Version classiqueVersion mobile

Le père Fraisse (1912-2001)Les combats d’un jésuite foudroyé

 | 
Bernard Comte
, 
Madeleine Comte

IV L’exil à Nice

Texte intégral

Le désert

1En accord avec le provincial, le P. Fraisse part pour Nice le 22 octobre. Dans cette maison, qui héberge essentiellement des pères âgés, l’accueil a singulièrement manqué de chaleur et d’humanité :

  • 1 DLF, notes du père Fraisse.

La seule chambre sur angles bruyante, minuscule, alors que les deux grandes pièces, au midi comme toutes les chambres, étaient réservées pour d’éventuels hôtes jésuites de marque.
D’autant qu’un minimum de place est nécessaire au travail. Et le reste : l’accueil du supérieur et de celui qui lui succéda1.

Un bilan d’activités dérisoire

  • 2 Louis Coignet (1911-1983) fut un proche compagnon du P. Fraisse à Fourvière, dont il était un des (...)

2Sur la vie et les activités du P. Fraisse à Nice, le dossier est très pauvre. Soucieux de lui fournir des occupations stimulantes, son vieil ami jésuite Louis Coignet2, aumônier d’étudiants à Alger, l’a invité à venir y passer plusieurs semaines en fin d’année en lui proposant une série d’activités pastorales. Le provincial a craint qu’un trop long séjour n’enfreigne les interdits auxquels est soumis le P. Fraisse, mais a été rassuré par un programme qui exclut tout contact avec les étudiants. La correspondance de Fraisse montre que ces semaines, malgré la lourdeur de l’atmosphère d’Alger, ont été pour lui un bain d’air vivifiant. Il est passé ensuite plusieurs fois à Lyon, pour dire adieu au P. Ravier en décembre et pour rencontrer en janvier 1958 son successeur Blaise Arminjon ; il y a vu ses confrères amis, comme à Marseille le P. François d’Oncieu, jeune frère du P. Eugène d’Oncieu. Quelques mois plus tard, il rédige une liste des ministères proposés qu’il a refusés par respect des interdits, preuve de la faible activité dont il a dû se contenter les mois précédents :

  • 3 Notes manuscrites en abrégé, DLF.

Arrivée à Nice fin octobre.
Conformément aux directives du R. P. Visiteur, lettre du 31 juillet 57 :
‒ Fin octobre. Visite du P. Jarrié OP aumônier des étudiants qui m’a proposé sous différentes formes de l’aider.
J’ai tout refusé – y compris de participer à telle réunion où il y aurait eu des étudiants. J’ai accepté de voir pour la direction et la confession tel isolé.
Le cas s’est présenté une fois.
‒ Novembre. J’ai refusé au P. Bourdon conférence ou récollection aux étudiants, même une fois.
‒ Janvier. J’ai refusé une récollection à Paris où il y aurait eu 5 anciennes étudiantes de Lyon – parmi lesquelles plusieurs incroyantes.
‒ Janvier. J’ai refusé retraite de trois jours aux Assistantes sociales de St Chamond. Retraite de sortie que j’avais donnée l’an dernier.
‒ Février. J’ai refusé la retraite Rhéto, Philo math du lycée de Nice.
‒ Février. J’ai refusé conférence ou réco auprès des grandes de l’Inst Ste Marie [un nom de personne illisible].
‒ Février. Refusé la retraite pascale des étudiants niçois.
(En cinq semaines, j’ai vu 3 personnes dont 1 envoyée de Paris.) ‒ Un déjeuner dehors chez la même ‒Un dîner dehors chez la même)
‒ Avril. Refusé retraite fin d’études du Collège de Pontoise.
‒ Mai. Refusé retraite jeunes Toulon. ‒ Refusé participer pèlerinage Étudiants.3

  • 4 En mai 1958, le P. Fraisse passe à Sanary rencontrer dom Charlier, éditeur intéressé par les tradu (...)
  • 5 Cahier 5, 1er septembre 1959.

3Il cherche à faire des traductions (Ramsay, The Resurrection of Christ) : « Il faut bien s’occuper et ça me permettrait de gagner quelque chose4. » Mais il semble qu’il soit resté à Nice très mal perçu, un épisode survenu à la fin de son séjour le montre. Un magistrat, M. Touzet, membre d’un groupe de lecture biblique du Palais dont il s’occupait, qui est passé le voir à la résidence en son absence, lui a écrit avoir rencontré le supérieur qui, à son sujet, « a tenu des propos que j’aurais préféré lui voir garder pour lui-même4 ». L’amertume du père est d’autant plus grande que ce supérieur, récemment nommé, avait à peine fait sa connaissance ; leur première rencontre après sa nomination de supérieur avait été peu engageante : « Je sens à plusieurs choses sa prévention. Je me doutais qu’il ne devait guère m’être favorable. Je ne pensais pas que ce fût à ce point5. »

Le réconfort de l’amitié

4L’amitié du P. Ganne est toujours présente :

  • 6 Lettre au P. Fraisse du 30 janvier 1958, DLF.

Dans la conjoncture actuelle, il n’y a guère à espérer des succès “administratifs”. L’avalanche suivra sa pente, pour s’étaler dans les bas-fonds… Mais ce qui est en jeu, ce sont les principes d’une spiritualité vivante. Nous pensons qu’il faudra rédiger un travail, réfléchi et méthodique, sur ce qui est en question. De deux choses l’une, en effet : ou bien les griefs, les procès de tendance portent sur des nuances imperceptibles, et alors toutes les mesures prises sont sans fondement, ou bien l’objet de ces griefs est sérieux, et alors il faut prendre le taureau par les cornes, et faire l’effort d’élucider le “fond du problème”. ‒ Il faudrait démonter les mécanismes de ce refus de l’objectivité, d’une certaine “rationalité”, qui conduit à une sorte d’illuminisme totalitaire. ‒ Tout ce “fidéisme” que j’évoquais dans mon topo. ‒ Cet effort positif de foi et de raison est ce que nous pouvons opposer et devons opposer à l’avalanche.
Effort peut-être vain dans l’immédiat, mais que je me refuse, pour ma part, à croire stérile, et que je crois être un devoir. ‒ Le Minotaure passe par Grenoble, courant février. J’attends sa venue, qui sera “décisive”, pour mûrir les décisions à prendre. ‒ Qu’en penses-tu, en gros ? –
En toute hypothèse, je crois (l’expérience de Fourvière m’a appris) qu’il faut se réfugier et se concentrer sur un plan plus profond, où on puisse travailler à “démystifier” la situation. ‒ Guérilla, peut-être, mais qui n’irait pas sans em…er les grosses armées puissamment organisées !! Ne t’en fais pas. Dieu est Dieu et Mahomet n’est pas son prophète ! Il est tout de même une liberté essentielle que tous les “Surmoi” coalisés ne peuvent atteindre !
Je t’embrasse de tout cœur.
“Tu n’abandonneras pas ton fidèle dans le Shéol” !!6

  • 7 Dossier Fraisse, AFSJ.
  • 8 Cahier 5, note du 9 février 1958.
  • 9 Lettre à Denise Rendu, 27 août 1958, communiquée par Christian Rendu.

5Les quelques lettres conservées de cette période montrent que les rencontres au cours de ses voyages (à Lyon, à Paris, pour des séjours à Lépin-le-Lac, en Savoie, chez Jean Lacroix), les courses en montagne avec le P. Ganne, les passages d’amis à Nice sont pour lui un grand réconfort. Particulièrement précieuses sont les lettres de Lacroix qui le tiennent au courant de la vie lyonnaise, dans le domaine politique et religieux notamment7. Le problème algérien l’obsède : « Le processus d’hispanisation de la France qui me hante depuis quelques années s’accélère. C’est le chancre algérien qui hâte la décomposition8. » Reste permanente l’obsession de l’injustice dont il est victime. Ce sentiment est ravivé par les nouvelles de la Compagnie qui n’ont rien de réjouissant. Le provincialat du P. Ravier a pris fin, le P. Sommet a été démis de sa charge de recteur de Fourvière et le P. Varillon de celle de supérieur de la résidence. Or, tous trois le soutenaient activement. Il commente amèrement : « Vu le P. Varillon. Vous savez qu’il n’est plus supérieur. Normalement… il aurait dû faire encore trois ans. Le rouleau passe9. »

Relations avec le nouveau provincial Arminjon (1958-1964)

  • 10 Mémoire daté du 13 juillet 1964, DLF.

6Les relations avec les autorités de la Compagnie restent difficiles et l’incapacité des supérieurs à donner une réponse à ses revendications de justice rouvre constamment la blessure initiale, pendant l’exil à Nice (1957-1960) et encore dans les années suivantes. Le P. Fraisse évite de rencontrer le visiteur, et il en sera de même à l’égard du nouveau provincial, le P. Blaise Arminjon, entré en fonction le 15 décembre 1957. Le visiteur avait dit au P. Fraisse qu’il mettrait en place quelqu’un qui veillerait au respect des interdits. Le P. Fraisse ne cessera d’affirmer qu’il a « trouvé le P. Arminjon entièrement prévenu » contre lui. Si la correspondance, notamment celle qui émane du P. Fraisse, est lacunaire, l’histoire de leurs relations peut être précisée grâce au mémoire qu’il adresse au provincial à sa sortie de charge en 196410. Ce texte, également adressé au général, est composé d’épisodes successifs relatés, non selon ses souvenirs, mais à partir des notes consignées immédiatement après chacune des rencontres évoquées. On suit donc ici ces épisodes

  • 11 Notice nécrologique dans Compagnie, novembre 1998, p. 169.
  • 12 Archives diocésaines de Lyon, correspondance du cardinal Gerlier.
  • 13 Épisode rapporté à Bernard Comte (27 juin 1986).

7Le P. Blaise Arminjon, professeur de philosophie très apprécié au collège Saint-Michel de Saint-Étienne, a participé aux débuts de la revue Christus. On louera à son décès ses qualités d’éducateur et de bibliste, en ajoutant à propos de sa nomination de provincial : « Conscient qu’il n’était pas la personne attendue, il reçut la décision en plein esprit d’obéissance11 ». Le choix du P. Sommet avait d’abord été envisagé12, mais il a été desservi sans doute par son soutien vigoureux au P. Fraisse. Le P. Arminjon et le P. Fraisse, plus âgé que lui, n’ont guère eu de relations auparavant et n’ont pas manifesté d’affinités ‒ d’où la consternation du P. Fraisse quand il apprend sa nomination. À la suite d’une intervention faite à la MEC par le P. Arminjon, le P. Fraisse l’avait vigoureusement interpellé au sujet de l’Algérie13. Outre la profonde différence des tempéraments et des expériences pastorales, ils étaient nettement séparés par leur conception de la politique.

Première rencontre (2 janvier 1958)

8Le dossier contient deux versions de la première rencontre des intéressés : celle du P. Fraisse qui, en mai 1958, joint à une lettre au provincial la copie du rapport qu’il adresse au général et celle que le P. Arminjon développe en août 1958 dans une lettre au P. Fraisse. Lisons d’abord la lettre du P. Fraisse au P. Arminjon :

  • 14 Lettre dactylographiée, non datée (mai 1958), adressée à « Mon Révérend Père », DLF.

Une année s’est écoulée depuis les mesures prises à mon égard par le R. P. visiteur.
Dans le calme et après mûre réflexion, je me décide à vous envoyer ces lignes.
Non sans avoir pris conseil de Pères graves.
Je le fais pour que les choses soient claires et pour que le silence que j’ai gardé jusqu’ici ne puisse être interprété de quelque façon que ce soit.
Je le fais enfin parce que j’estime que c’est un devoir envers moi-même, envers la Compagnie et l’Église, et envers Dieu.
Et aussi parce que je crois qu’il y va de plus que d’un cas personnel14.
Le T. R. P. général ayant eu à connaître de mon cas et ayant manifesté le désir d’avoir un exposé par l’intéressé, je lui envoie une copie de ce texte.

9Voici maintenant le récit de l’entretien du 2 janvier 1958 d’après le rapport adressé au P. général :

  • 15 Tous deux Supérieurs du P. Fraisse, respectivement en charge de la résidence et de la MEC.
  • 16 Fraisse a consigné sur son cahier, le jour même, ce qu’il retient de la rencontre, après une longu (...)
  • 17 Précision notée à cette page : « Il a l’air ‒ lui ‒ de bien connaître le dossier contre moi. (Qu’e (...)
  • 18 Rapport de 1964, rédigé d’après les notes prises après la rencontre, DLF.

