Version classiqueVersion mobile

Le père Fraisse (1912-2001)Les combats d’un jésuite foudroyé

 | 
Bernard Comte
, 
Madeleine Comte

I Avant l’orage

Texte intégral

Effervescences françaises et raidissement romain

1Les années 1950 sont des années d’ouverture et de tensions pour le catholicisme français, années marquées par plusieurs affaires difficiles qui témoignent d’un raidissement de l’autorité romaine vis-à-vis d’initiatives majeures qui se sont développées en France.

  • 1 C’est le mot du P. de Lubac relatant sa situation « au centre du cyclone » dans son Mémoire sur l’ (...)
  • 2 Dominique Avon, « Une école théologique à Fourvière ? », dans Étienne Fouilloux, Bernard Hours (di (...)

2En juin 1950, après le passage du visiteur de la Compagnie, le P. Dhanis, la « foudre » est tombée sur Fourvière1. Le fameux scolasticat de théologie jésuite de Lyon a été accusé de « modernisme », de promouvoir « une nouvelle théologie » sous l’influence néfaste de Blondel au détriment de la tradition scolastique. Cinq enseignants dont le P. de Lubac ont été démis de leur charge, déplacés et leurs écrits soumis à une censure rigoureuse. En août a été publiée l’encyclique Humani Generis2, qui a donné lieu à un sévère contrôle du Saint-Office sur le scolasticat, dont le préfet des études a été démis en 1951.

  • 3 Mgr Guerry a publié une étude documentée, traitée en apologie : L’Église catholique en France sous (...)
  • 4 L’ACA (Assemblée des cardinaux et archevêques), créée en 1919, est animée par une commission perma (...)

3De 1952 à 1954, la crise du progressisme bat son plein dans le catholicisme français, et Rome s’inquiète de la collaboration étroite des chrétiens progressistes avec les communistes. Les évêques français voient leur autorité contestée ou impuissante, alors qu’ils sont surveillés par les organes romains et embarrassés par le souvenir de l’adhésion massive de l’épiscopat au régime du maréchal Pétain et de l’interdit lancé aux « théologiens anonymes et sans mandat » de la résistance spirituelle3. Le Centre Jeunesse de l’Église du dominicain Maurice Montuclard, influent sur les jeunes passés des mouvements d’Action catholique à l’engagement dans la Résistance, est condamné par l’ACA4 après la mise à l’Index en 1952 de son cahier Les Événements et la foi ; le bimensuel La Quinzaine qui associait théologie et militantisme social et politique disparaît après la condamnation édictée par le Saint-Office (février 1955) à la suite de celle de l’ACA (avril 1954).

  • 5 Étienne Fouilloux, Une Église en quête de liberté, Paris, DDB, 1998, p. 279-300.

4En mars 1954, la suppression par Pie XII du statut d’exception des prêtres-ouvriers a vivement ému l’opinion publique. Malgré les instances des cardinaux français affectés par une décision douloureuse sur les plans humain et pastoral, le pape l’a maintenue, pour stopper une pénétration du communisme et surtout pour sauvegarder une conception du sacerdoce qu’il jugeait incompatible avec la condition ouvrière. Les prêtres-ouvriers se sont partagés, une partie d’entre eux refusant de se soumettre et continuant leur action missionnaire. Cette même année, en février, le studium dominicain du Saulchoir a été frappé de sanctions, liées à ce drame et au progressisme pour les pères Chenu et Féret, dues à une suspicion de « nouvelle théologie » pour les PP. Liégé, Boisselot et surtout Congar, le plus lourdement frappé5.

  • 6 Alain-René Michel, Catholiques en démocratie, Paris, Cerf, 2006, p. 499-572.

5En 1956, la crise de l’ACJF qui s’est soldée par la démission de ses dirigeants et sa disparition de fait a opposé les dirigeants de l’association à l’épiscopat (Mgr Guerry). Les premiers, en laïcs autonomes, ont entrepris de faire de leur mouvement une institution non partisane, éducative sur le plan social et civique et en mesure de représenter pour une part la jeunesse auprès des pouvoirs publics (surtout en 1954, face aux initiatives du gouvernement Mendès-France). Les évêques veulent ramener les mouvements d’Action catholique à l’action missionnaire d’évangélisation pour laquelle ils recevront un mandat épiscopal qui fera de ces laïcs soumis au clergé le prolongement du bras de la hiérarchie. Par ailleurs, la JOC attachée à la spécificité de la condition ouvrière tient à son autonomie par rapport à l’ACJF et refuse d’être intégrée à un mouvement interclassiste ; elle peut compter, dans ce désaccord, sur l’appui de l’épiscopat entraîné par Mgr Guerry. Plusieurs jésuites, aumôniers nationaux6 de mouvements d’Action catholique, ont été impliqués dans cette dissension, comme le lyonnais François Varillon, aumônier général adjoint de la JIC (jeunes des classes moyennes) et aumônier régional du MICIAC (ingénieurs et cadres de l’industrie d’Action catholique) ; adjoint de l’aumônier général de l’ACJF, il a soutenu les orientations des dirigeants laïcs, sans en avoir été l’instigateur, comme le lui reproche l’épiscopat à la suite de Mgr Guerry.

6Une grave crise, suite de celle de l’ACJF, secoue la JEC au printemps 1957, amenant la démission de l’aumônier national, Eugène d’Oncieu, autre jésuite lyonnais ami du P. Varillon et cible des mêmes critiques : l’ACA unanime a dénoncé en mars 1957 l’action néfaste de ces deux jésuites qui s’opposent aux directives de la hiérarchie, et le cardinal Lefebvre, archevêque de Bourges, a condamné, dans un rapport doctrinal présenté le 30 avril à l’Assemblée plénière de l’épiscopat, la dérive qu’encouragent ces aumôniers. On tend, dit-il, à réduire le message évangélique à une morale, un humanisme qui fait silence sur le surnaturel, et l’apostolat à un engagement dans les domaines profanes du social, de l’économie et de la politique. Les jésuites aumôniers diocésains de la JEC ont renoncé alors à leurs fonctions, ainsi que les membres des secrétariats généraux de la JEC et de la JECF.

  • 7 Jean-Dominique Durand, « La crise du catéchisme français de 1957 », dans Raymond Brodeur, Brigitte(...)

7C’est encore en 1957 qu’un groupe traditionaliste d’Angers engage une campagne contre la réforme de la catéchèse engagée à Lyon par l’abbé Joseph Colomb, inventeur d’une méthode pédagogique de « catéchisme progressif » bientôt répandue, qui mène à la doctrine en partant de la Bible et de la liturgie et en s’adaptant au vécu et aux capacités d’assimilation des enfants7. Il est devenu en 1954 directeur du Centre national de l’enseignement religieux, sous l’autorité de Mgr de Provenchères, qui préside la Commission épiscopale de l’enseignement religieux. L’affaire est soumise au Saint-Office, qui condamnera les erreurs commises sur le plan doctrinal (juillet 1957) et exigera la correction, avant la rentrée scolaire, des livres et cahiers destinés aux enfants. Sur intervention du cardinal Gerlier, protecteur de l’abbé Colomb, un compromis est adopté qui évite une sanction brutale, mais Colomb malmené, ainsi que ses collaborateurs et soutiens, est brisé par « l’obéissance aveugle » exigée de lui et le mépris affiché de ce qui n’est pas pure et rigoureuse doctrine.

  • 8 Nommé évêque de Constantine en 1946 puis archevêque d’Alger en 1954, Léon Duval s’est discrètement (...)

8En 1957, troisième année d’opérations militaires coûteuses en Algérie, les catholiques français, que ce conflit divisait politiquement, sont sollicités par un jugement moral à exprimer. Il s’agissait auparavant de la sauvegarde de l’Algérie, terre française, thème des traditionalistes et des défenseurs de la supériorité européenne (voire de « la civilisation chrétienne »), refusant la perspective d’une Algérie autodéterminée où coexisteraient à égalité deux communautés (ce qui est la conviction de l’archevêque d’Alger Mgr Duval8). On réagit maintenant au nom de la dignité des personnes contre les méthodes employées pour réprimer l’insurrection. Dans la « bataille d’Alger », engagée pour la recherche et l’élimination des réseaux du FLN dans la population musulmane, notamment dans la casbah d’Alger, le renseignement devient une arme essentielle et, l’armée (à Alger, les paras) étant libre d’agir sans contrôle judiciaire, l’interrogatoire sous la contrainte paraît s’imposer dans les villes et le bled. Or, il y a, parmi les officiers et sous-officiers appelés, des séminaristes et des militants d’Action catholique qui réprouvent l’emploi de la torture et en informent leurs supérieurs, puis l’opinion. Leurs témoignages et protestations sont relayés, au-delà de la presse favorable à la décolonisation, par des journaux et revues d’inspiration chrétienne ou humaniste, d’Esprit au Monde, 14 septembre 1957.

  • 9 Essai publié aux Éditions du Seuil en 1957.

9L’hebdomadaire Témoignage chrétien a publié dès février « Le dossier Jean Muller, de la pacification à la répression » ; ce témoignage d’un dirigeant scout routier mobilisé et tué en Algérie ébranle les catholiques fidèles à un idéal militaire de sacrifice pour une noble cause. Mauriac, qui parle de « l’immonde guerre », a condamné la torture dans L’Express et P.-H. Simon publie Contre la torture9.

  • 10 Texte du Comité lyonnais pour les droits de l’homme présidé par Joseph Folliet, signé par 120 pers (...)

10À Lyon, le directeur de la Chronique sociale Joseph Folliet fonde avec Claude Bernardin, avocat catholique militant de la nouvelle gauche, et le doyen Garraud, juriste respecté, un Comité lyonnais d’action pour le respect des droits de la personne qui réunira des personnalités diverses, chrétiens ou non. Le cardinal Gerlier a soutenu l’initiative, après avoir reçu de Folliet un rapport sur les exactions commises en Algérie par des militaires français, rapport présenté à l’ACA qui a condamné en mars l’usage de la torture. Les amis du docteur Biot et ceux de Jean Lacroix, collègues philosophes ou familiers du groupe Esprit, peuplent le Comité qui réunit, en mai, 120 signatures contre la torture. Deux jésuites, le P. Varillon comme supérieur de la résidence, et le P. Fraisse, comme aumônier d’étudiants, ont signé ce texte10.

