Version classiqueVersion mobile

Penser l’histoire religieuse au xxie siècle

 | 
Yves Krumenacker
, 
Raymond A. Mentzer

La prosopographie des réguliers :
pour l’interopérabilité des bases de données.
Retour sur expérience

Prosopography of regulars: for database interoperability. Return on experience

Bernard Hours

Résumé

L'approche prosopographique peut renouveler la compréhension de l'histoire des religions en introduisant la notion de cursus et de carrières dans une historiographie nourrie par une approche sociologique, par une analyse de la gouvernance institutionnelle ou économique, ou par l'histoire de la spiritualité.
De nombreuses études ont accumulé des données plus ou moins structurées, collectées de manière plus ou moins systématique et qui restent plus ou moins accessibles à la communauté scientifique. Nous sommes donc confrontés à l'hétérogénéité et à la dispersion des données.
Plusieurs projets sont déjà en cours pour tenter de remédier à cette situation. En France, dans le cadre du LARHRA, Bernard Hours pilote le projet Monastica. Il permettra de recueillir des données sur les carmélites françaises, sur les moniales de plusieurs ordres qui vivaient dispersés sur une vaste zone allant de l'Italie du Nord aux Pays-Bas espagnols, puis autrichiens du xvie au xviiie siècle, et enfin les moines cisterciens au début de la période moderne.
La carrière d'une nonne ou d'un moine se décompose en étapes obligatoires (postulat, vêture, noviciat, vœux) et comprend souvent l'exercice de diverses fonctions perpétuelles ou à durée déterminée, selon des procédures de désignation variables. Elle a lieu au sein de l'institution, mais elle peut se dérouler également au niveau provincial ou au niveau de l'ordre dans son ensemble. Elle peut donc conduire à une mobilité géographique plus ou moins grande. De plus, dans certains pays et à certaines époques, les nonnes ou les moines ont pu connaître l'expérience de l'exil.
Une réflexion sur la modélisation des données prosopographiques a déjà été menée dans le cadre de l’ontologie du projet symogih.org. Le défi de l'intégration du projet au sein du consortium Data for History est d'aligner le modèle existant sur la norme CIDOC CRM afin de faciliter l'interopérabilité entre les différents projets traitant du même problème historiographique. L'utilisation du CIDOC-CRM offre la possibilité de faire converger les approches au sein du consortium Data for History et de son groupe dédié à la prosopographie. En effet, l'extension du CIDOC CRM pour le monde social, dans lequel le LARHRA s'implique activement, permettra d'avoir une ontologie standard grâce à laquelle les données sur les carrières monastiques et religieuses peuvent être alignées.

Texte intégral

1L’objet de cet article est de présenter à la fois une expérience et un projet d’histoire religieuse numérique, développé au sein du Pôle histoire numérique (PHN) de l’UMR 5190 LARHRA, à Lyon. Ce projet voudrait aussi déboucher sur une proposition qui aurait encore pu paraître irréaliste et d’un intérêt limité il y a quelques années, mais qui n’est plus désormais qu’une ambition exigeante. Elle outrepasse les capacités d’un chercheur et déborde le cadre d’une équipe telle que le PHN, car elle appelle des synergies. Mais il est désormais possible d’envisager, grâce au développement du web sémantique, l’élaboration d’un modèle standard pour la réalisation de bases de données prosopographiques interconnectées sur les ordres et congrégations religieuses, en Europe et, pourquoi pas, all around the world.

Du traitement de texte au modèle conceptuel de données, sans intermédiaire

2Au-delà de ce propos, nous voudrions simplement évoquer un enjeu plus fondamental, et notre position à ce sujet. La vraie question est celle de l’acculturation de l’historien aux méthodes numériques. Cet enjeu est-il durable ? Son urgence sera forcément réduite à moyen terme dans la mesure où l’enseignement du code et de la programmation fait désormais partie des programmes d’enseignement avant l’université, mais tous les étudiants n’y auront pourtant pas été formés de la même façon en amont et l’enjeu demeurera, quoique concernant un nombre moins important d’individus. Mais peut-on envisager que, de manière durable, cohabitent des historiens « numériques » et des historiens « analogiques » ? À cette éventualité dont on perçoit sans difficulté tous les risques de déclassement qu’elle ferait courir aux seconds, on peut apparemment répondre que la solution est dans une collaboration harmonieuse entre historiens dont la finalité du travail doit rester l’écriture du discours historique et ingénieurs qui leur facilitent le travail en mettant à leur disposition les outils numériques. C’est encore la position actuelle des autorités académiques de la recherche historique en France et elle est pertinente jusqu’à un certain point. Elle peut cacher cependant un double aveuglement étonnant. D’une part, pour que la collaboration, au demeurant indispensable, entre ingénieur et historien fonctionne, il faut que l’historien comprenne les attentes de l’ingénieur et l’ingénieur celles de l’historien, autrement dit que l’historien connaisse les méthodes numériques et l’ingénieur les méthodes de l’historien. D’autre part, il paraît évident que nous ne disposons pas encore du modèle économique viable qui permettra de recruter autant d’ingénieurs que la recherche en histoire le nécessiterait ; on imagine mal d’ailleurs que l’horizon s’éclaircisse à moyen terme faute d’une volonté politique forte. En revanche, faire converger les deux formations n’est pas une utopie, comme le démontrent les succès de certaines qui existent déjà, notamment au niveau du Master, et qu’il n’y a pas lieu de recenser ni présenter ici.

