Version classiqueVersion mobile

Le retour de Lyon sous l’autorité royale à la fin des guerres de Religion (1593-1597)

 | 
Henri Hours

Le séjour du roi et le retour à un régime d'institutions

Chapitre I
Le séjour du roi

Texte intégral

1Jusqu’au moment où, dans la monarchie française, l’administration eut été suffisamment centralisée, les contacts personnels avec le roi furent pour les provinces une nécessité vitale. Source suprême et sacrée de la justice, des faveurs et des charges, le roi était aussi pour les communautés locales le seul protecteur contre les officiers et les petites puissances intermédiaires. Les requêtes, les procès et affaires diverses qui, devant le mépris ou l’indifférence des bureaux parisiens, traînaient en longueur et bien souvent n’aboutissaient pas, pouvaient obtenir directement du roi en personne une solution rapide. Le roi amenant sa cour avec lui, tout le commerce du lieu s’en trouvait le bénéficiaire. La prospérité et la gloire de la capitale, fondées au cours des siècles sur la seule présence royale, et dont Lyon avait pu, lors des fréquents séjours de François Ier et de sa cour, entrevoir les bienfaits, les provinces et les villes les désiraient.

  • 1 Bibl. nat. France, Fr. 23 194, fol. 61.
  • 2 Arch. mun. Lyon, AA 24, ff. 73 et 74, le 22 avril et le 4 mai.
  • 3 Arch. mun. Lyon, AA 21, fol. 8, lettre du roi au consulat, 11 mai.

2Isolé du pouvoir central pendant plusieurs années, le consulat lyonnais n’avait pas cessé de demander à Mayenne d’envoyer ses représentants ou de venir lui-même. La ville une fois passée au roi, le besoin fut le même : ce fut à Henri IV que s’adressèrent désormais les demandes. Le 15 février, Prunier de Saint-André montra au roi la nécessité de sa venue « en ces quartiers »1. Dès le mois d’avril, le roi s’annonça au consulat2, le 10 mai encore, dans la commission octroyée à Ornano, il laissait prévoir son départ pour la fin du mois suivant3. Mais l’impossibilité en était trop évidente, la double nomination de Bellièvre et d’Ornano en é-tait le signe. Sans doute, ces promesses devaient-elles, dans l’esprit d’Henri IV, raffermir dans leur devoir les Lyonnais qu’il sentait hésitants.

  • 4 Arch. mun. Lyon, AA 24, fol. 77 ; Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives…, op. cit., t. IV (...)
  • 5 Bibl. nat. France, Fr. 15 893, ff. 164, 165, 171, les 7, 11 et 14 septembre.
  • 6 Ibid., fol. 184 ; Dupuy 64, fol. 29, lettre du 13 octobre.
  • 7 Cf. Annexe 1, n° 6.

3Le 24 juin enfin, tout en affirmant son désir de venir à Lyon, le roi en recula sine die l’exécution4. Pendant plus d’un an, plusieurs fois par mois, la même promesse se renouvela, que de nouveaux obstacles empêchèrent sans cesse de se réaliser. Ce ne fut pas faute d’être réclamé. Il faudrait citer toutes les lettres de Bellièvre, on en trouverait avec peine une seule adressée au roi où ce leitmotiv ne se répète pas. Tous les arguments furent employés : les nécessités militaires (lors de la menace sur Briqueras, ce furent de véritables cris de détresse5) ; les nécessités politiques (plusieurs qui s’étaient ralliés au roi, croyant sa venue prochaine, repassaient doucement à la Ligue6). Mais surtout, si le roi ne venait pas rapidement, il courrait le risque de perdre la ville et avec elle le tiers du royaume. Il trouva pour enseigner au roi son devoir des accents d’une étonnante fermeté7 ou d’un noir découragement :

  • 8 Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 201, lettre à Villeroy, 27 décembre.

je veoy que touz les adviz que i’en donne de dela ne servent que a me fere declarer importun. Je n’auseray plus escrire d’afferes puis que l’on trouve maulvais quant ie donne avis que nous craignons en ces quartiers de veoir recommencer une guerre de religion. Et neantmoings il semble que nous en soyons a la veille.8

  • 9 Bibl. mun. Lyon, ms. (fonds Coste) 1106, n° 4, le 11 janvier 1595.

4À Villeroy encore, il se confiait : « Je vous prie, Monsieur, cependant que mon malheur me retiendra en ceste charge, de me consoler de voz lettres »9. Jusqu’à la fin de mai 1595, il persista, espaçant toutefois ses réclamations.

  • 10 Bibl. nat. France, Fr. 23 194, ff. 46 et 24, Gadagne, le 23 septembre et le 9 novembre ; Arch. mun (...)
  • 11 Antoine Péricaud, Notes et documents…, op. cit., le 29 juillet ; Arch. mun. Lyon, 44, fol.  54, le (...)
  • 12 Bibl. nat. France, Fr. 15 567, fol. 23, lettre de Gemenos au roi (janvier 1595).
  • 13 Douglas et Roman, Actes et correspondance du connétable de Lesdiguières, Grenoble, Edouard Allier, (...)
  • 14 Henri Drouot, Mayenne et la Bourgogne…, op. cit., t. 2, p. 373, n. 4.

5Dans le même temps, les principaux serviteurs du roi faisaient entendre les mêmes plaintes : Gadagne, Ornano ou encore Chevrières10, le consulat enfin11. Ces demandes se situèrent principalement dans les trois derniers mois de l’année 1594, au moment où, après l’échec de la tentative sur Vienne, la ville se sentit menacée par les troupes espagnoles du Milanais. De toutes parts le roi recevait les mêmes supplications, de Provence12, de Dauphiné où Lesdiguières exprimait son découragement : « la pesanteur de ce fardeau m’accable »13, de Bourgogne enfin14.

6Pendant ce temps, le roi ajournait sans cesse son voyage ; contre-ordres et promesses se succédaient. À tel point que l’on est tenté d’y voir de sa part de la fourberie : il n’est pas possible que le roi ait pu se tromper lui-même pendant un an sur ses possibilités ; il amusait les Lyonnais et leur faisait prendre patience ; il essayait du moins.

  • 15 Pauline de Witt née Guizot (éd.), Mémoires de Madame de Mornay…, op. cit., t I, p. 283, 285, 295.

7Pourtant, à la cour aussi, on parlait de ce voyage, sans mettre en doute les intentions du roi. Madame Du Plessis Mornay signale ces renvois successifs15 ; Mocenigo, dès le 17 avril 1594, notait que

  • 16 Bibl. nat. France, Ital. 1743, fol 21v.

Il Rè […] voglia transferirsi a Lione, perchè quelle città lo desidera grandemente, et perchè spera, col avvicinarsi al Delfinato et alla Provenza, dar qualche ordine alli dispareri che ha quella nobiltà con li Duchi di momoransi et Epernia16.

8À partir de ce moment, il suivit les projets du roi, les commentant et faisant des pronostics sur la date du départ. Ce sont toutes ses dépêches à la République de Venise qu’il faudrait, là encore, citer. Au début de janvier 1595, le voyage sembla proche, on en parla beaucoup en février, mais on ne voyait toujours rien se décider :

  • 17 Abel Desjardins, Négociations diplomatiques de la France avec la Toscane, Paris, Imprimerie Impéria (...)

Non so più che mi dira di quella andata di Sua Maestà a Lione ; ella afferma di volervi ire e, cosi, parebbe ragionavole, anzi necessario per la cose di quelle provincie ; ma per altra parte, non si vegono le provvisioni così pronte ch’io pensi che sia per partire innanzi Pasqua17

9écrivait le 8 mars 1595, Bonciani au grand-duc de Toscane reflétant l’incertitude de la cour.

