Version classiqueVersion mobile

Pauvreté, cultures et ordre social

 | 
Jean-Pierre Gutton

Pauvreté et assistance

À l’aube du xviie siècle idées nouvelles sur les pauvres

Note de l’éditeur

Article initialement publié dans Cahiers d’Histoire, Lyon, 1965, p. 87-97.

Texte intégral

1Lorsque la guerre civile s’achève dans la France de la fin du XVIe siècle, le paupérisme ne constitue pas un problème nouveau. Depuis les années 1520, pouvoir royal et autorités municipales ont multiplié les mesures contre mendiants valides et vagabonds. La répétition, la sévérité croissante aussi de ces textes législatifs suggèrent leur inefficacité. Croissance démographique, hausse des prix, achats de terres par des non-exploitants ont accru le nombre des misérables. À ces victimes de l’évolution économique ou sociale s’ajoutent, à partir des guerres de religion, les victimes des troubles : paysans dont le cheptel, vif ou mort, fut ruiné, artisans sans ouvrage, soldats débandés et impropres, la paix venue, à un retour à la vie civile. Aussi, nombreux sont les documents de l’époque du règne d’Henri IV à signaler l’augmentation du nombre des pauvres et leur afflux des campagnes vers les villes – vers Paris surtout – où plus de possibilités de secours peuvent s’offrir. Cette croissance et ce caractère urbain plus marqué du paupérisme suscitent mémoires et opuscules et contraignent le pouvoir central, dans son effort de rénovation, à aborder ce problème. Le gouvernement et l’opinion se sont-ils contentés de reprendre des idées, anciennes d’un siècle déjà, sur la nécessité de l’assistance en même temps que sur la répression de la mendicité et du vagabondage ? Ou bien, consciemment ou confusément, des tendances nouvelles se font-elles jour au travers des décisions du roi et de son entourage, des écrits des publicistes ? En ces années de réorganisation, les solutions adoptées, ou même simplement envisagées, peuvent être grosses de conséquences pour l’avenir.

  • 1 Première continuation du Mercure français (1612), p. 607, a, et B. Nale, ms. Joly de Fleury, 1273, (...)
  • 2 o. l., p. 607, a.
  • 3 Recueil présenté au Roy de ce qui se passe en l’assemblée du Commerce, au Palais de Paris, Paris, 1 (...)

2De nombreuses propositions furent présentées au roi Henri IV pour employer les pauvres et mettre un terme au vagabondage1, mais les projets conservés, manuscrits ou imprimés, sont rares. On aimerait pourtant lire certains d’entre eux. Ainsi le Mercure français nous apprend que l’on expliqua au roi que les vagabonds avaient disparu de Flandre et d’Angleterre : on « les entretenait au travail de plusieurs monastères, où estoient jadis les religieux ; ce qui rapportait du proffit ». Suggestion peu appréciée, au reste. Le rédacteur du Mercure écrit sèchement, sans donner d’autres précisions : « La réponse fut prompte, qu’on ne deslogerait pas les religieux de leurs cloistres pour y mettre ces pauvres invalides2 ». Toutefois, en dépit d’une documentation souvent lacunaire, nos sources sont suffisamment précises pour nous permettre de distinguer les idées essentielles qui ont présidé à l’élaboration des propositions d’assistance aux pauvres. De plus, nous connaissons par son principal auteur, Barthélemy de Laffémas, un plan d’ensemble conçu dans l’entourage royal pour lutter contre le paupérisme. Né en 1545, homme de confiance du roi, Laffémas a mené une vie longtemps besogneuse et, à défaut d’instruction, son expérience des réalités économiques de la France du début du XVIIe siècle semble assez vaste. Ses idées sur le paupérisme sont éparses dans les très nombreux opuscules qu’il n’a cessé de publier. Mais surtout, animateur de la Commission du Commerce créée en 1601, il rapporte3 les discussions de cette assemblée qui, au cours de ses nombreuses réunions d’août 1602 à octobre 1604, s’est préoccupée de la mendicité et du vagabondage. Les idées de Laffémas sont d’ailleurs très proches de celles qui sont exprimées dans les mémoires anonymes de l’époque qui nous sont conservés.

  • 4 Outre les ouvrages de Laffémas, voir par exemple : Des maulx et inconvénients provenant de la licen (...)
  • 5 Laffémas, L’Incrédulité ou l’ignorance de ceux qui ne veulent cognoistre le bien et repos de l’Esta (...)
  • 6 Ibidem.

