Version classiqueVersion mobile

Le père Fraisse (1912-2001)Les combats d’un jésuite foudroyé

 | 
Bernard Comte
, 
Madeleine Comte

V Le retour à Lyon

Texte intégral

1Ce retour tant attendu a lieu fin 1960. Ce n’est pas une réhabilitation, jamais les autorités de la Compagnie n’ont reconnu publiquement que le P. Fraisse avait été victime d’une grave injustice.

Déceptions

  • 1 Lettre du 23 novembre 1961, DLF.

2Le P. Fraisse, on l’a dit, est nommé au Châtelard, maison de retraites jésuite dans la banlieue de Lyon, comme operarius, donc à charge pour lui de se trouver un ministère. Il reste soumis de la part du provincial à deux interdits majeurs : interdiction de s’occuper d’étudiants (son ministère spécifique jusqu’en 1957) et interdiction (particulièrement « infamante ») de s’installer à la MEC, point d’attache de son action apostolique avant la sanction. La première sera levée fin 1961. Une lettre du P. d’Oncieu, supérieur du Châtelard, lui en confirme l’annonce faite oralement : « Votre ministère ne comporte aucun interdit particulier (ni étudiant, ni autre1) ». Pour le P. Fraisse, l’année universitaire est trop avancée, et ce nouveau changement de directive du provincial reste incompréhensible.

3Le P. Ganne continue à le défendre et à lui faire des suggestions : 

  • 2 Lettre du 24 décembre 1960, ibid.

Bien cher,
Un petit mot pour te souhaiter un bon Noël, une bonne année et tout. J’espère que ton installation au Châtelard et à Lyon “se présente bien”, comme les gosses !
J’ai eu avec le provincial quelques passes d’escrime à ton sujet dans le genre fulgurant ! Il est un peu ébranlé, mais, tel l’arbre, on ne sait pas de quel côté il peut tomber.
Il y aura donc une suite à cet entretien, touchant quelques points amorcés et quelques énormités proférées comme “qu’un religieux doit obéir à son status” ? L’abstraction permet de tuer, la conscience tranquille. Tout ce que je continuerai à lui expliquer, avec un espoir modéré de réussir2.

  • 3 Ce foyer-résidence de jeunes à caractère social a été créé par le P. de Sainte-Olive, dans les ann (...)

4Le P. Fraisse s’aperçoit bien vite, et le provincial en a d’ailleurs convenu, qu’il ne peut exercer au Châtelard l’activité à laquelle il doit se consacrer, faute de pouvoir s’occuper d’étudiants : des réunions avec des adultes en activité, qui ne peuvent se tenir qu’en soirée. Après des mois difficiles et de nombreuses recherches, il décide avec l’accord du P. d’Oncieu de prendre un logement en ville, rue Bossuet, où il s’installe en octobre 1961 dans un appartement loué par sa famille à un ami proche, le pharmacien Lévy, qui le libère. Cette décision implique qu’il assume seul toutes les charges de la vie quotidienne dans des journées qu’alourdissent de sérieux problèmes de santé. Il prend ses repas à la Majo proche (maison d’accueil du jeune ouvrier3). Cette situation a pu choquer et le faire prendre pour un « marginal » par des personnes ignorant les interdits qui pèsent sur lui.

5Les occasions ne lui manquent pas de se sentir marginal :

  • 4 Note du 8 mars 1962 dans le dossier intitulé « Infamie », Ibid.

8 mars 1962 – J’arrive à la MEC à la fin d’une réunion groupant les Pères de la MEC : Martelet, Varillon, Prémorel, d’Oncieu.
Réunions régulières.
Ils n’ont pas pensé à m’inviter ou jugé que c’était à faire. Ou il y a eu des obstacles.
Un certain choc à cette découverte. Que dois-je en retenir ?...
Diverses hypothèses4.

  • 5 Texte manuscrit de 3 pages intitulé « Rétrospective de mon arrivée à Lyon-Châtelard en nov. 61 » e (...)

