Version classiqueVersion mobile

Le père Fraisse (1912-2001)Les combats d’un jésuite foudroyé

 | 
Bernard Comte
, 
Madeleine Comte

III Dans la Compagnie

Texte intégral

Soutien des supérieurs et des amis de la province de Lyon

1Le soutien est immédiat de la part du provincial, qui ne cessera de dire son estime pour la victime et de s’efforcer d’obtenir l’atténuation de la sanction, à défaut de la faire annuler. Le P. Fraisse a conservé de lui une abondante correspondance, ainsi que celle d’autres responsables et confrères amis.

Le provincial

  • 1 Les étudiants en philosophie des Facultés pontificales de philosophie (de l’Institut catholique de (...)
  • 2 L’éducation de l’homme nouveau. Essai historique et critique sur le livre de l’Émile, 2 vol., Isso (...)
  • 3 Le P. de Lubac a publié un habile article, censé critiquer l’ouvrage, ce qu’il a mené « le plus bé (...)
  • 4 Compagnie, décembre 1999.

2Le P. André Ravier (1905-1999) est un prêtre de grande culture littéraire, philosophique et spirituelle, esprit ouvert, pédagogue expérimenté et courageux conciliateur. Il a associé dès 1922 sa formation jésuite aux études universitaires de philosophie : licence et DES sur J. Lachelier, dirigé à Grenoble par Jacques Chevalier1, et en régence une année d’enseignement du grec et du français. Dans les années 1930, au scolasticat de Fourvière, tout en s’intégrant au groupe Fontoynont avec les futurs PP. Daniélou, Ganne, Varillon et Urs von Balthasar et en échangeant par courrier avec le P. Teilhard de Chardin, il prépare une thèse sur l’Émile de Rousseau. Ordonné prêtre en 1937, il est préfet des études au collège Saint-Joseph de Lyon (rue Sainte-Hélène). Mobilisé en 1939 comme lieutenant d’artillerie, il mène en juin 1940 de rudes combats contre les chars, qui lui vaudront une brillante citation, suivie de la rosette de la légion d’honneur. Il soutient sa thèse à la fin 1940 et la publie l’année suivante2. Après son 3e an, il retrouve le collège, avec la fonction de préfet général jusqu’en 1949, puis de recteur. Il aide la Résistance, en abritant des professeurs et employés suspects ou traqués, en dissimulant et diffusant des journaux clandestins, surtout les Cahiers du Témoignage Chrétien, qu’on entasse dans les buffets des orgues, et en coopérant avec les officiers engagés dans l’Armée secrète des MUR. Cependant, le Saint-Office ordonne en 1943 de retirer son livre du commerce ; cette censure sera levée en 1949 et la réédition du livre autorisée3. En 1951, le P. Ravier a revu avec le P. Fontoynont, dans le sens d’une soumission franche et entière, la lettre adressée par le corps professoral de Fourvière, après les sanctions de 1950, au P. général Janssens qui en avait refusé la première version, jugée insuffisante. Peu après, le recteur du collège a été appelé soudainement à remplacer le provincial de Lyon, le P. d’Ancezune, écarté à la suite de ce retard. Au grand regret du P. Fraisse, le P. Ravier quittera sa charge en décembre 1957 ; il consacrera sa retraite à la rédaction de nombreux livres sur les mystiques et les auteurs de littérature spirituelle, de saint Bruno et saint Ignace à sainte Bernadette4.

3Il écrit au P. Fraisse, aussitôt connue la nouvelle de la sanction :

Je désire beaucoup rester en contact avec vous, cela va sans dire.
Ne me remerciez pas : priez seulement un peu pour moi. Je n’insiste pas : l’heure n’est pas au sentimentalisme ! Vous êtes “mon” fils tant que je suis votre provincial : c’est dans cette optique que je comprends mon rôle.
Est-il besoin de vous dire que je prie pour vous particulièrement ? Tandis que nous agissons et que nous parlons, la “Réalité” demeure : “ con-sepulti ”, “ con-resurrecti ”. C’est le seul plan de vérité pour l’âme chrétienne, plus encore pour l’âme religieuse.
Reposez-vous, autant que faire se peut : sous l’épreuve, il faut d’abord que tiennent les nerfs : excusez cette sagesse trop humaine.

  • 5 Lettre du 20 juillet 1957, DLF.

Croyez à ma profonde amitié5.

4Avant l’affaire du P. Fraisse, il a défendu en 1956 le P. Ganne, objet de dénonciations, et il est parvenu à lui épargner un nouvel exil après celui de 1950, comme le fera son successeur, le P. Arminjon, en 1958. Très éloquente est sa réponse du 16 octobre 1956 au cardinal Gerlier qui transmettait une demande de Mgr Fougerat, auxiliaire de Grenoble : que le provincial sanctionne le P. Ganne. Bien qu’elle ne concerne pas directement l’affaire du P. Fraisse, elle a sa place ici, car elle en dit long sur certaines pratiques et sur le courage du P. Ravier quand il s’agit de défendre un de ses « fils » :

  • 6 Lettre du 16 octobre 1956, Archives diocésaines de Lyon.

Éminence,
Il m’en coûte de vous écrire cette lettre ; mais je crois de mon devoir de vous l’envoyer en esprit de simplicité filiale et de franchise sacerdotale. Je ne puis, en conscience, faire à l’égard du P. Ganne ce que vous me demandez.
Depuis que Votre Éminence a bien voulu me convoquer à l’archevêché, j’ai fait mon enquête sur l’apostolat du P. Ganne à Grenoble. Les résultats sont clairs : on ne peut rien reprocher de sérieux au père, depuis l’avertissement très ferme que, sur la demande de Votre Éminence et de Son Excellence Mgr Caillot, j’avais adressé au père il y a deux ans. Tout au contraire […], on m’a donné à Grenoble de nombreux témoignages du bien profond que fait le père dans la ville et la région.
Même sur le rapport écrit, mais non signé, d’un autre prêtre […], je ne me sens pas le droit de frapper le père Ganne dans une telle conjoncture.
“L’éloigner avec beaucoup de discrétion et de délicatesse” ? Je ne le puis davantage. Et le caractère “ camouflé ” de l’opération, loin d’apaiser les esprits, provoquerait un surcroît de rancœur et d’amertume.
De plus, je casserais une seconde fois le P. Ganne. Je ne puis oublier que c’est un homme qui a déjà eu à refaire sa vie en 1951. Si je suis son supérieur, je suis aussi son père en Dieu.
Pour toutes ces raisons, je ne puis frapper le père Ganne : je fais appel à votre cœur de pasteur pour me comprendre.
[Le provincial envisage deux hypothèses :]
1 – Ou bien Votre Éminence me demande le départ du P. Ganne. Alors, elle sera immédiatement obéie. Mais les positions du moins seront claires, exposées en plein jour, déclarées. Je vous demanderais seulement que le P. Ganne soit d’abord entendu, en ma présence et en la présence de son accusateur, par Votre Éminence : on ne peut légitimement condamner quelqu’un sans lui avoir accordé d’abord la possibilité de s’exprimer.
2 – Ou bien [le cardinal renonce à la sanction].
Le P. Ganne recevra chaque mois consignes, remarques, critiques et conseils de Mgr Fougerat. C’est mon devoir de supérieur et de père qui s’impose à moi en stricte conscience6.

5La sanction a été écartée. Il était plus facile de faire fléchir le cardinal que le visiteur.

6Le P. Ravier écrit aussi au P. Ganne, l’ami le plus proche du P. Fraisse :

  • 7 Tué récemment dans un accident d’auto.
  • 8 Lettre du 24 juillet 1957, DLF.

Merci de votre lettre. Soyez tranquille : je vous comprends. Tout cela me pose quelques problèmes de conscience qu’il me tarde de pouvoir considérer dans la paix. Je viens de téléphoner à votre ami : et ce n’était pas des nouvelles améliorées.
L’heure est à la prière et à la charité fraternelle. Il faut que le père nous sente “inchangés” à son égard. La crise d’aujourd’hui, il y a longtemps que je la sentais venir, et j’ai souvent alerté Rome depuis cinq ans, afin de l’éviter.
Heureux père Didier7 ! Lui aussi a souffert beaucoup ces derniers mois. Croyez à ma très fidèle amitié8.

7Le P. Ravier, quelques jours plus tard, écrit au P. Fraisse :

  • 9 Il s’agit de la lettre du 30 juillet citée précédemment.
  • 10 Lettre du 5 août 1957, DLF.

Je vous envoie copie des directives que le R.P. visiteur m’a laissées à votre sujet, en quittant Lyon9. Il m’en coûte beaucoup de vous transmettre ce document : mais je sais qu’en toute cette affaire, vous préférez la parfaite clarté et ne redoutez rien tant que les demi-teintes : elles nous ont déjà fait trop de mal ! Je sais par ailleurs quelle action spirituelle vous avez exercée pendant ces six dernières années, années très dures pour nos Pères engagés à la pointe des tâches de l’Église, au nom de la Compagnie.
Aussi, au moment où je vais quitter le poste que j’occupe, je pèse devant Dieu ces six ans de gouvernement et je tiens à vous dire un profond merci pour tout le travail qui s’est effectué à la MEC au milieu de mille difficultés. Que de l’épreuve qui vous est imposée, le Seigneur tire, à son accoutumée, une plus grande purification de votre âme et une plus grande efficacité de votre apostolat10.

8Ces lettres sont des exemples du courrier suivi échangé jusqu’à la sortie de charge du P. Ravier.

9Le P. Sommet, recteur de Fourvière, consulteur du provincial de Lyon, est une personnalité très respectée dans la Compagnie : le courrier du cardinal Gerlier révèle qu’au printemps 1957, on songeait à lui pour succéder au P. Ravier. Il écrit au P. Fraisse :

  • 11 Lettre au P. Fraisse, 28 août 1957, ibid.

Bien cher Ami,
Merci de votre mot. Il n’est pas de trop pour m’aider à voir clair en ces désastreuses affaires. Merci de me rappeler, avec le cas précis du P. Ravier, le fond de tableau sur lequel tout cela s’inscrit. Il est clair que l’utilisation de méthodes qui comportent un caractère infamant dans leurs résultats, et ne laissent pas de recours, ni ne présentent les garanties d’une enquête objective, clair que tout cela est le contraire de l’esprit évangélique. Croyez donc que je ferai tout mon possible ; mais invitez le Saint Esprit à s’agiter un peu pour que les motifs de prudence ou d’opportunité n’apparaissent pas à chaque instant du même prix que la vérité. Et merci de vous donnez à beaucoup, le courage. Très fraternellement11.

10De graves ennuis de santé vont isoler le recteur à la fin de l’année, mais des lettres de confrères font allusion à des interventions énergiques de sa part, pour la défense du P. Fraisse, à la consulte provinciale et à la congrégation générale, tenue à Rome à l’automne.

  • 12 Fiches périodiques rassemblées ensuite dans Éléments de doctrine chrétienne, Paris, Éditions de l’ (...)
  • 13 Étienne Fouilloux, François Varillon, op. cit., p. 154-162.

11Le P. Varillon est supérieur de la résidence de Lyon depuis 1955. Sa réputation dépasse le cadre de la Compagnie. Il a été aumônier adjoint de l’ACJF, pour laquelle il rédigeait des fiches spirituelles qui ont nourri des générations de jeunes catholiques12. Il est proche du P. Fraisse et a signé avec lui, on l’a vu, le 4 mai 1957, la protestation lyonnaise contre la torture en Algérie13. Si le dossier comporte peu de lettres de lui au P. Fraisse, en revanche d’autres pères font allusion à ses interventions et à ses suggestions d’actions possibles pour la défense de l’accusé, témoin cette lettre au P. Ganne :

  • 14 Il y a bien eu, on l’a vu, des réticences de sa part dans sa lettre au visiteur.
  • 15 Lettre du 19 juillet 1957, DLF.

Je crois vraiment que tout ce qui pouvait être fait a été fait. D’abord, je suis allé voir le P. Visiteur à Paray. La conversation, qui a duré plus d’une heure, a été très décevante, parce qu’il n’y avait rien à lui apprendre sur l’activité du P. Fraisse. Je n’avais pas attendu le limogeage pour lui dire ce qu’avait été, et était son action, entrant dans tous les détails depuis dix ans, y compris l’affaire de l’UCP [Union des chrétiens progressistes]. J’ai voulu tout redire. À tout, le P. Visiteur me répondait : “Je sais : ce père a une grande valeur, a fait beaucoup de bien, est profondément religieux”. La question n’est donc pas, comme vous dites, d’éclairer sa lanterne. C’est fait, et amplement. Par ailleurs, le P. Sommet a été vigoureusement gonflé pour intervenir à la consulte provinciale de lundi dernier 15. Quant au P. Provincial, il est parfait en cette affaire ; il a fait et fera tout son possible.
Je lui avais déjà parlé […] d’une lettre collective signée des supérieurs de Lyon, et envoyée à la fois au P. Visiteur et au P. Général. On en avait discuté ainsi qu’avec Sommet et Helly. Le risque est de donner l’impression d’une “révolte”, qui, bien loin de faire revenir le P. Vis. sur sa décision, ne ferait que la renforcer avec cette idée que toute la province est “gangrenée”. Je viens cependant de renvoyer une longue lettre au P. Prov., reprenant votre suggestion, et en lui disant que cette lettre collective, signée des sup. de Lyon, pourrait être rédigée de manière telle qu’elle ne puisse être interprétée comme une “révolte”, mais comme une mise en garde contre le double scandale de l’injustice à l’égard du P. Fr., et du scandale des laïcs.
Par ailleurs, Latreille et un industriel ont écrit au P. Général et Jean Lacroix au Cardinal. Lhaumet, qui a fait le voyage de la Manche pour voir ce dernier, a obtenu qu’il écrive au P. Visiteur qu’il désirait que le P. Fr. continue à travailler dans son diocèse. Á mon avis, tout dépend du cardinal. Si sa lettre n’est pas trop mêlée de réticences et de blâmes, il y a un espoir. Sinon, il n’y en a aucun14.
Et s’il n’y avait que Fraisse ! Il y a plus grave encore (ce qui n’est pas peu dire !), sinon du retentissement chez les laïcs15.

