Version classiqueVersion mobile

Le retour de Lyon sous l’autorité royale à la fin des guerres de Religion (1593-1597)

 | 
Henri Hours

Bellièvre

Chapitre II
La guerre et la détresse financière

Texte intégral

La poursuite de la guerre

  • 1 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 171v. La lettre est du 25 juin [Arch. mun. Lyon, AA 139].
  • 2 Ibid., fol. 155v-156v.
  • 3 Ibid., fol. 160.
  • 4 Arch. mun. Lyon, AA 72, n° 62 et 63.
  • 5 Arch. mun. Lyon, AA 1393, juillet.
  • 6 Ibid., 9 juillet.

1Le 31 mai une suspension d’armes avait été signée entre le consulat et Saint-Sorlin. Bien entendu, nul ne la respectait : le 23 juin, les échevins écrivirent au marquis pour lui demander s’il « avoueit » Balthazard Prost qui était venu jusqu’aux portes de la ville pendant la trêve enlever l’avocat Amyot qu’il tenait mainte-nant prisonnier à Vienne, lui réclamant une rançon de plus de 3 000 écus1. Si les signataires de la trêve ne la respectaient pas, à plus forte raison ceux qui ne l’avaient pas signée ! Le 14 juin, Ornano fit appeler au consulat les gens du bureau des finances : le marquis de Treffort venait de passer la Saône à Tournus et attaquait Nagu-Varennes enfermé dans Mâcon ; il fallait de toute urgence se porter au secours de la ville nouvelle venue au roi, il fallait de l’argent. Le consulat protesta qu’il n’avait plus rien : les gens de finances n’avaient qu’à aller trouver Bellièvre « pour veoir des moyens d’y pourveoir ». Cela fut décidé pour le lendemain matin. En attendant, le consulat avança 1 000 écus à rembourser sur les premiers revenus de la recette générale2. Ornano partit avec des renforts en hommes et en artillerie cédés par les échevins. Le 20, le consulat ordonna à Jean Chevalier, capitaine des deux frégates armées sur la Saône par la ville, d’emmener à Ornano un des canons de l’arsenal3. La situation cependant s’aggravait en Mâconnais ; les échevins de Mâcon, les 6 et 7 juillet, réclamèrent anxieusement du secours à ceux de Lyon. L’ennemi venait de s’emparer de plusieurs places appartenant à Chevrières ; la ville était menacée d’encerclement4. Le consulat, plein de bonne volonté, encouragea, à la suite de conversations avec Ornano, ses confrères malheureux à signer une trêve tandis qu’à la suite d’un conseil convoqué par Bellièvre chez Gadagne5, il demandait au colonel de ne pas aventurer ses troupes en Bresse6.

  • 7 Arch. mun. Lyon, BB 131, ff. 172v-179.

2Dans de telles circonstances et la fin de la trêve approchant, la question se posa de savoir si on la continuerait ou non. Le 13 juillet se tint à l’hôtel de ville une assemblée générale pour en décider7. Bellièvre ouvrit la séance et exposa la situation : il ne fallait pas attendre le roi de longtemps, c’est pourquoi lui-même était à Lyon. Sa mission comportait des négociations avec Nemours : il les avait tentées sans résultat. Dans ces conditions, il n’était pas expédient de continuer une trêve qui laisserait la ville sans défense. Puisque de toute façon il fallait dépenser de grosses sommes, autant le faire pour s’armer soi-même que pour fortifier l’ennemi. Par conséquent il fallait constituer un fonds destiné uniquement à soutenir l’effort de guerre, en attendant l’arrivée du roi. Ornano, prenant la parole à son tour, approuva Bellièvre puis prêcha la concorde et la fidélité au roi. Tous les notables approuvèrent. Chalmazel pour le clergé, Gadagne pour la noblesse offrirent le concours de leurs ordres. L’assemblée se résigna à la guerre. Mais comment constituer le fonds ? Par un impôt sur les plus riches, proposa de Langes ; par un emprunt des échevins et des notables, répliqua le penon Vaudel. Bellièvre trancha la question : la somme serait imposée sur les habitants, les penons apporteraient les rôles, dès le lendemain on commencerait à travailler. Ornano en technicien demanda si l’on voulait mener une guerre défensive, ou offensive et donc plus coûteuse. Défensive, répondirent les penons. Bellièvre demanda que les penons fussent accompagnés pour remettre les rôles chacun par deux bourgeois. L’assemblée approuva toutes les décisions à l’unanimité. Quatre notables furent désignés pour assister aux formalités de l’imposition.

  • 8 Eugène Halphen, Lettres inédites…, op. cit., lettre du roi à Bellièvre, 9 octobre.

3La guerre était donc décidée. Dès le 15 juillet, Bellièvre et Ornano firent expédier l’état des effectifs dont l’entretien s’avérait nécessaire dans le gouvernement pour le quartier de juillet : ils s’élevaient à 23 000 hommes8. C’est également à ce moment que le consulat fit fortifier les remparts de la ville « du costé des Brotteaux d’Esnay ». Les maçons durent

  • 9 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 71.

y travailler jour et nuict, festes et jours ouvriers, et a ces faits leur fut permis de prendre de la pierre ès lieux plus proches […] et mesmes, quantité de pierres appartenant a Voyde Raton, qu’il avoit assembler auprès d’ung sien jardin non gueres esloigné du lieu ou se faisoit lad. massonerie, a la charge d’en tenir bon compte par lesd. massons […] Attendu l’urgente necessité publique.9

  • 10 Voir à ce sujet Aggripa dAubigné, Hist. universelle, op. cit., t. IX, p. 43 sq. ; Jean-Hippolyte (...)
  • 11 Bibl. nat. France, Dupuy 64, ff. 7-9.
  • 12 Arch. mun. Lyon, AA 70, n° 114.

4Un événement sensationnel vint aggraver la situation : le 27 juillet, le duc de Nemours s’évada de Pierre-Scize et rejoignit son frère à Vienne. Les détails pittoresques de l’aventure ont été maintes fois contés et sont bien connus, nous ne nous y attarderons donc pas10. Cette évasion qui couvrait de ridicule le consulat et les gardiens, représentait pour Bellièvre une grave humiliation. Il était venu à Lyon en effet avec pour mission de première urgence de faire aboutir les négociations qui depuis plusieurs mois trainaient en longueur. Nous en avons la preuve dans la lettre que Bellièvre envoya le 24 Juin au roi pour lui rendre compte de ses premiers actes à Lyon, et où la question du prisonnier tient une place prépondérante et dans celle que, le 14, les échevins de Clermont écrivirent à ceux de Lyon11: ils avaient appris que Bellièvre et de Vic étaient à Lyon pour négocier avec les princes et demandaient à leurs confrères lyonnais de s’entremettre pour que dans le traité soit décidé que Nemours évacuerait les places d’Auvergne qu’il tenait encore12.

  • 13 Arch. mun. Lyon, AA 38, n° 203.
  • 14 Arch. mun. Lyon, BB 131, f .160v-161. Il reçut un salaire de 15 éc. pour sa garde du 22 juin au 26 (...)
  • 15 Ibid., fol. 159.
  • 16 Bibl. nat. France, Ital. 1743, fol. 57, 10 juillet.
  • 17 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 170v.
  • 18 Bibl. nat. France, Dupuy 64, ff. 13-15.
  • 19 Lettre du consulat au roi, 1er août.

5Quelques jours avant l’arrivée des envoyés du roi, Nemours avait été transféré du château de Pierre-Scize au bastion de Saint Jean. C’est là que, le 14 juin, Bellièvre et de Vic allèrent le trouver. Il fit preuve de fort mauvaise volonté et refusa de traiter tant que sa situation n’aurait pas changé (entendons, tant qu’il ne serait pas revenu à Pierre-Scize : il voulait poursuivre son projet d’évasion…). Ornano, Gadagne et les échevins, réunis auprès de Bellièvre, décidèrent donc de le remettre dans sa première prison. C’était chose faite le 21 juin, quand Ornano, prévenu par de Vic, avertit le consulat que « sy vous ne renforcez la garde du chasteau, et que l’on ne veille bien, il est a craindre qu’il n’en mesadvienne13 ». Le 22, Gadagne et Villars vinrent demander au consulat des mesures de sécurité spéciales pour surveiller le prisonnier et garder la ville à l’occasion de la Saint-Jean qui amènerait sans doute de grandes foules, parmi lesquelles « des ennemis pourraient se glisser en la ville ». Les échevins placèrent aux portes un supplément de garde jusqu’au 26 juin, et désignèrent pour surveiller de façon permanente « la porte qui monte au chasteau de Pierre-Scize » Antoine Michon ; il devait fouiller tout individu entrant en la forteresse ou en sortant14. Mais cette garde chargeait lourdement la ville et encourageait les Lyonnais à désirer la paix dans le fond de leurs cœurs15. Nemours, pendant ce temps, pouvait se montrer exigeant et arrogant : comme le remarquait judicieusement Mocenigo16, il savait qu’on ne pouvait l’amener au roi sans une forte escorte qui affaiblirait trop les troupes royales de la région. Sûr de rester à Lyon près de ses amis, il pouvait prendre tout son temps pour préparer son évasion et n’avait pas intérêt à traiter sérieusement avant que tout fût prêt. Tout au plus fit-il de vagues promesses, qui inquiétèrent déjà bien le consulat. Celui-ci, le 9 juillet, envoya quatre échevins chez Bellièvre « luy remonstrer ce qui a esté jugé necessaire sur les offres que l’on pretend avoir esté faictz et signez par Monsr de Nemours17 ». Sans doute le duc réclamait-il le gouvernement de la ville en échange d’une soumission problématique. En désespoir de cause, Bellièvre se décida à renvoyer de Vic au roi pour lui exposer l’état des affaires18. Enfin, le 26 juillet, celui-ci put songer à partir et « rapporter a Vostre Majesté ce que Monsieur de Bellièvre et luy avaient traicté avec Monsieur le duc de Nemours »19. Si Nemours avait traité, c’est que tout était prêt ; la nuit même il quitta le château qui lui servait de prison depuis le mois de septembre. Bellièvre ne se découragea pas ; le lendemain il lui écrivit une lettre d’une surprenante platitude :

  • 20 Bibl. nat. France, Dupuy 64, fol. 17v.

Je n’ay voullu faillir de vous escrire ce peu de lettre pour vous supplier comme je fais bien humblement, que de me vouloir faire cest honneur que de m’escrire par ce trompette sy vostre volonté est d’observer, vous estant maintenant en liberté, ce qu’estant detenu au chasteau, vous avez promis a Monsieur de Vic et a moy touchant la reddiction de places contenues en l’escrit que vous avez signé. 20

  • 21 Bibl. nat. France, Fr. 3418, fol. 64.

