Version classiqueVersion mobile

Pauvreté, cultures et ordre social

 | 
Jean-Pierre Gutton

Présentation

Frédéric Meyer

Texte intégral

1On va lire ici trente-sept articles de Jean-Pierre Gutton. Par rapport à la liste de 131 numéros d’opus fournie en annexe de ce livre, l’échantillon en représente 28 % : le sondage est suffisamment parlant pour bien rendre compte d’une œuvre et d’une personnalité. Les collègues lyonnais, qui ont eu l’heureuse initiative de cette entreprise, m’ont confié l’honneur un peu écrasant de la présenter. Ce ne peut être qu’un hommage, aussi amical soit-il, mais je ne cache pas qu’il est intimidant pour l’élève de présenter les travaux du maître. Je ne souhaite ici ni élever un « tombeau » comme en faisaient les poètes et les musiciens du XVIIe siècle, ni paraître flagorneur comme les écrivains de la même époque purent l’être quelquefois dans leurs dédicaces. Je voudrais seulement honnêtement souligner trois points qui me viennent à l’esprit en lisant ou relisant ces articles.

2Le premier est le sentiment que leur auteur est un humaniste pudique autant qu’un savant scrupuleux. Le lecteur qui connaît Jean-Pierre Gutton retrouvera ici l’élégance du personnage à travers l’élégance de l’œuvre. Le soin de l’édition, la qualité des références et des illustrations, le style toujours clair sans aucune trace de verbiage, la traque de la moindre faute d’orthographe (en vérifiant en particulier la présence des deux accents aigus à « événement » !) se retrouve dans tous ses ouvrages, et celui-ci ne pouvait pas – ne devait pas – déroger à cette règle. Les idées générales sont toujours illustrées par de nombreux exemples très pertinents (par exemple dans l’article sur la désunion des couples). Celui qui ne le connaît pas ou le lecteur pressé pourraient se réjouir de trouver des articles relativement brefs, sans ces excès de notes que l’on trouve parfois aujourd’hui (sauf à nourrir une édition de texte comme le cahier de doléances de la noblesse du Beaujolais en 1649) : ils auraient tort et passeraient à côté de synthèses longuement mûries, toujours appuyées sur les meilleures sources.

3Ce souci n’est qu’une des formes de respect vis-à-vis du lecteur que Jean-Pierre Gutton a toujours eu envers les étudiants, les collègues ou l’alma mater. Je me souviens de sa réaction outrée à une formule malheureuse d’un ministre de l’Éducation nationale qui voulait créer un « vivier de chercheurs » pour l’université, une injure à des « hommes qui ne sont pas des poissons ». Ces articles rendent à chacun des étudiants de maîtrise ce qui lui appartient. Outre le respect dû à autrui, on retrouve chez Jean-Pierre Gutton le sens très vif de ce « devoir d’état » qui animait les notables du XVIIe siècle. Ainsi, comme enseignant de lycée puis d’université, les charges pédagogiques, administratives et les honneurs ne lui ont pas manqué (directeur de département, jury d’agrégation, CNU, etc.) jusqu’à l’Institut universitaire de France de 1996 à 2001.

4Plus généralement, ses préoccupations intellectuelles l’ont conduit à travailler sur cette humanité souffrante de l’ancien régime et, après Lucien Febvre et Jean Delumeau, à s’interroger sur le besoin du sentiment de sécurité, qui ne se réduit plus, au XVIIIe siècle au moins, au seul sentiment religieux (« peut-être faut-il aussi y ajouter la diffusion grandissante du sentiment que le prêtre et la religion ne suffisent plus à assurer la sécurité » écrit-il en réfléchissant sur le concept Christianisation / Déchristianisation). Il y a beaucoup d’émotion dans ce livre, jamais de sensiblerie, et une véritable affection pour ces hommes et ces femmes d’autrefois dont la dignité a été blessée, à l’image de ces pauvres lyonnais qui, comme il nous l’a appris, « refusaient de mourir tout en vie ». Le même respect de l’homme unit alors les siècles, du XVIe au XXIe.

5Ses thèmes de recherche conservent une grande unité, rarement aussi évidente dans un recueil d’articles. L’histoire de la société et de la culture irrigue le volume et les quatre parties ne recouvrent pas des curiosités successives, mais des chantiers constants et parallèles. Tout au plus remarque-t-on un intérêt plus récent pour l’histoire culturelle (l’historien et le portrait, les échanges entre culture orale et écrite) qui est une tendance forte de notre historiographie depuis une quinzaine d’années seulement. L’histoire des représentations est déjà présente dans la description de la cérémonie de l’enfermement des pauvres à Chambéry ou des députés de la ville de Lyon à la cour. Mais là encore l’auteur a su ouvrir des pistes nouvelles avec l’histoire de la chaleur ou du paysage sonore.