  • 11 11 ARSJ, archives romaines de la Compagnie de Jésus, registre France XIII, 277-282.

11Ces deux signatures sont contraires à la doctrine formulée le 12 juillet 1941 par l’assistant du général pour la France, le P. de Boynes, à l’adresse de pères et frères de l’assistance sur l’obligation de s’abstenir de prise de position politique11. Or, ce dernier, comme conseiller du général, a conservé une influence à Rome jusqu’à sa mort en 1954 et au-delà.

  • 12 Henri de Lubac, Mémoire sur l’occasion de mes écrits, op. cit., p. 74-75 ; cette lettre (datée du (...)

12De la prégnance de cet esprit au sein des instances romaines de la congrégation, témoigne un épisode relaté par le P. de Lubac. Il avait préparé en 1951 un ouvrage sur les écrits antimodernistes du P. Lebreton. Celui-ci a subi les foudres des censeurs romains qui ont empêché sa publication. Le P. de Lubac rédigera alors (décembre 1957) à l’adresse du général une lettre de protestation conclue par une dénonciation : « Votre paternité met sa confiance… dans des hommes qui, quels que soient d’autre part leurs mérites, ne la méritent pas12. »

L’avertissement du pape aux jésuites

13La volonté de ramener les jésuites à une stricte soumission aux consignes et orientations romaines s’exprimera publiquement dans le discours de Pie XII à la congrégation générale des jésuites de l’automne 1957, discours qui fera l’apologie de l’obéissance absolue.

14À propos du vœu spécial d’obéissance au pape :

Que personne ne vous arrache cette gloire de la sainte doctrine et de l’obéissance due au vicaire du Christ. Qu’il n’y ait pas place parmi vous pour cette sorte de superbe de libre examen, propre à une mentalité d’hétérodoxe plus que de catholique, en vertu de laquelle on n’hésite pas à soumettre à son propre jugement même les dispositions émanant du Siège apostolique. Que l’on ne tolère aucune connivence avec ceux qui voudraient tirer les normes pour l’action et le salut éternel de ce que l’on fait plutôt que de ce qu’on doit faire. Qu’on ne tolère pas non plus que puissent agir à leur gré ceux qui regardent la discipline ecclésiastique comme une chose surannée ou comme un vain “ formalisme ” dont il faut s’affranchir pour le culte de la vérité. Si une telle mentalité, empruntée au milieu des incrédules, s’infiltrait librement dans vos rangs, ne se trouverait-il pas parmi vous des fils indignes et infidèles de votre père Ignace qu’il faudrait retrancher au plus tôt de votre Compagnie ?

  • 13 Le Monde, 14 septembre 1957.

15Il ajoute que « l’autorité du préposé général doit être maintenue intacte », comme le pivot sur lequel repose la vigueur et la santé de l’ordre, monarchie absolue13. Le pape voulant s’assurer que ces principes étaient bien respectés, il n’est pas étonnant qu’il ait dans ce but exigé de la Compagnie, dès 1954, la nomination d’un nouveau visiteur.

  • 14 Témoignage cité dans Emmanuel Lercaron, Une aventure spirituelle, esquisse d’une histoire de la co (...)

16Le P. Ravier, provincial de Lyon de 1951 à 1957, se souviendra beaucoup plus tard 14 :

Pie XII était alors inquiet de la liberté qui régnait dans les congrégations religieuses. Il avait donc décidé de faire visiter les congrégations européennes, françaises en particulier. Chacune serait visitée par un membre d’une autre congrégation que la sienne ! Le père Janssens, alors père général de la Compagnie de Jésus, réussit à obtenir du pape que ce serait un jésuite qui visiterait les provinces françaises de la Compagnie (quatre à l’époque). Il fit choisir le père Plaquet, un Belge proche de la France (géographiquement). Le père Plaquet, au lieu de quelques mois comme d’ordinaire dans les “ visites ”, fit durer la sienne pendant quatre ans jusqu’en 1959 [en fait de novembre 1954 à juillet 1959].

  • 15 Article nécrologique de la revue belge Échos de la Compagnie de Jésus, n° 4, août 1993.

17Au décès du P. Clément Plaquet, canoniste comme Jean-Baptiste Janssens, on saluera sa brillante carrière de recteur puis de provincial, en mentionnant « des épreuves de santé, de fragilité psychologique [chez] un homme porté à l’inquiétude » et en ajoutant à propos de sa charge de visiteur : « Il réalisait bien la difficulté d’une telle mission et ce fut l’acte d’obéissance qui lui coûta le plus de toute sa vie religieuse15. »

18Pour le P. Ravier,

  • 16 E. Lercaron, op. cit., p. 2.

C’était un malade, un grand anxieux, qui “ savait ” ce qu’il avait lieu de faire et qui ne consultait personne, pas les provinciaux en charge. D’ailleurs, il eut vite fait de “ démissionner ” le provincial de Toulouse. Pourquoi ? Nul ne l’a su. Certes, par endroits, la Compagnie avait besoin d’un certain redressement, certes le P. Plaquet avait souvent de bonnes idées, mais il était à cheval sur la lettre des Constitutions, et surtout, il aurait dû panser des plaies, il ne fit qu’en ouvrir de nouvelles, sans entamer aucune réforme, si bien qu’un an après son passage, aucune trace ne perdurait16

  • 17 Jacques Guillet, Habiter les Écritures, Paris, Centurion, 1993, p. 212-214.

19Le P. Guillet décrira ce « vrai visiteur » qui « prenait son temps, un temps anormalement long […], des mois et des mois dans chaque maison, [voulant] tout voir, tout savoir, interroger longuement chacun », et dont la présence était « une épreuve pour tout le monde », dans la « situation anormale » où il décidait « seul, de tout, pour tout le pays, pendant plusieurs années ». À Fourvière, sa présence pendant trois mois laissait l’impression d’être « sous surveillance policière [avec] un contrôleur à domicile qui, par fonction, regarde tout, demande tout, interroge tout le monde sur tout », se posant en supérieur et père spirituel des jeunes qu’il voyait « très longuement ». Il a fallu l’attention du provincial Ravier et l’action du recteur Sommet, même malade, pour qu’aucun incident ne « tourne au drame au scolasticat17 ».

20Par exemple, son passage à Lyon, annoncé par son socius fin décembre 1955, est remis à plusieurs reprises et n’aura lieu qu’après Pâques 1956. D’où un blocage de la vie des communautés qui l’attendent pendant des mois. En effet, le visiteur disposant de tous les pouvoirs, celui du provincial se trouve suspendu pendant la visite.

  • 18 Lettres des 6 et 16 avril 1957, AFSJ.
  • 19 Lettres du 16 décembre 1956 et 11 avril 1957, AFSJ.

21Le P. Ravier, dès 1956, alerte à plusieurs reprises le préposé général sur les problèmes posés par la santé du visiteur et sa manière de conduire la visite. Il écrit que « les médecins ont parlé de névrose » et déplore « le pourrissement du gouvernement » dû au retard pris. En avril 1957, il dit « souhaiter l’interruption de la visite jusqu’à la congrégation générale18 » prévue à l’automne. Le père général, tout en reconnaissant n’être pas « sûr que nous parviendrons à régler le problème sans faire de la casse », invite le provincial à faire confiance à la Providence19. Il lui donne une satisfaction tardive en arrêtant provisoirement la visite fin juillet 1957.

  • 20 Lettre au P. Arminjon, 6 novembre 1958, L/58/162, AFSJ.

22Le souci du visiteur d’exercer un strict contrôle théologique visant à restaurer un thomisme rigoureux apparaît, un an plus tard, dans une lettre au nouveau provincial de Lyon20 :

  • 21 Vraisemblablement des dénonciations.
  • 22 Gustave Martelet, né en 1916 et décédé en 2014, étudiant à Fourvière après 1944, s’est lié à H. de (...)
  • 23 Heinrich Denzinger, jésuite allemand auteur de la somme doctrinale Enchiridion symbolorum et defin (...)
  • 24 Le « grand cours » est le programme de l’enseignement de chaque discipline, pour les étudiants de (...)
  • 25 Ces personnalités influentes du scolasticat ont été marquées par la guerre ou par leurs activités (...)

Au sujet de Fourvière, d’après des indications dont je ne puis user qu’avec une très grande discrétion21,
1°- Je crains d’avoir été trop bienveillant dans mon appréciation sur la prudence doctrinale, sinon quant aux doctrines enseignées, du moins pour ce qui est de la fidélité à la scolastique et pour ce qui est des méthodes d’enseignement. À coup sûr, des flottements et même des inexactitudes flagrantes en matière importante ont été constatés, causés par certaines formes d’enseignement. Il y a lieu d’y regarder de près en ce qui concerne les PP. Martelet et Moingt22.
2°- En connexion sans doute avec ce qui précède, on note un certain libéralisme dans la manière d’exiger des théologiens l’exactitude sur des points essentiels de doctrine. On risque d’avoir beaucoup lu, d’avoir ouvert bien des perspectives, mais d’ignorer Denziger23, les notes théologiques, ce qui est de foi et ce qui ne l’est pas. Or, le travail essentiel, même au grand cours24, est d’assimiler de manière sérieuse et complète l’ensemble de la doctrine transmise par le Magistère. En particulier aux examens, veille-t-on à l’essentiel ? Est-on ferme dans les exigences comme dans les cotations ? Les jurys sont-ils bien équilibrés ?
3°- Il serait particulièrement utile que vous vous informiez si les cours sont envoyés à Rome dans leur intégrité, tels qu’ils sont effectivement donnés. Spécialement le “De Deo Redemptore” du P. Martelet ?
4°- Il me paraîtrait fort nécessaire que vous mettiez en confiance et fassiez parler librement un homme de réelle valeur intellectuelle et spirituelle, à la fois très informé, très nuancé, ouvert et classique, le P. Adnès. Je souhaiterais que le père soit mis en confiance et puisse s’ouvrir pleinement à vous de ses expériences de Fourvière, de ce qu’il constate chez les scolastiques et chez les pères. J’écris ceci pour que vous puissiez en user implicitement, afin de faciliter votre tâche, mais en comptant en même temps sur une entière réserve, afin d’éviter des difficultés à des hommes sincères.
5°- Le trio des pères Sommet, Martelet et Guillet25 ne semblerait pas avoir beaucoup modifié sa manière de procéder. Je doute que l’on recherche la confrontation avec des pensées différentes et même la contradiction près des pères qui ne pensent pas de même. Or, ce serait capital.
6°- Il y a lieu de continuer l’effort de libération de la politique qui tient encore trop de place dans la vie des scolastiques, semble-t-il. Un point que je n’ai pas assez élucidé : les lectures des scolastiques et le rôle de l’hebdomadaire “L’Express” dans leur information et documentation.
7°- Serait-il exact que chez plusieurs, on trouverait l’attitude suivante : il n’y a pas lieu de trop se préoccuper des décisions de la visite ; dans deux ou trois ans, le vent tournera ?
Plusieurs se réclameraient en cela du P. Sommet. Que le père prenne garde que son patronage, implicitement ou explicitement, ne soit pas un moyen ou une occasion de se libérer des indications et directives de la visite, ou de les mettre en veilleuse.

