Version classiqueVersion mobile

Le retour de Lyon sous l’autorité royale à la fin des guerres de Religion (1593-1597)

 | 
Henri Hours

Bellièvre

Chapitre III
Les derniers sursauts de la Ligue

Texte intégral

1Jeté par la force des choses au milieu d’un conflit dans lequel il ne pouvait qu’être l’un des combattants, alors que l’absence d’arbitre régulier lui en donnait l’apparence, le consulat, aux mois de mai et juin 1594, se trouvait dans tous les domaines acculé dans une impasse : la question de Nemours, celle des suspects, celle des ordres religieux, toutes en quelque sorte se bloquaient sans que l’on puisse espérer leur donner une solution autrement que par l’intervention supérieure du roi. C’est ce qu’allait rendre possible la présence de Bellièvre.

2En dehors même des conflits politiques proprement dits, plusieurs causes de mécontentement ou tout au moins d’inquiétude, subsistaient dans la population, entre autres, l’arrivée des provisions d’office et la question de leur confirmation, l’exil des suspects, le problème des récompenses ou des réparations.

  • 1 Roland Mousnier, La vénalité des offices…, op. cit., p. 64-65.

3M. R. Mousnier a mis en lumière l’importance qu’eurent, dans les fluctuations politiques pendant les guerres de Religion, les provisions d’offices ; il a montré comment les grands seigneurs de la Ligue purent se maintenir en partie grâce aux clientèles d’officiers qu’ils avaient su se constituer1. Aussi à la Réduction, une grave question se posa-t-elle aux officiers pourvus sous la Ligue : garderaient-ils leurs charges, et leur faudrait-il verser de nouveaux droits pour se faire confirmer ? L’édit de réduction accordé à la ville, dans son article 19, leur apporta toute satisfaction.

  • 2 Arch. dép. Rhône, BP 3647, Livre du roi 1590-97, ff. 83 sq.

4Après la Réduction, aucun officier, sauf un, ne se fit pourvoir avant l’édit2. La situation n’était pas sûre ; ils ne pouvaient sans garantie engager de si lourdes dépenses. Encore l’exception que nous venons de signaler présente-t-elle un caractère nettement politique : il s’agit de Pierre de Pignières qui reçut le 5 mai la charge de lieutenant criminel de robe courte. Or il était à ce moment exilé comme suspect. Quelles tractations recouvre cette provision ? Toutes les autres, au nombre de trente-deux, s’échelonnent dans l’année 1594, en se répartissant selon le tableau qui suit.

Mois Nombre total
de provisions
Confirmations
de provisions ligueuses
mai 1594 14 6 (+ 2 confirmations de lettres d’Henri IV)
juin  5 2
juillet  4 2
août  3 1
septembre 2 0
octobre 2 1
novembre  0 0
décembre 2 0
janvier 1595 0 0
février 3 0
mars 1 1
avril 1 1
mai 3 2
juin 1 0
juillet 2 0

Provisions d’office données à des officiers lyonnais de mai 1594 à juillet 1595

5Par eux-mêmes, ces chiffres ont une éloquence suffisante : après une brusque poussée en mai, la courbe descend rapidement pour s’établir à partir du mois d’août à une moyenne variant de 0 à 3 (si l’on voulait se distraire à calculer cette moyenne pour l’année écoulée d’août 1594 à juillet 1595, elle atteindrait 1,08). Il y avait tout un arriéré d’offices à pourvoir et de désirs à satisfaire qui, comprimés pendant la Ligue et tant que la situation ne fut pas sûre, profitèrent sans attendre des garanties que le roi accorda. Quant à ceux qui avaient été pourvus par Mayenne, leur empressement fut plus grand encore à faire régulariser leur situation : sur 16 confirmations, 10 se situent dans les trois premiers mois, 6 seulement dans les douze suivants.

6Il est possible que toutes ces provisions ne soient pas la conséquence directe de l’édit de réduction (ce qui demeure douteux si l’on considère leur masse subite dans la deuxième quinzaine de mai : la première du mois de mai date du 14) : en effet la première confirmation date du 20 mai, d’autres du 21, d’autres encore du 24. Or ce ne fut que le 24 mai que l’édit fut enregistré au parlement. Même dans ce cas, on constate combien tous ces officiers étaient pressés. Les intrigues auxquelles faisaient allusion pendant leur séjour à la cour les députés de la ville n’étaient pas toutes de caractère politique. Cet article 19 de l’édit de réduction correspondait à un très réel besoin dont la satisfaction contribua sans aucun doute à rassurer les esprits.

  • 3  Eugène Halphen, Lettres inédites…, op. cit., p. 107, lettre du roi, 30 septembre.
  • 4  Il devait davantage s’en occuper pendant son séjour à Lyon.
  • 5  Arch. mun. Lyon, AA 139, lettre du consulat à Ysambert, procureur au parlement, 13 juillet ; BB 13 (...)
  • 6  Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 195, lettre du 25 août 1594.
  • 7  Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 162, requête des marchands suisses au consulat, 23 juin. Ces argumen (...)

7Le problème des réparations et des récompenses subsistait. Certains seigneurs recevaient du roi la récompense de leurs services ; Bellièvre était chargé de verser les 12 000 l. accordés à Anne d’Urfé3. Mais tout cela ne touchait pas la ville ; les bourgeois continuaient à craindre de ne jamais revoir l’argent versé à Nemours. En cela, l’édit de réduction ne pouvait les tranquilliser. De plus en plus la question échappait au roi, qui d’ailleurs la laissait tomber4 pour se résoudre en une série de procès : procès intenté par Du Verdier au consulat pour récupérer les impôts versés de force pendant la Ligue5 ; procès entre Prost et de Mures, le premier défendant ses biens contre le second ; procès entre Demerle et Montmartin au sujet du loyer d’une maison qui avait été occupée par Saint-Sorlin6. En se résolvant ainsi en querelles individuelles, le problème des réparations perdait par là-même son caractère politique. Tombant dans le domaine du droit privé et sous la juridiction des tribunaux ordinaires, il échappait à toute mesure d’ensemble et s’insérant dans un plan général. Il ne contribuait pas au calme des esprits, mais plus dans les circonstances de la vie journalière que dans les convictions politiques. Ces dernières s’estompaient inévitablement dans ces luttes d’intérêt. Si l’on s’accusait d’avoir été ligueur, si l’on éprouvait le besoin de faire sonner bien haut sa fidélité au roi pendant les troubles (même si l’on était étranger !)7, sentant que c’était le courant de l’heure, cela ne suffisait pas pour que l’on continuât à militer dans un parti dont la cause se perdait chaque jour davantage.

  • 8  Arch. mun. Lyon, AA 21, fol. 22 et AA24, fol. 80, le 16 août et le 24 août.
  • 9  Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 187v.
  • 10  Ibid., fol. 190v.

8Restaient les suspects : cette question ne se régla pas tout de suite. Pendant un temps encore, le consulat, encouragé par l’article 20 de l’édit de réduction, continua à en expulser : le 31 juillet, ce fut un tailleur (Coesar) et un commis (Martin) ; le 16 août la femme de Pompeo Porro, le 22 août, celle de Paulo Legio. Henri IV, pendant le mois d’août conseilla par deux fois à la ville de se débarrasser de ces indésirables8 tandis que les échevins projetaient de vastes recherches. Le 8 août9, Henry désigna des notables pour accompagner à cet effet les penons dans chaque quartiers : ils devaient dresser la liste des étrangers (avec la cause et la durée de leur séjour) et celle des « absens » (avec la date de leur départ, le lieu de leur résidence et leurs activités). Le 10 août fut établi un rôle remis le 11 à l’un des mandeurs de la ville chargé de procéder aux expulsions10.

  • 11  Arch. mun. Lyon, AA 49, fol. 403, lettre des députés de la ville au consulat 11 juin. « M. de Bell (...)
  • 12  Arch. mun. Lyon, EE 102, n° 32.
  • 13  Ibid.

9Mais le même article 20 prévoyait aussi que le gouverneur pourrait, sur l’avis des échevins, autoriser certains retours. En conséquence, dans le même temps qu’il recommandait la sévérité de façon générale, le roi demanda à Bellièvre de faire rentrer un certain nombre d’exilés, en demandant chaque fois l’avis du consulat. Avant même d’être arrivé à Lyon, celui-ci avait eu à prendre une décision au sujet des exilés qui cherchaient à rentrer avec lui11. Le 27 il s’occupa de faire déconsigner Regnauld, le 7 septembre il demanda de laisser rentrer Malézieux, le 26 novembre, Benoit de Mury12 ! Les requêtes présentées par les suspects eux-mêmes se multipliaient. Mal informés peut-être, par routine, ils continuaient à les envoyer au consulat qui se montrait peu enthousiaste à leur laisser franchir les murs. Il n’en persista pas moins à délivrer des autorisations temporaires dont profitèrent Albano et Gratiani. De Roddes put même à partir du 22 août circuler librement dans la ville. Ces autorisations furent moins nombreuses que dans les premiers mois qui suivirent la Réduction. Comme il arrive toujours, même aux ligueurs et nemouristes, avaient été expulsés un certain nombre d’inoffensifs qu’il avait bien fallu reconnaître tels. D’autre part, en dépit du nombre considérable d’ennemis que les notables et les agents du roi déclaraient craindre, en dépit des conseils de sévérité du roi (qui ne se renouvelèrent pas après le mois d’août), il était impossible de chasser trop de monde. La situation sur ce point se stabilisa donc. Dans les trois derniers mois de 1594, l’urgence du problème paraît s’être estompée. En décembre encore Étienne de La Barge, vicaire général, fut expulsé ; ce fut à notre connaissance le dernier. Et si les archives de la ville nous conservent une liste dressée en 1595 d’indésirables à chasser, ce n’é-taient pas à proprement parler des suspects, mais des étrangers : tous étaient savoyards ou piémontais13. Cette mesure s’insérait donc dans la poursuite de la guerre étrangère.