6Que de curiosités ! Certes Jean-Pierre Gutton a d’abord été l’historien des pauvres et des hôpitaux. C’était prendre pour objet d’étude une part considérable de la société de jadis ! Ces pauvres sont autant des mendiants, que des anciens soldats, des enfants trouvés, des filles repenties, des « pauvres conjoncturels » frappés par une crise de cherté et enfermés dans les Charités. Entendre la voix des pauvres n’est pas chose aisée et on admire la capacité à faire parler les « petits » à partir des archives hospitalières, judiciaires ou ecclésiastiques. Jean-Pierre Gutton n’est pas un historien du religieux (même s’il a assuré à plusieurs reprises la direction du DEA d’histoire religieuse des universités de Lyon, Saint-Étienne et Chambéry). Pourtant l’Église et les dévots dont il parle si bien sont forcément rencontrés à toutes les pages, en particulier dans la deuxième partie de ce volume, et plusieurs articles sont consacrés aux curés du diocèse de Lyon. L’historien des clergés et des structures ecclésiastiques sait ce qu’il lui doit. Jean-Pierre Gutton est plutôt un historien des régulations sociales. Mais ce ne sont pas tant la face répressive, le « dressage corporel », le « disciplinamento » qui l’intéressent, que la manière dont les structures politiques et judiciaires (États provinciaux, intendances…) ou l’action des notables dévots ont permis à la société des XVIe-XVIIIe siècles de durer malgré ses hésitations entre ordre et désordre. Il a voulu comprendre comment la sédition de Lyon de 1632 ou les plaintes des Grands Jours d’Auvergne en 1665, lorsque les habitants du bailliage de Bourg-Argental dénoncent curé fornicateur ou seigneur violent, ou les « syndicats des humbles » permettent de répondre, chacun à leur façon, aux tensions sociales, de dédramatiser les rapports sociaux face au triomphe de l’absolutisme, puis de la monarchie administrative. En évitant angélisme ou misérabilisme, « Misères de la guerre, réponses de la charité » nous rappelle la réalité de l’Europe pendant la guerre de Trente Ans.

7Ces études révèlent tout ce qui a peu à peu renforcé la modernité dans l’ancienne société (l’éducation, la coopération entre curés, médecins et administrateurs, l’encadrement des fidèles et jusqu’au système métrique sous la Révolution) même si la politique de l’enfermement, que Jean-Pierre Gutton a qualifiée autrefois d’ « abus de langage », est un relatif échec et si la Charité de Lyon, qui gère les enfants trouvés, ne règle en rien la question du paupérisme. En historien de la famille, Jean-Pierre Gutton a posé au passé des questions qui nourrissent le débat dans la société d’aujourd’hui (la pauvreté, l’adoption, la désunion des couples, la prison…). Et encore les articles reproduits ici ne recouvrent-ils pas tous les aspects de son travail : les domestiques ne sont qu’évoqués alors qu’ils ont été l’objet d’un bien beau livre de sa part, de même que les vieillards ; l’article sur les reinages et les abbayes de jeunesse n’est que signalé ; ceux sur l’histoire de l’alimentation ne le sont pas. C’est dire combien l’œuvre est foisonnante et ce livre pourtant copieux ne saurait en être que l’introduction. De même trouve-t-on peu de portraits individuels ici (à l’exception de Jean-Emmanuel Gilibert, le médecin lyonnais qui voyagea dans la Pologne de Stanislas), mais l’auteur a écrit d’autres articles sur Jacob Spon ou l’intendant de Lyon, La Michodière.

