Version classiqueVersion mobile

Quelle laïcité en Europe ?

 | 
Jean-Dominique Durand

Comment traduire « laïcité » en italien ?

Émile Poulat

Texte intégral

1Comment donc traduire laïcité en italien ? La question est réversible : comment traduire laìcità en français ? Il faut d’abord se convaincre qu’il n’y a pas exacte équivalence entre les deux mots, malgré leur étroite ressemblance. Comprendre et expliquer passent ici avant traduire. La traduction a ses contraintes et ses rigidités : on n’échappera pas à la fatalité de ce couplage. L’effort essentiel à fournir est d’entrer dans l’univers culturel auquel chacun d’eux renvoie.

2Il faut porter grande attention au langage : les manières de dire et les mots pour le dire. Le langage humain, c’est ce qui établit la communication entre gens par définition différents les uns des autres, voire étrangers les uns aux autres. Ils n’ont ni même identité, ni même histoire personnelle, et pas nécessairement même histoire commune. Ainsi naissent les différences de culture. Sur le même substrat peuvent s’édifier des constructions où chacun manifeste un art de vivre qui lui est propre. C’est avec celui-ci qu’il convient de se familiariser.

3Le substrat, ici, c’est le mot. Secte et religion sont deux mots latins d’étymologie incertaine, inconnus des autres langues indo-européennes, dont le sens a beaucoup varié au cours de ces deux millénaires. Laïcité qui, pour beaucoup, en est venu à s’opposer à religion, est un mot d’origine grecque, mais, en grec, i1 n’est pas seul à signifier « peuple » : à laos, qui désigne une population ou un concours de peuple, répond en particulier démos, le peuple politiquement organisé, mais aussi ethnos, la communauté d’origine, genos, la parentèle, ou ochlos, la foule. L’idéal européen moderne n’a jamais été une laocratie, mais une démocratie, et si celle-ci peut dégénérer en démagogie, nul ne sait ce que peut être une laogogie.

4C’est un peu l’opposition entre plebs et populus. Si la plèbe n’a pas de droits, le « peuple » se définit par un ensemble de droits et de devoirs civiques : SPQR, Senatus Populusque Romanus, qui débouchera bien plus tard en Angleterre sur la formule « Le Roi en son Parlement ».

5On ne refera pas ici l’histoire de la distinction ecclésiastique entre « clercs » et « laïcs », ou clergé et laïcat, entraînant un conflit de prétentions qui traverse les siècles. Nous parlons aujourd’hui de « promotion du laïcat », alors que Mgr Amann décrivait le XIème siècle comme « l’Église aux mains des laïcs ».

6Le mot laïcité signe la sortie de cette histoire religieuse au terme d’un long et dur combat dont l’anticléricalisme représente la forme élémentaire. Une page est tournée et même, ajouteront certains, le livre est fermé. « L’esprit laïque » se pense et se veut postchrétien, dans le sillage du rationalisme et du naturalisme des Lumières, au nom d’une règle suprême, la science dans les limites de l’expérience, et d’une instance suprême, la conscience dans l’exercice de son jugement.

7Laïcité est un mot intraduisible en dehors des langues latines. En français, c’est un mot tardif : apparu après 1870, il passe encore en 1914 pour un néologisme. C’est un mot que les dictionnaires de langue ne savent trop comment définir (toujours, c’est rassurant, pour commencer, par opposition à clerc) et qui n’a jamais reçu de définition juridique. C’est un mot employé aujourd’hui à tout propos et même hors de propos, et d’autant plus qu’il se nourrit de peu : mot de passe ou nom de code. C’est en fait un mot qui se dédouble, selon qu’on pense à la laïcité de l’État, de l’école, de l’administration, etc. (qui est un caractère), ou à la laïcité (qui est un idéal, auquel on peut élever une statue, comme celle de La Liberté éclairant le monde, à l’entrée du port de New-York).

8C’est enfin un mot dont l’histoire reste à écrire, sous la double forme qui vient d’être précisée. Le fait est que l’oeuvre de laïcisation - les « lois laïques » - s’est accomplie au Parlement français entre 1880 et 1905 sans que « laïcité » ait été employé une seule fois. On parlait alors de « séparation », de « neutralité », d’indépendance mutuelle, d’incompétence de l’État et de la religion comme « affaire privée » (Privatsache), en polémiquant beaucoup. En fait, notre laïcité française s’est développée en trois temps : comme idée, comme programme, comme régime.

9L’idée laïque s’est exprimée dans une abondante littérature, aujourd’hui trop oubliée, en référence à la libre pensée et à l’émancipation des esprits de manière souvent parallèle au mouvement socialiste qui oeuvrait pour l’amélioration du sort des travailleurs et l’instauration d’un ordre économique nouveau. Entre ceux qui luttaient contre la religion et ceux qui luttaient contre le capitalisme, les rapports ont toujours été complexes et parfois difficiles.

10Le programme laïque, c’est ce qui, entre 1877 et 1905, est apparu prioritairement souhaitable et immédiatement réalisable à la nouvelle majorité parlementaire : un ensemble de mesures législatives et administratives qui atteignaient au premier chef les congrégations religieuses, l’enseignement public et privé, les cultes reconnus, les aumôneries publiques. « Œuvre de laïcisation » pour les républicains, « oeuvre d’irréligion » pour les cléricaux. Les républicains étaient unanimes sur les raisons de cette laïcisation : il fallait briser la puissance de l’Église et les moyens de son influence. En revanche, ils n’envisageaient pas l’avenir de la même manière : pour les uns, cette politique devait aboutir au dépérissement du catholicisme ; pour les autres, elle devait conduire à la pacification des esprits sur ces bases nouvelles. C’est cette orientation qui prévalut.

