Version classiqueVersion mobile

Pauvreté, cultures et ordre social

 | 
Jean-Pierre Gutton

Pauvreté et assistance

Une source de l’histoire de la mendicité et du vagabondage pendant la première moitié du xviiie siècle

Note de l’éditeur

Article initialement publié dans Actes du 97e Congrès national des sociétés savantes, Nantes, 1972, Section d’histoire moderne et contemporaine, Tome I, Paris, 1977, p. 403-408.

Texte intégral

1La connaissance des mendiants et des vagabonds de l’Ancien Régime risque de demeurer toujours imparfaite. Ce monde de la misère est un monde illettré qui ne s’est qu’exceptionnellement raconté. Sans doute n’échappe-t-il pas totalement aux prises de l’historien, car ces miséreux ont leurs façons de s’imposer à l’attention des autorités et, par contrecoup, à la nôtre. Leur mort, au creux d’un chemin ou à l’abri d’une grange, contraint le curé du village à une petite enquête, préliminaire obligé de la sépulture en terre chrétienne pour ces inconnus. Les « émotions » populaires sont matière à noircir beaucoup de papier timbré et à évoquer de malheureux destins. Lorsqu’un pauvre se présente à la porte d’un hôpital pour y demander l’asile ou lorsqu’il y est « enfermé » d’autorité, il sera peut-être inscrit sur quelque registre, dont plusieurs sont venus jusqu’à nous. Tous ces documents rendent possible une typologie des mendiants et des vagabonds, et c’est beaucoup. Lacunaires et isolés, ils ne permettent généralement pas une histoire quantitative et, à plus forte raison, « sérielle », de la mendicité et du vagabondage. Nous voudrions attirer l’attention sur une source assez peu connue dont l’utilisation permettrait une telle histoire.

  • 1 Bibl. nat., Actes royaux, F 23623 (138).

2Le 18 juillet 1724, une déclaration royale prescrivait, une fois de plus, l’enfermement des mendiants et des vagabonds1. Il n’y avait là rien de très original. Mais pour notre propos, cette déclaration comporte une disposition intéressante. Son préambule affirme que si les textes antérieurs ne sont pas parvenus à faire disparaître la mendicité, c’est en partie parce que rien n’était prévu pour « reconnaître ceux qui auraient été arrêtés plusieurs fois, et les punir plus sévèrement pour la récidive ». L’article V de la déclaration du 18 juillet 1724 entendait pallier cet inconvénient. Il portait création à l’Hôpital général de Paris d’un « Bureau de correspondance » avec tous les autres hôpitaux du royaume chargés d’enfermer les mendiants. Chaque établissement devait tenir un registre des mendiants et vagabonds internés,

« contenant leurs noms, surnoms, âges et pays, ainsi qu’il aura été par eux déclaré, avec les autres circonstances principales qu’on aura pu tirer de leurs interrogatoires, et les principaux signalements de leurs personnes ».

3Toutes les semaines, une copie du registre devait parvenir au Bureau général de correspondance qui en tirerait une liste de tous les mendiants arrêtés. Des extraits hebdomadaires de cette liste seraient adressés aux officiers de maréchaussée et aux hôpitaux. La déclaration concluait, avec optimisme :

« On demeslera facilement ceux qui, ayant été arrêtés pour une première fois, auront été mendier dans d’autres Provinces dans l’espérance de n’y être pas reconnus, ou ceux contre lesquels il y aura d’autres sujets qui méritent un châtiment plus sévère. »

  • 2 A. Corvisier, L’armée française de la fin du XVIIe siècle au ministère de Choiseul. Le soldat, Pari (...)
  • 3 B. Gille, Les sources statistiques de l’histoire de France. Des enquêtes du XVIIe siècle à 1870, Ge (...)

