Version classiqueVersion mobile

Le père Fraisse (1912-2001)Les combats d’un jésuite foudroyé

 | 
Bernard Comte
, 
Madeleine Comte

Préface

Pierre Gibert sj.

Texte intégral

1C’est à la fin des années 80 du siècle dernier que j’ai connu le P. Fraisse. Les conditions méritent d’être rappelées en ce qu’elles tiennent à la fois du hasard et d’une certaine continuité. Étant alors doyen de la Faculté de théologie de l’Université catholique de Lyon, il me fallait trouver des moments et des lieux de calme, voire de ressourcement. Cette charge, à un des pires moments de l’histoire de l’Université, était prise dans les tourments d’un état financier déplorable dû à une autorité sortante irresponsable.

2La maison du Châtelard à Francheville-le-haut représentait alors pour moi un havre de paix où je me rendais régulièrement sur le coup de 13 heures, dans l’attente de la fin du déjeuner. À ce moment-là, toujours au même jour, je retrouvais le P. Fraisse faisant solitairement sa revue de presse. Ainsi, pendant plusieurs années, je le rencontrai en tête à tête dans la « salle des journaux », échangeant non tant sur sa propre histoire que sur ses intérêts du moment et sur ses compétences réflexives de grande intelligence, notamment en philosophie et en théologie, même s’il s’avouait intimidé par le travail de l’exégèse biblique.

3Quelles images me reste-t-il aujourd’hui de ces rencontres régulières qui me distrayaient positivement des problèmes quasi insolubles auxquels j’étais alors confronté ?

4Tout d’abord, dans le calme du lieu à cette heure, j’échangeais avec un homme paisible, même s’il vaudrait mieux parler d’un homme enfin apaisé au terme d’une vie tourmentée. En même temps, il marquait ce que je considérais comme son indéfectible fidélité à la Compagnie. Enfin, sans que nous ayons l’un et l’autre cherché à l’éviter, nous n’avons jamais parlé de la terrible histoire dont il avait souffert pendant des décennies de la part des autorités, ce que rapportent Bernard et Madeleine Comte dans leur ouvrage.

5C’est dire que j’ai connu un P. Fraisse qui m’aurait fait oublier ou négliger tout ce qu’il avait vécu de douloureux si je ne l’avais su par ailleurs. En tout cas, sauf allusions, j’écoutais un jésuite d’intelligence supérieure, de très grande culture, en même temps que d’une lucidité de jugement dont je puis dire qu’elle ne tenait pas seulement à ce qu’il avait souffert, même si cela comptait aussi. Je prenais alors conscience d’un autre moment de l’histoire dont il m’instruisait et dont les jeunes jésuites que nous étions devaient être informés.

6Ce passé était encore récent, mais tel qu’il en témoignait, il s’éloignait de nous dans la mesure où nous étions accaparés par d’autres sensibilités, mais aussi par d’autres difficultés dans l’Église comme dans la Compagnie. En ce sens, le P. Fraisse était déjà pour moi le témoin d’une autre époque. Mais initié à son histoire personnelle, je ne désirais pas seulement respecter sa mémoire douloureuse ; je pénétrais dans ce passé récent grâce à son intelligence et à sa culture, sur ce fond de présent dans lequel plusieurs d’entre nous verraient se briser leur projet de jeunesse dans la Compagnie.

7Quoi qu’il en soit de ces différences de génération, le témoignage du P. Fraisse me parlait dans ce que je vivais avec tant d’autres confrères. M’aidant à prendre une sorte de distance, d’abord de façon inconsciente, il m’éclairait sinon pour relativiser ce que nous vivions et supportions, du moins pour ouvrir un temps où il faudrait vivre, et pas seulement se laisser emporter par le doute, avec bientôt l’envie de fuir dans une sorte de désespérance. De fait, quelques années plus tard, un certain nombre de contemporains de notre génération, professionnalisés, mariés, pères de famille avouèrent à demi-mots que si l’époque, notre époque, avait été autre, ils n’auraient jamais quitté la Compagnie…

8Sans m’étendre davantage sur ce que cela pouvait signifier aux yeux des membres de la famille qu’ils avaient créée, je dois reconnaître que l’expérience du P. Fraisse, son témoignage, sa sérénité m’ont aidé sinon à neutraliser ou relativiser l’air des temps dans leurs radicalités comme dans leurs diversités, mais à respecter les itinéraires personnels lorsqu’ils peuvent résister à ce maudit air du temps.

9À chacun de voir ce qu’il en est ou en a été pour lui. Mais à tous ses lecteurs, je pense que l’ouvrage de Bernard et Madeleine Comte portera ce message, non seulement de paix, mais de force par-delà tout ce qui semble d’abord s’y opposer, voire s’y abîmer. Le P. Fraisse, grâce à ce témoignage d’amis, continue de nous faire espérer.

© LARHRA, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search