Version classiqueVersion mobile

Pauvreté, cultures et ordre social

 | 
Jean-Pierre Gutton

Pauvreté et assistance

Lyon et le crédit populaire sous l’Ancien Régime : les projets de mont-de-piété

Note de l’éditeur

Article initialement publié dans Studi in memoria di Federigo Melis, Vol. IV, Napoli, 1978, p. 147-154.

Texte intégral

1On sait que la France a accueilli avec un grand retard l’institution des monts-de-piété. Ces établissements, tôt apparus en Italie, lavés de tout soupçon usuraire par le Concile de Latran de 1515 et placés au rang des œuvres charitables par le Concile de Trente, ont connu un grand développement dans certains pays d’Europe, notamment dans la péninsule italienne et dans les Pays-Bas. Le Royaume de France, si l’on fait exception du midi provençal, n’en possède au contraire qu’en très petit nombre et de manière tardive ; le mont-de-piété de Paris n’est autorisé qu’en 1777. Lyon, si proche de l’Italie à bien des égards, Lyon ville de crédit et de grand commerce, aurait-elle fait exception ? Sinon fournirait-elle l’explication de ce refus ?

  • 1 Cf p. 236 de N. Zemon Davis, Poor relief humanism, and heresy : the case of Lyon, in Studies in Med (...)
  • 2 A. M. Lyon, BB 89, fol. 48-49 (1er mars 1571).
  • 3 R. Gascon, Grand commerce et vie urbaine au XVIe siècle, Lyon et ses marchands (environs de 1520-en (...)

2Trois séries de tentatives pour créer à Lyon un mont-de-piété peuvent être relevées au cours des trois siècles de l’époque moderne. La première mention d’un projet visant à établir un mont-de-piété à Lyon, date de 1571. On a souligné que cette proposition ne doit rien aux Franciscains établis à Lyon, peu soucieux d’imiter en ce domaine leurs frères italiens1. Au vrai, on ignore qui proposa l’établissement d’un mont-de-piété puisque le projet n’est connu que par de brèves mentions du registre de délibérations consulaires2. L’époque se prêtait à une telle initiative. L’essor des foires avait permis de nombreux placements d’argent. Mais la cherté, le désordre monétaire, les difficultés du menu peuple font que, dans la seconde moitié du siècle, les obligations non commerciales prennent une grande extension. Le roi dénonce les méfaits de l’usure à Lyon3. Aussi le Consulat prête-t-il une oreille attentive au projet, destiné à « soulager ceux qui sont pauvres, néanmoins désirent d’avoir quelque moyen pour ne vivre oyseux ». L’établissement disposerait d’un « amas », c’est-à-dire d’un fonds, de 20 ou 25 000 livres dont l’origine n’est pas précisée. Les prêts seraient limités à 5 livres et à six mois. Au delà de ce terme le gage serait vendu. Notre document ne fait aucune allusion à un intérêt qui serait exigé des emprunteurs. De fait, le projet semble désintéressé. Il dénonce les « péchés abominables d’usure », cite le cas d’artisans qui empruntent un écu à un sol d’intérêt par semaine, souligne que le mont serait fort utile aux veuves et aux paysans, à ceux qui sont « contraints ou de vendre leurs habillemens pour un morceau de pain ou de vendre les petits fruits de leur jardin ou terres pour la moitié moins du juste prix ». Le Consulat donne un avis favorable à « l’érection et établissement » du mont-de-piété, mais aucune suite concrète ne fut réservée à cette proposition.

  • 4 Cf L. Lallemand, Histoire de la Charité, Paris, 1912, IV, 2e partie, p. 480 sqq. L. De Mayenne Turq (...)
  • 5 A. M. Lyon, AA 146, fol. 5, et A. Pondeveaux, Le cahier de Lyon pour les États généraux de 1614, Ly (...)
  • 6 A. M. Lyon, AA 146, fol. 44 v° et 45 r°.
  • 7 A. M. Lyon, GG 97. Avant Coureur des Monts-de-Piété que Sa Majesté a trouvé bon et très nécessaire (...)
  • 8 Arch. Charité Lyon, E 41, fol. 322 (27 août 1656).
  • 9 G. Guigue, Les papiers des dévots de Lyon, Lyon, 1922, p. 114.