6Lui demandant de montrer « sa generosité » en répondant, il terminait « Excusez moy, s’il vous plaist, de la hardiesse que j’ay prins devous escrire et supplier de ce que dessus, me commandant le service que je doibs au roy d’en user de la sorte ». Nemours ne lui ayant rien répondu, il lui écrivit sur le même ton le lendemain, 28 juillet21. Il se trompait bien s’il comptait prendre l’orgueilleux prince par la douceur. Nemours lui répondit par un billet que sa brièveté permet de citer dans son entier :

  • 22 Bibl. nat. France, Dupuy 64, fol. 17v.

Monsieur, pour respondre a vostre lettre, je vous diray que ce que j’avoys consenty a rendre les places n’estoit que pour avoir ma liberté ; laquelle Dieu m’ayant faict la grace de me donner, je ne voy pas que j’aye beaucoup de subiet de m’en deffaire. Monsieur de Vic me mande qu’il desire avoir ung passeport de moy pour aller vers le roy son maistre, je le luy bailleray s’il luy plaist de le venir prendre icy.22

  • 23 Arch. mun. Lyon, AA 43, fol. 208, lettre au consulat, 30 juillet.
  • 24 Arch. mun. Lyon, AA 44, fol. 75, lettre du consulat au roi, 2 août.
  • 25 Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 160, lettre à Revol.

7C’était plus franc que courtois. Malgré l’insolence du ton, de Vic se rendit à Vienne où Nemours déclara lui avoir donné témoignage de sa bonne volonté23. Il en revint rapidement et repartit le 11 août pour Paris24. En fait et malgré les bonnes paroles de Nemours aux échevins, il fallait considérer comme annulées toutes les négociations antérieures entre les deux partis. Bellièvre s’en rendait bien compte, quand le 7 septembre il dégagea sa responsabilité dans l’affaire de l’évasion du duc, la rejetant sur Ornano et les échevins25.

  • 26 Jean Burel, Memoires... op. cit., p. 378.
  • 27 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 107.
  • 28 A. Bernard, Les dUrfé…, op. cit., p. 355.
  • 29 Arch. mun. Lyon, AA 25, n° 17.
  • 30 Arch. mun. Lyon, AA 139 ; Péricaud, Notes et documents…, op. cit., à sa date.
  • 31 Bibl. nat. France, Fr.1 5 910, fol. 106 ; Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives…, op. cit (...)
  • 32 Arch. mun. Lyon, AA 24, fol. 79 ; Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives…, op. cit., t. IV (...)
  • 33 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 113 ; Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives…, op. cit (...)

8La nouvelle produisit un effet comparable à celui qu’avait provoqué en sens inverse celle de l’emprisonnement du duc, dix mois auparavant. Les habitants du Puy la reçurent le premier août ; ils firent des feux de joie, sonnèrent les cloches et lancèrent à l’adresse de Chattes et de sa femme des injures que le bon Burel « n’auze dire »26. Lesdiguières, dès le 30 juillet, offrit à Bellièvre ses services de façon très cordiale27. Anne d’Urfé28, et, le 11 août, le comte d’Auvergne firent de même au consulat29. Celui-ci, le 27 juillet avait piteusement averti le roi qui, le 28 encore30, recommandait à Bellièvre le sieur de Selincourt envoyé par la duchesse de Nemours à son fils pour continuer les pourparlers31. Henri IV manifesta un vif mécontentement32, au consulat comme à Bellièvre33. Il ne dit cependant rien de trop dur : il fallait garder courage, redoubler de vigilance, rechercher les complices, et ne pas se laisser abattre en attendant son arrivée qui, disait-il, ne pouvait plus tarder. Il s’inquiétait même avec sollicitude de savoir si la santé de Bellièvre n’avait pas été compromise par ce « fort mauvais accident ». Avec Ornano, il fut plus net :

  • 34 Ibid., fol. 115 ; Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives…, op. cit., t. IX, p. 401.

S’il n’y a de la malice, pour le moins qu’il n’y ayt une trop grande nonchalance […] je croy que si l’on l’eust laissé ou vous l’aviez faict transporter qu’il n’en fust poinct mesadvenu […] Ce n’est pas la premiere incommodité que j’ay ressentie de ce que mes ministres ont voullu traicter avec mes ennemys avec trop de doulceur et trop peu de severité.34

9Il lui donnait l’ordre de rester à Lyon en attendant son arrivée.

  • 35 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 100v.
  • 36 Bibl. nat. France, Fr. 15 575, fol. 183, lettre de La Violette au Roi, 1er août ; voir aussi une L (...)
  • 37 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 184.
  • 38 Ibid., fol. 185.
  • 39 Ibid.

10L’évasion de Nemours ruinait, s’il subsistait dans quelque esprit, tout espoir de trêve. Outre la nouvelle ardeur que ses troupes en reçurent, elle dénotait de sa part une volonté de ne pas se soumettre, et facilitait ses relations avec la Savoie et l’Espagne. Les faubourgs de la ville et surtout La Guillotière (plus exposée parce que sur la même rive que Vienne) en subirent les conséquences35. La situation paraissait angoissante aux Lyonnais. Des bruits alarmants circulaient sur les préparatifs des Espagnols en Piémont dont Lyon était l’objectif36. Il fallait faire face à toute menace. Le 30 juillet les échevins obtinrent d’Ornano qu’il fit proclamer l’obligation pour tous les chefs de famille d’aller à la garde, pour les penons de vérifier leurs listes et de veiller à la garde37. Le 31, il fit passer à ses troupes le pont du Rhône « pour entrer en garnison ès lieux necessaires »38. Le même jour, le consulat apprenant qu’une réunion du conseil se tenait avec Bellièvre et Ornano sur l’entrevue de Nemours et de Vic à Vienne, réclama une guerre défensive seulement, suffisante pour protéger les récoltes et gagner du temps39. Tout se plaçait sous le signe de l’économie.

  • 40 Arch. mun. Lyon, AA 36, n° 134.
  • 41 Lettres du consulat : arch. mun. Lyon, AA 139 (8 mars) ; AA 36, n° 131 (4 juillet). Lettres du con (...)
  • 42 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 181v.
  • 43 Arch. mun. Lyon, AA 139, lettre à Montmorency, 13 août.
  • 44 Lettres du roi à Ornano et à Bellièvre [Bibl. nat. France, Fr. 15 910, ff. 113 et 115 ; Berger de (...)
  • 45 Arch. mun. Lyon, AA 77, n° 73, lettre au consulat.
  • 46 Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 162, lettre de Bellièvre au roi.
  • 47 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 202v. Lettre de créance du 9 [AA 139].

11Au début de septembre, les troupes royales reçurent un renfort important avec le connétable de Montmorency. Depuis longtemps il avait l’œil sur Lyon : le 5 mars déjà, il avait prévenu le consulat que, sur l’ordre du roi, il se tenait prêt à assister la ville de ses forces40. Les relations ne s’étaient depuis jamais interrompues41, l’évasion de Nemours ne fit que les resserrer. Dès le 30 juillet, le consulat envoya au connétable Symphorien Néraud pour lui demander d’accélérer l’avance de ses troupes et d’amener de Valence et d’Orange de la poudre et des arquebuses42. Les Lyonnais se réjouissaient fort de recevoir un tel secours43. De son côté, Henri IV lui écrivait de secourir Lyon44. Montmorency prit donc ses dispositions pour emmener ses troupes en Lyonnais. Le 25 août il préparait sa cavalerie, son infanterie était déjà à Annonay, et il annonçait son arrivée pour le 8 septembre45. Le 6 on le signalait à Tournon46, tandis que le consulat envoyait Polaillon à sa rencontre47.

  • 48 Ibid., lettre du consulat à Ornano, 5 septembre.
  • 49 Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 162, lettre de Bellièvre au roi.
  • 50 Bibl. nat. France, Fr. 3547, fol. 35, lettre à Montmorency, 21 septembre. Il s’agissait d’envoyer (...)
  • 51 Arch. mun. Lyon, AA 38, n° 250, lettre d’Ornano au consulat ; Bibl. nat. France, Fr. 15 893, ff. 1 (...)
  • 52 Bibl. nat. France, Fr. 23 194, fol. 46, lettre de Gadagne au roi, 23 septembre.
  • 53 Bibl. nat. France, Fr. 23 990, Canault, Vie de Alfonso dOrnano, p. 221.
  • 54 Bibl. nat. France, Dupuy 64, fol. 21, lettre de Bellièvre au roi, 29 septembre (minute de la lettr (...)

12Mais il n’alla pas jusqu’à Lyon tout de suite. Du côté de Vienne en effet, quelques espoirs semblaient s’élever ; un grand nombre de Suisses, mal payés, commençait à déserter le parti de Nemours pour chercher fortune ailleurs ou rentrer chez eux ; Bellièvre était même d’avis de leur permettre de traverser Lyon sans y séjourner48. Nemours, sans argent et mal servi, se trouvait dans une passe difficile ; il fallait en profiter. Ornano occupa Givors, c’était chose faite le 6 septembre49. Dès son arrivée dans la région, dont la date reste à préciser, Montmorency s’occupa de l’investissement de Vienne ; il montra peu d’empressement à envoyer au secours de Briqueras assiégé le renfort que le roi lui réclamait pour cette place ; il fallut pour l’y décider toute la persuasion et l’autorité de Bellièvre50. Le 22 septembre, celui-ci avec le connétable et Ornano adoptèrent en commun le plan suivant51. Montmorency occupait avec ses troupes (trois mille arquebusiers et mille maîtres à cheval) la rive droite du Rhône au nord et au Sud de Vienne, bloquant Sainte-Colombe, faubourg de Vienne sur cette rive et son pont sur le Rhône. Tandis qu’Ornano, passant avec ses sept cents cavaliers et ses huit cents fantassins le pont de bateaux jeté sur le fleuve à une lieue et demie en amont de Vienne52, avait mission d’assiéger la place du côté dauphinois. Par ailleurs, entre les divers éléments dont se composait la garnison de la place ne régnait pas une harmonie parfaite. Entre, les capitaines : Dizimieux à Pipet, le baron de Tenecé à La Bastie, Don Vincenzo dans la ville et Le Chelard à Sainte-Colombe ; comme entre les troupes, mélange de Français, de Suisses, de Savoyards, de Napolitains et d’Albanais. Canault, qui nous trace ce tableau, révèle que dès ce moment, Ornano entretenait avec Dizimieux, par l’intermédiaire de l’oncle de ce dernier, le comte de Viriville, des relations amicales53. Autour de Vienne, l’étau se resserrait. Montmorency, sollicité à nouveau par le roi de secourir les troupes royales en Bourbonnais, refusa cette fois tout net54. D’autant plus que le 4 octobre, Ornano réussit le coup de maître de faire sortir de Vienne tous les Suisses qui combattaient au service de Nemours :

  • 55 L’un des capitaines suisses aux ordres de la ville. Il commandait à Pierre Scize lors de l’évasion (...)
  • 56 Arch. mun. Lyon, AA 38, n° 202, lettre d’Ornano au consulat, 4 octobre Péricaud, Notes et document (...)

