », combien de fois, sont joints des certificats d’insolvabilité fournis par le curé ! Et dans certaines régions, le braconnage peut être une activité essentielle des pauvres. Un cahier solognot dénonce ceux

  • 19 Cité dans P. Goubert et M. Denis, 1789, Les Français ont la parole, Paris, 1964, p. 104.

« qui chassent partout et en tout temps, sans distinction dans tous les héritages ensemencés et auxquels les cultivateurs n’osent rien dire, ni s’en plaindre, ni les dénoncer, les uns par crainte (car les braconniers tirent et emportent les volailles domestiques comme le gibier, et souvent menacent les cultivateurs), les autres parce qu’ils font quelquefois le métier, et qu’ils le souffrent à faire de leurs pâtres et domestiques »19.

Le vol de bestiaux, de chevaux surtout, n’est, en revanche, le propre que de ceux qui ont rompu les liens avec le village. Et l’on retrouve alors certaines formes de vagabondage. Au demeurant, dans tous ces vols ruraux, on perçoit en général assez bien quel est le seuil à ne pas dépasser. La communauté tolère et couvre par son silence certains délits pour certains de ses membres. Lorsque la gravité est trop forte, lorsque le délinquant n’est plus vraiment solidement intégré à la communauté (et c’est ici que l’on retrouve les passages au vagabondage) les langues se délient.

  • 20 A. Farge, Le vol d’aliments à Paris au XVIIIe siècle, Paris, 1974.

20En ville, ce sont aussi les délits contre les biens qui paraissent caractériser les pauvres. L’escroquerie au jeu semble répandue. On organise, à la sauvette, des loteries qui sont, bien entendu, truquées. Ou bien on dupe au jeu de cartes les ruraux trop crédules venus à la ville. Les auberges des faubourgs sont les lieux privilégiés de cette activité. Au delà, il y a le vol à la tire, pratiqué seul ou en bande, surtout dans les fêtes, dans les églises. Au delà encore, le vol avec effraction et le vol à main armée. Le vol de marchandises, de matières premières ou d’outils au détriment de l’employeur apparaît mal dans les documents ce qui ne signifie pas qu’il n’était pas plus fréquent. Ce qui apparaît au contraire bien, ce sont les vols d’aliments évidemment largement répandus. Les situations économiques difficiles rendent aisé ce délit qui a des chances de ne pas être perçu comme tel s’il correspond à un geste vital susceptible d’attirer la pitié20. Caractéristiques enfin de la délinquance des pauvres paraissent être la petite fraude, les commerces douteux de part et d’autre des « barrières », c’est-à-dire des octrois.

  • 21 Synthèse de Y. M. Bercé, Révoltes et révolutions dans l’Europe moderne, Paris, 1980.

21La révolte constitue, enfin, un mode d’expression des pauvres21. Sans doute, l’explication de la plupart des grandes révoltes est loin de n’être que sociale. Les oppositions entre pauvres et privilégiés ne sont qu’un facteur et le rôle de la fiscalité, celui de la croissance de l’État sont également fondamentaux. La recherche des causes des révoltes populaires a donné lieu à suffisamment de débats d’historiens pour que nous n’y revenions pas ici. Il reste que, même si le motif du mouvement n’est pas social, ce sont les artisans, les « gens de métier », les paysans qui fournissent les troupes de bien des émeutes. Ce ne sont pas forcément des misérables, des déracinés – ceux-ci se montrent surtout au moment de dépouiller les cadavres – mais plutôt d’humbles gens, intégrés dans leurs communautés, dont la violence n’est pas aveugle, mais obéit à une légitimité fondée, souvent, sur la conviction d’agir à la place d’autorités jugées défaillantes (pour l’approvisionnement en grains, pour lutter contre les « monopoleurs »). Au XVIIIe siècle, au temps où les aisés s’en prennent aux communaux et aux droits communautaires, la violence des humbles se pare aussi de légitimité.

  • 22 N. Castan, Révoltes populaires en Languedoc au XVIIIe siècle (Actes du Congrès des Sociétés savante (...)