4Ces dispositions étaient importantes. Elles constituaient, en quelque sorte, une tentative de création d’un fichier central, d’un embryon de casier judiciaire pour une catégorie de délinquants. Manifestement, le système était emprunté aux pratiques qui avaient cours dans la lutte contre la désertion puisque, tous les trois mois, des rôles imprimés de déserteurs étaient diffusés2. Il était aussi caractéristique du souci de connaissance précise et même d’enquête statistique que le pouvoir royal manifestait volontiers en ce début du XVIIIe siècle3. Il est probable que c’était une idée de Pâris-Duvernay, alors tout puissant avec le titre de « Secrétaire des commandements » du duc de Bourbon. Dans ses Mémoires, le jurisconsulte Mathieu Marais écrit :

  • 4 M. Marais, Journal et Mémoires sur la Régence et le règne de Louis XV (1715-1737), Paris, publ. de (...)

« Il nous est venu plusieurs édits et déclarations, une entre autres, du 18 juillet, concernant les mendiants et vagabonds, où les Pâris, amateurs de bureaux et de registres, établissent un bureau de correspondance de l’Hôpital général de Paris avec les autres hôpitaux de France, et des registres qui seront tenus de tous les gueux qui seront dans ces hôpitaux, ce qui fera un jour un recensement bien curieux4 »

5Le pouvoir fondait certainement de grandes espérances sur cette innovation. À la fin du mois de juillet 1724, une Instruction concernant les mendiants précisait comment tenir à jour, dans les hôpitaux, différents registres et notamment un registre d’entrées et un registre de sorties des mendiants. Des modèles imprimés de registres étaient diffusés (v. fig.). La lettre d’envoi du Contrôleur général des finances, qui accompagnait l’Instruction, recommandait :

  • 5 Un exemplaire de l’Instruction et de la lettre dans Arch. hôpital Montbrison, G 4.

« Un des points les plus importants de cette affaire est l’exacte correspondance avec le Bureau général étably à Paris qui vous donnera comme à chacun des autres hôpitaux du Royaume la connaissance de tous les mendians arrestez dans différentes provinces5. »

  • 6 Circulaire du procureur général en date du 3 octobre 1724. Un exemplaire dans Arch. hôpital Montbri (...)
  • 7 Bibl. nat., Ms Joly de Fleury, n° 1308, fol. 26 à 29. La centralisation des renseignements se faisa (...)

6En octobre 1724, le procureur général au Parlement de Paris affirmait qu’une telle organisation permettrait de bannir la mendicité et de « découvrir les prévenus de crimes6 ». Cependant, faute de moyens techniques, la réalisation fut médiocre et éphémère. Dans la pratique, on exigea des hôpitaux l’envoi d’extraits mensuels de leurs registres. Or au 1er décembre 1724, alors que la moitié des hôpitaux n’avaient encore rien envoyé, le Bureau de correspondance, composé de neuf commis, était déjà submergé par sept mille signalements de mendiants7. Aussi ne put-il diffuser que quelques listes imprimées. À partir du milieu de 1726, la correspondance est beaucoup moins régulière. En 1727, le Bureau de correspondance a disparu et l’expérience ne sera pas reprise sous l’Ancien Régime.

7Ces prescriptions, si mal appliquées, sont pourtant à l’origine de sources intéressantes pour l’histoire de la mendicité et du vagabondage. Il n’existe pas, du moins à notre connaissance, d’archives laissées par le Bureau de correspondance. En tout cas, ni les Archives nationales, ni les Archives de l’Assistance publique ne semblent en conserver. Mais dans les archives hospitalières, les registres d’entrées et de sorties ont été souvent conservés. Ainsi, pendant quelques années, l’enregistrement des mendiants et des vagabonds arrêtés se fait d’une manière cohérente et précise. Même lorsque l’envoi de copies à Paris n’est plus exigé, les registres continuent d’être tenus de la même manière tant que le pouvoir central fournit des fonds pour l’exécution de la déclaration, c’est-à-dire jusqu’en 1733. Pour la même raison, et durant la même période, des états d’entrées et de sorties furent envoyés par les recteurs d’hôpitaux aux intendants. Ces états, conservés dans la série C des Archives départementales, peuvent pallier la disparition de registres : ils n’en sont que les copies.

