Version classiqueVersion mobile

Penser l’histoire religieuse au xxie siècle

 | 
Yves Krumenacker
, 
Raymond A. Mentzer

Une autre histoire de la thélogie pour une autre histoire religieuse ? l'apport des science studies

Les instituts catholiques en France et leurs logiques de publication savante :
le cas de la revue Recherches et travaux (Angers, 1946-1948)

ou l’échec de la multidisciplinarité comme révélateur d’une géopolitique du savoir

Catholic institutes in France and their scholarly publication logics: the case of the journal Recherches et travaux (Angers, 1946-1948)
or the failure of multidisciplinarity as a revelation of a geopolitics of knowledge

Martin Dutron

Résumé

En 1949, l'abbé Soubigou, alors vice-recteur des Facultés catholiques de l'Ouest, déplore la disparition de la récente revue Recherches et travaux (Angers, 1946-1948). Pointant les difficultés financières de l'entreprise comme cause majeure de l'échec du périodique, il reconnait néanmoins que ce dernier "eût été l’organe tout désigné pour manifester leur [les professeurs de l'université] savoir". Cet article se propose d'interroger l'échec de ce périodique scientifique, non du seul point de vue financier, mais en le replaçant dans son écosystème de la production périodique des instituts catholiques français. En effet, la stratégie d’une revue multidisciplinaire pensée comme une moyen pour les professeurs d’Angers de s’insérer dans des réseaux universitaires prioritairement français à la sortie de la Seconde Guerre mondiale se heurte alors aux logiques religieuses. Mais ces dernières empêchent le désenclavement de la revue de son assise ecclésiale. D'un côté, l’université est dans l’incapacité de faire côtoyer au sein d’une même périodique scientifique, théologie et autres savoirs disciplinaires. De l’autre, la communauté ecclésiale n’est pas, ou plus, en mesure d’absorber l’entièreté de la production savante des facultés angevines. Ces logiques ainsi mises à jour permettent d'éclairer les économies de production du savoir théologique. On peut alors observer une autre géopolitique de la théologie savante.

Texte intégral

  • 1 Ward de Pril, « The Historiography of Twentieth-Century Theological Renewal : The Debate on Nouvel (...)

1L’objet de cette dernière séquence est d’illustrer l’apport heuristique et problématique pour l’histoire religieuse de la prise en compte de l’histoire des savoirs, à partir d’un cas contemporain. Ce dernier permet d’interroger certaines conclusions en histoire religieuse concernant la capacité d’action et de production savante des théologiens. Les grandes synthèses d’histoire de la théologie (Winling, Gibellini et Vilanova) présentent la première moitié du xxe siècle en deux phases chronologiques. Un premier temps (du troisième quart du xixe siècle à la Première Guerre mondiale) comme celui de la confrontation de la théologie aux méthodes de la critique (historique) et la partition des intellectuels organiques du catholicisme entre progressistes, modérés et ceux d’une troisième voie par rapport au Magistère. Un deuxième temps (1930-1950) comme celui du renouvellement de la théologie par l’historicisation du thomisme1 et par un retour aux « sources », la condamnation de cette « nouvelle théologie » par l’institution avant sa réhabilitation au Concile Vatican II. Mais les modèles explicatifs de l’évolution de la théologie proposés par cette historiographie n’intègrent peu voire pas les autres transformations d’ordre économique et social qui expliquent tout autant les mutations de ce savoir spécifique, et plus largement de la place de ses producteurs au sein du catholicisme. En effet, à partir de la fin du xixe siècle, la production de la théologie adopte à l’image d’autres disciplines une forme éditoriale spécifique de la communication scientifique. Ici les périodiques scientifiques jouent un rôle singulier.

  • 2 Sally Shuttleworth et Berry Charnley, « Sciences periodicals in the nineteenth and twenty-first ce (...)
  • 3 Céline Mansanti, « Revues et modernisme, périodiques et modernités : Dynamiques des modern/moderni (...)
  • 4 Céline Letawe et François Provenzano, « La revue comme échec », dans Thomas Franck, Caroline Glori (...)
  • 5 Troisième partie « L’Essor de l’UCO (1945-1960) ». Olivier Landron, 1875-1970, L’Université cathol (...)

2Cette forme éditoriale – par différence avec le livre ou le dictionnaire – peut éclairer des dynamiques spécifiques2 pour l’histoire des savoirs théologiques et donc l’histoire religieuse au xxe siècle, comme les periodical studies3 ont montré qu’il était possible de le faire pour d’autres savoirs. De ce point de vue, l’étude de l’échec d’une revue est un cas assez classique en histoire des périodiques4. On choisit ainsi de se concentrer sur le cas des Recherches et travaux (1946-1948) de l’Université catholique de l’Ouest. Olivier Landron dans son histoire interne de l’Université catholique de l’Ouest (UCO)5 avait qualifié de période d’« essor » les années 45-60 dans lesquelles intervient la tentative de fondation d’une revue de « mélanges ». On l’étudiera en examinant le contexte d’émergence de la revue au sein de son « écosystème de la culture imprimée », ensuite en décrivant les pratiques revuistes propres à ce périodique et donc en analysant ce que la forme fait aux savoirs, et ce que l’échec traduit d’une difficulté, pas seulement économique, mais de positionnement savant de l’UCO et de ses théologiens.

L’émergence de la revue dans son écosystème de la culture imprimée

3Une classification des périodiques des instituts catholiques [voir Tableau 1] par institution et par catégorie savante (gérées par l’institution ou indépendamment de l’institution) ou à caractère institutionnel permet de distinguer ce que l’on serait tenté d’appeler trois moments des « mondes de l’imprimé des instituts catholiques ».

  • 6 Bulletin de l’Institut catholique de Paris, 1890, n° 1, p. 1.
  • 7 Bulletin des Facultés catholiques de l’Ouest, 1893, n°1.
  • 8 Elle fusionnera en 1906 avec La Science Catholique (fondée en 1886 par l’abbé Jaugey), et continue (...)
  • 9 Avec la mention « revue publiée sous la direction d’un comité de professeurs des facultés catholiq (...)

