Version classiqueVersion mobile

Le retour de Lyon sous l’autorité royale à la fin des guerres de Religion (1593-1597)

 | 
Henri Hours

La réduction et le Gouvernement du Consulat

Chapitre III
Le gouvernement des notables

Texte intégral

  • 1 Bibl. nat. France, Fr. 23 194, fol. 66.
  • 2 Cf. Annexe 1, n°3.

1Lyon privé de gouverneur, le consulat en remplissait les fonctions. La situation ne différait pas sensiblement de celle des derniers mois : depuis l’emprisonnement de Nemours, la carence de l’archevêque avait laissé en fait les échevins maîtres de la ville. En étaient-ils satisfaits ? Nous savons leurs efforts pour faire accepter à d’Épinac le commandement de la ville ; nous avons vu leurs réclamations à Mayenne pour obtenir un « intendant en la justice », et même pour être unis au gouvernement de Bourgogne, afin de passer sous son autorité directe. Loin de rechercher l’indépendance, le consulat en avait peur. Il ne montra aucun enthousiasme à accepter le gouvernement. Dès le 14 février, Du Troncy, faisant au nom de la communauté acte de soumission au roi, réclamait un gouverneur, sans marquer d’ailleurs de préférence nette1. Prunier de Saint-André, le lendemain, renouvelait la prière, tout en suggérant que Chevrières ferait bien l’affaire2. Le roi, cependant, laissa les choses en place et se déclara, le 22 février,

  • 3 Arch. mun. Lyon, AA 24, fol. 73, lettre du roi au consulat ; Berger de Xivrey, Recueil des lettres (...)

fort content de la décision qui a ésté prinse de mettre la conduitte des affaires au consulat de vostre ville, attendant que nous ayons faict resolution sur le gouvernement de la province, laquelle nostre volonté estait bien de ne faire poinct que les depputez [...] que vous devés envoyer vers nous ne feussent arrives et que nous ne les eussions particullierement ouys.3

  • 4 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 101v.
  • 5 Ibid., fol. 58.
  • 6 Ibid., fol. 59v.
  • 7 Ibid., fol. 69v, le 25 mars. Voir aussi la lettre du consulat à La Fin, 26 mars [arch. mun. Lyon, (...)
  • 8 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 73v, remboursement à Mathieu Ollier, mandeur de la ville, de 60 écus (...)
  • 9 Ibid., fol. 74.

2Les Lyonnais ne s’en contentèrent pas, et leurs demandes furent nombreuses pour obtenir du roi un gouverneur. Ils attendirent toutefois un certain temps avant de fixer leur désir, ou tout au moins de le révéler : le 28 mars, les députés partant en cour avaient mission d’obtenir un gouverneur, mais aucun nom ne figurait sur leurs instructions. Le 25 avril enfin, le consulat demanda la place pour Ornano4. C’était à prévoir ; depuis plus d’un mois, les échevins se confiaient chaque jour davantage à lui. Le 13 mars déjà, ils avaient témoigné leur désir de le garder à Lyon5. Le 17, prévoyant que le départ pour la cour des députés entrainerait du remue-ménage et peut-être un peu de désordre, ils allèrent le relancer jusqu’à Saint-Symphorien-d’Ozon, où il était à ce moment, pour le faire revenir en hâte6. Il revint donc, et se vit supplié de ne pas changer de résolution et de rester dans la ville jusqu’à ce que le gouvernement eût été pourvu d’un titulaire7. On lui faisait des cadeaux8. Lui-même d’ailleurs soignait sa popularité : le 31 mars, assistant à une assemblée de notables sur la situation générale de la ville, il prononça un discours curieux dans lequel, louant les Lyonnais de la Réduction, il protestait de son affection pour eux et assurait n’être revenu que sur « l’instante priere desd. Srs [échevins] [...], non pas pour ambition, ny pour autre cause que pour l’aider de son possible ». Mais, « ayant deux très beaux gouvernemens qu’il s’est acquis par la libéralité du roy et non par flatterie ny par ambition », il déclara vouloir s’y retirer. Comme il y comptait bien, tout le monde se récria. Le consulat, les penons présents ce jour-là, le clergé, les gens de justice et de finances, tous l’acclamèrent et le supplièrent de rester. Après s’être fait bien prier, il accepta et offrit « son coeur et sa vie » à la ville9. Grâce à ces petites coquetteries, la ville tenait à lui. Mais aussi pour des motifs plus sérieux : il demeurait leur seule protection contre les troupes de Saint-Sorlin cantonnées à Vienne.

  • 10 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 85, lettre de Nicolas de Langes à Bellièvre, 25 avril.
  • 11 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 100, le 24 avril.
  • 12 Ibid., fol. 101v ; la lettre fut écrite le 26 avril [Bibl. nat. France, Fr. 23 194, fol. 94, orig. (...)
  • 13 Ibid., fol. 96.
  • 14 Arch. mun. Lyon, AA 24, fol.74. Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives…, op. cit., t. IV, (...)
  • 15 Arch. mun. Lyon AA 49, fol. 391.
  • 16 Lettres patentes [...] contenant le pouvoir donné [...] a M. dOrnano, Lyon, 1594. Bibl. nat Franc (...)
  • 17 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 130. Les notes inédites (Notes inédites …, op. cit., t. XIX, p. 166) (...)

3Lui-même prenait ombrage de tout ce qui paraissait diminuer ses espoirs : le 23 avril, ayant entendu courir le bruit que le duc de Retz était nommé, il fit encore mine de partir10. Les échevins alertés coururent chez lui, y firent venir les notables et le supplièrent de rester11 ; ils décidèrent le lendemain d’écrire au roi pour lui demander de nommer enfin leur candidat12. Lui, craignant sans doute que ce ne fût pas suffisant, écrivit aussi au roi lui expliquant longuement le désir que la ville avait de sa présence ; il avait accepté de rester encore une dizaine de jours, « attendant qu’il eust pleu a V. M. de pourvoir a ce gouvernement »13. Au début du mois de mai, on put enfin arriver à un résultat, mais lointain et subordonné à la venue du roi à Lyon. Le 4 mai, Henri IV assurait le consulat de son arrivée et de la nomination prochaine d’un gouverneur ; en attendant, Ornano devait demeurer dans la ville14. Une lettre de Polaillon, le 8, confirma ce bruit15. Mais, le 10 et le 11 mai, le roi démasqua ses intentions. Ne pouvant désigner Chevrières, ne voulant pas d’Ornano, de peur sans doute qu’il ne se mît à imiter Nemours si on augmentait le pouvoir qu’il avait déjà en Dauphiné, ne connaissant pas suffisamment la situation, il se déterminait à laisser le poste sans titulaire ; Ornano et Bellièvre s’en partageraient les fonctions16. La nouvelle arriva à Lyon à la fin du mois. Ornano entra naturellement en fureur. Il vint, le 30 mai, lire au consulat sa commission et déclara « qu’il ne peult ny ne veult accepter led. pouvoir ainsy limité, et qu’il s’en va en Daulphiné pour assister a la tenue des estatz du pays ». Malgré les encouragements du consulat et les bonnes paroles du roi, il sentait avec raison que c’en était fini pour lui de pouvoir espérer le gouvernement de la ville17. Le consulat de son côté se le voyait ôter, sans d’ailleurs en marquer de mécontentement.

4Ce pouvoir qu’en avait-il fait pendant ces quatre ou cinq mois qu’il l’avait détenu ? Comment et pourquoi lui échappa-t-il ?

Les difficultés financières et administratives

  • 18 Arch. mun. Lyon, CC 1449, n° 56 (ff. 4-7).
  • 19 Ibid., n° 55.
  • 20 Arch. mun. Lyon, CC 1443, ff. 1-38, 90v.
  • 21 Arch. mun. Lyon, CC 1442, ff. 36-38, 65.