  • 18 Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives…, op. cit., t. V, p. 526, le 4 août à Syoughac ; t. (...)

10Mais, plus que des racontars de courtisans ou d’espions, les actes du roi lui-même nous prouvent que son intention de partir pour Lyon n’était pas feinte. À des personnages indifférents à Lyon et auxquels il n’avait aucune raison de déguiser sa pensée, il affirma à plusieurs reprises son désir de partir18.

  • 19 Le 13 juillet 1594, il renvoya Chevrières et La Pye à Lyon pour préparer la campagne prévue pendan (...)

11Enfin, il donne plusieurs ordres qui ne s’expliqueraient pas s’ils n’avaient été destinés à préparer son voyage19.

  • 20 Celui-ci s’inquiétait à l’avance et demandait au florentin Niccolini « se il Rè verebbe a Lione », (...)
  • 21 Voir p.129.

12Quand Henri IV promettait de venir, il ne mentait donc pas. Il était seulement dans l’impossibilité de prévoir un mois à l’avance une campagne aussi importante que celle qu’il envisageait dans le Sud-Est. Il songeait en effet à profiter de cette expédition pour dominer la Bourgogne, rassurer Lyon, lever des troupes suisses, battre les Espagnols et intimider le pape20. Il lui fallait des troupes, et ses Suisses, mal payés, menaçaient à chaque instant de le quitter. Il lui fallait donc de l’argent : il n’en avait pas. D’où cette situation instable dont nous saisissons de façon concrète les effets. En outre, le roi ne pouvait emmener à Lyon son armée sans être rassuré sur la frontière du Nord : ce n’était pas le cas. Il lui fallait donc beaucoup de temps pour préparer son expédition. Il commença à exécuter son plan en envoyant dès les premiers mois de 1595 Biron en Bourgogne21. Quand, à son tour, il arriva dans les confins du Sud-Est, Lyon put espérer saluer enfin son roi.

  • 22 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 61.
  • 23 Ibid., fol. 67.

13Dès la fin de juin, le bruit des victoires de Bourgogne confirma cet espoir. Le 27 juin, les consuls décidèrent d’acheter le tissu nécessaire à leurs costumes d’apparat22. Le 7 juillet, la venue du roi fut annoncée de façon assez sérieuse pour décider les échevins à commencer les préparatifs ; sans hésitation, ils se répartirent les fonctions23: sans doute étaient-elles prévues de longue date.

  • 24 Pierre Matthieu, Lentrée de […] Henry IIII, roy de France et de Navarre, Lyon, P. Michel. 1595. V (...)
  • 25 Donnons seulement pour exemple la description de la pièce d’orfèvrerie offerte au roi : « tout de (...)
  • 26 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 71.
  • 27 Arch. mun. Lyon, CC 1454.

14Nous ne nous attarderons pas aux détails plus ou moins pittoresques de cette entrée24. Nous n’insisterons pas sur les inscriptions et arcs de triomphe dont se montrait si fier Pierre Matthieu, sur les tribunes et les belles étoffes qui les décoraient, sur les harangues ni les musiciens qui assaillirent le roi25. Qu’il nous suffise de savoir que le consulat fit à cette occasion tous ses efforts. Il voulait que la ville de Lyon fît au roi un accueil digne de lui, et d’elle-même... Il voulait aussi apporter au roi l’assurance de sa fidélité. Combien dépensa-t-il ? Il est difficile de répondre avec précision : l’ensemble des dépenses signalé dans les délibérations se monte à 2 000 écus environ, les avances des échevins à 3 00026 ; il est raisonnable toutefois d’admettre le chiffre du receveur de la ville donné dans ses comptes : 8 079 éc. 4 s 11 d.27. Un autre indice de son activité est le nombre de ses réunions qui s’éleva de plus de la moitié par rapport aux mois précédents.

  • 28 Arch. mun. Lyon, BB 132, ff. 76 et 79v.
  • 29 Ibid., fol. 74v.
  • 30 Ibid., ff. 84v-85v.
  • 31 Ibid., fol. 79.
  • 32 Ibid., ff. 82v-83.
  • 33 Ibid., ff. 88v-89.
  • 34 Lyon BB 132, fol. 77.

15Cette préparation revêtit également un aspect policier inévitable. Non seulement il fallut régler l’ordre des cortèges (la chevauchée des jeunes gens de la ville, fils de bonnes familles, chargés de caracoler en somptueux équipage sous les ordres du jeune Sève28), le défilé des bourgeois (qui, cette année là, contrairement aux usages anciens, se fit par penonnages et par métiers : ces derniers étaient si appauvris que la charge aurait été trop lourde pour un effet trop maigre29), et l’ordre de marche des penonnages30, enfin l’accompagnement du consulat31 ; mais il fallut encore apaiser quelques querelles de préséance : Mornieu, par exemple, se prétendait de robe longue et exigeait à ce titre de marcher le quatrième des échevins et non le dixième32. Il fallut aussi prendre des mesures de sécurité : le 26 août Bellièvre, Gadagne et le consulat rendirent en commun une ordonnance ayant pour but de faire dégager la voierie et d’éliminer les risques d’accidents ou d’attentats contre le roi33. Mais surtout le consulat, ne sachant comment faire preuve d’assez de loyalisme et de zèle, s’efforça de contenir non sans rudesse tout signe de mécontentement réel ou soupçonné : il réunit une assemblée de notables pour les mettre au courant des préparatifs mais vingt-trois furent absents. Ils se virent aussitôt, le 1er août, convoqués au consulat sous peine de 50 écus d’amende34. On menaça de même les jeunes gens qui manquèrent les réunions préparatoires à la cavalcade.

  • 35 Ibid., fol. 78v.

[Le 4 août] sur la plainte faicte par le capitaine penon du quartier du Change, deffenses ont esté faictes aux Srs Evrard Perot et Jehan de l’Oeille d’absenter de la ville avant l’entrée du roy, et a eulx enjoinct, ensemble aux Srs Deporte et Prat de se mectre en equipage deub pour aller au rang de leur penonage led. jour35.

16Enfin Gaspard Du Coing ayant demandé de ne pas parader à la tête de son penonnage à cause de la mort récente de sa femme,

  • 36 Ibid., fol. 90v, le 1er septembre.

A esté ordonné aud. Sr Du Coing de marcher led. jour en habit decenz et convenable pour representer l’allegresse que chacun reçeoit de la venue du roy, et de poser le dueil pour ce jour-la, attendu qu’il ne se peult excuser d’y aller en personne et qu’il ne le peult faire en habit de dueil, consideré mesmement que desja deffences, ont esté faictes a ceulx qui portent le dueil de tappisser en dueil au devant de leurs maisons.36

17L’enthousiasme était, on le voit, général et spontané.

  • 37 Notes inédites relatives à lhistoire de Lyon…, op. cit., t. XII, p. 172.
  • 38 Ibid.
  • 39 Bibl. nat. France, Ital.1744, fol. 151, dépêche de Duodo, 1er août.
  • 40 Il était parti de Moras le 24 août suivi, entre autres, du comte de Viriville, du baron de Bressie (...)
  • 41 Douglas et Roman, Actes et correspondance…, op. cit., t. 2, p. 149. Duodo, dans sa lettre déjà cit (...)
  • 42 Ibid., p. 150.
  • 43 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 99.
  • 44 Nicolas-François Cochard, Séjours dHenri IV à Lyon, pendant les années 1564, 1574, 1595 et 1600 : (...)
  • 45 Remonstrances au roy en son conseil, 1595 ; Pauline de Witt née Guizot (éd.), Mémoires de Madame d (...)