4La période de 1875 à la dernière décennie du xixe siècle, soit un cycle d’une vingtaine d’années, est marquée par une dynamique d’affirmation institutionnelle. En effet, dès le début de leurs activités, les cinq « Catho » créées entre la loi de liberté de l’enseignement supérieur votée en 1875 et la restriction de cette liberté en 1880 (qui leur ôte l’appellation d’université), se dotent d’organes spécifiques de communication interne et externe d’informations à caractère institutionnel sous formes de bulletins. Ces derniers ont pour fonction de cimenter la communauté universitaire naissante à Lyon (1877), Lille (1879), Toulouse et Paris (1880), et Angers (1893). Les discours programmatiques soulignent la nécessité de se doter de ce type d’organe pour des questions de financement et de communication interne aux associations. C’est le cas dans le premier numéro de janvier 1890 de Paris : « suivant l’exemple des Facultés catholiques de Lyon, Toulouse et Lille […] cette création était jugée nécessaire […] s’adresse à deux catégories de lecteurs. Tout d’abord aux amis de l’Institut catholique, aux anciens élèves et à leurs familles, aux bienfaiteurs et à tous ceux qui prennent intérêt à notre entreprise […] »6. À Angers également, le bulletin est pensé comme une feuille « […] qui résumera les principaux événements […] adressé, conformément aux statuts, aux membres de l’Association […] »7 et servira de lien efficace avec l’enseignement secondaire catholique de l’Ouest. Néanmoins, cette phase est aussi marquée par la prise en charge par les professeurs de périodiques de sociétés savantes préexistantes. Lille et Lyon s’y investissent en reprenant respectivement en 1878 la Revue des sciences ecclésiastiques (fondée en 1860 par l’abbé Bouix à Arras8) et en 1887 La Controverse et le Contemporain9 (fondée en 1884). Cette prise en charge d’entreprises externes marque le positionnement des universités dans des dynamiques de constitution d’une science catholique dont la forme revuiste vient valider un des critères de scientificité. Elle montre aussi la reprise en main progressive des académiques de métier sur les « savants catholiques » ne disposant pas forcément de chaires universitaires. C’est le cas à Lyon avec le parrainage du périodique savant local le Bulletin historique du diocèse de Lyon, par l’Institut.

  • 10 Bulletin théologique, scientifique et littéraire, 1899, Février : troisième de couverture : « […] (...)
  • 11 « À nos lecteurs », Bulletin de littérature ecclésiastique, 1909, série IV, t. I, p. 1.
  • 12 Pierre-Louis Péchenard, L’Institut catholique de Paris, 1875-1901, Paris, Ch. Poussielgue, 1902, p (...)
  • 13 Revue de l’Institut catholique de Paris, t. 1, n°1, 1896, p. 1-2.
  • 14 Francesco Beretta, Mgr d’Hulst et la science chrétienne. Portrait d’un intellectuel, Paris, Beauch (...)
  • 15 Revue pratique d’apologétique, 1905, t. 1, n°1, p. 3. Les professeurs de l’ICP publient dans les A (...)
  • 16 Vincent Bernaudeau, « Les enseignants de la faculté libre de droit d’Angers. Entre culture savante (...)
  • 17 Avec la mention « revue dirigée par une société de professeurs des facultés catholiques ». Revue d (...)
  • 18 Revue de Lille, 1910, 4e série, n°1, p. 2.
  • 19 « Nous souhaitons au nouveau venu de se répandre par milliers d’exemplaires dans les diocèses de l (...)
  • 20 « En 1893, la direction de la revue rassure tout de même les lecteurs que le « […] bulletin ne fer (...)
  • 21 « Il a déjà été porté avec honneur, il y a quelque 50 ans, et rien n’est plus opportun que de le f (...)

5L’affirmation strictement savante et académique à travers l’adoption d’une forme relativement similaire de revue des facultés caractérise la seconde phase (1889-1996). Mais, on s’en doute, le processus n’est pas identique dans tous les espaces. Le tableau permet d’esquisser trois modèles de cet essor des revues. Un premier modèle, celui de Toulouse, consiste en la transformation du bulletin initié à la fondation en un Bulletin théologique, scientifique et littéraire (mars 1889) à périodicité serrée dans la mesure où les directeurs envisagent une publication mensuelle, soit une périodicité calquée sur les bulletins institutionnels. Cette deuxième série s’arrête moins de dix ans plus tard, pour effectuer une mue en un Bulletin de littérature ecclésiastique, sous l’impulsion du nouvellement nommé Pierre Batiffol (recteur de 1891 à 1907). Ce périodique adopte une présentation hybride10 entre un journal savant (mélanges et bibliographie) et les informations institutionnelles (enseignement et chronique). Dès le 20 janvier 1899, début de la quatrième série, le périodique de Toulouse adopte la forme revue. En effet, il propose « en plus des articles de fond, sous le titre de Revue, l’exposé et la discussion des principaux ouvrages récents […] chacune des diverses spécialités de la littérature ecclésiastique : théologie positive et spéculative, écriture sainte, histoire ecclésiastique, apologétique, philosophique, sciences morales »11. Néanmoins, les ouvrages ne rentrant pas directement dans une chronique bibliographique font toujours l’objet d’une recension dans les « notes et critiques ». La transformation du premier bulletin de Paris – alors même que le recteur n’avait pas été favorable à sa création12 – en revue s’accompagne quant à lui d’une séparation plus nette, du point de vue des contenus et des publics, entre les deux catégories de périodique : une Revue de l’Institut catholique de Paris (janvier-février 1896), bimensuelle, et un Bulletin institutionnel. Le recteur Mgr d’Hulst déclarant : « Une revue nouvelle ? Est-ce que nous en manquions par hasard ? N’est-ce pas plutôt le temps qui manque pour lire toutes celles qui paraissent, l’argent pour s’y abonner ? […] propagande en faveur de l’œuvre, rayonnement extérieur de l’activité scientifique dépensée à l’intérieur de nos écoles, – tel est le double but qu’a poursuivi la rédaction du Bulletin […] L’élément scientifique tend à prendre le dessus ; le voisinage de l’autre élément devient une gêne. On ne peut cependant sacrifier ce qui répond aux nécessités pratiques. Le moment est venu de divorcer […] »13. Cette distinction intervient en fait à la suite du changement de direction des Annales de philosophie chrétienne en 1896 dans lesquelles nombre de professeurs de l’ICP publiaient depuis 189014. Le recteur percevant maintenant la nécessité pour ses professeurs de disposer d’un organe propre. À Paris néanmoins, ce positionnement savant va de pair avec la fondation de périodiques de type pratique et de formation religieuse. Sous l’impulsion de Baudrillart, Guibert et Lesêtre, la Revue pratique d’apologétique se veut un organe dans lequel des spécialistes peuvent publier mais à destination de la formation religieuse au temps de la crise moderniste stricto sensu (1902-1907) : « […] ce n’est pas dans cette Revue qu’ils publieraient ce qu’ils croiraient avoir découvert de nouveau […] »15. On retrouve un deuxième modèle incarné par la Revue de Lille (1889), mensuelle, et la Revue des Facultés catholiques d’Angers (1891)16. L’ambition affichée ici est de pouvoir disposer pour les deux instituts d’un organe savant qui accueillerait la production facultaire, dans un rapport de compétition avec le milieu universitaire centralisé et parisien. L’inscription dans le monde académique par une spécialisation disciplinaire n’est pas l’ambition affichée, contrairement à Toulouse et Paris : « […] il n’est pas douteux que les sciences particulièrement tendent à s’isoler, à se cantonner dans leur objet spécial. Cet isolement, cette séparation […] sinon une apostasie ? »17. En outre, le programme annoncé avant le premier numéro envisageait un couverture disciplinaire large des cinq facultés et des écoles annexes, et un public mixte, entre savants et « […] le clergé enseignant ». Le sommaire du premier numéro de novembre 1889 propose un mensuel à caractère multidisciplinaire : pas d’objet d’étude commun mais une superposition d’études en politique, droit, architecture, économie et histoire. Cette tendance est celle du lancement mais la différence est notable avec la Revue des sciences ecclésiastiques que dirigent les théologiens lillois depuis 1878. En 1910, pour la 22e année de cette dernière, le directeur chanoine Lecigne, doyen de la Faculté des Lettres depuis la rentrée 1909, rappelle, à l’occasion de l’entrée de la revue dans une quatrième série, que comme l’était la 3e série de 1906 à 1910, la revue n’est « pas un organe local : les Facultés de Lille ont en effet leur Bulletin officiel très distinct18 ». Cette attitude trahit en fait surtout des logiques d’autonomie forte des facultés entre elles, laissant peu de capacité d’action à l’université elle-même pour jouer un rôle centralisateur dans la production savante. De ce point de vue, le cas d’Angers est significatif dans la mesure où la revue (1891) précède même le bulletin (décembre 1893)19. Néanmoins, chaque livraison du mensuel comporte une « chronique des Facultés » rédigée par le directeur du périodique20 : des sortes d’éphémérides de l’activité scientifique, non seulement celles de l’UCO mais du monde savant national et international. Enfin, à Lyon, le modèle de la revue de l’université se distingue du précédent par sa genèse plus que par la forme et les contenus. La naissance de la revue mensuelle en 1889 émane en fait d’une transformation de l’ancien périodique passé sous gestion des facultés deux ans plus tôt : L’Université catholique, encore sous-titré « antérieurement "La Controverse et Le Contemporain" ». Lyon capitalise donc sur un titre porteur et déjà porté21 par le recueil mensuel L’Université catholique (1836-1855, avant leur absorption par les Annales de philosophie chrétienne en 1855).

