Version classiqueVersion mobile

Le retour de Lyon sous l’autorité royale à la fin des guerres de Religion (1593-1597)

 | 
Henri Hours

Bellièvre

Chapitre I
L’homme

Texte intégral

  • 1 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, ff. 87, 88, 89, 94, 11 mai, lettres du roi ; Berger de Xivrey, Recu (...)
  • 2 Arch. mun. Lyon, AA 49, fol.395, lettre des députés au consulat, 14 mai.
  • 3 Bibl. nat. France, Dupuy 64, fol. 7, lettre de Bellièvre au roi, 24 juin. Nous préférons le suivre (...)
  • 4 Il est faux de dire comme le soutient Mariéjol [Charles-Emmanuel…, op. cit., p. 251] que le consul (...)
  • 5 Lettre de Bellièvre au roi, 24 juin, op. cit.
  • 6 Arch. mun. Lyon, CC 1445, n° 16 (fol. 8).
  • 7 Arch. mun. Lyon, AA 49, fol. 403, lettre des députés.
  • 8 Bibl. mun. Lyon ms. 1477, fol 50.

1Désigné en même temps qu’Ornano pour remplacer le gouverneur de Lyon1, Pomponne de Bellièvre, dès le 14 mai, avait reçu du roi sa mission et savait ce qu’il aurait à faire2. Parti de Paris le 27 mai3 avec les députés de Lyon4,il arriva dans la ville le 12 juin5. Il était malade et le consulat dût envoyer à sa rencontre une litière6. Il s’installa d’abord dans la maison de Nicolas de Langes7; là, la sénéchaussée vint en corps, le jour de son arrivée, lui présenter ses hommages ; Balthazard de Villars ne manqua pas l’occasion de lui infliger une belle et ennuyeuse harangue, le remerciant d’être venu « pour nous remettre au chemin d’ou nous estions desvoyés et pour remedier a tant de maulx que la guerre civille nous a faict »8.

  • 9 Vachez, « Les tombeaux de Saint-Pierre-le-Vieux », Revue du Lyonnais, 1866, 3e Sie, t. 2, p. 222.
  • 10 Maurice Pallasse, La sénéchaussée …, op. cit., p. 292, n. 5.
  • 11 Ibid., p. 291-292.
  • 12 Ibid., p. 416.
  • 13 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 156 v, le 14 juin. Il en fit chasser les occupants.
  • 14 Arch. mun. Lyon, BB 133, fol. 8v.

2Bellièvre, à Lyon, n’était pas un étranger. Il y était né, en 1529, fils de Claude premier président au Parlement de Grenoble. Sa famille était lyonnaise9. Ses fonctions l’avaient par la suite éloigné de sa ville natale, mais il avait eu à plusieurs reprises l’occasion d’y revenir : lors de ses missions en Suisse par exemple10. En 1564, le roi l’avait pourvu de l’état de lieutenant-général en la sénéchaussée et siège présidial ; il est vrai qu’il n’en avait jamais exercé les fonctions11. De 1568 à 1571, il avait eu la présidence du siège12. Si ses hautes occupations l’éloignaient de la ville, ses intérêts la lui rappelaient. Nous ne tenterons même pas de dresser un inventaire de ce qu’il y possédait ; signalons ces deux seuls exemples : la maison qu’il avait rue des Trois-Maries et dans laquelle il décida de se loger, deux jours après son arrivée13 et la rente qu’il possédait sur les gabelles de la ville14. Une recherche systématique en révèlerait certainement un grand nombre d’autres.

  • 15 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 85. Cette phrase permet de se demander si à Lyon on ne se dout (...)
  • 16 Arch. mun. Lyon, AA 49, fol. 397, lettre des députés, 17 mai.

3Aussi ne devons nous pas nous étonner si, dès avant sa désignation, les Lyonnais s’adressèrent à lui dans certains cas délicats. Le 25 avril 1594, Nicolas de Langes lui exposa la situation de Lyon, les craintes d’Ornano quant au gouvernement : « Mais si […] il avoit advis qu’il y vint ung seigneur pour y commander aultre qu’ung prince, il se retireroit en Daulphiné »15. Le voilà prévenu des difficultés qu’il trouverait à son arrivée. À Paris, avant son départ, il ne manqua pas de se mettre au courant des affaires lyonnaises ; il aida même les députés de la ville à se défendre contre les prétentions du plat pays au sujet de la taille : « led. Sieur de Bellievre nous assiste vertueusement »16.

  • 17 P. Anselme, Histoire généalogique et chronologique de la maison de France et des grands officiers (...)
  • 18 Louis Monnier, « Missions diplomatiques de Pomponne de Bellièvre », Position des Thèses de lÉcole (...)

4Mais s’il était prêt à s’intéresser de façon toute spéciale à Lyon, il ne l’était pas à se laisser entrainer dans les querelles personnelles, ni enfoncer dans les points de vue étroitement locaux. Jeune, il avait fait son droit à Toulouse et Padoue ; il avait siégé comme conseiller au Sénat de Savoie à Chambéry17. C’est principalement dans des missions diplomatiques qu’il avait été employé18. À l’étranger : en Pologne où, en 1573, il avait accompagné le futur Henri III ; aux Pays-Bas en 1578, 1581, 1583 ; à Londres en 1586 ; et surtout en Suisse où il alla presque constamment de 1560 à 1574. À partir de 1580, il eut davantage à s’occuper des affaires intérieures et dut fréquemment se rendre dans le midi pour traiter de la part du roi soit avec les protestants, soit avec de grands seigneurs comme Joyeuse ou Montmorency. Président au Parlement de Paris de 1576 à 1580, il avait accédé aux plus hautes fonctions du royaume quand, en 1574, Henri III l’avait nommé surintendant des finances. Rallié à Henri IV dès août 1589, il avait fortement contribué à maintenir les troupes suisses au service du nouveau roi. Enfin il venait de représenter le roi aux conférences de Suresnes. Les Lyonnais pouvaient être fiers de se trouver sous l’autorité d’un tel homme.

