Version classiqueVersion mobile

Pauvreté, cultures et ordre social

 | 
Jean-Pierre Gutton

Pauvreté et assistance

À Saint-Étienne au xviiie siècle : les anciens soldats dans la ville

Note de l’éditeur

Article initialement publié dans  Mélanges en l’honneur de Étienne Fournial, Saint-Étienne, 1978, p. 203-209.

Texte intégral

  • 1 B.M. Saint-Étienne, ms 357.

1L’annaliste stéphanois Beneyton1 raconte comment, le 3 avril 1769, des anciens militaires se sont réunis dans la bibliothèque de l’église Notre-Dame pour créer une confrérie dite de Saint-Louis. Cette confrérie survivra jusqu’à la Révolution en dépit de difficultés financières. Fondée dans un but d’assistance, elle a d’autres activités, particulièrement l’organisation d’une importante fête annuelle. Dans les toutes dernières années de l’Ancien Régime des voix se sont élevées pour demander que la confrérie soit utilisée pour le maintien de l’ordre dans la ville. Cette confrérie Saint-Louis ne semble pas avoir eu beaucoup d’équivalents ailleurs en France, mais son histoire n’est pas seulement curiosité d’histoire locale. Elle est aussi illustration de la tendance à se constituer à part, à s’isoler du reste de la société, que manifeste le monde militaire de la seconde moitié du XVIIIe siècle.

  • 2 A.M. Saint-Étienne, GG 9. Le vocable Saint-Louis, au demeurant peu courant pour les confréries, sem (...)
  • 3 Arch. Man. Armes Saint-Étienne : lettre de Choiseul du 29 avril 1769.

2La création de cette confrérie a bénéficié de l’appui de Louis de Cassier de Bellegarde qui, de 1765 à 1773, est l’Inspecteur de la manufacture d’armes de la ville2. Il n’est pas impossible que le conflit qui oppose alors la ville à la manufacture ait joué un rôle. Depuis 1767 les rapports sont difficiles entre les deux autorités, surtout parce que les armuriers stéphanois supportent mal le monopole de la manufacture en fait d’armes de guerre. Bellegarde a dû se défendre contre des accusations mal fondées et, en avril 1769, le Secrétaire d’État à la Guerre ordonne de faire solennellement brûler les originaux de ces accusations3. Climat propice à la fondation d’une œuvre de soutien au monde militaire.

  • 4 B.M. Saint-Étienne, Ms 204, fol. 259.
  • 5 B.M. Saint-Étienne, Ms 91, pièce 12.

3Le règlement de la confrérie4, adopté en 1769, précise les conditions de réception. Seront admis les anciens soldats qui verseront un droit de 3 livres et qui présenteront leur « congé ». Le « congé » apporte la preuve que le candidat a bien été régulièrement démobilisé et cette précaution vise à éliminer les déserteurs. La confrérie est dirigée par quatre marguilliers annuellement renouvelés par moitié. De plus, quatre « surveillants » élus sont chargés, chacun dans un quartier, de prendre soin des confrères malades et de veiller à ce que les confrères soient décemment enterrés. C’est l’assemblée de la confrérie qui élit ces officiers et qui prononce la réception des nouveaux confrères. Dès 1771 cependant l’assemblée ne réunit plus tous les confrères mais seulement des délégués, « pour éviter le tumulte qu’il arrive dans les assemblées nombreuses ». Dans une ville de moins de 30 000 âmes et sans tradition militaire particulière, le recrutement de la confrérie est en effet relativement important. En 1769 c’est une quarantaine d’anciens soldats qui signent. Par la suite les entrées annuelles, autant qu’on puisse en reconstituer le nombre avec des copies de procès-verbaux5 d’assemblées qui ne forment pas forcément une série sans lacune, sont irrégulières.

Recrutement annuel des confrères de Saint-Louis

  • 6 A. Corvisier, L’armée française de la fin du XVIIe siècle au ministère de Choiseul. Le Soldat, Pari (...)