  • 22 Denis Pelletier, « Les savoirs religieux dans la France du xxe siècle. Trois moments d’une histoir (...)

6En bref, au temps de l’institutionnalisation des « sciences religieuses » à partir de 1879 dans l’enseignement supérieur en France, ces deux premiers moments s’inscrivent moins dans des dynamiques de légitimation d’une nouvelle discipline que de mutation des lieux de la discussion savante que puissent investir les universités catholiques. Mais il me semble qu’on y a trop vu une mutation s’opérant dans la dialectique entre « savoirs religieux »22 et « savoirs sur le religieux », plus que dans une logique de translation des lieux de la production. Ce déplacement doit cependant être mesuré à partir d’un calcul du degré de mainmise des facultés catholiques sur la production savante d’autres producteurs de savoirs (sociétés de savants catholiques, maisons d’édition religieuse, etc.).

  • 23 Bulletin des Facultés catholiques de l’Ouest, 1947, t. 54, n° 4.

7Le troisième moment est celui de la Seconde Guerre mondiale et de son immédiate sortie. Cette période est marquée par une normalisation de la forme et une fixation de la périodicité trimestrielle pour les bulletins à caractère institutionnel : c’est le cas à Paris (nouveau 1944), Lille (nouveau 1945), Lyon (nouvelle série 1946) et Angers (nouveau 1948). À Angers, le numéro d’octobre 1947, le dernier de l’ancien bulletin, était le premier édité après la mise en sommeil imposée par les circonstances de guerre. Le recteur Pasquier déclare que « [...] Le bulletin se propose encore, dans la mesure où il le pourra, de resserrer les relations des anciens étudiants avec leurs condisciples d’autrefois et d’aujourd’hui, avec leurs anciens maîtres, avec leur université »23. Le périodique institutionnel angevin avait été publié de janvier 1939 à septembre 1946-janvier 1947 mais perd la titulature bulletin à partir de 1948, désormais appelé simplement « Facultés catholiques de l’Ouest ». Cette troisième phase est aussi marquée par une tentative de recréation de revues à caractère multidisciplinaire, à côté d’un bulletin organique : c’est le cas à Lille (1944) et à Angers (1946-1948) avec les Recherches et travaux.

  • 24 Joseph Pasquier, « Que veut être la Revue "Recherches et travaux" », Recherches et travaux, 1946, (...)
  • 25 « […] Mais les pages de notre revue ne seront pas ouvertes aux seuls professeurs. Nous convions to (...)

8Pour se représenter ce que fut la revue scientifique de l’UCO de 1946 à 1948, il est utile de se tourner du côté des revues qui ont pu servir de modèle à sa fondation. On s’aperçoit que le modèle est double : un modèle lointain, la Revue de 1891 à 1919 dont on a évoqué les débuts au point précédent ; et un modèle proche, les Mélanges de science religieuse de Lille. En effet, la déclaration d’intention de 1946 rappelle la distinction renforcée entre la revue et le bulletin naissant en 1893 : « […] Elle abandonne délibérément à un autre Bulletin tout ce qui pourrait avoir le caractère d’une chronique des faits et gestes universitaires […] Elle entend être une revue scientifique […] un moyen d’expression dans les Facultés […] une contribution plus cohérente, plus fraternellement unie, à l’effort scientifique des Universités »24. La rhétorique a peu changé, mais le propos est moins apologétique et le public imaginé n’est plus vraiment un ensemble constitué de savants catholiques et de professeurs de l’école secondaire25. En effet, il ne s’agit plus de légitimer une science toute catholique à l’aide de la forme revue, mais de permettre une meilleure circulation des travaux d’Angers dans un espace beaucoup plus global de la production scientifique. L’hybridité des publics n’est plus pensée comme une nécessité à la réussite de l’entreprise.