10Bellièvre, à son arrivée, dans une lettre au roi du 24 juin 1594, avait la volonté de juger favorablement les Lyonnais.

  • 14  Bibl. nat. France, Dupuy 64, fol. 8v.

Sire, nous avons trouvé ceste ville aultant affectionnée a vous servir qu’el aye esté oncques a roy qui luy aye commandé. Il ne se peult rien adiouxter a l’affection qu’ilz portent a vostre persone, dont tous les iours ilz font nouvelle demonstration. Ilz y attendent vostre venue en grande devotion pour la craint qu’ilz ont.14

11Mais il ne pouvait pas ne pas s’être rendu compte que la population était loin de partager toutes ces convictions ; l’hostilité à laquelle s’était heurté le consulat ne s’était pas évanouie par la seule vertu de sa présence. C’est par crainte de la complicité qu’eût pu rencontrer en la ville une entreprise en faveur de Nemours que Gadagne et Villars vinrent, le 22 juin, réclamer au consulat des mesures de sécurité spéciales pour les fêtes de la saint Jean. Le 28 juin, Gadagne revint trouver les échevins pour leur demander de se garder des nombreux factieux qui rentraient dans la ville à la faveur des pourparlers avec Nemours. Les députés « en font journellement venir d’aultres de la mesme condiction ». Plusieurs étaient venus

soubz pretexte des festes de la st Jehan dernieres et de la foyre annuelle qui se tient aud. temps, […] semans journellement des discordes.
Il se fet diverses assemblées en ceste ville et mesmes la nuict soubz pretexte de bal et danse ou il se peult traicter de très mauvaises affaires.

  • 15  Arch. mun. Lyon, BB 131, ff. 162v-163.

12Il fallait de toute urgence y remédier. Le consulat répliqua « que c’estoient toutes affaires qui dependoient du gouverneur de ceste ville a quoy luy appartient de pourveoir comme lieutenant en icelle, et a Monsieur de Bellievre ». Ils se rendirent en chœur chez ce dernier. Il ne pouvait plus maintenant ignorer la situation15.

  • 16  Cité dans Henri Fouqueray, Histoire de la compagnie de Jésus..., op. cit., t. II, p. 271.

13Sans doute la lutte contre les suspects, à la longue, portait-elle ses fruits : les ligueurs, intimidés, n’osaient plus s’agiter de façon excessive. Le père Coissard, le 3 juillet, écrivait à son supérieur : « Nos amis ou bien quittent la ville ou sont tellement terrorisés qu’ils n’osent dire un mot »16. Le même jour, Ornano à l’assemblée convoquée par Bellièvre sur le fait de la trêve déclarait :

  • 17  Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 75.

L’on parle des huguenots […] Ils sont en sy petit nombre qu’il n’y a nul subiect de les apprehender, et ne fault que la dessus on fasse fondz […] Ceulx de la Ligue sont faybles. [On ne devrait] plus jamais parler de telles barricades et de la Ligue et qu’il en fault abolir la memoyre et qu’il n’y a nulle occasion d’en plus parler.17

  • 18  Bibl. nat. France, Dupuy 64, fol. 14, lettre au roi.
  • 19  Bibl. nat. France, Fr. 23 990, Canault, Vie de Alfonso dOrnano, p. 208.

14En outre, dans la population, l’hostilité à Nemours, sinon à la Ligue, restait forte. Bellièvre, le 12 juillet, disait même craindre un mouvement contre lui « Et si nous ne le [le peuple] contenions, cela pourrait estre desia faict18 ». C’est sans doute à cet état des esprits qu’il faut attribuer le peu de réaction provoqué sur le moment dans la ville par l’évasion de Nemours. Canault nous dit qu’Ornano son maître se trouva d’accord avec Bellièvre sur le fait qu’il n’eut dans Lyon aucune complicité à cette fuite19. Celui-ci, dans la lettre où il annonçait au roi l’évènement, disait que cette évasion était

  • 20  Bibl. nat. France, Fr. 15 912, fol. 18v, lettre de Bellièvre, 29 juillet.

advenue par la bestise des personnes ordonnées pour estre continuellement en sa chambre, avoir l’œil jour et nuict sur luy a ce qu’il ne peut evader, qui n’ont sceu dire aultre excuse que de leur faulte, car de corruption, nous ne l’appercevons pas.20

15Les conditions dans lesquelles se sauva Nemours rendent très vraisemblable cette opinion : il suffisait que son serviteur lui fût dévoué et que Saint-Sorlin eût été averti.

  • 21  Jean-Hippolyte Mariéjol, Charles-Emmanuel…, op. cit., p. 255.
  • 22  Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 194v.
  • 23  Bibl. nat. France, Fr. 15 575, fol. 183, lettre de La Violette au roi, 1er août.

16De là à dire que la ville resta calme, ne bougea pas « par peur », ou « par surprise »21, il n’y a qu’un pas. Et cependant, dès le 31 juillet, le consulat chassait deux hommes (Coesar et Martin) « qui travaillent ouvertement pour mons. le duc de Nemours » et constatait qu’une « grande partye des ecclesiastiques mal affectionnés au service du roy sont armez contre leur profession22 ». L’opinion courante était que l’Espagnol avait à Lyon « sans doubte beaucoup d’intelligences23 ». Et si le 2 août, Pierre Allard éprouva le besoin de prononcer dans la chapelle des pénitents blancs l’oraison funèbre de Henri III, était-ce un hasard ? il semble que le consulat ait craint à ce moment un mouvement.

  • 24  Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 297, note de la main de Bellièvre, 1595.
  • 25  Bibl. nat. France, B 131, fol. 192. La date donnée par les Notes inédites relatives à lhistoire d (...)
  • 26  Ibid., p. 168. Le lendemain 25, le consulat écrit au roi que la ville vient d’échapper à un grave (...)
  • 27 Arch. mun. Lyon, EE 26, n° 4.

17Il se produisit en effet. Dans les dix premiers jours du mois d’août, le capitaine Chazelles, de Forez, organisateur d’un complot contre la sûreté de la ville, fut pendu « sur scene ». Deux personnages l’avaient dénoncé qui reçurent par la suite la récompense de leur trahison24. L’affaire eut lieu avant le 11 août, puisque ce jour-là Polaillon, qui faisait, ce mois, fonctions de sergent--major en prit occasion pour exhorter les penons à plus de vigilance25. Le 24 août26, en relation peut-être avec le premier, fut découvert un second complot. Il s’agissait de Bayard, penon du quartier de la Rue-neuve27 qui avait projeté de faire descendre des Savoyards dans la ville par des radeaux sur le Rhône. C’est encore Mocenigo qui nous donne le plus de renseignements :

  • 28  Bibl. nat. France, Ital.1743, ff. 89v-90, dépêche du 14 septembre.

laltro hieri un corriere espedito di Lione dava comto come si era scoperta una congiura contra il signore Alfonso corso per impatronirsi della sua persona, per intentione poi di rendere quella città al duca di Nemurs, che erano stato presi, et tormentati alcuni, dai quali si scopriva che per la via del fiume deveva il duca con molta gente di Savogia sorprendere la terra28.

  • 29  Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 113 ; Berger de Xivrey, Lettres missives…, op. cit., t. IX, p. (...)

18Ce complot-ci était certainement en relation directe avec l’évasion de Nemours. Les délateurs, cette fois, ne demandèrent rien, sauf un certain Jean d’Alenson, Savoyard, qui dut pour cela quitter son pays et perdit tous ses biens. Bellièvre, comme le reconnaissait le consulat dans sa lettre au roi, eut dans la répression un très grand rôle. Il avait en effet reçu du roi la mission de veiller à la sureté de la ville : « Ce sont les praticques et menées qui sont le plus a craindre, et a quoy je vous prie d’employer vostre principal soing »29. Il devait recevoir par la suite cette autre exhortation :

  • 30  Eugène Halphen, Lettres inédites…, op. cit., p. 92, 23 août.

je vous prie cependant de veiller songneusement a descouvrir les practiques qui se font en lad. ville, qui est ce qui est le plus a craindre, et a quoy les remedes de la rigueur sont beaucoup plus propres que ceux de la connivence, et vous prie discontinuer un peu les ungs pour vous accomoder en ceste occasion icy aulx aultres.30

19Nous ne savons quel fut le sort de Bayard ; on peut penser qu’il fut exécuté. Bellièvre, le 6 septembre se plaignit de la faiblesse des juges mais il n’est pas sûr que ce soit à propos du dernier complot :

  • 31  Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 162v, lettre au roi.

il est besoing, sire, que voz juges soient admonestez d’user plus de dilligence a la saisie des biens des rebelles qu’ils n’ont faict jusques a present. J’estime que Monsieur de Vic aura dict a Vostre Majesté que presque tous ceulx qui se trouvent près de Monsieur de Nemoux joissent de leurs biens qu’ils ont ès lieux qui vous obeissent aveq plus de commodité que ne font voz meilleurs serviteurs.31

  • 32  Lettre du 11 septembre.
  • 33  Bibl. nat. France, AA 24, fol. 80 (original) ; Berger de Xivrey, Lettres missives…, op. cit., t. I (...)

20Cependant, quelle que fût la punition des coupables, il semble que la répression fit réfléchir les insoumis de cœur et contribua fortement à ramener le calme. Le même 6 septembre, Bellièvre, malgré son naturel scrupuleux et craintif pouvait écrire « Quant a l’estat de ceste ville de Lyon, la, graces a Dieu, toutes choses y sont contenues avec le soing que requiert le service de vostre Majesté ». Pour faire encore impression, le consulat fit imprimer par Julliéron et Ancelin la « coppie de la lettre du roy envoyée a messieurs les consuls eschevins de la ville de Lyon »32, où le roi annonçait son arrivée prochaine, ainsi que les lettres des 4 et 24 août33 annonçant la prise de Laon et d’Amiens, de Beauvais et de Neufchatel en Bray.