8Chaque page des registres d’entrées ou de sorties est partagée en trois colonnes. Dans la colonne centrale, la plus importante, chaque mendiant ou vagabond est enregistré sous un numéro. On y lit d’abord les renseignements d’état civil : nom, prénoms, éventuellement surnom, âge et lieu de naissance, profession. À la suite, se trouve un signalement détaillé. Or au XVIIIe siècle, le signalement des personnes est encore rare parce qu’il est considéré comme une formalité plus ou moins infamante, imposé seulement aux suspects, aux soldats et aux délinquants. L’ensemble de ces renseignements permet donc d’introduire dans le champ des recherches de l’histoire sociale ces muets de l’histoire que sont les pauvres, d’en faire une histoire quantitative puisque sexe, âge, origines géographique et professionnelle sont susceptibles d’un traitement statistique. De plus, d’autres mentions des registres font entrevoir, presque toujours, et, parfois, précisent le destin des mendiants. En effet, la colonne centrale des registres d’entrées indique encore comment s’est faite l’admission à l’hôpital : arrestation par la maréchaussée, arrestation par les archers des pauvres dans les villes, entrée volontaire. La colonne de gauche de ces mêmes registres est réservée à ce que le Contrôle général appelait les « nouvelles découvertes ». Les recteurs d’hôpitaux doivent mentionner ici ce que les interrogatoires ont pu faire découvrir : faux noms, existence de biens dans la paroisse de résidence, ou ce qui ressort de la conduite à l’hôpital. La colonne de droite, celle des « nouveaux statuts », servait à inscrire les décisions des administrateurs de l’hôpital au sujet de chaque mendiant. Le registre des sorties, enfin, indique dans quel lieu se retire le mendiant libéré. Ces indications sont peut-être moins détaillées, par certains aspects, que celles que fournissent les interrogatoires de maréchaussée. Mais alors que la conservation des dossiers de maréchaussée est souvent lacunaire, les registres d’entrées et de sorties permettent une coupe dans la population errante à une époque donnée, qui est beaucoup plus rigoureuse puisque chaque mendiant est affecté d’un numéro.

  • 8 Archives déposées aux Arch. dép. Loire et non classées.

9L’utilisation que nous avons faite de tels documents conservés en Forez et en Auvergne nous a confirmé leur intérêt. Ce n’est pas à dire qu’ils soient exempts de reproches et indemnes de critiques. Il nous a été donné de retrouver dans les archives de la Charité de Saint-Etienne8 deux registres d’entrées portant sur la même période. Le premier est le registre d’entrées des mendiants (1724-1733) prescrit par la déclaration de 1724. Le second est le livre d’entrées (1682-1744) de tous les pensionnaires de la Charité ; il enregistre tous les pauvres qui ont demandé asile à l’établissement. Une partie des noms relevés sur le second document doit donc se retrouver sur le premier, et globalement, c’est bien ce que l’on constate. Cependant, dans le détail, des différences apparaissent parfois entre les deux registres pour un même mendiant. Ces différences ne sont pas fortuites. Elles concernent toutes des mendiants de la ville, souvent assistés depuis longtemps par la Charité et bien connus des recteurs. Aussi l’indulgence joue-t-elle manifestement en leur faveur et, sur le premier registre, les mentions sont modifiées, ou même omises, pour leur éviter les rigueurs réservées aux récidivistes. Ainsi, en septembre 1724, un « manœuvrier natif de la ville, invalide mendiant » est arrêté par les archers des pauvres. Le 1ernovembre, il est libéré « sur la promesse de ne plus mendier ». Ces indications se trouvent sur les deux registres. En revanche, le registre dont une copie était destinée au Bureau de correspondance omet entièrement les autres circonstances de la vie de ce mendiant rapportées par le registre des pauvres : dès le 12 novembre 1724, il a demandé à être reçu à nouveau à la Charité ; le 6 mars 1725 il s’est évadé ; repris le 1er avril, il s’évade à nouveau le 2 mai. De même, un vagabond, entré à la Charité le 26 novembre 1724, serait, d’après le premier registre, « sorti le 11 juin 1725 ses forces étant reprises ». Le second registre est, au contraire, plus explicite. Il précise : « étant sorti avec permission, il a resté dehors ce 25 décembre 1724. Il est rentré le 24 mars 1725. Il s’est évadé le 3 juin 1725. » D’autres exemples seraient comparables.