J’ai appris à Nice le 15 décembre 1957 la nomination du P. Prov. Il était normal que je le voie assez rapidement pour lui exposer ma situation. Et, dès le 1er janvier 1958, je lui téléphonai pour prendre rendez-vous : le lui dis que je préférerais que cet entretien ait lieu en présence des deux pères qui étaient mes Supérieurs au moment de la Visite, les PP. Varillon et Lhaumet15. Le R. P. Provincial me répondit que, de son côté il préférerait me voir seul, mais que néanmoins il acquiesçait à mon désir.
Je souhaitais en effet que ce soit mes supérieurs – qui me connaissaient bien et qui étaient parfaitement au courant de tous mes ministères – qui exposent les choses au nouveau Provincial. D’autant que je ne le connaissais et qu’il ne me connaissait guère. Au cours des douze années antérieures, je ne l’avais rencontré que deux ou trois fois et jamais en particulier.
L’entretien qui eut lieu le 2 janvier 1958 chez le R. P. Varillon, Supérieur de la Résidence, fut très pénible.
Le R. P. Prov. commença en disant qu’il avait longuement préparé cet entretien, qu’il avait consulté à Rome sur cette affaire et que toute démarche de qui que ce soit était vouée à l’échec.
Mes supérieurs s’efforcèrent de lui dire qu’il y avait injustice, qu’ils n’avaient jamais été consultés, ne trouvaient rien à me reprocher.
– Il était clair que nous étions en présence de quelqu’un qui ne cherchait pas à s’informer, mais dont le siège était fait. –
Mais, il y a plus que la totale adhésion à la position du R. P. Visiteur. £Au bout d’une heure en effet, le R. P. Prov. exprima clairement ce qu’il pensait de moi et de mon ministère : en termes durs, ce fut une condamnation globale. Le motif central en était d’exercer une influence non pas religieuse mais politique. Au point que, disait-il, des étudiants désireux d’une nourriture spirituelle étaient obligés de l’aller chercher ailleurs16.
– Il est à remarquer que cette appréciation de fond portait sur un point qui n’avait pas été mentionné dans les motifs du R. P. Visiteur. –
S’y ajoutait une série de griefs divers. Il remarquait que, professeur de philosophie, il n’avait jamais fait appel à moi pour parler à ses élèves. Plus grave encore, que jamais personne n’avait fait appel à moi pour parler dans nos scolasticats.
‒ Au sujet de cet entretien, un dernier point doit être mentionné : le R. P. P dit se référer à un dossier me concernant, dossier accablant, disait-il, et dont la lecture me confondrait. Ce dossier avait été mentionné par le R. P. Visiteur et le R. P. P. devait par la suite y faire plusieurs fois allusion17. Quel est donc ce dossier inconnu de ceux qui furent durant huit années mes supérieurs et sur le contenu duquel il ne m’a jamais été donné de m’expliquer ? Sur ce point comme sur ceux abordés par le R. P. P., je ne puis que renvoyer à mon rapport au T. R. P. général –18.

  • 19 Lettre de Fraisse à Ganne, 24 janvier 1958, DLF. Je n’ai pas retrouvé cette lettre

10Une lettre au P. Ganne témoigne des répercussions de cette première rencontre : « Depuis l’entrevue avec le nouveau provincial, je suis resté groggy, physiquement même – ce qui me mène à penser qu’il doit y avoir une relation entre l’âme et le corps19. »

11Le P. Arminjon contestera sur plusieurs points l’exactitude du récit du 2 janvier et lui opposera son point de vue dans sa lettre du 12 août citée plus loin.

L’espoir déçu d’une éclaircie ?

  • 20 Fraisse note une visite au P. Sommet le 6 ou 7 janvier : « Entretien cordial. Il verra B. A. » (Ca (...)

12Plusieurs confrères restent soucieux de la situation de leur ami20. Ainsi deux lettres adressées au P. Fraisse début 1958 évoquent une attitude du provincial qui pouvait lui laisser espérer une amélioration de son sort.

13Supérieur de Lyon, le P. Varillon lui écrit :

  • 21 Tous deux, l’un journaliste, l’autre avocat, sont très actifs au Comité lyonnais pour le respect d (...)
  • 22 Lettre du 30 janvier 1958, DLF.

Entre deux portes, à l’issue de la fête de St Fr. de Sales à la Résidence, alors que nous parlions de ses déplacements, le P. Provincial m’a dit qu’il ne songeait pas aller à Nice prochainement. […] Je ne sais […] rien du Visiteur, que je n’ai pas revu. Donc, parlant de Nice avec le P. Provincial, celui-ci m’a dit que vos affaires allaient sensiblement mieux. Des tiers survenant ont interrompu la conversation. Je rattache cependant ce mot à ce que vous me dites de la lettre du P. Général au P. Ravier. Il me semble d’ailleurs certain que le P. Provincial veut vous enlever de Nice.
Mon avis est qu’on ne vous remettra pas à la MEC cette année, et que c’est précisément ce qui serait pour “eux” se déjuger. Le lieu importe moins que l’interdiction de vous occuper d’étudiants. Paris me ferait un peu peur, à cause des ragots qui y pullulent. Grenoble serait peut-être le mieux, mais une conjonction Ganne-Fraisse est-elle pensable pour le P. Visiteur ? Personnellement, je pensais plutôt à Marseille, à cause du caractère sympathique du P. Miller, et de l’énorme travail à faire dans la ville ; mais, si vous y répugnez, pas de question.
Je pense également que mieux vaut laisser le P. Provincial trouver lui-même une solution. Car si les mots du P. Général (“nouveaux”, en effet) ont une suite, ou même sont déjà connus du P. Visiteur, il est possible que celui-ci soit passablement gêné et ne tienne pas à vous proposer une solution bâtarde (la phrase importante du P. Général est : “Il est important que je n’aie pas seulement le point de vue du P. Visiteur”). Si j’étais vous, je ne bougerais pas jusqu’à ce que bougent les autorités.
Journalistes et avocats font ici d’excellent travail. Et tel ou tel d’entre eux ensemble (par ex. Butheau et Bernardin21). Merci de m’avoir passé ces groupes : c’est une joie de les aider. Et j’espère bien que vous pourrez bientôt les reprendre22.

14Son ami Coignet l’informe de ce qu’il a cru percevoir des sentiments du provincial à son égard lors d’une visite de ce dernier à Alger. Le P. Fraisse a entièrement coché sa lettre au crayon rouge :

  • 23 Lettre du 6 mars 1958, ibid.

Cher vieux,
En vitesse, je t’écris la substance de mon entretien, ou plutôt de mes entretiens, avec Blaise. Nous avons parlé de maintes choses ; en particulier, je crois avoir évité d’être supérieur…
Mais le seul problème qui le préoccupait, ‒ et c’est lui qui l’a abordé ‒, c’est le tien. Il en est vraiment hanté. Le premier entretien a été très dur, le second plus adouci. Voici ce qui en ressort :
1/ Il ne cherche plus – comme il l’avait fait à Aix en septembre – à justifier la position du P. V. Dont il reconnaît qu’elle a été prise sans informations suffisantes, et d’un point de vue unilatéral. D’après ce qu’il m’a dit, le V. se serait trouvé devant un dossier assez important, provenant en particulier de l’archevêché ; pièces qui devaient être connues et approuvées par le cardinal. Qui a ensuite déclaré qu’il n’avait jamais demandé ton départ, et même qu’il le regrettait. D’autres personnes semblent (il ne m’a pas dit qui) avoir joué double jeu !
Parmi les motifs, le seul qui semble avoir eu du poids, au point de vue de Blaise, est celui de propos anti hiérarchiques. Il m’était facile de lui rétorquer que de semblables propos étaient tenus par bien d’autres ; et en fait, lui-même, me parlant des positions de Mgr Duval(1), m’avait dit la même chose en substance. Seulement, il y a la manière, paraît-il.
2/ Il a été très influencé par des Pères de la province qui ont pris parti en ta faveur. Ce qui l’a amené à un revirement. Il a même écrit une lettre au T. R. P. pour obtenir que lui soient laissées des latitudes, mais dans une mesure que j’estime insuffisante et je ne le lui ai pas caché.
3/ Il semblait désirer une médiation ou intervention venant soit de moi, soit de quelque autre. Sans me le dire nettement, il me l’a laissé entendre. J’ai refusé pour ma part et lui ai dit que c’était l’autorité responsable seule qui avait à revenir sur des décisions dont j’avais la conviction absolue qu’elles avaient été prises sans esprit de justice.
4/ J’ai insisté sur le caractère “infamant” des mesures dont le résultat est que toute personne gênée par ce que tu pourrais dire serait en position de le miner en déclarant que tu ne représentes dans l’Église qu’une voix discordante et suspecte à l’autorité ecclésiastique elle-même. De plus, que syul compte n’avait été tenu de ton travail, de son caractère authentique, ni des avis qu’auraient pu donner ceux qui te connaissaient de plus près.
5/ Il est très renseigné sur ta condition présente et ce qu’elle a d’inhumain. Sur tes réactions à son égard. Sur le fait que tu saurais certaines solutions auxquelles il a songé.
6/ Enfin, j’ai insisté sur la nécessité absolue que les mesures soient rapportées dans un délai assez bref. Au début, il paraissait tenir que c’était impossible… Mais ensuite il a paru ébranlé fortement et décidé à tenter le maximum. Qui n’ira certainement pas jusqu’à s’engager à fond.
Les solutions auxquelles il songerait, par inclination, seraient soit de te retirer de Nice, soit de te proposer un voyage aux U.S.A. (il sait que tu es au courant de ce projet), temps durant lequel les censures seraient levées, et ensuite pour la France lors de ton retour. Séjour qui pourrait avoir lieu en plusieurs périodes, mais l’ensemble durant près de deux ans, ou pour le moins une année.
7/ Il a envisagé une rencontre nouvelle avec le P. V., ce qui, d’après ce qu’il m’a laissé entendre de ce personnage, m’apparaîtrait n’apporter rien de nouveau…, ou une nouvelle conversation entre lui et toi, à propos de laquelle j’ai exprimé les plus grandes réserves. Vraisemblablement, il y aura une médiation par un supérieur de la Province, qui me semble devoir être, si j’ai bien compris, le P. Sommet.
Voilà. Il me semble avoir été aussi net et intransigeant que je le pouvais, peut-être même un peu trop cassant. Mais il me sentait fatigué, ce qui est la vérité, et ulcéré. C’est pourtant ce dernier élément – joint à l’action d’un certain nombre d’amis auxquels il m’a fait allusion sans les nommer – qui importe finalement le plus.
Dis-moi ce que tu penses de mon attitude et de ma position…, l’essentiel n’est pas le résultat par aménagement diplomatique, mais le résultat sans ambiguïté.
Il y a un effet, au moins, c’est que les résistances rencontrées empêchent le P. V. de se livrer à de nouveaux saccages23.

(1) sur l’Action catholique

15Était-ce le signe d’une réelle évolution chez le provincial ou une attitude stratégique vis-à-vis d’amis proches du religieux (Sommet, d’Oncieu) ? Le changement n’apparaît pas dans le comportement du P. Arminjon envers le P. Fraisse les mois suivants. Rien ne se produit au status de juillet 1958. L’intéressé note sa déception sans la commenter :

  • 24 Note du P. Fraisse « Après le 31 juillet », que complète une information de son ami d’Oncieu : « L (...)

Au début d’août, je reçois du R. P. P. et du T. R. P. G. leurs réponses au rapport que j’avais envoyé. Réponses bien différentes de ton et de contenu. Sur le conseil de Pères graves, je ne répondis pas à la lettre du R. P. P.24.

16Le 12 août, le provincial écrivait :

J’ai eu beaucoup de regret d’apprendre que vous ne vous étiez pas trouvé à la résidence de Nice lors de la visite de cette maison par le R. P. Visiteur. Je comptais, en effet, sur cette rencontre. Il va de soi qu’aussi important que fût votre ministère à ce moment-là, je vous aurais trouvé un remplaçant.

17Le provincial réagit ensuite au récit fait en mai par le P. Fraisse de l’entretien du 2 janvier :

En faisant appel au T. R. P. Général, c’est de votre strict droit que vous usez. Il me reste désormais à attendre avec vous la réponse de Sa Paternité au sujet des mesures que le R. P. Ravier vous a transmises le 5 août 1957. Je m’y tiendrai rigoureusement.

18Par ailleurs il « rectifie » ce qui le concerne dans le rapport remis au général :

  • 25 C’était un des griefs majeurs exprimés par le général dans sa lettre du 19 décembre 1957 au P. Var (...)
  • 26 Allusion à la demande du P. Fraisse, dès l’été 1957, que ses supérieurs lyonnais obtiennent de « s (...)
  • 27 Lettre du 12 août 1958, DLF.

