Version classiqueVersion mobile

Penser l’histoire religieuse au xxie siècle

 | 
Yves Krumenacker
, 
Raymond A. Mentzer

Le genre ecclésiastique :
peut-on être un ecclésiastique sans faire le mâle au xviiie siècle ?

The ecclesiastical gender:
Can you be a clergyman without being male in the 18th century?

Myriam Deniel-Ternant

Résumé

Le travail sur la sexualité ecclésiastique permet d’articuler histoire religieuse, histoire ecclésiastique, histoire judiciaire, histoire sociale, histoire du genre et de la sexualité.
Dans une démarche méthodologique proche de la micro-histoire, deux études de cas traités par l’officialité de Paris conjuguent ces divers champs historiographiques. Ces poursuites sont dirigées contre Claude Rivot et Charles Durand, qui ont charge d’âme. Tous deux font en effet l’objet d’une pluralité de chefs d’accusation parmi lesquels de scandaleuses fréquentations avec le sexe, des sollicitations voire des tentatives de viol, une naissance illégitime dissimulée, et la subornation de témoins. Au-delà du contenu de la plainte déposée, la plongée dans les archives révèle la pratique d’un travestissement sexué occasionnel, ainsi que l’existence d’une relation concubinaire dans laquelle la femme aurait pris l’ascendant sur le curé, régnant en maîtresse au presbytère.
Le genre constitue ici une « catégorie utile d’analyse historique », grille de lecture visant à décrire les formes de domination entre les sexes, les fonctions de représentations genrées et les degrés d’acceptabilité de la population face aux transgressions de ces normes sociales et comportementales implicites. Celui à qui l’on dénie théoriquement toute sexualité, l’ecclésiastique, peut-il fait figure d’un troisième genre, asexué ? Ou au contraire sa masculinité apparaît-elle comme normale stricto sensu, excusant l’existence d’une pratique sexuelle ? Si l’appartenance au clergé ne supplante pas la masculinité, comment est reçue la confusion vestimentaire induite par le travestissement sexuel ? Enfin, comment interpréter le scandale suscité par une relation ancillaire déséquilibrée au sein du ménage presbytéral, sinon comme une forme de dérogeance de genre car renversant l’équilibre des relations de pouvoir ? Cette dérogeance n’est-elle pas aggravée par sa publicité, puisque le déséquilibre est de notoriété publique ? Dès lors, il existerait une forme de hiérarchie des déviances corrélé au fait de se conformer ou non à son genre.

Texte intégral

  • 1 Nous confronterons ainsi une triple affaire judiciaire à l’encontre de Claude Rivot dans un procès (...)

1L’examen de deux affaires judiciaires1 menées par l’officialité de Paris autorise une réflexion sur le genre ecclésiastique, au stimulant croisement de champs historiographiques que sont les histoires religieuse, ecclésiastique, sociale, judiciaire, histoires du genre et de la sexualité.

  • 2 L’ecclésiastique se montre incapable de déterminer le degré de parenté : « Il sçait que feu sieur (...)
  • 3 Elle paierait une pension de trois cents livres par an, ibid.

2Présentons rapidement les faits. Un acte de la plainte est dressé les 18 février, 19 juin et enfin 28-29 juillet 1747 à l’encontre du sieur Claude Rivot, tour à tour secrétaire et aumônier de l’évêque de Troyes, curé du diocèse de la même ville, puis de Gentilly au moment de la saisine de justice. Le contenu des pièces révèle une pluralité de chefs d’accusation parmi lesquels de scandaleuses fréquentations avec le sexe féminin – des sollicitations, une, voire deux naissances illégitimes dissimulées. L’existence de ces trois plaintes en paliers successifs s’explique pour la première par les multiples manquements dont le quarantenaire est accusé, pour la deuxième par l’accusation supplémentaire de subornation de témoins et pour la troisième par la qualification de cas privilégié et conséquemment, par la mise en œuvre d’une procédure judiciaire conjointe, séculière en plus d’ecclésiastique. Outre ces griefs déjà abondants, la plongée dans les archives révèle vols, violences, avortement ainsi que l’existence d’une relation concubinaire avec une certaine demoiselle Dandurant, lointaine cousine2 d’un peu plus de quarante ans, vivant au presbytère en qualité officielle de pensionnaire3. Les va-et-vient incessants féminins dans ce lieu caractérisé par la promiscuité lui valent d’ailleurs le surnom de « bordel » dans plusieurs dépositions.

3L’acte de la plainte du 8 mai 1784 qui conduit à lancer une procédure contre Charles Durand est relativement similaire, à l’exception de manquements sacerdotaux plus nombreux que son prédécesseur. L’ouverture de la procédure mentionne surtout le travestissement à un bal en tenue féminine, ainsi que les habitudes criminelles avec plusieurs personnes du sexe, principalement domestiques.

  • 4 Joan W. Scott, « Genre : une catégorie utile d’analyse historique », Le Genre de l’histoire, dans (...)
  • 5 Michèle Riot-Sarcey, « L’historiographie française et le concept de “ genre ” », Revue d’histoire (...)
  • 6 Didier Lett, « Pour une histoire du genre et des différences sociales au Moyen Âge », Circé. Histo (...)
  • 7 Éleni Varikas, « Le genre n’est pas simplement un principe d’ordre, fondé sur une division sociale (...)
  • 8 D. Lett, op. cit.

4Ces deux affaires peuvent être traitées au travers de bien des cribles, à l’instar de celui du genre. Depuis le déploiement historiographique anglo-américain, s’est en effet élaborée une distinction entre le « sexe », c’est-à-dire les différences biologiques entre hommes et femmes, et le « gender », qui étudie les rapports sociaux entre les sexes, la construction sociale, culturelle, historique et relationnelle de ces relations. Le genre constitue donc selon Joan Scott, une « catégorie utile d’analyse historique »4, selon Michèle Riot-Sarcey une « méthode opératoire »5 ou encore pour Didier Lett, un « formidable outil pour lire le social dans le passé »6. Cette grille de lecture heuristique vise ainsi à examiner les formes de domination, les fonctions de représentations genrées et les degrés d’acceptabilité de la population face aux transgressions de ces normes sociales et comportementales implicites7. Dans cette perspective, d’aucuns préfèrent d’ailleurs l’usage du concept de « régimes de genre », défini comme un « agencement particulier et unique des rapports de sexe dans un contexte historique, documentaire et relationnel spécifique »8. La notion a l’avantage de permettre d’envisager la coexistence de plusieurs régimes de genre dans une même période et dans un même espace. Nous étendrons d’ailleurs ici ce concept à la variabilité d’une identité genrée pour un même individu.