Elles sont importantes les deux premières années, puis connaissent des maigres seulement interrompus par l’année 1778 durant laquelle sollicitent leur réception plusieurs hommes qui sont vraisemblablement des camarades. Il apparaît bien, en tous cas, que la solidarité d’anciens camarades d’armes joue dans les demandes d’admission. Périodiquement des anciens des régiments de Lorraine, d’Auvergne et d’Anjou sont reçus. Il y a là l’illustration particulière d’un fait général qui a été partout remarqué : le penchant des camarades de régiment à s’établir dans le même lieu6. Le milieu des armuriers stéphanois constitue d’autre part un vivier pour le recrutement de la confrérie. Il s’agit alors souvent d’armuriers qui ont servi dans la marine et, parfois, sur le même vaisseau. À la veille de la Révolution la confrérie comptera une soixantaine d’hommes.

  • 7 A. Corvisier, o. l., t. II, p. 901 sq. et Armées et sociétés en Europe de 1494 à 1789, Paris, 1976.

4Ce recrutement est populaire. Rares sont les anciens officiers ou les anciens bas officiers : 4 sur 60 confrères reçus de 1770 à 1782. Ce sont alors des anciens militaires qui se sont reconvertis dans les fermes ou les administrations royales et qui joueront vite un rôle dirigeant dans la confrérie. Ainsi un officier de la Cour des Monnaies de Lyon, ainsi le « premier commis de la direction des fermes du Roy » à Saint-Étienne. Ainsi surtout Le Gouvé « directeur des aides et de la régie du Roy en cette ville, ancien volontaire cadet au régiment de Vermandois ». Pour le reste, il s’agit le plus souvent de simples soldats dont un seul est appointé, et qui ont parfois beaucoup de difficultés à acquitter le droit d’entrée. En 1770, Baltazard Berjart, faiseur de boucles à Saint-Étienne, ancien soldat de milice au bataillon de Montbrison est reçu « gratis attendu qu’il n’est pas en état de payer ». D’autres confrères ne versent qu’un droit de réception réduit « attendu leur misère ». Ce sont d’ailleurs fréquemment d’anciens miliciens. D’autres payent leur droit d’entrée en plusieurs fois. Au reste, ce sont des possibilités d’assistance que l’on vient chercher à la confrérie Saint-Louis. Le temps de service n’a guère permis d’économiser, non seulement parce que ce n’est point dans les habitudes militaires mais aussi parce que la solde, jusqu’aux réformes de 1787, n’est que de six sols et huit deniers par jour. L’ancien soldat a de plus toujours posé sous l’Ancien Régime un problème social7. Les difficultés de réinsertion dans la vie civile sont réelles. Les emplois offerts aux soldats « réformés », c’est-à-dire démobilisés, sont assez rares : garde-chasse, garde-forestier, cavalier de la maréchaussée, commis des fermes et gabelles. Or les travaux de A. Corvisier ont montré qu’un nombre important d’hommes passent par l’armée au XVIIIe siècle. La durée moyenne du service est en effet assez faible : sept à huit années. Quelque 6 000 hommes sont démobilisés chaque année, ce qui ne signifie d’ailleurs pas que tous retournent à la vie civile. Pendant longtemps, jusqu’à Choiseul, l’État ne se reconnaît guère de dette qu’à l’égard des anciens combattants et des anciens miliciens. C’est ainsi que des mutilés sont recueillis à l’Hôtel des Invalides et que des invalides encore capables de service sont affectés aux compagnies détachées de l’Hôtel des Invalides pour assurer, dans des forteresses, un service de garnison. Après la guerre de Sept Ans cependant, on évolue vers la reconnaissance par l’État d’une dette envers tous les anciens soldats. Depuis 1764, des pensions sont attribuées, mais en nombre limité, environ 500 chaque année, et, bien sûr, avec des conditions précises. Vingt-quatre ans de service donnent l’équivalent d’une solde ; seize ans une demi-solde. Pour beaucoup d’anciens soldats la situation reste donc précaire. À ceux-ci la confrérie, utilisant le produit des droits de réception, celui d’un droit annuel de confrérie de 12 sols et celui des quêtes et d’éventuels dons, assure des secours. Les confrères malades sont visités ; les indigents sont soulagés. Ils bénéficient aussi de l’assistance de l’aumônier de la confrérie et, après leur mort, des prières de la confrérie. Lorsque la famille d’un confrère mort ne peut lui assurer des obsèques convenables, la confrérie, au moyen d’une collecte, y pourvoit. Nous avons donc, avec la confrérie Saint-Louis, l’exemple d’une confrérie de naissance tardive mais qui assure à ses adhérents les mêmes services que les très anciennes et très traditionnelles confréries de métiers parfois nées au Moyen Âge. Il est seulement caractéristique que cette confrérie Saint-Louis naisse au moment où, après la fin de la guerre de Sept Ans, le monde militaire tend à se constituer en milieu plus fermé. Et ce trait se retrouve dans les manifestations extérieures de la confrérie.