5Il avait à se débattre parmi de nombreuses difficultés desquelles la moindre n’était pas la question financière. La situation en ce domaine était tragique. Les revenus de la ville s’engloutissaient bien avant d’être perçus : de janvier à juin, la recette des deniers extraordinaires s’éleva à 71 991 éc. 37 s. 4 d.18. De février à juin, les dépenses de guerre, jointes aux gages des commis chargés de percevoir les droits de la douane et de l’entrée du vin (compris dans les deniers extraordinaires) attinrent 86 970 éc. 4 s. 5 d.19. Les deniers patrimoniaux pendant l’exercice de 1594 (du 1er octobre 1593 au 1er octobre 1594) rapportèrent 5 732 éc. 57 s. 16 d. Les dépenses assignées sur eux les égalèrent presque : 5 422 éc. 32 s. 10 d.20. Pour les anciens octrois de la ville, les comptes étaient nettement déficitaires : ils rapportèrent dans la même période 3 852 éc. 44 s. 6 d., mais étaient chargés de 4 284 éc. 52 s. 6 d. de dépenses21. Remarquons en passant la situation commerciale désastreuse révélée par les faibles revenus de ces octrois.

  • 22 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 10v.
  • 23 Ibid., fol. 46v, le 6 mars.
  • 24 Arch. mun. Lyon, EE 106, n° 14, Requête du capitaine Rochette, du 26 mars, réclamant le quartier d (...)
  • 25 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 156, le 14 juin.
  • 26 Arch. mun. Lyon, AA 139, lettre à de Chattes.
  • 27 Arch. mun. Lyon, AA 49, fol. 397, mission des députés de la ville.
  • 28 Arch. mun. Lyon, CC 1452, fol. 76v.

6Les caisses étant vides, chaque paiement provoquait de savantes manœuvres pour arriver à se dégager au jour le jour. Le 13 janvier 1594 (que ce fût avant ou après la Réduction, la situation était la même), pour payer une partie seulement de la solde des compagnies suisses et françaises en garnison dans la ville, « n’y ayant fonds en la recette des deniers commungs », on envoya en toute hâte vider la caisse des receveurs de la douane22. Périodiquement la même plainte s’élevait ; on cherchait des expédients, essayant de faire payer par les prisonniers internés dans la prison de l’archevêché la nourriture des soldats qui les gardaient23 ; renvoyant devant les trésoriers généraux les requêtes de capitaines réclamant leur solde24. On demandait de ne plus avoir à supporter les frais de la guerre : jusqu’à présent, on avait tout payé sans rien toucher de la recette générale, maintenant « c’est aux finances du roi a supporter les frais de la guerre »25. Il fallait bien que la Réduction servît à quelque chose. Le consulat essayait de recouvrer les quelques créances qu’il pouvait avoir : le 22 juin, il réclama ce qui était dû à la ville de la rente de 9 000 écus à prendre sur les équivalents des diocèses du Puy, Viviers et Mende26. Il se défendait aussi contre le plat pays qui essayait de faire supprimer à la ville le privilège d’exemption des tailles27. La solution la plus simple consistait encore à ne pas payer ce que l’on devait : c’est ainsi que, sur 28 293 éc. 20 s. qui furent ordonnés par le consulat aux suisses en garnison dans la ville jusqu’au 12 avril, ils en touchèrent du receveur 400. Leurs successeurs, à qui le consulat ordonna 3 500 écus, ne touchèrent rien28.

  • 29 Un emprunt sur les Lyonnais aisés rapporta 37 144 écus dans l’année 1594. Rapport du receveur des (...)

7L’emprunt restait la dernière ressource. Mais, les emprunts forcés mis à part29, qui pouvait accepter de prêter à la ville sous des garanties si douteuses ? Seuls les emprunts faits par les consuls « en leur propre et privé nom », et dont ils prêtaient ensuite le montant à la ville pouvaient la soutenir, mais en la soutenant ils l’accablaient encore. De plus, les dépenses excédant les recettes normales, les échevins ne pouvaient être remboursés.

  • 30 Arch. mun. Lyon, CC 1450, n° 24.
  • 31 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 43v.
  • 32 Arch. mun. Lyon, CC 1449, n° 56 (ff. 2v-4).
  • 33 Arch. mun. Lyon, CC 1450, n° 23. Reproduit au net : CC 1452, ff. 2-4.

8La dette de la ville s’élevait donc, en 1594, à l’énorme somme de 635 515 éc. 58 s. 5d. et se décomposait ainsi : « deniers portans changes et interest » (emprunts), 447 034 éc. 42 s. 5 d. ; aumônes et pensions dues sur les revenus des gabelles, 66 845 écus ; partie des équivalents des diocèses de Lyonnais, Mende, Le Puy, Viviers, 82 969 éc. 37 s. L’on y comptait encore les 38 666 éc. 40 s. prêtés au roi en 1559 et 156230 ! Le consulat continuait d’ailleurs ; eût-il pu s’en empêcher ? Le 2 mars, chacun des six nouveaux échevins devait avoir versé 2 000 écus à partir de la Réduction, et devait encore en verser 4 000 pour être rapidement employés à la poursuite de la guerre31. Le 30 juin, ils avaient tous fourni les 6 000 écus, à l’exception de Laurent à qui il en manquait encore 1 000 pour compléter la somme ; Henry avait en plus avancé 2 406 éc. 41 s.32. Du 9 février au 31 décembre, l’échevinage avança en tout 46 802 éc. 9s. 6 d.33.Les emprunts faits par les échevins donnaient naturellement lieu à de nombreux abus, contre lesquels le consulat essaya de réagir. Le 23 mai il constatait la nécessité de ces emprunts

  • 34 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 126.

au moyen de quoi il leur convient [aux échevins] bien souvent payer des provisions oultre le proffict ordinaire des cours de la place dont neantmoings, s’il estoit tenu compte pour en rendre le corps de la ville redebvable, ce seroit fere une ouverture de pernicieuse conséquence qui en peu de temps augmenteroit merveilleusement, voire quelques fois au bénéfice de ceulx desd. Srs. [échevins] qui fourniroient les deniers s’ilz avoient moyen de les advancer du leur, considéré qu’ilz pourroient dire les avoir emprunté à change et pour ce payé lesd. provisions ; pour a ce obvyer [...] ont arresté [...] que les deniers qui seront desormais prestés a lad. ville ne pourront porter plus hault proffict et interest que du cours ordinaire de la plasse du change ou de huict et ung tiers suivant l’ordonnance, sans qu’il puisse estre faict estat d’aucune provision, courretage ny aultre charge quelconque.34

9Ce n’était pas par la confiance mutuelle que brillaient le plus les échevins. Quoiqu’il en soit, aucune mesure de détail ne pouvait diminuer l’ampleur du mal. Seule, il n’était pas question, pour la ville d’amortir sa dette, l’intervention du roi s’imposait.

  • 35 Arch. mun. Lyon, AA 150 ; BB 133, fol. 25 ; Bibl. nat. France, Fr. 16 661, fol. 430 : Instruction (...)
  • 36 Roger Doucet, Finances municipales et crédit public..., op. cit., p. 113.
  • 37 Arch. dép. Rhône, C 530, ff. 96 et 96v.

10Le consulat la réclama et l’obtint. Les deux consuls envoyés en cour, à la fin du mois de mars, pour présenter le « cahier de remonstrances » de la ville, avaient mission de soulever le problème de la dette et d’y faire donner une solution. La réponse au cahier fut connue le 10 mai. Répondant au quinzième article, le roi décidait que l’état des avances consenties par les échevins pour aider à la Réduction serait vérifié par les trésoriers généraux du bureau de Lyon, puis envoyé au conseil du roi « pour estre pourveu au remboursement des eschevins avec preference a toute autre »35. Ce n’était qu’une mesure partielle. Le même jour, le roi abandonnait à la ville le droit d’entrée sur le vin qu’il ramenait de 1 écu à 40 s. par pièce ; quant aux revenus de la douane (saisis par le consulat en mars 158936), il ne les laissait que jusqu’au 1er juillet ; passé ce terme, la ville n’aurait plus droit qu’au tiers de la recette, qui serait désormais gérée, par les gens du bureau des finances et non plus par le receveur de la ville37. L’entrée du vin comme le tiers de la douane devaient être exclusivement réservés à l’extinction de la dette.