  • 9 Nous utiliserons ce terme à défaut d’un autre, avec la réserve de son anachronisme au xviiie siècl (...)

5Se pose donc la question particulière des régimes de genre mettant en cause un membre du clergé. Celui à qui l’on dénie théoriquement toute sexualité9, l’ecclésiastique, relève-t-il d’un genre ? Peut-il faire figure d’un troisième genre, asexué ? Ou au contraire, dans une société où s’impose une vision androcentrique, sa masculinité apparaît-elle comme normale stricto sensu ? Et si cette masculinité est la norme ecclésiastique, peut-elle excuser l’existence d’une pratique sexuelle à caractère hétérosexué ? Si l’appartenance au clergé ne supplante pas la masculinité, comment est dès lors reçue la confusion des genres qui consisterait d’une part, à se travestir en fille et d’autre part, à laisser une femme prendre l’ascendant sur soi ?

6La pluralité des chefs d’accusation à l’encontre de Rivot et Durand autorise l’établissement d’une typologie de la déviance sexuelle entendue comme la transgression de la norme de chasteté. Croiser ces outrepassements avec les réactions auxquelles ils donnent lieu permet de faire émerger le rapport au(x) genre(s). Nous examinerons ainsi les exactions considérées comme telles en raison de ce qu’elles contreviennent au statut d’ecclésiastique, puis de ce qu’elles transgressent une norme sociale, s’apparentent ensuite à des violences sexuelles et en dernier lieu, outrepassent une norme genrée.

7Cette grille de lecture surimposant déviances sexuelles et régimes de genres met dès lors en lumière la variété des comportements ecclésiastiques et des perceptions de ce que devait être, aux yeux d’acteurs également pluriels, le genre ecclésiastique.

Les exactions qui contreviennent au statut d’ecclésiastique

  • 10 Acte de la plainte, permis d’informer, 8 mai 1784, AN. Z1o226.

8À brûle-pourpoint, on serait tenté d’imaginer que le statut d’ecclésiastique soit d’emblée convoqué pour condamner la conduite répréhensible du clerc et justifier ainsi la saisine de justice. Ce n’est pas le cas. L’acte de la plainte de Charles Durand énumère des dérèglements présentés comme ayant davantage porté atteinte à sa moralité plutôt qu’à son appartenance au clergé : « Sa conduite irrégulière a donné lieu de former les soupçons les plus graves contre ses mœurs »10. La corrélation entre son incontinence sexuelle et son statut de curé n’est pas mentionnée.

  • 11 Myriam Deniel-Ternant, Ecclésiastiques en débauche. 1700-1790, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2017.
  • 12 Acte de la plainte, permis d’informer, 18 février 1747, AN. Z1o227B.
  • 13 Guillaume Lillet, Recollement, 25 novembre 1747, AN. Z1o227B.

9L’acte de la plainte de Claude Rivot du 18 février 1747 fait à ce titre figure d’exception, et cela même en comparaison d’un corpus bien plus large de clercs dépouillés dans nos travaux11. En effet, le promoteur y légitime l’engagement des poursuites à l’encontre du prêtre par l’explicitation du lien entre dérèglements et fonction sacerdotale : « Il est de son devoir d’arrêter de pareils scandales dans les ministères chargés du soin des âmes et singulièrement obligés en cette qualité de tenir une conduite régulière et ediffiante12 ». Ce lien est également perçu par Claude Rivot, mais pour être aussitôt piétiné. Au cours d’une promenade entre hommes, le curé de Gentilly aurait ainsi prétendu que « quand il avoit été ordonné, il n’avoit point fait vœu de continence »13. Fanfaronnade entre pairs ?

  • 14 Marguerite Réaux, ouvrière en linge, Information, 27 février 1747, AN. Z1o227B.

10La mention d’un statut ecclésiastique comme circonstance aggravante est rarissime dans les dépositions testimoniales et se limite à une victime collatérale de la relation adultérine entre le curé et la dame Goy, bouchère : il s’agit de la mère du mari trompé, la veuve Goy. Cette dernière semble avoir joué un rôle de premier plan dans la saisine de justice à l’encontre de l’amant de sa bru, cherchant à protéger la réputation de son fils14. Son veuvage l’autorise à dénoncer « des attentions et des manières qui ne convenoient point à un homme de son état ». Cette remarque sur l’inadéquation entre statut clérical et sexualité est cependant unique dans les témoignages.

  • 15 Interrogatoire de Claude Rivot, 16 décembre 1748, AN. Z1o227B.

11L’inadéquation entre fonction ecclésiastique et sexualité se retrouve pourtant implicitement dans le dernier interrogatoire : « Enquis si pendant tout le tems qu’il a entretenu des liaisons avec touttes les personnes cydessus nommées, il n’a pas continué comme auparavant à célébrer la messe et à faire touttes les fonctions de curé15 ». La formulation interrogative renverse néanmoins la hiérarchie attendue de la gravité des faits reprochés : les dérèglements commis ne sont pas considérés comme le faîte de la déviance. Plus dommageable que ces atteintes à la continence est la poursuite de ses fonctions sacerdotales. Il ne lui est donc pas tant reproché d’avoir succombé à ses désirs que de n’en avoir pas conclu qu’il fallait interrompre l’exercice de sa cure. Faut-il en déduire une hiérarchie entre masculinité et sacerdoce ? Une préséance de l’homme sur l’ecclésiastique ? La question suggère un renversement de valeurs : si le statut ecclésiastique est censé être un empêchement dirimant au mariage, seul cadre licite de la sexualité, ici, la sexualité devient un empêchement dirimant à la perpétuation des fonctions sacerdotales.

  • 16 Marie-Françoise Chardon, fille demeurante dans la maison hospitalière de Saint Gervais à Paris, In (...)
  • 17 François de Brousson, ancien officier du régiment des gardes françaises, Continuation d’informatio (...)