  • 1 Claire Lemercier et Claire Zalc, Méthodes quantitatives pour l’historien, Paris, La Découverte, 20 (...)
  • 2 http://symogih.org/

3L’auteur de ces lignes doit également le confesser au préalable, il n’est pas du tout « digital native ». Sa formation d’historien (jusqu’à la soutenance de thèse) s’est achevée au tout début des années 90, alors que la micro-informatique avait déjà largement gagné la communauté historienne. Cependant, jusqu’à la fin des années 2000, il ne l’utilisait guère que pour des tâches de bureautique basique. Par exemple, il n’a jamais - horresco referens ! - construit de base de données à l’aide d’un tableur, alors même qu’un manuel qui en prônait et en prône toujours l’usage est devenu une référence dans la « communauté » historienne en France1. Ses travaux n’ayant recours qu’occasionnellement à des données sérielles et encore de volume fort modeste, le tableur ne résonnait pas pour lui comme un impératif catégorique. Comme bien des historiens de sa génération, il n’avait pas pris le tournant numérique, et avec une certaine mauvaise foi et une paresse certaine, il se demandait s’il valait bien la peine d’investir tant de temps et d’énergie dans des méthodes qui finalement, aboutissaient au même résultat : l’historien n’était pas évalué sur ses compétences numériques et sur ses bases de données, mais sur sa production écrite selon un académisme qui se porte aujourd’hui mieux que jamais. De plus, on ne pouvait échapper au constat qu’une partie de l’effort avait été réalisée à perte : combien de bases de données réalisées en local (miracle et en même temps mirage méthodologique de la micro-informatique) et définitivement inutilisables, y compris par leur auteur, pour différentes raisons, à commencer par une conception liée exclusivement à une problématique de recherche ? L’apparition des sites de publication a constitué un incontestable progrès, mais ils ne résolvaient pas nécessairement la question de la réutilisation des données pour d’autres recherches. Mon intérêt pour les méthodes numériques est né avec la rencontre des collègues du PHN du LARHRA. Dans la deuxième moitié des années 2000, ils se posaient une question à la fois évidente et terriblement ambitieuse : comment élaborer une méthode de construction des bases de données en histoire, adaptée à n’importe quel objet de recherche, à un travail d’équipe collaboratif et cumulatif, donnant libre accès à la réutilisation des données pour d’autres projets de recherche, et donc interopérables avec les données stockées dans le cadre d’autres projets ? Ainsi est né le projet symogih.org (système modulaire de gestion de l’information historique) porté par le PHN du LARHRA2. L’expression « révolution numérique » prenait un tout autre sens… et exhalait l’entêtant parfum de l’utopie : une méthode commune parce que générique, des entrepôts de données interconnectés grâce aux ressources du web sémantique. Mais plus les années passaient, plus l’utopie devenait réalité (elle anticipait seulement les principes FAIR désormais exigés par les structures de recherche qui ont adhéré au Plan S), juste un chantier – dantesque mais tellement stimulant ! – pour lequel les compétences historiennes étaient indispensables, que seules des compétences historiennes associées à une robuste culture numérique pouvaient piloter. En tant qu’historien, j’ai été d’emblée convaincu de la nécessité de réfléchir à une structuration rigoureuse des données, garantie de leur interopérabilité, et donc à la modélisation générique de l’information historique. Modélisation non pas a priori et in abstracto, mais à partir des sources, du matériau sur lequel repose l’activité de l’historien, quel que soit son projet de recherche. D’emblée ma participation au projet a consisté à réfléchir aux modèles conceptuels de données indispensables aux projets de recherche inscrits dans cette dynamique.

Le projet : une prosopographie des Carmélites françaises

  • 3 Stéphane-Marie Morgain, Pierre de Bérulle et les Carmélites de France, Paris, Cerf, 1995.
  • 4 Jean-Baptiste Eriau, L’ancien Carmel du Faubourg Saint-Jacques 1604-1792, Paris, J. de Gigord et A (...)
  • 5 Bernard Hours, Madame Louise, princesse au Carmel, Paris, Cerf, 1987.
  • 6 S.-M. Morgain, op.cit.

4Parmi eux, celui que je caressais paresseusement dans ma tête mais qui me paraissait irréaliste dans l’univers du papier, et qui résultait de mon expérience de recherche personnelle : la réalisation d’une prosopographie des religieuses carmélites françaises aux xviie et xviiie siècles. Il s’agit des religieuses de la réforme thérésienne, introduites en France en 16043. Elles ont implanté une soixantaine de communautés en une cinquantaine d’années, les fondations postérieures à 1660 se limitant à trois : Brive-la-Gaillarde, Trévoux et Alençon. Chaque communauté comprenait en moyenne une vingtaine de religieuses, conformément aux Constitutions de l’ordre qui fixaient un plafond à vingt-et-une. Mais quelques-unes ont pu abriter jusqu’à une quarantaine de membres voire plus, en raison soit de leur statut dans l’ordre, comme le Carmel de l’Incarnation à Paris4, soit de circonstances exceptionnelles comme le Carmel de Saint-Denis qui accueillit la plus importante cohorte des carmélites flamandes réfugiées en France à l’époque du joséphisme, au début des années 17805. Parmi ces fondations, quelques-unes ont tourné court comme Brive-la-Gaillarde, ou ont débouché sur un exil vers la Lorraine ou les Pays-Bas espagnols, en raison de tensions internes qu’il n’y a pas lieu d’examiner ici : c’est le cas du deuxième Carmel de Bordeaux ou encore des communautés de Saintes ou de Morlaix en 1626-16276. Comme l’ensemble des autres établissements réguliers, les carmels français ont été fermés au mois d’octobre 1792. Le choix de cet ordre offrait donc l’avantage de présenter une cohorte statistique importante, probablement entre 8 500 et 9 500 religieuses au total sur les deux siècles de l’Ancien Régime, dont le quart au moins est documenté individuellement non seulement par des registres d’entrée ou de décès, mais aussi par des sources narratives.

  • 7 Une exception par exemple, celle du Carmel de Metz, dont les deux registres conservés courent des (...)

