Version classiqueVersion mobile

Quelle laïcité en Europe ?

 | 
Jean-Dominique Durand

Introduction

Jean-Dominique Durand

Texte intégral

1Cent ans après, la question laïque est de retour, dans un contexte singulièrement transformé, et le Colloque organisé à Rome en mai 2002 dans le cadre du Centre culturel Saint-Louis de France dépendant de l’Ambassade de France près le Saint-Siège, apparaît avec un peu de recul comme plongé dans la chaleur de l’actualité. En un peu plus d’un an en effet, le concept de laïcité et la place des religions dans la société et par rapport à l’État, se sont imposés comme l’un des axes majeurs du débat public en France et en Europe.

  • 1 Sur la loi de 1901, un colloque a été organisé par Jacqueline Lalouette et Jean-Pierre Mac (...)
  • 2 Marcel Gauchet, La religion dans la démocratie. Parcours de la laïcité, Paris, Gallimard, (...)
  • 3 On se reportera à la belle thèse d’André Lanfrey, Sécularisation, séparation et guerre sco (...)

2En France, le centenaire des lois anticléricales et de l’affirmation d’un laïcisme violent et l’approche du centenaire de la loi de séparation des Églises et de l’État ont donné lieu à des colloques universitaires souvent très neufs1 et à des ouvrages divers2 et sont l’occasion de nouvelles études sur une histoire difficile de divisions3 entre ce qu’Émile Poulat a appelé « les deux France ». Cependant la question laïque n’est plus une affaire franco-française : elle concerne l’ensemble des États européens qui, sous le double effet de la progression de l’Union européenne vers une plus forte intégration politique et les bouleversements introduits dans les équilibres religieux et sociaux par une population musulmane plus nombreuse et plus identitaire, sont appelés à s’interroger à nouveaux frais sur leurs relations avec les religions.

  • 4 Voir le livre d’entretiens publié par Nicolas Sarkozy, ministre de l’Intérieur, Une espéra (...)

3La mise en place par le Président de la République française d’une Commission de dix-huit membres sur « La laïcité dans la République », présidée par Bernard Stasi, pour réfléchir à l’avenir de la laïcité, et celle, par le ministre de l’Intérieur, ministre des Cultes, d’une structure destinée à donner à l’État des interlocuteurs musulmans, la création en juin 2003 par l’Assemblée Nationale d’une « Mission d’information sur la question du port des signes religieux à l’école », témoignent d’une nouvelle préoccupation dont les responsables politiques ont mesuré l’urgence4. Tous les pays d’Europe sont concernés et recherchent des réponses en ordre dispersé, en fonction de leurs traditions culturelles et religieuses et de leur propre histoire. Le port du voile islamique dans des établissements secondaires ou sur des lieux de travail, la présence de crucifix dans des salles de classe et dans des tribunaux, sont devenus en quelques années seulement, très rapidement, des enjeux d’une importance considérable, mais souvent difficiles à décrypter.

4La préparation de la Constitution européenne n’a pas échappé à des débats intenses autour des questions religieuses, notamment au sujet du Préambule qui évoque, dans son projet actuel, « des héritages culturels, religieux et humanistes de l’Europe » mais refuse de prononcer le mot « christianisme » pourtant à la base de l’Europe d’aujourd’hui, refusant ainsi au nom d’une certaine idée laïque, de reconnaître tout simplement un fait historique. Si en revanche l’article 51, en prévoyant « un dialogue ouvert, transparent et régulier » avec les Églises dont on reconnaît « leur identité et leur contribution spécifique », le blocage sur le Préambule, dans lequel même le Saint-Siège ne demandait pas une invocatio Dei, mais seulement d’inscrire l’Europe dans son passé, reste symbolique de tensions et de raideurs.

  • 5 Au sein d’une production considérable on peut retenir notamment Maurice Barbier, La laïcit (...)
  • 6 Pour un survol rapide de l’union Européenne, Gerhard Robbers (dir.), Staat und Kirche in d (...)

