Version classiqueVersion mobile

Le retour de Lyon sous l’autorité royale à la fin des guerres de Religion (1593-1597)

 | 
Henri Hours

Conclusion
L’instabilité politique

Texte intégral

1L’insécurité, le trouble que laissait voir dans la société l’inachèvement de la tâche des Grands Jours devait avoir son correspondant dans l’opinion des divers milieux. La difficulté est de saisir non ce trouble, mais l’opinion elle-même, confuse dans sa conception et rarement exprimée. Nous en sommes réduits, comme toujours, à saisir au passage les frémissements qui peuvent nous signaler l’existence d’un mouvement quelconque.

2Il est permis de penser que les ligueurs, dont la mauvaise volonté persistante nous était signalée, avant l’arrivée du roi, par les mémoires anonymes, n’étaient pas du jour au lendemain devenus de fervents royalistes, et que leur idéal d’un catholicisme ultramontain et belliqueux ne s’était pas mué, par la seule présence du roi en une religion respectueuse de la raison d’État et des intérêts du roi, en un mot, en un catholicisme « politique ». D’autre part, la décision prise par Henri IV de faire rentrer les suspects, le 10 septembre 1595, les apaisa-t-elle ? Dans les guerres civiles, les exilés ou ceux qui ont subi une sanction quelconque ne se trouvent guère calmés, une fois l’épreuve finie. Loin de demander le pardon, ils revendiquent une justification de leur conduite, d’où de nouvelles tensions. Les documents permettent-ils d’observer à Lyon de tels phénomènes ?

  • 1 Cf Annexe 2 : Roussin.

3Il semble que le consulat ne fut pas extrêmement satisfait de l’amnistie générale accordée par le roi. L’imprimeur Jacques Roussin, qui avait été chassé de la ville à la Réduction, avait cependant obtenu le titre d’imprimeur du roi en lettres grecques, latines et françaises1. Rentré après le 10 septembre 1595, il réclama le droit de l’utiliser. Le consulat aussitôt de protester : ne s’était-il pas déclaré « très affectionné au party d’Espaigne, ouvertement et avec parolles seditieuses » ? Il soutint donc la plainte de Julliéron et Ancelin, concurrents de Roussin, en constatant que

  • 2 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 10 2v, le 9 octobre 1595.

icelluy Roussin fust destitué de sad. charge de lieutenant [il était lieutenant de penonage] et expulsé tout incontinent de lad. ville en laquelle il n’aurait esté receu que depuis l’arrivée de Sa Majesté en icelle, par le moyen de la grace generalle par elle faicte a tous les absens entre lesquels led. Roussin a tousiours esté tenu pour l’un des plus suspectz et moins affectionné au service de Sad. Majesté.2

  • 3 Ponson Bernard, Fragments du Journal…, op. cit., p. 444.

4Il est difficile de ne pas voir dans cette protestation un reproche contre la politique royale d’apaisement. De son côté, Ponson Bernard, dans son journal, raconte qu’il put rentrer à Lyon après le 10 septembre, « au grand regret de nos ennemis »3. Cette réflexion victorieuse marque un esprit de revanche plus que d’oubli du passé. C’est humain.

  • 4 Arch. nat. France, X IB 9705, août 1596.
  • 5 Arch. nat. France, X IA 9267, fol. 98v, le 17 septembre 1596.

5Un an après, on se jetait encore à la tête les accusations de ligueur, ou de « furieux rebelle », comme le faisaient devant les Grands Jours les banquiers italiens Bonvisi et Capponi contre les bourgeois de Lyon, leurs débiteurs4 ou le médecin suisse Marc Offredi contre les banquiers grisons Pellissarii5. Le zèle de ces étrangers pour le service du roi était sûrement très ardent.

6Cela représentait, en somme, bien peu de choses.

  • 6 Arch. mun. Lyon, BB 133, fol. 27v, le 15 février 1596 : Austrein, Baraillon, Prost, Teste, Thierry (...)
  • 7 Arch. mun. Lyon, BB 134, fol. 40v.
  • 8 Arch. mun. Lyon, AA 153, fol. 49, lettre à Thomé.
  • 9 Le 11 janvier 1596, certificat délivré à Teste [Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 135], le 11 février, (...)
  • 10 Arch. mun. Lyon, BB 133, fol. 53v, le 3 avril. Celui de Pobulot fut le 22 avril [Ibid., fol. 57].
  • 11 Il faut mettre à part celui obtenu par le capucin Jacques de Sainte-Marie, le 14 janvier 1597 : «  (...)