6Le dossier relate aussi de grosses déceptions quand il a cherché à reprendre ses anciens groupes, « alors que j’étais chômeur à plein temps et dans une situation, pour pratiquer l’understatement, pas très drôle ». Peu de confrères les lui ont spontanément restitués. Seuls deux groupes lui ont été rendus dès son retour par le P. Lhaumet, et celui d’Oullins plus lentement par le P. Varillon, qui en garde deux autres, ceux du Palais et des journalistes, deux groupes qui tenaient particulièrement à cœur au P. Fraisse. Il se souvient que le P. Varillon lui avait dit, à propos de la restitution de ces groupes : « Je n’aurais jamais fait cela. » Il y revient à plusieurs reprises. Le P. de Prémorel, qui a bien du travail, conserve celui des médecins, malgré les plaintes adressées au P. Fraisse par plusieurs de ses membres ; c’était pour le P. Fraisse « un groupe d’amis personnels dont je connaissais plusieurs depuis près ou plus de vingt ans5 ».

  • 6 Formule ajoutée en interligne comme un cri du cœur, ibid.
  • 7 Note de novembre 1964, ibid.

7Il a subi avec une douleur particulière l’impossibilité de retrouver les khâgnes, malgré plusieurs tentatives : en 1961, auprès du P. Pasquier, puis, en 1967, lorsque celui-ci les abandonne ; la candidature du P. Fraisse est alors peu soutenue par ses confrères, et c’est à un séculier qu’est confiée la charge. Dans la note résumant ses démarches infructueuses, il laisse échapper « Ce que cela aurait été pour moi !6 ». À la fin de la page qui relate les déceptions qu’il a eu à ce sujet de la part de ses confrères, il conclut : « J’écris ceci en novembre 1964. Quelle aide concrète, quel secours ai-je eu pour reprendre quelque travail de qui que ce soit, y compris mes meilleurs amis7 ? » Pourtant ces amis, le P. d’Oncieu notamment, continueront à le soutenir de manière efficace. Faute de témoignage de ces confrères, les notes du P. Fraisse sont la seule source exploitable sur ce sujet.

8Le souvenir de l’accueil à Dole, à Nice puis à Saint- Hugues est amer ; au Châtelard, il note les consignes affichées en 1964 sous la direction du P. Varillon : « Interdiction d’aller faire chauffer quelque chose à la cuisine. Refus d’achat de livres, pourtant très modeste. Politique de la maison modifiée, je pense, par la suite, mais… Refus de la somme modeste de 500 NF que j’avais demandé

Ministères

  • 8 Témoignages donnés à l’occasion des 80 ans du P. Fraisse en 1992.

9Le P. Fraisse réunit six groupes d’une dizaine de personnes : juristes, médecins, enseignants et cadres à partir de ceux qui l’ont connu étant lycéens ou étudiants avant 1957. Cet enseignement est évoqué par deux participants8 :

  • 9 Suzanne Boyer, professeure de lettres.