Vous avez sceu, comme je crois, qu’il y a quelques jours que je traitois avec les Suisses qui estoient dans la ville de Vienne, par le moyen de Monsieur Vallier pour les faire sortir hors du royaume55. Dieu m’a faict la grace de reussir ce traité ; estans lesd. Suisses sortis ce matin a la pointe du jour dud. Vienne en nombre de 3 000 hommes que j’ay esté recevoir, avec toute ma cavalerie, a une mousquetade des murailles de la ville et accompagné de près de deux lieues, leur ayant baillé mon guidon avec quelque troupe, pour le conduire jusques au bord du Rhosne qu’ils vont passer près Montluel. Je leur ay faict jurer et promettre de ne plus retourner en France contre le service du roy.56

  • 57 Bellièvre nous a conservé les notes prises à cette réunion [Bibl. Nat. France, Fr. 15 893, fol. 20 (...)
  • 58 Eustache Piémont, Mémoires, op. cit., p. 333.
  • 59 Bibl. nat. France, Fr 23 990, Canault, Vie de Alfonso dOrnano, p. 222, au dire de Canault du moin (...)
  • 60 Eustache Piémont, Mémoires, op. cit., p. 331.

13Tout sembla donc prêt. Entre le mercredi 5 et le samedi 8 octobre fut tenu un conseil où l’on décida de tenter l’assaut57. L’affaire était fixée au mardi 11. Les troupes du connétable devaient franchir le Rhône à Lyon, rejoindre celles d’Ornano au camp de Moidieu, le lundi à cinq heures du soir, et de là, attaquer la ville. C’est ce qui fut tenté. Les assaillants essayèrent de pénétrer par un trou de la muraille, mais la garnison sur ses gardes (elle avait été sommée de se rendre la veille) repoussa toute attaque58. Tout était à reprendre. Ornano, qui comptait sur la bonne volonté de Dizimieux, dut être déçu ; ce dernier avait été mis en échec par les troupes étrangères, qui avaient proclamé dans Vienne l’autorité du roi d’Espagne59. Les principaux résultats de l’expédition, comme le remarqua de façon blasée Eustache Piémont, furent « la ruyne sur le peuple sans rien advancer au soulagement du peuple60 ». Les Lyonnais furent assez désappointés : Vienne aux mains de Nemours, c’était tout le commerce du Rhône qui restait bloqué ou continuait à payer des taxes supplémentaires. D’autre part une menace subsistait sur la ville tant que son principal ennemi serait à ses portes. Peu de temps après, Briqueras tombait aux mains des Espagnols devant lesquels une nouvelle porte s’ouvrait encore pour arriver jusqu’à Lyon.

  • 61 Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 815, lettre de Bellièvre au roi, 18 octobre ; Arch. mun. Lyon, (...)
  • 62 Montluel, vers le 10 novembre et Miribel le 9 novembre. Voir à ce sujet Eustache Piémont, Mémoires(...)
  • 63 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 164v.
  • 64 Ibid., ff. 206 et 225.
  • 65 Ibid., fol. 214.

14Montmorency et Ornano restèrent pourtant autour de la ville. C’était la volonté du roi, en même temps que la solution du bon sens. C’est de Lyon qu’on pouvait le mieux surveiller à la fois le Vivarais, le Forez et l’Auvergne, le Beaujolais et le Mâconnais, les Dombes et la Bresse, le Dauphiné, et de loin, soutenir Lesdiguières. À partir de ce moment, il n’y eut plus à proprement parler de campagne, mais une série confuse de petits coups de main, parmi lesquels on peut déceler une intention particulière de protéger les Dombes. C’est d’ailleurs ce qui fut décidé au conseil tenu à Lyon le dimanche 16 octobre. On conserverait en même temps un œil sur Vienne. Le manque d’ardeur des troupes d’Ornano, prêtes à se débander, ne permettait de faire davantage61. Quelques places furent prises, très proches de Lyon, dans les Dombes tandis qu’autour de la ville62, l’insécurité ne faisait que croître. Une telle tension d’esprit énervait les habitants. Des querelles éclataient dans les penonnages, soit pour des motifs assez futiles – sur la question de savoir qui, dans les relèves de garde, devait passer à droite : la garde montante ou descendante – soit entre simples soldats et officiers63, pour des raisons sans doute personnelles64. On négligeait de plus en plus le service de la garde. Le 24 octobre le consulat réunit les penons et les notables pour les exhorter à un peu plus de zèle : on quittait les postes à deux ou trois heures du matin « qui est l’heure la plus suspecte de toutes ». « Tel qui a son tillet pour fere sa ronde a deux heures après minuict la va fere a neuf ou dix heures advant la nuict » si bien que les rondes qui devaient se succéder d’heure en heure se rencontraient toutes au même moment ; beaucoup de notables s’en dispensaient. La nuit précédente encore, une course ennemie au pied de la porte Saint-Sébastien avait permis de constater que la courtine, à cet endroit, était à peu près dégarnie. Pour toute excuse, les notables alléguèrent la pluie qui était tombée ces dernières nuits65 ! S’ils tenaient à se préserver de Nemours, les Lyonnais n’y mettaient guère de conviction.

  • 66 Ibid., ff. 219v-220v.
  • 67 Arch. mun. Lyon, BB 131, ff. 223v-224.

15La guerre et ses nécessités, à la longue, les excédaient. Ils ne voyaient de plus dans tout cela, il faut bien l’avouer, que leurs intérêts étroitement locaux. Bellièvre ayant convoqué au consulat, le 17 novembre, une réunion des penons pour étudier les problèmes militaires intéressant la ville66, leur représentant Vaudel présenta seulement des réclamations d’un caractère étroitement revendicatif. Il fallait demander au connétable de ne pas laisser ses soldats rester dans Lyon pendant la nuit, de peur qu’ils n’en arrivassent à vouloir se loger chez les bourgeois, en dépit des privilèges de la ville. Il fallait éloigner les troupes et les faire cantonner en pays ennemi (en Bresse, en Savoie, et même en Viennois). Il fallait laisser le commerce libre entre la ville et les environs. Les soldats devaient épargner les « laboureurs », mais surtout se garder de confondre les « maisons des champs » appartenant aux Lyonnais avec les villages, pour y prélever leur subsistance. Il fallait relâcher les serviteurs des habitants de la ville prisonniers à Montluel. Il fallait placer une garnison en Dauphiné, entre Lyon et Vienne pour empêcher les partis ennemis de courir jusqu’à La Guillotière. Il fallait forcer les chefs de maison à prendre la garde et les notables à faire leurs rondes. Même tendance dans la plainte de marchands de la ville au consulat le 29 novembre67: Montmorency, pour nourrir son armée sans doute, venait de décider que tout le commerce entre Lyon d’une part et les Flandres, l’Italie, la Savoie et l’Allemagne d’autre part, passerait obligatoirement par Montluel (occupé par ses troupes), et y acquitterait une taxe égale à celle exigée à Suze. D’où grand émoi dans la ville. Le consulat promit d’aller trouver Bellièvre et d’écrire à Montmorency pour régler cette affaire. Notons bien, chacune de ces revendications pouvait fort bien se justifier ; ce qui nous intéresse davantage, c’est l’esprit dans lequel elles étaient présentées. Les conceptions des Lyonnais demeuraient strictement sur le plan local ; ils ne se demandaient pas – et c’est ce qui importe -– si elles correspondaient ou non à l’intérêt général.

  • 68 Bibl. nat. France, Dupuy 64, fol. 54 ; Fr. 23 195, fol. 141 (8 décembre) ; Fr. 3622, fol. 163. (11 (...)
  • 69 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, ff. 160-162. La réponse de Bellièvre à la mission de La Roche montr (...)
  • 70 Henri Drouot, Mayenne et la Bourgogne..., op cit., t. 2, p. 391 sq.

16L’horizon cependant s’assombrissait. Bellièvre, plein d’inquiétude, faisait part au roi de l’avance des troupes ennemies à travers les cols des Alpes, maintenant que Briqueras était tombé. On leur attribuait quatre mille fantassins (deux mille cinq cents Espagnols et quinze cents Napolitains) et sept cents chevaux. Nemours disposait à Vienne de deux cents chevaux, Treffort de cinq à six mille fantassins et de huit à neuf cents chevaux. En regard, Montmorency ne pouvait aligner que deux mille hommes68. Nouvelles bien exagérées, mais qui n’en étaient pas moins très alarmantes. Il faudrait, pour se faire une idée de l’angoisse de Bellièvre, citer toutes ses lettres au roi, au duc de Nevers, à Villeroy ou d’autres encore ; elles la reflètent toutes. Le roi, lui, ne semblait pas s’inquiéter outre mesure. Il avait envoyé à Lyon, le 13 novembre, le sieur de La Roche muni d’instructions dont Bellièvre reçut un double69. Le roi s’y disait « estonné de veoir que lad. ville soit entrée en ung tel estonnement qui doibt plus estre pour le peril qui est au dedans que pour celluy qui est au dehors, les ennemis n’ayant point de forces en campagne qui les peussent prendre ». Il fallait se calmer, avoir confiance dans le roi qui ne tarderait pas à venir, et dans les forces du connétable. De plus, Biron partait avec ses troupes pour la Bourgogne préparer le chemin du roi. Le dispositif général des armées d’Henri IV était en effet à ce moment le suivant : dans les Pays-Bas, Longueville, Nevers et Bouillon ; dans l’Est, l’armée lorraine qui coupait la route du Milanais en Flandres ; en Bourgogne, Biron devançait le roi70.

  • 71 Notes inédites relatives à lhistoire de Lyon…, op. cit., t. XII, p. 171.
  • 72 Henri Drouot, Mayenne et la Bourgogne, op cit., t. 2, p. 399.

17Pendant quelque temps encore, la situation n’évolua guère. Nemours lançait des pointes sans s’éloigner de son centre de Vienne. La terrible armée ennemie que redoutait tant Bellièvre ne faisait pas son apparition. Puis, en février 1595, le 5, Biron s’empara de Beaune. C’était la première victoire royale en Bourgogne ; elle produisit un très gros effet. Pour essayer sans doute d’en atténuer les conséquences, Nemours s’éloigna de Vienne, dépassa Lyon et alla occuper sur la Saône la place de Thoissey, le 28 février. Montmorency et Ornano le suivaient de loin71. Le mois de mars passé dans un calme relatif, Lyon vit enfin arriver Biron, dans la journée du 872. Les royaux se trouvaient maintenant en force dans la région, Nemours était loin, on en profita pour s’occuper de Vienne à nouveau.