5Le Colloque dont est issu le présent ouvrage n’avait pas pour ambition de traiter du problème de la laïcité dans son ensemble, sur laquelle on dispose désormais de nombreux ouvrages5, mais simplement, en s’arrêtant sur les points de vue français, italien et du Saint-Siège, d’ouvrir un débat à partir de conceptions et d’enjeux très différents. Car le concept même de laïcité présente la particularité de ne pas recouvrir les mêmes réalités d’un pays à l’autre en Europe6. Le mot même n’existe pas en anglais, et Guy Haarscher souligne le piège de la formule de ideological secularism ; si en français et en italien les deux termes sont très proches, laïcité et laicità sont bien, comme le rappelle Émile Poulat des faux amis par excellence, presque le même mot pour recouvrir des réalités différentes. L’approche sémantique est piégée. Comme le note Guy Haarscher, « le terme sonne français ».

6Les débats d’aujourd’hui montrent combien le thème de la laïcité est abordé trop souvent avec passion, et la passion ne permet pas d’avancer ni de rapprocher des points de vue. C’est le mérite de ce Colloque d’avoir permis un vrai débat, même si la passion n’en a jamais été complètement éloignée, comme en témoigne l’intervention de Gian Enrico Rusconi sur la laïcité face à la bioéthique, qui aborde un problème difficile et douloureux, qui sera très certainement l’un des grands problèmes de société des années à venir : la question de la vie et de la mort, et celle des recherches génétiques qui touchent à la bioéthique.

  • 7 On pourra se reporter pour une vision générale des évolutions à René Rémond, Religion et s (...)
  • 8 Voir à ce sujet Marcel Gauchet, Le désenchantement du monde, Paris, Gallimard, 1985.

7Toute la difficulté, pour parler de laïcité, c’est qu’il n’y a pas une définition simple, ni surtout commune. Si aujourd’hui tous les pays d’Europe, au terme d’un long processus de sécularisation de la société et de la culture7, voire de « sortie de la religion » selon la formule de Patrick Cabanel8, s’accordent sur les mêmes principes d’autonomie de l’État par rapport au religieux, il reste à définir la place de celui-ci dans la société civile et sa reconnaissance par les États, pour éviter le triomphe du vide, « un désert de valeurs » comme le dit Roger Fauroux, dans une société émiettée, avec des religions renvoyées à la seule sphère privée et des États qui ne fournissent ni valeurs ni normes morales communes à tous les citoyens.

8C’est pourquoi il faut revenir à l’histoire, et de ce point de vue le parallèle entre la France et l’Italie est très éclairant. L’Italie qui s’est construite au cours du Risorgimento contre l’Église, et qui a connu un anticléricalisme de combat (pensons à l’Inno a Satana de Giosuè Carducci), offre aujourd’hui un exemple original en Europe de vécu du religieux dans l’espace public. Pourtant parler de laïcité à un Italien est toujours un exercice délicat, car le mot laicità n’exprime pas la même réalité qu’en France. Il renvoie en effet plutôt au débat politique intérieur, qui tend à distinguer les partis d’inspiration chrétienne et ceux qui sont éloignés d’une telle inspiration, de droite ou de gauche, reproduisant jusqu’à aujourd’hui l’ancienne division structurelle entre les Guelfes et les Gibelins. Au-delà des mots qui n’ont pas le même poids ni le même sens de part et d’autre des Alpes, la société italienne est bien une société laïcisée, mais qui ne connaît pas la culture de la séparation entre le religieux et le temporel qui caractérise d’une manière si exacerbée la société française. La sphère publique reconnaît sa place à la sphère religieuse, tout en s’en distinguant clairement (la double liberté de l’Église et de l’État chère à Cavour), mais en se situant l’une par rapport à l’autre, donnant naissance ainsi à un système complexe, sans céder à une quelconque pathologie laïque.

