Version classiqueVersion mobile

Le père Fraisse (1912-2001)Les combats d’un jésuite foudroyé

 | 
Bernard Comte
, 
Madeleine Comte

II La sanction (juillet 1957) et les réactions

Texte intégral

1Le visiteur a annoncé verbalement le 8 juillet au P. Fraisse la sanction qu’il décidait à son égard et l’a confirmée par une lettre au provincial du 30 juillet : il doit quitter Lyon pour Nice et il lui est interdit de s’occuper d’étudiants et d’exercer un ministère à Lyon. S’ajoute l’interdiction au provincial de modifier ce status, seuls le général et le visiteur le pouvant.

Un verdict brutal

2Le 5 août, le provincial Ravier joint à la lettre qu’il adresse au P. Fraisse le texte de la communication que lui a envoyée le visiteur :

  • 1 DLF et AFSJ, L/57/123, lettre du 30 juillet 1957.

J’ai conscience des qualités spirituelles que comporte le zèle qui anime le P. Fraisse ainsi que les résultats qu’il obtient. Je note en particulier son rayonnement auprès d’hommes enclins au progressisme et qu’il a pu préserver d’erreur trop graves.
Mon regret est d’autant plus vif de constater que, trop souvent, par ses propos et son influence, le père a exercé une action dissolvante du sens de l’autorité et, à la limite, antihiérarchique.
C’est la raison qui m’a dicté ma décision. Le sens spirituel ne peut être authentique et sûr et éviter l’orgueil de l’esprit que s’il conduit à l’humble respect de l’autorité de l’Église et de la Compagnie.
Le changement de charge et de milieu aidera le père à effectuer le redressement souhaité. Dans son nouveau poste, il gardera présentes les directives données dans le Mémorial de la résidence. Parmi celles-ci : dans l’éducation spirituelle, initier avant tout à la rencontre personnelle avec Dieu, éviter l’obsession du politique et garder une grande réserve à l’égard des options en ce domaine.
Actuellement, le père s’abstiendra d’apostolat auprès des jeunes et des étudiants.
Le bien de sa famille demande qu’il puisse revenir de temps en temps auprès des siens. Toutefois, je demande qu’il s’abstienne pour le moment de ministère dans le diocèse de Lyon.
Que ces décisions ne soient pas modifiées sans l’accord du père visiteur et, à son défaut, du T. R. P. Général.
J’offre la Sainte Messe aux intentions du père et demande au Seigneur de le guider et soutenir.
Je me recommande à vos Saints Sacrifices.
Votre serviteur en Notre Seigneur.
Cl. Plaquet sj1

  • 2 Rapport reproduit en annexe ; voir plus haut le bilan des ministères remplis en 1949-1957.
  • 3 Les sous-titres sont ajoutés au texte du mémoire adressé au général en août 1958, qui n’en comport (...)

3Le P. Fraisse relatera brièvement en octobre 1957 ses relations avec le visiteur, assorties de réflexions personnelles, pour son provincial qui lui a demandé un rapport2. Il donnera en mai 1958, dans un mémoire destiné au Général, une version plus développée de ses trois rencontres avec le visiteur3 :

  • 4 « Précisions » énumérées plus haut à la fin du chapitre 1.
  • 5 La référence aux supérieurs successifs du père et la question du « dossier » accusateur sont abord (...)