P.S. Je tiens à ajouter à ma réponse le Post-Scriptum, suivant pour ce qui a trait, dans votre note, à la part que j'ai eue personnellement dans cette affaire, à savoir notre rencontre du mois de janvier dernier. Le simple souci d'objectivité m’oblige à faire à votre texte des rectifications dont je vous prie de prendre note.
1°) Il est, évidemment, odieux, que, le Père Provincial, nommé le 15 décembre 1957, ait pu prendre avec vous pour la première fois contact dans le cadre qui fût celui de notre rencontre de la Résidence. Rien de plus contraire au gouvernement paternel de la Compagnie. Mais ce que votre rapport ne dit pas, c’est que vous vous êtes systématiquement refusé à un entretien personnel avec moi, ainsi que je vous le proposais. Vous avez tenu, au contraire, à donner à cette première rencontre une tournure toute juridique […].
2°) À aucun moment de notre entretien, je ne me suis exprimé avec violence. Ce ne fut, en tout cas, certainement pas le sentiment du père Varillon en me raccompagnant. Si, au moment de vous quitter, je vous ai prié de m’excuser des mots qui avaient pu vous faire de la peine, ce n’est aucunement avec le regret de m’être laissé aller à des excès de propos ou de ton. Aussi bien je proteste très énergiquement contre l’affirmation que je me suis montré lors de cette rencontre entièrement prévenu contre vous.
3°) Il s’en faut que le point sur lequel nous nous soyons arrêtés “longuement et de façon centrale” fut ce qui avait trait à vos options politiques. Si vous vous souvenez bien, le débat porta d'abord sur “l’injustice grave” que constituait à vos yeux la double mesure prise à votre endroit. C’était, paraît-il, l’avis de canonistes distingués. Après un moment, je vous ai dit que, s’il y avait vraiment eu “injustice grave”, telle qu’un Supérieur ne serait aucunement susceptible d’être justifié de ce reproche, je priais immédiatement ces canonistes d’en faire une relation signée ; je la transmettrais sans délai à Rome.
Je ne trouve aucune mention, dans votre rapport, du débat qui suivit sur les “interventions” qui furent entreprises auprès de personnes importantes, pour faire rapporter les mesures25. C’était, pour moi, un point important, car toute l’obéissance s'y trouvait engagée. Vous vous souvenez comment ce point fut d’abord longuement nié ; puis comment vous avez concédé un non sponte mea. L’un de ceux qui étaient là dit même le nom de l’auteur de l’une de ces interventions, si gravement interdites par l’Institut. Vous direz que ce point, selon vous, ne touche pas au fond du problème. Il peut cependant rendre compte des sentiments que votre Supérieur, auquel vous devez toute la vérité, pouvait éprouver à la suite de telles dénégations.
J’ai insisté ensuite pour que l’on s’en tînt aux motifs mêmes qu’énonçait la lettre du R. P. Visiteur du 30 juillet, et transmise à vous par le P. Ravier le 5 août : “Le père a exercé une action dissolvante du sens de l’autorité, et à la limite, antihiérarchique”. Vous n’avez pas contesté alors la grande liberté de vos propos. Vous m’avez seulement répondu que le P. d’Oncieu, lors de la retraite que vous aviez donnée à Paris aux responsables de la JEC, en avait tenu de bien plus violents. Ce qui est, d’ailleurs, paraît-il, inexact. D’autre part, le R. P. Visiteur lui-même, à la MEC s’était exprimé avec encore bien plus de hardiesse !
Si je ne touche pas ici, selon vous, à l’essentiel de votre rapport, je tenais, cependant, à rectifier ce qui y était affirmé pour la part qui m’y concernait, celle de notre rencontre. Je peux vous assurer que je le fais sans animosité ni prévention.
4°) Vous me demandez de constituer une commission26 de Pères, parmi des hommes que vous me désignez, pour prendre connaissance et juger du contenu du “dossier”. Ce “dossier”, à partir duquel il a été statué à votre endroit par le R. P. Visiteur, a été constitué entièrement indépendamment de moi, et par une autorité supérieure à la mienne. Il ne m'appartient donc pas de l’étaler. Seuls le R. P. Visiteur ou le T. R. P. Général, auquel vous adressez votre rapport et qui est en possession de tous les éléments, auraient ce pouvoir. J’ajoute, seulement, qu’il est absolument contraire à l’esprit de la Compagnie, entièrement fondée sur la pleine confiance mutuelle entre supérieurs et inférieurs (nous avons fait vœu, en entrant dans la Compagnie, d’accepter toutes les décisions des Supérieurs nous concernant, sans réserve et quelles qu’elles soient), de constituer une commission du type de celle que vous proposez27.

19Le P. Fraisse réagit en ces termes à la lettre du provincial :

  • 28 Note sans date, automne 1958, Ibid.

Je pense que la simple teneur de cette lettre montre à l’évidence une “totale prévention”. Néanmoins, je précise quelques points seulement :
- Avant le premier contact, il était de notoriété publique que le nouveau P. Prov. faisait entièrement siennes les décisions et sanctions du P. Vis. […]. C’est pourquoi j’ai préféré que ce premier contact ait lieu en présence de mes deux Supérieurs. Étant donné les développements de mon affaire de juillet 1957 à janvier 58, la modalité de cette rencontre était parfaitement normale. Et mes deux supérieurs l’ont trouvée parfaitement normale.
- Le R. P. P. a parfaitement raison de dire que le point ayant trait à “mes options politiques” n’occupa pas la majorité du temps. Qui porta en effet sur “l’injustice grave”.
Mais ce fut le point sur lequel le R. P. P. s’est “arrêté longuement et d’une façon centrale” quand il a exprimé sa propre position. […]
- Dernier point important pour le R. P. P. : des “interventions”, car “toute l’obéissance s’y trouvait engagée” et des “dénégations” d’abord faites à ce sujet par vos trois interlocuteurs.
- Non seulement l’idée de faire appel à ces interventions n’est pas mienne, mais je dois dire qu’elle ne me serait pas venue à l’esprit.
- Les dénégations des trois interlocuteurs [le P. Fraisse et ses deux supérieurs de Lyon, le P. Varillon et le P. Lhaumet] étaient dues au souci de ne pas mettre en cause celui qui avait décidé d’y avoir recours et au fait qu’il leur avait été demandé “de n’en faire état que dans la mesure où cela serait nécessaire”.
Quant à celui qui a pris la responsabilité de ces interventions, je pense qu’il ne m’appartient pas de le nommer. Je ne puis que dire que j’en tiens les déclarations formelles et signées où il l’assume pleinement [le P. Ravier].
- En demandant de soumettre mon cas à des juges impartiaux, je ne faisais que dire oralement ce que j’ai écrit à plusieurs pages de mon rapport au T. R. P. G.
Cette demande ne visait qu’à demander que l’on s’informe objectivement et à démontrer l’inanité des accusations du “dossier”. Ce que le T. R. P. G. a parfaitement compris.
Enfin, en ce qui concerne “l’esprit de la Cie”, “la confiance entre Supérieur et inférieur”, “le vœu d’obéissance”, je me contente de renvoyer aux lignes du R. P. Ganne qui traitent de ces points et que je fais miennes28.

Deuxième rencontre (23 octobre 1958)

20La deuxième rencontre entre les deux hommes se déroule à Nice le 23 octobre 1958. Fraisse écrit :

  • 29 Rapport de 1964 [au général ?], ibid.

De passage à Nice, le R. P. P. demande à me voir. (Je relate aussi brièvement que possible cet entretien comme le précédent et les suivants non d’après mes souvenirs, mais d’après les notes prises immédiatement après.)
- Le R. P. P. me reproche durement de “n’avoir pas voulu” voir le R. P. Visiteur qui avait visité la résidence de Nice au mois de Juin.
Tout d’abord, j’avais déjà été visité. Ensuite, le R. P. V. ayant à plusieurs reprises déplacé sa visite de Nice, le P. Sup. avait formellement dit aux Pères qu’ils pouvaient s’absenter pour leurs ministères. Enfin, le P. Sup. pouvait me prévenir facilement et rapidement si le R. P. V. avait manifesté le moindre désir de me voir à nouveau. Et, à mon retour, le P. Sup. m’avait précisé que le R. P. V. ne lui avait rien dit.
Le P. Sup. étant présent, je dis au R. P. P. qu’il est aisé de vérifier ces faits. À ce moment, le R. P. P. me dit que c’est lui qui regrette personnellement qu’il n’y ait pas eu de nouvelle rencontre et déclare retirer tout reproche.
Au sujet de sa lettre du 12 août, je lui dis n’avoir pas répondu pour ne pas polémiquer avec mon P. Prov. mais estime que les divers points de sa lettre sont inexacts. Le R. P. P. n’insiste pas sur ce point.
Mais, surtout, le R. P. P. formule trois nouveaux reproches, graves à ses yeux, […] car ils concernent l’obéissance et la vie religieuse :
1° Mon départ tardif de la MEC l’année précédente. Je ne suis en effet arrivé à Nice que le 22 octobre 1957. Ce qui s’était fait en plein accord avec mes supérieurs et surtout avec le R. P. P. du moment qui m’avait d’ailleurs demandé d’attendre à Lyon son retour de Rome. De plus, j’avais écrit le 31 juillet au Supérieur de Nice pour me mettre à sa disposition.
Le R. P. P. se déclare heureux d’avoir ces précisions car il avait vu là, me dit-il, un manquement grave à l’obéissance.
- Un commentaire, une fois de plus, est-il nécessaire ?
N’est-il pas étrange que le R. P. P. ait formulé rétroactivement (il est entré en charge le 15 décembre) un reproche aussi grave sans se documenter auprès de son prédécesseur ? Dont je possède d’ailleurs les lettres concernant ce point particulier.
2° La fréquence et la durée de mes séjours à Lyon et à la MEC, autre grave manquement à l’obéissance.
J’énumère alors le nombre de fois où je suis allé à Lyon et la durée de mes séjours où, conformément aux ordres du R. P. V. je me suis abstenu de tout ministère. Que la seule chose que j’avais faite et à quoi j’avais été explicitement autorisé par le R. P. V. et par lui-même avait été de voir individuellement des personnes.
Du reste, ni le R. P. V. ni lui-même ne m’avaient laissé soupçonner ni à mon départ de Lyon, ni à la suite d’aucun séjour que je ne devais pas descendre à la MEC comme l’ont toujours fait les anciens pères de la maison et bien d’autres pères. Ne pas descendre à la MEC […] aurait été ajouter et à la miratio populi [étonnement] et à l’infamie personnelle.
Là encore devant ces rapides précisions, le R. P. P. me déclare “qu’il avait cru” que j’étais venu à Lyon bien plus souvent et bien plus longuement. Je m’offre à aller chercher mon agenda où tout est noté, mais il me dit que ce n’est pas nécessaire.
Dans une note écrite qu’il me fit parvenir le lendemain à son départ, le R. P. P. écrira : “Pour la fréquence et la durée de vos séjours à Lyon, j’estime que les indications que vous m’avez données pour cette année passée sont pleinement conformes à la mesure fixée. Ce n’est pas manquer à la prescription ‘qu’il s’abstienne de faire des ministères dans le diocèse de Lyon’ que de recevoir alors l’une ou l’autre personne qui a besoin de votre aide et conseil”.
3° Dernier reproche grave formulé par le R. P. P. : celui de ne pas travailler et de bouder le travail.
Reproche tellement odieux, étant données les circonstances où je me trouvais, qu’aujourd’hui encore, je me refuse à apporter les preuves que j’ai dans mes notes, précisant tous les ministères que j’avais dû refuser par suite des interdits dont j’étais l’objet et d’autre part les ministères que je m’étais ingénié à trouver et à faire.
Je me suis contenté de dire au R. P. P. de voir mon Supérieur pour voir l’exactitude de ce grave reproche.
À partir de ce moment de l’entretien, le R. P. P. se déclare très satisfait de voir que ses reproches sont sans fondements et que, sur tous ces points, “il rétablira la vérité auprès du R. P. Visiteur et du T. R. P. Général”.
À ces mots, je restai muet de stupéfaction :
- Est-il besoin de préciser : ainsi, sur ces divers points, j’avais fait l’objet de rapports oraux ou écrits et auprès du R. P. Visiteur et auprès du T. R. P. Général qui ne pouvaient émaner que du R. P. P. Il y a un terme précis qui désigne pareilles choses. Et dans la situation où je me trouvais, ces rapports auraient pu avoir les plus graves conséquences.
Le R. P. P. termine l’entretien en me disant à nouveau et à plusieurs reprises combien il était satisfait de “cette bonne conversation”.
Et il ajoute que “pour éviter de donner la moindre prise [sic]”, il m’interdit désormais à mes passages à Lyon de recevoir à la MEC.
- Nouvelle mesure à la fois odieuse et infamante29.

21La fin du récit de cet entretien montre que le P. Arminjon, par la clause concernant la MEC, aggrave les sanctions et a transmis au visiteur et au général, sans avoir pris soin de les vérifier, des informations erronées sur les manquements supposés du P. Fraisse aux consignes données en 1957. Il adresse au père le lendemain son propre compte rendu de leur « conversation » concernant l’application des interdits imposés par le visiteur :

  • 30 Lettre du P. Arminjon au P. Fraisse, 24 octobre 1958, ibid.

1° Pour la fréquence et la durée de vos séjours à Lyon, la lettre du R. P. Visiteur dit : “ Qu’il puisse revenir de temps en temps auprès de siens.” À vous d’apprécier. À la réflexion, j’estime que les indications que vous m’avez données pour cette année passée, à savoir qq. jours en janvier, à Pâques, en juin et à la fin septembre, sont pleinement conformes à la mesure fixée.
2° Vous pouvez, quand vous allez à Lyon, descendre à la Résidence, ou dans toute autre maison de la Compagnie (même à la Majo). Mais non pas à la MEC, même pour y recevoir en passant.
3° Ce n’est pas manquer à la prescription “qu’il s’abstienne de faire des ministères dans le diocèse de Lyon”, que de recevoir alors l’une ou l’autre personne en particulier, qui a besoin de votre aide et conseil.
Bien à vous in Xto30.

22On remarquera que le provincial précise en l’aggravant une peine prononcée par le visiteur : l’interdiction de séjourner à la MEC inclut désormais celle d’y descendre, alors que cela lui reste autorisé dans les autres maisons jésuites de Lyon, « même pour y recevoir en passant » ; il prononce là un interdit particulièrement « infamant » pour le P. Fraisse.

L’année 1959

23Une nouvelle lettre du P. Coignet précise l’attitude du provincial lors de sa récente visite à Alger :

  • 31 Lettre du P. Coignet au P. Fraisse, 24 avril 1959, ibid.

J’ai l’impression […] qu’il essaie, lui aussi, une “action psychologique” de rapprochement avec sa province où, j’imagine, il doit sentir bien des réticences.
Fr. d’Oncieu l’avait vu avant moi. C’est lui qui s’est chargé de lui-même de parler de ton travail ici, avec de grands éloges. Blaise n’a pas fait de difficulté à reconnaître l’excellence de ton influence et du vrai sens de l’Église que tu donnes à un certain nombre. Malheureusement, il paraît que tu choquerais et aurais choqué des chrétiens du genre traditionnel !..
De ce côté-là, il me semble qu’il n’y a pas à attendre d’action efficace. Il serait sans doute heureux que ton cas soit réglé de manière favorable, pour être débarrassé de ce poids… Mais n’ira pas au fond des choses31.