11Le régime laïque, c’est ce qui s’est mis progressivement en place à partir d’une interprétation bienveillante et libérale des textes en vigueur par des voies multiples : règlements d’administration publique, circulaires, jurisprudence des tribunaux administratifs ou judiciaires, politique des gouvernements successifs, conventions diplomatiques, et même modifications législatives (la loi de 1905 a été retouchée neuf fois). Ainsi s’est établi au fil du siècle écoulé un véritable modus vivendi entre l’Église catholique et la puissance publique.

12Il en résulte un équilibre complexe, accepté de part et d’autre, que personne ne songe à remettre en cause. Diachroniquement, il peut se définir par opposition au régime de catholicité dont la France est sortie à travers dix ans de Révolution et un siècle de Concordat. Synchroniquement, la séparation qu’il affiche entre Églises et État n’a cessé de tisser entre eux de nouvelles relations et surtout, en son sein, de cultiver une séparation des dossiers selon l’objet ou le territoire. Laïcité de l’État : il est seul à décider, mais il commence par négocier, selon la tradition de toujours, au lieu de cette politique de force que la France a connue deux fois dans son histoire, sous la Révolution française et sous la IIIe République.

13Ce qu’on appelle globalement la laïcité est donc plus et même autre chose que la laïcité de l’État. C’est un mot qui recouvre une histoire et une situation : une histoire passée dont la longue mémoire catholique garde un souvenir douloureux et de plus en plus imprécis, voire déformant ; une situation présente, où se mêlent et parfois s’emmêlent dans la conscience française expérience sociale (vive) et savoir juridique (limité).

14Le mot laïcité n’a aucune peine à franchir les Alpes. Il n’en va pas de même de l’histoire qu’il recouvre et de la situation qu’il justifie. En disant laìcità, les Italiens se réfèrent à leur propre histoire et à leur propre situation. Les situations peuvent se rapprocher, l’histoire peut s’oublier, mais elle reste ce qu’elle a été. Deux traits forts me paraissent caractériser et singulariser l’Italie en ce domaine.

15En premier lieu, l’unité italienne s’est faite au détriment des États pontificaux et du pouvoir temporel de la Papauté, ravivant la querelle historique entre guelfes et gibelins, néo-guelfes et néo-gibelins. Pie IX a dû abandonner le Quirinal au Roi d’Italie pour s’enfermer au Vatican, mais en gardant la haute main sur l’Église d’Italie. Il a ainsi conservé dans toute la Péninsule une sorte de pouvoir temporel qui ne disait pas son nom. Les « deux rives du Tibre » - les « deux Rome » - ont symbolisé une forme de partage total dont la consigne électorale du Non expedit manifestait toute la portée. Le Saint-Siège était en Italie, il n’était pas en France.

16Avec l’avènement de la Démocratie chrétienne en 1945, la situation a commencé à se modifier profondément. Le Saint-Siège avait gardé ses distances avec le Parti populaire italien (PPI) de don Sturzo. Il ne put hésiter longtemps avec la D.C. de De Gasperi : il était obligé de le soutenir sans pouvoir en faire son bras séculier. Massivement, la D.C. était bien le parti des catholiques, mais elle n’était ni un parti catholique, ni même un parti confessionnel. Elle était dirigée par les laïcs catholiques, mais, de surcroît, elle était bien un parti laïque dont la politique ne se faisait pas au Vatican sur instructions pontificales. Cette conscience laïque était avivée chez ses dirigeants quand ils comparaient le fonctionnement de leur parti à celui du Parti communiste italien (PCI) et aux liens de Togliatti avec Moscou. Le PCI a dû conquérir son indépendance : la fierté de la D.C. était d’être née indépendante. La laìcità avait une figure catholique.

17À cela s’ajoute une autre particularité. Politiquement, les deux pays ont alors connu une véritable tripartition. En France, démocrates chrétiens du Mouvement Républicain Populaire (MRP), socialistes et communistes ont un temps gouverné ensemble. En Italie, les communistes ont été maintenus à l’écart du pouvoir, mais disposaient d’une forte implantation nationale, tandis qu’entre eux et les démocrates chrétiens, s’affirmaient cinq petits partis avec lesquels la D.C. a dû composer et que, par opposition aux deux grands, on appelait les « partis laïques ». Il s’agissait là d’une autre figure de la laìcità, plus proche des « laïques » de France mais sans influence déterminante sur la situation et les institutions italiennes. Si l’écart s’est atténué avec la France, on peut dater cette évolution de la révision en 1984 du concordat de 1929...

  • 1 Pour un état français de la question, qu’on me permette de renvoyer à mon ouvrage, La Solu (...)

18Et malgré tout, plus on va du mot aux réalités, plus apparaissent les différences dans la manière de traiter des problèmes identiques ou voisins. Affaire d’idiosyncrasies ? C’est la question que rencontre l’Europe dans son effort pour surmonter d’ancestrales divisions1.

Notes

1 Pour un état français de la question, qu’on me permette de renvoyer à mon ouvrage, La Solution laïque et ses problèmes, Paris, Berg International, 1997, 230 p.

© LARHRA, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search