  • 34  Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 214, réunion consulaire du 24 octobre.
  • 35  Arch. mun. Lyon, EE 106, n° 50.
  • 36  Bibl. nat. France, 15 910, fol. 195.
  • 37  Bibl. nat. France, Fr. 3622, fol. 149, lettre de Bellièvre à Nevers, 8 décembre.
  • 38  Bibl. nat. France, Fr. 3622, fol. 147, lettre au duc de Nevers, 27 novembre. Cette idée se trouve (...)

21Calmée, l’opinion n’en était pas pour autant très fidèle ni très sûre. Les difficultés économiques, la menace des troupes ennemies empêchaient encore de sentir les conséquences de l’apaisement du problème des suspects. Dans les trois derniers mois de l’année ce sont plus des symptômes de découragement que de colère que l’on découvre ; le principal est le manque de soin avec lequel continuait à se prendre la garde34. Le 17 novembre, les penons convoqués par Bellièvre pour se faire chapitrer vinrent en très petit nombre. En dessous, plusieurs habitants agissaient contre le roi ; témoin le billet par lequel, le 15 novembre, Mascrani et Claude Poculot faisaient savoir à Guidi, exilé à Vienne, qu’ils envoyaient à Nemours 2 000 écus35, témoin encore cette note écrite le 19 novembre de la main de Bellièvre sur les agissements d’un jeune prêtre, émissaire de Nemours semble-t-il, qui allait lui porter des lettres à Vienne et annonçait à Lyon son retour prochain36. Des ligueurs entretenaient avec Rome des correspondances : « On escrit icy qu’a Rome, ils sont de bonne voulonté pour accomoder vos afferes ; j’en ay veu des lettres escrites a des ligueûrs »37. Bellièvre, comme il convient, était à nouveau fort inquiet : « il est plus que temps que le roy monte a cheval. Nous sommes a la veille de veoir en ces quartiers une guerre de religion »38.

  • 39  Bibl. nat. France, AA 42, fol. 340, lettre du 10 décembre.

22Ce ne fut cependant pas ce qui se produisit. Le temps approchait maintenant où, selon les statuts municipaux, il allait falloir renouveler le consulat. On craignait qu’à cette occasion des troubles ne se produisissent. Severt, agent de la ville à Paris, faisait part au consulat de l’inquiétude des gens du conseil à ce sujet39 et renouvelait ses avertissements :

  • 40  Ibid., fol 311, lettre du 12 décembre.

La pluspart de Messeigneurs du conseil m’on dict avoir advis qu’il se faict de grandes brigues et menées dans vostre ville pour la nouvelle eslection de Messieurs les eschevins. A quoy ils trouvent, pour beaucoup de legitimes raisons, qu’on ne devroit nullement proceder que le roy ne feust de dela […] et que jusque la, la continuation des vieux est necessaire.40

  • 41  Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 229.

23La solution du conseil consistait à retarder purement et simplement l’élection. Il n’y avait que demi-mal, du point de vue des statuts municipaux. Mais les ordres du roi, absent de Paris, ne pouvaient arriver assez tôt. Après la nomination des nouveaux maîtres des métiers, le 15 décembre (où il n’y eut rien de très notable, sinon le remplacement de trois suspects : Gella, Noyrat et Pillehotte)41, Bellièvre ne voyant rien venir se décida à agir. Il raconta au roi tout au long, le 23 décembre, les détails de son intervention ; bien que la citation soit fort longue, laissons la parler, rien ne remplace les textes.

  • 42  Le 21 décembre tombant cette année là un mercredi, les élections se firent le dimanche 18.
  • 43  Bibl. nat. France, Fr. 23 195, fol. 147v.

Quant a ce que vostre Majesté me commande touchant la creation des eschevins, Sire, je y ay continuellement pensé et avisé avec Monsr. le connestable, mons. de Botheon et aultres voz. principaulx serviteurs ce que requeroit le bien de vostre service. Sire je ne puis nyer que parmy vos serviteurs en ceste ville, il ne y ayt plus d’envyes et d’inimytiés que besoing ne seroit. Vostre Majesté m’a aultresfois mandé de ne me laisser emporter aulx passions qui, Dieu mercy, n’ont pas beaucoup de pouvoir sur moy et ie y ay pensé plus soigneusement pour ne contrevenir a vostre commandement. Veoyant les humeurs de la ville et que la nouvelle creation d’eschevins pourroit engendrer une dangereuse division, par l’advis de mond. sr. le connestable, Monsr. de Botheon et moy allasmes a l’hostel de ville le xviiie de ce moys42 qui est le iour de la creation des eschevins nous proposasmes aux mestres des mestiers d’en vouloir attendre, la creation a vostre venue en ceste ville. Et pour ce que nous savions la crierie que l’on feroit a ceste nouvelle reduction de la ville, si on leur donnait occasion de dire que l’on veult leur ouster la liberté d’eslire et enfraindre leurs privileges, nous declarasmes que vostre majesté trouveroit bon s’ilz continuaient les anciens ; ce qui feut reçu avec un grand applaudissement. Et a la verité, s’il me falloit choisir, je n’estimerais pas de pouvoir fere un choix qui fus plus a vostre service et au contentement du peuple […] La lettre de vostre Majesté pour differer lad. creation fust receue le xxe de ce moys, et lad. creation avait esté le xviiie, deux jours auparavant, tellement que il n y a eu lieu de la presenter, ce que i’eusse faict sy plustost ie l’eusse receue car ie ne sçai desobeir. Mais ie n’eusse pas faict vostre service car oultre l’ennuy et l’importunité que l’on eust faict a vostre Majesté pour ceste nouvelle creation, lorsqu’elle fust icy venue, […] vostre service en eust peu souffrir.43

  • 44  Être consul, c’était avant tout pouvoir rapidement avancer ou se faire prêter par les banquiers de (...)

24De loin les gens du roi à Paris pensaient qu’un simple délai suffirait ; que le roi présent saurait imposer sa volonté. Sur place, connaissant les hommes, Bellièvre se rendit compte, comme les ligueurs un an plus tôt dans de semblables conditions, que le nombre des notables à la fois serviteurs fidèles du roi et susceptibles d’accéder au consulat était faible44. C’est un fait bien connu et mis en vedette par tous les historiens que le milieu des consulaires lyonnais était fort restreint, et après les guerres davantage encore. C’était dans de telles occasions que le phénomène se manifestait. Dès que l’on voulait opérer un tri d’un point de vue politique, soit dans un sens soit dans un autre, on se heurtait à l’étroitesse du recrutement, surtout à cette heure où le quasi-anéantissement du commerce avait fait sauter bien des fortunes. Bellièvre, comme un an plus tôt les ligueurs, avait dû se résoudre à la seule solution possible, le maintien en place des échevins sortants. Solution boiteuse, pis-aller qui ne pourrait se répéter indéfiniment. Pour la quatrième fois en six ans les statuts municipaux étaient violés dans un de leurs articles essentiels : l’élection du consulat par les maîtres des métiers qu’il venait de désigner. L’affaiblissement de la classe des notables du point de vue économique, le rétrécissement numérique des consulaires ne leur permettait pas de résister aux nécessités politiques. Par trois fois la Ligue l’avait emporté sur la ville affaiblie. Avec sa disparition, le roi prenait sa place, et avec lui un pouvoir autrement plus puissant et mieux armé pour écraser toute autonomie. Les notables en sentirent si bien la nécessité, comme leur affaiblissement, qu’ils ne tentèrent même pas une protestation. Ils accueillirent la mesure « avec un grand applaudissement » (tout au moins au dire de Bellièvre). Pourtant le compte-rendu de la séance du 18 décembre ne se trouve pas dans le registre de délibérations. Les consuls, conservateurs traditionnels des libertés lyonnaises refusèrent peut-être d’étaler leur honte ? À moins qu’un simple oubli de scribe puisse expliquer cette lacune (la place fut laissée pour le procès-verbal, mais ne fut pas utilisée).

  • 45  Voir par exemple Roger Doucet, « Le xvie siècle », op. cit., t. 1, p. 39.

25Révélatrice d’autre part est l’attitude de Bellièvre en cette affaire. On y voit se manifester toute la tradition française de la main-mise du pouvoir monarchique sur les villes, et d’écrasement des libertés provinciales et municipales, opérés dans un mépris profond, de la part des hauts fonctionnaires de la royauté, pour les autonomies locales. Dans les trois cas précédents où la même mesure avait été prise à Lyon, c’était la Ligue qui l’avait inspirée, ou plutôt les ligueurs. Et ces ligueurs étaient lyonnais. Ce qui avait pu apparaître jusqu’à présent aux esprits superficiels comme une mesure de nécessité prise librement par les habitants de Lyon, ne pouvait plus signifier maintenant que la soumission définitive et totale au gouvernement royal. Dès ce moment fut consacrée la disparition de l’autonomie consulaire. On saisit maintenant l’importance du rôle de Bellièvre dans cette élection, la justesse et la précision de ses vues comme serviteur de la monarchie, sans pour cela s’interdire de voir la désinvolture de ses procédés. Lassé à l’avance par les « crieries » qu’il prévoyait et méprisait, sachant quelle était sur ce point l’opinion de Henri IV45, partageant celle des membres du conseil, il n’hésita pas, avant d’avoir reçu les ordres du roi, à mettre en avant sa volonté. Cet ordre une fois reçu, ne l’estimant pas parfaitement conforme aux nécessités de l’heure, il le tut et maintint sa décision. Membre important du Conseil et l’un des créateurs de la politique royale, il pouvait, en des cas particuliers, juger de son application mieux que le roi lui-même et ne pas respecter ses ordres à la lettre.

