Version classiqueVersion mobile

Le retour de Lyon sous l’autorité royale à la fin des guerres de Religion (1593-1597)

 | 
Henri Hours

Bellièvre

Chapitre IV
Bellièvre à Lyon

Texte intégral

Le déclin du consulat

1Sensible déjà dans le domaine politique ou plus étroitement financier, l’action de Bellièvre à Lyon l’est peut-être davantage encore si l’on envisage ses relations avec le consulat.

2Nous avons encore présente à l’esprit la crainte des échevins qui, vers le mois de mai 1594, acculés à la nécessité d’une politique presque plus royaliste que le roi, se sentaient isolés dans leur ville, face à un ennemi redouté et n’avaient qu’un seul désir : un gouverneur respecté suivi d’une armée forte qui pourrait imposer silence aux ligueurs et assurer à la ville le repos. Nous nous rappelons leurs nombreuses requêtes à Henri IV et leur confiance dans Ornano.

  • 1 Arch. mun. Lyon, AA 139 ; AA 140 (classé par erreur au 28 mai 1595).
  • 2 Cf. Annexe 1, n° 4.
  • 3 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 130.

3Tels étaient leurs sentiments quand ils apprirent la décision du roi au sujet du gouvernement de Lyon. Ils envoyèrent aussitôt à Bellièvre, le 28 mai, leurs félicitations, leurs remerciements pour les services qu’il venait de leur rendre pour l’élaboration de l’édit de réduction, et enfin leurs souhaits de bienvenue1. Ils savaient faire bonne figure, même à quelqu’un qui ne leur plaisait qu’à moitié. Car sans aucun doute, ils éprouvèrent une grande déception. Nous savons la réaction d’Ornano devant cette nouvelle : douloureusement déçu, lui aussi, dans ce qu’il estimait ses plus légitimes espérances, il se voyait réduit au rang de simple chef de guerre et obligé de partager ce gouvernement tant rêvé. Le consulat, sa créature en quelque sorte, qui avait en lui grande confiance, obtint avec peine qu’il restât à Lyon et prit son parti auprès du roi, le suppliant d’envoyer « audit sieur colonel declaration sy ample qu’il ne nous habandonne et delaisse a la mercy des ennemys »2. Il s’agissait évidemment d’une commission de gouverneur. Le consulat, quelques lignes plus bas, le laissait entendre discrètement au roi, lui exposant ses craintes de voir nommer Nemours. D’autre part, à la réunion de la veille où il avait été décidé d’écrire au roi, on avait résolu également de lui demander pour Ornano une commission suffisante pour le faire rester à Lyon3.

  • 4 Ibid., fol. 156.
  • 5 Bibl. nat. France, Dupuy 64, fol. 7, lettre de Bellièvre au roi, 24 juin.

4Il ne semble pas que le consulat ait réservé à Bellièvre un accueil particulier ; il n’avait d’ailleurs pas de titre le justifiant. La première mention de sa présence à Lyon se trouve dans les délibérations municipales, à propos de la demande d’argent faite par Ornano aux trésoriers généraux et aux échevins, le 14 juin. Bellièvre, à Lyon depuis deux jours, ne parut pas à la réunion (son état de santé le lui interdisait sans doute). Devant l’impossibilité de trouver des fonds, on convint que les trésoriers iraient le lendemain matin chez lui « pour veoir des moyens d’y pourveoir »4. Il est curieux de noter que le consulat ne dit mot de la réunion qui, le même jour, se tint entre Bellièvre, Ornano, de Vic, Gadagne et lui-même, et où l’on résolut de remettre Nemours à Pierre-Scize5.

5C’était sans doute une réunion de ce conseil que nous avons appris à connaître. L’institution qui, à l’origine, avait eu une certaine régularité, l’avait perdue en grande partie dans la période que nous venons de traverser. Bellièvre lui donna, semble-t--il, un regain de vie et s’en fit un instrument de gouvernement à Lyon. À travers les allusions des registres de délibération, ses réunions nous apparaissent assez fréquentes. À travers ces allusions seulement, car, sauf dans quelques lettres de Bellièvre comme celle du 24 juin 1594, nous n’avons le compte-rendu d’aucune : nous y perdons de connaître avec précision sa composition, les sujets que l’on y traitait et la cadence de ses convocations.

  • 6 Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 212, lettre de Bellièvre au roi, 12 janvier.
  • 7 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol 18v, le 23 février 1595.
  • 8 Arch. dép. Rhône, C 530, fol. 129, le 22 septembre 1594.

6Il faudrait pouvoir déterminer avec certitude quelles réunions nous pouvons appeler conseil et lesquelles ne méritent pas ce nom. Il y eut des assemblées d’agents du roi : Bellièvre, Gadagne, Montmorency, réunis seuls pour traiter d’affaires plus particulièrement politiques. En janvier 1595 par exemple, ces trois personnages s’entendirent pour interdire la publication du pardon venu de Rome6. Il ne semble pas que de telles réunions aient été des conseils. À toutes celles dont on parle sous ce nom et dont on peut connaître la composition, participèrent en effet les échevins. Par contre, plusieurs réunions où ces derniers assistèrent ne portent pas de nom particulier. Il semble pourtant que l’on puisse les confondre avec des conseils. Elles présentent avec eux de trop grandes similitudes dans la composition et le rôle. Les conseils, dans cette période, sont donc des réunions groupant essentiellement Bellièvre et les échevins, avec, le plus souvent Gadagne (qui en tant que lieutenant-général du gouverneur en Lyonnais, Forez, Beaujolais, accompagnait presque toujours Bellièvre, et apparaissait un peu comme son second) ou d’autres agents du roi (de Vic, Montmorency), et parfois des notables ou même des penons. On trouve souvent pour les désigner l’expression de « Conseil tenu pour le roy »7, ce qui ne nous change pas de ce que nous avons observé après la Réduction, ou même de « Conseil d’estat tenu pour Sa Majesté en ceste ville de Lyon »8.

  • 9 Arch. mun. Lyon, BB 131, ff. 211v, 219v-220v, le 8 octobre, le 17 novembre 1594.
  • 10 Arch. mun. Lyon, B 131, fol. 185v, le 31 juillet.
  • 11 Ibid., ff. 223v-224.
  • 12 Ibid., fol. 170v ; arch. mun. Lyon, AA 140.
  • 13 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 18v.
  • 14 Arch. dép. Rhône, C 530, ff. 121v, 129.

7Comment et où se réunissait-il, qui en avait l’initiative ? Fréquemment Bellièvre venait à l’hôtel de ville accompagné de Gadagne, et y faisait convoquer les habitants qu’il désignait au consulat, notables ou penons9. Plus fréquemment encore, les échevins se rendaient chez lui, souvent spontanément, quand ils avaient à lui exposer leurs difficultés financières ou politiques : le 31 juillet 1594, quand l’évasion de Nemours eût rendu délicate la situation10; le 29 novembre, pour se plaindre des projets douaniers du connétable11. Mais la plupart du temps, ils étaient convoqués par Bellièvre lui-même. Le 9 juillet 1594, il les fit venir chez Gadagne pour demander à Ornano de ne pas aventurer ses troupes en Bresse, et prendre une décision au sujet de Nemours12 ; le 22 février, chez lui, pour voir s’il y avait lieu, après le complot, de destituer des penons ; un second conseil se tint sur son ordre également le 2413. C’était lui, sans aucun doute, qui, ayant l’initiative de ces réunions, en avait la présidence ; nous n’en voulons pour preuve que ces deux ordonnances du « conseil d’estat » envoyées au budget des finances le 26 août et le 22 septembre 1591, signées par lui14.

  • 15 Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 160v.
  • 16 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 184.
  • 17 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 18v.
  • 18 Arch. mun. Lyon, BB. 132, fol. 72.
  • 19 Arch. mun. Lyon, AA 140, le 10 juillet 1595 (classé à la date du 20 juillet).

8Avec quelle fréquence se réunissait-il ? Il est difficile de le dire. Ce que l’on peut affirmer avec certitude, c’est que ces conseils, s’ils n’étaient pas réguliers, étaient du moins fréquents et habituels. Quelques phrases, au hasard des textes, nous le montrent : le 7 septembre, Bellièvre parle à Revol du « conseil que nous tenons » avec les échevins15 ; devant la fréquence de ces réunions, les échevins reculaient. Le 30 juillet 1594, ils décidèrent de ne plus y envoyer désormais que deux d’entre eux, pour ne pas se « divertir » de leurs « afferes ordinaires »16. Sans doute cette décision ne fut-elle pas appliquée, puisqu’elle fut reprise le 23 février, dans les circonstances que l’on sait, après avoir « mis en consideration qu’estants tous journellement et presque deux fois par jour appelés aud. conseil, les afferes communes de la ville ne se peulvent fere et demeurent en arriere »17. Le 24 juillet 1595, ils résolurent de se rendre chez Bellièvre pour porter une requête « au premier jour de conseil »18. Cette fréquence portait ses fruits : ce fut au conseil, et non plus au consulat que Louis Prost, en juillet 1594, demanda de pouvoir venir librement à Lyon19.

  • 20 Antoine Péricaud, Notes et documents…, op. cit., à sa date.

9L’activité du conseil reflétait celle de Bellièvre. Nous avons pu nous en faire une idée dans les quelques exemples de réunions déjà cités. Sa compétence s’élargit donc par rapport à ce qu’elle avait été avant le mois de juin 1594. On ne cessa pas de s’y occuper de questions financières : le 26 août et le 22 septembre 1594, il renvoya des requêtes au bureau des finances ; le 8 octobre Bellièvre y fit augmenter la taxe de l’entrée du vin ; le 24 juillet 1595, le consulat résolut d’y porter sa requête relative au contrôle des sommes tirées de la ville par les agents du roi. Mais il aborda aussi les questions militaires : le 9 juillet 1594, il y fut décidé que l’on demanderait à Ornano de ne pas s’aventurer en Bresse ; le 30 juin 1595, le roi ordonna au consulat de s’assembler avec Bellièvre et les trésoriers généraux pour ravitailler en blé la garnison de Montluel20. Mais il s’occupa plus fréquemment encore des affaires politiques : depuis la situation de Nemours jusqu’aux penons à destituer (les 22 et 24 février 1595) et aux suspects à empêcher de rentrer (le 10 juillet 1595).

10Un certain nombre de réunions consulaires qui ne portent pas le nom de conseil se tinrent non pas à l’hôtel de ville mais chez Bellièvre. Elles ont, comme les autres, leurs procès-verbaux transcrits dans les registres de délibérations. Il y en eut quatorze pendant l’année 1594, à partir du 1er juillet, la première en date.

11Bellièvre, de plus en plus, mettait la main sur cette autorité que le consulat avait détenue pendant quelques mois de façon si fragile. Le fait se manifeste davantage encore par la chute brusque du nombre des réunions consulaires, coïncidant de manière frappante avec l’arrivée à Lyon du représentant du roi. Alors que pendant les quatre premiers mois qui suivirent la Réduction le nombre des réunions atteignit le chiffre de 123 (soit une moyenne mensuelle de 30,75 : il y avait fréquemment deux réunions par jour), il tomba brusquement, au mois de juin, à 16, puis à 15 en juillet, 11 en août et septembre, 6 en octobre, 8 en novembre, enfin 6 encore en décembre. 73 réunions seulement pour une période de 7 mois (soit une moyenne de 10,4). La moyenne mensuelle baissa encore pendant l’année 1595 : elle tomba à 8,5 (pour 103 réunions). Encore faut-il tenir compte du gonflement de leur nombre dans les mois de juillet et d’août où le consulat eut à préparer les cérémonies de l’entrée du roi ; dans ces deux mois la moyenne s’éleva à 13,5 (27 réunions). Notons par contre leur rareté pendant les deux mois de février et de septembre (5 dans les deux cas) ; elle peut s’expliquer pour le premier par la découverte peut-être du complot qui donna au consulat peu d’envie de se compromettre et de se prononcer trop nettement contre les accusés ? Pour le second sans aucun doute par la présence à Lyon du roi et de son Conseil. Pour les huit autres mois où la situation fut normale, la moyenne s’établit à 8,1 chiffre voisin de la moyenne générale de l’année. Faisons tout de suite remarquer que, dans les années suivantes, elle s’éleva légè-rement pour atteindre 10,3 (124 réunions) en 1596, et 9,1 (110 réunions) en 1597.

12Comment expliquer ce phénomène si frappant ? On pourrait avancer qu’à partir d’une certaine date et pour un motif inconnu, le secrétaire de la ville aurait laissé passer un certain nombre de réunions sans en prendre le procès-verbal ou sans le transcrire après coup. Si le phénomène était isolé, s’étendait sur quelques semaines seulement, nous accepterions sans difficulté une telle explication. Jouant sur une période de trois ans et demi au moins, elle n’est plus possible et nous ne pouvons que l’écarter. Ceci admis supposons un instant l’invraisemblable : que le secrétaire de la ville ait négligé à partir d’un moment précis les procès verbaux des réunions. Même si cette hypothèse était admissible, la conclusion à tirer serait la même que dans l’autre cas. Il eût fallu que ces réunions eussent perdu la plus grande part de leur importance et que les questions traitées n’eussent plus intéressé la ville de façon sérieuse. Pourquoi ? Cela ne peut s’expliquer que par la présence de Bellièvre qui enleva au consulat la responsabilité des affaires autres que celles intéressant la simple gestion des intérêts de la « ville et communauté de la ville de Lyon ». Si l’on tient compte du grand nombre de conseils qui accaparaient encore le temps des échevins, il était fatal que le nombre des réunions diminuât presque automatiquement.