7Par contre, un certain nombre de signes d’apaisement étaient maintenant visibles. Aux réunions de notables qui se tenaient au sujet des dettes de la ville, siégeaient côte à côte des anciens ligueurs et des royalistes à qui le souci commun de leurs créances non remboursées faisait oublier leurs divergences politiques6. Le 18 mars, Gadagne, au « conseil d’Estat » qu’il tint « a propos de la perte d’Amiens » convoqua à coté de Nicolas de Langes, d’Azergues ou Poculot, Tourvéon, Austrein, Baraillon et Bernard7. Le 19 avril 1597, pour apaiser les différends qui opposaient les concitoyens de la ville dans le procès des tailles, le consulat envisagea de confier l’affaire à des gens de justice : Villars, Tourvéon, Austrein, tous « cappables » et « gens de bien »8. Un certain nombre de certificats de loyalisme furent de même décernés à d’anciens ligueurs. On insistait en général sur leur hostilité à Nemours, sur leur zèle envers le roi depuis leur retour, on glissait sur leur exil comme sur quelque chose de malséant qu’il valait mieux cacher9. Certes dans ces certificats, le consulat établissait une hiérarchie : celui du notaire Girard d’Azergues par exemple fut spécialement chaleureux, car c’était un bon royaliste10. À partir de mai 1596, les Lyonnais ne demandèrent plus de ces certificats11. Après les secousses de 1594-1595, les ligueurs étaient revenus, on les avait « blanchis ». Plus personne ne songeait à les inquiéter. Ils pouvaient maintenant garder en paix leurs convictions, ceux qui en avaient du moins. L’essentiel était de récupérer son argent, ils s’y appliquèrent de leur mieux. Et ce n’était pas en faisant de l’opposition au roi qu’ils pouvaient y arriver. Mais il ne semble pas que cette discrétion ait recouvert un très grand repentir du passé.

  • 12 Voir les livres publiés par Chassain (qui avait à faire oublier leloge de Charles X et le Discour (...)
  • 13 Ibid., t. V, p. 127 sq. ; t. III, p. 37 sq. ; t. VI, p. 418 sq. ; t. II, p. 335 sq. ; t. IV, p. 40 (...)

8On peut observer dans le domaine de la librairie un phénomène analogue. Certes, les publications proprement ligueuses ne reparurent plus, mais l’influence jésuite, espagnole ou italienne, se fit toujours sentir. Tandis que les publications royalistes, très abondantes en 1594 et 1595 s’arrêtaient brusquement de paraître à partir de cette date12, n’étant plus soutenues par la lutte contre les suspects et l’attente du roi, les œuvres ultramontaines qui avaient subi une quasi éclipse, principalement en 1595 (bien plus qu’en 1594) sans doute pour les raisons qui favorisaient la presse royaliste, repartirent d’un nouvel essor après ce moment. Il n’est besoin, pour s’en rendre compte que de jeter un coup d’œil sur les éditions sorties en 1594 et 1595 jusqu’en 1598 des presses de Jean-Baptiste Buysson, Abraham Cloquemain, Giunta, Pillehotte et Veyrat13. Rien de belliqueux ni d’agressif dans ces ouvrages, non. Mais ce sont les commentaires du collège jésuite de Coïmbre que l’on imprime et réimprime, les sermons de François Panigarole, en latin ou traduits de l’italien, les œuvres de Bellarmin, le Discours au vray des sainctes ceremonies faictes a Rome pour la reconciliation et benediction du roy... traduit de l’italien par Du Troncy et publié en 1596 chez Pillehotte, et, chez le même, un traité sur les « principaulx et plus necessaires articles » du concile de Trente, par l’archevêque de Vienne, Pierre de Villars, ancien ligueur. Nous n’en citons qu’un nombre infime. Que reprocher à ces dévotes publications ? Rien certes ; mais on reconnait, sans hésitation possible, dans le parfum qui s’en dégage, une inspiration d’outremont rien moins que favorable à la politique française. Officiellement chassés du ressort du Parlement de Paris, les jésuites cherchaient à s’y maintenir ; la principale alerte passée, l’ultramontanisme reprenait pied.

  • 14 Antoine Péricaud, Notes et documents…, op. cit., à sa date.
  • 15 Henri Fouqueray, Histoire de la compagnie de Jésus..., op. cit., t. 2, p 475-479, raconte dans le (...)