26Le consulat manifesta timidement au roi son mécontentement impuissant :

  • 46  Arch. mun. Lyon, AA 140, lettre au roi 24 décembre.

ceulx de qui l’eslection dependoit nous ont continué en lad. charge, encores, pour toute l’année prochaine. Chose que nous n’eussions jamais acceptée pour estre du tout insupportable a nous qui avons tant souffert, sy nous n’eussions bien veu que ceste commune voix se conformoit a ce que Monsieur le Connestable et messieurs de Bellièvre et de Botheon ont publié de l’intention et desir de vostre Majesté.46

  • 47  Arch. mun. Lyon, BB 131, ff. 154v, 215.
  • 48  Arch. mun. Lyon, BB 132, ff. 3v, 9v, 11v, 22, 32, 48…
  • 49  Arch. mun. Lyon, AA 140, lettre du consulat au roi, 9 janvier 1595. Loubat, élu du Lyonnais, avait (...)
  • 50  Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 219, lettre à Villeroy, 26 janvier.

27Nous avons observé, à la fin de 1594, une certaine détente dans le problème des suspects ; nous avons noté que le problème des réparations échappait pour un temps au domaine directement politique. La répression des complots du mois d’août avait dû refroidir les plus ardents. Aussi, dans les derniers mois de l’année, constate-t-on un certain assoupissement des passions. Les certificats de fidélité au roi décernés par le consulat, dont les deux premiers avaient fait leur apparition en juin et septembre47 se répandirent dès le mois de janvier 1595 jusqu’en avril (pour réapparaître en août)48. Un Antoine Taste lui-même, ligueur notoire et exilé, put en obtenir un. Certes, les esprits restaient tendus et peu de chose suffisait à provoquer des querelles graves. Pour quelle raison par exemple, un incident de minime importance survenu au début de janvier 1595 s’envenima-t-il jusqu’à provoquer mort d’homme49 ? Mais, du point de vue politique, point de question urgente à débattre, point de conflit violent. Seulement un fond d’hostilité silencieuse dont s’inquiétait Bellièvre : « Je suis contrainct de supporter la crierie de ce peuple et de vous fere part si le roy ne vient, bien tost ceste ville n’est plus a luy »50. La déclaration de guerre à l’Espagne, le 17 janvier, allait semble-t-il clarifier la situation et empêcher les ligueurs de bonne foi de passer à l’ennemi étranger.

28À la fin du mois de janvier et au début de février se produisit le dernier soubresaut sérieux de la Ligue.

  • 51  Jean-Marie Prat, Recherches sur la Compagnie de Jésus..., op. cit., t. 1, p. 180. Le p. Berettari (...)
  • 52  Par un prêtre séculier parisien, par un marchand de bois et un avocat : Henri Fouqueray, Histoire (...)
  • 53  Bibl. nat. France, Dupuy 64, ff. 58-59, lettre de Bellièvre au roi.
  • 54  Henri Fouqueray, Histoire de la Compagnie de Jésus..., op. cit., t. II, p. 415.
  • 55  Ibid., p. 414.
  • 56  Ibid., p. 414-415. Melle Brasard reprend ces opinions, parlant du « déchainement des haines » cont (...)
  • 57  Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 3

29Le 27 décembre 1594, avait eu lieu l’attentat de Châtel, suivi, le 29, de l’arrêt du parlement bannissant les jésuites du royaume. L’arrêt fut lui-même confirmé par un édit du 7 janvier 1595. Depuis le mois de juillet où ils avaient été assez inquiets, les pères avaient connu quelques mois de répit. En décembre, selon Prat et Fouqueray, il semble que leurs craintes se soient réveillées. Ils auraient, par précaution, envoyé des prêtres en mission dans la province de Lyon, le professeur de théologie en Belgique, les élèves de théologie à Avignon51. À plusieurs reprises des menaces auraient été proférées contre eux52. La nouvelle de l’attentat de Châtel, connue à Lyon dès le 2 janvier53 ne servit pas leur cause. Un faux-témoin aurait prétendu convaincre les pères de Lyon de complicité54, un excité aurait même tenté de tuer un de leurs prédicateurs sur le pont de Saône55. D’après eux, ils se trouvaient en butte à l’hostilité de toute la population. Une assemblée générale se serait tenue pour appliquer l’édit du parlement et les chasser de la ville56. En fait, qu’en était-il ? Ce fut Montmorency qui, le 5 janvier, convoqua les échevins chez Gadagne, pour « proceder » et « ordonner » sur le fait des jésuites, après avoir reçu l’arrêt du Parlement. Il n’y a là rien de spontané de la part des consuls ni des notables57. Si la population avait fait preuve de façon si éclatante de tels sentiments à leur égard, Bellièvre, dans sa lettre, du 2 janvier, en eût sûrement parlé au roi ; il n’en dit rien. Nous avons d’autre part un témoignage précieux sur la situation des jésuites à Lyon en janvier. À ce moment se trouvaient de passage dans la ville trois ambassadeurs vénitiens députés au roi par la république. Dans leur dépêche du 10 janvier, se lisent ces lignes :

  • 58  Il s’agit de l’arrêt d’expulsion contre les jésuites.
  • 59  Bibl. nat. France, Ital.1743, fol. 172.

Se bene in questa città non si è venuto per ancora a questa dechiaretione58, tuttavia vengono egli guardati da molta genta armata già buoni giorni con pretesto che non fossero offesi dal popolo, fine a tanto che dalla Maestà sua venga lardine espresso.
Non restano li predetti padri di ajutarsi quanto possono in questa calamità ; ne li mancano fautori più che forse farebba bisogne colla quiete di questa città ; ne vogliamo tacer alla Serenità vestra che quel giorno che si canto il Te Deum per la salute del Rè, li predetti gesuisti fecero ancora orationi per la salute della Maestà sua, cantando il Te Deum, cose che mai più havevano fatto nè volsero fare li padre Cappucini.59

30Les Vénitiens ne se faisaient point d’illusion sur le pretesto avancé par le consulat ou le connétable pour faire garder le collège par des hommes d’armes (il faut voir dans cette garde l’exécution d’une décision prise à la réunion du 5 janvier). Il ne ressort pas de ce texte que les pères aient eu à subir de la part de la population beaucoup d’hostilité, bien au contraire. C’était des dirigeants de la ville, des agents du roi que venait la défiance. Défiance entretenue par Henri IV lui-même :

  • 60  Lettre à Bellièvre, 15 janvier : Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 212v. Même ton et même intent (...)

Quant au faict des jesuistes, […] en tous les lieux ou ilz se trouvent, il n’y a autres plus grands munstres de rebellion et conjuration contre ma personne qu’eulx ; je me suis resolu de faire executer led. arrest par toutes les provinces de ce royaulme par une declaration que j’en ay faicte, que je fais veriffier a mes parlemens ; auzquelz j’en remetz aussy la principalle execution en laquelle je desire qu’ilz soient assistez de mes bons serviteurs.60

31Voyant l’orage se préparer, les jésuites n’avaient pas hésité à prier pour le roi ; leur habileté, cette fois-ci, ne leur servit de rien : il faut se défier de leurs témoignages rien moins qu’impartiaux.

  • 61  Cf. Annexe 1, double récit de l’expulsion : par Bellièvre et par un père jésuite.
  • 62  D’après le p. Barettari, les résidences, de la province de Lyon virent en 1595 s’accroître leurs e (...)
  • 63  Le 31 janvier, les consuls demandant à Bellièvre s’il était nécessaire de régler aux jésuites leur (...)

32L’ordre d’exécuter l’arrêt du parlement arriva le 29 janvier61. Bellièvre réunit le lendemain le connétable, Gadagne, les officiers du présidial, ceux du bureau des finances, et le consulat. Tous furent d’avis de ne pas remettre à plus tard cette exécution. Le 31, les jésuites partirent tous, au nombre de quarante et un, les uns pour Chambéry, les autres pour Dole, la majorité pour Avignon, d’autres plus loin encore62. Il avait fallu deux jours au Parlement pour rendre son arrêt d’expulsion, il suffit de deux jours aux agents du roi à Lyon pour l’exécuter. Cette rapidité révèle l’état d’esprit des grands serviteurs de la monarchie vis-à-vis de la compagnie. C’était bien d’eux que venait l’hostilité, non de la masse de la population, les circonstances dans lesquelles ils effectuèrent leur départ le prouvent : pas de mouvement populaire, pas de trouble. Ce fut de Bellièvre que vint l’initiative de convoquer les corps principaux de la ville auprès de Montmorency. C’étaient des Suisses, sous les ordres de Montmorency donc, qui gardaient le collège, nous dit le père jésuite dans son récit anonyme ; il ne donne pas, par ailleurs, un tableau très alarmant des dispositions des Lyonnais envers la compagnie. En admettant même qu’ils n’aient pas versé toutes les larmes qu’il leur prête, si une manifestation hostile, même faible, s’était produite, on peut penser que, disposé qu’il était à se croire martyr, il ne l’eût pas passée sous silence. Notons en passant la contradiction entre son récit et le témoignage de ses confrères sur le déchaînement général des haines contre eux dans les mois précédents. Les pères, pendant toute la nuit et jusqu’à dix heures du matin, purent librement brûler des livres qu’ils déclarèrent hérétiques. En avaient-ils donc tant ? On nous permettra de penser que certains papiers y furent ajoutés, qu’ils n’avaient pas intérêt à montrer au grand jour. Bellièvre, qui semble éprouver un léger doute quant à leur nature, se sent un peu gêné pour avouer au roi la liberté avec laquelle ils purent disparaître, « ce n’est pas qu’ilz n’eussent gardes pour avoir soing a leur actions ». Tout se passe comme si Bellièvre et Montmorency (ce dernier s’occupant plus spécialement de l’aspect militaire et policier de l’affaire), décidés à exécuter sans retard l’édit du roi, s’étaient résolus à agir très vite par crainte d’un mouvement populaire. Ils n’intervinrent pas cependant pour arrêter les destructions de livres, peut-être pour les mêmes raisons. Quoiqu’il en soit, si la population ne leur porta pas secours, rien ne permet d’affirmer qu’elle leur ait été hostile, encore moins de parler de « haine ». Ce furent les agents du roi qui, appliquant la politique du conseil et du Parlement, des grands corps de la monarchie, menèrent l’affaire sans violence63 (comment un Bellièvre eût-il pu être violent ?), mais sans aucune faiblesse. Il serait intéressant au plus haut point de vérifier si, dans les villes du royaume où l’édit fut rapidement exécuté, ce fut par décision des autorités locales ou sur l’intervention des agents du roi. On en apprendrait long sur la force de l’esprit ligueur en France au moment où la puissance du parti s’écroulait.