  • 19 Arch. mun. Lyon, AA 49, fol. 403. V. Lettre de lui à Revol, 7 septembre, où il explique qu’à son a (...)

5Son âge (il avait 65 ans) et son très mauvais état de santé (il arriva à Lyon « griefvement malade »19) ne l’empéchaient pas d’être parmi les serviteurs du roi l’un des plus fidèles et des plus sûrs. M. R. Mousnier a tracé de lui un portrait assez dur :

  • 20 Roland Mousnier, La vénalité des offices…, op. cit., p. 562 et 566.

Bellièvre aurait voulu que le roi ne decidât rien qui ne fût conforme aux ordonnances antérieures, aux formes de la justice, aux coutumes, à la tradition monarchique, aux lois fondamentales du royaume. [C’était] un homme pieux, intègre, épris de justice, mais la voulant si complète, si totale qu’il en perdait de vue la hiérarchie nécessaire dans les réalisations, s’embarrassait un peu dans les scrupules et ne finissait par ne plus voir clairement la principale tâche à accomplir, celle dont tout dépendait, le maintien de l’ordre public […]. Un homme de cabinet prudent, timoré, qui voyait de loin toutes les conséquences possibles, mais avait tendance à s’effrayer de lointaines possibilités au point d’en oublier d’impérieuses nécessités présentes ; un homme de savoir, juriste surtout, un peu théologien, moins historien, habitué à tirer les conséquences logiques de textes dont l’autorité ne souffre pas discussion, à étudier des périodes closes, où tout est désormais déterminé, porté à oublier le réel, la résistance exacte des hommes et des choses, et que si la volonté du politique agit sur les événements, c’est à condition de saisir les circonstances et d’utiliser les possibilités.20

6Ce jugement s’applique-t-il au rôle de Bellièvre à Lyon ? C’est ce que nous essayerons de voir. Mais surtout nous tenterons de donner de ce rôle une définition. À quel titre Bellièvre était-il à Lyon ? Pourrons-nous le déterminer ?

7Pour cela, plus que les mots des actes juridiques, les faits sont importants. Voyons-les.

Notes

1 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, ff. 87, 88, 89, 94, 11 mai, lettres du roi ; Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives…, op. cit., t. IX, p. 397 ; ibid., ff. 90, 91, 92, 93, lettres du roi au consulat de Lyon ; Gabriel Hanotaux, Origines de linstitution des intendants de province, Paris, Champion, 1864, p. 232-233.

2 Arch. mun. Lyon, AA 49, fol.395, lettre des députés au consulat, 14 mai.

3 Bibl. nat. France, Dupuy 64, fol. 7, lettre de Bellièvre au roi, 24 juin. Nous préférons le suivre sur ce point plutôt que Mocenigo qui le fait partir le 29 mai [Bibl. nat. France, Ital. 1743, fol.41 v].

4 Il est faux de dire comme le soutient Mariéjol [Charles-Emmanuel…, op. cit., p. 251] que le consulat « envoya » Laurent et Polaillon « au devant de lui ».

5 Lettre de Bellièvre au roi, 24 juin, op. cit.

6 Arch. mun. Lyon, CC 1445, n° 16 (fol. 8).

7 Arch. mun. Lyon, AA 49, fol. 403, lettre des députés.

8 Bibl. mun. Lyon ms. 1477, fol 50.

9 Vachez, « Les tombeaux de Saint-Pierre-le-Vieux », Revue du Lyonnais, 1866, 3e Sie, t. 2, p. 222.

10 Maurice Pallasse, La sénéchaussée …, op. cit., p. 292, n. 5.

11 Ibid., p. 291-292.

12 Ibid., p. 416.

13 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 156 v, le 14 juin. Il en fit chasser les occupants.

14 Arch. mun. Lyon, BB 133, fol. 8v.

15 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 85. Cette phrase permet de se demander si à Lyon on ne se doutait pas un peu des intentions du roi.

16 Arch. mun. Lyon, AA 49, fol. 397, lettre des députés, 17 mai.

17 P. Anselme, Histoire généalogique et chronologique de la maison de France et des grands officiers de la couronne, Paris, La Compagnie des libraires, 1726-1733, t. VI, p. 520.

18 Louis Monnier, « Missions diplomatiques de Pomponne de Bellièvre », Position des Thèses de lÉcole des Chartes, 1930, p. 119.

19 Arch. mun. Lyon, AA 49, fol. 403. V. Lettre de lui à Revol, 7 septembre, où il explique qu’à son arrivée à Lyon « je ne pouvois marcher, je me faisois porter sur une chaise pour ma foiblesse » [Bibl. nat. France, Fr. 15 893, fol. 160].

20 Roland Mousnier, La vénalité des offices…, op. cit., p. 562 et 566.

© LARHRA, 2020

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search