Version classiqueVersion mobile

Le retour de Lyon sous l’autorité royale à la fin des guerres de Religion (1593-1597)

 | 
Henri Hours

Annexes

Annexe 1
Publication de sources classées par ordre chronologique

Texte intégral

Documents divers

N° I
13 octobre 1593 – Lyon
Lettre du consulat de Lyon à M. de Serracin, député de la ville auprès du duc de Mayenne et des Etats généraux de la Ligue.

Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 51v.

1Monsieur despuys vostre partement d’icy, les environs de ceste ont esté miserablement ravagez avec des inhumanitez plus que barbares par les troupes de Monsieur le Marquis conduictes par luy mesmes ; qui a esté l’occasion que nous avons appellé a nostre secours le sr Colonnel Alphonse, parce que les forces de Monseigneur le prince de Mayenne n’estoient prestes, et que les deux cens vingt cinq chevaulx qµe Monsieur le vycomte de Tavannes nous avoit amenez a la haste n’estoient suffisans pour faire teste a l’ennemy at nous redimer desd. ravages. Ce secours inopiné qui nous a esté octroyé par led. sr Colonnel et la vive instance que Monsieur de Champvallon a faicte ont procuré une suspension d’armes jusques a ce que Monseigneur de Mayenne estant icy aura pourveu sur noz differens. Mais nous ne nous fyons en tout point alad. suspension ny a la foy des deux princes qui l’ont accordée et soubzscripte, car ilz protestent ouvertement que de bond que de volée ilz se vangeront de cette ville ; par quoy nous vous prions et conjurons de laisser toutes autres affaires pour importuner tant et si souvent Monseigneur de Mayenne qu’il s’achemine promptement par deça et aux plus grandes journées qu’il pourra. Aultrement il est a craindre qu’il n’advienne quelque sinistre inconvenient d’ung costé ou d’aultre. Mais nous desirerions bien qu’il amenast quant et soy ou Monsieur d’Amours, ou quelqu’aultre conseiller, homme docte et bien zelé au party, pour intendant en la justice. Nous expedions exprès le sieur Prudent, l’ung des secretaires de Son Excellence, venu icy avec mond. sr le vycomte, pour luy representer de combien est requise sa presence pour assopir les troubles ou nous sommes, lesquelz nous vous prions luy faire entendre estre telz que, sy elle ne vient icy pour les assopir, il en pourra advenir du mal irreparable pour l’ung et l’aultre party. Asseurez la aussi que toute cette province s’est resolue de ne recognoistre jamais plus Monseigneur de Nemours pour son gouverneur, ny mond. sr le Marquis aussi, afin qu’il luy plaise d’unir son gouvernement a cettuy-cy, ainsi que: nous l’en avons très humblement supplié par lettres desquelles nous vous avons chargé et dont cettes vous servirons de recharge ; et d’une asseurance que nous sommes,

2Monsieur,

3N’oubliez, s’il vous plaist, de procurer que nous ayons ung intendant a la justice, car il est très necessaire.

4Voz communs freres et serviables amys les consulz eschevins de Lyon.

5De Lyon., ce 13e d’octobre 1595.

N° II
14 février 1594 - Lyon
Extrait d’une délibération consulaire relatant l’ajournement d’une ordonnance contre les protestants.

Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 27.

6[en marge] Qu’il se fera une criée pour faire sortir les heretiques.

7Ayant esté resolu que d’aultant que quelques ungs mal sentans de la religion Catholique et Romaine se pourvoient ou voudroient prevalloir de ces nouveaux mouvemens et les interpreter a leur avantage au contraire de la juste intention et resolution de Sa Majesté et de cette ville, qu’il seroit enjoinct a tous personnes de. quelque estat. et qualité qu’ils soient de vivre catholiquement et selon les ordonnances et Saincts Decrets de la Sainte Eglise Catholique, Apostolique et Romaine, a peyne d’estre punis comme perturbateurs du repos public et que tous ceulx de la pretendue religion reformée qui ne voudroient vivre comme dessus eussent a vuyder la ville dans vingt-quatre heures a peyne de prison, et cette resolution prise signifiée a Monsieur le Colonnel et prié de l’avoir pour agreable pour contenir le peuple en lad. Religion Catholique, Apostolique et Romaine de laquelle cette ville ne se veult despartiret pour lever aussi la mauvaise opinion que les vil1es qui tiennent le party de la Sainte Unyon pourroient prendre de ceste-cy, si l’on y admettoit ceulx de lad. Religion Pretendue Reformée pour y vivre en liberté de conscience. Ce que led. sr Colonnel a approuvé et eu pour agreable. Mais depuis se sont presentés de sa part au present consulat Messieurs les presidens de St-André et de Vic, lesquels ont remonstré que encores que lad. ordonnance soit très sainte, et comme telle se doibve publier et executer, que touttefoys led. sr Colonnel pour certaines bonnes considerations estoit d’advis d’en surçoir la publication pour quelque temps, en tant mesmes que la pluspart de son armée estoit composée de braves hommes qui sont de lad. religion reformée, lesquels se pourroient distraire et abandonner le service qu’ilz ont voué a Sa Majesté au prejudice de cetted. ville. Suyvant lequel advis dud. sr Colonnel lesd. srs Eschevins ont diferé la publication de lad. ordonnance.

N° III
15 fevrier 1594 – Lyon
Prunier-de-Saint-André expose au Roi les obstacles qui s’opposent à la désignation d’un gouverneur.

Bibl. nat. France, fr. 23194, fol. 60.

8Sire

9Depuis le depart du sieur de Bongars, on ha principallement travaillé a l’establissement du governeur en chef de ceste ville et pais de Lyonnois d’aultant que par les memoires et instructions desquelles vostre Majesté m’a honoré, vostre intention estoit d’en pourvoir Monsieur de Lyon au cas qu’il feust agreable a lad. Ville, s’emploia a la reduire a vostre obeissance et se declara estre vostre serviteur. En default de ce, Vostre Maiesté entendoit y pourvoir Monsieur de Chevrières Sainct Chaumont ; Monsieur de Lyon ha usé de longueurs a s’ouvrir de vouloir entrer a vostre service et recognoistre vostre authorité ; et sur ce qut’il vit que ceste ville estoit en termes de donner advis a vostre Maiesté de celuy que elle estimoit propre d’en havoir la charge, le vendredy onziesme de ce mois, il fist declaration a quelques ungs de ceste ville de vouloir estre vostre serviteur, ce que il ha confirmé le jour d’hier a Monsieur le Colonel d’Ornano et a moy avec paroles par lesquelles il se faict ouir de vouloir entierement despendre de vos commandemens et m’a asseuré que il depechera a vostre Maiesté le sieur de Chazeul son nepveu quy vous portera de ses lettres. Il n’entend entre en treté avec vostre Maiesté ; s’il vous plaist, Sire, de luy accorder les cinquante mil escus portés par mes instructions, il en haura très grande obligation a vostre Maiesté, laquelle il suppliera de luy donner l’evesché de Beauvois que Monsieur le duc de. Mayenne luy a donné et, outre ce, une pension pour luy ayder a supporter les depenses qu’il luy convient soustenir et le relever des pertes que freschement il souffre. par la prinse de St-Marcelin et Le Colombier, places de cest evesché que les ennemis ont saysy de- puis deux ou trois iours. Il desire aussy qu’il plaise a vostre Maiesté luy entretenir cinquante arquebuziers pour sa garde et cinquante chevaulx-legers soubz la charge de tel que vostre Maiesté nommera, a ce que, allant aux champs, il le puisse faire avec plus de seurté. Quant au gouvernement, il s’en remet entierement a vostre bon plaisir. Sire, les altercations et differens ont esté tels pour le governement en chef de ceste ville et pais de Lyonnais que pour le mieux de voz affaires et eviter que on n’en vint aux armes Monsieur le Colonel d’Ornano et autres vos affidez serviteurs ont esté d’advis de laisser la nomination dud. governeur a son entier a vostre nomination et pleniere disposition ; et jusques a ce que vostre Maiesté aye declaré sur ce sa volunté. De l’advis de Mond. Sieur le Colonel et des seigneurs quy l’assistent, les consuls de ceste ville ont prins la charge dud. governement soubz vostre bon plesir. A quoy il vous plaira, Sire, vous resouldre au plus tôt et faire entendre ce que sera de vos volontés, d’aultant que la dilation peut apporter preiudice. Monsieur de Chevrieres Sainct Chaumont ha soustenu icy voz affaires de tout son pouvoir et y a rendu bien avant preuve de sa fidelité, ainsy que vous verrez, par celle que vous escript Monsieur le Colonel d’Ornano.