  • 26 Jacques Gadille, « Freppel (Charles-Émile) », DHGE, Paris, Letouzey et Ané, 1977, vol. 18, col. 12 (...)
  • 27 Lettre reproduite et commentée dans le premier numéro de la 2e année de la Revue des Facultés cath (...)
  • 28 Lettre du 30 septembre 1893 de Mgr François-Désiré à Alexis Crosnier : « En fondant ce recueil, vo (...)
  • 29 « […] Après les articles théologiques, juridiques, scientifiques ou purement littéraires, une chro (...)

9Le modèle lointain est celui de la revue de 1891 dirigée alors par l’abbé Alexis Crosnier, professeur à la Faculté des Lettres d’Angers, après que Mgr Freppel lui en avait confié la direction. Mais l’entreprise de 1946 ne se calque pas tant sur la périodicité – de mensuelle à bimensuelle pour la Revue, de semestrielle à trimestrielle pour Recherches – que sur l’intention affichée par les initiateurs dans leurs programmes. C’est en effet dans une lettre du 9 juillet 1891 adressé au directeur que l’évêque d’Angers26 – par ailleurs ancien professeur d’éloquence sacrée à la faculté de théologie de la Sorbonne de 1855 à 1869 avant l’accès à l’épiscopat (1870-1891) – déclare : « […] Je compte sur le concours de vos savants confrères pour vous aider dans cette tâche. Ils voudront bien réserver pour notre Revue des travaux dont ont profité jusqu’ici d’autres recueils du même genre… »27. L’ambition est explicite : d’un côté, créer un lieu de savoir au caractère angevin face à d’autres périodiques, plus parisiens28 et de l’autre, la nécessité d’une mobilisation d’un réseau de savants prioritairement local, soit en fait la promotion et l’inscription des professeurs d’Angers dans le monde de la communication savante. Cela allant de pair avec une attractivité scientifique que fournirait le périodique à l’UCO. Dans ce cadre, le programme annoncé de 1890 est clair : la revue sera multidisciplinaire29.

  • 30 L’histoire de cette revue comme lieu d’écriture et de communication des savoirs n’a pas été faite. (...)
  • 31 « à nos abonés et collaborateurs », RSR, 1946, t. XXXIV, p. 128. Le titre habituel n’a pas pu être (...)
  • 32 « […] Ces recueils de Mélanges ne doubleront pas – faut-il le dire ? – la collection des Mémoires (...)

10Le modèle proche est celui des Mélanges de science religieuse30, « publié par un groupe de professeurs des Facultés catholiques de Lille ». Mais cette revue émerge dans un écosystème radicalement différent de celui d’Angers. C’est pendant la Seconde Guerre mondiale que le jésuite Jacques de Blic à Lille soumet un projet de revue annuelle de sciences religieuses. Les fondateurs soulignent l’opportunité de fonder un tel périodique dans une période d’arrêt des publications sous l’occupation. Le secteur est en effet amputé de la revue de théologie catholique de l’Université de Strasbourg (repliée à Clermont-Ferrand) dont le dernier numéro date de 1940 et des Recherches de science religieuse dont la parution bimensuelle d’avant-guerre est perturbée31. Les numéros des années 1943 et 1944 adoptant d’ailleurs le nom de Science Religieuse. Travaux et Recherches. À Lille, le premier numéro de 192 pages – dont la gestion est assurée par le bibliothécaire universitaire, le chanoine Lengrand – de mars 1944, stimulé par les professeurs de théologie, est tiré à 660 exemplaires. Néanmoins, l’ambition affichée du nouveau périodique bisannuel n’est pas de concurrencer la collection (étendue de 1905 à 1943 et 53 numéros) de l’université Mémoires et travaux mais plutôt d’interagir avec elle32.

  • 33 Archives nationales, Secrétariat général du Comité national (SGCN), Demandes d’aide à l’édition ad (...)

11En bref, de cette comparaison des écosystèmes propres aux instituts catholiques français, on s’aperçoit qu’à Lille et à Angers, les dynamiques sont semblables, même si l’on sait que Lille dispose d’une capacité d’action plus élevée due à une certaine expérience en matière d’édition périodique et de moyens financiers et intellectuels. La vague de lancement de 1944 répond moins à l’enjeu des revues de la fin du xixe siècle qu’à une nécessité de visibilité et donc d’existence des facultés, dans un paysage de la recherche tant catholique que laïc. Un paysage qui se voit transformé par l’implication progressive du CNRS en matière de publications scientifiques. Et un soutien financier devenant quasi nécessaire à la possibilité financière de l’édition. À Toulouse, le soutien de l’institution publique française est mentionné dès 1946 pour le BLE et, à Strasbourg, permet même l’impression des Tables de reprise de 1947 de la revue de théologie. Ces deux revues sont classées dans la section « histoire » du CNRS là où la Revue des sciences philosophiques et théologiques des dominicains est évaluée en section « philosophie » (la première aide demandée par Étienne Gilson remonte à 1943)33. La revue de la faculté protestante à Strasbourg est classée dans la section « Sciences économiques et sociales ». Dans ce cadre pourtant, les Recherches et Travaux ne disposent pas d’une subvention.

Les pratiques revuistes à Angers

3435

12Cette organisation va de pair avec une périodicité trimestrielle caractéristique de cette période des revues savantes. Cette dernière est annoncée mais n’est réalisée que pour l’année 1948… avant que les coûts trop élevés obligent les éditeurs à proposer les fascicules 3 et 4 de la troisième année dans une même livraison. Imprimées sur les rotatives de l’Imprimerie d’Anjou à Angers, la revue est gérée par l’abbé Bachelier (de la Faculté des Lettres), avant une division des tâches et du travail, dès le second fascicule de 1946, entre l’administration et les finances à Bachelier et la correspondance et manuscrit à l’abbé Blond (de la Faculté de Théologie). De manière similaire aux Mélanges de Lille, le poids des professeurs des facultés de Lettres et de théologie dans ce type d’entreprise revuiste est significatif au sein des universités catholiques. Rien d’étonnant si ce n’est peut-être parce que cette place s’explique aussi par la plus faible possibilité pour les théologiens de publier dans des organes francophones spécifiques, comparativement aux revues des disciplines des autres facultés.

  • 36 À Lille, la « science religieuse » dans une acceptation large et toutes les disciplines à Angers.

13Alors qu’on sait que de manière similaire à Lille, Angers adopte une forme de revue savante à caractère multidisciplinaire36 – mais dont l’équilibre entre enseignement et recherche qui caractérisait la revue fondée au xixe siècle n’est pas repris – et dans ce cadre est en fait la manifestation de ce que l’on aimerait nommer de baroud d’honneur de ce type de publication scientifique.