[Mes entretiens avec le P. visiteur et sa décision]
Le R. P. visiteur a fait la visite de la résidence de Lyon après Pâques 1957. Au cours de cette visite je l’ai vu trois fois.
Au cours du premier entretien, je lui ai exposé avec une totale franchise les besoins de l’Église et de la Compagnie tels que je les voyais après dix ans de ministère, les appels des âmes tels que je les comprenais. Entretien de deux heures environ. Le P.V. m’a écouté avec attention et m’a demandé de revenir. Ce deuxième entretien a porté plus directement sur mon ministère. Je n’ai parlé qu’avec répugnance, n’aimant pas parler de moi et de ce que je fais et éprouvant la difficulté de me faire comprendre de quelqu’un qui, malgré peut-être toute sa bonne volonté, n’est pas sur place, ne connaît pas concrètement la situation. Ce qui m’était confirmé par les questions du P.V., ainsi comme je lui disais que je faisais mon possible et que je réussissais parfois à ce que des non-pratiquants ou des non-croyants assistent aux catéchismes et aux lectures d’Écriture sainte, il en fut surpris et me demanda : “ Ont-ils la connaturalité nécessaire pour en profiter ?”
J’ai manifesté clairement cette répugnance à parler, voyant la difficulté de me faire comprendre. Le P.V. s’en est parfaitement rendu compte, ainsi que de la franchise de mon langage.
Je mentionnerai ici que, lorsque je ne me sens pas en confiance auprès des supérieurs, mon ton est agressif. Ce qui tient à la fois à mon tempérament et à mon éducation. Et plus le supérieur est haut placé, plus mes propos sont libres. De plus, c’est là une réaction qui vient du fait que j’ai subi à plusieurs reprises un traitement dur de la part de quelques supérieurs, que je sens une prévention à mon égard. Ce qui fait que je n’ai pas eu et n’aurai sans doute jamais la confiance, l’aisance et par suite la mesure naturelle à ceux qui ont la confiance.
Je devais voir le P.V. une troisième fois à Lyon, mais cette fois sur sa convocation expresse.
C’était pour me demander aussitôt : “Quelle est votre attitude ? Quelles sont vos opinions politiques ?”.
J’ai répondu aussi nettement que possible à cette question, montrant comment des positions d’ordre éthique et religieux avaient inévitablement des répercussions “politiques”, quelles que soient les précautions que l’on puisse prendre. J’en donnai comme exemple la question des tortures en Algérie. Le P.V. m’a exprimé son approbation clairement.
J’ai, à l’occasion de cette question, dit au P.V. que c’était là un point qui m’avait été [reproché] et continuait à l’être de la part de certains qui n’étaient d’ailleurs pas mes supérieurs.
Je lui ai dit qu’il devait savoir d’ailleurs que c’était la raison de mon retard aux derniers vœux, le P. d’Ancezune étant provincial. J’ai dit au P.V. ce que j’avais cru [devoir] dire à ce moment-là au R. P. provincial, à savoir que sur ce point je ne me reconnaissais aucunement coupable du reproche [sic] de faire passer le “politique” avant le “spirituel’ et, qui plus est, que je retournais le reproche à l’égard de ceux qui me le faisaient. Et j’avais adjuré le R. P. provincial de me dire s’il faisait sien ce reproche qu’il me transmettait (il avait été en effet mon co-novice) sans pouvoir obtenir de réponse de sa part.
Le R. P. V. devait déclarer un mois après (à un de mes supérieurs) qu’il avait trouvé ce propos de moi au P. d’Ancezune “inadmissible”. Et, je le tiens de la même source, le P.V. en avait conclu que je tenais habituellement ce langage. Sur la protestation du père déclarant que c’était la première fois qu’il en entendait parler, le P.V. a été très gêné et lui a demandé d’oublier ce qu’il venait de dire.
Si j’ai tenu à signaler cette réflexion, entre bien d’autres, c’est parce qu’elle illustre l’usage fait du compte de conscience et la manière dont se forme un jugement.
Quoi qu’il en soit, et ce point, je pense, a une certaine importance, au cours de ces trois entretiens, à aucun moment, le P.V. ne m’a fait le moindre reproche, la moindre remarque, soit directe de sa part soit dont il se serait fait l’écho, ne m’a donné aucun conseil de prudence ou autre. Et rien dans tout ce qu’il m’a dit ne pouvait être interprété comme tel.
Aussi bien, cette question du “politique” qui avait motivé ma convocation à ce troisième entretien ne devait être retenue en aucune façon à titre de grief à mon égard. Au moins explicitement. Je demeure persuadé que là est le procès de tendance central. J’en ai eu d’ailleurs confirmation à la première entrevue que j’ai eue avec le nouveau P. provincial, c’est le reproche central sur lequel il s’est attardé longuement avec une franchise brutale dont il s’est excusé à la fin, mais dont je lui sais gré, car elle a eu le mérite de mettre les choses dans leur vraie lumière.
Le lundi 8 juillet 1957, le P.V. m’a convoqué à Paray-le-Monial. L’entretien a duré une courte demi-heure.
Il m’a déclaré qu’il devait m’enlever de la MEC, que j’exerçais une influence néfaste qui portait plus tard ses mauvais fruits, en particulier par une influence dissolvante du sens de l’autorité et surtout de l’autorité épiscopale.
Je ne puis affirmer si le P.V. a employé le terme de “sanction”. Je le crois. Mais peu importe que le mot ait été employé ou non. J’ai entendu une condamnation globale de mon ministère apostolique. Toutes ses paroles le montraient clairement comme devaient le confirmer les entretiens que le P.V. eut ensuite avec mes trois supérieurs et enfin le Mémoire me concernant (en annexe à ces pages). Il faut que ceci soit clair pour que l’on ne parle pas ‒ ensuite – comme on l’a fait, d’un changement de status tout à fait ordinaire !
Lorsque le P.V. eut terminé l’exposé des motifs de la mesure qu’il prenait, je lui demandai s’il m’autorisait à parler. Sur sa réponse affirmative, je me suis borné à rappeler les deux ministères que j’avais faits depuis ma sortie de théologie : à savoir deux ans professeur de philosophie au Collège de Dôle et, après mon troisième an, huit ans à la MEC (1949-1957), en énumérant les noms de mes supérieurs durant ces années.
Le sens de cette énumération était évident. Aucun de mes supérieurs immédiats ou majeurs ne m’avait fait sur mon activité au cours de ces dix années aucune remarque ni aucun reproche. Ils avaient même daigné me remercier de mon travail et donné des preuves de confiance.
Le P.V. a parfaitement compris et m’a répondu brutalement : “Les supérieurs n’ont pas fait leur devoir”.
J’ai pris une dernière fois la parole pour lui indiquer le dernier ministère que je venais de faire peu de jours avant auprès des dirigeants de la JEC démissionnaires. Leur aumônier national, le P. d’Oncieu, m’avait demandé de leur parler pendant deux jours “pour les maintenir et les confirmer dans leur foi et leur fidélité à l’Église après une année difficile due à la crise de l’Action catholique”. Les PP. d’Oncieu et Roche assistaient à ces journées.
Le P.V. s’est alors recueilli quelques instants et a dit alors : “Il faut, il faut, je ne suis pas infaillible, mais je prends mes responsabilités.”
Je le quittai sur ces paroles après lui avoir demandé sa bénédiction.
Le “couperet” était tombé. Je n’ai plus revu le P.V. Jamais, ni à ce moment-là ni plus tard, on ne m’a offert la possibilité de me défendre des accusations portées contre moi.
Au 31 juillet, j’apprenais mon nouveau status et deux ou trois jours après, le P. provincial me communiquait la note additive du P.V.
Ces faits permettraient à eux seuls de juger. Je voudrais cependant apporter des précisions.
Le P.V. a donc pris ‒ seul – la décision de m’infliger une sanction grave motivée par une condamnation globale de mon ministère, si grave et si impérieuse qu’elle était encore renforcée par deux mesures :
‒ interdiction de m’occuper des jeunes (dont je m’occupais depuis dix ans !).
‒ interdiction d’exercer un ministère dans le diocèse de Lyon (où je venais de travailler depuis huit ans).
Je dois donc préciser quelles étaient mes activités auprès des jeunes et des adultes […]4.
Tout cela concerne l’énumération brute, matérielle, de mon travail.
Si j’ai dû, à regret, procéder à cette énumération, c’est pour la raison suivante :
L’âge des étudiants s’échelonne de 18 à 26 ou 27 ans. Ce qui les met à même, dans une certaine mesure, de juger de la formation et en particulier de la formation religieuse qui leur est donnée. Beaucoup d’entre eux sont maintenant mariés et exercent des responsabilités. Certains sont séminaristes, religieux ou religieuses. Leur nombre est suffisamment important. Ils constituent donc une base sérieuse de témoignages et d’enquête.
À condition toutefois ‒ on a honte d’avoir à le dire ‒ de ne pas juger de l’action exercée sur des centaines d’étudiants par les réflexions d’un ou de deux ou trois d’entre eux/ Comme l’a fait le nouveau P. Provincial.
De plus, ces étudiants et étudiantes ont des parents dont bon nombre sont à même de juger de l’influence exercée sur leurs enfants. Parmi eux se trouvent quelques dizaines de catholiques notoires, bien connus, non seulement dans la région lyonnaise, mais en France et hors de France.
Ces hommes constituent une deuxième base d’enquête et de témoignage.
Les divers groupes d’adultes en constituent une troisième.
Il en est une autre, la plus importante.
Par suite des circonstances, il se trouve que des pères de notre Compagnie connaissent et très souvent connaissent très bien à peu près tous les étudiants que j’ai eus dans les divers groupes. En ce qui concerne les adultes, ils sont tous connus par un ou plusieurs Pères.
Tout d’abord les supérieurs de la MEC de ces huit dernières années, les PP. Coron (deux ans), d’Oncieu (quatre ans), Lhaumet (deux ans). Ensuite, les autres pères de la MEC.
Le P. Varillon et le P. Ravier se trouvent connaître personnellement un grand nombre de ces hommes.
Le témoignage de ces pères, ainsi que celui de mes supérieurs précédents, les PP. Nicolet et Vilbert, forme, je pense une autre base d’enquête et de jugement5.