9Sans doute peut-on y voir l’influence exercée sur la classe dirigeante démocrate chrétienne italienne, particulièrement au moment de la reconstruction démocratique du pays de la fin des années 1940 aux années 1960, par Jacques Maritain. Sa fameuse distinction entre l’agir en chrétien ou en tant que chrétien, a imprégné les laïcs catholiques qui se trouvaient en charge de l’État et les a conduit à refuser l’invocation de Dieu dans la Constitution de la République et à récuser toute tentation (malgré leur victoire électorale écrasante d’avril 1948) de réaliser un État catholique ; elle a influencé aussi bien des laïcs engagés dans les mouvements d’Action Catholique et des clercs qui, comme Mgr Montini, futur pape Paul VI, allaient conduire l’Église à prendre des distances par rapport à l’action politique directe.

  • 9 Andrea Riccardi, Roma « città sacra » ? Dalla Conciliazione all’operazione Sturzo, Milano, (...)
  • 10 Jean-Dominique Durand, « L’Église catholique, le concordat et la constitution italienne », (...)
  • 11 Silvio Ferrari (dir), Concordato e costituzione. Gli accordi del 1984 tra Italia e Santa S (...)

10Sur le plan institutionnel, l’Italie ne connaît pas le régime de séparation : les relations entre l’Église et l’État sont régies par un concordat, et ce principe est inscrit depuis 1947 dans la Constitution républicaine. Le concordat fut signé en 1929 avec l’État fasciste ; il donnait une situation très privilégiée au catholicisme, religion d’État et reconnaissait le « caractère sacré de Rome »9. En contradiction avec plusieurs principes établis par la Constitution et avec l’évolution de la société10, il a été rénové en 1984 pour gommer tous les aspects de type théocratique, tout en reconnaissant que « les principes du catholicisme font partie du patrimoine historique du peuple italien »11. L’État a également signé des accords avec d’autres religions. Mais il ne faut jamais oublier deux faits évidents mais qu’il est utile de rappeler : 1) Rome est la capitale de l’Italie mais aussi de la catholicité, et le pape est avant tout évêque de Rome ; 2) le catholicisme, très majoritaire dans la population, jouit d’une structure ecclésiale (diocèses, paroisses, congrégations, œuvres, organisations de laïcs…) dense, très présente dans la société, dans un pays où l’État est traditionnellement faible. L’Église bénéficie de la possibilité qu’ont les contribuables de reverser 8 pour mille de leur impôt sur le revenu aux Églises ou à des organismes humanitaires reconnus par l’État, ou à l’État lui-même : massivement, c’est à dire 87 % des contribuables en 2000, les Italiens même détachés de la foi, préfèrent orienter leur versement vers l’Église catholique plutôt que vers les services de l’État : la Conférence Episcopale Italienne a ainsi reçu en 2003 la somme record de un milliard et 16 millions d’euros au titre de l’année fiscale 2000. Grâce à cette manne celle-ci a les moyens de faire fonctionner tous ses réseaux d’œuvres et même d’apporter une aide très significative aux Églises des pays pauvres. Elle occupe une place majeure dans la société, et les débats publics (sur l’école, la famille, l’éthique, la paix, l’immigration par exemple) sont en bonne partie structurés par les prises de position du Pape, de la Conférence épiscopale ou de tel évêque.

11C’est là que la laïcité italienne apparaît sans complexe devant la religion : un régime de concordat qui reconnaît la liberté de l’État et celle de l’Église, et bien entendu la liberté religieuse, une société fortement sécularisée notamment au plan des mœurs (il suffit d’observer l’effondrement des taux de fécondité et de natalité), mais qui nourrit pour le religieux un profond intérêt et d’une manière générale du respect. En témoignent les journaux italiens qui, quelle que soit leur orientation politique, consacrent une place considérable aux activités du Pape et aux questions religieuses ; en témoigne, parmi bien d’autres exemples, le grand Jubilé de l’an 2000, où l’on a pu voir, à Rome précisément, tout un peuple communier à l’événement, un événement qui a duré plus d’un an, qui a été pourtant porteur pour les habitants de bien des contraintes, et dans l’organisation duquel les pouvoirs publics, de la Commune à l’État, se sont pleinement impliqués.

