Version classiqueVersion mobile

Penser l’histoire religieuse au xxie siècle

 | 
Yves Krumenacker
, 
Raymond A. Mentzer

Histoire de la justice et histoire religieuse

Histoire de la justice et histoire religieuse

History of justice and religious history

Anne Bonzon et Isabelle Poutrin

Résumé

Les approches du droit et de la justice ouvrent des pistes prometteuses à une histoire religieuse conçue ici, pour les pays catholiques d’Ancien Régime, avant tout dans sa dimension d’histoire sociale et culturelle. Nous présentons ici deux dossiers abordant une thématique commune : l’Église comme instance de médiation et de règlement des conflits dans la société, que ce soit au niveau local des curés de paroisse ou à celui, central, de la Rote romaine.
Le premier article (Anne Bonzon) analyse un dossier constitué d’une soixantaine de « sentences arbitrales » conservé aux Archives départementales de l’Oise. Il éclaire les formes alternatives de règlement de conflits, en marge ou en amont de la justice institutionnelle, à l’échelle d’une paroisse. Reprenant l’approche et les méthodes d’une histoire de la justice, il explore la nature des affaires portées devant le curé, les différentes manières de régler les litiges, le spectre social que recouvre cette action médiatrice et l’articulation entre Église et institution judiciaire. Ce faisant, l’accent est mis sur la logique religieuse qui préside à la résolution des différends lorsqu’elle est confiée à un curé.
Le second article (Isabelle Poutrin) présente le bilan d’étape d’une recherche sur la notion de consentement individuel après le concile de Trente. Après une exploration des sources doctrinales, l’enquête s’est fixée sur la documentation de la Rote romaine, le plus haut tribunal civil de la papauté, dont la jurisprudence était dotée d’une grande autorité dans les États catholiques. L’article replace les sources dans la procédure de Rote, expose la démarche de recherche et présente le corpus qui a été retenu et dont l’étude a déjà donné lieu à plusieurs publications ou communications.

Texte intégral

  • 1 En attendant la publication des journées d’études consacrées à Gabriel Le Bras et à ses archives, o (...)

1Au sein de la production foisonnante qu’a connue l’histoire religieuse de la période moderne depuis une cinquantaine d’années, on ne peut que constater la faible place accordée à l’histoire du droit et de la justice. Cette désaffection peut paraître paradoxale, dans la mesure où l’histoire des pratiques collectives, qui a dominé les renouvellements de l’histoire religieuse à partir des années 1960, se réclamait en grande partie de l’œuvre de Gabriel Le Bras, lui-même juriste1. Pour rendre compte de cette situation, plusieurs éléments peuvent être avancés rapidement, sans prétendre ici dresser un état des lieux de la recherche actuelle en histoire religieuse dont le présent volume montre le dynamisme. En particulier, alors que la question des relations entre Église et État continue d’intéresser les historiens à travers les prélats de cour ou les carrières épiscopales, de son côté l’histoire de la théologie est profondément renouvelée par l’histoire des savoirs et des mobilités savantes ; par ailleurs, la « nouvelle histoire religieuse » qui s’était développée dans les années 1970, centrée sur les approches sociologiques et anthropologiques, se prolonge à présent avec de passionnants chantiers d’histoire culturelle.

  • 2 Véronique Beaulande-Barraud, Les péchés les plus grands. Hiérarchie de l’Église et for de la pénite (...)

2Dans ce panorama très riche, l’histoire du droit et de la justice – une thématique pourtant très présente dans les recherches sur la période médiévale2 – souffre de plusieurs idées reçues. À Rome, l’affirmation de la souveraineté pontificale aurait paralysé le développement du droit canonique, réduisant les canonistes à la répétition des normes tridentines ; en France, la monarchie absolue aurait vidé de sa substance la juridiction de l’Église. Pour mettre ces idées à l’épreuve, les obstacles sont nombreux : les sources, qu’elles soient juridiques ou judiciaires, sont surabondantes mais parfois difficiles d’accès, souvent mal classées, très techniques surtout, d’autant que le latin s’ajoute au vocabulaire juridique. Or on manque d’instruments de travail et de lieux d’enseignement qui répondraient de façon spécifique aux besoins de formation des historiens modernistes.

  • 3 Nicolas Lyon-Caen, « La justice ecclésiastique en France à l’époque moderne. Laïcisation ou sécular (...)
  • 4 Par exemple le programme de recherche FULMEN (https://fulmen.hypotheses.org/a-propos-2/francais), s (...)
  • 5 Ont été récemment examinées la question des cas privilégiés (Myriam Deniel-Ternant, Ecclésiastiques (...)
  • 6 Anne Bonzon et Caroline Galland (dir.), Justices croisées. Histoire et enjeux de l’appel comme d’ab (...)
  • 7 Charlotte de Castelnau-L’Estoile, Pascoa et ses deux maris. Une esclave entre Angola, Brésil et Po (...)
  • 8 Nous renvoyons aux travaux menés par Benedetta Albani au sein du Max-Planck Institute for European (...)