  • 64  Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 20v.
  • 65  Ibid., ff. 50v-51.

33Le départ des jésuites ne créa pas de situation lourde à liquider. On découvrit dans leur résidence les biens d’un certain Papon, procureur du roi, mort rebelle64. C’était très peu de chose. Bellièvre se réjouissait, le 1er février, de ne constater dans la ville ni « emotion ne trouble ». Le 16 mai, le consulat avait reconstitué un nouveau personnel pour le collège et pouvait établir ses gages65.

34Comme après l’évasion de Nemours, la population, sur le moment resta calme. Il est difficile pourtant de ne pas mettre en relation avec le départ des jésuites le complot découvert le 10 février. Ce fut le dernier et le plus violent des soubresauts de la Ligue à Lyon, le plus considérable par le nombre et le fanatisme des conjurés.

35Le 10 février, Bellièvre donnait au roi les premiers détails : il s’agissait d’une tentative pour livrer la ville au duc de Nemours

par le moyen du soubz-prieur des celestins Il a tasché de persuader un capitaine penon de faire entrer de nuict ses gens de guerre en deux bastions qui sont du costé de la porte St Sebastien […] Par le moyen du garde de la monnaye, il esperoit se faire maistre de l’arcenal […] Pour cest effect estoit resolu de partir de Vienne demain ou lundy,

  • 66  Bibl. nat. France, Dupuy 64, fol. 62. Le double de cette lettre (Fr. 15 912, fol. 171) porte fauss (...)
  • 67  Bibl. nat. France, Fr. 15 912, ff. 175-179 (lettre au roi)

36pour rejoindre l’armée de Nemours en Bresse et, de là, exécuter son entreprise qu’il avait fixée au mercredi suivant 15 février. Bellièvre, averti depuis plusieurs semaines et voyant Nemours devenir menaçant, avait brusqué les choses et fait arrêter les coupables. Il faisait de la répression sa chose : « j’assisteray au jugement, ayant jusques a present faict toutes les procedures ». Il prévoyait une sentence rapide et demandait au roi, à l’avance, d’employer au payement des troupes les biens qui ne manqueraient pas d’être confisqués sur les condamnés66. Il ne donna des noms que deux jours après67, le 12. Avec le sous-prieur des célestins était compromis un minime, le père Aynard.

Lesquels religieux, voyans que le jour de l’entreprise approchait, ont trouvé moyen, soubz couleur d’aller dehors pour les affaires de leurs couvents, de se saulver de ceste ville, tellement que je ne les ay pu apprehender, quelque diligence et poursuite que j’aye sceu faire.

  • 68 Notes inédites relatives à lhistoire de Lyon…, op. cit., t. XII, p. 170. Elle fut même agrémentée (...)

37Comme il l’avait laissé prévoir, le premier jugement avait eu lieu, et deux inculpés condamnés à être pendus (après avoir été tenaillés et eu la langue percée au fer rouge) : il s’agissait du conseiller Jean Dupré et d’un certain Lefèvre. La sentence avait été exécutée le jour-même, le samedi 11 février68. Mais ce n’était pas fini, et Bellièvre de continuer :

Nous avons plusieurs prisonniers qu’il sera difficile de convaincre par tesmoings. Ces ligueurs, en leurs conspirations, sont comme les faulx-monnoyeurs qui font serment de ne reveler les complices [...] Je juge cette conspiration encores plus grande qu’elle ne se descouvre : ce sont crimes qui se traictent en secret, on y mesle le scrupule de conscience qui pousse quelques esprits a de maulvais actes. L’un de ceulx qui fut hier executé dict sans estre convaincu par tesmoing ny contrainct par tortures que son pere confesseur, après, la confession, luy ouvrist le propos de ceste conspiration [...].

38À mesure que l’instruction se poursuivait, Bellièvre découvrait avec effroi l’étendue du complot :

  • 69  Bibl. nat. France, Fr. 15912, fol. 190, lettre au roi du 15 février.

il y a nombre de prisonniers a l’audiction desquels je vacque continuellement et ce matin l’un d’eux a esté appliqué à la torture. Cette conspiration d’heure a autre se descouvre plus grande et plus dangereuse. On procedde a capture des accusez [...] ; l’obstination des accusez, quelque tourment qu’ilz souffrent est telle que par leur confession nous ne pouvons estre informez des complices que nous jugeons estre en grand nombre ; et n’y pouvons apporter le remedde qui seroit requis.69

  • 70  Notes inédites relatives à lhistoire de Lyon…, op. cit., t. XII, p. 170 ; Bibl. nat. France, Fr.  (...)

39Le 18 février, un Florentin fut pendu ; c’était un nommé Pachi Pachini, du quartier de la Juiverie, accusé d’avoir caché le capitaine Donat qui trempait dans le complot70. La punition était rude.

  • 71  Arch. mun. Lyon, BB 132, ff. 14-17v.
  • 72  Nous n’en avons pas conservé le contenu : Arch. mun. Lyon, BB. 132, fol. 18.
  • 73  Ibid., fol. 18v.

40Dès le 16 cependant, Bellièvre estimait avoir la situation suffisamment en mains pour convoquer à l’hôtel de ville une assemblée générale des notables et des penons, et les mettre au courant de l’affaire dans ses détails71. Depuis huit mois présent à Lyon, il n’avait cessé, déclara-t-il, d’entendre parler de conspirations. Il révéla que, quelques jours avant Noël déjà, le penon Grimaud et le garde de la monnaie Thévenard l’avaient averti de se tenir sur ses gardes et lui avaient dès ce moment livré le nom du célestin. Puis, un citoyen de la ville, Passard, vint aussi lui faire part des ouvertures des religieux. Au départ du sous-prieur, ils racontèrent tout à Bellièvre, qu’ils avaient été trouver, au lieu de Montmorency ou de Gadagne, à cause de la commission qu’il avait du roi. Le père Aynard se sauva, Dupré tenta d’en faire autant, mais fut pris avec Lefèvre. Dupré se montra « tellement endurcy en sa meschanceté que jamais il n’en veist de semblable. » ; il ne voulut ni reconnaître le roi, ni prêter serment, mais finit par avouer, sans révéler malgré la torture aucun complice. Lefèvre en livra quelques uns à partir desquels les recherches purent s’étendre. Il termina en exhortant les assistants à aider de tout leur pouvoir la répression et la découverte des autres coupables. Il ne fallait pas trop épargner les particuliers : « en telz afferes les particuliers ne sont rien, veu qu’il y va de la ruyne du public ». L’assemblée réagit peu. Le doyen Chalmazel déplora la présence d’ecclésiastiques dans l’affaire ; Villars fut peut-être le plus vigoureux déclarant qu’il fallait empêcher le clergé de faire croire « a ces pauvres gens » que la Ligue était nécessaire au salut de l’âme et faire connaître au peuple « que ces pretextes de religion sont faulx ». Tout le monde approuva, comme allant de soi, les mesures prises par Bellièvre. Il fut décidé que les penons s’assembleraient le lendemain pour voir ce qu’ils avaient à faire. Le samedi 18, ils remirent au consulat deux cahiers d’articles72. Le jeudi suivant, 23 février, les consuls délibérèrent sur le conseil de la veille, tenu chez Bellièvre, où celui-ci avait parlé des mesures à prendre contre les penons suspects. Ils réaffirmèrent qu’il appartenait à eux seuls de pourvoir aux penonnages. Convoqués par Bellièvre à un autre conseil, le lendemain, ils décidèrent de parler non en corps mais chacun en particulier, pour exposer la vérité sur leur conduite. Puis prétextant la nécessité des affaires de la ville, ils résolurent de n’y déléguer que trois d’entre eux73.

41À partir de ce moment, les documents se taisent. Plus un mot sur ce complot. Comment se termina la répression, fut-elle même poursuivie, quelle fut la réaction des habitants ? Rien à notre connaissance ne permet de s’en faire une idée.

42Ces quelques faits, cependant, peuvent, si nous les regardons d’un peu plus près, nous livrer de précieuses indications.

43Tout d’abord nous comprenons mieux pourquoi, au début de 1595, Nemours vint ainsi rôder en Bresse autour de Lyon. Le but de ses expéditions était beaucoup moins vague qu’il ne semblait, il ne songeait qu’à reprendre la ville.

44De nouveau nous trouvons mêlés à ces conspirations ligueuses des moines : un célestin et un minime. Nous savions que les minimes, dès après la réduction, avaient fait l’objet d’attaques assez vives de la part des royalistes ; quant aux célestins, leur apparition sur scène est nouvelle pour nous. Les célestins, les minimes, avec les cordeliers et les capucins dont nous avons déjà fait la connaissance : les ordres d’inspiration franciscaine étaient dignement représentés parmi les ligueurs lyonnais. Il n’y a là rien qui doive nous étonner, Lyon ne se distinguait pas, de ce point de vue, du reste de la France. Cette influence des ordres religieux se laissait voir dans l’attitude des accusés. Dans sa lettre au roi du 12 février, comme dans les déclarations de Balthazard de Villars, on relève l’impression que dans l’esprit des conjurés les considérations proprement religieuses ne se distinguaient pas des vues politiques. Ils y mêlaient « le scrupule de conscience ». Pour eux, profaner les mystères de la religion et livrer des ligueurs au roi excommunié représentaient deux crimes du même ordre. Le secret qu’ils observaient était celui de la confession. D’après leurs conceptions ils mouraient martyrs.