Un religieux atterré et meurtri

  • 6 Cahier 5, 29 juillet 1957. Fraisse a ouvert dans ce cahier le 6 juillet, jour où il apprend la con (...)

4Bien que le père ait été très discret sur le sujet, une petite note « Ma décision n’est pas prise6 » témoigne de la gravité du cas de conscience auquel il est affronté au cours de l’été. Il obéit et, avec l’accord de son provincial, il partira à Nice le 22 octobre.

5Il obéit mais, quand il évoque sa situation, revient sans cesse le mot « infamie » ; il figure dans le dossier à de nombreuses reprises, y compris après son retour à Lyon à la fin 1960. Il faut entendre ce mot en son sens premier du dictionnaire : « Flétrissure sociale ou légale faite à la réputation de quelqu’un. » Il exprime le constat que son honneur de prêtre a été bafoué et qu’il est victime d’une grave injustice : il n’a pas eu connaissance du dossier le concernant et n’a pas pu se défendre face aux graves accusations formulées contre lui ; aucune enquête sérieuse n’a été faite soit auprès de ses supérieurs, soit auprès des membres de ses groupes sur ce qui lui était reproché. La situation est encore aggravée par l’interdiction qui lui a été faite de parler de sanction, de dire le motif de son départ, présenté officiellement comme un simple déplacement. Ce silence est propre évidemment à susciter des interrogations, voire des soupçons déshonorants.

6Il essaie de connaître l’origine des dénonciations qui ont nourri le dossier d’accusation contre lui. En témoigne une page elliptique de ses notes, non datée, qui relate ses recherches au cours de l’été 1957 avant son départ à Nice :

  • 7 Mgr Dupuy, ancien aumônier diocésain des étudiants, évêque auxiliaire de Lyon depuis 1955. Deux mo (...)
  • 8 Chanoine Michel Vial, alors à la Direction des œuvres, futur évêque de Nevers puis de Nantes.
  • 9 Évêque auxiliaire de Lyon, supérieur du Prado, promoteur d’une expérience pastorale dans le monde (...)
  • 10 Aumônier des normaliens de la rue d’Ulm. Sa profonde spiritualité liée à sa culture, nourrie de la (...)
  • 11 Un entretien avec le supérieur de Nice, manifestement bien informé sur son dossier, le confirmera (...)

Mardi : Rencontre de Dupuy. “Ce n’est pas la MEC. C’est le P.F. qui favorise […] l’esprit de […] en khâgne7. Le chanoine Vial vous expliquera.”
Mercredi : Visite à Vial8. Il ignore tout, n’a rien dit.
Vendredi : revisite à Dupuy. Bafouille Noms […] ; rien. La sœur d’un khâgneux aurait dit au chanoine Vial qu’il préférerait que le groupe soit constitué en équipes ou quelque chose d’approchant avec révision de vie.
J’aurais parlé à la rue d’Ulm et retourné des étudiants à la suite du topo de Mgr Ancel9, [invité] sans doute par l’abbé Brien10 que j’avais vu dès le lendemain pour lui dire ce que j’avais dit aux garçons11.
Et c’est tout.
Sans doute au sujet de la MEC une lettre du Dr Liogier de “Paternité ‒Maternité”.
Samedi : Visite au cardinal. Le sable. Rien. “J’ai dit qu’on m’avait dit” ! Je m’étonne. Téléphone tout de même au provincial pour dire qu’il n’y a rien.
Lundi : Visite du cardinal à la MEC. Je lui dis quelques mots ‒ durement.
La suite à plus tard…

  • 12 Entretiens relatés dans le Cahier 5, rencontres des 16 et 18 mars 1957.