3L’explication que donnent Laffémas et ses contemporains4 du paupérisme est une explication de mercantilistes. Le royaume est comblé de dons naturels et, seul en Europe, peut se suffire à lui-même. Or, en dépit de cette sollicitude de la nature, pauvres et vagabonds y abondent, alors que les nations étrangères, moins favorisées, « empeschent en leur pauvre pays les gueux et mandians, mourir ou languir à leurs portes, en si grand nombre, comme on le voit en France5 ». C’est que « le Royaume d’Angleterre et autres pays... par leurs manufactures font mendier le peuple français en toutes parts6 ». À la faveur des troubles, les marchands étrangers ont eu toute latitude de vendre leurs produits en France, réduisant les artisans français au chômage. En Picardie et en Normandie, Laffémas a vu débarquer les produits anglais « à pleins vaisseaux », aussi pense-t-il, avec beaucoup d’autres, qu’une diminution du nombre des pauvres ne pourra survenir que lorsque les matières premières françaises seront manufacturées dans le royaume.

  • 7 Laffémas, La Commission, édit et partie des mémoires de l’ordre et establissement du Commerce génér (...)

« Les escarlattes de Paris, pastel et vermillon de Languedoc, nos laines, lins et chanvres monstrent que nous sommes heureux en matières que debvons manufacturer, non point les vendre escrues aux estrangers, qui après en font la revente à nos sujets, d’où vient la cause du grand nombre de pauvres en toutes parts, qui travailleraient et gagneraient leurs vies, faute que devons recognoistre par l’expérience d’iceux étrangers : car ils vivent de leur travail, sans qu’on recognoisse la pauvreté de leur païs7 ».

  • 8 Laffémas, Règlement général pour dresser les manufactures en ce Royaume, passim et B. Nale, ms. 186 (...)

Il apparaît particulièrement urgent et nécessaire aux publicistes de faire fabriquer en France les marchandises de luxe dont l’importation provoque une forte hémorragie d’or, alors que leur travail pourrait occuper des pauvres8.

  • 9 Toute la première moitié du XVIIe siècle reprendra encore cette idée. Cf. : Montchrestien, La Gombe (...)
  • 10 Recueil présenté au Roy..., p. 294 de la réimpression de Champollion-Figeac.
  • 11 Ibidem, p. 298.
  • 12 B. Nale, ms. 18605, o. l., fol. 268 v°, et B. Nale, ms. 17309, Advis pour la Réunion du Grand Burea (...)
  • 13 Recueil présenté au Roy..., p. 294.

4Cette liaison entre la volonté d’édifier une industrie nationale et le désir d’utiliser pauvres et vagabonds est loin d’être absolument nouvelle dans le royaume. Lorsqu’en 1466 Louis XI tente de développer l’industrie de la soie à Lyon, il entend à la fois éviter la sortie de 4 à 500 000 écus d’or chaque année et donner du travail au menu peuple oisif. En 1582, Catherine de Médicis fait établir une manufacture de draps de soie à Paris « pour le grand nombre de pauvres personnes qui apprendront par ce moyen à gaigner leur vie9 ». Mais il semble qu’en ce début du siècle, tandis que les idées mercantilistes, déjà anciennes, s’affirment, il y ait plus. Inconnue jusqu’alors l’insistance avec laquelle on répète que les gueux n’ont pas le droit de priver le pays de leur travail. Nouvelle aussi l’idée que cette mobilisation des misérables doit être totale. Les inaptes au travail industriel seront employés à nettoyer les villes « des boues et toutes autres sortes d’immondices10 ». Ou bien, ils constitueront l’équipage de bateaux qui, sur les grands fleuves, assureront le transport des voyageurs et des marchandises11. Surtout, l’établissement de manufactures est conçu moins comme un moyen de soulager les pauvres que comme un moyen d’exploiter une main-d’œuvre bon marché mise au service de la construction de l’économie nationale. L’emploi d’oisifs et d’inutiles devrait réduire les exigences en matière de salaires des ouvriers et serviteurs12, et cela importe au terme d’un siècle durant lequel salaires et prix, les seconds surtout d’ailleurs, ont considérablement augmenté. Les délibérations de la Commission du Commerce montrent aussi que cette assemblée envisage un recours au machinisme qui permettra l’emploi d’enfants et d’invalides tout en accroissant la production. Ainsi les Commissaires examinent « l’invention nouvelle de faire filer en un seul attelier grande quantité de toutes sortes de laines, poilz et cottons, lins, chanvres, filloseilles, et autres semblables estoffes, par les petits enfans, aveugles, vieillards manchotz et impotents, assis à leur ayse, sans travail ni peine de corps, plus en un jour qu’il ne s’en peut faire en trois par les quenouilles et en plus grande perfection13 ». Ainsi le lien entre les diverses recommandations de la Commission du Commerce est-il clair. La réduction de « l’oisiveté », mais aussi celle de l’effort physique devraient fournir une main-d’œuvre à bon prix et stimuler l’industrie et le commerce du Royaume.