  • 37 C’est encore le discours des acteurs lorsque la revue est présentée en 1979… : « dans la mesure où (...)
  • 38 Favrelle, Mélanges de science religieuse, 1944/2, p. 319.

14Une comparaison de la production de 1946 à 1948 à Angers avec la production lilloise de la première année révèle des constantes d’équilibre différentes du système savant de l’UCO et du système de l’institut de Lille. Les Recherches et travaux publient 45 contributions (34 articles de fond et 11 chroniques (note ou bibliographie) [voir Tableau 2] ; soit plus de trois articles pour une chronique. Cette proportion rencontre une distribution classique de cette forme de communication scientifique. Les disciplines de la faculté des Lettres sont les mieux représentées avec 31 contributions (tant article que chronique). Ce qui frappe peut-être plus, c’est le poids de l’histoire dans les contributions avec 19 contributions, dont 12 dans le champ de l’histoire moderne. Néanmoins, cette distribution suit la tendance à l’augmentation des effectifs étudiants et professeurs de la Faculté des Lettres de 1945 à 1960. Cette dernière représente en moyenne plus de la moitié des effectifs à Angers pour cette période. Quant aux disciplines de la faculté de théologie, six contributions, les deux premières années et aucune la troisième, dont une seule en exégèse. La Faculté des Sciences est représentée à hauteur de 7 contributions. C’est la faculté de Droit qui semble le moins trouver dans la revue le lieu de communication de ses recherches. À Lille dont le rectorat est assuré par Mgr Gaston (1940 à 1945), la multidisciplinarité annoncée37 par Glorieux, Richard et de Blic, est plus hybride dans la mesure où la théologie reste la discipline prioritaire ; les autres contributions ne trouvant pas dans la revue le niveau d’autres périodiques disciplinaires. C’est le cas par exemple dans le second numéro de 1944 lorsque le professeur de zoologie de Lille souligne dans son introduction à un article sur la génétique que « […] ces trois sciences, ont chacune leur objet propre, leurs méthodes, leurs spécialistes. Il ne peut être question ici, ni de recenser les applications qui en sont nées, ni de porter un jugement d’ensemble sur elles […] la description sortirait trop du cadre de ces "Mélanges" »38. À Lille, sur les 12 contributions du tome de la première année, comme à Angers, la Faculté des Lettres est la plus représentée : une contribution sur deux et la moitié en philosophie. La théologie est alors la deuxième avec quatre contributions dont deux sur le christianisme antique. Le poids des Lettres et de la théologie reste supérieur. En bref, partant des statistiques de publication à Angers, on peut émettre l’hypothèse qu’une des causes de l’échec de la revue est son refus de positionnement disciplinaire ; là où Lille joue sur un modèle plus hybride.

  • 39 Ibid., 1946, t. I, n° 1, p. 5 et p. 25. Voir note de bas de page : « Pour ce travail, on a utilisé (...)
  • 40 Ibid., 1947, t. II, n° 3 : septembre-décembre, p. 31.
  • 41 Ibid.,1948, t. III, n° 3-4, p. 75.
  • 42 Ibid., 1948, n° 1, p. 67 : « Cet article est le modeste résumé d’un diplôme d’études supérieures de (...)
  • 43 Ibid., 1948, t. III, n°1, p. 95.

15On s’en doute également, l’ensemble de la production finalement publiée dans la revue n’avait pas été produite dans ce but. Sur les 34 articles publiés en trois ans, cinq sont issus d’une monographie parue ou à paraitre39
– deux la première année – comme s’en réjouit la rédaction pour l’article de M. de la Bigne de Villeneuve : « D’ici peu doit paraitre à la Librairie Beauchesne le livre que notre collègue de la Faculté de Droit, M. Marchel de la Bigne de Villeneuve, a consacré à l’un des plus remarquables penseurs et écrivains […] Nous sommes heureux d’en détacher les pages liminaires, dans lesquelles l’auteur présente son sujet et faire revivre devant nous la grande figure de Blanc de Saint Bonnet »40. Trois textes proviennent en fait de conférences données à Angers : deux devant les étudiants du Cercle Saint-Augustin et une autre en Salle de la Mutualité (30 avril 1948)41. Un article provient du DES d’un ancien étudiant42 et un autre continue les réflexions d’un article paru dans les Travaux du laboratoire de Chimie biologique et physiologique de l’Université Catholique d’Angers de juin 194743. En bref, sur 34 articles et trois ans de publication, 24 contiennent de la matière préalablement produite pour le périodique.

16On peut aussi observer un accroissement du nombre des ouvrages recensés dans la rubrique des « comptes rendus de livres » : 67 ouvrages ont été recensés par la revue en trois ans – 4 en 1946, 18 en 1947 et 45 en 1948. Cet accroissement rend compte de l’inscription progressive de la revue dans un modèle davantage scientifique, dans la mesure où il trahit une augmentation des envois et réceptions d’ouvrages des éditeurs. Peu de maisons d’éditions ont envoyé trois ou plus de trois ouvrages à Angers : Beauchesne (8), Bonne Presse, Casterman, Éditions du Cerf, Editions franciscaines et Vitte (8). La revue donc ne semble pouvoir s’inscrire que dans un réseau de l’édition catholique et encore plus significativement dans l’édition religieuse. La distribution pour l’année 1948 laisse entrevoir une ouverture plus large à d’autres maisons, mais pas forcément à d’autres catégories disciplinaires.

17En outre, la revue ne peut compter que sur un réseau étroit de collaborateurs pour réaliser les recensions d’ouvrages [voir Tableau 3]. En effet, sur les 64 recensions dont le rédacteur est connu, 28 soit quasi 42% de l’ensemble des ouvrages sont recensés par Georges Blond, professeur d’histoire du christianisme en théologie. Un ouvrage sur 10 a tout de même été recensé par Alcime Bachelier (1888-1962). Que peut-on interpréter de la distribution de ces données ? Que le décalage entre savoir produit et publié pour la revue et le savoir « recensé » par les professeurs n’évolue pas dans les mêmes champs disciplinaires ; dans la mesure où le programme est multidisciplinaire mais les ouvrages reçus concernant l’histoire religieuse (moderne et contemporaine, peu médiévale et antique). La pratique ne suit donc pas l’ambition multidisciplinaire imaginée et en ça la revue ne se rend attractive que pour le réseau des maisons d’édition religieuse, et ne s’inscrit pas dans un réseau large de revues scientifiques. De ce point de vue, la capacité d’action du théologien Blond à la barre de l’entreprise est faible vis-à-vis d’autres périodiques savants.