24Juillet 1959 : aucun changement au status pour le P. Fraisse, des projets mort-nés. Le provincial s’en explique :

  • 32 Aumônier général de la Paroisse universitaire, association des catholiques de l’enseignement publi (...)
  • 33 Lettre du 21 juillet 1959, ibid.

J’avais pensé un moment pouvoir vous nommer l’an prochain à Paris : le R. P. Dabosville32 et la Paroisse universitaire auraient eu amplement de quoi vous employer, et vous auriez rendu ainsi de grands services dans une ligne qui est la vôtre.
Il me faut aujourd’hui, à mon grand regret, renoncer à ce projet. À quoi bon vous en donner les motifs, cela n’arrangerait rien. Que, du moins, votre maintien à Nice qui se prolonge ne vous apparaisse point comme un exil vous interdisant d’être présent à tous ceux que vous voudriez pouvoir aider.
Je sais bien que Nice ne peut vous offrir le champ que vous trouviez à Lyon, que vous auriez trouvé à Paris. Mais toute cette région du Midi est assez pauvre et abandonnée pour qu’un père comme vous trouve à y rassembler, à Nice ou hors de Nice, tous ceux qui sont désireux de vivre selon l’Évangile du Christ : Professeurs […], Médecins, Avocats, Magistrats, Journalistes…
Ce mot vous causera, je l’imagine bien, une grande déception. Je voudrais aussi que vous sentiez à travers ces lignes ma confiance dans l’œuvre que vous pouvez accomplir et aussi ma fidèle affection qui dans le Christ ne vous abandonne pas33.

25Le 15 octobre 1959, le provincial rencontre à nouveau le P. Fraisse. La scène se passe après la rencontre à Rome de celui-ci avec le général :

  • 34 Rapport au général du 13 juillet 1964, ibid.

Le 15 octobre, le R. P. P. passait à Nice et me mandait. Je fus stupéfait de son accueil bienveillant et cordial. Dès l’abord, il me dit avoir reçu une lettre du T. R. P. G. me concernant et dont il me dit simplement que j’avais fait bonne impression. Il ajoute qu’il m’enlève immédiatement de Nice pour me mettre soit à Paris, soit à Grenoble. Il précise que désormais, “per transenam” [en passant], je peux accepter des ministères auprès des jeunes et des ministères dans le diocèse de Lyon.
Le lendemain, il me mande à nouveau. Ce fut pour formuler sur ma vie religieuse une série d’accusations et de griefs divers qu’il serait inutile et fastidieux de rapporter. Je me suis borné à lui dire de s’entretenir sur ces points avec mes frères et supérieurs34.

26Rien, dans le dossier, ne renseigne sur les raisons de ce revirement. Enfin, en décembre 1959,

  • 35 Saint-Hugues-de-Biviers, maison jésuite d’accueil spirituel sur les hauteurs qui dominent Meylan d (...)
  • 36 Note du P. Fraisse, ibid.

Le R. P. P. me demandait de rejoindre la maison St Hugues35. Mais peu de temps après, il m’enjoignait, “ étant données les circonstances locales ”, de m’abstenir de tout ministère et dans le diocèse de Grenoble et dans le diocèse de Lyon. Il m’en disait son regret et ajoutait qu’à l’été suivant, il me donnerait un véritable status36.

L’année 1960

  • 37 Lettre au P. Fraisse, 29 juillet 1960, ibid.

27Une nouvelle fois, pourtant, en juillet 1960, le P. Fraisse est absent du status, comme l’atteste la lettre du provincial37 :

  • 38 Le provincial l’en a déjà informé l’année précédente.
  • 39 Sur le versant est de la Chartreuse, se trouvent plusieurs sanatoriums, dont un accueillant des ét (...)

Je vous écris cette lettre, à la veille de la publication des status. Votre nom ne figurera pas sur la feuille, car je préfère ne rien arrêter sans avoir pu causer avec vous. […]
Peut-être avez-vous entendu parler, tout d’abord, d’une démarche faite auprès du P. Dabosville38. Celui-ci vous aurait volontiers accueilli à Paris dans le cadre de la Paroisse universitaire. Le travail ne manque pas et le Père Dabosville a beaucoup d’estime pour vous. Malheureusement, il n’est pas possible à Paris de vous accueillir. Il me semble que les raisons de Paris peuvent se résumer de la façon suivante : c’est à la Province de Lyon de trouver au P. Fraisse un status qui soit en rapport avec ses exigences et qualités apostoliques.
Sur ces entrefaites, j’ai appris que le diocèse de Grenoble cherchait un aumônier pour les sanas de St Hilaire du Touvet39.

28Suit une description des trois sanatoriums et l’assurance que ce projet a l’accord de l’évêché :

Mais je ne peux rien décider sans savoir ce que vous en pensez. […] Les avantages que je vois ? Un ministère auprès des malades de sana, ministère que vous avez toujours aimé ; contacts avec de jeunes universitaires et étudiants malades ; proximité de Grenoble ; facilité de venir voir votre mère à Lyon ; traitement fixe qui vous ôtera le sentiment d’être à charge d’une maison et qui vous laissera en même temps une grande liberté d’action… Comme désavantages, je crains que vous ne trouviez ce travail, assumé régulièrement, comme pas assez stimulant intellectuellement pour vous ; que vous ne trouviez St Hilaire trop isolé ; que vous ne souhaitiez d’être rattaché davantage à une communauté (encore que Grenoble ne soit pas loin, vous n’aurez pas cette présence habituelle d’une communauté).
Je vous livre mes propres éléments de réflexion. Vous en avez certainement bien d’autres à ajouter et peut-être dans un sens comme dans l’autre. J’attends donc votre réponse dès que vous aurez le moyen de me la faire tenir.

29Le P. Fraisse reviendra plus tard, dans un rapport au général, sur cette proposition en expliquant les raisons de son refus :

  • 40 Rapport adressé au général en 1964, ibid.

Mon nom ne figurait pas au status de juillet 1960. Mais quelques jours après je recevais une lettre du R. P. P. où il me demandait avec insistance [d’accepter la proposition de St Hilaire du Touvet], insistance qu’il devait renouveler à deux reprises par écrit et oralement.
- Là encore, je pense qu’un commentaire sur ce status ne serait pas nécessaire. Brièvement : ce status aurait été complétement étranger à toutes les orientations qui m’avaient été données depuis mon entrée dans la Cie, à tout le travail, l’expérience acquise qui m’avaient été demandés depuis le début de mon ministère.
Il m’aurait isolé et mis en marge de la Compagnie comme de tout autre contact. Il ne pouvait être envisagé que comme une vocation très personnelle et très spéciale, et ceci pour des raisons objectives et évidentes. Qui le sont encore. Et je tiens que personne qui passerait fût-ce une demi-journée au Sana du Rhône n’estimerait que je suis en-dessous de la réalité.
Tel était le status qui, après trois ans d’attente et d’inactivité forcée, devait me permettre de reprendre une activité normale40.

  • 41 Cahier 6, 16 septembre 1960.

30D’après les notes de ses cahiers, il y aurait eu ensuite une rencontre avec Fraisse au cours de laquelle plusieurs solutions auraient été envisagées, dont Paris et le Châtelard. Le provincial aurait promis un nouveau status au 1er octobre 196041. Le provincial écrit :

  • 42 Le R. P. P. donne ici la liste de toutes les démarches effectuées auprès des différentes autorités (...)
  • 43 Lettre du 22 septembre 1960, DLF.

J’ai bien pesé les objections que vous m’avez faites ; je ne pense pas qu’elles soient décisives. Il est bien difficile, par ailleurs, de trouver autre chose, Lyon et Grenoble étant écartés.
St-Hilaire m’apparaissait la solution42. […]
La réponse que vous avez faite à ma lettre m’est apparue, certes, peu aimable, mais point du tout une porte qui se fermait. J’écrivis ensuite au Père Général, de qui dépend en dernier ressort votre status, pour lui soumettre ce projet, après plusieurs autres. Le Père Général me répond dans une lettre du 18 septembre qu’il désire lui aussi vous voir à ce poste.
Je vous avoue que, dans ces conditions et étant donné ce concours de circonstances, je ne puis qu’insister auprès de vous pour que vous acceptiez en religieux le ministère de St Hilaire[…] ; que vous en fassiez du moins loyalement l’essai43.

31Finalement, le provincial tranche subitement en sens contraire, en novembre 1960 :

  • 44 Le P. Eugène d’Oncieu, ami du P. Fraisse, est alors Supérieur de la maison jésuite d’accueil spiri (...)
  • 45 Lettre du P. Arminjon au P. Fraisse, 24 novembre 1960, ibid.

Par cette lettre, je vous informe de votre nomination au Châtelard, où vous pourrez vous installer dès que vous le souhaiterez, après vous être entendu avec le P. d’Oncieu44.
Il vous sera nécessaire, je pense, d’avoir un bureau à Lyon pour y recevoir plus commodément pendant la journée. Vous voudrez bien aussi examiner ce point avec le P. d’Oncieu. Je vous demande seulement de ne pas prendre ce pied-à-terre à la MEC, ni à l’annexe de la MEC qu’est actuellement devenue la maison de la rue Duquesne, puisque votre ministère devra s’exercer auprès des adultes, et non auprès d’étudiants.
J’ai sujet de croire […] que cette nomination vous réjouira, parce qu’elle vous permettra, mieux qu’à Paris, de travailler dans un secteur apostolique que vous connaissez bien et en liaison avec des pères et des hommes qui attendent beaucoup de vous45.

32Cette nomination appelle une question : pourquoi avoir attendu deux mois pour annoncer la décision promise pour le 1er octobre, ce qui empêchait le P. Fraisse d’organiser son travail de l’année ? La question trouverait sans doute sa réponse dans les archives romaines de la Compagnie, qui n’ont pu être consultées. De plus, cette nomination lève l’interdit de résider et d’exercer un ministère dans le diocèse de Lyon, mais pas celui de s’occuper d’étudiants.

33Le P. Fraisse souhaite éviter une rencontre avec le P. Arminjon ; ayant appris son prochain passage au Châtelard, il s’adresse à son nouveau supérieur, le P. d’Oncieu :

  • 46 Texte de Newman, souvent repris par le P. Fraisse.
  • 47 Lettre au P d’Oncieu, 23 janvier 1961, ibid. Le 16 juillet 1961, le provincial adressera au P. Fra (...)

La première raison la plus importante qui fait que je ne souhaite pas une rencontre avec le R. P. P. est la question de santé. Celle-ci est moins mauvaise qu’elle ne l’a été, je vous l’ai dit, et en particulier depuis que j’ai pu me dispenser habituellement de somnifères. Je crois qu’une rencontre compromettrait cet équilibre précaire et m’empêcherait de faire le petit travail que j’essaie d’accomplir. […]
Par ailleurs, voir le R. P. P. sur le plan filial, amical ou fraternel ne serait possible qu’au prix d’une hypocrisie dont je ne me sens pas capable. Car “maintenant, hélas, je crains bien que le fer ne soit entré dans mon âme. Je veux dire que la confiance en des supérieurs quels qu’ils soient n’a plus guère de chance de fleurir en moi46”.
Le R. P. P. “a été trop pour moi”. C’est lui qui a été par sa “totale prévention” à mon égard et de tout ce à quoi elle l’a amené [l’artisan d’une situation qui fait que] sinon que “ma vie est finie” comme on me l’a dit, au moins que ma vie apostolique a été brisée. Et je constate sans cesse que je demeure infamis. À l’occasion, je vous en ai donné tel ou tel exemple. Je pense d’ailleurs que vous me rendrez cette justice que je ne demeure pas dans l’amertume et rivé dans le passé.
Il faut qu’il y ait des circonstances précises pour que je sois obligé de souligner ces choses, car on oublie vite le tort même grave que l’on peut faire aux autres.
Laissons donc faire “l’effet naturel du temps qui passe” et la “douce pitié de Dieu47”.

L’heure du bilan en 1964

34En 1964, le P. Fraisse écrit au P. Arminjon à sa sortie de charge. Dans cette lettre, qui introduit la copie du rapport destiné au général dont des éléments ont été cités précédemment, il dresse le bilan de ce qu’ont été pour lui leurs relations :

  • 48 Lettre du P. Fraisse au P. Arminjon, 13 juillet 1964, ibid.
  • 49 Première référence explicite aux débats et à l’esprit du Concile (Rapport adressé au général en 19 (...)