9Les ordres religieux les plus compromis, pendant ce temps, ne faisaient guère parler d’eux. Pour les jésuites, cela se comprend sans peine ; faut-il voir un désir du consulat de les voir revenir dans le choix qu’il fit de Porsan comme principal du collège en 1597 ? C’est douteux si l’on met en comparaison la réflexion que firent les échevins à Thomé, le 1er juillet 1596, et leur crainte de voir le « retour des jesuistes par la faveur de M. le legat »14. Il faut plus simplement penser, sans doute, que les Lyonnais désiraient un collège vivant15. Quant aux capucins, ils furent apaisés par l’absolution du roi, en septembre 1595, qui leur permit de continuer leur action sans se faire remarquer par des paroles incendiaires. C’est ainsi que s’explique l’absence de renseignements sur eux à partir de cette date.

  • 16 Bibl. Arsenal, ms. 4108, p. 239.
  • 17 Ibid., p. 260, le 18 juin.
  • 18 Remonstrances au roy en son conseil..., 1595.
  • 19 Bibl. Arsenal, ms. 541I, p. 265.
  • 20 Bibl. Arsenal, ms. 4108, p. 281 et 309.
  • 21 Bibl. Arsenal, ms. 5411, p. 20.
  • 22 Bibl. Arsenal, ms. 4108, p. 321.
  • 23 Ibid., p. 342-343 et Bibl. Arsenal ms. 6594, fol. 49.
  • 24 Bibl. nat. France, fr.15 911, fol. 30, lettre de Gadagne à Bellièvre, 7 avril 1597. Cf. Annexe 1, (...)

10De leur côté les protestants commençaient à reprendre petitement position dans la ville. Ce fut d’abord très timide. Pendant toute l’année 1594, l’hostilité de la population, et même l’ordonnance consulaire du 15 avril durent les écarter. Mais il y en avait certainement. Le consulat l’affirme, et aussi les documents protestants eux-mêmes. Au synode national de Montauban qui s’ouvrit le 15 juin 1594, les églises de Lyonnais firent excuser leur absence16. Ce fut pourtant un ministre du Lyonnais, Constans, qui nomma les douze députés à un colloque avec l’église catholique17. Par contre, quand en septembre 1595, des députés vinrent de Saumur présenter des remontrances au roi, ils ne firent aucune allusion à des besoins de l’Église de Lyon : elle devait être trop faible pour oser les exposer dans sa propre ville, sans quoi elle eût certainement profité de l’occasion18. À Loudun encore, le 1er avril 1596, aucun député de Lyon19. Mais quand l’assemblée se fût transportée à Saumur, en juin suivant, Turquet, « ancien de l’Esglise de Lyon », représen-ta le Lyonnais, Forez, Beaujolais. Il fit même écrire par l’assemblée « a ladite eglise, les exhortant a restablir quelqu’ordre entr’eux par un consistoire »20. De toute façon cette église était faible. Avec quatre autres, elle formait le « colloque » de Lyon, l’un des quatre de la province de Bourgogne21. En juin 1598, au synode national de Montpellier (où personne, le 26 mai, ne s’était présenté pour le Lyonnais, Forez, Beaujolais22), on constatait que le Lyonnais et le Forez étaient les deux provinces de France où le nombre d’Eglises était le plus faible ; à ce titre, elles touchèrent les deux plus petites parts des 43 333 écus accordés par le roi aux huguenots, soit 52 éc. 37 s. 10 d. par église, ce qui faisait 210 éc. 31 s. 6 d., pour les quatre églises de Lyonnais, 105 éc. 15 s. 10 d. pour les deux de Forez23. Une preuve supplémentaire de leur petit nombre à Lyon fut l’absence de brimades et de manifestations d’hostilité contre eux, pendant cette période, mis à part les bruits qui coururent après la perte d’Amiens, et à l’occasion desquels leur faiblesse fut mise en évidence par La Guiche et Gadagne24. Vers 1600 seulement devaient apparaître, en même temps que les premières manifestations de leur activité, les premières brimades sérieuses et spontanées de la part de la population envers eux. L’instinct anti-protestant n’était pas éteint, mais simplement en sommeil, n’attendant pour s’éveiller que l’occasion.

  • 25 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 101, argument dans une protestation contre la demande du faubourg de (...)

11Si donc la région était revenue au calme, et si l’ennemi n’était « plus a craindre », comme disait le consulat25, la situation politique à l’intérieur de la ville n’était ni très stable, ni très sûre. La Guiche, le 15 février 1597, racontant à son protecteur, le connétable de Montmorency, ses inquiétudes devant les intentions peu claires du duc de Savoie, lui demandait

  • 26 Bibl. nat. France, Fr. 3611, fol. 32, lettre à Montmorency, 5 février 1597.

de me faire sçavoir l’intention de Sa Majesté comme j’auray a me gouverner en ceste charge, en cas de rupture de lad. trefve, et mesmes en ceste ville ou je suis tout seul et parmy ung peuple qui est composé de tant de diverses humeurs que je ne scay ce que je m’en doibs promectre advenans des remuemens en ces quartiers26.