7Le contenu du dossier constitué par le visiteur ne sera jamais rendu public ni communiqué à l’intéressé. D’après l’avis du père, les dénonciations ont pu avoir des origines diverses : responsables ecclésiastiques en désaccord avec lui et fâchés de son rayonnement (il n’excluait pas certains confrères), parents d’étudiants, en médecine notamment, appartenant à des milieux d’extrême-droite, voire le commandant de la place de Lyon, le général Descour, avec qui il avait eu en mars 1957 des entretiens orageux au sujet de l’Algérie12.

Des laïcs peinés et scandalisés

Des membres de ses groupes s’adressent au provincial

  • 13 Le P. Fraisse appréciera la délicatesse du P. Ravier qui lui a remis loyalement ces lettres réconf (...)

8Le dossier contient quelques lettres, adressées pour la plupart au provincial13, dans lesquelles on retrouve les mêmes thèmes : l’étonnement, la souffrance, le sentiment d’abandon de se voir enlever, sans que le motif en soit donné, un guide incomparable par son enseignement et son accompagnement des personnes. En voici quelques extraits.

  • 14 Lettre de M.-C. G., 28 août 1957, DLF.
  • 15 Lettre de N. C., 12 août 1957, ibid.
  • 16 Lettre du docteur R. F., 2 août 1957, ibid.
  • 17 Lettre du docteur Jean-Paul Garin, ami et fils spirituel de Fraisse depuis sa classe de philosophi (...)

[Des étudiantes]
[Une khâgneuse avoue :]
Je suis surtout très étonnée que l’on puisse soupçonner l’enseignement qu’il nous donnait en Khâgne à Lyon de n’être pas conforme à l’esprit de l’Église. J’ai vu beaucoup de camarades inquiétées, par les questions que soulevait le Père, dans leur christianisme routinier, mais je n’en ai vu aucune qui ait été scandalisée dans sa foi.
Le père Fraisse nous faisait prendre conscience que le Christ nous avait vraiment libérées de l’esclavage du péché, que nous avions à assumer personnellement cette liberté pour le suivre, et que cette libération à laquelle nous voulions participer passerait nécessairement par la Croix.
Plusieurs incroyantes suivaient le cours du père Fraisse et le père, même après la Khâgne, est souvent le seul contact qu’elles ont avec l’Église visible […]
Pour ma part, je crois que, sans le père, j’aurais quitté l’Église14.
[Une étudiante en pharmacie confie ce qui l’a marquée :]
Portée à un repli subjectif, ce fut avec le père Fraisse la découverte de la réalité centrale du Christ et l’appel à une libération de soi, la découverte progressive que rien dans notre vie humaine ne peut trouver son authenticité et son sens en dehors de la mort et de la résurrection du Christ.
C’est aussi, au milieu d’études et de mentalités mettant l’accent sur le geste extérieur et les apparences, l’appel à une purification de tout ce qui entre dans l’action et le travail humain.
À un moment où les critiques sur l’Église se font exigeantes, où elles deviennent vite virulentes et amères, le père m’apprit à parler de l’Église toujours de l’intérieur, à voir peu à peu notre responsabilité personnelle et à reconnaître en Elle Celui qui donne la vie.
Ce qu’il me fit découvrir c’est également à la fois un effort de lucidité sur toutes les formes de péché et d’hypocrisie et le respect attentif des autres, le souci de ne pas s’approprier Dieu, permettant d’entrevoir les exigences d’une pauvreté authentique15.
[Des adultes engagés dans la vie professionnelle]
[Des médecins (plusieurs seront responsables d’importants services dans des hôpitaux lyonnais) :]
Sans cesse, il a cherché à nous montrer à travers les textes bibliques le double devoir d’obéissance à l’Église et de recherche de Dieu que nous devions avoir dans l’action temporelle16.
[Il] nous faisait toucher du doigt quel devait être le rôle du chrétien, non seulement à l’intérieur de l’Église, mais aussi dans le monde actuel. Toutes les soi-disant valeurs acquises et communément admises, devaient à nouveau être passées au crible de la charité chrétienne et des notions de justice et de service.
Sa maturité, son don pour susciter la réflexion par des raccourcis, son mode d’exposé par interrogations successives, nous obligeait à analyser et préciser nos plus intimes convictions. Ainsi grâce à lui, dès la classe de philosophie [c’est un ancien de la Conférence Ampère qui écrit], il nous aidait à forger, cet instrument précieux, qu’est le raisonnement et le jugement. Il nous obligeait aussi à juger les événements de la vie politique et à prendre parti en chrétien […].
L’ouverture de son cœur lui permet de comprendre tous nos pauvres problèmes humains de célibataire, puis d’homme marié, de père de famille. […] Mais il était exigeant spirituellement et intellectuellement. […] Il ne nous traitait plus en adolescent à former, mais en adultes qui devions prendre nos options et nos responsabilités. Ces prises de position devaient toujours l’être selon l’enseignement que le Christ nous a donné. Et c’est pourquoi il insistait tant sur la lecture, la compréhension et la méditation de la Bible et des Évangiles, base essentielle de ses séances de travail17.

9Ces textes montrent aussi ce qu’était la maïeutique du père : sa manière un peu provocante d’interpeller son auditoire, procédant ainsi à une sorte de décapage des routines, voire des habitudes de piété secondaires, pour mettre en relief l’essentiel.

  • 18 Lettre collective rédigée par Yves Berger, 2 septembre 1957, ibid.

10D’autres soulignent les conséquences fâcheuses que risque d’avoir cette sanction, voir nombre de chrétiens généreux désespérer de l’Église et passer au communisme ; une lettre collective d’avocats et magistrats exprime sa crainte que, « dans le milieu judiciaire où le père Fraisse avait été à l’origine de notre groupe et en avait permis le rayonnement, ce départ soudain ne compromette dans notre milieu professionnel les résultats d’efforts accomplis dans des conditions délicates18 ».

