Version classiqueVersion mobile

Le père Fraisse (1912-2001)Les combats d’un jésuite foudroyé

 | 
Bernard Comte
, 
Madeleine Comte

VI Nouveaux combats

Texte intégral

1Le P. Fraisse continue à être suspect aux yeux de certains de ses confrères. Plusieurs épisodes l’ont montré qui ont ravivé la blessure et l’ont amené à devoir mener de rudes combats.

La publication de textes du P. Ganne

2Le P. Ganne meurt le 15 août 1979. Pour le P. Fraisse, c’est une très lourde perte, la fin d’un long compagnonnage. Son aîné et ami ne publiait que des articles dans divers journaux ou revues ou des fascicules édités par la revue Culture et Foi du P. François Fournier, aumônier au CCU de Grenoble, mais ses sessions ont été enregistrées et il conservait à Saint-Hugues-de-Biviers de nombreuses notes et quelques textes rédigés, voire tapés à la machine.

  • 1 Depuis 1976, la Compagnie n’a plus qu’une seule province en France, dirigée à Paris par le P. Made (...)

3Le 2 février 1980, le P. Madelin, provincial de France1, désigne le P. Fraisse comme responsable de l’éventuelle publication de manuscrits du P. Ganne. Cette décision s’imposait, compte tenu des liens étroits existant entre les deux hommes. Le P. Fraisse pouvait s’appuyer sur les P. Eugène d’Oncieu et Jacques de Mauroy, également proches du P. Ganne. Le P. de Mauroy, assigné au Chatelard, est installé à Biviers par le vice-provincial pour être son représentant sur place. Il a été informé par les supérieurs des décisions prises pour le travail de tri et de mise à jour des textes du P. Ganne. Ce travail a été confié à Ingmar Granstedt qui sera rétribué par la province. Le P. Paradis, ministre de la maison de Biviers, est prié de laisser à la disposition de l’équipe les écrits du P. Ganne : articles, notes ou cassettes regroupés à Biviers. Le P. Fraisse est désigné comme superviseur du travail de préparation de l’édition des textes.

4Les préparatifs de la publication ont donné lieu en 1980-1981 à un pénible conflit, dû à un autre projet favorisé par un père qui, « de son propre chef, a confié des dossiers à une personne extérieure à la Compagnie ». Il s’agit de Jean Bastaire, lié à la communauté de Biviers et décidé à exploiter les textes qui lui ont été remis par le P. Paradis, contrairement à la décision du provincial. Il compte publier un livre auquel il donnera une préface théologique introduisant une série de chapitres écrits par le P. Ganne. Chercheur, professeur, conférencier et écrivain militant, grand spécialiste de Péguy, Jean Bastaire (1927-2013) habite Meylan et avait l’habitude de rendre visite au P. Ganne, son ami depuis leur rencontre au groupe Esprit de Grenoble. À 20 ans, il a été journaliste de cinéma, ami d’Alain Cuny et de Robert Bresson, pour lequel il a travaillé. Admirateur de Péguy, il s’est situé dans son sillage socialiste et libertaire et a évolué vers le catholicisme en accompagnant sa femme, épousée en 1950.

  • 2 « Du bon usage de la honte », Esprit, janvier 1957.

5Bastaire a reçu peu après la parole forte et simple d’un prédicateur de retraite à la MEC, le P. Ganne, qui l’a marqué d’une empreinte ineffaçable. Cette rencontre fondatrice l’a amené à étudier les Pères de l’Église, tandis que sa femme pensait à une « écologie chrétienne » qu’elle cherchera à promouvoir jusqu’à sa mort en 1992. Il a noué avec le P. Ganne « des relations fraternelles et filiales » en partageant « son sens de l’Incarnation ». Son premier article dans Esprit2 condamnait les répressions sanglantes contre les populations qui réclamaient leur liberté ou l’indépendance de leur nation. Onze articles de critique littéraire sur divers penseurs politiques ou religieux ont suivi dans la revue jusqu’en 1976. Il travaille surtout à l’Amitié Charles Péguy dont il est un des animateurs ; il publie des textes choisis de Claudel, Bernanos et des écrivains résistants inspirés par Péguy. Après un recueil de textes choisis traçant le portrait de Péguy tel qu’on l’ignore, publié à la NRF en 1973, vient en 1975 Péguy l’insurgé ; il accumule alors les références qu’il exploitera en 2000 dans son grand livre Péguy contre Pétain.

6Le 22 août 1979, Bastaire a adressé au P. de Lubac son témoignage d’ami, « bouleversé par la mort du père le jour de l’Assomption », qui ressent « la douleur d’un fils » en perdant ce voisin souvent visité, « toujours libre et ferme », qui se référait aux Prophètes et à saint Paul et de plus « adorait Péguy », le héros de J. Bastaire. Le P. de Lubac a réagi en envoyant le 10 septembre au « bien cher père Lucien Fraisse » un mot d’émotion, avec la copie de la lettre reçue de Bastaire, qui rejoint le P. Ganne « par la seule prière […] en affectueuse union ».

7Après la mort du grand théologien, Bastaire s’est plongé dans les archives de Biviers et a réuni plusieurs textes de Ganne, manuscrits ou tapés, avec lesquels il a composé ce qu’il a appelé « le manuscrit de Ganne » ; il a associé des chapitres rédigés sur des sujets particuliers à des vues d’ensemble et signé une introduction très personnelle – c’est ce que le P. Paradis a montré à Fraisse sans succès puis à des théologiens en visite, de Lubac et von Balthasar, avec Paul Thibaud.

L’affaire vue par le P. d’Oncieu

8Eugène d’Oncieu a été un témoin loyal et avisé de cette triste affaire et son récit a éclairé de manière décisive les autorités de la Compagnie pour le dénouement du conflit en 1981 (« Les manuscrits du P. Ganne ») :

  • 3 Mgr Matagrin, évêque de Grenoble depuis 1969 jusqu’à sa retraite en 1989 ; Urs von Balthasar, pres (...)

Arguments
Dès l’été 1980, Jean Bastaire répand l’idée que, si rien n’est encore publié, c’est parce que le P. Fraisse s’y oppose. J’ai entendu moi-même, de la bouche du P. de Lubac, ce propos très agressif dont Jean Bastaire était la source, dès le début septembre 1980, rue de Sèvres. Nous savons par Jean Bastaire le nom de tous ceux qu’il a contactés dans cet esprit (Mgr Matagrin et les PP. Urs von Balthasar, Sommet, Coignet ainsi que Paul Thibaud3, etc.).
Historique
Dès le mois d’octobre 1979, des amis du P. Ganne (Fraisse, de Mauroy, d’Oncieu etc…) ont obtenu du P. Paradis que l’on confie à Anne Boudon, documentaliste de métier et amie de Ganne, embauchée par Fraisse dans l’équipe d’Ingmar Granstedt, le soin de classer l’énorme masse de documents entassés dans la chambre du P. Ganne depuis 1950.
Le travail a pris beaucoup de temps, car il a fallu attendre le départ de Georges Paradis de Biviers, à l’automne 1980, pour obtenir le transfert des documents du P. Ganne à la rue Duquesne. Pour y travailler auparavant, il fallait qu’Anne Boudon se déplace de Lyon à Biviers. Tout a été très vite à partir de l’automne 1980.
Après les Cahiers de Culture et Foi : l’Alliance, Appelés à la liberté, La Création et Le Pauvre, publiés par le P. Fournier, le P. Ganne voulait faire un ouvrage sur L’incarnation, qui lui semblait la clef théologique de la foi d’aujourd’hui. Il avait fait plusieurs sessions sur ce sujet.
Dans les notes du P. Ganne, Anne Boudon découvrait d’abord cinq petits chapitres, tapés par lui à la machine, qui tournaient autour du sujet, mais dont un seul était directement théologique, le premier. Deux autres chapitres n’étaient que méthodologiques, traitant de critique scientifique et foi critique, enfin les deux autres petits chapitres, rédigés à une autre époque et recoupant en partis les deux précédents, réfléchissaient sur les travaux de F. Belot et de Certeau.
Ce sont ces chapitres que Georges Paradis a passés à Jean Bastaire et que celui-ci voulait voir publiés rapidement. Et qui sont le départ des difficultés actuelles.
C’est alors qu’Anne Boudon découvre les cassettes de trois week-end donnés au Châtelard en 1973-1974 sur « Le Verbe s’est fait chair ». Le total de ces sessions semblait faire un tout plus cohérent et complet sur l’Incarnation, quatre grands chapitres théologiques développeraient beaucoup le premier petit chapitre du document confié à Bastaire.
C’est donc cette session qui a été retenue pour la première publication, tout en y ajoutant en annexe les deux petits chapitres de méthodologie sur science et foi critique. On y garde le style oral de la session, tout en faisant une légère toilette d’expression.
La session de 1973-1974 du Châtelard, reprise par le P. Ganne à Biviers en 1975, au mois d’août, suit exactement le plan ci-joint élaboré par le père pour l’ouvrage théologique sur l’Incarnation qu’il comptait écrire. Elle en est la première partie. En voici le sommaire, en quatre chapitres théologiques et trois annexes :
Chapitre 1 : La personne du Christ (56 p.)
Ch. 2 : La Parole de la foi (18 p.)
Ch. 3 : La présence (35 p.)
Ch. 4 : Le corps (47 p.)
Annexe 1 : Argument du chapitre 2 (2 p.)
Annexe 2 : La science est-elle critique ? (9 p.)
Annexe 3 : Critique de domination et critique de création (9 p.)
Ainsi les cinq petits chapitres auxquels s’intéresse Jean Bastaire sont repris : le premier, et amplius, par le chapitre premier du livre ; les chapitres deux et trois sont en annexe, pour ne pas briser le mouvement théologique voulu par le P. Ganne dans son « plan ». On n’a pas repris les chapitres 4 et 5 qui sont une reprise très particulière avec beaucoup de redites des chapitres 2 et 3.
Édition
En raison des motifs évoqués dans l’historique (en particulier l’impossibilité de transférer à Lyon les manuscrits tant que G. Paradis était encore à Biviers), Ingmar Granstedt n’a pu venir à bout du décryptage des cassettes avant la fin novembre.
Le P. Fraisse a mis quinze jours à faire la toilette du style (tout en gardant le style parlé).
Après beaucoup de réflexions et de consultations, il a choisi de présenter le manuscrit aux Éditions du Seuil. Ses représentants ont réclamé trop de modifications du texte en un mois pour qu’il leur propose un contrat.
Il s’est donc tourné vers le P. Ehlinger, des Éditions du Centurion. Le P. Varillon nous apprend la lenteur des éditeurs, mais aussi l’énorme travail de diffusion que le P. Ehlinger sait faire pour lancer un livre. Le P. Fraisse avait un dernier rendez-vous avec lui le 26 mars 1981. Entre temps, le Seuil a fait savoir qu’il était toujours preneur.