Depuis novembre 1960, je n’ai eu aucun échange avec vous, ni oralement, ni par écrit.
Aussi bien depuis votre nomination de Provincial, il n’y a jamais eu entre nous de dialogue, ni même l’amorce d’un dialogue. Je n’ai jamais fait qu’essayer de répondre à des accusations, à des griefs au cours des rares entretiens qui se sont imposés. Aussi, quand cela n’a pas été absolument nécessaire, j’ai préféré éviter ce genre de rencontres.
Il est des conditions d’un dialogue authentique.
Néanmoins, à votre sortie de charge, je crois devoir m’exprimer au moins une fois par un bref résumé de nos rapports.
Je le fais, car je pense que c’est un devoir envers vous, envers moi-même, comme envers la Cie et l’Église. Et parce qu’il y va de bien plus que d’un cas individuel.
Je voudrais apporter ma contribution, si minime soit-elle, à la réhabilitation de la morale naturelle élémentaire – souhaitée de toutes parts et demandée par tant d’homme plus qualifiés et plus dignes que moi – dans le gouvernement de l’Èglise.
Le T. R. P. G. ayant eu à connaître de mon cas et ayant eu la bonté de me recevoir, je lui envoie copie de ce texte.48
[suit la copie du rapport]
[…] En bref, et je me serais volontiers contenté des lignes qui suivent – mais peut-être était-il nécessaire de donner quelques précisions –, j’ai l’entière conviction que la “grave injustice” du R. P. Visiteur aurait pu n’être pas tellement lourde de conséquences si le R. P. provincial B. Arminjon n’avait fait preuve à mon égard de cette “totale prévention” qui ne s’est jamais démentie par la suite, même si, après la lettre du T. R. P. Général, le ton a un peu changé.
J’ai l’entière conviction qu’un Provincial, sans aucune bienveillance à mon endroit, mais simplement neutre et qui se serait informé objectivement, aurait reconnu ce que le précédent provincial et tous mes supérieurs depuis ma prêtrise avaient reconnu et qu’il aurait pu très rapidement me mettre à même de reprendre un travail normal.
Si, comme on me l’a dit, “ma vie est finie”, si ma vie apostolique a été définitivement brisée, si ce que je pouvais faire pour Dieu a été et est fini, c’est au R. P. A. que je le dois.
Pas plus que je n’avais écrit à la légère le rapport au T. R. P. G., je n’écris ces lignes à la légère.
Je crois par ailleurs avoir conscience de l’aspect personnel, pénible et fastidieux que comporte ce genre de précisions, rectifications ainsi que des bavures qu’elles peuvent comporter.
Tout cela est-il vain, inutile ?
En protestant contre des manières d’agir indignes de la Compagnie et de l’Église, je ne veux qu’apporter ma contribution infime à l’œuvre salubre de purification de certains procédés de gouvernement dont maintes voix au Concile et autour du Concile ont souligné l’urgence et la nécessité49.

35Le provincial ne manque pas de réagir aussitôt à la lettre et au rapport adressé au général :

  • 50 Lettre du P. Arminjon au P. Fraisse, 16 juillet 1964, ibid.

C’est bien parce que je savais que vous “préfériez éviter ce genre de rencontre” avec moi que je me suis abstenu, depuis la fin de l’année 1960, de demander à vous voir. J’ai agi ainsi non pas du tout, je puis vous le dire, pour vous fuir, mais par discrétion envers vous et ne pas ajouter à votre peine. Aussi bien ai-je fait régulièrement, pendant ces quatre ans, la visite de la maison à laquelle vous appartenez.
Je ne me reconnais pas bien dans les pages du long mémoire que vous m’envoyez. Mais je ne veux pas faire appel de ces pages. Si cependant vous pouvez écrire devant Dieu : “Si ma vie apostolique a été définitivement brisée, si ce que je pouvais faire pour Dieu a été fini et est fini, c’est au R. P. Arminjon que je le dois”, je vous en exprime ma très profonde peine et je m’en remets au jugement de Notre Seigneur.
Au status de 1957, vous aviez été nommé par le R. P. Visiteur à Nice, et pour y demeurer. Je pensais que vous auriez été touché du fait que, deux années plus tard, je prenais sur moi […] de vous mettre à St Hugues où je savais que vous trouveriez des amis et, plus facilement aussi, du ministère ; l’année suivante, pour vous rapprocher de Lyon que je vous voyais désirer, je vous ai nommé au Châtelard qui était une maison que vous aimiez. Et depuis bientôt quatre ans, vous ai-je causé la moindre peine, le moindre souci ? Deviez-vous attendre la fin de ma charge, pour m’envoyer ce dossier où toutes les paroles, tous les écrits, tous les actes venant de moi s’inscrivent dans un contexte de malhonnêteté, de mensonge et d’odieuse persécution ?
Mais je veux seulement […] vous demander pardon de n’avoir jamais su laisser voir le Père qui est en moi à vos yeux.
Je veux vous dire également que je serais heureux de vous recevoir un des prochains jours, quand cela vous arrangera, si vous-même le désirez50.

Fin de partie

36En 1966, Le P. Fraisse s’adresse une dernière fois au P. Arminjon dans une lettre indiquée comme non envoyée :

  • 51 Écrit postérieur à mai 1966, ibid.

En mai 1966, j’ai adressé deux lettres l’une à Clément Plaquet et l’autre au P. général. À cette dernière était joint le double de la première.
J’aurais dû certainement vous envoyer une lettre. Si je ne l’ai pas fait, c’est par lassitude et par dégoût. On ne brasse pas pareille boue sans en être éclaboussé et sali soi-même.
Cependant, à deux reprises, des rencontres fortuites ont fait que, brusquement mis en votre présence, nous nous sommes serrés la main. Je tiens à vous dire que ce geste était faux – de part et d’autre – et ne doit pas se renouveler.
Par lassitude encore, je ne vous écris pas la lettre que je devrais vous écrire. Je me contente de vous envoyer copie de celle à Clément Plaquet, ajoutant simplement ceci :
Les termes devraient être bien plus sévères à votre endroit et devraient reprendre la dernière page du rapport que je vous ai envoyé le 13 juillet 1964 et dont copie avait été adressée au P. G.
Vous pensez peut-être m’avoir répondu par votre lettre du 16 juillet 1964 – lettre que j’ai laissée sans réponse tant elle était en dehors de la question et consternante. […]
La seule ligne valable était celle où vous disiez : “Je m’en remets au jugement de N. S.” Je la fais mienne.
Que ce soit clair désormais.
Vous comprendrez aisément que ces lignes ne demandent ni ne comportent de réponse51.

37Quant au P. Ganne, voici sa réaction immédiate au rapport de Fraisse adressé en 1964 au général, dont il a reçu copie :

  • 52 Lettre du 29 juin 1964, ibid.

- Pour le “ton”, l’ensemble apparaît objectif et “a-tone”. C’est la “matière” qui ne l’est pas et qui plutôt ferait grincer les dents ! Mais à qui la faute ?
- Reste à préciser pour qui tu agites à nouveau ce marécage ? Les “autorités” peuvent se demander quelle est ton intention et quel but tu poursuis ? Je parle de leur point de vue…
Ne pourrais-tu pas dire clairement, en quelques lignes, ce qui te pousse à reprendre l’affaire ? Je crois que ce serait “prudent” Les premières lignes esquissent une réponse. Mais pense à ceux pour qui les vérités vivent et meurent à leur gré ! [...]
Au fond, tu pourrais intituler ton exposé “Contribution à l’histoire de la Morale Naturelle”. Il s’agirait de savoir si ladite Morale est uniquement un article d’exportation, à l’usage “des autres”, ou bien si elle est aussi la morale de l’Église ? Je plaisante “un poco”, mais je crois que tu pourrais introduire dans ce sens une raison profonde de ton rappel des faits52.

  • 53 Témoignage du P. Espitalier, alors ministre au Châtelard, donné ultérieurement à Bernard Comte, 2 (...)

38Si l’on en reste au dossier, on ne peut qu’être frappé par l’échec total de la relation entre les deux hommes, telle qu’elle est relatée dans ces pages du point de vue du P. Fraisse. Il semble cependant qu’il y ait eu une réconciliation. Rencontrant le P. Fraisse à la fin de sa vie, le P. Arminjon lui aurait demandé pardon ; le P. Fraisse aurait dit “Affaire réglée53”. En 1957, ce sont des hommes faits dont les parcours sont radicalement différents et les tempéraments aussi opposés que possible, ce qui peut expliquer que le provincial ait appliqué les consignes du visiteur jusqu’en 1961 sans état d’âme apparent, en les aggravant parfois. ll a certes défendu en 1958 auprès du cardinal Gerlier le P. Ganne, à nouveau dénoncé à Grenoble par Mgr Fougerat, mais l’attitude du P. Fraisse refusant un tête à tête à leur première entrevue lui est sûrement apparue comme une manifestation de méfiance a priori qui n’a pu que l’indisposer.

  • 54 Qui lui a inspiré son livre : Il ne se passe rien en Algérie, Bayard, 2001.
  • 55 Entretien du 4 juillet 2012.
  • 56 Cahier 6, 17 octobre 1957, ALF.

39Par ailleurs, nombre des jeunes jésuites des années 1950 ont une autre vision du provincial Arminjon. Ainsi le P. Pierre Gibert se souvient l’avoir vu alors qu’il faisait son service militaire pendant la guerre d’Algérie54 et se posait la question de son entrée dans la Compagnie : il a rencontré un provincial très compréhensif, à l’écoute, et il sait qu’il en a été de même pour des scolastiques de Chantilly ; il n’est pas le seul à penser qu’après avoir scrupuleusement respecté les consignes du visiteur, le P. Arminjon s’en est ensuite libéré55. Il en est autrement du témoignage du P. Fraisse : même si le ton de leurs entretiens s’est adouci ; le provincial a certes reconnu qu’il y avait « apparemment quelque chose d’odieux » dans sa situation, mais ne s’est pas senti le droit de « déjuger » le visiteur56.

Relations avec le visiteur

40Il n’y a aucune trace de rencontre entre Plaquet et Fraisse après 1957. La correspondance du père montre son souci d’éviter de le rencontrer. Absent de Nice quand ce dernier y passe en 1958 (ce que lui reproche le provincial), en 1959, avant son voyage à Rome pour rencontrer le général, il s’arrange pour que sa venue soit fixée en l’absence de Rome du visiteur.

41La lettre de 1966 au P. Plaquet, dont le double a été envoyé au général, est le seul document du dossier concernant leurs relations après juillet 1957, à part une lettre de condoléances adressée par le visiteur à l’occasion de la mort de la mère du P. Fraisse en 1961. Dans cette lettre du 15 mai 1966, le P. Fraisse n’a pas de formule introductrice :

  • 57 Lettre du 15 mai 1966, DLF.

J’estime que c’est pour moi un devoir de vous envoyer cette lettre. Neuf années constituent peut-être un recul suffisant pour l’écrire. Elle ne commence pas par l’habituelle et rituelle formule de politesse, car le mot même de père dans la banalité de son usage évoque en toute langue humaine la plus grande des réalités humaines, comme elle évoque pour tout chrétien le mystère du vrai Dieu.
Il y a donc quelques neuf années vous avez procédé à mon “exécution”. Le terme est pénible. Mais ce qui est réellement pénible, c’est que ce terme et bien d’autres aient été de ceux dont vous avez fait un usage trop fréquent lors de votre visite de l’Assistance de France.
Vous avez donc procédé à mon exécution. Elle a été parfaitement réussie et durable. Vous l’avez voulue, vous l’avez eue et vous y avez veillé en ayant soin de “laisser après vous des hommes qui continuent votre politique”. Le résultat : quatre années de chômage à peu près total et depuis, conséquence directe de vos diverses mesures à mon endroit un travail médiocre et partiel. En bref, une vie apostolique définitivement brisée à 45 ans.
Ce n’est pas pour vous faire connaître ces faits que je vous écris.
Voici le but de cette lettre :
J’avais écrit dans un rapport au T. R. P. Général, et je lui ai redit oralement, qu’“une grave injustice” avait été ainsi commise. Je ne pense pas qu’il s’agisse là d’une opinion personnelle bien subjective. Ce fut la conviction et la déclaration explicite du Père Provincial d’alors à la fin de son supériorat et de tous mes Supérieurs depuis le début de ma vie apostolique.
Comment de telles choses peuvent-elles être possibles dans l’Église et dans la Cie – car mon cas n’est hélas, qu’un au milieu de tant d’autres – Comment faire pour qu’avec l’infirmité humaine, elles se reproduisent moins souvent ? Voilà l’objet de cette lettre qui vous intéresse.
Traiter le sujet dépasse de beaucoup la cadre d’une simple lettre. Je le développe un peu plus longuement dans une lettre au T. R. P. G., à qui j’envoie d’ailleurs le double de celle-ci.
En bref, voici : de graves injustices ont été possibles et seront possibles et trop fréquentes, parce que et tant que, dans l’exercice de l’autorité dans la Cie on méconnaîtra les exigences de la moralité la plus élémentaire et par suite des règles de droit qui les garantissent. St Ignace désirait fort trouver chez ses fils et notamment chez les supérieurs la probitas. Mais il ne saurait s’agir – je pense – du souhait pieux d’une vertu comme d’autres vertus, qui pour importantes, voire nécessaires qu’elles soient, demeurent insuffisantes et secondaires par rapport à l’honnêteté élémentaire et aux règles du droit qui l’incarnent.
Aussi bien, pour fondamentales et élémentaires qu’elles soient, il n’en découle pas automatiquement que tous Supérieur d’Église ou de la Compagnie les pratiquent et les respectent. L’histoire même récente de l’Église et de la Cie le montrent assez… Aussi bien ces abus ont été […] dénoncés au Concile. Et nous avons pu voir déjà :
– soit la suppression d’institutions qui ne permettaient pas l’humble médiation de justice et de vérité consistant par exemple à faire connaître à quelqu’un la nature exacte et le motif vrai de l’inculpation, à ne pas se baser sur des dénonciations à sens unique, à juger au for externe sur des dossiers secrets dont non seulement l’inculpé n’a pas connaissance, mais même les personnes habilitées à le connaître etc.
– soit la modification radicale d’institutions remettant en place ce minimum de garantie de justice.
Quant à l’esprit profond qui a rendu possible de tels abus, il n’est pas difficile de le trouver non dans une conception “mondaine” (ce qui, après tout, ne serait pas si scandaleux), mais doublement “mondaine” de l’Église ou de la Compagnie. Doublement mondaine, car elle opère un amalgame frauduleux des raisons d’État et du message évangélique qui aboutit aux “raisons d’Église” ! En un mot, c’est l’utilisation de ce qu’il y a de plus saint au profit d’une “certaine conception” des intérêts de l’Église ou de la Compagnie, c’est à dire de l’éternelle et banale volonté de puissance.
La marque infaillible de cette perversion étant, une fois de plus, de faire bon marché de la moralité élémentaire.
Le Royaume de Dieu est un royaume de justice et le Ciel nous est décrit comme le lieu où la Justice habite. Justice qui passe infiniment la justice humaine et trouve sa source au cœur même de Dieu. Il est peut-être permis de croire que dum peregrinamur a Deo elle n’exclut pas la moralité et la justice.
Tout renouveau de l’éternelle jeunesse de l’Église du Christ se caractérise toujours par une remise en honneur et en vigueur de ces humbles données. Il ne serait peut-être pas contraire à “l’esprit de la Compagnie de Jésus” d’y participer…
Vous comprendrez aisément que cette lettre ne demande pas ni ne comporte de réponse.
“À Dieu. À la douce pitié de Dieu57”.

