Version classiqueVersion mobile

Laïcité et christianisme chez Émile Poulat

 | 
Roberto Morozzo della Rocca

Postface
L’Église catholique : objet de recherche et histoire personnelle

Andrea Riccardi

Texte intégral

Un scientifique un peu mystérieux

  • 1 Valentine Zuber (dir.), Un objet de science, le catholicisme. Réflexions autour de l’œuvre d’Émile (...)

1Émile Poulat aimait s’afficher aux congrès avec nous, qui étions (à l’époque, hélas) de jeunes chercheurs italiens en histoire, en tant que scientifique. C’étaient les années 1970 et 1980, période d’intenses passions politiques et civiles, où marxisme, réforme de l’Église, héritage de 1968, idéologie et histoire s’entremêlaient et se confondaient. Les catégories et les appartenances étaient nettes : du progressisme au catholicisme réformateur ou radical, aux différentes obédiences politiques en passant par le marxisme. L’Italie, malgré le long gouvernement de la Démocratie chrétienne depuis la fin de la guerre, connaissait une époque d’hégémonie culturelle marxiste, laquelle exerçait son influence sur l’analyse historique, avec une attention à l’économie ou à la lutte des classes, mais aussi à l’histoire politico-religieuse. Poulat était étranger à tout cela. Je ne ferai pas l’histoire de ses relations avec l’Italie, lesquelles ont été déjà traitées dans l’ouvrage dirigé par Valentine Zuber1. Mais je remarque qu’il faisait une impression un peu mystérieuse. Il semblait se placer hors de nos passions. En réalité, Poulat, homme pas du tout froid, a opté tout au long de sa vie pour un engagement patient à comprendre et à observer plutôt qu’à prophétiser ou admonester. Oui, la passion de comprendre qui engage à la patience de son travail d’artisan. Toutefois, dans un monde historiographique qui théorisait l’intellectuel militant, quel était le cœur de sa recherche ?

Savoir et comprendre

  • 2 Les prêtres-ouvriers, Paris, Éditions de Minuit, 1954.
  • 3 Émile Poulat, Scruter la loi de 1905. La République française et la religion, Paris, Fayard, 2010.

2Né en 1920 à Lyon, Poulat a connu personnellement la Deuxième Guerre mondiale. Il a refusé le Service du Travail Obligatoire et s’est caché en Savoie. Au cours de l’après-guerre, il a participé comme prêtre aux événements dramatiques de l’Église face au monde ouvrier, aux banlieues, au communisme. Mais encore jeune, il s’est détaché d’un engagement militant pour travailler dès 1954 au CNRS. Un premier livre anonyme fut la collection des documents sur les prêtres-ouvriers, publié en 1954 aux Éditions de Minuit2, où il montre une capacité de recul avec des événements vécus de près. En commençant à travailler en tant que sociologue dans un monde intellectuel où l’on prêche, mais on ne pratique pas la multidisciplinarité, il a assumé à lui seul une multitude de compétences : sociologue, historien de profession, enfin juriste (comme il l’a révélé dans ses derniers livres, dont Scruter la Loi de 19053). Ainsi est-il parvenu à une perspective singulière, parfois peu facile à définir : c’est Poulat !

3Don Sturzo, prêtre italien expulsé d’Italie par Mussolini parce que fondateur du Parti Populaire, exilé par désir de Pie XI, grand analyste du contemporain, se décrivait comme un sociologue, non pas au sens universitaire, mais comme observateur des choses de l’homme et de la société. La réalité est qu’un savant, un spécialiste, en commençant par une spécialisation, s’il désire comprendre les multiples facettes des phénomènes historiques, doit accepter le défi d’être un humaniste, en allant au-delà de sa discipline. Émile Poulat m’apparaît comme cela.

  • 4 Émile Poulat, Histoire, dogme et critique dans la crise moderniste, Paris-Tournai, Casterman, 1962

4J’ai fait allusion à la « froideur » de Poulat par rapport aux passions de ceux qui connectaient avec force l’histoire avec le présent. Une froideur à une époque postconciliaire où on liait l’histoire de l’Église à une ou plusieurs idées de réforme de l’Église. Son premier livre important, en 1962, a imposé Poulat à l’attention internationale : Histoire, dogme et critique dans la crise moderniste4. 1962. Commençait alors le concile Vatican II. On redécouvrait le modernisme, condamné par Pie X en 1907 avec l’encyclique Pascendi, qui allait devenir un terrain de passions divergentes : ceux qui (traditionalistes) jugeaient le virus du modernisme ressuscité avec le concile, Paul VI et surtout l’après-concile ou ceux qui faisaient des modernistes presque des précurseurs et des prophètes d’une saison de relations intenses entre l’Église et la modernité (en Italie, il y a eu toute une littérature sur cela). L’histoire de ces passions est aussi celle de deux catégories dans l’Église, conservateurs et progressistes, droite et gauche, qui n’ont jamais convaincu Poulat, mais qui prévalaient en ces années-là. Une distinction en tout cas vaincue par Jean-Paul II. Ce dernier était-il progressiste ou conservateur ?

  • 5 Émile Poulat, Naissance des prêtres-ouvriers, Paris-Tournai, Casterman, 1965.

5En ces années 1960, en Italie, le chantier historique de Bologne, fondé par don Giuseppe Dossetti (il joua un rôle important à Vatican II) et Giuseppe Alberigo, affrontait l’histoire du catholicisme avec une passion réformatrice pour l’Église. Poulat était loin de cette perspective. Il a été parfois considéré par ses collègues comme renfermé dans son laboratoire : sa passion est seulement savoir et comprendre, donc rencontrer cette humanité variée, représentée par l’histoire de l’Église, du christianisme et des hommes. L’approche se voit bien dans un deuxième livre, publié en 1965, Naissance des prêtres-ouvriers (1943-1947)5, thème de frontière entre Église et modernité, non celle intellectuelle du modernisme, mais celle brûlante du monde ouvrier, exprimée par le syndicat, les masses, le Parti communiste – deux mondes qui ne se parlaient pas) –. L’histoire des prêtres ouvriers semble aujourd’hui lointaine, après la fin du communisme et de la classe ouvrière ; toutefois elle passionna l’opinion publique française, comme on le voit dans de nombreux dossiers diplomatiques, conservés par le Quai d’Orsay, où la France défendait cette expérience face à la condamnation de Rome par le pape Pie XII, qui pensait que le sacerdoce catholique était remis en cause dans son identité. L’expérience des prêtres-ouvriers, terminée douloureusement lors de sa première saison, a eu une fonction historique que nous ne pouvons pas aborder ici : elle a changé la perception que le monde communiste et ouvrier avait de l’Église.