  • 74  Bibl. nat. France, Ital 1743, fol. 204v, dépêche du 25 février. Ce renseignement est donné dans un (...)

45Cette conjuration frappe également par son ampleur à savoir plusieurs exécutions capitales et un grand nombre de prisonniers : il y en aurait eu quarante-deux au dire des ambassadeurs vénitiens74. Bellièvre nota lui-même leur ténacité et leur résolution. Il juge l’affaire assez importante pour s’en occuper personnellement. Et, de fait, elle l’était. Un complot de ce genre, faisant suite à plusieurs autres, compromettant autant de monde, ne pouvait pas ne pas compter sur un large appui parmi la population. Derrière tous les conjurés actifs, il faut voir la masse obligatoirement plus importante des sympathisants. Il semble d’ailleurs que l’on puisse observer une certaine gêne dans la conduite de la répression. Même de la part de Bellièvre. Comment put-il laisser échapper le principal agent du complot, le sous-prieur des célestins (Dupré n’ayant été qu’un second) et un de ses aides importants, le père Aynard ? De toute évidence, il le fit, lui qui les savait dangereux depuis un grand mois, parce que telle fut sa volonté. Sentant la population peu sûre et venant d’expulser les jésuites, il ne tenait pas à avoir deux religieux à juger. Cela eût fait le plus fâcheux effet à Lyon, mais aussi au dehors : à cette époque en effet, les négociations d’Ossat avec le Vatican étaient suffisamment entravées déjà par les réactions des milieux romains devant l’expulsion des jésuites du royaume pour ne pas encore jeter de l’huile sur le feu. Bellièvre n’était pas un simple fonctionnaire local, mais un homme d’État. Comprenant les nécessités de la politique générale, il savait le moment venu, freiner les passions locales. Mais il ne pouvait laisser dans l’impunité une telle entreprise ; ce furent donc les sous-ordres qui furent punis pour leurs chefs. De tels calculs ne peuvent nous surprendre, ils sont de tous les temps. Cela expliquerait en outre que Bellièvre, dès le début de l’enquête, se la soit réservée : il voulait pénétrer l’intention des conjurés et la portée du complot d’une part, veiller d’autre part à ce que la sénéchaussée ne commit pas de maladresse. Après le 25 février, il semble s’en être désintéressé. Ses lettres au roi ne parlent plus de recherches ni de poursuites. Il avait passé l’affaire aux magistrats de la justice ordinaire : ne risquant plus d’entraîner de complication diplomatique, et le danger paraissant maîtrisé, il s’en écarta. Il se borna, le 22 février (à ce conseil dont se fit écho, le lendemain, le consulat), à conseiller des destitutions de penons qui ne furent pas exécutées ; il ne devait pas y tenir la main de très près.

46Ce complot et le nombre des arrestations gêna-t-il Bellièvre seul ? Il est intéressant de noter le peu d’ardeur avec laquelle les notables réagirent au discours de Bellièvre le 16 février. Ils semblaient peu disposés à prendre des mesures draconiennes et à vider cet abcès. Quant au consulat, si le compte rendu de cette assemblée n’existait pas, on ne pourrait même se douter d’après ses délibérations qu’il y eut un complot à Lyon à cette époque. Ayant perdu l’initiative en matière politique, il ne tenait guère à intervenir en une affaire où il risquait de heurter violemment un grand nombre d’habitants. Sa décision, le 21 février, de n’envoyer au « conseil » que trois échevins, est significative à cet égard. Il ne pouvait, sous peine d’éveiller les soupçons du roi sur sa fidélité, s’abstenir complètement. Mais il ne voulait en aucun cas paraître aux yeux de ses concitoyens endosser la responsabilité de la répression ; de même les trois échevins désignés parlèrent en leur propre nom, non en corps. Tout se passe comme si les échevins et les notables (dont l’attitude, selon l’usage était commune), sans favoriser les conjurés, ni certes les soutenir, s’étaient refusés à les attaquer violemment pour ne pas se couper d’une trop importante partie de la population. Cela aussi expliquerait pourquoi l’affaire retomba si vite (en une dizaine de jours) au rang de simple affaire criminelle.

  • 75  Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 249.
  • 76  Arch. dép. Rhône, BP 3647, Livre du roi 1590-97, fol. 117v.
  • 77  Arch. mun. Lyon, AA 140.
  • 78  Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 270v.

47Les suites du complot sont impossibles à saisir. Il semble cependant que Bellièvre, une fois assuré de la tranquillité de la ville, sentit la nécessité de faire un geste de conciliation : le 15 avril, au nom de « plusieurs notables citoyens de ceste ville » qui lui en avaient fait la requête, il demanda à Henri IV de remettre la veuve et les enfants de Dupré en possession de ses biens confisqués75. Le 15 mai, le roi, suivant l’avis de son conseiller leur en accorda la jouissance76. Le consulat en fut assez mécontent, mais pour des raisons financières seulement : il remontra au roi que cela diminuait d’autant les moyens de payer les gens de guerre77. Rien n’y fit, le 8 juin Bellièvre déclarait à Villeroy qu’il s’occupait en détail de la restitution78.

48Cette clémence correspondait tout à fait à l’attitude générale du roi à ce moment. Il disait à Bellièvre, le 16 mars, dans une lettre où il exposait sa politique à l’égard du pape :

Vous me mandez ce qu’il vous semble que je doibtz faire touchant ces religieux qui sont en mon royaume, lesquels refusent encores de prier Dieu pour moy, et, comme estrangers ou deppendant de leurs superieurs qui sont estrangers, respectent plus leurs commandemens que les miens ; lequel j’ay trouvé très bon. Toutesfois, j’ay esté conseillé d’en surseoir l’exécution, jusques à ce que j’aye achevé mes affaires a Rome, affin de n’y rien alterer, car le bannissement des jesuistes n’a desja donné que trop de subject a mes ennemys de m’y calomnier.

  • 79  Bibl. nat. France, Fr. 15 910, ff. 231, 230.
  • 80  Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 246 ; Eugène Halphen, Lettres inédites…, op. cit., p. 179.
  • 81  Ibid., fol. 258 ; Eugène Halphen, Lettres inédites…, op. cit., p. 187.

49D’autre part, au moment où la victoire de ses armes consolidait sa position politique, il avait besoin de se rallier les esprits en manifestant ses intentions conciliatrices. Le 15 mars, il ordonnait à Bellièvre de faire rentrer Malézieux à Lyon, d’où il avait été chassé « plustost par animosité et vengeance particuliere […] que non par aultre juste soupçon qu’il eust donné de soy »79. Le 9 mai il lui demanda encore de laisser rentrer, après enquête, le libraire Buisson80 et, le 24 juin, de mettre en liberté sans rançon le fils du marquis Erasme de Malvesin, emprisonné à Lyon depuis septembre 1593 à la suite du duc de Nemours (le roi voulait s’attacher les services de son père et faire bonne impression à l’étranger81).

  • 82  Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 30v, le 5 avril.
  • 83  Arch. mun. Lyon, AA 140, le 26 avril.
  • 84  Cf. Annexe 2 : Austrein, Bernard, Gella, Prost, Teste, Platet.

50Le consulat de son côté, peut-être influencé par Bellièvre, multiplia les autorisations aux suspects de venir à Lyon traiter leurs affaires. S’il protesta contre le désir du roi de laisser rentrer Malézieux « pour les querelles qu’il y auroit suscitées peu de jours après y avoir esté receu a y rentrer, suyvant ce qu’il avoit pleu a Sa Majesté en excripre »82, et s’il refusa fort sèchement à Claude de Rubys le retour dans la ville83, ce fut pour des motifs personnels, de Rubys étant très impopulaire, et Malézieux ayant été chassé par Ornano que le consulat voulait ménager. Les autorisations qu’il délivra ne dépassèrent pas le droit de venir dans la banlieue ou de circuler aux environs84. Personne ne put rentrer, à proprement parler, sur sa permission tout au moins. Il est possible que Bellièvre en ait donné de son côté, mais la trace ne s’en est pas conservée. Toutefois, comme nous l’avons déjà noté personne à notre connaissance ne fut expulsé de la ville à partir de janvier 1595 ; même après le complot de février.

  • 85  Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 241.
  • 86  Ibid., fol. 251.

51La situation à Lyon restait tendue. Bellièvre faisant part de ses craintes, le 1er avril, à Villeroy, lui confiait : « Il se parle que la resolution du voyage de Lyon est changée. Si cela est, il adviendra de telz desordres que l’on sera marry d’avoir prins un si hazardeux conseil »85. Le 17 il disait au roi quelle était d’après les ambassadeurs de Venise l’opinion que pouvait avoir le pape sur Lyon « que l’on luy persuadoit estre du tout asseurée pour la ligue »86.

  • 87  Bibl. nat. France, Fr. 3622, fol. 119, lettre à Schomberg.
  • 88  Cf. Annexe 1, n° 9-13. 
  • 89  Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 267, lettre de Chérubin à Bellièvre, 7 octobre.