  • 14 R. Mousnier, L’Age classique, in Histoire de France sous la direction de M. Reinhard, tome I, p. 42 (...)
  • 15 Il est difficile de préciser dans quelle mesure les réalisations étrangères ont pu constituer un ex (...)
  • 16 « La police sera généralle et par ce moyen les pauvres d’une province ne pourront courrir à l’autre (...)
  • 17 Laffémas, La Commission, édit..., p. xlil.
  • 18 Quelques années plus tard un pamphlet : La chimère ou phantosme de la mendicité, Paris, 1607, deman (...)

5Il est cependant une autre précaution à prendre pour s’assurer une main-d’œuvre abondante. Les troubles des guerres civiles ont en effet encore accru sa mobilité, déjà signalée et déplorée dans la première moitié du XVIe siècle. Aussi convient-il de soumettre les ouvriers à une rude discipline. Ceux des manufactures royales sont encasernés14. Quant au travail des pauvres, il est conçu de la manière dont Louis XIV l’organisera cinquante années plus tard : il faut « renfermer » les vagabonds et les gueux15. Laffémas et la Commission du Commerce demandent que chaque ville importante16 soit tenue de faire « dresser deux propres lieux publics, l’un pour les femmes non mariées, et les filles, et l’autre pour toutes qualitéz de personnes, pauvres, vallides, qui auront nécessité17 ». Ces « lieux publics » seront construits à l’écart des villes, dans leurs faubourgs ou dans des villages proches, car la population qu’ils occuperont est dangereuse pour l’ordre et la santé publics. Douze bourgeois auront la charge de gérer le revenu et d’administrer ces établissements. Ces administrateurs seront choisis en raison de la connaissance qu’ils ont « des ouvrages et manufactures », car leur fonction essentielle sera de superviser les travaux des « renfermés ». Au travail, les pauvres seront contraints « par chesnes et prison ». Leur recrutement sera conduit activement puisque les « chambres de métier », dont Laffémas prévoit la création, veilleront à ce qu’aucun pauvre de la profession ne mendie ; elles devront en fournir un état mensuel pour en faciliter la surveillance. Loin de souffrir de la concurrence de ces ateliers publics, elles devraient bénéficier de leur création puisqu’ils fourniront des apprentis nombreux et obéissants18. Ainsi espère-t-on réduire l’hostilité traditionnelle des métiers aux essais antérieurs d’ateliers publics.

  • 19 Laffémas, L’Incrédulité..., 4e traité, p. 6.
  • 20 La Chimère ou phantosme..., passim. On retiendra aussi que les textes littéraires dévoilent volonti (...)
  • 21 Laffémas, L’Incrédulité..., 4e traité, p. 4.
  • 22 B. Nale, ms. 18605, o. l., fol. 269.
  • 23 Ibid., fol. 267.
  • 24 La Chimère ou phantosme..., p. 2.
  • 25 Le mot par contre ne semble pas encore avoir, à cette date, le sens de dissolu, débauché.

6Il convient de souligner par ailleurs que les préoccupations des écrivains du règne de Henri IV qui ont abordé les problèmes du paupérisme ne sont pas seulement économiques, mais aussi morales et religieuses. Quelques idées qui formeront le fonds de la pensée du XVIIe siècle sur les misérables apparaissent, ou du moins se précisent, en ce début du siècle. Une classification des pauvres, qui sera si nuancée dès le milieu du siècle, se fait jour. On ne saurait confondre en effet tous les pauvres sous une dénomination commune. Laffémas distingue les « pauvres honteux » des « gueux19». Un autre auteur oppose les « invalides » et « infortunés » aux « dissoluz20 ». Ces derniers par leur fainéantise sont responsables de leur misère. Or la loi divine commande à l’homme de gagner son pain à la sueur de son front. Vivre dans la « poltronnerie », c’est-à-dire la paresse, c’est transgresser un précepte évangélique ; c’est aussi dérober les aumônes dues aux vrais pauvres. Bien plus, cette « oisiveté » est mauvais exemple. Les gueux « sont cause de plusieurs larcins et de la desbauche des serviteurs et chambrières, et mesmes des enfans des maisons21 ». On ne trouve de serviteurs qu’à haut prix et « subjects à quitter leur service » ; les terres sont mal cultivées22. Eux-mêmes vivent en état de péché permanent, à l’écart de tout sacrement23. Leurs enfants, dépourvus de tout soin, ne sont pas baptisés24. Ils vont enfin importuner les bons chrétiens pendant leurs prières ou pendant la messe pour leur demander l’aumône. Tels sont les maux, d’ordre à la fois moral et religieux, qui résultent le plus communément de la gueuserie. Ils se résument assez aisément en un mot qui mérite d’être relevé, car, en ce sens, il commence seulement à apparaître vers 1600-1610. Les mauvais pauvres vivent dans un « libertinage » constant. Libertinage, c’est-à-dire absence de règle, libre cours laissé à la fantaisie, sans référence à la raison ou à la religion25.