23Il est aussi très préoccupé par l’observation de la discipline, qu’il s’agisse du costume (il a été scandalisé d’apprendre qu’un responsable de communauté était arrivé à la fin d’une excursion à bicyclette en montagne « en short et en chemisette ») ou des relations avec le sexe féminin dans les activités de loisir ; il semble très soucieux aussi du contrôle du courrier dans les différentes maisons. De sa visite dans la province de Lyon, la grande victime a été le P. Fraisse.

Lucien Fraisse, jésuite lyonnais

Un parcours original

24Né à Lyon en 1912 dans une famille de moyenne bourgeoisie catholique et républicaine, Lucien Fraisse, élève du lycée, a suivi la Conférence Ampère, cercle d’études et foyer de lycéens dirigé par le jésuite Léon Chaine, ancien combattant volontaire de 1917-1918 et grand éducateur, soucieux de former les caractères et de proposer diverses activités de groupe, avec ouvertures culturelles et conseils spirituels. Après deux années de khâgne et une licence d’anglais, il entre en 1932 dans la Compagnie dont il suit la formation classique (noviciat, juvénat, philosophie au scolasticat de Jersey en 1936-1939), interrompue par le service militaire qu’il fait en 1934-1935 comme élève officier de réserve, puis officier instructeur de la cavalerie motorisée à l’École d’application de Saumur.

  • 26 Homélie du P. Fraisse dans l’église d’Arcisse (Saint-Chef, Isère) le 13 juin 1992 aux amis qui fêt (...)

25Les années d’études soumises à la discipline de la Compagnie n’ont pas amorti sa curiosité intellectuelle et humaine, servie par un flair qui lui fait détecter les personnalités et les groupes intéressants, sans être arrêté par les barrières sociales ou le formalisme scolaire. Formé dès 1930 à l’écoute du P. de Lubac, professeur de théologie aux Facultés catholiques et accompagnateur spirituel des khâgneux du Parc, il suit son orientation théologique ; il rencontre en 1935 à la Semaine sociale d’Angers le philosophe lyonnais Jean Lacroix, alors professeur à Dijon, sympathisant critique comme lui du catholicisme social et ami proche d’Emmanuel Mounier. Lucien Fraisse, dont le frère aîné Paul est lié au mouvement Esprit, reçoit la revue en 1936 à Jersey, avec la complicité tacite du bienveillant recteur. Il évoquera sa « dette immense » envers Mounier, qui l’a armé contre la séduction marxiste par la fermeté de ses positions liée à une recherche patiente du dialogue ; il lui a aussi « appris la liberté du chrétien », liberté dans l’Église et liberté d’une « foi de plein vent » vécue « au contact de non-chrétiens, [se sentant] de plain-pied avec eux dans un engagement commun26 ». Resté proche de ses amis du lycée et de la khâgne, il lie étroitement sa vocation sacerdotale à la situation qu’il a connue : chrétien parmi ceux qui ne le sont pas, serviteur des valeurs humaines en même temps que témoin et annonciateur de l’Évangile. Il a terminé les études jésuites de philosophie lorsque survient la mobilisation de septembre 1939.

  • 27 Cité par le témoin Antoine Rédier dans Les cadets de Saumur, Lyon, Vitte, 1940, p. 180.

26Lieutenant chargé à l’École de cavalerie de Saumur de l’instruction militaire des élèves-aspirants de réserve, il partage le commandement d’une des « brigades » armées d’artillerie légère que le colonel commandant l’École a constituées en mai pour bloquer sur la Loire l’avancée allemande, qui atteint le fleuve le 18 juin. Le lieutenant Fraisse est alors gravement blessé dans un accident de moto et hospitalisé à l’arrière ; il s’échappe prématurément et sans formalités de l’hôpital et rejoint le 19 juin au soir ses hommes qui combattent la percée allemande sur la rive sud en subissant le pilonnage d’un mortier et le mitraillage des assaillants guidés par leur aviation. Le retour inattendu en plein combat du convalescent fait parler certains d’un « religieux … un peu enragé pour avoir … ainsi rejoint ses hommes au danger », mais selon la note consignée par l’un d’eux : « C’est une grande joie de le retrouver au milieu de nous ; son calme, son autorité, sa valeur militaire nous soutiennent27. »

27Il reprend le 20 juin la direction de sa brigade de Cadets au combat pour repousser à bout portant, au fusil-mitrailleur accroché à l’ouverture d’une ferme bombardée puis incendiée, la pénétration de l’ennemi qui mitraille aussi. L’ordre de décrochage pour le repli final est donné dans la nuit, permettant aux défenseurs menacés d’encerclement de se retirer.

  • 28 Entretien avec Bernard Comte, 4 août 1990.

28Ce comportement du jeune religieux enfreint ouvertement les directives données par les supérieurs jésuites dans l’été 1939 aux futurs mobilisés : rester à l’arrière, éviter de s’exposer sur le front ; il évoquera plus tard cette première désobéissance28, qui lui vaudra une citation à l’ordre de la division :

  • 29 Citation signée du général Pichon (29 juillet 1940), AFSJ, dossier Lucien Fraisse.

Magnifique tenue au feu. À peine remis d’un grave accident [une blessure à l’omoplate], a rejoint son escadron. A assuré toute la journée le commandement du point d’appui avec un courage et un sang-froid magnifique. Sous le bombardement violent, a contribué à repousser quatre tentatives de l’ennemi… N’a décroché que sur ordre et un des derniers29.

29Il a acquis, au sein même du désastre français, une totale confiance dans la ténacité anglaise et la certitude de la défaite finale d’Hitler ; il se souviendra d’une conversation avec des officiers, rencontrés sur la route de son retour au combat, qui partageaient cette conviction. Il a cherché à rejoindre Londres, en vain. Sans être « gaulliste », il est foncièrement hostile aux conditions de l’armistice, puis à la politique de revanche intérieure et à la législation xénophobe et antisémite. En privé, il critiquera l’adhésion de la masse des catholiques, derrière les évêques, au régime du Maréchal et leur satisfaction niaise d’être considérés et entendus par ce pouvoir.

  • 30 « Lettre ouverte au père Fraisse », Trait d’union, septembre 1941.
  • 31 Auteur d’un Vocabulaire grec très apprécié et d’un Vocabulaire latin, le P. Fontoynont (1880-1958) (...)
  • 32 François Varillon, Beauté du monde et souffrance des hommes, Centurion, 1980, p. 56, p. 67-75.
  • 33 Il assurera la charge de vicaire général de 1944 à 1946 pendant la vacance du généralat entre la m (...)
  • 34 « Mémoires confidentiels » adressés aux supérieurs au printemps 1941. Voir Bernard Comte, L’honneu (...)
  • 35 Le P. Pierre Chaillet, professeur de théologie fondamentale en première année du scolasticat de Fo (...)
  • 36 Souvenir pittoresque du P. Fraisse, entretien avec Bernard Comte.

30À la rentrée de l’automne 1940, il entame son année de régence à la Conférence Ampère comme éducateur adjoint au P. Chaine qui persiste à former des garçons ouverts et autonomes, prêts à prendre des responsabilités dans la société et pour la patrie. Lucien Fraisse dirige le bulletin mensuel de la Conférence, Trait d’union, non sans difficultés avec la censure, et s’occupe des aînés, organisant des conférences ou des cercles d’étude. Il exerce là un fort ascendant, y compris sur les « vétérans », bacheliers passés en classe préparatoire ou en faculté. L’un des lycéens le remerciera à son départ de leur avoir donné « le sens du jugement personnel » et d’avoir su, en conversant avec eux plutôt qu’en leur faisant des cours, leur apprendre à réfléchir30. Il tient, en s’abstenant de tout jugement politique, à développer chez les futurs cadres ou notables une conscience sociale et civique. Il se lie d’autre part avec Mounier, que ses parents reçoivent à Lyon comme ami de son frère Paul prisonnier et participe aux réunions d’intellectuels et journalistes lyonnais ou « repliés » de la zone occupée qu’organisent Mounier et Lacroix, dont il partage les convictions : refus radical de la collaboration, du cléricalisme et de l’allégeance au régime, mais présence là où on pourra servir la patrie en témoin des valeurs spirituelles. Ces convictions sont aussi celles des théologiens Henri de Lubac, Pierre Chaillet et Pierre Ganne) qu’il rencontre à Fourvière autour du P. Victor Fontoynont, préfet des études depuis 1932, personnalité éminente qui associe une grande culture classique à un jugement ferme et lucide sur l’actualité religieuse et profane31. Le P. François Varillon, évoquant le rayonnement intellectuel, spirituel et humain de ce maître, parlera de « sa contagion d’existence32 ». Éloigné de tout engagement partisan, il donne l’exemple d’un jugement chrétien sur les affaires temporelles. À ce titre, il déplore les consignes données par l’épiscopat et les supérieurs jésuites depuis l’armistice (soutien d’un gouvernement donné par grâce providentielle à la France abattue) et leur silence devant les succès du nazisme. Après avoir refusé en novembre 1940 d’assister à la réception du Maréchal par le cardinal Gerlier à la primatiale Saint-Jean, le P. Fontoynont renonce en juillet 1941 à sa fonction de préfet pour ne pas avoir à lire à l’assemblée du scolasticat la lettre du P. de Boynes33 à tous les jésuites de France. Ce dernier, assistant du père général et visiteur qui l’a représenté en France, leur enjoint de s’abstenir de toute politique (c'est-à-dire de ne critiquer en rien le gouvernement, favorable à l’Église et prêt à rendre justice aux congrégations) et de soutenir l’action menée par le pouvoir pour le redressement du pays. C’est la seule réponse qu’il donne, avant de regagner Rome, aux appels angoissés adressés à leurs supérieurs ou au cardinal Gerlier34 par les PP. Fontoynont, de Lubac et Chaillet35, demandant de nettes consignes sur la lutte à mener contre la domination de l’Allemagne nazie et la contagion de son idéologie et de ses pratiques (méthodes autoritaires, détournement du spirituel, racisme antisémite). Fraisse prend alors contact avec les diffuseurs des premières publications clandestines, germes des futurs mouvements de résistance ; il se lie avec le P. André Desqueyrat, brillant juriste et spécialiste de l’action sociale : hébergés tous deux dans l’ancien collège de la Trinité avec les pères de l’Action populaire, ils les retrouvent aux repas, qu’ils animent par leurs vifs échanges avec l’illustre P. Gustave Desbuquois, grand conseiller de l’épiscopat, qui prône et pratique un engagement actif dans la Révolution nationale, en coopération étroite avec les organismes gouvernementaux36.

