Version classiqueVersion mobile

Le père Fraisse (1912-2001)Les combats d’un jésuite foudroyé

 | 
Bernard Comte
, 
Madeleine Comte

Conclusion

Texte intégral

1L’appellation de « singulière » convient aux deux sens de ce mot pour caractériser la sanction dont a été victime le P. Fraisse. Exceptionnelle par sa gravité, elle est singulière aussi par son caractère isolé. À notre connaissance, il a été le seul jésuite de la province aussi lourdement frappé.

2On peut rapprocher cette sanction de celles qui, au cours de la même décennie, ont frappé des théologiens. Ces théologiens étaient écartés de l’enseignement, interdits de publication, mais ils pouvaient continuer à travailler dans l’espoir de jours meilleurs qui leur permettraient de publier. Ce qui, pour plusieurs d’entre eux, s’est produit au moment du Concile. Le P. Fraisse n’avait pas cette consolation. Pour lui, la décision de 1957 était, comme il l’a dit, « la condamnation globale de tout mon ministère apostolique », c’est-à-dire de sa raison de vivre. Il a souffert de la gravité de la sanction infligée par le visiteur. Mais, au fil des pages, on a pu constater qu’elle a été aggravée par la manière dont elle a été appliquée et parfois durcie par le provincial Arminjon. La souffrance a perduré après le retour à Lyon qui n’était qu’une demi-mesure. Outre que le P. Fraisse n’a jamais eu une reconnaissance publique de l’« infamie » dont il avait été victime, il a souvent senti que nombre de ses confrères l’ignoraient ou feignaient de l’ignorer, bref se comportaient avec lui comme s’il ne s’était rien passé ou, pire, que certains, à demi informés, continuaient à les considérer comme suspect. Plusieurs textes, des notations brèves mais amères, relèvent les nombreux épisodes qui sont pour lui autant de blessures et à propos desquels revient sans cesse le mot « infamie ».

3Ces réactions, il ne les exprimait pas et son abord, parfois rude, ne laissait pas deviner sa vive sensibilité. Certains traits de son caractère ont pu aggraver la situation, provoquer des incompréhensions. Il le reconnaît lui-même dans son rapport au général de 1958 :

  • 1 DLF, rapport du 12 mai 1958.

Je mentionnerai […] que, lorsque je ne me sens pas en confiance auprès des Supérieurs, mon ton est agressif. Cela tient à la fois à mon tempérament et à mon éducation. Et plus le Supérieur est haut placé, plus mes propos sont libres. De plus, c’est là une réaction qui vient du fait que j’ai subi à plusieurs reprises un traitement dur de la part de quelques Supérieurs, que je sens une prévention à mon égard. Ce qui fait que je n’ai pas et n’aurai sans doute jamais la confiance, l’aisance et par suite la mesure naturelle à ceux qui ont la confiance1.

4Il écrit au moment de l’affaire de Biviers qui rouvre la blessure de 1957 :

  • 2 ALF, extrait d’un brouillon de lettre au P. Madelin, 17 mai 1984, en pleine affaire de Biviers.

Celui qui a été frappé injustement, aussi innocent qu’il ait pu être, est toujours coupable. On trouvera toujours quelque légitimation, aussi futile soit-elle. Et n’y en aurait-il en fin de compte aucune, il resterait coupable d’être innocent : voir l’affaire Dreyfus, entre autres… pour ne pas parler de la suppression de la Compagnie de Jésus.
Quelqu’un a dit “ Malheur, deux fois malheur à celui qui est frappé par l’Église, malheur à lui parce qu’il a été frappé, mais malheur à lui car la blessure ne le laissera pas intact”. Que ce soit par mauvaise soumission d’esclave courbé qui veut regagner la confiance des maîtres ou par révolte ou simplement par éloignement2.

  • 3 Jacques Sommet, L’honneur de la liberté, Paris, Centurion, 1987, p. 274.

5Cette affaire est marquée du signe d’une époque. Plusieurs textes importants du dossier, notamment le grand rapport du P. Ganne, analysent ce qu’a été un certain exercice de l’autorité, exigeant une obéissance aveugle, au mépris des droits de la personne, sans souci de la justice et de la vérité. Cette pratique était encore aggravée par la tradition du secret, sans oublier le rôle funeste joué par les dénonciations dans les dossiers à l’origine des sanctions. La lettre du P. Arrupe du 10 juin 1966 est signe que, dans la Compagnie, prend fin le temps d’« une Église de guerre froide » (Étienne Fouilloux) et, comme l’écrit le P. Sommet, qu’« avec le P. Arrupe, la Compagnie a été fondée une seconde fois3 ».

Notes

1 DLF, rapport du 12 mai 1958.

2 ALF, extrait d’un brouillon de lettre au P. Madelin, 17 mai 1984, en pleine affaire de Biviers.

3 Jacques Sommet, L’honneur de la liberté, Paris, Centurion, 1987, p. 274.

© LARHRA, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search