12Des crispations de type laïciste apparaissent ici et là, mais dans l’ensemble, l’Italie a su passer en un siècle, du régime anticlérical issu du Risorgimento, construit contre la Papauté, exprimant un laïcisme dur face à un cléricalisme intransigeant, comme le rappelle Pietro Scoppola en évoquant « la laïcité dans la culture italienne », à une laïcité confessionnelle avec le concordat de 1929 et une interprétation stricte de celui-ci dans les années 1950, à un système ouvert, sans complexe vis à vis des réalités religieuses qui jouent pleinement leur rôle dans la société. En cela on peut parler d’un modèle italien de laïcité, pragmatique, qui s’est affirmé peu à peu, à travers différentes strates d’accords et d’arrêts rendus par la Cour Constitutionnelle, comme le montre très clairement Francesco Paolo Casavola. Giuseppe Dalla Torre parle du « dévoilement » progressif de la laïcité de l’État au cours de ces cinquante dernières années à travers l’expérience juridique italienne, et il va jusqu’à parler d’un « caractère prophétique » de la solution italienne.

  • 12 Voir Gilles Kepel, À l’Ouest d’Allah, Paris, Seuil, 1994.

13En France, la laïcité a été comme dans l’Italie qui construisait son unité politique, un combat, mais elle a gardé jusqu’à aujourd’hui ce caractère. Les grands débats de ces dernières années se sont organisés autour de la question laïque et toujours avec passion : la commémoration du baptême de Clovis, baptême du Roi ou de la Nation ?, et le voyage à Reims de Jean-Paul II en septembre 1996, les problèmes liés à l’Islam12, la question de l’école. Seule la laïcité, liée à l’école, semble pouvoir faire descendre les Français dans la rue en masse, en 1984 pour défendre la liberté scolaire, en 1994 en sens inverse, pour protester contre de nouvelles aides prévues par le Gouvernement en faveur des écoles privées qui sont à 95 % catholiques.

  • 13 Émile Poulat, La solution laïque, op. cit., pp. 44-46.
  • 14 Voir par exemple Albert Samuel, La laïcité. Une exigence pour la paix, Lyon, Chronique Soc (...)
  • 15 Cité par Jean-Marie Mayeur, Des partis catholiques à la Démocratie chrétienne XIX°-XX° siè (...)
  • 16 Jean Lecanuet, Le combat pour l’idée, Paris, 1994. Voir Jean-Dominique Durand, « Le Mouvem (...)