  • 37 Voir Renée Bédarida, Les Armes de l’Esprit. Témoignage chrétien (1941-1944), Paris, Les Éditions o (...)

31Lucien Fraisse intègre à l’automne 1941 le scolasticat de Lyon-Fourvière pour ses quatre années d’études théologiques. Il retrouve le P. de Lubac, qui y réside, et le cercle des proches du P. Fontoynont. À ce moment, le P. Chaillet, déjà collaborateur du journal clandestin du capitaine Frenay (le futur Combat) conçoit le projet d’une publication proprement chrétienne, qu’il réalisera en novembre en lançant clandestinement avec son ami de Lubac le premier Cahier du Témoignage chrétien. Lucien Fraisse en est un des premiers diffuseurs, notamment auprès du P. Chaine et des aînés de la Conférence Ampère37, alors que la majorité des scolastiques de Fourvière s’abstient.

  • 38 Nomination qui témoigne de la réputation du nouveau venu, homme de jugement et fait aux responsabi (...)
  • 39 Voir Pierre Ganne sj, 1904-1979. La théologie chrétienne de la liberté, Paris, Médiasèvres, 2009.
  • 40 « Expérience dure mais passionnante », note-t-il dans le carnet-journal qu’il tient alors. Voir Be (...)
  • 41 « Réflexions sur l’efficacité », Cahiers de notre jeunesse, 17, mars 1943, p. 6-11. Fraisse critiq (...)

32Lucien Fraisse a été nommé dès octobre « bidelle » de première année, c’est-à-dire représentant des scolastiques auprès des autorités dont il est chargé de diffuser les consignes38 ; il sympathise avec Pierre Ganne, resté à Fourvière à la fin de ses études pour préparer une thèse de théologie ; il suivra attentivement sa présentation originale d’une démarche de foi greffée sur les thèmes de la culture contemporaine et accordée aux engagements dans la cité39. Il fréquente par ailleurs l’École d’Uriage, dont il apprécie la pédagogie et les orientations intellectuelles et politiques ; il y envoie en stage des jeunes et participe lui-même comme instructeur-chef d’équipe à deux stages de 194240, dont le dernier. C’est là qu’il rencontre Hubert Beuve-Méry, directeur des études de l’École, avec lequel il entame les échanges d’informations et de réflexions qu’ils poursuivront leur vie durant. Il participe à Lyon au groupe de travail sur les réformes politiques et sociales à préparer réuni par Mounier avant son arrestation en janvier 1942, puis par Jean Lacroix et Joseph Hours. Il suit aussi l’équipe des Cahiers de notre jeunesse, revue publiée à Lyon par l’ACJF et dirigée depuis l’automne 1942 par le résistant André Mandouze ; il y signe un article issu de son expérience de guide pour les jeunes qui se lancent dans l’action41. Il soutiendra Mandouze, aux côtés des PP. de Lubac et Chambre, dans son combat pour inciter les chrétiens, notamment les jécistes, à refuser la réquisition du STO.

  • 42 Voir Bernard Comte, « Jésuites lyonnais résistants », dans Étienne Fouilloux, Bernard Hours, Les j (...)
  • 43 Il résumera clairement son jugement sur Giraud : « Militaire : bien ; Politique : 0 ; Social : – 2 (...)
  • 44 Carnet personnel de Fraisse (mai 1942-janvier 1943), AFSJ. Il résume là une donnée majeure de son (...)

33Il a tôt pris contact, comme les PP. Chaillet et Ganne, avec la résistance organisée dans les mouvements et les réseaux naissants42. Le P. Charles Chamussy, redevenu recteur du collège de la rue Sainte-Hélène, après avoir commandé victorieusement en juin 40 un bataillon de chasseurs alpins, l’introduit dans les cercles de la résistance militaire, liés à des réseaux comme Jade-Amicol (jésuites bordelais et amis dispersés du P. Antoine Dieuzayde) ; il rencontre des militants du mouvement qui donnera naissance à Combat et contacte en 1942 le prestigieux général Giraud, évadé d’Allemagne et camouflé à Lyon, de la part du chef d’Uriage, Dunoyer de Segonzac, qui hésite à se mettre sous ses ordres. Fraisse l’en dissuade en témoignant de la naïveté du général, qui ignore les réalités politiques et sociales43, face à l’intelligence de de Gaulle, capable de rassembler la nation pour le combat. Giraud lui rend visite ensuite, « pour parler du communisme », car il voit « les communistes en train de monopoliser le patriotisme ». Fraisse « essaie de lui dire que c’est inévitable », puisque les leaders bourgeois ont trahi, et surtout que « le problème communiste, c’est simplement le problème de la réintégration de la classe ouvrière dans la nation44 ».

  • 45 L’ORA, Organisation de résistance de l’armée, créée en 1942 par des généraux après la dissolution (...)
  • 46 Plus d’un étudiant lyonnais menacé par le STO a bénéficié d’une filière jésuite pour gagner un maq (...)

34À partir de 1942, ces multiples relations donnent au jeune Fraisse un rôle d’informateur et parfois de conseiller, qui relie les milieux catholiques aux organisations clandestines, les intellectuels et les militants politiques aux militaires (surtout ceux de l’ORA, que l’Armée secrète des mouvements cherche à intégrer45) ; il procurera aux jeunes réfractaires au STO des filières vers les maquis46.

  • 47 Veillée mémorable, voir Patrice Escolan, Lucien Ratel, Guide-Mémorial du Vercors résistant, Paris, (...)

35Ordonné prêtre au printemps 1943, il accomplit deux missions auprès des camps de réfractaires qui se forment dans les montagnes sans l’assistance de prêtres. L’abbé Henri Grouès (« abbé Pierre »), vicaire à Grenoble et créateur de centres d’accueil des réfractaires en Chartreuse puis dans le Vercors, fait appel à Fraisse, avec lequel il a lié amitié lorsque, pourchassé et fatigué, il s’est abrité au scolasticat. Celui-ci accepte de le remplacer pour une veillée de Noël, à Malleval en Vercors, « terre libérée » où l’abbé a créé un camp affilié à l’Armée secrète. Le jeune jésuite célèbre une messe « pleine de gravité et de fraternité » au cours d’une veillée joyeuse où les maquisards ont invité les paysans des environs qui les soutiennent47. À la veille de Pâques 1944, c’est le chef régional de l’AS, le commandant Descour, fervent catholique, qui sollicite le P. Fraisse (peut-être sur la recommandation du P. Chamussy, recteur du scolasticat et agent de la résistance militaire) pour visiter les camps du Vercors et apporter les sacrements du temps pascal aux jeunes catholiques privés d’aumôniers ; Fraisse a reçu l’assurance à Fourvière que tout prêtre était autorisé, même sans avoir reçu « les pouvoirs » de l’évêque du lieu, à donner les sacrements aux maquisards, puisqu’ils se trouvaient en danger de mort.

  • 48 Épisode évoqué couramment par le P. Fraisse, non sans fierté.
  • 49 Le P. Décisier, recteur de Fourvière, a été nommé provincial en août 1943. Il a déclaré peu après (...)
  • 50 Entretien avec Bernard Comte, 3 août 1994.

36Au lendemain du débarquement du 6 juin, lorsque l’appel de Londres à la mobilisation des résistants est répercuté en Rhône-Alpes avec consigne de gagner les maquis, Fraisse et son ami Chambre sont volontaires pour les rejoindre comme prêtres aumôniers, fonction que les provinciaux jésuites ont décidé d’autoriser. Mais l’AS (devenue FFI) manque cruellement d’officiers pour encadrer la masse des arrivants dans les camps des Alpes, et Descour, connaissant les états de service des deux jésuites et leur expérience du combat, les réclame comme officiers. Ils acceptent cet engagement, alors que les provinciaux ont interdit aux jésuites le service armé « tant que ce n’est pas l’autorité légitime qui y convoque officiellement ». Avant de quitter Lyon, Fraisse rend visite à son nouveau provincial, non pour solliciter son autorisation, mais pour l’informer de sa décision48. Le P. Auguste Décisier, patriote attentif à la situation politique et supérieur qui incite ses subordonnés en mal de choix à suivre leur conscience, observe un silence de consentement49. Fraisse redevenu lieutenant, puis capitaine Xavier, est nommé commandant en second des FFI de la Drôme, chef d’état-major du commandant de Lassus-Saint-Geniès (commandant Legrand). Celui-ci témoignera des qualités de son adjoint, homme de lucidité et de décision, qui a su obtenir la coopération d’unités diverses, comme les FTP à direction communiste peu disposés à se soumettre aux militaires ; il a pris sur lui de tenir pour nulle une directive de Descour ordonnant la concentration des FFI de la Drôme autour du PC, qu’il a jugée inutile et dangereuse50 ; ensuite, il a fait admettre aux généraux américains remontant la vallée du Rhône la singularité du combat des partisans et l’enjeu de la vie et des biens de la population à sauvegarder :

  • 51 J.-P. de Lassus-Saint-Geniès et Pierre de Saint-Prix, Combat pour le Vercors et pour la liberté, V (...)

