Version classiqueVersion mobile

Droites et catholicisme en France et en Europe des années 1960 à nos jours

 | 
Olivier Dard
, 
Bruno Dumons

Introduction

Bruno Dumons

Texte intégral

  • 1 Henri Tincq, La grande peur des catholiques, Paris, Grasset, 2018.
  • 2 Bruno Dumons et Frédéric Gugelot (dir.), Catholicisme et identité. Regards croisés sur le catholici (...)
  • 3 Frédéric Rouvillois, Olivier Dard, Christophe Boutin (dir.), Dictionnaire du conservatisme, Paris, (...)
  • 4 Yann Raison du Cleuziou, Une contre-révolution catholique. Aux origines de la Manif pour tous, Pari (...)

1Dans un ouvrage récent, le journaliste Henri Tincq, qui fut en charge des questions religieuses au journal Le Monde (1985-2008), porte un regard désenchanté sur le catholicisme de sa jeunesse : « Nous sommes en train de perdre un héritage : celui des catholiques libéraux, des cathos sociaux, des “abbés démocrates”, des catholiques résistants sous l’Occupation »1. Cet héritage se serait dissous au profit d’un catholicisme porteur de réflexes identitaires2 et “néoconservateurs”3 dont le mouvement de balancier pencherait désormais à droite, voire à l’extrême droite, dans la mesure où le verrou d’un vote FN (devenu Rassemblement National) a sauté parmi les catholiques pratiquants. Yann Raison du Cleuziou emploie même aujourd’hui le terme de « contre-révolution catholique »4.

  • 5 Yann Raison du Cleuziou, Qui sont les cathos aujourd’hui ?, Paris, Desclée de Brouwer, 2014.
  • 6 Guillaume Cuchet, « Conjoncture politique et tendances catholiques contemporaines », Le Débat, 2018 (...)
  • 7 René Rémond, La droite en France de 1815 à nos jours. Continuité et diversité d’une tradition polit (...)

2Bien que les récentes enquêtes sociologiques témoignent de l’éclatement du paysage catholique en France5, accentuant une opposition déjà ancienne entre « libéraux » et « intransigeants » puis entre “progressistes” et “traditionnels”, un processus de « droitisation » du catholicisme semblerait s’opérer depuis au moins deux décennies6, dans ce qui constitue la longue histoire politique des catholiques français. Ici, une double historiographie, politique et religieuse, s’entrecroise dont les premiers apports majeurs ont été l’œuvre de René Rémond dans les années 1950. Cette décennie est à la fois celle d’une recomposition des droites autour du socle républicain et de l’émergence d’une ecclésiologie conciliaire au sein du monde catholique. Ce n’est pas pour autant que les courants anciens qui ont irrigué le paysage politique à droite et ceux qui animaient l’intransigeance catholique, ont disparu. C’est à cette tâche historienne que René Rémond s’est consacré en publiant en 1954 sa célèbre étude sur La droite en France depuis 1815 qui fait émerger un pluriel, celui des « trois droites »7.

  • 8 René Rémond, « Droite et gauche dans le catholicisme français contemporain », Revue Française de Sc (...)
  • 9 Ibid., p. 537-539.
  • 10 Bruno Judic, « André Mandouze, l’Algérie et Saint Augustin », Les Cahiers d’EMAM, 2014, n° 23, p. 1 (...)
  • 11 René Rémond, « Droite et gauche dans le catholicisme français contemporain », Art. cit., p. 809.