13Cette impression se confirme si l’on se tourne vers les assemblées de notables. Leur nombre, lui aussi, diminua de façon très sensible : au lieu de 11 pendant les cinq mois de février à juin on n’en compte que 4 pendant les six mois de juillet à décembre. Deux, le 11 août et le 24 octobre, agitèrent les questions de simple police : on exhorta les penons à intensifier la garde. Les deux autres pourraient faire illusion : le 13 juillet les notables eurent à délibérer sur la trêve ou la guerre, le 17 novembre les penons furent invités à se prononcer sur les moyens propres à soulager la ville. Mais dans les deux cas ils avaient été convoqués par Bellièvre qui prit les décisions.

  • 21 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 55v.

14Le 26 mai 1595, à la mort de l’avocat de la ville au parlement, le consulat jugea inutile de le remplacer par un nouveau titulaire gagé ; il était plus économique d’en désigner un pour chaque affaire21.

15Serait-ce donc qu’à partir du mois de juin 1594 les affaires diminuèrent brusquement, rendant ainsi inutile une trop grande activité du corps consulaire ? Certainement non : les complots d’août 1594, la poursuite de la guerre et la tentative sur Vienne, les agitations politiques et le complot de février 1595, le renflouement des finances municipales auraient suffit à le stimuler. Le nombre des affaires restait considérable, mais ce n’était plus le consulat qui les traitait…

16Ce n’est pas cependant qu’il eût cessé toute activité. S’il se réunissait trois fois moins souvent qu’auparavant, il se réunissait cependant. De quoi s’occupait-il ?

  • 22 Cf. Annexe 2 : Buysson, de Mury, Malézieux, Regnauld.
  • 23 Cf. Annexe 1, n° 16.
  • 24 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 163.

17Les affaires politiques lui échappèrent en grande partie. Même dans la question des suspects, celle qui restait le plus dans sa compétence, il n’était plus seul à décider. L’article 20 de l’édit de réduction prévoyait qu’il aurait seulement à donner son avis sur leur retour. Et quand le roi voulut faire rentrer des ligueurs nouvellement soumis, ce fut toujours à Bellièvre qu’il demanda de prendre la décision, tout en demandant l’opinion des échevins22. Le 28 juin 1594, Gadagne étant venu demander au consulat de prendre des mesures contre les suspects encore présents dans la ville, il se fit répondre que cela le regardait avec Bellièvre ; les échevins se rendirent en corps chez ce dernier pour lui demander ce qu’il fallait faire23. Cependant, nous devons le reconnaître, un coup d’œil jeté sur la liste des suspects permet de constater que le rôle du consulat en la matière fut loin d’être nul. C’est à eux en effet que les exilés entrainés sans doute par la routine continuèrent d’adresser leurs requêtes pour pouvoir pénétrer à nouveau dans la ville. Le consulat, obéissant à ses propres sentiments en même temps qu’aux consignes du roi, se montra fort méfiant : le 18 avril 1595 il sembla même faire peu de cas d’un passeport octroyé par Montmorency à Jean Thévenon24. Bellièvre n’intervint jamais (sauf quand le roi le lui commanda expressément). Il n’avait aucune raison pour risquer de vexer les échevins, quand il les voyait disposés à suivre une politique conforme à la volonté royale.

18Dans les autres secteurs des affaires politiques, le déclin de son autorité est plus net encore. Le 2 août 1594, il parut éprouver une certaine amertume à se voir écarté des négociations avec Nemours ; il écrivit au roi :

  • 25 Arch. mun. Lyon, AA 44, fol. 75.

Sire, le xxvie du passé, Monsieur de Vic estant sur le point de partir pour rapporter a vostre Majesté ce que Monsieur de Bellièvre et luy avoient traicté avec Monsieur le duc de Nemours, nous qui avions ignorance du particulier subject de son voyage luy baillasmes quelques articles […] Et parce qu’il partit hier sy soubdainement pour s’acheminer pardevers vostred Majesté que nous n’avons peu l’accompagner d’aultres voz lettres et aussy parce que nous ne sçavons pas mesmes sy ce nouvel evenement luy aura poinct faict laisser icy nosdictes remonstrances.25

19Il renouvelait ses lettres. Il ajoutait plus loin : « nous ignorons ce que led. sieur de Vic peult avoir renouer dud. traicté an son voiage de Vienne ». Nous voilà loin du temps où le consulat emprisonnait son gouverneur, négociait avec les chefs d’armées alliés ou ennemis, signait des traités… Le rôle de gouverneur que le consulat avait exercé dans la région, surveillant et guidant les diverses municipalités, leur indiquant la ligne politique à suivre, était également terminé.

20Cette situation continua. La répression des complots lui échappa désormais totalement, à lui qui, par le passé, convoquait les notables et rendait des ordonnances contre les suspects. Nous avons eu l’occasion de remarquer combien, en février 1595, il sembla volontairement s’effacer. Les deux échevins qui furent appelés par Gadagne, en juillet 1595 pour venir chercher le frère Chérubin au couvent des capucins, n’intervinrent en aucune façon et jouèrent plutôt le rôle de spectateur muet, venu là pour la forme.

21Il ne s’en accommoda, somme toute, pas trop mal… Enfin nous avons pu constater sa faiblesse devant les désirs du roi, en décembre 1594 au moment des élections consulaires ; ses vaines protestations ne servirent qu’à étaler sa faiblesse.

  • 26 Ibid. ; Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 60.

22Dans ses propres affaires intérieures mêmes, il n’avait parfois pas l’autorité suffisante pour se faire obéir : le 15 avril 1595, il dut faire appel à Bellièvre pour se faire restituer par Du Troncy les registres d’actes consulaires en sa possession plus d’un an encore après qu’il eût cessé ses fonctions. Le 22 juin il dut encore recourir à lui pour obtenir que de Masso acceptât de rendre ses comptes26.

  • 27 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 182v : le 24 juillet 1594, les échevins constatant que les ennemis p (...)
  • 28 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 28.
  • 29 Arch. mun. Lyon, EE 3, n° 43 ; EE 5, n° 7 (impr.).

23Il gardait un rôle de police (au sens moderne du terme) : il réglementait et surveillait la circulation des vivres et munitions de guerre ; pas toujours de façon très efficace d’ailleurs27. Le 16 mars 1595, il réserva son consentement à la nomination par le connétable d’un nouveau commissaire des fortifications28. Il convoquait les penons pour les exhorter à plus de zèle ; mais là aussi, il voyait battre en brèche son autorité : le 28 novembre 1594, Gadagne, en tant que lieutenant-général du gouverneur, fit publier un réglement sur la garde des penonnages et la police des rues (notamment de nuit)29. Quant aux opérations militaires, nous savons que leur financement et leur direction lui échappèrent désormais.

  • 30 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 187 : réclamation à Saint-Julien, août 1594.
  • 31 Ibid., fol 218, le 15 novembre.
  • 32 Arch. mun. Lyon, BB 132, ff. 28v-29. Les marchandises remontant le Rhône devaient à Andance passer (...)

24Il veillait à protéger le commerce, protestant auprès des capitaines des environs qui arrêtaient les marchands30 ou encourageant par des permissions assez larges ceux venus pendant la foire et qui n’osaient remporter leurs marchandises31. Ce fut lui qui le 18 mars 1595, fut chargé par le connétable, au conseil, de prendre les mesures nécessaires pour détourner de Vienne le trafic des marchandises et forcer par ce blocus la ville à se rendre32. Ce fut à lui que vinrent se plaindre, le 29 novembre, les marchands lyonnais lésés par les mesures douanières de Montmorency. Ce rôle était donc peu considérable et de second plan.

  • 33 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 206v, le 30 septembre.

25Jusque dans ses propres finances, l’autonomie lui échappait. C’est sur les ordres de Bellièvre qu’il contracta un emprunt de 12 000 écus, le 10 août 1594 et que, le 8 octobre, il accepta l’augmentation de l’entrée du vin. Il avait totalement recours au conseiller du roi dans
toutes ses difficultés. Quant à ses protestations devant les contrôles des organismes centraux, nous avons vu leur inanité. Les seules initiatives qu’il pouvait avoir furent de supprimer lui-même l’exemption dont jouissaient jusqu’alors les échevins, de la grande entrée du vin33, de contrôler les comptes de son receveur (non sans peine !), de réaffermer la grande ferme des gabelles et la revenderie, et de se plaindre : aux trésoriers généraux, contre l’édit du roi sur les gages des officiers de la douane ; au roi, contre la restitution à la veuve de Dupré des biens de son mari. Rien, dans tout cela, ne manifeste une remarquable indépendance. Le consulat, de plus, était désormais confiné dans ses propres difficultés financières, sans y jouir d’une grande liberté, à plus forte raison sans pouvoir s’aventurer, comme il le faisait lors de son gouvernement, dans celles du roi.

  • 34 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 187v, le 9 août 1594. Laurent fut chargé d’examiner les réglements p (...)

26Le seul domaine dans lequel il apparaissait à cette époque comme ayant gardé sa liberté d’action et son autorité est celui de la surveillance des métiers. On sait qu’ils étaient à Lyon réglés et non jurés. Le consulat, chargé de leur surveillance et de l’application des réglements, déléguait à cette fonction les « maîtres des métiers » qu’il désignait chaque année. C’était à lui qu’appartenait de juger les différends qui se produisaient dans les professions. Il avait à donner son avis quand de nouveaux statuts étaient demandés au roi. Et de fait, pendant toute cette période, le consulat s’occupa de ces questions. Il surveillait les modifications que certains métiers cherchaient à apporter à leurs statuts34. Il veillait jalousement pour empêcher l’introduction à Lyon des maîtrises : le 30 septembre 1594, il ordonna à Fournel, procureur général de la ville « d’empescher formellement » les statuts présentés le 12 juin au présidial par les corroyeurs et cuiratiers

  • 35 Ibid., fol. 207.

comme […] contraires aux libertez et franchises de lad. ville […] et prejudiciables au public par les raisons qui ont accoustumé d’estre deduictes contre tous ceulx qui par cy-devant ont voullu introduire des maistrises en lad. ville et aultres particulieres considerations resultans de la lecture dud. pretendu reglement.35

  • 36 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 19v.
  • 37 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 187v.
  • 38 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 33v.
  • 39 Arch. mun. Lyon, AA 140.
  • 40 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 53.

27Le 23 février 1595, les fourbisseurs d’espées et poignards ayant réclamé des transformations dans le régime de surveillance de leur métier, pour remédier aux abus, les échevins « qui n’ont trouvé bon de rien innover a ce qui est du fait des maistrises de lad. ville », s’en remirent aux deux maîtres en fonction cette année-là36. Le consulat surveillait les procédés de fabrication : Le 9 août 1594, les coffretiers lui demandant l’autorisation d’utiliser des peaux de veau teintes en bleu (car ils avaient découvert un procédé qui ne brûlait pas le cuir), il décida, sur le rapport du procureur général, de s’en rapporter aux conclusions d’experts37. Il intervenait dans les querelles entre les métiers : le 15 avril 1595, il régla un différend qui mettait aux prises les maçons, les chaudriers (fabricants de chaux) et les charbonniers (qui vendaient le charbon de pierre de Givors)38. Enfin il défendait au dehors de la ville les intérêts des métiers lyonnais : le 23 décembre 1594, il protesta auprès du roi contre « la resolution que l’on tient comme faicte, de deffendre les manufactures de soyes estrangieres » qui avait « privé tous ceulx qui n’ont d’aultre but devant les yeux que de vostre service [certes !] de l’esperance qui leur restoit de veoir restaurer en ceste plus importante frontiere de vostre royaume l’ancienne vigueur du commerce »39. Le 18 mai, il résolut de soutenir les imprimeurs lyonnais contre les genevois qui imprimaient et vendaient des livres portant faussement la marque lyonnaise40.

28Dans ce domaine, le consulat ne s’abandonnait pas. Il laissait prévoir la réaction qui le pousserait, à partir de 1596, à entrer en lutte contre les ordonnances du roi généralisant les maîtrises. C’était sa dernière ligne de résistance. Résistance aisée encore : la France n’était pas remise en ordre au point que l’on pût songer déjà aux métiers de façon générale. D’ailleurs Bellièvre, homme de gouvernement et diplomate, ne pensait guère à eux. Il laissa le consulat jouir de ses prérogatives sans danger dans la lutte contre l’étranger et la Ligue. Cette lutte seule l’intéressait à Lyon. Toutes les autres activités consulaires furent donc surveillées ou réduites : la guerre, les finances, les questions politiques. Partout la zone d’action du consulat se rétrécit, son autorité s’anémia. Son existence même se soumit à la volonté royale. De gouvernant, il était passé à l’état de gérant.