Il sut, témoigna son ancien chef, de suite s’imposer par ses qualités de chef et la rapidité avec laquelle il comprit et assimila la situation du département ; tant et si bien que je n’hésitais pas avec un tel adjoint à lui confier les missions les plus importantes et à lui laisser le commandement du département quand j’étais obligé de m’absenter et d’aller visiter des compagnies éloignées. […] Il assurait la liaison avec le commandement américain, parlant parfaitement l’anglais ; étant au courant de toutes les dispositions prises, il devait rendre les plus grands services. En particulier en lui faisant comprendre les possibilités exactes des troupes FFI. Il devait aussi empêcher que les Américains bombardent systématiquement les villages où les Allemands essayaient de faire une petite résistance. Le commandant Xavier eut fort à faire pour empêcher les Américains de détruire en partie la ville de Montélimar51.

37De son PC installé au pied du Vercors, il était monté sur le plateau après le grand parachutage du 14 juillet pour prendre la part destinée aux combattants de la Drôme. Il y avait rencontré le P. de Montcheuil, venu de Paris pour étudier et rapporter aux autorités épiscopales le problème pastoral posé par l’absence de prêtres auprès de futurs combattants, et volontaire en fait pour s’occuper des secours à donner aux blessés.

  • 52 Il recevra, outre la légion d’honneur, la médaille de la Résistance et la croix de guerre avec pal (...)

38Après la libération du Sud-Est, le capitaine Fraisse, intégré avec le bataillon de la Drôme au 159e régiment d’infanterie de montagne, mène de durs combats en Maurienne contre les troupes allemandes bien entraînées, accrochées à leurs points fortifiés. Au printemps 1945, chargé à Suse de contrôler un secteur du Mont Cenis, il doit s’opposer d’un côté à des officiers français prêts à occuper le Val d’Aoste pour en préparer l’annexion, de l’autre aux éleveurs italiens qui cherchent à s’installer avec l’appui américain sur les pâturages du Mont Cenis aux dépens des Français de Lanslebourg. Il réussit à empêcher ce coup de force en menaçant de défendre par les armes les droits français52.

  • 53 Entretiens du P. Fraisse avec Bernard Comte, 5 août 1990.
  • 54 Ibid., 21 septembre 1994.
  • 55 Fraisse a conservé à portée de sa main l’article de Ganne « Foi chrétienne et présence à l’histoir (...)
  • 56 « Le prophète et le sacrement », réflexion théologique présentée dans une conférence à Versailles (...)
  • 57 Fraisse a participé aux « Entretiens de Châtenay » qui ont réuni en novembre 1947 une quinzaine de (...)
  • 58 Hommage du P. Fraisse à son ami défunt dans Église de Grenoble, 10 octobre 1979.

39Démobilisé après la capitulation de l’Allemagne, il revient à Fourvière pour sa quatrième année de théologie, parmi des condisciples qui n’ont pas connu cette interruption de leurs études et ne manifestent aucun intérêt, même pas de curiosité, pour les aventures des résistants ; ceux-ci suscitent plutôt la méfiance par leur comportement indépendant et peu ecclésiastique53. Il se souviendra avoir été très isolé, comme résistant devenu officier combattant jusqu’à la fin, lors de sa réintégration à Fourvière, où il côtoyait « une dizaine de résistants sur 250 scolastiques54 ». Il s’était ressenti alors comme un mouton noir, mais avait bénéficié de l’amitié confiante de ses aînés membres du groupe Fontoynont, le P. de Lubac dont il était un disciple attentif et le P. Ganne, son assistant et suppléant pour l’enseignement de théologie fondamentale aux étudiants de 4e année à l’Institut catholique. Voué après la fin de ses études à un ministère de formation de jeunes, élèves, étudiants ou professionnels débutants, il élabore une présentation personnelle de la foi chrétienne qui doit beaucoup à Pierre Ganne, auquel il s’attache alors de manière décisive. Ganne a été comme lui résistant, participant à de durs combats, il connaît et apprécie l’engagement dans les luttes politiques ou sociales et pratique avec truculence la liberté de parole ; les entretiens spirituels qu’il conduit en appellent à l’expérience de chacun plutôt qu’à sa docilité à enregistrer une doctrine. Comme lui, Fraisse s’adressera à des agnostiques et des athées mêlés à des chrétiens et il incitera ceux-ci à se débarrasser, par une sorte de décapage, des formules doctrinales abstraites, de la participation distraite aux rites sacramentels et de l’observation de « commandements » qui ne mentionnent pas la lutte pour la justice dans la communauté des hommes. La foi chrétienne est d’abord ouverture à l’appel de Dieu présent dans l’histoire des hommes55 et celle-ci est marquée par un « dessein de Dieu » sur l’humanité : que les efforts pour la justice en fassent une communauté, en « communion d’amour ». Fraisse doit pour une grande part cette approche originale aux réflexions que son ami Ganne livre dans ses exposés oraux à divers publics, souvent militants du mouvement ouvrier ou d’associations professionnelles et dans quelques articles destinés aux instituteurs et institutrices catholiques de l’enseignement public (Équipes enseignantes) ou aux militants de la mission en milieu ouvrier56. Fraisse s’imprègne des thèmes qui structurent la pensée de Ganne, comme la pensée de l’unité qui associe les éléments à distinguer sans les opposer, contre les dualismes et les catégories abstraites qui trahissent le vivant (nature et grâce, temporel et spirituel, immanence et transcendance57). Il saluera après sa mort « l’extraordinaire ascendant de parole » qu’exerçait son ami, sur les « simples » comme sur les « doctes », « parce qu’il apportait un éclairage décisif sur des points vitaux. Humaniste, philosophe, amateur d’art…, aussi bon exégète que théologien, tout était unifié dans une expérience de foi profonde. Merveilleux pédagogue, il la faisait partager et l’éveillait chez ses auditeurs. Non en la disant, mais en la mettant en œuvre de façon à la fois très impersonnelle et personnelle58. »

  • 59 Entretiens avec Bernard Comte, 21 septembre 1994.

40De 1946 à 1948, Fraisse est professeur de philosophie au collège de Dole, où il manifeste bientôt inquiétude et impatience devant la priorité que la Compagnie conserve à ses collèges plutôt qu’au travail à faire auprès des élèves de l’enseignement public ; il réussit cependant dans les libres échanges ou cercles d’étude qu’il propose à ses élèves, comme il le faisait en 1941 avec les aînés de la Conférence Ampère59. En 1948-1949, il effectue aux États-Unis son troisième an, temps de retraite spirituelle et de révision de vie après les premières expériences de ministère ; il y fait deux rencontres capitales, John LaFarge et Dorothy Day, qui ancrent son orientation vers le service de la justice entre humains, sur tous les plans.

  • 60 John LaFarge (1880-1963), jeune jésuite en 1911, a été curé de paroisses peuplées de Noirs et d’im (...)
  • 61 Le texte dont LaFarge a dirigé la rédaction est parvenu à Pie XI très fatigué, mort peu après, et (...)
  • 62 Un Américain comme les autres, Strasbourg, Alsatia, 1959.

41Le jésuite John LaFarge60, journaliste à l’hebdomadaire catholique America, se consacre depuis 1926 à la lutte pour l’égalité « interraciale », forme négligée de la justice sociale. Il a fondé à New York en 1934 le Catholic Interracial Council et publié en 1937 un livre, Interracial Justice, que Pie XI a lu et jugé « pertinent » ; il a apprécié cette confrontation entre la situation des Noirs victimes du racisme aux USA et la doctrine catholique sur l’unité du genre humain, opposée à l’idée de « races », puisqu’il n’y a qu’un « genre humain ». Le pape lui a confié à l’été 1938 la tâche de préciser cette doctrine, ce qu’il a fait, trop tard61. Lucien Fraisse rencontre longuement le P. LaFarge qui l’informe de sa lutte contre la ségrégation des Noirs, avec le livre The Race Question and the Negro (1943) ; il prépare alors l’autobiographie qu’il publiera en 195462.

  • 63 Dorothy Day (1897-1980) publiera The Long Loneliness (Harper, New York) et sa traduction La longue (...)

42Dorothy Day a accompli un parcours singulier, qu’elle s’apprête alors à relater63 dans l’autobiographie qu’elle publiera en 1952. Une jeunesse agitée, avec des beuveries, des liaisons multiples, un mariage malheureux et un activisme de militante liée aux ouvriers communistes, a débouché, après une rupture, sur la découverte du catholicisme dans lequel elle a été baptisée à 30 ans. Elle a rencontré en 1932 Peter Maurin, français, philosophe itinérant qui se dit « anarchiste chrétien », en fait marqué par une foi profonde et le catholicisme social, et ils se sont associés définitivement en créant en mai 1933 un mouvement pour la justice sociale, The Catholic Worker, installé à New York. Un quotidien du même nom, vendu dans la rue à 10 000 exemplaires, puis 110 000 dès 1935, fait connaître le mouvement, ainsi que des réalisations au service des ouvriers et des pauvres, les Maisons d’hospitalité et l’École ouvrière qui forme des adeptes de la « troisième voie » pour la « révolution spirituelle ». Dorothy Day multiplie les reportages gagne-pain et les articles engagés dans les revues catholiques Commonweal et America, où elle rejoint le P. LaFarge dans le combat chrétien pour la justice. Séparée de ses amis marxistes, athées et partisans d’une révolution essentiellement politique, elle soutient cependant les durs combats des syndicalistes et critique l’action paternaliste du gouvernement pour le secours des pauvres. Fraisse est frappé par sa « liberté souveraine », qui n’accepte aucune autorité autre que celle de l’Église catholique et de sa hiérarchie.

  • 64 Réunion d’une série d’articles publiés dans Esprit depuis 1932, publiée aux éditions Montaigne en (...)
  • 65 Publication en n° spécial de la revue (octobre 1936), suivie d’un livre (Éditions Montaigne).
  • 66 Note du Catholic Worker, citée dans l’article de Lucien Fraisse « Emmanuel Mounier, Esprit et le M (...)
  • 67 Esprit a publié au temps de Mounier et ensuite quelques notes ou chroniques sur le catholicisme ou (...)
  • 68 Notation de Lucien Fraisse, art. cit. Mounier ne connaissait Dorothy Day que par ouï-dire, de Mari (...)
  • 69 Dans Le Monde, 14-15 juillet 1974, et Informations catholiques internationales, 15 octobre.