10[Il parle encore des opérations militaires autour de Lyon et demande au roi de venir le plus tôt possible en ces quartiers]

N° IV
31 mai 1594 – Lyon
Lettre du consulat de Lyon au roi.

Arch. mun. Lyon, AA 44, fol. 61 et Antoine Perricaud, Notes et documents pour servir à l’histoire de Lyon 1350-1643, Lyon, Imprimerie de Mougin-Rusand, 1840-1846, à sa date.

11Sire, ces jours passez nous avons renvoyé par devers V.M. le sieur prevost Thomé, sur les grandes occasions qui nous convient de re-courir a elle par les menées des ennemys. Depuis Monsieur le colonel d’Ornano nous a faict veoir les patentes du pouvoir qu’il a pleu a Vostre Majesté luy donner pour le faict de la guerre ez provinces de Lyonnois, Forez et Beaujollois, et aussi les lettres qui les accompagnoient, contenant le retranchement de l’autorité que luy pro- mettoient dans ceste ville les lettres que luy et nous en avions heu par ledict Thomé, pour la conferer a M. de Bellievre avec le faict de la police de ceste ville. Vostre intention, Sire, a esté de pourveoir a tous les defaults de conseil et de force que vostre voyage de Picardie nous a causé, et la nostre est de vous obeyr fidellement; mais M. le colonel nous ayant declaré ne vouloir accepter ledict pouvoir ainsi limité, et qu’il s’en va en Daulphiné assister a la tenue des estats du pays, et voyant que la venue dudic sieur de Bellievre, qui ne nous sauroit estre que salutaire, n’empeschera poinct que nous ne demeurions sans gouverneur, sans capitaines et sans moyens pour résister a l’ennemi qui vient fort et ne tardera gueres a se presenter a nous, nous avons estimé que le bien de vostre service et nostre conservation requerent de vous en donner advis par le mesme exprès, contrainctz que nous sommes par ces seconde recharge aux très humbles supplications que ledit Thomé, tant par noz lettres que par sa creance, aura faict de nostre pari a V.M., et que soit son bon plaisir d’envoyer audit sieur Colone declaration sy ample qu’il ne nous habandonne et delaisse a la mercy des ennemys, comme nous serions en ce cas ; joinct que le sieur de Trappes qui est icy arrivé puis deux jours se faict ouyr que entr’aultres choses, V.M. a accordé a Monseigneur de Nemours le gouvernement en nom et titre ; chose qui, estant divulguée, mattra infailliblement tout le peuple de la ville et des champs en desespoir ; veu neantmoins que l’on ne veult accorder aulcune trefve ny suspension d’armes qu’en payant de si grosses sommes de deniers qu’il nous est impossible d’y fournir. Et cependant les courses et ravages continuent, ayant eu les ennemys l’entrée de Saint Rambert en Savoie depuis quatre jours, ou ilz ont pris et emmené ez· forts qu’ils tiennent au pays de Dombes pour 800 ou 1000 escus de marchandises venant d’Italie, que noz concitoyens et quelques estrangiers avoient faict retirer audit Saint Rambert pour ne les oser commettre en chemin. Nous avons entendu que certaines personnes ont voulu faire sonner contre nous quelques articles qui furent publiez en ceste ville contre ceux de la nouvelle opinion, combien que nostre intention n’aye jamais esté de nous attribuer l’auctorité qui ne nous appartient pas, ny d’en faire executer aulcune chose ; ains seulement d’assoupir par ce moyen le trouble excité et la sedition ja commencée qui estoient pour nous perdre, ayans les predicateurs et tous ceux qui encores lors estoient imbuz du venin de la Ligue prins occasion de publier que nous avons chassé les Suisses parce qu’ilz estoient catholiques pour en appeler d’aultres de contraire religion, et donner force a l’establissement du presche, avec cela que ceux de ladite opinion qui estoient revenus avoient par leurs scandales donné quelque subject aux aultres d’en parler de la façon, et que de jour a aultre l’on voyait rentrer plusieurs mesnages qui de longues années s’estoient retirez hors le royaulme. Desja au commencement de nostre Reduction, les mesmes articles furent une fois resolus, et par l’advis de M. le Colonel d’Ornano et de M. le president de Sainct-André, qui avoient icy la force et le conseil pour reprimer les boutefeux, la publication en fust supersidée. Mais nous supplions très humblement V.M. de croire que l’envoy des suisses et aultres scandales suscottez ayans ainsi aigri la cause qui nous avoit meu de projeter lesdits articles, nous forçarent depuis de les faire publier, denuez que nous estions de toutes forces pour contenir les seditieulx, dont est procedé que les plus mal affectionnez seroient demeurez sans replique, au point qu’ils estoient de se servir de 1’occasion jaçoit que pour tout cela il n’en soit reussi aulcun effect d’execution, et qu’il n’y ayt homme que l’on puisse plaindre ; ce que nous ecrivismes incontinent a noz deputez et depuis a M. de Vic pour faire entendre a V.M. les mesmes considerations que nous luy representons encores pour tesmoignage de nostre innocence, et nous conserver la mesme part en ses bonnes graces dont il luy a pleu de nous honnorer tousjours ; et sur l’esperance que nous avons de nous en rendre dignes par toutes noz actions, nous continuerons noz prieres envers Dieu, qu’il luy plaise, Sire, en heureuse prosperité vous donner longue et contente vie. De Lyon, ce dernier jour de may 1594.

12Voz très humbles, très obeyssans et très fidelles subjectz, les consulz eschevins de la ville de Lyon.

Thomé.

N° V
5-8 octobre 1594
Notes autographes prises par Bellièvre dans la réunion où fut préparée l’attaque sur Vienne (les termes entre parenthèses sont raturés sur le document)

Bibl. nat. France, Fr. 15.893, fol. 207.

13Monsieur le Connestable faict sortir de Montluel cinq cens hommes de pied.