29Dans cette évolution, le rôle de Bellièvre nous parait avoir été essentiel. Arrivé à Lyon au moment où les échevins s’essoufflaient dans une tâche au-dessus de leurs forces, il sut, en ménageant les susceptibilités, reprendre en main les intérêts du roi, et supplanter le consulat.

Une mission diplomatique

  • 41 Gabriel Hanotaux, Origines de linstitution…, op. cit., p. 60 : « Il contribua beaucoup à la pacif (...)

30Depuis Hanotaux, il n’a pas échappé aux auteurs qui ont eu à parler du rôle de Bellièvre à Lyon, que son influence se fût étendue bien au-delà des limites de la ville et du gouvernement41. Ont-ils perçu toute la place que tinrent dans ses préoccupations et dans son activité les affaires extérieures ? Il ne semble pas ; elle fut pourtant considérable.

31On n’a pas oublié ce que représentait pour le roi la prise de Lyon en février 1594 ; dans la lutte de la monarchie française contre l’Espagne, le ville avait une position de premier ordre : en relation avec l’Alsace, près de la Franche-Comté, en communications fréquentes avec la Suisse et ses réservoirs de fantassins, point de convergence des routes italiennes parcourues par les ambassadeurs des princes et des républiques ou par les légats pontificaux, ouvrant la vallée du Rhône et, par elle, surveillant la Méditerranée. Le roi devait avoir le souci de se l’assurer et d’y placer un homme rompu à toutes les négociations, à toutes les affaires de l’Europe. Ce fut Bellièvre.

  • 42 Bibl. nat. France, Dupuy 64, ff. 11-12.
  • 43 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 119.

32Déjà La Fin, dans la mission qu’il avait reçue du roi le 8 décembre 1593, avait charge de poursuivre son chemin sans s’arrêter trop longtemps à Lyon jusque dans le midi. Il devait y voir Montmorency et d’Épernon, les deux grands chefs royalistes. Quelques mois plus tard, à l’arrivée de Bellièvre à Lyon, les affaires de Provence ne s’étaient pas améliorées. Épernon et Lesdiguières ne s’entendaient pas et compromettaient gravement par leur brouille les intérêts du roi. Le 20 juillet Bellièvre écrivit au premier une lettre grave et digne où, pour le calmer, il l’exhortait à bien servir le roi son maître42. Il entretint d’autre part avec Lesdiguières une correspondance amicale. Le 30 août, celui-ci lui parla de la nécessité de s’unir contre les ennemis et lui confia les raisons de son désaccord avec Montmorency43. Eux aussi ne s’entendaient pas. Entre ces grands seigneurs susceptibles et peu éclairés, Bellièvre, pendant plus d’un an, allait avoir la tâche ingrate de jouer le rôle d’intermédiaire, de rassurer, d’apaiser, d’instruire. Avec prudence mais jamais en subordonné.

  • 44 Bibl. nat. France, Fr. 15 893, ff. 177 et 179.
  • 45 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 140.
  • 46 Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 191 ; Dupuy 64, fol. 31.
  • 47 Ibid., ff. 196 et 203.
  • 48 Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 290 ; Fr. 3952, fol. 343v ; Bulletin de la Soc. dHist. de Fra (...)
  • 49 Bibl. nat. France, Fr. 15 893, ff. 169, 175, 236.
  • 50 Bibl. nat. France, Dupuy 64, fol. 23.
  • 51 Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 217v.
  • 52 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 218 (Eugène Halphen, Lettres inédites…, op. cit., p. 148).
  • 53 Ibid., fol. 292 et voir Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives…, op. cit., t. IX, p. 411.

33Fier de sa haute position dans l’État, conscient d’être l’un des conseillers les plus écoutés du roi, il enseignait aux princes, qui ne l’écoutaient pas, les devoirs d’un sujet envers son souverain. Ses lettres à d’Épernon sont toutes sur ce ton : le 27 septembre, il l’engagea à se réconcilier avec le parlement de Provence et à respecter les conseils de Montmorency, en même temps qu’il conseillait au président Scarrolis de faire de même44 ; le 7 octobre, il l’avertit que le roi était fort mécontent de sa conduite et lui conseilla de faire la paix avec lui sans favoriser l’Espagnol45; à nouveau le 27 octobre, il l’exhorta à ne pas faire la guerre aux huguenots et à ne pas annihiler les efforts pour la paix du roi, de Lesdiguières et du connétable pour la paix46. Il recommença le 4 novembre et le 8 décembre47. Le 4 novembre 1595 encore, dans une longue lettre dont plusieurs copies nous conservent le texte, il lui expliqua que la liberté du roi n’était pas engagée par les services qu’on avait pu lui rendre. Ce n’était pas parce qu’il avait conservé la Provence au roi qu’il devait en avoir le gouvernement. Il le conjurait de ne pas pactiser avec l’ennemi étranger48. On sait combien Épernon fit peu de cas de ces sages conseils. Ce qui nous intéresse davantage, c’est le fait que Bellièvre fit toujours ces démarches en parfait accord avec Henri IV, l’informant, le tenant au courant de la situation en Provence49, le conseillant même : le 4 octobre 1594, il lui demanda d’ordonner à Épernon et au parlement d’Aix de faire la paix50 ; le 25 janvier 1595, il lui rendit compte de toute sa correspondance avec Épernon51. Henri IV, le 30, lui répondit : « je vous prie d’assister tousjours mond. cousin le duc d’Espernon de vos bons conseils et advis qu’il recognoistra un jour estre les plus salutaires qu’il sçauroit prendre »52. Le 8 juin encore il reçut l’avis suivant : « Aydez moy aussi a faire trouver bon a mon cousin le duc d’Espernon que la trefve de Provence, accordée jusques a la fin de mois, soit prolongée encore pour un autre »53.

  • 54 Bibl. nat. France, Fr. 23 195, fol. 121, lettre au roi, janvier ; Fr. 15 893, fol. 175, lettre du (...)

34Il servait également d’intermédiaire entre le roi et les autres grands seigneurs. Il lui réexpédiait les informations venues de la frontière des Alpes, par Lesdiguières, ou renvoyait à ce dernier les consignes54. Des calomnies ayant circulé à la cour sur Montmorency, il écrivit au roi, le 29 septembre 1594 :

  • 55 Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 182.

J’ay cogneu qu’il a receu mescontentement des rapportz qui luy ont esté faict qu’en vostre court on a tenu des propoz a son desadvantaige. Sire telles inventions ne peulvent que nuyre a voz afferes. Si la langue que Dieu nous donne pour nous servir et conserver s’employa a nous perdre, nostre ruyne est inevitable ; ce que j’escry a Vostre Majesté pour ce que j’estime que son service requiert que l’on se dispence de parler en vostre court du premier officier de vostre couronne, si ce n’est avec le respect qui luy est deu, et a la charge dont il vous a pleu de l’honnorer.55

  • 56 Eugène Halphen, Lettres inédites…, op. cit., p. 112.
  • 57 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 216 ; Eugène Halphen, Lettres inédites…, op. cit., p. 144.
  • 58 Eugène Halphen, Lettres inédites…, op. cit., p. 174.
  • 59 Bibl. nat. France, Fr. 3547, fol. 35.
  • 60 Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol 199.
  • 61 Ibid., fol. 226, le 14 février 1595.
  • 62 Eugène Halphen, Lettres inédites…, op. cit., p. 72 et 105, lettre du roi à Bellièvre, 13 juillet e (...)

35Dès le 10 octobre, Henri IV le pria d’assurer le connétable de sa confiance56. Le 17 janvier 1595, il fut encore invité à intervenir auprès de lui pour hâter la vente des domaines en Languedoc (afin de pouvoir poursuivre la guerre en Piémont)57. Le 27 avril enfin, il fut prié de dire au connétable de ne pas quitter Lyon, pour rassurer les habitants58. De même ces relations l’amenaient à s’occuper de questions militaires. Le 21 septembre 1594, il persuada Montmorency de la nécessité d’envoyer du renfort à Briqueras59 ; le 7 décembre, il conjura Baresot, en Mâconnais, de ne pas se quereller avec Nagu-Varennes et d’attendre l’arrivée du roi pour régler leur conflit60; il proposa au baron de Sénecey de quitter la Ligue61 et fut chargé d’obtenir le réglement des difficultés avec Anne d’Urfé et de le faire démissionner de sa charge de lieutenant du roi en Forez62.

  • 63 Bibl. nat. France, Fr. 3547, fol. 35, op. cit.

36Mais il ne se borna pas là. Il n’oublia jamais la politique générale et savait dominer les questions personnelles. Le ton de ses lettres au roi et aux chefs d’armée le montre assez : « la perte de ceste place [Briqueras], oultre ce qu’elle nous mect du tout hors d’Italie, pourrait grandement refroidir l’affection que nous monstre la seigneurie de Venize, le grand-duc de Toscane et aultres potentatz d’Italie »63. Il concevait toute l’importance de sa présence à Lyon et de la situation de la ville ; parlant de la venue tant désirée du roi au duc de Nevers, il lui dressa un tableau de tout ce qu’elle rendrait possible et comme un programme de son activité diplomatique pendant son séjour à Lyon :

  • 64 Bibl. nat. France, Fr. 3622, fol. 142, le 18 novembre.

Il se traictera icy des moyens d’asseurer non seulement ceste ville de Lyon, mai oultre Lyon la troisiesme partie du royaulme. Il fauldra adviser comme l’on asseurera a l’avenir l’alliance des suisses, en quels traictez on pourra entrer avec la republique de Venise et le surplus des potentatz d’Italie qui ne dependent du tout du roy d’Espaigne. Il se presantera peult-estre de resouldre quelque bon accord avec Monsr. de Savoye, mais ce qui est le principal et le plus important pour la seureté du royaulme, on pourra icy prendre resolution touchant la reconciliation du roy avec le Sainct-Siege64.

  • 65 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, le 26 octobre ; Eugène Halphen, Lettres inédites…, op. cit., p. 115 (...)
  • 66 Arch. mun. Lyon, AA 24, fol. 86 ; Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives…, op. cit., t. IX (...)
  • 67 Le consulat leur offrit un souper [Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 3v], du vin [fol. 17v], du linge (...)
  • 68 Bibl. nat. France, Ital. 1743, fol. 148v. Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 211, lettre, de Bell (...)

37La république de Venise ayant envoyé des ambassadeurs auprès d’Henri IV, celui-ci s’empressa de recommander à Bellièvre de leur faire bon accueil65. Mais il s’agissait là d’une simple réception avec fêtes et cérémonies, Bellièvre ne pouvait s’en charger seul. En novembre le roi recommanda donc les ambassadeurs au consulat « d’aultant que [...] c’est la premiere legation qui est sortye d’Italie pour nous congratuler et recognoistre »66. Le connétable dut aussi s’en occuper, car les ambassadeurs, arrivés le 22 décembre à Lyon, se déclarèrent très satisfaits de l’accueil des échevins67, de Bellièvre, mais surtout de Montmorency68.

38Beaucoup plus diplomatique fut la visite à Lyon du cardinal de Plaisance, légat pontifical. Bellièvre fut alors seul à s’en occuper. Il reçut du roi une lettre du 8 août lui annonçant cette arrivée, et le

  • 69 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 17 ; Berger de Xivrey, Lettres missives, op. cit. t. IX, p. 40 (...)

priant de vous employer et tenir la main a ce qu’il luy soit faict tous les courtoysies et honeste reception dans mad. ville de Lyon qui sera possible et qu’il appartient a sa qualité de cardinal, selon le respect que vous sçavez et que j’ay tousjours desiré estre observé en ce qui depend de moy a l’endroict du saint Siege et de Sa Saincteté69.

  • 70 Bibl. nat. France, Fr. 3622, ff. 119-120v.

39Le légat une fois à Lyon, ils eurent ensemble une importante conversation où Bellièvre essaya de convaincre son adversaire de la bonne foi du roi et de la nécessité de le reconnaître. Sa lettre à Schomberg, du 23 septembre, nous en a conservé l’essentiel70. Trois problèmes se posaient à ce moment dans les négociations avec le Vatican : le refus du pape de reconnaître le roi et son abjuration de Saint-Denis, le refus (conséquence du premier) des ordres religieux de prêter le serment de fidélité, la question du remariage du roi et de l’annulation de celui avec Marguerite de Valois. Ce furent les trois points que Bellièvre aborda :

Je luy parlay des jesuistes, capuchins et minimes qui refusent de faire le serement de fidellité qu’a esté faict par les austres ecclesiastiques. Il les voulut excuser sur ce qu’ilz sont obligés a suivre ce que leur est ordonné par leurs superieurs de l’ordre […] Quant a ce qu’ilz s’excusent qu’ilz attendent qu’il ayt pleu au pape recevoir le roy au giron de l’eglise, je dy que le roy y estoit receu par l’absolution qui luy fut legitimement et canoniquement accordée a Saint Denis […] ; quand les papes se sont voulus ingerer a ouster la couronne, ny les eccleiastiques ny la noblesse, ny le tiers estat de ce royaume ne se y sont acccordez.