11Un journaliste pointe la question du peu de cas qu’on a fait des laïcs qui sont aussi d’Église :

  • 19 Lettre de Robert Butheau, 20 octobre 1957, ibid.

Il ne peut pas y avoir de pasteurs sans troupeau, il ne peut pas y avoir non plus les pasteurs et le troupeau. Et pourtant, voilà qu’il est de plus en plus difficile de franchir le pont qui relie au sein de l’Église les clercs et les laïcs. Difficile pour nous, difficile pour vous. […]
Comprenez-moi, Père, il ne s’agit pas de défendre dans cette lettre un homme, si durement fut-il frappé ? Il ne s’agit pas non plus de critiquer une décision qu’il ne nous appartient pas de juger. Il s’agit simplement pour nous de poser au responsable de la province jésuite [la question] et nous, laïcs qui nous refusons à être perpétuellement mineurs au sein de l’Église, nous que devenons-nous, a-t-on pensé à nous quand on a limogé le P. Fraisse ?
Nous voulons que tout ce qui se passe au sein de l’Église nous concerne. Cette volonté me pousse aujourd’hui à vous écrire en mon nom et en celui de mes camarades de travail, journalistes catholiques. […]
Il nous faut échapper à cette peur que définissait Mounier. Elle n’a jamais été aussi grande au sein de l’Église19.

12D’après le dossier, aucune de ces lettres adressées au provincial n’a reçu de réponse. La suite des événements montrera que celui-ci était bien en peine de répondre.

Des personnalités se manifestent

  • 20 Lettre de René Rossignol au général, 30 juillet 1957, ibid.

13Le responsable à Lyon du Centre français du patronat chrétien écrit au Général en rendant hommage à « la fermeté de doctrine et d’expression du Père », « son sens de l’Église et la prudence de ses jugements ». Les membres de son groupe ont du poids dans la vie économique, il souligne l’importance de l’inspiration spirituelle qu’ils peuvent recevoir20. Le général répond :

  • 21 Lettre du général, 5 août 1957.

Votre lettre m’est bien parvenue et les considérations que vous présentez en faveur du maintien du P. Fraisse dans les fonctions qu’il occupait jusqu’ici seront examinées avec tout le sérieux qu’elles méritent. Vous comprendrez toutefois que nos religieux doivent demeurer à la disposition de leurs supérieurs et qu’il convient de laisser à ceux-ci la responsabilité des changements qu’ils estiment opportuns21.

14On ne saurait mieux dire « Mêlez-vous de vos affaires ».

  • 22 Outre sa thèse sur Napoléon et le Saint-Siège, il a publié L’Église et la Révolution française et (...)
  • 23 Il relatera son action à ce poste dans un petit livre, De Gaulle, la Libération et l’Église cathol (...)

15Des universitaires de renom interviennent aussi. André Latreille, alors un des maîtres de l’histoire religieuse22, est un catholique social, père de dix enfants dont un fils prêtre. Résistant, il a été en 1944-1945 conseiller aux affaires religieuses du ministère de l’Intérieur, avec le titre de sous-directeur des Cultes, chargé d’apaiser les désaccords entre la France et le Saint-Siège23. En 1957, il est doyen de la Faculté des lettres de Lyon. Très lié à la Chronique sociale, son audience est grande dans le catholicisme lyonnais et au plan national (il est un des vice-présidents de l’association des universitaires catholiques de l’enseignement public). Il écrit une longue lettre au général :

  • 24 Lettre au général, 13 juillet 1957, Ibid.

Peut-être admettrez-vous que ces titres m’autorisent à vous soumettre un témoignage : ma lettre ne veut être que cela et se défend absolument de constituer une intervention dans des questions qui, de droit et de fait, échappent à mon appréciation comme intérieure à votre Compagnie […].
[…] Je n’ai naturellement pas à juger de cette décision et des raisons qui l’ont motivée. J’ai une sincère amitié pour le P. Fraisse : toute l’amitié reconnaissante que m’a inspirée la constatation des fruits de son apostolat, tant auprès d’une de mes filles, étudiante dont il fut l’aumônier, que dans des groupes de prière comme le groupe lyonnais des Professeurs catholiques, auquel il a donné à plusieurs reprises son concours. Dans tout ce que j’ai entendu de lui, j’ai apprécié, outre la connaissance exceptionnelle des milieux auxquels ses supérieurs l’avaient invité à se consacrer, une spiritualité pleine de substance, un sens profond de l’Église, un attachement total à ses enseignements. Mais les sentiments personnels sont une chose, et le problème que posera à coup sûr devant la conscience de beaucoup de catholiques lyonnais la mesure qui éloigne le Père en est une autre : c’est celle-ci que je voudrais essayer de dire.
Cette mesure sera forcément interprétée comme s’insérant dans l’ensemble des mesures prises récemment à l’égard des mouvements de jeunesse en France. J’ai eu, il y a peu, l’occasion de m’en entretenir de manière très ouverte avec Mgr Villot, secrétaire de l’épiscopat. Je lui ai fait ressortir la profondeur du désarroi que certaines décisions ont engendré chez les jeunes, et dont nous autres laïcs, leurs aînés, sommes les témoins impuissants. […]
Des mesures sont prises contre des aumôniers dont l’influence et le rôle se trouvent donc condamnés, sans que les intéressés, sans que ceux qui pourraient être des témoins valables, soient appelés à s’expliquer sur leurs attitudes et sur leur action. Le résultat est que l’opinion catholique, je dis celle des hommes de bonne volonté les plus soucieux d’adhérer aux intentions des représentants de l’autorité et d’entrer dans l’esprit de l’Église, se trouve déconcertée, sans éléments d’information valable, sentant planer des soupçons graves, mais non articulés contre ceux en qui on l’invitait hier à mettre sa confiance, – finalement vouée au moins au découragement. […]
Comme historien, je crois pouvoir relever deux choses :
1°) Depuis dix ans, il y a eu des progrès très sensibles, presqu’inespérés, de l’influence catholique dans les milieux de jeunes, surtout de jeunes intellectuels et universitaires. […]
2°) Ce qu’on a pu appeler il y a quelques années le progressisme, ou la tentation progressiste, a été heureusement conjuré. […]
Il reste évidemment des risques de déviations. […] Mais si les jeunes, tributaires de l’atmosphère d’indépendance où ils vivent, ne sont pas faciles à influencer, on risque aussi de se montrer fort injuste en attribuant à leurs conseillers spirituels des orientations qui leur sont propres et pour lesquelles ils n’ont voulu prendre ou accepter aucun conseil. Avec du soin, on pourrait au contraire discerner ce qu’a su regagner sur eux l’influence d’aumôniers qui ont opéré des redressements au moins partiels en sachant user de la confiance et de l’autorité persuasive lentement acquise sur eux. Éloigner cette influence des mouvements qui sont aujourd’hui en plein trouble, sous l’impression de supporter des soupçons terribles et qui n’auraient égard ni à leurs représentations ni à leur bonne volonté, ce peut être frapper d’une sentence de mort les groupes de prière, de perfectionnement spirituel et d’apostolat qui, depuis plus d’un quart de siècle, portaient tant de fruits dans notre pays. […]
Si j’ai pu vous paraître indiscret, veuillez considérer que j’aurais cru manquer à ma conscience et à mon devoir de témoin dans le rayon limité où je m’efforce de servir l’Église, en ne vous écrivant pas24.