  • 8 A. Corvisier, « La mort du soldat depuis la fin du Moyen Âge », Revue historique, juillet-septembre (...)
  • 9 A.M. Saint-Étienne, GG 9.

5Au milieu du XVIIIe siècle, plus encore au moment de la réorganisation de l’armée au temps de Choiseul et de Saint-Germain, la société militaire s’isole de la société civile. Le statut privilégié donné au soldat, les progrès du casernement et de la discipline en sont les raisons principales. L’image que la confrérie Saint-Louis donne d’elle dans la ville va tout à fait dans ce sens. Ainsi dans l’organisation des obsèques des confrères. Il est prévu qu’un confrère, s’il appartient en même temps à une autre confrérie, peut choisir « s’il veut être enterré et porté par les militaires ou par les confrères des autres confréries ». Mais s’il choisit la seconde solution, les confrères de Saint-Louis n’assisteront pas à la cérémonie. Le souci de s’assurer le monopole des sépultures de militaires ou d’anciens militaires se manifeste par cette décision prise en juillet 1771 : la confrérie n’admet pas de soldat en activité, mais elle assiste aux funérailles de ces derniers, ou assure les frais en cas d’indigence. Surtout des honneurs paramilitaires sont rendus aux anciens soldats défunts. C’est là l’imitation des honneurs militaires rendus aux soldats morts à la guerre. À partir du règne de Louis XIV se fixe un rituel valable pour les officiers comme pour les soldats. Le nombre des salves et l’importance du détachement varient avec le grade du défunt8. Le Code militaire de Briquet récapitule la hiérarchie de ces « honneurs funèbres » (p. 130-133 du t. V de l’édition de 1761). De même la confrérie de Saint-Louis précise, lors de son assemblée du 18 février 1771, l’importance du détachement qui rendra les honneurs. Selon la fonction ou le grade occupés dans la confrérie il varie de 50 à 15 hommes. Il s’agit primitivement d’hommes en armes, mais dès avril 1772, le Commandant pour le Roi dans la province, M. de Scepeaux, interdit de prendre les armes9.

  • 10 A.M. Saint-Étienne, GG 10.
  • 11 A. CORVISIER, « Quelques aspects sociaux des milices bourgoises au XVIIIe siècle », p. 241 à 277 de (...)
  • 12 A.M. Saint-Étienne, 1 D 10, 8 août 1789.

6La grande manifestation extérieure de la confrérie est sa fête annuelle, le jour de la saint Louis. La confrérie s’est donnée une organisation militaire, avec porte-drapeau, compagnies de grenadiers et de fusiliers commandés par des officiers élus. Un tambour-major assure la formation des tambours et, comme les échevins donnent l’autorisation de battre du tambour le jour de la fête, c’est l’occasion d’une parade des confrères tous revêtus d’un uniforme. Le port des armes est autorisé ce jour-là. La veille de la saint Louis les confrères font l’exercice en public, puis se rendent dans leur chapelle de la décollation de saint Jean en l’église Notre-Dame pour y assister aux vêpres. On « tire des bœtes », c’est-à-dire des pétards, et la journée se termine par une procession. Le jour de la saint Louis les matines sonnent à 6 heures. À 9 heures les confrères vont chercher leur drapeau que le curé bénit, accompagné d’une décharge de « bœtes ». Ont lieu ensuite un exercice et une procession autour de la place Chavanelle qui précèdent une messe solennelle à Notre-Dame. L’après-midi est marqué par des vêpres, une bénédiction du Saint-Sacrement, un office pour les confrères défunts, le tout entrecoupé de décharges de « bœtes », d’un exercice et d’un combat simulé. Ce curieux mélange de pompes baroques et de manifestations militaires est apparemment bien accueilli. C’est pour ces anciens militaires occasion de s’affirmer face aux civils, ce qui ne leur déplait certainement pas. La municipalité autorise ces solennités10, peut-être d’autant plus facilement que la milice bourgeoise, dotée de quatre compagnies de quartiers, est en sommeil dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Comme beaucoup de ses semblables11, son activité, sans avoir disparu, est fort réduite. L’échevinage pourvoit au remplacement d’officiers mais en août 1789 la milice est qualifiée de « presque éteinte » dans une délibération municipale12.