“Que faites-vous donc aux réunions du père Fraisse?”
Bonne question, mais la réponse n’est pas aisée. Y vient qui veut certes, et le cercle est ouvert à tous les amis des amis, mais il vaut mieux être un peu initié, car il s’est établi une connivence de longue date qui permet les allusions, les clins d’œil, les plaisanteries codées, parfois des fulminations, violentes ou discrètes, dont on sait qu’elles recouvrent des torrents de lave ; des parenthèses s’ouvrent sur des considérations qui s’emboîtent à la manière des poupées russes et qui, souvent, portent l’essentiel du message ; et puis les pierres angulaires sur lesquelles il ne s’agit pas de trébucher : “Comme je vous l’ai dit un million cinq cent mille fois…” Malheur à celui qui n’aurait pas compris !
Il y a aussi une grande qualité de silence, un silence parfois même un peu intimidé. Le père renoue toujours le faisceau des vérités premières ou des affirmations de la séance précédente, souvent sous forme de questions : “Où s’origine la foi de nos pères dans l’Ancien Testament ?... À partir de quelle affirmation fondamentale s’écrivent les Évangiles ?” Son regard clair se fait moqueur ou indigné et balaie le silence circulaire ; on sait en général la réponse : “La sortie d’Égypte, évidemment…, la Résurrection, évidemment…”.
Mais quelle foudre tomberait, avec le poing sur la table, sur qui répondrait “La création” par exemple ! Un abîme d’incompréhension se révélerait alors, vite refermé, sans faire de vagues, sur le silence habituel. “Tout le monde ne peut pas être de Lyon”, comme il aime à dire parfois, mais enfin nous sommes à Lyon et chacun sait se taire.
Les Béatitudes ? Un renversement copernicien de toutes les valeurs ; d’ailleurs, il n’y en a qu’une “Bienheureux les pauvres”, qui contient toutes les autres.
À propos de la Trinité, cette redécouverte récente, puisqu’on l’avait presqu’oubliée pendant des siècles (remplacée par l’autre trinité, Jésus, Marie, Joseph) : “Ne me parlez pas de ce solennel imbécile de Chateaubriand appelant Dieu le grand célibataire des mondes, foutaises ! La voilà bien la niaiserie déiste du XIXe siècle”. L’être de Dieu est relation, il n’est même que relation, et un début d’intelligence de la Trinité peut seul nous révéler ce que nous sommes, nous aussi : Amour.
Ainsi se communique, sur plusieurs décennies le plus souvent, en progression vers plus de lumière, le témoignage de cette vie, déjà longue, de fidélité à l’Église à travers les heurts, les épreuves, les colères ; cette avancée laborieuse dans la Révélation, avec ses certitudes fortes, la violence de ses anathèmes : “Je vous veux une foi intègre…, c’est-à-dire pas du tout intégriste.” Malheur à qui confondrait la vérité de la parole, glaive de feu à travers les siècles, logos criticos, avec une petite tradition datant du siècle dernier.
Au fil du temps, le père laboure les mêmes sillons : la terre humaine est dure. Il enfonce le soc à coups redoublés, non sans faire sursauter ceux qui ronronneraient ; tantôt il reprend par petites touches, nuance, précise le trait.
Et parfois jaillit une gerbe d’étincelles, éclairant tout un long travail passé, et c’est au plus secret du cœur un dévoilement, une semence qui tombe, une fécondation de ce qui n’attendait que la parole prophétique pour prendre vie : le Seigneur est passé, comme à Emmaüs, on l’a reconnu brusquement, il se retirera très vite, mais la vie en sera changée.
Une courte célébration nous ramène à l’essentiel, une préface des premiers siècles et la communion au Corps et au Sang du Christ.
Les soirées du père Fraisse ? Ce ne sont pas des cours, pas des entretiens. C’est la rencontre d’un homme plus avancé sur le chemin, homme d’étude et de silence, religieux tout donné à son Seigneur qui nous transmet ce qu’il en a reçu pour nous faire découvrir, à notre tour, la perle de grand prix, ce trésor en nous déposé, sous nos légèretés, nos infidélités, cette Parole qui doit nous changer, nous et le monde9.

10Voici un autre témoignage :

  • 10 C’est une des expressions vigoureuses chères au P. Ganne.
  • 11 Bernard Comte.