3Quatre ans plus tard, il fournit un article de fond magistral à la Revue Française de Science Politique dans lequel il précise sa réflexion et restitue la diversité des positions idéologiques au sein du catholicisme français, qu’il s’agisse des ordres religieux, jésuites ou dominicains, de la presse, des associations et des mouvements8. Les divergences sont aussi profondes sur les modalités d’action pastorale, la pédagogie enseignante, la notion même d’institutions catholiques, mais aussi dans les controverses autour de l’exégèse scripturaire, les débats théologiques et philosophiques entre thomisme et immanence, le déploiement de certains types de piété et de dévotion à l’image du culte de Jeanne d’Arc, un temps accaparé par l’Action Française9. À l’heure où sévit la guerre d’Algérie, René Rémond rappelle que les deux meilleurs connaisseurs de Saint-Augustin sont les historiens Henri-Irénée Marrou et André Mandouze10, chrétiens engagés à gauche et cibles des catholiques de droite. Dans le même temps, ces derniers tentent de récupérer la spiritualité du père Charles de Foucault sur les questions coloniales. Nombre d’entre eux se retrouvent dans le culte marial avec ses pèlerinages à Pontmain ou à Fatima qui ravivent les messages de la Vierge sur la conversion de la France ou de la Russie. D’autres se complaisent dans la dévotion au Christ-Roi, se substituant à celle du Sacré-Cœur de jadis. La bataille sur la question liturgique viendra quelque temps plus tard. René Rémond considère ici que le « catholique de droite » est moins le représentant d’une école intellectuelle et philosophique que l’héritier d’une tradition familiale où se diffusait une culture catholique englobante, façonnant les systèmes de représentation entre l’Église et le monde sur plusieurs générations11.

  • 12 Émile Poulat, Intégrisme et catholicisme intégral, Tournai, Casterman, 1969 ; Jean-Marie Mayeur, «  (...)
  • 13 Bruno Dumons, « Catholicisme et politique (xixe siècle) » et Frédéric Le Moigne, « Catholicisme et (...)
  • 14 Denis Pelletier, La crise catholique. Religion, société, politique en France (1965-1978), Paris, Pa (...)
  • 15 Denis Pelletier et Jean-Louis Schlegel (dir.), À la gauche du Christ. Les chrétiens de gauche en Fr (...)
  • 16 Denis Pelletier, « Catholiques français de gauche et d’extrême gauche à l’épreuve du “moment 68” », (...)
  • 17 Luc Perrin, L’affaire Lefebvre, Paris, Cerf, 1989.
  • 18 Jean-Miguel Garrigues, Par des sentiers resserrés. Itinéraire d’un religieux en des temps incertain (...)
  • 19 Étienne Fouilloux, « Aux origines de Communio France (1969-1980) », Bruno Dumons et Frédéric Gugelo (...)
  • 20 Olivier Landron, Les communautés nouvelles. Nouveaux visages du catholicisme français, Paris, Cerf, (...)

4Différentes catégories d’analyse historienne résultent de cette réflexion programmatique de René Rémond sur les espaces politiques au sein du catholicisme. Parmi celles classées à droite, il y a le « catholicisme intransigeant », le « catholicisme intégral » et l’« intégrisme », sur lesquelles les études de Jean-Marie Mayeur et d’Émile Poulat ont fait autorité12. Elles s’inscrivent dans le long processus de « politisation de la foi »13 qui a caractérisé le xxe siècle depuis la Révolution, pour s’atténuer au siècle suivant avec la laïcisation de la société française mais ressurgir avec force lors de crises ou de secousses internes au catholicisme comme celles des prêtres-ouvriers (1954) ou des institutions ecclésiales et militantes au cours des années 196014 qui ouvrent la voie aux « catholiques de gauche » dans l’exercice des responsabilités15. Les portes du pouvoir politique et ecclésial s’ouvrent à eux, par le jeu électoral et la stratégie des nominations, qui leur assurent une visibilité à la hauteur de leur influence. Tandis que l’Église de France porte un regard bienveillant à gauche, à la faveur du « moment 68 »16, la visibilité à droite est polarisée par le « traditionalisme » avec l’affaire Lefebvre17. Les sensibilités plus traditionnelles, héritières du « catholicisme intransigeant », s’effacent quelque peu du champ politique et de l’espace ecclésial. Elles rentrent en dissidence, au sein d’un univers clos de communautés religieuses ou de chapelles restées à l’écart de la réforme liturgique. Le frère dominicain Jean-Miguel Garrigues se rappelle dans un livre de souvenirs cette traversée du désert18. Ce silence de l’intransigeance catholique couvrait les quelques voix de théologiens, d’intellectuels et de militants, murmurées dans une presse devenue confidentielle ou de nouvelles revues théologiques comme Communio19 ou politiques comme Catholica (Paul Airiau). Il a fait ressurgir une stratégie de combat, à l’image des publicistes Marcel Clément, Jean Madiran et Michel de Saint Pierre (Olivier Dard) au moment du concile Vatican II ou des Silencieux de l’Église en 1970 incarnés par le journaliste Pierre Debray (Humberto Cucchetti). L’élan des communautés dites « nouvelles » ou « charismatiques » qui trouve un écho parmi les jeunes générations d’un catholicisme aux origines souvent bourgeoises et urbaines, puise dans ce vivier intransigeant pour s’édifier et se consolider20. Il vient remplacer un clergé vieillissant et des mouvements d’Action Catholique qui s’essoufflent. Il cherche à assurer une « transmission de la foi » que les générations précédentes n’auraient pas réussie, en particulier parmi les « catholiques de gauche ».