La subjectivité propre du catholicisme

  • 6 Jean Delumeau, Le christianisme va-t-il mourir ?, Paris, Hachette, 1977.

6Dès les années 1950, Poulat affirmait que le catholicisme a son devenir autonome : il n’est pas une expression liée ou subordonnée à la bourgeoisie, comme le soutenait l’historiographie marxiste ; il ne s’agit pas d’une histoire déjà consommée à l’aube de l’âge contemporain, après les grandes pages du Moyen Âge et de l’époque moderne, comme le prétendait une grande historiographie libérale ; ni même d’un phénomène destiné à mourir au xxe siècle (en 1977, Jean Delumeau avait écrit Le christianisme va-t-il mourir ?6), selon cet axiome qui sous-tend une grande partie de la pensée moderne, presque à l’instar d’Auguste Comte : toujours plus de modernité, toujours moins de religion.

  • 7 La religion est perdue à Paris… Lettres d’un vicaire parisien à son archevêque en date de 1849, su (...)

7La France, avec l’histoire de sa laïcité et son ancienne sécularisation, semble incarner précisément ce postulat. Et, en France, Paris encore davantage. Déjà, dès 1849, un vicaire parisien écrivait à l’archevêque Sibour une lettre au titre significatif : La religion est perdue à Paris7. Nous sommes près d’un siècle avant France, Pays de mission ? Paris, de façon tout à fait particulière, est le laboratoire de deux siècles de rencontre entre modernité et Église, ce qui a fait plusieurs fois vaticiner l’agonie de cette dernière. Mais il ne s’agit pas d’une vocation du catholicisme à la fin, comme le montre aussi l’histoire de l’épiscopat du cardinal Lustiger : le sort du catholicisme est complexe, il connaît crises et développements. Poulat pourrait dire avec Unamuno : il est agonique, c’est-à-dire il lutte.

  • 8 Alphonse Dupront, Il presente cattolico, Torino, Bollati Boringhieri, 1993, p. 31.
  • 9 Marie-Dominique Chenu, La doctrine sociale de l’Église comme idéologie, Paris, Cerf, 1979, p. 15.

8Pour Poulat, l’histoire entre xixe et xxe siècle est une lutte triangulaire entre Église, bourgeoisie et mouvement ouvrier, qui connaît conflits, alliances et trêves. L’Église (il modèle cette expression sur le Syllabus de Pie IX) est intransigeante à l’égard de la modernité, en refusant de se faire dicter l’agenda par elle et de transformer en loi de vie l’adaptation constante au monde. Alphonse Dupront a fait valoir que le message de la culture moderne à l’Église est le suivant : « Une société ecclésiale peut poursuivre seulement en se conformant8. » Pour Poulat, le catholicisme rejette avec intransigeance la loi de l’adaptation. Cette position a marqué l’exécration de Poulat de la part d’un certain progressisme catholique, mais prouve aussi sa capacité de saisir la stratégie catholique entre xixe et xxe siècle avec son caractère original et irréductible à d’autres mouvements historiques. C’est le caractère inclassable de l’Église, à l’origine de ce que Jean Jaurès écrivit en 1891, après l’encyclique Rerum Novarum : « Voici le programme du pape, c’est un programme socialiste. » Mais six mois plus tard, il remarquait de manière contradictoire : « L’Église est définitivement liée à la monarchie, et la monarchie est morte9. »

9Olivier Clément a dit que le catholicisme lutte contre la modernité pendant que le protestantisme s’adapte et l’orthodoxie vit comme si elle n’existait pas. Le cardinal Ratzinger a offert une illustration intéressante de la catégorie de l’intransigeance :

  • 10 Josef Ratzinger, Il sale della terra. Cristianesimo e Chiesa cattolica nella svolta del Millennio, (...)

L’inactualité de l’Église, est, d’une part, sa faiblesse – elle est marginalisée –, mais peut être aussi sa force. Peut-être les hommes peuvent percevoir que, contre l’idéologie de la banalité, qui domine le monde, une opposition est nécessaire et que l’Église peut être moderne, précisément en étant antimoderne, en s’opposant à ce que tout le monde dit. À l’Église échoit le rôle d’opposition prophétique... Justement, le courage de la vérité est en réalité sa grande force, même si cela, au départ, semble l’endommager, en lui enlevant de la popularité et en la poussant dans une sorte de ghetto10.

  • 11 Émile Poulat, L’Église, c’est un monde. L’ecclésiosphère, Paris, Cerf, 1986.

10Dans une vision à la Dansette de l’histoire du catholicisme, l’Église ratait les rendez-vous de l’histoire. Poulat n’a pas la prétention de maîtriser l’horloge de l’histoire, mais de faire l’histoire de l’Église dans l’histoire. Dans cette posture, il lui semble comprendre que le catholicisme a eu la volonté de faire une histoire avec une subjectivité propre, non seulement en s’opposant mais aussi en dialoguant, en s’alliant et ainsi de suite. On a beaucoup écrit sur l’Église et le monde, mais – avec une heureuse expression – Poulat déclare que l’Église est aussi un monde : L’Église, c’est un monde11. Bien plus encore, il parle d’« ecclésiosphère », du monde de l’Église avec une autonomie par rapport à d’autres mondes, des porosités, de nombreuses superpositions. L’historien Gabriele De Rosa (« un empereur », disait Poulat) a souligné que faire l’histoire de l’Église, ce n’est jamais se borner à observer le phénomène ecclésiastique ou ecclésial, mais faire l’histoire du monde avec un point de vue particulier : parce que – disait-il –, du clocher, on voit le monde, même si c’est d’une manière différente que de l’hôtel de ville, tandis que, de par le prêtre et les fidèles, le monde rentre dans l’Église.

Les fenêtres de Poulat

11Poulat a accompli sa recherche avec les outils artisanaux de son laboratoire. Il n’a jamais été un homme du pouvoir académique ou médiatique : sa passion a été de savoir, réalisée non par le biais d’une grande organisation, mais comme un artisan dans son atelier possédant des grandes fenêtres sur la réalité. Une de ces fenêtres, semblables à celles de sa maison rue de Bièvre à Paris, a été son histoire de grandes amitiés intellectuelles, non seulement en France, mais – je peux en témoigner – même dans l’Italie des années 1970 à 1990, où on réalisait une historiographie très différente de la française. Ses relations et son influence ont été importantes, non seulement en Italie, mais au Canada, en Amérique latine, où l’on compte plusieurs de ses élèves.

