Version classiqueVersion mobile

Pauvreté, cultures et ordre social

 | 
Jean-Pierre Gutton

Pauvreté et assistance

Les compagnies paroissiales de charité à Lyon aux xviie et xviiie siècles

Note de l’éditeur

Article initialement publié dans Religion et politique ; Les Deux guerres mondiales ; Histoire de Lyon et du Sud-Est : mélanges offerts à M. le doyen André Latreille, préf. de M. Pacaut, J. Gadille, J.-M. Mayeur et H. Beuve-Méry, 1972, Lyon, Audin, p. 445-454.

Texte intégral

  • 1 Cf. M. Agulhon, Pénitents et Francs-Maçons de l’ancienne Provence, Paris, 1968.
  • 2 P. Coste, Le grand saint du grand siècle. Monsieur Vincent, Paris, 1931, t. 1, p. 103 sqq.
  • 3 E. Brunet, La charité paroissiale à Paris au XVIIe siècle d’après les règlements des compagnies de (...)
  • 4 R. Allier, La cabale des dévots. 1627-1666, Paris. 1902. Cf. surtout le chapitre IV. On trouvera ce (...)

1Dans toutes les régions de France, se sont créées, au XVIIe siècle, des compagnies de charité qui constituaient une forme nouvelle d’association, peut-être plus attirante que les anciennes confréries, propre en tout cas à satisfaire ce goût de « sociabilité » que l’on a pu déceler dans les confréries de l’ancienne France1, propre aussi à fournir un cadre au souci d’action morale si caractéristique du catholicisme français du XVIIe siècle. À ces compagnies de charité, on peut reconnaître deux origines. Certaines sont des imitations des confréries de la Charité créées par Vincent de Paul, et notamment de la première d’entre elles, celle de Châtillon-les-Dombes fondée en 16172. Puis, à partir du milieu du XVIIe siècle et du modèle fourni par les compagnies instituées, en 1649 et 1651, par le curé Olier dans la paroisse Saint-Sulpice de Paris3, ce sont des dévots qui, plus nettement qu’auparavant, se trouvent à l’origine des créations de compagnies de charité, allant même jusqu’à rédiger un règlement type4. C’est en grande partie sous cette influence que Lyon a vu naître dans la seconde moitié du XVIIe siècle plusieurs compagnies dont on voudrait esquisser ici l’histoire, en rassemblant des documents parfois dispersés hors des grands dépôts publics.

  • 5 Règlemens de l’association de Sainte Françoise, s. 1., 1656. (B.M. Lyon, fonds Coste, 805.113 ter).
  • 6 G. Guigue, Les papiers des dévots de Lyon, Lyon, 1922, p. 12.
  • 7 Vie de M. Démia, instituteur des Sœurs de Saint Charles, Lyon, 1829, p. 146 à 148, et A.D. Rhône, D (...)
  • 8 A.M. Lyon, GG 150. Pendant quelques années, cet enseignement pour les filles pauvres des trois paro (...)
  • 9 Archives des religieuses de Saint Vincent de Paul à Lyon : Ms anonyme intitulé « Les filles de la C (...)

2La première compagnie de charité connue à Lyon est l’association des Dames de Sainte Françoise qui, lorsqu’elle obtient l’approbation de ses règlements en 1656, n’a sans doute que quelques années d’existence. C’est une association exclusivement féminine et dont le champ d’action s’étend sur les paroisses de Sainte-Croix, Saint-Pierre-le-Vieux et Saint-Georges. Sous la direction d’une présidente et de diverses « officières » élues en assemblée générale, cette compagnie se propose comme but toutes les œuvres de miséricorde, en en privilégiant cependant certaines. Et la liste de ces dernières dit suffisamment l’influence des idées des milieux dévots sur l’association. On exercera en effet tout particulièrement la charité envers les Nouveaux Convertis, les prisonniers, les pauvres honteux, les « femmes et filles débauchées » repenties. On procurera aux malades des « œuvres spirituelles » et on veillera à ce que « les Sacremens leur soient administrez »5. L’intervention des dévots se montrait plus nettement encore quelques années plus tard lorsque des Filles de la Charité étaient appelées pour assurer les tâches matérielles au sein de l’association de Sainte Françoise. Dans un « Mémoire des bonnes œuvres entreprises par la Compagnie du Sainct Sacrement de l’autel de Lyon », on lit que « la Compagnie a estably, ou par elle ou par voyes excitatives... les Sœurs de la Charité »6. De fait, c’est l’un des membres de la Compagnie, Charles Démia, le fondateur des petites écoles lyonnaises, qui, en 1671, a obtenu la venue de deux Filles de Charité dans les paroisses de Sainte-Croix, Saint-Pierre-le-Vieux et Saint-Georges. Sous l’autorité des Dames de l’association, elles assuraient désormais de meilleurs secours aux pauvres et l’organisation d’un enseignement pour les filles7. En 1679, la générosité d’une pieuse Lyonnaise, Mme Pichon, permettait de trouver une maison pour abriter l’école et d’assurer l’entretien des deux sœurs de la Charité8. Les Filles de la Charité devaient rester au service de l’association pendant tout l’Ancien Régime. Grâce à divers dons et fondations, leur nombre était de neuf en 17899.