43Grand lecteur, Peter Maurin a découvert Mounier en 1935 dans Révolution personnaliste et communautaire64, et assimilé le contenu du Manifeste au service du personnalisme publié en 193665. Il est devenu alors un propagateur efficace de la pensée de l’auteur, plus attirante que la « doctrine sociale » de l’Église qu’il a assimilée ; il recommande à ses amis Esprit, « revue où catholiques, protestants, juifs et humanistes s’efforcent de promouvoir une sorte de société où l’homme sera humain envers l’homme66 ». Mounier, de son côté, malgré les « convergences remarquables » notées par Fraisse, n’a pas cherché à renseigner ses lecteurs sur le Catholic Worker67, alors qu’en 1947, il recommandait à Fraisse qui prévoyait un séjour américain : « Ne manquez pas d’aller la [Dorothy Day] voir68. » Fraisse n’a pas pu avoir de longs entretiens avec Maurin, alors épuisé et dépendant jusqu’à sa mort en mai 1949, mais la personnalité et le rayonnement de Dorothy Day lui ont fait une très forte impression, dont il a rendu compte plus tard (1974) en deux articles de la presse française69.

44En 1949, il revient à Lyon, assigné comme aumônier d’étudiants à la MEC (Maison des étudiants catholiques). C’est un foyer très vivant, fondé et dirigé par les jésuites, où les étudiants hébergés peuvent participer à des offices religieux et des cercles d’études, entendre des conférenciers, se rencontrer et accueillir leurs camarades, comme cela a été le cas pour les réunions clandestines de jeunes résistants pendant la guerre, et profiter d’activités de loisir. La MEC est alors dirigée par un supérieur, le P. Coron, qui sera relayé en 1951 par le P. d’Oncieu, alors aumônier national de la JEC, puis par le P. Lhaumet en 1955. Plusieurs jésuites résident dans la maison, chargés de ministères au dehors auprès de groupes et d’associations, notamment des mouvements de jeunesse de l’Action catholique ; ils sont aussi disponibles pour recevoir en privé les étudiants.

  • 70 Le rapport qu’il rédigera à l’adresse du général en mai 1958 fournit une description précise de so (...)

45La tâche confiée alors au P. Fraisse par le diocèse concerne l’aumônerie de la khâgne du lycée du Parc, tenue depuis 1936 par le P. Varillon qui, surchargé, l’a abandonnée en 1947, et d’autres, comme celle des étudiants de la faculté de Pharmacie. Il y ajoute des groupes qu’il contribue à créer ou à développer : la khâgne féminine du lycée Edgar Quinet, des groupes féminins de Pharmacie et de Droit, et un groupe de professionnels du Péage-de-Roussillon membres du MICIAC. Il créera les années suivantes des groupes d’anciens de la conférence Ampère, médecins, journalistes, personnel du Palais70. Il prononce ses derniers vœux en 1951.

  • 71 Esprit, février 1941. Sur cette sanction contre Ganne, voir Pierre Ganne sj, 1904-1979, op. cit.
  • 72 Les références à ces documents seront indiquées Cahiers LF (remis aux AFSJ). Une série de dossiers (...)

46Entre temps, la « foudre » de juin 1950 sur Fourvière a frappé le P. Ganne, écarté de son poste de suppléant du P. de Lubac. Son enseignement théologique n’est pas en cause, ni ses rares articles publiés, mais sa liberté de critique et de ton, et son comportement peu ecclésiastique. Des dénonciations sont parvenues au cardinal Gerlier, qui n’a pas apprécié en 1941 sa sévère condamnation des mesures du ministre Jacques Chevalier pour réintroduire « Dieu à l’école71 ». Assigné à la maison jésuite de retraites de Saint-Égrève, il développe une activité itinérante dans le diocèse de Grenoble, en entretiens, journées de réflexion, retraites et sessions pour des prêtres et des groupes qu’il suit régulièrement, étudiants, enseignants, militants syndicalistes ou politiques comme dans le bassin minier de La Mure. Fraisse suit dans ses moments de liberté certains de ces entretiens ou se fait communiquer les notes d’un auditeur et rédige des comptes rendus qu’il méditera. Plusieurs cahiers de notes et des dossiers72 rassemblant divers articles témoignent du prix qu’il attache au travail de son aîné.

47Ses propres entretiens, très marqués en christologie par l’enseignement de Fourvière, s’appuient comme ceux de Ganne sur la Bible. Il partage son insistance sur un Dieu humble, le Dieu des pauvres dont l’amour ne sollicite pas la soumission. Il manifeste parfois un tempérament « abrupt dans son intransigeance » (P. Sommet), une certaine « rugosité », surtout lorsqu’il se heurte aux « valeurs d’établissement ». En revanche, il met à l’aise les humbles dont il sait reconnaître l’humanité. Le « mouton noir » de 1945 est immunisé par son parcours contre tout comportement clérical et contre l’onction ecclésiastique.

48L’ancien khâgneux de Lyon Jacques Julliard le reconnaît parmi les maîtres qui l’ont marqué :

  • 73 Jacques Julliard, Le choix de Pascal, Paris, DDB, 2003, p. 39-40.

49Fraisse était pourtant le contraire d’un curé de gauche, au sens politicien du terme. Ses modèles étaient Maurice Blondel et surtout le P. Laberthonnière qui, victime de la répression injuste de Pie X, répondit par un livre magnifique sur l’obéissance. La religion du P. Fraisse m’a profondément marqué. Pour l’essentiel, elle constitue encore aujourd’hui le fond de mes croyances. Tout en faisant sa part à l’Ancien Testament, elle était avant tout christique. Elle était l’illustration du mot de Pascal : “Nous ne connaissons Dieu que par Jésus Christ.” Son enseignement, posé par touches successives, était un mélange de christologie et de réflexion sur l’insertion politique de la religion. Mais, encore une fois, sans la moindre concession à l’apologétique fort courante à l’époque, du type “socialiste parce que chrétien”. Son ennemi numéro un était l’intégrisme, mais il nous mettait aussi en garde contre l’horizontalisme inhérent aux “chrétiens progressistes”. Il a été pour beaucoup dans mes orientations ultérieures vers le syndicalisme étudiant puis ouvrier, ainsi que vers l’anticolonialisme. Chez lui, les différents ordres, le matériel, l’intellectuel et le spirituel étaient distincts sans être séparés73.

Et une forte personnalité

50Lucien Fraisse n’avait pas la prestance physique d’un géant ou d’un athlète, mais une vigueur de montagnard qu’il entretenait dans les courses alpines menées particulièrement avec Hubert Beuve-Méry depuis leur rencontre à l’École d’Uriage en 1941. L’énergie et la détermination sont apparentes sur les photographies du jésuite, en officier de cavalerie motorisée, en instructeur temporaire à Uriage ou en aumônier de groupe spirituel. Hormis les combats rapprochés de 1940 ou 1944-1945, c’est dans l’affirmation de ses convictions et sa franchise souvent brusque, notamment face aux autorités, que le père manifestait sa pugnacité, en refusant les manières complaisantes et les félicitations mondaines, y compris en reconnaissant une erreur et en révisant son discours.

51Il trouvait un équilibre à cette vigueur dans son souci constant de lucidité face au réel, écartant les apparences pour dégager l’essentiel dans les divers domaines qu’il cultivait : le combat du guerrier, la pratique fervente de l’analyse des situations, l’écoute et le conseil offerts aux libres personnes qui s’adressaient à lui… et ses relations avec ses supérieurs de la Compagnie de fils obéissant, qui ajoute parfois à sa soumission une protestation ouvertement critique. Sa lucidité était claire, elle s’est particulièrement exprimée dans les années du gouvernement de Vichy : contre les apparences, sa confiance dans la victoire de l’Angleterre était totale, nourrie par la détermination de Churchill, le courage et la placidité de ses soldats admirés sous le feu des Panzerwagen et dans l’évacuation de Dunkerque ; sa conviction que Pétain et ses messages ne menaient nullement à une revanche où la France retrouverait son indépendance et son rang ; enfin sa nette condamnation de l’aveuglement de l’Église de France et du gouvernement dans l’alliance étroite dont l’une et l’autre bénéficiaient apparemment, ce qui préparait une nouvelle vague d’anticléricalisme. Le père annonçait ainsi constamment des surprises, face aux idées creuses et aux déclarations légères.

52Troisième trait, sa sociabilité singulière ignorait la timidité et écartait les échanges mondains pour s’ouvrir aux rencontres menées dans la cordialité. Le père cultivait des relations fondées sur le voisinage de quartier des uns, la commune spécialité professionnelle des autres ou leur appartenance à la même entreprise. Avec les groupes d’étudiants dont le diocèse lui avait confié le ministère d’aumônerie, il était attentif à favoriser des habitudes de vie communautaire dans le travail et le loisir, ce qui créait autour de lui des relations autrement ouvertes que la politesse pratiquée entre professeurs et étudiants.

1957, Réflexions pour un double bilan

  • 74 Bilan extrait du rapport adressé au Général en 1958.