12Même plainte deux ans et demi plus tard. Le duc de Savoie ayant annoncé sa venue en grand équipage, La Guiche demanda au roi des ordres

  • 27 Bibl. nat. France, Fr. 23 196, fol. 449, lettre au roi, 11 novembre 1599.

car recongnoissant ceste ville peuplée de savoyardz et de bressans plus que d’autres naturelz habitans, s’ils se presentoient avant que j’en aye receu l’ordre et le commandement, je ne pourrois faire autre chose que de leur refuser l’entrée.27

  • 28 Cf. Annexe 1, n° 13.
  • 29 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 119.

13De fait, les bruits de « brigue », de « menées » abondent, sans que toujours on sache très exactement à quoi ils correspondent. Le 6 décembre 1595, Bellièvre craignait que l’on ne créât des échevins qui ne fussent « pas a propos pour les affaires de ce temps »28. Le 9, le consulat se plaignait de propos injurieux contre lui29. Le 20 janvier 1596,

  • 30 Ibid., fol. 141.

la minutte de l’acte de ce jour qui fust une assemblée de quelques principaulx habitans sur les moyens de pouvoir acquitter les debtes de la ville fust lacerée en l’assemblée du consulat, a cause qu’elle contenoit en quelqu’opinion des ouvertures jugées prejudiciables et qui meritoient d’estre supprimées, affin qu’il n’y feust plus de moyens, y ayant esté depuis pourveu plus a propos.30

14Le 28 juillet 1596, est-ce pour une simple question de préséance que les penons entrèrent

  • 31 Notes inédites …, op. cit., t. XII, p. 174.

en grand tumulte [...] en danger d’ung grand accident, et d’aultant que depuis la rue de Bourgneuf jusques au Change et aultres lieux, les ungs les autres alloient s’entrebattant, joinct que les arquebusiers de la ville s’en mesloient, toutefois par la grace de Dieu ne mourut ny fut tué personne pour ce tumulte.31

15Ils avaient au moins l’émeute facile.

  • 32 Arch. mun. Lyon, BB 133, fol. 107.
  • 33 Arch. mun. Lyon, AA 140.

16Le caractère de ces mouvements se précisait parfois. Nicolas de Langes, le 27 juin 1596, rapporta les propos tenus par « Monseigneur l’archevesque de ladicte ville, qui auroit dict que les gros de lad. ville n’estoient gros chrestiens et qu’il n’y avoit que le petit peuple de bon catholiques ». Le sens en était clair : seul le petit peuple était resté fidèle à l’esprit de la Ligue. Les notables se sentirent pourtant vexés et résolurent d’aller trouver Épinac et « luy faire remonstrances pour en açavoir le sujet et sa conception »32. Le 8 juillet, le consulat écrivait à Thomé : « l’on seme par la ville des faulx bruictz et l’on va de bouticque en bouticque, recherchant ceuls de pareille humeur, comme il se faisoit au seminaire de la Ligue »33.

17Ces agitations étaient favorisées de divers côtés, par les difficultés économiques d’abord :

  • 34 Arch. mun. Lyon, BB 133, fol. 129v, instruction à d’Elbene, 18 juillet 1596.

de jour a aultre le peuple s’escoulle, et a present il est très certain qu’il n’y a pas la moitié du peuple lequel y estoit a l’heureuse arrivée de sad. Majesté. Et ce peu de peuple qui est demeuré se treuve necessiteux et famelicque, partant fort facile a desbaucher de son debvoir. Joinct qu’il y a encores des personnes qui volentiers l’inviteroient a quelque nouveau remuement, ce que mêsmes a peu estre remarqué puis nagueres.34

18Le 13 septembre 1596, le consulat exposa à Sillery toutes les causes de mécontentement : le procès des tailles qui ne donnait pas satisfaction, l’anéantissement du commerce et la disette.

  • 35 Arch. mun. Lyon, AA 140, lettre à Millery, 13 septembre 1596.