3Le XVIIe siècle est aussi marqué par plusieurs tentatives de création de mont-de-piété. Il est vrai que dans la première moitié du siècle les projets se multiplient en France, sans d’ailleurs aboutir à des résultats4. Lyon ne reste pas en marge de ce mouvement. Le cahier de doléances de la ville pour les États généraux de 1614 demande l’établissement de monts-de-piété, notamment à Paris, Lyon, Toulouse, Rouen, Bordeaux, Marseille, « pour prester argent aux pauvres habitans à ung denier ou ung liard pour livre sur gages mobiliaires à l’instar de ceux d’Italie qui sera pour obvier à la rapacité d’aucungs qui font lesdits prests à perte de finance avec une usure immense et exécrable »5. Cette requête, qui passe dans le cahier général du Gouvernement de Lyon6, reste sans effet. Il est probable cependant que l’on continue à s’intéresser, à Lyon, à de tels projets car les archives de la ville conservent des opuscules de Balthazar Gerbier, partisan des monts-de-piété7. C’est en 1656 seulement que l’on reparle d’une telle création. Le projet alors présenté8 est d’ailleurs différent de ceux qui fleurissaient dans la première moitié du siècle. Le mont-de-piété n’est pas envisagé comme une affaire rentable ou comme un organisme propre à faciliter les transferts de fonds de ville à ville. L’accent est mis sur son caractère charitable. L’un des recteurs de la Charité ou Aumône générale, hospice destiné à l’accueil des pauvres, expose, lors d’une réunion du bureau d’administration, qu’une personne offre des fonds pour la création du mont-de-piété. Les recteurs de la Charité auraient la direction de cet établissement qui accorderait des prêts sur gages d’une durée d’un an et entièrement gratuits. L’origine du projet semble claire. Il émane du milieu des dévots, alors regroupés à Lyon en une très active Compagnie du Saint-Sacrement. Plusieurs des recteurs de la Charité en 1656 en sont membres (Barthélemy Ferrus, Antoine Richard) et la lutte contre l’usure fait partie du programme de la Compagnie9. Au reste, si rien ne sort de cette proposition de 1656, c’est bien la Compagnie du Saint-Sacrement qui, quelques décennies plus tard, créera le seul mont-de-piété lyonnais d’avant la Révolution. En 1679, un Bureau du Prest charitable est établi à Lyon : il prête sur gages, en principe pour six mois, jusqu’à 50 livres, sans prendre aucun intérêt. Ce Prest charitable est uni à une « Compagnie pour assister les pauvres dans leurs procès » pour former le « Conseil charitable ». Il ne peut y avoir de doute sur le rôle de la Compagnie du Saint-Sacrement dans cette création. Un article du règlement du Prest charitable manifeste pleinement les buts de moralisation de la société que la Compagnie poursuivait à travers ses œuvres. Il y est précisé qu’

  • 10 A. M. Lyon, GG 150 : Statuts pour le Bureau du Prest charitable, estably en la ville de Lyon, de l’ (...)

« on tâchera lorsqu’ils [les emprunteurs] se presenteront et que le prest leur sera fait de leur insinuer quelques bonnes pensées et les moyens de se sanctifier dans leur état, les portans à fréquenter les sacremens, souffrir patiemment leur misère, éviter les péchés auxquels elle les peut induire, et pratiquer les vertus de la pauvreté chrétienne »10.

  • 11 A. D. Rhône, 50 H 115 aux dates des 10 avril 1683, 22 mars 1685, avril 1685... Cf aussi G. Guigue, (...)
  • 12 A. D. Rhône, 1 G 177 et 1 G 178.

De plus les registres de délibérations de la Compagnie montrent que ses membres considèrent le Prest charitable comme leur œuvre et interviennent dans son administration11. Le bureau du Conseil charitable continue à se réunir chaque semaine à l’archevêché jusqu’à la Révolution, alors même que la Compagnie du Saint-Sacrement est dissoute depuis longtemps. Il se comporte d’ailleurs toujours comme une œuvre animée par des dévots, pratiquant l’« accommodement » des procès, distribuant des aumônes et accordant des prêts12. Mais ces prêts ne sont plus au XVIIIe siècle des prêts sur gages et l’institution joue simplement le rôle d’un bureau de charité. Son action, quoique différente, était comparable à celle d’une de ces compagnies de Messieurs qui se chargeaient d’assister les prisonniers pour dettes alors si durement traités. Le Prêt charitable est simplement une des formes d’assistance caractéristique de la spiritualité post-tridentine. Une fois de plus la solution du mont-de-piété n’avait pu s’acclimater à Lyon.