5Dans l’optique d’une prosopographie, deux types de sources s’imposent avant tout autre. Les registres de vêture, de profession et de sépulture paraissent une évidence, puisqu’il s’agit en quelque sorte de « l’état-civil » des réguliers. Cependant leur conservation varie beaucoup selon les communautés. Certaines d’entre elles, rétablies après la Révolution, les avait conservés et les ont poursuivis jusqu’à nos jours ou jusqu’à leur fermeture récente. Mais la majorité des communautés n’ont pas survécu aux événements révolutionnaires et dans ce cas on ne possède généralement que le double des registres déposés au greffe de la juridiction royale la plus proche, en vertu de la déclaration royale d’avril 1736, applicable à partir du 1er janvier de l’année suivante. Dans ce cas, les registres, désormais conservés dans les séries H des Archives départementales, ne couvrent souvent que le tiers environ de la durée moyenne d’une communauté7.

  • 8 Jacques-Jules Grisard, Documents pour servir à l’histoire du couvent des carmélites de Notre-Dame (...)

6Prenons l’exemple du registre des vêtures et professions du Carmel de Notre-Dame de la Compassion fondé à Lyon sur les pentes de la colline de la Croix-Rousse en 16168 : le registre a été ouvert la même année et toutes les professions de la communauté, qui existe encore, ont été inscrites dans ce même registre depuis sa fondation. Les exemples photographiés ici montrent deux professions passées l’une, le 19 mars 1619 (p. 161, Acte de profession de Catherine Fromage) et l’autre du 24 août 1759 (p. 162, Acte de profession de Catherine Chaland).

7La formulation demeure identique, mis à part la référence aux brefs d’Alexandre VII et de Clément IX. Elle semble n’avoir ni attendu l’ordonnance de 1667 ni tenu compte de la déclaration de 1736 pour être définie. Les renseignements contenus sont identiques : noms religieux et civil, âge de la nouvelle professe, noms, domicile et qualité des parents, date de la cérémonie de vêture ; les signatures aussi (celles de la professe, de la supérieure et des officières, du supérieur de la communauté). Contrairement aux termes des actes royaux, ces professions ne sont pas signées des plus proches parents ou amis qui auront assisté à la cérémonie. En effet, au Carmel, la profession n’est pas publique et, en ce qui concerne la communauté de Lyon au moins, elle est la seule cérémonie inscrite dans le registre conservé. Le lendemain a lieu la cérémonie dite « du voile noir » au cours de laquelle la toute nouvelle professe reçoit son voile, cérémonie publique dont l’enregistrement, comme celui de la vêture, est contenu dans le cahier déposé au greffe de la sénéchaussée et conservé aux archives départementales. Le peu de soin avec lequel il est tenu, par rapport au registre des professions conservé par le carmel, est éloquent comme le montrent, p. 164, l’acte de profession de Catherine de La Colonge le 1er septembre 1738, et p. 165, l’enregistrement de la remise du voile noir à la même, le lendemain.

  • 9 Geneviève Baudet-Drillat, « Regards à l’intérieur d’une congrégation féminine : les Visitandines f (...)

8Les lettres circulaires nécrologiques constituent la deuxième source principale. La pratique est assez largement partagée par les communautés issues de la Réforme catholique, sous le nom plus fréquent d’« abrégé des vertus »9. Ces lettres rédigées officiellement par la prieure à la mort de chaque religieuse sont envoyées aux autres communautés de l’ordre pour demander les suffrages de l’ordre pour le salut de son âme. Le plus souvent manuscrites jusqu’aux années 1670, elles sont ensuite le plus généralement imprimées, semble-t-il en nombre supérieur à celui des communautés, ce qui tendrait à prouver que leur diffusion déborde les strictes limites de l’ordre. En même temps, elles sont de plus en plus bavardes, passant de deux/trois pages de petit format, à quatre cinq, certaines allant même, à la fin du xviiie siècle, jusqu’à huit pages imprimées dans un corps de petite taille en interligne simple. Quelques-unes se limitent à une annonce du décès accompagnée de la demande des « suffrages » de l’ordre, c’est-à-dire de prières pour la défunte. Néanmoins dès les premières, le plan est fixé. Après l’annonce du décès (la défunte étant désignée par son seul nom de religion, ses âges civil et de religion étant également précisés), vient le récit de sa vocation à l’occasion duquel la qualité du père ou plus globalement de la famille est parfois renseignée. La deuxième partie est consacrée à l’évocation de la piété, des dévotions et des vertus. Enfin, la circulaire s’attarde sur la dernière maladie et les circonstances du décès. Chacune de ces parties est amplifiée en même temps que les circulaires s’allongent, la seconde tendant à devenir la plus importante. Finalement, l’ensemble du texte ne livre que peu d’informations factuelles aisément modélisables pour aboutir à des données structurées. Le travail relève plutôt de l’annotation sémantique pour identifier et mobiliser facilement les passages intéressants. Cependant ces sources méritent d’être retenues dans une perspective prosopographique, pour deux raisons au moins. D’une part les séries de circulaires conservées à la bibliothèque nationale et dans les archives de quelques communautés permettent de compléter utilement les lacunes des registres de vêtures et professions conservés dans les dépôts publics. D’autre part, elles ouvrent la prosopographie à une dimension peu pratiquée ordinairement dans ce genre d’exercice : il ne s’agirait plus seulement de collectionner des profils longitudinaux, mais d’y ajouter une dimension descriptive du contenu de la source, renseignant autant sur la personnalité de la défunte que sur les orientations du discours.