40Il se lança même dans des discussions théologiques animées :

  • 71 Ibid.

Je ne trouvois bonne la distinction qui m’a esté faicte par led. Sr Cardinal que pour le regard du temporel ils peulvent juger, non pas pour le spirituel, que nous n’avons pas deux ames […] Puys qu’ilz avoient juré la rebellion en faveur de la Ligue, qu’ilz ne pouvoient avecq raison refuser de jurer la fidelité qu’ilz doibvent a leur roy. Toutes ces raisons ne peurent faire changer d’opinion led. Sr cardinal. Il me dict qu’il se gecteroit plus tost par la fenestre que de consentir qu’il soit faict chose qui porte un tel prejudice a l’auctorité du Sainct Siege.71

41Les choses n’étaient pas encore assez mûres. On peut penser que le passage du légat confirma les ordres récalcitrants dans leur opposition. À son départ cependant, Bellièvre put, sur un ton plus rasséréné, lui conseiller de faire son possible pour que le roi ne fût pas heurté dans ses droits souverains, car Henri IV était suceptible : « l’esprit de Sa Majesté [...] est plus nourry aux choses militaires que aux ecclesiastiques » ; il lui demanda en outre que le remariage du roi fût facilité : « nous ne pouvons consentir que nostre roi s’abstienne de mariage, pour le trouble que nous craignons que le default d’enfans ou l’esperance qu’il en aura n’apporte de nouveau les troubles que nous avons veus depuis dix ans en ça » (il expliquait à Schomberg, par la même occasion, qu’il fallait faire rechercher les pièces prouvant le degré prohibé de parenté entre le roi et Marguerite de Valois) ; il demanda enfin au cardinal de faire excommunier les régicides : « j’estime lesd. excommunications d’autant plus necessaires que pour la pluspart, les ecclesiastiques se trouvent meslés en ces conspirations ».

  • 72 Bibl. nat. France, Fr. 3622, fol. 121, lettre de Bellièvre à Nevers, 29 septembre ; ibid., fol. 13 (...)
  • 73 Ibid., fol. 142.

42Des problèmes des relations avec le Vatican, aucun n’échappait à Bellièvre ; il s’en entretenait avec les serviteurs du roi avec le duc de Nevers surtout72. Le 18 novembre, il lui demanda de venir à Lyon pour traiter avec lui les affaires italiennes73. Ce gallican ne se faisait aucune illusion sur les motifs qui pouvaient pousser le pape à trainer les négociations en longueur : « je ne puis sur ce poinct », disait-il au roi le 2 janvier 1595,

  • 74 Bibl. nat. France, Dupuy 64, fol. 58v.

que je ne me plaigne aussi de la longueur du pape qui semble jusques a present s’estre plus guidé par raisons et passions humaines que par le conseil de la charité chrestienne [...] Les heureux succès dont il a pleu a Dieu de favoriser vostre Majesté l’ont meu a se declarer de se vouloir moderer et non pas aulcune bonne volonté qu’il vous porte tient les affaires en longueur tant qu’il luy est possible ; et sur ce mesmement que on l’a remply d’esperance qu’il ne sera pas difficile de vous fere perdre ceste ville, la Provence et aultres provinces cela avenant, il trouvera tout aultant de textes de l’escritture qu’il vouldra pour soubztenir que c’est avec raison et iustice qu’il refuze de vous recevoir ; et suys de plus adverty qu’il ne fault rien esperer de luy plustost qu’il entende a Rome la terreur de voz armes, estant vostre Majesté establye et asseurée dans sa ville de Lyon74.

  • 75 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 231 et Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives…, op. ci (...)
  • 76 Henri Fouqueray, Histoire de la compagnie de Jésus..., op. cit, t. 2, p. 438. Pierre Matthieu la s (...)

43C’est dans cet état d’esprit que le trouva le complot de février. Le roi l’entretenait de ces questions et le mettait au courant du détail des négociations75. Enfin le père Possevino, venu de Rome pour discuter des conditions générales de la vie des jésuites en France et de leur retour éventuel, s’arrêta à l’Île-Barbe, en avril, où il eut plusieurs entrevues sur ce sujet avec Bellièvre76.

  • 77 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 134.

44Les affaires religieuses et la diplomatie vaticane n’étaient pas seules à occuper l’esprit de Bellièvre. Un autre problème également important, quoique sur un plan très différent, réclamait son attention. Le 20 septembre 1594, le roi le chargea de régler l’envoi en Suisse des 44 000 écus dûs aux ligues des cantons. Il fallait, avec l’aide des gens des finances à Lyon, traiter avec les Pellissarii, banquiers grisons établis dans la ville, qui feraient passer l’argent de Lyon à Coire et, de là, à Soleure. Les banquiers de Montbéliard, de Bâle, de Saint-Gall établis à Lyon, pressentis, avaient refusé. L’argent se trouvait pour le moment entre les mains du trésorier des ligues à Lyon, Nicolas Girard77. Avec les Suisses, la diplomatie consistait surtout en transferts de fonds. Au mois d’avril 1595, Bellièvre intervint, dans des conditions d’ailleurs mystérieuses, dans l’envoi de l’argent venu d’Italie, pour payer les Suisses de l’armée du roi :

  • 78 Bibl. nat. France, Fr. 15 576, fol. 68, lettre de Forget à X..., 4 avril 1595.

je veis quand le party que l’on faisoit estat qu’il y avoit icy cent mil escuz de la provision d’Italye qui devoient servir pour les suisses de l’armée ; mais, m’en estant enquis de Mons. de Bellièvre, il m’a dit et protesté qu’il ne sçait de sorte que l’on pourroit fere la-dessus un faulx fondement. Au moins s’il en a voulu dire ce qu’il en sçait78.

  • 79 Eugène Halphen, Lettres inédites…, op. cit., p. 177, et Arch. mun. Lyon, AA 21, fol. 15, lettre d (...)

45Le 3 mai, le roi le chargea d’aller apaiser les Suisses de l’armée et de les faire patienter un peu en attendant le paiement de leur solde79.

  • 80 Bibl. nat. France, Fr. 3622, fol. 123v.

46Des divers secteurs de l’horizon politique tel qu’il l’avait dépeint au duc de Nevers, le 18 novembre 1594, il n’y eut guère que celui des relations savoyardes dont Bellièvre ne s’occupa pas pendant son séjour à Lyon. Partout ailleurs, il eut un rôle essentiel de coordination, d’information et surtout de conseil. L’un des plus importants parmi les conseillers du roi, et des plus en vue dans le personnel administratif et politique du royaume, Bellièvre continua à Lyon à remplir les devoirs de sa charge de conseiller. Il s’en manqua de peu, à un certain moment, qu’il ne revînt à Paris l’exercer de plus près. Le 20 octobre 1594, le duc de Nevers le prévint qu’il venait de demander à Villeroy et à Sancy de « fere office en l’endroict de Sa Majesté a ce qu’il vous remis en vostre charge des finances, car oultre que aviez les mains nettes et l’intelligence d’icelle, vous estiez necessaire près du roy [...] l’un dit que n’etiez destiné pour estre confiné à Lyon et que le roy debvoit vous amener avec luy ». Il ajoutait bonnement : « L’autre confirme combien estiez necessaire près de Sa Majesté et que estiez en estat de ne plus pouvoir tant travailler comme aviez fet avant a cause que aviez 67 ans et descheu depuis vostre derniere maladie »80. Bellièvre répondit avec une extrême réserve :

  • 81 Ibid. : fol. 137v, le 10 novembre.

estant advenu le decès de M. d’O, vous desirez que ie reprens ma charge, Vous me faites beaucoup d’honneur de m’en juger digne [...] Je desire aultant que homme qui vive le service du roy, j’estime que de l’ordre des finances despend l’ordre et le reglement des affaires de Sa Majesté et de l’estat, mais il est question de sçavoir comme cet ordre se pourra establir et comme il se pourra conserver. Je prie Dieu qu’il veuille inspirer le roy de prendre en ce faict bon conseil81.

47Le 18 novembre, il se décida de façon beaucoup plus claire :

  • 82 Bibl. nat. France, Fr. 3622, fol. 142.

Vous m’estimez digne de la plus penible charge du royaulme en laquelle i’ay faict naufrage, et suys sorti de là, mais n’ayant que la chemise [...] Si je demande une charge, ie m’oblige d’y satisfere, et ie ne sache homme en France qui puisse satisfere a la charge des finances. C’est chose qui se pouvoit fere du temps du feu roy, s’il l’eust permis ; quant est de ce roy, i’estime qu’il le desire, qu’il le permettra, mais les debtes du royaulme sont si grandes, le peuple si paouvre, les desordres si grands, l’insolence d’aulcuns si demesurée, la licence d’abuser des finances parmi ceulx qui en ont la charge si enracinée, que, quelque desir que l’on aye de servir fidellement le roy, et Sa Majesté d’estre bien servie, il est a craindre que celuy qui se trouvera chargé des finances ne courre fortune de demourer soubz le fais82.

  • 83 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 169, lettre du roi à Bellièvre, 25 novembre ; Bibl. nat. Franc (...)

48Un tel pessimisme ne nous étonne pas de sa part. Quoi qu’il en soit, son expérience était indispensable au roi qui le désigna parmi les membres du conseil des finances en réorganisation83.

  • 84 Bibl. nat. France, Fr. 15 893, ff. 224-225v.

49Il resta cependant à Lyon, continuant de loin à conseiller le roi sur la politique vaticane, comme nous l’avons vu ; le 8 février, il lui adressa un tableau important des mesures à prendre pour apaiser les protestants dans l’ensemble du royaume. Il fallait user de modération envers eux, faire preuve d’une large tolérance mais veiller à ne pas heurter les catholiques84. Il lui exposa comment s’y prendre avec les religieux rebelles :

  • 85 Voir p. 171. Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 331 et Berger de Xivrey, Recueil des lettres miss (...)

Vous me mandez ce qu’il vous semble que je doibs faire touchant ces religieux qui sont en mon royaume, lesquels refusent encore de prier Dieu pour moy et, comme estrangers ou dependant de leurs superieurs qui sont estrangers, respectent plus leurs commandemens que les miens, lequel j’ay trouvé très bon [...]85.

  • 86 Voir, p. 196. Il aurait même été, avec Schomberg et Hurault de Cheverny, l’un des rédacteurs de la (...)
  • 87 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 212v.
  • 88 Bibl. nat. France, Fr. 15 576, fol. 74 et Eugène Halphen, Lettres inédites…, op. cit., Le 26 avril (...)
  • 89 Bibl. nat. France, Fr. 513, fol. 505v.

50Il s’occupa activement de faire prononcer la nullité du mariage du roi86. Le roi très satisfait de tels conseils, l’encourageait ; il le félicita, le 15 janvier, de sa perspicacité sur les intentions réelles du pape : « vous estiez mieux adverty des affaires de dela que d’autres qui sont icy qui le pourroient bien estre »87. Dans toutes ses lettres, il lui exposait longuement ses plans militaires ou diplomatiques, il l’informait des affaires de Toulouse et des difficultés que causait Joyeuse en Languedoc88. Le 2 mars, envoyant Forget de Fresnes en mission à Lyon auprès du connétable, il lui donna ordre de communiquer « de toutte cette presente instruction avec le Sr de Bellièvre et en recevoir son conseil et advis »89. Nous comprenons maintenant jusqu’où s’étendit l’action de Bellièvre pendant ces seize mois qu’il passa à Lyon. C’était en quelque sorte un relai du gouvernement pour tout ce qui intéressait le Sud-Est, les affaires italiennes et suisses.

  • 90 Notes inédites relatives à lhistoire de Lyon…, op. cit., p. 173. Confirmé par lettre de Bellièvre (...)
  • 91 Cf. Annexe 1, n° 13.
  • 92 Arch. mun. Lyon, AA 140.
  • 93 Arch. mun. Lyon, AA 141, le 4 octobre 1596.
  • 94 Ibid., le 22 septembre 1597.
  • 95 Arch. mun. Lyon, AA 44, fol. 47, le 3 octobre 1597 ; AA 153, fol. 7, le 11 octobre 1597.
  • 96 Solde des suisses, 24. octobre 1596 [Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 357].
  • 97 Situation à Lyon, 7 avril 1597 [Bibl. nat. France, Fr. 15 911, fol. 30].
  • 98 De 1600 à 1602 [Bibl. nat. France, Fr. 15 900, ff. 317, 333, 350, 374, 394].
  • 99 Ibid., 1601 : fol. 358.
  • 100 Bibl. nat. France, Fr. 15 897, fol. 173, le 14 août 1601.
  • 101 Bibl. nat. France, Fr. 15 899, ff. 589, 591. 1603-1604 : ff. 595, 597, 599, 601, pour l’année 1602
  • 102 Bibl. nat. France, Fr. 15 900, ff. 345, 353, Croppet et Haglioni, 1601.