  • 10 C’est-à-dire du bouillon, une livre de viande et une demi-livre de pain blanc ou une livre de pain (...)
  • 11 Archives de l’Œuvre de la Marmite d’Ainay déposées aux Archives de l’Hôtel-Dieu de Lyon : « Projet (...)

3Dans la paroisse de Saint-Michel-d’Ainay, une association de Dames aidées par des Filles de la Charité naît à la fin du XVIIe siècle. Comme souvent lorsqu’une compagnie bénéficie du concours des Sœurs de Saint Vincent de Paul, elle prend le nom de « Marmite ». On parle communément jusqu’à la Révolution, et même bien au-delà, de la « Marmite d’Ainay ». Ce n’est à l’origine qu’un rameau de l’association des Dames de Sainte Françoise. Au mois d’août 1681, plusieurs paroissiennes d’Ainay demandaient à faire partie de l’association et y étaient autorisées. Au printemps de 1682, un don permettait l’entretien d’une Fille de la Charité spécialement affectée aux pauvres de Saint-Michel d’Ainay. Cette situation dura jusqu’à la Noël de 1695, date à laquelle les Dames d’Ainay formèrent une compagnie de charité distincte. Cette compagnie, elle aussi exclusivement féminine, est placée sous l’autorité d’un supérieur qui est d’abord le curé de Saint-Michel d’Ainay, puis, à partir de 1716, le prévôt du chapitre d’Ainay. Son « principal objet » est de donner la « portion »10 à une trentaine de pauvres incurables ainsi qu’aux pauvres de l’hôpital pendant les quinze jours qui suivent leur sortie de l’hôpital11.

  • 12 Ce n’est que dans la seconde moitié du XVIIIe siècle que l’on constate l’existence d’une œuvre des (...)
  • 13 Règlemens de la Compagnie des Dames unies pour le secours des incurables de la paroisse de Saint-Ni (...)
  • 14 A.D. Rhône, 50 H 115 : Registre de délibérations de la Compagnie du Saint-Sacrement de Lyon (1682-1 (...)
  • 15 A.D. Rhône, 50 H 115.
  • 16 Idem, à la date du 29 juillet 1688.
  • 17 Idem, aux dates des 1er juillet 1684 et 18 janvier 1685. Au dos du règlement d’une compagnie de Mes (...)
  • 18 A.D. Rhône, 50 H 116, à la date du 31 décembre 1699. Un contrat du 3 mars 1701 devait préciser les (...)

4À peu près à l’époque où s’assemblaient les premières paroissiennes d’Ainay, une autre compagnie de Dames12 s’efforçait d’obtenir le concours des Filles de la Charité. La « Compagnie des Dames unies pour le secours des incurables de la paroise de Saint-Nizier de Lyon » avait été fondée en 1677 et elle distribuait la portion aux pauvres incurables de la paroisse13. Les archives de la Compagnie du Saint-Sacrement de Lyon montrent que les confrères sont pleins de sollicitude pour cette association, comme ils l’étaient pour les deux premières14. Le 2 juillet 1682, une brève mention du registre de délibérations de la Compagnie du Saint-Sacrement constate que le supérieur général des Filles de la Charité est « dans le dessein de ne plus accorder des filles à la paroisse de Saint-Nizier comme il avait fait espérer cy devant ». Mais le 26 juin de l’année suivante, les confrères semblent penser que l’établissement des Filles de la Charité à Saint-Nizier est imminent15. Cet établissement ne se fit pas, mais en dépit d’échecs répétés, les confrères persévérèrent longtemps dans cette intention, au moins jusqu’en juillet 168816. À lire certaines mentions du registre, on peut même penser que leur but était d’en établir dans toutes les paroisses de Lyon17. Et c’est encore Démia qui tenait le plus à cet établissement. Sur son agenda, il note : « Filles de la Charité dans Saint-Nizier », dans un « Etat particulier des choses les plus importantes à faire », tandis qu’à la date du 5 mars 1685 il précise que si d’ici la saint Michel les Filles de la Charité sont à Saint-Nizier ou si un noviciat de ces Filles est établi à Lyon, il fera don de douze pistoles. Le 26 mars, il fait une offre semblable aux Dames de la Charité de Bourg si elles acceptent de détacher l’une d’entre elles à Lyon. Toutes ces tentatives échouèrent et, à l’extrême fin du siècle, ce sont des sœurs de Saint-Joseph qui aidèrent la compagnie des Dames de Saint-Nizier dans les tâches matérielles. Mais ces religieuses avaient aussi été fournies par la Compagnie du Saint-Sacrement18 qui les avait fait venir à Lyon peu d’années auparavant pour diriger la maison des « Recluses ».