  • 21 René Rémond, « La révolution de mai 1968, l’évolution des mœurs, l’Église et les jeunes », France-A (...)
  • 22 Daniele Menozzi, « Vers une nouvelle Contre-Réforme ? », Archives de Sciences Sociales des Religion (...)
  • 23 Mgr Claude Dagens, « Le catholicisme intransigeant, une tentation permanente », La Croix, 21 avril (...)
  • 24 Yann Raison du Cleuziou, Une contre-révolution catholique… , op. cit., p. 113-149.
  • 25 Céline Béraud, « Prêtres de la génération Jean-Paul II : recomposition de l’idéal sacerdotal et acc (...)
  • 26 Florence Haegel, Les droites en fusion. Transformations de l’UMP, Paris, Presses de Sciences Po, 20 (...)
  • 27 Céline Béraud et Philippe Portier, Métamorphoses catholiques. Acteurs, enjeux et mobilisations depu (...)

5Dans ce contexte de reconquête, initié par le pontificat de Jean-Paul II, et de « retour des certitudes », déjà bien repéré par René Rémond en 198621, considéré comme une « nouvelle Contre-Réforme » par l’historien italien Daniele Menozzi22, ce mouvement de balancier au sein d’un catholicisme « fin de siècle » génère d’importants repositionnements dans le champ confessionnel et politique. Une nouvelle catégorie sociologique que Yann Raison du Cleuziou dénomme les « observants », investit les paroisses et les organisations catholiques. Leur visibilité, leur capacité de mobilisation et leur dynamisme de type entrepreneurial se traduisent en termes politiques par un processus de « droitisation » dans le catholicisme français. Celui-ci se donne à voir en priorité sur les questions morales de l’intime et du corps, au risque d’apparaître comme une contre-culture d’opposition à la société. Il recourt ostensiblement aux vocables de “nation” et de “tradition”, voire à celui plus séculier de “patrimoine”, loin de toute quête spirituelle ou de foi. Il inquiète même certaines figures de l’épiscopat comme Mgr Dagens23. S’appuyant sur un « redéploiement intransigeant »24 grâce à la redécouverte de la théologie politique, une littérature catholique de combat et la fabrique d’un jeune clergé, plus tridentin que conciliaire, se reconnaissant volontiers comme la « génération Jean-Paul II »25 et bénéficiant de soutiens romains procurés par le pontificat de Benoît XVI, cette « droitisation » du catholicisme en France modifie le paysage des droites. Les organisations partisanes doivent se recomposer pour faire une place à cet électorat catholique qui ne pesait plus guère dans les états-majors et parmi les militants26. D’autres outils de politisation sont davantage mobilisés : certains plus classiques comme la manifestation27, revisitée par le mouvement des Veilleurs et ses Sentinelles (Magali Della Sudda), d’autres plus novateurs techniquement avec l’internet et les réseaux sociaux. Cependant, la réalité électorale est venue rétablir l’équilibre des forces idéologiques qui traversent les droites françaises.