  • 13 Archives Charité Lyon, E 120, fol. 113-114.
  • 14 Idem, fol. 126 ; E 132, pièce 6 ; et E 1164, pièces 35 et 36.
  • 15 Sur cet établissement Cf R. Bigo, Aux origines du mont-de-piété parisien : bienfaisance et crédit ( (...)
  • 16 Archives Charité Lyon, E 120, fol. 126 et E 132, pièce 5.
  • 17 Tome III, p. 293.
  • 18 Arch. Ch. Commerce Lyon, registre de délibérations (1767-1780), à la date du 25 juin 1779 (fol. 71  (...)
  • 19 A. M. Lyon, AA 133, fol. 146.

4À la fin du XVIIIe siècle, dans les années qui suivent la création du mont-de-piété de Paris, divers projets sont présentés aux Lyonnais. Ils échouent tous mais ils donnent l’occasion aux autorités de la ville de prendre position sur leur opportunité et, par là, de nous renseigner. À la date du 16 février 1779 les recteurs de la Charité ou Aumône générale, établissement dont la situation financière est alors mauvaise, écrivent à Bertin et à Necker, ministres13. Ils représentent qu’ils sont informés de ce qu’une compagnie entend établir un mont-de-piété à Lyon. Cet établissement emprunterait de l’argent à 5 % alors que la Charité ne rénumère les dépôts qui lui sont confiés qu’à 3 %. Ils craignent que « la plupart ne retirent les fonds qu’ils ont placés chez nous, pour obtenir un intérêt plus favorable ». Necker fit une réponse apaisante, mais en mars, et surtout en juin, de cette même année 1779 de nouveaux projets sont connus14. Ils tendent à associer Hôtel-Dieu et Charité de Lyon à l’institution, sans doute pour prévenir leur opposition et sans doute aussi par imitation du mont-de-piété parisien qui dépendait de l’Hôpital général du même lieu15. Une fois encore, Necker, par lettre du 3 juillet adressée aux recteurs de la Charité, apaise en affirmant qu’il n’était nullement question d’établir un mont-de-piété à Lyon16. On peut le croire puisque dans De ladministration des finances de la France (1784) il se montre opposé à toute extension provinciale de l’expérience parisienne du mont-de-piété17. De plus le ministre ajoutait : « soyez persuadés que je ne perdrai point de vue les motifs d’opposition contenus dans vos différentes représentations ». De fait l’opposition à la création d’un mont-de-piété dans la ville s’amplifiait. La Chambre de commerce avait pris une position très hostile18 et cet avis était aussi celui du Consulat19. Le mémoire présenté par la Chambre de commerce attirait d’abord l’attention sur le fait que les ouvriers des manufactures vivaient « du jour à la journée ». Or, « les vicissitudes des modes, les obstacles à leur consommation et exportation, causés par la disette des denrées ou des matières premières, par la guerre ou d’autres fléaux produisent de fréquentes interruptions ou cessations de travail qui réduisent à un état d’indigence ceux de ces ouvriers que les charges d’une famille nombreuse, des infirmités ou même le défaut d’économie ont empêché de faire des épargnes suffisantes pour supporter ces interstices calamiteux ; on doit prévoir que dans ces circonstances critiques où les besoins du moment sont les seuls qui affectent le peuple ces ouvriers profiteront de la facilité d’un emprunt au mont-de-piété en y portant leurs effets pièce à pièce dans l’espoir de les racheter qui sera trompé par l’impuissance après en avoir consommé le produit, et par de nouvelles charges qui les mettront hors d’état de les remplacer, et de se relever au retour du travail ». La « débauche » des hommes et la « vanité » des femmes favoriseraient cette imprévoyance. Le mémoire énumérait aussi toute une série d’inconvénients : des fils de famille, des « commis déréglés » pourraient engager des marchandises dérobées ; l’institution favoriserait les banqueroutes frauduleuses avec fuite à l’étranger, après engagement de marchandises acquises à crédit ; des ouvriers en soie pourraient détourner et porter au mont les fils d’or ou d’argent confiés par les maîtres fabriquants, tombant ainsi dans le délit connu à Lyon sous le nom de « piquage d’once ». L’activité économique de la ville serait encore beaucoup plus gravement menacée pensait la Chambre de commerce. Les « entrepreneurs de manufactures d’un ordre inférieur », ne pouvant attendre le moment favorable pour la vente de leurs étoffes, s’empresseraient de les porter au mont-de-piété pour en recevoir la moitié de la valeur. Mais leur entreprise ne pourrait ainsi survivre et leurs créanciers se trouveraient sans recours. La vente des étoffes par le mont-de-piété ferait inévitablement baisser les cours. Le danger enfin était pour tous les négociants lyonnais dont le mémoire affirme qu’ils achètent comptant les matières premières et vendent à terme. Cela est possible par les « dépôts des capitalistes » qui prêtent leur argent. Qu’adviendra-t-il lorsque le mont-de-piété offrira une possibilité de placement comportant beaucoup moins de risques ? Aussi la conclusion du mémoire était-elle très hostile au projet « dangereux et nuisible au peuple, préjudiciable aux créanciers des marchands, destructif des manufactures et du commerce ».