En ceste extremité survient encores ung nouveau estonnement sur les bruictz qui courent du resultat qui sera prins en assemblée qui estoit indicte a Compiegne, de laquelle l’on attend synon charge sur le peuple et du tout ruyne et destruction et, qui plus est, diminution du pouvoir et auctorité royale, Sa Majesté ne se pouvant prevalloir de tout ce qui se lieve sur son peuple, dont quelzques personnes seulement remplissent leurs coffres [...] Croyez, Mon-sieur, que le murmur et le bondissement commung court parmy le peuple, et nous avons veu telles marques d’esmotion avoir tost esté suyvis d’ung plus grand embrasement. Mais l’on tient [...] que dans le cueur du roy, jacet aliquid magnum alta mente repostum.35

19Autour de la ville également, les esprits s’agitaient, ce qui ne pouvait aider les Lyonnais à se calmer :

  • 36 Arch. mun. Lyon, AA 140, lettre à Thomé, 5 juillet 1596.

dans tout le gouvernement il se faict des menées [...] Il y a des grands qui vont suscitants et auctorisant les manans, soubz pretexte qu’ilz les font travailler en leurs fortiffications propres, de maniere qu’il se faict des petites rebellions, voyre des refuz de paier tailles dans les terre d’aulcuns seigneurs et l’on y mesle le pretexte de la contestation contre les habitans de la ville.36

  • 37 Signalés au roi par le président Forget, 18 août 1596 [Bibl. nat. France, fol. 13, fol. 619v]. Let (...)

20Ajoutons-y les passages d’espions espagnols37, et nous aurons quelque idée de ce qui pouvait surexciter les esprits et les préparer à des troubles plus graves.

  • 38 Arch. mun. Lyon, AA 24, fol. 96.
  • 39 Arch. mun. Lyon, BB 134, ff. 43-44v, 45v-46, 46v.

21Ce fut dans ces conditions que la ville reçut les lettres du roi du 12 mars 1597 annonçant la perte d’Amiens. Henri IV insistait sur la négligence des habitants, sur leur orgueil et leur refus de recevoir aucun renfort ; il engageait les Lyonnais à ne pas faire de même38. La Guiche réunit chez lui un « conseil d’estat » où étaient représentés le clergé, la justice, les finances, le consulat et les bourgeois. L’assemblée exhorta les penons à mieux faire leur devoir, désigna des notables pour s’enquérir de l’origine et des moyens d’existence de tous les habitants de la ville, ordonna de procéder exactement et selon les ordonnances à l’ouverture et à la fermeture des portes, à la garde et aux rondes de nuit, prescrivit les recherches d’armes et prit plusieurs autres mesures de sécurité encore. La ville se retrouvait en état de siège. Les 20, 22 et 27 mars, le consulat s’occupa de faire exécuter les décisions39.

  • 40 Lettre à Bellièvre, 7 avril 1597. Cf. Annexe 1, n° 16.
  • 41 Arch. mun. Lyon, BB 133, fol. 52v, mémoires envoyés à Thomé, 15 avril et AA 140 (16 avril).
  • 42 Arch. mun. Lyon, AA 153, fol. 48, lettre à Thomé, 24 avril.
  • 43 Arch. mun. Lyon, BB 134, fol. 96, le 9 juillet 1597.
  • 44 Arch. mun. Lyon, AA 21, fol. 22, lettre au consulat, 16 août.
  • 45 Arch. mun. Lyon, EE 32, n° 2-34.
  • 46 Arch. mun. Lyon, BB 134, ff. 113, 181v, 123, 123v.
  • 47 Copie des lettres du roy, touchant la reduction de la ville dAmiens, Lyon, Th. Ancelin, 1597.
  • 48 Arch. mun. Lyon, EE 32, n° 40 (1 fol., 31 septembre), n° 35 (44 ff., 28 octobre), n° 37-39 (22 ff. (...)