14Et pourtant la laïcité semble bien avoir trouvé en France un équilibre et elle bénéficie d’un véritable consensus : « la laïcité, nous baignons dedans » écrit Émile Poulat qui ajoute « notre laïcité a longtemps choqué les catholiques par son visage sectaire ; ils ignorent souvent qu’elle a aussi une face débonnaire »13. Les Français ont adopté le régime de séparation de l’État et des Églises et se sentent profondément laïcs, au point de brandir l’étendard de la laïcité en confondant parfois laïcité et séparation des Églises et de l’État, et souvent en faisant de la laïcité à la française un modèle qui pourrait seul garantir la paix civile et la démocratie, comme si les autres pays d’Europe n’avaient pas trouvé leur équilibre social et religieux et n’étaient pas démocraties politiques14. La laïcité est donc bien une passion française en même temps qu’un ciment de l’identité nationale et de la République qui s’affirme « laïque » dès le Préambule de la Constitution de 1946 – préparée par une majorité constituée par les partis de gauche, socialiste et communiste et par un puissant parti démocrate chrétien, le Mouvement Républicain populaire – repris dans la Constitution de la Vème République en 1958. La France cultive une culture de la séparation du religieux et du politique. Au temps du Ralliement, Émile Keller écrivait au cardinal Lavigerie : « En France on n’admet à aucun degré l’intervention du clergé dans le domaine politique. Non seulement les républicains ne tolèrent pas que le clergé patronne un candidat quel qu’il soit ; mais les conservateurs eux-mêmes ne l’admettent pas davantage, et les meilleurs députés perdraient toutes les chances de succès, s’ils se plaçaient sous la protection de leurs évêques ou de leurs curés »15. Une centaine d’années plus tard, en 1979, Jean Lecanuet résumait ce point de vue : « Qu’une action politique essaie de s’inspirer des valeurs fondamentales du christianisme et se réfère à la pensée démocratique d’inspiration chrétienne, certes oui ! Mais en France, compte tenu de notre Histoire, il n’est pas dans notre tradition de prendre le christianisme comme étendard politique »16.

  • 17 Un important colloque a été organisé à Rennes en septembre 1999 dans le cadre du Congrès d (...)

15C’est qu’au cours d’une histoire conflictuelle, la laïcité a trouvé un système d’application nuancé comme le montre bien Alain Christnacht qui revient ici sur la loi de 1905 et sur sa mise en œuvre. Entre ses ancrages historiques, les contraintes politiques et sociales à laquelle elle a été confrontée au cours du siècle, la laïcité à la française a connu bien des inflexions et a trouvé sa propre pacification17.

  • 18 Guy Bedouelle, Jean-Paul Costa, Les laïcités à la française, Paris, PUF, 1998.
  • 19 Nicolas Sarkozy, Interview dans Le Monde des Religions, cit.

16Au-delà des apparences, les positions française et italienne se sont finalement singulièrement rapprochées, à partir de matrices culturelles et philosophiques et des modèles d’État très différents, autour du concept de « légitime et saine laïcité », selon la formule de Pie XII. La laïcité française, en se dégageant du laïcisme, la laïcité italienne en se dégageant du cléricalisme, alors que l’un se réfère explicitement à la laïcité dans sa constitution, et que l’autre s’appuie sur l’interprétation pour « la déduire en tant que principe constitutionnel suprême », comme l’observe Francesco Paolo Casavola. Les deux pays se retrouvent autour d’un principe équilibré, soutenant, selon la définition de Giuseppe Dalla Torre, « le projet d’un droit apte à conjuguer unité et diversité ». De son côté, le cardinal Jean-Louis Tauran, alors Secrétaire du saint-Siège pour les rapports avec les États, dans une conférence à l’Académie des Sciences morales et politiques, le 12 novembre 2001, a montré comment les relations entre l’Église et l’État en France sont passées « de la séparation imposée à l’apaisement négocié ». À travers des statuts différents, en Alsace-Moselle, en Polynésie, en Nouvelle-Calédonie, à saint-Pierre et Miquelon, en Guyane, elles ont évité l’uniformisation laïque18 : ainsi le Président de la République française est-il le seul chef d’État de l’Union européenne à nommer des évêques catholiques (à Strasbourg et à Metz) ! L’organisation depuis février 2002, de rencontres au plus haut niveau entre le gouvernement français et l’Église catholique d’une part, et d’autre part la mise en œuvre d’un Conseil français du Culte musulman et des Conseils régionaux du Culte musulman, sous l’impulsion du ministre des Cultes, le rapport de Régis Debray sur l’enseignement du fait religieux, remis au ministre de l’Éducation nationale en mars 2002, montrent que la frilosité devant les questions religieuses appartient bien au passé. Du point de vue de l’administration, note Vianney Sevaistre, « le contenu de la laïcité, par les droits et les devoirs des fidèles et de l’administration, a évolué et permet aux religions traditionnelles de s’insérer dans le paysage national ». Cependant, certaines formes d’« intégrisme laïque »19 et des raidissements ne sont pas impossibles comme en témoigne en 2001 la perquisition de l’Officialité de Lyon, qui entraîna la mise en garde du cardinal Louis-Marie Billé : « c’est la liberté de culte qui est en jeu ».