  • 25 Personne et amour ; Le sens du dialogue ; Marxisme, existentialisme, personnalisme.

16Le philosophe Jean Lacroix enseigne à la Khâgne du lycée du Parc à Lyon. C’est un enseignant efficace pour la préparation du concours. Ami de Mounier depuis 1928, il participe activement à l’aventure d’Esprit. Outre son abondante production philosophique25, c’est un important propagateur d’idées par la collection qu’il dirige aux PUF, le feuilleton philosophique du Monde qu’il tient depuis treize ans et les conférences qu’il donne à des publics variés en France et à l’étranger. À Lyon, il est lié à la Chronique sociale. Sa sociabilité généreuse fait du groupe Esprit local un pôle de rencontres exceptionnel.

17Le P. Fraisse entretient avec lui un étroit compagnonnage depuis 1935, il lui doit certainement la grande importance qu’il accorde au droit. Jean Lacroix écrit au visiteur :

  • 26 Lettre du 2 août 1957, ibid.

Sur le conseil du cardinal Gerlier, je me permets de vous écrire au sujet du P. Fraisse, ayant été le témoin de son action religieuse auprès de bien des gens depuis de nombreuses années. Rien certes qui concerne la discipline religieuse ne me regarde, mais il est un témoignage que je dois rendre, sur le seul plan essentiel pour un prêtre comme pour tout catholique, qui est le plan apostolique. […]
Le P. Fraisse est leur aumônier [les élèves de Jean Lacroix]. Grâce à lui, la préparation lyonnaise est celle qui a le plus de reçus catholiques – des incroyants même apprennent à connaître le christianisme avec sympathie et accompagnent souvent leurs camarades à la traditionnelle retraite de la Trappe des Dombes – plusieurs vocations religieuses ont ainsi mûri et cette année même un élève, reçu à l’École, va entrer dans les ordres en novembre. Un tel effort, dans un tel milieu, demande continuité et persévérance. C’est une œuvre de longue haleine, particulièrement importante sur le plan intellectuel, et l’interrompre risquerait d’être pour bien des âmes une véritable catastrophe. À cet âge et dans ces conditions, les crises d’adolescence sont graves et fréquentes. La plus belle œuvre du P. Fraisse, à mon sens, a été de les comprendre, de les suivre patiemment, de les éclairer et de leur donner pour aboutissement un approfondissement de la foi. Je ne sais si cela peut être connu et compris de l’extérieur, mais je tiens à vous déclarer simplement – pour que vous pesiez l’ascèse que cela comporte – que beaucoup de mes élèves doivent au P. Fraisse l’affermissement ou la reconquête de leur foi.
Le cardinal lui-même me signale le danger qu’il y aurait à “laisser désemparée toute une jeunesse”. Je crains pour ma part qu’elle ne ressente le départ du P. Fraisse comme une véritable injustice en même temps qu’une défiance à son égard. Je parle surtout de celle que je connais le mieux, mais il est évident que les répercussions seront aussi graves dans tout le monde universitaire.
C’est en me plaçant uniquement sur le plan pastoral que j’ai tenu à vous adresser ce témoignage26.

Les réponses des autorités

18Le Général des jésuites répond à André Latreille :

  • 27 Lettre du 27 juillet 1957, ibid.

La lettre que vous m’avez adressée le 13 juillet a retenu toute mon attention, et je vous suis sincèrement reconnaissant de m’avoir fait part de vos réactions autorisées à la décision qui concerne le P. Fraisse.
Il est regrettable que cette mesure puisse être interprétée dans le sens que vous indiquez. Vous comprendrez aisément que les Supérieurs, tout en tenant le plus grand compte du bien des âmes, ne puissent donner les raisons de leur gouvernement. J’ai bon espoir que l’on fera confiance à leur prudence27

19Le visiteur s’adresse en ces termes à Jean Lacroix :

  • 28 Lettre du 6 août 1957, reçue et recopiée pour le P. Fraisse par Jean Lacroix, ibid.