  • 13 R. Pillorget, « Les problèmes du maintien de l’ordre public en France, entre 1774 et 1789 », L’info (...)
  • 14 J. Chagniot, « Le problème du maintien de l’ordre à Paris au XVIIIe siècle », Bull. de la Société d (...)
  • 15 A. Corvisier, L’armée française..., t. II, p. 909.
  • 16 Arch. Man. Armes Saint-Étienne : lettre de d’Argenson du 26 décembre 1754.
  • 17 A.M. Saint-Étienne, GG 9.
  • 18 A.D. Rhône, 1 C 12.

7Peut-être est-ce aussi cet effacement de la milice bourgeoise qui explique la volonté de la confrérie de Saint-Louis de jouer un rôle dans le maintien de l’ordre dans la ville. Les forces de maintien de l’ordre dans les villes d’Ancien Régime sont d’importance très réduite. Si bien qu’en cas de troubles graves le moyen le plus ordinaire pour tenter de faire revenir le calme est l’envoi de troupes en quartier pendant quelques temps13. La création de compagnies royales du guet dans les principales villes après les années 1760, n’a encore que peu entamé cette tradition de l’utilisation du soldat à des fins policières. De plus les compagnies d’invalides détachées de l’Hôtel fournissaient des piquets de garde pour des résidences royales. Le 14 septembre 1788 des invalides seront même requis « en main forte » pour protéger l’hôtel de Lamoignon contre les émeutiers qui voulaient l’incendier14. Et certains projets émanant de particuliers dans la seconde moitié du XVIIIe siècle voudraient utiliser des anciens soldats dans des forces supplétives15. Or à Saint-Étienne, la milice bourgeoise étant ce que l’on a dit, la seule force de maintien de l’ordre est la brigade de maréchaussée, forte de cinq hommes. En décembre 1754, alors que la ville était menacée par les contrebandiers de Mandrin, l’Inspecteur de la manufacture d’armes avait fait prêter cent fusils munis de leurs baïonnettes aux habitants, sur la requête de l’échevinage16. L’épisode n’est pas oublié lorsque, en mars 1772, la confrérie sollicite l’appui du Commandant pour le Roi dans la province parce que le bruit court qu’elle va être supprimée. Les confrères déclarent qu’ils envisagent de servir à assurer le bon ordre public. « Quelle raison pourrait-on donc avoir pour priver cette confrérie de ce qui seul peut la soutenir dans une ville ouverte comme Saint-Étienne et par conséquent exposée aux coups des contrebandiers ». La réponse expliqua sèchement : « Lorsque le Roy voudra qu’il y ait des troupes à Saint-Étienne il donnera des ordres en conséquence : jusqu’à ce temps là il ne faut dans cette ville que de bons et laborieux citoyens »17 On pouvait se douter d’ailleurs que le représentant du pouvoir central n’allait pas accepter la prétention de la confrérie au moment même où la monarchie place sous le contrôle militaire, par une ordonnance de 1750 confirmée en 1768, les milices bourgeoises, qui, elles, pouvaient intervenir dans le maintien de l’ordre. Alors que la dernière organisation militaire non royale entrait ainsi dans l’organisation de l’armée monarchique, il eut été paradoxal de confier des pouvoirs à la confrérie de Saint-Louis au statut paramilitaire. Dans la seconde quinzaine de juillet 1787, le subdélégué de l’intendant de Saint-Étienne, Messance, envisagea d’utiliser la confrérie Saint-Louis pour résister à une émeute d’ouvriers rubaniers qui grondait. Dans une lettre à l’intendant Terray, Messance fait ressortir l’importance numérique des confrères (« au moins soixante ») et le bon ordre qu’ils affichent lors des processions18. Il faudrait l’employer avec le titre de « compagnie militaire des grenadiers de la bourgeoisie de la ville de Saint-Étienne pour veiller spécialement à la sûreté de ladite ville ». La proposition semble avoir été accueillie fraîchement à l’intendance. En tout cas la confrérie ne fut pas engagée contre l’émeute que la maréchaussée et l’habileté du subdélégué suffisent à contenir. Le Gouvé, capitaine de la confrérie, avait d’ailleurs adressé à Messance une lettre confidentielle lui indiquant que sa troupe n’interviendrait que s’il en recevait l’ordre écrit de l’intendant ou du commandant pour le Roi, ou, mieux, des deux.