Le P. Ganne

12Le P. Fraisse, d’une extrême pudeur, cachait ses sentiments profonds sous une apparente rudesse. Le P. Ganne, son ami le plus proche, est certainement une des rares personnes à qui il s’est confié ; après leur longue rencontre de l’été, il alerte les supérieurs dont il connaît l’estime pour le P. Fraisse. Le 23 août, il raconte au P. Varillon :

  • 16 Lettre du 23 août 1957 (Papiers Ganne, communiquée par Anne Boudon et Ingmar Granstedt).

Révérend et cher ami,
À mon retour, j’ai bondi à la Résidence pour vous voir, mais vous êtes brillamment absent, comme votre serviteur. Je voulais vous dire un mot à propos du P. Fraisse que j’ai rencontré pendant quelques jours en Haute-Savoie. Le retentissement de l’affaire est inquiétant.
D’abord au point de vue personnel du père.
C’est pour lui un coup très dur, surtout à cause du caractère arbitraire et même odieux de la mesure prise à son encontre. Il accepterait une sanction qui serait nette et franche, mais non un procès d’intention et de tendance, sur un fond ténébreux de dénonciations, intrigues, pressions et même délations. Je crains qu’il ne soit acculé à quitter la Compagnie, où le climat devient intenable (ceci entre nous, évidemment). Il en sera fortement tenté, si les supérieurs et autres responsables qui l’ont “employé” et lui ont confié des tâches diverses, ne disent pas nettement et courageusement au Père général et au P. Visiteur, le travail qu’il a fait et aussi le caractère unilatéral et contestable de la mesure qui le frappe.
Sans cette démarche, il se sentira seul et abandonné et il en tirera les conséquences. Exclu et isolé à l’intérieur de la Cie, malgré les bons sentiments à son égard, il envisagera facilement d’être exclu “à l’extérieur”.
Sur le plan général, l’esprit de prévention et l’autoritarisme dont fait preuve le Visiteur vont tout droit à l’encontre de ce qu’il voudrait obtenir : sauver l’autorité. – Le mal est déjà grand, il ne fera que s’aggraver comme un cancer. Le refus d’enquêtes objectives et de dossiers ouverts en faveur de méthodes policières est contraire à la lettre et à l’esprit de tout droit profane et ecclésiastique. Le résultat est de livrer des hommes, sans aucune possibilité de défense face aux insinuations calomnieuses les plus grossières ou les plus perfides. – Le P. visiteur sèmera sur son passage la méfiance et le désespoir, ce n’est pas du travail !–
Le Père Provincial est excellemment disposé, mais il est urgent de faire quelque chose. En particulier, pour le P. Fraisse, atténuer le caractère odieux de ce qu’on lui impose : ne plus s’occuper d’étudiants où que ce soit. Quand on sait le bien qu’il a fait, il faut aussi le dire. –
Évidemment, il y a une question de tactique et d’opportunité. Mais il y a aussi une question d’urgence.
Excusez ces “réflexions” rapides que je livre à votre amitié. J’aurais mieux aimé vous voir16–.

  • 17 Lettre du 2 octobre 1957, DLF.

13Un mois plus tard, le P. Ganne écrit à son ami : « Rencontré Varillon. […] Il a fait une lettre pertinente au P. Général, – dont j’ignore encore la réponse, si réponse il y a –17. »

14On trouve également dans les papiers du P. Ganne des brouillons de lettres destinées au provincial ; voici l’essentiel d’un projet écrit vraisemblablement à la fin de l’été 1957 :

  • 18 Le P. Albert Valensin (1873-1944) a été, comme son frère Auguste, philosophe formé par Blondel, pr (...)
  • 19 Papiers Ganne.

J’éprouve le besoin de remercier le Seigneur et vous-même de nous avoir apporté une plus grande conscience et un amour plus pur de la Compagnie. Il est bien certain que nous ne pouvons nous unir que dans les profondeurs de la vérité. Nous avons besoin de la confiance de la Compagnie comme elle a besoin de la fidélité de ses fils. Grâce à Dieu, ni l’une ni l’autre ne nous manquent, mais cette fidélité, il nous faut la purifier et la reconquérir sans cesse […].
C’est un compte de conscience que je vous écris, au sens littéral du terme. Si c’est à propos du P. Fraisse, vous pouvez croire que ce n’est pas pour des raisons personnelles à l’un ou à l’autre, mais pour des motifs qui intéressent le bien de tous. Diverses confidences, en effet, m’ont révélé que l’affaire du P. Fraisse “empoisonne” la vie de la province et crée un malaise qui atteint profondément les consciences. Pendant tout l’été, pour ne pas remonter plus haut, j’ai pu me rendre compte du climat dans lequel nous vivons ou essayons de vivre.
En dépit d’un optimisme de commande, qui ne trompe que ceux qui veulent s’aveugler, les ruines spirituelles s’accumulent dans notre pays. Pour les jeunes en particulier : étudiants, paysans, ouvriers, une crise terrible est ouverte. Beaucoup abandonnent la foi. Je puis en témoigner avec douleur. L’un d’eux me disait : “Nous sommes roulés dans l’injustice, la lâcheté et le mensonge”. Inutile de brosser un tableau que tout le monde a sous les yeux, il suffit de les ouvrir.
Or, le P. Fraisse est un des rares prêtres de France capables de former la conscience de jeunes hommes qui ont déjà pris ou sont sur le point de prendre des responsabilités. D’autres que moi peuvent en témoigner.
La qualité même de ce travail, que les bénéficiaires ont pu apprécier, rend plus pénible à des consciences droites la manière dont le P. Fraisse a été jugé et condamné. Les procédés dont il a été victime heurtent le sens élémentaire de la justice (ne parlons pas d’“esprit paternel”).
Jugement sur dossier fermé, les témoins à charge seuls entendus, impossibilité de se défendre normalement selon les garanties que les tribunaux reconnaissent aux inculpés, interdits odieux qui menacent de peser à perpétuité, sans limite prévue, selon le pur arbitraire, [l’accusé] livré sans défense aux interprétations les plus tendancieuses, les plus malveillantes, les plus perfides savamment amplifiées. Comment comprendre de pareils procédés ? Comment y reconnaître le souci de la vérité, de la justice, de l’honnêteté morale ?
Permettez-moi de vous dire que je demeure dans l’inquiétude et la souffrance, redoutant les conséquences et les répercussions pour le P. Fraisse d’une mesure que les circonstances déforment et réfractent incontestablement dans un sens que les supérieurs, me semble-t-il, ne veulent certainement pas. Si vous me permettez l’expression, c’est une sorte de cancer qui se développe autour du père dans un bouillon de culture créé par un climat de peur, de passion, de suspicion, de désarroi.
C’est un homme dont la vie risque d’être brisée au moment où il atteint la plénitude de sa force et de ses moyens, condamné à vivre dans la suspicion sans que jamais il ne puisse voir en face le visage d’un dénonciateur, ni même l’énoncé […] d’une accusation fermement établie et prouvée. Sommes-nous dans une folie collective ?
Si vous pouviez savoir, mon R. P., à quelle démoralisation, à quel désespoir de la conscience, je dis bien de la conscience morale, à quelles tentations terribles on peut exposer des hommes qui ne réclament pas autre chose que les demandes d’une élémentaire justice, je vous assure que vous en frémiriez. Il faudrait renoncer aux “raisons d’Église” qui ne valent pas mieux que les “raisons d’État” et essayer de tirer au clair, honnêtement, des conflits où les passions et les préventions sont évidentes.
D’ailleurs, le fameux dossier fermé ne l’est pas tellement qu’il ne commence à s’entrouvrir. Certains se vantent un peu trop bruyamment de leur “victoire”, et c’est une victoire de l’esprit impie contre l’esprit chrétien. Pour l’un d’eux notamment, qui vit à Lyon, c’est l’évidence même. Quand on voit quelle espèce de témoin est pris en considération sans contrôle, on rougit de honte, et le scandale naît quand on constate que le témoignage n’est ni entendu ni apprécié de ceux que le P. Fraisse a ouverts à l’esprit de l’Évangile.
Encore une fois, nul ne demande des faveurs, ni des bienveillances gratuites, mais simplement ce minimum de garanties de justice que tout tribunal reconnaît à des accusés. En vérité, nous vivons dans un climat empoisonné par la peur, les dénonciations et les délations, trop facilement accueillies. Nemo innocens, nisi probetur.
Le fruit, également empoisonné, que produit ce climat, c’est la perte de toute confiance en ceux qui détiennent l’autorité. C’est l’avilissement des caractères, dont gémissait déjà le P. Albert Valensin18. Qui peut gagner quoi que ce soit dans ces eaux troubles ? Ni l’Église, ni la Compagnie, car elles ne sont pas séparables, dans le cœur de ceux qui les aiment, de la justice et de l’honnêteté morale.
Pardonnez-moi si je vous demande très filialement, par la charité de la Compagnie, de faire quelque chose le plus rapidement possible pour atténuer la mesure prise, pour orienter l’évolution de ses conséquences non vers une sorte de pourrissement, mais peu à peu vers la lumière, la confiance, l’apaisement.
J’ai appris récemment que le père était fatigué et je crains les complications intérieures qu’une dépression peut greffer sur une épreuve déjà lourde, non tant en elle-même, mais dans ses conséquences concrètes.
Je me fais l’effet de l’ami importun de l’Évangile ! Mais puis-je trouver un modèle plus autorisé19 ?

15Ce texte aborde plusieurs thèmes qui seront repris sous une forme moins personnelle, plus théologique, dans le grand rapport que le P. Ganne rédigera en décembre.

16Sur la conduite à adopter vis-à-vis des autorités romaines, on voit s’affronter deux positions : le P. Fraisse souhaite une action vigoureuse et constante pour éviter que la situation pourrisse et qu’on oublie l’injustice dont il a été victime ; les tenants d’une ligne plus prudente craignent qu’en intervenant à temps et à contre temps, on aboutisse à l’effet inverse de ce qu’on souhaite. C’est le risque évoqué par le P. Varillon dans sa lettre du 19 juillet. Le P. Ravier y est très sensible, ce qui le fait juger pas assez énergique par le P. Fraisse, qui ignore certaines de ses démarches. Plus tard, il lui rendra justice et lui sera reconnaissant de lui avoir remis les pièces de son dossier.

À l’approche de la 31e congrégation générale

17La 31e congrégation générale de la Compagnie se tient à l’automne, du 6 septembre au 11 novembre 1957. Ce peut être l’occasion d’agir. Le provincial de Lyon y participe ainsi que le P. Sommet, élu par ses confrères profès, le visiteur également comme délégué de la Belgique.

18Le dossier, assez pauvre sur cet épisode, comprend quelques lettres échangées entre le P. Ravier, le P. Fraisse et ses amis, mais ne nous renseigne guère sur les relations du provincial avec les autorités de la Compagnie, le général et le visiteur. Le P. Fraisse espère que les Lyonnais pourront s’entretenir longuement de son cas avec le Général et défendre sa cause et que le P. Ravier pourra obtenir, sinon une suppression de la sanction, au moins son adoucissement. Il précise ses souhaits dans une lettre au P. Ravier :

  • 20 Lettre du 17 octobre 1957, DLF.

Mon Révérend Père,
Une idée me traverse l’esprit. Peut-être y avez-vous pensé vous-même, mais néanmoins pendant qu’il est temps, je veux vous en faire part.
Ce qui m’arrive et, notamment les deux interdictions “infamantes”, est, paraît-il, contraire à l’Institut. Le P. Sommet, avant son départ à Rome, me l’a dit encore nettement. Ne pourriez-vous pas demander sur ce point une consultation canonique au P. Creusen ou à tel autre (et à tel autre père spécialiste en la matière) ?
Ce que je redoute le plus, c’est que le visiteur se défile et se retranche derrière des promesses verbales : “Ce n’est qu’une mesure temporaire, ce n’est pas bien grave, je veux simplement l’amendement du P. Fraisse”.
Ce qu’il faut, c’est qu’il sorte son dossier ‒ s’il en a un – à mes supérieurs et à moi-même pour que ce dossier puisse être pesé et évalué. Est-ce trop de demander un minimum d’objectivité et d’honnêteté ?
Je gagne Nice la semaine prochaine, jeudi sans doute. Les pères d’Alger me demandent d’aller donner des retraites et récollections pendant un mois de milieu novembre à décembre environ. J’espère que le P. [illisible] y consentira et volontiers.
J’espère que vous serez de retour avant ce voyage.
Vous savez, père, ma respectueuse affection en N. S.
L. Fraisse sj20
Note bien significative : Source, les PP. dominicains de Belgique. “On l’appelait Robespierre”.

19De son côté, le P. Ravier écrit au P. Fraisse :

  • 21 Lettre du 19 octobre 1957, ibid.

Après avoir consulté le P. Sommet, j’ai abordé le P. Pietro Huizing, un jeune (46 ans) et brillant canoniste hollandais de la Grégorienne. Il me permet de vous proposer son nom.
Voulez-vous rédiger un rapport circonstancié de votre action : requête, ses motifs, les dates des principaux faits, les explications nécessaires. Envoyez-le moi sans trop tarder (car il me semble que nous avançons un peu depuis quelques jours), et je le remettrai au P. Huizing. Bien entendu, je lui ai déjà exposé le cas ; il m’a répondu que s’il y a “infamie” sans que vous ayez pu vous défendre, votre requête est bonne ; mais il veut voir le rapport avant de s’engager21.

  • 22 Ce rapport figure en annexe.

20Le P. Fraisse adresse alors au provincial son rapport, daté du 27 octobre22 et accompagné d’une lettre :

Mais ce n’est que pour après. Je ne crois guère à l’efficacité et au bienfait d’une défense personnelle. C’est pourquoi je vous avais demandé et vous m’aviez dit que vous comptiez le faire – de soumettre le cas au Général et de faire au moins lever les deux interdictions “infamantes” : ne plus m’occuper d’étudiants et ne pas exercer de ministère régulier dans le diocèse de Lyon. Vous ne me dites pas, père, si vous avez vu, pu voir le Général, ce qui m’inquiète. Le P. Sommet, qui était venu me voir gentiment deux jours avant son départ, m’avait dit nettement que ce qu’avait fait le visiteur était contraire à l’Institut. À quoi j’ai répondu que ce n’était pas à moi qu’il fallait le dire. Qu’y a-t-il de vrai, d’objectif dans le reproche majeur fait par le P. visiteur ?