  • 20 Giuseppe Dalla Torre, Europa. Quale laicità ?, Cinisello Balsamo, San Paolo, 2003. Sur la (...)

17Ce double mouvement français et italien qui tend à rapprocher les deux pays, s’observe aussi au plan européen. Ainsi Mgr Roland Minnerath, Professeur à l’Université de Strasbourg et Consulteur de la Secrétairerie d’État, observe-t-il : « derrière les processus particuliers de sécularisation et les philosophies qui les ont accompagnés, des principes et des normes se sont dégagés qui forment aujourd’hui le patrimoine juridique commun des Européens et la base du droit européen en la matière ». C’est que, comme le souligne le père Bernard Ardura, la laïcité est née du christianisme et le principe de laïcité est un élément caractéristique de l’identité européenne qui plonge ses racines dans le christianisme20. La formule de Jésus, « rendez à César ce qui est à César et à dieu ce qui est à Dieu » (Matthieu, 22, 21) a profondément marqué toute l’évolution de l’Europe, un continent qui constitue l’espace dans le monde le plus dense en rencontres entre les traditions culturelles : là est l’âme de l’Europe, dans la trame d’unité et en même d’ouverture à l’universel fournie par le judéo-christianisme.

  • 21 Soheib Bencheikh, Marianne et le prophète. L’Islam dans la France laïque, Paris, Grasset, (...)

18C’est pourquoi la nouvelle présence de l’Islam ouvre des perspectives neuves et encore en mouvement, obligeant la laïcité à s’adapter à une culture différente, mais obligeant aussi cette dernière à s’adapter à des conditions de pluralisme qui lui étaient jusqu’ici inconnues : lorsque l’on pense que l’Islam était pratiquement absent de France métropolitaine au moment de la loi de séparation en 1905, on mesure l’ampleur du changement introduit par son développement récent21. La contribution de Cheikh Khaled Bentounès témoigne de ce point de vue de ce que peut apporter un Islam ouvert et tolérant, dans une lecture optimiste opposée à l’islamisme intégriste.

  • 22 Émile Poulat, Notre laïcité publique, op. cit., p. 15.

19Régis Debray a parlé du passage d’une laïcité de « l’incompétence » (le religieux ne concerne pas l’État) à une laïcité de « l’intelligence » (l’État a le devoir de comprendre le fait religieux). La laïcité serait alors un état d’esprit, comme le pensait le général de Gaulle cité par Émile Poulat : « à moins que l’État ne soit ecclésiastique, je ne vois pas qu’il puisse être être autre chose que laïque… Toute la question est de savoir comment, dans quel esprit »22.

20La laïcité est un problème historique et philosophique, juridique et politique, culturel surtout. C’est pourquoi ce colloque de Rome a voulu se caractériser d’abord par la diversité des disciplines des intervenants (politiques, hauts fonctionnaires, historiens, philosophes, juristes, sociologues), par la diversité de leurs origines nationales et religieuses. De ce point de vue, cette rencontre a été aussi une rencontre interreligieuse. Là est l’ambition de ce livre : offrir une méthode d’approche d’un grand problème de notre temps aux profondes racines historiques, à travers une approche comparatiste, interdisciplinaire et interreligieuse.