51Après avoir quitté Lyon90 le 23 octobre 1595, il ne se désintéressa pas des affaires de la ville. C’est lui qui fit aboutir la transformation par le roi de l’organisation consulaire91 ; les Lyonnais de leur côté ne l’oublièrent pas et surent le retrouver quand ils eurent besoin de lui. Les lettres du consulat à ses députés en cour en 1596 portent constamment le conseil de se confier à lui ; c’était le personnage qui pouvait le plus aider la ville92. Ces demandes d’intervention touchaient des questions diverses : procès dans lesquels la ville était partie93, départ de de Vic pour Lyon à faire presser94, affaire des blés et des péages de Bourgogne95. De même La Guiche96 et Gadagne97 à l’occasion, lui soumirent leurs difficultés. Comme on peut s’y attendre, le souvenir qu’il avait laissé à Lyon se raviva encore quand il fut devenu chancelier. Les requêtes se multiplièrent : Nicolas de Langes98, La Guiche99, le chapitre de Saint-Jean100,le consulat101, de simples bourgeois102 en présentèrent. Il fallait bien que le passage de Bellièvre apportât aux Lyonnais de petits avantages...

Un membre du gouvernement en mission

52Avant de déterminer la nature de la mission de Bellièvre à Lyon, et pour délimiter le problème avec plus de précision, nous commencerons par nous demander dans quelle mesure il put être secondé ou commandé par les agents du roi qui se trouvèrent dans son entourage pendant les seize mois qu’il passa à Lyon.

  • 103 Arch. mun. Lyon, EE 5, n°6 (impr.).

53Ornano, dans les premiers temps, parut devoir le gêner considérablement. Il voyait en Bellièvre un concurrent et ne s’était pas gêné, dès avant son arrivée, pour manifester tout son mécontentement. Il est même possible que ce soit pour bien affirmer son pouvoir qu’il éprouva, le 10 juin 1594, le besoin de rendre une ordonnance sur la garde de la ville103. À première vue, cela pourrait paraître normal, car rentrant dans ses attributions des armées du roi. Mais elle fut la première et la dernière de ses ordonnances, et publiée deux jours avant l’arrivée de Bellièvre que l’on attendait incessamment. Ne faut-il voir là qu’une simple coïncidence ? Hasard également si, le 14 juin, à la réunion où il convoqua au consulat les gens de finances, pour trouver le moyen de financer l’expédition de Mâconnais, Bellièvre ne parut pas ? Sa présence s’avéra d’ailleurs nécessaire, puisque les assistants décidèrent d’aller le trouver. Il eût été plus simple d’y aller dès l’abord. Il semble bien qu’Ornano manifesta dans les premiers temps quelque velléité de tenir cette place de gouverneur dont le titre lui échappait. Mais il n’était pas de taille à lutter contre Bellièvre.

  • 104 Arch. dép. Rhône, C 530, fol. 158, ordre de payer 40 écus à Pierre Thévenard, sur les deniers du r (...)
  • 105 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 185v, désignation d’Étienne Natarel pour commander à Pierre Scize, l (...)
  • 106 Ibid., fol. 217v.

54Dans les premiers mois un grand nombre de décisions furent prises par eux deux en commun104. Mais jamais Ornano n’y apparut comme le supérieur de Bellièvre. Le 13 juillet par exemple, nous avons remarqué comment ce fut Bellièvre qui convoqua et dirigea l’assemblée des notables ; Ornano n’intervint qu’en technicien, en spécialiste des questions militaires. Il s’agissait pourtant de décider la reprise de la guerre ou la continuation de la trêve. D’après les lettres du roi du 10 mai, l’initiative eût dû lui revenir en pareille matière. Quand il prit part à l’administration financière ce ne fut que dans la mesure où elle intéressait l’armée. Le 10 août, il se trouva présent à la réunion où le consulat protesta contre les demandes d’argent de Bellièvre, et les accompagna chez ce dernier ; il fut présent le lendemain à l’hôtel de ville, quand les échevins se résignèrent à constituer pour la guerre le fonds de 12 000 écus, mais sans parler : ce fut Bellièvre qui mena l’affaire. Il demeura complètement étranger au réglement des difficultés politiques, ne s’occupant de Nemours que d’un point de vue policier, pour le transférer d’une prison à une autre, et en dehors des négociations qui se nouèrent autour de lui. Il lui restait la charge des opérations militaires. Il put les diriger librement, jusqu’à l’arrivée du connétable tout au moins et fit sentir à Lyon son autorité en ce domaine, refusant ou accordant son approbation aux nominations faites par le consulat aux postes militaires dans la ville105. Déléguant son autorité pour prendre des ordonnances sur la garde106. Ce fut lui qui, en octobre, obtint le départ des Suisses de Vienne. Il remplissait sans en dépasser les limites le rôle que lui avait dévolu le roi.

  • 107 Ibid., fol. 192, le 11 août 1594.

55Le 14 novembre, le consulat vint en corps le saluer et le remercier de tout ce qu’il avait fait pour la ville. Il se retira en effet en Dauphiné107. Une lettre de Bellièvre nous donne l’explication de cette brusque retraite :

  • 108 Bibl. nat. France, Dupuy 64, fol. 49, le 15 novembre.

j’ay fort consideré ce que vous me dictes a vostre partement de ceste ville, touchant la resolution que aviez prise, me declarant que Monsieur le Connestable ny moy ne debvions plus faire estat que vous soyez pour vous entremettre ès afferes qui se presentent, aveq quelques aultres propos qui tesmoignoient ung extreme mescontentement de l’advis qu’avez eu que le roy a donné a Monsieur de La Guiche le gouvernement de Lyon [...] Je n ’ay pas sceu que en ayez eu la certitude et j’ay tel jugement de vostre prudence que, comme vous vouldriez pas que vostre maistre vous condamnast sans vous oïr, aussy ne condamnerez vous pas le maistre sans l’avoir ouy et sçavoir ce qu’il vous vouldra dire sur vostre plainte. Quoyque ce soit je me trouve en peyne de la vostre et suis contraint de vous communiquer celle qui m’est particulliere. La resolution que me dictes avoir prinse est de grande importance au service du roy. Vous jugez trop mieulx, Monsieur que, ayant la charge que je soustien icy, je suis obligé d’advertir Sa Majesté de tout ce que je sçay pouvoir servir ou prejudicier a ses afferes, et faisant ce matin une depesche, j’eusse escript au maistre les propos que vous me dictes a vostre partement, tant pour m’acquitter de mon debvoir, que aussy pour crainte d’estre prevenu d’ung grand nombre d’escrivains et novelles que nous avons en ceste ville. Ce neantmoings, cognoissant ung peu les humeurs de la court, il me semble que le meilleur estoit de donner quelque temps a vostre resolution. A ces causes, Monsieur, je vous prie, pour le service du roy, de me vouloir sur le tout fere entendre vostre resolution, afin que j’en donna l’avis au roy108.

56La susceptibilité d’Ornano était délicate :

  • 109 Ibid., fol. 50, le 18 novembre Ornano était à Moras, et non à Morancé, comme l’indique faussement (...)

jugez, je vous supplie, comme je puis porter sans douleur le traitement que j’ay entendu et vous ay dict qu’on me veult fere. Mes services, la fedellité, la franchise de laquelle j’ay vescu ne me le permettent pas et, ce qui plus me passionne est mon honneur qui y est engagé. Non que pour tout cela j’aye eu jamais desseing ou pensée de fere ny entreprendre aulcune chose au prejudice du service du roy, ou de manquer a mon debvoir. Sy ma mauvaise fortune me doibt produire ce qu’on m’a dict estre asseuré, je seray seul qui la sentiray et me garderay de l’estendre sur aucun autre109.

57Le ton ne manquait pas de dignité et la résolution différait de celle d’un Épernon. Mais cet honneur aurait pu trouver meilleur emploi...

  • 110 Eugène Halphen, Lettres inédites…, op. cit., p. 134, lettre à Bellièvre, 26 novembre.

58Le rôle d’Ornano à Lyon était pratiquement terminé. Henri IV eut beau protester qu’il avait pris « la larme bien chaude et sur chose qui n’est point »110, sans d’ailleurs insister outre mesure pour le faire revenir à Lyon, il resta désormais dans son Dauphiné. Le 12 décembre, il évoquait avec dépit la chute de son autorité en Lyonnais ; parlant du payement de 2 000 hommes qu’il voulait lever, il écrivit au consulat :

  • 111 Arch. mun. Lyon, AA 38, n° 208.

J’en escrips a mond. Sr le connestable et aud. sr de Bellievre, car de fere aucune imposition cela m’est deffendu du roy, mesmes maintenant par le retour des depputtés qui m’en ont apporté des lettres que j’envoye aud. Sr de Bellievre qui les vous fera voyr.111

  • 112 Arch. mun. Lyon, AA 140, lettre du 20 avril 1595 (demande à Ornano de revenir à Lyon), du 26 avril (...)

59Il demeura en relations avec Bellièvre, avec le consulat, refusant de rompre totalement les ponts avec la ville : si par hasard le roi lui attribuait le gouvernement... Les échevins de leur côté semblèrent désireux de garder avec lui le contact112. Mais plus jamais à l’avenir, il ne devait s’occuper des affaires de la ville.

60Ce ne fut donc pas en lui que Bellièvre trouva beaucoup d’obstacles à l’accomplissement de sa mission ; ni obstacle, ni grande aide d’ailleurs. Ayant un seul but en tête, le gouvernement de Lyonnais, Forez, Beaujolais, il n’en désirait que le titre et l’apparence, avec les avantages. Le pouvoir réel et la possibilité d’action lui importaient peu : de février à juin 1594, seul avec le consulat, il eût pu, s’il en avait eu le désir, jouer le rôle qu’il eût voulu. En fait, Bellièvre n’eut aucun pouvoir à lui enlever.

61Peut-être aussi la mise à l’écart d’Ornano fut-elle aidée par l’arrivée à Lyon d’un personnage de bien plus grande envergure (de par sa fonction sinon de par sa personne), le connétable de Montmorency.

  • 113 Voir p. 133.
  • 114 Voir p. 128 et 140.

62Nous ne devons pas nous étonner si, dès l’abord, il prit la haute direction des affaires militaires. Ce fut sous ses ordres qu’Ornano opéra désormais dans la région. Une ingérence dans les questions financières faisait de même partie de ses fonctions : il lui fallait payer ses troupes. Ceci nous explique ses réclamations au consulat113 en septembre et, en octobre 1594, ses levées d’impôts et ses mesures douanières114. Quand il s’agissait de simple administration financière qui ne pouvait toucher ses troupes, il s’en désintéressait. Comme Bellièvre, il renvoya au bureau des finances les requêtes que lui firent certaines paroisses pour obtenir une diminution de taille.

  • 115 Voir, p. 163.

63Moins directement comprise dans ses fonctions de connétable peut paraître son intervention au moment de l’expulsion des jésuites. Ce fut lui, qui, le 5 janvier 1595, quand fut connu à Lyon l’arrêt du parlement, convoqua les échevins pour y pourvoir. Mais le principal résultat de cette réunion fut l’installation d’une garde au collège ; c’était une simple mesure de police. Lorsqu’il fallut procéder à l’exécution proprement dite de l’arrêt, ce fut à Bellièvre que revint l’initiative115. De même, quelques jours après, Monmorency se tint à l’écart de la répression du complot.

64On ne peut pas dire que Montmorency ait empiété sur les attributions de Bellièvre ; son passage à Lyon fut d’ailleurs trop épisodique. Il supplanta seulement Ornano. À lui revint donc le soin des affaires militaires. Bellièvre restait le seul maître dans le domaine civil, demandant, bien entendu, l’avis du connétable quand celui-ci se trouvait à Lyon, mais gardant l’initiative et le pouvoir de décision. Dans sa mission, politique avant tout, il rencontra des appuis, non des concurrents.

65Plus rien ne nous empêche maintenant d’entreprendre enfin cette définition du rôle de Bellièvre, remise jusqu’à présent.

66Sans doute le lecteur attend-il que nous employions à ce propos un terme que l’on pourrait s’étonner de ne pas avoir rencontré encore. Nous parlons de l’activité de Bellièvre à Lyon sans avoir prononcé le mot d’intendant. Car, on le sait, l’opinion couramment admise est que Bellièvre fut l’un des premiers exemples de cette institution, en même temps que l’un de ses types les plus représentatifs à son origine.

67Hanotaux, le premier, construisit l’hypothèse : « Bellièvre, futur chancelier, était envoyé auprès du Maréchal d’Ornano, gouverneur et lieutenant général dans le Dauphiné et le Lyonnais ». Il était

  • 116 Gabriel Hanotaux, Origines de linstitution…, op. cit., p. 55-57.

près d’une armée et dans une province ; il assiste, il conseille, et nous pouvons dire qu’il surveille un gouverneur qui est en même temps un général. Nous voyons enfin réunies dans ses mains les attributions de justice, de police et de finances [...] ; [...] d’Ornarno ligueur nouvellement réconcilié, et qui comptait ne trouver dans sa soumission au pouvoir central rien autre chose qu’un accroissement de l’autorité qu’il s’était acquise dans la province, d’Ornano sentit combien allait le gêner la présence vigilante du représentant de l’autorité royale.116

68D’où ses protestations, d’où la réponse du roi, en juillet 1594, l’un des documents « les plus précieux que nous ayons rencontrés jusqu’ici pour servir à l’histoire des intendants. »

  • 117 Georges Pagès, « Essai sur l’évolution des institutions administratives en France du commencement (...)