21Le P. Fraisse reprend ensuite les arguments développés dans son rapport :

  • 23 Lettre du 26 octobre 1957, ibid.

Il faut que le visiteur sorte son dossier – s’il en a un –, qu’il dise sur quoi, sur qui il table, il juge, qui puisse valablement s’opposer à tous ces supérieurs et témoins. Sinon, c’est à se taper la tête contre les murs et s’en remettre à l’arbitraire pur, au procès de tendance souterrain.
Je vous demande donc, père, de présenter la chose au Général et d’obtenir une réponse précise. Après, après seulement, nous verrons que faire à votre retour23.

22Le P. Ravier au P. Fraisse, de Rome le 29 octobre :

  • 24 Lettre du 29 octobre 1957, ibid.

Je me décide à faire un rapport “préalable” à mon entrevue avec le T. R. P. Général. D’après ce que nous pouvons voir, le père général risque de ne pas pouvoir recevoir tous les provinciaux avant leur départ. Il est plus sûr de faire un rapport, en demandant d’être reçu pour une explication orale, si c’est nécessaire et utile. Ainsi ferai-je, ce soir ou demain au plus tard, le T. R. P. G. aura votre dossier en main. Ce dossier comprendra, entre autres documents, votre propre rapport et quelques lettres de vos amis.
P.S. – Le P. Huizing me déconseille d’utiliser dans mon rapport au T. R. P. G. les canons de infamia (sur lesquels on pourrait, dit-il, ergoter), mais [suggère] d’argumenter sur deux “vices de forme” :
1° Vous n’avez pas eu l’occasion ni le droit de vous défendre avant la décision qui vous frappe.
2° Vos supérieurs majeur et immédiat n’ont pas été consultés pour les informations. C’est dans ce sens que je rédige mon rapport24.

23Le P. Fraisse répond au P. Ravier en maintenant sa demande d’intervention immédiate auprès du Général, avec une sorte d’obsession douloureuse qui ne facilite pas la tâche du P. Ravier :

  • 25 Lettre du 30 octobre 1957, ibid.

Une intervention de mes supérieurs et la demande précise – demande précise, nette, au général que soient levées les deux interdictions du P. visiteur –, demande comportant une réponse écrite, comme les interdictions sont écrites – par oui ou par non –, réponse écrite à vous comme le document du P. visiteur était adressé à vous (je consens à ce que la levée des interdictions ne soit pas effective pendant un ou deux ans).
Si, quand ce mot vous arrivera, vous n’avez pas remis votre rapport au P. Général, je préfère que mon propre rapport n’y figure pas – de beaucoup. Dans mon idée, il était destiné au P. Huizing pour appréciation du cas. En un mot, pour le moment, c’est l’intervention de mes supérieurs que je souhaite. Vous ai-je dit qu’avant mon départ, j’avais vu le P. Varillon, qui n’avait pas de réponse à la lettre qu’il avait écrite au P. Général ? Pas davantage le P. Haubtmann [supérieur de Grenoble]. Je vous dis cela pour votre entrevue avec le P. Général. Il doit les avoir entre les mains25.

24Le rapport avait déjà été remis au général et, à la grande déception du P. Fraisse, le P. Ravier n’a pas pu s’en entretenir avec lui.

Quels résultats ?

  • 26 Lettre écrite de l’hôpital Saint-Luc, 13 décembre 1957, ibid.
  • 27 Lettre non datée, sûrement après le 11 novembre, ibid. Le P. Fraisse critique la stratégie de défe (...)

25La réponse du général se fera attendre jusqu’au 17 décembre. Concernant le dossier Fraisse, les Lyonnais ont l’impression de s’être battus seuls, comme l’écrit le P. Sommet au P. Ganne : « Croyez en tout cas qu’à Rome avec Ravier nous nous sommes grillés en bloc, carrément, là-dessus26. » Après la congrégation générale, le P. Fraisse écrit au P. Ganne27 :

  • 28 Consigne du visiteur pour les parloirs de la résidence de Lyon : y replacer dans le corridor d’ent (...)

J’ai vu Ravier une heure et demie et Sommet rapidement.
Ambiance d’abord. Climat meilleur quant au visiteur. Il s’est comporté à la C. G. de telle manière qu’il a indisposé beaucoup de monde : volonté de puissance, arbitraire, touche-à-tout. Cela aurait ouvert les yeux du Général. Chose plus précise : il recevrait consigne de terminer la France en un an au 1er janvier 59. Ravier ne sait pas encore avec certitude, mais vraisemblablement resterait un an. Tout ceci est au conditionnel et soumis aux fornications de dernière heure du V. qui est resté à Rome.
Les pères français, contents du climat d’ensemble à leur égard, se sont fort bien entendus avec les Allemands, les Hollandais, Sud-Américains et même Espagnols qui sentent que ça fout le camp. Présence salutaire des Polonais, Allemands de l’Est. Bloc américain assez insulaire.
En ce qui me concerne. Situation : Ravier a vu 20 minutes lundi le Général qui n’avait pas lu le dossier remis pour lui. Il écrira.
Je ne suis pas très content de ce que le provincial ne l’ait remis que six jours avant la fin de la C.G. et qu’ainsi, il n’ait pu le voir et lui parler, du fait qu’il va le voir avec son ami Plaquet par-dessus son épaule etc. Il est mauvais de faire traîner en longueur. On étouffe ainsi les scandales dans le temps. Je vois bien ce que conseille Ravier : la visite va être abrégée, patientons.
Néanmoins, il est prêt à poursuivre dans l’immédiat. Après la réponse du Général, si elle est négative comme probable (ne pas perdre la face et se déjuger), Ravier compte dans un premier temps demander sur le cas une consultation juridique au P. Huizing, doyen de droit canon à la Grégorienne ; Creusen est hors de course, gâteux.
J’ai demandé nettement à Ravier si les pères français avaient cherché à “avoir la peau” du V. Non. Lui seul. Les autres ne sont pas encore dans le bain et le Toulousain a été nommé par lui. Pour l’ensemble, meilleur. Le V. sera moins éclaboussant sans doute et plus prudent.
J’ai dit clairement à Ravier, et aussi à Varillon, qu’au fond, on s’y était mal pris, ce que nous avions dit ensemble – Principiis obsta – et que dès le début, il aurait fallu répondre “non” de leur part, ce qui a paru impossible à Ravier. “Je l’ai fait” oui, mais il y avait autre chose à faire, et qui relève de la moralité élémentaire.
Il faut évidemment attendre la réponse du général. Quand ? Et après que faire ? Dans l’immédiat, redemander à Ravier et Sommet, qui trafiqueront avec lui [le visiteur] (il doit commencer Fourvière sous peu, demain peut-être), de sortir le dossier, s’il existe, d’exiger une enquête objective. Qu’en penses- tu ? Si Ravier était sûr, on le saura prochainement, de rester un an, de pouvoir faire librement les status et par exemple de me remettre à la MEC, peut- être ne faudrait-il pas casser les pieds au visiteur, mais seulement au général pour ne pas laisser couler l’injustice dans l’oubli.
Je me dépêche de t’embrasser avant qu’on ne remplace les verres dépolis par des verres blancs ! Ordre du visiteur, c’est ce que m’a dit Denise [Rendu] en m’embrassant28. Le Royaume de Dieu avance.

  • 29 Lettre du 31 octobre 1957, AFSJ.

26Si les provinciaux français n’ont pas, comme le dit le P. Fraisse, « cherché à avoir la peau » du visiteur, ils ont néanmoins adressé au général, à la fin de la congrégation générale, une longue lettre qui souligne les difficultés créées par les conditions de la visite en France29.

27Tout en reconnaissant « les bienfaits de la visite », ils s’inquiètent qu’elle traîne en longueur : elle dure depuis trois ans et risque de s’étirer encore trois ou quatre ans. Ils notent que « le climat n’est pas excellent », que « le visiteur est devenu un véritable commissaire qui a entre les mains toute la direction de l’assistance ». Ils soulignent les difficultés de son comportement dues à « la fragilité de sa résistance nerveuse », comportement qui fait alterner coups d’autorité et appels à l’aide quand il est déprimé et en quête d’approbation. Ils préconisent qu’on prescrive un terme à la visite, le 1er janvier 1959.

L’action juridique de la fin 1957

28Après la congrégation générale, le soutien au P. Fraisse continue. Il ne se limite pas à l’envoi de lettres de sympathie ou de témoignages sur l’action de leur confrère. Le combat continue en vue d’obtenir l’annulation ou à défaut l’adoucissement de la sanction qui le frappe. Le P. Ganne et le provincial y tiennent les premiers rôles.

Soutien éclairé du P. Ganne

29Le P. Fraisse se reconnaîtra toujours une grande dette envers lui. Il occupe en effet dans la vie de son ami une place tout à fait particulière. De huit ans son aîné, il est le plus proche à la fois par la pensée (leur enseignement a la même inspiration et le P. Fraisse, qui le tient pour son maître, rappellera souvent sa dette envers lui) et les goûts, le même amour de la montagne, le style de vie. Chez l’un comme chez l’autre, aucune onction ecclésiastique.

30Il ne cesse pendant ces années noires de soutenir, de conseiller son ami, de lui fournir des munitions pour sa défense. Par ailleurs, son sens de l’humour décapant apparaît dans les sobriquets dont il affuble le visiteur dans ses lettres.

  • 30 Étienne Fouilloux, « Pierre Ganne et l’affaire de Fourvière », dans Pierre Ganne, la liberté d’un (...)

31Il réside alors à Saint-Hugues-de-Biviers, près de Grenoble, après avoir été écarté de Lyon en 1950 avec ses confrères sanctionnés dans l’affaire de Fourvière. Étienne Fouilloux s’interroge : pourquoi, ayant peu publié et n’ayant pas la notoriété des autres victimes de la purge, a-t-il cependant fait partie de la « charrette » des sanctions de Fourvière30 ?

  • 31 À ce propos, il a écrit le 2 juillet 1950 à son provincial, le P. d’Ancezune : « Ce document est-i (...)

32Il était aux Facultés catholiques de Lyon l’adjoint du P. de Lubac, il le remplaçait souvent dans ses cours (le P. de Lubac, grand blessé de la guerre 14-18, était souvent immobilisé par de violents maux de tête), cela pouvait constituer un premier motif de suspicion. De plus, par ses engagements résistants, son opposition publique aux consignes de l’assistant de France, le P. de Boynes, qui prêchait en 1941 la soumission au gouvernement du maréchal Pétain31, et par la verdeur de ses propos, il pouvait apparaître comme le suspect idéal.

  • 32  Dénonciations de Mgr Ancel (1955) ; du cardinal Gerlier (1956 et 1962) ; de Mgr Fougerat, évêque d (...)
  • 33 Lettres du 16 octobre 1956 (citée plus haut en exemple du courage du P. Ravier dans la défense d’u (...)

33Depuis 1950, l’activité du P. Ganne consiste en retraites et sessions qui connaissent un grand succès, tant auprès de laïcs que des prêtres. Il est un des théologiens et maîtres spirituels capables de parler leur langage aux militants, il se réfère à leur expérience de vie et propose une formulation de la révélation évangélique qui respecte et intègre les valeurs qu’ils découvrent et qu’ils servent. Ses adversaires ne désarment pas et les dénonciations le concernant ont continué après 195032. Mais le soutien ferme des provinciaux successifs, le P. Ravier en 1956 et le P. Arminjon en 195833, parvient à lui épargner un nouvel exil. Le P. Ganne a donc conservé une précieuse liberté de déplacements et de rencontres dans la région.Son expérience lui permet de partager de l’intérieur la souffrance de son ami qui l’informe régulièrement de l’évolution de son affaire. Avec son tempérament tonique, il est un puissant soutien et l’invite parfois à prendre de la distance. Dès l’été 1957, il s’est efforcé d’alerter les supérieurs sur la gravité de la situation de son ami. À la fin de l’année, il rédige à deux reprises de sévères notes critiques contre les accusations et le verdict du visiteur.

Une proposition de recours en annulation

34Le P. Ganne propose aussi, sous forme de lettre manuscrite à son ami, un plan d’action pour obtenir la révision de la sentence. Fraisse a marqué d’un trait au crayon rouge dans la marge la majeure partie du texte, excepté l’introduction et la conclusion :

  • 34 Lettre datée du 19 novembre 1957, DLF. Fraisse est à Alger, auprès du P. Louis Coignet, ami proche (...)