  • 20 Sur la Chambre de commerce Cf M. PARISET, La Chambre de commerce de Lyon, Lyon, 1886-1889, 2 vol.
  • 21 Prost de Royer, Lettre à Mgr l’Archevêque de Lyon, dans laquelle on traite du Prêt à intérêt à Lyon (...)
  • 22 Prostde Royer, o.l., p. 29.
  • 23 Mémoires adressés au Parlement par les officiers de la Cour des monnaies, Sénéchaussée et Présidial (...)

5L’ensemble des raisons avancées mérite quelques commentaires. Il s’y manifeste évidemment une grande méfiance à l’égard des ouvriers en soie et le souci de la part de la Chambre de commerce de défendre les intérêts des négociants20. Il s’y manifeste aussi la volonté de défendre un certain système de crédit, propre à Lyon. Il ne faut pas, en effet, que l’argent disponible soit détourné des placements qu’offre le commerce. En 1790, la Chambre de commerce prendra une position hostile à la Caisse d’escompte pour les mêmes raisons. Mais, en cette seconde moitié du XVIIIe siècle, il y a vraisemblablement plus dans ce soin mis à vanter la nécessité des « dépôts des capitalistes ». Jusqu’en octobre 1789 le prêt à intérêt et à durée limitée est en effet, en principe, interdit en France. Dans la pratique cependant la situation varie d’un ressort de parlement à l’autre. Dans celui du parlement de Paris, dont Lyon fait partie, la sévérité reste rigoureuse. Mais précisément, une exception est faite pour Lyon, en vertu de privilèges accordés jadis aux foires de Brie et de Champagne et dont elle a hérité21 : le dépôt d’argent auprès de négociants qui versent un intérêt est admis. Or, ce régime particulier peut passer pour quelque peu menacé dans la mesure où l’archevêque Malvin de Montazet (1758-1788) est favorable aux jansénistes et à l’Oratoire, deux des plus fermes ennemis du prêt à intérêt. Aussi Prost de Royer prend-il la défense du dépôt de l’argent, évoquant d’ailleurs l’utilité des monts-de-piété22. Les officiers de différentes cours lyonnaises plaident aussi pour le prêt à jour et à intérêt. Leurs mémoires annoncent alors curieusement les arguments que la Chambre de commerce employera en 1779. Les soies travaillées à Lyon sont payées comptant à l’étranger, alors même qu’elles sont encore en route. Les négociants ont donc besoin de crédit ; « plus de douze millions prêtés chaque année aux commerçants par des capitalistes, rendent possible cet achat »23.

  • 24 R. Bigo, o.l., p. 121 et 125.

6Il semble donc que le mémoire de la Chambre de commerce défende un système de financement de la Fabrique plus ou moins menacé. En même temps, la Chambre de commerce manifeste clairement son hostilité à voir les « entrepreneurs de manufacture d’un ordre inférieur », c’est-à-dire probablement les maîtres-ouvriers-marchands qui achètent la soie, tissent et vendent les étoffes, se servir du mont-de-piété comme d’une banque. Il y a vraisemblablement là un épisode de la lutte des maîtres marchands de la « grande fabrique » contre les maîtres ouvriers fabriquant pour leur compte. La Chambre de commerce, en tout cas, voyait juste en pensant que le mont-de-piété serait utilisé comme une banque. Le mont-de-piété parisien a joué ce rôle auprès des artisans de la capitale qui y trouvaient de l’argent à 10 %. Mais le mont-de-piété n’a nullement eu des effets catastrophiques puisque un objet engagé sur douze seulement a été vendu, ce qui prouve le caractère très minoritaire des insolvables24. Mais pour les dirigeants de la Chambre de commerce il s’agit en fait de réserver le crédit à ceux qu’elle en juge digne !