  • 38 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 164.
  • 39 Ibid., fol. 165v. ; Arch. dép. Rhône, C 530, fol. 97v.
  • 40 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 165.

11L’application de l’édit se fit normalement. Le 28 juin, un trésorier général vint prendre connaissance du texte que le bureau des finances n’avait pas encore reçu38. Le 1er juillet eut lieu le changement d’administration de la recette de la douane39. Le consulat prit toutefois soin de préciser, le 30 juin, que, contrairement aux affirmations de certains et « suyvant l’intention de Sa Majesté » (?), on continuerait à payer pour l’entrée du vin 1 écu par pièce jusqu’à la prochaine récolte. La réduction du tarif ne se ferait qu’après40.

  • 41 Arch. dép. Rhône, C 530, fol. 22.
  • 42 Arch. mun. Lyon, BB 131, ff. 31v-32.
  • 43 Arch. dép. Rhône, C 530, fol. 23v.
  • 44 Ibid., fol. 28v.
  • 45 Le 26 avril, la noblesse du pays, guidée par Guillaume de Gadagne, et son frère Thomas, demanda au (...)
  • 46 Bibl. nat. France, Dupuy 64, fol. 8, lettre de Bellièvre au roi, 24 juin.
  • 47 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 156v.

12Dans la généralité, les finances royales ne se trouvaient guère en meilleur état. Les officiers de finances criaient misère. Ornano pouvait, dès le 17 février, rendre une ordonnance pour faire payer les deux quartiers de janvier et d’avril de la taille par les paroisses de Lyonnais, Forez et Beaujolais41sur la demande du consulat42 ; le bureau des finances avait beau interdire de payer les assignations octroyées par Nemours43, et de lever des impôts sans commission du roi ni lettres d’attaches du bureau44, les recettes n’en rentraient pas mieux. Les contribuables se débattaient45 ; les capitaines des places disposaient des tailles à leur gré, l’ennemi en faisait autant46. Aussi la caisse de la recette générale était-elle à sec : elle ne pouvait, le 14 juillet, financer l’expédition résolue par Ornano pour secourir Nagu-Varennes à Mâcon ; le consulat dut avancer 1 000 écus47. Les 2/3 de la recette de la douane furent les bienvenus.

  • 48 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 63. Il s’agissait de levées arbitraires faites par d’Urfé et interdi (...)
  • 49 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 26v.
  • 50 Arch. mun. Lyon, AA 24, fol. 72 ; Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives…, op. cit., t. IV (...)

13Il semble que dans les débats, après la Réduction, les décisions les plus importantes en matière financière aient été prises non par les trésoriers généraux seuls, mais avec le concours des agents du roi et du consulat. C’est ce dernier qui, le 23 mars fut chargé dans une réunion où il prit part avec Ornano, de Vic et les trésoriers généraux de faire accepter à Anne, marquis d’Urfé en Forez, les décisions prises à son sujet. La chose pouvait, il est vrai, présenter un aspect politique48. Le 14 février, dans une réunion avec les élus du Lyonnais, il décida de s’entendre avec le commissaire aux vivres et le syndic du pays pour fournir l’armée de vivres et munitions ; il avança les sommes nécessaires49 ; il obtint du roi des ordres pour l’approvisionnement de l’armée50.

  • 51 On peut se demander si, depuis la fondation, l’institution ne perdait pas un peu de régularité.
  • 52 Arch. mun. Lyon, EE 106, n° 9, lettre d’Auvergne au consulat, 16 mars.
  • 53 Arch. mun. Lyon, BB 130, fol. 138v.
  • 54 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 28.
  • 55 Ibid., ff. 31v-32.
  • 56 Arch dép. Rhône, C 530, fol. 26.
  • 57 Ibid., fol. 123v. La date de ce conseil n’est pas indiquée, mais la présence de de Vic et de Chevr (...)
  • 58 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol.  63 ; AA 139, lettre du consulat à Urfé, 23 mars.

14Ces réunions où se traitaient les questions financières portent souvent un nom qui, à première vue, pourrait un peu dérouter. Elles sont en effet désignées par l’expression de « conseil du roi ». Mais il n’y a là, au fond, pas de quoi s’étonner. Pendant la Ligue, quand Lyon ne reconnaissait aucun roi, il y avait un « conseil d’estat » ; après la Réduction, maintenant qu’à la tête de l’État royal et couronne de France on pouvait respecter un roi légitime, le conseil s’appelait conseil du roi. Confusion de la terminologie administrative du xvie siècle... L’institution restait la même, ses membres seuls changeaient51. Dès avant la Réduction d’ailleurs, on l’avait vu fonctionner. C’est sur son ordre que le capitaine d’Auvergne entretenait quarante hommes à Saint-Rambert en Forez, depuis septembre 159352. Le 6 novembre suivant, le consulat désigna les deux échevins Jacquet et Thierry pour le représenter au « Conseil d’Estat [...] tenu près la personne de Monseigneur de Lyon » pendant le mois de novembre53. Le conseil que nous voyons se réunir à partir de février 1594, ne représente donc rien d’original. Nous le retrouvons le 14 février : ce jour-là, siégeaient seulement aux côtés des échevins le président du bureau des finances avec les trésoriers généraux, et les syndics des élections de Lyonnais ; il y fut décidé sur l’initiative du consulat, que Leblanc, commissaire aux vivres en Dauphiné remplirait les mêmes fonctions en Lyonnais, Forez, Beaujolais, la ville assurant les sommes nécessaires à l’achat de vivres pour l’armée54; les trésoriers généraux réclamèrent un moyen de faire rentrer les impôts en retard55. Le même mois, le conseil ordonna le remboursement d’un habitant de Polly pour ses dépenses engagées au service du roi56. Sa composition pouvait varier : il réunissait aux côtés des échevins soit Ornano, Gadagne, de Vic et Chevrières (pour réduire la solde de la compagnie de Chevrières)57, soit, en plus des précédents (et moins Chevrières), les trésoriers généraux (pour prendre une décision au sujet d’Urfé)58. Dans ces réunions, peu nombreuses, un seul élément est permanent : le consulat ou quelques échevins le représentant. Gens du roi, gens de finances n’y paraissent qu’irrégulièrement ; ceux de la justice, jamais : l’on n’y traitait que de questions financières.

15Mais, à partir de la fin du mois de mars, on perd toute trace du conseil. De Vic était parti le 28 mars ; Ornano, militaire, ne s’intéressait aux finances qu’en fonction des besoins de son armée et s’absentait souvent. Le consulat, isolé, se sentait trop peu d’autorité pour convoquer, présider ce conseil sur des questions dépassant le territoire de la ville et sa compétence habituelle. Par la force des choses, son autorité de gouverneur ne s’aventurait guère en dehors des remparts.

  • 59 Arch. mun. Lyon, CC 1451, n° 71 (Les nesles, décriées, avaient été supprimées en 1592-93. Roger Do (...)
  • 60 Bibl. nat. France, Fr. 18 159, fol. 183, 14 juin 1594 ; Noël Valois, Inventaire…, op. cit., n° 948
  • 61 Ibid, fol. 117v, 24 avril ; Noël Valois, Inventaire…, op. cit., n° 690.
  • 62 Arch. dép. Rhône, BP 3647, Livre du roi 1590-97, fol. 90v. On sait que les barbiers comptaient par (...)