  • 12 Jean-Claude Vidal, L’historien et le politique. Entretiens avec Bronislaw Geremek, Montricher, Édi (...)

12Une autre de ces grandes fenêtres a été l’expérience concrète des hommes et des situations, qui toujours offrent à l’historien du contemporain le sens de la réalité. Parce que l’histoire contemporaine ne se satisfait pas seulement des documents. Poulat a essayé de rencontrer les hommes, de connaître les milieux : la perception de l’humain accompagne son acribie de chercheur. Bronislaw Geremek, grand historien polonais et conseiller de Lech Wałesa avec Solidarność, après avoir retenu la leçon de Georges Duby, qui remonte à Jules Michelet (selon laquelle le travail de l’historien a deux phases : analyser scrupuleusement les documents et ensuite transcender les sources pour en faire une œuvre littéraire), concluait avec lucidité : « L’histoire est un mélange de science et de poésie12. » Poésie ? Du moins littérature... En effet, l’écriture de Poulat, spécialement celle des années 1980, acquiert un caractère mouvementé, offre le sens de la complexité, assume des traits passionnants, se conclut par des interrogatifs. Si bien qu’il n’est pas facile à traduire dans d’autres langues.

13Avec toute son œuvre, Poulat rappelle que l’histoire – je le dis avec mes mots – n’est pas une maîtresse de vie et n’a rien à nous apprendre qui puisse nous libérer des défis de notre responsabilité du présent. Mais l’histoire est comme l’anglais du monde d’aujourd’hui : si vous voulez voyager, demander un peu d’informations, il faut un peu d’anglais. L’histoire ne t’apprend pas ce que tu dois faire, mais t’aide à comprendre la profondeur du présent. Savoir n’apprend pas à agir ou à choisir une position ; mais agir et choisir sans savoir relève souvent d’une terrible gageure. Oui, l’histoire est comme l’anglais pour voyager : à une époque où la politique est alliée avec les médias plutôt qu’avec la culture, une longue vie dédiée aux études nous rappelle comment le savoir devient un seuil.

14Poulat, homme sans passions ? J’ai remarqué sa passion pour le savoir historique, qui est passion pour l’histoire, mais je dois dire comment celle-ci, au fil des ans, s’est accompagnée avec une grande passion pour les amis, intellectuels ou pas. L’amour pour la connaissance a été accompagné par une sagesse de vie dans les relations humaines et par un détachement de la mondanité culturelle. Restaient en lui, même à plus de quatre-vingt-dix ans, de vivaces et grandes curiosités, qui étaient celles de l’érudit et de l’homme. C’était la curiosité sur le rôle des religions dans la mondialisation et sur le destin historique de l’humanité qui lui semblait esquissé par le rabbin de Livourne, Élie Benamozegh. C’était la question qui le rapprochait du dialogue interreligieux dans le sillon de la grande prière des religions voulue à Assise par Jean-Paul II en 1986.

Inclassable ?

  • 13 Émile Poulat, « Postface. La théologie face à l’histoire, retour sur un itinéraire. Entretien avec (...)

15Poulat évitait scrupuleusement toute définition de lui-même : seul comptait le chercheur capable de comprendre scientifiquement son objet, en prenant ses distances avec ce dernier. Il jouait sur sa position intermédiaire entre l’historien et le sociologue, pour n’être ni l’un ni l’autre, mais pour être lui-même. Rien de plus éloigné de l’intellectuel organique d’Antonio Gramsci ou de l’intellectuel lié à l’Action catholique comme René Rémond13. Pour lui, c’était justement Un objet de science, le catholicisme. L’objectivité scientifique s’entourait néanmoins d’éléments de mystère que lui-même alimentait en jouant sur les paradoxes : le principal élément était son rapport avec l’Église.

  • 14 Émile Poulat, Naissance des prêtres-ouvriers, op. cit., en italien I preti operai (1943-1947), Bre (...)

16Nous savons aujourd’hui qu’il s’est identifié à elle au point d’être ordonné prêtre en 1944 (ce jour-là, il rencontra pour la première fois le cardinal Suhard, me dit-il) et d’avoir participé à la Mission de Paris. Or, un voile de silence de soixante ans, ou presque, a recouvert ses dix années militantes dans l’Église, non sans avoir suscité des bizarreries et des rumeurs. Par exemple, le thème des prêtres-ouvriers – abordé avec une froide abstraction – fut l’objet de la Naissance des prêtres-ouvriers, publié dès 1965. Traduit en 1967 en Italie, le livre fut un échec éditorial pour la maison d’édition Morcelliana14, car on y discutait bien autrement de la classe ouvrière et du christianisme ou de la réactivation des prêtres-ouvriers. Poulat ne cédait pas à une histoire passionnelle.

  • 15 Émile Poulat, « Postface. La théologie… », op. cit., p. 287-296.

17Pour faire une histoire intellectuelle d’Émile Poulat se pose dès lors le problème de savoir qui il a été avant 1954. Cette question n’est pas indifférente, étant donné la vaste préparation culturelle et l’engagement dans la Mission qu’a représenté le séminaire de Conflans. S’ajoute à cela la question de la gestion de la mémoire de sa vie d’avant, dont, selon une règle non écrite, on ne devait pas parler ouvertement avec lui (si bien qu’un grand nombre de personnes ignoraient son histoire). Yvon Tranvouez a traité de ce point15 et je crois, moi aussi, devoir le faire de mon côté.

  • 16 Émile Poulat, « Chiesa e mondo moderno : il caso dei preti operai », dans Andrea Riccardi (dir.), (...)

18Émile Poulat n’a pas voulu être un ancien prêtre. Sur ce point entraient aussi en considération les questions familiales de son épouse Odile, dont le père ne sut jamais qu’il avait été prêtre, ainsi qu’elle me le déclara. Il y avait aussi la volonté de ne pas aborder l’histoire du catholicisme et l’actualité de l’Église en tant qu’ancien prêtre : il s’agissait d’une catégorie limitée de personnes (dont Alfred Loisy pourrait être un des modèles), dont le nombre a augmenté dans les années qui ont suivi le concile. Du reste, il y avait chez lui un fort besoin de reconnaissance sociale. Pendant de longues années, il montrait un détachement prononcé envers le monde ecclésiastique, parfois de la méfiance, comme je l’ai compris à Rome dans les années 1980. Pourtant, je me souviens que, lorsque je l’avais invité à parler des prêtres-ouvriers à l’université de Bari à un colloque sur Pie XII (ce qu’il fit avec un langage précis et froid), il se laissa aller à raconter avec passion comment le cardinal Suhard recevait les prêtres-ouvriers sans rendez-vous et à n’importe quelle heure (un fait qui a aussi été rapporté par Gilbert Cesbron dans son livre Les Saints vont en enfer16). Il parlait d’un « eux » ou d’un « nous » ; que contenait un « je » ?