10De telles anomalies, qui restent tout de même en petit nombre, n’affectent que médiocrement la valeur statistique du document présenté. Et elles ont du moins le mérite de témoigner sur l’histoire de la psychologie collective. Comment les expliquer en effet, sinon par les réticences des recteurs d’hôpitaux à appliquer des règlements qui entraîneraient une centralisation de l’assistance ? L’ancienneté de chaque établissement, ses ressources propres, parfois importantes, le sentiment qu’avaient les recteurs de représenter une puissance dans la cité, avaient donné des habitudes d’autonomie aux bureaux des hôpitaux. Et le fait pour les administrateurs de faire des avances, souvent substantielles, sur leurs propres deniers les renforçait dans leurs habitudes d’indépendance. Sans doute, certains d’entre eux n’étaient-ils pas loin de voir dans les formalités imposées par la déclaration de 1724 une ingérence du pouvoir central. Mais il y a plus. Les errements relevés dans la tenue des registres attestent surtout que la déclaration de 1724 est apparue trop sévère aux recteurs d’hôpitaux, plus sévère en tout cas que les textes qu’ils avaient coutume d’appliquer. En d’autres termes, le pouvoir royal et les administrateurs d’hôpitaux ont des conceptions différentes de la charité et de l’assistance. Les seconds sont beaucoup moins favorables que le premier à l’enfermement des mendiants et des vagabonds, c’est-à-dire à une forme répressive de l’assistance. La gravité des peines prévues à partir de la seconde récidive les rendait vraisemblablement inapplicables aux yeux de nombreux recteurs d’hôpitaux. Et ce qui est en cause, en fin de compte, c’est le jugement porté sur la mendicité et le vagabondage. Pour le pouvoir, ce sont des délits qu’il faut punir. Alors que pour les autorités locales d’assistance, on peut se demander si la mendicité des pauvres connus et dont on sait la détresse constitue une faute. Si oui, ils la considèrent sans doute avec beaucoup d’indulgence. Mais la réponse affirmative n’est pas sûre, de même qu’il n’est pas sûr que les recteurs d’hôpitaux ne participent plus à l’ancienne mentalité qui voyait dans pauvreté et mendicité des signes d’élection.

11Le type de documents que nous venons de présenter illustre assez bien les indigences de la documentation statistique pour l’Ancien Régime. Le manque de rigueur administrative et comptable, partout constaté, s’y retrouve fortement. Mais s’agissant de groupes sociaux encore si mal connus, ces sources mériteraient des sondages systématiques dans l’ensemble du royaume. Seraient ainsi mieux éclairés les pauvres et, si l’exemple stéphanois devait se retrouver ailleurs, les réactions des aisés devant la mendicité et le vagabondage.

Modèle du registre d’entrées fourni par le Contrôle général (recto et verso du premier feuillet)
(Archives hospitalières de Lyon, fonds de la Charité, G347.)

Notes

1 Bibl. nat., Actes royaux, F 23623 (138).

2 A. Corvisier, L’armée française de la fin du XVIIe siècle au ministère de Choiseul. Le soldat, Paris, 1964, t. II, p. 716.

3 B. Gille, Les sources statistiques de l’histoire de France. Des enquêtes du XVIIe siècle à 1870, Genève, Paris, 1964.

4 M. Marais, Journal et Mémoires sur la Régence et le règne de Louis XV (1715-1737), Paris, publ. de Lescure, 1863-1868, t. III, p. 127.

5 Un exemplaire de l’Instruction et de la lettre dans Arch. hôpital Montbrison, G 4.

6 Circulaire du procureur général en date du 3 octobre 1724. Un exemplaire dans Arch. hôpital Montbrison, G4.

7 Bibl. nat., Ms Joly de Fleury, n° 1308, fol. 26 à 29. La centralisation des renseignements se faisait dans le cadre de 25 registres correspondant chacun à une taille donnée. Chaque registre comportait 16 colonnes à remplir pour les différents éléments du signalement. Des tables alphabétiques étaient aussi constituées.

8 Archives déposées aux Arch. dép. Loire et non classées.

Table des illustrations

Légende Modèle du registre d’entrées fourni par le Contrôle général (recto et verso du premier feuillet)(Archives hospitalières de Lyon, fonds de la Charité, G347.)
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/937/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 324k

© LARHRA, 2006

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search