“Je vois”, comme disait un auteur célèbre ! Voici ce que ta lettre me suggère immédiatement. Comme le premier mouvement est le bon, il vaut mieux le noter tout de suite.
Je ne crois pas qu’on puisse bousculer le temps et éviter d’attendre. D’après le principe que “le plus grand philosophe du monde est obligé d’attendre que son sucre soit fondu”. Et là, il s’agit non de sucre, mais d’un “calcul” pernicieux, d’une concrétion d’iniquité dans la vessie ecclésiastique !
Mais on peut et on doit éviter le pourrissement de l’affaire où tend de son propre poids toute “administration” :
1°) Il faut donc tenir éveillés ces Messieurs et, pour ce faire, il faut, me semble-t-il que le provincial et les supérieurs intéressés dans le cas avertissent le P. général et le visiteur qu’une instance juridique est envisagée et sera présentée et que vraisemblablement ce ne sera pas la seule !
2°) La raison à faire valoir est que cette instance est le seul moyen de sauvegarder, à travers le cas particulier, le respect, l’estime et le sens de l’autorité mis à mal par les méthodes arbitraires et imprudentes du visiteur, que l’avenir de la province est fortement intéressé dans cette affaire, que s’abstenir, c’est renforcer le climat de délation déjà intolérable.
3°) A moins que le visiteur se range, pour le passé comme pour l’avenir, aux seules méthodes qui, dans l’Église, sont normales, à savoir, si une visite canonique n’est pas une opération de basse police :
a) Possibilité réellement reconnue à l’inculpé de se défendre, comme le reconnaissent, du moins en droit, tous les tribunaux du monde.
N.B. et préciser si “le compte de conscience” est, oui ou non, la comparution d’un inculpé devant un tribunal qui n’ose pas dire son nom ?, d’un inculpé qui ne sait pas qu’il l’est ?
b) Donc enquêtes objectives et contrôles rigoureux des dénonciations, avec volonté de punir les délateurs s’il y a lieu.
c) Donc ouverture du dossier, afin que les sanctions soient prises d’une manière juste et loyale et n’aboutissent pas à cette hypocrisie : d’être présentées à la fois comme sanction à la victime et comme mesure normale de déplacement au public. Cette duplicité odieuse est le plus sûr moyen de vouer quelqu’un à l’infamie et de le livrer sans défense aux interprétations les plus grossières et les plus perfides.
d) Il s’agirait de savoir si on veut punir des péchés personnels qui ne relèvent pas du droit ou des comportements publics qui en relèvent. Mais alors, que le droit et la morale naturelle soient observés dans le fond et dans la forme. Dans le premier cas, il n’y aurait qu’un abus d’autorité intrinsèquement nul.
e) Nul religieux, digne de ce nom, ne saurait admettre, en ces matières graves, le chantage à “l’esprit filial”, à “l’obéissance” et aux “vertus religieuses”. La dignité morale de l’autorité est la meilleure sauvegarde de l’obéissance et il faut plus de “vertu” pour défendre la justice et la morale naturelle, et par là le bien de tous, que pour sacrifier aux opportunités et aux prudences charnelles et à l’arbitraire, au nom d’une fausse paix.
Si le P. Général et les autres supérieurs sont d’accord là-dessus, ils doivent le dire à qui de droit et signer leur déclaration. Ils doivent dire si, oui ou non, on peut être jugé et condamné contre le droit naturel et écrit. Ils doivent dire nettement s’ils reconnaissent qu’en l’occurrence, il y a violation de la morale et du droit et agir en conséquence, sous peine de complicité.
[Dans une copie manuscrite, l’auteur ajoute ici deux paragraphes mordants :]
Si le P. Ravier et compagnie sont d’accord là-dessus, ils doivent le dire et signer leur déclaration. Ils doivent dire si, oui ou non, ils reconnaissent le droit naturel et écrit. S’ils reconnaissent qu’en l’occurrence, le droit est violé, ils doivent encore le dire.
En ce domaine, on ne peut pas, indéfiniment, naviguer entre le oui et le non, reconnaître le droit en théorie, et le laisser tomber en pratique. Si leur conscience tourne à vide et n’“embraye” pas sur la réalité, qu’ils soient amenés à le reconnaître encore. Bref, ils doivent dire au Général le mal profond que fait ce genre de “visite” dont l’esprit ne relève ni de l’Évangile ni de la simple humanité ! Une “visite canonique” ne doit pas être un “règlement de compte” par la violence. Si on a aboli “la supposition préalable” des Exercices (pour ne parler que d’elle), qu’on le dise ouvertement. Si tu n’y vois pas d’inconvénient, j’enverrai le double de cette lettre au provincial, à Sommet et à Varillon. En tout cas, j’en dirai le contenu en mon nom personnel.
Embrasse bien Coignet34. Et si tu peux ramener un commando de fellaghas décédés, ce sera peut-être le plus efficace. Bonnes bises. P. Ganne

35Le P. Fraisse approuve, en insistant sur la nécessité d’avoir une réponse par oui ou par non.

  • 35 Sobriquet dont le visiteur était affublé en Belgique où il aurait parlé de « faire tomber des tête (...)
  • 36 Lettre du P. Fraisse au P. Ganne, s.d. (fin novembre 1957), DLF.

Tout à fait d’accord pour que tu envoies ton papier à Ravier, Sommet, Varillon. Le mode d’emploi pourra être utile à Sommet qui doit recevoir Robespierre35 en premier.
Il y a une faille dans l’action du supérieur. Cette faille est d’ailleurs le manque d’action. Ex. : Sommet m’a dit qu’il avait parlé au visiteur sur la façon de faire en des cas visant un inférieur, etc. Mais cela est insuffisant, me semble-t-il. Reste à mettre cela noir sur blanc en exigeant réponse par oui et non et après quoi de prendre encore une détermination. Et en refusant des solutions verbales, à l’amiable, consistant à passer l’éponge et à se satisfaire de vagues assurances verbales36.

36Il insiste également auprès du P. Ravier :

  • 37 Lettre du P. Fraisse au P. Ravier, d’Alger, 11 décembre 1957, ibid.

Je m’inquiète […] de ne rien voir venir de Rome. J’espérais une réponse rapide […]. Je compte aller passer quelques jours à Lyon vers la fin de l’année et vous voir à ce moment- là.
Faut-il attendre une réponse du P. Général sans bouger, ou comptez-vous lui en demander une si vous n’avez rien au milieu du mois ?
Le P. visiteur vous a-t-il dit quelque chose à son retour ? Et savez-vous quand il doit venir à Nice ? Car je ne désire nullement le rencontrer, comme je vous l’ai dit37.

  • 38 Lettres du P. Coignet au P. Ravier du 29 octobre, et du P. Ravier au P. Fraisse, 2 novembre 1957, (...)
  • 39 Lettre citée du 11 décembre 1957, ibid.

37Ces inquiétudes et demandes pressantes sont formulées d’Alger, où le P. Fraisse achève alors un mois de réconfort auprès de confrères amis. À l’initiative du P. Coignet, le supérieur de la résidence d’Alger l’a invité à ce séjour, du 8 novembre à la mi-décembre, avec un programme fourni d’interventions auprès de religieuses, de membres de la Mission de France et de groupes de foyers, sans aucun étudiant. Fraisse a un souci très strict de respecter l’interdit du visiteur. Le P. Ravier cependant, informé par le P. Coignet à la demande de Fraisse mais soucieux « de ne donner aucune prise contre nous […] au moment où notre instance auprès du T. R. P. G. a lieu et où la visite va recommencer », a conseillé à l’invité de renoncer à ce « séjour prolongé […] dans une ville universitaire, qui risquait de soulever chez certains une interprétation malveillante ». Si Fraisse n’avait aucun projet qui le retienne, qu’il limite au moins son séjour à deux ou trois semaines, en évitant tout contact universitaire38. En fait, le séjour a duré et le désaccord a été oublié. Fraisse, qui fixe son retour à Nice au 21 décembre, assure l’ancien provincial de sa « respectueuse amitié » en lui confiant sa satisfaction : « Excellent séjour dans une résidence sympathique avec du travail réel à faire auprès de divers groupes39. » Mais Robespierre (devenu Hérode puis Attila) se fait attendre et le P. Ganne surveille ses déplacements perturbés. Il écrit :

  • 40 Lettre du P. Ganne au P. Fraisse, 5 décembre 1957, ibid.

Notre Hérode national fonçait tout droit sur Grenoble quand, ayant appris qu’Haubtmann était absent et que la grippe sévissait à Fourvière où il devait aller ensuite, il s’est arrêté à Marseille. Peut-être, de là, se sera-t-il pointé jusqu’à Nice. C’est vraisemblable, mais je n’en sais rien, pas plus que je ne sais ce qu’il a fait à Marseille. Nous attendons son atterrissage en Dauphiné. “Après Attila, holà !”. Les réflexions que j’avais faites dans ma dernière lettre sont devenues cinq pages. J’attends les réactions, surtout j’aimerais savoir ce que tu as pu recevoir de nouveau depuis ton départ40.

38Or, la décision du visiteur de remplacer Ravier par un provincial plus docile à ses vues impose au P. Fraisse et à ses défenseurs une nouvelle stratégie. D’Alger, le P. Fraisse répond à son ami :

  • 41 Il s’agit du P. Blaise Arminjon (1917-1998), né dans une grande famille de la bourgeoisie conserva (...)
  • 42 La commission Delavignette, nommée par Guy Mollet en mars 1957 pour la sauvegarde des droits et li (...)
  • 43 Lettre du P. Fraisse au P. Ganne, 12 décembre 1957, Ibid.

Le changement de Ravier autant que le nom du successeur41 m’ont consterné. Reprendre les choses. Le nouveau zèbre faisant son enquête et dans quel esprit, ne connaissant rien à rien, etc. Exactement l’histoire des censeurs. Au 123e censeur, on finit bien par trouver l’oiseau rare qui trouve un pou dans la paille.
Je suis las et garde suffisamment de conscience pour ne pas être complice d’une immoralité.
Je verrai d’ici quinze jours le nouveau provincial avec, comme témoin, Varillon et demanderai réponse rapide avec délai ferme. Après… à la douce pitié de Dieu.
Excellent séjour ici, mais consternant. Si la publication de la Commission42 qui ne dit qu’un cinquième de la gravité des choses ne donne rien, la France c’est l’Algérie et l’ulcère d’ici empoisonnera tout. Vive Franco, c’est notre destin.
À toi, un peu douloureux43.

39Le P. Ganne réagit aussitôt et écrit au P. Fraisse :

  • 44 Deux frères Arminjon, Blaise et François, sont religieux dans la Compagnie.
  • 45 Lettre du P. Ganne au P. Fraisse, 13 décembre 1957, ibid.

Ce mot en vitesse. Tu as dû apprendre la fin du règne de Ravier et le commencement du règne d’Arminjon44. Peut-être est-ce un moindre mal dans ce monde sublunaire ! Mon papier est parti à l’adresse de Ravier et je lui ai demandé d’assurer les transitions. Je ne sais si elles seront très faciles. Le système “sérail”, avec ses célèbres “ détours ”, postule de lui-même un gouvernement d’eunuques ! C’est sa logique immanente.
Cependant, il se confirme que le visiteur est un peu calmé. Certaines lettres et interventions semblent avoir porté un fruit encore vert et menacé mais qu’on peut aider à murir.
Le cardinal, dit-on, au repas de Fourvière en décembre, a, paraît-il, récité la fable des “Animaux malades de la peste”, en faisant lui-même l’application implicite !
Dès que tu rentres, fais-moi signe, je te communiquerai tout de suite mon papier45.

40Le rapport du P. Ganne est un des textes majeurs du dossier :

  • 46 Cette note, que le P. Ganne datera ensuite du 18 décembre, a été rédigée au début de ce mois, comm (...)