16Parallèlement les interventions du roi et du gouvernement central se multipliaient dans tous les domaines. La ville, peu à peu, rentrait dans la vie administrative du royaume. Le roi ordonna le 13 avril de laisser circuler les nesles apportées par les marchands italiens, suisses ou grisons, et de leur rendre ce qui avait pu leur être pris sous prétexte de cette circulation59. Quelques paiements commençaient à s’effectuer : un arrêt du Conseil ordonna de payer sur le trésor de l’épargne 7 970 éc. 45 s. à des marchands de Lyon pour des fournitures faites à l’armée du duc d’Uzès en Languedoc, en 158560. Un autre fit régler une dette à Zamet, comme ayant droit du banquier Capponi61. Le 16 avril, en signe de joyeux avènement, Henri IV nomma François Bargerant maître barbier à Lyon62.

  • 63 Bibl. nationale France, Dupuy 61, fol. 117. Douglas et J. Roman, Actes et correspondances du Conné (...)
  • 64 Ibid., p. 230, Lettre de Lesdiguières, fin mai 1594, s’attendant à trouver à Lyon de l’argent vena (...)
  • 65 Bibl. nat. France, Fr. 18 159, fol. 135 ; Noël Valois, Inventaire…, op. cit., n° 763. Le bureau re (...)
  • 66 Ibid., ff. 80-81v.
  • 67 Arch. dép. Rhône, BP3647, Livre du roi 1590-97, ff. 98v-99.

17Mais les ressources financières de la ville intéressaient bien davantage le roi. Nous avons vu comment la Réduction avait pu gêner la Ligue, en interrompant ses possibilités de financement. Le roi se préoccupa d’en bénéficier. Dès la Réduction on songea à constituer à Lyon un fonds destiné à subvenir aux besoins de la guerre. Le 13 mars, Lesdiguières demanda au roi, pour lutter contre l’Espagne, la moitié des recettes de la douane de Lyon « dont la ville vous demande le don de tout, et leur faire comprendre l’utilité qu’ils recevront de ceste guerre »63. Les banques lyonnaises servaient à financer les expéditions et la guerre64. Lesdiguières n’était d’ailleurs pas le seul à réclamer : un arrêt du conseil du 6 mai décida que, restant trois termes à payer aux Suisses et Grisons des armées royales, le bureau des finances de Lyon devait « prendre lad. somme de Vm escus testons a charge ou a condition de rente au meilleur mesnage que faire se pourra des plus affectionnez serviteurs de Sad. Majesté en lad. ville, pour estre icelle somme délivrée au trésorier desd. Ligues »65. Ce trésorier, Girard, était en effet à Lyon. Les officiers du roi bénéficiaient également de la sollicitude royale : le bureau des finances reçut le 25 mai des lettres exigeant des trésoriers généraux et du receveur général un prêt de 6 000 écus ; d’où protestations66. Toute source possible de revenus était exploitée : le 5 juillet le roi chargea le sénéchal de faire publier l’édit de septembre 1591 sur l’aliénation du domaine, et de dresser un état détaillé des parties susceptibles de se vendre le mieux67. Certes, le roi ne faisait pas que demander de l’argent ; son action, ne l’oublions pas, se manifesta aussi par des récompenses, des réparations. Nous y reviendrons.

18Mais ces interventions, peu nombreuses et limitées, ne suffisaient pas. Le consulat lui-même réclamait davantage. Il ne se sentait pas assez fort pour commander seul à Lyon, et l’appui du roi lui était nécessaire. En même temps que la présence royale, il se préoccupa d’obtenir un certain nombre de garanties administratives et politiques permettant le retour à l’ordre et à une vie normale. C’est ce que partirent chercher les deux consuls Laurent et Polaillon.

  • 68 Arch. mun. Lyon, AA 139 ; Bibl. nat. France, Fr. 2319 fol. 90, lettre du consulat au roi, 28 mars.
  • 69 Arch. mun. Lyon, AA 49, fol. 373v, lettre de Laurent au consulat, 1er avril, pour le départ de de (...)
  • 70 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 53. Ces instructions avaient été approuvées par les notables le 11 m (...)
  • 71 Arch. mun. Lyon, BB 133, fol. 25 Instructions à Thomé, 15 février 1596.

19Ils quittèrent la ville le 28 mars68, accompagnant de Vic qui rentrait à Paris69, et porteurs d’une lettre d’introduction auprès du roi que leur avait confiée le consulat. Ils avaient charge d’assurer le roi « de l’affection et sainct zelle » de la population. Ils devaient réclamer que la religion catholique fût la seule reconnue et permise, et obtenir à ce sujet des lettres patentes « utiles a nous pour conserver ceste ville et province en lad. religion catholique et necessaire pour attirer toutes les autres villes et provinces embarquées au party contraire de recognoistre a nostre exemple vostre Majesté ». Enfin, « nous avons encores chargé nosd. députez de mémoires et instructions concernans le bien et repos de cetted. ville et province, mesmes le gouvernement en chef et les moyens d’acquitter les grands et insupportables debtes créés pour la conservation de lad. ville »70. Ces « mémoires et instructions » se confondent-ils avec le « cahier de remonstrances » qui fut également présenté au roi ? C’est possible, mais nous ne pouvons le savoir. Le seul article du cahier que nous connaissions est le quinzième, il avait trait aux dettes de la ville71.

  • 72 Arch. mun. Lyon, AA 49, fol. 376, lettre des députés au consulat, 12 avril.
  • 73 Ibid., fol. 381.
  • 74 Ibid., fol. 397.
  • 75 Ibid., fol. 387, lettre du 4 mai.

20Arrivés à Paris le 11 avril, les députés prirent tout de suite contact avec les gens du conseil et leur présentèrent les cahiers72 qu’ils remirent le 21 avril au chancelier73; les discussions commencèrent aussitôt. Les obstacles ne leur manquèrent pas ; ils eurent à se débattre contre les ligueurs chassés de Lyon qui intriguèrent en cour pour obtenir réparation de leurs torts ; ils en furent gênés pendant tout leur séjour. Le syndic du plat pays de Lyonnais était lui aussi dans la capitale : « ce dameret » poursuivait l’exécution de l’arrêt du 2 octobre 1561 imposant la taille à la ville de Lyon74. Il devait d’ailleurs échouer dans ses efforts. Les gens du roi n’étaient pas, de leur côté, toujours faciles à joindre ; à mesure que dans toute la France, villes et provinces revenaient au roi, les députés affluaient en cour ; les affaires augmentaient en nombre et traînaient en longueur. Nos deux députés s’en plaignaient. Et si encore les gens du conseil y mettaient du leur ; mais eux aussi, « partie sont mallades, partie se purgent » ! Il n’y avait pas moyen de les voir75.

  • 76 Ibid., fol. 381.
  • 77 Ibid., fol. 397, lettre au consulat.

21Le travail cependant progressait peu à peu. Dès le 21 avril ils pouvaient annoncer que l’on offrait à la ville le tiers de la douane76. Le 17 mai, ils racontèrent leurs efforts pour l’avoir en totalité jusqu’à ce que la ville fût déchargée de la garde de Nemours, et l’opposition du conseil à ce qu’elle pût en profiter jusqu’au 1er juillet77.

  • 78 Mathieu Varille, Les Grands Jours…, op. cit., n’en parle pas.
  • 79 Arch. mun. Lyon, AA 49, fol. 379.
  • 80 Arch. mun. Lyon, AA 45, fol. 151, le 7 mai.

22Une autre de leurs préoccupations, sur l’ordre du consulat évidemment, fut de faire venir à Lyon une compagnie du Parlement pour y tenir des Grands Jours78. Ici encore se manifeste le désir des échevins de se faire appuyer par l’autorité royale ; peut-être aussi une certaine défiance contre les magistrats du présidial. Les députés pouvaient écrire, dès le 25 avril : « nous aurons une chambre composée de deux chefs, et des membres telz qui sont necessaires et pour l’estat, et pour la justice »79. Mais une session des Grands Jours coûtait cher ; quand de Vic demandait au consulat s’il y tenait vraiment (d’autres provinces en réclamaient, une seule pouvait les avoir)80, il faisait sans doute du chantage pour obtenir rapidement l’argent. Car le principe en était déjà adopté de façon ferme :

  • 81 Ce devait être de Vic : lettre de Thomé (frère du secrétaire), à de Vic, 16 mai [Arch. mun. Lyon, (...)