L’affaire vue par le P. Fraisse

  • 4 À partir de l’addendum au rapport de d’Oncieu rédigé le 8 avril 1981, DLF.

9À partir du dossier très abondant du P. Fraisse remis au couple Comte, nous suivons les étapes successives du conflit4. La crise s’ouvre à Pâques 1980. Alors que son équipe travaille depuis plusieurs mois, le P. Fraisse découvre le problème.

Monsieur Jean Bastaire (J.B.), à qui le P. Paradis avait passé de son propre chef le dossier “Incarnation”, s’est contenté de reproduire tels quels cinq chapitres tapés de la main du P. Ganne et de les faire précéder d’une introduction signée Jean Bastaire. Chapitres en vrac ne correspondant nullement au plan d’ensemble tapé par le P. Ganne.
Pendant la retraite de Pâques 1980 que j’ai donnée à Biviers, ce texte m’a été présenté par le P. Paradis à qui J. B. l’avait remis. Lu attentivement, il m’a paru informe, impubliable. J’ai dit aussitôt mon opinion au P. Paradis, qui a provoqué une rencontre avec J. B., que je rencontrais pour la première fois. Je lui ai donné clairement, mais sans doute pas assez brutalement, mon avis défavorable, que j’ai ensuite redit au P. Paradis. J. B. le reconnaît dans sa lettre du 29 mars 1981 : “J’avais établi un manuscrit que vous avez emporté sans rien m’en dire, que deux ou trois mots vagues”.
Premièrement M. J. B. n’avait rien établi du tout. Il avait mis dans l’ordre qu’il voulait les chapitres tapés par le P. Ganne, qui devaient s’insérer dans un tout autre ordre. Il n’a fourni aucun travail, sauf celui de la préface.
Deuxièmement, j’ai été très clair. Aurais-je été brutal que – j’en suis maintenant sûr – cela n’aurait rien changé. Et le P. Paradis sait très bien qu’à ce moment-là, je lui ai dit formellement mon opinion sur ce “texte”…
Donc, à Pâques 1980, mon avis était défavorable. Je dois ajouter que je n’ai jamais pris aucune décision sans demander avis et conseil. Le “texte” de J. B. a été soumis aux PP. d’Oncieu et de Mauroy, ainsi qu’à d’autres laïcs compétents qui ont corroboré mon jugement défavorable.
Et quand, à l’automne 1980, j’ai jugé valable et satisfaisant l’ouvrage mis sur pied par Ingmar Granstedt et Anne Boudon, je l’ai à nouveau remis aux PP. d’Oncieu et de Mauroy et à des laïcs parfaitement compétents (notamment Jean Lacroix), qui ont été unanimes à l’approuver chaleureusement. Les PP. d’Oncieu et de Mauroy, depuis la mort du P. Ganne, ont été tenus semaine après semaine au courant de tout…

10Le P. Paradis quitte définitivement Biviers peu après. Mais Jean Bastaire persévère et fait campagne :

Il a commencé à répandre son “texte” auprès de directeurs de revue, d’éditeurs, auprès de pères jésuites de Paris, et à me harceler à intervalles réguliers de lettres pénibles, pleines “de méfiance et de suspicions” à mon égard – ce sont ses propres termes – et visant toutes à la publication de son “texte”.

11Parmi les soutiens dont se targue Bastaire, Mgr Matagrin, les PP. Urs von Balthazar, de Lubac, Sommet, Coignet, Paul Thibaud. D’apprendre le choix de certains d’entre eux est pour le P. Fraisse particulièrement douloureux : c’est le cas du P. de Lubac bien sûr, mais surtout des PP. Sommet et Coignet, qui l’ont soutenu lors de l’épreuve de 1957 et qui maintenant l’abandonnent.

  • 5 L’humilité de Dieu, 1974 ; La souffrance de Dieu, 1975.

12Le P. Fraisse a pris contact avec le Centurion, familier de la spiritualité jésuite, qui vient de publier deux livres du P. Varillon5 et avec les Éditions du Seuil. L’accueil des deux maisons est favorable, mais le Seuil demande un « échenillage » qui allégerait en simplifiant le style, mais ne laisserait qu’un délai d’un mois, trop court. Fraisse décide donc en février 1981 de revenir au Centurion pour une parution prévue en mai 1982. Il tient des comptes au nom de l’association Biblion, créée pour rémunérer les membres de son équipe, excepté Ingmar Granstedt, qui a été pris en charge par la province jésuite.

13Informé en mars 1981 de l’avancée du projet de Fraisse et lui-même en relation avec Fayard pour son propre livre, qui serait édité par Communio, Bastaire, l’« infatigable calomniateur » comme le qualifie le P. Fraisse, milite pour une association des deux projets, ce qui mettrait fin au rôle du P. Fraisse comme superviseur ; il est reçu longuement par le vice-provincial, qui convoque le P. Fraisse à une rencontre avec Bastaire (lettre du 14 mars 1981), ce qui laisse le P. Fraisse atterré :

  • 6 Lettre au P. Madelin, 31 janvier 1984.

Ironie : cette lettre me parvenait peu de jours avant le rendez-vous avec l’éditeur pour lui remettre le manuscrit définitif à paraître sous peu. Je décidais alors de reprendre le manuscrit de tout abandonner et de refuser toute comparution. Car trop, c’est trop et “quand on a franchi les bornes, il n’y a plus de limites !” J’ai fait part de cette décision au P. d’Oncieu, qui avait suivi au jour le jour pendant plus d’une année les divers épisodes de cette histoire odieuse et ridicule. Il m’a demandé de le laisser intervenir. J’ai acquiescé6.

14La lettre du P. d’Oncieu au vice-provincial, citée précédemment, et l’intervention du P. Madelin mettent fin à la tentative de Bastaire. Le P. Delobre rencontre le 17 mars les PP. d’Oncieu et de Mauroy au sujet de « Mr Bastaire » ; il écarte l’entreprise concurrente avec la phrase : « Il n’y a pas lieu de contacter d’autres éditeurs ou d’entreprendre d’autres publications. » Le P. Fraisse conservera de l’épisode une grande amertume :

  • 7 Ibid.

Je signale que ledit supérieur ne s’est toujours aperçu de rien… Cette comparution me rappelait un peu désagréablement d’autres comparutions devant provinciaux, Visiteur, Général, là encore fruits de calomnies diverses dont avaient fait litière tel supérieur, Provincial et après coup Général7.

  • 8 Ibid.

15Et il constate amèrement : « C’était la première fois qu’on me demandait quelque chose de la part de la Compagnie8 ».