19Je me souviens des jugements de l’historien italien, Pietro Scoppola, catholique libéral que Poulat appelait ironiquement le « Montalembert italien » en disant qu’il n’était pas scientifique, mais éthico-romantique. Scoppola considérait que Poulat était marqué par une « philologie exténuée », se demandant comment il pouvait réprimer ses émotions à l’égard d’une histoire personnelle, alors même qu’il faisait de cette histoire – en en exagérant le rôle – une étape historique pour le catholicisme du xxe siècle. À la fin de sa vie, spontanément, Poulat soutenait que l’expérience ratée des prêtres ouvriers avait obtenu un seul résultat : changer l’attitude communiste envers les catholiques.

  • 17 Émile Poulat, « Postface. La théologie… », op. cit., p. 288.

20Qui fut l’abbé Poulat ? Il en a parlé in limine vitae, en 2014, avec Yvon Tranvouez, qui a publié un entretien. Il en avait parlé un peu aussi avec moi quelque temps auparavant, même si, entre nous, l’histoire était entendue, car, au milieu des années 1980, je lui avais remis une de ses lettres écrites au cardinal Feltin, trouvée dans les archives diocésaines, dans laquelle il s’adressait à lui dans un style qui n’était pas celui d’un prêtre, tout en signant abbé. Ce n’est pas le lieu ici d’évoquer sa formation et l’histoire mineure d’enseignant au séminaire de Conflans. Un jeune brillant, comme on le voit aux nombreux titres obtenus : « Ma culture théologique était déjà d’ordre historique », disait-il à Yvon Tranvouez17. Il avait le sentiment – me disait-il – que la théologie était un monde autonome avec ses principes propres, « en congé de la réalité ».

Le prêtre militant

  • 18 Ibid., p. 289. Voir, ce point, les précisions apportées par Thierry Keck, Jeunesse de l’Église 193 (...)

21Il y a l’histoire déjà évoquée du STO, du refus à travers la fuite – il disait avoir été « réfractaire » –, de son refuge en Savoie, de la visite des SS à son domicile. La mémoire de la guerre – et de la Grande Guerre vécue en tant que soldat par son père qui espérait que ce fût la dernière – a été forte chez lui. Il a dit à Roberto Morozzo della Rocca avoir milité dans l’opposition à la guerre d’Indochine. Il eut des contacts avec Jeunesse de l’Église de Maurice Montuclard : « J’étais proche de leurs préoccupations, mais je suis resté assez extérieur au mouvement18. » Du point de vue politique – à la différence de sa femme Odile –, il a toujours voté à gauche, voire communiste. Une autre bizarrerie chez un universitaire bourgeois et manifestement non militant.

  • 19 Ibid., p. 290.

22L’événement décisif est son entrée dans la Mission de Paris, accueilli par le père Hollande, après avoir été refusé par la Mission de France, rejeté par le père Louis Augros, trop clérical pour lui : « Je n’ai jamais été clérical », conclut-il19. Poulat a été à la Mission pendant cinq ans. Il m’a dit qu’en effectuant ce pas – je ne sais s’il antidatait cette prise de conscience –, il devinait que l’histoire ne finirait pas bien avec l’Église et que Pie XII n’accepterait pas une identité sacerdotale différente. Cela constituait pour lui le point décisif du passage de l’Église à un autre monde, qui était déjà sorti de Dieu et qui s’était créé un horizon différent. Il défendit le travail des prêtres en usine aux côtés d’Henri Barreau (contre l’injonction papale de l’abandonner en 1954), critique avec André Depierre, qui travaillait à une communauté de quartier à Montreuil. Depierre est la figure inspiratrice du roman de Gilbert Cesbron. Il ne se fit pas ouvrier, il n’avait pas de positions institutionnelles, il effectua une série de travaux civils, mais il était libre : il participait aux réunions, réfléchissait, étudiait, discutait.

  • 20 Ibid., p. 293, et Le Journal du p. Hollande, copie détenue par l’auteur.
  • 21 Émile Poulat, « Écrits de jeunesse (1950-1953) », dans Les communistes et les chrétiens. Alliance (...)
  • 22 Le Journal du p. Hollande, op. cit., p. 955.

23Du Journal du père Hollande sur les réunions de la Mission, auxquelles participait parfois le père Marie-Dominique Chenu (« quand il parlait, il attisait le feu, moi, je refroidissais le sujet », disait Poulat), on voit ses interventions nettes, logiques, dépouillées20. En 1952, il souhaitait la visite de l’archevêque aux petites équipes et un nouveau recrutement. Il commençait à toucher les limites de l’Église, comme il l’écrit dans ses textes de jeunesse : « L’Église a cessé d’être aujourd’hui la grande espérance des hommes21. » Mais quelle était sa vision de la société en ces années-là ? « Quoi que nous fassions, écrit-il en 1953, nous marchons dans un sens qui aboutira à l’avènement du communisme… Il est l’expression d’une partie de la classe ouvrière. Il est une force consciente et une conscience radicalement athée. On ne peut pas négliger ce fait de conscience22. »

  • 23 É. Poulat, « Écrits de jeunesse (1950-1953) », op. cit., p. 147.
  • 24 C. M. Martini – G. Sporschill, Conversazioni notturne a Gerusalemme. Sul rischio della fede, Milan (...)

24À la même période, dans l’atmosphère feutrée de la Secrétairerie d’État, le substitut Giovanni Battista Montini exprimait un jugement analogue : à l’avenir, le communisme triompherait, ce qui horrifiait le cardinal Giuseppe Siri, dauphin de Pie XII. De la période entre les années 1950 et 1953, nous avons trois écrits de jeunesse que Poulat publia en 1990 dans un fascicule sur Madeleine Delbrȇl (« le saisissement d’un croyant devant les tendances lourdes du monde dans lequel il est plongé, le saisissement de ma jeunesse lointaine », écrit-il)23. Dans ces lignes aussi, nous lisons entre autres la crise intérieure au contact de la recherche, qu’il appelle « la nuit obscure », de la même manière que le cardinal Carlo Maria Martini lorsqu’il parle de la crise de la certitude au contact de la méthode historico-critique24.