Nous avons obtenu la chambre, laquelle le roy desire estre establie en nostre ville avant son arrivée [...] Lad. chambre sera composée d’ung president, ung maistre des requestes81, et quatorze conseillers [...]. La jurisdiction souveraine d’icelle comprendra le ressort de Lyonnois, Forestz, Beaujollois et Masconnois, avecq Bourbonnois, Auvergne et tout l’antien gouvernement.

  • 82 Arch. mun. Lyon, AA 49, fol. 391, lettre des députés, 8 mai.

23Les frais seraient environ de 4 000 écus par mois, payés par des impositions sur les pays bénéficiaires. Le consulat, pour mettre la compagnie en route, devait en avancer 10 00082. Le 10 mai, ils attendaient la lettre de commission.

  • 83 Arch. mun. Lyon, AA 49, fol. 393. Le désir des lyonnais d’avoir un parlement était ancien. Joseph (...)

Sy nous heussions veu [ajoutaient-ils] que la portée de nostre ville eust esté de pouvoir fournir a Sa Majesté quelque centaine de mille escus, nous heussions poursuivy d’obtenir ung parlement tire du corps de cestuy-cy comme font ceu de Tours [...] mais recognoissant nostre impossibilité, nous sommes contentez de ce qui nous est possible [...]. Et encores, sy vous contentez de la chambre, il y aura tousiours moyens de la fere continuer en forme de parlement.83

  • 84 Ibid., fol. 395.
  • 85 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 119v.

24Ce fut sans doute cette question d’argent qui fit échouer le projet. Le 14 mai, les députés s’en occupaient encore84, le 16 le consulat accueillit avec joie la nouvelle85, puis plus rien. Très vraisemblablement, ce fut après le retour des députés, pendant le séjour de Bellièvre et de Vic que fut décidé de remettre la session à une époque où la ville pourrait avancer les fonds.

  • 86 Arch. mun. Lyon, AA 139, lettre du consulat au roi.

25Les députés avaient aussi mission de ramener un gouverneur. La tâche était moins aisée que de faire signer un cahier de remontrances. Le 26 avril, moins d’un mois après le départ des deux échevins, Thomé partit avec mission spéciale de les seconder sur ce point86. Nous en connaissons l’issue.

  • 87 Arch. mun. Lyon, BB 133, fol. 25, instructions à Thomé, 15 février 1596.
  • 88 Arch. mun. Lyon, AA 49, fol. 391, lettre des députés au consulat, 8 mai.

26Le seul résultat sérieux du séjour à Paris de Laurent et de Polaillon fut l’édit de réduction accordé à la ville. Nous devons tout d’abord distinguer cet édit du cahier de remontrances « repondu » par le roi. Le 10 mai, tous les articles du cahier avaient en effet reçu réponse du roi et de son conseil87. C’est de lui que furent extraits les articles figurant dans l’édit : « noz cahiers sont vuydez, cloz et arrestez, dont il n’y a que deux qui soient reffuzés, et tout le reste accordé en tout ou en partie, dont sera faict edict et déclaration »88. Il est regrettable que le texte ne nous en ait pas été conservé. On peut cependant considérer comme une réponse à ces remontrances l’octroi du tiers de la douane et du subside de l’entrée du vin (11 mai). La disparition est d’autant plus regrettable que les matières visées par l’édit ne recouvraient pas celles du cahier :

  • 89 Arch. mun. Lyon, AA 49, fol. 401, 31 mai.

dans lequel edict ne seront comprins sinon aucungs des articles accordez en noz cahiers, a sçavoir eceulx qui ont semblé debvoir estre publiez et non ceulx qui concernent en particullier le faict de nostre ville, comme celluy de la doanne et autres semblables, oultre lequel edict et nos cayers susd., il nous fauldra avoir plusieurs lettres patentes séparément pour noz privilleges ensuyvant divers articles accordez esd. cayers.89

  • 90 Ibid., fol. 393. C’est en effet Forget qui le contresigna.
  • 91 Arch. mun. Lyon, AA 21, fol. 2, lettre du roi au consulat.
  • 92 Ce fut fait le 24.
  • 93 Publié par Julliéron et Ancelin, Lyon, 1594 ; Antoine Fontanon, Les edicts et ordonnances des rois (...)

27Peut-on préciser, au delà du mois la date à laquelle l’édit fut rédigé et expédié ? Le 10 mai, les députés écrivaient : « Il nous vient bien a propos que Monsieur de Fresnes demeure pour nous expedier et dresser l’edict de déclaration dont nous poursuivons l’expédition et publication en toute diligence »90. Il n’y en avait donc plus pour bien longtemps. Le 11, ce n’était pas encore fini : quittant Paris pour la Picardie, Henri IV laissait à son conseil le soin des derniers détails91. Le 21 mai, il ne restait plus qu’à le faire vérifier en Parlement92. C’est donc du 11 au 21 mai qu’il fut expédié93.

28Après un préambule assez long où le roi constatait l’action de la Providence qui avait arrêté les menées des factions étrangères, et louait Lyon d’avoir été l’une des premières du royaume à donner l’exemple du loyalisme (ce préambule, inspiré de celui des édits de Bourges et d’Orléans, inspira à son tour celui de Poitiers) suivaient en désordre 22 articles, touchant à des matières religieuses et politiques, militaires, financières et administratives.

29Le culte de la religion réformée était interdit dans toute l’étendue du gouvernement, sauf dans les lieux autorisés par l’édit de 1577, le clergé était de plus exempté des décimes pour la période s’étendant de 1589 au 31 décembre 1593 (art. l). Cet article n’était pas spécial à Lyon. Confirmant les mesures prises par le consulat, le roi approuvait l’expulsion des suspects qui ne pourraient rentrer qu’avec l’autorisation du gouverneur, quand il serait là, et sur avis des échevins ; on ne pourrait cependant les dépouiller de leurs biens ni les exclure des mesures d’amnistie générale (art. 20). Cet article était le plus sévère du point de vue politique. Il ne l’était pourtant guère, prévoyant le retour des suspects et le respect de leurs droits. L’esprit général de l’édit était la conciliation, même si les promesses y étaient parfois un peu vagues.

30Apaisant une des craintes les plus vives des Lyonnais, le roi s’engageait à ne plus construire dans la ville « aultres citadelles que dans leurs coeurs et bonnes volontés » (art. 3). Il promettait de satisfaire les habitants sur la démolition des forteresses occupées par l’ennemi dès qu’elles seraient prises (art. 4), enfin il ne garderait plus à Lyon qu’une garnison de 600 suisses dont il paierait la solde (art. 5).

31Ce qui devait surtout apaiser les esprits était la décharge générale de tous les actes commis en vertu de l’obéissance à la Ligue, y compris l’emprisonnement de Nemours (art. 7), puis la confirmation des privilèges de la ville : confirmation générale (avec réserve sur l’augmentation des taux de change, art. 12), et particulière du privilège d’annoblissement des échevins (art. 16). Le roi rappelait toutefois que la juridiction du conservateur des foires était maintenue sans changement (art. 13) ; il confirmait enfin l’arrêt du conseil accordant l’exemption de tailles aux habitants de la ville et l’exemption des droits de ban et d’arrière-ban (art.14).