16La correspondance polie mais inflexible entre les deux hommes s’achève. Bastaire reconnaît leur incompréhension réciproque (« Nous nous sommes mutuellement meurtris ») et donne en exemple le succès de l’Amitié Charles Péguy qui réunit les différents lecteurs et adeptes du grand homme. Il suggère la création d’une « Amitié Pierre Ganne » où s’organiserait la coopération entre les amis du P. Ganne dispersés et entre les deux groupes résolus à marquer chacun son lien avec le maître plutôt qu’à rivaliser en accentuant leurs différences. La même lettre prétend donner au P. Fraisse « l’explication affectueuse et loyale » qu’il estime nécessaire « entre amis du P. Ganne » et non « querelle d’héritiers », et le P. Fraisse lui répond sèchement : « Je ne vois rien à ajouter à ma lettre du 26 février où je vous mettais au courant de ce qui était en marche […]. Je souhaite vivement mettre fin à cette « correspondance » pénible qui n’a jamais eu aucune raison d’être. Avec peine, cordialement quand même. »

17La dernière lettre de Bastaire du 29 mars fait état d’une totale absence de coopération entre eux qui l’amène à conclure : « À travers moi, vous désavouiez mon travail » et « Ganne me rejoignait dans un placard ». La seule réaction du P. Fraisse est l’inscription sur la lettre de Bastaire : « Lettre laissée sans réponse. » C’est en mai 1982 que sort le livre Qui dites-vous que je suis ? Leçons sur le Christ de Pierre Ganne avec une préface du P. Fraisse. Le P. Sommet, éclairé par les PP. d’Oncieu et Madelin, remercie cordialement le responsable du livre « en attendant avec joie ce qui paraîtra ». Il adresse dès le 3 mai à ce « cher ami » ses remerciements …avec ces pages de présence traversant la mort de notre ami. Il me semble le rencontrer. Il reprend place dans nos décisions ». Le 16 juin, c’est le P. de Lubac qui écrit à Fraisse, son ancien élève qui a été son aide et son soutien dans les opérations de déménagement et les moments de grande fatigue, pour le remercier « du très bon livre » dont « ses yeux fatigués ne permettent que des lectures intermittentes […], livre excellent et plus abordable à beaucoup », qui réveille « un souvenir très vivant de l’amicale collaboration qui fût longtemps la nôtre ».

  • 9 Qui prendront le relais et publieront huit ouvrages du P. Ganne chez Anne Sigier au Québec.

18Bastaire consacre deux grands articles au P. Ganne dans La vie catholique en 1983. Après avoir évoqué sa vie et rendu hommage au théologien, s’agissant du livre Qui dites-vous que je suis ?, il admet qu’il s’agit « d’un travail honnête », mais n’en regrette pas moins fortement que les textes qu’il avait le projet de publier et qui étaient à ses yeux « le grand œuvre de Ganne » aient été les uns passés sous silence, les autres simplement publiés en annexe du livre. Si ces appréciations adoucissent la rupture entre les deux groupes, le P. Fraisse fera état de rumeurs circulant à Grenoble, l’accusant d’empêcher la sortie d’un second livre de Pierre Ganne, lequel livre paraîtra en 1984 sous le titre Le don de l’Esprit, toujours au Centurion–, par les soins du P. Fraisse, assisté par Anne Boudon et Ingmar Granstedt.9

Le jubilé en 1982

19Cet épisode mineur éveille les vieilles souffrances. Le P. Fraisse écrivait en décembre 1957 : « Pour mon cinquantenaire, j’aurai droit à une lettre omnibus de remerciements du P. général du moment. » Il reçoit effectivement une lettre du P. Paolo Dezza, promu délégué pontifical par le pape pour écarter le fidèle compagnon qu’Arrupe avait désigné comme futur vicaire général assumant la direction de la curie généralice. Après le grave accident de santé du P. Arrupe, Jean-Paul II l’a éliminé en violation des institutions de la Compagnie, fait unique dans son histoire, un « coup d’état pontifical » pour Jean Lacouture.

  • 10 DLF, Lettre du 3 octobre 1982.
  • 11 AFCJ, lettre du 23 mars 1982.
  • 12 Formule empruntée à Paul Claudel.

20La lettre du P. Dezza est très élogieuse sur ses ministères. Après le rappel biographique d’usage, elle le félicite pour sa fidélité « à amener la conscience chrétienne à intégrer les exigences de justice dans celles de la foi évangélique » ; « sa grande solidité spirituelle » lui permet « d’aller au-delà des positions établies10 » ; La déception du P. Fraisse est grande que ne soit pas évoquée, fût-ce en quelques lignes, l’injustice grave dont il a été l’objet. Le provincial avait envoyé pourtant à Rome un dossier fourni comprenant notamment une grande page de son ami, le P. Chambre, consulté à cette occasion, qui retrace la période de la guerre et « les épreuves personnelles qui lui vinrent des autorités de la Compagnie11 » : « Selon cette lettre, on pourrait croire que ma vie de jésuite s’est déroulée somme toute dans des conditions confortables au milieu desquelles on peut mener une vie tranquille, illuminée par l’approbation des supérieurs12». La lettre du P. Dezza illustrait à ses yeux ce qu’il appelait « écrire l’histoire avec une gomme ». Il riposte alors :

  • 13 Le P. Arrupe, élu supérieur général en 1965, a participé à la dernière session du Concile ; il a c (...)
  • 14 DLF, lettre du 21 mars 1983.

Je ne puis pas ne pas envoyer une réponse à la lettre officielle que j’ai reçue […]. Car trop c’est trop, et l’excès même de l’éloge lui enlève sa signification. Et plus encore le silence total sur ce qui fut la brisure de ma vie de jésuite. […] Ce sont, en effet, ces omissions qui m’ont décidé à envoyer ces lignes dont le destinataire ne peut être que le signataire. […].
Pourquoi n’y a-t-il pas la moindre mention de l’“injustice grave” dont j’ai été l’objet à l’âge de 45 ans en pleine activité apostolique […]. Ces termes “injustice grave” ont été employés et répétés par mon supérieur d’alors, le P. Varillon, et par mon Provincial, le P. Ravier, à celui qui la commettait. Ma vie de jésuite a été ainsi “brisée”, et tel était bien le but cherché par un acte de pur arbitraire, perpétré au mépris des règles les plus élémentaires de la justice. Dont je ne retiens, pour le moment, que l’emploi en guise de preuves de dossiers secrets parfaitement inconnus de mes Supérieurs…
S’en sont suivies quatre années de chômage à peu près total dû à mon déplacement [à Nice] et aux multiples interdits de ministères et de séjour. Sans parler des conséquences sur le plan personnel… Par la suite, je n’ai pu reprendre que des activités mineures. […]
L’omission de cette injustice grave est grave à son tour. En la passant sous silence, ne laisse-t-on pas la porte ouverte à la poursuite de ce genre d’arbitraire qui fait fi des règles de droit les plus élémentaires ?
La parution du livre posthume du P. Ganne, dont vous me créditez, a été encore récemment l’occasion de péripéties lamentables. Pourquoi des lettres et des propos de calomnie à l’état pur ont-ils été accueillis aussi facilement par ceux qui m’avaient chargé de ce travail et aussi par des pères “graves” ? Si bien que je me suis trouvé en position d’accusé. Des interventions ont pu, cette fois, mettre fin à une pénible aventure.
D’où vient cette étrange incapacité du pouvoir et des hommes de pouvoir à avouer, à reconnaître des abus manifestes ? Le pouvoir rendrait-il innocent, dès lors qu’il s’agit du pouvoir dans l’Église ? Je pense, et je ne suis heureusement pas le seul à le penser, que l’autorité se qualifierait, et même se renforcerait, en reconnaissant ses torts.
À la suite d’abus flagrants de l’exercice de l’autorité par des Visiteurs dans plusieurs Assistances et Provinces, la 31e Congrégation Générale n’a-t-elle pas dû formulé des règles précises limitant leur pouvoir et leur juridiction, etc.
Je voudrais seulement, au soir de ma vie, apporter une contribution, fût-elle modeste, à un exercice plus sain de l’autorité dans la Compagnie. À cet effet, à l’occasion de la congrégation générale13, je joins un postulat.14

  • 15 DLF, brouillon de la lettre du 21 mars 1983.

21La lettre envoyée est parfois moins détaillée que son brouillon dans lequel le P. Fraisse ajoutait sa « très grande reconnaissance au P. Arrupe pour avoir dit et redit que la foi ne pouvait être séparée de la justice dans tous les domaines » et ajoutait « N’est-ce pas là en fin de compte la cause véritable de sa disgrâce15 ».de sa disgrâce.

22Le postulat que le P. Fraisse joint à sa lettre commence ainsi « Le gouvernement paternel de la Compagnie doit respecter les règles de droit sans lesquelles ni la confiance ne peut naître ni subsister la vraie justice ». Cette formule lapidaire est précisée dans une page dont la congrégation pourrait enregistrer les quatre points :

  • 16 DLF, Postulat à l’occasion de la prochaine Congrégation Générale, 21 mars 1982.