  • 26 L’Incrédulité..., 4e traité, p. 3 à 6.

7Le remède proposé est double. On voit s’affirmer en ces années l’idée, qui sera passionnément discutée pendant tout le siècle et souvent combattue, qu’une certaine forme d’aumône n’est pas charité mais abus. Il faut considérer à qui l’on donne : à un bon pauvre, c’est prêter à Dieu ; à un mauvais, c’est encourager sa paresse. À ceux qui lui remontrent que, plutôt que de créer des « lieux publics », il serait plus simple de nourrir les pauvres des restes des cuisines des grandes maisons, Laffémas répond que ce serait multiplier les gueux26. La distinction, d’ailleurs jugée rigoureuse, entre une pauvreté involontaire et une pauvreté qui résulte du vice conduit à distinguer deux charités : la première est légitime, la seconde coupable méprise. Ce discernement dans l’aumône, le renfermement des pauvres l’assurera, puisque les ateliers projetés feront disparaître les faux mendiants.

  • 27 Advis pour la réunion du Grand Bureau des Pauvres avec celuy des enfermez, B. Nale, ms. fr. 17309, (...)
  • 28 o. l., p. 31.
  • 29 B. Nale, ms. fr. 18605, o. l., fol. 267 v°.
  • 30 On saisit ainsi la raison pour laquelle on conservera ces manufactures pendant tout le XVIIe siècle (...)

8Mais plus encore, le renfermement suscite un autre espoir. Le régime auquel seront soumis les pauvres permettra de lutter contre leur « accoutumance de ne rien faire ». Ils seront instruits « en la crainte de Dieu, amour et obéyssance du Roy », on leur montrera à lire et à écrire et ils apprendront aussi à « gouverner leur vie27 ». Les maisons ou hôpitaux projetés constitueront pour les vagabonds le châtiment de leur vie passée, mais en même temps rendront impossible le retour à de tels errements. L’auteur de la Chimère ou phantosme de mendicité écrit que l’Hôpital public qu’il propose apportera aux mendiants le vivre, le châtiment de leur vie dissolue et du travail28. Le travail constitue d’ailleurs à lui seul un châtiment pour cette population oisive. Les ouvrages auxquels on occupera les renfermés consisteront en « quelque œuvre pénible et laborieuse29 » qui les engagera à quitter leur gueuserie pour apprendre un métier. Souvent les publicistes ne précisent pas à quelle occupation ils proposent d’employer les pauvres : on les contraindra au « travail », disent-ils simplement. Mais le sens de ce mot encore, en ce début du XVIIe siècle, mérite d’être précisé. Le terme ne désigne pas encore toute forme d’occupation, mais la peine, la fatigue, un exercice pénible tel que porter de la terre ou un fardeau pesant. On comprend ainsi pourquoi l’établissement de manufactures dans les hôpitaux de renfermés tient une telle place dans les préoccupations des réformateurs du début du siècle. Ces manufactures contribueront à l’édification d’une économie nationale, formeront des ouvriers nombreux et peu exigeants quant à leurs salaires, mais elles permettront aussi de punir l’oisiveté, de « régler la vie des vagabonds30 ».

  • 31 Cf. par exemple B. Nale, ms. fr. 17309, o. l., fol. 145 v°.
  • 32 Cf. B. Nale, ms. fr. 18605, o. l., fol 268.