  • 58 Notes de 1984, ALF.

42Le P. Plaquet a-t-il pris conscience de la portée des décisions qu’il a prises ? Un léger signe : il aurait dit au P. Ravier à la fin de sa vie : « Je me suis un peu pris pour le Père éternel… ». Apprenant cela, Fraisse écrit : « Et voilà comment les scandaleux dénis de justice se terminent58. »

Relations avec le général jusqu’en 1964

  • 59 Jean Lacouture, Jésuites, t. 2, Paris, Seuil, 1992, p. 495.

43Le P. Janssens, élu en 1946, est un canoniste flamand. On peut penser qu’après le règne du P. Ledochowski, entreprenant et autoritaire, on a choisi un homme à la personnalité moins affirmée. Sa carrière s’est déroulée en Belgique où il a été provincial, puis à Rome. Ayant sauvé des enfants juifs pendant la guerre, il est titulaire de la médaille des Justes. Il s’entoure de canonistes flamands comme Plaquet. Évoquant son attitude vis-à-vis du P. Teilhard de Chardin qu’il a réduit au silence en 1948 ou du P. de Lubac en 1950, Jean Lacouture décrit « un général plus soucieux de préserver ses relations avec le pape et la curie que de protéger les grands esprits de la Compagnie 59».

44Le P. Janssens, sollicité depuis de longs mois de se prononcer sur la sanction infligée au P. Fraisse, a approuvé en décembre 1957 la décision du visiteur. Le P. Fraisse a décidé alors de lui adresser un dossier détaillé sur son affaire. Dans la première partie de son rapport citée plus haut, il fait le récit de ses entretiens avec le visiteur et la présentation de son activité pastorale en 1957. Une lettre introduit le rapport :

  • 60 Lettre du 4 août 1958, DLF.

Mon très Révérend Père,
P.C.
Vous avez eu à connaître des mesures prises à mon égard, il y a un an, par le R. P. visiteur.
Vous aviez d’ailleurs manifesté le désir auprès du R. P. Ravier d’avoir mon exposé personnel. C’est pourquoi je vous envoie ces pages.
Une année s’est écoulée. C’est dans le calme, après mûre réflexion, que je le fais.
Après avoir, aussi, pris conseil des Pères graves.
Je le fais pour que les choses soient claires et pour que le silence que j’ai gardé jusqu’ici ne puisse être mal interprété.
Je le fais enfin parce que je pense que c’est un devoir envers moi-même, envers la Compagnie et l’Église et envers Dieu, et parce que je crois qu’il y va de plus que d’un cas personnel ;
Reverentiae Vestrae Servus in Christo60.

45Après le récit de ses entretiens avec le visiteur et le tableau de ses activités, déjà évoqué plus haut, Fraisse écrit :

  • 61 Le P. Eugène d’Oncieu, né en 1914, est aumônier national de la JEC en 1956-1958. Le P. Charles Nic (...)
  • 62 Rapport au général, 12-13 mai 1958, ibid.

En ce qui concerne en particulier mes supérieurs
‒ Ou bien ils pensaient en leur âme et conscience et étaient persuadés que je faisais du mauvais travail, mais sans jamais me le dire ni me le laisser soupçonner en quoi que ce soit. Et ils auraient pris occasion du passage du P. V. pour me faire écarter.
Auquel cas, en effet, “ils n’auraient pas fait leur devoir”.
Mais, cela, je me refuse à le croire.
Et si cela était, si tous ces pères avec qui j’ai travaillé dans la confiance, si même un seul d’entre eux pensait ouvertement, ou à mon insu, que cette sanction ne constitue pas une grave injustice, je consens à être chassé immédiatement de la Cie et sans aucune formalité.
Et je précise que ces derniers mots sont à prendre au pied de la lettre.
‒ Ou bien cette sanction a été prise en dehors d’eux, malgré eux et contre eux.
Auquel cas il faudrait admettre que tous et chacun ont manqué gravement en me laissant travailler et en m’encourageant à des ministères dont on peut bien dire qu’ils sont assez difficiles et pleins de dangers. Et non seulement eux, mais encore tous ceux qui m’ont demandé des ministères de quelque régularité.
Reste un point que je suis bien obligé d’aborder.
Il s’agit du “dossier” qui existerait à mon sujet.
Le P. V. n’en a fait état à aucun moment dans nos quatre entretiens.
La première mention qui m’en a été faite fut le 2 janvier 1958 par le P. Provincial.
[Selon celui-ci] Il a été fait allusion à plusieurs reprises à ce dossier par le P. V.
L’existence de ce dossier appelle quelques remarques.
On sait assez que nous vivons à l’époque actuelle au milieu d’assez grandes difficultés, dans une atmosphère de suspicion donnant naissance à nombre de délations, pressions, procès de tendances, etc. Propos rapportés et parés combien d’intermédiaires, phrase ou mot détaché de son contexte, boutade ou réponse ad hominem rapportés de façon à en dénaturer complétement le sens, etc.
Je n’ignore pas non plus, le P. Provincial en a fait état au cours de l’entretien précité, que des “pressions” contre moi se sont exercées au sein de l’archevêché de Lyon.
Il serait trop long de rappeler les deux “difficultés” au reste mineures que j’ai eues avec Mgr alors chanoine Dupuy et, en dernier lieu, avec Son Éminence au sujet de récollections sacerdotales.
Dans les deux cas, ce sont mes supérieurs, la première fois le P. d’Oncieu, la seconde fois le P. Varillon, qui ont fait aisément justice de deux calomnies et l’ont fait reconnaître par le cardinal Gerlier.
Je dois encore dire à ce sujet que Son Éminence ne m’a jamais “averti” en quoi que ce soit, comme il est fait état dans une lettre me concernant. Le P. Varillon était présent à l’entretien auquel le Cardinal se réfère et peut en témoigner.
Aussi bien les “pièces” existent et les supérieurs qui ont eu à connaître de ces difficultés, d’ailleurs mineures, je le répète, peuvent être entendus.
Pour être clair, en ce qui concerne ce dossier et les pièces qui y figureraient provenant soit de l’Archevêché soit d’autres sources, je tiens à déclarer ceci :
Je demande que ce dossier soit ouvert en présence de ceux qui ont qualité pour en connaître.
Est-il permis de dire que, parmi ceux-là, se trouvent mes Supérieurs du moment et si l’on veut en plus les Supérieurs de la Province me connaissant, connaissant mes ministères et ceux auprès des quels ils s’exerçaient : les PP. Sommet, Haubtmann, de Soras, de Prémorel, Miller et mes anciens Supérieurs : les PP. d’Oncieu, Nicolet et Vilbert61.
Si, après examen de ce dossier, il en reste quoi que ce soit qui puisse ‒ fût-ce au seul jugement de l’un d’entre eux ‒ légitimer en quoi que ce soit la mesure prise à mon égard, là encore non seulement je consens, mais je demande formellement à être chassé de la Compagnie.
Mais, si ce que je dis et notamment affirme dans ces pages était trouvé exact, il ne resterait qu’une conclusion possible, c’est qu’on est en présence d’une grave injustice.
Je n’écris pas ces mots à la légère et j’en mesure exactement la portée.
D’autres considérations renforcent encore la gravité de cette injustice :
‒ Le contexte réel dans lequel nous vivons dans le climat actuel de l’Église en France.
Et les circonstances contribuent à qualifier moralement les décisions et les actes.
L’infamie dont je suis atteint dans la Compagnie dans les milieux ecclésiastiques et laïcs livre déjà au discrédit, aux calomnies, au dénigrement et aux interprétations tendancieuses toute mon activité de dix ans. Là encore, je sais ce que j’affirme et je puis en apporter les preuves. Encore suis-je loin de savoir tout ce qui se dit et se répète.
Il y a un minimum de réputation sans lequel on ne trouve pas de travail, sans lequel on ne peut faire la moindre chose sans être épié et passé au crible.
Survenant en pleine période de “difficultés” dans l’Église de France, et notamment en pleine crise de l’Action catholique, la mesure prise est très spécialement infamante.
Et d’autant plus qu’il ne s’agit pas d’une mesure d’ensemble atteignant plusieurs pères, mais d’une mesure qui m’atteint seul.
Ce ne sont pas seulement les circonstances générales qui augmentent la gravité de l’injustice, mais encore ma situation personnelle.
Depuis longtemps, une certaine suspicion, au moins de la part de certains, pesait sur moi.
Ce qui m’a d’ailleurs été exprimé très clairement par l’actuel P. Provincial.
En particulier l’accusation d’être plus “politique” que “spirituel”, pour résumer en un mot.
Sans doute ai-je eu le tort de penser et de dire certaines choses sur un confusionnisme politico-religieux, trop tôt, avant qu’elles n’aient acquis droit de cité.
J’étais en droit de penser que huit années de ministère difficile, et très particulièrement sur ce point, m’avaient enfin lavé de cette suspicion.
Toujours en ce qui concerne ce point, hélas central, paraît-il, je veux, une fois dire ceci : alors que les circonstances et les événements de la vie de notre pays m’avaient amené à connaître antérieurement un assez grand nombre d’hommes qui par la suite et à l’heure actuelle encore jouent un rôle de premier plan, non seulement je n’ai aucunement entretenu ces relations, mais je les ai délibérément espacées et interrompues. Très naturellement d’ailleurs et sans aucun effort, simplement parce que cela ne m’intéresse pas et que je pense avoir autre chose à faire. En 1945, des offres très précises de ministère à Paris m’ont été faites où j’aurais été amené, ‒ et on ne me l’avait pas caché ‒ à travailler dans des secteurs où ces “difficultés” sont les plus fréquentes.
Il n’a tenu qu’à mon refus que ces demandes ne se concrétisent pas. Cela, je tenais à le dire nettement une fois.
Je ne suis pas parfait et ne prétends nullement à l’être. Il ne s’agit d’ailleurs pas de cela. Mais, en mon âme et conscience, je ne puis découvrir des déficits tels qu’ils puissent légitimer en quoi que ce soit la mesure et l’infamie qui en découle.
Resterait alors la “manière” qui m’est propre. Car un tel procès m’est fait.
Je précise : on reconnaîtrait non seulement que mes intentions sont bonnes mais que sur le fond mon enseignement est parfaitement orthodoxe et d’ailleurs identique dans son contenu à celui qui est donné par beaucoup de nos Pères, mais qu’il y aurait une manière d’être et de m’exprimer qui, en quelque sorte, le dénaturerait au point de le rendre mauvais, nuisible.
Il s’agit là d’un procès de tendance déjà “odieux” en lui-même.
Mais la réponse est simple.
Si cette manière était grave au point où elle est retenue, elle aurait dû à la fois écarter et en même temps corrompre ceux auprès de qui j’ai été amené à travailler.
La justice la plus élémentaire demande là encore que ce point soit jugé objectivement et nécessairement sur les bases indiquées précédemment62.

46C’est la seule fois qu’apparaît dans le dossier une allusion aux occasions de carrière à Paris qui se sont présentées à lui après la guerre suite aux relations nouées alors à Uriage avec des hommes exerçant d’importantes responsabilités dans la France de l’après-guerre, comme Beuve-Méry, Delouvrier, occasions qu’il s’est refusé à utiliser.

47Le dossier comporte un complément au rapport, qui n’a pas été envoyé :

  • 63 Sans date, ibid. 

Aussi bien ce rapport pourrait être résumé en peu de mots et qui serreraient de plus près la vérité.
Tout s’est passé comme si le R. P. Visiteur était ou s’estimait chargé de procéder au cours de sa visite à un certain nombre d’“exécutions”. “Je m’informe (auprès de qui ?), je me rends compte et je fais tomber le couperet”.
Tels sont les propos qui lui sont prêtés, qui sont sortis de sa bouche sous une forme ou sous une autre. Pourquoi l’appelait-on “Robespierre” dans son pays d’origine ?
J’ai été au nombre des “exécutés”.
Le R. P. Visiteur a reçu des dénonciations diverses provenant de quelques pères de la Compagnie et de tel ou tel ecclésiastique. Il ne m’appartient pas de dire le pourquoi de cette hostilité. Le R. P. Visiteur a estimé que ces renseignements l’emportaient sur le jugement de tous mes Supérieurs depuis le début de ma vie apostolique et de tous les pères avec qui ou auprès de qui j’avais travaillé et de tous ceux auprès de qui mon ministère s’est exercé.
La franchise, peut-être rude, avec laquelle je me suis exprimé devant lui l’a confirmé dans ce jugement préalable.
De plus, ayant eu des “ennuis”, n’étant pas de ceux qui sont “bien notés”, […] il n’y avait pas d’inconvénient à m’exécuter.
Et c’est ainsi que l’on croit pouvoir briser la vie apostolique d’un religieux au risque de le détruire physiquement et moralement. Ce qui d’ailleurs fournit ensuite une excellente légitimation.
Il n’y a pas de mot pour exprimer pareille manière de faire63.
[…]
(Ces lignes qui précédaient et clôturaient mon rapport au général et au provincial ont été supprimées de la rédaction définitive.
Un jour prochain elles devront y être ajoutées. Et alors…)

48Le général répond :

  • 64 Lettre du général, 12 août 1958, ibid.