1- La présomption d’innocence à l’égard de toute personne accusée ou dénoncée
2- Les droits de la défense exigent :
- la communication du dossier à l’intéressé.
- La connaissance intégrale des dossiers le concernant. Ce qui exclut absolument le secret des dossiers qui ne seraient pas portés à sa connaissance.
3- L’audition de l’intéressé sur les faits retenus. Celui-ci pourrait demander la présence ou l’assistance d’un père de la Compagnie.
À ces règles de droit s’ajoutent celles de la probitas [c’est-à-dire de l’honnêteté] :
- Il n’est pas digne, de la part de ceux qui exercent une autorité, de recevoir complaisamment accusations ou dénonciations verbales ou écrites ; a fortiori de le solliciter d’une manière ou d’une autre.
- Le dénonciateur doit être amené à prendre la responsabilité de ses dires et de ses écrits. Sinon, ils doivent être immédiatement tenus pour nuls et non avenus. Ainsi sera évitée l’accumulation de dossiers dont le poids masque souvent le vide et qui sont tenus néanmoins pour preuve suffisante.
- Les dénonciations ou accusations sans preuve doivent être tenues pour calomnieuses. Il devra être rappelé à leurs auteurs que, si elles sont controuvées, elles peuvent se retourner contre eux.
- Quand une accusation est retenue comme sérieuse, elle doit être rapidement portées à la connaissance de l’incriminé. Un délai trop long ne permettant plus aucune vérification.
Ce ne sont là que quelques indications qui demanderaient à être complétées.
Le respect d’abord des règles élémentaires de droit et ensuite celui de l’honnêteté pourraient remédier à un exercice arbitraire de l’autorité dont trop de jésuites ont été victimes au cours des dernières décades.16

23Cette longue protestation contre les abus de l’autorité n’a pas été envoyée à Rome, mais au provincial, le P. Madelin, pour être soumise à la congrégation provinciale. Celle-ci n’a pas retenu ce postulat, parvenu trop tard aux responsables du tri, mais en quatre jours, de sérieux échanges ont traité des problèmes de l’autorité dans la Compagnie, en exploitant des formules du P. Fraisse.

  • 17 DLF, lettre du 23 mars 1983.
  • 18 Alain Woodrow, Les jésuites, histoire de pouvoirs, Paris, J. C. Lattès, 1990, p. 262-292.

24Le provincial a répondu en invitant son confrère à l’humour à propos du « style romain ampoulé », minimisant l’importance de ce genre de littérature et lui disant en même temps la reconnaissance de la Compagnie pour la qualité du travail qu’il a fait et en particulier son action dans une période difficile17 Le provincial avait alors de graves soucis18 et on comprend qu’il ait invité le P. Fraisse à ne pas prendre au tragique cet épisode.

Le colloque de Montcheuil

Un projet original

  • 19 Étienne Fouilloux, Yves de Montcheuil, philosophe et théologien jésuite (1900-1944), Paris, Médias (...)

25Le Centre interuniversitaire d’histoire religieuse, devenu Centre Latreille sous la direction de Xavier de Montclos, professeur à Lyon 2, associe des historiens spécialistes de l’histoire religieuse contemporaine. Il relève essentiellement des Universités Lyon 2, Grenoble 2 et Saint-Étienne. Il a organisé deux colloques nationaux successifs sur le thème Églises et chrétiens dans la IIe guerre mondiale. Le premier, limité à la région Rhône-Alpes, a été tenu en 1976 à Grenoble où travaillent ensemble deux anciens élèves et successeurs du maître Ambroise Jobert, le protestant militant Pierre Bolle et l’abbé Jean Godel, curé de la paroisse de Saint-Ismier chargé de cours à l’Université. Ils multiplient, sur la guerre et ses suites, des réunions confrontant les témoins de la période avec des chercheurs exploitant les archives. Le second, tenu à Lyon en 1978, concernant la France entière, a entendu Bolle présenter un grand rapport sur « Les chrétiens dans la France libérée » sous la présidence de Montclos. Cinq ans plus tard, après le décès de deux personnalités du Centre qui avaient participé à la préparation des colloques (François Delpech en 1981 ; André Latreille en 1983), l’idée naît à Grenoble d’un nouveau colloque qui se tiendrait à la maison jésuite de Saint- Hugues-de-Biviers et se situerait à double titre sous la haute figure du P. Yves de Montcheuil19 théologien novateur et victime en août 1944 de la Gestapo grenobloise, après l’écrasement des maquis du Vercors, quarante ans après sa mort. Il s’était rendu en mission dans le maquis du Vercors au début des vacances universitaires, à la demande de ses étudiants partis au maquis et soucieux d’y trouver un véritable accompagnement spirituel. Mort à quarante-quatre ans, il était un des espoirs de la théologie en France. Enseignant à l’Institut catholique de Paris, il associait une fermeté de sa pensée personnelle, très marquée par Blondel, à son activité de « théologien de plein vent au service des communautés croyantes », notamment auprès des étudiants.

26Le colloque est l’affaire conjointe des universitaires grenoblois Bolle et Godel, en contact avec les Lyonnais de Montclos, de l’évêché de Grenoble et de la communauté jésuite de la vice-province de Lyon. Le jeune évêque auxiliaire François Bussini, qui a été secrétaire général de la JEC étudiante en 1956-1958, puis professeur de théologie à Strasbourg, est très attaché à la mémoire du P. de Montcheuil. Le comité de préparation du colloque regroupe des représentants de ces parties et diverses personnalités régionales. Pour représenter les jésuites dans ce comité, alors que le P. de Lubac, intéressé mais malade, est défaillant, les universitaires pensent au P. Fraisse. Ils avaient beaucoup apprécié sa participation aux précédents colloques. Et il leur semble particulièrement qualifié par son action de résistant ; comme chef d’état-major du commandant des FFI de la Drôme, il était passé visiter les maquis du Vercors où il a rencontré le P. de Montcheuil, alors infirmier au quartier général. Il est le dernier jésuite à s’être entretenu avec lui, peu avant sa capture et son exécution. Informé par les Lyonnais de la préparation, le P. Fraisse a accepté la participation attendue de lui.

Réserves jésuites

  • 20 André Blandin, Hommage au père Sainclair, janvier 2010.

27Le P. Chomienne, ministre de Biviers, défavorable à cette participation, est remplacé au comité de préparation par le P. de Mauroy, ami proche de Ganne et de Fraisse. Mais il s’est avéré très vite que le vice-provincial de Lyon, le P. Sainclair, n’est pas favorable à la présence active du P. Fraisse au colloque. Le P. Jean Sainclair (1915-2010) a derrière lui une brillante carrière d’éducateur dans les collèges à Alger, Lyon, Dole, Sainte Geneviève et Lyon encore, où il a créé le collège St Louis, remarquable innovation sociale et pédagogique qui accueille des élèves en difficulté20. D’où sa défiance envers le P. Fraisse, convaincu que les collèges n’étaient pas ou plus l’œuvre prioritaire de la Compagnie en France. S’y ajoute un second dissentiment : il n’a pas apprécié l’engagement de ce jésuite dans l’Armée secrète de la Résistance, alors que les directives des provinciaux en 1944 n’autorisaient leurs subordonnés à prendre les armes que pour servir un gouvernement légitime. Le P. de Montgolfier, supérieur de la résidence de Grenoble, rappelle au comité la situation irrégulière du P. Fraisse en 1944.

28Lorsque Bolle et Godel proposent au P. Fraisse de remplacer au colloque le P. de Lubac malade, par une lettre reçue le 22 février, parlant d’un « malentendu dissipé », Fraisse, qui a été éclairé par une visite de J. de Mauroy, blessé et sûr de se heurter à nouveau à l’opposition du P. Sainclair, décline aussitôt la proposition. Il a compris et note ses réactions :

  • 21 DLF.

Chomienne pour les jésuites, Bussini pour le diocèse, en mettant sur pied le colloque, m’ont simplement “évincé”.
Qui surtout ? Les jésuites de Bussini. Et pourquoi ?
Est-ce “en accord” avec Paris, et de Lubac, Sommet ?
Dans un second temps de l’organisation, les universitaires de Grenoble J. Godel et P. Bolle, qui me connaissent bien depuis les deux colloques de Grenoble et Lyon, s’étonnent que l’on n’ait pas fait appel à moi.
Ensuite, je ne sais pas au juste, mais on s’inquiète auprès du vice-provincial Sainclair pour savoir si je suis… interdit… infame… ostracisé… ? Il aurait déclaré qu’il n’en n’était pas ainsi. D’où, après la défection d’Henri de Lubac, cette lettre amicale et pressante d’invitation…
Voilà tout ce que je sais de cette “histoire”…
Répondu ce 22 février à Jean Godel pour décliner ma participation.
Vu le lendemain le vice-provincial en visite au Châtelard, je le remercie d’avoir dit que je n’étais ni “infame”, ni “interdit”. Très gêné, il finit par me dire : “On peut se poser des questions à votre sujet. Vous avez pris vos distances avec la Compagnie21” ?!

29Jean Godel écrit au P. Fraisse le 15 mars, au nom du comité de préparation, pour annuler son invitation au colloque, puisque Sainclair ne l’accepte pas. Les universitaires grenoblois informent alors leurs collègues lyonnais, amis du P. Fraisse, qui sont scandalisés de son absence et qui le font savoir.