12Quant à Rivot, coutumier des provocations, il joue avec cette identité duale, à la fois masculine et ecclésiastique. Non content de contrevenir à l’impératif de chasteté, le curé de Gentilly fait de son statut un instrument de séduction. Ce faisant, c’est bien le membre du clergé qui parvient à ses fins, et non l’homme sous la soutane. Le discours spirituel sert en effet d’entrée en matière sociabilisante puisqu’il rassure la proie convoitée. Ainsi Marguerite Chardon dépose que vers l’âge de 35 ans, celui qui n’était alors que curé de Troyes, se serait annoncé pour les rencontrer, elle et sa sœur, précédé de sa réputation « d’homme de bien et de bon conseil » ; il débute leurs entretiens en lui parlant de « bonnes choses », l’exhorte « à la patience dans ses peines » et à « panser [sic] à bien mourir », avant de prendre des libertés avec elle ou sa sœur, en cherchant à les embrasser16. C’est encore en tant qu’ecclésiastique et dans une confusion totale des rôles laïc et ecclésiastique qu’il aurait épousé sa conquête. La cadette des sœurs Chardon rapporte ainsi qu’un jour « il [serait] descendu dans son Église pendant la nuit avec son rituel et il [aurait] fait toutes les cérémonies et prononcé les parolles [sic] pour la célébration d’un mariage »17. Véritable Janus, Rivot apparaît comme un prédateur dual, célébrant en tant qu’ecclésiastique, son propre mariage, tel un laïc.

  • 18 Interrogatoire de Claude Rivot, 29 août 1748, AN. Z1o227B.
  • 19 Nicolas Regnauld, vicaire général et promoteur de l’officialité de Paris, Réquisitoire à fin de jo (...)
  • 20 Nicolas Bourgeot, blanchisseur, Information, 31 juillet 1747, AN. Z1o227B.

13Inversement, ce statut clérical sert d’excuse pour justifier une grande proximité avec une de ses relations féminines. C’est par motif de « charité qui anime un pasteur pour aider ses ouailles et les tirer de la peine »18 qu’il est devenu proche avec la dame Goy et son mari, le boucher de Gentilly, les soutenant dans leur commerce et en retirant ensuite les fruits par des livraisons de viande. Le prêtre tente donc de lever les soupçons sur sa supposée liaison avec la dame Goy en arguant une proximité qui ne serait que spirituelle et amicale. Le procédé de défense est encore utilisé dans sa relation avec la demoiselle Dandurant. Dans une des lettres qu’il lui adresse et que le promoteur de l’officialité porte au dossier, Claude Rivot s’annonce comme étant son directeur de conscience, et ce alors même « qu’il est prévenu d’avoir ou eu des habitudes charnelles »19 avec elle. Le fait est de notoriété publique, comme l’affirme péremptoirement un blanchisseur : « Tout le public […] dit qu’elle étoit sa pénitente20 ».

14Initialement levier de défense pour remettre en cause sa liaison avec la dite Dandurant, le statut clérical devient finalement un argument brandi en faveur de l’interjection d’un appel comme d’abus. Juridiquement, l’accusation d’inceste spirituel transforme en effet l’affaire en cas privilégié, nécessitant l’établissement d’une procédure judiciaire conjointe, menée à la fois par un juge royal et par un juge ecclésiastique.

15Le statut ecclésiastique est donc exploité comme un instrument de domination dans le rapport de séduction autant qu’au prétoire, puisqu’il légitime l’établissement d’une procédure spécifique. Rares sont pourtant les reproches formulés à l’encontre des ecclésiastiques en tant que tels. Faut-il en déduire que leur genre masculin les dédouanerait, à condition que leur conduite ne viole pas de norme sociale ?

Les exactions qui violent la norme sociale

  • 21 Kévin Saule, Le Curé au prétoire. La délinquance ecclésiastique face à l’officialité au xviie sièc (...)

16L’historiographie récente21 montre que ce qui pose problème à la communauté paroissiale n’est pas l’existence d’une liaison avec une femme en soi. Au-delà d’une coupe de dérèglements pleine ou d’un élément déclencheur spécifique, ce sont surtout les manquements sacerdotaux qui suscitent les réactions des ouailles. Dans le cas de Durand et Rivot, s’y ajoute néanmoins la publicité de leur inconduite. L’irréprochabilité de l’ecclésiastique ne se situe donc pas dans des mœurs exemplaires, c’est-à-dire chastes, mais dans des pratiques qui doivent rester invisibles. C’est particulièrement net dans le cas de Durand.

  • 22 Charles Lolivier, précepteur, Information, 25 mai 1784, AN. Z1o226.
  • 23 Interrogatoire, 5 juin 1784, AN. Z1o226.

17La relation qu’il entretient avec sa domestique, la femme Montage, paraît sue de tous, à tel point que l’enfant dont elle accouche est surnommé « petit calotin » par la population autant que par la domestique elle-même, « comme étant dans son idée l’enfant dudit Sr curé »22. Dans son interrogatoire, Durand paraît inventer une anecdote justifiant l’existence de ce surnom : « A dit qu’ayant aperçu l’enfant entre les bras de sa mere avec un tres petit bonnet sur la tête il avoit dit a la mere votre enfant a un petit bonnet qui est comme une petite calote sur la tête, qu’elle avoit repondu oui23 ». La liaison entre le prêtre et sa servante ne fait pas l’objet de reproches. Il n’est pas dénié à Durand sa qualité d’homme exerçant une sexualité. En revanche, ses éclats et les dires de la femme Montage sur sa progéniture jettent le discrédit sur lui.

  • 24 Marguerite Réaux, veuve Goy, Interrogatoire, 19 juin 1747, AN. Z1o227B.
  • 25 Interrogatoire de Claude Rivot, 29 août 1747, AN. Z1o227B.