Mon Révérend Père,
P.C.
J’ai bien reçu le mémoire que vous m’avez envoyé le 4 août et vous en remercie.
Le P. Ravier m’avait déjà communiqué jadis un mémoire semblable dont, sur votre désir, je n’ai pas gardé copie. À cette occasion, j’avais examiné votre affaire ; ma conclusion avait été favorable au P. Visiteur.
Je veux bien l’examiner une fois de plus. Mais il faudrait pour cela que vous me laissiez le libre usage du mémoire que vous m’envoyez soli. Comme vous le savez, l’indication soli ne me permettrait pas de faire voir à d’autres le document ou son contenu. Il me serait difficile, sinon impossible, de traiter votre affaire dans ces conditions. Pour être objectif, il est indispensable d’entendre les deux parties.
Ayez la bonté de me dire si je puis faire de votre lettre soli l’usage que la nature de l’affaire demande ?
Je me recommande à vos prières et ss. Sacrifices64.

49Ce rapide accusé de réception ne se prononce pas sur le fond. Fraisse réagit de Nice, le 24 décembre 1958 :

  • 65 Réponse du P. Fraisse de Nice, ibid.

Mon très Révérend Père
P.C.
Je veux tout d’abord vous remercier de votre bienveillante et paternelle réponse au mémoire que je vous ai envoyé le 4 août.
Je vous précise de suite que l’indication soli avait pour but que vous ayez personnellement connaissance du mémoire.
Je vous laisse donc toute latitude d’en faire usage.
Si je vous ai envoyé ce mémoire, c’est selon vos termes mêmes dans le désir d’être objectif et de faire entendre les deux parties, ce qui n’avait pas eu lieu.
Vous me dites que vous êtes prêt à examiner à nouveau mon affaire. J’ai réfléchi longuement à votre offre ce qui explique mon long retard à vous répondre.
Dans un souci de paix, je ne vous le demande pas positivement. Et cependant, en mon âme et conscience, je ne puis pas ne pas le souhaiter. C’est pourquoi j’en laisse la libre décision à Votre Paternité.
Si vous décidiez de le faire, je désirerais beaucoup vous voir personnellement. Vous savez assez la difficulté à se faire comprendre par écrit. Cela pourrait se faire très simplement à l’occasion d’un ministère à Rome.
Je me recommande filialement à vos prières et saints Sacrifices65.

50Ainsi sollicité, le général invite le P. Fraisse à Rome :

  • 66 DLF, 3 février 1959.

Mon Révérend Père,
P. Xti
Venez me voir à Rome, mon cher Père, dès que vous en trouverez le loisir. N’attendez pas d’avoir un ministère : vous pourrez dire que le P. Général vous convoque.
Je ne vous ai pas invité plus tôt, après votre lettre du 24 décembre dernier ; le mois de janvier a été pris par plusieurs visites de Provinciaux ; en février, je prévois moins de visiteurs.
Vous profiterez de la circonstance pour passer quelques jours à Rome ; ce seront quelques jours de repos bien mérité. Si vous préférez remettre votre visite à la bonne saison – mai est déjà l’été ici –, faites comme bon vous semble. Ayez la bonté de me prévenir d’un petit mot.
Je me recommande, mon Révérend Père, à vos ss. SS.
Votre serviteur en Notre Seigneur66.

51Le ton paternel de cette lettre décide le P. Fraisse à faire le voyage à Rome. Une abondante correspondance concerne la date la meilleure, avec pour premier souci d’éviter le visiteur. Finalement, le P. Fraisse choisit septembre : la visite est terminée en juillet, un ministère se présente à ce moment-là et il peut se faire emmener en voiture. Sur l’entretien du 29 septembre1959, un seul document subsiste (« 29 sept. 17-18h P.G »).

  • 67 Notes manuscrites, ibid.

Introduit par le F Mouton
Je commence par interdits et demande où cela en est. La conversation passe au rapport
[Le général] fait état de [?] rapports, informations, se retranche derrière le secret.
Changer de région carrément
Allusion au barrage sur Paris ? Venant de Paris
Propose Alger – Luxembourg – Bruxelles
Demandera au Prov. si interdits adoucis…[?]
(Sortie au cours de la conversation sur liberté propos, ou critique à l’égard de l’autorité)
Mise en cause de tous ceux qui n’auraient pas vu – Justification du rôle du vis.
Je maintiens – grave injustice67

52Le sens de la litote du P. Fraisse atteint ici son apogée. S’il est difficile de tirer de ce résumé lapidaire des conclusions précises, il en ressort cependant l’impression d’une très lourde déception. Faut-il en conclure que les résultats de cette visite ont été nuls ? Le P. Fraisse avait noté un adoucissement dans l’attitude du provincial qui lui dit en 1959 qu’« il a fait bonne impression à Rome ». Et une lettre du P. d’Oncieu nous apprend qu’il aurait enjoint au P. Arminjon de remettre le P. Fraisse à Lyon. Mais de 1959 à l’été 1964, nous n’avons aucune trace de relation avec le général. Une dernière correspondance est échangée alors, à l’occasion de la sortie de charge du P. Arminjon, complétée par une copie du rapport cité plus haut sur ses relations avec ce dernier. La lettre au général reprend très largement les propos tenus au provincial le même jour :

  • 68 Il s’agit du P. Fontoynont.
  • 69 Note du 13 décembre 1957, p. 34-38.
  • 70 DLF, lettre du 13 juillet 1964.

Mon Révérend Père,
Vous aviez eu à connaître les mesures prises à mon endroit par le R. P. visiteur en 1957.
À la suite d’un rapport que je vous ai envoyé l’année suivante en juillet 1958, vous aviez manifesté le désir de me voir. L’année suivante, vous avez eu la bonté de me recevoir à Rome.
Qu’y-a-il donc de nouveau pour que je vous envoie aujourd’hui ces pages ?
Ceci : dans mon rapport de 1958, j’avais écrit dans une incise “Je dois dire avec regret que j’ai trouvé le nouveau P. provincial, le P. Arminjon entièrement prévenu contre moi”, ce que je vous avais redit oralement en réponse à une question que vous m’aviez posée à ce sujet.
Cette prévention s’est traduite de façon telle et a eu de telles conséquences que je crois nécessaire de les signaler ici. Je dis bien de les signaler. Car je ne demande absolument rien.
Mais je pense que c’est un devoir de conscience et aussi une marque de fidélité à l’Église et à la Compagnie de protester contre des procédés qui les déshonorent.
Il m’en a coûté d’écrire ce résumé.
Néanmoins, je voudrais apporter ma contribution, si faible soit-elle à cette réhabilitation de la morale naturelle élémentaire, souhaitée de toutes parts et demandée par tant d’hommes plus qualifiés et plus dignes que moi, dans le gouvernement de l’Église. Un de nos pères vénérés 68 avait coutume de dire qu’il voulait croire que l’Institut de la Compagnie constituait le gouvernement le plus admirablement efficace en même temps que véritablement paternel, mais qu’utilisé par certains, il pouvait être un instrument terrible de domination arbitraire. Ne peut-on souhaiter que seule la première affirmation puisse être prononcée ?
Le R. P. Ganne m’avait envoyé les pages jointes après les mesures du R. P. visiteur69. Il m’a autorisé à les joindre à ces lignes. Elles expriment, mieux que je ne saurais le faire, ma pensée profonde sur le fond du problème.
Croyez, mon Très Révérend Père, et à ma reconnaissance et à mon filial dévouement en N. S.70.

53De Rome parvient la réponse suivante :

  • 71 Le P. Eugène d’Oncieu sous la direction de qui le P. Fraisse a travaillé à la MEC.
  • 72 DLF, 27 juillet 1964.

Mon Révérend Père,
P. Xti.
Votre lettre du 13 juillet me décrit l’histoire douloureuse de vos relations avec votre Père Provincial. Je vous remercie de cette marque de confiance et je me réjouis à la pensée que cette épreuve – l’une des plus pénibles de la vie religieuse – vous sera sans doute épargnée avec le nouveau Provincial71. Puissiez- vous alors, avec lui, retrouver la paix et la joie de vivre dans la Compagnie.
Vous avez tout à fait raison de vouloir réhabiliter les vertus naturelles et je ne peux que vous y encourager. Vous vous retrouverez avec S. Ignace qui désirait tant trouver chez ses fils et notamment chez les supérieurs cette probitas qui en est comme le fruit. Mais cette vertu, comme les autres, doit être nourrie par la grâce de Dieu. Nul doute que vos souffrances et vos ardents désirs, auxquels je joins de tout cœur ma prière, ne contribuent à l’obtenir pour tous.
Je me recommande, mon Révérend Père, à vos ss. SS72.
Votre serviteur en Notre Seigneur
Jean L. Swain VG

54Le ton de cette lettre est bienveillant et semble montrer une réelle compréhension des problèmes du P. Fraisse. Elle est signée du vicaire général. Le P. Janssens est à la fin de sa vie, il mourra le 5 octobre 1964, d’où la suppléance assurée par son assistant. La compréhension exprimée par cette lettre est-elle le reflet exact de la pensée du général ou porte-t-elle la marque de la bienveillance personnelle de son assistant, bien connu comme « facilitateur » dans les affaires difficiles ?

Infamie

55C’est un mot qui revient souvent sous la plume du P. Fraisse, sous celle des confrères qui le défendent ainsi que sous celle des canonistes interrogés sur son cas.

56Il n’était pas dans son tempérament de s’épancher. Cependant, dans ses Cahiers, entre des notes prises aux sessions du P. Ganne, de brèves incises laissent deviner la souffrance et le sentiment d’injustice qu’il éprouve. C’est particulièrement frappant au cours du printemps 1958, dans la solitude niçoise.

  • 73 Cahier 5, 2 janvier 1958.
  • 74 Cahier 5, 19 janvier 1958.
  • 75 Cahier 5, 20 avril 1958.
  • 76 Cahier 5, 28 avril 1958.

57Après sa première rencontre avec le nouveau provincial, il écrit : « Lasciate ogni speranza73 ». Quelques jours plus tard, on peut lire : « Sans espoir. Il n’y a plus de mots à dire74 ». Puis, analysant sa situation, il avoue : « Je ne mesurerai jamais à quel point je suis le black sheep dans la Compagnie, la province. » Et pourtant tout le dossier, toutes les fiches ouvertes devant n’importe quel juge, il n’en resterait rien sinon la « manière », le style75. Peu après, nous le voyons exprimer un accablement proche du désespoir : « Renoncer à expliquer, à demander justice. Accepter le peu qu’on me permettra de faire dans le silence76 ». Un mois plus tard, il vient de rédiger son grand rapport au général :

  • 77 Cahier 5, 14 mai 1958.

Fatigue extrême. Je ne puis travailler. Je sens en moi s’opérer une désagrégation. Échapperai-je à celle que j’ai vu se produire chez d’autres ? Quand on n’est plus rassemblé par l’œuvre à faire, on se disloque.
Et la confiance meurt. Irritation contre mes meilleurs amis, défiance même, car leurs manques, leurs petites lâchetés apparaissent dans la fausse lumière de la solitude égotiste77.

58Sous l’intitulé d’Infamie, le dossier contient également rassemblés plusieurs textes qui ne concernent pas directement le déroulement de l’affaire, mais ont cependant à ses yeux une parenté évidente avec elle.

59Le premier est un texte de Newman. Pour le P. Fraisse, c’était un maître spirituel majeur, il le citait souvent au cours de ses entretiens. Ce texte, extrait du journal de Newman, a été écrit en 1867 au moment où l’orthodoxie du futur cardinal, canonisé en 2019, est suspectée à Rome. Il figure à plusieurs reprises dans le dossier, revenant comme un leitmotiv, signe que le P. Fraisse le reprenait tout à fait à son compte. Il écrit en mai 1958 :

  • 78 DLF.

Sans intention […] de me comparer à Newman, il exprime si exactement en maints passages ce que j’éprouve que je me placerai “sous son image”. Et ces lignes me décident à écrire ce rapport, car je n’ai fait jusqu’ici aucune protestation d’innocence. Et cela, je le dois78.

60Voici ce texte de Newman, à propos de Job :

  • 79 Louis Bouyer, Newman, sa vie, sa spiritualité, Paris, Cerf, 1952, p. 474-475.

Il commença par repousser énergiquement les accusations de ses amis, puis il fit une longue protestation d’innocence, puis nous lisons : “Fin de paroles de Job.” Les miennes sont finies aussi. Viderit Deus. Tels et tels ont été trop pour moi. Ils ont trop profondément impressionné contre moi l’esprit des autorités pour que la vérité en ce qui me concerne ait ses chances de mon vivant. Mais quand on cesse d’espérer, on cesse de craindre. Ils ont fait ce qu’ils pouvaient de pire. Deus viderit, je n’ai pas usé de ces mots à la légère et je ne songe nullement à les retirer…
Et maintenant, hélas ! Je crains bien que le fer ne soit entré en mon âme. Je veux dire que la confiance en des supérieurs, quels qu’ils soient, n’a plus guère de chance de fleurir en moi. Je ne me sentirai jamais à l’aise avec eux. Je sens que je penserai toujours qu’ils se joueront de moi, que leur voie croisera la mienne et que mes efforts leur déplairont. Je craindrai toujours qu’eux ou les leurs n’aient secrètement des pensées défavorables à mon égard et qu’ils ne me traitent avec quelque arrière-pensée.
Aussi, puisque j’ai le bonheur d’être placé de manière à ne pas avoir beaucoup de contact avec eux, tout en m’efforçant d’exécuter toujours loyalement leurs ordres, tout ce que j’attends d’eux et tout ce que je leur demande, c’est de me laisser tranquille. Puisque je ne désire plus rien réaliser, s’ils le peuvent, qu’ils ne me touchent plus. S’ils consentiront ou non à cela, c’est plus que je ne puis dire, car ils semblent souhaiter de m’ostraciser. Mais, en disant cela, je répète ce que je disais en commençant, je suis maintenant dans un état quiescent, et je ne crains pas plus que je n’espère. Je ne m’attends pas à ce que change cet état d’esprit. Dieu me préserve de les comparer aux scribes et aux pharisiens, mais je leur obéis comme on devait obéir aux scribes et aux pharisiens, en tant qu’ils sont les représentants de Dieu, mais non pas par dévotion envers eux79.