Réaction du P. Fraisse

30Ce nouvel épisode rouvre en lui la souffrance de la sanction de 1957. Il est significatif que le mot « infamie » figure en grosses lettres rouges sur l’enveloppe contenant les documents sur cette affaire. Le texte suivant, non daté, a certainement été écrit entre le 15 et le 22 mars 1984 :

C’est sur l’intervention publique de membres de la Compagnie de Jésus que – lors de réunions préparatoires au colloque de Montcheuil à Grenoble, réunissant évêché, jésuites, universitaires – j’ai été évincé nommément.
Qui ? Quand ? Comment ? Il appartiendra à ceux qui ont responsabilité de faire toute la lumière.
Reste que j’ai été publiquement évincé de cette rencontre. Ce qui constitue une atteinte grave à mon honorabilité, à mon intégrité, à ma réputation, auxquelles tout homme et tout jésuite, je pense, a un droit strict.
Je suis en droit de demander, d’exiger que réparation soit faite. Une diffamation publique appelle une réponse publique faite auprès de ceux qui ont eu à la connaître.
Je demande donc que des lettres soient adressées :
1- À l’évêque de Grenoble
2- Aux universitaires de Grenoble et de Lyon organisateurs du colloque
3- Aux pères jésuites sur l’intervention desquels j’ai été écarté
Lettre dont je serai aussi – évidemment - destinataire.
Si cela n’était pas fait avec la plus grande netteté et très rapidement, je serai amené à défendre moi-même mon honneur, ce que tout homme doit et a le droit de faire.

  • 22 DLF.

31Au même moment, il note : « Je n’ai plus guère de place pour de nouvelles plaies qui réveillent durement les anciennes22. » Au moment où nous voyons le P. Fraisse prêt à demander réparation, le P. d’Oncieu, ancien supérieur du Châtelard et ancien provincial de Lyon, s’adresse le 29 mars 1984 au provincial de France, le P. Madelin. Sa lettre est un parfait résumé de l’affaire :

  • 23 Lettre du 29 mars 1984, DLF et AFCJ.

Cher Père Madelin,
En vous écrivant, je crains de paraître un bon chien St-Bernard, accourant après chaque avalanche !
Quoi qu’il en soit, la dernière – vous le savez sans doute – est tombée sur le colloque Montcheuil à Grenoble.
Je voudrais vous décrire la situation, brièvement et le plus objectivement possible, pour vous demander d’intervenir.
1 – La situation nous est connue depuis […] que J. de Mauroy a remplacé R. Chomienne au comité de préparation.
Il a été le témoin de l’étonnement, puis de la colère, des universitaires de Grenoble et Lyon, mobilisés par ce Colloque. Ils ne peuvent admettre que le P. Fraisse en ait été évincé. Ils l’avaient en effet beaucoup apprécié au colloque de la Résistance, à Grenoble, il y a un an.
Comme l’écrit le 15-3-84 à L. Fraisse Jean Godel, universitaire grenoblois et membre principal du Comité “Montcheuil” : “Dès que l’idée du colloque est née, Pierre Bolle et moi, suivis par Mgr Bussini [évêque auxiliaire de Grenoble] avons prononcé votre nom ; à notre grand étonnement, et sans donner d’explication, le P. Chomienne nous a dit que ce n’était pas possible”.
2 – Cette décision remonte, en fait, à la visite que fit Mgr Bussini, accompagné du P. de Montgolfier [supérieur de Grenoble] au P. Sainclair dès le début de la préparation. Quand Mgr Bussini lui avait proposé, pour la Compagnie, le nom du Père Fraisse, Jean Sainclair avait fait des réserves. Il faudrait d’autres jésuites (J. Sommet ou H. Chambre, par exemple) pour représenter “vraiment” la Compagnie. Mgr Bussini a tout de suite compris qu’il y avait un problème interne à la Compagnie, que J. Sainclair faisait des réserves et n’a plus insisté.
3 – Les universitaires de Grenoble et de Lyon n’ont pas voulu l’entendre de cette oreille. Pierre Bolle, un universitaire protestant, qui est aussi sur le Comité, a raconté devant tous qu’il s’était fait “engueuler”, comme jamais il ne l’avait été par les lyonnais, [X. de Montclos et B. Comte], parce que L. Fraisse n’était pas sur la liste des intervenants.
4 – Voyant cela, J. de Mauroy a écrit une longue lettre, le 27 février faisant état du malaise dans le comité et demandant à J. Sainclair de le rencontrer d’urgence, avec J. Collomb, supérieur de L. Fraisse et moi. Cette lettre, malheureusement, n’a jamais eu de réponse à ce jour.
5 – Par contre, J. Sainclair a écrit à Mgr Bussini. Celui-ci n’avait pas bien compris sa pensée. Il n’excluait pas une intervention de L. Fraisse à condition, bien sûr, que d’autres jésuites parlent : J. Sommet et H. Chambre.
Cette dernière lettre a confirmé Mgr Bussini dans son interprétation de la pensée de J. Sainclair. L. Fraisse ne pouvait pas “représenter” la Compagnie. Comme me l’a dit au téléphone Mgr Bussini : “de toutes façons, le P. Sainclair ne le met pas sur le même rang que les autres jésuites”.
6 – Voyant que le temps passait (déjà un mois sans réponse de J. Sainclair à J. de Mauroy), je me suis risqué à écrire à mon tour pour obtenir cette rencontre. Elle a eu lieu finalement le lundi soir, 26 mars. S’y trouvaient : J. Sainclair, J. Collomb, J. de Mauroy et E. d’Oncieu. Elle a dû être très pénible pour le Vice-Provincial. Je ne suis pas sûr qu’il ait compris le fond de la question ; et l’injustice de sa position.
Cette rencontre nous a révélé plusieurs choses et surtout que le Père Vice-Provincial nous a semblé victime de deux difficultés.
A – À partir d’une mauvaise relation subjective entre lui et L. Fraisse (qui remonte, nous a-t-expliqué, à très loin), J. Sainclair a projeté sur le P. Fraisse sa propre difficulté relationnelle et l’a interprétée comme le signe d’une prise de distance de L. Fraisse par rapport à la Compagnie. […]
Il a été assez facile à nous trois, qui voyons L. Fraisse toutes les semaines au Châtelard, de répliquer que ce n’est pas L. Fraisse qui a pris distance avec la Compagnie, mais que c’est, hélas, la Compagnie, – en la personne du Père Plaquet et de B. Arminjon – qui avait pris de la distance avec L. Fraisse, en le sanctionnant sur un “Dossier de dénonciation”, dont il n’a jamais pu connaître le contenu.
Le fait que L. Fraisse ne vit pas dans une communauté de la Compagnie a dû jouer sur l’image que J. Sainclair se fait de L. Fraisse. Or, s’il en est ainsi, c’est une décision du provincial de l’époque.
Lorsqu’en 1960, le P. Janssens a fait venir L. Fraisse à Rome, il a fait suivre cette visite d’une lettre à B. Arminjon lui disant de remettre L. Fraisse à Lyon. Celui-ci a demandé à retourner dans la communauté de la MEC. Cela lui a été refusé par B. Arminjon et lui a été imposé la solution actuelle : rattaché à la communauté du Châtelard, tout en logeant dans un appartement à Lyon (pour ne pas avoir à remonter à Francheville le soir après ses réunions).
Comment répondre à l’accusation de J. Sainclair, “d’avoir pris ses distances avec la Compagnie” ? Nous ne pouvons que donner un témoignage global qui dit juste le contraire ; ne serait-ce que sa fidélité à monter, […] tous les jeudis, pour partager notre table et la rencontre qui suit. On le voit chaque année, au début janvier à la rencontre des jésuites de la région. Aux “assemblées régionales” quand il s’en faisait. À la manière dont il s’est renseigné pour préparer son vote aux Congrégations provinciales, etc. Bref, un jésuite normal.
B – Nous pensons aussi que J. Sainclair est victime de son isolement. Dans ce cas précis, avant d’intervenir auprès de Mgr Bussini, il lui eut facile de répondre qu’il allait réfléchir pour consulter son supérieur, J. Collomb, ou la communauté où il est le mieux connu. Il ne l’a pas fait. Pourquoi ?
Plus généralement, il nous semble qu’il est aussi victime de la structure de sa charge. Il lui manque un rouage essentiel, une véritable consulte pour les “Personnes”. Lui-même […] nous a confié que sa “consulte” était la “Consulte de France” ? J’ai regardé le catalogue de 1984 : elle est composée d’hommes qui ignorent tout des jésuites de son territoire. Il n’est pas étonnant que, sans consulte “compétente”, on soit amené à commettre des erreurs importantes.
7 – Conclusions
Tous les trois nous constatons : L. Fraisse a été évincé publiquement de ce Colloque, par un supérieur majeur de la Compagnie, en laissant planer sur lui un soupçon.
À diffamation publique, s’impose réparation publique.
J. Sainclair ne me semble plus qualifié pour faire cette réparation. Quelle crédibilité aurait une nouvelle lettre à Mgr Bussini ? Seule une parole sans équivoque sera acceptable par Mgr Bussini et les universitaires de Grenoble et Lyon.
[…] Cela supposera un désaveu à l’égard du Vice-Provincial en regrettant ce qui s’est passé, et redisant votre confiance au Père Fraisse, que vous lui avez déjà plusieurs fois exprimé.
C’est un dossier devenu explosif (je pense à ce qui pourra se dire au Colloque même). Nous comptons sur votre parole.
Pardon pour ce travail. Merci d’avance. Vous savez ma confiance et amitié23.