18La situation est comparable pour la liaison du curé Claude Rivot avec la dame Goy. C’est la publicité de la relation et les bruits qu’elle occasionne qui poussent la veuve Goy, belle-mère, à prendre les devants et dénoncer l’ecclésiastique. Les rumeurs publiques portent atteinte à la réputation et au moral du mari. La mère attentive s’inquiète de ce que cela « faisoit beaucoup de peine à son fils, quand il a veu qu’il [le curé] venoit si souvent, par raport aux discours que pouvoient tenir ses domestiques, qu’il en témoignoit son chagrin à elle répondante, et l’engagea d’empecher si elle pouvoit, le dit curé d’y venir, n’ayant pas la force de le dire luy même au dit curé »24. Les divers interrogatoires soulèvent les multiples entrevues, y compris à des heures présentées comme indues « jusqu’à onze heures ou minuit »25, le prêtre raccompagnant parfois l’épouse « dans le chemin […] à quatre heures du matin et même plus matin ». Tous deux auraient été en outre surpris s’embrassant, le clerc tenant les mains de la femme Goy entre les siennes, adoptant des « manières qui marquaient la passion et étoient capables de scandaliser ceux qui en étoient témoin ».

19Davantage qu’une remise en cause des exactions masculines, l’entretien d’une relation charnelle avec une femme n’est l’objet de critiques que parce que les protagonistes s’y livrent de manière publique. Cette impudicité paraît surpasser en gravité les dérèglements relevant de violences sexuelles.

Les exactions qui s’apparentent à des violences sexuelles

  • 26 Norbert Elias, La Civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 1973, p. 280.
  • 27 À la croisée de plusieurs champs disciplinaires, voir Daniel Welzer-Lang et Chantal Zaouche Gaudro (...)
  • 28 Pascale Molinier, « Virilité défensive, masculinité créatrice », Travail, genre et sociétés, 2000/ (...)

20Définir ce que sont les violences sexuelles est une gageure, tant les « normes de l’agressivité » varient avec le temps, « émoussées et limitées par une infinité de règles et d’interdictions qui se sont transformées en autocontrainte » ainsi que l’écrivait Norbert Elias26. En ce domaine également, l’historiographie des violences sexuelles s’est profondément renouvelée27. La manière dont Durand et Rivot parviennent à leurs fins montre un vaste champ des possibilités de domination, de la simple séduction avec une victoire de guerre lasse à la contrainte physique subite. Un gradient de virilité se déploie, selon les modalités qui diffèrent en fonction des protagonistes ciblés. Ici, la virilité est entendue comme l’« expression collective et individuelle de la domination masculine »28 et n’est donc pas synonyme de masculinité. La virilité fonctionne comme une distinction instaurant une hiérarchie au détriment des femmes.

  • 29 Marion Philip, « La liberté d’importuner. Petit retour historique sur la portée politique de la co (...)

21Or l’historiographie du genre post-tridentin a mis en évidence l’enracinement d’une sexualité aux formes de plus en plus phallocentrée et pénétrative – condamnation de l’onanisme, pratique sexuelle devant se limiter au coït et à la génération29 – et d’un binarisme sexuel croissant. Dans ces schèmes de représentations, la distribution des rôles est limpide : l’homme est le séducteur, la femme la proie. En cela, l’expression de sa sexualité est assimilée à la passivité, et sa résistance – si elle existe – semble n’être que de façade, obstacle passager dont la levée est à porter au crédit d’un séducteur qui n’en sort que plus victorieux.

22De fait, une répartition genrée des rôles autant qu’un régime de genre corrélé au contexte se lisent dans les diverses manœuvres de séduction entreprises par Durand et Rivot : le clerc module discours et gestes en fonction du statut social de sa proie. Les deux sœurs Chardon, décrites comme de bonne famille et très pieuses, sont abordées par des « discours édifiants » ; l’infléchissement de séduction se fait au motif d’un bénéfice spirituel. Pour parvenir à ses fins, Rivot use de doux mots, et va jusqu’à contracter un faux mariage, avant d’entretenir une correspondance épistolaire codifiée, comprise d’eux seuls, où les mots « mentor » et « vieillard » remplacent celui de mari. Ces échanges s’adaptent à l’échelon social de Marguerite Chardon.

  • 30 Interrogatoire, 5 juin 1784, AN. Z1o226.

23Pour convaincre sa servante de succomber, Durand emploie davantage le vocabulaire du plaisir : il demande à la veuve Maréchal de monter dans sa chambre pour relever un de ses oreillers tombé, avant de la presser à se mettre à ses côtés en lui faisant miroiter de la rendre heureuse. Son essai reste infructueux30.

  • 31 Interrogatoire, 16 décembre 1748, AN. Z1o227B.
  • 32 Lucette Libois, apprentie courtière, Information, 27 février 1747, AN. Z1o227B.

24Avec la filleule de la demoiselle Dandurant, Rivot saute l’étape des discours édifiants formulés pour les sœurs Chardon et dans une ellipse sans équivoque, passe directement aux « choses contraires à la pudeur » et aux provocations, cherchant à savoir « si elle étoit grande fille »31, c’est-à-dire vraisemblablement nubile. Quant à sa raccommodeuse, que le curé de Gentilly imagine être indigente, elle se voit offrir tout ce qu’elle voudra, « des chemises et autres choses »32. La proposition de relation sexuelle devient prestation, marchandage dans lequel le clerc fixe les prix, en nature.

  • 33 Madeleine Heuriel, Information, 25 mai 1784, AN. Z1o226.

25Le recours à la violence n’est pas étranger aux manières des deux ecclésiastiques, surtout lorsque l’ivresse s’en mêle. Un soir, pris de vin, Durand entreprend sa servante Madeleine Heuriel. À son entrée dans sa chambre, le curé lui propose de se coucher à ses côtés, ce qu’elle refuse « avec indignation ». Cet échec n’entame pas les tentatives de l’ecclésiastique qui insiste : « Je vous dirai le bien être que je veux vous faire ». Mais Madeleine estime que son âme est plus chère que tout le reste33. Furieux, le clerc se saisit d’une chaise et la servante ne doit son salut qu’à l’intervention d’un tiers.

  • 34 Michel Delon, « La justice considère alors comme séduction ce que nous qualifions aujourd’hui de v (...)