  • 19 A.D. Rhône, 50 H 116, à la date du 23 août 1696. Cf. aussi G. Guigue, Les papiers des dévots..., p. (...)
  • 20 Archives de la Charité de Lyon, E 58.
  • 21 A.M. Rhône, 43 H 2.
  • 22 Cf. notamment Instruction concernant l’administration de l’œuvre des Messieurs établie pour le soul (...)

5À cette série de compagnies de charité paroissiales, nées dans la seconde moitié du siècle sous l’action des milieux dévots qui se proposaient d’établir « dans toutes les paroisses des compagnies qui prendront soin des pauvres19 », se rattachent encore deux associations. Une « Marmite de Saint-Paul » est attestée à partir de 1717, mais elle est certainement antérieure20. Elle est constituée de « Dames Directrices de la paroisse de Saint-Paul » et de Filles de la Charité21. En avril 1699, dans la paroisse Saint-Michel d’Ainay, se crée une « œuvre des Messieurs », sous la présidence du curé22. Elle s’assure bientôt le concours d’une Fille de la Charité et elle s’occupe exclusivement des pauvres bien portants pour ne pas faire double emploi avec l’œuvre des Dames.

  • 23 La Compagnie lyonnaise du Saint-Sacrement, créée en 1630, semble d’ailleurs s’être éteinte en 1731.
  • 24 A.M. Lyon, GG 150. Cf. aussi Règlemens pour la société des personnes charitables, établie pour le s (...)
  • 25 Archives de la Charité de Lyon, E 57.
  • 26 A.D. Rhône, 50 H 89.
  • 27 Règlemens de la Société des Dames unies pour le soulagement des pauvres incurables, des pauvres mal (...)

6Si la grande période de fondation des compagnies de charité est la fin du XVIIe siècle, deux paroisses de Lyon attendirent cependant le XVIIIe siècle pour posséder de telles compagnies. Leur création ne paraît pas liée directement à l’action des milieux dévots, du moins au sens où l’on entendait cette expression au siècle précédent23. Mais leurs buts, les principes qui guident leur action sont bien semblables à ceux des compagnies du XVIIe siècle. En 1733 prenait définitivement forme une « société des personnes charitables, établie pour le soulagement des pauvres incurables, des pauvres malades, et des pauvres honteux de la paroisse de Saint-Pierre et Saint-Saturnin de Lyon24 ». Cette société est présidée par le curé de la paroisse. Elle est composée, à l’origine, des courriers d’une ancienne confrérie, celle du Très Saint-Sacrement, et de pieuses dames. Beaucoup plus que dans les compagnies précédentes, le règlement insiste sur le caractère très large du recrutement ; toutes les paroissiennes qui le désirent peuvent faire partie de la société. En revanche, les buts restent bien les mêmes. Il s’agit surtout de distributions de vivres et de vêtements. Et comme des sœurs aident à ces distributions, on parle bientôt de la « Marmite Saint-Pierre et Saint-Saturnin »25. L’une des originalités de cette compagnie est de se dédoubler en 1767 lors d’une crise de la soierie. Une « œuvre des Messieurs » vient renforcer celle des Dames. Les deux « œuvres » se réunissent séparément, mais de multiples liens, et surtout une comptabilité commune, les rapprochent26. En 1757, enfin, une société de Dames se créait dans la paroisse Notre-Dame de la Platière, pour le secours des pauvres malades et des pauvres honteux. Sous la présidence du curé, elle groupait un assez grand nombre de paroissiennes de Notre-Dame de la Platière, les conditions d’admission étant libérales. Le trésorier et le secrétaire sont des hommes, et ils sont choisis parmi les courriers de la confrérie du Saint-Sacrement27. Voilà bien des traits communs avec la compagnie de Saint-Pierre et Saint-Saturnin. Il y a donc, au XVIIIe siècle, un nouveau type de compagnies charitables. En revanche, l’action charitable de toutes ces compagnies offre fort peu de différences de l’une à l’autre.

  • 28 Dans les compagnies de Messieurs, c’est le curé qui joue le rôle de président.
  • 29 Il semble que ce soit une coutume assez répandue que de confier un capital à l’hôpital de la Charit (...)
  • 30 A.M. Lyon, BB 275 et GG 150.