9« Régler », « gouverner » leur vie : les expressions s’opposent directement à « vie libertine ». Il s’agit de faire abandonner aux vagabonds et mendiants une existence sans contrainte et sans règle pour celle d’homme et de chrétien, ce qui se confond alors. Et cela explique l’importance accordée aux secours spirituels qu’il convient d’assurer aux pauvres renfermés. Ce souci ne paraît pas très vif chez Laffémas et chez les membres de la Commission du Commerce. mais préoccupe fort les autres publicistes. Les lieux de renfermement projetés comporteront une église et des ecclésiastiques y seront attachés31. L’enseignement du catéchisme viendra compléter celui d’un métier pour faire des gueux des « gens de bien32 ». Les emplois du temps proposés suggèrent la comparaison avec une règle monastique : lever matinal, large place faite aux prières et méditations. Ainsi les pauvres seront-ils instruits de leur salut.

  • 33 La Chimère..., Introduction.

10Telles sont les visées, à la fois économiques, morales, religieuses. Chaque « lieu public » ou hôpital sera « boutique de tous mestiers », mais aussi « escole de vertu33 ». Ces idées furent-elles mises en pratique ?

  • 34 Le 18 décembre 1599.
  • 35 En 1602, fondation par les frères de Saint-Jean de Dieu, grâce à l’intervention de la reine, de l’h (...)
  • 36 Cf. par exemple : N. Valois, Inventaire des Arrêts du Conseil d’Etat (règne de Henri IV), 2 vol., P (...)
  • 37 Palma-Cayet, Chronologie septénaire, Michaud et Poujoulat, tome XIII, p. 284, à l’année 1604.

11Les réalisations du gouvernement royal à l’époque d’Henri IV restent en deçà des ambitions exposées ci-dessus. Outre le retour à la paix, ce qui est l’essentiel, on note la création d’une commission destinée à réformer les hôpitaux de province34, l’extension des hôpitaux parisiens35. De même en 1606 la « Maison Royale de la charité chrétienne » est affectée au secours des invalides de guerre. Les actes législatifs du pouvoir portent la marque d’un souci réel de soulager les misérables : mesures en faveur des ruraux, assèchement de marécages pour gagner des terres mais aussi employer des sans-travail, nombreux arrêts du Conseil d’État ordonnant la fabrication de monnaie de billon dont la rareté nuit au petit commerce et porte préjudice aux pauvres et aux mendiants36. Il n’y a rien cependant dans tout cela qui évoque directement les idées émises à la Commission du Commerce ou par les publicistes du règne. Sans doute, Henri IV a-t-il autorisé et favorisé la création de manufactures pour donner de l’ouvrage au menu peuple. « Les tapisseries de cuir doré et drapé, de toutes les sortes de couleurs qu’il est possible de souhaiter, plus belles que la broderie même, à meilleur marché et de plus grande durée, pour la facilité et invention de les nettoyer, entretenir et racoustrer, se font maintenant es grandes boutiques des fauxbourgs Sainct Honoré et de Sainct Jacques, pour y nourrir et employer les pauvres gens37 » Mais rien ne prouve qu’il y ait eu « renfermement » des pauvres.

  • 38 N. Valois, o. l., à la date du 11 décembre 1604.
  • 39 B. Nale, ms. fr. 17309, o. l., fol. 144 v°.
  • 40 N. Valois, o. l., à la date du 29 avril 1610, c’est-à-dire quinze jours avant la mort du roi.
  • 41 Cf. P. Cottart, Description du Sainct Séjour et demeure royal des sept oeuvres de miséricorde... da (...)
  • 42 Discours sur le règlement des pauvres et sur les aumônes, B. Nale, ms. fr. 18605, fol. 153 sqq.
  • 43 Copie du Registre de délibération du Grand Bureau des Pauvres, à la date du 12 juillet 1610, in B. (...)