52Mais la Ligue, même conservant un grand ascendant sur les esprits, ne devait plus désormais soulever de troubles. À partir de février, impressionnée peut-être par la répression, attendant l’arrivée du roi que l’on annonçait prochaine, la population resta calme. C’était dans les ordres religieux que se réfugiait la résistance ; les jésuites ayant quitté la ville, les capucins restaient les plus ardents et devaient être les derniers à ne pas connaître le roi. Ils attendirent pour cela l’absolution donnée par le pape en septembre 1595. Jusque-là ils firent preuve de l’intransigeance la plus rigoureuse. Le 23 septembre 1594, Bellièvre les avait signalés, avec les jésuites et les minimes, comme refusant le serment87. Le 10 janvier, les jésuites étant allés prier pour le roi, eux refusèrent encore. À la fin de juillet se produisit même un incident curieux, révélateur du rôle que put jouer cet ordre au milieu des luttes religieuses finissantes88. Le 25 juillet se présenta à la porte Saint-Sébastien un jeune homme venant d’Italie par la Savoie. Il portait une lettre du provincial des capucins au gardien du couvent de Lyon. Cela suffit pour le faire arrêter. La lettre fut immédiatement portée au lieutenant du gouverneur, Gadagne. On voit la confiance dans laquelle étaient tenus ces religieux. Dans cette lettre, il était question d’un frère Chérubin, qu’il fallait empêcher de sortir et de parler. Alerté, Gadagne demanda à Bellièvre ce qu’il fallait faire. Ils décidèrent d’aller enquêter au couvent. Gadagne, plus ingambe, s’en chargea. Cela n’alla pas sans mal, il fallut requérir l’assesseur criminel de la sénéchaussée avec de la troupe. Après de nombreuses dénégations et sous de graves menaces, le gardien dut enfin présenter le frère Chérubin qui fut incontinent mené chez Bellièvre et interrogé par lui. Il révéla de bien curieuses choses : de tous côtés, en France, en Italie, des capucins complotaient contre le roi ; pratiques magiques d’envoûtement, engagements dans les armées du roi pour plus commodément l’assassiner, rien n’y manquait. L’interrogatoire, mené par Bellièvre en personne nous montre ce dernier attentif à tous les détails intéressants. Un religieux est-il indiqué comme étant « homme de faction » ou dangereux, son signalement est aussitôt noté (en termes savoureux parfois), avec tous les renseignements utiles à la recherche ou aux précautions à prendre. Bellièvre garda sans doute le capucin jusqu’à l’arrivée du roi qui suivit de près l’événement, puis, pour le mettre à l’abri, l’envoya déguisé à Paris, tout en s’occupant de le faire rentrer en grâce auprès de son ordre89. Tout de suite, le 30 juillet, il avait prévenu le roi, le suppliant de veiller à sa sécurité et de prendre des mesures contre ces incorrigibles capucins. L’affaire était en effet très grave. L’ordre dans son ensemble, dans ses membres les plus élevés (des gardiens, des provinciaux), composé en grande partie d’Italiens, malgré quelques oppositions isolées comme celle de ce Chérubin, contribuait à introduire et entretenir largement en France cet esprit ultramontain et ligueur, si dangereux pour l’indépendance de la monarchie française. Le légiste qu’était Bellièvre le sentait fort bien. D’autres traits seraient d’ailleurs à relever dans cet interrogatoire : l’hostilité, par exemple, qui semblait opposer, au sein même de l’ordre, quelques religieux français aux italiens. Mais ceci ne rentre pas dans le cadre de notre étude ; au demeurant un seul texte ne suffit pas à déterminer une ligne générale. Nous ne pouvons que le signaler au passage.

  • 90  Bibl. nat. France, Dupuy 62, fol. 236, lettre de Gadagne au roi, 28 juillet.

53Une conséquence inattendue de l’incident fut que, le 28 juillet, le gardien des cordeliers, le père Margat, vint avertir Gadagne qu’un religieux de son ordre, le frère Innocent Gasparin, un Lucquois, projetait lui aussi de tuer le roi et persistait dans ses desseins malgré les défenses formelles de ses supérieurs90. Le bon père Margat, effrayé sans doute de ce qui arrivait à ses confrères capucins, voulait se couvrir de toute accusation possible de complicité. Mais cela ne contribuait pas à rendre confiance aux serviteurs du roi.

54À la veille de l’arrivée d’Henri IV, la situation, aux yeux de ses agents, se présentait donc ainsi : la Ligue ne constituait plus, pour l’autorité royale, une menace immédiate. Les troupes ennemies dans la campagne, étaient abattues ; et si les Espagnols au-delà des monts semblaient dangereux, leur défaite en Franche-Comté permettait d’avoir confiance dans l’avenir. À l’intérieur les complots semblaient avoir été arrêtés par la répression sévère de février. Le craintif Bellièvre lui-même n’en parla plus dans les mois qui suivirent. Cependant l’esprit de la Ligue subsistait. Et si les notables les plus proches du consulat ainsi que les échevins avaient été par la logique de leur position amenés à se rattacher toujours plus étroitement au roi, l’ensemble de la population n’avait pas suivi le mouvement. Dans une lettre au roi où il assurait justement que l’on pouvait compter sur le consulat, Bellièvre ajoutait :

  • 91  Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol 286, juillet.

Je l’ay quelques foys representé a vostre Majesté, presque touz les gens de bratz, qui font le tiers de la ville sont du païs de Savoye ; il y a nombre d’Italiens, de Contois et autres nations qui ne vous sont subiectz ; et entre ceulx qui vous sont subiectz, mesmesment aux monastaires et gens d’esglise, la Ligue n’est pas morte.91

  • 92  Bibl. nat. France, Fr. 16 661, fol. 457.

55Voilà un témoignage qui contribue à détruire la légende d’une population donnée spontanément et sans retour au roi dans un grand élan d’enthousiasme. D’autres d’ailleurs le confirment. Les trois mémoires anonymes rédigés au moment du séjour du roi à Lyon font preuve de la même défiance à l’égard des habitants : « ceulx qui presentement y commandent ou la plus part sont les mesmes qui ont causé et aydé à la ruyne, n’estans revenus a leur debvoir d’une franche vollenté et vray zelle du service du roy »92 disait l’un (son témoignage est cependant sujet à caution, étant vraisemblablement celui d’un bourgeois, non ligueur et vieux Lyonnais, assez jaloux de l’autorité du consulat). Le second disait :

  • 93  Ibid., fol. 420.

Lad. ville est frontiere, composée d’ung peuple de diverses nations, la pluspart estrangieres, fort vollage et remuant ; et neantmoings d’autant plus traictable et facile a contenir ; les bourgeois bien fidelles, mais aucungs d’entre eulx fort ambiteux et insupportables.93

56Après avoir fait remarquer que « le menu peuple ne pouvait perdre le goût de la Ligue », et ne s’était rendu au roi que par nécessité, il exposait sans fard les moyens employés pour le corrompre et l’amener au roi au moment de la Réduction et ajoutait, positif : « Mais encores maintenant l’estrangier ne laisse d’espandre son venin et aulcungs du clergé d’y semer la zizanie ; et pourraient a l’advenir estre praticqués les mesmes moyens pour desbaucher ce peuple ». Le troisième était encore plus net :

  • 94  Bibl. nat. France, Fr. 16 661, fol. 422.

La Réduction de la ville est advenue contre l’esperance et vouloir de la pluspart des habitans […] Le mesme peuple qui y estait au temps de la Ligue y est encores a present […] et sont les offices et charges publiques, tant pour les armes, police de la ville, que justice, entre les mains et pouvoir des mesmes personnes et y a eu peu de changement ; voire y en a d’apparemment ligueurs et des plus affectionnez, et ausquelz tousiours eschappent quelques traicts et artifices de la Ligue, qui tiennent des importans et principales charges, sans que des serviteurs du roi soit faict estat […] le menu peuple est volage, a esté detraqué et desbauché par la ligue, entretenu en rebellion par les artifices des chefs ligueurs qui sont demeurez, et principallement par aulcungs ecclesiastiques […] Et bien que a present l’estat de la ville soit plus calme et tranquille, l’on ne doibt juger que cela procede aux ligueurs de mutation de volonté et bonne affection, mais parce qu’ils sentent la venue du roy prochaine et voyant en ceste ville grand nombre de seigneurs et serviteurs du roy […] S’il n’y est remedié, ils reprendront leurs erres […] Car bien qu’en apparence l’on die vouloir faire le service du roy, […] et cependant les ligueurs levent la teste, tout leur est permis et licite et sont preferez aux charges.94

  • 95  Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 60, le 22 juin.

57On remarquera ce dernier trait ; il n’est pas rare qu’après des guerres civiles les vieux lutteurs qui ont contribué à établir un régime ressentent une certaine rancœur à voir leurs anciens ennemis « relever la teste ». Ce sont naturellement des réactions très difficiles à saisir à une époque où la presse n’existait pas et où la correspondance s’est rarement conservée. Les seuls documents sont officiels ou presque (comme la correspondance d’un Bellièvre) et n’en parlent pas. De petits faits indiquent que souvent les protestations de fidélité au roi cachent simplement l’intention de se blanchir ou de sortir d’une passe délicate : Guyot de Masso, receveur de la ville convoqué pour venir rendre ses comptes au consulat déclara sans que cela fût bien nécessaire, qu’il avait toujours été fidèle au roi95. Nous avons eu l’occasion de rencontrer de telles protestations et les retrouverons encore.

58En résumé, la venue d’Henri IV à Lyon se révélait fort utile et tous ses serviteurs la réclamaient : il fallait montrer aux ligueurs que le roi existait bien, et qu’il était bon catholique. Il fallait calmer les craintes par la présence de son armée. Cette arrivée bienfaisante ne pouvait plus tarder beaucoup. En juillet 1595, personne ne pouvait plus mettre en doute que le roi ne serait bientôt « en ces quartiers ».

Notes

1 Roland Mousnier, La vénalité des offices…, op. cit., p. 64-65.

2 Arch. dép. Rhône, BP 3647, Livre du roi 1590-97, ff. 83 sq.

3  Eugène Halphen, Lettres inédites…, op. cit., p. 107, lettre du roi, 30 septembre.

4  Il devait davantage s’en occuper pendant son séjour à Lyon.

5  Arch. mun. Lyon, AA 139, lettre du consulat à Ysambert, procureur au parlement, 13 juillet ; BB 132, fol. 19, délibération du 23 février 1595,

6  Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 195, lettre du 25 août 1594.