7Quelle que soit leur origine ou la date de leur fondation, ces compagnies charitables ont une organisation comparable. Sous l’autorité du curé qui joue le rôle de supérieur, elles sont dirigées par une « présidente » ou par une « directrice » élue28. Celle-ci est aidée dans sa tâche par diverses « officières », également élues, pour une durée qui peut varier de six mois à six ans selon les compagnies. Les chevilles ouvrières des compagnies sont les Dames, souvent appelées « infirmières », ou les Messieurs qui sont chargés de proposer les noms des pauvres bénéficiaires de portion et de veiller aux distributions. Pour toutes les compagnies, les ressources sont semblables. Elles proviennent pour une bonne part de dons et de legs, souvent constitués par des rentes29. Mais il s’y ajoute les aumônes que les membres de la compagnie font : un tronc est généralement placé à la sortie de la salle de réunions ; dans certaines compagnies et à certaines époques les Dames charitables s’engagent même au versement régulier d’une somme qu’elles fixent elles-mêmes. Chaque année, un certain nombre de Dames sont déléguées pour quêter dans la paroisse. Et le Consulat accorde quelques subventions30.

  • 31 La compagnie des Dames d’Ainay leur fait porter la « portion » à domicile ; celle des Messieurs de (...)
  • 32 Règlemens de l’association de Sainte Françoise, s. l., 1656 (B.M. Lyon, fonds Coste, 805.113 ter).
  • 33 AM. Rhône, 50 H 115 et 50 H 116.
  • 34 AM. Lyon, GG 150, et J. Godart, Une œuvre d’assistance judiciaire au XVIIe siècle. La compagnie éta (...)
  • 35 Instruction concernant l’administration de l’œuvre des Messieurs établie pour le soulagement des pa (...)
  • 36 Règlemens... Saint-Nizier de Lyon, o. l. à la note 13, et Règlemens... Notre-Dame de la Platière de (...)
  • 37 A.D. Rhône, 50 H 89.

8Les diverses compagnies ne sont pas différentes non plus par les catégories de pauvres qu’elles secourent. Sous des noms qui varient – pauvres malades, pauvres incurables – toutes les compagnies ont pour but de venir en aide aux pauvres qui ne peuvent pas être reçus dans les hôpitaux lyonnais : l’Hôtel-Dieu et la Charité. Assez souvent, elles s’occupent aussi des convalescents sortant de l’hôpital et presque toujours des pauvres honteux, secourus avec discrétion31. Il n’y a guère que deux catégories de pauvres à être généralement exclus. Ce sont d’abord les pauvres prisonniers. L’assistance aux pauvres prisonniers, qui consiste à les visiter, à hâter la libération des prisonniers pour dettes, fait partie des « œuvres de miséricorde » telles que le XVIIe siècle a voulu les accomplir. Mais les compagnies paroissiales de Lyon ne pratiquent pas cette œuvre, à l’exception des Dames de Sainte Françoise, au moins à ses débuts, puisque le règlement de 1656 recommande d’apporter aide matérielle et spirituelle aux prisonniers et de « relâcher les parties par quelque doux accommodement »32. C’est qu’à Lyon la visite des prisons semble largement assurée par les membres de la Compagnie du Saint-Sacrement33. De plus, une compagnie établie en 1679 « pour assister les pauvres dans leurs procès » s’intéresse aussi à la visite des prisons34. D’autre part, presque toutes les compagnies excluent de leur champ d’action les mendiants. Le règlement de l’œuvre des Messieurs d’Ainay précise que l’on ne peut secourir un pauvre que s’il réside depuis six mois au moins dans la paroisse et qu’il ne faut jamais inscrire sur le catalogue des aumônes les « mendiants de profession »35. La compagnie des Dames de Saint-Nizier, celle des Dames de la Platière appliquent des dispositions analogues36. Les « Messieurs préposés au soulagement des pauvres honteux » de Saint-Pierre et Saint-Saturnin décident qu’il « ne sera donné aucun secours de l’œuvre de la marmitte et de la part de MM. les préposés aux pauvres qui seront reconnus pour mandiants »37.

  • 38 Ainsi la « Société des personnes charitables » de Saint-Pierre et Saint-Saturnin. A.D. Rhône, 50 H  (...)
  • 39 Cf. par exemple Instruction concernant l’administration de l’œuvre des Messieurs, établie pour le s (...)
  • 40 Article 3 du règlement de l’œuvre, cité p. 42 de J. Godart, Une œuvre de charité dans la paroisse d (...)
  • 41 Notice sur l’œuvre dite des Messieurs de la paroisse d’Ainay, s. l., s. d. (vers 1780) (B.M. Lyon, (...)
  • 42 Archives de la Marmite d’Ainay déposées aux Archives de l’Hôtel-Dieu de Lyon. « Projet de règlement (...)