Je vous suis très reconnaissant d’avoir bien voulu m’écrire pour me documenter aussi objectivement que possible sur l’influence profonde exercée par le Père Fraisse parmi vos étudiants. Votre appréciation revêt à nos yeux une valeur toute particulière et nous l’avons considérée avec une grande attention.
Je suis très touché de la haute estime où vous tenez l’œuvre du père. Le témoignage élogieux que vous lui rendez confirme ce que nous savions de plusieurs aspects remarquables de son action apostolique.
La Compagnie perçoit toute l’importance de cette éducation de la foi, dont vous signalez si justement la gravité et les difficultés en milieu universitaire. Plus que jamais elle souhaite la promouvoir avec l’humble et prudente audace que lui dicte sa tradition.
J’ai tout lieu de croire que, selon mon plus vif désir, la province de Lyon pourra continuer d’assurer une collaboration efficace à l’œuvre qui vous tient tant à cœur28

20En réaction, Jean Lacroix livre ce commentaire privé :

  • 29 Journal de J. Lacroix, Archives privées.

Je ne connais rien qui atteigne une telle perfection dans son ordre ! C’est le jésuitisme (au sens péjoratif) à l’état pur. De l’objet de ma lettre – le P. Fraisse injustement limogé, son œuvre à Lyon interrompue –, il n’est pas question. Je n’ai pu que l’exaspérer, et il m’exprime sa reconnaissance. Il n’a d’ailleurs aucun sentiment d’hypocrisie et est certain d’agir au mieux, prenant ses décisions “devant Dieu”, ainsi qu’il l’écrit au cardinal Gerlier. Comment peut-on unir une telle bonne foi subjective et une telle mauvaise foi objective 29 !

21Quant aux religieux proches du P. Fraisse, ils pensent que l’intervention d’une autorité de la stature du cardinal Gerlier pourrait être efficace si, écrit le P. Varillon, « sa lettre ne contient pas trop de réserves ». Alerté par Jean Lacroix, le cardinal est effectivement intervenu, plusieurs pièces du dossier l’attestent. Dès l’annonce de la nouvelle, il télégraphie à Lacroix de son lieu de vacances : « Partage votre sentiment. Ai écrit hier père Plaquet. Amitiés. » Une lettre à Lacroix précise sa position.

  • 30 Le P. Fraisse, dans son rapport de 1958 au général, démentira avoir reçu cet avertissement.
  • 31 Lettre du 15 juillet 1957, ibid.

Avant même qu’elle me parvienne [la lettre de J. Lacroix], j’avais écrit au P. Plaquet.
Le P. Lhaumet a fait tout exprès, entre deux trains, le voyage Lyon-Agon [résidence de vacances en Normandie du cardinal] pour venir m’entretenir de l’affaire […].
Nous nous sommes trouvés assez facilement d’accord. Je n’ai pas caché au P. Lhaumet que certaines attitudes vraiment trop libres du P. Fraisse à l’égard de l’autorité religieuse […] nous avaient vraiment indisposés et gênés et que son influence sur la jeunesse rendait ce comportement doublement dommageable.
Mais d’autre part, je pense, comme lui et comme vous que le départ du Père Fraisse aurait plus d’inconvénients que d’avantages, et qu’il représente, vis-à-vis de toute une jeunesse difficile à manier et exigeante, une possibilité d’influence très utile.
Tout en disant cela très nettement au Père Plaquet, je lui ai exposé ma conclusion, à savoir qu’il me paraît nécessaire que le Père Fraisse reçoive de son supérieur majeur un avis ferme sur la nécessité d’être plus mesuré et aussi d’ailleurs plus juste dans ses attitudes et dans ses propos, mais que, à la condition qu’il en tienne compte plus que du premier avertissement que je lui avais moi-même donné il y a plusieurs mois30, je considère son maintien comme souhaitable et son départ comme périlleux.
J’ai donc un peu confiance que le P. Plaquet, qui est remarquablement intelligent, ne maintiendra pas la décision, bien que je le sache peu enclin à revenir sur ce qu’il a fixé.
Mon intervention, me semble-t-il, le libère à cet égard d’une responsabilité personnelle.
Je me demande s’il ne serait pas utile que vous lui écriviez vous-même, sans nier que le Père a fourni des armes contre lui (le P. Lhaumet, à qui je le disais samedi en était pleinement d’accord), mais en soulignant avec l’autorité de tout ce que vous constatez vous-même, le danger de laisser désemparée et peut-être un peu révoltée, toute une jeunesse qui a confiance en lui31.

22On voit que cette lettre de soutien contient de sérieuses réserves, ce que craignait le P. Varillon. Le cardinal avait sûrement été sensible à certains propos de table quelque peu impertinents du P. Fraisse qu’on s’était empressé de lui rapporter. Celui-ci était réticent devant les côtés « prince de l’Église » du cardinal et l’ancien résistant n’oubliait pas le culte qu’il avait manifesté envers Pétain.

23Cette intervention n’a pas eu plus de succès que les autres comme le reconnaît une deuxième lettre du cardinal à Jean Lacroix :

  • 32 Lettre du cardinal Gerlier, 24 juillet 1957, ibid.

La réponse du R. P. Plaquet reçue hier n’est malheureusement pas telle que nous l’aurions souhaitée. Je ne puis dire d’ailleurs que j’en sois très surpris.
Voici le passage essentiel de la lettre du Père Visiteur : 
“Les divers aspects de la question que souligne votre Éminence me sont bien présents et ont été examinés mûrement.
Les raisons qui motivent la décision, auxquelles votre Éminence fait elle-même allusion, sont trop essentielles et engagent trop profondément l’esprit de la Compagnie pour que, devant Dieu, l’hésitation me soit possible”.
J’avais pourtant donné à ma lettre un caractère d’insistance discrète mais ferme ; mais il me semble que les termes de la réponse précitée ne permettent aucune démarche supplémentaire.
En accusant réception au P. Plaquet de la décision qu’il croit nécessaire de maintenir, j’exprime le souhait ardent pour le bien de notre jeunesse que les remous redoutés par beaucoup puissent être évités ou du moins contenus. J’y ajoute l’espoir que le choix du successeur du Père Fraisse sera susceptible à la fois de prévenir les dangers qui nous préoccupent et de maintenir parmi tant de jeunes dont on sait l’anxiété inquiétante et l’extrême sensibilité, le climat indispensable à une action féconde et la confiance dans l’autorité qui en est la première condition.
Désolé de n’avoir pu mieux réussir32.