  • 28 Clarisse Berthezène et Jean-Christian Vinel (dir.), Conservatismes en mouvement : une approche tran (...)

6Cette « droitisation » du catholicisme ne serait-elle pas, au final, l’expression d’un phénomène politique plus global et transnational concernant le renouveau conservateur dans les sociétés occidentales28, profitant ici d’un retour de balancier post-conciliaire, propre au catholicisme romain. Une déclinaison de cette version catholique du conservatisme invite à l’ouverture d’un vaste chantier historiographique, mobilisant aussi bien l’histoire des partis que la géographie électorale, l’histoire de l’ecclésiologie que l’histoire des femmes et du genre. Par conséquent, dans le cadre d’une chronologie remontant jusqu’aux années 1960, concomitante à la républicanisation des droites et à l’événement conciliaire, l’objectif de cet ouvrage se précise. Il vise à mettre l’accent sur les forces et les influences des réseaux, romains et transnationaux, sur lesquels s’appuierait ce processus de « droitisation » du catholicisme dont on ne mesure pas encore l’étendue à l’échelle d’une catholicité européenne et dont on sait par ailleurs que les échanges et les transferts avec les Amériques sont essentiels dans la recharge d’un catholicisme conservateur. Le cas de la théologie est ici significatif avec la Radical Orthodoxy et le courant « communautarien » (Yann Raison du Cleuziou). Tout aussi transnationales doivent désormais se situer les recherches sur le recrutement du clergé issu de communautés nouvelles ou charismatiques, l’action des mouvements familiaux (Constance Cheynel) et de conjugalité, les associations éducatives et les espaces de formation, la presse, l’édition et l’internet avec les réseaux sociaux.

  • 29 Ludovic Tournès, Américanisation. Une histoire mondiale (xviiie-xxie siècle), Paris, Fayard, 2020.
  • 30 René Rémond, Les États-Unis devant l’opinion française (1815-1852), Paris, Colin, 1962.
  • 31 « Introduction », Frédéric Rouvillois, Olivier Dard et Christophe Boutin (dir.), Le dictionnaire du (...)
  • 32 René Rémond, La droite en France de 1815 à nos jours, op. cit., p. 150 ; Gilles Le Béguec et Jacque (...)
  • 33 Georges Hoog, Les conservateurs et la IIIème République. Notes d’histoire, Paris, Bloud, 1910.
  • 34 Jean-Marie Mayeur, « Les conservateurs dans la crise de 1870-1871 » et Jacques Gadille, « La place (...)
  • 35 René Rémond, La droite en France de 1815 à nos jours, op. cit., p. 193 et 252.
  • 36 Florian Michel, La pensée catholique en Amérique du Nord. Réseaux intellectuels et échanges culture (...)
  • 37 Blandine Chelini-Pont, La droite catholique aux États-Unis. De la guerre froide aux années 2000, Re (...)
  • 38 Yann Raison du Cleuziou, Une contre-révolution catholique…, op. cit., p. 120 et s. ; Valérie Aubour (...)
  • 39 Manuel Iglesias-Cavicchioli, « Le mouvement théoconservateur en Espagne : pensée, organisation et i (...)