9Cette exclusion à l’égard des mendiants s’explique par le fait que les compagnies de charité établissent une hiérarchie entre les pauvres. Les plus recommandables sont les pauvres honteux, puis viennent les pauvres qui sont au moins domiciliés. Mais cette exclusion s’explique aussi par le souci de moralisation de la société qui anime les compagnies. Elles entendent lutter contre la paresse et le « libertinage » dont, à leurs yeux, les pauvres sont toujours plus ou moins suspects. On comprend par là la forme des secours qui sont généralement accordés. Ce sont essentiellement des secours en nature. Toutes les compagnies accordent la « portion », c’est-à-dire des vivres, qui est la plupart du temps distribuée par les religieuses des « marmites ». Ou bien certaines compagnies distribuent des bons de pain, de viande ou d’autres denrées qui sont honorés chez des commerçants38. D’autre part, presque toutes ces associations de charité prêtent du linge ou de la literie. En revanche, elles évitent, dans toute la mesure du possible, d’assurer aux pauvres le versement régulier d’une pension et le paiement de leurs loyers39. L’aspect le plus positif de ces secours réside dans le souci de procurer du travail. Pour l’œuvre des Messieurs d’Ainay, il faut s’appliquer « à tenir les pauvres attachés au travail, ou leur en procurer mesme autant qu’on pourra »40. L’article 17 du Règlemens de la société des personnes charitables de Saint-Pierre et Saint-Saturnin recommande de trouver du travail pour les pauvres. Certaines compagnies font porter leurs efforts au XVIIIe siècle sur l’enseignement et l’apprentissage. Les Messieurs d’Ainay font assurer à la fin du siècle l’éducation d’une soixantaine de jeunes filles41. Depuis 1753, les Dames de la Marmite d’Ainay affectent chaque année deux livres à l’entretien et à l’apprentissage d’un garçon ou d’une fille « natif de la paroisse » et « choisy dans les familles les plus craignant Dieu et les plus chargées d’enfants42 ».

  • 43 L’esprit et règlemens de l’association des dames de Sainte-Françoise... pour les pauvres malades de (...)
  • 44 Règlemens de la compagnie des Dames unies... de Saint-Nizier..., p. 21.
  • 45 Règlemens pour la société... de Saint-Pierre et Saint-Saturnin de Lyon, p. 37 et 38.
  • 46 Instructions concernant l’administration... d’Ainay, Lyon, 1733, p. 19 à 24.
  • 47 J. Godart, Une œuvre de charité..., p. 38.
  • 48 Règlemens de la société... de la paroisse Notre-Dame de la Platière..., p. 24 à 27.

10La volonté de lier l’assistance à la moralisation des assistés se manifeste encore par un constant souci d’enquête sur la vie privée et sur la vie religieuse des pauvres. Ces derniers sont visités chez eux au moins une fois l’an et parfois chaque mois. La visite est effectuée par les « infirmières », par les « préposés » qui prennent généralement en charge, par groupe de deux, un quartier de la paroisse. D’une compagnie à l’autre, les règles qui doivent guider ces visites sont semblables. Les deux Dames de Sainte Françoise qui sont chargées de visiter les pauvres chaque mois doivent s’informer si le pauvre assisté « vit chrétiennement... envoit ses enfans au catéchisme et à l’école, si quand il est en santé il travaille, s’il est assidu à sa paroisse, s’il est instruit des mystères principaux de la Religion, si ses enfans de sexe différens couchent séparément »43. Les Dames infirmières de la compagnie de Saint-Nizier doivent veiller sur les mêmes points44. Celles de la Société de Saint-Pierre et Saint-Saturnin ôtent le bénéfice des secours aux pauvres qui, après deux avertissements, ne suivent pas une « conduite régulière ». Elles surveillent tout particulièrement la fréquentation des sacrements, l’éducation chrétienne des enfants et pourchassent la présence de « femmes ou filles de mauvaise vie » dans les maisons des pauvres45. Les Messieurs d’Ainay « préposés » à la visite des pauvres doivent veiller à ce que les enfants « soient exacts à se rendre aux Offices, Catéchismes et Instructions, ainsi qu’aux Ecoles de la Paroisse ». Les familles qui y envoient régulièrement leurs enfants « seront préférées pour la distribution des aumônes ». De plus, « il y aura un Préposé général qui veillera spécialement aux mœurs46 ». Et les registres remplis lors des visites chez les pauvres comportent une colonne spéciale intitulée « mœurs »47. Les « infirmières » de la société de la Platière qui, chaque mois, visitent les pauvres du quartier dont elles ont la charge appliquent des instructions toutes empreintes d’une grande méfiance envers les assistés. Elles ont soin de bien s’informer de la situation des pauvres, « pour obvier aux ruses et fraudes qu’inspire la misère », et de la régularité de leur vie religieuse. Elles vérifient que les parents ne couchent pas avec leurs enfants et ne font pas coucher ensemble des enfants de sexe différent. Lorsqu’elles découvrent un pauvre qui a une « conduite scandaleuse », elles le réprimandent, puis le font réprimander par le curé de la paroisse. Si ces interventions restent vaines, il est rayé de la liste des aumônes48.