26C’est également auprès des femmes qu’il juge de moindre condition que Rivot se permet le plus de familiarité gestuelle : s’il n’est surpris qu’embrassant et tenant entre les siennes les mains de la dame Goy, embrassant et ayant mis sur ses genoux Marguerite Chardon, il pose au contraire une main sur le sein de Marie-Anne Despinal, lui lève les jupes, la jette sur son lit et introduit un doigt dans sa matrice. Il tente de faire de même avec la raccommodeuse, se jetant sur elle et lui levant les jupes, mais se heurte à une forte résistance qui l’oblige à battre en retraite. Michel Delon34 et Jean-Marie Goulemot ont bien montré dans le cadre littéraire à quel point cette violence est intrinsèque et inhérente au système de libertinage. Or à une exception près, les fréquentations de Durand et Rivot sont initiées par eux. À ce titre, la réponse féminine, si elle est positive, apparaît comme une résignation : la proie cède.

  • 35 Roxane Darlot-Harel, « La culture du viol dans la littérature libertine du xviiie siècle, En marge (...)
  • 36 Notons au passage le lexique de la chasse.
  • 37 Pierre Bourdieu, La Domination masculine, Paris, Seuil, 2014 (1998).

27Cette violence ainsi ébauchée n’est perçue comme telle que par les femmes, et encore de manière limitée. Marie-Anne Despinal ne considère pas avoir été forcée, lors même que le curé a introduit son doigt en elle. Cette précoce culture du viol ne suscite pas de scandale particulier tant elle est intériorisée par les deux genres35. Les sources de la pratique sont elles-mêmes silencieuses. Ni l’acte de la plainte, ni la sentence définitive ne font état de violences, les expressions employées se limitant à des « sollicitations et poursuites »36, « vice d’impureté », « libertés criminelles avec des personnes du sexe », « fréquentations », « commerce honteux », « liaisons et familiarités scandaleuses ». C’est que l’institution judiciaire est le reflet d’une vision masculine ; et pour reprendre Pierre Bourdieu : « L’ordre social fonctionne comme une immense machine symbolique tendant à ratifier la domination masculine sur laquelle il est fondé37 ».

  • 38 Michèle Riot-Sarcey, De la différence des sexes. Le genre en histoire, Madrid, Larousse, 2010, p.  (...)
  • 39 Voltaire, Commentaire du livre des délits et des peines, 1766, cité par François Tricaud, « Le pro (...)
  • 40 Benoît Garnot, Les Victimes, des oubliées de l’histoire ?, Rennes, PUR, 2000.
  • 41 Alexis Bernard, « Les victimes de viols à Lyon aux xviie et xviiie siècles », dans Benoît Garnot ( (...)

28Si les femmes ont témoigné des dérèglements de leur pasteur contre elles, leurs propos n’ont pas entraîné de poursuites judiciaires en tant que telles. « Enserré[es] dans un mode d’être au monde »38, elles ne peuvent être considérées comme victimes, et ce d’autant plus que la procédure inquisitoire, à travers la promulgation de l’ordonnance criminelle, ainsi que le dénonce Voltaire dans son Commentaire du livre des délits et des peines, paraît « n’avoir été rédigée qu’à la perte des accusés »39, reléguant les victimes au statut d’oubliées de l’histoire40. De surcroît, l’exhaustivité testimoniale est douteuse : les historiens ont montré qu’on avoue peu un viol, alors qu’on se résout plus facilement à témoigner d’une tentative avortée, dans la mesure où l’honneur est sauf41. Il n’est donc pas exclu qu’il y ait d’autres victimes féminines. C’est d’autant plus probable dans le cas de Rivot, qu’il est également accusé de subornation de témoins et que le détail des interrogatoires fait affleurer ses manœuvres d’intimidation. Le curé de Gentilly et ses affidés menacent ainsi de diffuser des billets anonymes contre la cadette Chardon si elle rapporte leur liaison, avant de conditionner le remboursement de sa dette de 15 000 livres à sa rétractation. Le clerc n’oublie pas non plus de préciser à Marie-Anne Despinal de ne pas rapporter les attouchements dont elle a fait l’objet. La jeune fille désobéit et la mère l’envoie désormais chaperonnée par son frère, mais elle l’envoie toujours, ce qui en dit long sur la portée de l’épanchement victimaire féminin.

  • 42 John Stoltenberg, Peut-on être un homme sans faire le mâle, Québec-Paris, éd. de l’Homme, 1999.

29Durand et Rivot parviennent à déployer un éventail de discours de séduction qui sont autant d’inflexions de régimes de genres : s’adaptant à l’âge, au caractère et au statut social de leurs conquêtes, ils modulent leurs pratiques discursives et gestuelles et ce faisant, leur gradient de virilité. À lire les faits qui leur sont reprochés, tout ecclésiastique qu’ils soient, il paraît difficile d’« être un homme sans faire le mâle »42. Pourtant, dans cet éventail de régimes de genre déployés, figurent également des transgressions de la masculinité.

Les exactions qui outrepassent la norme genrée

  • 43 Dt., 22, 5.
  • 44 Daniel Jousse, Traité de la justice criminelle en France, 1771, Paris, Debure Père, t. 3, p. 341 e (...)
  • 45 Acte de la plainte, permis d’informer, 8 mai 1784, AN. Z1o226.
  • 46 Sylvie Steinberg, La Confusion des sexes. Le travestissement de la Renaissance à la Révolution, Pa (...)
  • 47 Gilles François Morin, maître de pensions, Information, 25 mai 1784, AN. Z1o226.
  • 48 Maurice Daumas, Le Plaisir et la transgression en France et en Espagne aux xvie et xviie siècles, (...)
  • 49 Jacques Girard, laboureur, Information, 25 mai 1784, AN. Z1o226.
  • 50 Anne Picot, femme de laboureur, addition d’information, 22 juin 1784, Ibid.
  • 51 Interrogatoire, 5 juin 1784, Ibid.
  • 52 Françoise Delaunay, femme de laboureur, Ibid.