18Le roi arriva à Lyon le 21 août37 mais son entrée dans la ville n’eut lieu que le 4 septembre. Il logea en attendant au faubourg de Vaise. Une partie de la cour l’avait précédé de près de trois semaines : la marquise de Montceaux était arrivée le 3 août38. Lyon vit à cette occasion affluer de toutes parts les personnages accompagnant le roi ou désireux de faire leur cour. Du conseil du roi jusqu’aux ambassadeurs vénitiens39. La cour dans son ensemble était là. La noblesse du Sud-Est, de son côté, eut à cœur d’être présente. Ornano arriva le 29 août, suivi de 200 gentilshommes dauphinois, nous dit Duodo40. Le 5 septembre ce fut Lesdiguières qui accompagné de « quatrevingt ou cent gentilshommes », rencontra le roi qui courait la bague à Bellecour41. Il y vit le connétable qui était resté à Lyon pendant le séjour du roi, et put faire avec lui son « appoinctement »42. Le duc de Guise était aussi dans la ville depuis la fin du mois d’août, d’après Duodo. Vinrent ensuite les députés d’Arles43, la comtesse de Sault en Provence et les députés de Provence, les ambassadeurs suisses et grisons44. Le synode protestant de Saumur ayant envoyé au roi La Noue et La Primaudaye pour lui demander de ne pas renouveler purement et simplement l’édit de 1577, ce fut à Lyon qu’ils le rencontrèrent45. « In somma », constatait Duodo, le 31 août

  • 46 Bibl. nat. France, Ital.1744, fol. 151, dépêche de Duodo, 1er août.

vi sono tant’alttri signori che è cosa miravigliosa ; da che nasce una indicibile carestia di tutte le cose, sebene questi cittadini hanno fatto ogni lor sforzo, perchè la corte non sentisse questa incomodità ; ma poco possono le leggi et gl’ordini contro cupidità et avaritia d’altri.46

19Ces conséquences étaient à prévoir.

  • 47 Notes inédites relatives à lhistoire de Lyon…, op. cit., XII, p. 173. Dès son entrée à Lyon, le r (...)

20Henri IV était entré dans la ville en vainqueur. La déroute espagnole à Fontaine-Française n’avait certainement pas manqué de produire sur le pape un effet salutaire ; Mayenne, d’autre part, abandonné par ses alliés, était définitivement brisé. Ce fut à Lyon que le roi recueillit les fruits spectaculaires de sa victoire. Le 17 septembre, tandis qu’à Rome les ambassadeurs de Sa Majesté subissaient une humiliation symbolique, un Te Deum fut chanté à Saint-Jean47 en l’honneur de l’absolution pontificale. Le 22 septembre, Mayenne fut contraint à signer une trêve. Quant à Nemours, avec qui le roi eût désiré parvenir à une solution des difficultés, il était mort le 25 juillet. Tous ces succès étaient brillants, mais n’étaient que les conséquences d’efforts bien antérieurs.

21Les résultats de ce voyage furent surtout visibles dans la ville elle-même.

  • 48 Arch. nat. France, E IA, fol. 149v. ; Noël Valois, Inventaire…, op. cit., n° 2534. Signalé comme é (...)
  • 49 M. de Boissieu, Généalogie…, op. cit., p. 114, n. 2.
  • 50 Arch. dép. Rhône, C 412, fol. 33, le 6 septembre.
  • 51 Ibid., fol. 28, le 18 septembre. Le don fût daté de 1596. Il y a erreur, car la lettre est datée d (...)
  • 52 Ibid., fol. 41v.
  • 53 Arch. nat. France, E IA, fol. 153v. ; Noël Valois, Inventaire…, op. cit., n. 2580.
  • 54 Pierre Richard, Pierre dÉpinac…, op. cit., p. 582.

22Le 4 septembre, répondant aux harangues que lui infligèrent les divers corps de la ville, Henri IV, s’il reprocha au clergé d’avoir été parmi les derniers à le reconnaître, montra cependant, de façon générale, sa volonté d’apaisement. Elle se manifesta de manière tangible par les faveurs dont profitèrent un certain nombre de Lyonnais. Les bénéficiaires de simples dons furent d’importants personnages. Balthazard de Villars demanda 400 écus de pension en supplément de ses gages « pour les services faictz a Sa Majesté et les pertes par luy faictes, ayant esté chassé de lad. ville et privé de l’exercice dud. office pendant cinq ans pour s’estre employé pour ce qui estoit au service de Sa Majesté ». Il en obtint 200, le 18 septembre48. Chevrières, le 20, fut pourvu de la lieutenance du gouvernement de Velay49. De moindre envergure, Nicolas Mellier, avocat du roi, fut gratifié, en considération des services rendus et des pertes par lui subies lors de son exil, d’une pension de 100 écus en plus de ses gages50. Des communautés religieuses mêmes furent atteintes par les largesses royales : le couvent de Saint-Bonaventure reçut une pension annuelle de 40 écus à prendre sur la recette générale51 comme celle de 100 écus renouvelée pour neuf ans aux célestins le 10 septembre52. Un arrêt du conseil accorda à l’Hôtel-Dieu une aumône de 300 écus53. Le clergé séculier ne fut pas oublié : le chapitre métropolitain obtint confirmation de ses privilèges ; l’archevêque enfin, malgré une attitude peu favorable au roi, reçut en même temps que le prieuré de Coincy un don de 50 000 écus54. Geste de clémence et de politique avisé, car Épinac était bien vu à Lyon.

  • 55 Arch. dép. Rhône, C 412, fol. 7.
  • 56 Arch. nat. France, E IA, fol. 162v. Noël Valois, Inventaire…, op. cit., n° 2667.
  • 57 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 104. L’ordonnance fut présentée le 9 octobre au consulat par les bén (...)

23Un certain nombre de dons ou de mesures bienfaisantes revêtirent un aspect de réparation. Le 18 septembre, des lettres patentes ordonnèrent au bureau des finances de payer à Marguerite de Chate (était-elle parente du gouverneur royaliste du Puy ?) 90 écus à elle ordonnés par Guillaume de Gadagne pour l’occupation d’une maison, d’une vigne et d’un jardin à Condrieu pour fortifier la ville en 159255. Jean Sève obtint, par un arrêt du conseil du 4 octobre, un don de 1 000 écus pour réparer partiellement la dépense de 2 000 écus à laquelle il avait été contraint par emprisonnement56. Le 23 septembre le roi ordonna au consulat de réintégrer dans leurs fonctions le capitaine Du Soleil et son lieutenant de Masso ainsi que Du Fenoil, sergent-major57.

  • 58 Arch. dép. Rhône, BP 3647, Livre du roi 1590-97, ff. 181v. et 157.
  • 59 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 92.

24Henri IV enfin pratiqua une large politique d’amnistie. Le baron de La Frette et le capitaine Nissard reçurent des lettres d’abolition pour tous les actes commis pendant leur séjour dans les camps ennemis58. Surtout, de façon plus générale, le roi, le 10 septembre, convoqua à son conseil les échevins et leur enjoignit de laisser rentrer à Lyon tous ceux qui en étaient absents comme suspects59. Les exilés ne se le firent pas dire deux fois ; déjà le 21 août Tourvéon avait réclamé de pouvoir revenir en ville ; Bernard Roussin, de Bourg, Austrain, Gella, Pignières en profitèrent, et sans doute un grand nombre d’autres pour lesquels nous n’avons pas d’indication précise.