  • 33 Témoignage de Madeleine Comte.

24Le visiteur note que le cardinal, par ses réserves, renforce en fait l’accusation d’« action antihiérarchique et dissolvante de l’autorité » portée contre le P. Fraisse. S’il arrivait au père d’émettre, en privé, devant des adultes, des propos impertinents concernant notamment des évêques, cela n’était pas le cas pendant ses entretiens aux khâgneuses33.

  • 34 Lettre de Jean Lacroix non datée, probablement du début août 1957.

25Jean Lacroix rend compte de cette réponse à son ami, lui demande de n’y faire aucune allusion publique mais ajoute : « Je crois qu’il serait bon de communiquer cette réponse non seulement au P. Ravier, mais aussi au P. Varillon. » Dans une autre lettre, il évoque ses entretiens avec le P. Varillon, qu’il dit « bien chic, bien las et assez découragé34 ».

Notes

1 DLF et AFSJ, L/57/123, lettre du 30 juillet 1957.

2 Rapport reproduit en annexe ; voir plus haut le bilan des ministères remplis en 1949-1957.

3 Les sous-titres sont ajoutés au texte du mémoire adressé au général en août 1958, qui n’en comportait pas.

4 « Précisions » énumérées plus haut à la fin du chapitre 1.

5 La référence aux supérieurs successifs du père et la question du « dossier » accusateur sont abordées à la fin de ce mémoire, citée plus loin dans la section qui traite des relations du P. Fraisse avec le général (DLF, Rapport au R. P. général, 12-13 mai 1958).

6 Cahier 5, 29 juillet 1957. Fraisse a ouvert dans ce cahier le 6 juillet, jour où il apprend la convocation du visiteur pour le 8 à Paray-le-Monial, une « Petite chronologie des événements » qu’il remplit jusqu’au 1er août.

7 Mgr Dupuy, ancien aumônier diocésain des étudiants, évêque auxiliaire de Lyon depuis 1955. Deux mots de la note sont illisibles.

8 Chanoine Michel Vial, alors à la Direction des œuvres, futur évêque de Nevers puis de Nantes.

9 Évêque auxiliaire de Lyon, supérieur du Prado, promoteur d’une expérience pastorale dans le monde ouvrier différente des prêtres-ouvriers, Mgr Ancel semble avoir joué un rôle dans leur suppression. Le P. Fraisse était en désaccord avec lui sur cette question, il en parlait et nous avons reçu de Jacques Julliard une confirmation (entretien avec Madeleine Comte, 22 octobre 2011).

10 Aumônier des normaliens de la rue d’Ulm. Sa profonde spiritualité liée à sa culture, nourrie de la tradition des grands serviteurs de l’Église, faisait peu de place à la réflexion critique et au dialogue avec marxistes et incroyants. Radicalement étranger aux méthodes reçues du P. Ganne, il regrettait que les anciens khâgneux de Lyon s’intègrent mal au groupe tala de l’École.

11 Un entretien avec le supérieur de Nice, manifestement bien informé sur son dossier, le confirmera plus tard dans la conviction que, pour son éviction, « la question de l’École (l’ENS-Ulm) légitimerait tout », Cahier 6, entretien du 1er septembre 1959.

12 Entretiens relatés dans le Cahier 5, rencontres des 16 et 18 mars 1957.

13 Le P. Fraisse appréciera la délicatesse du P. Ravier qui lui a remis loyalement ces lettres réconfortantes.

14 Lettre de M.-C. G., 28 août 1957, DLF.

15 Lettre de N. C., 12 août 1957, ibid.

16 Lettre du docteur R. F., 2 août 1957, ibid.

17 Lettre du docteur Jean-Paul Garin, ami et fils spirituel de Fraisse depuis sa classe de philosophie, ibid.

18 Lettre collective rédigée par Yves Berger, 2 septembre 1957, ibid.

19 Lettre de Robert Butheau, 20 octobre 1957, ibid.

20 Lettre de René Rossignol au général, 30 juillet 1957, ibid.

21 Lettre du général, 5 août 1957.

22 Outre sa thèse sur Napoléon et le Saint-Siège, il a publié L’Église et la Révolution française et prépare son Histoire du catholicisme français.

23 Il relatera son action à ce poste dans un petit livre, De Gaulle, la Libération et l’Église catholique, Paris, Cerf, 1978.

24 Lettre au général, 13 juillet 1957, Ibid.

25 Personne et amour ; Le sens du dialogue ; Marxisme, existentialisme, personnalisme.

26 Lettre du 2 août 1957, ibid.

27 Lettre du 27 juillet 1957, ibid.

28 Lettre du 6 août 1957, reçue et recopiée pour le P. Fraisse par Jean Lacroix, ibid.

29 Journal de J. Lacroix, Archives privées.

30 Le P. Fraisse, dans son rapport de 1958 au général, démentira avoir reçu cet avertissement.

31 Lettre du 15 juillet 1957, ibid.

32 Lettre du cardinal Gerlier, 24 juillet 1957, ibid.

33 Témoignage de Madeleine Comte.

34 Lettre de Jean Lacroix non datée, probablement du début août 1957.

© LARHRA, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search