22Et dans certaines émeutes, ou dans certaines révoltes, ce sont bien essentiellement les pauvres qui expriment leurs angoisses. Il en va ainsi dans certaines émeutes frumentaires urbaines, ainsi dans la Grande Rebeine de Lyon en 1529, lorsque apparaissent sur les murs de la ville des affiches signées « Le Povre ». À la campagne, l’appropriation des biens fonciers par les privilégiés réduit la proportion des terres qui est directement à la disposition des paysans comme propriétaires. L’usage de ces mêmes terres, que les paysans retrouvent comme locataires, suppose un prélèvement sur la récolte. De plus, au moins en pays de taille personnelle, il y a une autre conséquence : le nombre des contribuables sur lesquels porte la taille – impôt de répartition – est réduit et sa charge se fait donc plus lourde sur ceux qui ne sont pas privilégiés. Il en résulte parfois des mouvements populaires dont la coloration sociale est forte. Ainsi – mais bien d’autres exemples seraient possibles –, dans la ligue des Paysans du Dauphiné, écrasée à Moirans en 1580, dont le but était de « courir sus aux plus aysés qui ont quelques biens et moyens », au dire du Procureur général du Roi au Parlement de Grenoble. La Révolte des Masques dans le Bas Vivarais de février 1783 constitue un autre exemple22. Des paysans masqués s’en prennent aux études de notaires et anéantissent compoix, reconnaissances de dettes, titres de révision des terriers. En 1785, le Parlement de Toulouse crée une commission qui a notamment pour objet de lutter contre les abus des hommes de loi. On constate alors, par exemple, que le notaire de Planchamp, qui est en même temps greffier de la communauté, est accusé par 94 témoins pour « excès, usages de faux, prévarications et autres abus qui ont entraîné la ruine tant des débiteurs que des sequestres ». Il profite de l’endettement paysan pour multiplier les saisies et, dans ses fonctions de greffier de la communauté, il impose une répartition de la taille qui est source d’abus. La révolte ici est bien le cri de pauvres pressurés.

  • 23 B. Bonnin, La terre et les paysans en Dauphiné au XVIIe siècle, Thèse Lettres, Lyon, 1979.

23Il faut prendre garde cependant que les révoltes peuvent être aussi individuelles. Attention a été portée en Dauphiné à ces manifestations23. Ce sont des attaques nocturnes de maisons avec destruction de quittances, obligations, livres de raison. Ce sont injures ou voies de fait contre des collecteurs de seigneuries. Plus encore, ce sont des incendies perpétrés par des paysans contre les biens de nobles, de notaires, de marchands. Ce sont là autant de réponses des pauvres à leur pauvreté qu’il faudrait poursuivre dans les archives judiciaires. Et il faudrait aussi mieux s’interroger sur le seuil au delà duquel il y a révolte. Car, au moins à la campagne, entre pauvres et notables des liens d’intérêts sont fondés sur de multiples échanges de services et limitent les réactions violentes.

  • 24 L’ouvrage de N. Castan, Les criminels de Languedoc. Les exigences d’ordre et les voies du ressentim (...)

24On voit que l’analyse des réactions des pauvres à la pauvreté devrait susciter de nombreux travaux encore. Il paraît assuré que les archives judiciaires doivent notamment être largement exploitées24. Leur utilisation requiert de sévères règles de critique. C’est la raison pour laquelle les travaux actuellement en cours sur les transgressions pourront constituer d’utiles guides méthodologiques.

Notes

1 Archives Municipales Lyon, BB 47, fol. 237 v.

2 M. J. Bosquet, L’endettement de la communauté de Bourg-Saint-Andéol et le syndicat du menu peuple (1642-1658), Revue du Vivarais, 1972, p. 125-133.

3 N.Z Davis, Sagesse proverbiale et erreurs populaires, dans Les cultures du peuple. Rituels, savoirs et résistances au XVIe siècle, Paris, 1979.

4 Archives Départementales Calvados, H sup. 1308, cité p. 107 de Olwen Hufton, Begging, vagrancy, vagabondage and the law : an aspect of the Problem of Poverty in eighteenth-century France, European Studies Review II, 1972, p. 97-123.

5 Cf. particulièrement J. M. Gouesse, Parenté, famille et mariage en Normandie aux XVIIe et XVIIIe siècles. Présentation d’une source et d’une enquête, Annales E.S.C. XXVII, 1972, p. 1139-1154 et La formation du couple en Basse-Normandie, XVIIe siècle, n° 102-103, 1974, p. 45-58.