7N’y aurait-il pas là une « américanisation » du catholicisme, particulièrement active en France depuis les vingt dernières années (Bruno Dumons) ? Certes, l’attrait pour le modèle américain ne date pas d’hier qu’il soit culturel, religieux ou politique29. René Rémond y avait justement consacré sa thèse en 1952 dans laquelle il évoquait « le ciel démocratique des États-Unis » pour nombre de catholiques français, libéraux comme Lacordaire30. Cependant, si le conservatisme à l’américaine ne fait pas rêver dans les droites françaises du xixe siècle, la pensée conservatrice trouve un certain écho jusque dans les cercles élargis de la littérature et de l’esthétisme31. À l’heure de l’installation de la République, sa traduction politique semble recouper les milieux monarchistes et catholiques ralliés dans une union conservatrice soucieuse de se muer en organisation partisane, pouvant prétendre jusqu’à l’existence d’un « conservatisme à la française »32. Dès 1871, l’échec fut patent selon l’observateur et journaliste du Sillon, Georges Hoog33. Il résulte principalement de la diversité de la nébuleuse conservatrice, divisée sur les questions politique et religieuse34. Cette école de pensée tend à disparaître du paysage politique français du xxe siècle, du moins dans sa terminologie35, alors qu’elle demeure toujours audible dans l’univers anglo-saxon. A-t-elle pour autant disparu de la sphère religieuse, catholique en particulier ? Rien n’est moins sûr car derrière les étiquettes « intransigeant », « intégral », « traditionnel » et « traditionaliste » qui caractérisent successivement au cours du xxe siècle l’aile droite du catholicisme, le vocable « conservateur » exprime toujours dans le champ du catholicisme une manière d’envisager les rapports de défiance avec la modernité, emprunts de néo-thomisme, de critique antilibérale et de compromission avec le monde. Si des penseurs français de cette facture ont eu audience outre-Atlantique36, le moment conciliaire a été paradoxalement propice à une réactivation de cette école de pensée conservatrice, principalement aux États-Unis avec le théoricien Kirk Russell, opérant le lien entre la droite républicaine et les catholiques américains37. Le processus semble alors s’être intensifié à la fin du siècle avec l’instauration d’une plus grande proximité des catholiques « observants » français (prêtres ou militants laïcs) avec les milieux conservateurs de la droite catholique américaine désireux de promouvoir un national-christianism de part et d’autre de l’Atlantique (Blandine Chélini-Pont). Grâce à des voyages, des sessions d’étude et des invitations réciproques, les emprunts s’opèrent dans les courants théologiques, les causes militantes, les pratiques évangéliques, les groupes charismatiques et les méthodes de marketing politique38. Le phénomène semble particulièrement remarquable en France, au point de s’interroger sur une possible « américanisation de catholicisme français ». Il est aussi observable en Espagne (Benoît Pellistrandi) dans une moindre mesure après la période du national-catholicisme39, beaucoup moins dans les autres catholicismes nationaux comme en Belgique (Cécile Vanderpelen-Diagre et Caroline Sägesser) et en Italie (Jean-Dominique Durand) où la démocratie chrétienne a servi de rempart malgré son déclin électoral. En Pologne, le « national-catholicisme » a été une constante depuis le temps du post-communisme. Il se redéploie dans un conservatisme virulent à l’heure des critiques visant les dysfonctionnements de l’Union Européenne (Patrick Michel).

8La réactivation du modèle conservateur dans le paysage politique, aux accents parfois transnationaux, et la mobilisation d’une nébuleuse conservatrice plutôt réservée à l’égard des évolutions conciliaires se sont traduites conjointement par une forme de « droitisation » du catholicisme dont il convient de prendre la mesure à l’échelle européenne et occidentale, de percevoir la chronologie et de distinguer suivant les cas nationaux. Dans ce double processus, il en ressort un vainqueur et un perdant : les droites conservatrices ont largement conquis depuis cette fin de siècle l’espace politique européen et occidental tandis que le catholicisme romain a perdu nombre de ses fidèles, y compris dans les « terres de chrétienté », de la vieille Castille espagnole aux Carpates polonaises en passant par la Bretagne. L’alliance qui semblait s’être nouée avec le courant conservateur, n’a en rien enrayé la baisse de la pratique sacramentelle qui, au contraire, se serait même intensifiée. Cette tentation conservatrice n’a pas su relever le défi de la fin du cycle tridentin qui s’est déployée depuis la rupture des années 1960. Elle a toutefois bénéficié aux multiples entreprises de mobilisation qui ont ranimé les droites françaises, européennes et occidentales. Ce volume tente d’apporter ici un éclairage concret sur certaines expériences nationales dont le cas français et sur les circulations transnationales qui les traversent depuis un demi-siècle. Sa finalité est ainsi d’ouvrir la réflexion historiographique et de croiser à nouveau l’histoire du politique et l’histoire du religieux dans le sillage de la renommée d’une école française et de son maître que fut René Rémond.