  • 73 Bibl. nat. France, fr.15893, fol. 241, lettre à Villeroy, 1er avril.
  • 74 Humbert de Terrebasse, Correspondance de MM. de Disimieu, gentilshommes dauphinois, 1568-1713, Lyo (...)
  • 75 Bibl. nat. France, Fr. 513, ff. 504v-508v, le 2 mars
  • 76 Bibl. nat. France, Fr. 3992, fol. 82, lettre de Forget à Nevers, 4 avril Ici, le ton différait que (...)
  • 77 Bibl. nat. France, Fr. 15 576, fol. 68. Le document est présenté comme la copie d’une lettre au ro (...)
  • 78 Humbert de Terrbasse, Correspondance…, op. cit., p.14-16.
  • 79 Il reçut, selon la promesse, le gouvernement, la compagnie, le régiment, les 20 000 écus V. le dét (...)
  • 80 Bibl. nat. France, Fr 23 990, p. 223-234, Canault, Vie de Alfonso dOrnano.
  • 81 Bibl. nat. France., Ital. 1744, fol. 80, dépêche du 29 avril.

18Malgré les craintes perpétuelles de Bellièvre73, la situation était de ce côté assez encourageante. Les négociations n’avaient pas cessé avec Dizimieux. Le 22 novembre 1594, Henri IV lui avait promis, s’il rendait Vienne, le gouvernement de la ville et du Viennois, une compagnie entretenue de cinquante hommes d’armes, un régiment de huit compagnies d’hommes de pied avec survivance pour son frère, l’abbaye d’Ainay qui serait enlevée à l’archevêque de Lyon ou à défaut 20 000 écus74. En mars, le roi envoya à Lyon son secrétaire d’État, Forget de Fresnes, avec mission, entre autres choses, de prendre contact avec Nemours et essayer de voir ses intentions75. Le duc étant absent, il ne put que lui écrire « que ma charge ne s’estendoit pas a l’aller trouver ou il estait, et que s’il desiroit sçavoir ce que j’avois a luy dire, qu’il falloit que ce feust d’autre fasson76 ». Mais le 4 avril, il pouvait dire aussi : « l’entreprise de Vienne s’advance fort et croy que les offres portés par l’instruction de Deschamps seront acceptez parce que l’on a faict veoir a Dizemieulx qu’il y avoit une conjuration faicte contre luy dans la place par les estrangers77 ». Le 21 avril, Montmorency et Bellièvre confirmèrent à ce dernier les promesses faites par le roi en novembre78. Le fruit mûr tomba le 23 avril. Les royaux appelés par Dizimieux entrèrent dans la place sans coup férir79 ; le lendemain, le château de Pipet tombait à son tour80. Comme le faisait remarquer l’ambassadeur vénitien Duodo : « Cosa che ha dato qui a tutti grandissima consolatione ; ma che lhaverà apportata senza dubio maggiore a quelli di Lionà, perche sarà loro libero il camino et per acqua et per terra per tutte quelle parti »81.

  • 82 Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 261.

19Vienne aux mains du roi, Lyon ne craignait plus grand chose. En Forez toutefois, restaient encore de nombreux capitaines ligueurs contre lesquels une campagne fut projetée au début de mai. L’exécution n’en fut même pas commencée : l’absence de gouverneur régulier favorisait toutes les intrigues, toutes les ambitions des gentilshommes bornés et vaniteux. Les pouvoirs de Bellièvre ne réussissaient point à lui donner du prestige à leurs yeux : ce n’était jamais qu’un robin. Le 8 mai, dans une lettre désolée selon la coutume, il exposait au roi la situation : Ornano avait projeté cette campagne, usant de son titre de chef des armées du roi en Lyonnais, Forez, Beaujolais. Le comte de Clermont, alléguant un pouvoir de gouverneur de Forez qu’il tenait du roi, y avait mis opposition. Le connétable auquel Bellièvre avait demandé de mettre les plaideurs d’accord en partant lui-même pour le Forez en commandant à tous, venait la veille de refuser. Bellièvre ne voulant prendre parti et attendant le roi, se voyait accuser par Clermont de lui porter tort. Dans une telle anarchie, la présence du roi s’avérait de plus en plus nécessaire82.

  • 83 Ibid., fol. 264 et 267, lettres au roi, 21 mai et 8 Juin.
  • 84 Ordres du roi à Bellièvre, le 4 et 7 juin de faire partir les forces de Lyon [Eugène Halphen, Lett (...)
  • 85 Henri Drouot, Mayenne et la Bourgogne, op cit., t 2, p. 431.
  • 86 Arch. mun. Lyon, AA 36, n° 133, lettre de Montmorency au consulat, 19 juin.

20Cependant les menaces que faisaient peser sur la ville les troupes de Nemours et de Velasco (enfin venu du Milanais) ne devaient plus, malgré les plaintes de Bellièvre se réaliser désormais83. La campagne du roi en Bourgogne y attira l’ennemi. La prise de Dijon, après un siège de cinq jours seulement (du 23 au 28 mai), la victoire de Fontaine-Française le 5 juin écartèrent le danger espagnol. La campagne de Montmorency et celle d’Ornano en Bresse, à laquelle contribuèrent les forces de la ville84, écartèrent celui de Nemours réduit à réclamer du secours au connétable de Castille85. Le 18 juin, le fort de Thoissey tomba aux mains d’Ornano86.

  • 87 Comme le sieur de Pilon qui après avoir pris Thizy, « tenait assiègé le grand chemin de Lyon a Par (...)

21L’arrivée du roi, à la fin du mois d’août, devait complèter cette pacification. Le Forez restait encore troublé ; dans les Monts du Lyonnais et du Beaujolais, de nombreux nobliaux continuaient à chercher leur vie aux dépens des populations87. Cela ne suffisait plus désormais à entraver profondément la vie lyonnaise, enfin libérée de la guerre.

La détresse financière

22On pouvait, en juin 1594, espérer une certaine amélioration de la situation financière de la ville, grâce aux mesures prises par le roi en mai. Rappelons les brièvement : le droit d’entrée du vin, réduit à 40 s. par pièce, restait à la ville qui gardait le tiers seulement de la douane.

  • 88 Arch. mun. Lyon, CC 1449, n° 53 ; BB 131, fol. 192v.
  • 89 Arch. mun. Lyon, BB 132, ff. 2 et 72.
  • 90 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 208v.
  • 91 Arch. mun. Lyon, EE 102, n° 23 et 23 bis.

23Mais il eût surtout fallu, pour obtenir un résultat même médiocre, pouvoir diminuer les dépenses. La décision de reprendre la guerre ne pouvait le permettre. Par exemple, Béraud envoyé le 26 juillet par le conseil acheta de la poudre en Languedoc ; il en coûta à la ville de 1 500 à 2 000 écus88. Bellièvre, à l’assemblée générale du 13 juillet où l’on s’y résolut, fit accepter un emprunt forcé qui serait levé sur les plus aisés de la ville. Le produit en fut versé au trésorier général de l’extraordinaire des guerres89. Mais le rendement en fut très faible : le 8 octobre devant une assemblée restreinte convoquée pour discuter de ce même problème, Bellièvre avouait une recette de 14 à 15 000 écus seulement90. Au peu d’enthousiasme qu’avaient mis les notables, le 13 juillet, à proposer une solution précise, on pouvait le prévoir. On ne sait d’ailleurs pas sur quelles bases les impositions de chacun furent calculées, ni comment on procéda à l’opération. Nous relevons simplement que le 4 août, de Roddes
– un suspect – fut invité à débourser 200 écus pour contribuer à la défense de la ville. Il n’en versa que cent, au bout d’un mois91.

  • 92 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol.185
  • 93 Ibid., ff.188-189.
  • 94 Ibid., ff.189v-190.
  • 95 Arch. mun. Lyon, AA 139.

24Prévoyant cet échec, les échevins avaient recours au procédé habituel, l’emprunt en leur « privé nom ». Le 31 juillet, il fut décidé que les nouveaux échevins verseraient chacun 1 000 écus, les anciens, 500, pour aider à constituer le fonds de guerre ; le tout remboursable sur les recettes de la douane ou de l’emprunt92. À quoi bon : dès le 10 août, Bellièvre leur réclamait encore 12 000 écus pour payer les Suisses et les frégates armées sur la Saône. Le consulat versa des pleurs dans le sein d’Ornano, présent à la réunion : la ville n’avait plus rien dans ses caisses et n’avait jamais rien reçu (la douane mise à part) des finances royales pour la poursuite de la guerre. Ils allèrent trouver Bellièvre pour obtenir promesse de leur remboursement. Il la leur accorda, sur les quartiers de la recette générale de janvier et d’avril93, et leur en apporta les assignations le lendemain même, en présence d’Ornano toujours. Les échevins firent grise mine : la garantie leur paraissait mince. Ils émirent la prétention d’avancer la somme non à titre privé, mais en tant que consuls. C’était déroger à la coutume, mais, protestaient-ils, « il n’y a nulle raison de les ruyner et que eulx tous seulz supportent tous les frais de la guerre, oultre les depenses ordinaires de lad. ville ». Bellièvre, Ornano et Gadagne leur répondirent ensemble que, ayant ramené leur ville au roi, « c’est a eulx aussy de s’efforcer d’avoir l’honneur de la conserver [...] Chascun se doibt employer pour elle ». Réconforté par ces saines paroles, le consulat se résigna à prêter la somme. Il y en avait besoin, 2 958 écus en furent dépensés à l’instant même pour payer des troupes94. La présence de Bellièvre ne s’avérait pas très rassurante pour la bourse des Lyonnais. Le consulat avouait, le 5 septembre, à Ornano son confident qu’il ne pouvait trouver d’argent : « Chascun est si reitif » qu’il devait donner les assignations aux capitaines « a petitz morceaux95 ».

  • 96 Arch. mun. Lyon, AA 36, n° 173, 28 septembre. Il réclamait pour la deuxième fois l’argent promis p (...)

25Ce ne fut évidemment pas Montmorency qui les soulagea. Dès avant son entrée dans la ville, il réclama pour ses troupes, expliquant que son rôle de protecteur comprenait cette nécessité96. Ses demandes ne cessèrent d’ailleurs pas. Il est juste cependant de retenir que la responsabilité des dépenses militaires avait depuis l’édit de réduction et surtout depuis la présence à Lyon de Bellièvre, passé aux finances royales, déchargeant ainsi les épaules des échevins. Il est vrai que par l’emprunt ou par quelque autre procédé, c’étaient toujours les mêmes contribuables qui payaient…

  • 97 Arch. mun. Lyon, BB 131, ff. 205v, 206v-207. Le consulat décide de le faire lever en même temps qu (...)
  • 98 Arch. mun. Lyon, AA 42, fol. 186.
  • 99 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 217, le 10 novembre.