  • 60 Nicolas-François Cochard, Séjours dHenri IV…, op. cit, p. 92-93.
  • 61 Arch. dép. Rhône, BP 3647, Livre du roi 1590-97, f. 182v et 269.
  • 62 Confirmation des privileges des étrangers…, 1595. Pour les florentins, voir Arch. dép. Rhône, BP 3 (...)
  • 63 Ibid., fol. 242.
  • 64 Ibid., ff. 222 et 244v.
  • 65 Ibid., ff. 152 et 176. Le démarches faites par les métiers indiquent que le consulat se montra sou (...)
  • 66 Ibid., fol. 179v.
  • 67 Ibid., fol. 181

25Mais le roi ne perdait jamais de vue non plus ses besoins d’argent. C’est sans doute dans ce sens qu’il faut considérer les nombreux octrois ou confirmations de privilèges qui marquèrent son passage à Lyon. Sans nous arrêter à Jean de Raverie et Antoine Scarron qui reçurent le premier le titre de gentilhomme ordinaire de la chambre, le second la charge de conseiller au parlement de Paris60, nous constatons qu’un grand nombre de particuliers ou de corps constitués firent confirmer leurs privilèges, moyennant finances certainement : les chanoines de l’Île-Barbe et le chapitre de Saint Just (ce dernier fit confirmer des lettres de committimus61) ; les marchands italiens, florentins, gênois ou lucquois62 (les florentins, le 14 septembre, firent confirmer spécialement leur droit de nommer eux--mêmes leur courrier63) ; des corps de métiers enfin : les médecins et, le 30 septembre, les ouvriers et manufacturiers de draps de soie, d’or et d’argent64. Certains obtinrent de nouveaux statuts : les futainiers et les plieurs de soie65. Bastien Colluze, gentilhomme verrier, obtint également confirmation de ses privilèges66. Le roi enfin octroya à la ville de Givors trois foires et un marché annuel, à perpétuité67.

  • 68 Arch. mun. Lyon, BB 132 ,fol. 94
  • 69 Arch. dép. Rhône, C 412, fol. 16.

26Le but financier du voyage du roi se manifesta également par la demande d’un subside de 30 000 écus qu’il adressa au conseil le 17 septembre, et par l’ordre au bureau des finances, le 20, de lever 11 000 écus dans la généralité. Ses espoirs ne furent d’ailleurs pas comblés : les échevins ne fournirent que 10 000 écus68 ; quant à l’imposition exigée, pas un sou n’en avait encore été perçu le 16 mars 159669

  • 70 Bibl. nat. France, Fr. 16 661, ff. 420-21 (le 1er), 422-24 (le 2e), 457-58v (le 3e). Les trois mém (...)

27Il profita également de son séjour pour essayer de remettre un peu d’ordre dans ses affaires et celles de la ville. Ce fut avant son arrivée, et sur son ordre sans doute, que furent rédigés les trois mémoires sur les remèdes capables d’améliorer la situation à Lyon, dont nous avons, en plusieurs occasions déjà, signalé l’existence70. Il est impossible de dire qui les composa. Le premier se détache des autres par une pensée ample et claire embrassant l’ensemble des questions, et par son style limpide. Son auteur n’était sans doute pas lyonnais. Les deux autres sont certainement l’œuvre de Lyonnais hostiles au consulat. Tous trois insistent d’abord sur l’instabilité de la population et sur le fait que la Ligue y compte encore de nombreux appuis. Dans les remèdes proposés, ils soulignent la nécessité de désigner un gouverneur ferme, « non moins politique que guerrier », dit le premier.

28Tous s’accordent sur l’impossibilité de rebâtir une citadelle à Lyon. Le troisième proposait de la remplacer par l’arsenal ; il était le seul à ne pas réclamer que l’on ôtât au peuple la garde des murs et des portes. Il demandait en plus, avec le deuxième, que le capitaine de la ville (Du Soleil) et le sergent-major (Du Fenoil) fussent remis en leurs charges ; nous savons qu’ils obtinrent satisfaction. Leur défiance contre le consulat se manifesta de façon plus nette encore : le deuxième demandait de surveiller les élections et de diminuer l’autorité échevinale, le troisième allait jusqu’à réclamer l’application de l’édit d’Henri II sur la réduction du nombre des échevins, pour éteindre les dettes. Le premier rapport était plus impartial. Il était également d’avis de donner à des compagnies étrangères à la ville le soin de la garder, mais il préférait laisser au consulat les fonctions de sergent-major, pour mieux le subordonner au gouverneur. Il souhaita aussi la réduction du corps de ville pour le surveiller et éteindre ses dettes. Enfin, pour réformer la justice « lasche et molle », il réclamait des Grands Jours ou à défaut deux commissaires.

29On ne peut dire que le roi suivit systématiquement ces indications, tout au moins dans l’immédiat. La mesure qui s’en inspira le plus fut la réintégration de Du Soleil et de Du Fenoil dans leurs fonctions. Ils avaient pourtant en 1585 participé activement à la prise de la forteresse royale de Saint-Sébastien, mais il était politique de fermer les yeux sur un passé lointain déjà. Quant à la nomination du gouverneur, ce ne furent pas ces mémoires qui la déterminèrent.

  • 71 Arch. dép. Rhône, C 412, fol. 27.
  • 72 Arch. dép. Rhône, B Audiences Juin-Sept. 1595.
  • 73 Lettres patentes du roi pour tenir..., 4 mai 1596. Paris, 1596, p. 2 ; Arch. mun. Lyon, BB 133, fo (...)

30Le 7 octobre, le roi ordonna aux trésoriers généraux, suivant les édits de ses prédécesseurs et contre les usages du bureau de Lyon de faire recevoir, et manier tous les deniers levés dans la généralité par les receveurs des tailles seuls. Il ordonna également un contrôle annuel par la chambre des comptes71. La sénéchaussée, elle, ne sembla pas faire l’objet de mesures particulières. Certes, dès son arrivée aux abords de Lyon, le 26 août, le roi avait délégué un maître des requêtes, Claude Ménardeau, pour présider l’audience ; le même, avec deux de ses collègues, inspecta les prisons le 5 septembre72. Ce n’était pas encore la réforme souhaitée par les bourgeois ; ils profitèrent de la présence du roi dans leurs murs pour réclamer ces Grands Jours qu’ils n’avaient pu obtenir l’année précédente73.

  • 74 Arch. dép. Rhône, BP 3647, Livre du roi 1590-97, ff. 134, 160v., 163, 178v., 194.v, 249v., 250v.
  • 75 Un arrêt du Conseil du 4 octobre trancha en faveur d’Antoine Michier la contestation qui l’opposai (...)

31Au sujet des offices, deux problèmes se posaient. Le premier, celui des officiers pourvus par Mayenne, ne présentait plus guère de difficulté et put être résolu par des mesures de détail. Six notaires et un sergent royal furent ainsi confirmés en leurs charges du 28 août au 19 septembre74. Les documents ne nous ont conservé que deux cas litigieux qui durent être tranchés par le roi75.

  • 76 Arch. dép. Rhône, BP 3697, Livre du roi 1590-97, fol. 134 v., 26 août.
  • 77 Notes inédites relatives à lhistoire de Lyon…, op. cit., p. 173.
  • 78 Arch. dép. Rhône, BP 3697, Livre du Roi 1590-97, fol. 206, le 31 septembre.

32Le deuxième, plus important, fit l’objet de mesures d’ensemble. Il s’agissait du nombre excessif des officiers royaux qui encombrait la bonne marche de la justice et de l’administration et peut-être aussi diminuait les revenus des officiers en place, provoquant leur indignation. Le mal n’était pas spécial à la ville. Le roi ramena à ce qu’il était en 1540 le chiffre des sergents royaux (27 pour la ville et ses faubourgs, 25 pour le reste de la sénéchaussée)76, à 30 celui des procureurs77, à 40 celui des notaires78. Les offices venant à vaquer étaient supprimés, mais sans porter préjudice au droit de survivance ou de résignation. C’était rendre les mesures inopérantes dans le même temps qu’on les prenait. De fait, pendant le séjour à Lyon de la cour, nous relevons dans le Livre du Roi de la sénéchaussée, du 19 août au 8 octobre, 34 provisions de notaires et 11 de sergents royaux. Les autres offices se répartirent six provisions. Comme après le premier contact avec le pouvoir royal, à la Réduction, une ruée vers les offices marquait le second. Quant au roi, ses promesses et ses édits ne le liaient guère quand il avait besoin d’argent.