6 Bonne synthèse dans le chapitre VII de P. Guillaume et J. P. Poussou, Démographie historique, Paris, 1970.

7 G. Debien, La société coloniale aux XVIIe et XVIIIe siècles. Les engagés pour les Antilles (1631-1715), Abbeville, 1951.

8 A. Corvisier, L’armée française de la fin du XVIIIe siècle au ministère de Choiseul. Le soldat, Paris, 1964.

9 A. Poitrineau, Aspects de l’émigration temporaire et saisonnière en Auvergne à la fin du XVIIIe et début du XIXe siècles, R.H.M.C., 1962, p. 5-50.

10 Cf particulièrement les travaux de M. Vovelle, Le prolétariat flottant à Marseille sous la Révolution française, Annales de Démographie historique, 1968, p. 111-138 et Ville et Campagne au XVIIIe siècle (Chartres et la Beauce), Paris, 1980 ; et la thèse de J.-P. Poussou, Bordeaux et le Sud-Ouest au XVIIIe siècle. Croissance économique et attraction urbaine, Paris, 1983.

11 Sur les vagabonds : J. P. Gutton, La société et les pauvres. L’exemple de la généralité de Lyon 1534-1789, Paris, 1971 ; Olwen H. Hufton, Begging, vagrancy, vagabondage and the law : an aspect of the Problem of Poverty in eighteenth-century France, European Studies Review II, 1972, p. 97-123. Du même auteur : The Poor of Eighteenth Century France, 1750- 1789, Oxford, 1974.

12 P. Goubert, Le monde des errants, mendiants et vagabonds à Paris et autour de Paris au XVIIIe siècle, dans Clio parmi les hommes, Paris, 1976, p. 267.

13 Archives de la Charité de Lyon, G 295.

14 Cf. J. P. Gutton, Olwen H. Hufton, o. l., J. Combes Monier, Population mendiante et criminalité à Versailles à la fin de l’ancien régime, Hommage à Marcel Reinhard. Sur la population française au XVIIIe et au XIXe siècles, Paris, 1973, p. 135-159.

15 Importantes remarques méthodologiques à cet égard dans Études sur l’histoire de la pauvreté (Moyen Âge-XVIe siècle), I-II, sous la direction de Michel Mollat, Paris, 1974.

16 Remarques. intéressantes dans le chapitre XI de Olwen H. Hufton, The poor…, et dans J. Cl. Perrot, Genèse d’une ville moderne. Caen au XVIIIe siècle, Paris, 1975.

17 Y. Castan, Honnêteté et relations sociales en Languedoc (1715-1780), Paris, 1974, p. 85.

18 N. Castan, Justice et répression en Languedoc à l’époque des Lumières, Paris, 1980, chapitre VI.

19 Cité dans P. Goubert et M. Denis, 1789, Les Français ont la parole, Paris, 1964, p. 104.

20 A. Farge, Le vol d’aliments à Paris au XVIIIe siècle, Paris, 1974.

21 Synthèse de Y. M. Bercé, Révoltes et révolutions dans l’Europe moderne, Paris, 1980.

22 N. Castan, Révoltes populaires en Languedoc au XVIIIe siècle (Actes du Congrès des Sociétés savantes, Toulouse 1971, Section d’histoire moderne et contemporaine, Paris, 1976, p. 223-236).

23 B. Bonnin, La terre et les paysans en Dauphiné au XVIIe siècle, Thèse Lettres, Lyon, 1979.

24 L’ouvrage de N. Castan, Les criminels de Languedoc. Les exigences d’ordre et les voies du ressentiment dans une société pré-révolutionnaire (1750-1790), Toulouse, 1981, apporte de multiples éclairages sur le rôle des pauvres et des déracinés dans le vol, la prostitution, les délits ruraux, le banditisme, les émeutes...

Table des illustrations

Titre Photo : Den kongelige Kobberstiksamling, Copenhague .
Légende Deux (faux ?) pèlerins. La coquille montreque le but du pélerinage avait été St. Jacquesde Compostelle.Jacques Callot, Les deux pèlerins.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/946/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 54k

© LARHRA, 2006

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search