  • 25 Archives Chambre de commerce Lyon, registre de délibérations (1780-1790) à la date du 22 décembre 1 (...)
  • 26 A. M. Lyon, GG 97 et A.D. Rhône, 1L 1171. Autre projet, non daté, dans A. D. Rhône, 1 C 302.

7Dans les toutes dernières années de l’ancien régime, de nouveaux projets de mont-de-piété rencontrèrent la même opposition. En décembre 1786 la Chambre de commerce est saisie par l’intendant d’un projet de « caisse de secours », qui n’est pas autre chose qu’un mont-de-piété. Elle donne à nouveau un avis très défavorable, qualifiant l’établissement projeté d’« impraticable » et de « dangereux »25. La Chambre de commerce reprend les arguments du mémoire de 1779, dont elle envoie une copie à l’intendant. Puis elle répond à des arguments présentés par les tenants du nouveau projet qui envisagent de prêter à 7,5 % et non plus à 10 % comme en 1779. Or toute cette partie du débat porte précisément sur le marché de l’argent. La Chambre de commerce s’efforce de réfuter les thèmes qui sont mis en avant dans le projet : des taux usuraires seraient pratiqués entre les négociants de la ville, la rareté de l’argent est responsable de faillites, l’argent est d’ailleurs concentré dans les mains des « premières maisons de commerce ». Dans la défense de la Chambre de commerce, on lit essentiellement que le dépôt d’argent à 5 % assure un bon financement et que le commerce des lettres de change avec Paris, Amsterdam et Londres permet de se procurer de l’argent à un taux maximum de 6,33 %. Il est clair que cette fois encore la Chambre de commerce ne considère que les intérêts des grands négociants. Enfin en juillet 1788 un nouveau projet est présenté par une veuve qui désire employer des enfants trouvés dans une manufacture d’« horlogerie, gravure et ciselure » et financer son établissement par un prêt sur gage. Un mémoire, dont nous ignorons la provenance, reprend une fois de plus les arguments de 177926.

  • 27 Le « bureau de confiance » que le manuscrit 2381 de la B. M. Lyon considère comme un mont-de-piété (...)
  • 28 M. Courdurié, La dette des collectivités publiques de Marseille au XVIIIe siècle, Marseille, 1974, (...)

8Lyon n’aura donc connu sous l’ancien régime qu’une seule expérience de mont-de-piété, celle assez particulière du « Prest charitable »27. Le mont-de-piété de Lyon, créé par décret impérial du 23 mai 1810 ne commencera à fonctionner qu’en 1811. L’histoire de ces projets avortés a pour intérêt essentiel de montrer combien la notion de crédit populaire était finalement étrangère aux notables de l’époque. Le commerce de la lettre de change assurait le crédit au grand négoce. Mais un monde, autrement étendu que celui du grand négoce, avait besoin d’une organisation permettant le commerce de l’argent. Une étude exemplaire du mont-de-piété marseillais vient de montrer que l’institution répondait véritablement aux exigences des petits emprunteurs comme de celles des petits épargnants28. De telles institutions étaient très rares quoique très nécessaires ; sans doute était-ce, comme nous avons essayé de le suggérer, pour des raisons de mentalité. N’est-ce pas là finalement une nouvelle illustration du retard bancaire de la France d’ancien régime ?

Notes

1 Cf p. 236 de N. Zemon Davis, Poor relief humanism, and heresy : the case of Lyon, in Studies in Medieval and Renaissance History, 1968, p. 217 à 275.

2 A. M. Lyon, BB 89, fol. 48-49 (1er mars 1571).

3 R. Gascon, Grand commerce et vie urbaine au XVIe siècle, Lyon et ses marchands (environs de 1520-environs de 1580), Paris, La Haye, 1971, 2 vol. Cf. T. II, p. 647-649.