9En associant les informations contenues dans les registres et dans les circulaires nécrologiques et afin d’établir des profils homogènes, on peut dresser une liste des rubriques de la prosopographie, certaines (marquées d’un astérisque) étant systématiquement renseignées, les autres non :

  • lieu et date* de naissance
  • origine sociale : noms du père et la mère, qualité du père, fratrie
  • entrée en religion* : date et lieu du début du postulat, de la vêture et de la profession, principaux acteurs de ces deux dernières cérémonies
  • offices et charges assurées durant la vie religieuse*
  • dévotions et pratiques de piété spécifiques*
  • maladies et problèmes de santé*
  • existence de lettres ou de productions écrites
  • production artistique ou artisanale
  • décès* : cause, date et lieu

La base de données

10À partir de ces rubriques, l’objectif était donc de construire une base de données répondant aux principes FAIR conformément aux exigences de plan de gestion de données formulées désormais par les diverses agences de recherche : trouvable par les moteurs de recherche, d’accès ouvert, interopérable avec d’autres bases, et dont les données soient réutilisables par d’autres chercheurs dans le cadre d’autres projets.

  • 10 Francesco Beretta, « L’interopérabilité des données historiques et la question du modèle : l’ontol (...)

11Le PHN du LARHRA a développé une base collaborative et cumulative, appelée Base d’Hébergement de Projets (BHP) pour laquelle a été développée de manière empirique une ontologie spécifique10. Elle apparaît sur la page d’accueil du site symogh.org (saisie d’écran suivante).

  • 11 L’objet historique « Acteur collectif » regroupe tout type de rassemblement ou d’organisation d’ac (...)
  • 12 Il s’agit aussi bien de fonctions sociales ou institutionnelles (profession, fonction) que de qual (...)

12Elle est fondée sur des classes d’objets indiquées ici par une flèche bleue (Acteur, Acteur collectif, Lieu, Objet abstrait, Caractère social, etc.) et des classes d’unité de connaissance reliées dans une arborescence, indiquées ici par une flèche rouge. Ces classes d’unités de connaissance sont de deux sortes : des types d’information et des types de contenu, dont les instances respectives sont des informations et des contenus. Par exemple, la profession de telle religieuse sera saisie comme une instance du type d’information « profession religieuse ». Une « information » est une unité de connaissance, validée par l’historien, un « contenu », une unité de connaissance telle qu’elle est donnée dans une source. Chaque unité de connaissance est formée de l’association d’objets (instances des classes de l’ontologie) via des rôles. Pour la présentation de mon projet, j’utiliserai une seule catégorie d’unités de connaissance (les informations) et au moins cinq classes d’objets : Acteurs, Acteur collectif11, Caractère social12, Lieu, Objet abstrait. Il faut encore préciser que toute unité de connaissance doit être sourcée et datée et que le système permet de gérer l’approximation de la date.

13La saisie d’écran suivante présente une page « Acteur ». Il s’agit de Françoise de Jésus, carmélite à Lyon, au tournant des xviie et xviiie siècles. Elle meurt en 1712 et l’on voit que sa date de naissance est associée à un petit « r » qui renvoie à « reconstituée » dans le champ « année de naissance » : je n’ai pas recherché pour l’instant le registre de baptême de sa paroisse de naissance, j’ai donc calculé la date à partir de l’âge indiqué à la fois sur son acte de décès au Carmel et dans sa lettre circulaire. Le degré de certitude de la date est renseigné : ici « certain » (les autres choix sont : reconstitué et postulé) et « exact » (les autres choix sont : jusqu’à (inclus), autour de, à partir de (inclus)).

14Le système permet de gérer les variantes du nom : dans le champ « liste des noms de l’acteur » on retrouve son nom et son prénom civils : « Vial » et « Françoise », ainsi que son nom de religion « Françoise » et « de Jésus » en apposition. Le « oui » indique que le nom standard retenu est le nom de religion. L’acteur ayant un même identifiant alphanumérique (Actr 26019), on peut le retrouver via toutes les variantes de son nom. En bas de la fenêtre, le champ « note » permet d’entrer du texte, par exemple une précision significative mais trop exceptionnelle pour justifier la création d’un nouveau type d’information.

15Enfin, on peut voir que cet acteur est associé à 13 informations. Voici la liste de ces informations, à laquelle on accède en cliquant sur le libellé « informations associées »

16Cette liste forme donc la base de la notice prosopographique de Françoise de Jésus. Elle pourra être complétée par autant d’informations nouvelles que nécessaire, par exemple toutes les circulaires nécrologiques qu’elle a signées. On y trouve dans l’ordre chronologique :

  • sa naissance
  • son appartenance à l’ordre de Notre-Dame du Mont-Carmel
  • sa vêture et sa profession
  • ses fonctions successives dans l’ordre de leur exercice : dépositaire, sous-prieure, prieure
  • les professions religieuses qu’elle a reçues en tant que prieure : Marie de Jésus et Marie-Anne de Jésus
  • sa mort.

17La colonne « type d’information » présente la liste des types d’information modélisés dans la base de données, dont chaque information enregistrée dans la colonne « libellé » représente une instance : 7 types d’information ont été utilisés, certains à plusieurs reprises, comme « Élection » ou « Exercice de fonction » qui l’ont été respectivement trois fois. La fiche de chacune de ces informations peut être ouverte en cliquant sur le libellé de l’information, afin d’en connaître le détail.

18C’est à ce niveau qu’il est opportun d’évoquer le travail de modélisation qui préside à chaque type d’information, de la qualité duquel dépendront l’interopérabilité et la possibilité de réutiliser les données. Seul l’historien spécialiste pourra effectuer cette modélisation. S’ils n’existent pas déjà dans la base, ces types d’informations sont élaborés selon les besoins de chaque nouveau projet. Le processus est donc de partir de la connaissance extraite de la source et de produire un type d’information générique dont elle sera une instance et qui pourra servir pour saisir des connaissances du même type dans le même ou dans d’autres projets.

19Prenons un exemple à partir du cas présenté ici, celui de Françoise de Jésus. D’après son acte de vêture qui marque le début de son noviciat, nous pouvons formuler la proposition suivante : « Françoise de Jésus reçoit l’habit religieux à Lyon en 1675 ». Cette proposition sera saisie dans la base par le type d’information « Vêture » qui porte l’identifiant TyIn76, comme on peut le constater dans la colonne « type d’information » de la vue précédente. Chaque nouvelle vêture sera une instance de ce type d’information.

