Version classiqueVersion mobile

Le père Fraisse (1912-2001)Les combats d’un jésuite foudroyé

 | 
Bernard Comte
, 
Madeleine Comte

Introduction

Texte intégral

Nous tenons à remercier pour leur soutien et leur collaboration Robert Bonfils sj, archiviste AFCJ ; Pierre Gibert sj ; Pierre Vallin sj ; Étienne Fouilloux ; Anne Boudon et Ingmar Granstedt ; Olivier Martinon ; Suzanne Boyer ; Christian Rendu † ; Nicole Pelletier † ; Paul et Colette Gauthier ; Hélène et Dominique †Brémaud ; Thibaut Desies ; Anne Marie Comte et Christine Chadier qui a assuré la mise en page du livre.

1Ce livre est né d’un geste inattendu du P. Fraisse, jésuite lyonnais de 86 ans, à l’issue d’une des dernières réunions du groupe qu’il animait encore et dont nous étions membres assidus, sans doute celle du 24 septembre 1998 au centre spirituel du Châtelard où le père séjournait encore après une brève hospitalisation. Il nous avait parlé ce jour-là du livre récent de Bernard Comte, L’honneur et la conscience, qu’il avait reçu en août, rapidement lu et apprécié.

  • 1 Les fonctions et pratiques propres à la Compagnie de Jésus sont définies en annexe dans un glossai (...)

2À la fin de la réunion, le père a remis au couple Comte un gros paquet de documents groupés sous trois titres : Dossiers de mon limogeage [1957 et suite ; correspondance avec ses supérieurs et ses amis et le dossier que lui a généreusement remis le provincial1 Ravier en quittant sa charge] ; Documents concernant deux « affaires » pénibles, l’affaire Bastaire, bataille pour la publication d’écrits du P. Ganne, décédé en 1979, et l’affaire du colloque de Montcheuil où l’invitation du P. Fraisse a été contestée en 1983 par certaines autorités ; le père y a joint ses réflexions, avec celles d’autorités exemplaires, tels J.-H. Newman et le P. Ricci. Le P. Fraisse a donné au paquet une adresse manuscrite : « Pour Madeleine et Bernard Comte, ce petit fragment d’histoire », accompagnée d’une brève recommandation orale : « Vous, historiens, vous en ferez ce que vous jugerez bon. »

3Ce dossier concerne d’abord la lourde sanction qui lui a été infligée en 1957 par le P. Plaquet, visiteur de la Compagnie, sanction reçue comme une injustice flagrante, obstacle à ses conditions de travail et barrage fait à son enseignement pendant de longues années. Nous « jugeons bon », donc utile, d’établir et publier un récit « historique » de cette triste affaire, puisque c’est ainsi que l’a suggéré et souhaité notre maître et ami au soir de sa vie ; nous souhaitons témoigner d’une époque et d’un scandale qui a gravement affecté la vie d’un homme et illustré dramatiquement une certaine conception et pratique de l’obéissance dans une vénérable institution religieuse.

4Nous retracerons ensuite le déroulement de son ministère ultérieur.

  • 2 Cahiers que nous numérotons 5 (1956-1958) et 6 (1957-1959), consacrés d’abord à des réflexions per (...)

5Notre récit s’appuie essentiellement sur les pièces du dossier intégralement conservé par le P. Fraisse (DLF.). Par ailleurs, la consultation des Archives françaises de la Compagnie de Jésus a été précieuse (AFSJ), ainsi que celle des papiers personnels laissés par le père (ALF), dont ses cahiers remplis de notes diverses2. Les auteurs du récit ne prétendent pas être exhaustifs. Faute d’avoir pu consulter les Archives de la Compagnie à Rome, et à cause de la règle qui impose la destruction du dossier des provinciaux à leur sortie de charge, nous ont manqué des pièces importantes, notamment dans la correspondance des provinciaux avec le général et le visiteur au sujet de la sanction. Certains documents, dont des notes détachées et des lettres du P. Fraisse, ne sont pas datés.

6Nous nous sommes efforcés de rendre compte de l’ensemble du dossier en introduisant dans notre récit de nombreux documents, souvent intégraux, pièces majeures dans le récit d’un procès sans preuves de délit ni défense ; nous avons cependant pratiqué parfois des coupures pour éviter des redites ou des longueurs fastidieuses.

Notes

1 Les fonctions et pratiques propres à la Compagnie de Jésus sont définies en annexe dans un glossaire.

2 Cahiers que nous numérotons 5 (1956-1958) et 6 (1957-1959), consacrés d’abord à des réflexions personnelles ou récits de rencontres et surtout à des notes prises aux instructions données par le P. Ganne, directement écrites par le P. Fraisse ou transmises par des amis proches. L’auteur y ajoute (cahier 5), à partir du 6 juillet 1957 (convocation du visiteur), une « Petite chronologie des événements », menée jusqu’en octobre 1958, après avoir adressé un rapport au P. général qu’il a communiqué au nouveau Provincial ; il a noté les 15 et 17 octobre 1959 une visite de celui-ci et une lettre du 25 novembre 1960. Ces séries de notes s’intercalent entre les comptes rendus des instructions du P. Ganne, soigneusement rédigés par Fraisse ou par l’un des auditeurs de Ganne (1958-1963 dans le cahier 5 et surtout 1959-1963 dans le cahier 6).

© LARHRA, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search