53Le P. Fraisse dressera dans l’été 1957 un bilan précis de son ministère lyonnais auprès des étudiants de diverses facultés ou écoles dont il est l’aumônier officiellement reconnu mais aussi auprès d’adultes et d’actifs74 :

Ministères auprès des étudiants
Le premier groupe que m’avait transmis le P. Varillon était le groupe des étudiants préparant l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm.
J’ai été leur aumônier de 1949 à 1957.
Réunions régulières tous les 15 jours d’octobre à juin : 10 à 20 participants.
Une récollection annuelle : 12 à 33 participants.
Journée à la Trappe des Dombes : 15 à 30 participants.
De 1949 à 1952 aumônier de la faculté de Pharmacie.
Réunion tous les 15 jours. Récollection annuelle. Camp d’été.
De 20 la première année, le nombre des participants augmentait jusqu’à 50 la troisième année.
De 1950 à 1957, aumônier des Étudiantes présentant l’entrée à l’École Normale Supérieure de Sèvres. Avant cette date il n’existait rien.
Même rythme de réunions et même nombre que la préparation jeunes gens.
Depuis 1952, j’ai été aumônier de l’ensemble de la faculté de Droit. Je n’ai accepté que sur les instances pressantes et réitérées de M. le chanoine Dupuy et du P. d’Oncieu connaissant bien la résistance à l’Évangile de ce milieu. Jusqu’à cette date en dehors d’un groupe d’une dizaine de jeunes filles que j’avais réuni à partir de 1949, il n’y avait pratiquement rien.
De 1952 à 1957 le groupe s’est réuni toutes les semaines.
Une réunion mixte tous les 15 jours faites par les étudiants dans l’optique de la JEC. De 25 augmentant jusqu’à 60 et au-delà.
Une réunion alternée pour les Jeunes gens et Jeunes filles de formation religieuse : 10 à 20 Jeunes Gens et 15 à 30 Jeunes Filles.
Une récollection annuelle : 10 à 25 jeunes gens, 15 à 35 jeunes filles.
Une messe hebdomadaire : 25 à 40.
À quoi s’ajoutaient des ministères épisodiques à Lyon ou hors de Lyon : récollections et retraites en particulier à Grenoble.
J’assurais de plus la direction personnelle de beaucoup d’étudiants.
Voilà, réduits au squelette, mes ministères auprès des Étudiants. Je précise que les participants à ces divers groupes sont dans une liberté absolue de venir ou de ne pas venir à quelque réunion que ce soit. À l’exception du groupe de jeunes gens préparant la rue d’Ulm, j’ai créé tous les autres groupes qui étaient inexistants ou pratiquement inexistants.
Ministères auprès des adultes
1952 1957 Aumônier d’un groupe de foyers créé à cette première date comprenant : Trois médecins dont deux Professeurs agrégés, un industriel, un vétérinaire, un banquier, un ingénieur.
Réunion religieuse 1953 1957 Création d'un groupe de Magistrats et d’Avocats passé de 10 à plus de trente participants.
Messe et, réunions mensuelles.
1957 Création d’un groupe de journalistes.
1953·1957 Création d’un groupe en banlieue comprenant trois ouvriers.
Il ne s’agit là que de groupes se réunissant régulièrement et sur plusieurs années. Je ne mentionne pas des groupes divers pas plus que ma participation régulière à des groupes intellectuels de Prêtres ou de laïcs.

54Après la rupture brutale qui marquera la fin de ce ministère lyonnais, le P. Fraisse fera retour en privé sur ce qu’il a vécu « depuis dix ans » :

  • 75 Note du 14 mai 1958, cahier 5, ALF.

Ces huit années à la MEC dont quatre pleinement heureuses. ‒ Trop. J’en avais, nous en avions, pleinement conscience. Huit années fécondes (humanum dico), au milieu cependant de quelles difficultés. Le mythe de Sisyphe vécu chaque année auprès des groupes à reprendre75.

55Un travail assidu, dans le sillage du P. Ganne, a mis en valeur ses qualités intellectuelles et humaines, notamment chez les étudiants dont il s’est vite prêté à recevoir les confidences et les questions, comme guide expérimenté qui sait écouter et conseiller sans prétendre diriger les consciences ; il les aide au contraire à conquérir leur autonomie. Les marques de confiance qu’il a reçues, d’abord chez les étudiants puis dans les groupes de professionnels, ont prouvé qu’il avait trouvé sa place et sa forme d’action.

56Mais, dans son cahier 5, ouvert en octobre 1956 et consacré alors à des comptes rendus d’exposés (surtout de son ami Ganne) et à des notations sur des rencontres et des conversations, le P. Fraisse consigne, sans préciser de date autre que « mai 1957 » ni donner de titre à la page, une réflexion personnelle pessimiste, amenée par une série d’échecs, d’abandons ou d’interdictions qui accablent les novateurs au travail dans la jeunesse ou le mouvement missionnaire, pour la satisfaction des tenants d’un conservatisme autoritaire :

Mai 1957
Démission du QG de la Route
du Secrétariat de la JEC
Rappel des P.O. jésuites du travail
Tout meurt. Sensation de promenade dans un cimetière.
Les bourdes s’échelonnent : Fourvière – Dominicains – Prêtres Ouvriers – ACJF – Route – Vie intellectuelle – etc.
Demain, dit-on, Vie nouvelle – Esprit peut-être.
Ce qui meurt meurt bien.
Bien sûr, une certaine vie continue. On n’étouffe pas la vie, ni l’Esprit Saint.
Bien sûr, on peut dire, on pourra dire que des purifications s’imposaient.
Mais est-il nécessaire de tout détruire ainsi ? Car les conséquences immédiates sont là graves. Des âmes se perdent – humanum dico –, mais nous ne pouvons dire autrement. Des âmes ne trouvent pas, ne peuvent trouver le Christ. Beaucoup quittent l’Église ou ne peuvent pas y entrer. Beaucoup ne peuvent vivre qu’en s’étiolant.
Entre les deux guerres, on avait vu naître. Depuis dix ans, on voit mourir.
[Ajout “ Ceci a été écrit deux mois avant mon limogeage ”].

Notes

1 C’est le mot du P. de Lubac relatant sa situation « au centre du cyclone » dans son Mémoire sur l’occasion de mes écrits, Namur, Culture et vérité, 1989, p. 68-71.

2 Dominique Avon, « Une école théologique à Fourvière ? », dans Étienne Fouilloux, Bernard Hours (dir.), Les jésuites à Lyon, Lyon, ENS éditions, 2005, p. 231- 247.

3 Mgr Guerry a publié une étude documentée, traitée en apologie : L’Église catholique en France sous l’Occupation, Paris, Flammarion, 1947.

4 L’ACA (Assemblée des cardinaux et archevêques), créée en 1919, est animée par une commission permanente qu’a dirigée l’archevêque de Cambrai, Mgr Chollet, relayé en 1952 par son successeur, Mgr Guerry.

5 Étienne Fouilloux, Une Église en quête de liberté, Paris, DDB, 1998, p. 279-300.

6 Alain-René Michel, Catholiques en démocratie, Paris, Cerf, 2006, p. 499-572.

7 Jean-Dominique Durand, « La crise du catéchisme français de 1957 », dans Raymond Brodeur, Brigitte Caulier (dir.), Enseigner le catéchisme. Autorités et institutions xvie-xxe siècles, Paris, Cerf, 1997, p. 361-377.

8 Nommé évêque de Constantine en 1946 puis archevêque d’Alger en 1954, Léon Duval s’est discrètement situé en faveur d’une solution négociée du conflit, pour une Algérie autodéterminée et fondée sur l’égalité des deux communautés, ce qui le sépare de la grande majorité de son clergé et des fidèles attachés à l’Algérie française et à leur situation privilégiée ; il a blâmé dès janvier 1955 l’usage de la torture.

9 Essai publié aux Éditions du Seuil en 1957.

10 Texte du Comité lyonnais pour les droits de l’homme présidé par Joseph Folliet, signé par 120 personnalités, Le Monde, 4 mai 1957.

11 11 ARSJ, archives romaines de la Compagnie de Jésus, registre France XIII, 277-282.

12 Henri de Lubac, Mémoire sur l’occasion de mes écrits, op. cit., p. 74-75 ; cette lettre (datée du 11 décembre 1957), qui livre l’amertume durable de la victime de 1950, est restée à l’état de brouillon, non envoyé.

13 Le Monde, 14 septembre 1957.

14 Témoignage cité dans Emmanuel Lercaron, Une aventure spirituelle, esquisse d’une histoire de la communauté Vie chrétienne en France, mémoire de maitrise de théologie, 1997, p. 25.

15 Article nécrologique de la revue belge Échos de la Compagnie de Jésus, n° 4, août 1993.

16 E. Lercaron, op. cit., p. 2.

17 Jacques Guillet, Habiter les Écritures, Paris, Centurion, 1993, p. 212-214.

18 Lettres des 6 et 16 avril 1957, AFSJ.

19 Lettres du 16 décembre 1956 et 11 avril 1957, AFSJ.

20 Lettre au P. Arminjon, 6 novembre 1958, L/58/162, AFSJ.

21 Vraisemblablement des dénonciations.

22 Gustave Martelet, né en 1916 et décédé en 2014, étudiant à Fourvière après 1944, s’est lié à H. de Lubac et P. Ganne. Professeur de philosophie, il cultive à la fois la philosophie des sciences de l’homme et de la nature (en lien avec le P. Teilhard de Chardin) et l’école hégélienne, avec ses héritiers comme Feuerbach. Joseph Moingt, né en 1915, entré au noviciat de la province de Paris en 1938 et mobilisé en 1939, a été fait prisonnier de guerre et n’est rentré en France qu’en 1945. Il a repris en 1946 ses études, qu’il a achevées aux scolasticats de Mongré puis Fourvière. Lié au P. de Lubac, il a soutenu à l’ICP en 1955 une thèse sur la théologie trinitaire de Tertullien.

23 Heinrich Denzinger, jésuite allemand auteur de la somme doctrinale Enchiridion symbolorum et definitionum (recueil complet des textes conciliaires et pontificaux) qui fait autorité (1854, 31e édition en 1957).

24 Le « grand cours » est le programme de l’enseignement de chaque discipline, pour les étudiants de bon niveau. Un « petit cours » simplifié est donné à ceux qui suivent difficilement, peu doués ou retardés par une absence.

25 Ces personnalités influentes du scolasticat ont été marquées par la guerre ou par leurs activités en dehors de la Compagnie. Jacques Sommet, né à Lyon en 1912, a été employé à la fabrique de soieries de son père puis étudiant de Sciences-Po à Paris. Engagé dans un réseau de passage en Espagne, il a été arrêté par la Gestapo en mai 1944 et déporté à Dachau. Étudiant à Fourvière à son retour, il a soutenu une thèse à l’Université grégorienne de Rome en 1950 et enseigné la philosophie au scolasticat de Chantilly en pratiquant, en lien avec les équipes du Témoignage chrétien et de la Chronique sociale, le dialogue avec les marxistes et d’autres incroyants. Rappelé à Lyon en 1953, il a été nommé recteur du théologat, alors secoué par une grave crise. Jacques Guillet, né en 1910, fait prisonnier en 1940, s’est évadé vers Stockholm puis Londres, où il s’est engagé dans les Forces Françaises libres. Après ses études bibliques à Rome (1949-1951), il enseigne la théologie et l’Écriture sainte à Fourvière, où il devient préfet des Études et doyen de la Faculté.

