Version classiqueVersion mobile

Quelle laïcité en Europe ?

 | 
Jean-Dominique Durand

Une laïcité en mouvement

Roger Fauroux

Texte intégral

1Pas un mot n’a été prononcé sur la laïcité au cours de la longue campagne électorale qui s’est déroulée tout au long du printemps 2002 : ni le débat, ni même le vocabulaire politique n’ont conservé une trace de ce qui fut en France pendant la première moitié du XXème siècle et des décennies en amont, synonyme de passion, de déchirement et parfois d’invective.

2Pourtant, beaucoup de familles militaires et catholiques - les deux allaient alors souvent ensemble - se souviennent encore aujourd’hui que quelques-uns des leurs, officiers au début des années 1900 dans les régions de l’Ouest, sont passés en Conseil de guerre pour avoir refusé de prêter main-forte à l’expulsion de religieux enseignants. Et symétriquement d’autres se souviennent des tumultes populaires suscités à travers la France par les « cléricaux » pour empêcher l’inventaire des églises, prévu par la loi, préalablement à leur transfert aux communes.

3Ces souvenirs croisés, mi-douloureux mi-folkloriques, attestent en tout cas du traumatisme infligé à la société française par l’épisode de la séparation entre l’Église et l’État, ressenti de part et d’autre comme une rupture historique.

4Réjouissons-nous donc que la laïcité qui fut longtemps synonyme d’anticléricalisme sinon d’anticatholicisme et à ce titre entendu comme un cri de guerre ou du moins un signe de ralliement devienne un thème de colloque et qu’il soit donc permis d’en débattre sereinement dans les locaux d’une Ambassade de la République à l’ombre du Vatican.

Les compromis républicains

5Il est de fait que ceux qui, parmi les « laïques » ou les « cléricaux » voyaient le salut dans l’anéantissement de l’adversaire, la République ou l’Église, ont eu tort et que les deux institutions par la force des choses et de la durée, ont cohabité ensemble ou franchement coopéré.

6Citons trois domaines où cette collaboration concrète, faite de toute une série de compromis à la française, de diplomatie administrative ou d’interprétations jurisprudentielles de la loi, s’exerce pour le plus grand bien de la collectivité.

- Le plus visible est l’entretien des monuments religieux : lourde charge pour le budget des communes, il est l’objet d’un consensus politique quasi universel. Aucun Conseil municipal, fût-il le moins dévot, ne s’aviserait de négliger l’entretien du clocher ou, à la limite de la loi, la sonnerie des cloches, symboles forts de la communauté villageoise et même de la France profonde, comme François Mitterrand sut l’exprimer, dans l’iconographie de sa campagne présidentielle de 1981, pourtant fortement marquée à gauche. Du reste chacun sait qu’à l’échelle nationale, le ministère de la Culture consacre une bonne part de ses crédits à réhabiliter indéfiniment nos vénérables cathédrales dont l’entretien lui incombe de par la loi.

- Le deuxième vaste champ de coopération est le domaine de l’enseignement. Certes les enseignants « laïques » - c’est le seul domaine où l’adjectif, techniquement synonyme de « public » mais connoté parfois d’anticléricalisme, ait conservé quelque fraîcheur - sont très jaloux de leurs prérogatives : on l’a vu en 1993 quand un ministre tenta d’élargir les possibilités de financement de l’enseignement dit « libre », c’est-à-dire confessionnel et que des milliers d’enseignants descendirent dans la rue pour s’y opposer. Mais il ne faut pas oublier, à l’inverse, qu’une dizaine d’années auparavant c’était les parents d’élèves des établissements confessionnels qui avaient manifesté contre la menace de leur incorporation dans un service d’enseignement public et unifié. Et il est notable que dans les deux cas, le gouvernement, l’un de droite, l’autre de gauche, ait proprement capitulé devant la rue. Il reste que depuis une dizaine d’années ce terrain, autrefois si inflammable, reste calme et que l’enseignement catholique qui ne cache pas ses convictions, est financé par la République et vaille que vaille défend et parfois élargit ses positions : il instruit aujourd’hui un cinquième des collégiens et lycéens français.

- Enfin plus récemment l’apparition d’une nouvelle pauvreté dans notre société opulente a ouvert entre les catholiques et les autorités publiques un nouveau chapitre de coopération, moins visible et plus diffus que les précédents mais en expansion : celui de la solidarité. Les municipalités et les ministères ont compris qu’ils pouvaient s’appuyer sur la vieille expérience de l’Église dans le soin des misères sociales pour combattre l’exclusion efficacement et aux moindres coûts. On ne voit plus guère de religieuses dans les hôpitaux publics, mais innombrables sont les bénévoles qui animent, aux frais souvent quasi exclusifs de l’État, des Régions ou des Communes, des associations explicitement chrétiennes dédiées à l’action humanitaire.

