Version classiqueVersion mobile

Le retour de Lyon sous l’autorité royale à la fin des guerres de Religion (1593-1597)

 | 
Henri Hours

Annexes

Annexe 4
Vue d'événements divers relatifs à Henri IV, arrivés à Lyon

Texte intégral

[estampe] Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

« Véritables évènements advenus dans la ville de Lyon. Par quelle joie elle fut transportée après s’être soumise au roi de Navarre, le 7e jour de février 15941

  • 1 Traduction en français établie grâce au travail de Graziella Gentet, Daniel Velinov et Rudolf Kuhn (...)
  • 2 En français dans le texte.

1En ce 7 février de l’an 1594, les sieurs consuls, les conseillers et tous les habitants de la ville de Lyon ont pris la décision, bien réfléchie et avec grande joie, de se soumettre à l’obéissance du roi Henri IV, par la grâce de Dieu roi de France et de Navarre. C’est un jour vraiment heureux qui doit être marqué d’une croix blanche : huit jours d’affilée, tout le peuple a porté avec allégresse l’écharpe blanche et le panache blanc, allumé des feux de joie sur toutes les places et crié haut et fort, et de bon cœur, ‘‘Vive le roi2’’, suivi par le son éclatant des trompettes et des clairons et le feu retentissant de l’artillerie et de nombreuses arquebuses.

2L’un des capitaines-penons avait accroché, dans un lieu bien visible près de l’Hôtel de ville, le portrait du roi sur un très grand tableau, peint par un excellent artiste montrant Sa Majesté en pied presque grandeur nature, en armure et entouré d’une couronne de lauriers. S’étant découvert, il s’adressa avec force au peuple en montrant le tableau : « Voici le portrait de notre roi. Il veut nous confirmer dans la religion catholique, apostolique et romaine. Obéissons lui et prions Dieu pour sa santé, son heureux gouvernement et une longue vie. Et crions tous ensemble Vive le Roi ».

3Ensuite, ledit tableau a été porté sur la place principale nommé Place du Change où il a été laissé ce jour là mais aussi les jours suivants. Le peuple s’y assembla en foule, têtes nues, en criant à maintes reprises : ‘‘Vive le roi’’.

4Deux jours après que la ville se soit déclarée pour le roi, le brave et valeureux capitaine Alphonse d’Ornano, un fidèle serviteur catholique du roi, fut appelé pour assister et secourir la ville avec ses troupes de cavalerie et d’infanterie en nombre convenable. Il les a faites entrer et marcher contre Thoissey.

5La ville de Lyon et tout le Lyonnais, ensembles avec tous leurs voisins, doivent se réjouir avec allégresse que la chance leur ait souri en ce jour tant espéré et attendu par les gens dévots, allégresse qui dissipe toutes les tourmentes et tous les brouillards des troubles qui défiguraient la beauté de notre ville, tout comme à l’aurore les ombres de la nuit et les ténèbres reculent et doivent laisser place à la grande lumière du monde. C’est pourquoi, chacun doit se réjouir encore une fois, doit oublier les troubles passés et les misères endurées, doit rendre grâce au Dieu bon qui nous a enfin sorti d’un sommeil profond, voire mortel, qui avait entièrement clos et scellé nos yeux et nous avait dérobé toute sensibilité, si bien que nous ne sentions plus notre malheur et notre misère. »

Notes

1 Traduction en français établie grâce au travail de Graziella Gentet, Daniel Velinov et Rudolf Kuhn. Qu’ils en soient très sincèrement remerciés, note de l’éd.

2 En français dans le texte.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/7362/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 762k

© LARHRA, 2020

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search