14Plus fera marcher sa garde ; cent hommes.

15Les capitaines Vallier et La Forge, deux cens hommes.

16Ceulx de Vienne deux cens hommes.

17Monsieur le Colonel cinq cens hommes.

181500 hommes de pied

19Monseigneur le Connestable donnera de plus 300 mestres

20Plus Monsgr le Colonel. donnera 200 mestres – 500 mestres

21L’exeqution est resolue a mardi prochain au soir.

22Le rendez-voue de toutes les troupes, tant de mond. seigr le connestable que aultres est a Meydieu [Meyzieux ?] mardi prochain environ les cinq heures du soir.

23Les troupes de mond. seigneur le connestable tant de cavalerie. qu’infanterie se rendront es environs de Lyon (lundy a midy) (au matin) Dimenche soir pour passer le lundy matin.

24(Pour passer ce jour) en Daulphiné avec les deux coleuvrines.

25Et lougeront led. jour a Septesme et es environs comme aussi feront les compagnies des capitaines Vallier et La Forge. Les troupes de mond. seigneur le Connestable qui sortent de Montluel partiront dimenche et lougeront a Satonay et aux environs et passeront le Rosne led. jour de lundy au matin.

26Led. lundy au matin le trompette ira aux costez d’O… sommer ceulx qui tiennent la place de se rendre dans vingt-quatre heures aultrement s’ilz attendent le canon, qu’ils ne seront receuz a capituler et seront le mesme jour muertys par les arquebuziers de Montsevert et Beaurepaire.

27(Le dimenche au soir la cavalerie de mond. seigneur le connestable prendra lougis près de Lyon pour passer le Rosne lundy avec le canon)

28On fera descendre la fregatte ou les deux s’il se peult.

29Quant a l’ordre du combat, mond. seigneur le Connestable en ordonnera

N° VI
11 decembre 1594 – Lyon
Lettre de Belièvre au roi

Bibl. nat. France, Fr. 3622, fol. 163.

N.B. : Le catalogue de la Bibliothèque Nationale attribue cette lettre au duc de Nevers. Une comparaison avec la lettre autographe de Bellièvre, de Lyon., du même jour, au duc de Nevers [Ibid., fol. 161] ne permet pas de douter que celle-ci soit le double de la lettre da Bellièvre au roi, envoyée par lui au duc de Nevers.

30Sire, j’ay faict response aux lettres de vostre Majesté par Monsieur de La Roche qui vous dira l’estat auquel sont voz affere en ceste ville et provinces voysines. Les forces de voz ennemis s’accroissent et nous n’avons icy aulcun certain avis des vostres ny en quel temps nous les pouvons esperer. Nous attendons de veoir au premier jour devant les portes de Lyon une armée ennemie composée de douze ou quatorze mil hommes de pieds sans la cavallerie. S’ilz n’arresterons devant Lyon ou Mascon tout ce qui est a douze lieues de Lyon pourra estre occupé par voz ennemys, auparavant que le secours que nous attendons de voz forces soit arrivé. Je ne m’arresteray a dire icy ce que l’on doibt craindre des remuemens qui peulvent avenir en ceste ville quand par default de vostre secour ilz verront brusler leurs maisons des champs, ayant desja voz ennemys gaigné sur ce peuple cest advantaige que la pluspart croit que vostre Majesté n’est pas resolue de faire le voiage de Lyon. Et sur ce mesmes que, leur aiant esté asseuré de vostre part par led. Sieur de La Roche que Vostre Majesté seroit sans plus de re- mise le xxe de ce moys en ceste ville de Lyon, ils ont eu avis certain que les praparatifz- de la ceremonie du Sainct-Esprit se font a Paris. Ilz disent qu’une longueur donne pretexte, et attire l’autre, qu’afferes ne defauldront point du costé de dela et qu’ilz ne peulvent plus prendre autre resolution si ce n’est qu’ilz, sera plus tost perduz que secouruz.

31Sire, je serois infidelle a vostre Majesté si, comme son. très humble subject et fidelle serviteur, je ne luy representois vivement les necessitez, la douleur et le desespoir de ses subiectz. Aux Lyonnois et en la Provence, ceulx qui se sont remis soubzbvostre obeissance disent que depuis le temps qu’ilz, vous ont recongneu., ilz ont plus souffert en quatre ou cinq moys qu’ilz n’avoient faict en cinq ans auparavant. Ceulx de Daulphiné sont reduictz a une miserable extremité et se tiennent comme perduz ; tout leur espoir après Dieu estait en vostre venue de laquelle ilz commencent a desesperer. Et quoy que ce soit, au lieu que vostre armée, arrivant un mois plus tost qu’alle ne fera, eust peu loger et s’accomoder du pais de l ’ennemy, elle trouvera voz ennemis logez dans les pais qui vous rendoient toute fidelle obeissance, et accomodez des biens de voz paouvres subiectz. Sire, je supplie très humblement Vostre Majesté de me permectre de luy dire ce dont sans infidellité je ne puis me taire. C’est que, encores que j’estime fort louable lad. ceremonie de l’ordre du St Esprit, je tiens qu’il est encores trop plus louable de conserver Lyon, Forestz, l’Auvergne, le Daulphiné, la Prouvence et une bonne partie du Languedoc, que de s’arrester a Paris pour celebrer lad. ceremonie. Et si tel malheur adviendra, comme nous sommes a la veille de le veoir, ceulx qui auront donné ung tel conseil a Vostre Majesté n’en pourront estre louez. Sire, en l’Eglise, quand il survient er ung mesme jour la celebration de deulx grandes festes, l’on en transfere l’une a ung aultre jour. Il n’y a poinct de passage en l’escriture qui vous contraigne de celebrer lad. ceremonie au premier jour de l’an aveq telle rigueur que en cas de necessité elle ne puisse estre transferée a ung autre jour. C’est une tradition des hommes qui n’est pas pardessus le commandement que Dieu vous a donné, et le serement qu’avez faict a vostre sacre de déffendre et proteger d’oppression voz subiectz qui implorent maintenant le secours de vostre main valereuse. Ce n’est pas pour avoir le contentement d’une ceremonie qu’ils vous font ceste très humble et très instante priere, c’est pour se conserver en vostre service et subiection ; c’est pour conserver leurs vies, celles de leurs femmes: de leurs enfans et tout ce que Dieu leur a donné en ce monde. Sire, il s’agist, par ce retardement a Paris, de celebrer une ceremonie et par vostre venue de saulver la troysiesme partie de vostre royaume qui ne peult tomber sans donner un grand esbranlement aux deulx aultres qui resteront. Les Machabés ne laisserent pas, le jour du sabath, de combater… Les apostres cueillirent des epiz le jour du Sabat… Sire, si pour chose si necessaire vostre Majesté differera la celebration de lad. ceremonie, tous les bons chevaliers de vostre ordre loueront vostre prudenca et le soing que vous avez de voz afferes. Si, ce que je ne veulx croire, il se trouvera quelqu’un si peu affectionné a vostre service qu’il prefera le contentement d’une ceremonie au bien de voz afferes, Sire, celluy qui sera autheur d’un si malheureux conseil ne merite pas que pour luy faire plaisir, voz affaires se perdent.