22Cependant l’émotion grandissait. Les ligueurs (ce ne pouvait être qu’eux) faisaient courir des bruits alarmants : les protestants s’emparaient de plusieurs villes, il fallait se défendre. Gadagne, chargé du gouvernement en l’absence de La Guiche calma tout en faisant ostensiblement rechercher les huguenots pour montrer leur petit nombre et leur impuissance40. Le consulat se montra discret sur ces mouvements ; il en accusa « certaines assemblées faictes par ceulx de la religion pretendue reformée en divers lieux, aussy quelques particuliers accidens advenus en ce gouvernement à l’endroict d’aucuns ecclésiastiques », de même que l’appréhension provenant du procès des tailles contre le plat pays...41 Y eut-il des émeutes, ce n’est pas sûr ; dans tous les cas, le mouvement ne fut pas très grave. Le consulat mit son point d’honneur à présenter les mesures prises comme une simple mesure de prudence après la perte d’Amiens. La ville était « en aussy grande tranquillité que nous fusmes oncques soubz conduicte de gouverneur que nous ayons eu »42, et parfaitement « paisible »43 sur les ordres du roi44, cependant, on continua à veiller à la sécurité de la ville. Les recherches d’armes furent très minutieuses, bien davantage qu’en 1594. Celles du 4 septembre furent faites dans tous les penonnages : on relevait en même temps le nom des habitants et la durée de leur séjour à Lyon ; on ne se contentait plus des armes à feu, les armes blanches étaient aussi recensées. Les résultats furent consignés dans des cahiers, un par penonnage, relativement épais (celui du capitaine Morand, par exemple, du quartier de La Grenette comporte dix feuillets45). Pendant tout le mois de septembre, cette activité se poursuivit : liste des notables chargés de reconnaître l’identité des habitants (2 septembre), exhortation aux penons de bien prendre la garde (20 septembre), rendez-vous pour les penons en cas d’alarme (27 septembre), interdiction d’élever les barricades (27 septembre)46. Le consulat et les notables vivaient dans la hantise d’un soulève-ment populaire, nous l’avons déjà constaté à maintes reprises. Aussi, les lettres du roi annonçant la reprise d’Amiens47 n’arrêta-t-elle pas leur activité policière ; elle se porta sur les étrangers dont on fit de nombreux recensements48. Ceux-ci étaient dangereux par leur nombre, par l’effervescence qu’ils entretenaient dans le menu peuple et par l’esprit peu fidèle au roi sinon franchement hostile, qu’ils répandaient. Les Lyonnais n’en avaient guère besoin. En cette fin de 1597, la pacification, le ralliement des esprits étaient loin d’être achevés. Cependant, si la Ligue habitait encore les esprits et les cœurs, elle avait disparu en tant que parti organisé et armé.

  • 49 Arch. mun. Lyon, AA 21, fol. 23, lettre du roi à La Guiche.
  • 50 Maurice Pallasse, La sénéchaussée …, op. cit., p. 400-402 et 444-448.

23Ce fut sur ces entrefaites qu’arriva à Lyon de Vic. Il dut même venir « en poste » pour parer à « de grandes brigues » qui se faisaient autour des élections49. À tous points de vue : finances, justice, simple sécurité, la ville avait besoin d’être à nouveau reprise en mains. De Vic se rendait à Lyon avec des pouvoirs très étendus : surveillance de la sénéchaussée et des finances royales, haute main sur la question des dettes de la ville, contrôle de l’administration municipale50. Dans le domaine plus spécialement politique, ses pouvoirs judiciaires lui permettaient, selon l’expression de M. Maurice Pallasse, de « juger les procès des particuliers contre les villes, pacifier les différents de la noblesse et empêcher ses rassemblements en armes, accorder les rivalités des officiers, les obliger à respecter les édits du roi et la fidélité qu’ils lui avaient jurée »

24Son arrivée marque vraiment la fin de cette période de transition à laquelle nous nous sommes attachés. La ville de Lyon achevait son retour sous l’autorité royale.

25L’évolution s’était déroulée de façon très logique. Henri IV y avait fait preuve de son habituelle souplesse et de sa facilité d’adaptation. Les bouleversements de la Ligue étant encore tous proches, lui-même n’étant pas sûr de ce que réservait la ville, confiant dans les troupes d’Ornano, il accepta provisoirement que le gouvernement fût confié au consulat. Au bout d’un certain temps il se rendit compte que laisser Lyon et avec lui tout le Sud-Est sans direction représentait de graves dangers pour le royaume. Il délégua donc Bellièvre qui s’employa de son mieux au maintien du pouvoir royal. Quand il vint en personne dans la région, il se contenta de laisser un gouverneur. Mais il avait pu voir par lui-même les besoins fort divers de la ville, notamment en matière de finances et de justice. D’où la réduction du consulat qui fut accueillie surtout comme une mesure préparatoire à l’extinction des dettes ; d’où encore les Grands Jours qui, sans remettre parfaitement en ordre la société troublée, affirmèrent cependant aux yeux de tous que le pouvoir du roi était revenu et s’appliquait partout et pour tous. Les éléments étaient constitués et en place pour l’entreprise de remise en ordre à laquelle de Vic devait se consacrer.

26Cela nous montre assez, comme nous avons eu l’occasion de le signaler, que la date de 1595 ne marque pas de limite importante dans l’histoire de Lyon. Comme le dit encore M. Pallasse : « Avec Henri IV à la tête du royaume, et Méric de Vic titulaire à Lyon de la “surintendance sur la justice, police des villes, et autres choses civiles et politiques”, s’ouvre un nouveau chapitre des annales lyonnaises ». C’est la présence à Lyon des intendants, presqu’ininterrompue désormais, qui allait faire disparaître définitivement toute trace d’autonomie. Le xviie siècle lyonnais commence à cette date.