20L’acte de vêture, comme l’acte de profession que nous avons vu tout à l’heure, nous donne les noms de la novice, de ses parents et de la prieure, celui du monastère, celui de l’ecclésiastique qui préside la cérémonie. Autant d’objets qui seront associés via des rôles, exprimés par des verbes à la forme active ou passive : « recevoir », « être présent », « être témoin », « être la destination ».

21Dans le site de visualisation du projet symogih.org (http://symogih.org/​), on trouve dans le champ « références » la liste de tous les types d’information. Sur la page du type « Vêture », on accède à sa modélisation sous la forme du modèle conceptuel de données suivant :

22Le cartouche central identifie le type d’information auquel des objets (cartouches rectangulaires) sont associés par des rôles (cartouches en amande) : des acteurs peuvent être associés selon cinq rôles différents selon leur statut dans la cérémonie ; la novice reçoit l’habit, la prieure ou une autre personne le lui remet, les parents sont présents, etc. Le monastère, mais aussi l’ordre, sont les destinataires de cette cérémonie qui marque l’entrée en religion de la religieuse. La cérémonie est localisée dans une ville. Tous les lieux saisis dans le Gazetteer du système d’information sont géo-référencés, ce qui permet l’établissement de cartes dès lors qu’une information est localisée.

Un exemple d’exploitation : la chrono-géographie des fondations carmélitaines françaises

  • 13 Jeanne de Jésus Séguier, Lettres à son frère, chancelier de France (1643-1668), présentées et anno (...)

23La réalisation de la prosopographie des carmélites françaises ne prend tout son sens qu’une fois le contexte institutionnel posé. C’est pourquoi, dès le début du projet, ont été créés dans la BHP l’ensemble des communautés carmélitaines françaises, c’est à dire celles d’abord placées sous la supériorité de l’Oratoire, puis sous les supérieurs locaux à partir de la réforme de la gouvernance par Alexandre VII13. Chaque carmel existe dans la base en tant qu’« Acteur collectif » doté de son identifiant alphanumérique comme chaque objet de quelque classe qu’il relève. Par exemple le Carmel d’Aix-en-Provence [voir p. 172].

24L’onglet « identification » de sa fiche nous renseigne sur le libellé de sa dédicace et sa variante usuelle, sur les terminus a quo et ad quem de son existence. Nous apprenons aussi, dans le champ supérieur gauche de la page, qu’il est associé à 108 informations : en effet non seulement il figure dans l’information de sa fondation, mais aussi dans toutes les informations de type « Vêture », « Profession », « Élection », « Exercice de fonction », « Décès » de toutes les femmes qui y ont passé partie ou totalité de leur vie religieuse.

25L’intérêt n’est pas seulement de pouvoir rattacher à chaque communauté tous les événements significatifs de la vie de chacune de ses membres. L’information « Création d’un acteur collectif » va nous permettre de construire non seulement la chronologie des fondations, mais les filiations entre les communautés « mères » et leurs « essaims ». Prenons encore comme exemple la vue de cette information pour le Carmel d’Aix-en-Provence.

26Nous sommes ici sur l’onglet « Rôles » qui nous indique les parties prenantes dans la fondation. Elles sont limitées ici aux acteurs carmélitains, c’est-à-dire les religieuses venues fonder (elles ont ici au nombre de cinq) et leur communauté d’origine (ici le Carmel de Marseille). Il sera possible d’ajouter, via un rôle spécifique ou non, d’autres acteurs : les fondateurs laïcs qui ont procuré bâtiments ou rentes, l’évêque qui a donné son accord, etc. Quant à la cérémonie de fondation elle-même, elle relèverait d’un autre type d’information donc d’une autre modélisation.

27Ainsi, chaque fondation étant localisée par un lieu lui-même géo-référencé, il sera possible de produire une visualisation cartographique, non seulement des localisations mais des relations entre communautés « mères » et « essaims ». Dans une équipe de recherche bien composée, ce travail serait typiquement celui d’un ingénieur en analyse de données mettant en œuvre les technologies adéquates pour répondre au questionnement de l’historien, celui-ci étant capable de piloter le travail parce qu’il maîtrise l’ontologie et la modélisation qui ont présidé à l’implémentation de la base de données. Mais cette configuration idéale demeurant un horizon d’attente, il me faut remercier ici mon collègue Francesco Beretta, historien des savoirs astronomiques à l’époque moderne, chargé de recherche au CNRS, initiateur et pilote principal du projet symogih.org, d’avoir pris sur son temps pour réaliser les visualisations suivantes, en utilisant le service R Studio de la TGIR Huma-Num. Précisons également que ces cartes ont été réalisées dans un but exclusivement heuristique : il s’agissait seulement de comprendre les liens entre fondations. Il est évident que dans le cadre d’une publication dédiée à l’histoire du Carmel féminin français, un fond de carte correspondant à la période et une autre sémiologie cartographique auraient été utilisés. Il s’agit ici de cartes intermédiaires réalisées par rapport à une problématique, ce qui démontre au passage la souplesse de l’outil numérique.

  • 14 David Gilbert (dir.), Madame Acarie (1566-1618). Mystique, politique et société au lendemain des G (...)
  • 15 Bernard Hours, « L’impossible mépris du monde. Les lettres de Jeanne de Jésus Séguier à son frère (...)