Notes

1 Henri Tincq, La grande peur des catholiques, Paris, Grasset, 2018.

2 Bruno Dumons et Frédéric Gugelot (dir.), Catholicisme et identité. Regards croisés sur le catholicisme français contemporain (1980-2017), Paris, Karthala, 2017.

3 Frédéric Rouvillois, Olivier Dard, Christophe Boutin (dir.), Dictionnaire du conservatisme, Paris, Cerf, 2017.

4 Yann Raison du Cleuziou, Une contre-révolution catholique. Aux origines de la Manif pour tous, Paris, Seuil, 2019.

5 Yann Raison du Cleuziou, Qui sont les cathos aujourd’hui ?, Paris, Desclée de Brouwer, 2014.

6 Guillaume Cuchet, « Conjoncture politique et tendances catholiques contemporaines », Le Débat, 2018, n° 199, p. 95-104.

7 René Rémond, La droite en France de 1815 à nos jours. Continuité et diversité d’une tradition politique, Paris, Aubier, 1954.

8 René Rémond, « Droite et gauche dans le catholicisme français contemporain », Revue Française de Science Politique, septembre et décembre 1958, p. 529-544 et 803-820.

9 Ibid., p. 537-539.

10 Bruno Judic, « André Mandouze, l’Algérie et Saint Augustin », Les Cahiers d’EMAM, 2014, n° 23, p. 101-104.

11 René Rémond, « Droite et gauche dans le catholicisme français contemporain », Art. cit., p. 809.

12 Émile Poulat, Intégrisme et catholicisme intégral, Tournai, Casterman, 1969 ; Jean-Marie Mayeur, « Catholicisme intransigeant, catholicisme social, démocratie chrétienne », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 1972, n° 2, p. 483-499.

13 Bruno Dumons, « Catholicisme et politique (xixe siècle) » et Frédéric Le Moigne, « Catholicisme et politique (xxe siècle) », Bruno Dumons et Christian Sorrel (dir.), Le catholicisme en chantiers. France (xixe-xxe siècles), Rennes, PUR, 2013, p. 31 et s. et p. 53 et s.

14 Denis Pelletier, La crise catholique. Religion, société, politique en France (1965-1978), Paris, Payot, 2002.

15 Denis Pelletier et Jean-Louis Schlegel (dir.), À la gauche du Christ. Les chrétiens de gauche en France de 1945 à nos jours, Paris, Seuil, 2012.

16 Denis Pelletier, « Catholiques français de gauche et d’extrême gauche à l’épreuve du “moment 68” », Histoire@Politique, 2016, n° 3, p. 114-127.

17 Luc Perrin, L’affaire Lefebvre, Paris, Cerf, 1989.

18 Jean-Miguel Garrigues, Par des sentiers resserrés. Itinéraire d’un religieux en des temps incertains, Paris, Presses de la Renaissance, 2007.

19 Étienne Fouilloux, « Aux origines de Communio France (1969-1980) », Bruno Dumons et Frédéric Gugelot (dir.), Catholicisme et identité… , op. cit., p. 17-43.

20 Olivier Landron, Les communautés nouvelles. Nouveaux visages du catholicisme français, Paris, Cerf, 2004 ; Olivier Landron, À la droite du Christ. Les catholiques traditionnels en France depuis le concile Vatican II (1965-2015), Paris, Cerf, 2015.