271598 : c’était aussi le moment où la France retrouvait la paix intérieure et extérieure. À Lyon la Ligue avait perdu en 1597 ses derniers traits de parti organisé. Quant aux grands bourgeois de la ville, s’ils avaient été sincèrement ligueurs, ils s’étaient assez vite effrayés de l’agitation et du désordre populaires. La hantise qu’ils en avaient, leur éloignement du peuple, leur défiance entre eux souvent, envers les officiers du roi toujours, mettaient à leur direction de la ville des obstacles que leurs qualités personnelles ne suffisaient pas à surmonter. La réflexion de M. R. Doucet sur leur gestion des finances municipales vaut pour toutes leurs activités :

  • 51 Roger Doucet, Finances municipales et crédit public..., op. cit., p. 126.

L’incohérence, l’insuffisance des prévisions que nous avons observées parmi les consuls, les notables et les officiers municipaux lyonnais, sont en effet de règle pour tout ce qui touche à l’administration des finances publiques. Combien de fois dans les moments critiques, les voyons nous emprunter au jour le jour, à n’importe quel taux, alors qu’ils pouvaient avoir recours à des ressources permanentes ! [...] Plus d’une fois nous avons noté au passage l’incapacité surprenante de ces hommes d’affaires qui savaient pourtant gérer leurs entreprises privées.51

28Leur petitesse de vue les rendait incapables de résister à l’action du roi. Ils le sentaient d’ailleurs, et la désiraient, dans des contacts immédiats et personnels avec le roi ou ses représentants directs. Dans la paix retrouvée, ils cherchaient surtout à pouvoir de nouveau vaquer à leurs affaires privées.

29Les troubles n’avaient servi qu’à renforcer l’autorité du pouvoir central sur la ville exténuée. Après un xvie siècle animé et glorieux, Lyon allait connaître une longue période d’assoupissement.

Notes

1 Cf Annexe 2 : Roussin.

2 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 10 2v, le 9 octobre 1595.

3 Ponson Bernard, Fragments du Journal…, op. cit., p. 444.

4 Arch. nat. France, X IB 9705, août 1596.

5 Arch. nat. France, X IA 9267, fol. 98v, le 17 septembre 1596.

6 Arch. mun. Lyon, BB 133, fol. 27v, le 15 février 1596 : Austrein, Baraillon, Prost, Teste, Thierry, aux côtés de de Villars, Riverie, Grolier du Soleil, de Saillans, ou Lyvet.

7 Arch. mun. Lyon, BB 134, fol. 40v.

8 Arch. mun. Lyon, AA 153, fol. 49, lettre à Thomé.

9 Le 11 janvier 1596, certificat délivré à Teste [Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 135], le 11 février, à Gella [BB 133, fol. 29v et voir pièce justificative, n° XV p. 308] ; à Prost, le 26 mars [Ibid., fol.  43]. Pour ce dernier, on ne certifiait cependant pas qu’il avait été hostile à Nemours.

10 Arch. mun. Lyon, BB 133, fol. 53v, le 3 avril. Celui de Pobulot fut le 22 avril [Ibid., fol. 57].

11 Il faut mettre à part celui obtenu par le capucin Jacques de Sainte-Marie, le 14 janvier 1597 : « A ce que certaine faulse accusation faicte a l’encontre de luy par aucuns mal sentans de la religion catholique, apostolique et romaine et desirans la ruyne d’icelle, il pleust aux sieurs prevost et eschevins luy accorder attestation comme depuis ung an en ça il a esté appellé en lad. ville, y annonça ordinairement l’evangile et parolle de Dieu avec beaucoup de doctrine et de sçavoir [...] au grand contentement et satisfaction de tout le peuple catholique de cested. ville ». Il fut fait droit à sa requête et il ne s’agissait pas là de fidélité [Arch. mun. Lyon, BB 134, fol. 3].

12 Voir les livres publiés par Chassain (qui avait à faire oublier leloge de Charles X et le Discours sur la trahison de Boutheon, publiés en 1589-90), Louis II Cloquemain (resté protestant pendant que son frère Abraham passait au catholicisme), J. Marguerite, B. Rigaud, T. Soubron [Baudrier, Bibliographie lyonnaise…, op. cit., t. VI, p. 28 IV, p. 63 ; t. I, p. 259 ; t. II, p. 431 sq. ; t. IV, p. 367]. Il faut signaler les Discours politiques et militaires du sieur de La Noue, publiés par le protestant François Le Febure [Ibid., t. V, p. 355].