  • 79 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 91v.
  • 80 Ibid., fol. 94.
  • 81 Le 16 novembre 1595, le consulat demanda à La Guiche d’exécuter les décisions du roi [Ibid., fol. (...)

33Le consulat, pendant toute cette période, eut une activité très réduite. Les questions courantes étaient remises à plus tard, l’important, pour tous, c’étaient les démarches, requêtes et intrigues de toutes sortes auprès des maîtres des requêtes ou des membres du conseil. D’autre part, en présence du roi, l’autorité consulaire subissait une éclipse totale. Les échevins cependant ne perdaient pas de vue les intérêts de la ville et notamment la question toujours si pesante des finances et des dettes. Le 6 septembre, ils se répartirent les différentes démarches à faire : Henry et Polaillon devaient poursuivre celles commencées auprès du conseil « pour avoir fondz et reglemens pour l’acquit et paiement des debtes de la ville portans charges et aultres » ; Laurent, Valentin et Mornieu, « poursuivre aud. Conseil le rapport et jugement du cahier de remonstrances presenté a sa Majesté » ; enfin Jacquet, Couvet, Vize et Colhabaud, étudier la situation des gabelles et la possibilité d’acquitter les rentes assignées sur elles79. Le 17 septembre, quand les consuls allèrent trouver les intendants des finances chargés d’examiner la question des dettes de la ville, ceux-ci commencèrent par leur apprendre « que Sa Majesté a grand besoin de la somme de trente mil. escus, pour affaires très urgens et importans a son service, moyennant le prest de laquelle, Sad. Majesté pourvoira auxd. moyens qui luy seront proposés ». Pris à la gorge, et constatant que « l’occasion s’offrant présentement de mectre ordre a l’acquittement des debtes, qui est la chose plus requise pour le bien et seureté de lad. ville », les échevins s’exécutèrent, non sans avoir réduit la somme demandée à celle, plus modeste, de 10 000 écus80. Ces préliminaires bien posés, le roi fit vérifier l’état des dettes par des intendants des finances à qui Bellièvre prêta les lumières de son expérience lyonnaise. Après cette vérification, Henri IV accorda à la ville un subside de 4 livres par pièce de vin entrant en la ville ou sortant du Lyonnais, et une somme de 20 000 écus à prendre annuellement sur l’augmentation du tiers surtaux de la douane. Ces derniers étaient exclusivement réservés à l’extinction des dettes, dont celles « portans change » devaient être acquittées les premières. Le 14 octobre, le conseil du roi arrêta le cahier des remontrances. Répondant à l’un des articles, le roi enlevait au consulat la charge de l’entretien des fortifications de la ville, confiées désormais au gouverneur qui devait y employer la recette générale81.

  • 82 Arch. mun. Lyon, BB 133, fol. 25 ; AA 150 ; Bibl. nat. France, Fr. 16 661, fol. 340, instruction d (...)

34Il fallait réduire les dépenses de la municipalité. En réponse à l’article 27, il était décidé que les échevins ne pourraient plus désormais emprunter à titre privé pour les affaires publiques, pour plus d’un an. Si, passé ce délai, la dette n’était pas remboursée, elle serait répartie sur la population par un impôt. Dans l’article 36, les échevins avaient demandé de ne pouvoir être contraints à décharger leurs prédécesseurs, et d’être remboursés par leurs successeurs. Les anciens échevins pourraient alors se rembourser sur les fonds constitués à cet effet, « parce que desormais, il se trouveroit peu de personnes pour entrer en l’echevinaige qui eussent aultant de bonne volonté qu’il fauldroit de moyens pour descharger leurs predecesseurs au lieu desquelz ilz entroient ». Ils n’avaient pas grande confiance dans les ressources que pourrait fournir le fonds ordonné par le roi. Ce dernier ne se prononça pas et remit « a s’en informer plus amplement ». Il garantit cependant pour six mois les échevins en fonction contre toute contrainte82.

35Ces deux mesures étaient incomplètes. La première présentait le grave inconvénient de permettre l’augmentation des dettes, et même de la favoriser : si les échevins étaient assurés de pouvoir répartir les dettes sur les habitants, on pouvait penser qu’ils hésiteraient moins à les contracter. Elle était inapplicable. La seconde était essentiellement provisoire, le roi ayant réservé son avis sur l’essentiel. Elle appelait une décision de fond, dont la réflexion des échevins laissait pressentir la nature : le statut consulaire peut-être était en jeu.

36Si la question des dettes restait en suspens, les Lyonnais avaient au moins satisfaction sur un point qui les tourmentait depuis longtemps. Les provinces de Lyonnais, Forez et Beaujolais avaient enfin un gouverneur. Le roi tenait parole.

  • 83 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 102, lettre à Bellièvre, 13 juillet 1594.
  • 84 Antoine Péricaud, « Les gouverneurs de Lyon », Revue du Lyonnais, 1ère série, t. 13, 1841, p. 373. (...)
  • 85 Arch. mun. Lyon, AA 77, n° 45, lettres au consulat, 20 août 1594 ; AA 53, fol. 106, lettre de Jacq (...)
  • 86 Bibl. nat. France, Fr. 3571.
  • 87 Ibid., fol. 106.

37Chevrières, pendant son séjour à Paris en 1594 avait sans doute été convaincu par les avantages qu’il reçut du roi de la difficulté qu’il aurait à se faire accepter des Lyonnais. L’expérience malheureuse de Nemours prouvait qu’il fallait compter avec eux. Il renonça donc au gouvernement, ce dont le roi se réjouit fort83. C’était un compétiteur possible qui s’écartait. Mais il en restait plusieurs. Ornano au premier rang, en Forez le comte de Clermont et les deux frères d’Urfé. Nommer un gentilhomme de la région, c’était raviver toutes les querelles. Il valait mieux un étranger à la province. Ce furent sans doute ces considérations qui déterminèrent Henri IV à désigner le grand-maître de l’artillerie. Philibert de La Guiche était né en 154184. Ancien gouverneur du Bourbonnais, où il s’était marié en premières noces, il n’avait jamais eu d’autre rapport avec Lyon que ceux que lui avaient imposés ses fonctions militaires85. Il était de la clientèle du connétable de Montmorency comme en témoigne leur abondante correspondance, toute imprégnée d’une grande amitié86. Il était même son nourri : « Car, comme ie me sentiray tousiours obligé de l’honneur que j’ay eu d’avoir pris ma premiere nourriture auprès de vous, aussi ne suis-je de rien tant desireux au monde que de vous en pouvoir rendre service », lui écrivait-il le 6 juillet 159787. Aussi peut-on attribuer, selon toute vraisemblance, l’initiative de cette nomination à Montmorency. Étant donnée l’importance de son rôle dans le Sud-Est, il y a toutes chances pour que ce soit lui qui ait désigné au roi son protégé.