En toute confiance et loyauté, je vous communique quelques réflexions que j’ai dites au Père F. qui me demandait mon avis sur la situation créée par les décisions du P. Visiteur. C’est bien à contre cœur, sans aucune “inspiration”, que je vous écris, si je me taisais, j’en garderais mauvaise conscience et je ne suis pas le seul à me poser quelques questions d’une certaine gravité.
1 – Une décision est prise qui est présentée simultanément à l’intéressé comme une sanction et au public comme une mesure normale de déplacement. (Je pense à ce que des personnes de Lyon se sont entendu dire à propos du P. Tétu, “qu’on avait besoin de lui à Paray le Monial”, ce qui est manifestement un mensonge).
Cette duplicité inquiétante et choquante est le plus sûr moyen de livrer quelqu’un à la calomnie en autorisant les interprétations les plus diverses et les plus aventurées, étant donné le contexte réel dans lequel nous nous trouvons. C’est ainsi que, si la plupart soupçonnent le religieux déplacé d’“hérésie”, certains insinuent la “pédérastie”. Dans le climat actuel de l’Église (lequel fait partie de ces “circonstances” qui contribuent à qualifier moralement les décisions et les actes) ces interprétations, en l’absence de motifs clairs et loyaux, sont inévitables et non pas, comme cela pourrait être en tout temps, accidentelles. La victime leur est livrée en pâture sans aucune possibilité de défense. Et cependant, il fut un temps où saint Ignace n’hésitait pas à intenter des procès pour sauver l’honneur de ses religieux ! “Que les temps sont changés” !
Mais il y a plus encore. Dans ces conditions, on peut se demander quel usage est fait du compte de conscience et même quelle est sa nature ? On se trouve, en effet, devant un mélange surprenant du for interne et du for externe. Est-on sanctionné pour des péchés privés (voire pour des “tendances”) qui ne relèvent pas du Droit et ne sauraient entraîner, de soi, des mesures d’ordre juridique ? Ou bien est-on sanctionné pour des comportements et des délits publics (à l’occasion du ministère par exemple) qui, eux, ressortissent, de soi, au Droit Canon et aux Constitutions selon lesquels les vœux de religion sont émis ? Dans le premier cas, comment ne pas penser à un abus d’autorité intrinsèquement nul, c’est-à-dire à l’usage abusif d’un secret ? Dans la seconde hypothèse, le droit et la morale naturelle doivent être observés selon l’esprit et selon la procédure en honneur et en vigueur dans l’Église. Il faudrait donc renoncer même aux apparences d’une méthode déloyale qui semble faire du compte de conscience une sorte d’opération de police déguisée, une mesure d’“épuration” qui n’ose pas dire son nom, bref un “règlement de comptes” ! Le Religieux appelé par le P. visiteur est-il un inculpé qui s’ignore comme il ignore et ignorera les bases de ce procès camouflé, fondé sur un dossier fermé, dont le contenu ne peut être que des rapports et des dénonciations, où il est toujours à craindre que ne se mêlent des erreurs, des déformations, des délations ou simplement des interprétations mythiques échafaudées par l’un ou l’autre des nombreux déséquilibrés d’aujourd’hui ? Les “fruits” de la méthode employée justifient ces craintes et ces questions.
C’est pourquoi, si l’on veut sortir de ce contexte ambigu, il faudrait revenir à des méthodes d’un esprit plus normal et plus traditionnel.
A.- Pourquoi ne pas dire nettement au religieux s’il est un inculpé, au moins “virtuel”, […] et si le compte de de conscience est, oui ou non, un interrogatoire judiciaire (voire, vulgairement, un “cuisinage”) ? Pourquoi ne pas lui faire connaître clairement la nature exacte de l’inculpation ? En d’autres termes, pourquoi donner lieu à croire que le compte de conscience est utilisé pour confirmer des accusations tacites, sinon même justifier une condamnation déjà décidée ? Il vaudrait mieux renoncer nettement, en théorie et en pratique, au trop fameux adage Nemo innocens, nisi probetur, surtout s’il n’est même pas possible à l’innocent suspect de faire la preuve de son innocence !
B.- Donc pourquoi ne pas lui laisser la possibilité de se défendre par les moyens normaux et légitimes et de bénéficier ainsi de ce minimum de garantie de justice que tous les tribunaux du monde reconnaissent, au moins théoriquement, à tout accusé ? La charité chrétienne et l’esprit religieux seraient-ils incompatibles avec ce minimum de moralité et d’où pourrait venir la crainte qu’ils puissent en souffrir ?
C.- En conséquence, pourquoi ne pas procéder, sur des points précis, à des enquêtes objectives et au contrôle rigoureux des dénonciations, d’où qu’elles viennent, avec la volonté de punir les délateurs, s’il y a lieu ? Pourquoi ce refus systématique d’enquêtes objectives, en des matières graves où sont en jeu l’honneur d’un homme, l’efficacité de son ministère et, à travers lui, l’honneur même de l’Église et la fidélité à son esprit ? Aurait-on peur de la vérité ?
2.- Si des précisions sur la nature exacte et l’usage du compte de conscience ne sont pas données, si ces précautions élémentaires de prudence et de justice ne sont pas assurées, il faudra bien conclure qu’“il y a quelque chose de pourri au royaume de Danemark !”
A.- Le compte de conscience se présenterait alors, quelles que soient les intentions, qui ne sont pas en cause, comme un abus de confiance et une sorte de violence cauteleuse.
B.- Le résultat le plus certain de ces procédés est d’engendrer le mépris de l’autorité. Si j’en crois les confidences orales ou écrites, reçues ici ou là, (de ces confidences que l’on n’ose plus faire aux supérieurs !) la Visite cause quelques dégâts : découragement, peur, méfiance, parfois un véritable désespoir. Est-ce cela que l’on veut ? Et si on ne le veut pas, pourquoi céder à un esprit et user de moyens qui produisent infailliblement de tels fruits ?
N.B. – Un peu partout en France et jusqu’en Belgique et en Suisse, on prête au P. Visiteur cette parole : “Je fais tomber le couperet” ! Pour quoi on le surnomme “Robespierre” ! On est un peu gêné pour la Compagnie et, si cette parole est authentique, on se demande avec inquiétude ce que peut bien être “l’esprit paternel” !
Dans la mesure où l’autorité néglige la morale naturelle et le droit positif, qui ne sont invoqués qu’à sens unique, c’est-à-dire contre un sujet suspect déjà tenu pour coupable sur la foi d’un dossier que l’on refuse de confronter avec les faits, elle ouvre la voie aux abus des procès de tendances, propices aux équivoques et à tous les excès des “raisons d’Église” dont on sait depuis longtemps le caractère perverti. La clarté courageuse le cède, de part et d’autre, à la ruse brutale. Il ne s’agit plus que de jouer au plus malin. Quel homme, quel religieux consentira, de gaîté de cœur, même pour avoir “la paix”, à entrer dans ce cercle infernal ?
C.- Si c’était là l’esprit de l’Église et, en particulier, l’esprit de la Compagnie, certains, dont je suis, seraient contraints de se demander s’ils ne se sont pas trompés sur le sens de leur vie et de leur vocation religieuses. Après tout, c’est possible. Mais, avant de s’arrêter à cette conclusion, il faut avoir le courage de regarder en face les drames de conscience qui naissent d’une pareille situation et que certains, par peur ou par désespoir, n’osent pas dire, ni même s’avouer clairement à eux-mêmes. J’ai reçu des témoignages navrants à ce sujet. C’est pourquoi, d’un point de vue qui dépasse de toutes parts les cas personnels, j’adresse, une fois de plus, un pressant appel à mes supérieurs, à leur conscience, à leur sens de l’équité, à leur clairvoyance et à leur courage. Je sais tout ce qu’on peut dire et se dire pour se rassurer à bon compte en laissant pourrir les questions. Mais il me semble qu’un religieux digne de ce nom doit parfois se mettre en garde contre une sorte de chantage facile, aussi facile que désastreux, à “l’esprit filial”, à “l’esprit de la Compagnie”, aux “vertus religieuses”, à “l’humilité ” ou à “l’obéissance”. Ce sont bien toutes ces valeurs qui sont en cause, en effet, et qu’il faut sauver. Mais il arrive qu’il soit nécessaire de les sauver aussi bien contre la lâcheté et le mensonge que contre la révolte et l’orgueil. La dignité morale et la loyauté courageuse de l’autorité sont encore une des meilleures sauvegardes de l’obéissance, et il faut sans doute plus de vertu, en certaines conjonctures, pour défendre les valeurs élémentaires de justice et de vérité et, du même coup, le bien de tous jusqu’à l’esprit religieux lui-même, que pour sacrifier aux opportunités, aux solutions négatives ou aux prudences charnelles.
Il est entendu qu’un religieux doit accepter la responsabilité de ses actes et donc des sanctions éventuelles, moralement garanties selon l’esprit et les lois de l’Église. J’estime même qu’il doit être prêt à passer outre à des mesures injustes ou absurdes qui sont des “accidents”, inévitables dans l’ensemble. Mais on ne saurait exiger de lui qu’il accepte des principes et des méthodes dont l’esprit heurte à la fois la dignité, la loi morale, l’esprit chrétien. Il ne pourrait que se désolidariser publiquement d’un tel système. (cf. N. B.).
D.- Aussi bien les répercussions de ces méthodes s’étendent au-delà du cadre de la vie religieuse. Beaucoup de laïcs qui font partie de l’Église et qui attendent d’Elle et de la Compagnie une aide à leur foi et à leur espérance sont scandalisés. Nous ne sommes plus à l’époque où les laïques étaient étrangers et indifférents à la vie de l’Église (confondue avec le Clergé). Ils ont pris au sérieux ce qu’on leur a tant répété, à savoir qu’ils en sont les membres actifs, participant en adultes à l’apostolat hiérarchique, qu’ils se sentent de plus en plus, eux aussi, responsables de son honneur sans prétendre s’immiscer dans son gouvernement. Ils ne se heurtent pas à cette sorte de scandale simple devant les défaillances, les fautes, les injustices des hommes d’Église, (ils ne sont pas si naïfs qu’on le pense communément) mais à ce scandale au second degré et plus profond devant un esprit et des méthodes systématiques qui, infectant déjà largement le monde contemporain, s’infiltrent dans l’esprit de l’Église et qui leur paraissent, à juste titre, la négation de l’esprit chrétien. On ne dira jamais assez le mal que cause l’usage habituel, largement répandu et si étrangement toléré, de la dénonciation, de l’espionnage et de la délation et aussi l’impunité, voire la faveur surprenante dont bénéficient les auteurs de ces actes. Je puis en témoigner pour ma part, non sans un profond dégoût. De nombreux laïcs sont également prêts à donner leur témoignage, et, si l’on cherche vraiment la vérité, pourquoi ne pas les écouter ?
Il est triste d’avoir à poser de pareilles questions. Mais enfin, des hommes, laïques ou religieux, fussent-ils coupables, ont droit, dans l’intérêt de tous, à un minimum de respect et de justice ; autrement, il serait odieux de parler de charité et de fraternité. J’entends bien que le gouvernement de l’Église n’est pas “démocratique”. Personne ne peut penser qu’il soit pour autant “totalitaire”. Sans doute n’est-il pas audacieux de croire qu’il doit être tout simplement “évangélique” ?
Quand des prêtres sont engagés dans un ministère terriblement lourd et difficile et qu’ils sont comme un homme menacé de noyade, est-il surprenant qu’ils attendent du secours de la barque qui approche, plutôt qu’un coup de rame sur la tête ! Et si c’est le coup qu’ils reçoivent, qui serait assez inconscient ou assez cynique pour s’étonner qu’ils crient et désespèrent ?
Il est sans doute permis de penser comme le R. P. Ricci, Général de la Compagnie lors de sa suppression sous Clément XIV. Le père général refusa de croire “que le vicaire du Christ veuille noircir sa conscience d’une si effroyable injustice que la dissolution de la Compagnie de Jésus, […] et cela sans la moindre procédure régulière et sans que soient rendus publics les chefs d’accusation. Certainement, le Pape pense, car il est impossible qu’il en soit autrement, qu’avant qu’un accusé puisse être condamné, il convient de démontrer sa culpabilité et de lui accorder la possibilité de prouver son innocence. Tout cela découle de la justice naturelle, qu’aucun roi ni aucun Pape ne peut violer, et hors du respect de laquelle toute décision judiciaire est entachée de nullité ” (cité par Pastor, t. 38.) Personne ne demande rien de plus, ni rien de moins.
N.B. Pour écarter toute équivoque (par le temps qui court, on ne sait jamais…), je précise qu’il ne s’agit nullement d’amoindrir ou de dégrader les exigences de l’obéissance proprement surnaturelle, qui vont jusqu’à la mort inclusivement. – Je pense simplement que, selon la doctrine surnaturelle de la foi, telle que l’a comprise et proposée la Tradition, celui qui commande et celui qui obéit demeurent tous les deux soumis aux impératifs de la loi naturelle et aux explicitations que lui donne la législation de l’Église. Commander et obéir ne dispensent jamais de la conscience morale, de la raison informée par la foi. (Sinon les règles de l’élection, voire l’ensemble des “Exercices”, entre autres, n’auraient aucun sens) Un acte humain qui se soustrait à la loi morale, aux exigences de la justice, de la vérité, de la droiture, n’est pas, pour autant, “surnaturel” ou “religieux” ; il est simplement vicié en lui-même. La charité véritable n’a jamais fait fi de la justice, comme la prière authentique n’a jamais répudié le courage.
En vérité, on rencontre aujourd’hui très fréquemment des conceptions fidéistes de l’autorité et de l’obéissance selon lesquelles la foi est surnaturelle, parce qu’elle se substitue à la droite raison, l’autorité est surnaturelle parce qu’elle survole les exigences de la loi morale, l’obéissance est surnaturelle parce qu’elle supprime les démarches de la conscience. On est ainsi conduit à des confusions mortelles, où les tendances totalitaires, qui pullulent autour de nous, cherchent et trouvent des justifications spécieuses, où l’arbitraire le dispute à la servilité. Supprimer la conscience et la raison, ce n’est pas faire place à Dieu et à l’esprit de foi, c’est ouvrir la porte à un véritable illuminisme qui frappe au cœur à la fois l’autorité et l’obéissance et favorise des facilités de mauvais aloi qui ne sont rien moins que “surnaturelles”. Il en résulte, entre autres, un énorme gaspillage de vies et d’énergies humaines qui, de soi, loin d’être “édifiant”, constitue la matière de fautes graves. Il est à craindre aujourd’hui que la peur et l’affolement ne conduisent à oublier quelque peu la doctrine et la pratique traditionnelles de l’Église et ne contribuent ainsi à créer ce climat corrompu où nous vivons et qui est une véritable démoralisation46.

41Les premiers destinataires de cette note ont donné leur approbation, ainsi le P. Varillon :

  • 47 Lettre du 10 décembre 1957, ibid.

Certes votre topo est excellent ; mais c’est le P. visiteur qui devrait l’avoir sous les yeux et le méditer tel qu’il est. Le P. Sommet a dit au Père Général des choses analogues que celui-ci a approuvées. Pour le moment, le P. Sommet est au fond de son lit à la clinique […]. Quant au P. Provincial, il faut souhaiter qu’il ait le courage de communiquer au P. Visiteur ce que pensent certains pères de la province. En tout cas, n’hésitez pas à envoyer ce topo47.

42Le P. Ravier exprime une réaction de prudence :

  • 48 Lettre du P. Ravier au P. Ganne du 16 décembre 1957, ibid.

Votre confiance m’a beaucoup touché, et je vous remercie d’avoir été avec moi de cette franchise. Permettez à mon amitié de ne pas transmettre votre lettre au nouveau P. provincial ; je vous la renvoie donc, vous laissant le soin de réfléchir et de décider si vous voulez la lui envoyer ou non. J’ai reçu hier matin une lettre du père F. ‒ J’ai fait pour lui tout ce que ma conscience me demandait de faire : il le sait48.

43Quelques jours plus tard, le P. Ganne fait le point :

  • 49 Rien dans le DLF n’indique que ce texte ait été diffusé dans la Compagnie au-delà des proches du P (...)
  • 50 Lettre du P. Ganne au P. Fraisse, 18 décembre 1957, ibid.

Ci-joint le topo, lu et approuvé par Haubtmann, Varillon et Sommet. Ravier49, à qui j’avais demandé d’assurer la transition et de transmettre au nouveau provincial, m’a renvoyé mon papier, disant qu’il avait fait tout ce qu’il pouvait en conscience et jugeant qu’il fallait préparer le terrain…
Sommet, très mal en point (à l’hôpital Saint-Luc) m’assure que, sur les représentations vigoureuses faites à Rome, le Visiteur a changé de méthode. Mais je doute qu’il ait changé lui-même ! – D’ailleurs, je te passerai les lettres du trio Ravier, Varillon, Sommet. – Il apparaît clairement que, depuis longtemps, nous sommes emberlificotés dans une sentimentalité religieuse, qui est le bouillon de culture d’un paternalisme lui-même propice à tous les escamotages. Les exigences de respect, de justice et de vérité (et de quelques autres broutilles de ce genre) jouant à sens unique, de bas en haut, mais sans réciproque ! – De ce fait est impliquée une question de principe, de doctrine, d’esprit. Pour le voir, il suffit de prendre du champ, du recul, de connaître le contexte. Peu semblent le pouvoir ou le vouloir.
Je serai à Saint-Hugues du 27 déc. au 2 janv. […] – Si tu pouvais passer, ce serait bien. – Courage. Il y a “les sorties du matin”, comme dit le psaume. Je t’embrasse de tout cœur50.

La fin du mandat du P. Ravier : un constat d’échec

  • 51 Lettre du P. Fraisse au P. Ravier, 11 décembre 1957, ibid.

44Quittant sa charge le 15 décembre, le provincial reste très soucieux de la situation du P. Fraisse, y compris de la conservation en lieu sûr des pièces de son dossier. Fraisse lui a rappelé, d’Alger, le caractère pénible de l’attente qui dure depuis des mois : « Je m’inquiète de ne rien voir venir de Rome. Comme c’est facile de démolir et de laisser après pourrir le scandale. J’espérais une réponse rapide nous permettant de voir quoi faire51. »

45Le P. Ravier répond aussitôt :

  • 52 Lettre du P. Ravier au P. Fraisse, 13 décembre 1957, ibid.