30Les exactions qui outrepassent la norme genrée sont décrites comme des atteintes envers l’homme, et non envers la communauté paroissiale, l’Église, la religion ou Dieu, lors même que le Deutéronome condamne une pratique contrevenant à la loi biblique : « Un homme ne mettra point des vêtements de femme ; car quiconque fait ces choses est en abomination à l’Éternel, ton Dieu43 ». En droit, Jousse et Muyart de Vouglans, respectivement en 1771 et 1780, rattachent le travestissement au crime de faux « par fait »44. Le travestissement en fille de Charles Durand menace bien le genre masculin, si l’on décrypte l’acte de la plainte du 8 mai 1784 : « il a porté l’oubli des règles de la décence et du respect qu’il se devoit à lui-même jusqu’à paroître dans une assemblée de bal travesti en fille45 ». Nulle référence théologique ou juridique ici : si un tel comportement dépare, c’est qu’il va à l’encontre des conceptions admises de la différence des sexes, et plus précisément, c’est qu’il déroge au genre masculin. Ce brouillage de l’identité sexuée, certes temporaire, s’exprime dans un contexte festif et éthylique46 : après avoir célébré un mariage, Durand « fut à la noce travesti en bergere, et […] y dansa47 ». La danse, dont l’interdiction est pourtant maintes fois réitérée48, paraît moins dommageable que le grimage. Cet accoutrement aurait été constitué des habits de sa gouvernante, signe de la spontanéité de l’action49. Le curé porte coiffe, casaquin, c’est-à-dire un corsage ajusté sur un jupon blanc, tablier rouge, mouchoir50 et pousse la coquetterie du détail jusqu’à arborer « une croix à son col comme font les femmes et les filles »51. L’ensemble est manifestement crédible car seules ses « grosses lèvres » permettent aux plus fins observateurs de le confondre52.

31La provocation de Durand s’inscrit toutefois dans une sociabilité masculine de connivence : le curé n’est pas seul dans l’entreprise ; quatre hommes sont de la partie. Le statut d’ecclésiastique passe ainsi au second plan, après celui d’un homme s’amusant des codes genrés avec ses pairs.

  • 53 Interrogatoire, 5 juin 1784, Ibid.
  • 54 François Véré, cordonnier, Ibid.
  • 55 Roger Chartier, « Le monde comme représentation », Au bord de la falaise. L’histoire entre certitu (...)

32Pourtant, tout au long de son interrogatoire judiciaire, le curé persiste dans ses dénégations. À la question portant sur son travestissement, sa réponse est sans ambiguïté : « Il n’a point mis le pied à la noce dont est question le jour du mariage, […] il ne s’est jamais travesti et […] il n’a certainement point emprunté ni pris les habits de femme ou de fille pour s’en revetir53 ». La gravité des faits reprochés ne lui échappe donc pas, alors même que lors d’une conversation avec François Véré, cordonnier, le lendemain des faits, il banalise le port de vêtements féminins, anecdotique au regard de ses exactions « avec ses servantes »54. Énième provocation ou nouvelle connivence masculine ? Dans son échelle de gravité, le travestissement est donc loin derrière ses relations ancillaires. Durand a pourtant rompu les règles d’une société où chacun se voit assigner une place précise, y compris dans la hiérarchie des sexes. Cette dissonance fragilise dès lors « le monde comme représentation »55.

  • 56 Charles Lolivier, précepteur, Information, 25 mai 1784, AN. Z1o226
  • 57 Interrogatoire, 5 juin 1784, AN. Z1o226.
  • 58 Ibid.

33Outre le travestissement, la confusion des genres s’opère encore dans la relation entretenue entre les deux curés et leur concubine en titre. La liaison de Durand avec la femme Montage heurte non pas tant en raison de sa condition d’ecclésiastique, qu’en raison du comportement déséquilibré du couple. Charles Lolivier, précepteur en la maison de l’abbé Paulet, relate avoir vu cette femme « venir frequemment chez le dit Sr curé et y agir tres familierement comme si elle eue été la maîtresse de maison »56. Ces reproches sourdent dans l’interrogatoire du curé, tant la présence d’une femme « si familiere dans le presbitere » et s’y comportant « aussi librement que si elle eut été dans sa propre maison », paraît incongrue57 : « Il n’y a point de curé assez peu soigneux de sa reputation qui tolère qu’une femme encore jeune qui a été sa domestique et qu’il sçait repandre universellement qu’il y a entre eux deux un commerce charnel, frequente habituellement sa maison, y entre, y reste, y agisse, comme si elle etoit la maîtresse, a moins que la passion ne l’aveugle ou qu’il ne craigne que la femme dont il a abusé revele sa turpitude58 ». Au-delà de la relation concubinaire et ancillaire, l’inconduite du curé tient au renversement de l’ascendant au sein du ménage : la femme Montage tient les rênes domestiques soit parce que le désir a pris le pas sur la raison de l’homme, soit parce que ses dérèglements l’ont condamné au silence. Dans les deux cas, il n’est plus maître de son intimité.

  • 59 Sur le concept de substitution, voir Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, Être veuve sous l’Ancien Régim (...)
  • 60 Nicolas Bourgeot, blanchisseur, Information, 31 juillet 1747, AN. Z1o227B.

34Comment interpréter le scandale suscité par une relation concubinaire asymétrique au sein du ménage presbytéral, sinon comme une forme de dérogeance de genre, de substitution genrée59 car renversant l’équilibre des relations de pouvoir ? Dans le cas de la concubine du curé Rivot, la transgression des comportements masculins va très loin puisque la Dandurant, véritable madame de Merteuil avant la lettre, se mue en pourvoyeuse de chair fraîche. Elle présente sa filleule, Lucrèce Libois à son amant et encourage cette dernière à se montrer docile avec Rivot. Plusieurs témoins observent de surcroît que « quand il y avoit des ouvrages à faire, elle étoit avec lui et donnoit lesd. ordres nécessaires ». Elle est en outre trouvée « plusieurs fois buvant et mangeant et buvant ensemble avec d’autres bourgeois du lieu »60. La concubine de l’ecclésiastique se supplée même au clerc en devenant décisionnaire au presbytère. Or cette confusion des genres peut conduire à un empiètement sur les fonctions de l’ecclésiastique, ainsi que le remarque une paroissienne :

  • 61 Anne Catherine Foy, femme de Jacques Dussy vigneron, Continuation d’information, 13 septembre 1747 (...)

Elle avoit si fort la confiance dudit curé que le dit curé s’en rapportoit entièrement à elle, ce qui faisoit qu’il écoutoit beaucoup les rapports que la ditte Dandurant lui faisoit contre les paroissiens et que le dit sieur curé les invectivoit et souvent même les maltraitoit61.

35Les paroissiens subiraient ainsi indirectement les frais de ce ménage déséquilibré. Dès lors, pour l’ecclésiastique concubinaire, assumer la masculinité de son genre serait prophylactique au bon exercice de sa fonction sacerdotale.