C’est un constant approfondissement, thème par thème, des mystères de la foi chrétienne, appuyé sur l’Écriture, la tradition patristique et théologique et formulé dans le langage qu’appellent les expériences et les questions de la vie de notre époque. Réflexions des philosophes, problèmes posés par le développement social, l’économie et la politique, expressions de l’art et de la littérature et aussi, bien sûr, événements de la vie personnelle (couples et enfants, maladies et mal de vivre, métier, loisirs et amitiés, deuils, engagements…), c’est le tissu de nos vies et de nos responsabilités humaines qui est référé à l’événement central de la rencontre du Christ, pleinement Dieu et pleinement homme. Le P. Fraisse utilise les acquis les plus récents de l’exégèse biblique et de la recherche théologique, en lien avec le mouvement de la culture contemporaine, pour dégager les implications de cette réalité essentielle.
Ami dès avant la guerre de Mounier et de son équipe en même temps que disciple du P.de Lubac, puis très proche du P. Ganne comme du P. Varillon, il a aussi été lié d’une étroite amitié avec Hubert Beuve-Méry et avec Jean Lacroix. Il a été avec ce dernier, depuis la fin de la guerre, dans une constante intimité intellectuelle produisant une véritable collaboration. C’est dire la qualité des informations et des réflexions mises en œuvre par le P. Fraisse, servi par une rare pénétration intellectuelle.
Une méthode pédagogique originale, aussi peu didactique et rhétorique que possible, déconcertante, prévient radicalement la déviation intellectualiste. Les réflexions que présente le P. Fraisse, destinées à être remâchées, sont réellement une nourriture pour la vie (la métaphore ressassée retrouve ici toute sa vigueur) ; utilisant les ressources de l’intelligence, elles sont destinées à accompagner le cheminement des êtres et non à satisfaire des curiosités intellectuelles.
Pour tous ceux qui l’ont suivi, cet enseignement a été décisif comme une invitation à se mettre en route pour aborder authentiquement, c’est-à-dire dans la vérité de notre situation, le mystère de l’amour du Dieu humble qu’on ne rencontre qu’en se désappropriant de soi. Le P. Fraisse combat toutes les formes de séparation entre la “religion” et la vie, les évasions spiritualistes et les exploitations bien-pensantes ; il dénonce la passivité devant l’injustice et le culte inconscient de la puissance qui inspire les attitudes de domination. Il vise à former des croyants critiques, au sens de vigilants et avertis face aux pièges de l’affectivité ou du conformisme, et surtout des chrétiens responsables, conscients des réalités humaines et sociales et capables d’y tenir leur place dans un souci de fidélité à l’Évangile.
Il est aussi pour nous un ami et un père spirituel dont les interpellations sont souvent rudes, mais dont la présence est attentive. Ses conseils s’appuient autant sur le bon sens que sur une lucidité décapante, proposant à chacun, sans complaisance mais avec réalisme et sens psychologique, de prendre en charge sa propre vie. La farouche indépendance dont fait preuve le P. Fraisse se prolonge par le refus de faire des “disciples” qui auraient envers lui des liens de dépendance. À son contact, on apprend à être libre et à se tenir debout dans la vraie humilité.
La dureté des jugements portés souvent par le P. Fraisse sur les paroles ou les comportements des chrétiens et de la hiérarchie a pu faire croire à ceux qui le connaissaient mal que c’était un esprit négatif et individualiste dont l’enseignement propageait le mépris de l’autorité et de la tradition et incitait à l’éloignement de l’Église institutionnelle. C’est une complète erreur d’appréciation. Nous tenons à témoigner, au contraire, que c’est pour une part majeure à l’enseignement du P. Fraisse et à l’exemple de sa vie que nous devons d’être restés membres de l’Église catholique et solidaires d’elle dans une liberté critique. Nous appartenons à des générations dont beaucoup de membres, nés ou éduqués dans l’Église, n’ont pu concilier leurs convictions et leurs engagements humains (au service de la justice, de la liberté, de l’égalité, ou tout simplement marqués par l’esprit du temps) avec l’appartenance à l’Église. Si nous avons pu vivre cette double solidarité, avec difficulté bien sûr, mais sans écartèlement, c’est à l’enseignement d’un Ganne et d’un Fraisse que nous le devons. Ils nous ont permis de rester liés visiblement (beaucoup d’autres le sont spirituellement, consciemment ou non, nous le savons) à l’Église et aux richesses de sa tradition toujours jeune, en nous “vaccinant” contre les déceptions et le doute. Ils nous ont appris, continuant le travail de leurs prédécesseurs, que la tradition pouvait aller avec l’invention, la contestation avec la fidélité et que la méditation des mystères pouvait nourrir ceux dont la vie se dépense en recherches intellectuelles ou en luttes sociales et politiques. Alors qu’on les suspecte de politiser le message évangélique, ils montrent au contraire comment celui-ci, s’adressant à l’homme tout entier dans toutes les dimensions de sa libre initiative, peut inspirer et convertir l’activité politique, aussi bien que le travail professionnel ou la vie conjugale ; en conséquence, ils ne pardonnent pas aux chrétiens d’ignorer les conditionnements sociaux (politiques, économiques, culturels) de leur vie spirituelle et les mettent rudement en présence de ces réalités car “les dons de Dieu sont des tâches humaines10”. Vrais éducateurs et spirituels authentiques dont la Compagnie peut être fière dans son inspiration d’origine. Vrais témoins et prophètes de l’Évangile pour les hommes et dans le monde d’aujourd’hui11.
« J’ai voulu, j’ai souhaité que, fidèles à leur foi, ils soient dans l’Église des hommes libres. » Cette phrase, prononcée par le P. Fraisse dans l’homélie de la messe célébrée pour la fête de ses 80 ans le 13 juin 1992, résume bien le sens de son enseignement qualifié de « libérateur ».