Lorsque j’ai su la date exacte de mon changement, j’ai aussitôt écrit à Rome au T. R. P. Général. Je lui disais en substance ceci : “Je pense qu’il ne faut plus espérer quelque changement que ce soit dans les mesures qui ont été prises au sujet du P. Fraisse. Voulez-vous me renvoyer les documents du dossier.” Or, ce matin même, j’ai reçu un courrier du T. R. P. Général où je lis le passage suivant : “J’espère vous renvoyer sous peu les documents au sujet du père Fraisse ; je liquide pour le moment les centaines d’affaires que la congrégation générale a mises en retard ; parmi elles, l’affaire Fraisse.” Ainsi donc, il semble bien que nous aurons sous peu la décision du T. R. P. Général ; je vous tiendrai au courant52.

46Peu après, une nouvelle lettre transmet à Fraisse la réponse du Général :

J’ai examiné à la lumière des documents que vous m’avez communiqués l’affaire du P. Fraisse. En conclusion, je crois sincèrement que la décision du P. visiteur est sage et qu’il faut la maintenir ; dans quelques temps, nous pourrons voir s’il y a lieu de la mitiger.
Merci de votre charitable intervention. Je sais que le P. Fraisse porte courageusement cette épreuve. La Providence a ses voies ; quand elle contrarie nos desseins, c’est en vue de quelque chose de meilleur.

  • 53 Le P. Ravier informera et rassurera le P. Fraisse : il remettra au P. Varillon les documents le co (...)

47Le P. Ravier ajoute : « Voulez-vous que nous gardions tous deux le secret de cette réponse, afin de ne pas gâter l’imperceptible espérance qu’elle contient tout de même53. » Par ailleurs, le Général écrit au P. Varillon :

  • 54 Lettre du général au P. Varillon, 19 décembre 1957, AFCJ.

Il ne m’a pas été possible, au milieu des travaux de la congrégation générale, de répondre à votre lettre du 6 septembre concernant la situation du P. Lucien Fraisse, mais j’ai reçu d’un ensemble de personnes un ensemble d’informations qui m’ont permis d’examiner son cas. Tout bien pesé, je dois donner raison au R. P. visiteur.
Que les supérieurs du P. Fraisse aient eu recours à moi dans leur difficulté, c’est normal ; mais devant les externes, il eût fallu prendre une attitude plus conforme à l’esprit de foi de l’obéissance traditionnelle. L’appel fait à l’opinion, à l’intérieur et à l’extérieur de la Compagnie, est une erreur très regrettable. Je veux croire que personne n’a mesuré les conséquences et que la grâce de Dieu aidera les hommes de bonne volonté à obéir dans la paix54.

48Le ton de cette lettre, qui ne figure pas dans le dossier, mais aux Archives de la Compagnie, est plus sévère que celui de la précédente. Le Général est manifestement très irrité par la publicité qu’a eue l’affaire et par l’émotion qui s’est manifestée au sein de la Compagnie et en dehors. Il est vrai que, devant ce qu’ils considéraient être une grave injustice, certains des confrères du P. Fraisse (le P. Ravier lui-même) ont souhaité le témoignage de laïcs sur son action.

  • 55 Ibid.

49Par ailleurs, le visiteur avait demandé au P. Fraisse de taire les raisons de son départ, à savoir de le présenter comme une simple mutation, ce qui le mettait dans une situation très difficile quand il avait à interrompre l’activité de ses groupes ou lorsqu’il était sollicité pour un nouveau ministère. Les bruits les plus déshonorants circulaient. Le provincial consulté l’avait autorisé à dire la vérité. C’est seulement en janvier 1958 que le général, dans une lettre au P. Ravier, autorisera le P. Fraisse à donner les raisons de son éviction55. Réflexion du P. Ravier : « Nouveau ! »

50Au moment de quitter sa charge, le provincial écrit au P. Fraisse.

  • 56 Lettre du P. Ravier au P. Fraisse, 30 décembre 1957, ibid.

Vous me demandez de “faire le point de la situation” au moment où je quitte la charge de provincial, c'est-à-dire au moment où je n’ai plus autorité pour traiter l’affaire qui vous concerne. Je le fais bien volontiers.
1° Le R. P. visiteur m’a fait part, le 7 juillet, à Paray-le-Monial, de sa décision de modifier votre status et de vous envoyer dans une nouvelle résidence. Auparavant, je n’avais pas été consulté sur votre cas ; je ne l’étais pas non plus ce jour- là. Je déclarai cependant au R. P. visiteur que ce changement me paraissait délicat et qu’il ne devait être entaché d’aucune “irrégularité canonique”. Ce jugement de plus m’étonnait : car je n’avais jamais eu de reproches graves à vous adresser au cours de mes six ans de provincialat et j’avais entendu très souvent l’éloge de la qualité “spirituelle” de votre apostolat. Si j’avais reçu parfois (rarement d’ailleurs) quelques plaintes sur vos “options libres”, j’avais vite fait de faire remarquer aux plaignants que vous demeuriez à l’intérieur des limites posées ou permises par l’Église : pour parler en clair, je n’ai pas entendu dire que vos positions politiques vous aient porté au-delà des positions, par exemple de Témoignage chrétien, que conseillent deux de nos pères, ou de L’Express où écrit le P. Daniélou ! Je le dis d’autant plus volontiers que mes opinions personnelles (dans la mesure où j’ai des opinions politiques) ne me portent pas spontanément de ce côté : mon avis est donc parfaitement “libre” !!!
2° Je puis affirmer que, en toute cette affaire, vous avez supporté le choc, non sans émotion certes, mais en exécutant pacifiquement ce qui vous était demandé.
3° Dans la mesure où j’ai pu interroger les membres de vos groupes spirituels, je n’ai obtenu d’eux que des rapports favorables ; plusieurs reconnaissent même qu’ils vous doivent leur fidélité ou leur ferveur. Ces documents, je les ai désirés et demandés personnellement afin d’éclairer mon jugement de supérieur responsable ; vous ne les avez en aucune façon sollicités de vous-même.
4° Lorsque vous avez dû annuler ou refuser de nouveaux ministères, soit dans la région lyonnaise, soit (lorsqu’il s’agissait d’étudiants) dans d’autres régions, vous avez été embarrassé pour expliquer votre geste. Vous m’avez soumis votre embarras. Je vous ai conseillé de “dire la vérité”, c'est-à-dire que vous agissiez ainsi sur l’ordre de vos supérieurs, par obéissance : aujourd’hui encore, je ne vois pas comment vous auriez pu expliquer votre brusque changement d’attitude, sinon en vous référant à un ordre de vos supérieurs ; toute autre explication eût été vite “dévoilée” par vos amis et connaissances lyonnaises.
5° J’ai remis au T. R. P. général, à Rome, un dossier vous concernant ; ce dossier comprenait une lettre de moi, votre rapport, trois lettres reçues (ce n’était pas les seules) de personnes ou de groupes vous connaissant. J’ai fait cette démarche, je vous l’ai dit, parce qu’il me semblait que la “sanction” dont vous étiez l’objet aurait dû être précédée de conversations entre le R. P. visiteur et vous, conversations où vous auriez eu loisir de vous disculper des accusations portées contre vous ; parce qu’il me semblait aussi que les deux clauses ajoutées à la “sanction” étaient infamantes, sinon de droit, du moins de fait. J’avais auparavant consulté sur votre “cas” un doyen de faculté canonique qui avait approuvé ma position et encouragé ma démarche.
À ma lettre, le T. R. P. général a répondu le 17 décembre. Sa Paternité repousse mon intervention et considère que la décision du R. P. visiteur était “sage”.
Je vous dis cela parce que vous-même avez le droit de le savoir. Je vous demande, par contre, de ne faire usage de ces confidences que dans la mesure où ce sera nécessaire pour éclairer ceux qui ont à connaître de votre cas.
Croyez, cher Révérend Père, à mes fidèles sentiments et à mes prières56.

  • 57 Supérieur immédiat du P. Fraisse en tant que supérieur de la résidence jésuite de Lyon, le P. Vari (...)

51Et au P. Varillon, le P. Ravier écrit57 :

  • 58 Lettre du 30 décembre 1957, AFSJ.

Je viens vous préciser par écrit le contenu de notre conversation de ce soir : je vous écris cela devant Dieu, par seul souci d’apporter ma contribution d’ancien provincial à l’étude canonique d’un “cas” qui m’a été particulièrement douloureux. Je le fais, est-il besoin de le dire, avec tout le respect que je dois au T. R. P. supérieur, au R. P. visiteur, mais aussi au R. P. Fraisse qui était, à l’époque du status, un de mes religieux.
Je dois dire d’abord que, pendant mes six ans de provincialat, le P. Fraisse a été un de mes ouvriers les plus spirituels, les plus apostoliques de la province. Mon avis est d’autant plus valable que je ne partageais pas toujours personnellement les “tendances” du père et que nous divergions sur plusieurs options libres ; mon estime pour lui était donc “objective” et s’appuyait sur des faits patents, clairs qui s’imposaient à moi. J’ajoute que je n’ai jamais eu à adresser au père des reproches personnels, même si, en luttant contre tel ou tel défaut de la province, mes remarques tombaient sur lui : je pense ici à mon effort pour obtenir de tous (aussi bien à droite qu’à gauche) qu’ils dépassent leurs options politiques dans leurs activités apostoliques ; j’ai suffisamment dit mon désaccord avec certains articles de Témoignage chrétien ou de La Pensée catholique pour que vous perceviez ce que j’esquisse ici.
C’est le 7 juillet à Paray-le-Monial que le R. P. visiteur m’a fait part de sa décision de changer le P. Fraisse au status du 31. Je n’ai pas été consulté ; j’ai été tenu au secret strict jusqu’à l’exécution de l’ordre ; je n’ai donc eu ni le pouvoir ni le droit d’intervenir. Je me rappelle seulement avoir exposé la gravité de la décision et suggéré combien il fallait prendre garde en un changement aussi délicat qu’il ne puisse être affecté d’aucune “irrégularité canonique”.
Je fus donc très surpris de recevoir fin juillet une lettre du R. P. visiteur (datée du 30) ; elle contenait deux clauses qui me parurent tout de suite très graves : l’interdiction au P. Fraisse de faire aucun ministère dans le monde étudiant et dans la région lyonnaise. Ces deux clauses étaient aggravées d’une troisième interdisant au provincial de Lyon de modifier (et cela sans limite de temps) quoi que ce soit dans ce status, sans en obtenir d’abord l’autorisation du R. P. visiteur “ou, à son défaut, du T. R. P. général”.
Je ne fus donc pas surpris lorsqu’à Rome, j’appris par le rapport du P. Fraisse que son status lui avait été présenté par le R. P. visiteur comme une “sanction”. Ce qui m’étonna beaucoup au contraire, ce fut d’apprendre qu’il n’avait pas été donné au P. Fraisse loisir de se défendre avant cette sanction sur les fautes qui lui avaient été reprochées.
Je soumis le “cas” à Rome à un doyen de faculté de droit canonique qui fut très net :
1° Une sanction, dit-il, ne peut être portée, selon le droit, qu’après que l’intéressé ait pu se défendre.
2° Les deux clauses de la lettre du 30 juillet concernant le ministère du P. Fraisse sont infamantes sinon de droit, du moins de fait : elles le deviennent en effet, puisque le père doit annuler tous ses ministères engagés dans la région lyonnaise, notamment ceux auprès des étudiants, et qu’il doit refuser à l’avenir tout ministère de ce genre où qu’il soit.
Pouvait-on éviter cette “infamie” de fait ? Non, car le père était spécialisé depuis dix ans dans cet apostolat auprès des étudiants. Lui-même était très embarrassé pour répondre à quiconque lui demandait les raisons de ces dédites ou de ces refus. Il me consulta loyalement : “Que dois-je répondre” ? Je lui dis “La vérité”. Il n’y avait, me semble-t-il encore aujourd’hui, d’autre directive à lui donner : l’obéissance seule pouvait justifier ses démarches.
Je vous confie qu’à Rome, pendant la congrégation générale, j’ai soumis le “cas” au T. R. P. général, avec un dossier qui comprenait : 1° une lettre de moi, 2° un rapport du P. Fraisse, 3° trois lettres choisies dans l’abondant courrier qui me parvint au mois d’août, courrier qui attestait de la valeur spirituelle de l’apostolat du P. Fraisse et que le père n’avait sollicité personnellement d’aucune façon. La réponse du T. R. P. général (17 déc.) fut négative : elle entérine la décision du R. P. visiteur.
Vous m’avez demandé si le “cas”, à mon avis, relevait d’une consultation canonique. Je vous ai répondu affirmativement ; un supérieur a toujours le droit de soumettre un cas à des canonistes ; il n’y a rien en cela qui aille, salvo meliore judicio contre le vœu d’obéissance. C’est dans cet esprit que je fais avec vous cette mise au point de la situation.
Je vous redis en terminant que je ne fais cette mise au point que dans un esprit de vérité et dans un respect total des personnes. Je vous demande donc que nul, hormis le T. R. P. général, le R. P. visiteur, le P. Fraisse, le ou les canonistes que vous consulterez, ne reçoive communication de ce document : je compte sur le secret58.

  • 59 Lettres du 19 et 30 novembre et du 2 décembre 1957, ibid.
  • 60 Lettre du 2 décembre 1957 ; le document conservé aux archives est le brouillon d’une lettre qui n’ (...)

52Le P. Ravier avait manifesté auprès du général sa déception de n’avoir pas été entendu et les conséquences qu’il en tire. Il a osé, « pour des raisons très graves de conscience, demander à Sa Paternité de ne plus avoir à participer, après mon provincialat, à quelque degré que ce soit (fût-ce aux échelons de ministre ou de préfet), au gouvernement de la Compagnie59 », en ajoutant : « Je me trouve aux prises avec des circonstances plus difficiles qui mettent en jeu les plus profondes options d’un religieux de la Compagnie […]. Je regrette que Votre Paternité ne m’ait pas accordé plus nettement spirituelles sa confiance et son appui dans ces difficultés60. »

53La réponse du général a été placide et évasive :

  • 61 Lettre du 10 décembre 1957, ibid.

Prenez garde toutefois, cher père, de ne pas vous laisser impressionner trop fortement par les difficultés du moment. Elles sont réelles, mais elles s’atténueront. Laissons le temps – la douce main de la Divine Providence – faire lui aussi son œuvre61.

54Cette affaire et d’autres concernant l’action du visiteur ont gravement affecté la conscience du provincial ; quand il disait considérer le P. Fraisse comme « son fils », ce n’était pas un vain mot. La correspondance citée montre comment les conséquences de l’affaire ont largement dépassé la seule personne du P. Fraisse.