32Sire, je supplie le createur de donner a vostre Majesté très longue et très contente vie. C’est de Lyon. le 11e jour de decembre 1594.

mn

Le départ des jésuites de Lyon

N°VII
1er février 1595 – Lyon
Récit par Bellièvre dans une lettre au roi

Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 220.

33Sire, dimenche dernier sur le soir, le substitut de vostre procureur general en ce siege me dict d’avoir receu une lettre de vostred. procureur general, dattée du 9e de ce moys passé qui luy mande de fere proceder a l’exeqution de l’arrest donné en partie contre les jesuistes en vostre court de parlement, le 29e du moys de decembre dernier. J’en communicquay le jour suivant avecq Monsieur le Connestable et Monsieur de Botheon, et peu après, en presence dud. sr de Botheon, des principaulx de voz officiers de justice et des finances, et des eschevins de ceste ville de Lyon, l’affere ayant esté par moy proposée, tous declarerent que estant tel le commandement et la volonté de Vostre Majesté, ung chascun d’eulx s’emploieroit de son loyal pouvoir a ce que l’exequution s’en ensuivist ainsy qu’il a pleu a Vostre Majesté de l’ordonner, et tiendroit main qu’il n’avint pour ceste occasion trouble ou tumulte en cested. ville. Pour a quoy obvier fut advisé, après avoir eu sur tout le bon avis et commandement de Mond. sr le connestable, auquel je rapportay a l’instant ceste deliberation, qu’il a trouvée bonne, que des le jour mesmes le lieutenant general au bailliage, exequuteur de l’arrest, et deux des eschevins se transporteroient par devers lesd, jhesuistes pour leur signiffier led. arrest et resolution, qui seroient exhortez pour le bien et repoz public de se vouloir resouldre a vouloir partir dès le lendemain, attendu qu’il y a plus de trois sepmaines qu’ilz en estoient bien advertyz et avoient cependant peu penser et pourvoir aux necessitez de leur voiage. Ils feirent remonstrance sur le delay de trois jours qui leur est accordé par led. arrest, et ce neantmoings se preparerent toute ceste nuict a leur partement, ayant faict brusler les papiers qu’ilz ne vouloient pas laisser, qui ont esté en fort grand nombre. Ilz ont dict que ce sont les livres suspects d’heresie qu’il leur est permis d’avoir. Ils ont bruslé et l’ung et l’autre. Ce n’est pas qu’ilz n’eussent gardes pour avoir soing a leurs actions qui y furent mises aussytost que la premiere nouvelle fut icy portée, touchant lad. condamnation. Ces choses considerées, le lendemain matin, a esté advisé pour le repoz de ceste ville qu’il n’estoit pas expedient, puisque l’exequution dud. arrest leur avoir esté sigliliffiée, qu’elle fut aulcunement differée. Ce que leur ayant esté declaré, ilz s’y sont accordez sans difficulté et leur ont esté faictes honestes aulmosnes pour achever leur voiage. Ils estoient en nombre quarante et ung de cest ordre. La plus grand part est montée sur le Rosne pour aller en Avignon. Les aultres ont prins leur chemin a Chambery, les autres a Dolle en la Franche-Comté. Sire, ceste exequution a esté faicte la grace a Dieu sans aulcune emotion ne trouble…

N° VIII
Récit du même départ par un père jésuite.

Henri Fouqueray, Histoire de la Compagnie de Jésus en France des origines à la suppression (1528-1762), t. 2 : « la Ligue et le bannissement (1575-1604) », Paris, Picard, 1913, p. 415-416.

34Nous brûlâmes une grande quantité de livres hérétiques ; à la grandde fureur des huguenots, ce vaste incendie dura jusqu’à dix heures le lendemain matin. En ce moment des hommes commandés à cet effet arrivèrent au college… apposèrent les scellés sur la bibliothèque et sur la sacristie et nous ordonnèrent de quitter la maison sans plus tarder. Beaucoup de nos élèves, qui étaient accourus, se lamentaient et nous offraient des aumônes. Un bon nombre d’habitants mêlaient leurs plaintes à celles des écoliers ; ils étaient parvenus à se glisser à travers les rangs des soldats. Les chanoines de Saint-Jean nous pressaient dans leurs bras, les yeux remplis de larmes, et voulaient nous faire accepter de l’argent comme viatique. Un notaire qui longtemps n’avait eu pour nous que des sentiments hostiles nous fit en pleurant une aumône de vingt écus. Les Suisses qui gardaient l’entrée du collège ne purent voir sans émotion notre malheur. Nous seuls, intrépides et joyeux, chargés d’un léger bagage et armé de notre crucifix, nous nous dirigeames vers le Rhône, entourés d’arquebuses et à travers une foule qui ne cessait de nous témoigner ses regrets et sa sympathie.

mn

Affaire du frère Cherubin d’Arles, capucin

N° IX
Note anonyme.

Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 278.

35Le mardy vingt cinquiesme julhet 1595, jour de Saint Jacques, estant arrivé a la porte Saint Sebastien de ceste ville de Lyon ung jeusne homme venant des estudes de Bolloigne, il se trouve chargé d’une petite lettre escripte par le pere provincial de Saint Jehan de Morianne au pere gardien des capucins de ceste ville laquelle le commis de lad. porte (comme est la coustume) l’envoya environ sur les unze heures du matin a monsieur de Botheon, lieutenant general pour le roy au gouvernement de Lyonnois et retint le porteur d’icelle jusques a ce que led. sr de Bothéon luy manderoit ce qu’il en feroit. Lequel ouvrit lad. lettre dans laquelle il remarqua entre autres choses ces propres motz : « vi scrissy di Borgoigna, comme il nostro protectore mi commandava che non si lasciasse parlare fr. Cherubino ad alcuno ne meno uscire fuoro per cosa alcuna. Se non l’havete fatto, fattelo ». Et après l’envoya a Monsieur de Bellievre, le priant de faire consideration sur les paroles susd. lequel pria led. sr de Botheon de se trouver ensemble incontinant après disner pour en conferer. Ce qui fut faict, et a mesmes temps resollu que icelluy sr de Botheon se transporteroit jusques au couvent desd. capuchins pour s’encquerir du faict dont est question et s’informer dud. gardien si led. Cherubin y estoit. Ce qu’il feist, et d’abord en presence de monsieur Bellallion, l’un des eschevins de ceste ville, il parla aud. gardien, luy demandant ou se trouvoit lors led. Cherubin ; lequel respondit qu’il estoit en la Franche- Comté. Fust led. gardien interrogé par led. sr de Botheon si dans leurd. couvent il y avoit poinct de religieux qui se nomma frere Cherubin. Il respondit pourquoy ? Et il luy fut dict que c’estoit le desir qu’on avoit de sçavoir les noms d’aucuns d’entre eulx pour quelque occasion. Icelluy gardien dict tousiours que il n’y en avoit poinct en leur couvent pour le present qui se nomma frere Cherubin, et nyant tousiours, quelque reiterée priere et interrogation que luy sceust fere led. sr de Botheon, lequel voyant ainsy persister luy dict : Mon pere voyez ceste lettre qui s’adresse a vous. Ce qu’il feist, et après l’avoir veu, il dict ainsy : cella est vieux, peut estre en ce temps la qu’il avoit quelqu’un qui se nommoit frere Cherubin, mais a present il n’y en a poinct. Led. sr de Botheon leur respondict : Mon pere vous vous trompés, voyez bien vostre lettre qui est de l’unziesme de ce moys. Il repliqua derechef qu’il n’y en avoit poinct. Et parce qu’il y avait plusieurs personnes d’honneur avecq led. sr de Botheon, pour ne scandalizer led. couvent se resollut de ne passer plus oultre pour lors, sans au preallable l’avoir communicqué aud. sr de Bellievre, lequel il alla trouver a son logis, accompaigné de Monsieur le president de Langes, de Servieres, du general Henry, et Escarron [sic] trezorier de France. Et après leur avoir faict le recit de ce qu’il s’estoit passé, il fut trouvé bon d’envoyer querir le sr Rollin, lieutenant criminel, lequel fut prié avecq le sieur trezorier Scarron se transporter au couvent avecq cincq ou six des gardes dud. sr de Botheon pour les accompaigner et illec fere la recherche, attendu la negation dud. gardien ce qu’il feirent et rapporterent ce que s’ensuit. [inachevé]