32Le P. Madelin répond au Père d’Oncieu :

  • 24 DLF.

Avant de partir à Strasbourg pour la Consulte, j’ai fait le travail que vous me demandiez. […]
J’espère que cette correspondance suffira à lever des doutes et des inquiétudes qui n’ont pas lieu d’être. Pour le moment, je n’en dis rien au Père Fraisse. Vous verrez vous-même ce que vous avez à faire. Je préfère qu’il soit averti par la voix de ses amis ou le canal universitaire.
Merci d’avoir attiré mon attention sur tous les points soulevés par cette question. J’espère que, désormais, tout va rentrer dans l’ordre.24.

33Le même Madelin écrit à Pierre Bolle :

  • 25 DLF, Lettre du 4 avril 1984.

Je me réjouis beaucoup de cette célébration […] Les pères Guillet, Sommet et Chambre ont déjà été sollicités. La question m’a été posée s’il fallait demander une participation au Père Fraisse. Je tiens à vous dire que je me réjouirais très fortement que le Père Fraisse puisse être un des intervenants de ce colloque.
Son passé de résistant et sa connaissance des milieux universitaires font que sa présence me paraît tout à fait indispensable et plus qu’utile dans le cadre de cette manifestation. C’est aussi l’avis des jésuites qui connaissent bien le passé et le travail du Père de Montcheuil et que j’ai pu consulter à cette occasion25.

Intervention du P. Fraisse

  • 26 Renée Bédarida « La hiérarchie catholique » dans Jean-Pierre AZÉMA, François Bédarida (dir.), Vich (...)

34Le P. Fraisse intervient le 28 septembre 1984, une intervention brève et tendue. Il évoque d’abord sa rencontre avec le P. de Montcheuil. Puis il rappelle ce qu’a été le problème de l’aumônerie des maquis (elle était l’objet du séjour du père dans le Vercors) et sa propre expérience d’aumônier. En effet, conséquence logique de la déclaration de l’Assemblée des cardinaux et archevêques de juillet 1941 affirmant leur loyalisme sincère et complet envers le pouvoir établi, sans inféodation, sauf de rares exceptions, les évêques se sont refusés à nommer des aumôniers pour les maquisards catholiques considérés parfois comme des rebelles. C’est seulement le 13 juin 1944, à la demande pressante du cardinal Tisserant que Pie XII « a daigné disposer que l’épiscopat pourvoie à l’assistance spirituelle » des hommes du maquis. Mais, compte tenu de la date tardive de la consigne, de la censure et du contrôle de courrier, quel a pu être l’effet de cette décision26 ?

  • 27 Yves de Montcheuil, Mélanges théologiques, Paris, Aubier, 1946, p. 141-159.
  • 28 Pierre Ganne, « Dieu à l’école », Esprit, février 1941, intervient dans le même sens.
  • 29 Lucien Fraisse, « L’aumônerie des maquis et le P. de Montcheuil », dans Pierre Bolle, Jean Godel ( (...)

35Enfin, le P. Fraisse, à partir d’un grand texte du P. de Montcheuil, « Dieu et la vie morale », paru en 1941 dans la revue jésuite Construire27, aborde d’abord la question « Direction des consciences ou liberté de conscience ». Enseigner Dieu à l’école, comme a prétendu le faire en 1941 le ministre Chevalier, revient à l’instrumentaliser, chercher à en faire un garant de l’ordre social. C’est « une trahison de la cause de Dieu autant que de la morale…, un blasphème. Aucune autorité n’a le droit d’usurper les droits de la conscience, que ce soit l’État ou la hiérarchie catholique, lorsque celle-ci considère qu’elle a « la charge et la responsabilité des consciences28». Il termine par la phrase célèbre de Newman : « Certainement, si je suis obligé de faire intervenir la religion dans les toasts d’après-dîner, je boirai au Pape, s’il vous plait, mais à la conscience d’abord, au Pape ensuite29. »

  • 30 DLF, lettres d’avril-mai 1989.

36Lucien Fraisse conserve une sensibilité extrême à tout ce qui, dans la Compagnie, lui semble être le signe d’un retour à une certaine forme de censure. Ainsi, le départ du P. Valadier de la direction d’Études en 1989 fait l’objet d’une correspondance avec le provincial et le général30.

L’automne d’une vie

37Ces vicissitudes n’empêchent pas le jésuite de continuer à travailler et présenter à plusieurs groupes de Lyonnais ses réflexions nourries par d’abondantes lectures. Il continue à suivre les travaux des maîtres de la culture contemporaine et les dernières études bibliques.

38Ses groupes souhaitent fêter ses 80 ans. Mais le projet se heurte à une farouche opposition de l’intéressé. « Je n’ai jamais accepté de manifestations de ce genre. Vous cherchez à me faire trébucher ? Je n’attendais pas ça de vous ». Autour de lui, pas de groupies, pas même de disciples, mais des hommes et des femmes qui le rencontrent dans un dialogue personnel, avançant vers plus de vérité, plus de liberté, ers ce qu’il a appelé « Ce domaine inconnu, cette terre où la justice habite ». Moyennement la promesse qu’il ne serait absolument pas question de lui, il accepte finalement. La fête a lieu le 13 juin 1992 à Arcisse (Saint-Chef). À cette occasion lui sont offerts des mélanges sous le titre Voies ouvertes. Au cours de l’Eucharistie, célébrée en l’église d’Arcisse, il prononce l’homélie :