Deux mentors et défenseurs

55En ce second semestre 1957, où le P. Fraisse manifeste ouvertement douleur et humiliation devant « l’infamie » et l’incertitude sur son avenir, il a trouvé, outre l’assistance de plusieurs confrères, le soutien chaleureux, raisonné et entreprenant de deux défenseurs ‒ chacun agissant à sa manière ‒, le provincial Ravier, qui le connaît d’un peu loin, et le P. Ganne, maître et ami intime depuis longtemps.

  • 62 Voir son article de 1949 cité supra.

56Le P. Ganne a été témoin non seulement de la souffrance de son ami frappé et humilié, mais de la question de conscience qui le tourmente dans l’été : soumission à une sanction injuste et infamante ou sortie d’un institut religieux dont le climat est empoisonné. Son ami Ganne est à ses côtés, à l’écoute, plein de santé, encourageant et préconisant le combat. Il réagit en philosophe et théologien attentif aux décisions de l’autorité religieuse et au respect du droit et de la justice dus à toute personne. Le rapport qu’il distribue dans la province est un modèle de réflexion sur les relations humaines dans la vie religieuse, dont les règles intègrent nécessairement celles de toute vie sociale : on retrouve là son attachement au principe des « valeurs communes » aux chrétiens et aux non-croyants62, application de son idée maîtresse de l’unité entre affaires humaines et foi chrétienne. Ces affirmations entraînent une condamnation sévère de règles prétendument « surnaturelles » de l’autorité et de l’obéissance qui négligent la justice, la conscience morale des personnes et la raison ; il pose là les conditions d’une santé morale excluant la sentimentalité et le paternalisme qui asphyxient la vie spirituelle. Avec son sens combatif de l’action efficace et des rapports de force, il propose à ses amis de poser la question, surtout aux supérieurs et responsables de la compagnie : approuvent-ils une sanction sans procès équitable, des interdictions arbitraires et infamantes ?

  • 63 Lettres du 2 décembre 1957 au général et du 30 décembre 1957 au P. Varillon.

57Bien différent, le P. Ravier, d’abord philosophe et éducateur, est devenu responsable des activités, arbitre et conseiller de nombreux pères, qu’il traite comme « ses fils ». Premier à connaître la sanction imposée au P. Fraisse, puis les interdits que le visiteur y a ajoutés, il lui a manifesté sa surprise d’une
décision prise sans information sérieuse et signifiée sans préalable, en la commentant : il estimait « délicat » ce changement soudain de status qui pouvait être suspecté d’« irrégularité canonique ». Jugeant ensuite « infamants » les deux interdits, il a été sensible en ami à la douleur du père et s’est tenu à son côté. Fort des protestations reçues des ouailles et des amis de la victime, il est intervenu en vain auprès du général qui a déclaré « sage » la décision du visiteur sans tenir compte des arguments documentés du provincial. Celui-ci n’a pas trouvé la confiance et l’appui qu’il attendait et s’en est plaint respectueusement, allant jusqu’à demander au supérieur de le dispenser à l’avenir de participer, à quelque degré que ce soit, au gouvernement de la Compagnie. C’est au prix d’une angoissante crise de conscience qu’il a tenu sa place d’intermédiaire aux prises avec une contradiction insurmontable qu’il voyait mettre en jeu « les plus profondes options spirituelles d’un religieux ». Il a satisfait le devoir de veiller à l’application de décrets édictés pour le bien de la Compagnie et de la religion en France au nom du général, alors qu’il les estimait déplacés et injustes envers un « fils » dont il appréciait le travail et partageait la souffrance. Sa recherche d’une issue « en esprit de vérité et dans un total respect des personnes » a été vaine, son successeur n’est pas homme à la poursuivre63. Il termine son provincialat sur un constat d’échec, avec la seule satisfaction d’être rentré en possession de l’ensemble des documents communiqués au général et de pouvoir remettre loyalement au P. Fraisse l’ensemble du dossier qu’il a constitué.

Consultation canonique et recours

58Le P. Ravier, devant l’échec des diverses initiatives de défense du P. Fraisse, s’est prononcé en faveur d’une démarche canonique.

59De son côté, le P. Ganne, en réponse à une lettre du P. Fraisse (absente du dossier) qui concernait les démarches juridiques à entreprendre, l’encourage à continuer à se battre sur le plan plus général du respect du droit et de la justice. Les lignes de sa lettre sont entièrement soulignées en rouge par le destinataire, signe de son importance à ses yeux.

En bref, je crois, en effet, qu’il faut épuiser toutes les possibilités. Il n’y a rien que de normal et de sain à poser des questions juridiques. Il n’est pas nécessaire d’être “chicaneur et procédurier”, car ce sont des questions simples. Et de les poser sur un plan de morale et de droit leur enlève ce caractère “personnel” qui pourrait, de fait, effaroucher la prudence d’un homme normal. Mais, sous ce jour, ce n’est pas ton “personnage” que tu défends, mais tout le monde. Ce qui serait inquiétant, ce serait le refus de se placer sur ce plan de l’objectivité, du droit, de la morale. Ce sont cependant toutes ces valeurs qui sont menacées par toutes les hypocrisies soi-disant “surnaturelles”, lesquelles engendrent un système de mensonge.
Je pense aussi que ce que tu demandes à Ravier est en effet le minimum. Il m’a renvoyé mon topo, en refusant de “l’introduire” auprès du nouveau provincial, “par amitié” dit-il. Si je comprends bien, il le juge trop fort pour un sujet non préparé. Je crois que, psychologiquement, il a raison et il faut prévoir des transitions. Sommet m’a écrit, il va mieux. Comme il a approuvé le topo, il serait le plus capable de le présenter avec le maximum de chances.
Dans ma pensée, il était destiné au provincial. Le changement du dit ne modifie pas sa destination, mais modifie sans doute la manière de le présenter. Il me paraît peu souhaitable de jeter ce pavé à la tête d’Arminjon, si on a le moindre souci d’efficacité.
J’ai relancé aussi Varillon. Par ailleurs, Sommet m’assure que Ravier et lui sont “brûlés” auprès du général ! Il me tarde de savoir ce que tu as pu faire sur place. Je suis malheureusement retenu à Saint-Hugues […]. Ce n’est peut-être pas indispensable, mais j’aimerais tout de même mieux te voir.

  • 64 Lettre du 28 décembre 1957, DLF.
  • 65 Information communiquée par le P. Vallin (29 février 2012).
  • 66 Note manuscrite du 2 janvier 1958, ibid.

De tout cœur64
Décision est donc prise d’entamer un combat juridique en faisant appel à un canoniste. Avant que le dossier de recours soit constitué, une réponse canonique a déjà été donnée le 2 janvier, dont le dossier ne dit pas l’histoire. Elle est signée du P. Galtier, que le P. Fraisse aurait consulté à titre personnel. Il s’agit vraisemblablement du P. Francisque Galtier, qui a été professeur de théologie morale et de droit canon à Fourvière jusqu’en 1941, puis à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth65. Le P. Fraisse aurait eu recours à cet ancien professeur qu’il a pu rencontrer à Fourvière en 1940-1941. Voici cette note :
Le canon 345 sur la visite canonique par l’évêque porte : “Le visiteur doit, pour les points qui portent sur l’objet de sa visite, procéder sous forme paternelle et contre ses préceptes et décrets, il n’y a recours qu’avec effet dévolutif ; dans les autres causes, même au cours de la visite, l’évêque est tenu de procéder selon les règles du droit.”
Agir au for paternel suppose que l’on prend les mesures qui répondent avant tout au bien du clerc qui est en cause. Le supérieur peut imposer des préceptes, prendre des décrets, déplacer même, mais pour le bien du sujet, non comme sanction.
Si au cours de la visite, un problème se pose, à la suite de l’enquête du supérieur ou des déclarations du clerc, c’est au for paternel que la question doit se régler, le supérieur doit aussi faire accepter ses décisions comme mesures paternelles. Ce n’est que si ces mesures lui semblent s’imposer et qu’elles se heurtent à un refus qu’il doit les imposer contre la volonté de l’intéressé.
Le problème peut être posé différemment. Des plaintes ont été formulées, et la visite doit en apprécier le bien-fondé : dans ce cas, le rôle du visiteur est différent, il faut enquête selon le droit : et donc bien marquer ce point de vue. Si des abus sont à réformer, des dangers à prévenir, il prend des décrets et impose des préceptes. Mais si ces mesures reviennent à des sanctions ou menaces de sanction, comme on est sur le plan canonique, les sanctions comme telles supposent une monition, et ce n’est que devant l’inutilité de la monition que la sanction peut être prise.
Quand il s’agit de déplacement, le cas du religieux est spécial : même s’il a une fonction dans le diocèse, il peut être déplacé ad nutum, donc sans procédure ni formalités et sans qu’il y ait à indiquer à d’autres (supérieur ou évêque) le motif de la révocation.
Aussi, dans le cas du P. F., le Visiteur peut le déplacer sans formalité et sans réclamation possible. Mais autre chose est le déplacement ou la révocation, autre chose l’interdit de s’occuper d’une œuvre ou de mettre les pieds dans telle région.
La première mesure peut être une gêne pour les clercs, la seconde est indiquée par le droit c. 2298 : prohibitio commorandi in certo loco vel territorio.
C’est même une peine vindicative ! Elle suppose la réparation d’un scandale.
Enlever un religieux à un ministère, le lui interdire pourrait être légitime si le supérieur estime que celui-ci est incapable de s’en acquitter dignement : mais interdire le séjour dans la région où il exerçait ce ministère suppose que l’on estime ce religieux incapable d’obéir ! Sinon nous avons la sanction prévue par le droit.
Il est dès lors difficile de considérer la double mesure prise autrement que comme une peine – et peine vindicative, supposant manque de confiance dans l’obéissance du religieux et ce caractère vindicatif – réparation du scandale ‒ suppose que la mesure sera connue et que le motif en sera indiqué. Sinon, on ouvre la voie à toutes les suppositions et l’on crée le scandale.
Le visiteur semble avoir confondu tous les plans :
‒ Voulant rester sur le plan paternel : il devait expliquer et justifier ses mesures par le bien du père.
‒ Passait-il sur le plan canonique ? Il devait le marquer et indiquer que, saisi de plaintes, il faisait enquête et prendrait les mesures exigées par le bien commun. Canoniquement, il n’est pas tenu à suivre une procédure pour enlever la charge. Mais autre chose est prendre une sanction.
‒ L’interdit de séjour a caractère pénal : et fait prendre ce même caractère à l’interdit de s’occuper de jeunes tant que cette mesure n’est pas démontrée justifiée par le bien commun ou du religieux.
‒ À défaut de cette justification, la mesure risque de créer le scandale en laissant supposer toutes sortes de délits de la part du religieux. Si l’autorité n’a pas publié sa mesure : elle n’a pas moins pris une mesure qui d’après le droit a caractère de peine vindicative et qui force le sujet à la publier. Et c’est là l’origine d’un scandale et d’infamie. L’autorité peut dire que ce n’est pas elle qui a publié et donc diffamé. Juridiquement, peut-être : mais humainement, on aura de la peine à admettre cette justification, puisque le sujet doit ou rapporter l’interdit sans plus ; toute supposition est alors possible – ou indiquer des motifs qu’on ne lui a pas fournis et que ses auditeurs ne sont pas forcés d’admettre.[…]
Je dirais, en résumé, qu’il aurait été bon de s’en tenir aux règles du droit et de la morale : de rester sur le plan paternel ; la confusion des divers fors permet de se réfugier derrière les principes, sans pourtant que l’on puisse approuver les procédés employés ; alors que la fidélité aux règles aurait, je crois évité tout malentendu : Il s’agit de mesure
ou exigée par le bien du sujet
ou demandée par le bien commun
ou en vue à prévenir un danger imminent
ou enfin de sanction : mais laquelle ? Et les conditions ont-elles été observées66 ?

60Le dossier de recours est adressé le 5 janvier 1958 par le P. Varillon, supérieur du P. Fraisse, au P. Huizing, canoniste à la Grégorienne. Il comprend une partie du rapport du P. Ravier au P. Varillon du 30 décembre et une partie de celui du P. Fraisse du 27 octobre au provincial et conclut en posant au canoniste une série de questions :

Une “sanction” peut-elle, selon le Droit, être portée sans que l’intéressé puisse se défendre ?
D’autre part, les deux clauses de la lettre du R. P. Visiteur du 30 juillet (à savoir l’interdiction formelle d’exercer quelque ministère que ce soit dans la région lyonnaise, et l’interdiction formelle d’avoir des contacts apostoliques avec des étudiants en quelque lieu que ce soit) sont-elles “infamantes” ? Si oui, le sont-elles de droit ou de fait ex circumstantiis ?
Le P. Fraisse a dû, en effet, annuler de nombreux ministères engagés dans la région lyonnaise, notamment auprès des étudiants et des professeurs de l’Université, et refuser tout ministère de ce genre, où que ce soit. Or, le P. Fraisse était spécialisé depuis huit ans dans cet apostolat auprès du monde intellectuel. Très embarrassé pour répondre à quiconque lui demandait raison de ces dédites et de ces refus, il consulta loyalement le R. P. provincial. Celui-ci lui répondit : “Dites la vérité.” En effet, seule l’obéissance pouvait justifier ces démarches.
Au P. Varillon, supérieur du P. Fraisse, Son Éminence le cardinal Gerlier, archevêque de Lyon, écrivait en date du 28 juillet : “Sans doute savez-vous à l’heure actuelle que la décision du R. P. Plaquet n’a pas été celle que nous désirions. J’avais insisté pourtant sur les inconvénients que je redoutais de son départ.” Il a fallu moins d’un mois pour que ces “inconvénients” apparaissent : comment, en effet, justifier aux yeux de l’opinion, une sanction dont les motifs ne sont pas donnés ? Très vite, nous avons entendu dire à Lyon que les supérieurs de la Compagnie tenaient secrets les motifs de la “sanction”, parce qu’ils étaient graves : hérésie théologique ou dépravation des mœurs, et que le scandale devait être étouffé. Je note que la notoriété du P. Fraisse est très grande dans les milieux ecclésiastiques, universitaires, industriels, juridiques et journalistiques de la ville de Lyon.
Sans doute est-il normal que le R. P. Visiteur ait tenu secret le dossier des plaintes à lui adressées. Mais l’enquête du R. P. Visiteur est-elle objective ? Et n’est-ce pas avec raison que le P. Fraisse écrit dans son rapport : “Sur quelles données, sur quels renseignements se base le R. P. Visiteur ?”