32En matière financière, cette volonté de pacification se montrait au moins autant. Le roi révoquait les saisies faites sur ses sujets en vertu de ses dons et assignations qu’il annulait par là-même (art. 2) ; il acceptait dans les comptes de dépenses des officiers de finances celles qui avaient été faites sur des mandements de Nemours, de Saint-Sorlin ou d’Épinac (art. 10) ; il annulait les ventes faites par autorité de justice des biens d’habitants de Lyon qui n’avaient pas payé les tailles indûment exigées d’eux (art. 15). Il déchargeait les habitants du plat pays de tout ce qui leur restait à payer pour les tailles jusqu’au 31 décembre 1593 (art. 17), et révoquait les saisies faites sur son ordre sur des marchands de Lyon (art. 18). La ville se voyait confirmer les nouveaux dons et octrois pour une période de six ans (art. 22). Cela n’allait pas sans contrôle : confirmant le don à la ville des droits d’entrée du vin, le roi décidait qu’un contrôleur désigné par les trésoriers généraux surveillerait le fonctionnement de l’octroi ; l’état des dettes de la ville serait vérifié au conseil du roi (art. 9), qui contrôlerait également l’état des sommes avancées par les receveurs généraux et les échevins au cours de leurs fonctions (art. 11). Il était rappelé que nul, à part les ecclésiastiques n’était exempt de charges telles que guet, emprunt, imposition (art. 2).

33Deux articles enfin intéressaient les officiers du roi : le premier ordonnait de respecter les édits réglementant la réception des officiers (art. 6), le second confirmait sans autre formalité les officiers pourvus par les rois précédents ; les autres, pourvus par Mayenne après mort ou résignation, seraient confirmés après avoir déposé au conseil leurs anciennes provisions (art. 19).

34Un bon nombre de ces articles n’était pas spécial à Lyon : décharge des actes commis pendant la Ligue, confirmation de privilèges, annulation de saisies, confirmation d’offices, etc. La politique du roi était évidemment la même dans tout le royaume. Mais cet édit étant en partie tiré du cahier de remontrances de Lyon, on peut en conclure que les besoins de la ville coïncidaient avec ceux des autres municipalités. Quelques-unes de ces clauses devaient cependant plaire particulièrement aux Lyonnais : l’exclusivité du culte catholique apaisait leurs consciences, la promesse de ne pas construire de citadelle les rassurait (ils songeaient à la citadelle royale de Saint-Sébastien, qu’ils avaient prise et démolie en 1585, et dont ils redoutaient sans cesse, depuis, la reconstruction). Le roi, de plus, s’occupait des dettes de la ville ; ces mesures ne suffisaient certes pas pour les résorber, mais pouvaient laisser espérer que de plus importantes seraient prises par la suite.

  • 94 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 157v.
  • 95 Ibid., fol. 159.

35Partis de Paris avec Bellièvre, les députés arrivèrent à Lyon le 12 juin. Ils apportèrent, le 17, l’édit au consulat qui ne fit qu’en prendre connaissance94. Il fut discuté le 20 dans une assemblée restreinte de notables95, où il souleva très peu d’objections : Laurent et Polaillon furent félicités de leurs efforts ; le doyen du chapitre cathédral, Chalmazel, fit remarquer que l’exemption, pour le clergé, du guet et de la garde n’entraînait pas la soumission aux autres charges (l’édit, d’ailleurs, ne le prétendait pas), le président du bureau des finances, Montconis, déplora l’exemption temporaire de tailles accordée au plat pays : seuls les mauvais payeurs en retard seraient avantagés, les receveurs ne sauraient comment se rembourser de leurs avances, les gages des officiers resteraient en retard. Les réactions sur le fond furent insignifiantes. Malgré des mesures bien difficiles à appliquer (comme les annulations de saisies ou de ventes), l’édit ne heurtait aucun sentiment profond des Lyonnais ; surtout le consulat, sachant Bellièvre à Lyon, se sentait moins responsable. Il n’y avait plus lieu de se troubler, toute difficulté trouverait un arbitre sûr.

Les difficultés militaires

  • 96 Arch. mun. Lyon, BB 131, ff. 33-34, délibération du 21 février.
  • 97 Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 116.
  • 98 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 31.
  • 99 Jean-Hippolyte Mariéjol, Charles-Emmanuel..., op. cit., p. 232.
  • 100 Ibid.
  • 101 Arch. mun. Lyon, AA 75, n° 3.
  • 102 Arch. mun. Lyon, AA 74, n° 66.
  • 103 Auguste Bernard, Les dUrfé. Souvenirs historiques et littéraires du Forez au xvie et au xviie siè (...)
  • 104 Notes inédites…, op. cit., t. XII, p. 167.

36Avec des alternatives de détentes et de crises, la guerre, pendant tout ce temps, se poursuivait. Malgré le traité que, le 20 février, le consulat avait pris soin de conclure avec la Savoie, « pour la liberté du commerce et le libre passage sur les terres de Son Altesse », et qu’Ornano avait, par la suite, été prié d’observer en n’attaquant point les territoires savoyards96, la ville se trouvait dans une grande insécurité. Dès avant la Réduction, la reprise des hostilités avait donné aux pillages une vigueur nouvelle. Le 24 janvier par exemple, les Viennois vinrent ravager jusqu’à Villeurbanne des maisons et des terres appartenant à des Lyonnais97. Ce ne fut pas, bien entendu, la Réduction qui les arrêta : le 17 février, le consulat essayait de calmer les troupes de Savoie qui pillaient Montluel98. Lyon trouvait cependant dans la région des appuis précieux : le 13 février, Belleville suivait son exemple et se soumettait au roi99 ; le 14, ce fut le tour de Villefranche100 ; le 18, de Saint-Bonnet-Le-Château101, le 21 de Régny-en-Forez102, avant le 27 février, Chalmazel de La Pye soumettait, en Forez également, les places de Feurs et de Donzy103, cependant que les troupes d’Ornano, ayant traversé Lyon le 11 février104, marchaient sur Thoissey occupé par le marquis de Treffort, et, ne pouvant le prendre, se contentaient d’opérer dans les Dombes, tenues pour la Savoie par le vicomte de Chamoys.

  • 105 Témoins les 50 écus reçus le 23 décembre 1593 par le capitaine La Vioze, pour « service extraordin (...)
  • 106 Arch. mun. Lyon, BB 131, ff. 13v, 53v.
  • 107 Ibid., ff. 51v, 62, 80v.

37Mais les habitants se lassaient. À la garde, les bourgeois qui depuis longtemps manifestaient peu d’ardeur105, en montraient maintenant moins que jamais : une liste des archers du guet demandée le 9 février au chevalier, et apportée le 18 mai seulement au consulat106, permit de déceler un certain nombre d’entre eux qui, en se faisant passer pour archer du guet, espéraient éviter le service commun. Les signes de trouble ou de nonchalance à l’occasion de la garde ne manquèrent pas en mars et avril107.

  • 108 Ibid., fol. 45.
  • 109 Bibl. nat. France, Fr. 23 194, fol. 85, lettre au roi, 16 mars.
  • 110 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 61v ; publié par Julliéron et Ancelin, Lyon, 1594.
  • 111 Arch. mun. Lyon, AA 53, fol. 316.
  • 112 Auguste Bernard, Les dUrfé…, op. cit., p. 351.
  • 113 Arch. mun. Lyon, AA 39, n° 144.
  • 114 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 73.
  • 115 Arch. mun. Lyon, AA 36, n° 109.
  • 116 Arch. mun. Lyon, AA 25, n° 30.
  • 117 Arch. mun. Lyon, AA 28, n° 76 et 77 ; BB 131, ff. 121-122.