L’impossible prêtre non clérical

  • 25 Le Journal du p. Hollande, op. cit., p. 955.
  • 26 Ibid., p. 686.

25L’identité du prêtre changeait au milieu des ouvriers. Poulat s’interrogeait en 1953 : « En quoi consiste maintenant notre sacerdoce ? Alors, il y aura un type de sacerdoce non clérical25 ». Le père Gray a identifié en 1949 la voie des prêtres-ouvriers : « Passer d’un sacerdoce ordonné à faire tourner une Église visible et toute faite à celui d’une Église à insérer dans l’Histoire26. » Entrer dans un autre monde : l’idée d’Église et de prêtre évolue. En 1954, le choix de rester au travail, contre l’avis des évêques, procédait d’une certaine conception du sacerdoce :

  • 27 Ibid., p. 1039.

Les décisions de la hiérarchie – affirme Poulat en 1954 – montrent que l’Église n’admettra la classe ouvrière que s’il y a des faits même brutaux… Un ouvrier ne peut être prêtre ou évêque qu’en cessant d’être ce qu’il est… Il ne faut pas toujours penser à l’avenir. Voir nunc. Il n’est pas vrai que notre fidélité s’exprime par une trahison : le scandale de notre insoumission sera moins grave que l’autre… En rentrant, on trompe l’Église, l’Église n’est pas ce qu’on croit… Il est indispensable pour nous de maintenir nos liens avec l’évêque, mais l’obéissance intérieure est l’élément d’un tout27.

26À l’automne des prêtres ouvriers, Poulat a été un intellectuel de pointe. Favorable au maintien sur les lieux de travail, il ne travaille pas en usine. Il a souffert et lutté. Un vieux prêtre parisien m’a raconté l’avoir rencontré à ce moment-là, en colère, disant que le monde entier était contre les prêtres-ouvriers. Son sacerdoce prenait fin : son profil d’intellectuel prévalait, avec des motifs personnels. Il envisageait en 1953 de muter au CNRS, où il avait présenté sa candidature, acceptée seulement en 1954 grâce à Ignace Meyerson. Ses relations avec Odile remontent à cette période.

La singulière sortie du sacerdoce et de l’Église

27Comment a-t-il quitté le sacerdoce ? Il n’y a pas de trace au Saint-Office d’une réduction à l’état laïc ou d’une suspension a divinis ou encore d’autres mesures à son encontre. De façon surprenante, on ne trouve quasiment rien aux archives diocésaines de Paris, comme si cela n’avait pas existé (la trace principale se trouve dans le Journal de Hollande). Le tout demeure mystérieux. Prêtre, jamais ouvrier, il quitte le sacerdoce pour défendre le travail en usine. Il devient laïc sans être défroqué, sans mesures qui auraient pourtant semblé logiques. Pourtant, que d’histoires de ruptures dramatiques de prêtres entre les xixe et xxe siècles ! Mais rien de tout cela : son nom, comme d’autres, sort de l’annuaire diocésain de 1955. Mesure on ne peut plus légère, après la décision si vigoureuse de Pie XII. Le cardinal Maurice Feltin ne voulut pas sévir, au contraire, il tint le dialogue ouvert. Une incroyable sortie silencieuse de prêtres au centre du débat public dans la société française. Où est la clarté juridique de l’Église ? L’ordre objectif des sacrements ?

  • 28 Jean Vinatier, Le cardinal Suhard 1874-1949. L’évêque du renouveau missionnaire en France, Paris, C (...)

28La documentation ecclésiastique sur Poulat fait défaut. Pourquoi ? À partir de 1961, Pierre Veuillot est archevêque coadjuteur de Paris, titulaire en 1966 avant de mourir en 1968 : c’est un vieil ami de Poulat, avec qui il était en relation quand il était à la Secrétairerie d’État. Il lui rendait discrètement visite, même quand il était archevêque. Veuillot peut avoir parachevé le « silence » avec la disparition du dossier Poulat et de ses traces dans l’histoire. C’est une hypothèse qui pourrait expliquer l’étrangeté d’un prêtre diocésain qui n’a quasiment pas laissé de traces. Le cardinal Paul Poupard, lui aussi au Vatican comme Veuillot, connaissait les relations étroites entre Poulat et Veuillot et tend à croire à une intervention de ce dernier. Du reste, aux archives diocésaines, l’impression demeure que Poulat avait voulu garder un contrôle sur les dossiers des prêtres-ouvriers, comme le Journal de Hollande, pour cette raison aussi qu’il s’intéressait à l’écriture de la biographie d’Emmanuel Suhard (réalisée ensuite par Jean Vinatier28). Il y a un mystère Poulat. Comment lui, un historien, pouvait-il croire qu’un homme ou un groupe d’hommes ne laisserait aucune trace dans les institutions ?

  • 29 Les Prêtres-ouvriers, op. cit.
  • 30 Ibid., p.287.

29En 1954, le même Poulat voulut recueillir les traces documentaires des prêtres-ouvriers en effectuant une tournée auprès d’eux dans toute la France, afin de publier l’instant book, non signé par lui, mais qui est son œuvre, comme on l’a déjà dit, Les Prêtres-ouvriers, édité en novembre 195429. Cela voulait être, dans l’esprit du groupe – me disait-il –, un travail collectif, envoyé en esquisse aux prêtres-ouvriers pour recevoir ensuite leurs corrections. Il me signalait avoir été l’auteur de la lettre à Feltin du 15 février 1955. La conclusion de l’ouvrage est de son fait et on peut lire : « Ces questions restent entières. Elles ne peuvent être esquivées par l’Église, ni résolues par elle30. »

30En un an, sans sanctions, s’effectua son glissement hors des rangs ecclésiastiques. En 1955, Poulat écrivait à Feltin, en l’appelant « son évêque » :

  • 31 Archives historiques de l’archevêché de Paris

[…] la situation s’est détériorée un peu plus… il semble que rien ne doit être fait ensemble. Soumission d’abord. Après ?... Et bien, après, personne ne sait, même cette mission ouvrière, nous ne lui avons pas fait d’obstruction. Il se trouve que, pour vivre, depuis dix ans, nous avons été dans l’obligation de penser, de penser autrement qu’on ne nous avait dit. Cette théologie ne m’aide en rien dans ma vie, et je regrette que votre communiqué ne m’aide pas davantage. Mes paroles vous semblent dures parce je les ai voulues franches. Elles ne sont pas de révolte, mais d’attente. Ce travail, que je vous disais nécessaire, je souhaite, par la hiérarchie, l’envisager sans tarder. Il ne peut s’agir d’une épreuve de force…31.