  • 49 J. Godart, Une œuvre de charité dans la paroisse de Saint-Michel d’Ainay..., p. 42 et 43.
  • 50 Règlemens de la Compagnie des Dames unies pour le secours des incurables de la paroisse de Saint-Ni (...)
  • 51 Règlemens de la société... de la paroisse Notre-Dame de la Platière..., p. 38 et 39.
  • 52 Règlemens de l’association de Sainte Françoise, s. l., 1656, p. 18.
  • 53 A.D. Rhône, 50 H 107.
  • 54 L’esprit et règlemens de l’association des dames de Sainte-Françoise..., Lyon, 1716, et Règlemens p (...)

11Toutes ces prescriptions disent clairement la finalité morale et religieuse des actions charitables des compagnies. Des origines dévotes de plusieurs d’entre elles, les compagnies ont conservé l’idée que l’assistance temporelle est, pour les bienfaiteurs, un moyen de sauver des âmes, tout en assurant leur propre salut. Aussi les compagnies ne se contentent pas de surveiller les pauvres secourus, elles imposent aussi des pratiques religieuses. Les Messieurs d’Ainay distribuent des feuilles de prières collées sur des cartons, coutume directement empruntée à la Compagnie du Saint-Sacrement et, durant le Carême, ils font remettre les secours à la porte d’une chapelle pour obliger les pauvres à assister aux instructions qui y sont données49. Dans certains cas, une prière collective précède les distributions de secours. Les Règlemens de la Compagnie des Dames de Saint-Nizier portent que : « on continuera l’usage ancien de faire faire la prière et de faire quelque lecture spirituelle aux pauvres avant que de leur donner la portion »50. À la compagnie paroissiale de la Platière, « les pauvres qui ne sont pas au commencement de la prière doivent être privés de la portion ou du pain ce jour-là, et s’ils y manquent plusieurs fois sans raisons légitimes, ils seront absolument rayés ; il est à propos pour cet effet d’écrire chaque fois le nom des absens ». De plus, dans cette paroisse, le curé assiste, deux fois par mois, à la distribution et se fait remettre par chaque pauvre son billet de confession. « Ceux qui manquent à ce devoir deux fois de suite sont rayés »51. Parallèlement, certains exercices religieux sont imposés ou vivement conseillés aux membres des compagnies de charité. Les nouveaux membres communient le jour de leur réception. Dans l’association de Sainte Françoise, la communion est de règle pour tous les membres les jours d’assemblée générale52. Les billets de convocation aux assemblées de la société des Incurables de Notre-Dame de la Platière précisent : « Après l’exhortation on se rend à l’Eglise pour recevoir la bénédiction du Très Saint-Sacrement »53. Dans toutes les compagnies, le règlement de l’œuvre fait un devoir aux « infirmières » ou aux « préposés » d’adorer le Saint-Sacrement avant d’entreprendre la visite des pauvres. Ces compagnies de charité répondent donc, non seulement à un souci charitable, mais aussi à un désir de sanctification de la part de leurs membres. L’esprit de toutes ces œuvres est de voir dans les pauvres les « membres de Jésus-Christ »54 C’est la raison pour laquelle on ne saurait assister des pauvres dont la vie morale ou religieuse serait négligée. C’est aussi la raison pour laquelle les membres des compagnies estiment se sauver en sauvant les âmes des pauvres.

  • 55 Archives de l’Archevêché de Lyon : Dames de charité de Saint-Nizier, fonds non classé.
  • 56 Procès-verbaux des séances de l’assemblée provinciale de la généralité de Lyon et de sa commission (...)
  • 57 La Marmite d’Ainay n’a cessé ses activités qu’en 1968.

12Les archives laissées par ces compagnies paroissiales de charité ne sont, généralement, pas assez précises aux siècles de l’Ancien Régime pour pouvoir mesurer leur rôle dans l’assistance. Mais, autant qu’on en puisse juger, ce dernier est très loin d’être négligeable. Lors des années qui précédèrent la Révolution et qui furent très dures à Lyon, certaines compagnies déployèrent une grande activité. Le « registre des assemblées des Dames des incurables de la paroisse de Saint-Nizier de Lyon » (1719-1789) en porte par exemple témoignage55. Les pouvoirs publics utilisaient, d’ailleurs, ces associations pour la distribution de secours officiels56. Ces compagnies constituent donc une preuve de ce que l’assistance aux pauvres pendant les XVIIe et XVIIIe siècles ne se résume pas entièrement dans l’organisation d’hôpitaux généraux et de maisons de Charité destinées à « renfermer » les pauvres. Cette forme d’assistance a même été plus durable que celle du « renfermement » puisque plusieurs associations ont survécu à l’Ancien Régime, parfois jusqu’à notre époque57.

Notes

1 Cf. M. Agulhon, Pénitents et Francs-Maçons de l’ancienne Provence, Paris, 1968.

2 P. Coste, Le grand saint du grand siècle. Monsieur Vincent, Paris, 1931, t. 1, p. 103 sqq.

3 E. Brunet, La charité paroissiale à Paris au XVIIe siècle d’après les règlements des compagnies de charité, Caen, 1906.