1826 contributeurs se partagent l’ensemble des articles et chroniques [voir Tableau 4]. 14 contributions proviennent d’auteurs qui n’ont participé qu’une seule fois. En fait, 31 contributions proviennent de contributeurs récurrents (deux ou plus de deux). Seulement quatre professeurs participent trois ou cinq fois. C’est le cas de Catta (5), Le Meur (3), Jagu (3) et Bachelier (3). Du point de vue des contributeurs donc, ce sont les professeurs de la faculté des Lettres qui sont le plus fréquemment présents. Là où l’historien de la faculté de théologie se charge des recensions, l’historien de la faculté des Lettres produit des articles.

  • 44 À la rentrée 1949, revenant sur 1948-1949, le vice-recteur Soubignou déplore l’échec de la revue :  (...)

19En termes de contenus, le choix d’une hétérogénéité disciplinaire opéré par les Facultés, et par Bachelier et Blond, ne permet pas à l’entreprise de s’insérer dans un réseau plus large que celui de la France – tant au niveau des contributeurs que des maisons d’éditions. Mais c’est aussi au niveau de la forme que l’échec se fait sentir. Cette catégorie de périodique ne publiant que des recherches institutionnelles ne rencontre plus les normes attendues. De plus, cet échec de la multidisciplinarité finit par rencontrer d’autres difficultés, financières celles-là44.

Conclusion

  • 45 Dominique Vinck, « Les science studies : de la marginalité thématique à la refondation de la disci (...)
  • 46 En prenant distance avec une histoire intellectuelle des théologiens et intellectuelle des théolog (...)

20La question initiale de cette contribution à l’histoire de la théologie était de savoir si l’étude du cas de la revue Recherches et travaux (1946-1948), à l’aide d’une méthodologie d’histoire des savoirs45, pouvait aider à déplacer des conclusions en histoire religieuse46. Il est apparu que la disparition de la revue après trois ans de publication résulte des effets de la structuration de l’espace de la production théologique au sein du catholicisme français, et de la géopolitique de cette dernière dans l’entre-deux-guerres. La stratégie d’une revue multidisciplinaire pensée comme un moyen pour les professeurs d’Angers de s’insérer dans des réseaux universitaires prioritairement français se heurte alors aux logiques religieuses. Ces dernières empêchent le désenclavement de la revue de son assise ecclésiale. D’un côté le périodique ne reçoit et ne recense que des ouvrages de maisons d’édition religieuses et les objets des comptes rendus publiés restent théologiques. L’UCO est dans l’incapacité de faire côtoyer au sein d’un même périodique scientifique théologie et autres savoirs disciplinaires. De l’autre la communauté ecclésiale n’est pas, ou plus, en mesure d’absorber l’entièreté de la production savante de l’université catholique.

21En étudiant Recherches et travaux comme un lieu de savoir et son milieu que l’historiographie a considéré comme lieu à la marge des institutions ayant participé au « ressourcement » de la théologie des années 30-50 – on pense bien sûr aux dominicains du Saulchoir et à la Revue des Sciences philosophiques et théologiques (1907) – on en vient à questionner les modalités de réussite de la « nouvelle théologie » dans les années 1960 ainsi que la nature et les mécanismes de cette « innovation ». Ce n’est peut-être pas tant du point de vue de la nouveauté de la proposition théologique que de la nouveauté du statut culturel (et la valeur économique) de cette théologie, qu’elle doit être observée. Le contenant des revues théologiques (ou d’autres vecteurs de diffusion) et leur réussite précèdent la réussite des propositions théologiques. L’échec d’Angers s’expliquerait alors moins par une non prise en compte de nouvelles propositions épistémologique et/ou herméneutique, que de l’impossibilité de rassembler et disposer de ces nouveaux moyens de validation du savoir. L’échec de l’entreprise savante en vient aussi à questionner la possible saturation du marché « national » français (depuis la phase de fondation de revue des années 1920 et le rôle central des universités dans ces fondations) – renforcé par les aides à la publication des pouvoirs publics – des « savoirs religieux » à la fin des années 1940 ; dès lors qu’on sait que les années 1950 voit nombre de revues savantes en sciences religieuses (théologie, histoire ecclésiastique, etc.) s’internationaliser (très) rapidement aux dépens d’une perte des abonnements au sein des Églises nationales. La prise en compte des modalités savantes de production de cette théologie – et des liens qu’elle entretient avec d’autres savoirs produits dans les mêmes lieux et milieux – conduit à prendre en compte une autre géopolitique de la théologie savante. Celle-ci ne repose pas sur la dichotomie opposant théologie nouvelle et régulation romaine, ni même sur celle entre savoirs religieux et savoirs sur le religieux. L’enjeu n’est pas seulement celui de la sécularisation que supposent ces dichotomies, mais peut-être plutôt, entre théologie circulante et légitimée et théologie stagnante et reléguée. Le défi reste de généraliser l’approche à différents lieux de savoir pour comparer l’agentivité des producteurs de théologie, mais aussi l’efficacité sociale de leur production théologique, au sein du catholicisme de la Première Guerre mondiale à Vatican II.

Annexes

  • 47 Le tableau ne rend pas compte précisément de chaque modification des périodicités, et des tomaison (...)


Tableau 1 – Les périodiques gérés et/ou fondés par les universités catholiques 1875- circa1950)47

Tableau 1 – Les périodiques gérés et/ou fondés par les universités catholiques 1875- circa1950)47

Tableau 2 - Distribution du nombre de contributions par catégorie de contributions et par thématique disciplinaire à Angers, de 1946 à 1948 (N=45)

Thématique disciplinaire Article de fond Chronique Total
Chimie 3 3
Droit 1 1
Editorial 1 1
Géographie 1 1 2
Histoire contemporaine 3 2 5
Histoire médiévale 2 2
Histoire moderne 11 1 12
Littérature 2 1 3
Mathématiques 1 1
Paléontologie 1 1
Philosophie 4 5 9
Théologie 5 5
Total général 34 11 45

Tableau 3 - Distribution du nombre de livres recensés par éditeur (N=67)

Nom de l’éditeur 1946 1947 1948 Total
Edizioni liturgiche 1 1
Fayard 1 1
Huet 1 1
Imprimerie Saint-Paul 1 1
Albin Michel 1 1
J. de Gigord 1 1
Éditions Catholicité 1 1
La Nouvelle France 1 1
Éditions des Loisirs 1 1
Le Roux 1 1
Adrien Maisonneuve 1 1
Les Presses de Belgique 1 1
Aux portes du large 1 1
Lussaud 1 1
Wittmann 1 1
Moulins 1 1
Editions de Fontenelle 1 1
Seuil 1 1
Témoignage chrétien 1 1
Société d’Études et d’Edition pour l’Éducation 1 1
Abbaye de Kergonan 1 1 2
Bloud 2 2
Aubier 2 2
Editions Alsatia 2 2
Arthaud 2 2
Vrin 1 1 2
Éditions franciscaines 3 3
Casterman 3 3
Bonne Presse 1 1 1 3
Éditions du Cerf 1 2 3
Non renseigné 3 4 7
Beauchesne 1 2 5 8
Vitte 3 5 8
Total général 4 18 45 67