  • 32 Émile Poulat, « Postface. La théologie… », op. cit., p. 295 ; François Dosse, Michel de Certeau. L (...)
  • 33 Ibid., p. 291.

31Il ne parle pas en tant que prêtre à son évêque. Son langage n’est pas ecclésiastique ; il cherche une objectivité historique : l’objectivité du livre de 1954. Il s’agit d’une phase intermédiaire : le Poulat du CNRS et des premiers travaux qui maintient des contacts avec une Église dont il a choisi une sortie en silence. Le silence ne veut pas dire qu’il n’y ait pas eu une grande douleur personnelle. Poulat n’est pas devenu un ancien prêtre critique, même après 1968. Il n’est pas un « dissident » interne, comme il le dit, à la manière d’un Michel de Certeau32. Sans ruptures. Il n’a pas cherché sa place dans l’Église et n’a pas voulu changer cette dernière : « Je reste toujours marginal – dit-il à Yvon Tranvouez – mais pas extérieur, à la différence d’Henri Desroche, par exemple, qui avait rompu avec l’ordre dominicain en 1951… Je me suis retrouvé dehors, c’est tout33. » Dehors, pas extérieur ! Un outsider, non rejeté par l’institution. En fut-il réellement ainsi ? Sans doute le silence recouvrit-il ce qui n’avait pas été dit ni décidé par les deux parties. Pendant ce temps, Poulat se donna un autre profil : celui d’un chercheur pour qui l’Église était un objet d’observation.

Scientifique laïque

  • 34 Émile Poulat, « Sociologie des religions et religion de l’humanité », dans Émile Poulat, Claude Ra (...)

32Les différences avec Henri Desroche sont intéressantes. Nous serions parfois tentés de trouver chez Poulat des traces de cette « religion de l’humanité », de Saint-Simon à Charles Fourier, qui passionnait Desroche (Pierre Leroux ne l’intéressait pas, notait Poulat34). Pourtant, à tant parler d’Église, de politique, de théologie, de mystique, de critique et de bien d’autres choses, il évite de se définir, avec une timidité habile dont il jouait avec les catholiques comme avec les non-croyants qui, les uns comme les autres, voulaient l’annexer. Plaisantant sur sa dissimulation, selon laquelle il était laïc, mais pas trop, objectif, mais subjectif, catholique et non catholique, il dit un jour qu’il était « bouddhiste ». Il m’écrivit 13 juin 2008, jour de ses 88 ans :

  • 35 Émile Poulat à Andrea Riccardi, 13 juin 2008.

Dieu, comme on dit, n’a jamais été pour moi une notion, mais toujours une présence, même dans ce que j’ai appelé la “nuit critique”… C’est un peu le passage de la Mer Rouge où l’on avance seul, coupé de ceux qui existent sur l’autre rivage, et où on pérégrine dans le désert comme Foucauld. J’ai été élevé dans une tradition d’humanisme chrétien, ouverte à tout ce qui s’offrait et qui faisait miel de tout ce qui venait de dehors. J’ai toujours su que j’avais à conduire ma vie et à faire une vie intramondaine et antimondaine, attiré par les trappistes (comme Foucauld) et sachant que ce n’était pas ma place. Il y a aussi l’école inéluctable de Marcel Légaut, sans même l’avoir lu : “L’Église, ma mère et ma croix”, et il y a celle de Jacques Maritain… “L’Église, sa personne et son personnel”… La prière, les pauvres, la paix selon Sant’Egidio, c’est aussi une traversée dans la Mer Rouge. La suite biblique est l’histoire d’un mirage : la Terre Promise, royaume du peuple élu. C’est encore la nôtre35.

  • 36 Émile Poulat, « Testament spirituel », dans Le désir de voir Dieu, op. cit., p. 297.

33Nous retrouvons un écho des thèmes du testament spirituel de Pâques 2011. Mais comment s’est renoué le dialogue de Poulat avec le monde de l’Église ? Il n’y eut jamais de retour à la situation passée, impliquée, militante. Les mesures de l’autorité à son encontre – combien le droit canonique a-t-il décliné ! – n’ont jamais fait état de sa condition. Sans doute n’y a-t-il pas eu de rupture de sa part, mais une attitude religieuse s’est conservée dans le silence du scientifique laïque. Son testament a révélé une intériorité, qui semblait dissimulée, mais qu’il voulut réaffirmer : « Par-dessus tout, j’aurai été toujours un homme de prière… de cette prière du cœur à la source de la paix intérieure que nous partagions, Odile et moi36. »

Il n’est pas revenu, mais ils l’ont reconnu

  • 37 Entretien de l’auteur avec Émile Poulat.
  • 38 Émile Poulat, « Intervento », dans I cattolici italiani e la nuova giovinezza dell’Europa. XLI set (...)

34Certaines attentions catholiques furent bien accueillies de sa part dans les années 1980 : l’invitation à écrire dans La Croix, l’invitation du cardinal Paul Poupard à participer au dialogue entre le Saint-Siège et les non-croyants. À l’époque, le cardinal l’invita à faire les lectures de la messe, ce qui fut considéré par lui comme un geste de « réconciliation37 ». Il y eut ensuite la fréquentation du monde italien et les contacts avec un autre catholicisme, celui du Mezzogiorno, par l’intermédiaire de Gabriele De Rosa, la fréquentation du monde romain grâce aux rites scientifiques et sociaux de l’École française de Rome dans les années importantes de Charles Pietri (directeur de 1983 à 1991), avec plusieurs audiences de groupe avec Jean-Paul II (jamais privées). Je me souviens d’un long entretien de Poulat avec Mgr Pietro Rossano, évêque intellectuel, étudiant les religions. Pourtant, appelé dans le milieu catholique, comme aux Semaines sociales des catholiques italiens en 1991, il ne se conformait pas au langage confessionnel, mais gardait un ton scientifique, bien qu’avec de sages ouvertures à un registre empathique de communication38.

  • 39 Émile Poulat, Critique et mystique. Autour de Loisy ou la conscience catholique et l’esprit modern (...)