12Pourtant, cette idée de renfermement semble bien s’imposer et recevoir des commencements d’exécution. À Rouen d’abord. Un arrêt du Conseil d’État en 160438 ordonne de communiquer aux conseillers et échevins de Rouen une requête par laquelle les administrateurs du Bureau des Pauvres demandent le paiement d’une rente « affin qu’ilz ayent moïen de faire bastir une maison qu’ilz ont commencée en ladite ville, pour y retirer et faire travailler les pauvres valides estans en icelle en grand nombre ». Un mémoire anonyme39 nous apprend que le roi était prêt à prendre une mesure analogue pour Paris lorsqu’il fut assassiné. Nous le croyons volontiers puisque un arrêt du Conseil d’État concerne l’acceptation conditionnelle des offres faites par René de Saint-Clément pour le rachat de 60 000 livres de rentes : il s’engagerait à verser 40 000 livres « pour emploïer au couvert et emmeublement des pauvres habandonnez de la ville et faulxbourgs de Paris, pour les resserrer et faire travailler en tous artz et mestiers40 ». Ainsi le roi avait tardé et en 1610 rien n’est réalisé. La responsabilité en incombe peut-être au manque d’argent41 ; mais sans doute aussi à des réticences suscitées par le projet de renfermement. Un pamphlet malheureusement isolé42 affirme qu’enfermer les mendiants ensemble c’est risquer d’« infecter » tous les pauvres, leur apprendre un métier c’est charger les finances du roi ; mieux vaudrait renvoyer les vagabonds dans leur paroisse et les occuper à la culture, « ne se trouvant pour aujourd’huy qu’avec grande difficulté et cherté des gens et serviteurs qui s’y veulent employer ». Quelles que soient les raisons de la carence royale à appliquer les recommandations de la Commission du Commerce, on doit constater qu’en 1610 le problème du paupérisme demeure urgent. Ne voit-on pas le Grand Prévost de l’Hôtel demander au Bureau des Pauvres de Paris « qu’il fasse donner ordre aux Pauvres qui ne bougent d’au tour du Louvre ; même quand le Roi sort du Louvre, ils viennent jusqu’à la portière de son carrosse43 » ?

  • 44 Première continuation du Mercure français, p. 607, b.
  • 45 Mémoire concernant les pauvres qu’on appelle enferméz, 1617, in Cimber et Danjou, Archives curieuse (...)

13Le renfermement devait pourtant bientôt devenir réalité à Paris. À la fin de l’année 1611 la Régente fit reprendre l’étude du projet par une commission composée de membres des cours souveraines44. On décida alors de faire enfermer les pauvres vagabonds, sous l’autorité du premier Président du Parlement et du Procureur général du Roi. Les milieux de « robe » semblent donc avoir joué un rôle particulièrement important. Dans les dernières semaines de l’année 1611 on contraint les vagabonds étrangers à quitter Paris. Huit jours après la publication de cette interdiction, les mendiants de la ville furent invités à se rassembler place de la foire Saint-Germain pour être conduits et renfermés dans les trois hôpitaux des faubourgs Saint-Victor, Saint-Marcel et Saint-Germain en attendant la construction d’un établissement unique. Le succès paraît mince : quatre-vingt-onze personnes se présentent ! Mais sans doute un certain nombre de vagabonds manquèrent-ils de ressources à la suite de la défense faite de donner et de recevoir l’aumône ; ou bien les « sergents des pauvres » furent-ils particulièrement actifs : au terme de six semaines, plus de huit cents pauvres étaient enfermés45.

  • 46 Statuts pour les Hôpitaux des pauvres enferméz, 28 novembre 1611, in Cimber et Danjou, o. l., p. 27 (...)
  • 47 Mémoire concernant..., p. 255.
  • 48 B. Nale, ms. Joly de Fleury, n° 273, fol. 292 sqq.

14Le règlement imposé aux pensionnaires de ces hôpitaux nous est conservé46. Il semble directement inspiré par les idées que nous avons exposées plus haut. Le but est d’abord de donner une instruction chrétienne aux « renfermés » : la périodicité des messes, confessions, communions est soigneusement prévue. L’emploi du temps est d’ailleurs conventuel : lever à 5 h 30 ou 6 h 30 selon la saison, coucher à 7 h. On se préoccupe aussi de l’instruction professionnelle des pauvres. L’application des idées de Laffémas et de la Commission du Commerce est cependant bien imparfaite. On s’efforce plus, semble-t-il, d’occuper les renfermés que d’organiser de véritables manufactures. Le règlement précise simplement que les hommes seront employés à « moudre blé aux moulins à bras..., brasser de la bierre, scier des aix et battre du ciment et autres ouvrages pénibles », tandis que les femmes, filles et même les enfants de moins de huit ans fileront et fabriqueront des bas ou des boutons. Ces travaux, outre leur caractère répressif, ont sans doute l’avantage de rapporter quelque argent aux trois hôpitaux dont les finances semblent avoir été précaires. Cette première expérience parisienne d’enfermement devait bientôt cesser par manque de fonds. En 1617, l’échec est patent47. Dès 1613 d’ailleurs, le nombre des mendiants arrêtés et renfermés semble diminuer48.

  • 49 Archives de la Charité de Lyon, A 1, lettres patentes de Louis XIII.
  • 50 Cf. par exemple la brochure l’Hospital général charitable, Paris, Ch. Savreux, 1657, 20 p., p. l.
  • 51 L’expression est de M. Foucault, Histoire de la Folie à l’âge classique, Paris, Plon, 1961.

