Version classiqueVersion mobile

Le père Fraisse (1912-2001)Les combats d’un jésuite foudroyé

 | 
Bernard Comte
, 
Madeleine Comte

Annexes

Texte intégral

1- Glossaire

1Assistance : Ensemble des institutions jésuites d’un pays donné et de leur personnel représentées à Rome par un assistant élu en même temps que le général. En 1957, l’assistant de France est le P. de Gorostarzu.

2Compte de conscience : Entretien annuel de chaque jésuite avec son provincial (en cas de visite, avec le visiteur) au cours duquel il fait le point sur son ministère. Le contenu de cet entretien est soumis au secret le plus absolu.

3Congrégation générale : Réunion des responsables jésuites (le provincial et deux profès élus par province) qui élit le père général à vie ainsi que ses neuf assistants, dont le vicaire général. Elle légifère sur les grandes orientations de la Compagnie. Elle n’a pas de périodicité fixe et se tient en moyenne tous les 10 ans.

4Consulte, consulteur : Petite commission qui assiste le provincial, composée de trois membres en 1957.

5For externe : Ce qui concerne l’action apostolique du religieux.

6For interne : Ce qui concerne la conscience du religieux, sa vie spirituelle.

7Général ou préposé général : Élu à vie pour diriger la Compagnie par la Congrégation générale. Aidé de ses neuf assistants, il dispose de pouvoirs absolus.

8Institut : Les Constitutions de la Compagnie, la Règle et les Exercices spirituels de saint Ignace.

9Khâgne : Classes supérieures de lycée préparant aux concours d’entrée aux Écoles normales supérieures.

10Mémorial : En général, dans les congrégations, registre des décès de l’année écoulée. Chez les jésuites, message d’un supérieur dressant pour le responsable d’une maison le bilan de sa visite.

11Ministre : Chargé de la vie matérielle d’une maison ou responsable d’une petite communauté.

12Operarius : Qualifie un jésuite nommé dans une maison sans recevoir d’affectation particulière.

13Options libres : Matières laissées au libre choix du religieux, par exemple en politique.

14Préfet des études : Responsable de la discipline dans un collège.

15Profès : Jésuite qui a accompli le cycle complet de formation et qui a prêté le quatrième vœu.

16Provincial : Nommé par le général (en cas de visite, par le visiteur) pour trois ans renouvelables. En 1957, la France comprend quatre provinces : Paris, Lyon, Toulouse, Champagne. En 1976, elle ne comprend plus qu’une seule province avec des vice-provinciaux, dont celui de Lyon-Méditerranée.

17Recteur : Directeur d’un établissement important de la Compagnie.

18Régent : Chargé d’un niveau de classe dans un collège. La régence constitue en général une étape dans la formation du jésuite.

19Scolasticat : Établissement de formation des ordres religieux. Chez les jésuites, les étudiants suivent le scolasticat de philosophie puis de théologie.

20Socius : Assistant d’un responsable religieux, visiteur ou provincial (il joue surtout le rôle de secrétaire).

21Status : État nominatif des membres d’une congrégation établi par maison chaque année. C’est à ce moment que se font les changements d’affectation. Pour la Compagnie, il est publié fin juillet.

22Supposition préalable : Inspirée des § 20 et 22 des Exercices de saint Ignace, elle suppose la consultation et l’adhésion du religieux à la mission qui lui est proposée.

23Tala : Dans le jargon normalien, ceux qui vont « t’à la » messe, à savoir le groupe catholique.

24Vicaire général : Assistant du général, élu en même temps que lui.

25Visiteur : Lorsqu’une situation de crise apparaît dans la Compagnie, le général nomme un homme de confiance auquel il donne les pleins pouvoirs pour redresser la situation. La visite est en général de courte durée, par exemple celle du P. Dhanis en 1950. 

2- Rapport fait au provincial, le P. Ravier, sur sa demande

Nice le 27 octobre 1957

26Le lundi 8 juillet, le R. P. visiteur m’a fait venir à Paray le Monial. L’entretien a duré une courte demi-heure. Il m’a signifié qu’il m’enlevait de la Maison des Étudiants Catholiques de Lyon, que ce n’était pas un déplacement mais une sanction. Il m’a dit que j’exerçais une mauvaise influence sur les étudiants, influence qui portait ses fruits plus tard par une action dissolvante du sens de l’autorité et en particulier de l’autorité épiscopale.