Notes

1 Sur la loi de 1901, un colloque a été organisé par Jacqueline Lalouette et Jean-Pierre Machelon en 2001 à Paris, et publié sous le titre Les Congrégations hors la loi ? Autour de la loi du 1° juillet 1901, Paris, Letouzey et Ané, 2002. Parmi les colloques dont les Actes sont en cours d’édition : « Le grand exil des Congrégations françaises 1901-1914 », Lyon, 12-14 juin 2003, sous la direction de Patrick Cabanel et Jean-Dominique Durand, « Les Congrégations religieuses et la société française : d’un siècle à l’autre », Paris, 17-18 octobre 2003, sous la direction d’Henri Vignau. Un autre colloque est en préparation à Lyon : « La séparation des Églises et de l’État. Les hommes et les lieux », prévu les 23 et 24 janvier 2004, sous la direction de Jean-Pierre Chantin et Daniel Moulinet.
Il convient de noter aussi sur le terrain de la formation aux problèmes liés à la laïcité et aux faits religieux, la mise en place sous l’égide du philosophe Régis Debray de l’Institut Européen en Sciences des Religions, l’élaboration à Lyon, sous la direction de Denis Pelletier, d’un programme de formation destiné principalement aux enseignants en 2003-2004, sur « Laïcité et faits religieux aujourd’hui », la création à l’Université d’Aix-Marseille III d’un Diplôme universitaire intitulé « Laïcité, Droit des cultes et des associations religieuses » dirigé par Blandine Chélini-Pont. Il ne s’agit ici que de rappeler quelques exemples d’initiatives récentes sans prétendre à l’exhaustivité.

2 Marcel Gauchet, La religion dans la démocratie. Parcours de la laïcité, Paris, Gallimard, 2002, et surtout la somme d’Émile Poulat, Notre laïcité publique, Paris, Berg international, 2003, qui vient approfondir ses deux ouvrages précédents Liberté Laïcité. La guerre des deux France et le principe de la modernité, Paris, Cerf, 1987 et La solution laïque et ses problèmes, Paris, Berg International, 1997. Des réflexions stimulantes dans Guy Bedouelle, Henri-Jérôme Gagey, Jérôme Rousse-Lacordaire, Jean-Louis Souletie (dir.), Une République des religions. Pour une laïcité ouverte, Paris, Ed. de l’Atelier, 2003. Pour une approche plus militante, voir Henri Pena-Ruiz, Qu’est-ce que la laïcité ?, Paris, Gallimard, 2003. Ce dernier a publié également une anthologie de documents, La laïcité, Paris, Garnier-Flammarion, 2003. Un autre précieux recueil de documents commentés : Yves Lequin (dir.), Histoire de la laïcité, Besançon, CRDP, 1994.

3 On se reportera à la belle thèse d’André Lanfrey, Sécularisation, séparation et guerre scolaire. Les catholiques français et l’école (1901-1914), Paris, Cerf, 2003, et à la synthèse de Christian Sorrel, La République contre les Congrégations. Histoire d’une passion française 1899-1904, Paris, Cerf, 2003. Il est impossible de donner ici des références bibliographiques complètes. Je me contente de renvoyer à un classique, Jean-Maris Mayeur, La question laïque XIXème-XXème siècle, Paris, Fayard, 1997, et à une étude plus récente, Jacqueline Lalouette, La République anticléricale XIXème-XXème siècles, Paris, Seuil, 2002.

4 Voir le livre d’entretiens publié par Nicolas Sarkozy, ministre de l’Intérieur, Une espérance commune : les religions dans la République, Paris, Cerf, 2003, et son interview dans le numéro 1 du magazine Le Monde des religions, septembre – octobre 2003, pp. 66-69.

5 Au sein d’une production considérable on peut retenir notamment Maurice Barbier, La laïcité, Paris, L’Harmattan, 1995, Jean Baubérot, Vers un nouveau pacte laïque ?, Paris, Seuil, 1990, Guy Haarscher, La laïcité, Paris, PUF, 1996.