26 Homélie du P. Fraisse dans l’église d’Arcisse (Saint-Chef, Isère) le 13 juin 1992 aux amis qui fêtent ses 80 ans ; il leur en distribuera le texte.

27 Cité par le témoin Antoine Rédier dans Les cadets de Saumur, Lyon, Vitte, 1940, p. 180.

28 Entretien avec Bernard Comte, 4 août 1990.

29 Citation signée du général Pichon (29 juillet 1940), AFSJ, dossier Lucien Fraisse.

30 « Lettre ouverte au père Fraisse », Trait d’union, septembre 1941.

31 Auteur d’un Vocabulaire grec très apprécié et d’un Vocabulaire latin, le P. Fontoynont (1880-1958) projette alors de lancer deux importantes séries de publications : les collections Sources chrétiennes et Théologie (voir Étienne Fouilloux, La Collection « Sources chrétiennes », Paris, Cerf, 1995 et Une Église en quête de liberté, op. cit., p. 181 sq).

32 François Varillon, Beauté du monde et souffrance des hommes, Centurion, 1980, p. 56, p. 67-75.

33 Il assurera la charge de vicaire général de 1944 à 1946 pendant la vacance du généralat entre la mort du P. Ledochowski et l’élection du P. Janssens (1942 à 1946). Son influence à Rome perdurera.

34 « Mémoires confidentiels » adressés aux supérieurs au printemps 1941. Voir Bernard Comte, L’honneur et la conscience. Catholiques français en résistance 1940-1944, Paris, Éditions de L’Atelier, 1998, p. 224 sq.

35 Le P. Pierre Chaillet, professeur de théologie fondamentale en première année du scolasticat de Fourvière depuis 1937, a été mobilisé dans le renseignement et envoyé à Budapest, d’où il est revenu en janvier 1941, très hostile au régime de Vichy. Voir Renée Bédarida, Pierre Chaillet, témoin de la résistance spirituelle, Paris, Fayard, 1988.

36 Souvenir pittoresque du P. Fraisse, entretien avec Bernard Comte.

37 Voir Renée Bédarida, Les Armes de l’Esprit. Témoignage chrétien (1941-1944), Paris, Les Éditions ouvrières, 1977.

38 Nomination qui témoigne de la réputation du nouveau venu, homme de jugement et fait aux responsabilités.

39 Voir Pierre Ganne sj, 1904-1979. La théologie chrétienne de la liberté, Paris, Médiasèvres, 2009.

40 « Expérience dure mais passionnante », note-t-il dans le carnet-journal qu’il tient alors. Voir Bernard Comte, Une utopie combattante. L’École des cadres d’Uriage, 1940-1942, Paris, Fayard, 1991.

41 « Réflexions sur l’efficacité », Cahiers de notre jeunesse, 17, mars 1943, p. 6-11. Fraisse critique les victoires apparentes obtenues par la force, en leur opposant les gains d’un travail respectueux des réalités.

42 Voir Bernard Comte, « Jésuites lyonnais résistants », dans Étienne Fouilloux, Bernard Hours, Les jésuites à Lyon, op. cit., p. 189-204.

43 Il résumera clairement son jugement sur Giraud : « Militaire : bien ; Politique : 0 ; Social : – 2 » (Journal du P. Desqueyrat, AFSJ).

44 Carnet personnel de Fraisse (mai 1942-janvier 1943), AFSJ. Il résume là une donnée majeure de son jugement politique de résistant : la droite portée au pouvoir par Pétain a trahi la patrie et divisé la nation, la victoire de la Résistance avec de Gaulle doit relever la nation et rendre la parole au peuple.

45 L’ORA, Organisation de résistance de l’armée, créée en 1942 par des généraux après la dissolution de l’armée de l’armistice et d’abord prête à obéir au général Giraud, rejoindra l’Armée secrète des MUR mise en place par Jean Moulin.

46 Plus d’un étudiant lyonnais menacé par le STO a bénéficié d’une filière jésuite pour gagner un maquis, comme le khâgneux Albert Lachièze-Rey décidé à partir à la veille du concours, qui a été aiguillé par son aumônier vers Fourvière, où lui a été montré en secret un lien pour rejoindre les maquis de l’Ain (témoignage).

47 Veillée mémorable, voir Patrice Escolan, Lucien Ratel, Guide-Mémorial du Vercors résistant, Paris, Le Cherche Midi éditeur, 1994.

48 Épisode évoqué couramment par le P. Fraisse, non sans fierté.

49 Le P. Décisier, recteur de Fourvière, a été nommé provincial en août 1943. Il a déclaré peu après qu’aucun jésuite de la province ne devait plus partir pour l’Allemagne, alors que son prédécesseur, attaché aux consignes du P. de Boynes sans attention personnelle à la situation politique, avait encouragé les départs.

50 Entretien avec Bernard Comte, 3 août 1994.

51 J.-P. de Lassus-Saint-Geniès et Pierre de Saint-Prix, Combat pour le Vercors et pour la liberté, Valence, Peuple libre, 1982 ; FFI Drôme, Pour l’amour de la France. Drôme-Vercors 1940-1944, Valence, Peuple libre, 1989, p. 295 sq.

52 Il recevra, outre la légion d’honneur, la médaille de la Résistance et la croix de guerre avec palmes (23 mai 1947).

53 Entretiens du P. Fraisse avec Bernard Comte, 5 août 1990.

54 Ibid., 21 septembre 1994.

55 Fraisse a conservé à portée de sa main l’article de Ganne « Foi chrétienne et présence à l’histoire » publié en avril 1948 dans le Plan de travail, supplément à la revue Vie Enseignante, organe des Équipes Enseignantes (Pierre Ganne, Je suis ton Dieu et tu es mon peuple. Leçons sur l’Alliance, Paris, Centurion, 1986). Un second article l’a rejoint, tiré du Plan de travail publié en 1949, « Christianisme et valeurs communes », réflexion sur la laïcité qui présente la liberté de conscience comme valeur essentielle, appartenant aux deux morales distinctes mais parentes, « morale naturelle » et morale chrétienne.

56 « Le prophète et le sacrement », réflexion théologique présentée dans une conférence à Versailles en 1948 et publiée dans la revue de la mission ouvrière, dont Ganne est un des théologiens, Masses ouvrières (mars et avril 1949).

57 Fraisse a participé aux « Entretiens de Châtenay » qui ont réuni en novembre 1947 une quinzaine de théologiens et autres intellectuels pour des échanges sur le thème « Christianisme et monde moderne » traité dans Esprit, n° spécial août-septembre 1946 ; Ganne a été chargé par Mounier d’ouvrir le débat par une réflexion sur la notion de transcendance ; voir Bulletin des Amis d’Emmanuel Mounier (BAEM, 54, octobre 1980, p. 3 sq).

58 Hommage du P. Fraisse à son ami défunt dans Église de Grenoble, 10 octobre 1979.

59 Entretiens avec Bernard Comte, 21 septembre 1994.

60 John LaFarge (1880-1963), jeune jésuite en 1911, a été curé de paroisses peuplées de Noirs et d’immigrés venus d’Europe centrale dont la condition inférieure l’a révolté.

61 Le texte dont LaFarge a dirigé la rédaction est parvenu à Pie XI très fatigué, mort peu après, et a été oublié. Georges Passelecq et Bernard Suchecky ont présenté l’histoire de sa rédaction et sa version française (« L’unité du genre humain ») dans L’encyclique cachée de Pie XI, Paris, La Découverte, 1995.

62 Un Américain comme les autres, Strasbourg, Alsatia, 1959.

63 Dorothy Day (1897-1980) publiera The Long Loneliness (Harper, New York) et sa traduction La longue solitude (Cerf, 1955).

64 Réunion d’une série d’articles publiés dans Esprit depuis 1932, publiée aux éditions Montaigne en 1935.

65 Publication en n° spécial de la revue (octobre 1936), suivie d’un livre (Éditions Montaigne).

66 Note du Catholic Worker, citée dans l’article de Lucien Fraisse « Emmanuel Mounier, Esprit et le Mouvement du Catholic Worker de P. Maurin et D. Day », BAEM, 46, juin 1972.

67 Esprit a publié au temps de Mounier et ensuite quelques notes ou chroniques sur le catholicisme ou le mouvement social aux USA, sans citer le Catholic Worker. Seule une chronique du P. Daniélou lui a consacré après la mort de Mounier quelques lignes, « parmi les mouvements les plus vivants dans l’ordre du catholicisme social » (sans le caractériser autrement, ni citer P. Maurin), en citant Dorothy Day, « femme admirable » (« Tendances vivantes du catholicisme américain », Esprit, novembre 1950) ; on ne sait si cette brève allusion a un rapport avec le séjour américain du P. Fraisse, qui a peut-être laissé une trace dans la presse jésuite française.

68 Notation de Lucien Fraisse, art. cit. Mounier ne connaissait Dorothy Day que par ouï-dire, de Maritain peut-être qui l’avait vue en 1934, et sûrement de G. Paulding, membre en France de l’équipe d’Esprit et familier aux USA du Catholic Worker, étant rédacteur de la revue Commonweal qui publie les articles rémunérés de Dorothy.

69 Dans Le Monde, 14-15 juillet 1974, et Informations catholiques internationales, 15 octobre.

70 Le rapport qu’il rédigera à l’adresse du général en mai 1958 fournit une description précise de son activité (voir infra).

71 Esprit, février 1941. Sur cette sanction contre Ganne, voir Pierre Ganne sj, 1904-1979, op. cit.

72 Les références à ces documents seront indiquées Cahiers LF (remis aux AFSJ). Une série de dossiers actuellement conservés à Lyon (Dossiers LF) rassemble dans un ordre chronologique des textes rédigés, résumés de lectures ou recueils d’exposés oraux.

73 Jacques Julliard, Le choix de Pascal, Paris, DDB, 2003, p. 39-40.

74 Bilan extrait du rapport adressé au Général en 1958.

75 Note du 14 mai 1958, cahier 5, ALF.

© LARHRA, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search