La relation avec le P. Arrupe

  • 12 Lettre du 15 mai 1966, DLF.

11Le nouveau général a été élu, dans l’élan du concile, le 22 mai 1965 lors de la 31e congrégation générale. Un an plus tard, le P. Fraisse fait une nouvelle démarche non pour plaider sa cause, mais, à l’occasion de la réflexion en vue de l’aggiornamento dans la Compagnie, pour que des leçons soient tirées de sa cruelle expérience. Il adresse en même temps au général une copie de sa lettre du 15 mai 1966 au P. Plaquet12 :

  • 13 Sujet certainement évoqué dans ses entretiens fréquents avec Jean Lacroix, dont c’est un thème de (...)

Mon Très Révérend Père,
Pax Xti
Je me permets de vous envoyer le double de la lettre que j’envoie au P. Plaquet qui fut Visiteur de l’Assistance de France. J’avais d’ailleurs rédigé un court rapport à votre prédécesseur le 4 août 1958, à la suite duquel j’avais eu avec lui une conversation.[…]
Je tiens à préciser de suite que le motif de cette lettre n’est ni de revendiquer ou de demander quoi que ce soit, pas plus que de faire entendre une plainte. Il est de poser une question grave en un temps où la Compagnie avec l’Église procède à son aggiornamento.
Et on n’atteint pas l’âge auquel je suis parvenu sans savoir et sans avoir expérimenté que cette question grave est une question générale dans la Compagnie et qu’elle met en cause certainement une pratique trop constante et trop répandue dans l’exercice de l’autorité dans la Cie et sans doute une conception de cette autorité et d’une façon générale de l’obéissance.
Cette question grave trouve sa formulation dans un propos d’un père vénéré à qui tant de jésuites de l’Assistance de France doivent beaucoup : le Père Fontoynont. Il avait coutume de dire qu’il s’efforçait de croire que, compris dans son véritable esprit l’Institut de la Cie et notamment le compte de conscience constituaient un gouvernement efficace et en même temps paternel, mais qu’une certaine utilisation trop fréquente en faisait un terrible instrument de domination et d’arbitraire.
Sans doute le problème n’est-il pas propre à la Compagnie. Les débats du Concile ont assez marqué la fréquence d’une violence spirituelle et la multiplication d’injustices graves devant lesquelles les individus se trouvaient sans recours, totalement désarmés. Ils ont eu, déjà, comme conséquences heureuses soit la suppression d’institutions d’Église, soit la révision radicale de certaines.
Il ne m’appartient pas de dire si, dans la Compagnie, les mêmes graves abus de droit mettent en cause des structures des textes ou des institutions, mais le problème ne peut pas et ne doit pas être éludé, pas plus qu’il ne l’a été dans l’Église.
Nulle part, on ne saurait se dispenser de la moralité élémentaire au nom de quelque finalité supérieure […], pas plus “le bien de l’Église” que celui de la Compagnie. La seule garantie que ces fins ne soient pas paroles vides ou bouclier à des ambitions est que, dans leur poursuite, on n’emploie pas des moyens qui lui soient absolument opposés, c’est-à-dire que l’on respecte la moralité élémentaire qui, pour être effective exige des règles de droit.
La fameuse “confiance” entre Supérieurs et inférieurs ne saurait être unilatérale et ne saurait reposer sur une sorte de chantage aussi facile que désastreux à “l’esprit filial”, à “l’esprit de la Cie”, aux “vertus religieuses”, à “l’humilité” ou à “l’obéissance”. Ce sont bien toutes ces valeurs qui sont en cause, en effet, et qu’il faut sauver.
La confiance ne peut naître et s’épanouir que sur le roc de la justice, de la vérité et du droit qui les incarnent. Le rôle du droit est d’établir entre les hommes des rapports encore impersonnels, mais qui préparent et permettent les relations de personnes. Tout individu qui n’est pas entouré d’une sorte de sphère juridique est perpétuellement menacé de violence pure. Et cela où que ce soit dans la société comme dans l’Église ou la Compagnie. Le droit, même si on le qualifie de formel, reste la meilleure garantie de la personne13.