38Le consulat, fort maintenant de l’appui des troupes royales essaya donc de négocier à nouveau une trêve. Le 4 mars il arriva au résultat et demanda à Ornano de conclure de son côté la trêve de six semaines qu’il venait de signer avec Nemours et Saint-Sorlin108. Ornano attendit pour cela plusieurs jours. Il expliqua au roi pourquoi : Nemours feignait de discuter cette trêve pour laisser à Treffort le temps de construire un fort devant Thoissey et d’attendre des renforts du Milanais ; aussi lui, Ornano, avait pris d’assaut ce fort en même temps que les places de Beauregard, Chatelard et Ambérieu. Il avait laissé La Bâtie gouverneur des Dombes pour le roi, et fait fortifier Saint-Trivier pendant que six de ses compagnies corses protégeaient Lyon. Il gardait un œil sur Mâcon, songeant à profiter de la mésentente entre Nagu-Varennes et Tavanne109. Ayant ainsi consolidé ses positions, il put signer la trêve le 25 mars. Le consulat l’avait devancé de cinq jours et avait traité de son côté le 20 mars. Les conditions comprenaient les clauses habituelles de ce genre de traité : évacuation du territoire du gouvernement par les ligueurs, garanties données aux habitants, sommes à verser à Saint-Sorlin et Nemours ; pour le premier traité, les signataires étaient Nemours, Saint-Sorlin, Urfé, et le secrétaire Thomé (pour le consulat), pour le second, Ornano et le vicomte de Chamoys. Elle devait durer jusqu’au 5 mai110. Il ne semble pas qu’elle ait été beaucoup respectée, des deux côtés d’ailleurs : le 25 mars précisément, le capitaine La Forge, aux ordres du consulat, lui annonçait qu’il cherchait à prendre Thoissey111. Le 10 avril, Chevrières soumit Bourg-Argental112, et le vicomte de Chamoys se plaignit, le 13, que La Bâtie s’en prenait au bétail de ceux qui garantissaient ses créances établies par la trêve113; tandis qu’en Forez les troupes de Saint-Sorlin continuaient à lever les tailles : le consulat, le 29 mars, envoya Montconis de Liergues les faire cesser114. Le marquis mettait évidemment toute sa mauvaise volonté (et elle était grande) à respecter la trêve : « c’est une misere [écrivait le 4 avril, de Vienne, Montconis] que d’avoir a traicter avec ce prince, et a la verité si j’eusse peu juger les difficultés que j’i vois, je me feusse volontiers excusé de ceste charge »115. Il pouvait alléguer comme excuse, il est vrai, la conduite des royaux. Le 16 même, il somma une dernière fois le consulat de lui payer ce que la trêve lui attribuait116. À la fin du mois d’avril, des soldats du Sr d’Albigny, serviteur de Savoie, pillaient des marchands allemands entre Montluel et Lyon117.

  • 118 Ibid., fol. 123v, Le 18 avril.
  • 119 Arch. mun. Lyon, AA 53, fol. 315, lettre au consulat, 6 mai.

39L’autorité du consulat sur les chefs d’armées et sur les capitaines était d’ailleurs relative : le commissaire des guerres, Maurice Foculot, vint se plaindre un jour que beaucoup de capitaines établis dans le gouvernement ne le laissaient pas accomplir les devoirs de sa charge qui consistait à les contrôler, à veiller au bon ordre et à l’effectif des troupes ; la réponse du consulat fut évasive et peu satisfaisante, on verrait...118 Il n’avait pas envie de s’aliéner les hommes de guerre : sur qui se serait-il appuyé ? Les villes du gouvernement elles-mêmes se montraient maintenant récalcitrantes devant ses ordres : La Forge, chargé de prendre garnison à Givors se heurta à un refus des habitants d’ouvrir les portes et dut se retirer à Vernaison119.

  • 120 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 67v.
  • 121 Ibid., fol.70.
  • 122 Le 12 avril un courrier espagnol [Arch. mun. Lyon, AA 53, fol. 238 ; BB131, fol. 87] ; le 17 avril (...)
  • 123 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 87 ; CC 1445, n° 16 (fol. 5).
  • 124 Ibid., n° 16 (fol. 6 v).

40Il mena cependant, durant toute cette période, une lutte active contre l’espionnage. Deux habitants de Saint-Bonnet-le-Château vinrent lui remettre, le 20 mars, un courrier espagnol arrêté chez eux120. Le 24 mars, averti que les espions prenaient les chemins de traverse et passaient par le Forez, il donna ordre au capitaine La Chomette, cantonné à Estivareilles, de les arrêter et de les lui envoyer121. Le capitaine lui en expédia aussitôt un grand nombre122. Les maîtres de poste d’Yzeron et de Chazelles lui en amenèrent également le 14 avril123. Le 7 mai, le capitaine La Bastille lui envoya une lettre écrite aux habitants de Givors par Saint-Sorlin et saisie sur un de ses laquais124. À tous, le consulat versa des indemnités pour les frais de voyage ; il prenait donc la responsabilité de ces recherches, même faites sans ses ordres exprès.

  • 125 Arch. mun. Lyon, AA 45, fol. 43.
  • 126 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 109, le 3 mai.
  • 127 Ibid. fol. 110, le 5 mai.
  • 128 Ibid., ff. 117-118.
  • 129 Ibid., ff. 118v-119.
  • 130 Ibid., fol. 120.

41Telle quelle, et malgré le peu de scrupule que mettaient à l’observer les deux partis, la trêve valait mieux que la guerre ouverte. Aussi à son expiration, malgré les réclamations d’Anne d’Urfé qui voyait en elle une « ruine »125, et en attendant de pouvoir signer une prolongation en bonne et due forme, convint-on d’une suspension d’armes jusqu’au 12 mai126, puis jusqu’au 15127, pendant laquelle on reprit les pourparlers. Pacifiste, une assemblée restreinte de notables, le 13 mai, approuva la poursuite des négociations128. Une seconde, réunie le lendemain, y délégua Balthazard de Villars129, et offrit d’avancer les sommes nécessaires pour faire accepter la trêve, dans le but d’éviter que Saint-Sorlin et Nemours ne les fissent lever eux-mêmes sur les populations des campagnes. Elle décida que l’on réunirait les châtelains et les élus de Beaujolais pour leur faire accepter cette nouvelle charge. Enfin, pour ôter tout prétexte aux ennemis, elle exigea du marquis d’Urfé la restitution de la place de Châteauneuf qu’il avait prise en pleine trêve. Une nouvelle suspension d’armes fut signée le 16 mai jusqu’au 22130.

  • 131 Ibid., fol. 112. La première avait été armée en octobre 1593 [Arch. mun. Lyon, BB 130, fol. 112 ; (...)
  • 132 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 29.
  • 133 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 61v, 19 mars.
  • 134 Arch. mun. Lyon, AA 29, n° 57 et 56.
  • 135 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 102v.
  • 136 Arch. mun. Lyon, AA 28, fol. 111 ; AA 29, n° 58 et 60.
  • 137 Arch. mun. Lyon, AA 28, fol. 112. Lettre du consulat, 2 juin, AA 139.
  • 138 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 172.

42Cependant le consulat se préoccupait de renforcer ses troupes. Nous n’insisterons pas sur la seconde frégate qu’il fit armer sur la Saône et confia, comme la première, au capitaine Chevalier131 ni sur la compagnie du capitaine Leaucourant qui, en passant le 16 février au capitaine Combet, s’augmenta de 50 hommes132. Le principal souci du consulat en cette matière fut en effet le recrutement de troupes suisses. Le 12 avril, les compagnies en garnison à Lyon furent licenciées pour des raisons de sécurité politique. Près d’un mois avant, le consulat avait pressenti Brûlart de Sillery, ambassadeur du roi auprès des cantons « pour fere levée de deux compagnies de suisses pour tenir la campagne au service de ceste ville soubz l’obeissance du roy»133 . Ce n’était donc, pour le moment, que pour protéger la ville de l’extérieur. Quand le départ des compagnies en garnison dans Lyon eût été décidé, le consulat activa sans doute le recrutement, car le 16 avril, Sillery avertissait que tout était prêt ; le 19, il demanda que la ville lui envoyât quelqu’un : « la marchandise luy sera livrée bonne et loialle, comme vous la desirez »134. Le 26, Béraud, qui avait déjà traité de ces affaires, prit la route pour la Suisse. On demanda le passage au gouverneur espagnol de Franche-Comté135. Le 13 mai, de Soleure, Béraud annonça le départ des deux compagnies retenues et demanda que l’on vint à leur rencontre136. Le 1er juin elles approchaient de Mâcon où Maurice Poculot partait les rejoindre137. Leur logement à Lyon présenta quelques difficultés : Laurent et Montmartin, chargés d’y veiller, constatèrent que les maisons occupées par les compagnies parties en avril avaient été réoccupées depuis138. Tout s’arrangea cependant.