8Je voudrais continuer sur une note plus personnelle. Pour moi, Jean-Pierre Gutton est l’homme de la fidélité. Fidélité à ses préoccupations intellectuelles d’abord. Entre le premier article présenté ici et le dernier, quarante années se sont écoulées. Les thèmes de recherche se sont étoffés, mais aucun, on l’a dit, n’a jamais disparu de ses centres d’intérêt. Ce n’est pas absence de renouvellement, mais certitude que les pistes ouvertes étaient les bonnes. Grâce à lui nous avons vu la laïcisation progresser dans l’histoire de l’assistance, mais nous savons aussi retrouver des permanences anciennes de la charité envers le « pauvre du Christ » bien en aval dans l’époque contemporaine, au delà de la seule image de la « petite sœur » hospitalière qui traverse le temps. Avec une très grande rigueur et sans jamais se départir du sens de l’histoire, ces articles montrent tout ce qui nous sépare de nos ancêtres, de ces hommes par exemple qui étouffent lorsque la température d’une pièce dépasse 19 ° C. En dernière ligne de son livre sur l’action des dévots au XVIIe siècle, Jean-Pierre Gutton n’écrit-il pas : « toutes tentatives pour la rapprocher d’un intégrisme ou, inversement, d’un christianisme social seraient réductrices » ?

9La ville de Lyon ensuite est indissociable de sa personnalité. Né à Lyon, étudiant à Lyon, habitant Lyon, enseignant à Lyon (après un court et relatif exil à Saint-Étienne), Jean-Pierre Gutton gravit de 1966 à 2005 toutes les étapes de la carrière universitaire à Lyon, sans jamais céder aux sirènes parisiennes. Spécialiste de l’histoire de Lyon et du Lyonnais, 60 % des articles que l’on va lire ont cette région pour illustration. Mais que l’on ne s’y trompe pas : en aucun cas il ne s’agit d’histoire régionaliste. C’est un ancrage régional pour une problématique toujours nationale ou européenne, comme on le verra par exemple avec la synthèse sur « Les pauvres face à leur pauvreté » ou encore avec des articles publiés en anglais ou en espagnol, fruits de participations à des enseignements nombreux à l’étranger et dans la France d’Outre-Mer.

10Enfin, on trouvera ici une grande fidélité à l’idée du devoir social de l’universitaire. Le service permanent des étudiants et la volonté pédagogique se retrouvent dans le soin apporté à la publication de documents originaux. Jean-Pierre Gutton est un laboureur d’archives et ces articles rendront service aux collègues toujours friands de textes pour leur enseignement (ainsi à propos des craintes de l’intendant de Lyon devant le prophétisme cévenol). Il est aussi un adepte de la polyvalence, au bon sens du terme qui impose de ne jamais s’enfermer dans une spécialité trop étroite : étudier les pauvres, c’est étudier la législation, la fiscalité, les aléas de l’économie, l’évolution de l’Église, des mentalités, le rôle des « officiers moyens », etc. L’auteur a toujours défendu cette attitude et il nous le dit ici encore : « durant une quarantaine d’années d’enseignement, j’ai tenté de convaincre les étudiants qu’histoire et histoire de l’art ne devaient pas être dissociées ». Ce même souci d’ouverture l’a conduit à répondre à la demande locale d’histoire : l’Académie de Lyon, l’histoire des archives de la Sécurité sociale, la participation au jury de recrutement des administrateurs des hôpitaux du Rhône ont su tour à tour utiliser les compétences du spécialiste.

11Il y a chez Jean-Pierre Gutton une présence au monde et un souci du service des autres qui ont frappé tous ceux qui le connaissent. Ce n’est pas la survivance d’une « société de fidélité », mais une profonde cohérence vécue entre une recherche des plus exigeantes, un enseignement qui a marqué des générations d’étudiants (nombreux aujourd’hui dans les collèges et les lycées ou les sociétés savantes de Rhône-Alpes) et un sens de l’amitié que la part importante des articles publiés à l’origine dans des Mélanges offerts à des collègues illustre parfaitement. Tous connaissent sa loyauté et savent aussi comment il est prompt à répondre par retour du courrier à vos interrogations, loin du cliché de l’agitation frénétique qui devrait caractériser l’universitaire de qualité. Ce sens du devoir n’est pas rigidité. Cette profonde adéquation entre l’œuvre et son auteur plaide pour la validité de l’action de l’honnête homme sur le monde qui l’entoure, sans obséquiosité ni affectation. On est à rebours de l’érudit dans sa tour d’ivoire : comme pour la dévote Madame Pichon et les compagnies de charité à Lyon au XVIIe siècle, la sensibilité au monde est indissociable de l’engagement. Cela devrait nous faire espérer encore de sa part de nombreux articles et ouvrages sur cette ancienne société si dure et si fascinante à la fois. Un numéro de la revue Autrement consacré à Lyon en 2004, auquel il participa, s’intitulait Lyon, l’humaniste. Ce titre aurait pu être celui du recueil.

© LARHRA, 2006

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search