28La page web donne accès à une visualisation dynamique de la diffusion des carmels en France au cours des deux premiers tiers du xviie siècle à partir de 1604, date à laquelle les carmélites espagnoles ramenées par Pierre de Bérulle prennent possession de leur premier monastère, dédié à l’Incarnation, situé rue Saint-Jacques à Paris, qui leur a été préparé par les soins de Madame Acarie14. C’est là qu’elles recevront à profession les premières novices françaises et le Carmel de l’Incarnation, sans en avoir le titre, jouera de fait le rôle de chef d’ordre, malgré les contestations et divisions que ses prétentions pourront susciter15. La diffusion des communautés à travers le royaume peut être suivie année par année grâce à un curseur. Les deux vues suivantes permettent de visualiser la situation à deux dates significatives : en 1610 d’une part, c’est à dire au « démarrage » de l’ordre ; en 1650 d’autre part, alors que la majorité des communautés sont désormais fondées et que les premières ont déjà vu se renouveler une bonne partie de leurs effectifs. Chaque point sur la carte indique une ville qui accueillera un carmel au cours de l’Ancien Régime. Les flèches relient entre elles les communautés « mères » à leurs « essaims », et une date située à proximité de la flèche indique l’année de fondation de ces derniers. Comme nous allons le voir, ces cartes revêtent beaucoup plus qu’une dimension illustrative, elles ont une fonction heuristique et se situent donc au cœur du questionnement et de l’élaboration d’une problématique.

État des fondations de Carmels féminins en 1610

État des fondations de Carmels féminins en 1610

29Dès la première décennie du siècle, on peut donc déjà distinguer trois types d’essaimage, à partir du Carmel de l’Incarnation :

  • à l’échelle locale : Pontoise en 1605.
  • à l’échelle régionale : Amiens en 1606, Rouen en 1609.
  • à l’échelle du royaume : deux communautés en Bourgogne (Dijon en 1605 et Chalon-sur-Saône en 1610), Tours en 1608 et Bordeaux en 1610.

30Dès les débuts, se vérifient deux traits que l’on retrouvera tout au long de la période des fondations. Tout d’abord, il n’y a pas de logique géo-chronologique : Amiens, plus proche de Paris, est fondé après Dijon, fondé la même année que Pontoise qui est beaucoup plus proche de la capitale. Ensuite, le modèle d’expansion en tache d’huile ne fonctionne que partiellement : Paris fonde quatre des six communautés nouvelles tandis que deux d’entre-elles fondent à leur tour : Amiens essaime à Rouen, Dijon à Chalon-sur-Saône. Il apparaît donc déjà que chaque fondation résulte d’une négociation entre le volontarisme de l’ordre (rôle moteur de Paris) et des initiatives locales à la fois porteuses d’une attente et réceptives à la réputation du nouvel ordre religieux, elle-même relayée par les relations de ces « milieux » locaux avec la capitale. Mais on voit aussi se dessiner le rôle de réseaux régionaux avec l’exemple bourguignon. On devine une dynamique, mais elle ne se met pas en œuvre comme un plan concerté, car elle dépend sans doute plus de facteurs locaux que d’une agency de l’ordre. Ainsi, l’histoire des fondations doit inévitablement passer par une prise en compte préalable de chacun des acteurs et du contexte local. Elle ne saurait s’écrire du seul point de vue de l’ordre, même s’il est tentant de partir des sources commodes qu’il peut fournir, à commencer par les chroniques. Il faudra voir ensuite quelles caractéristiques générales peuvent se dégager, et si les particularités locales créent un contrepoids à l’unité de l’ordre. C’est ici que la prosopographie interviendra car, au fil du réseau tissé à travers le royaume, circulent les essaims de fondatrices. Il faudra donc se demander dans quelle mesure les filiations, maintenues vivantes par la présence puis la mémoire des fondatrices, équilibrent les caractères spécifiques de chaque fondation.

  • 16 Alain Tallon, La Compagnie du Saint-Sacrement, Paris, Cerf, 1990, cartes p. 31-32.

31En 1650, la plupart des Carmels français sont fondés, quelques villes ne sont encore reliées par aucune flèche : Brive-la-Gaillarde, fondation éphémère de 1668 ; Alençon, fondation tardive impulsée en 1781 par la dernière fille de Louis XV, en religion Mère Thérèse de saint-Augustin. L’impression suggérée par la première carte se confirme : aucune explication générale et simple ne peut rendre compte du processus d’expansion géographique de l’ordre. Le foyer parisien a joué un rôle majeur : une dizaine de flèches en rayonnent dans presque toutes les directions, sauf vers la Bretagne. Cette dernière lacune mérite d’être explicitée : elle ne signifie pas que le modèle carmélitain n’exerce pas d’attrait dans cette province, puisque Nantes, Morlaix, Guingamp reçoivent des fondations. On ne peut pas, non plus, invoquer une solution de continuité entre les milieux dévots bretons et parisiens. En effet, Nantes et Rennes sont pourvues d’une succursale de la Compagnie du Saint-Sacrement en 1649, puis Vitré en 1655, Morlaix en 1656 et Saint-Brieuc en 165716. Or, l’on sait que les succursales sont connectées directement à la Compagnie parisienne et n’entretiennent pas de correspondance entre elles.