15Ainsi, en cette première décennie du siècle, dans le domaine des idées et, dans une moindre mesure, dans celui des réalisations, les grands thèmes de l’assistance du XVIIe siècle s’affirmaient déjà. Nécessité du renfermement, vie monacale, travail, châtiment, volonté de sauver les âmes en même temps que les corps, rôle déterminant de la bourgeoisie et de la noblesse de robe sont essentiels vers 1610 comme en 1656 lors de la fondation de l’Hôpital général. Sans doute l’expérience de 1611 ne dura guère, mais l’idée en survécut. Au reste, dès 1614 Louis XIII autorisait l’Aumône générale de Lyon à subvenir aux besoins des pauvres en nombre grandissant par un moyen « tiré du reiglement faict en la ville de Paris... qui a été d’enfermer les pauvres divagans et mandians par la dicte ville49 ». L’expérience ici dura, et lorsque sous le règne de Louis XIV on s’efforce d’établir à Paris puis en province les hôpitaux généraux, on invoque volontiers l’exemple lyonnais50. La filiation mérite d’être relevée : elle apporte une preuve supplémentaire de la continuité de pensée et d’action dans le domaine de l’assistance aux pauvres entre le début du XVIIe siècle et l’époque du « grand renfermement51 » sous le règne de Louis XIV.

Notes

1 Première continuation du Mercure français (1612), p. 607, a, et B. Nale, ms. Joly de Fleury, 1273, fol. 271.

2 o. l., p. 607, a.

3 Recueil présenté au Roy de ce qui se passe en l’assemblée du Commerce, au Palais de Paris, Paris, 1604.

4 Outre les ouvrages de Laffémas, voir par exemple : Des maulx et inconvénients provenant de la licence des gueux, B. Nale, ms. fr. 18605, fol. 267-269.

5 Laffémas, L’Incrédulité ou l’ignorance de ceux qui ne veulent cognoistre le bien et repos de l’Estat, Paris, 1600, 1er traité, p. 14.

6 Ibidem.

7 Laffémas, La Commission, édit et partie des mémoires de l’ordre et establissement du Commerce général des manufactures en ce royaume, Paris, 1601, p. xiv de la réimpression par Champollion-Figeac, Documents historiques inédits, Paris, 1848.

8 Laffémas, Règlement général pour dresser les manufactures en ce Royaume, passim et B. Nale, ms. 18605, o. l., fol. 268 v°.

9 Toute la première moitié du XVIIe siècle reprendra encore cette idée. Cf. : Montchrestien, La Gomberdière, Jean Eon, un pamphlet anonyme : La chasse au vieil grognart de l’Antiquité, Paris, 1622, ou l’intéressant mémoire de Th. Renaudot, Factum du règlement des pauvres mandians, B. Nale, ms. fr. 18605, fol. 19.

10 Recueil présenté au Roy..., p. 294 de la réimpression de Champollion-Figeac.

11 Ibidem, p. 298.

12 B. Nale, ms. 18605, o. l., fol. 268 v°, et B. Nale, ms. 17309, Advis pour la Réunion du Grand Bureau des Pauvres avec celuy des enfermés, fol. 145.

13 Recueil présenté au Roy..., p. 294.

14 R. Mousnier, L’Age classique, in Histoire de France sous la direction de M. Reinhard, tome I, p. 427.

15 Il est difficile de préciser dans quelle mesure les réalisations étrangères ont pu constituer un exemple. Nos sources évoquent volontiers les « hopitaux » de Venise, Milan, Anvers, Londres. En 1596, on fonde à Amsterdam une maison de travail forcé pour les mendiants. Des années 1600 à la création de l’Hôpital général de Paris en 1656, les publicistes français le donneront volontiers comme un modèle.

16 « La police sera généralle et par ce moyen les pauvres d’une province ne pourront courrir à l’autre », Laffémas, L’Incrédulité..., 3e traité, p. 5.

17 Laffémas, La Commission, édit..., p. xlil.

18 Quelques années plus tard un pamphlet : La chimère ou phantosme de la mendicité, Paris, 1607, demande aussi la création d’un « hopital public », d’un « couvert » pour enfermer et faire travailler les vagabonds. Cet hôpital pourra fournir aussi en abondance ouvriers et domestiques. Peut-être le succès de cette idée tient-il à ce que la fonctionnement d’une manufacture d’« enfermés » rend inutile une taxe des pauvres toujours impopulaire.