  • 62 P. Bourdieu, op. cit., p. 29.
  • 63 En 1985, Robert William Connel, Tim Carrigan et John Lee publient conjointement un article précurs (...)
  • 64 Paul Airiau, « Le prêtre catholique : masculin, neutre, autre ? », dans Régis Revenin (dir.), Homm (...)
  • 65 Jan Art et Thomas Buerman, « Anticléricalisme et genre au xixe siècle. Le prêtre catholique, princ (...)

36En dépit de l’impératif de chasteté, on ne peut conclure à une absence de genre ecclésiastique. À l’instar des conclusions de Jean-Marie Le Gall sur la virilité des clercs, le prêtre n’est pas « un mâle neutralisé ». Non seulement les ecclésiastiques ne peuvent être dépourvus d’un sexe, mais ils doivent correspondre à leur genre. Y contrevenir, en se travestissant ou en autorisant une femme à s’arroger l’ascendant dans une confusion des rôles pernicieuse, c’est porter atteinte à l’équilibre d’une société caractérisée par un principe masculin posé en mesure de toute chose62. Aussi les manquements cléricaux à la chasteté paraissent-ils moins dommageables, même dans leur version violente, que la dérogeance de genre. Les ecclésiastiques s’inscrivent donc dans des rapports sociaux de domination où le masculin doit l’emporter sur le féminin, aussi bien dans la paroisse dont ils ont la charge, que dans leur comportement intime. L’ecclésiastique doit se garder de tout floutage des lignes de partage genré, autant que se conformer à la masculinité hégémonique63. Ni neutre ni mâle neutralisé64, l’ecclésiastique doit rester un homme. D’aucuns identifient d’ailleurs une des origines de l’anticléricalisme au siècle suivant au fait que le clergé estomperait les limites du comportement « masculin naturel » et mettrait ainsi en danger l’identité de tous les hommes65.

37Il faut néanmoins se garder de toute surinterprétation : le travestissement du curé Durand en bergère a lieu quatre ans avant les poursuites dont il fait l’objet. Ses manquements sacerdotaux ― secret de la confession, administration des derniers sacrements, non résidence, négligence dans les prônes, catéchismes, instruction des enfants ― ont joué un rôle nettement plus important dans la mise en branle judiciaire. En revanche, ce sont bien ces exactions-là qui sont mises en valeur dans les plaintes et interrogatoires. Il y aurait donc une distorsion entre la permissivité judiciaire et la permissivité paroissiale sur la perception du genre ecclésiastique.

Notes

1 Nous confronterons ainsi une triple affaire judiciaire à l’encontre de Claude Rivot dans un procès en cascade entre 1747 et 1748 [An. Z1o227B] et une affaire plaçant sur le banc des accusés Charles Michel Durand, curé des Loges, en 1784 [An. Z1o226].

2 L’ecclésiastique se montre incapable de déterminer le degré de parenté : « Il sçait que feu sieur Dandurant père et la Dame Dandurant sa mère ont toujours appelé les père et mère du répondant cousin et cousine ». (Interrogatoire du 29 août 1748).

3 Elle paierait une pension de trois cents livres par an, ibid.

4 Joan W. Scott, « Genre : une catégorie utile d’analyse historique », Le Genre de l’histoire, dans Christine Planté, Éleni Varikas, Michèle Riot-Sarcey (dir.), Les Cahiers du Grif, Printemps 1988, n° 37-38, p. 141.

5 Michèle Riot-Sarcey, « L’historiographie française et le concept de “ genre ” », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2000/4, n° 47-4, p. 805-814.

6 Didier Lett, « Pour une histoire du genre et des différences sociales au Moyen Âge », Circé. Histoire, savoirs, société, 2015, n° 6, [En ligne]. Consulté le 27 décembre 2019. URL : http://www.revue-circe.uvsq.fr/pour-une-histoire-du-genre-et-des-differences-sociales-au-moyen-age/

7 Éleni Varikas, « Le genre n’est pas simplement un principe d’ordre, fondé sur une division sociale de tâches et de fonctions différenciées, c’est également une grille de lecture, une manière de penser le monde et le politique à travers le prisme de la différence des sexes » (Penser le sexe et le genre, Paris, PuF, 2006, p. 17).

8 D. Lett, op. cit.

9 Nous utiliserons ce terme à défaut d’un autre, avec la réserve de son anachronisme au xviiie siècle.

10 Acte de la plainte, permis d’informer, 8 mai 1784, AN. Z1o226.

11 Myriam Deniel-Ternant, Ecclésiastiques en débauche. 1700-1790, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2017.

12 Acte de la plainte, permis d’informer, 18 février 1747, AN. Z1o227B.

13 Guillaume Lillet, Recollement, 25 novembre 1747, AN. Z1o227B.

14 Marguerite Réaux, ouvrière en linge, Information, 27 février 1747, AN. Z1o227B.

15 Interrogatoire de Claude Rivot, 16 décembre 1748, AN. Z1o227B.

16 Marie-Françoise Chardon, fille demeurante dans la maison hospitalière de Saint Gervais à Paris, Information, 6 mars 1747, AN. Z1o227B.

17 François de Brousson, ancien officier du régiment des gardes françaises, Continuation d’information, 15 juillet 1747, AN. Z1o227B.

18 Interrogatoire de Claude Rivot, 29 août 1748, AN. Z1o227B.

19 Nicolas Regnauld, vicaire général et promoteur de l’officialité de Paris, Réquisitoire à fin de jonction d’une lettre, 17 mars 1747, AN. Z1o227B.

20 Nicolas Bourgeot, blanchisseur, Information, 31 juillet 1747, AN. Z1o227B.

21 Kévin Saule, Le Curé au prétoire. La délinquance ecclésiastique face à l’officialité au xviie siècle, Bayonne, Institut universitaire Varenne, 2014.

22 Charles Lolivier, précepteur, Information, 25 mai 1784, AN. Z1o226.

23 Interrogatoire, 5 juin 1784, AN. Z1o226.

24 Marguerite Réaux, veuve Goy, Interrogatoire, 19 juin 1747, AN. Z1o227B.

25 Interrogatoire de Claude Rivot, 29 août 1747, AN. Z1o227B.

26 Norbert Elias, La Civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 1973, p. 280.

27 À la croisée de plusieurs champs disciplinaires, voir Daniel Welzer-Lang et Chantal Zaouche Gaudron, Masculinités : état des lieux, Toulouse, Erès, 2011.