N° X
30 juillet 1595 – Lyon
Lettre de Bellièvre au roi

Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 284 et Dupuy 64, fol. 72 [original autographe].

36Sire, il advint le jour Sainct Jacques dernier qu’une lettre du provincial des capuchins en la province de Lyonnais escritte et adressée au gardien des capuchins de ceste ville fut portée a Monsr. de Botheon, laquelle nous ayant mis en subçon qu’il y pouvoit avoir quelque chose de caché au prejudice de vostre service, led. sr de Botheon se transporta au monastaire desd. capuchins pour s’esclaircir du contenu en icelle ou il y a l’article. qui ensuit en langaige italien : vi scrissi di Bologna come il nostro prottettore mi commandava che non si lasciasse parlare frate Cherubino ad alcuno, ne meno uscir fuori per cosa alcuna. Se non l’havete fatto, fattelo. Di S Giovani di Moriana allo XI di luglio. Frate Abondio, capno provinciale. Ceste lettre nous meult pour ce qu’il y a longtemps que nous avons ouy dire que un capuchin nomé frere Cherubin qui est du lieu de Moriene se declaroit resollu d’entreprendre contre vostre Majesté. Et craignans que on ne le gardast icy pour un maulvais effect, en voulusmes sçavoir la verité. Led. sr de Botheon, en presence d’un eschevin de ceste ville, ayant ordonné au gardien dud. monastaire de luy dire ou estoit ce frere Cherubin et le luy presenter, le gardien nya constamment qu’il n’y avoit en son monastaira aulcun religieux de ce nom. Pour le convaincre, il luy monstra la lettre dud. provincial qui le nommoit. Il dit que la lettre devoit estre de viel date qui fust une maulvaise response car elle est datée du 11 de ce moys. Ce qu’ayant entendu, j’ordonnoi a l’assesseur criminel de se y transporter assisté de notables bourgeois pour fere commandement aud. gardien de representer led. frere Cherubin. Et a faulte de le faire, qu’il feist exacte perquisition par tout le monastaire si on le tenoit caché en quelque lieu. Après que ce gardien eust esté sommé par led. assesseur de ce fere, et qu’il eust par plusieurs fois affirmé qu’il n’avoit aulcun religieux de ce nom, ayant aussi esté sommé de representer la lettre dud. provincial qu’il luy a escritte de Bourgoigne, et que led. gardien luy eust fait response qu’il l’avoit deschirée, led. assesseur usa de tant de comminations et exhortations que enfin led. gardian fust contrainct de luy dire qu’ilz avoient en leur monastaire un religieux de ce nom, qu’ilz detenoient prisonnier par ordonnance dud. provincial. Et a l’instant feust parler led. assesseur a ce religieux prisonnier qui luy dit estre natif d’Arles, de la maison de Bossicault, qu’il a esté nourry page du feu baron de Viteaulx, qu’il a depuis suyvi, et enfin s’est faict religieux capuchin. A ceste occasion je feiz venir en ma maison led. gardien et luy ordonnai mener led. frere Cherubin, ne pouvant lors aller aud. monastaire a cause de mon indisposition. Ce gardien me vint trouver avec un aultre religieux, se trouvant en ma maison Monsr. de Botheon, president de Langues, tresorier Scarron, led. assesseur et deux eschevins. Je remonstrai aud. gardien pourquoi est-ce qu’il avoit nyé contre verité parlant au lieutenant du roy, et depuis a l’assesseur criminel, d’avoir en son monastaire led. frere Cherubin. Il s’excusa sur le commandement de ses superieurs qui luy ont defendu de la laisser parler a aulcun ; et se meist a genoux, demandant pardon de la faute qu’il a faicte. Je luy ordonnai de retourner en son monastaire et m’amener led. frere Cherubin, aultrement que le manderois prendre par les officiers de justice. Il oubeist a ce commandement et estant venu led. frere Cherubin, demanda que premierement il peult parler a moy a part, ce qu’il feist. Enfin je luy dis que je desirois qu’il parlast aussi avec confidence a Monsr. de Botheon, lieutenant de Vostre Majesté en ceste province. Nous fusmes d’avis que ce religieux seroit mis en quelque lieu hors du monastaire, afin qu’il parlast en liberté. La compaignie me pria de le retenir en ma maison, ce que j’ay faict, et l’ay ouy par serement. J’envoye a vostre Majesté le double de sa deposition. Il ne m’a voulu dire, quelque instance que je luy en ay faicte ce qu’il dict sçavoir concernant vostre vie et vostre estat. Je sçai assez que ceulx qui sont tombés en calamité n’oublient rien pour saulver leur vie, mais s’agissant de celle de Vostre Majesté qui m’est et doibt estre plus chere que la mienne, j’ay eu craincte de fere trop grande faulte si j’obmectois chose qui soit au pouvoir d’un fidelle et loyal subiect pour empescher le mal que les ennemis de Dieu et de la Franca ont conceu en la meschanceté de leur courage. Permectez, Sire, que nous soyons craintifs et en peine pour la conservation de vostre vie de laquelle depend la vie du royaulme de France. Sire, Vostre Majesté a assez vescu pour la gloire, mais fort peu pour le besoin que nous avons de sa protection. J’envoye a vostre majesté le double de ce que led. capuchin a deposé par devers moy, sur quoy il vous plaira me fere entendre vostre bon vouloir, actendant lequel, je le tiendrai prisonnier, soit en ceste maison ou en celle de monsr. de Botheon. Si vostre Majesté trouve bon qu’il soit conservé jusqu’a sa venue, ou de luy envoyer son frere le capitaine Bossicault afin qu’il se declare de ce qu’il sçait, comme en telles choses le plus tost est le meilleur, nous suyvrons vostre commandement. Je sçai, Sire, que l’on pourra se plaindre a Rome de ce que nous rompons icy les statutz des capuchins, et leur protecteur, le cardinal Santa Severina, chef de l’inquisition, en fera reproche a Mr. d’Evreux, mais en crime de lese majesté, nous avons nos loix qui nous enseignent que toutz privileges cessent. Si vostre Majesté craindra d’en estre importuné par lettres de Rome, ou que l’on reintegrera sa prison, ou que ce capuchin evadera sans que l’on puisse dire que c’est par le commandement de vostre Majesté. Il m’a dict qu’il est asseuré que on le fera mourir s’il retourne en la puissance des superieurs de son ordre.