38Dès le mois de novembre 1594, le bruit courut à Lyon que le gouvernement lui était réservé. Ornano déçu se retira sous sa tente, en l’occurrence son quartier général de Moras. Bellièvre essaya de le calmer, mais nous savons que ce fut inutile. Il semble bien que dès ce moment, la résolution du roi ait été arrêtée. Pierre Mathieu, dans sa harangue aux corps de métiers, le 23 décembre 1594 s’écria :

  • 88 Pierre Mathieu, Harangue aux consuls et a la ville de Lyon, Lyon, 1594, p.67-68. Dès ce moment La (...)

Que voulez-vous davantage, sa presence ? Il vous la promet [le roi] [...] Il vous envoye fortifier en vostre constant par lettres, par gentilhommes et depuis trois iours par un seigneur grand vrayement [...], qui a les deux points où consiste l’art de commander, la prevoyance et l’experience [...]88

39Pour ne pas laisser de doute, il avait fait imprimer dans la marge, en face de ce passage : « M. de La Guiche ». Mais le roi remit la nomination officielle en même temps que son voyage à Lyon.

  • 89 Bibl. nat. France, Ital. 1743, fol. 139v, Mocenigo, 24 novembre 1594. On a reconnu, à travers la d (...)

Dopo molte instanze fatte da diversi cavalieri per ottenere el governo di Lione, ha sua Maestà voluto concederlo a Monsr. della Ghisa che è general dell’artiglieria, [...], et poi che Monsr di Cevrera et altri signori del Lionese pretendevano tal governo, conviene sua Maestà lei medesima impossessarnelo89.

40Chevrières en effet s’était repenti de son désintéressement :

  • 90 Bibl. nat. France, Dupuy 64, fol. 54v, lettre de Bellièvre au roi, 5 décembre 1594.

Monsieur de Chevrières fait les mesmes declarations de mescontentement que ce gouvernement dont il a les lettres soit donné a aultre que a luy. Je craings, venant icy Monsieur de La Guiche, que Monsieur d’Ornano ne renouvelle ses plainctes, chose qui pourroit prejudicier a vostre service. Monsieur le Connestable m’a dict ce soir que Monsieur le comte d’Auvergne le veult venir veoir en ceste ville. Il sait que led. Sieur comte pretend que ce gouvernement est compris au pouvoir que vostre Majesté lui a donné. Il m’a dict qu’il luy mandera, s’il vient, de venir avec son train seulement, et sans qu’il entreprenne d’exercer acte de gouverneur90.

41Soutenu par Montmorency, Bellièvre suffisait à la tâche aussi le roi attendit-il d’être à Lyon pour installer La Guiche.

  • 91 Bibl. nat. France, Fr. 23 990, p. 198, Canault, Vie de Alfonso dOrnano, p. 228-230. Cette scène r (...)
  • 92 Augustin Anselme, Histoire généalogique, op. cit., t. VII, p. 391 A.
  • 93 Bibl. nat. France, Nouv. acq. fr. 5129, fol. 29.
  • 94 Eustache Piémont, Mémoires…, op. cit., p. 385.

42En septembre 1595, Ornano venu saluer le roi tenta un dernier effort et fit au roi une scène de tragédie, à en croire son secrétaire, lui reprochant de donner à un autre ce qu’il avait conquis et conservé lui-même91. Le roi le calma : « Vous estes en colere et moy je ne my veulx pas mestre », aurait-il dit. Il se débarrassa de l’importun en le nommant maréchal le 6 septembre92. Il semble qu’Ornano n’en fut pas mécontent : écrivant le 6 octobre au roi sur les affaires de Provence, il le fit sur un ton calme et détendu sans dire un mot de Lyon ni de ses espoirs déçus93. Le 24 octobre, il était de retour à Moras94.

  • 95 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 92.

43Dès avant son établissement officiel La Guiche était déjà en possession de son titre. Le 10 septembre, il était déjà qualifié de « gouverneur de ceste ville » quand lui fut confié l’original de l’ordonnance faisant revenir les suspects exilés95. Le 15 septembre,

  • 96 Ibid., fol.  93v.

le roy ayant mandé Messieurs les consuls eschevins de lad. ville, leur declaira en la presence de Monsieur de Bellievre qu’il avoit baillé le gouvernement de lad. ville a son fils, et a Monsieur de La Guiche la lieutenance et le gouvernement de sond. fils96.

44Ce fut là toute la cérémonie. Quelques jours après les privilèges du consulat étaient attaqués : les clefs de la ville, jusqu’à présent, étaient la nuit sous la garde du consulat :

le vingt uniesme septembre avant midy [...] Monsieur de La Guiche, gouverneur, mande a messieurs les eschevins que le roy leur voulloit parler a l’issue de son disner. A l’heure il leur a commandé de remettre les clefz de la ville aud. sr de La Guiche. Il ne luy est respondu aulcune chose.

45Ils suivirent La Guiche chez lui et lui firent leurs remontrances. Le lendemain, nouvelles récriminations, au connétable cette fois qui les rapporta au roi.

  • 97 Ibid., fol. 96. Voir aussi Arch. mun. Lyon, EE 3, n° 44.

Le soir venu, led. seigneur de La Guiche mande les eschevins de la part de Sa Majesté, lesquelz y estans, le Roy en la presence dud. sr Connestable et dud. seigneur de La Guiche prononça de son propre mouvement et puissance absolue qu’il veult que led. seigneur de La Guiche ait les clefz, sans prejudicier des privilleiges des eschevins97.

  • 98 Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives…, op. cit., t. IV, p. 45, lettre à de Brèves.
  • 99 Douglas et Roman, Actes et correspondance…, op. cit., t. 3, p. 149.
  • 100 Bibl. nat. France, Ital.1744, fol. 191.
  • 101 Le dernier arrêt donné à Lyon est du 9 octobre [Noël Valois, Inventaire…, op. cit., t. I, p. 178].
  • 102 Jusqu’au 23 octobre.

46Le résultat principal, dans l’immédiat, du séjour du roi était acquis. Dès le lendemain, 23 septembre, le roi quitta la ville. Il eût voulu y rester plus longtemps, mais sur la frontière du Nord sa présence était également très requise : entrés le le 31 juillet à Doullens, les Espagnols étaient en train d’assiéger Cambrai qui devait tomber le 7 octobre. Cela le chassa de Lyon. Il partit, « laissant toute ma cour derriere, laquelle ne m’a rejoinct que depuis cinq ou six jours », disait-il le 17 novembre98. Lesdiguières l’accompagna jusqu’à Roanne99 mais la majeure partie de la cour demeura en effet à Lyon quelque temps : les ambassadeurs vénitiens ne retournèrent sur Paris que le 28 septembre100, le conseil du roi101 et Bellièvre102 restèrent beaucoup plus tard, car il y avait encore à faire.

  • 103 Bibl. nat. France, Ital. 744, fol. 186.
  • 104 Jean-Hippolyte Mariéjol, La réforme…, op. cit., p. 401.

47Ce séjour du roi eut d’heureux effets : l’établissement du gouverneur et par là-même le retour à un ordre ancien qui calma les esprits inquiets et déroutés. La présence du roi dans la région, après avoir nettoyé la Bourgogne apaisa le Forez dont les ligueurs se soumirent ; le traité avec Mayenne y aida sans doute. Certes, comme le disait Duodo, « ha lasciato Sua Maestà qui molte negotiationi irresolute »103, en particulier celles avec les cantons suisses, la Savoie et d’Épernon, toutes d’importance. Mais on ne saurait reprocher au roi, comme on l’a fait parfois104 d’être demeuré trop longtemps à Lyon. Doullens, Cambrai étaient tombés : les résultats n’en furent pas tragiques. Le Sud-Est, au moins autant que la Picardie, avait son importance : assurer la paix en Provence et avec la Savoie, conclure un traité fructueux avec les Suisses, montrer sa force au pape et aux ligueurs de la région, liquider les troupes de Mayenne en Bourgogne, tout cela n’était pas sans intérêt. Pouvait-il laisser les Espagnols envahir la Bourgogne et les ligueurs soulever à nouveau le Sud-Est ? Il ne pouvait agir autrement qu’il ne fit. Nous devons même regretter qu’il ne soit pas plus longtemps resté « en ces quartiers ».