4 R. Allier, La cabale des dévots. 1627-1666, Paris. 1902. Cf. surtout le chapitre IV. On trouvera ce règlement type in Bibl. de l’Arsenal, Ms 2565, pièce 6.

5 Règlemens de l’association de Sainte Françoise, s. 1., 1656. (B.M. Lyon, fonds Coste, 805.113 ter).

6 G. Guigue, Les papiers des dévots de Lyon, Lyon, 1922, p. 12.

7 Vie de M. Démia, instituteur des Sœurs de Saint Charles, Lyon, 1829, p. 146 à 148, et A.D. Rhône, D 362.

8 A.M. Lyon, GG 150. Pendant quelques années, cet enseignement pour les filles pauvres des trois paroisses resta indépendant du Bureau des Écoles qui dirigeait les écoles fondées par Démia.

9 Archives des religieuses de Saint Vincent de Paul à Lyon : Ms anonyme intitulé « Les filles de la Charité à Lyon ».

10 C’est-à-dire du bouillon, une livre de viande et une demi-livre de pain blanc ou une livre de pain bis. Elle était distribuée trois fois par semaine aux incurables et six fois aux convalescents. Sur cette compagnie, cf. F. Frécon, Notice sur l’œuvre de la Marmite à Ainay aux XVIIe et XVIIIe siècles, Revue du Lyonnais, 1887, p. 161 à 179.

11 Archives de l’Œuvre de la Marmite d’Ainay déposées aux Archives de l’Hôtel-Dieu de Lyon : « Projet de règlement et nom des dames de l’œuvre de la marmite ».

12 Ce n’est que dans la seconde moitié du XVIIIe siècle que l’on constate l’existence d’une œuvre des « Messieurs » à Saint Nizier, qui s’occupe plus particulièrement des pauvres honteux. (Archives de l’Archevêché de Lyon : Dames de charité de Saint Nizier, fonds non classé).

13 Règlemens de la Compagnie des Dames unies pour le secours des incurables de la paroisse de Saint-Nizier de Lyon, Lyon, 1747 (A.D. Rhône, fonds Galle, F 47).

14 A.D. Rhône, 50 H 115 : Registre de délibérations de la Compagnie du Saint-Sacrement de Lyon (1682-1690) : à la date du 9 septembre 1683, on demande aux membres de la Compagnie d’aider financièrement l’association qui assiste les pauvres de Saint-Georges, Saint-Pierre-le-Vieux, Sainte-Croix et Saint-Michel. Il y a d’autres exemples de faits analogues (ainsi le 26 novembre 1682).

15 A.D. Rhône, 50 H 115.

16 Idem, à la date du 29 juillet 1688.

17 Idem, aux dates des 1er juillet 1684 et 18 janvier 1685. Au dos du règlement d’une compagnie de Messieurs créée dans la paroisse d’Ainay en 1699, on peut lire de même : « Raiglement pour les pauvres qui peut servir dans touttes les paroisses de Lyon ». Cf. p. 31 de J. Godart, Une œuvre de charité dans la paroisse de Saint-Michel d’Ainay à la fin du XVIIe siècle, Revue du Lyonnais, 1898, t. 26, p. 30 à 46.

18 A.D. Rhône, 50 H 116, à la date du 31 décembre 1699. Un contrat du 3 mars 1701 devait préciser les conditions de la collaboration des sœurs de Saint-Joseph : Archives de l’Archevêché de Lyon, Dames de Charité de Saint-Nizier, fonds non classé.

19 A.D. Rhône, 50 H 116, à la date du 23 août 1696. Cf. aussi G. Guigue, Les papiers des dévots..., p. 109.

20 Archives de la Charité de Lyon, E 58.

21 A.M. Rhône, 43 H 2.

22 Cf. notamment Instruction concernant l’administration de l’œuvre des Messieurs établie pour le soulagement des pauvres dans la paroisse d’Ainay, Lyon, 1777 (B.M. Lyon, fonds Coste, 356.072), et J. Godart, Une œuvre de charité dans la paroisse de Saint-Michel d’Ainay...

23 La Compagnie lyonnaise du Saint-Sacrement, créée en 1630, semble d’ailleurs s’être éteinte en 1731.

24 A.M. Lyon, GG 150. Cf. aussi Règlemens pour la société des personnes charitables, établie pour le soulagement des pauvres incurables, des pauvres malades, et des pauvres honteux de la paroisse de Saint-Pierre et Saint-Saturnin de Lyon, Lyon, 1733. (B.M. Lyon, fonds Coste, 352.920), et A. Grand, Une œuvre de bienfaisance à Lyon au XVIIIe siècle, Revue du Lyonnais, 1893, p. 245 à 269 et 351 à 364.

25 Archives de la Charité de Lyon, E 57.

26 A.D. Rhône, 50 H 89.

27 Règlemens de la Société des Dames unies pour le soulagement des pauvres incurables, des pauvres malades et des pauvres honteux de la paroisse Notre-Dame de la Platière de la ville de Lyon, Lyon, 1758 (Archives de l’Hôtel-Dieu de Lyon, fonds Flachy, XI-59).