26Il fallait de toute urgence trouver de l’argent. Les moyens traditionnels ne suffisaient pas : le consulat voulant affermer la petite entrée du vin dut la mettre par deux fois aux enchères, le 22 et le 30 septembre, mais personne ne se présenta pour la prendre en ferme97. Les assignations données par le consulat en guise de solde ne satisfaisaient pas les créanciers : le capitaine Martin, le 18 décembre, se plaignait de ces payements « en assignation dont on ne peut rien tirer que par la force [...] et aymerois mieulx avoir cent escuz en argent comptant que cent cinquante en assignation98 ». Aussi se préoccupait-on de faire rentrer le produit des gabelles appartenant à la ville, de constituer les fermes « afin que l’on puisse faire fondz suffisant pour le payement des assignations sans que lad. ville en soyt plus advant endebtée99 ».

  • 100 Ibid., ff. 208-211.
  • 101 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 211v ; et BB 132, fol. 73.

27Mais des dettes de la ville, Montmorency se souciait peu. Il n’avait qu’une idée, poursuivre la guerre ; pour cela, il voulait de l’argent. Fort de son autorité de connétable, il chargea Bellièvre de convoquer une assemblée restreinte pour en trouver. Elle se tint dans l’après-midi du 8 octobre. Bellièvre, après avoir exposé les nécessités de la guerre, proposa d’augmenter l’entrée du vin que le roi, le 10 mai, avait réduite à 40 s. Il demanda de la doubler. Le clergé fut seul à protester. Tous les autres approuvèrent, et proposèrent même d’autres impositions. Ils demandèrent surtout que l’emprunt fût levé équitablement et sur tous100. Le jour même, sur décision de Bellièvre et du connétable, l’augmentation était réalisée (l’impôt sur le vin était donc porté à 1 éc. 20 s.) et sa recette certifiée au trésorier général de l’extraordinaire des guerres101.

  • 102 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 2.
  • 103 Ibid., fol. 3.
  • 104 Chargés de « prendre tous les matins les bullettes » apportées le soir au bureau de la consigne po (...)
  • 105 Ibid., ff. 4, 4v, 6, 6v, 7.

28Les caisses de la ville se trouvaient complètement vides. Les échevins, le 3 janvier, disaient même ne pas avoir de quoi donner des étrennes au trompette d’Ornano et à l’huissier de la chambre du connétable – 10 écus au total – et demandèrent à Bellièvre de leur faire donner 200 écus par le trésorier de l’extraordinaire de guerres, sur l’emprunt aux bourgeois102. Le 11, ils allèrent à nouveau lui expliquer qu’ils ne pouvaient plus supporter les frais de la guerre103. Il devait le savoir, mais que pouvait-il y faire ? En attendant de recevoir de nouveaux fonds, ils tentèrent de réduire les dépenses. Ils prirent le 16 une série de mesures d’économie : suppression de la charge de « remplisseur des tillets en foire » et de « certificateur des tilletz », comme « inutilles et a la foulle de lad. ville » ; réduction des gages des « commis a avoir l’œil » aux portes et aux chaînes ; suppression d’un des deux commis à la consigne et réduction des gages du commis subsistant104; suppression de la charge de capitaine des portes et chaînes de la ville ; destitution du voyer, malade et inutile, et des sous-commis qui le remplaçaient, sauf deux. Toutes ces suppressions ou réductions de gages entraient en vigueur avec effet rétroactif à compter du 1er janvier 1595105. Il est difficile de réaliser l’importance de l’économie ainsi réalisée ; atteignait-elle 700 écus par an ? ce n’est même pas sûr... Ce n’était pas encore cela qui comblerait le gouffre des dettes.

  • 106 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 27v.

29Alors même que ses finances se trouvaient en si piteux état, le consulat avait à se défendre contre la diminution de ses recettes. C’est ainsi que le 18 mars, il décida de demander aux trésoriers généraux de faire révoquer un édit du roi du mois d’août 1594 portant création en titre d’office de deux contrôleurs généraux de la douane de Lyon et, en commission, de deux receveurs et deux contrôleurs particuliers, le tout s’ajoutant aux anciens officiers. Le consulat demandait que, si on ne voulait révoquer cet édit, que les gages de ces nouveaux officiers au moins ne fussent pas supportés par le tiers de la douane appartenant à la ville106. Fut-il écouté ? Nous ne le savons.

30Ce n’était pas encore les interventions du roi ou de ses officiers qui pouvaient rétablir les finances de la ville ; les problèmes n’étaient pas encore envisagés dans leur ensemble. On ne prenait que des mesures de détail insuffisantes devant l’ampleur des questions.

  • 107 Ibid., fol. 85v. Le 25 août.
  • 108 Ibid., fol. 77v. Le 1er août.

31Au mois d’août, attendant l’arrivée du roi, le consulat ne pouvait que constater sa détresse et celle de la ville : il ne payait au collège de la Trinité que la moitié des gages du quartier à venir107 ; les recteurs de l’aumône générale venaient pleurer à l’hôtel de ville et obtenaient 1 200 écus en assignation sur les prochaines recettes de l’entrée du vin108 ; commençant à faire les préparatifs de l’accueil du roi, les échevins prévoyaient avec regret qu’ils seraient obligés

  • 109 Ibid., fol. 73v, le 28 juillet.

d’en user avec le plus de médiocrité qu’il leur sera possible, ne pouvant l’estat des affaires de lad. ville comporter qu’ilz en puissent faire comme leursd. predecesseurs, tant parce que les calamitez publicques qui sont notoires a toute l’Europe y resistent, que aussy parce qu’ilz ne sçauroient faire sy peu que la despence n’excede troys a quatre foys en ceste mediocrité celle qui se faisoit anciennement avec une grande pompe.109

  • 110 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol 33.
  • 111 Ibid., ff. 50, 52.
  • 112 Ibid., ff. 55v-56v.
  • 113 Ibid., ff62v- 63v.

32Bien que pressuré, le consulat cherchait tout de même à ne pas perdre le contrôle de ses finances. Le 15 avril 1595, il décida de vérifier les comptes du « receveur des deniers commungs », Guyot de Masso, dont l’administration ne lui paraissait pas tout à fait satisfaisante. On avait constaté que la plupart des fonds provenant des gabelles, des équivalents, des octrois lui restaient entre les mains, sans que les assignations chargeant ces recettes fussent payées. Pour lui permettre de « vacquer a dresser sesd. comptes sans estre distraict a aultres afferes », il fut décidé que jusqu’à nouvel ordre, de Masso ne pourrait s’occuper des finances de la ville. En même temps, on alla trouver Bellièvre pour obtenir que Benoît Du Troncy, ancien secrétaire de la ville démis depuis plus d’un an, remît au consulat les registres de délibérations encore en sa possession, pour pouvoir vérifier les ordonnancements de payements110. Le 16 mai, Antoine Clément était désigné pour remplacer provisoirement de Masso en tant que « commis a la recepte111». Le 26 mai, mécontent du fermier de la grande ferme des gabelles et de celui de la revenderie, qui lui faisaient perdre plus de 3 000 écus par an, selon ses estimations, le consulat résolut de les attaquer en justice112. Le 30 juin, ce fut à l’hôtel de ville que vinrent rendre leurs comptes les sous-fermiers des gabelles113. Le 24 juillet même, s’enhardissant, il décidait que, « au premier jour de conseil », il prierait Bellièvre de désigner les échevins Henry et Mornieu pour contrôler l’emploi par le commis du trésorier général de l’extraordinaire de guerres, Michel Séverat, des deniers provenant de l’emprunt forcé et du surtaux de l’entrée du vin,

  • 114 Ibid., fol. 72.

attendu qu’ilz sont procédez des habitans de la ville, et qu’il est bien raisonnable que le corps de ville soit informé de ce en quoy lesd. deniers ont esté convertys, pour en pouvoir par lesd. Srs eschevins rendre a leurs concitoyens le compte a quoy le debvoir de leur charge les oblige.114

33Nous ne connaissons pas le résultat de cette démarche, ni même si elle fut tentée effectivement.

  • 115 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 112v.
  • 116 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 52.

34Mais déjà le consulat était retombé sous le contrôle de la chambre des comptes. Dès 1594, Guyot de Masso avait reçu une convocation pour venir à Paris rendre ses comptes. Le 21 octobre, les échevins, peu disposés à subir une telle tutelle, semble-t-il, peut être aussi poussés par de Masso inquiet, lui délivrèrent un certificat attestant que l’état des routes et l’insécurité générale interdisaient tout voyage115. Ils reconnaissaient cependant le principe de ce contrôle (comment eussent-ils pu faire autrement ?). Quand le 17 mars Antoine Clément entra en fonction de commis à la recette, il accepta « a la charge toutesfois qu’en ce fet il ne despende d’aultre que du corps de ville et qu’il ne soit comptable ny responsable en la chambre des comptes ny ailleurs » ; ce dont le consulat l’assura, lui promettant que seul le corps de ville aurait à répondre en haut-lieu116. Il entendait affirmer par là, peut-être, ses responsabilités de dirigeant de la ville, mais aussi (et surtout) rassurer Clément et obtenir rapidement un administrateur pour ses finances. Il n’était pas question pour lui, en effet, d’empêcher le conseil du roi d’en contrôler la gestion. Comment eût-il pu résoudre autrement l’écrasant problème des dettes demeuré intact ?

35Les causes qui maintenaient dans ce marasme les finances de la ville avaient, comme on s’y attend bien, les mêmes effets sur celles du roi.

  • 117 Voir Roger Doucet, Finances municipales et crédit public..., op. cit., p. 117.
  • 118 Arch. mun. Lyon, BB 131, ff. 165v-166v, enregistrement de l’ordonnance de Bellièvre au bureau des (...)
  • 119 Ibid., fol. 98.