37Sur quoy, attendans vos bons commandemens, je prie Dieu de vous donner, Sire, très longue et très heureuse vie, c’est de Lyon, le 30e jour de juillet 1595.

38Sire, led. frere Cherubin de la maison de Bossicault m’a dict que luy estant a Chambery quand l’armée du connestable de Castigle passa par la Savoye, le commissaire des vivres de l’armée qu’il vit aud. Chambery luy dict que en lad. armée il y avoit deux capuchins qui portoient les armes. Ne m’a sceu dire de quels pais ils sont et ne les a congneuz.

39Vostre très humble at très oubeissant subiect et serviteur

Bellievre.

N° XI
29 juillet 1595
Premier interrogatoire du frère Chérubin (de la main de Bellièvre)

Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 280

40Du. sabmedy le 29e jour de juillet 1595.

41Frere Cherubin de la maison de Bossicault, natif d’Arles, aagé de 33 ans, après serment par luy faict.

42A dict que en la province de Lyonnois, il y a des religieuw capuchins dont il fault que l’on prenne garde pour ce qu’ils sont très affectionnez au roy d’Espaigne. A sçavoir: frere Constantin de Lody, frere lay qui a aultrefois esté lieutenant d’une compagnie de cavalerie pour le roy d’Espaigne ; il est homme de faction, estropié des coups qu’il a eu, de poil blond, aagé de 35 ans, il a les mains estropiées ; il reside, comme il estime en un couvent de la Franche-Comté. Il y a aussi frere Philippe de Milan, très affectionné au roy d’Espaigne ; il reside a Salins en la Franche-Comté ; il est homme de faction ; de poil noir, de stature mediocre, aaigé d’envyron quarante ans. Il y a frere Cesar de Milan, gardien de Salins ; il n’est homme de faction. Il y a frere Bassau de Lody qui demeure a Chambery, fort ennemy des François ; n’est homme de faction. Il y a frere Ubaldo de Viterbe qui a esté aultrefois avec Monsr. le Connestable, homme de faction, fort ennemy du roy; il reside a Chambery ; de poil noir, de stature assez grande, d’aage de quarante ans.

43Il y a un de Bergame, appelé frere François de Bergamo. Sur ce que les religieuxde Lyon recouvrerent une effigie du roy, le frere François donna des coups de couteau a lad. effigie, ayant auparavant disposé sa conscience, estimant que cela luy porteroit domaige comme il avient a ceulx qui usent de malefices.

44Enquis de la cause de sa detention, dict qu’il estudioit en theologie au pays des Venetiens a Verone, et pource qu’il estoit en danger de perdre la veue, par le conseil des medecins, il sortist d’Italie ; son superieur l’envoya en Provence, ou estant, il entra en picque avecques un religieux italien, frere Humble de Milan, sur quelques propoz d’Estat, et luy dict qu’ils feroient, pour se mesler trop de l’estat, que quelque François irrité s’en iroit au roy luy donner advertissement de tant de trahysons et de menées qu’ilz ont faict en France, et leur feroit trancher la teste a tant qu’ilz sont. Dont le provincial adverty ne l’a laissé en repoz qu’il ne l’aye deschassé bien que il aye faict tout effort de y demeurer, s’estant adressé a Monsr. le cardinal legast d’Acquaviva, accusant ces italiens de ce qu’ilz se mesloient trop de l’Estat et seroient cause de leur ruyne. Sur quoy led. sr cardinal luy dist qu’il sortist et oubeist a ses superieurs ; indigné de ceste response, luy demanda de changer plustost de religion que de demeurer parmy ses freres qui se meslent d’afferes d’Etat contre le bien du royaulme. Et estant arrivé en ceste ville, le pere provincial de Lyonnois le voulust envoyer a Chambery, a quoy ne voulust consentir pour le grand froid qu’il faisoit. Et sur ce, il dict : maudicte soit la race des Italiens, ils se sont tant meslés d’afferes d’Estat que une parolle que j’en allasse dire, je les mectrois touz en prison, Ilz n’ont pas consideration de me desesperer. Il estime que c’est la cause du maulvais traictement qu’il a receu et plus n’a dict.

45Lecture faicte, persiste et s’est signé :

[autographe] Boussicaut le capucin nomé f. Cherubin.

N°XII
29 juillet 1595
Deuxième interrogatoire du frère Chérubin [original de la main de Bellièvre]

Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 282 (copie en Dupuy 64, fol. 73)

[dans la marge] A Lyon du sabmedy 29 de juillet 1595.

46Frère Cherubin de la maison de Boucicault, natif d’Arles, capuchin aagé de trente trois ans, après serement par luy faict a dict et déposé que :

47A Arles il y avoit un capuchin appellé Sicilien, frere Archange de Messine, aagé d’environ quarante ans, de poil fort noir, la barbe longue et les cheveulx recoquillés, la teste grosse, de mediocre stature, le nedz affilé, les yeulx hors de la teste, les mains comme une femme et blanches, le visage noir, qui parle assez bien le françois. Il fust descouvert a Arles deux ans y a par un sien cousin germain, appellé frere Colomban, de la maison de Bocicaud, auparavant chevalier de Malte, qui dict aux eschevins d’Arles que led. Sicilien avoit en sa chambre 15 ou 30 000 escus du coing d’Espagne que lesd. eschevins vinrent prendre au couvent. Ce Sicilien dict que c’estoit pour achapter du bled pour le Pape, mais la verité c’est qu’il practicoit par le moyen de cest argent de vendre la ville d’Arle au duc de Savoye. Il a de plus machiné une aultre trahison a Arles, trois ans y a ou envyron, que le premier eschevin de la ville fust tué qui vouloit mectre les Espaignols a la garde des portes pour donner l’entrée a l’armée dud. duc. Led. frere Sicilien s’est vanté en Italie d’avoir mené ceste conspiration, ce qu’il a entendu par un sien amy qui le luy a descouvert. Et pour raison de ce, la ville d’Arles a faict decreter prinse de corps contre led. Sicilien, qui a esté proclamée a trois briefs jours. Led. Sicilien a trauvaglié [sic] beaucoup pour mectre la ville de Marseille en l’estat qu’elle est, se declarant fort ennemy du roy. Plus, dict que par son opinion, s’il a quelqu’un de cest ordre qui entreprenne contre la vie du roy, ce Sicilien aura la malice de la fere.

48Dict que il y a de plus un frere Marin de Casal de Montferrat qui porta des lettres au gouverneur de Tolon, trois ans y a ou envyron, pour remectre la ville entre les mains dud. duc ; qui est de mesme aage que led. Sicilien, il a le poil blond, porte la barbe courte ; il le tient d’aussi maulvaise volonté que led. Sicilien.

49Dict que le provincial de Provence est de Milan ; et estant a Rome, luy dict cinq ans y a que en peu de temps le duc de Savoye seroit mestre d’Arles. Il se mesla fort d’afferes d’Estat. Il s’appelle frere Honoré de Milan, il est de grosse corpulence, il passe quarante ans, de poil noir; il ne le tient pas homme pour entreprendre.