Au temps de Pâques, nous disons : “Voici le jour que le Seigneur nous donne, réjouissons-nous tous, soyons dans la joie.”
Ce jour n’est pas dans la longueur des jours. Ce jour est le premier jour de la Création. Aujourd’hui, vous êtes avec moi pour remercier des grâces reçues comme des pardons de sa toute puissante miséricorde. Je rends grâce de rencontres, d’amitiés, de leur lumière et de leur chaleur. Je voudrais d’abord évoquer le souvenir de ceux qui, dans ma vie, ont tenu une grande place et à qui j’estime devoir beaucoup personnellement. Leurs noms sont bien connus de tous ceux qui sont ici.
Dans les années que j’ai vécues, des choix, des orientations difficiles se sont imposés qui engageaient notre responsabilité humaine, notre responsabilité chrétienne. À cet égard, ma dette est immense envers Emmanuel Mounier.
J’ai souvent dit que, si je n’avais pas eu la moindre tentation devant la séduction marxiste, c’est à la fermeté de ses positions que je le dois. Il les a prises, tout en maintenant avec force et inlassablement que le combat pour une meilleure justice devait aller de pair avec les refus nécessaires. “Notre philosophie, disait-il, n’a pas reçu le baptême des eaux marxistes.” Mais sa constante préoccupation fut de maintenir envers et contre tout le dialogue avec ses adversaires. C’est à l’un d’eux que nous devons la réponse admirable de Mounier, peu de jours avant sa mort. Cet adversaire avait pesamment et bruyamment proclamé qu’il se refuserait désormais à tout dialogue avec lui. “Pour moi, répondit Mounier, je chercherais encore le moyen de dialoguer avec vous. Je reprendrai la conversation, ce sera peut-être à votre égard un monologue. Mais il y a toujours quelqu’un pour écouter les monologues. Il n’y a pas de monologue.”
Mounier m’a appris la liberté du chrétien. Sa foi était loin d’un monde catholique conformiste. Foi libre, foi de plein vent, qui ne craint pas les contacts avec les non-chrétiens, mais qui se sent de plain-pied avec eux dans un engagement commun. Si j’ai eu, et c’est une chance extraordinaire, si j’ai eu autant de relations amicales, et autant d’amitié, avec des juifs, des protestants, des non-chrétiens de tout bord, c’est à Esprit, c’est à Mounier que je le dois. Pendant de nombreuses années […], il n’y a pas eu un lieu, un mouvement où chacun d’où qu’il vienne pouvait être plus parfaitement à l’aise et travailler. C’est qu’il expérimentait lui-même une ouverture d’esprit et de cœur qu’on ne trouvait pas ailleurs.
Jean Lacroix avait quelques années de plus que Mounier, mais il l’a toujours considéré comme le chef de file. J’ai connu Jean Lacroix dès 1935. Après-guerre, pendant plus de trente ans, il ne s’est pas passé une seule semaine sans que nous ayons de longues heures d’entretien. Il s’intéressait à tout et tous les sujets étaient abordés. De quel enrichissement ne lui suis-je pas redevable ? Et son amitié était aussi délicate que fidèle. Pendant les années où j’ai été éloigné de Lyon, j’avais chaque semaine une lettre, combien précieuse.
On ne peut séparer Jean Lacroix et François Perroux. Ils s’écrivaient ou se téléphonaient tous les jours. L’amitié de Jean Lacroix était infiniment précieuse à François Perroux dont la vie était douloureuse, avec une femme toujours malade et soignée loin de lui. Je l’aimais bien. Jamais il ne m’a refusé de venir parler aux étudiants et il accueillait à son Institut tous ceux que je lui envoyais. Une foi profonde alimentait sa pensée, son travail d’économiste. Nul n’avait avant lui parlé de l’économie du don comme il l’a fait. Et c’est à Perroux que l’on doit cette formule qui synthétise toute son œuvre, formule si souvent reprise sans en citer souvent l’auteur : “Notre tâche est de bâtir une économie de l’homme et pour tous les hommes.” Au cours de nos échanges il m’a dit un jour en confidence ces mots aussi simples qu’admirables : “Tu sais, seuls nous soutiennent ceux qui s’appuient sur nous.”
C’est à l’École des cadres d’Uriage qu’est née l’amitié avec Hubert Beuve-Méry, qui est devenue plus intime au fil des années, dans nos courses en montagne et jusqu’à sa mort où j’ai pu être une fois encore auprès de lui. Son œuvre, ce journal qui s’est imposé contre vents et marées parmi les tout meilleurs du monde, cela est connu. Moins connue sa liberté à un poste aussi exposé. Il n’a jamais recherché le contact avec les puissants. Et je sais qu’il acceptait volontiers les invitations les plus simples. Ce qu’il recherchait, c’est tout ce qui est vrai et authentique. Nous lui devons beaucoup. La lecture du Monde en ces années difficiles n’était pas un acte quelconque, car il s’agissait de choix décisifs, où notre responsabilité de citoyens et de chrétiens était engagée. Nous sommes nombreux à avoir bénéficié des luttes dures et difficiles qu’il a menées, notamment contre les guerres coloniales aussi vaines que sanglantes depuis Madagascar, l’Indochine et enfin la guerre d’Algérie. Nous étions assurés du précieux soutien du Monde.
Si j’ai tenu à évoquer ces figures aimées, c’est aussi parce qu’elles ont beaucoup compté dans ma vie, qu’elles m’ont permis d’aider ceux avec qui j’ai fait route. On sait les difficultés que j’ai rencontrées dans ma famille religieuse. Il y eut des moments durs, mais je dois bien vite dire que les soutiens fraternels, au sens fort du mot, ne m’ont jamais manqué et m’ont permis de traverser les temps les plus sombres. […] Tout d’abord avec mes élèves de philosophie et ensuite avec les étudiants et les étudiantes de Khâgne, du Droit et de Pharmacie. Je leur dois mes plus belles années. Je rends grâces…
Enfin et surtout, et c’est là l’essentiel, je rends grâce de tous ces liens qui se sont noués avec tous ceux que j’ai rencontrés et avec qui j’ai été amené à travailler. Tout d’abord, je rends grâce de tous ces amis de longue date, pour certains d’entre eux de très longue date, je rends grâce de leur fidélité inébranlable, héroïque dirai-je, de leur fidélité, de leur affection. Leur constante demande m’a stimulé à entreprendre l’étude de nouveaux thèmes et j’ai essayé avec eux et pour eux de faire face aux défis qu’apportent les événements de l’histoire. J’ai voulu, j’ai souhaité que fidèles à leur foi, ils soient dans l’Église des hommes libres.
Une de mes grandes joies, aujourd’hui comme hier, a été de voir dans tous ces groupes grandir de belles amitiés, de voir s’instaurer des rapports de délicate et efficace entraide. Quelqu’un me rappelle qu’un jour on m’a demandé : “Père, êtes-vous content de notre groupe ?” Et je fis cette réponse laconique : “Je trouve que vous vous entendez bien.” Dans les moments difficiles qu’ont vécus les uns et les autres, les épreuves diverses – maladies, maladies graves, deuils –, ils ont toujours trouvé les affections et les appuis si nécessaires.
Plusieurs amis manquent à ce rendez-vous fraternel : Raymond Dubreuil, Robert Butheau, Pierre Jouvinroux. Dans notre foi au Ressuscité, nous sommes sûrs qu’ils ont engrangé tout ce qui méritait de vivre éternellement, du travail de leur vie et de leur tendresse pour nous.
Dans cette église, Bernard Lacoin a fait pour la dernière foi étape. Sa marque propre était la bonté et c’est cette bonté qui lui a fait créer une grande maison, ouverte, accueillante comme il y en a peu.
Notre merci sera notre prière.

39On aura remarqué que, parmi les hommes dont la rencontre a été importante pour le P. Fraisse et auxquels il rend hommage, figure Hubert Beuve-Méry. Lors de la mort de ce dernier, il est significatif que ce soit le P. Fraisse qui a prononcé l’homélie de la messe de ses obsèques, le 8 août 1989, en l’église parisienne Notre-Dame des Champs :

  • 31 Le Monde, 11 août 1989.