21 René Rémond, « La révolution de mai 1968, l’évolution des mœurs, l’Église et les jeunes », France-Allemagne. Églises et sociétés du concile Vatican II à nos jours, Paris, Beauchesne, 1988, p. 35-36.

22 Daniele Menozzi, « Vers une nouvelle Contre-Réforme ? », Archives de Sciences Sociales des Religions, 1986, n° 62/1, p. 135-150.

23 Mgr Claude Dagens, « Le catholicisme intransigeant, une tentation permanente », La Croix, 21 avril 2013.

24 Yann Raison du Cleuziou, Une contre-révolution catholique… , op. cit., p. 113-149.

25 Céline Béraud, « Prêtres de la génération Jean-Paul II : recomposition de l’idéal sacerdotal et accomplissement de soi », Archives de Sciences Sociales des Religions, 2006, n° 133, p. 45-66 ; Yves de Gentil-Baichis, Conciliaires ou traditionnels ? Enquête sur les futurs prêtres, Paris, Desclée de Brouwer, 2011.

26 Florence Haegel, Les droites en fusion. Transformations de l’UMP, Paris, Presses de Sciences Po, 2012 ; Gilles Richard, Histoire des droites en France. De 1815 à nos jours, Paris, Perrin, 2017.

27 Céline Béraud et Philippe Portier, Métamorphoses catholiques. Acteurs, enjeux et mobilisations depuis le mariage pour tous, Paris, MSH, 2015 ; Yann Raison du Cleuziou, Une contre-révolution catholique… , op. cit., p. 189 et s.

28 Clarisse Berthezène et Jean-Christian Vinel (dir.), Conservatismes en mouvement : une approche transnationale au xxe siècle, Paris, EHESS, 2016.

29 Ludovic Tournès, Américanisation. Une histoire mondiale (xviiie-xxie siècle), Paris, Fayard, 2020.

30 René Rémond, Les États-Unis devant l’opinion française (1815-1852), Paris, Colin, 1962.

31 « Introduction », Frédéric Rouvillois, Olivier Dard et Christophe Boutin (dir.), Le dictionnaire du conservatisme, Paris, Cerf, 2017, p. 7-33.

32 René Rémond, La droite en France de 1815 à nos jours, op. cit., p. 150 ; Gilles Le Béguec et Jacques Prévotat, « L’éveil à la modernité politique », Jean-François Sirinelli (dir.), Histoire des droites en France, tome 1, Paris, Gallimard, 1992, p. 259 et s.

33 Georges Hoog, Les conservateurs et la IIIème République. Notes d’histoire, Paris, Bloud, 1910.

34 Jean-Marie Mayeur, « Les conservateurs dans la crise de 1870-1871 » et Jacques Gadille, « La place des catholiques dans l’opinion conservatrice française en 1870-1871 », Philippe Levillain et Rainer Riemenschneider (dir.), La guerre de 1870/71 et ses conséquences. Bonn, Bouvier Verlag, 1990, p. 284-300 et p. 309-312.

35 René Rémond, La droite en France de 1815 à nos jours, op. cit., p. 193 et 252.

36 Florian Michel, La pensée catholique en Amérique du Nord. Réseaux intellectuels et échanges culturels entre l’Europe, le Canada et les États-Unis (années 1920-1960), Paris, Desclée de Brouwer, 2010.

37 Blandine Chelini-Pont, La droite catholique aux États-Unis. De la guerre froide aux années 2000, Rennes, PUR, 2013 ; Bradley J. Birzer, Russell Kirk. American Conservative, Lexington, University of Kentucky Press, 2015.

38 Yann Raison du Cleuziou, Une contre-révolution catholique…, op. cit., p. 120 et s. ; Valérie Aubourg, Réveil catholique. Emprunts évangéliques au sein du catholicisme, Genève, Labor et Fides, 2020.

39 Manuel Iglesias-Cavicchioli, « Le mouvement théoconservateur en Espagne : pensée, organisation et influence politique », Pôle Sud, 2013/2, n° 39, p. 79-98.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search