Tableau 4 - Distribution du nombre de contributions par contributeurs (N=45)

Nom du contributeur Nombre de contribution
Catta 5
Le Meur 3
Jagu 3
Bachelier 3
Hérisset 3
Fauvel 2
Levron 2
Chesneau 2
Collas 2
Manquat 2
Dréano 2
Blond 2
Diès 1
Le Mappian 1
Morice 1
Mottais 1
Charron 1
Trannoy 1
Fleury 1
de la Bigne de Villeneuve 1
Le Borgne 1
Pasquier 1
Hilion 1
Tronchot 1
Jacquart 1
Bellugou 1
Total général 45

Notes

1 Ward de Pril, « The Historiography of Twentieth-Century Theological Renewal : The Debate on Nouvelle théologie », dans Ward de Pril (dir.), Louvain, Belgium, and Beyond. Studies in Religious History in Honour of Leo Kenis, Louvain, Peeters, 2018, p. 289.

2 Sally Shuttleworth et Berry Charnley, « Sciences periodicals in the nineteenth and twenty-first centuries », Notes Rec., 2016, n° 70, p. 302.

3 Céline Mansanti, « Revues et modernisme, périodiques et modernités : Dynamiques des modern/modernist periodical studies », Revue française d’études américaines, 2018, n° 155, p. 28-42.

4 Céline Letawe et François Provenzano, « La revue comme échec », dans Thomas Franck, Caroline Glorie et Alain Loute (dir.), Matérialités et actualité de la forme revue, Cahiers du GRM, 2017, n° 12.

5 Troisième partie « L’Essor de l’UCO (1945-1960) ». Olivier Landron, 1875-1970, L’Université catholique de l’Ouest. Enracinement et ouverture, Paris, CLD éditions, 2012. Pour une comparaison avec Louvain, Fribourg et Strasbourg, voir Guy Bedouelle et Olivier Landron (dir.), Les Universités et instituts catholiques. Regards sur leur histoire (1870-1950), Paris, Parole et Silence, 2012.

6 Bulletin de l’Institut catholique de Paris, 1890, n° 1, p. 1.

7 Bulletin des Facultés catholiques de l’Ouest, 1893, n°1.

8 Elle fusionnera en 1906 avec La Science Catholique (fondée en 1886 par l’abbé Jaugey), et continue sa publication jusque 1910, avant de fusionner avec Le Prêtre et de devenir une revue pastorale, laissant les questions scientifiques à la Revue de Lille.

9 Avec la mention « revue publiée sous la direction d’un comité de professeurs des facultés catholiques de Lyon avec le concours de nombreux savants et écrivains catholiques ». La Controverse et le Contemporain, 1887, t. XI.

10 Bulletin théologique, scientifique et littéraire, 1899, Février : troisième de couverture : « […] On y appréciera les notables améliorations de forme et de fond apportées à notre œuvre, qui gardera d’ailleurs le même esprit ».

11 « À nos lecteurs », Bulletin de littérature ecclésiastique, 1909, série IV, t. I, p. 1.

12 Pierre-Louis Péchenard, L’Institut catholique de Paris, 1875-1901, Paris, Ch. Poussielgue, 1902, p. 258.

13 Revue de l’Institut catholique de Paris, t. 1, n°1, 1896, p. 1-2.

14 Francesco Beretta, Mgr d’Hulst et la science chrétienne. Portrait d’un intellectuel, Paris, Beauchesne, 1996, p. 99.

15 Revue pratique d’apologétique, 1905, t. 1, n°1, p. 3. Les professeurs de l’ICP publient dans les AR.

16 Vincent Bernaudeau, « Les enseignants de la faculté libre de droit d’Angers. Entre culture savante et engagement militant (fin xixe-début xxe siècle) », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, 2011, t. 29, p. 111.

17 Avec la mention « revue dirigée par une société de professeurs des facultés catholiques ». Revue de Lille, 1889, t. 1, couverture ; p. VII pour le programme.

18 Revue de Lille, 1910, 4e série, n°1, p. 2.

19 « Nous souhaitons au nouveau venu de se répandre par milliers d’exemplaires dans les diocèses de l’Ouest », Revue des Facultés catholiques de l’Ouest, 1891, t. 3, p. 470.

20 « En 1893, la direction de la revue rassure tout de même les lecteurs que le « […] bulletin ne fera pas double emploi avec notre chronique qui embrasse, en plus, la vie extérieure de l’Université ». Revue des Facultés catholiques de l’Ouest, 1893, t. 5, p. 299.

21 « Il a déjà été porté avec honneur, il y a quelque 50 ans, et rien n’est plus opportun que de le faire revivre, avec les institutions de liberté et d’enseignement catholique qui lui répondent ». « À nos lecteurs », L’Université catholique, 1889, n°1, 15 mai, p. 5.

22 Denis Pelletier, « Les savoirs religieux dans la France du xxe siècle. Trois moments d’une histoire intellectuelle de la sécularisation », Recherches de science religieuse, 101, 2 (2013), p. 167-180.

23 Bulletin des Facultés catholiques de l’Ouest, 1947, t. 54, n° 4.

24 Joseph Pasquier, « Que veut être la Revue "Recherches et travaux" », Recherches et travaux, 1946, t. 1, p. 3.

25 « […] Mais les pages de notre revue ne seront pas ouvertes aux seuls professeurs. Nous convions tous les amis de l’enseignement chrétien, surtout nos anciens élèves, à nous seconder de tout leur pouvoir et à nous envoyer des travaux. Toutes les communications concernant l’éducation et l’instruction chrétiennes, notamment pour l’enseignement secondaire et l’enseignement supérieur, seront reçues avec reconnaissance ». Revue, 1891, t. 1, n° 1.

26 Jacques Gadille, « Freppel (Charles-Émile) », DHGE, Paris, Letouzey et Ané, 1977, vol. 18, col. 1257-1261.

27 Lettre reproduite et commentée dans le premier numéro de la 2e année de la Revue des Facultés catholiques d’Angers, 1892. Elle est également reproduite dans le premier numéro de la 6e année de la revue, 1896.