8La confrérie de Saint-Louis disparaît des documents après 1787. On ne saurait dire si elle a joué un rôle dans les premiers mois de la Révolution ou dans la constitution de la garde nationale. Son histoire est donc brève et même mince. Mais elle témoigne du rôle et de la place que le monde militaire entend tenir dans la cité durant les deux décennies qui précèdent la Révolution. Alors même que la société militaire se distingue mieux de la société civile, elle entend s’affirmer face à elle. L’aspect de société de secours mutuel, le rôle de parade joué dans la ville, les velléités enfin de veiller à l’ordre public illustrent, pour la confrérie de Saint-Louis, ces traits.

Notes

1 B.M. Saint-Étienne, ms 357.

2 A.M. Saint-Étienne, GG 9. Le vocable Saint-Louis, au demeurant peu courant pour les confréries, semble surtout utilisé pour des confréries de Français à l’étranger. À une date voisine (1765), et sans que l’on puisse affirmer une influence, la nation française à Lisbonne se retrouve dans une confrérie de Saint-Louis (Archives de la Guerre, Fonds Préval, Ms 1939). Une bulle de Sixte IV en 1478 avait érigé une confrérie de Saint-Louis dans l’église du même nom à Rome. Elle groupa jusqu’à la Révolution des Français, hommes et femmes, dans un but essentiellement charitable.

3 Arch. Man. Armes Saint-Étienne : lettre de Choiseul du 29 avril 1769.

4 B.M. Saint-Étienne, Ms 204, fol. 259.

5 B.M. Saint-Étienne, Ms 91, pièce 12.

6 A. Corvisier, L’armée française de la fin du XVIIe siècle au ministère de Choiseul. Le Soldat, Paris, 1964, 2 vol., t. II, p. 942 sq.

7 A. Corvisier, o. l., t. II, p. 901 sq. et Armées et sociétés en Europe de 1494 à 1789, Paris, 1976.

8 A. Corvisier, « La mort du soldat depuis la fin du Moyen Âge », Revue historique, juillet-septembre 1975, p. 3 à 30.

9 A.M. Saint-Étienne, GG 9.

10 A.M. Saint-Étienne, GG 10.

11 A. CORVISIER, « Quelques aspects sociaux des milices bourgoises au XVIIIe siècle », p. 241 à 277 de Villes de l’Europe méditerranéenne et de l’Europe occidentale du Moyen Age au XIXe siècle, Paris, 1969.

12 A.M. Saint-Étienne, 1 D 10, 8 août 1789.

13 R. Pillorget, « Les problèmes du maintien de l’ordre public en France, entre 1774 et 1789 », L’information historique, 1977, p. 114 à 119.

14 J. Chagniot, « Le problème du maintien de l’ordre à Paris au XVIIIe siècle », Bull. de la Société d’Histoire moderne, 1974, 15e série, n° 8, p. 32 à 45.

15 A. Corvisier, L’armée française..., t. II, p. 909.

16 Arch. Man. Armes Saint-Étienne : lettre de d’Argenson du 26 décembre 1754.

17 A.M. Saint-Étienne, GG 9.

18 A.D. Rhône, 1 C 12.

Table des illustrations

Légende Recrutement annuel des confrères de Saint-Louis
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/943/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k

© LARHRA, 2006

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search