Les nouveaux défis

7Le régime politique de laïcité à la française, élaboré dans la douleur au tournant du siècle dernier, et apparemment stabilisé, pourrait bien être remis en question, en douceur cette fois mais de manière imprévue, par l’évolution même de la société. Deux phénomènes majeurs sont en effet en train d’émerger.

8Le premier est l’apparition massive dans la société française d’une tierce religion, par rapport au christianisme et au judaïsme, l’Islam. Et il s’agit d’une religion, si l’on peut dire, toute neuve, d’une part parce que ses fidèles, nouvellement arrivés, n’ont rien connu des querelles séculaires qui ont opposé entre eux les Français de souche, mais aussi parce que cet Islam, pour la première fois sans doute dans son histoire, doit se situer en position minoritaire au sein d’une société occidentale, façonnée par le christianisme mais réconciliée dans un consensus unanime quant à la neutralité religieuse de l’État.

9Un débat particulier sera consacré à l’Islam au cours de ce colloque. Contentons-nous de remarquer que la loi de 1905, fondement de la laïcité française, paraît dans son interprétation actuelle, fournir un cadre convenablement adapté à la régulation des rapports entre l’État et les communautés musulmanes. Encore faut-il remplir ce cadre, sans modifier la loi, par de nouvelles pratiques administratives. Qu’il nous soit permis aussi, à titre personnel, d’exprimer la conviction que l’Islam, religion personnaliste s’il en est, et par surcroît moins alourdie que d’autres par un bagage doctrinal et hiérarchique, causera moins de soucis à la République que ne l’a fait en son temps l’Église Catholique.

10Le deuxième défi posé à la laïcité est né de l’excès même de ses succès. Lorsque Jules Ferry retirait à l’État toute souveraineté sur la religion et la rapatriait dans la conscience des individus, il savait bien que de puissantes institutions restaient malgré tout garantes de la transmission des valeurs et de la cohésion sociale : la Famille bien sûr mais aussi l’École, espoir de la République, et l’Armée, éducatrice des citoyens en armes, et même l’Église - mais ceci, on ne le disait pas - car le curé, même relégué dans un presbytère continuait à enseigner au fond les mêmes valeurs que l’instituteur dans son école. Charles Péguy raconte ainsi avec attendrissement et humour le dialogue/affrontement entre ces deux micro royaumes. Las ! Aucune de ces institutions, Famille, Armée, École, Église même, n’a plus la capacité ni même la prétention d’exercer un magistère sur les consciences et l’État, sauf quand la violence éclate au grand jour, s’est retiré du champ du bien et du mal, ses ministres se contentant de froncer les sourcils lorsque la Marseillaise est sifflée en public. La laïcité n’est plus que le cadre vide d’un désert des valeurs, et la société réduite à une mosaïque de communautés court sur son erre sans boussole ni pilote. Comment apprendre aux nouvelles générations à se réapproprier leur patrimoine culturel et bien sûr spirituel ? Peut-on sans heurter les consciences, faire une place à la religion dans l’espace public et d’abord à l’École et qui aura mandat pour remplir le vide que la laïcité a creusé dans la société ?

11Il n’y a pas de réponse claire à ces angoissantes questions. Peut-être peut-on néanmoins appeler en renfort le texte, rédigé par Mgr Dagens, que la Conférence des Évêques français a publié en 1996 sous le titre modeste : « Proposer la foi dans la société actuelle ». Ce document mériterait à lui seul tout un colloque car il témoigne d’une réflexion courageuse, dans le sillon de Vatican II, sur le rôle des catholiques dans une société délibérément multiculturelle. D’une part, les évêques français déclarent sans ambiguïté que la laïcité est un bien dans la mesure où elle permet de faire jouer un dialogue fécond à l’intérieur d’une société riche de ses différences dont aucune composante, moins que toute autre l’Église catholique, n’a de prétention à l’hégémonie. Mais dans le même souffle, les évêques appellent les croyants à adopter, vis-à-vis de leurs concitoyens, une attitude de confiance et d’ouverture et à leur apporter les trésors de son expérience, car il n’y a pas, est-il écrit, - et le vocabulaire n’est pas ici choisi par hasard - de « séparation » entre le service de Dieu et le service des hommes.

Auteur

Ancien ministre, Ancien Président du Haut-Conseil à l’Intégration
Président d’Honneur de Saint-Gobain.

© LARHRA, 2003

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search