36Dès son arrivée, Bellièvre eut à veiller à la reprise en charge par le bureau des finances de l’administration de la douane. Le 1er juillet, les échevins ne touchant plus qu’un tiers de la recette désormais, s’aperçurent que le surtaux mis pendant la Ligue l’avait été sans l’autorité du roi117. Il fallait le supprimer ; d’autant plus que la ville ne touchant plus qu’un tiers du revenu, il était de peu d’efficacité pour l’extinction des dettes et ne faisait que gêner considérablement le commerce. Pendant que deux d’entre eux allaient prévenir les trésoriers généraux qui prenaient possession de la douane et des locaux de l’administration, l’ensemble du consulat se rendit chez Bellièvre mais ne put lui parler. Sans perdre de temps, ils coururent eux aussi à la douane, pensant « que lesd. srs tresoriers qui estoient en lad. maison de la douane pourroient fere quelque chose a leur prejudice, et qu’ilz auroient peyne de fere reparer ». La confiance régnait. De là, ils repartirent avec trois trésoriers et Nicolas de Langes chez Bellièvre qui, accédant à leur requête, supprima le surtaux118. À ce moment Nicolas Girard vint au nom du sieur de Gondy, gentilhomme de la chambre du roi, réclamer la reconnaissance du droit accordé par le roi audit Gondy de percevoir un tiers des revenus de la douane. Les trésoriers un peu émus sans doute, demandèrent à Bellièvre s’il fallait s’exécuter. Celui-ci leur ayant confirmé que telle était bien la volonté du roi, ils ne purent que s’incliner119. Réduite de son surtaux, allègée des deux tiers, la douane n’apportait que de maigres ressources aux trésoriers généraux.

  • 120 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 167.
  • 121 Arch. dép. Rhône, C 530, fol. 104
  • 122 Bibl. nat. France, Nouv. acq. fr. 3601, n°32.
  • 123 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 195v.
  • 124 Bibl. nat. France, Fr. 18 159, fol. 135 ; Noël Valois, Inventaire…, op. cit., n° 763.
  • 125 Arch. dép. Rhône, C 530, fol. 94v.
  • 126 Ibid., fol. 100.
  • 127 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 100, lettre du 13 juillet. Voir aussi Eugène Halphen, Lettres (...)
  • 128 Ibid., p.109.

37Ils avaient pourtant besoin de plus. La guerre dépensait toujours davantage, d’autant plus que peu à peu les principales charges passaient du consulat à la généralité. En application de l’édit de réduction, les dernières soldes de Suisses payées par la ville le furent le 2 juillet120. Ce fut au bureau des finances à s’en occuper par la suite, la première fois sur une ordonnance de Bellièvre, le 13 juillet121. Le 2 septembre, la montre des trois frégates sur la Saône se fit devant le commissaire des guerres et la solde fut payée par l’extraordinaire122. La dernière payée par le consulat l’avait été le 27 août123. Enfin, en plus des Suisses en garnison à Lyon, le bureau des finances avait à s’occuper du règlement de la solde des Suisses et Grisons de l’armée du roi. Le 6 mai un arrêt du conseil ordonna aux trésoriers généraux d’emprunter dans la ville 5 000 écus testons pour les remettre aux trésoriers des ligues124. La dernière trêve accordée à Saint-Sorlin coûta à la généralité 2 112 écus Ce fut encore Bellièvre qui en signa l’ordonnancement, le 24 juin125. Il ordonna au bureau, le 3 juillet, de revenir sur sa décision de ne pas payer au baron de Rebbes la solde de sa compagnie qui devait être supportée par les paroisses de Forez126. L’intervention de Bellièvre dans le règlement des affaires militaires du point de vue financier lui était d’ailleurs formellement recommandée par Henri IV lui-même127 ; le bureau des finances se voyait ainsi enlever de nouvelles ressources : le 8 octobre 1594, le roi ordonnait de faire percevoir les tailles non par les trésoriers généraux, mais par le trésorier de l’extraordinaire des guerres128.

  • 129 Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 173, lettre au roi.

38Pour faire face à ces dépenses dont nous ne percevons qu’un pâle reflet, les recettes de la généralité ne suffisaient certes pas. Il y eut bien la « cotisation » des bourgeois, décidée le 13 juillet, mais nous avons vu son faible rapport. Il y eut bien l’emprunt de 12 000 écus sur les échevins, mais leur remboursement promis chargeait à l’avance d’autant la recette générale. Le 8 octobre, Bellièvre, sur la demande de Montmorency, doubla bien l’entrée du vin ; mais il voyait bien que les besoins dépassaient les moyens. Il faisait part au roi de son embarras : où trouver les sommes indispensables ? Dans les poches des Lyonnais ? Elles paraissaient vidées. Dans l’engagement du domaine, ou par des constitutions de rentes sur les recettes ? Il y avait peu d’espoir de réussite129.

  • 130 Arch. dép. Rhône, C 530, fol. 142v.
  • 131 Arch. mun. Lyon, AA 42, fol. 187, lettre du capitaine Martin, 25 décembre.
  • 132 Arch. dép. Rhône, C 530, fol. 142.

39Montmorency, lui, voyait les choses plus simplement : le 25 septembre, de son camp de Givors, il ordonna une levée de 18 000 écus sur les habitants du gouvernement (9 000 sur le Forez, 6 000 sur le Lyonnais, 3 000 sur le Beaujolais), avec ordre au bureau des finances d’y procéder130. Restait à savoir si les trois élections pourraient payer. Il imposait aussi en nature, ou plus exactement en journées de corvées ; mais les habitants de Givors se montraient aussi peu dociles devant les ordres des élus de Lyonnais que devant les assignations du consulat131. Nous avons vu la tentative pour établir à Montluel une douane supplémentaire. Quant à Bellièvre, il retarda simplement le payement des rentes assignées sur la recette des tailles et aides de Beaujolais pour les quartiers de juillet et d’octobre (ce qui ne représentait que 398 éc. 21 s. 6 d.) et les faisait verser entre les mains du receveur général de la généralité132. Cela au moins était réalisable.

  • 133 Ibid., ff. 118 (St Héand en Forez, 17 août) ; 130 (Beaujeu, 24 septembre) ; 135 (paroisses de Beau (...)
  • 134 Ibid., fol. 151v , le 11 novembre.
  • 135 Ibid., ff. 126 (Nontchapt en Forez, 12 septembre) ; 161 (Régny en Lyon-nais, 27 septembre) ; 131v (...)

40Les contribuables faisaient pour se défendre tout ce qui était en leur pouvoir. Ils adressaient de multiples demandes d’exonération ou de réduction de taille à Bellièvre qui les renvoyait régulièrement, pour en décider, au bureau des finances, indiquant par là que le fait ne relevait pas de lui133. Une seule fois il demanda leur avis aux trésoriers au sujet des tailles de Beaujolais134. Il renvoya également à plusieurs reprises des demandes de remboursement de sommes prêtées au roi135.

41Bien que les renseignements nous manquent davantage pour 1595, à cause de la disparition du registre correspondant à cette année des délibérations du bureau des finances, on peut tout de même affirmer que la situation fut aussi mauvaise que l’année précédente.

  • 136 Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 254v, lettre de Bellièvre au roi, avril.

42Les quartiers de janvier et d’avril se trouvaient à l’avance chargés des 12 000 écus avancés en août par le consulat. Et celui de janvier rentrait précisément fort mal. Bellièvre, en avril, déclarait que, la recette étant prévue à 40 000 écus, le receveur général n’avait pu en percevoir que 1 900 ; si bien que l’on avait à emprunter 600 écus pour pouvoir payer 2 500 écus pour fournir du blé à la garnison de Montluel. Les suisses demandaient leur solde, en retard de trois mois ; déjà trois compagnies françaises avaient quitté la ville pour cette raison136.

43Le 7 avril, Bellièvre excédé écrivit au roi et lui mit assez rudement sous les yeux un tableau sombre de la situation. Les trésoriers généraux ayant reçu l’état des finances pour la généralité, il constatait que le total de la recette atteignait 132 000 écus, chargés de « deulx parites soubs le non de vostre tresorier de l’espargne », l’une de 60 758 écus, pour des dépenses diverses au service du roi, l’autre de 60 000, « cy devant employée en la recette de la levée et creue des garnisons ». Le surplus, 11 242 écus, restait pour les dépenses ordinaires de la recette.

44Sire, en l’an dernier, feust seulement employée la somme de dix mil escutz pour estre payée par les mandements de vostred. tresorier de l’espargne laquelle n’a pu estre satisfaict a cause de la faulte de fondz qui s’est trouvée en ceste recepte.

  • 137 Bibl. nat. France, Dupuy 64, fol. 60. (Minute : Fr. 15 893, fol. 220v)
  • 138 Bibl. nat. France, Fr. 15 893, ff.  243 et 247, lettre au roi.

45Chaque mois il fallait pour les troupes 17 400 écus, qui se montaient pour les dix derniers mois à 174 000 écus, dont 50 000 seulement pris sur la recette. Le reste « il a fallu que l’on l’aye trouvé icy par emprunctz et impositions extraordinaires, ce qui n’a peu estre faict sans une grande crierie et mescontentement de ce peuple ». Depuis le début de l’année, la caisse de la recette générale était vide : « Pour ne laisser perdre les places ou l’on a garnison en ces trois provinces, j’ay esté contrainct de faire bailler des quictances aux capitaines de places qui se font payer avec l’espée […] » Il est impossible que « vostred. tresorier de l’espairgne s’ayde de lad. Partie de LXm VIIc LVIII escutz pour employer aux despenses qui se presentent pour vostre service. » En conclusion, il renouvelait au roi une demande faite, le 1er février137, de ne plus charger la généralité de nouvelles assignations138. Le même jour, envoyant à Villeroy le double de sa lettre au roi, il lui confiait son dégoût :

  • 139 Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 245.

Il y a deux parties en l’estat employées soubz le nom du tresorier de l’espairgne qui montent plus qu’il ne se recevra en toute l’année ; on ne fault jamais d’assigner en l’espairgne, surtout en une recepte dont l’on espere de tirer deniers. Le tresorier de l’espairgne y renvoye ceulx qui l’importunent, qui sont quelque fois de telle qualité que l’on ne sçait comme s’en deffendre [...] Je suis icy reduict en une merveilleuse extremité, ne sçachant de quoy payer la garnison de ceste ville [...] Tout ce que j’en ay escript n’a profficté pour me faire sortir de la peine ou je suis. Il ne m’est plus possible de soubztenir ceste charge.139

46Dans les bureaux parisiens, on était tout prêt à s’imaginer par routine ou par ignorance que Lyon était toujours le grand pourvoyeur d’argent du roi ; sur ce point, comme sur les difficultés des trésoriers en face des grands seigneurs, la remarque de Bellièvre est suggestive…

47Ému, Henri IV le rassura aussitôt :

  • 140 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 236r, le 14 avril ; Eugène Halphen, Lettres inédites…, op. cit (...)

Croiez que ce n’a poinct esté mon intention ni de ceulx de mon conseil d’emploier les deniers de lad. recepte ailleurs que aux despenses du pays [...] et si aud. estat lesd. deniers sont emploiez soubz le nom du tresorier de l’espairgne tant pour l’ordinaire que pour la creue, c’est parce qu’il fault que le tout soit manié et distribué en son nom et par ses mandemens ou rescriptions, mais non pour estre mis ailleurs que aux despenses dud. pays.140

  • 141 Arch. mun. Lyon, AA 21, fol. 21.