28 Lettre du 30 septembre 1893 de Mgr François-Désiré à Alexis Crosnier : « En fondant ce recueil, vous tentiez une entreprise hardie […] Une Revue de plus dans un pays où les Revues foisonnent ! Une Revue de province, comme s’il était permis d’avoir de l’esprit hors de Paris et de sa banlieue […] », Revue des Facultés catholiques de l’Ouest, t. 3, n°1, p.  IV-V.

29 « […] Après les articles théologiques, juridiques, scientifiques ou purement littéraires, une chronique rendra compte de la vie des facultés, des examens, des travaux des professeurs et des élèves, tant anciens que présents ». Revue des Facultés catholiques d’Angers, 1891, t. 1.

30 L’histoire de cette revue comme lieu d’écriture et de communication des savoirs n’a pas été faite. Ou trop internaliste ; voir par ex. le numéro du cinquantenaire : « […] Créée à la fin de la guerre par Mgr Glorieux, l’abbé Richard et le Père de Blick s.j., la revue a participé au renouveau théologique qui a participé Vatican II […] J. Liébaert, a assuré le maintien et, il faut bien le dire, à certains moments la survie de la revue, durant un période de crises et face à une diminution du nombre de chercheurs dans les sciences religieuses. Peu soutenu à l’intérieur de l’université, il a accompli une tâche ingrate […] ». H Baudry, « Editorial », MSR, 1993, t. 50/1, p. 5. Ou Catherine Masson, La Catho. Un siècle d’histoire de l’Université catholique de Lille 1877-1977, Villeneuve-d’Ascq, Septentrion, 2011, p. 424, « Publications ».

31 « à nos abonés et collaborateurs », RSR, 1946, t. XXXIV, p. 128. Le titre habituel n’a pas pu être utilisé et le prix du papier en 1946 rend difficile la reprise de la périodicité.

32 « […] Ces recueils de Mélanges ne doubleront pas – faut-il le dire ? – la collection des Mémoires et Travaux des Facultés Catholiques de Lille, mais ils s’y adjoindront en quelque sorte. L’ambition des professeurs de la Faculté de Théologie qui en ont l’initiative, est en effet d’aider à l’éclosion de grandes et belles œuvres, dignes de trouver place dans la savante collection. Ils voudraient pour cela – se limitant aux sciences religieuses, d’ailleurs largement comprises – donner aux travailleurs la possibilité de publier le résultat de leurs recherches à mesure qu’elles se développent, dès avant qu’elles aient pris les dimensions d’un livre ». « Avant-propos », Mélanges de science religieuse, 1944, t. 1, n° 1, p. 5.

33 Archives nationales, Secrétariat général du Comité national (SGCN), Demandes d’aide à l’édition adressées au CNRS (1913-1975).

34 J. Pasquier, Recherches et travaux, 1946, t. I, n° 1, p. 4

35 À Strasbourg par exemple, peu avant la relance de la revue de la faculté (1947), deux théologiens fondent indépendamment une revue consacrée au droit canonique et une revue consacrée au moyen-âge latin (dont la part des contributeurs issus des instituts catholiques est significative).

36 À Lille, la « science religieuse » dans une acceptation large et toutes les disciplines à Angers.

37 C’est encore le discours des acteurs lorsque la revue est présentée en 1979… : « dans la mesure où les recherches théologiques et celles poursuivies dans les différents domaines des sciences humaines peuvent s’éclairer mutuellement ». C. I., « Mélanges de science religieuse », Catholicisme : hier, aujourd’hui, demain, Paris, Letouzey et Ané, 1979, col. 1109.

38 Favrelle, Mélanges de science religieuse, 1944/2, p. 319.

39 Ibid., 1946, t. I, n° 1, p. 5 et p. 25. Voir note de bas de page : « Pour ce travail, on a utilisé largement des Etudes sur l’encratisme hétérodoxe pendant les quatre premiers siècles de l’Église (à paraitre) »

40 Ibid., 1947, t. II, n° 3 : septembre-décembre, p. 31.

41 Ibid.,1948, t. III, n° 3-4, p. 75.

42 Ibid., 1948, n° 1, p. 67 : « Cet article est le modeste résumé d’un diplôme d’études supérieures de Géographie, soutenu avec succès, devant la Faculté des Lettres de Caen, par M. R. Tronchot, frère des Ecoles chrétiennes, […] ancien élève de notre Université ».

43 Ibid., 1948, t. III, n°1, p. 95.

44 À la rentrée 1949, revenant sur 1948-1949, le vice-recteur Soubignou déplore l’échec de la revue : « […] Un autre rapporteur vous dira les nombreux travaux publiés cette année, sous formes de livres et d’articles, par les membres de notre corps professoral Malheureusement, les difficultés financières ont entraîné la mise en sommeil de la revue Recherches et Travaux, qui eût été l’organe tout désigné pour manifester leur savoir. Par contre, notre Bulletin des Facultés est sorti de sa léthargie. Il répond, certes, à d’autres préoccupations : il s’efforce surtout de présenter un tableau objectif des activités diverses et de la vie de l’Université dans tous les domaines, et c’est un monde si vaste qu’il faut sans cesse opérer d’énergiques compressions pour ne pas se laisser entraîner au-delà des limites financières permise ». Soubignou, « Rapport […] L’Expansion Universitaire », Bulletin des Facultés catholiques de l’Ouest, 1949-1950, n° 1, p. 14.

45 Dominique Vinck, « Les science studies : de la marginalité thématique à la refondation de la discipline », SociologieS, Dossiers, Sociétés en mouvement, sociologie en changement, 2016.

46 En prenant distance avec une histoire intellectuelle des théologiens et intellectuelle des théologies qui jusqu’à aujourd’hui tend à rester la seule direction. Voir Jean-Dominique Durand (éd.), Le monde de l’histoire religieuse. Essais d’historiographie, Lyon, LARHRA, 2012, p. 157-158.

47 Le tableau ne rend pas compte précisément de chaque modification des périodicités, et des tomaisons et numérotations. Pour cela on consultera le Catalogue collectif des périodiques du début du xviie siècle à 1939 conservés dans les Bibliothèques de Paris et dans les Bibliothèques universitaires des Départements, t. V : additions et corrections. Table des collectivités citées, Paris, BnF, 1981. Ainsi que les notices correspondantes sur le catalogue en ligne de la BnF.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 – Les périodiques gérés et/ou fondés par les universités catholiques 1875- circa1950)47
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/8083/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/8083/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k

Auteur

Université Catholique de Louvain

© LARHRA, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search