Notes

1 Bibl. nat. France, Fr. 23 194, fol. 61.

2 Arch. mun. Lyon, AA 24, ff. 73 et 74, le 22 avril et le 4 mai.

3 Arch. mun. Lyon, AA 21, fol. 8, lettre du roi au consulat, 11 mai.

4 Arch. mun. Lyon, AA 24, fol. 77 ; Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives…, op. cit., t. IV, p. 181, lettre au consulat,.

5 Bibl. nat. France, Fr. 15 893, ff. 164, 165, 171, les 7, 11 et 14 septembre.

6 Ibid., fol. 184 ; Dupuy 64, fol. 29, lettre du 13 octobre.

7 Cf. Annexe 1, n° 6.

8 Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 201, lettre à Villeroy, 27 décembre.

9 Bibl. mun. Lyon, ms. (fonds Coste) 1106, n° 4, le 11 janvier 1595.

10 Bibl. nat. France, Fr. 23 194, ff. 46 et 24, Gadagne, le 23 septembre et le 9 novembre ; Arch. mun. Lyon, AA 38, n° 232, Ornano, le 10 septembre ; Bibl. nat. France, Fr. 23 194, fol. 337, Ornano, le 23 octobre ; ibid., fol. 36, Chevrières, le 17 octobre.

11 Antoine Péricaud, Notes et documents…, op. cit., le 29 juillet ; Arch. mun. Lyon, 44, fol.  54, le 11 septembre ; ibid., fol. 55 et BB 131, fol. 207v, le 3 octobre ; AA 139, le 18 octobre ; BB 131, fol. 217v, le 14 novembre ; AA 140, le 7 janvier.

12 Bibl. nat. France, Fr. 15 567, fol. 23, lettre de Gemenos au roi (janvier 1595).

13 Douglas et Roman, Actes et correspondance du connétable de Lesdiguières, Grenoble, Edouard Allier, 1878, t. I, p. 258, lettre au roi, 24 janvier.

14 Henri Drouot, Mayenne et la Bourgogne…, op. cit., t. 2, p. 373, n. 4.

15 Pauline de Witt née Guizot (éd.), Mémoires de Madame de Mornay…, op. cit., t I, p. 283, 285, 295.

16 Bibl. nat. France, Ital. 1743, fol 21v.

17 Abel Desjardins, Négociations diplomatiques de la France avec la Toscane, Paris, Imprimerie Impériale, 1865, t. V, p. 314.

18 Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives…, op. cit., t. V, p. 526, le 4 août à Syoughac ; t. IV, p. 245, le 9 novembre à Sillery ; t. IV, p. 300, le 17 janvier à Bourdeilles.

19 Le 13 juillet 1594, il renvoya Chevrières et La Pye à Lyon pour préparer la campagne prévue pendant son séjour à Lyon [Arch. mun. Lyon, AA 21, fol. 9]. Le 20 novembre il fait lever par Bellièvre des vivres en Lyonnais et en Bourgogne pour son voyage [Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 167 ; Eugène Halphen, Lettres inédites…, op. cit., p. 128]. Le 21 décembre, d’Amiens, il ordonne à Nevers de faire en sorte « qu’a mon arryvée a Parys, je trouve que l’on ayt perdu tams et qu’il y ayt de quoy fere mon voyage de Lyon » [Bagueneau de Puchesse, « Lettres de Henri IV », Bulletin de la société d’Histoire De France, t. 37, 1900, p. 203]. Le 2 janvier 1595, un arrêt du Conseil ordonnait un achat de blé pour l’armée du roi allant à Lyon [Bibl. nat. France, Clair. 653, p. 4 ; Noël Valois, Inventaire…, op. cit., n° 903]. Le 13 mai le roi ordonne à Montmorency de venir à sa rencontre [Arch. mun. Lyon, AA 21, fol. 16] ; le 17 juin, ce fut Lesdiguières [Douglas et Roman, Actes et correspondance…, op. cit., III, p. 143].

20 Celui-ci s’inquiétait à l’avance et demandait au florentin Niccolini « se il Rè verebbe a Lione », à quoi il répondit que « quanto più il Rè tardava a condursi a Lione, credevo che lo facesse con pensiero di venire armato et meglio provvisto ». Rome 21 janvier [Abel Desjardins, Négociations diplomatiques…, op. cit., t. V, p. 201].

21 Voir p.129.

22 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 61.

23 Ibid., fol. 67.

24 Pierre Matthieu, Lentrée de […] Henry IIII, roy de France et de Navarre, Lyon, P. Michel. 1595. Voir aussi Arch. mun. Lyon, BB 132, à partir du 10 juillet.

25 Donnons seulement pour exemple la description de la pièce d’orfèvrerie offerte au roi : « tout de fin or, representant le roy tiré le plus au naturel qu’il a esté possible, estant assis dans une chere fort elaborée et tenant en sa main dextre ung vaze versant de l’eau sur ung brazier en flamme, signiffiant sa clemence, avec laquelle il va esteignant les seditions dont son royaulme avoit esté embrasé et en la main senestre deux rameaux, l’ung d’olivier signiffiant la paix et l’aultre de grenade qui represente l’union et concorde des citoyens. Lesquels rameaux il presente a ung Lyon quis humilie devant la majesté royalle après avoir rompu les chaisnes et doubles ceps dont la Ligue et ambition estrangiere le tenoient attaché ». Ce cadeau valait 950 écus [Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 90].

26 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 71.

27 Arch. mun. Lyon, CC 1454.

28 Arch. mun. Lyon, BB 132, ff. 76 et 79v.

29 Ibid., fol. 74v.

30 Ibid., ff. 84v-85v.

31 Ibid., fol. 79.

32 Ibid., ff. 82v-83.

33 Ibid., ff. 88v-89.

34 Lyon BB 132, fol. 77.

35 Ibid., fol. 78v.

36 Ibid., fol. 90v, le 1er septembre.

37 Notes inédites relatives à lhistoire de Lyon…, op. cit., t. XII, p. 172.

38 Ibid.

39 Bibl. nat. France, Ital.1744, fol. 151, dépêche de Duodo, 1er août.

40 Il était parti de Moras le 24 août suivi, entre autres, du comte de Viriville, du baron de Bressieu, de La Baulme d’Hostun, de Larlaudiére, de Disimieux (Eustache Piémont, Mémoires, op. cit., p. 350).

41 Douglas et Roman, Actes et correspondance…, op. cit., t. 2, p. 149. Duodo, dans sa lettre déjà citée dit que 17 maisons avaient été préparées dans Lyon pour recevoir sa suite.

42 Ibid., p. 150.

43 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 99.

44 Nicolas-François Cochard, Séjours dHenri IV à Lyon, pendant les années 1564, 1574, 1595 et 1600 : suivis des anecdotes les plus remarquables de sa vie, Lyon, 1827, p. 88-89.

45 Remonstrances au roy en son conseil, 1595 ; Pauline de Witt née Guizot (éd.), Mémoires de Madame de Mornay…, op. cit., t. I, p. 294-295 et 307.