69Cette théorie s’est transmise telle quelle par la suite117. Elle est en effet logique et conforme aux cadres institutionnels auxquels s’est accoutumé notre esprit : auprès du gouverneur (Ornano), un intendant (Bellièvre). Entre les deux, séparation des pouvoirs : le militaire au premier, le civil au second. Ce qui, par suite du rétablissement de la paix, amène l’intendant à prendre le pas sur le gouverneur.

70Sans nous attacher aux erreurs de détail commises par Hanotaux (Ornano ne fut nommé maréchal qu’en septembre 1595, et ne fut jamais ligueur), mettons tout de suite en relief celle-ci plus importante, qu’Ornano ne fut jamais gouverneur ni lieutenant-général dans le Lyonnais. Il éprouva même assez de déception à ne pas l’être ! Il intervint dans les affaires de Lyon, en septembre 1593, de sa propre autorité, de même, le roi le tint à l’écart des négociations de La Fin. Ce ne fut que le 10 mai qu’il reçut un titre précis : celui de « chef et general » des armées du roi en Lyonnais, Forez, Beaujolais. Nous avons vu son dépit quand il apprit la nouvelle ; ses protestations au roi ne portèrent pas sur la diminution d’un pouvoir existant, mais sur la médiocrité du pouvoir accordé alors qu’il en espérait un plus considérable.

71Nous sommes donc amenés à réexaminer les textes sur lesquels se fonda Hanotaux et, pour cela, à nous replacer en esprit dans la situation telle qu’elle se présentait au mois de mai 1594.

  • 118 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 87, Lettre du roi à X..., 11 mai 1594 ; Berger de Xivrey, Lett (...)

72Henri IV, ne voulant désigner Ornano, ne pouvant désigner Chevrières, avait accepté que le gouvernement fût confié au consulat. Mais ce dernier ne pouvait remplir cette charge. Le roi le sentait bien, l’ordonnance du consulat contre les huguenots le détermina. Il fallait de toute urgence envoyer un homme qui puisse prendre en mains la situation. Nommer un gouverneur était impossible : il y avait compétition entre Ornano, Chevrière et Anne d’Urfé et même le comte de Clermont. « Ne voulant pas cependant laisser les choses du Lionnois sans conduitte »118, il adopta le parti de séparer le civil et le militaire. Cela lui permettait : de laisser sur place Ornano et d’épargner ainsi sa susceptibilité sans entamer son pouvoir de fait, ni l’augmenter ; de désigner quelqu’un ayant pratiquement les pouvoirs civils du gouverneur sans choquer les compétiteurs. Il n’innovait d’ailleurs en rien. N’avait-il pas, le 8 décembre 1593, envisagé une solution comparable, songeant à partager, pour des motifs analogues, le gouvernement entre Épinac et Chevrières ? Il ne peut être pourtant question de voir en l’archevêque un intendant...

  • 119 Si elle a existé, elle ne fut pas enregistrée à la sénéchaussée, comme celles des autres commissai (...)
  • 120 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 90 (en quatre expéditions). Gabriel Hanotaux, Origines de lin (...)

73Bellièvre reçut-il une commission ? C’est possible, mais nous n’en avons pas conservé le texte119. Le 11 mai, Henri IV, en plus de la lettre à un inconnu citée page précédente, écrivit au consulat120. Dans les deux lettres, après avoir déclaré qu’il nommait Ornano aux affaires de la guerre, il ajoutait dans la première lettre : « pour les aultres, j’ay pensé que je ne les pouvois commettre en meilleurs mains qu’en celles du Sr de Bellièvre » ; et dans la seconde :

  • 121 Ibid.

pour pourveoir aulz aultres affaires et necessitez de lad. province, nous ne pouvons prendre une meilleure resolution que d’en commettre la charge au sieur de Bellièvre [...] Nous l’envoions donc maintenant par delà pour en prendre le soing avec ample pouvoir d’aviser a ce que sera des affaires d’Estat, despesches, traictez et pollice de touttes les villes du pays.121

74Sans nous laisser impressionner par le terme de « Pollice » trop vague, on en conviendra, pour préciser quoi que ce soit, observons que rien dans ces deux textes, ne permet de se faire une idée nette de l’institution en cause. Ni le terme d’Intendant, ni ceux, d’une telle importance en la matière, de justice ou de finances ne s’y rencontrent. Mais plutôt ceux, d’un ton tout différent, d’Affaires d’État, de dépêches, de traités. Ce n’était pas d’une mission de caractère administratif qu’il s’agissait. Ces deux lettres, écrites le jour même de la nomination de Bellièvre, auraient sans nul doute fait mention du titre d’intendant, si la commission l’avait elle-même porté.

  • 122 Arch. mun. Lyon, AA 24, fol. 77, 24 juin 1594 ; Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives…, o (...)
  • 123 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 109, juillet ; Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives…(...)

75Les deux seuls documents où il est dit que Bellièvre ait, « pour le surplus des affaires, tant de la justice et police que des finances , [...] l’auctorité et surintendance » d’une part, la « peine » de « l’administration desdictes finances et de la justice avec surintendance et autorité d’apporter reglement », d’autre part, sont deux lettres, d’Henri IV également, mais différentes des deux précédentes en ce qu’elles sont adressées, l’une au consulat de Lyon122, l’autre à Ornano123, dans des circonstances très particulières.

  • 124 Arch. mun. Lyon, AA 44, fol. 53, lettre au roi.

76La première est une réponse à celle par laquelle, le 28 mai124, le consulat avait chargé Thomé partant en cour de demander au roi de pourvoir au gouvernement de la ville (les décisions du roi ne furent connues à Lyon que le 30). C’est une lettre de circonstance. Henri IV, depuis que les députés de Lyon étaient en cour sentait dans la ville une double inquiétude : une véritable terreur à l’idée de se voir isolé devant l’ennemi et le souci des dettes. Il voulut donc rassurer les Lyonnais. Pour la sécurité militaire, il n’y avait rien à craindre, Ornano en avait la charge. Quant aux dettes, eh bien ! N’avaient-ils pas dans leurs murs Bellièvre, qui pourvoirait à tout ? Il ne faut pas prendre cette lettre pour une commission… À plus forte raison celle du mois de juillet, écrite à Ornano. Devant l’arrivée de Bellièvre, la réaction du colonel fut très violente. Il menaça d’abandonner la ville à son sort, sans attendre la venue du connétable. Cela ne faisait pas l’affaire du roi qui ne voulait pas reperdre Lyon ; avec sa souplesse habituelle, il adoucit le choc. Il s’efforça de persuader d’Ornano que la mesure prise le 11 mai n’avait pas du tout le caractère qu’il avait pu croire, et pour cela de le convaincre qu’il avait en fait tous les pouvoirs d’un gouverneur, c’est-à-dire les affaires militaires, y compris les questions financières s’y rapportant. Comment craindre cet intendant qui ne pouvait lui faire concurrence ? D’où cette description, si intéressante en effet, du rôle des intendants dans le domaine de la justice et des finances.

Ostez donc de vostre opinion, je vous prie, que je l’aye voulu envoier pour deffiance que j’ay de vostre suffisance en tout ce qui peut appartenir a la charge que je vous ay donnée, ny pour vous en rien diminuer, estant choses tellement separées que, quand il n’y seroit point, vous ne devez aulcunement vous mesler de ce qui concerne celle que je luy ay donnée, en ce qui touche nosdictes finances.

  • 125 Maurice Pallasse, La sénéchaussée…, op. cit., p. 396.
  • 126 Paul Viollet, « Le roi et ses ministres pendant les trois derniers siècles de la monarchie », Revu (...)

77En bref, il élevait le rôle d’Ornano à celui de gouverneur et abaissait les fonctions de Bellièvre à celles d’intendant et particulièrement d’intendant de finances. En aucun cas on ne peut attribuer à cette lettre la valeur d’un texte juridique ; c’est une manœuvre de conciliation en termes d’ailleurs confus à dessein. Ornano a les mêmes pouvoirs qu’un gouverneur, mais il n’est pas qualifié de gouverneur ; Bellièvre a les pouvoirs d’un intendant, mais il n’est pas qualifié d’intendant. Comme le fait remarquer M. Pallasse, le roi, pour convaincre Ornano, invoquait les précédents, « mais on aurait pu aussi bien lui proposer le lieutenant général de Sirague ou le gouverneur Mandelot qui cumulaient tous les pouvoirs »125. Enfin, dans ces deux lettres, on ne voit pas que Bellièvre soit intendant ; il a « l’autorité et surintendance » de la justice et des finances, et la phrase est telle qu’elle ne peut donner à celui qu’elle désigne un titre précis. Le terme de surintendance est employé comme synonyme de celui d’autorité. D’après son contexte, il semble bien qu’il ait un sens vague et général, plutôt qu’il ne désigne une institution précise. On se rappellera à cette occasion que « ce mot n’avait pas, au xvie siècle, ni même dans la première moitié du xviie, le sens technique et la valeur précise qu’il a pris ultérieurement, appliqué aux intendants de province »126. On ne peut cependant, de ces textes tirer une conclusion nette. Ils laissent subsister un doute que nous ne pourrons éclairer qu’à l’aide d’autres renseignements.

  • 127 Arch. dép. Rhône, C 530, fol. 161, par le bureau des finances, 2 décembre 1594 ; par Claude de Rub (...)
  • 128 Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives…, op. cit., t. II ; Eugène Halphen, Lettres inédite (...)
  • 129 Arch. dép. Rhône, C 412, fol. 8.
  • 130 Arch. dép. Rhône, C 530, fol. 104.
  • 131 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 163.
  • 132 Bibl. mun. Lyon, ms. (fds. général) 1477, ff. 50 et 50v, harangue de Villars.
  • 133 Bibl. nat. France, Fr. 16 661, fol. 420v.
  • 134 Arch. mun. Lyon, AA 140, le 15 octobre 1596. Voir aussi les instructions à Thomé, 1er juin 1596 [A (...)
  • 135 Par exemple le 12 août 1597 [Arch. mun. Lyon, AA 153, fol. 20].
  • 136 Arch. nat. France, E IB, fol. 291v. ; Noël Valois, Inventaire des arrêts du conseil du roi (Henri  (...)
  • 137 Arch. mun. Lyon, AA 24, fol. 98, lettre du roi au consulat ; Antoine Péricaud, Notes et documents…(...)

78Tous les auteurs s’accordent pour attribuer une grande importance au titre donné dans les documents aux personnages dont on se demande s’ils sont ou non des intendants. Dans aucun texte intéressant Bellièvre, on ne trouve une expression semblable. On se gardera, bien entendu, de faire erreur sur le titre qui lui est par deux fois attribué de « Conseiller d’Estat du roy et superintendant de ses finances »127. Il s’agit là de toute, évidence de la charge de surintendant qu’il exerça à partir de 1574. Dans l’adresse des lettres qu’il lui écrivit, Henri IV employa les expressions « A Monsieur de Bellievre, conseiller en mon conseil d’Estat », ou « a [...] en mon conseil d’Estat », ou encore « Conseiller en mon conseil d’Estat, pour mon service [ou pour moy] a Lyon ». Après janvier 1595, il n’ajouta même plus rien au nom128. Une seule fois, dans des lettres patentes adressées au bureau des finances de Lyon, le 5 octobre 1594, et parce qu’il avait besoin d’affirmer l’autorité de Bellièvre en la matière, le roi parla du « Sieur de Bellievre, conseiller en nostre conseil d’Estat, estant lors aud. Lyon avec pouvoir de nous d’ordonner sur le faict de noz finances »129. Chez les administrations royales à Lyon ou chez les échevins, même importance attachée à ce titre de conseiller du roi. Le 13 juillet 1594, le bureau des finances parlait du « Sr de Bellievre, conseiller du roy en son conseil d’Estat et depputé par Sa Majesté pour les affaires concernant le repos et conservation de ceste ville et gouvernement »130. Les échevins qui, on s’en souvient, savaient parfaitement ce qu’était un « intendant de justice », répondirent le 28 juin à Gadagne qui leur demandait de prendre des mesures contre les suspects « que c’estoient toutes afferes qui dependoient du gouverneur de ceste ville, a quoy luy appartient de pourveoir, comme lieutenant en icelle, et a Monsieur de Bellievre »131 : ils ne le considéraient pas comme un intendant... Le 12 juin, Balthazard de Villars, au nom du siège présidial, salua Bellièvre arrivant à Lyon « avec un pouvoir de commander » et « pour nous remettre au chemin d’ou nous estions desvoyés et pour remedier a tant de maulx que la guerre civille nous a faict »132. Plus décisif encore est le témoignage de l’auteur de l’un des mémoires anonymes rédigés avant l’arrivée du roi à Lyon, en septembre 1595. Constatant que la jus-tice était « lasche et molle », il demandait d’envoyer une chambre du parlement ou deux commissaires133. C’était cet intendant de justice que la ville réclama si souvent dans cette période. Or Bellièvre, à cette date, était encore à Lyon ! Un an après, à peine, le consulat confiait à Thomé : « Quant aux grandz Jours ils nous demeurerons infructueux s’il ne demeure ung ou deux surintendans en la justice »134; en 1597, attendant de Vic, chargé de réduire les dettes de la ville, le consulat, à plusieurs reprises réclama à ses députés en cour d’activer la venue du « Sieur de Vic, nostre commissaire »135. Jamais ils ne firent, dans ces deux cas, allusion au rôle de Bellièvre. Si nous voulons achever la comparaison avec de Vic, ajoutons qu’à plusieurs reprises, et en dehors de sa commission, le roi lui donna le titre d’intendant : le 28 novembre 1597, un arrêt du conseil renvoyait une requête du consulat de Lyon relative à des questions financières à de Vic, « Conseiller en son Conseil d’Estat, commis et deputé pour se transporter audict Lyon, Intendant de la justice et des affaires de Sa Majesté »136. Le 31 octobre 1598, le roi le renvoya à Lyon « pour y continuer sa charge d’intendant de nostre justice »137. Comment, dans ces conditions, ne fit-on jamais allusion à de pareilles fonctions à propos de Bellièvre ? Comment ne l’appela-t-on que conseiller du roi, jamais commissaire ni intendant ? C’est vraisemblablement qu’il n’en était pas un.