35Jamais historien catholique, Poulat a continué à cultiver des relations dans différentes directions, comme avec les catholiques traditionalistes français (dont il avait connu la mère d’un des évêques, Tissier de Mallerais). Mais aussi avec les non-croyants, dont il voulut la présence lors de la rencontre interreligieuse organisée à Lyon en septembre 2005. Les frontières, les carrefours, les marges l’intéressaient beaucoup. Critique et Mystique est le titre heureusement choisi d’un livre consacré à Loisy et j’aimerais le lui appliquer39. La rencontre avec l’Esprit d’Assise et le dialogue interreligieux lors du congrès de Milan de 1993, avec la Communauté de Sant’Egidio, constitua un tournant important. Je me souviens l’avoir vu enthousiasmé par les contacts avec les responsables des différentes religions, le cardinal Martini et le moment conclusif : une sorte de liturgie populaire avec les responsables des religions. Il écrit à la fin de L’ère postchrétienne :

  • 40 Émile Poulat, L’ère postchrétienne. Un monde sorti de Dieu, Paris, Flammarion, 1994, p. 309-310.

C’est une autre route… J’en sais une, inconnue dans mon pays. On y parle toutes les langues et même le français, mais pas de France. Elle convient à ceux qui aiment les longues préparations et les rencontres improbables… Elle a son kilomètre 0 à Assise en 1986… Grâce à la ommunauté de Sant’Egidio… elle a commencé de dérouler son ruban. À l’heure où s’achève ce livre, elle arrive à Milan pour sa septième étape… trois cent cinquante hauts dignitaires de toutes les religions historiques… ont symbolisé l’humanité non pas réunifiée, mais réconciliée… J’y étais, dans la foule40.

  • 41 Ibid., p. 310.
  • 42 Émile Poulat, France chrétienne, France laïque. Entretiens avec Danièle Masson, Paris, DB, 2008, p (...)

36Poulat, inspiré, écrivit à Milan la conclusion de L’ère postchrétienne : « Et apprenez à mieux mesurer ce que signifie pour l’appel chrétien surgi voici bientôt deux mille ans cette situation éprouvante : une mise à nu et une mise à neuf de la ’bonne nouvelle41. » Il lui semblait que le dialogue entre les religions et la religion de l’humanité mettaient à nu le christianisme dans son passage à un monde pluriel et complexe, si différent des périphéries ouvrières pour lesquelles il avait travaillé dans les années 1950. C’est là que se trouve la racine de son affection pour les rencontres dans l’Esprit d’Assise, auxquelles il a participé tant qu’il le pouvait d’une manière active : « Sant’Egidio est le fil direct avec l’Esprit d’Assise », a-t-il dit à Danièle Masson42.

  • 43 Émile Poulat, « Dieu est-il moderne ? », dans Jean Duchesne, Jacques Ollier (dir.), Demain l’Églis (...)
  • 44 Émile Poulat, « La laïcité au nom de l’État », Bulletin du secrétariat de la conférence des évêque (...)

37Cet aspect, lié à Sant’Egidio, était de caractère extra-français. Mais Poulat tenait aussi à la référence de l’Église de France. Le cardinal François Marty (1968-1981), avec son progressisme modéré, n’était pas du genre de Poulat. Mais, avec l’arrivée de Jean-Marie Lustiger, se développa avec l’archevêque une relation réservée et intense. Le professeur l’aida sur les thèmes de la Révolution française et de son bicentenaire et sur la laïcité ; il alla même jusqu’à apporter une contribution dans un livre d’hommage au cardinal43. Le « Bulletin du secrétariat de la Conférence des évêques de France », en octobre 1990, publia un texte de Poulat sur la laïcité44. Une attention particulière de Lustiger à Odile, lors d’une occasion publique (l’inauguration d’une crèche devant Notre-Dame), le toucha beaucoup. En 2010, les obsèques de son épouse, pendant lesquelles il parla avec sobriété, gérant avec dignité une immense douleur, lui apparurent comme le signe de la fin d’une saison de silence, en particulier à cause des paroles prononcées lors de l’homélie, auxquelles il donna une signification plus importante que celle attribuée par le célébrant. De manière significative, il envoya l’homélie aux archives diocésaines et m’en parla. Il ne s’expliquait pas la succession des reconnaissances ecclésiastiques, comme les paroles affables du cardinal André Vingt-Trois au Collège des Bernardins en 2011 ou d’autres encore, sinon par le fait que l’institution avait tourné une page. Mais il apparut alors que sa situation canonique n’était pas résolue depuis 1954.

  • 45 Entretien de l’auteur avec Mgr Claude Dagens.
  • 46 Émile Poulat, « Testament spirituel », dans Le désir de voir Dieu, op. cit., p. 297.
  • 47 Émile Poulat, Écrits de jeunesse (1950-1953), op. cit., p. 152.
  • 48 Émile Poulat, « Testament spirituel », dans Le désir de voir Dieu, op. cit., p. 298.

38Il allait donc de quelque façon préciser sa position dans l’Église. À ceux qui le soupçonnaient d’avoir peu de sympathie pour Benoît XVI à cause d’une phrase malheureuse, il répondait après la mort d’Odile : « Je n’ai jamais demandé à aucun pape d’être de ma paroisse. Il me suffit d’être dans son église, dans la grande nef où il n’est pas nécessaire d’être d’accord sur tout pour chanter ensemble, de préférer à une chapelle latérale. » Il se disait homme de « la grand nef » de l’Église. Au milieu de tous, comme à Milan en 1993 parmi la foule. Mais toujours avec sa réserve de scientifique, tout en étant devenu affectif et vulnérable, comme Mgr Claude Dagens l’a observé45. Il y aurait beaucoup de choses à approfondir de sa vie intérieure, notamment en rapport avec ses ouvrages. Reste un peu le secret. Il écrit dans son testament spirituel : « J’ai tout capitalisé sans rien renier et sans transformer en conflits d’inévitables désaccords46. » La sagesse, tout autre que romantique, d’un homme qui savait donner une lecture historique aux vicissitudes mêmes de sa propre existence, mais qui vivait un trait d’affection profonde pour les personnes et les situations humaines. Il était lui-même, de manière responsable, se gardant d’influencer quiconque. « Je ne propose rien à imiter », écrit-il en introduction à ses écrits de jeunesse en 199047. Les derniers mots de son testament laissent entrevoir son idéal humaniste : « Notre histoire a été celle d’un siècle barbare comme on n’en avait pas connu : violent, cruel, avide. Notre étoile a été un monde fraternel et pacifique, sans utopie, au quotidien. »48

Notes

1 Valentine Zuber (dir.), Un objet de science, le catholicisme. Réflexions autour de l’œuvre d’Émile Poulat, Paris, Bayard, 2001. Voir aussi Émile Poulat, « Memorie sul cattolicesimo italiano del Novecento », entretien avec Arnaldo Nesti, Religione e Società, 31, 1998, p. 87-97.