3Pourtant, les approches d’histoire du droit et de la justice ouvrent actuellement des pistes pour un renouvellement de l’histoire religieuse. Si l’étude du fonctionnement des officialités est restée longtemps cantonnée aux temps pré-tridentins, plusieurs travaux récents contribuent à combler cette lacune3. À partir du xvie siècle, le périmètre des justices ecclésiastiques s’est considérablement réduit, mais elles ne disparaissent pas pour autant, et il est possible de les étudier avec les méthodes de l’histoire de la justice, en s’intéressant au fonctionnement institutionnel, à la répression, aux peines infligées4. De même, dans une situation de pluralisme juridique, les interactions entre les officialités et les justices royales méritent d’être examinées5. Une recherche récente sur l’appel comme d’abus aux époques médiévale et moderne aborde cette question, non pas sous l’angle traditionnel des relations entre Église et État ou du gallicanisme, mais comme une procédure permettant de servir toutes sortes de causes et mettant parfois en jeu des conflits internes au clergé. Une telle approche est marquée par la volonté de questionner les usages de ce recours par les différents acteurs6. Hors de France, les tribunaux d’Inquisition ont suscité de longue date une multitude de travaux qui sont encore féconds, comme en témoigne une monographie récente qui mobilise ces sources pour l’histoire de l’esclavage et des circulations transatlantiques7. Par contraste, les grands dicastères romains semblent relativement délaissés, à l’exception d’un programme de recherches en histoire du droit sur la Congrégation du Concile comme moyen de gouvernance de l’Église après le concile de Trente8.

4Notre présente contribution entend montrer l’apport de l’histoire du droit et de la justice à une histoire religieuse que nous concevons avant tout, pour les pays catholiques d’Ancien Régime, dans sa dimension d’histoire sociale et culturelle. Pour illustrer les potentialités que recouvre le croisement de ces deux champs historiographiques, nous avons choisi ici de présenter des instances ecclésiastiques de règlement des conflits, à deux niveaux opposés, mais complémentaires : l’échelon de la Rote romaine et l’échelon paroissial. Nous présenterons le résultat de recherches récentes abordant une thématique commune : l’Église comme instance de médiation dans la société. Ce faisant, on s’interrogera à la fois sur l’apport des méthodes issues de l’histoire de la justice, sur la spécificité de cette manière de régler les conflits et sur les liens entre action médiatrice et valeurs chrétiennes.

Notes

1 En attendant la publication des journées d’études consacrées à Gabriel Le Bras et à ses archives, on peut se reporter, par exemple, à Dominique Julia, « L’historiographie religieuse en France depuis la Révolution française. Esquisse d’un parcours », dans Christophe Duhamelle et Philippe Büttgen (dir.),Religion ou confession. Un bilan franco-allemand sur l’époque moderne (xvie-xviiie siècles), Paris, éd. de la Maison des sciences de l’homme, 2010, p. 9-55.

2 Véronique Beaulande-Barraud, Les péchés les plus grands. Hiérarchie de l’Église et for de la pénitence (France, Angleterre, xiiie -xve siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019.

3 Nicolas Lyon-Caen, « La justice ecclésiastique en France à l’époque moderne. Laïcisation ou sécularisation ? », dans Christophe Duhamelle et Philippe Büttgen (dir.), op. cit., p. 253-280 ; Véronique Beaulande-Barraud et Martine Charageat (dir.), Les officialités dans l’Europe médiévale et moderne. Des tribunaux pour une société chrétienne, Turnhout, Brepols, 2014.

4 Par exemple le programme de recherche FULMEN (https://fulmen.hypotheses.org/a-propos-2/francais), sur les censures ecclésiastiques, plus développé cependant pour les périodes médiévale et contemporaine.

5 Ont été récemment examinées la question des cas privilégiés (Myriam Deniel-Ternant, Ecclésiastiques en débauche (1700-1790), Ceyzérieu, Champ Vallon, 2017) et celle des monitoires (Éric Wenzel, Le monitoire à fin de révélations sous l’ancien régime : normes juridiques, débats doctrinaux et pratiques judiciaires dans le diocèse d’Autun, Lille, ANRT, 1999). Ce dernier aspect, toutefois, mériterait une étude plus ancrée dans le social.

6 Anne Bonzon et Caroline Galland (dir.), Justices croisées. Histoire et enjeux de l’appel comme d’abus (xive-xviiie siècles), à paraître en 2020 aux Presses universitaires de Rennes.

7 Charlotte de Castelnau-L’Estoile, Pascoa et ses deux maris. Une esclave entre Angola, Brésil et Portugal au xviie siècle, Paris, Puf, 2019.

8 Nous renvoyons aux travaux menés par Benedetta Albani au sein du Max-Planck Institute for European Legal History.

© LARHRA, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search