Et il est hautement caractéristique qu’à la suite du Concile, suppression ou réforme d’institutions soient opérées par un simple retour à des règles élémentaires de droit, expression de l’élémentaire moralité.
D’où la fin des juridictions d’exception qui ne comportaient pas ces règles de droit et la remise en place de ces règles là où elles étaient inexistantes.
Ne pourrait-on espérer, souhaiter, demander qu’il en soit de même dans la Compagnie ? Je pense, et ne suis pas le seul à le penser, que des vocations et parmi les meilleures en seraient suscitées et encouragées. Car ce serait le signe de la fidélité à l’authentique esprit chrétien dans la conception et l’exercice de l’autorité. Le pouvoir est le lieu privilégié de la tentation et de l’abus de la domination de l’homme sur l’homme.
L’autorité spirituelle, plus que tout autre pouvoir, y est sujette. Et la violence qui s’exerce à l’ombre et à l’abri des choses les plus saintes est la pire de toutes. C’est elle qui dénature l’autorité et compromet l’obéissance.
Il faudrait essayer d’en finir aussi dans la Compagnie avec un “faux secret”, avec le recours à des “dossiers” secrets connus d’un seul Supérieur tout puissant ou de ses seuls “amis”. Dossiers qui demeurent fermés non seulement à l’intéressé, mais aussi aux Supérieurs réguliers. Dossiers qui concernent le for externe i.e. ; des comportements, actes, paroles publiques qui ressortissent, de soi, au Droit Canon et aux Constitutions selon lesquels les vœux de religion sont émis (À ce sujet, il y aurait d’ailleurs lieu de se demander quel usage est fait du compte de conscience et même quelle est sa nature ? On se trouve, en effet, dans un mélange surprenant du for interne et du for externe... Il faudrait renoncer même aux apparences d’une méthode déloyale qui semble faire du compte de conscience une sorte d’opération de police déguisée, une mesure d’“épuration” qui n’ose pas dire son nom, bref un “règlement de compte”.) Dossiers étrangement suspects en des temps où les procès de tendance, la dénonciation, l’espionnage et la délation sont si largement répandus ? Et ce qui est curieux ou plus exactement scandaleux, c’est l’impunité, voire la faveur surprenante dont bénéficient les auteurs de ces actes et les Supérieurs qui les utilisent.
Enfin, en ce qui concerne l’esprit profond qui a rendu possibles de telles déviations, met-on suffisamment en garde les religieux de la Compagnie contre “l’arrivisme spirituel”, le pire de tous où, sous couvert d’une “certaine” conception, bien personnelle et d’un “certain” amour bien particulier de la Compagnie ou de l’Église, se dissimule très simplement la banale volonté de puissance.
Pour assainir cette atmosphère malsaine, trop constante et trop répandue, il faudrait revenir à des méthodes d’un esprit plus normal et plus traditionnel. Et, d’autre part, il faudrait mettre (ou remettre) en fonctionnement les moyens normaux et légitimes qui garantissent à toute personne un minimum de justice. Nulle part, on ne peut faire l’économie de ces humbles médiations.
Voilà, en toute simplicité et en toute franchise, les réflexions que je voulais vous soumettre dans cette lettre à la fois trop longue et bien trop courte, étant donnée la gravité du sujet.

12Le P. Eugène d’Oncieu, provincial depuis 1964, s’associe à la démarche de son confrère :

  • 14 Lettre du 15 mai 1966, DLF.

Mon Révérend Père Général,
Pax Christi !
Le Père Lucien Fraisse m’a donné en communication le rapport qu’il vous a fait parvenir sur l’importance du respect du droit et des garanties juridiques de la personne dans l’exercice de l’Autorité dans la Compagnie.
Je m’associe très volontiers à sa démarche, sachant combien est dommageable pour le religieux et pour la confiance des relations à l’intérieur de la Compagnie tout abus de droit dans le gouvernement – comme ce fut le cas il y a quelques années à l’égard du Père Fraisse.
Ce souci devra guider notre travail d’aggiornamento […] à notre prochaine session de la Congrégation Générale.
En me recommandant à vos SS. Sacrifices, je me redis, mon Révérend Père Général, très respectueusement vôtre en N. S.14.