2 Les prêtres-ouvriers, Paris, Éditions de Minuit, 1954.

3 Émile Poulat, Scruter la loi de 1905. La République française et la religion, Paris, Fayard, 2010.

4 Émile Poulat, Histoire, dogme et critique dans la crise moderniste, Paris-Tournai, Casterman, 1962.

5 Émile Poulat, Naissance des prêtres-ouvriers, Paris-Tournai, Casterman, 1965.

6 Jean Delumeau, Le christianisme va-t-il mourir ?, Paris, Hachette, 1977.

7 La religion est perdue à Paris… Lettres d’un vicaire parisien à son archevêque en date de 1849, suivies d’un mémoire adressé au même, présentation par Yvan Daniel, Paris, Éditions Cana, 1978.

8 Alphonse Dupront, Il presente cattolico, Torino, Bollati Boringhieri, 1993, p. 31.

9 Marie-Dominique Chenu, La doctrine sociale de l’Église comme idéologie, Paris, Cerf, 1979, p. 15.

10 Josef Ratzinger, Il sale della terra. Cristianesimo e Chiesa cattolica nella svolta del Millennio, Cinisello Balsamo, San Paolo, 1997, p. 272.

11 Émile Poulat, L’Église, c’est un monde. L’ecclésiosphère, Paris, Cerf, 1986.

12 Jean-Claude Vidal, L’historien et le politique. Entretiens avec Bronislaw Geremek, Montricher, Éditions Noir sur Blanc, 1999, p. 65.

13 Émile Poulat, « Postface. La théologie face à l’histoire, retour sur un itinéraire. Entretien avec Yvon Tranvouez et François Trémolières », dans Émile Poulat, Le désir de voir Dieu et sa signification pour la théologie française contemporaine, Paris, DDB, 2015, p. 291-292.

14 Émile Poulat, Naissance des prêtres-ouvriers, op. cit., en italien I preti operai (1943-1947), Brescia, Morcelliana, 1967.

15 Émile Poulat, « Postface. La théologie… », op. cit., p. 287-296.

16 Émile Poulat, « Chiesa e mondo moderno : il caso dei preti operai », dans Andrea Riccardi (dir.), Pio XII, Roma-Bari, Laterza, 1984, p. 295-306 ; Gilbert Cesbron, Les Saints vont en enfer, Paris, Robert Laffont, 1952.

17 Émile Poulat, « Postface. La théologie… », op. cit., p. 288.

18 Ibid., p. 289. Voir, ce point, les précisions apportées par Thierry Keck, Jeunesse de l’Église 1936-1955 : aux sources de la crise progressiste en France, Paris, Éd. Karthala, 2004.

19 Ibid., p. 290.

20 Ibid., p. 293, et Le Journal du p. Hollande, copie détenue par l’auteur.

21 Émile Poulat, « Écrits de jeunesse (1950-1953) », dans Les communistes et les chrétiens. Alliance ou dialogue ? Madeleine Delbrêl (1904-1933-1964), Le Supplément, 173, 1990, p. 162.

22 Le Journal du p. Hollande, op. cit., p. 955.

23 É. Poulat, « Écrits de jeunesse (1950-1953) », op. cit., p. 147.

24 C. M. Martini – G. Sporschill, Conversazioni notturne a Gerusalemme. Sul rischio della fede, Milano, Mondadori, 2013, p. 6.

25 Le Journal du p. Hollande, op. cit., p. 955.

26 Ibid., p. 686.

27 Ibid., p. 1039.

28 Jean Vinatier, Le cardinal Suhard 1874-1949. L’évêque du renouveau missionnaire en France, Paris, Centurion, 1983.

29 Les Prêtres-ouvriers, op. cit.

30 Ibid., p.287.

31 Archives historiques de l’archevêché de Paris

32 Émile Poulat, « Postface. La théologie… », op. cit., p. 295 ; François Dosse, Michel de Certeau. Le marcheur blessé, Paris, La Découverte, 2002.

33 Ibid., p. 291.

34 Émile Poulat, « Sociologie des religions et religion de l’humanité », dans Émile Poulat, Claude Ravelet (dir.), Henri Desroche, un passeur de frontières. Hommage, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 115-126.

35 Émile Poulat à Andrea Riccardi, 13 juin 2008.

36 Émile Poulat, « Testament spirituel », dans Le désir de voir Dieu, op. cit., p. 297.

37 Entretien de l’auteur avec Émile Poulat.

38 Émile Poulat, « Intervento », dans I cattolici italiani e la nuova giovinezza dell’Europa. XLI settimana sociale dei cattolici italiani, Roma, 2-5 aprile 1991, Roma, Editrice AVE, 1992, p. 125-144.

39 Émile Poulat, Critique et mystique. Autour de Loisy ou la conscience catholique et l’esprit moderne, Paris, Centurion, 1984.

40 Émile Poulat, L’ère postchrétienne. Un monde sorti de Dieu, Paris, Flammarion, 1994, p. 309-310.

41 Ibid., p. 310.

42 Émile Poulat, France chrétienne, France laïque. Entretiens avec Danièle Masson, Paris, DB, 2008, p. 241.

43 Émile Poulat, « Dieu est-il moderne ? », dans Jean Duchesne, Jacques Ollier (dir.), Demain l’Église. Hommage au cardinal Lustiger, Paris, Plon, 2001, p. 127-133.

44 Émile Poulat, « La laïcité au nom de l’État », Bulletin du secrétariat de la conférence des évêques de France, 15, 1990, p. 1-15.

45 Entretien de l’auteur avec Mgr Claude Dagens.

46 Émile Poulat, « Testament spirituel », dans Le désir de voir Dieu, op. cit., p. 297.

47 Émile Poulat, Écrits de jeunesse (1950-1953), op. cit., p. 152.

48 Émile Poulat, « Testament spirituel », dans Le désir de voir Dieu, op. cit., p. 298.

© LARHRA, 2020

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search