27Lorsqu’il a eu terminé, je lui ai demandé s’il m’autorisait à dire un mot. Sur sa réponse affirmative, je me suis borné à donner les deux ministères que j’ai exercé depuis ma sortie de théologie à savoir deux ans au collège de Dole – professeur de philosophie et huit ans aumônier à la maison des Étudiants Catholiques de Lyon – ainsi que le nom de mes Supérieurs Ordinaires et de mes Supérieurs Majeurs durant ces années. Le sens en était clair : aucun de ces Supérieurs ne m’avait fait aucun reproche sur mon activité apostolique. Ils avaient même daigné m’encourager et me remercier de mon action et très précisément sur le point précis que me reprochait le visiteur : donner une fidélité authentique à l’Église ou la restituer à ceux qui étaient en danger de la perdre. Le R.P. Visiteur m’a dit alors : « Les supérieurs n’ont pas fait leur devoir ». J’ai alors indiqué au P. Visiteur mon dernier ministère, fin juin 1957 auprès des dirigeants démissionnaires de la J.E.C. Leur aumônier national, le P. d’Oncieu – qui fut d’ailleurs pendant quatre ans mon Supérieur à la MEC – m’avait très précisément demandé de venir passer deux jours avec eux pour les maintenir et les confirmer dans leur foi et leur fidélité à l’Église après une année difficile due à la crise de l’Action Catholique. Les PP. d’Oncieu et Roche assistaient à ces journées. Le P. visiteur s’est alors recueilli et a dit ensuite : « Il faut, il faut. Je ne suis pas infaillible mais je prends mes responsabilités ».

28J’avais eu au mois précédent trois entretiens avec le P. Visiteur au cours desquels je lui avais parlé avec une franchise totale de ce que je faisais, des besoins de la Compagnie et de l’Église tels que je les voyais. Au cours de ces entretiens, le P. Visiteur ne m’a fait aucune remarque, aucun reproche.

29Depuis le 8 juillet, je n’ai pas revu le P. visiteur. Après le 31 juillet, le P. provincial m’a communiqué la note du P. visiteur me concernant.

30Donc mon changement de résidence est une sanction comme me l’avait précisé le P. visiteur. Et à cette sanction déjà « infâmante » s’ajoutent deux mesures encore plus « infâmantes ».

31Le point capital est donc le suivant : sur quelles données, sur quels renseignements se base le R. P. visiteur ?

32En effet, depuis huit ans que je suis à la Maison des Étudiants Catholiques.

33J’ai été aumônier d’un certain nombre de groupes d’étudiants et d’étudiantes dont l’âge s’échelonne de 18 à 25 ans, ce qui les met à même de juger dans une certaine mesure de la formation religieuse qui leur est donnée. Beaucoup d’entre eux sont maintenant dans la vie, exercent une profession, sont mariés, certains sont séminaristes ou jeunes religieux.

34De plus, ces étudiants ont des parents, dont bon nombre sont capables de juger l’influence exercée sur leurs enfants. Parmi eux se trouvent des catholiques notoires, bien connus non seulement dans la région, mais en France et même hors de France.

35J’ai été également aumônier de divers groupes d’adultes de milieux très divers : industriels, avocats, médecins, ouvriers, professeurs de l’enseignement secondaire et supérieur. Et il se trouve qu’à une ou deux exceptions près, ces hommes sont connus et personnellement connus de mes supérieurs de la Compagnie. J’ai du reste demandé à mon propre supérieur [le P. Varillon] de continuer à assurer l’aumônerie de deux de ces groupes. Un autre sera pris en charge par un père de la Maison des Étudiants [le P. Pasquier].

36Tous ces étudiants et tous ces adultes existent et peuvent être interrogés. De même qu’existent les pères de la Compagnie, supérieurs ou non, qui m’ont entendu et ont été les témoins de mon action. J’ai donné, soit dans la région lyonnaise, soit en dehors nombre de retraites, récollections, sessions à l’invitation de nos pères ou d’autres ecclésiastiques. Il est facile de faire une enquête.

37De plus, je tiens à préciser un point. Le P. Visiteur reconnaît mon « rayonnement auprès d’hommes enclins au progressisme et que j’ai pu préserver d’erreurs trop graves ». Je tiens à souligner que cette action a été une part extrêmement minime de mon ministère. Celui-ci s’exerce essentiellement auprès de fidèles ordinaires, je veux dire sans problèmes spéciaux. Ils constituent la grande masse de ceux qui ont pu m’entendre. Et c’est sur cette action essentiellement que je veux être jugé. Je tiens à le préciser car le jugement essentiel formulé par écrit par le visiteur et qu’il m’a exprimé oralement revient à ceci : il est possible que votre action ait pu être relativement bienfaisante auprès de gens en marge de la foi, mais elle est nuisible auprès des catholiques en général.