État des fondations de Carmels féminins en 1650

État des fondations de Carmels féminins en 1650

32Reste que Paris n’est à l’origine directe que d’une communauté sur six. La carte met en évidence des foyers provinciaux de fondations nouvelles. On peut citer Dijon dont les essaims directs ou indirects demeurent dans l’espace de l’ancien duché de Bourgogne, ignorant la séparation de la fin du xve siècle : trois fondations à l’ouest de la Saône, une en Franche-Comté, Dole, qui essaime à son tour dans la province encore sous la souveraineté espagnole et installe trois communautés. La puissance de la dynamique régionale est évidente, mais la carte ne nous dit pas sur quelles forces elle repose. Elle invite donc à aller plus loin dans l’enquête. Malgré les apparences, le cas bourguignon est unique. On peut en effet identifier d’autres foyers secondaires comme Tours ou Toulouse. La ville des bords de Loire est à l’origine de cinq carmels mais chacune de ses fondations est réalisée dans une province non seulement différente, mais parfois éloignée : Nantes, Angers, Niort, Riom et Sens. Toulouse présente une configuration comparable : ses quatre essaims sont éloignés à la fois de la communauté mère et l’un de l’autre : chronologiquement d’abord Limoges, puis Narbonne et enfin Lectoure et Auch. On remarque aussi que la durée d’essaimage varie d’une communauté à l’autre. Toulouse établit ses quatre essaims en douze ans, entre 1618 et 1630, Dole ses trois créations en vingt-huit ans ans, entre 1616 et 1644. Certains essaimages paraissent aberrants, contraires aux orientations dominantes des circulations interprovinciales : nous l’avons déjà remarqué à propos de la fondation de Sens par Tours plutôt que par Paris ou Dijon ; pourquoi est-ce Poitiers qui fonde Mâcon, et non pas Lyon ou Châlon-sur-Saône ? Les cartes interrogent donc la cohérence générale de l’expansion des communautés carmélitaines et invitent à la recherche des facteurs qui permettent de rendre compte de cet apparent désordre. Si des cohérences régionales existent, elles ne rendent compte que d’une partie limitée des fondations. Il en va de même du rôle pourtant revendiqué par le Grand Couvent, le Carmel de l’Incarnation à Paris, qui aurait aimé se voir reconnaître les prérogatives de chef d’ordre. L’hypothèse de l’influence des réseaux dévots provinciaux rend difficilement compte des relations aberrantes évoquées ci-dessus, sauf à imaginer d’hypothétiques interconnexions entre réseaux provinciaux. On est conduit à supposer une instance de régulation qui détermine quelle communauté fournira l’essaim demandé. Cette instance existe et c’est bien à elle qu’il revient de réguler les fondations : il s’agit des trois supérieurs généraux du Carmel institués par la bulle In supremo de 1603, qui restent en fonction jusqu’à la réforme d’Alexandre VII en 1661 qui place chaque communauté sous la supériorité de l’ordinaire et ne maintient plus que des visiteurs généraux dont les pouvoirs sont plus limités. Il n’est pas sans intérêt de relever que l’essoufflement de l’expansion carmélitaine dans le royaume est contemporain de ces changements essentiels dans le gouvernement de l’ordre, par ailleurs conforme aux conceptions royales aussi bien que tridentines sur le contrôle des religieuses. La carte nous instruit sur le regard des supérieurs généraux : chaque fondation est envisagée dans le contexte d’ensemble de leur juridiction. Les centres définis par le rayonnement des flèches révèlent quelles communautés leur paraissent le plus aptes à fonder, pour des raisons qu’il faudra maintenant expliciter. S’agit-il de la dynamique de leur recrutement, de la cohérence et de la force de leur vie communautaire, de la qualité particulière de la vie spirituelle collective ? Mais la carte montre aussi qu’ils ne sont certainement pas à l’origine du processus de fondation, car si c’était le cas, on aurait l’impression du triomphe de l’arbitraire. L’expansion du carmel résulte à l’évidence d’une négociation entre des demandes locales et une instance de régulation forte d’une vision à l’échelle du royaume.

  • 17 S.-M. Morgain, op. cit., p. 315-466, analyse les origines de la crise. Cf. également Danielle Metz(...)

33La deuxième carte révèle aussi les porosités de la soumission au périmètre national, condition imposée par le pouvoir royal à l’autorisation d’introduire en France la réforme espagnole du Carmel féminin. On ne tiendra pas compte ici des fondations issues de Gênes vers Avignon et le Comtat venaissin, puisqu’il ne s’agit pas du royaume. C’est bien plus tard que certaines d’entre elles demanderont à passer sous la juridiction des visiteurs généraux de France. Aberrantes en revanche apparaissent les flèches qui, de Bordeaux, Saintes ou Morlaix, semblent indiquer des fondations à Nancy et Pont-à-Mousson dans le duché de Lorraine, ou à Anvers aux Pays-Bas espagnols. Elles ne peuvent être attribuées aux supérieurs généraux français dont la juridiction ne peut outrepasser les limites du royaume. Il ne peut donc s’agir que de dissidence et le fait même que les points cibles soient situés à l’étranger invite à orienter l’enquête vers la question de la gouvernance des communautés et de la remise en cause du régime établi par la bulle d’institution. La fuite de trois groupes de carmélites françaises désireuses d’être replacées sous la juridiction des Carmes déchaussées, à l’instar des autres communautés de l’ordre dans le reste de la catholicité, est un épisode connu17. L’intérêt de la visualisation géographique est de poser la question du contrôle de la périphérie par le centre, les trois communautés étant éloignées de Paris, et de l’influence espagnole dans la France du premier xviie siècle, Morlaix comme Bordeaux étant liées par des relations de natures diverses avec la péninsule ibérique. Elle invite donc encore une fois à élargir le cercle des investigations au-delà d’une approche strictement internaliste de l’histoire de l’ordre.

34Conclusion : des prosopographies interconnectées,
une utopie ?

35Plusieurs projets prosopographiques en ligne concernant le monde des réguliers sont en cours, certains depuis plusieurs années et donc très avancés, et plus ou moins connus. Loin de prétendre une exhaustivité déplacée ici, nous pouvons mentionner au moins les suivants qui mettent en œuvre chacun des objectifs scientifiques différents.