48Le 27 avril même, il annonça au consulat qu’il avait « abandonné au sr. de Bellièvre les deniers de nostre recepte generalle de vostre ville pour payer et entretenir les Suisses qui ont aydé a vous conserver141 ». La satisfaction était toute morale : le 2 mai, Bellièvre remerciant le roi lui redit que le receveur général n’avait pu percevoir en cinq mois que 1 900 écus

  • 142 Bibl. nat. France, Fr. 15 576, fol. 76.

Il a payé les garnisons en quictances, et pour payer un voyage de cinquante escutz, il a esté contrainct de le presser du sien a ma priere. Le peuple est tellement appaouvry [...] qu’il ne vient du tout rien en vos receptes. Et la paouvreté des contribuables a la taille chassera avant qu’il soit un mois lesd. garnisons.142

  • 143 Bibl. nat. France, 15 893, fol. 260, lettre au roi, 8 mai.
  • 144 Ibid., fol. 274, lettre au sieur de Couzon : 20 juillet.

49Et même, disait-il un autre jour, les receveurs « ne reçoivent que coups de bastons143 ». Il essayait d’autre part d’obtenir des gentilshommes qu’ils forçassent les habitants de leurs terres à payer la taille144.

  • 145 Bibl. nat. France, Clair. 653, p. 22 ; Noël Valois, Inventaire…, op. cit., n° 1939.
  • 146 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 20v.

50Était-il donc impossible de se procurer des ressources autrement que par la taille ? La douane de Lyon avait encore été touchée par l’arrêt du conseil du 11 janvier qui, voulant « remettre en valleur la ferme de la doanne et imposition foraine de Champagne et Picardie », avait « advisé de revoquer les passeportz particuliers que Sa Majesté a accordé depuis la réduction de la ville de Lyon en son obeissance »145. Désormais les draps de soie et autres denrées sujettes à droit de douane devaient pénétrer dans le royaume par les provinces de Champagne, Normandie, Picardie et Poitou. Les échevins qui avaient tout intérêt à ce que la généralité ne manquât pas trop de ressources proposèrent à Bellièvre, le 26 février, les moyens suivants : il n’y avait qu’à rechercher ceux « qui ont des moyens notoirement », leur emprunter de force en leur donnant des assignations sur le quartier d’avril de la recette générale. On pouvait hypothéquer la maison de Dupré, confisquée, depuis le complot de février. Continuant dans cette voie, il fallait confisquer les biens ennemis : ceux du procureur Papon, mort rebelle, trouvés chez les jésuites après leur départ, et ceux que l’on avait trouvés chez Jacques Mestret, alors en exil (eux au moins ne protesteraient pas146). De même Bellièvre avait demandé au roi d’employer à l’entretien des garnisons les biens confisqués aux condamnés de février. Le roi l’accorda puis rendit à la famille de Dupré les biens qui n’étaient pas encore vendus.

  • 147 Bibl. nat. France, Clair. 653, p. 63-64 ; Noël Valois, Inventaire…, op. cit., n° 2184, 2186.
  • 148 Bibl. nat. France, Fr. 513, fol. 504v, instructions à Forget.
  • 149 Arch. dép. Rhône, C 412, fol. 2.

51Le roi se chargea bien de quelques dépenses : le 27 février deux arrêts du conseil ordonnèrent au trésorier de l’Épargne de payer à Cenami147, banquier italien de Lyon, 700 écus comme intérêts des 5 000 qu’il avait fournis pour les suisses, et au consulat 490 écus, pour les intérêts des 12 000 avancés en août précédent (et qui n’avaient donc pas encore été remboursés, bien qu’assignés sur les premiers quartiers de la recette générale). Mais il est fort probable que l’argent, bien que « manié et distribué soubz le nom » du trésorier, fut tiré, en fait, de la recette de Lyon... Le 2 mars, il envoya à Montmorency, par le moyen de lettres de change emportées par Forget de Fresnes, 20 000 écus avec la recommandation « de les mesnager le mieux qu’il sera possible148 ». Le connétable ne put sans doute trouver à utiliser ses lettres de change, car il créa une douane à Vienne pour récupérer ses 20 000 écus. Le roi ne put que confirmer, le 19 juillet, la commission de receveur de cette douane donnée par Montmorency à Claude Perron ; il précisait cependant que, une fois la somme atteinte, la douane serait affermée par le roi149. Si chacun se permettait d’établir des douanes pour récupérer des sommes auxquelles il pouvait avoir droit, on comprend que les finances royales fussent dans un certain désordre ; sans compter les graves inconvénients qui devaient en résulter pour le commerce. Mais un soldat ne voyait pas si loin.

  • 150 Arch. dép. Rhône, C 530, fol. 137.

52En 1594, s’était manifesté le désir du roi et des grands corps de la monarchie de reprendre en mains les administrations locales. Dès le 12 octobre, le bureau des finances avait reçu de la chambre des comptes une convocation pour se rendre à Paris et faire vérifier les comptes des années 1588 à 1593. Les receveurs généraux et receveurs particuliers des tailles, peu enthousiastes d’un tel contrôle, obtinrent des trésoriers généraux l’attestation que l’insécurité des chemins interdisait le voyage150. On se rappelle qu’à la fin du mois, Guyot de Masso, receveur de la ville, eut la même réaction. L’autorité royale avait à vaincre beaucoup de répugnances pour se rétablir vraiment.

  • 151 Arch. dép. Rhône, BP 3647, Livre du roi 1590-97, ff. 121, 122v, 124v et 126.
  • 152 Ibid, fol. 149.

53Cette manifestation de la réapparition à Lyon du pouvoir royal n’était d’ailleurs pas la seule. La sénéchaussée de son côté recommençait à enregistrer des lettres patentes de caractère administratif. Les premières le furent en mai 1595 : une ancienne lettre de juin 1572 pour les « coratiers » des changes et des banques, une déclaration du 16 avril 1595 portant règlement pour les retards des comptes des officiers comptables151. Puis ce furent des lettres du 6 juin donnant cours dans toute la France aux monnaies fabriquées à Trévoux sous le coin de Montpensier152. On se réhabituait à obéir au roi, mais il fallait y mettre le temps.

54Toutes les mesures proposées par les habitants de la ville et par les officiers du roi, toutes celles prises par le roi ou son conseil étaient inutiles si la cause essentielle de la misère ne disparaissait pas : la guerre qui augmentait les dépenses et diminuait les recettes. La pacification du pays était la seule solution durable.

Notes

1 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 171v. La lettre est du 25 juin [Arch. mun. Lyon, AA 139].

2 Ibid., fol. 155v-156v.

3 Ibid., fol. 160.

4 Arch. mun. Lyon, AA 72, n° 62 et 63.

5 Arch. mun. Lyon, AA 1393, juillet.

6 Ibid., 9 juillet.

7 Arch. mun. Lyon, BB 131, ff. 172v-179.

8 Eugène Halphen, Lettres inédites…, op. cit., lettre du roi à Bellièvre, 9 octobre.

9 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 71.

10 Voir à ce sujet Aggripa dAubigné, Hist. universelle, op. cit., t. IX, p. 43 sq. ; Jean-Hippolyte Mariéjol, Charles-Emmanuel…, op. cit., p. 252.

11 Bibl. nat. France, Dupuy 64, ff. 7-9.

12 Arch. mun. Lyon, AA 70, n° 114.

13 Arch. mun. Lyon, AA 38, n° 203.

14 Arch. mun. Lyon, BB 131, f .160v-161. Il reçut un salaire de 15 éc. pour sa garde du 22 juin au 26 juillet [le 11 août ; ibid., fol. 191].

15 Ibid., fol. 159.

16 Bibl. nat. France, Ital. 1743, fol. 57, 10 juillet.

17 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 170v.

18 Bibl. nat. France, Dupuy 64, ff. 13-15.

19 Lettre du consulat au roi, 1er août.

20 Bibl. nat. France, Dupuy 64, fol. 17v.

21 Bibl. nat. France, Fr. 3418, fol. 64.

22 Bibl. nat. France, Dupuy 64, fol. 17v.

23 Arch. mun. Lyon, AA 43, fol. 208, lettre au consulat, 30 juillet.

24 Arch. mun. Lyon, AA 44, fol. 75, lettre du consulat au roi, 2 août.

25 Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 160, lettre à Revol.

26 Jean Burel, Memoires... op. cit., p. 378.

27 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 107.

28 A. Bernard, Les dUrfé…, op. cit., p. 355.

29 Arch. mun. Lyon, AA 25, n° 17.

30 Arch. mun. Lyon, AA 139 ; Péricaud, Notes et documents…, op. cit., à sa date.

31 Bibl. nat. France, Fr.1 5 910, fol. 106 ; Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives…, op. cit., t. IX, p. 4

32 Arch. mun. Lyon, AA 24, fol. 79 ; Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives…, op. cit., t. IV, p. 202-205.

33 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 113 ; Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives…, op. cit., t. IX, p. 4.

34 Ibid., fol. 115 ; Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives…, op. cit., t. IX, p. 401.

35 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 100v.

36 Bibl. nat. France, Fr. 15 575, fol. 183, lettre de La Violette au Roi, 1er août ; voir aussi une Lettre de Bellièvre à Montmorency du 6 août [Bibl. nat. France, Fr. 3547, fol. 32v et Henri Drouot, Mayenne et la Bourgogne…, op. cit., t. 2, p. 367].

37 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 184.

38 Ibid., fol. 185.

39 Ibid.

40 Arch. mun. Lyon, AA 36, n° 134.

41 Lettres du consulat : arch. mun. Lyon, AA 139 (8 mars) ; AA 36, n° 131 (4 juillet). Lettres du connétable : AA 77, n° 69 (18 mars) ; AA 36, n° 169 (9 avril) et 167 (23 juin).

42 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 181v.

43 Arch. mun. Lyon, AA 139, lettre à Montmorency, 13 août.

44 Lettres du roi à Ornano et à Bellièvre [Bibl. nat. France, Fr. 15 910, ff. 113 et 115 ; Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives…, op. cit., t. IX, p. 403 et 401] ; au consulat, Lyon le 4 août [Arch. mun. Lyon, AA 24, fol. 79 ; Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives…, op. cit., t. IV, p. 202].

45 Arch. mun. Lyon, AA 77, n° 73, lettre au consulat.

46 Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 162, lettre de Bellièvre au roi.

47 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 202v. Lettre de créance du 9 [AA 139].

48 Ibid., lettre du consulat à Ornano, 5 septembre.

49 Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 162, lettre de Bellièvre au roi.