79Mais ces considérations portent sur des titres, sur des formules et des termes juridiques ; elles sont accessoires. Attachons-nous plutôt à examiner le rôle et l’action de Bellièvre dans la réalité des faits.

80Quand il fut désigné pour se rendre à Lyon, Bellièvre avait derrière lui un long passé, rempli nous l’avons vu, des plus hautes fonctions. Ses missions, à l’intérieur ou à l’extérieur du royaume avaient toutes présenté un caractère diplomatique. Sa charge de président au parlement de Paris ne l’avait pas empêché d’aller en ambassade aux Pays-Bas. C’était un politique. Ancien surintendant des finances, ayant représenté le roi à Suresnes en 1593, il avait accédé aux plus hautes fonctions de l’État et devait moins de cinq ans plus tard être nommé chancelier. L’un des créateurs de la politique royale dans ses conceptions les plus amples, c’était un homme de gouvernement.

81Ce furent ces raisons, précisément, qui le firent envoyer à Lyon. Il y joua le rôle d’un relai du pouvoir central dans la diplomatie royale. Les historiens ont pressenti ce que ses fonctions eurent de particulier :

  • 138 Gabriel Hanotaux, Origines de linstitution…, op. cit., p. 60.

L’autorité personnelle du futur chancelier, l’estime que faisait de lui Henri IV lui donnèrent, en réalité une autorité supérieure à celle qu’avaient les autres intendants à cette époque. Les volumes des Lettres missives sont remplies des lettres qu’Henri IV lui adressait pour le réglement des plus importantes affaires. Il contribua beaucoup à la pacification de tout le midi de la France138.

  • 139 Roger Doucet, Institutions de la France …, op. cit., t. I, p. 435.

82M. R. Doucet reconnait également que son autorité « s’étendait, semble-t-il, sur les provinces voisines »139. Son importance fut en réalité immense. Nous nous reporterons un peu plus haut, nous nous souviendrons que le rôle de Bellièvre à Lyon dépassa de beaucoup les simples affaires lyonnaises. Il fut bien plus qu’un simple délégué du conseil du roi, comme l’étaient les intendants ; il en transporta en sa personne l’autorité à Lyon.

  • 140 Arch. dép. Rhône, B audiences, novembre 1594-février 1595.

83Intendant de justice ? Pourquoi alors n’assista-t-il pas à une seule des audiences de la sénéchaussée, pas même à la séance de rentrée140, le 15 novembre 1594 ? Pourquoi ne s’occupa-t-il de justice qu’à l’occasion des complots ; action, on en conviendra aisément, plus politique que judiciaire ?

  • 141 Arch. dép. Rhône, C 530, fol. 104v, le 10 juillet 1594.
  • 142 Ibid., fol. 142, le 21 octobre.
  • 143 C’est ainsi qu’il intervint, le 1er juillet, lors du retour de la douane dans les finances du roi. (...)

84Intendant de finances ? Pourquoi alors ne parut-il pas une seule fois, dans toute l’année 1594, au bureau des finances de Lyon ? Il s’occupa, à vrai dire, davantage de ces questions ; mais il est bon de distinguer. Il intervint deux fois seulement dans le fonctionnement normal de la recette générale : la première pour faire verser entre les mains du receveur général des finances les sommes perçues par le receveur général de la douane141. La seconde pour faire verser entre les mains du même receveur général des finances les sommes correspondant aux quartiers de juillet et d’octobre des rentes assignées sur la recette des tailles de Beaujolais142. Toutes ses autres interventions en matière financière eurent trait au payement des troupes et au financement des opérations militaires. Elles furent même assez nombreuses en ce domaine : solde des capitaines, réclamations au roi, impositions sur la ville ou emprunts à l’échevinage. Il s’occupa, de tout ce qui pouvait permettre le progrès des armées du roi. Prise isolément, cette série de faits n’apprendrait que peu de choses. Si l’on songe que ce fut presqu’à ces seules occasions qu’il s’occupa des finances, ses interventions en cette matière apparaissent plutôt comme une excroissance de son rôle politique que comme le point essentiel de sa mission. Il se désintéressa des autres questions et renvoya par exemple aux trésoriers généraux de France les requêtes des paroisses relatives à la taille ou à des remboursements à obtenir. Il donna parfois son avis sur d’autres questions, mais toujours sollicité par les gens de finances, non spontanément143. Quant aux finances de la ville, il ne s’en occupa que pour y prendre de l’argent, pour la guerre toujours ; et pour vérifier les dettes, à l’extrême fin de son séjour, lors du passage du roi. Les finances ne l’intéressèrent que dans la mesure où elles influencèrent la politique. Il n’entreprit en aucune façon le réglement général des difficultés financières de la ville ni de la généralité. Cela n’était pas son affaire ; ce devait être celle de de Vic, un intendant.

  • 144 Comme celle de faire rentrer à Lyon les suspects. Ce fut à lui toujours (et à Ornano parfois) que (...)
  • 145 Henri de Frondeville, « Le premier intendant de Justice », Normannia, 1936, t. 9, p. 9-12.
  • 146 Séverin Canal, « Les origines de l’intendance de Bretagne. Essai sur les relations de la Bretagne (...)

85Un intendant, Bellièvre ? Quel est donc l’intendant qui, au xvie siècle avait dans son passé une présidence au parlement de Paris et la surintendance des finances ? Qui pendant ses fonctions, supplanta à tel point le « gouverneur » que ce dernier eut besoin de son autorisation pour trouver de l’argent pour ses troupes ; qui compta parmi ses attributions effectives des fonctions formellement réservées au gouverneur144 ; qui fut toujours secondé, accompagné comme par un subordonné immédiat, par le lieutenant général du gouverneur ; qui ne s’occupa de justice et de finances que pour mener la guerre ; qui enseignait leur devoir à un connétable, et aux gouverneurs de la région ; qui conservait un rôle actif comme conseiller du roi dans les affaires les plus importantes du royaume ; qui recevait les ambassadeurs et les légats et traitait avec eux en tant que ministre ? Ce ne fut pas un Le Camus de Jambeville, auxiliaire fidèle du gouverneur de Normandie chargé de l’exécution de plusieurs missions de petite envergure (recouvrement de gabelles, contrôle de l’administration des élus...)145, ni même un Turquant, lui aussi subordonné au commandant en chef et seulement agent d’exécution en Bretagne des volontés royales146.

  • 147 Jacques Permezel, La Politique financière…, op. cit., p. 15.
  • 148 Maurice Pallasse, La sénéchaussée …, op. cit., p. 396-397.

86Bellièvre ne fut pas un agent d’exécution, comme l’étaient les intendants. Ce fut un conseiller du roi, un membre du gouvernement en mission. On ne peut assimiler son rôle à celui d’un intendant. Cela semble d’ailleurs avoir été pressenti par M. Permezel quand, étudiant le rôle financier des intendants à Lyon, il ne commence qu’avec Méry de Vic ; « auparavant », explique-t-il, « Henri IV avait bien envoyé Pomponne de Bellièvre et Forget, mais leur mission temporaire, dans la période de la Ligue, avait eu un caractère plus spécialement politique qu’administratif et financier »147. M.  Pallasse semble bien aussi l’avoir vu, lui qui, à propos de Bellièvre, ne prononce pour ainsi dire pas le mot d’intendant, et qui s’applique à faire ressortir le parallélisme des fonctions d’Ornano et de Bellièvre. Il va jusqu’à en faire des « collègues »148.

87Voulant gagner du temps, Henri IV avait partagé le gouvernement entre deux personnages dont Bellièvre, qui eut des fonctions plus larges mêmes que celles d’un gouverneur normal. À partir de septembre 1595, on put revenir à des institutions régulières. Un certain nombre de questions diplomatiques étaient réglées, le séjour du roi à Lyon assurait une relative tranquillité à une large part du Sud-Est, et, comme le roi l’avait toujours promis, il amenait avec lui un gouverneur. Bellièvre n’avait plus de raison de rester à Lyon. Sa mission cessa donc. Lui chercherons nous un titre ? Nous n’en trouverions pas, car elle est inclassable, et de nature foncièrement différente de toutes celles qui entrent dans un cadre d’institutions connues et fixes. S’il fallait lui chercher des points de comparaison, c’est à la mission en Lyonnais de Birague, en 1564, que nous ferait penser celle de Bellièvre. Birague, de robe longue, conseiller du roi en son conseil privé, président au parlement de Turin, chancelier huit ans après, à la suite de l’occupation protestante de 1562-1563

  • 149 Ibid., p. 23.

fut pourvu de l’état de lieutenant-général au gouvernement de la ville de Lyon et pays de Lyonnais et de Beaujolais [...] pour assurer une unité d’action, où se rencontraient la décision éxécutoire d’un chef d’armée avec la compétence et les formes de l’administration de la justice
[...] assemblage de pouvoirs que les juristes du temps auraient désavoué, s’ils n’avaient été attribués à un homme de robe longue, chef d’une cour souveraine149.

88L’analogie ne doit pas être poussée jusqu’à l’identification, mais elle ne doit pas cependant nous échapper. Or jamais Birague n’a passé pour un intendant. Envoyé extraordinaire dans des circonstances sortant de l’ordinaire, Bellièvre fut l’un de ces commissaires auxquels fit si souvent appel la monarchie. Comme tous les commissaires, il contribua à la naissance de cette nouvelle institution des intendants, mais on ne peut y assimiler sa mission.

89Nous devons nous résoudre à cette imprécision. Est-elle moins scientifique qu’un étiquetage excessif ? Serre-t-elle la réalité de moins près ?

Notes

1 Arch. mun. Lyon, AA 139 ; AA 140 (classé par erreur au 28 mai 1595).

2 Cf. Annexe 1, n° 4.

3 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 130.

4 Ibid., fol. 156.

5 Bibl. nat. France, Dupuy 64, fol. 7, lettre de Bellièvre au roi, 24 juin.

6 Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 212, lettre de Bellièvre au roi, 12 janvier.

7 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol 18v, le 23 février 1595.

8 Arch. dép. Rhône, C 530, fol. 129, le 22 septembre 1594.

9 Arch. mun. Lyon, BB 131, ff. 211v, 219v-220v, le 8 octobre, le 17 novembre 1594.

10 Arch. mun. Lyon, B 131, fol. 185v, le 31 juillet.

11 Ibid., ff. 223v-224.

12 Ibid., fol. 170v ; arch. mun. Lyon, AA 140.

13 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 18v.

14 Arch. dép. Rhône, C 530, ff. 121v, 129.

15 Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 160v.

16 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 184.

17 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 18v.

18 Arch. mun. Lyon, BB. 132, fol. 72.

19 Arch. mun. Lyon, AA 140, le 10 juillet 1595 (classé à la date du 20 juillet).

20 Antoine Péricaud, Notes et documents…, op. cit., à sa date.

21 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 55v.

22 Cf. Annexe 2 : Buysson, de Mury, Malézieux, Regnauld.

23 Cf. Annexe 1, n° 16.

24 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 163.

25 Arch. mun. Lyon, AA 44, fol. 75.

26 Ibid. ; Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 60.

27 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 182v : le 24 juillet 1594, les échevins constatant que les ennemis pouvaient facilement sortir des munitions de la ville en obtenant séparément des autorisations de Gadagne, d’Ornano ou de chaque échevin décidèrent de n’accorder lesdites autorisations que réunis en consulat et demandèrent à Ornano et Gadagne de leur renvoyer les demandes d’autorisation. Le 3 janvier 1595, ils renouvelèrent l’interdiction de vendre de la poudre à canon ailleurs qu’aux Terreaux (Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 2).

28 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 28.

29 Arch. mun. Lyon, EE 3, n° 43 ; EE 5, n° 7 (impr.).

30 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 187 : réclamation à Saint-Julien, août 1594.