6 Pour un survol rapide de l’union Européenne, Gerhard Robbers (dir.), Staat und Kirche in der Europaïschen Union, Baden-Baden, Nomos, 1996 (édition italienne en 1996 à Milan, par Giuffré editore), ou Jean Baubérot (dir.), Religions et laïcité dans l’Europe des douze, Paris, Syros, 1994.

7 On pourra se reporter pour une vision générale des évolutions à René Rémond, Religion et société en Europe. Essai sur la sécularisation des sociétés européennes aux XIX° et XX° siècles, Paris, Seuil, 1998 et à Daniele Menozzi, La Chiesa cattolica e la secolarizzazione, Torino, Einaudi, 1993, sans négliger les articles contenus dans des ouvrages collectifs comme Giorgio Campanini et Paolo Nepi (dir.), Cristianità e modernità. Religione e società civile nell’epoca della secolarizzazione, Roma, AVE, 1992, et Pierre Colin (dir.), Les catholiques français et l’héritage de 1789. D’un centenaire à l’autre 1889-1989, Paris, Beauchesne, 1989.

8 Voir à ce sujet Marcel Gauchet, Le désenchantement du monde, Paris, Gallimard, 1985.

9 Andrea Riccardi, Roma « città sacra » ? Dalla Conciliazione all’operazione Sturzo, Milano, Vita e pensiero, 1979.

10 Jean-Dominique Durand, « L’Église catholique, le concordat et la constitution italienne », in Rivista di Scienze Religiose, 1990, pp. 407-424. Une anthologie des débats sur le concordat : Mario Cordero (dir.), L’autunno del concordato. Chiesa cattolica e stato in Italia : il dibattito politico (1929-1977), Torino, Claudiana, 1977.

11 Silvio Ferrari (dir), Concordato e costituzione. Gli accordi del 1984 tra Italia e Santa Sede, Bologna, Il Mulino, 1985 ; Vittorio Leonzio (dir.), Il nuovo concordato tra Stato e Chiesa in Italia, Roma, Logos, 1984.

12 Voir Gilles Kepel, À l’Ouest d’Allah, Paris, Seuil, 1994.

13 Émile Poulat, La solution laïque, op. cit., pp. 44-46.

14 Voir par exemple Albert Samuel, La laïcité. Une exigence pour la paix, Lyon, Chronique Sociale, 1997.

15 Cité par Jean-Marie Mayeur, Des partis catholiques à la Démocratie chrétienne XIX°-XX° siècles, Paris, Colin, 1980, p. 89.

16 Jean Lecanuet, Le combat pour l’idée, Paris, 1994. Voir Jean-Dominique Durand, « Le Mouvement Républicain Populaire ou la Démocratie chrétienne à la française », in Les familles politiques en Europe occidentale au XXème siècle, Rome, EFR, 2000, pp. 247-267.

17 Un important colloque a été organisé à Rennes en septembre 1999 dans le cadre du Congrès de l’Association Française de Science politique, qui reprend ce thème si important de l’adaptation de la laïcité. Les Actes en ont été publiés en 2001 : Jean Baudouin et Philippe Portier (dir.), La laïcité. Une valeur d’aujourd’hui ? Contestations et renégociations du modèle français, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2001.

18 Guy Bedouelle, Jean-Paul Costa, Les laïcités à la française, Paris, PUF, 1998.

19 Nicolas Sarkozy, Interview dans Le Monde des Religions, cit.

20 Giuseppe Dalla Torre, Europa. Quale laicità ?, Cinisello Balsamo, San Paolo, 2003. Sur la question des racines chrétiennes de l’Europe, voir Lorenzo Leuzzi et Cesare Mirabelli (dir.), Verso una Costituzione europea, Lungro di Cosenza, Marco, 2003.

21 Soheib Bencheikh, Marianne et le prophète. L’Islam dans la France laïque, Paris, Grasset, 1998.

22 Émile Poulat, Notre laïcité publique, op. cit., p. 15.

© LARHRA, 2003

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search