61Le texte reprend ensuite les arguments du P. Fraisse dans son rapport du 19 octobre en faisant allusion à tous ceux que l’on peut interroger pour faire une enquête sérieuse.

  • 67 Lettre du 5 janvier 1958, ibid.

J’ajoute que le P. Fraisse, écrivant toutes ses instructions et conférences, il est tout disposé à les communiquer au R. P. Visiteur.
Une troisième question se pose au cas où le P. Fraisse tiendrait à engager un procès canonique devant les juridictions compétentes, ce procès porterait-il sur les seuls textes écrits émanant du R. P. Visiteur (cf. la lettre ci-jointe au R. P. Provincial du 30 juillet), ou aussi sur les conversations, commentaires, démarches du R. P. Visiteur qu’une enquête objective révélerait ?
Quatrième et dernière question : ce procès doit-il être conseillé ou déconseillé à l’intéressé, du point de vue canonique ?
Résumé des questions posées :
Dans le contexte ci-dessus exposé
1°/ Une décision, présentée comme normale à l’opinion, mais comme sanction à l’intéressé, sans que celui-ci ait pu se défendre, est-elle correcte du point de vue du droit ?
2°/ Les deux clauses jointes à la décision sont-elles “infamantes” ? De droit ? De fait ?
Question subsidiaire : le nom du consulteur canonique doit-il demeurer secret ? Si oui, la consultation a-t-elle valeur auprès des Supérieurs67 ?

62Le P. Huizing répond en ces termes :

  • 68 Le P. Huizing, hollandais, rédige difficilement un texte en français.

Je me rappelle bien que le R. P. Ravier m’a parlé du cas pénible du R. P. Fraisse. Il me semble que le R. P. Visiteur aurait pu procéder comme il l’a fait s’il était absolument sûr de la vérité des accusations et de la culpabilité du Père, et s’il était également sûr qu’il n’y avait pas d’autres moyens moins “infamants” de le faire corriger et de faire cesser son influence dissolvante du sens de l’autorité. Dans ses démarches, il n’est pas tenu d’observer les règles d’un procès canonique.
Si les accusations du R. P. Visiteur ne seraient pas fondées68 et ses décisions prises sans informations suffisantes, il est évident, non seulement qu’il a manqué gravement de prudence, se basant sur des données unilatérales – il est d’ailleurs toujours nécessaire d’entendre les deux parties –, mais aussi qu’il aurait commis une grave injustice envers le R. P. Fraisse, parce qu’il n’a pas le droit d’appliquer des “sanctions” assez graves à quelqu’un qui n’a pas commis de fautes également graves, et encore moins de compromettre le bon nom d’un sujet innocent ; même si celui-ci serait coupable, les Supérieurs sont obligés de sauver, autant que possible, le bon nom du sujet.

63Le P. Galtier était plus précis et nettement plus sévère dans son analyse des méthodes employées par le visiteur. Le P. Varillon transmet la réponse au P. Fraisse :

  • 69 Lettre du 27 janvier 1958, ibid.

La réponse du P. Huizing, comme il fallait s’y attendre, est décevante. Ci-joint le double de cette réponse, à titre absolument confidentiel, puisqu’il est entendu que la démarche faite, pour la suite, doit rester entre nous.
Ce qui bloque tout, c’est la phrase : “La seule procédure canonique est le recours au R. P. Général qui, dans ce cas, est le seul compétent”. Que faire maintenant à votre avis ? Le P. Provincial semble bien disposé à vous enlever à Nice, mais pas à vous faire revenir à Lyon. Quant au P. général, nous avons ses réponses !69

64Le P. Fraisse, craignant, avant même la réponse du canoniste, l’échec de ce nouveau recours, prévoit, avec une lucidité amère, l’absence de réhabilitation publique dont il souffrira jusqu’à la fin :

  • 70 Note sans date, ibid.

Le nouveau Prov. Le voir. Qu’il se fasse une opinion. Qu’il fasse une enquête, etc…[…]
Et il y aura toujours un moment où l’on trouve qq’un pour trouver qq poux dans la paille qui permettra de dire : “Le pou justifie l’éléphant.” Comme dans les cas de révision des livres. Au 15e censeur, on finit par trouver une réserve pour légitimer la non-publication.
Et à la longue ‒ si je suis bien sage ‒, quand le scandale d’une injustice grave sera bien enfoui, quand les mensonges et calomnies auront proliféré autour comme ces orties qui finissent par cacher une maison (ce que m’a dit le P. D. au collège N.-D. d’Afr. où l’on raconte que “j’ai fait intervenir des gens de l’extérieur contre un status que je n’aimais pas” !!) de bonnes âmes parleront pour moi. Tel aménagement, changement de status me sera proposé sans que jamais il y ait vraie réparation ou reconnaissance de l’injustice.
Et si j’atteins 90 ans – on dira de bon conseil, donne des avis judicieux aux rombières et pour mon cinquantenaire, j’aurai une lettre omnibus de remerciements du P. G. du temps.
Peut-on manger de ce pain70 ?

Notes

1 Les étudiants en philosophie des Facultés pontificales de philosophie (de l’Institut catholique de Lyon et du scolasticat de Fourvière) ne sont pas admis aux examens et diplômes de la Faculté des lettres de l’Université de Lyon ; ils s’inscrivent donc à l’Université de Grenoble, où le philosophe Jacques Chevalier peut diriger leurs travaux et les sanctionner.

2 L’éducation de l’homme nouveau. Essai historique et critique sur le livre de l’Émile, 2 vol., Issoudun, Spes, 1941.

3 Le P. de Lubac a publié un habile article, censé critiquer l’ouvrage, ce qu’il a mené « le plus bénignement possible », en s’arrangeant « à critiquer plus fort les doctrines des dénonciateurs » (les milieux d’Action française). La stratégie a été efficace, montrant que Ravier, dans son examen objectif de la pensée de Rousseau, exprimait et défendait mieux la foi catholique que les polémistes de l’AF qui détournent cette foi en l’utilisant pour leur cause sous prétexte de combattre le Rousseau non chrétien (H. de Lubac, « La malfaisance de Rousseau », Cité nouvelle, juin 1944, p. 638-645 ; Mémoire sur l’occasion de mes écrits, op. cit., p. 41).

4 Compagnie, décembre 1999.

5 Lettre du 20 juillet 1957, DLF.

6 Lettre du 16 octobre 1956, Archives diocésaines de Lyon.

7 Tué récemment dans un accident d’auto.

8 Lettre du 24 juillet 1957, DLF.

9 Il s’agit de la lettre du 30 juillet citée précédemment.

10 Lettre du 5 août 1957, DLF.

11 Lettre au P. Fraisse, 28 août 1957, ibid.

12 Fiches périodiques rassemblées ensuite dans Éléments de doctrine chrétienne, Paris, Éditions de l’Épi, 1960.

13 Étienne Fouilloux, François Varillon, op. cit., p. 154-162.

14 Il y a bien eu, on l’a vu, des réticences de sa part dans sa lettre au visiteur.

15 Lettre du 19 juillet 1957, DLF.

16 Lettre du 23 août 1957 (Papiers Ganne, communiquée par Anne Boudon et Ingmar Granstedt).

17 Lettre du 2 octobre 1957, DLF.

18 Le P. Albert Valensin (1873-1944) a été, comme son frère Auguste, philosophe formé par Blondel, professeur aux Facultés catholiques de Lyon et cofondateur de la Société lyonnaise de philosophie ; conférencier habituel des Semaines sociales, il a contribué à faire accepter par leurs dirigeants les principes et la pratique de la démocratie.

19 Papiers Ganne.

20 Lettre du 17 octobre 1957, DLF.

21 Lettre du 19 octobre 1957, ibid.

22 Ce rapport figure en annexe.

23 Lettre du 26 octobre 1957, ibid.

24 Lettre du 29 octobre 1957, ibid.

25 Lettre du 30 octobre 1957, ibid.

26 Lettre écrite de l’hôpital Saint-Luc, 13 décembre 1957, ibid.

27 Lettre non datée, sûrement après le 11 novembre, ibid. Le P. Fraisse critique la stratégie de défense du provincial et s’adapte à la situation en formulant ses exigences prioritaires.

28 Consigne du visiteur pour les parloirs de la résidence de Lyon : y replacer dans le corridor d’entrée des vitres transparentes qui empêcheront tout embrassement ou geste déplacé (AFSJ, F/57/123). Denise Jouve, fiancée à Gilbert Dru en 1943-1944, mariée ensuite à Christian Rendu, est une brillante professeure de lettres et auteure d’études sur Bernanos, engagée politiquement et fidèle, avec une santé fragile, à l’esprit de la résistance spirituelle, ce qui la lie intimement aux PP. Fraisse et Chambre.

29 Lettre du 31 octobre 1957, AFSJ.

30 Étienne Fouilloux, « Pierre Ganne et l’affaire de Fourvière », dans Pierre Ganne, la liberté d’un prophète, Cahiers de Meylan, 2005-1, p. 29-55.

31 À ce propos, il a écrit le 2 juillet 1950 à son provincial, le P. d’Ancezune : « Ce document est-il toujours en vigueur et touche-t-il à des points essentiels du dogme ? » (AFSJ, M Ly, 144/2).

32  Dénonciations de Mgr Ancel (1955) ; du cardinal Gerlier (1956 et 1962) ; de Mgr Fougerat, évêque de Grenoble (1958), d’un prêtre anonyme (1961), ADL, Archives Gerlier, « Jésuites », 11.ii.216, lettres.

33 Lettres du 16 octobre 1956 (citée plus haut en exemple du courage du P. Ravier dans la défense d’un de ses « fils ») et du 18 août 1958.

34 Lettre datée du 19 novembre 1957, DLF. Fraisse est à Alger, auprès du P. Louis Coignet, ami proche depuis le scolasticat où tous deux partageaient avec Ganne une complicité de tenants de la Résistance dissimulant des relations et activités clandestines. Aumônier d’étudiants à Alger, où il est lié au secrétariat social, il juge l’indépendance du pays inéluctable, position à l’opposé de celle de la plupart de ses ouailles « pieds noirs ».

35 Sobriquet dont le visiteur était affublé en Belgique où il aurait parlé de « faire tomber des têtes ».

36 Lettre du P. Fraisse au P. Ganne, s.d. (fin novembre 1957), DLF.

37 Lettre du P. Fraisse au P. Ravier, d’Alger, 11 décembre 1957, ibid.

38 Lettres du P. Coignet au P. Ravier du 29 octobre, et du P. Ravier au P. Fraisse, 2 novembre 1957, Ibid.

39 Lettre citée du 11 décembre 1957, ibid.

40 Lettre du P. Ganne au P. Fraisse, 5 décembre 1957, ibid.

41 Il s’agit du P. Blaise Arminjon (1917-1998), né dans une grande famille de la bourgeoisie conservatrice chambérienne dont cinq fils sont prêtres. Professeur de philosophie au collège Saint-Michel de Saint-Étienne, il a été apprécié comme éducateur et bibliste. Ancien condisciple de Paul Touvier et hostile à la Résistance, il est convaincu de l’innocence de cet « homme de devoir » et le soutient depuis 1945. En froid avec Fraisse, il est bien vu du visiteur.

42 La commission Delavignette, nommée par Guy Mollet en mars 1957 pour la sauvegarde des droits et libertés individuelles en Algérie.

43 Lettre du P. Fraisse au P. Ganne, 12 décembre 1957, Ibid.

44 Deux frères Arminjon, Blaise et François, sont religieux dans la Compagnie.

45 Lettre du P. Ganne au P. Fraisse, 13 décembre 1957, ibid.

46 Cette note, que le P. Ganne datera ensuite du 18 décembre, a été rédigée au début de ce mois, comme le montrent les lettres des PP. Varillon et Ravier, ibid.

47 Lettre du 10 décembre 1957, ibid.

48 Lettre du P. Ravier au P. Ganne du 16 décembre 1957, ibid.

49 Rien dans le DLF n’indique que ce texte ait été diffusé dans la Compagnie au-delà des proches du P. Fraisse.

50 Lettre du P. Ganne au P. Fraisse, 18 décembre 1957, ibid.

51 Lettre du P. Fraisse au P. Ravier, 11 décembre 1957, ibid.

52 Lettre du P. Ravier au P. Fraisse, 13 décembre 1957, ibid.

53 Le P. Ravier informera et rassurera le P. Fraisse : il remettra au P. Varillon les documents le concernant renvoyés par le général ; il a demandé à son successeur de considérer ce dossier, si par hasard il lui était adressé, « comme secret personnel » et de le lui rendre pour qu’il le joigne au dossier confié au P. Varillon, lettre du 17 décembre 1957, ibid.

54 Lettre du général au P. Varillon, 19 décembre 1957, AFCJ.

55 Ibid.

56 Lettre du P. Ravier au P. Fraisse, 30 décembre 1957, ibid.

57 Supérieur immédiat du P. Fraisse en tant que supérieur de la résidence jésuite de Lyon, le P. Varillon est pour le P. Ravier un des responsables sur lesquels il s’appuie en confiance pour l’issue de l’affaire.

58 Lettre du 30 décembre 1957, AFSJ.

59 Lettres du 19 et 30 novembre et du 2 décembre 1957, ibid.

60 Lettre du 2 décembre 1957 ; le document conservé aux archives est le brouillon d’une lettre qui n’a peut-être pas été envoyée, mais elle témoigne des sentiments du provincial (Ibid.).

61 Lettre du 10 décembre 1957, ibid.

62 Voir son article de 1949 cité supra.

63 Lettres du 2 décembre 1957 au général et du 30 décembre 1957 au P. Varillon.

64 Lettre du 28 décembre 1957, DLF.

65 Information communiquée par le P. Vallin (29 février 2012).

66 Note manuscrite du 2 janvier 1958, ibid.

67 Lettre du 5 janvier 1958, ibid.

68 Le P. Huizing, hollandais, rédige difficilement un texte en français.

69 Lettre du 27 janvier 1958, ibid.

70 Note sans date, ibid.

© LARHRA, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search