4 Cf L. Lallemand, Histoire de la Charité, Paris, 1912, IV, 2e partie, p. 480 sqq. L. De Mayenne Turquet, La monarchie aristodémocratique, Paris, 1611. Bureaux de la charité à establir en France à l’instar des monts-de-piété d’Italie, Paris, 1623 (B. Arsenal, ms 2565). B. Nale, ms fr. 18781, fol. 268 : Requête de P. Biset. B. NALE, ms fr. 21802, fol. 124. Du Noyer, Au Roi et à Nosseigneurs de son conseil, s.l.n.d. et A Monseigneur l’Archevêque de Paris et Messieurs les Docteurs en théologie et Curés de laditte ville et fauxbourgs de Paris, s.l.n.d. (1639). B. NALE, ms fr. 18600, fol. 459 et 460, et 17540, fol. 84 1 86 (Renaudot).

5 A. M. Lyon, AA 146, fol. 5, et A. Pondeveaux, Le cahier de Lyon pour les États généraux de 1614, Lyon, 1910, p. 25-26.

6 A. M. Lyon, AA 146, fol. 44 v° et 45 r°.

7 A. M. Lyon, GG 97. Avant Coureur des Monts-de-Piété que Sa Majesté a trouvé bon et très nécessaire qu’on établisse en toutes les principales villes de son Royaume, pour le soulagement du Public, Paris, 1643. Serments que doivent prester les officiers des Monts-de-Piété...., Paris, 1643.

8 Arch. Charité Lyon, E 41, fol. 322 (27 août 1656).

9 G. Guigue, Les papiers des dévots de Lyon, Lyon, 1922, p. 114.

10 A. M. Lyon, GG 150 : Statuts pour le Bureau du Prest charitable, estably en la ville de Lyon, de l’autorité de Monseigneur l’Archevêque, 7 p. Document publié dans J. Godart, Une œuvre d’assistance judiciaire au XVIIe siècle. La compagnie établie à Lyon pour assister les pauvres dans leurs procès, et le bureau du prêt charitable - 1679, Revue du Lyonnais, 1900, p. 198-210.

11 A. D. Rhône, 50 H 115 aux dates des 10 avril 1683, 22 mars 1685, avril 1685... Cf aussi G. Guigue, Les papiers des dévots de Lyon, Lyon, 1922, p. 120, 122, 222.

12 A. D. Rhône, 1 G 177 et 1 G 178.

13 Archives Charité Lyon, E 120, fol. 113-114.

14 Idem, fol. 126 ; E 132, pièce 6 ; et E 1164, pièces 35 et 36.

15 Sur cet établissement Cf R. Bigo, Aux origines du mont-de-piété parisien : bienfaisance et crédit (1777-1789), A.H.E.S., 1932, p. 113 à 126.

16 Archives Charité Lyon, E 120, fol. 126 et E 132, pièce 5.

17 Tome III, p. 293.

18 Arch. Ch. Commerce Lyon, registre de délibérations (1767-1780), à la date du 25 juin 1779 (fol. 71 r° à 73 v°) et A. M. Lyon, GG 97.

19 A. M. Lyon, AA 133, fol. 146.

20 Sur la Chambre de commerce Cf M. PARISET, La Chambre de commerce de Lyon, Lyon, 1886-1889, 2 vol.

21 Prost de Royer, Lettre à Mgr l’Archevêque de Lyon, dans laquelle on traite du Prêt à intérêt à Lyon, appelé dépôt de l’argent..., Avignon, 1763, et G. Guitton, En marge de l’histoire du prêt à intérêt. Lyon jaloux d’Anvers et d’Amsterdam (1654-1678), Nouvelle revue théologique, 1953, p. 59 à 69.

22 Prostde Royer, o.l., p. 29.

23 Mémoires adressés au Parlement par les officiers de la Cour des monnaies, Sénéchaussée et Présidial de Lyon, sur l’établissement des nouveaux collèges dans ladite ville, Lyon, 1763, p. 16. Soulignons cependant que l’achat des soies au comptant ne correspond pas en fait à la majorité des cas.

24 R. Bigo, o.l., p. 121 et 125.

25 Archives Chambre de commerce Lyon, registre de délibérations (1780-1790) à la date du 22 décembre 1786 (fol. 49 v° à 51 v°) et A. M. Lyon, AA 158.

26 A. M. Lyon, GG 97 et A.D. Rhône, 1L 1171. Autre projet, non daté, dans A. D. Rhône, 1 C 302.

27 Le « bureau de confiance » que le manuscrit 2381 de la B. M. Lyon considère comme un mont-de-piété était en fait un bureau de vente (A. M. Lyon, GG 150).

28 M. Courdurié, La dette des collectivités publiques de Marseille au XVIIIe siècle, Marseille, 1974, p. 237 à 243.

© LARHRA, 2006

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search