31 Ibid., fol 218, le 15 novembre.

32 Arch. mun. Lyon, BB 132, ff. 28v-29. Les marchandises remontant le Rhône devaient à Andance passer sur la rive gauche, regagner Moras et, de là, Lyon.

33 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 206v, le 30 septembre.

34 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 187v, le 9 août 1594. Laurent fut chargé d’examiner les réglements présentés au présidial par les tanneurs.

35 Ibid., fol. 207.

36 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 19v.

37 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 187v.

38 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 33v.

39 Arch. mun. Lyon, AA 140.

40 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 53.

41 Gabriel Hanotaux, Origines de linstitution…, op. cit., p. 60 : « Il contribua beaucoup à la pacification de tout le midi de la France. » ; Roger Doucet, Finances municipales..., op. cit., t. I, p. 435 : « Bellièvre, délégué en Lyonnais et dont l’autorité s’étendait, semble-t-il, sur les provinces voisines ».

42 Bibl. nat. France, Dupuy 64, ff. 11-12.

43 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 119.

44 Bibl. nat. France, Fr. 15 893, ff. 177 et 179.

45 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 140.

46 Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 191 ; Dupuy 64, fol. 31.

47 Ibid., ff. 196 et 203.

48 Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 290 ; Fr. 3952, fol. 343v ; Bulletin de la Soc. dHist. de France (Documents), 1835, t. 2, p. 267.

49 Bibl. nat. France, Fr. 15 893, ff. 169, 175, 236.

50 Bibl. nat. France, Dupuy 64, fol. 23.

51 Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 217v.

52 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 218 (Eugène Halphen, Lettres inédites…, op. cit., p. 148).

53 Ibid., fol. 292 et voir Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives…, op. cit., t. IX, p. 411.

54 Bibl. nat. France, Fr. 23 195, fol. 121, lettre au roi, janvier ; Fr. 15 893, fol. 175, lettre du 22 sept ; Fr. 15 893, fol. 213, 24 décembre ; Eugène Halphen, Lettres inédites…, op. cit., p. 106, 112, 30 septembre et 10 octobre.

55 Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 182.

56 Eugène Halphen, Lettres inédites…, op. cit., p. 112.

57 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 216 ; Eugène Halphen, Lettres inédites…, op. cit., p. 144.

58 Eugène Halphen, Lettres inédites…, op. cit., p. 174.

59 Bibl. nat. France, Fr. 3547, fol. 35.

60 Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol 199.

61 Ibid., fol. 226, le 14 février 1595.

62 Eugène Halphen, Lettres inédites…, op. cit., p. 72 et 105, lettre du roi à Bellièvre, 13 juillet et 30 septembre 1594. Voir aussi O. Reure, Épisodes des guerres de la Ligue, p. 12-23.

63 Bibl. nat. France, Fr. 3547, fol. 35, op. cit.

64 Bibl. nat. France, Fr. 3622, fol. 142, le 18 novembre.

65 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, le 26 octobre ; Eugène Halphen, Lettres inédites…, op. cit., p. 115, le 7 novembre ; ibid., fol. 155 ; Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives…, op. cit., t. IX, p. 406.

66 Arch. mun. Lyon, AA 24, fol. 86 ; Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives…, op. cit., t. IX, t. I, p. 267.

67 Le consulat leur offrit un souper [Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 3v], du vin [fol. 17v], du linge [ibid.], et de la musique [fol. 87]. On sait que les particuliers leur firent fête.

68 Bibl. nat. France, Ital. 1743, fol. 148v. Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 211, lettre, de Bellièvre au roi, 3 janvier ; Bibl. nat. France, Clair. 1146, fol. 114, à Villeroy ; Bibl. nat. France, Ital. 1743, fol. 178, dépêche des ambassadeurs, 21 janvier ; Bibl. nat. France, Fr. 15 576, fol. 189, lettre du roi à Bellièvre, 13 janvier.

69 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 17 ; Berger de Xivrey, Lettres missives, op. cit. t. IX, p. 405.

70 Bibl. nat. France, Fr. 3622, ff. 119-120v.

71 Ibid.

72 Bibl. nat. France, Fr. 3622, fol. 121, lettre de Bellièvre à Nevers, 29 septembre ; ibid., fol. 137, lettre de Nevers, 10 novembre ; ibid., fol. 141, 15 novembre.

73 Ibid., fol. 142.

74 Bibl. nat. France, Dupuy 64, fol. 58v.

75 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 231 et Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives…, op. cit., t. IX, p. 409, lettre du roi à Bellièvre, 16 mars 1595.

76 Henri Fouqueray, Histoire de la compagnie de Jésus..., op. cit, t. 2, p. 438. Pierre Matthieu la situe sans raison en septembre 1595 [Pierre Matthieu, Histoire de Henri IV, 1631, p. 210].

77 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 134.

78 Bibl. nat. France, Fr. 15 576, fol. 68, lettre de Forget à X..., 4 avril 1595.

79 Eugène Halphen, Lettres inédites…, op. cit., p. 177, et Arch. mun. Lyon, AA 21, fol. 15, lettre du roi au consulat, 3 mai 1595.

80 Bibl. nat. France, Fr. 3622, fol. 123v.

81 Ibid. : fol. 137v, le 10 novembre.

82 Bibl. nat. France, Fr. 3622, fol. 142.

83 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 169, lettre du roi à Bellièvre, 25 novembre ; Bibl. nat. France, Fr. 3622, fol. 150v, lettre du duc de Nevers à Bellièvre, 3 décembre.

84 Bibl. nat. France, Fr. 15 893, ff. 224-225v.

85 Voir p. 171. Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 331 et Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives…, op. cit., t. IX, p. 409, le 16 mars.

86 Voir, p. 196. Il aurait même été, avec Schomberg et Hurault de Cheverny, l’un des rédacteurs de la procuration de Marguerite de Valois pour demander la dissolution de son mariage [Pauline de Witt née Guizot (éd.), Mémoires de Madame de Mornay, publiées avec les variantes et accompagnées de lettres inédites de M. et de Mme Du Plessis-Mornay et de leurs enfants, Paris, Renouard, 1869-1869, t. I, p. 279].

87 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 212v.

88 Bibl. nat. France, Fr. 15 576, fol. 74 et Eugène Halphen, Lettres inédites…, op. cit., Le 26 avril 1595.

89 Bibl. nat. France, Fr. 513, fol. 505v.

90 Notes inédites relatives à lhistoire de Lyon…, op. cit., p. 173. Confirmé par lettre de Bellièvre à Montmorency, de Cône, le 28 octobre [Bibl. nat. France, Fr. 3556, fol. 35].

91 Cf. Annexe 1, n° 13.

92 Arch. mun. Lyon, AA 140.

93 Arch. mun. Lyon, AA 141, le 4 octobre 1596.

94 Ibid., le 22 septembre 1597.

95 Arch. mun. Lyon, AA 44, fol. 47, le 3 octobre 1597 ; AA 153, fol. 7, le 11 octobre 1597.

96 Solde des suisses, 24. octobre 1596 [Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 357].

97 Situation à Lyon, 7 avril 1597 [Bibl. nat. France, Fr. 15 911, fol. 30].

98 De 1600 à 1602 [Bibl. nat. France, Fr. 15 900, ff. 317, 333, 350, 374, 394].

99 Ibid., 1601 : fol. 358.

100 Bibl. nat. France, Fr. 15 897, fol. 173, le 14 août 1601.

101 Bibl. nat. France, Fr. 15 899, ff. 589, 591. 1603-1604 : ff. 595, 597, 599, 601, pour l’année 1602

102 Bibl. nat. France, Fr. 15 900, ff. 345, 353, Croppet et Haglioni, 1601.

103 Arch. mun. Lyon, EE 5, n°6 (impr.).

104 Arch. dép. Rhône, C 530, fol. 158, ordre de payer 40 écus à Pierre Thévenard, sur les deniers du roi, 14 juillet 1594.

105 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 185v, désignation d’Étienne Natarel pour commander à Pierre Scize, le 31 juillet 1594.

106 Ibid., fol. 217v.

107 Ibid., fol. 192, le 11 août 1594.

108 Bibl. nat. France, Dupuy 64, fol. 49, le 15 novembre.

109 Ibid., fol. 50, le 18 novembre Ornano était à Moras, et non à Morancé, comme l’indique faussement le catalogue du fonds Dupuy. La lettre est datée du 18 et non du 8 novembre.

110 Eugène Halphen, Lettres inédites…, op. cit., p. 134, lettre à Bellièvre, 26 novembre.

111 Arch. mun. Lyon, AA 38, n° 208.

112 Arch. mun. Lyon, AA 140, lettre du 20 avril 1595 (demande à Ornano de revenir à Lyon), du 26 avril (félicitations pour la prise de Vienne), du 30 juin (félicitations pour la campagne en Forez).

113 Voir p. 133.

114 Voir p. 128 et 140.

115 Voir, p. 163.

116 Gabriel Hanotaux, Origines de linstitution…, op. cit., p. 55-57.

117 Georges Pagès, « Essai sur l’évolution des institutions administratives en France du commencement du xvie siècle à la fin du xviie siècle », Revue dHistoire Moderne, 1932, t. 7, n°1, p. 8-60, et n°2, p. 41, n. 1 et p. 42 ; Roger Doucet, Les institutions de la France au xvie siècle, Paris, Picard, 1948 t. I, p. 433.

118 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 87, Lettre du roi à X..., 11 mai 1594 ; Berger de Xivrey, Lettres missives, op. cit. t. IX, p. 397.

119 Si elle a existé, elle ne fut pas enregistrée à la sénéchaussée, comme celles des autres commissaires royaux dans la seconde moitié du siècle. Voir à ce sujet Maurice Pallasse, La sénéchaussée …, op. cit., p. 419-448.

120 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 90 (en quatre expéditions). Gabriel Hanotaux, Origines de linstitution…, op. cit., p. 232.

121 Ibid.

122 Arch. mun. Lyon, AA 24, fol. 77, 24 juin 1594 ; Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives…, op. cit., t. IV, p. 181.

123 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 109, juillet ; Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives…, op. cit., t. IX, p. 398.

124 Arch. mun. Lyon, AA 44, fol. 53, lettre au roi.

125 Maurice Pallasse, La sénéchaussée…, op. cit., p. 396.

126 Paul Viollet, « Le roi et ses ministres pendant les trois derniers siècles de la monarchie », Revue dhistoire moderne et contemporaine, 1913, 18-4, p. 530.

127 Arch. dép. Rhône, C 530, fol. 161, par le bureau des finances, 2 décembre 1594 ; par Claude de Rubys, Histoire veritable de la ville de Lyon..., op. cit., p. 449.

128 Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives…, op. cit., t. II ; Eugène Halphen, Lettres inédites…, op. cit.

129 Arch. dép. Rhône, C 412, fol. 8.

130 Arch. dép. Rhône, C 530, fol. 104.

131 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 163.

132 Bibl. mun. Lyon, ms. (fds. général) 1477, ff. 50 et 50v, harangue de Villars.

133 Bibl. nat. France, Fr. 16 661, fol. 420v.

134 Arch. mun. Lyon, AA 140, le 15 octobre 1596. Voir aussi les instructions à Thomé, 1er juin 1596 [Arch. mun. Lyon, BB 133, fol. 94].

135 Par exemple le 12 août 1597 [Arch. mun. Lyon, AA 153, fol. 20].

136 Arch. nat. France, E IB, fol. 291v. ; Noël Valois, Inventaire des arrêts du conseil du roi (Henri IV), Paris, Imprimerie nationale, 1886, n° 4135.

137 Arch. mun. Lyon, AA 24, fol. 98, lettre du roi au consulat ; Antoine Péricaud, Notes et documents…, op. cit., à sa date.

138 Gabriel Hanotaux, Origines de linstitution…, op. cit., p. 60.

139 Roger Doucet, Institutions de la France …, op. cit., t. I, p. 435.

140 Arch. dép. Rhône, B audiences, novembre 1594-février 1595.

141 Arch. dép. Rhône, C 530, fol. 104v, le 10 juillet 1594.

142 Ibid., fol. 142, le 21 octobre.

143 C’est ainsi qu’il intervint, le 1er juillet, lors du retour de la douane dans les finances du roi. De même il confirma sur leur demande aux trésoriers généraux qu’il fallait faire rentrer les protestants en possession de leurs biens [Arch. dép. Rhône, C 530, fol. 104].

144 Comme celle de faire rentrer à Lyon les suspects. Ce fut à lui toujours (et à Ornano parfois) que le roi donna cette mission. L’article 20 de l’édit de réduction prévoyait qu’elle reviendrait au gouverneur.

145 Henri de Frondeville, « Le premier intendant de Justice », Normannia, 1936, t. 9, p. 9-12.

146 Séverin Canal, « Les origines de l’intendance de Bretagne. Essai sur les relations de la Bretagne avec le pouvoir central », Annales de Bretagne, p. 144.

147 Jacques Permezel, La Politique financière…, op. cit., p. 15.

148 Maurice Pallasse, La sénéchaussée …, op. cit., p. 396-397.

149 Ibid., p. 23.

© LARHRA, 2020

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search