38Donc le R.P. Visiteur ne m’a pas dit, pas plus qu’il n’a dit à mes supérieurs – autant que je puis savoir – sur quels témoignages, sur quelles plaintes il se fondait. S’ils existent, qu’ils soient vérifiés, examinés auprès de ceux qui peuvent le faire et ont qualité pour le faire. Qu’ils me soient aussi présentés, s’il est vrai que d’après l’Institut cela est normal.

39Je ne suis pas parfait, bien loin de là et ne prétends nullement à l’être. Mais se voir après dix années de ministères dures et difficiles que l’on a eu une influence assez néfaste pour justifier de telles sanctions pose un problème grave. Et ce problème n’est pas essentiellement d’ordre personnel. Bien des Âmes y sont concernées dans leur confiance et leur attachement à notre Compagnie et à l’Église. 

3- Hommage rendu dans Le Monde au P. Fraisse
par Bernard Comte (8 août 2001).

Le Père Lucien Fraisse
Un acteur du renouveau catholique d'après-guerre

40Promoteur de la réorientation théologique qu'a consacrée le concile Vatican II et éveilleur des consciences chrétiennes pour un engagement non confessionnel au service de la justice et de la liberté, le Père jésuite Lucien Fraisse est mort, samedi 4 août, à Francheville (Rhône), dans sa quatre-vingt-neuvième année.

41Né à Lyon en 1912, Lucien Fraisse entre dans la Compagnie de Jésus après une année de khâgne et se lie tôt, avec son frère Paul - professeur de psychologie à la Sorbonne, décédé en octobre 1996 (Le Monde du 16 octobre 1996) - au mouvement personnaliste, à la revue Es- prit et à Emmanuel Mounier. Officier instructeur en 1939 à l'école de cavalerie de Saumur, il combat sur la Loire en juin 1940. Étudiant en théologie à Fourvière, il se lie aux professeurs novateurs (les pères Fontoynont, de Lubac, Chaillet, Ganne) et participe à l'encadrement de la Conférence Ampère, cercle catholique de lycéens et future pépinière de résistants ; il est aussi instructeur occasionnel à l'École des cadres d'Uriage.

42Lié dès 1941 à la Résistance spirituelle autour des Cahiers du Témoignage chrétien clandestins, Lucien Fraisse l'est aussi aux noyaux lyonnais de la Résistance politique et militaire, contribuant à leur unification. Avec le Père de Lubac, son condisciple Henri Chambre et André Mandouze, il incite les jeunes catholiques à refuser la réquisition pour le travail forcé (STO) en Allemagne. Or- donné prêtre en 1943, il visite, à la demande de celui qui deviendra l'abbé Pierre, plusieurs camps du Vercors. Dès le débarquement, il se met à la disposition du commandement FFI ; chef d'état-major des FFI de la Drôme, il combat ensuite en Maurienne.

43Après un séjour aux États-Unis, Lucien Fraisse enseigne au collège de Dôle, puis revient à Lyon en 1949. Installé à la Maison des étudiants catholiques (MEC), il est aumônier d'étudiants et se voue, avec un grand sens pédagogique, à combattre les étroitesses d'un catholicisme conservateur en rendant au mes- sage évangélique sa virulence déca- pante, préparant les étudiants à prendre des responsabilités sociales et politiques autant que professionnelles. Avec son ami Jean Lacroix, le Père Fraisse soutient les militants chrétiens engagés dans une coopération conflictuelle avec les communistes, défend les prêtres ouvriers et affronte les problèmes de la décolonisation, en particulier de l'Algérie. Cette audace provoque en 1957 une dure sanction de ses supérieurs : il est éloigné de Lyon et tout ministère auprès de je- unes lui est interdit. Son exil prend fin en 1959, mais cette injustice le laissera profondément blessé.

44Prendre en compte l'humain
Sa fidélité à l'Église, alliée à la liberté du jugement critique, n'en est pas ébranlée. Le Père Fraisse travaille désormais avec des groupes d'adultes, à Lyon surtout, proposant une réflexion chrétienne fondée sur la tradition, rajeunie et ravivée pour être en prise sur les questions et les expériences de notre temps. Il a été accusé de prêcher une religion politisée, alors qu'il incitait à une démarche spirituelle incarnée, qui prenne en compte tout l'humain, y compris le politique, et fonde la charité sur la justice et le respect des libertés. Ami d'Hubert Beuve-Méry et de nombreux responsables, il les accompagne dans un dialogue sans fard. Sans avoir rien publié, le Père Lucien Fraisse a été un des inventeurs, avec son ami le Père Pierre Ganne, de thèmes devenus familiers dans l'Église post-conciliaire : un Dieu pauvre et humble, allié d'une humanité libre et forte appelée à renoncer au culte de la puissance.

© LARHRA, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search