36La question est donc désormais posée de l’interconnexion de ces bases de données grâce aux technologies du web sémantique, afin de constituer une prosopographie virtuelle internationale qui permettra de renouveler l’approche du personnel régulier par une dimension comparative et transnationale. L’idée a été l’objet d’un colloque tenu à Vienne en Autriche, en 201718. Il a été suivi du dépôt d’un projet européen qui n’a finalement pas abouti. Mais le défi demeure. Il revêt deux dimensions :

  • d’une part la réalisation d’un portail consacré à ces projets : le blog interdisciplinaire hypothèses.org Ordengeschichte qui concerne actuellement essentiellement l’aire germanique, pourrait être un modèle. Un portail à dimension supranationale aurait l’avantage d’être un lieu efficace de recueil et de diffusion de l’information, et de construction de travaux collaboratifs et cumulatifs ;
  • d’autre part, l’agrégation des données de différentes bases ne va pas de soi. Cela suppose d’abord que la réalisation des bases ait respecté les recommandations internationales en matière de visibilité, d’accessibilité, d’interopérabilité, et de réutilisation (principes « FAIR »). Mais la condition dune interopérabilité aisée et rapide consiste dans une structuration des données telle qu’elle permette leur alignement d’une base à l’autre. Autrement dit, que les modèles qui fondent la structuration des données soient compatibles. Cela dépend des ontologies utilisées pour l’élaboration de ces modèles. Telle est la voie poursuivie au sein du PHN du LARHRA qui développe une plateforme, baptisée « OntoMe » (Ontology Management Environment). Celle-ci permet d’aligner différentes ontologies via le modèle très générique du CIDOC CRM (http://ontome.dataforhistory.org/​). Ce développement se nourrit de la réflexion du Consortium international « Data for history », créé en 2017 à l’initiative du LARHRA (http://dataforhistory.org/​).

Notes

1 Claire Lemercier et Claire Zalc, Méthodes quantitatives pour l’historien, Paris, La Découverte, 2007.

2 http://symogih.org/

3 Stéphane-Marie Morgain, Pierre de Bérulle et les Carmélites de France, Paris, Cerf, 1995.

4 Jean-Baptiste Eriau, L’ancien Carmel du Faubourg Saint-Jacques 1604-1792, Paris, J. de Gigord et A. Picard, 1929.

5 Bernard Hours, Madame Louise, princesse au Carmel, Paris, Cerf, 1987.

6 S.-M. Morgain, op.cit.

7 Une exception par exemple, celle du Carmel de Metz, dont les deux registres conservés courent des premières aux dernières vêtures et professions (1624-1788) : A.D. Moselle, H 4269 et H 4271, cf. Jean-Marc Lejuste. Novices et noviciat en Lorraine du xvie au xviiie siècle, Thèse pour le doctorat d’histoire, Université Lumière Lyon 2, 2019, t. 2 p. 43.

8 Jacques-Jules Grisard, Documents pour servir à l’histoire du couvent des carmélites de Notre-Dame de la Compassion de Lyon, Lyon, Imprimerie Pitrat Aîné, 1887 ; Pierre Guichard, L’origine sociale des carmélites de Lyon aux xviie et xviiie siècles, mémoire de Master I, Université Lyon 3, 2012.

9 Geneviève Baudet-Drillat, « Regards à l’intérieur d’une congrégation féminine : les Visitandines françaises (1667-1767) » dans Jean Delumeau, Un chemin d’histoire Chrétienté et christianisation, Paris, Fayard, p. 209-230 ; Bernard Hours, « Pour la postérité. Lecture d’une lettre circulaire carmélitaine », dans Comportements, croyances et mémoires. Études offertes à Régis Bertrand, Gilbert Buti et Anne Carol (dir.), Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2007, p. 233-244 ; Jacques Le Brun, Sœur et amante. Les biographies spirituelles féminines au xviie siècle, Genève, Droz, 2013.

10 Francesco Beretta, « L’interopérabilité des données historiques et la question du modèle : l’ontologie du projet SyMoGIH », dans Brigitte Juanals et Jean-Luc Minel (dir.), Enjeux numériques pour les médiations scientifiques et culturelles du passé, Paris, Presses universitaires de Paris-Nanterre, 2017, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01559816

11 L’objet historique « Acteur collectif » regroupe tout type de rassemblement ou d’organisation d’acteurs individuels qui agissent collectivement ou d’une manière similaire, dans la réalité ou dans un récit. Il peut s’agir de personnes morales concrètes, c’est-à-dire des entreprises, des collectivités, des institutions publiques, etc., ainsi que d’autres groupes sociaux qui agissent collectivement sans avoir de statuts, comme une famille, une école de peinture, un regroupement informel, etc., cf. http://symogih.org/?q=collective-actors-list

12 Il s’agit aussi bien de fonctions sociales ou institutionnelles (profession, fonction) que de qualités (titres de noblesse, diplômes, etc.). Pour mon projet, j’ai donc saisi dans la base tous les offices ou charges qu’une carmélite est susceptible d’exercer dans une communauté : prieure, sous-prieure, maîtresse des novices, dépositaire (économe), cuisinière, tourière, et donc aussi le statut de la religieuse : de chœur ou converse.

13 Jeanne de Jésus Séguier, Lettres à son frère, chancelier de France (1643-1668), présentées et annotées par Bernard Hours, Lyon, LARHRA, 1992, p. 7-12.

14 David Gilbert (dir.), Madame Acarie (1566-1618). Mystique, politique et société au lendemain des Guerres de religion, PUR, 2021.

15 Bernard Hours, « L’impossible mépris du monde. Les lettres de Jeanne de Jésus Séguier à son frère (1643-1668) », Revue d’Histoire de l’Église de France, t. LXXVII, 1991, p. 364-367.

16 Alain Tallon, La Compagnie du Saint-Sacrement, Paris, Cerf, 1990, cartes p. 31-32.

17 S.-M. Morgain, op. cit., p. 315-466, analyse les origines de la crise. Cf. également Danielle Metz, La marge instauratrice. Les carmélites françaises au xviie siècle. Leur milieu spirituel d’après leurs autobiographies, Villeneuve d’Ascq, 2014, chapitre 10 : « De Bordeaux en Lorraine, les sœurs rebelles au début du siècle ».

18 https://ordensgeschichte.hypotheses.org/10992

© LARHRA, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search