28 Pascale Molinier, « Virilité défensive, masculinité créatrice », Travail, genre et sociétés, 2000/1, n° 3, p. 25-44.

29 Marion Philip, « La liberté d’importuner. Petit retour historique sur la portée politique de la confusion entre séduction et violence sexuelle » [en ligne], mis en ligne le 8 février 2018. Consulté le 27 décembre 2019 URL : https://ateliergenre.hypotheses.org/166

30 Interrogatoire, 5 juin 1784, AN. Z1o226.

31 Interrogatoire, 16 décembre 1748, AN. Z1o227B.

32 Lucette Libois, apprentie courtière, Information, 27 février 1747, AN. Z1o227B.

33 Madeleine Heuriel, Information, 25 mai 1784, AN. Z1o226.

34 Michel Delon, « La justice considère alors comme séduction ce que nous qualifions aujourd’hui de viol, elle tend à voir quelque consentement féminin dans ce que nous condamnons comme violence masculine », Le Savoir vivre féminin, Paris, Hachette Littérature, 2000, p. 54.

35 Roxane Darlot-Harel, « La culture du viol dans la littérature libertine du xviiie siècle, En marges ! [En ligne], n° 1, 2018, mis en ligne le 20 novembre 2018. Consulté le 27 décembre 2019. URL : https://enmarges.fr/2018/11/20/de-la-culture-du-viol-dans-la-litterature-libertine-du-xviiie-siecle-roxane-darlot-harel/ ; Mélanie Slaviero, « ’Vous vouliez bien attendre que j’eusse dit oui, avant d’être sûr de mon consentement’. Sur un viol dans Les Liaisons dangereuses : analyse critique et enjeux méthodologiques », Journée d’études « Désir, consentement et violences sexuelles en littérature », [En ligne], mis en ligne le 28 avril 2019. Consulté le 27 décembre 2019. URL : https://malaises.hypotheses.org/869 ; Milène Le Goff travaille actuellement sur les violences sexuelles au xviiie siècle sous la direction de Sylvie Steinberg.

36 Notons au passage le lexique de la chasse.

37 Pierre Bourdieu, La Domination masculine, Paris, Seuil, 2014 (1998).

38 Michèle Riot-Sarcey, De la différence des sexes. Le genre en histoire, Madrid, Larousse, 2010, p. 20.

39 Voltaire, Commentaire du livre des délits et des peines, 1766, cité par François Tricaud, « Le procès de la procédure criminelle à l’âge des Lumières », Le Procès, Archives de philosophie du droit, 1995, t. 39, p. 153.

40 Benoît Garnot, Les Victimes, des oubliées de l’histoire ?, Rennes, PUR, 2000.

41 Alexis Bernard, « Les victimes de viols à Lyon aux xviie et xviiie siècles », dans Benoît Garnot (dir.), ibid., p. 455-465.

42 John Stoltenberg, Peut-on être un homme sans faire le mâle, Québec-Paris, éd. de l’Homme, 1999.

43 Dt., 22, 5.

44 Daniel Jousse, Traité de la justice criminelle en France, 1771, Paris, Debure Père, t. 3, p. 341 et suiv.

45 Acte de la plainte, permis d’informer, 8 mai 1784, AN. Z1o226.

46 Sylvie Steinberg, La Confusion des sexes. Le travestissement de la Renaissance à la Révolution, Paris, Fayard, 2001, introduction.

47 Gilles François Morin, maître de pensions, Information, 25 mai 1784, AN. Z1o226.

48 Maurice Daumas, Le Plaisir et la transgression en France et en Espagne aux xvie et xviie siècles, Orthez, éd. Gascogne, 2007.

49 Jacques Girard, laboureur, Information, 25 mai 1784, AN. Z1o226.

50 Anne Picot, femme de laboureur, addition d’information, 22 juin 1784, Ibid.

51 Interrogatoire, 5 juin 1784, Ibid.

52 Françoise Delaunay, femme de laboureur, Ibid.

53 Interrogatoire, 5 juin 1784, Ibid.

54 François Véré, cordonnier, Ibid.

55 Roger Chartier, « Le monde comme représentation », Au bord de la falaise. L’histoire entre certitudes et inquiétude, Paris, Albin Michel, 1998, cité par Sylvie Steinberg, « Hiérarchies dans l’Ancien Régime », dans M. Riot-Sarey, op. cit., p. 136.

56 Charles Lolivier, précepteur, Information, 25 mai 1784, AN. Z1o226

57 Interrogatoire, 5 juin 1784, AN. Z1o226.

58 Ibid.

59 Sur le concept de substitution, voir Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, Être veuve sous l’Ancien Régime, Paris, Belin, 2001.

60 Nicolas Bourgeot, blanchisseur, Information, 31 juillet 1747, AN. Z1o227B.

61 Anne Catherine Foy, femme de Jacques Dussy vigneron, Continuation d’information, 13 septembre 1747, AN. Z1o227B.

62 P. Bourdieu, op. cit., p. 29.

63 En 1985, Robert William Connel, Tim Carrigan et John Lee publient conjointement un article précurseur qui jette les bases théoriques d’une étude sur les masculinités, dans lequel est niée la sociologie essentialiste du « rôle des sexes » au profit de plusieurs formes de masculinités. Ces réflexions ont depuis fait l’objet d’une publication spécifique et traduite : Raewyn Connel, Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie, Paris, éd. Amsterdam, 2014.

64 Paul Airiau, « Le prêtre catholique : masculin, neutre, autre ? », dans Régis Revenin (dir.), Hommes et masculinités. Contributions à l’histoire du genre et de la sexualité en France, Paris, Autrement, 2007, p. 192-207.

65 Jan Art et Thomas Buerman, « Anticléricalisme et genre au xixe siècle. Le prêtre catholique, principal défi à l’image hégémonique de l’homme », Masculinités, Revue du groupe interdisciplinaire d’études sur les femmes et le genre, 2009, n° 27, p. 323-337.

© LARHRA, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search