50Le gardien de Marseille, frere Simplicien de Milan, gouverne Cazault de Marseille et se mesle fort d’afferes d’Estat.

51Le provincial de Lyon, frere Abondio de Milan, se mesle fort d’afferes d’Estat, donne toutes les nouvelles hors du royaulme.

52En ceste ville de Lyon il y a cinq Italiens capuchins, dont il y en a un vrai françois, frere Alex de Bergamo. Les aultres quatre sont fort contraires au service du roy, et un aultre appellé frere Jean Picard. Les Italiens sont : le portier, appelé frere Sergio de Lucques, le questeur frere Second de Bergamo, le cuisinier frere Mauro de Milan, un prestre frere Martial de Bresse. De tout le reste, on peult s’enfier par son opinion, il n’estime pas qu’ils ayent la voulonté d’entreprendre. Il y en a deux qui pourroient le fere, assavoir frere Sergio et le questeur frere Second. Il y a un aultre italien, appellé frere Anastase de Milan, qu’il estime fort dangereux pour ce qu’il est a demy fol, et a le roy d’Espaigne en peinture dans la teste tant il luy est affectionné.

53Plus a dict qu’il y a un frere qui est en Sicile, appellé frere Pie qui est françois ; ne sçait s’il est de Paris. Lequel a esté six mois hors de la relligion, habillé en soldat, se mectant au service du roy en une compagnie ou il voulust tuer le roy, et maintenant est retiré en Sicile. Il fut apperceu qu’il couchoit l’arquebuze contre le roy. Il fust battu par les soldats et s’eschapa par le moyen de ses amys qui disent qu’il n’estoit pas pour volloir fere un si meschant acte. Il se doubteroit, si l’on envoye quelqu’un de Sicile pour fere une telle meschanceté que l’on y porroit employer ce frere Pie qui peult estre aagé d’envyron trente ans ; ne sçait s’il a barbe, il y a six ans qu’il le veist, qu’il n’en avoit poinct. Il est de stature mediocre, la face ronde, les yeulx enfoncés dans la teste, le poil blond [biffé] chastaing.

54Plus dict que estant en Italie il ouyst dire que un qui se vouloit fere religieux de l’ordre des capuchins, estant le roy dans la ville de Chartres faisant son entrée et estant soubz le poile, resolust de tuer le roy se trouvant en une fenestre ou il coucha l’arquebuse en joue et fust surprins d’un tremblement tellement qu’il n’eust le moyen de lascher le coup. Il disait que ce fust Dieu ou le diable qui l’empescha de tirer, luy estant failly la force. N’a sceu dire le nom et n’a sceu qu’il ayt esté receu capuchin. Il estait du pais de Provence. Ne sçait de quelle compaignie de gens de pieds il estoit.

55Plus a dict qu’il a a dire au roy choses qui importent grandement a sa vie et a tout l’Estatz qui sont trois dont l’une est descouverte, l’aultre nage entre deulx eaues, l’aultre est bien secrette et par nous interpellé de le nous fere entendre, a dis qu’il ne le dira qu’au roy ou a ses freres dont l’un est a Amboise, l’autre aux gardes du roy. Faisant difficulté de me le dire pour ce qu’il crainct estant descouvert, qu’il soit en danger de sa vie. A dit aussi qu’il s’en descouvrira a Monsr. de Grillon qui est grand amy de son frere.

56Plus a dict qu’il y a envyron trois moys que frere Abondio, provincial, se trouvant en ceste ville de yon luy a dit qu’ilz avaient enduré une très grande tribulation les jours passés, pour avoir entendu qu’il venoit d’ltalie deux capuchins pour tuer le roy, et que la nouvelle se disait par ceste ville de Lyon.

57Plus a dict que trois moys y a ou envyron, deux religieux capuchins dont l’un est de Paris, l’aultre de Verdun en Lorraine, qui ont porté la lettre pour fere prier Dieu pour le roy, dirent a luy qui parle qu’il avoit beaucoup de religieux capuchins italiens qui disoient de vouloir venir en France pour endurer le martyre. Il sçait comme cela se doibt entendre. Et lesd. religieux luy dirent : ces Italiens feroient mieux de demeurer en leur païs ; ils feront icy quelque mal et seront cause que les bons seront massacrés. Et plus n’a dict.

58Lecture faicte, a persisté.

59[autographe] J’atteste ce que dessus estre veritable selon le serment qu’en ay faict.

Boussicaut le capucin, nomé f. Cherubin.

mn

Documents divers

N° XIII
6 décembre 1595 – Lyon
Lettre de Bellièvre à Villeroy sur la réduction du consulat.

Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 269

60[Au dos] Copie de la lettre escripte a Monsr. de Villeroy le 6e jour de decembre 1595.

61Monsieur, ce courrier vous portera une depesche de Monsieur de La Guiche qui est de très grande importance pour le service du roy et repoz de la ville de Lyon. Le consulat y est estably de douze eschevins. Ce grand nombre est prejudiciable au public en plusieurs sortes que je ne m’estendray pour ceste heure a desduire. Je vous en diray seullement une raison : que par ce moyen defaillans les originaires de la ville, les Piemontois, les Milanois, les Savoysiens sont entrés en ce consulat. Dalequi, Milanois, eschevin de Lyon a la rebellion qui avint après la mort de feu Mr. de Guyse, fournist une grande somme de deniers qu’il distribua parmy la populace ; et autres eschevins savoysiens troublerent fort la ville. Cela est cause que les gens de bien m’ont remonstré qu’il falloit retrancher ce grand nombre et mectre en usage l’eedict sur ce faict par le roi Henry second dont je vous envoye la copie prinse sur l’original signé du greffier de la senechaulcée. Certains marchans pour maintenir leurs monopolles, d’aultant que les eschevins avoient moyen, estans eschevins, de s’exempter de la douanne dont la ville tenoit la ferme, donnerent de l’argent a ung juge que je ne veulx nommer et par ce moyen empescherent l’execution d’un eedict fort necessaire au public. Monsieur, je n’ay la main a changer le style ; premierement je n’ay pas le loysir, aussi vous jugerez trop mieulx que ne puis ce qu’il y fault changer. Je ne puis retarder ce courier qu’aultant qu’il est du tout requis qu’il arrive a Lyon le 15e de ce mois, aultrement son voiage sera inutille. Car ilz commencent le 16e a prendre resolution sur la creation des nouveaulx eschevins et par ce moyen on perdroit l’occasion d’effectuer un si bon oeuvre, m’ayant esté escrit par le secretaire de la ville et par deux qui sont les principaulx eschevins et les plus affectionnez au service du roy qu’ilz sont a present bien disposés a Lyon pour recevoir lad. reformation de l’eschevinage. Le corps de ville en eust escrit si on eust voulu mectre l’affaire en deliberation, mais les plus saiges ont advisé que le meilleur estoit d’eviter contention et les brigues que les mal affectionnés aux affaires du roy eussent faict. Je vous diray de plus estre adverty que si le roy n’ordonnera ceste reformation, que l’on est en train de creer des eschevins qui ne seront pas a propoz pour les affaires de ce temps. En affaires de ville, la brigue emporte la raison. Monsieur de La Guiche me recommande ce faict avec tant d’affection que je ferois faulte au service du roy si ne vous en escrivois ouvertement mon avis, tel que j’ay mis cy-dessus. Il vous plaira de commander a vostre commis de mectre incontinant la main a la plume afin que nous puissions avoir ce courrier auparavant que Mr. le Chancelier parte de ceste ville, qui sera lundy prochain au matin. Il fault seulement transcrire l’eedict signé de vous. Vous aviserez s’il est bon de mectre en la preface : comme le roy Henry second, par son eedict donné a Saint Germain en Laye, au mois de juing, l’an de grace mil cinq cens quatre vingt [sic] sept ayt dict, statué et ordonné, etc. J’estime que oultre led. eedict, il est a propos qu’il plaise au roy escrire une bonne lettre aux consulz et eschevins, leur faisant sur ce entendre sa volonté, et que pour ceste fois, sans le tirer a consequence a l’avenir, il veult et ordonne que des eschevins qui sont presents, le sr de Montmartin, comme le premier, tienne le lieu de prevost des marchands, et pour regard des eschevins, que les deulx de la derniere creation qui tiennent le premier lieu, entre eulx soit [sic] retenuz aud. eschevinage : a savoir le general Henry et le conservateur Lorans et pour regard, des deux autres eschevins, qu’il soit procedé a la nomination d’iceulx, les solemnités ancyennes et accoustumées en l’eslection des eschevins de lad. ville gardées. C’est, Monsieur, ce que je vous prie escrire sur ce subiect. Le roi pourra donner avis de ce que dessus a Monsr. de La Guiche et luy mander de tenir la main que sa volonté soit en cela suyvie et executée. La mesme peult estre escrite aux officiers de la justice auxquelz Monsr. de La Guiche baillera la lettre s’il juge qu’il soit a propoz. Je vous prie, de rechef, Monsr. de faire promptement depescher ce courrier et luy ordonner son voyage pour en descharger Monsr. de La Guiche.