C’est lourd d’avoir à être l’interprète de la famille d’Hubert Beuve-Méry, de ses amis d’Uriage, de la grande famille du Monde et de tant d’autres pour qui son départ a été une perte personnelle.
Si j’ai accepté, c’est en tant qu’ami, car nous sommes liés d’amitié depuis 1941, date de notre rencontre à l’école d’Uriage, et en tant que représentant de l’Église de Jésus Christ. Je ne dis pas en tant que chrétien, car nul ne sait s’il est chrétien, c’est vrai de nous tous, comme c’est vrai d’Hubert.
On souligne à l’envie son indépendance, sa liberté, son intégrité. Faire un journal soustrait aux influences, à la puissance de l’argent a été jusqu’au bout son obsession. Et il y a réussi.
Sait-on qu’à la fondation du journal, en 1944, le ministère de l’information lui avait avancé une petite somme, nécessaire pour payer salaires et fournitures et qu’un an après, il avait rendu cette somme, non pas au ministère, mais aux Domaines ? Il en gardait une fierté teintée d’ironie.
On a dit qu’il venait d’un milieu pauvre. Sait-on que, pour venir en aide à sa mère, qui était couturière à façon, il avait abandonné ses études secondaires et multiplié les “petits boulots” ? Mais il ne veut pas s’en tenir là. À Pâques 1922 – il a vingt ans –, il écrit au frère supérieur du collège d’Yssingeaux pour lui demander de le prendre gratuitement en vue de préparer le baccalauréat de philosophie. Réponse positive et immédiate du frère : voilà pourquoi, de très nombreuses années après, Beuve acceptait de présider les anniversaires de ce collège.
Car il ne faisait pas acception de personne. J’emploie à dessein le vocable évangélique. Nous pouvons tous témoigner qu’il ne s’est jamais laissé griser par une position – disons assez enviable. Il acceptait peu d’invitations, et parmi celles qu’il acceptait le plus volontiers, on était surpris de voir qu’elles venaient, non des puissants ou des influents, mais de petites gens avec qui il était en profonde sympathie.
Intégrité ; rigueur. Il ne s’est jamais départi d’une simplicité de vie étonnante en nos temps. Il n’a pas dû prendre souvent de taxi (offrant sa voiture et son chauffeur à des gens de passage, il prenait un certain plaisir à voir leurs réactions, on pourrait dire un malin plaisir), mais il connaissait tous les autobus. Simplicité […] qui l’avait conduit à passer toutes ses vacances dans les deux pièces d’un chalet de montagne longtemps sans route, sans eau, sans électricité, chauffé à la sciure de bois.
Il ne faisait pas acception de personne. Il a toujours eu chez les hommes d’Église de solides amitiés, surtout parmi les dominicains, dont le père Janvier, témoin de son mariage.
[…]
Le Monde avait pour “patron” un homme dont la sûreté chrétienne était aussi plénière. Sans quoi notre entente n’aurait pas été aussi profonde. Si tel ou tel rédacteur ou chroniqueur pouvait se permettre certain dérapage, la barre était tenue d’une main ferme. Plusieurs fois, après coup, il me disait : “J’ai dû intervenir. Je ne suis pas du bâtiment, mais il me semble qu’on ne peut pas soutenir ceci ou cela.” Et toujours il visait juste.
[…]
Dans ses années de jeunesse, il avait beaucoup apprécié Un nouveau Moyen Âge de Berdiaev. Beuve-Méry était un homme des ordres. C’était là ce qui l’avait attaché à Uriage. Homme des ordres, mais non pas dignitaire de l’institution. […] Car son indépendance avait juste ce qu’il faut chez tout bon Français et chez tout bon chrétien d’anarchisme. Moine anarchiste : la définition ne lui conviendrait pas si mal. On sait que Taizé était cher à son cœur ; il y avait été reçu comme un frère. “Vous finirez prieur de Taizé”, lui disais-je. “Pourquoi pas ?”, répondait-il.
On l’avait dépeint “gracieux comme un cactus”. Il réservait sans doute ses meilleures et ses plus solides épines à tous ceux, ils furent nombreux, qui, d’une façon ou d’une autre, avaient tenté d’éprouver sa vertu farouche. Combien de visiteurs n’a-t-il pas reconduit avec son urbanité exquise, mais avec fermeté, à la porte de son bureau ?
Tant d’autres sont là pour témoigner de l’infinie délicatesse de son amitié, des attentions qu’elle lui suggérait. Amitié virile ne craignant pas à l’occasion les affrontements, dont il savait tirer profit. Celui qui nous réunit était pour beaucoup un ami, mais je voudrais ajouter : un grand ami, c’est-à-dire un ami à qui on doit beaucoup, sans jamais le dire bien sûr.
Ce réseau le comblait. Au point qu’il a toujours refusé toute distinction, toute décoration, tout honneur. Il lui suffisait qu’un jour, dans ses dernières années de directeur, les plus grands directeurs de journaux des plus grands pays reconnaissent que Le Monde d’Hubert Beuve-Méry était le plus grand des journaux du monde.
[…]
Et il est encore de plus hautes distinctions. Jamais on ne prononcera de plus précieux hommage à Hubert que celui que j’ai entendu l’autre soir à une radio. Il vient de M. Rousseau, président du Recours, l’association de pieds noirs rapatriés : “Si nous l’avions écouté, bien du sang et bien des larmes nous auraient été épargnés.” En entendant ces mots, des larmes, mais des larmes de joie, me sont montées aux yeux.
Il s’est effacé à l’âge normal de la retraite, alors qu’il lui eût été facile de se prolonger bien au-delà. Simplement, et je dirais même avec une satisfaction certaine, il a été trois ans professeur à la Sorbonne, renouant avec son travail de directeur des études à Uriage et ses toutes premières années d’enseignement à Prague.
Pourquoi notre ami n’a-t-il été que rarement chrétien de la nef ? “ Mécréant ” se disait-il. C’est qu’il avait achoppé au problème du Mal, avec lequel il se débattait. Je crois bien qu’à chaque rencontre, il m’en parlait. Je ne répondais guère, car je savais qu’il était entré dans le mystère du Mal de la grande manière.
Pessimiste, disait-on de lui. Il faudrait beaucoup de ces pessimistes terriblement actifs pour défendre la justice. Bien des Pères de l’Église l’ont dit d’une façon ou d’une autre. “Quiconque lutte pour la justice est avec Jésus Christ.” Il aurait aimé cette histoire rabbinique où l’on voit un étudiant demander au maître : “Ne trouvez-vous pas que la Création de Dieu n’est pas très réussie ?” Le rabbin doucement lui demande : “Tu crois que tu aurais fait mieux ?” L’étudiant ne veut pas renoncer et répond : “Oui je crois que j’aurais fait mieux.” Alors le vieux rabbin se dresse de toute sa taille et, d’une voix tonnante, lui jette : “Tu aurais fait mieux, alors qu’est-ce que tu attends ?”
Notre ami n’avait pas attendu la parole du rabbin, fidèle interprète de la foi chrétienne. Il en avait retenu, et il en a surtout vécu l’essentiel. Lutter est une œuvre juste, la défendre contre les attaques de tous bords n’est pas marcher sur un sentier fleuri et facile. Tous ceux qui sont ici savent quel a été son combat pour le “canard” où il aimait tant se retrouver. Combat auxquels il ajoutait d’autres combats. Mes “casseroles”, disait-il ; encore son expression pudique !
J’ai compris pourquoi il aimait tant ses rudes sentiers de montagne et plus encore s’en prendre à mains nues aux rochers qui se défendent bien.
Certes, nous prions pour notre ami chrétien, chrétien pêcheur de la race terrienne et pécheresse, comme disait Péguy qu’il aimait. Mais dans notre grande peine, nous pensons tous, n’est-ce pas, à ce domaine inconnu, à cette terre où la justice habite et d’où nous pouvons bien croire que, quand viendra notre heure, il nous enverra un bout de corde31.

  • 32 Le Monde, 8 août 2001.
  • 33 Voir l’annexe 3.

40Bientôt, l’altération de la santé du P. Fraisse ne lui permet plus de vivre seul. Il s’installe au Châtelard en 1997 et continue à assurer des réunions. À la suite de nombreuses hospitalisations, il est reçu à la Chauderaie, Ephad jésuite à Francheville, en janvier 1999. Il y passe deux ans, dans la position couchée immobile ou presque qui permettait seulement la lecture et des visites presque silencieuses achevées dans un embrassement. C’est le dimanche 2 août 2001 que sa vie s’est éteinte. Le 8 août, deux rapides saluts lui sont adressés au cours de la célébration de ses obsèques à la Chauderaie, évocation de sa fidélité chèrement payée face à la sanction de 1957, ressentie comme une grave injustice, atteinte à ses droits d’homme et son honneur de prêtre. Dernier salut, un bref article du Monde, intitulé « Le père Fraisse. Un acteur du renouveau catholique d’après-guerre », signé par Bernard Comte32, évoque le P. Fraisse, « éveilleur des consciences chrétiennes pour un engagement non confessionnel au service de la justice et de la liberté » au nom d’« un Dieu pauvre et humble, allié d’une humanité libre et forte appelée à renoncer au culte de la puissance33 ».

Notes

1 Depuis 1976, la Compagnie n’a plus qu’une seule province en France, dirigée à Paris par le P. Madelin, tandis que l’ancienne province de Lyon est gouvernée par le P. Delobre, « vice-provincial des régions Centre-Est et Méditerranée », installé dans les anciens locaux de la Conférence Ampère 17, rue Duquesne, Lyon 6e.

2 « Du bon usage de la honte », Esprit, janvier 1957.

3 Mgr Matagrin, évêque de Grenoble depuis 1969 jusqu’à sa retraite en 1989 ; Urs von Balthasar, prestigieux théologien et maître spirituel jésuite, a fait à Fourvière ses études de théologie ; Paul Thibaud a milité à Peuple et culture avant de rejoindre Esprit dont il est le secrétaire de rédaction ; les PP. Sommet et surtout Coignet sont des amis proches du P. Fraisse, qui l’ont soutenu lors de sa grande épreuve.

4 À partir de l’addendum au rapport de d’Oncieu rédigé le 8 avril 1981, DLF.

5 L’humilité de Dieu, 1974 ; La souffrance de Dieu, 1975.

6 Lettre au P. Madelin, 31 janvier 1984.

7 Ibid.

8 Ibid.

9 Qui prendront le relais et publieront huit ouvrages du P. Ganne chez Anne Sigier au Québec.

10 DLF, Lettre du 3 octobre 1982.

11 AFCJ, lettre du 23 mars 1982.

12 Formule empruntée à Paul Claudel.

13 Le P. Arrupe, élu supérieur général en 1965, a participé à la dernière session du Concile ; il a convoqué et présidé la 32e congrégation générale de la Compagnie en 1974-1975, dont les décrets ont été critiqués par le pape Paul VI. Très attentif à la nomination des provinciaux, le général les a rencontrés, réunis en congrégation particulière, écoutés et stimulés.

14 DLF, lettre du 21 mars 1983.

15 DLF, brouillon de la lettre du 21 mars 1983.

16 DLF, Postulat à l’occasion de la prochaine Congrégation Générale, 21 mars 1982.

17 DLF, lettre du 23 mars 1983.

18 Alain Woodrow, Les jésuites, histoire de pouvoirs, Paris, J. C. Lattès, 1990, p. 262-292.

19 Étienne Fouilloux, Yves de Montcheuil, philosophe et théologien jésuite (1900-1944), Paris, Médiasèvres, 1995, p. 79-93 ; Bernard Sesboué, Yves de Montcheuil (1900-1944) précurseur en théologie, Paris, Cerf, 2006.

20 André Blandin, Hommage au père Sainclair, janvier 2010.

21 DLF.

22 DLF.

23 Lettre du 29 mars 1984, DLF et AFCJ.

24 DLF.

25 DLF, Lettre du 4 avril 1984.

26 Renée Bédarida « La hiérarchie catholique » dans Jean-Pierre AZÉMA, François Bédarida (dir.), Vichy et les Français, Paris, Fayard 1992, p. 482.

27 Yves de Montcheuil, Mélanges théologiques, Paris, Aubier, 1946, p. 141-159.

28 Pierre Ganne, « Dieu à l’école », Esprit, février 1941, intervient dans le même sens.

29 Lucien Fraisse, « L’aumônerie des maquis et le P. de Montcheuil », dans Pierre Bolle, Jean Godel (dir.), Spiritualité, théologie et résistance, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1987, p. 241-245.

30 DLF, lettres d’avril-mai 1989.

31 Le Monde, 11 août 1989.

32 Le Monde, 8 août 2001.

33 Voir l’annexe 3.

© LARHRA, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search