7  Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 162, requête des marchands suisses au consulat, 23 juin. Ces arguments se retrouveront pendant les Grands Jours.

8  Arch. mun. Lyon, AA 21, fol. 22 et AA24, fol. 80, le 16 août et le 24 août.

9  Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 187v.

10  Ibid., fol. 190v.

11  Arch. mun. Lyon, AA 49, fol. 403, lettre des députés de la ville au consulat 11 juin. « M. de Bellièvre a trouvé qu’il falloit, advant que de se resoudre sur leur entrée, attendre l’issue du faict de M. de Nemours ».

12  Arch. mun. Lyon, EE 102, n° 32.

13  Ibid.

14  Bibl. nat. France, Dupuy 64, fol. 8v.

15  Arch. mun. Lyon, BB 131, ff. 162v-163.

16  Cité dans Henri Fouqueray, Histoire de la compagnie de Jésus..., op. cit., t. II, p. 271.

17  Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 75.

18  Bibl. nat. France, Dupuy 64, fol. 14, lettre au roi.

19  Bibl. nat. France, Fr. 23 990, Canault, Vie de Alfonso dOrnano, p. 208.

20  Bibl. nat. France, Fr. 15 912, fol. 18v, lettre de Bellièvre, 29 juillet.

21  Jean-Hippolyte Mariéjol, Charles-Emmanuel…, op. cit., p. 255.

22  Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 194v.

23  Bibl. nat. France, Fr. 15 575, fol. 183, lettre de La Violette au roi, 1er août.

24  Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 297, note de la main de Bellièvre, 1595.

25  Bibl. nat. France, B 131, fol. 192. La date donnée par les Notes inédites relatives à lhistoire de Lyon…, op. cit., t. XII, p. 168, (13 août) est donc fausse.

26  Ibid., p. 168. Le lendemain 25, le consulat écrit au roi que la ville vient d’échapper à un grave complot (sans autre précision) [arch. mun. Lyon, AA 139].

27 Arch. mun. Lyon, EE 26, n° 4.

28  Bibl. nat. France, Ital.1743, ff. 89v-90, dépêche du 14 septembre.

29  Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 113 ; Berger de Xivrey, Lettres missives…, op. cit., t. IX, p. 403, lettre à Bellièvre, 4 août.

30  Eugène Halphen, Lettres inédites…, op. cit., p. 92, 23 août.

31  Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 162v, lettre au roi.

32  Lettre du 11 septembre.

33  Bibl. nat. France, AA 24, fol. 80 (original) ; Berger de Xivrey, Lettres missives…, op. cit., t. IV, p. 209.

34  Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 214, réunion consulaire du 24 octobre.

35  Arch. mun. Lyon, EE 106, n° 50.

36  Bibl. nat. France, 15 910, fol. 195.

37  Bibl. nat. France, Fr. 3622, fol. 149, lettre de Bellièvre à Nevers, 8 décembre.

38  Bibl. nat. France, Fr. 3622, fol. 147, lettre au duc de Nevers, 27 novembre. Cette idée se trouve à deux reprises dans cette lettre, exprimée presque dans les mêmes termes.

39  Bibl. nat. France, AA 42, fol. 340, lettre du 10 décembre.

40  Ibid., fol 311, lettre du 12 décembre.

41  Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 229.

42  Le 21 décembre tombant cette année là un mercredi, les élections se firent le dimanche 18.

43  Bibl. nat. France, Fr. 23 195, fol. 147v.

44  Être consul, c’était avant tout pouvoir rapidement avancer ou se faire prêter par les banquiers de fortes sommes.

45  Voir par exemple Roger Doucet, « Le xvie siècle », op. cit., t. 1, p. 39.

46  Arch. mun. Lyon, AA 140, lettre au roi 24 décembre.

47  Arch. mun. Lyon, BB 131, ff. 154v, 215.

48  Arch. mun. Lyon, BB 132, ff. 3v, 9v, 11v, 22, 32, 48…

49  Arch. mun. Lyon, AA 140, lettre du consulat au roi, 9 janvier 1595. Loubat, élu du Lyonnais, avait organisé chez lui une réception, un soir, en l’honneur des ambassadeurs de Venise de passage à Lyon. Il avait fait fermer ses portes auxquelles se heurta Du Peloux (jeune). Celui-ci furieux insulta Loubat. D’où duel où Du Peloux trouva la mort.

50  Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 219, lettre à Villeroy, 26 janvier.

51  Jean-Marie Prat, Recherches sur la Compagnie de Jésus..., op. cit., t. 1, p. 180. Le p. Berettari (Litterae soc. Jesu, l594-95, p. 212) qui attribue au collège de Lyon 58 pères résidents en 1594, en déclare 43 en février 1595. 15 auraient donc quitté la ville entre temps.

52  Par un prêtre séculier parisien, par un marchand de bois et un avocat : Henri Fouqueray, Histoire de la compagnie de Jésus..., op. cit., t. II, p. 414.

53  Bibl. nat. France, Dupuy 64, ff. 58-59, lettre de Bellièvre au roi.

54  Henri Fouqueray, Histoire de la Compagnie de Jésus..., op. cit., t. II, p. 415.

55  Ibid., p. 414.

56  Ibid., p. 414-415. Melle Brasard reprend ces opinions, parlant du « déchainement des haines » contre le collège dans Le collège de la Trinité, Pos. Th. Éc. Chartes, 1944, p. 16.

57  Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 3

58  Il s’agit de l’arrêt d’expulsion contre les jésuites.

59  Bibl. nat. France, Ital.1743, fol. 172.

60  Lettre à Bellièvre, 15 janvier : Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 212v. Même ton et même intention dans sa lettre au même du 30 janvier qui arriva évidemment après l’exécution de l’édit : ibid., fol. 218 ; Eugène Halphen, Lettres inédites…, op. cit., p. 148.

61  Cf. Annexe 1, double récit de l’expulsion : par Bellièvre et par un père jésuite.

62  D’après le p. Barettari, les résidences, de la province de Lyon virent en 1595 s’accroître leurs effectifs dans la proportion suivante : le collège de Tournon augmenta de 3, celui de Chambéry de 3, celui d’Avignon de 14, la probation d’Avignon de 1 ; le collège de Dole diminua de 3 ; soit une augmentation totale de 18. Or furent expulsés : 43 pères de Lyon, 19 de Billom, 19 de Dijon (après juin 1595) soit un total de 81. En comptant 14 révocations et 3 morts pour la province, il reste encore que 46 pères au moins durent la quitter (Berettari n’en note que 27 !). Plusieurs pères de Lyon en faisaient certainement partie. Litterae Soc. Jesu, 1594-1595, p. 212.

63  Le 31 janvier, les consuls demandant à Bellièvre s’il était nécessaire de régler aux jésuites leurs créances sur la ville, celui ci répondit affirmativement « pour ne les laisser partir avec trop de mescontentement ». Le consulat leur régla donc 133 éc. 1/3 pour un arriéré de pension et 100 écus pour leur voyage (Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 13). Le 1er février il régla 50 s. aux 5 portefaix qui avaient porté sur les bateaux les meubles des pères (CC 1457, n° 21). Leurs bagages n’étaient pas aussi légers que voudrait innocemment nous le faire croire l’auteur anonyme du récit de leur départ.

64  Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 20v.

65  Ibid., ff. 50v-51.

66  Bibl. nat. France, Dupuy 64, fol. 62. Le double de cette lettre (Fr. 15 912, fol. 171) porte faussement la date du 10 janvier. Si l’on compare ce document aux autres ayant trait à la même affaire, cette date est insoutenable.

67  Bibl. nat. France, Fr. 15 912, ff. 175-179 (lettre au roi)

68 Notes inédites relatives à lhistoire de Lyon…, op. cit., t. XII, p. 170. Elle fut même agrémentée de plusieurs détails dégoutants : les corps des suppliciés furent découpés et exposés par quartiers dans la ville.

69  Bibl. nat. France, Fr. 15912, fol. 190, lettre au roi du 15 février.

70  Notes inédites relatives à lhistoire de Lyon…, op. cit., t. XII, p. 170 ; Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 228, lettre de Bellièvre au roi, 21 février.

71  Arch. mun. Lyon, BB 132, ff. 14-17v.

72  Nous n’en avons pas conservé le contenu : Arch. mun. Lyon, BB. 132, fol. 18.

73  Ibid., fol. 18v.

74  Bibl. nat. France, Ital 1743, fol. 204v, dépêche du 25 février. Ce renseignement est donné dans une lettre relatant l’affaire de Lyon en des termes assez exacts.

75  Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 249.

76  Arch. dép. Rhône, BP 3647, Livre du roi 1590-97, fol. 117v.

77  Arch. mun. Lyon, AA 140.

78  Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 270v.

79  Bibl. nat. France, Fr. 15 910, ff. 231, 230.

80  Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 246 ; Eugène Halphen, Lettres inédites…, op. cit., p. 179.

81  Ibid., fol. 258 ; Eugène Halphen, Lettres inédites…, op. cit., p. 187.

82  Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 30v, le 5 avril.

83  Arch. mun. Lyon, AA 140, le 26 avril.

84  Cf. Annexe 2 : Austrein, Bernard, Gella, Prost, Teste, Platet.

85  Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 241.

86  Ibid., fol. 251.

87  Bibl. nat. France, Fr. 3622, fol. 119, lettre à Schomberg.

88  Cf. Annexe 1, n° 9-13. 

89  Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 267, lettre de Chérubin à Bellièvre, 7 octobre.

90  Bibl. nat. France, Dupuy 62, fol. 236, lettre de Gadagne au roi, 28 juillet.

91  Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol 286, juillet.

92  Bibl. nat. France, Fr. 16 661, fol. 457.

93  Ibid., fol. 420.

94  Bibl. nat. France, Fr. 16 661, fol. 422.

95  Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 60, le 22 juin.

© LARHRA, 2020

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search