28 Dans les compagnies de Messieurs, c’est le curé qui joue le rôle de président.

29 Il semble que ce soit une coutume assez répandue que de confier un capital à l’hôpital de la Charité dès lors chargé du versement d’une rente au profit de telle ou telle compagnie. Cf. à titre de simple exemple : Archives de la Charité de Lyon, E 57, à la date du Il janvier 1764. Dans d’autres cas, il s’agit de rentes sur le clergé : cf. Archives de l’Hôtel-Dieu de Lyon : Archives de la Marmite d’Ainay. Cf aussi A.D. Rhône, 12 G 288.

30 A.M. Lyon, BB 275 et GG 150.

31 La compagnie des Dames d’Ainay leur fait porter la « portion » à domicile ; celle des Messieurs de la même paroisse ne les fait assister que par le seul curé.

32 Règlemens de l’association de Sainte Françoise, s. l., 1656 (B.M. Lyon, fonds Coste, 805.113 ter).

33 AM. Rhône, 50 H 115 et 50 H 116.

34 AM. Lyon, GG 150, et J. Godart, Une œuvre d’assistance judiciaire au XVIIe siècle. La compagnie établie à Lyon pour assister les pauvres dans leurs procès, et le bureau du prêt charitable, 1679, Revue du Lyonnais, 1900, p. 198 à 210.

35 Instruction concernant l’administration de l’œuvre des Messieurs établie pour le soulagement des pauvres dans la paroisse d’Ainay, Lyon, 1773 (B.M. Lyon, fonds Coste, 356.072).

36 Règlemens... Saint-Nizier de Lyon, o. l. à la note 13, et Règlemens... Notre-Dame de la Platière de la ville de Lyon, o. l. à la note 27.

37 A.D. Rhône, 50 H 89.

38 Ainsi la « Société des personnes charitables » de Saint-Pierre et Saint-Saturnin. A.D. Rhône, 50 H 89 et 50 H 90.

39 Cf. par exemple Instruction concernant l’administration de l’œuvre des Messieurs, établie pour le soulagement des pauvres dans la paroisse d’Ainay, Lyon, 1773 (B.M. Lyon, fonds Coste, 356.072).

40 Article 3 du règlement de l’œuvre, cité p. 42 de J. Godart, Une œuvre de charité dans la paroisse de Saint-Michel d’Ainay…

41 Notice sur l’œuvre dite des Messieurs de la paroisse d’Ainay, s. l., s. d. (vers 1780) (B.M. Lyon, fonds Coste, 110.801).

42 Archives de la Marmite d’Ainay déposées aux Archives de l’Hôtel-Dieu de Lyon. « Projet de règlement et nom des dames de l’œuvre de la Marmite ».

43 L’esprit et règlemens de l’association des dames de Sainte-Françoise... pour les pauvres malades des paroisses Sainte-Croix, Saint-Pierre le Vieux, Saint-Georges..., Lyon, 1716, p. 60 (B.M. Lyon, fonds Coste, 353.938).

44 Règlemens de la compagnie des Dames unies... de Saint-Nizier..., p. 21.

45 Règlemens pour la société... de Saint-Pierre et Saint-Saturnin de Lyon, p. 37 et 38.

46 Instructions concernant l’administration... d’Ainay, Lyon, 1733, p. 19 à 24.

47 J. Godart, Une œuvre de charité..., p. 38.

48 Règlemens de la société... de la paroisse Notre-Dame de la Platière..., p. 24 à 27.

49 J. Godart, Une œuvre de charité dans la paroisse de Saint-Michel d’Ainay..., p. 42 et 43.

50 Règlemens de la Compagnie des Dames unies pour le secours des incurables de la paroisse de Saint-Nizier de Lyon, Lyon, 1747, p. 27.

51 Règlemens de la société... de la paroisse Notre-Dame de la Platière..., p. 38 et 39.

52 Règlemens de l’association de Sainte Françoise, s. l., 1656, p. 18.

53 A.D. Rhône, 50 H 107.

54 L’esprit et règlemens de l’association des dames de Sainte-Françoise..., Lyon, 1716, et Règlemens pour la société... de Saint-Pierre et Saint-Saturnin..., Lyon, 1733.

55 Archives de l’Archevêché de Lyon : Dames de charité de Saint-Nizier, fonds non classé.

56 Procès-verbaux des séances de l’assemblée provinciale de la généralité de Lyon et de sa commission intermédiaire. 1787-1790, p. p. G. Guigue, Trévoux, 1898, p. 118 et 174. Et pour l’époque révolutionnaire : A.D., 1 L 1168 et 1 L 1169.

57 La Marmite d’Ainay n’a cessé ses activités qu’en 1968.

© LARHRA, 2006

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search