19 Laffémas, L’Incrédulité..., 4e traité, p. 6.

20 La Chimère ou phantosme..., passim. On retiendra aussi que les textes littéraires dévoilent volontiers les tromperies des faux mendiants. Particulièrement caractéristiques pour l’époque du règne de Henri IV nous semblent : G. Bouchet, Les Sérées (1584-98), surtout livre III, 30e sérée ; La vie généreuse des mercelots, gueuz et Boesmiens, contenans leur façon de vivre, substilitéz et gergon, mise en lumière par M. Pechon de Ruby, Lyon, 1596.

21 Laffémas, L’Incrédulité..., 4e traité, p. 4.

22 B. Nale, ms. 18605, o. l., fol. 269.

23 Ibid., fol. 267.

24 La Chimère ou phantosme..., p. 2.

25 Le mot par contre ne semble pas encore avoir, à cette date, le sens de dissolu, débauché.

26 L’Incrédulité..., 4e traité, p. 3 à 6.

27 Advis pour la réunion du Grand Bureau des Pauvres avec celuy des enfermez, B. Nale, ms. fr. 17309, fol. 144 sqq.

28 o. l., p. 31.

29 B. Nale, ms. fr. 18605, o. l., fol. 267 v°.

30 On saisit ainsi la raison pour laquelle on conservera ces manufactures pendant tout le XVIIe siècle, même lorsque l’on aura constaté que le travail des hôpitaux n’est ni productif, ni rentable.

31 Cf. par exemple B. Nale, ms. fr. 17309, o. l., fol. 145 v°.

32 Cf. B. Nale, ms. fr. 18605, o. l., fol 268.

33 La Chimère..., Introduction.

34 Le 18 décembre 1599.

35 En 1602, fondation par les frères de Saint-Jean de Dieu, grâce à l’intervention de la reine, de l’hôpital de la Charité. En 1607, l’Hôtel-Dieu est agrandi, l’hôpital Ste-Anne reconstruit, l’hôpital St-Louis créé.

36 Cf. par exemple : N. Valois, Inventaire des Arrêts du Conseil d’Etat (règne de Henri IV), 2 vol., Paris, 1886-1893 aux dates des 21 déc. 1602, 10 nov. 1607, 28 mars 1609, 26 nov. 1609...

37 Palma-Cayet, Chronologie septénaire, Michaud et Poujoulat, tome XIII, p. 284, à l’année 1604.

38 N. Valois, o. l., à la date du 11 décembre 1604.

39 B. Nale, ms. fr. 17309, o. l., fol. 144 v°.

40 N. Valois, o. l., à la date du 29 avril 1610, c’est-à-dire quinze jours avant la mort du roi.

41 Cf. P. Cottart, Description du Sainct Séjour et demeure royal des sept oeuvres de miséricorde... dans lequel se recognoist le soulagement des pauvres, Paris, 1618 (Archives Nationales, K 1024, n° 97), p. 4 : « Henry le Grand... lequel d’un zèle vraiment ardent de charité en a faict toutes les recherches possibles à sa grande et non pareille majesté pour y donner un asseuré remède, lequel il eut faict promptement exécuter, s’il se feust présenté devant la lumière de ses yeux, sans aucune difficulté de dépense », écrit l’auteur à propos de projets de lutte contre le paupérisme.

42 Discours sur le règlement des pauvres et sur les aumônes, B. Nale, ms. fr. 18605, fol. 153 sqq.

43 Copie du Registre de délibération du Grand Bureau des Pauvres, à la date du 12 juillet 1610, in B. Nale, ms. Joly de Fleury, n° 1273, fol. 287.

44 Première continuation du Mercure français, p. 607, b.

45 Mémoire concernant les pauvres qu’on appelle enferméz, 1617, in Cimber et Danjou, Archives curieuses de l’Histoire de France, 1ère série, tome XV, p. 253-254.

46 Statuts pour les Hôpitaux des pauvres enferméz, 28 novembre 1611, in Cimber et Danjou, o. l., p. 271 à 284. Ce règlement est précisé l’année suivante dans le Mandement contre le vagabondage des mendiants valides de Paris et statuts pour les pauvres invalides, 27 août 1612, Isambert, tome XVI, p. 28.

47 Mémoire concernant..., p. 255.

48 B. Nale, ms. Joly de Fleury, n° 273, fol. 292 sqq.

49 Archives de la Charité de Lyon, A 1, lettres patentes de Louis XIII.

50 Cf. par exemple la brochure l’Hospital général charitable, Paris, Ch. Savreux, 1657, 20 p., p. l.

51 L’expression est de M. Foucault, Histoire de la Folie à l’âge classique, Paris, Plon, 1961.

© LARHRA, 2006

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search