62Monsr. je me recommande bien humblement et tout le coeur a vostre bonne grace, priant Dieu de vous donner longue et contente vie, c’est de Paris le 6e jour de novembre [sic] 1595.

N° XIV
9-8 décembre 1595 – Chauny
Lettre du roi à Bellièvre

Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 276 publié dans Eugène Halphen (ed.), Lettres inédites du roi Henri IV au chancelier Bellièvre du 8 février 1581 au 23 septembre 1601 publiées d’après les manuscrits de la Bibliothèque Nationale, Paris, Aubry, 1872, p. 198

63Monsieur de Bellievre, j’ay suivy vostre advis pour le regard de la reformation de l’eschevinage de Lyon et en ay faict espedier mes lettres patentes en forme d’eedict que je vous addresse affin de les faire sceller a Monsr. le Chancelier et les envoyer après au sr. de La Guiche suivant ce que je luy mande, comme je vous prie de fere, vous voulant bien dire que j’ay eu a plaisir que vous ayez faict particulierement entendre au sr de Villeroy vostre opinion sur ceste depesche, pour la congnoissance que vous avez des affaires du païs et l’asseurance que j’ay de vostre integrité et affec- tion a mon service. Priant Dieu, Monsr. de Bellievre, qu’il vous ayt en sa très sainte et digne garde, escript a Chauny, le 8e jour de decembre 1595.

Henry
De Neufville

N° XV
20 février 1596 – Lyon
Certificat de loyalisme délivré par le consulat à Guillaume Gella

Arch. mun. Lyon, BB 133, fol. 29v

64Nous, prevost des marchans et eschevins de la ville de Lyon, sur la requeste du sieur Guillaume Gella, l’ung de noz concitoyens, certiffions a tous ceux qu’il appartiendra qu’il a tousjours esté tel et reputé, comme nous le tenons encores, pour bon catholique et homme d’honneur, et a esté employé en plusieurs charges publicques, et mesmes en l’eschevinage de lad. ville, s’estant monstré affectionné lorsqu’il se fallust opposer a ceulx qui taschoient de s’emparer d’icelle pour la sequestrer de la coronne ; et que sy bien depuis la reduction de lad. ville en l’obeissance du roy, led. Gella a esté absent pour quelque temps, touteffoys il n’est poinct venu a nostre notice qu’il se soit comporté aultrement qu’en toute modestie, ayant depuis, par le bon plaisir de Sa Majesté esté rappelé et restably en sa maison ou il traite ses affaires en toute liberté, et faict tous actes de bon subject de Sad. Majesté. En tesmoing.

N° XVI
7 avril 1597 – Lyon
Lettre de Guillaume de Gadagne à Pomponne de Bellièvre.

Bibl. nat. France, Fr. I5 911, fol. 30

65Monsieur, a ce que j’ay entendu, l’on nous a faict courir ung bruict jusques a nous qu’il y avoit de la rumeur en ceste ville ; ce que, je m’asseure, vous aura tenu en peyne, pour l’affection et desir que vous avez du bien et conservation d’icelle en l’hobeyssance du roy,qui me convie a vous en esclaircir par ceste. vous saurez donc, Monsieur, qu’apprès la perte d’Amiens, certaines personnes mal affectionnez au bien du service de a Majesté et du repos publicq, ainsy que vous sçavez il y en a beaucoup, auroyent semé par la ville des faulx bruitz venuz de France que Tours, Orleans et aultres villes avoyent esté surprinses par ceulx de la relligion, que tous les cathollicques avoyent esté chassez de La Rochelle et Sainct Jehan d’Angelly, tellement que ce peuple, en craignant aultant, eust quelque ombraige qui le mettoit en allarme.

66Mais nous avons incontinent pourveu au mal par une recherche generale et bien exacte des huguenotz qui se sont trouvés en sy petit nombre qu’ilz n’ont ny le pouvoir ny le moyen de remuer, quand ils en auroient la vollonté, ce que je ne croys ; de façon que cedict peuple en est demeuré fort ediffié et satisfaict, ayant par la recogneu que tout cela ne proceddoit que de l’artiffice des susditz pertubateurs de repoz, tendant a une sediction ou pour venir a ung sac ou favorizer les desseings que peulvent avoir les ennemys estrangers. J’ay aussy faict renfourcer la garde aux endroitz plus necessaires, mesmes dans l’arcenal ou je feis loger des Suysses qui n’en bougent ny le jour ny la nuict ; et sur le pont du Rhosne ; avons mis au milieu de la riviere proche du bollevard Sainct Clair une fregatte aveq ung corps de garde, la nuict, des arquebuziers de la ville. Voilla l’ordre que nous avons tenu, Monsieur, estant jusques icy toutes choses en fort bon estat pour ledit service de Sa Majesté, dont je vous ay bien voullu asseurer et par mesme moyen vous supplier très humblement avoir souvenance de ce qu’il vous pleust me dire avant mon despart de la court, a ce que l’execution s’en ensuive, comme il est très necessaire et jusques a ce, je ne tiens les affaires bien asseurez en ses quartiers. Je vous supplie y voulloir tenir la main et me continuer l’honneur de vos bonnes graces, aveq la faveur de voz commandemens lesquelz je desire recevoir et de voz nouvelles, s’il vous plaist,

67Monsieur, m’en faire part, comme je prie Dieu vous donner très heureuse et très longue vie. A Lyon, le 7e apvril 1597

Vostre très humble et très afezioné serviteur Gadaygne.

© LARHRA, 2020

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search