13Le P. d’Oncieu (1914-1993) manifestera à d’autres occasions sa solidarité avec le P. Fraisse, en jouant à deux reprises, comme il le dit, le rôle d’un Saint-Bernard. Ce Savoyard est avant tout un homme de l’accueil : aumônier de prison à Fresnes, aumônier d’étudiants à la direction de la MEC, puis aumônier national de la JEC, il a été gravement affecté par la crise de 1956. Supérieur du Châtelard puis provincial de Lyon de 1964 à 1970, cet homme de l’écoute est particulièrement libre. À propos d’abus comme celui dont a été victime le P. Fraisse, on lui prête cette boutade : « Je déteste le langage désuet qui permet aux autorités de faire n’importe quoi et de le baptiser ensuite épreuve. »

14Le P. Arrupe répond :

  • 15 Lettre du 10 juin 1966, DLF.

Bien cher Père,
P.C.
Je vous remercie de votre lettre du 15 mai, et je veux vous dire simplement que vous y exprimez, sur l’exercice de l’autorité et spécialement du compte de conscience, des remarques auxquelles je souscris pleinement. Le gouvernement “paternel” de la Compagnie doit respecter les règles du droit, sans lesquelles ni la confiance ne peut s’établir, ni subsister la vraie justice.
Vous m’écrivez vous-même que vous ne cherchez à exprimer ni revendication ni plainte, et je pense me trouver d’accord avec vous en n’essayant pas de revenir sur un passé douloureux. Mais vous avez raison de demander que la Compagnie, à l’heure de son aggiornamento, réfléchisse en toute lucidité spirituelle sur les problèmes graves que vous posez. Je puis vous assurer que je suis personnellement très soucieux que le gouvernement de la Compagnie réponde à ces règles objectives dont vous redites si bien l’importance pour toute société, mais spécialement pour une société qui ne trouve ses garanties que dans le respect des valeurs de l’Évangile.
Je demande à Dieu de tout cœur qu’il vous aide dans votre ministère actuel et je vous assure, mon cher père, de ma prière unie à la vôtre ainsi que de mon affection paternelle.
Pierre Arrupe15

15Le changement de ton est frappant, jusque dans la formule finale. C’est certainement un des messages les plus réconfortants qu’ait reçu le P. Fraisse, il disait volontiers qu’il mourrait « content d’avoir connu un saint pape (Jean XXIII) et un général des jésuites intelligent ».

Notes

1 Lettre du 23 novembre 1961, DLF.

2 Lettre du 24 décembre 1960, ibid.

3 Ce foyer-résidence de jeunes à caractère social a été créé par le P. de Sainte-Olive, dans les années 1920. Il a soutenu la JOC de Lyon naissante (Pierre Vallin, « Les jésuites à Lyon et la question sociale », dans Étienne Fouilloux, Bernard Hours (dir.), Les jésuites à Lyon, op. cit., p. 175-188).

4 Note du 8 mars 1962 dans le dossier intitulé « Infamie », Ibid.

5 Texte manuscrit de 3 pages intitulé « Rétrospective de mon arrivée à Lyon-Châtelard en nov. 61 » et complété sur 3 pages (« Faut-il écrire ces lignes ?... ») datées d’octobre et novembre 1964.

6 Formule ajoutée en interligne comme un cri du cœur, ibid.

7 Note de novembre 1964, ibid.

8 Témoignages donnés à l’occasion des 80 ans du P. Fraisse en 1992.

9 Suzanne Boyer, professeure de lettres.

10 C’est une des expressions vigoureuses chères au P. Ganne.

11 Bernard Comte.

12 Lettre du 15 mai 1966, DLF.

13 Sujet certainement évoqué dans ses entretiens fréquents avec Jean Lacroix, dont c’est un thème de réflexion central (Personne et amour, 1955, p. 19-25).

14 Lettre du 15 mai 1966, DLF.

15 Lettre du 10 juin 1966, DLF.

© LARHRA, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search