61Le P. Fraisse a retenu aussi deux textes qui concernent l’exercice de l’autorité, tirés du livre de Mgr Roberts, Réflexions sur l’exercice de l’autorité. Le premier concerne l’attitude du général des jésuites, le P. Ricci lors de la suppression de la Compagnie par le pape Clément XIV en 1773.

  • 80 Réflexions sur l’exercice de l’autorité par Mgr T. D. Roberts, sj, archevêque de Sygdia, ancien ar (...)

Jusqu’à la fin, le P. Ricci refusa de croire “que le vicaire du Christ veuille noircir sa conscience d’une aussi effroyable injustice que la dissolution de la Compagnie de Jésus, Compagnie qui a bien mérité du Saint-Siège et de l’Église Universelle, et cela sans la moindre procédure régulière et sans que soit rendus publics les chefs d’accusation. Certainement, le Pape pense, car il est impossible qu’il en soit autrement, qu’avant qu’un accusé puisse être condamné, il convient de démontrer sa culpabilité et de lui accorder la possibilité de démontrer son innocence. Tout cela découle de la justice naturelle, qu’aucun roi ni aucun pape ne peut violer, et hors du respect de laquelle toute décision judiciaire est entachée de nullité » (cité par Pastor, tome 38).
Le père Ricci ne fait que reprendre la règle de conduite qui est la sienne à l’égard du moindre de ses subordonnés ; et il est parfaitement en droit de vouloir que le Pape et les ministres du Pape soient les suprêmes modèles de l’honnêteté et de la justice. Le père continue en énumérant toutes les déclarations favorables des prédécesseurs de Clément et de plusieurs centaines d’évêques ; il évoque les persécutions endurées par les Jésuites pour la défense du Saint-Siège. Il refuse de croire que le Pape puisse “trancher ainsi dans le vif de la Chrétienté”. Le plus grand reproche que puissent adresser au père Ricci ses partisans comme ses ennemis, n’est-ce pas qu’il eut tort de supposer aux autres la même bonté qui était la sienne et que jusqu’au bout il persista à croire le Pape capable de sincérité et de droiture80.

62Le P. Fraisse cite un autre passage du même ouvrage :

  • 81 Ibid., p. 168-169.

Un autre danger auquel se trouve évidemment exposé un corps essentiellement autoritaire, c’est le risque que n’y accèdent à de hautes situations que des “beni-oui-oui”.
Le mécanisme de l’obéissance intelligente suppose que le subordonné puisse coopérer, présenter ses remarques et observations et que le supérieur avant de prendre sa décision, se sent tenu de réfléchir et d’écouter. Or, réfléchir n’est pas commode et écouter suppose une grande humilité. Voici pour illustrer notre propos un passage extrait d’une lettre personnelle du cardinal Billot, le célèbre théologien jésuite. Le cardinal s’était trouvé en désaccord avec le Pape et avait rendu son chapeau de Cardinal.
“Si vous ne dites rien, si vous ne faites rien, vous avez chance d’échapper à la critique. Pour ma part, je n’y ai pas échappé, mais il ne faut pas prendre la situation au tragique… Je n’ai pas encore été accusé d’hérésie, comme il est arrivé à Saint Basile avec le Pape Damase ; je n’ai pas encore été condamné comme hérétique et déposé, ainsi qu’il est arrivé à Saint Cyrille devant un concile de quarante évêques ; je n’ai pas encore été accusé de sorcellerie comme Saint Athanase, ou d’immoralité comme Saint Jean Chrysostome ; je n’ai pas non plus été condamné et déposé par le Saint-Siège comme il est arrivé à Saint Joseph Calasancz, qui est mort en disgrâce à Rome à l’âge de quatre-vingt-douze ans ”.
Et aujourd’hui, personne n’a du cardinal Billot une opinion plus mauvaise, parce qu’il a parlé au Pape comme tout jésuite peut et doit parler à ses supérieurs. Quand on lit Pastor, et d’autres historiens de la dissolution, on se demande, bien sûr, ce qu’il pouvait y avoir de vrai dans les accusations dirigées contre la Compagnie. Pastor ne relève que les accusations de “monopolisme” et d’intervention politique, deux tendances qui, de fait, n’ont pas lieu d’étonner dans un corps devenu si puissant et où se recrutaient les confesseurs des rois et des Papes. Le P. Ricci, à qui on avait refusé une audience du Pape, déclara solennellement, avant de mourir, en présence du Saint-Sacrement, que l’ordre était innocent des fautes dont on l’avait accusé81.

63Nous retrouvons surtout dans le premier de ces textes des idées développées par le P. Ganne dans ses rapports de novembre et décembre 1957. L’expression viderit Deus revient très souvent dans les notes du père, notamment dans ses archives personnelles.

Notes

1 DLF, notes du père Fraisse.

2 Louis Coignet (1911-1983) fut un proche compagnon du P. Fraisse à Fourvière, dont il était un des grands espoirs. Aumônier d’étudiants à Alger de 1948 à 1968, il ne renoncera jamais au soutien à son ami (entretien avec le P. Vallin, 12 novembre 2012).

3 Notes manuscrites en abrégé, DLF.

4 En mai 1958, le P. Fraisse passe à Sanary rencontrer dom Charlier, éditeur intéressé par les traductions, mais « limogé de la direction de la publication de Bible et vie chrétienne … Encore un coup dur ».

5 Cahier 5, 1er septembre 1959.

6 Lettre au P. Fraisse du 30 janvier 1958, DLF.

7 Dossier Fraisse, AFSJ.

8 Cahier 5, note du 9 février 1958.

9 Lettre à Denise Rendu, 27 août 1958, communiquée par Christian Rendu.

10 Mémoire daté du 13 juillet 1964, DLF.

11 Notice nécrologique dans Compagnie, novembre 1998, p. 169.

12 Archives diocésaines de Lyon, correspondance du cardinal Gerlier.

13 Épisode rapporté à Bernard Comte (27 juin 1986).

14 Lettre dactylographiée, non datée (mai 1958), adressée à « Mon Révérend Père », DLF.

15 Tous deux Supérieurs du P. Fraisse, respectivement en charge de la résidence et de la MEC.

16 Fraisse a consigné sur son cahier, le jour même, ce qu’il retient de la rencontre, après une longue démonstration juridique de la légalité formelle des mesures prises : « Le fond du problème n’est abordé qu’au bout d’une heure. Il me dit ce qu’il pense de moi et de mon action. Le grief n° 1 est celui de politique, action pas spirituelle, politique. »

17 Précision notée à cette page : « Il a l’air ‒ lui ‒ de bien connaître le dossier contre moi. (Qu’en connaissait Ravier ?) A parlé de “fortes pressions” et de double jeu de gens disant des choses contradictoires. » Une allusion suit à une lettre du cardinal.

18 Rapport de 1964, rédigé d’après les notes prises après la rencontre, DLF.

19 Lettre de Fraisse à Ganne, 24 janvier 1958, DLF. Je n’ai pas retrouvé cette lettre

20 Fraisse note une visite au P. Sommet le 6 ou 7 janvier : « Entretien cordial. Il verra B. A. » (Cahier 5). Et, peu après le mot du P. d’Oncieu rencontré à Marseille, qui a vu le provincial : « Sans espoir. Il n’y a plus de mots à dire. »

21 Tous deux, l’un journaliste, l’autre avocat, sont très actifs au Comité lyonnais pour le respect de la personne qui deviendra le Cercle Tocqueville en mai 1958.

22 Lettre du 30 janvier 1958, DLF.

23 Lettre du 6 mars 1958, ibid.

24 Note du P. Fraisse « Après le 31 juillet », que complète une information de son ami d’Oncieu : « La proposition de “bons offices” de Sommet a été refusée et n’a même jamais joué. Il me conseille de “laisser tomber” auprès des deux », ibid.

25 C’était un des griefs majeurs exprimés par le général dans sa lettre du 19 décembre 1957 au P. Varillon. Le P. Ravier a reconnu avoir sollicité des témoignages (lettre au P. Fraisse du 30 décembre 1957).

26 Allusion à la demande du P. Fraisse, dès l’été 1957, que ses supérieurs lyonnais obtiennent de « sortir le dossier, s’il existe, d’exiger une enquête objective » et que soient interrogés ses Supérieurs successifs sur la manière dont il remplissait son ministère.

27 Lettre du 12 août 1958, DLF.

28 Note sans date, automne 1958, Ibid.

29 Rapport de 1964 [au général ?], ibid.

30 Lettre du P. Arminjon au P. Fraisse, 24 octobre 1958, ibid.

31 Lettre du P. Coignet au P. Fraisse, 24 avril 1959, ibid.

32 Aumônier général de la Paroisse universitaire, association des catholiques de l’enseignement public.

33 Lettre du 21 juillet 1959, ibid.

34 Rapport au général du 13 juillet 1964, ibid.

35 Saint-Hugues-de-Biviers, maison jésuite d’accueil spirituel sur les hauteurs qui dominent Meylan dans la proche banlieue de Grenoble, où le P. Ganne a été transféré après avoir été assigné en 1950 à celle de Saint-Égrève.

36 Note du P. Fraisse, ibid.

37 Lettre au P. Fraisse, 29 juillet 1960, ibid.

38 Le provincial l’en a déjà informé l’année précédente.

39 Sur le versant est de la Chartreuse, se trouvent plusieurs sanatoriums, dont un accueillant des étudiants.

40 Rapport adressé au général en 1964, ibid.

41 Cahier 6, 16 septembre 1960.

42 Le R. P. P. donne ici la liste de toutes les démarches effectuées auprès des différentes autorités religieuses.

43 Lettre du 22 septembre 1960, DLF.

44 Le P. Eugène d’Oncieu, ami du P. Fraisse, est alors Supérieur de la maison jésuite d’accueil spirituel du Châtelard à Francheville, proche banlieue rurale de Lyon.

45 Lettre du P. Arminjon au P. Fraisse, 24 novembre 1960, ibid.

46 Texte de Newman, souvent repris par le P. Fraisse.

47 Lettre au P d’Oncieu, 23 janvier 1961, ibid. Le 16 juillet 1961, le provincial adressera au P. Fraisse une lettre de condoléances à l’occasion de la mort de sa mère.

48 Lettre du P. Fraisse au P. Arminjon, 13 juillet 1964, ibid.

49 Première référence explicite aux débats et à l’esprit du Concile (Rapport adressé au général en 1964), ibid.

50 Lettre du P. Arminjon au P. Fraisse, 16 juillet 1964, ibid.

51 Écrit postérieur à mai 1966, ibid.

52 Lettre du 29 juin 1964, ibid.

53 Témoignage du P. Espitalier, alors ministre au Châtelard, donné ultérieurement à Bernard Comte, 2 février 1999.

54 Qui lui a inspiré son livre : Il ne se passe rien en Algérie, Bayard, 2001.

55 Entretien du 4 juillet 2012.

56 Cahier 6, 17 octobre 1957, ALF.

57 Lettre du 15 mai 1966, DLF.

58 Notes de 1984, ALF.

59 Jean Lacouture, Jésuites, t. 2, Paris, Seuil, 1992, p. 495.

60 Lettre du 4 août 1958, DLF.

61 Le P. Eugène d’Oncieu, né en 1914, est aumônier national de la JEC en 1956-1958. Le P. Charles Nicolet a été étudiant en théologie à Fourvière avec le groupe « la Pensée » (H. de Lubac, Y. de Montcheuil, R. d’Ouice). Henri Vilbert achevait en 1931 ses études de théologie.

62 Rapport au général, 12-13 mai 1958, ibid.

63 Sans date, ibid. 

64 Lettre du général, 12 août 1958, ibid.

65 Réponse du P. Fraisse de Nice, ibid.

66 DLF, 3 février 1959.

67 Notes manuscrites, ibid.

68 Il s’agit du P. Fontoynont.

69 Note du 13 décembre 1957, p. 34-38.

70 DLF, lettre du 13 juillet 1964.

71 Le P. Eugène d’Oncieu sous la direction de qui le P. Fraisse a travaillé à la MEC.

72 DLF, 27 juillet 1964.

73 Cahier 5, 2 janvier 1958.

74 Cahier 5, 19 janvier 1958.

75 Cahier 5, 20 avril 1958.

76 Cahier 5, 28 avril 1958.

77 Cahier 5, 14 mai 1958.

78 DLF.

79 Louis Bouyer, Newman, sa vie, sa spiritualité, Paris, Cerf, 1952, p. 474-475.

80 Réflexions sur l’exercice de l’autorité par Mgr T. D. Roberts, sj, archevêque de Sygdia, ancien archevêque de Bombay, Paris, Cerf, 1956, p. 114-115.

81 Ibid., p. 168-169.

© LARHRA, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search