46 Bibl. nat. France, Ital.1744, fol. 151, dépêche de Duodo, 1er août.

47 Notes inédites relatives à lhistoire de Lyon…, op. cit., XII, p. 173. Dès son entrée à Lyon, le roi s’en inquiétait : Lettre de Rome, 16 septembre, de Niccolini au grand duc de Toscane : « Disse sua Santità d’aver vista una lettera del Buonvisi di Lione che scriveva qua a Monsignor Buonvisi, suo parente nella quale diceva, che dopo l’essere entrata Sua Maestà in Lione, ell’aveva domandato instantemente al Buonvisi che nuove egli tenesse di Roma, e se credeva che Sua Santità fusse per ribenedirlo ; mostrando piutosto dubietà » [Abel Desjardins, Négociations diplomatiques…, op. cit., t. V, p. 271].

48 Arch. nat. France, E IA, fol. 149v. ; Noël Valois, Inventaire…, op. cit., n° 2534. Signalé comme étant du 21 septembre [Arch. dép. Rhône, C 531, fol. 7].

49 M. de Boissieu, Généalogie…, op. cit., p. 114, n. 2.

50 Arch. dép. Rhône, C 412, fol. 33, le 6 septembre.

51 Ibid., fol. 28, le 18 septembre. Le don fût daté de 1596. Il y a erreur, car la lettre est datée de Lyon et de la septième année du règne.

52 Ibid., fol. 41v.

53 Arch. nat. France, E IA, fol. 153v. ; Noël Valois, Inventaire…, op. cit., n. 2580.

54 Pierre Richard, Pierre dÉpinac…, op. cit., p. 582.

55 Arch. dép. Rhône, C 412, fol. 7.

56 Arch. nat. France, E IA, fol. 162v. Noël Valois, Inventaire…, op. cit., n° 2667.

57 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 104. L’ordonnance fut présentée le 9 octobre au consulat par les bénéficiaires.

58 Arch. dép. Rhône, BP 3647, Livre du roi 1590-97, ff. 181v. et 157.

59 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 92.

60 Nicolas-François Cochard, Séjours dHenri IV…, op. cit, p. 92-93.

61 Arch. dép. Rhône, BP 3647, Livre du roi 1590-97, f. 182v et 269.

62 Confirmation des privileges des étrangers…, 1595. Pour les florentins, voir Arch. dép. Rhône, BP 3647, Livre du roi 1590-97, fol. 210.

63 Ibid., fol. 242.

64 Ibid., ff. 222 et 244v.

65 Ibid., ff. 152 et 176. Le démarches faites par les métiers indiquent que le consulat se montra soucieux de maintenir sur eux son droit de contrôle, et le roi de le respecter. La liberté des métiers fut, elle aussi, observée.

66 Ibid., fol. 179v.

67 Ibid., fol. 181

68 Arch. mun. Lyon, BB 132 ,fol. 94

69 Arch. dép. Rhône, C 412, fol. 16.

70 Bibl. nat. France, Fr. 16 661, ff. 420-21 (le 1er), 422-24 (le 2e), 457-58v (le 3e). Les trois mémoires sont évidemment de la même date. Celle-ci nous est donnée par le premier qui fut rédigé avant l’arrivée du roi (il demande un gouverneur), et après la mort de Nemours : il parle de « l’insolence du feu duc de Nemours » ; donc entre le 25 juillet et le mois de septembre, sans doute au mois d’août.

71 Arch. dép. Rhône, C 412, fol. 27.

72 Arch. dép. Rhône, B Audiences Juin-Sept. 1595.

73 Lettres patentes du roi pour tenir..., 4 mai 1596. Paris, 1596, p. 2 ; Arch. mun. Lyon, BB 133, fol. 94, instructions à Thomé, 1er juin 1596.

74 Arch. dép. Rhône, BP 3647, Livre du roi 1590-97, ff. 134, 160v., 163, 178v., 194.v, 249v., 250v.

75 Un arrêt du Conseil du 4 octobre trancha en faveur d’Antoine Michier la contestation qui l’opposait à Michel Faujat pour la possession de la charge de visiteur de la douane [Arch. nat. France, E IA, fol. 163v. ; Noël Valois, Inventaire…, op. cit., n° 2673]. Le consulat le 13 septembre appuya la requête de Mathieu Sauverain qui n’arrivait pas à se faire recevoir en l’office d’élu par le bureau des finances [Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 93].

76 Arch. dép. Rhône, BP 3697, Livre du roi 1590-97, fol. 134 v., 26 août.

77 Notes inédites relatives à lhistoire de Lyon…, op. cit., p. 173.

78 Arch. dép. Rhône, BP 3697, Livre du Roi 1590-97, fol. 206, le 31 septembre.

79 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 91v.

80 Ibid., fol. 94.

81 Le 16 novembre 1595, le consulat demanda à La Guiche d’exécuter les décisions du roi [Ibid., fol. 114v.]. Voir arrêt du Conseil du 28 novembre 1597 [Arch. nat. France, E I5, ff. 291-293 ; Noël Valois, Inventaire…, op. cit., n° 4, p. 135].

82 Arch. mun. Lyon, BB 133, fol. 25 ; AA 150 ; Bibl. nat. France, Fr. 16 661, fol. 340, instruction du consulat à Thomé, 15 février1596. Le consulat, à ce propos, fait une sorte d’historique de la question des dettes depuis la Réduction.

83 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 102, lettre à Bellièvre, 13 juillet 1594.

84 Antoine Péricaud, « Les gouverneurs de Lyon », Revue du Lyonnais, 1ère série, t. 13, 1841, p. 373. Albert Grellet-Dumazeau, Le chateau et les seigneurs de Monsaigu, Moulin, Crépin-Leblond, 1933, p. 207 et 314.

85 Arch. mun. Lyon, AA 77, n° 45, lettres au consulat, 20 août 1594 ; AA 53, fol. 106, lettre de Jacquet au consulat, 14 octobre 1594.

86 Bibl. nat. France, Fr. 3571.

87 Ibid., fol. 106.

88 Pierre Mathieu, Harangue aux consuls et a la ville de Lyon, Lyon, 1594, p.67-68. Dès ce moment La Guiche, à Paris, commença à se mettre au courant des affaires lyonnaises auprès des députés de la ville. Voir en ce sens la lettre de Severt au consulat, 17 novembre 1594 [Arch. mun. Lyon, AA 104, n° 37].

89 Bibl. nat. France, Ital. 1743, fol. 139v, Mocenigo, 24 novembre 1594. On a reconnu, à travers la déformation italienne, les noms de La Guiche et de Chevrières.

90 Bibl. nat. France, Dupuy 64, fol. 54v, lettre de Bellièvre au roi, 5 décembre 1594.

91 Bibl. nat. France, Fr. 23 990, p. 198, Canault, Vie de Alfonso dOrnano, p. 228-230. Cette scène rappelle étonnamment les protestations du duc d’Épernon et les réponses d’Henri IV. On peut se demander si elles n’influencèrent pas Canault.

92 Augustin Anselme, Histoire généalogique, op. cit., t. VII, p. 391 A.

93 Bibl. nat. France, Nouv. acq. fr. 5129, fol. 29.

94 Eustache Piémont, Mémoires…, op. cit., p. 385.

95 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 92.

96 Ibid., fol.  93v.

97 Ibid., fol. 96. Voir aussi Arch. mun. Lyon, EE 3, n° 44.

98 Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives…, op. cit., t. IV, p. 45, lettre à de Brèves.

99 Douglas et Roman, Actes et correspondance…, op. cit., t. 3, p. 149.

100 Bibl. nat. France, Ital.1744, fol. 191.

101 Le dernier arrêt donné à Lyon est du 9 octobre [Noël Valois, Inventaire…, op. cit., t. I, p. 178].

102 Jusqu’au 23 octobre.

103 Bibl. nat. France, Ital. 744, fol. 186.

104 Jean-Hippolyte Mariéjol, La réforme…, op. cit., p. 401.

© LARHRA, 2020

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search