13 Ibid., t. V, p. 127 sq. ; t. III, p. 37 sq. ; t. VI, p. 418 sq. ; t. II, p. 335 sq. ; t. IV, p. 400 sq.

14 Antoine Péricaud, Notes et documents…, op. cit., à sa date.

15 Henri Fouqueray, Histoire de la compagnie de Jésus..., op. cit., t. 2, p 475-479, raconte dans le détail l’affaire Porsan.

16 Bibl. Arsenal, ms. 4108, p. 239.

17 Ibid., p. 260, le 18 juin.

18 Remonstrances au roy en son conseil..., 1595.

19 Bibl. Arsenal, ms. 541I, p. 265.

20 Bibl. Arsenal, ms. 4108, p. 281 et 309.

21 Bibl. Arsenal, ms. 5411, p. 20.

22 Bibl. Arsenal, ms. 4108, p. 321.

23 Ibid., p. 342-343 et Bibl. Arsenal ms. 6594, fol. 49.

24 Bibl. nat. France, fr.15 911, fol. 30, lettre de Gadagne à Bellièvre, 7 avril 1597. Cf. Annexe 1, n° 16.

25 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 101, argument dans une protestation contre la demande du faubourg de Vaise d’être exempté du subside de l’entrée du vin, 6 octobre 1595.

26 Bibl. nat. France, Fr. 3611, fol. 32, lettre à Montmorency, 5 février 1597.

27 Bibl. nat. France, Fr. 23 196, fol. 449, lettre au roi, 11 novembre 1599.

28 Cf. Annexe 1, n° 13.

29 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 119.

30 Ibid., fol. 141.

31 Notes inédites …, op. cit., t. XII, p. 174.

32 Arch. mun. Lyon, BB 133, fol. 107.

33 Arch. mun. Lyon, AA 140.

34 Arch. mun. Lyon, BB 133, fol. 129v, instruction à d’Elbene, 18 juillet 1596.

35 Arch. mun. Lyon, AA 140, lettre à Millery, 13 septembre 1596.

36 Arch. mun. Lyon, AA 140, lettre à Thomé, 5 juillet 1596.

37 Signalés au roi par le président Forget, 18 août 1596 [Bibl. nat. France, fol. 13, fol. 619v]. Lettre de Bonciani à Vinta, Rouen, 30 décembre 1596 : « E stato preso un corriere di Fiandra che andava a Lione con lettera de’ mercanti, e un piego molto segreto del cardinale Alberto per i Rè di Spagna, raccomandando che con ogni segretezza et diligenzàa fusse spedito in Spagna » Négociations diplomatiques..., op. cit., t. V, p. 325.

38 Arch. mun. Lyon, AA 24, fol. 96.

39 Arch. mun. Lyon, BB 134, ff. 43-44v, 45v-46, 46v.

40 Lettre à Bellièvre, 7 avril 1597. Cf. Annexe 1, n° 16.

41 Arch. mun. Lyon, BB 133, fol. 52v, mémoires envoyés à Thomé, 15 avril et AA 140 (16 avril).

42 Arch. mun. Lyon, AA 153, fol. 48, lettre à Thomé, 24 avril.

43 Arch. mun. Lyon, BB 134, fol. 96, le 9 juillet 1597.

44 Arch. mun. Lyon, AA 21, fol. 22, lettre au consulat, 16 août.

45 Arch. mun. Lyon, EE 32, n° 2-34.

46 Arch. mun. Lyon, BB 134, ff. 113, 181v, 123, 123v.

47 Copie des lettres du roy, touchant la reduction de la ville dAmiens, Lyon, Th. Ancelin, 1597.

48 Arch. mun. Lyon, EE 32, n° 40 (1 fol., 31 septembre), n° 35 (44 ff., 28 octobre), n° 37-39 (22 ff., 29 octobre), n° 41 (6 ff., 30 octobre) ; le 14 octobre, commission au capitaine La Vioze pour surveiller les étrangers dans les hôtels et les auberges [Arch. mun. Lyon, BB 134, fol. 131v.].

49 Arch. mun. Lyon, AA 21, fol. 23, lettre du roi à La Guiche.

50 Maurice Pallasse, La sénéchaussée …, op. cit., p. 400-402 et 444-448.

51 Roger Doucet, Finances municipales et crédit public..., op. cit., p. 126.

© LARHRA, 2020

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search