50 Bibl. nat. France, Fr. 3547, fol. 35, lettre à Montmorency, 21 septembre. Il s’agissait d’envoyer à Briqueras le sieur de Gouvernet. Bellièvre se montra ferme : « je craindrois que s’il luy sera dict [au roi] que on refuze d’assister ses afferes dela les monts d’une seule compagnie de gendarmes, veoyant comme il affectionne ce faict, qu’il n’estimast que je n’eusse faict mon debvoir a vous dire ce qu’il m’en a commandé, et que si Briqueras se pert, qu’il ne soit dict qu’il a esté perdu faulte d’ung si petit secours ».

51 Arch. mun. Lyon, AA 38, n° 250, lettre d’Ornano au consulat ; Bibl. nat. France, Fr. 15 893, ff. 175-176v, lettre de Bellièvre au roi.

52 Bibl. nat. France, Fr. 23 194, fol. 46, lettre de Gadagne au roi, 23 septembre.

53 Bibl. nat. France, Fr. 23 990, Canault, Vie de Alfonso dOrnano, p. 221.

54 Bibl. nat. France, Dupuy 64, fol. 21, lettre de Bellièvre au roi, 29 septembre (minute de la lettre dans le Fr. 15 893, fol. 12).

55 L’un des capitaines suisses aux ordres de la ville. Il commandait à Pierre Scize lors de l’évasion de Nemours.

56 Arch. mun. Lyon, AA 38, n° 202, lettre d’Ornano au consulat, 4 octobre Péricaud, Notes et documents, à sa date.

57 Bellièvre nous a conservé les notes prises à cette réunion [Bibl. Nat. France, Fr. 15 893, fol. 207]. Le contenu de ce document non daté ne laisse pas de doute sur les événements dont il parle. Le projet y est fixé à un mardi : il fut exécuté le 11, un mardi. La note a été prise après le mardi 4 octobre (elle parle de « mardi prochain ») et avant le dimanche. Cf. pièce justificative, n° 5, p. 102.

58 Eustache Piémont, Mémoires, op. cit., p. 333.

59 Bibl. nat. France, Fr 23 990, Canault, Vie de Alfonso dOrnano, p. 222, au dire de Canault du moins.

60 Eustache Piémont, Mémoires, op. cit., p. 331.

61 Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 815, lettre de Bellièvre au roi, 18 octobre ; Arch. mun. Lyon, AA 139, lettre du consulat au roi, 8 novembre.

62 Montluel, vers le 10 novembre et Miribel le 9 novembre. Voir à ce sujet Eustache Piémont, Mémoires, op. cit., p. 334. Pierre Mathieu, Lentrée de très grand […] Henry IIII, 1595, p. 97 ; Samuel Guichenon, Histoire de Bresse et de Bugey, Lyon, 1650, 2e partie, p. 111.

63 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 164v.

64 Ibid., ff. 206 et 225.

65 Ibid., fol. 214.

66 Ibid., ff. 219v-220v.

67 Arch. mun. Lyon, BB 131, ff. 223v-224.

68 Bibl. nat. France, Dupuy 64, fol. 54 ; Fr. 23 195, fol. 141 (8 décembre) ; Fr. 3622, fol. 163. (11 décembre), ibid., fol. 149. Lettres de Bellièvre au roi, 5 décembre ; lettres de Bellièvre au duc de Nevers, 8 décembre.

69 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, ff. 160-162. La réponse de Bellièvre à la mission de La Roche montre le peu de succès de ce dernier : 11 décembre. Voir aussi Bibl. nat. France, Fr. 3622, fol. 163 et Annexe 1, n° 6.

70 Henri Drouot, Mayenne et la Bourgogne..., op cit., t. 2, p. 391 sq.

71 Notes inédites relatives à lhistoire de Lyon…, op. cit., t. XII, p. 171.

72 Henri Drouot, Mayenne et la Bourgogne, op cit., t. 2, p. 399.

73 Bibl. nat. France, fr.15893, fol. 241, lettre à Villeroy, 1er avril.

74 Humbert de Terrebasse, Correspondance de MM. de Disimieu, gentilshommes dauphinois, 1568-1713, Lyon, L. Brun, 1913, p. 13.

75 Bibl. nat. France, Fr. 513, ff. 504v-508v, le 2 mars

76 Bibl. nat. France, Fr. 3992, fol. 82, lettre de Forget à Nevers, 4 avril Ici, le ton différait quelque peu de celui de Bellièvre en semblable occasion.

77 Bibl. nat. France, Fr. 15 576, fol. 68. Le document est présenté comme la copie d’une lettre au roi ; le style impératif de la dernière phrase ne peut le laisser croire.

78 Humbert de Terrbasse, Correspondance…, op. cit., p.14-16.

79 Il reçut, selon la promesse, le gouvernement, la compagnie, le régiment, les 20 000 écus V. le détail des commissions qui s’échelonnèrent de 1595 à 1604 [Humbert de Terrbasse, Correspondance…, op. cit., p.17-55].

80 Bibl. nat. France, Fr 23 990, p. 223-234, Canault, Vie de Alfonso dOrnano.

81 Bibl. nat. France., Ital. 1744, fol. 80, dépêche du 29 avril.

82 Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 261.

83 Ibid., fol. 264 et 267, lettres au roi, 21 mai et 8 Juin.

84 Ordres du roi à Bellièvre, le 4 et 7 juin de faire partir les forces de Lyon [Eugène Halphen, Lettres inédites…, op. cit., p. 180-181] ; renouvelé le 7 juin [Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 252 ; Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives…, op. cit., t. IX, p. 411].

85 Henri Drouot, Mayenne et la Bourgogne, op cit., t 2, p. 431.

86 Arch. mun. Lyon, AA 36, n° 133, lettre de Montmorency au consulat, 19 juin.

87 Comme le sieur de Pilon qui après avoir pris Thizy, « tenait assiègé le grand chemin de Lyon a Paris » et pillait les villages [Bibl. nat. France, Dupuy 64, fol. 70v et Fr. 15 893, fol. 276, lettres de Bellièvre au roi].

88 Arch. mun. Lyon, CC 1449, n° 53 ; BB 131, fol. 192v.

89 Arch. mun. Lyon, BB 132, ff. 2 et 72.

90 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 208v.

91 Arch. mun. Lyon, EE 102, n° 23 et 23 bis.

92 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol.185

93 Ibid., ff.188-189.

94 Ibid., ff.189v-190.

95 Arch. mun. Lyon, AA 139.

96 Arch. mun. Lyon, AA 36, n° 173, 28 septembre. Il réclamait pour la deuxième fois l’argent promis pour le pain, la viande et les souliers de ses soldats.

97 Arch. mun. Lyon, BB 131, ff. 205v, 206v-207. Le consulat décide de le faire lever en même temps que la grande entrée de 2 éc. par botte.

98 Arch. mun. Lyon, AA 42, fol. 186.

99 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 217, le 10 novembre.

100 Ibid., ff. 208-211.

101 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 211v ; et BB 132, fol. 73.

102 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 2.

103 Ibid., fol. 3.

104 Chargés de « prendre tous les matins les bullettes » apportées le soir au bureau de la consigne pour la vérification du séjour des étrangers.

105 Ibid., ff. 4, 4v, 6, 6v, 7.

106 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 27v.

107 Ibid., fol. 85v. Le 25 août.

108 Ibid., fol. 77v. Le 1er août.

109 Ibid., fol. 73v, le 28 juillet.

110 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol 33.

111 Ibid., ff. 50, 52.

112 Ibid., ff. 55v-56v.

113 Ibid., ff62v- 63v.

114 Ibid., fol. 72.

115 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 112v.

116 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 52.

117 Voir Roger Doucet, Finances municipales et crédit public..., op. cit., p. 117.

118 Arch. mun. Lyon, BB 131, ff. 165v-166v, enregistrement de l’ordonnance de Bellièvre au bureau des finances [arch. dép. Rhône, C 530, fol. 104v].

119 Ibid., fol. 98.

120 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 167.

121 Arch. dép. Rhône, C 530, fol. 104

122 Bibl. nat. France, Nouv. acq. fr. 3601, n°32.

123 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 195v.

124 Bibl. nat. France, Fr. 18 159, fol. 135 ; Noël Valois, Inventaire…, op. cit., n° 763.

125 Arch. dép. Rhône, C 530, fol. 94v.

126 Ibid., fol. 100.

127 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 100, lettre du 13 juillet. Voir aussi Eugène Halphen, Lettres inédites…, p. 71.

128 Ibid., p.109.

129 Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 173, lettre au roi.

130 Arch. dép. Rhône, C 530, fol. 142v.

131 Arch. mun. Lyon, AA 42, fol. 187, lettre du capitaine Martin, 25 décembre.

132 Arch. dép. Rhône, C 530, fol. 142.

133 Ibid., ff. 118 (St Héand en Forez, 17 août) ; 130 (Beaujeu, 24 septembre) ; 135 (paroisses de Beaujolais, 7 octobre) ; 146v (Feurs, 2 novembre) ; 150 (Sury--le-Comtal en Forez, 14 novembre). La disparition du registre de délibération de 1595, empêche de savoir si cela continua.

134 Ibid., fol. 151v , le 11 novembre.

135 Ibid., ff. 126 (Nontchapt en Forez, 12 septembre) ; 161 (Régny en Lyon-nais, 27 septembre) ; 131v (Saint-Bonnet-le-Château, 28 septembre).

136 Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 254v, lettre de Bellièvre au roi, avril.

137 Bibl. nat. France, Dupuy 64, fol. 60. (Minute : Fr. 15 893, fol. 220v)

138 Bibl. nat. France, Fr. 15 893, ff.  243 et 247, lettre au roi.

139 Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 245.

140 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 236r, le 14 avril ; Eugène Halphen, Lettres inédites…, op. cit., p.166.

141 Arch. mun. Lyon, AA 21, fol. 21.

142 Bibl. nat. France, Fr. 15 576, fol. 76.

143 Bibl. nat. France, 15 893, fol. 260, lettre au roi, 8 mai.

144 Ibid., fol. 274, lettre au sieur de Couzon : 20 juillet.

145 Bibl. nat. France, Clair. 653, p. 22 ; Noël Valois, Inventaire…, op. cit., n° 1939.

146 Arch. mun. Lyon, BB 132, fol. 20v.

147 Bibl. nat. France, Clair. 653, p. 63-64 ; Noël Valois, Inventaire…, op. cit., n° 2184, 2186.

148 Bibl. nat. France, Fr. 513, fol. 504v, instructions à Forget.

149 Arch. dép. Rhône, C 412, fol. 2.

150 Arch. dép. Rhône, C 530, fol. 137.

151 Arch. dép. Rhône, BP 3647, Livre du roi 1590-97, ff. 121, 122v, 124v et 126.

152 Ibid, fol. 149.

© LARHRA, 2020

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search