  • 139 Ibid., fol. 122v. La nouvelle arriva à Lyon le 18.
  • 140 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 127.
  • 141 Eustache Piémont, Mémoires..., op. cit., p. 327.
  • 142 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 130v. De retour de Vienne, de Villars expliqua que Saint-Sorlin n’av (...)

43La fin du mois de mai vit en même temps la position du roi et par là-même du consulat, se fortifier grâce à deux succès importants. Le dimanche 15 mai, Mâcon se rendit au roi sous la conduite de son gouverneur Nagu-Varennes139 ; le 24, les troupes de Savoie se firent battre dans les Dombes, et Chamoys capturer, par celles de La Bâtie. Le consulat, apprenant le lendemain la nouvelle, demanda aussitôt à Ornano de partir exploiter cette victoire, et d’emmener avec lui ce que les penonnages et les compagnies françaises de la ville pourraient lui fournir d’hommes. À Nagu-Varennes, au gouverneur de Belleville, à Béraud, qui amenait ses suisses, au comte de Verdun, à tous, il demandait d’amener en Dombes du renfort en toute hâte140. Ce ne fut pas un petit accrochage d’arrière-garde, près de Vienne, où Ornano perdit ses bagages personnels141, qui put contrebalancer ce succès. Malgré une mauvaise volonté évidente de l’ennemi, une nouvelle suspension fut signée le 31 mai142. C’était la dernière négociation que menait par lui-même le consulat.

Les difficultés politiques

  • 143 Jean-Marie Prat, Recherches sur la Compagnie de Jésus..., op. cit., t. 1, p. 156.
  • 144 Arch. mun. Lyon, AA 139.
  • 145 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 58.
  • 146 Ibid., fol. 79v.
  • 147 Antoine Péricaud, Notes et documents..., op. cit., à sa date.
  • 148 Arch. mun. Lyon, EE 106, n° 19, lettre de Chavagnac, 22 avril.
  • 149 Arch. dép. Rhône, C 530, fol. 42, le 23 mars.
  • 150 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 74v.
  • 151 Ibid., fol. 83.

44Pendant plusieurs mois harcelé par l’ennemi mais fortement soutenu, le consulat avait réussi à éviter la catastrophe. Les efforts qu’il dut faire pour lutter et défendre la ville le poussèrent toujours plus avant dans la voie de la fidélité au roi. Même si, au début, il avait été récalcitrant, la nécessité absolue de s’appuyer sans cesse davantage sur Ornano, de trouver une solution à l’angoissant problème de la dette, le désir de voir reprendre le commerce, le besoin si souvent noté de s’appuyer sur un pouvoir central fort, l’impossibilité désormais de s’adresser à Mayenne, avec qui les ponts étaient rompus, tout devait concourir à le fixer dans cette position, et avec lui les notables. Dès le mois de mars on put se rendre compte des progrès de la cause du roi dans les esprits des dirigeants. Le père Coton qui devait venir prêcher le carême à Lyon s’en vit refuser la permission le 7 mars143. Le même jour, le consulat demanda aux cantons de Fribourg et de Lucerne de se décider à envoyer des ordres aux compagnies suisses de Lyon sur la conduite qu’elles devaient tenir144. Le 13, il organisa une grande cérémonie en l’honneur de la Réduction, le Te Deum fut chanté à Saint-Jean145. Ce fut renouvelé le 3 avril en même temps que celle de Paris146. Le consulat se préoccupait de trouver des prédicateurs royalistes : l’abbé de Saint-Paul, lui promit, le 7 avril de répondre à son appel et de venir le 17 (le dimanche de Quasimodo)147. Il demanda à un prêtre auvergnat, Chavagnac, qui ne put accepter148, de venir pour la fête de saint Jean. Il trouvait certainement des appuis dans la population ; ne seraient-ce que les habitants proscrits par la Ligue et revenus après la Réduction. Au bureau des finances, le trésorier général J. de Raverie protestait vigoureusement contre la réception d’André Corneille comme receveur général149. À la réunion du 31 mars qui assembla les penons avec les notables, tous furent présents150. Même ponctualité le 12 avril, quand il s’agit de chasser les suisses151.

  • 152 Ibid., fol. 58.
  • 153 Arch. mun. Lyon, 139, lettre au roi, 8 avril.
  • 154 Arch. mun. Lyon, BB 131, ff. 42v-43.
  • 155 Cité dans Henri Fouqueray, Histoire de la compagnie de Jésus..., op. cit, t. 2, p. 270.

45Cet appui, le consulat en avait grand besoin, car l’ensemble de la population n’était pas sûr. Deux simples faits nous donneront pour commencer une idée de son état d’esprit : le consulat dut attendre le 13 mars pour organiser la cérémonie d’action de grâces pour la Réduction, et seuls, du clergé, y assistèrent les quatre ordres mendiants152 ; le 3 avril, le Te Deum pour la Réduction de Paris fut chanté, il aurait dû l’être le 6, mais le consulat avait avancé la cérémonie de trois jours pour calmer l’agitation de la population153. De multiples incidents confirment cette impression. De Vic ayant interdit aux gens de la monnaie de frapper autrement qu’à l’effigie de « Henry IIIIe par la grâce de Dieu Roy de France et de Navarre », le bureau avait tout bonnement cessé la frappe des pièces ; les échevins durent demander à de Vic d’employer la menace et la contrainte154. Le 21 avril, le père Madur, du collège de la Trinité, demandait au Général ce qu’il fallait « faire à l’égard de ceux qui ne se sont soumis que sous la menace de l’exil, à l’égard des magistrats qui rendent la justice au nom du roi de Navarre pour ne pas perdre leur place » ? Fallait-il leur administrer les sacrements155 ? Il y en avait donc un certain nombre pour feindre leurs convictions.

  • 156 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 45.
  • 157 Arch. mun. Lyon, AA 103, n° 42, lettre au consulat, 23 février ; Antoine Péricaud, Notes et docume (...)
  • 158 Arch. mun. Lyon, BB 131, ff. 83-85v. La ville s’obligea à cette occasion pour 8 749 écus 55 s. [Ar (...)
  • 159 Arch. mun. Lyon, AA 139, lettre du consulat aux députés, 20 avril. C’est ce qui explique la mesure (...)
  • 160 Arch. mun. Lyon, 131, fol. 91v, plainte des nobles de Lyonnais au consulat, 22 avril ; Bibl. nat. (...)

46Depuis le 4 mars où le capitaine Hans Wild dit au consulat que la diète des cantons catholiques n’avait pas encore donné l’autorisation de prêter le serment au roi156, les compagnies suisses le refusaient toujours. Le consulat, lassé et se rappelant les conseils du secrétaire d’État Revoil157, réunit le 12 avril une assemblée de notables et de penons qui décida leur départ. Tout se passa fort bien, les Suisses, qui s’y attendaient certainement, se contentèrent de faire garantir leurs arriérés de solde158. Pendant tout le reste du mois d’avril, la population fut nerveuse. Le départ des Suisses inquiétait les catholiques, et l’on put craindre un instant un complot pour s’emparer du corps de garde de l’Herberie159. De son côté, la noblesse du Lyonnais s’alarmait d’une réunion de nobles du Forez revenus « tout nouvellement » au roi. Allaient-ils se voir frustrés du profit qu’ils escomptaient de leur propre soumission160 ? À une assemblée des notables convoquée le 23 avril pour décider ce que l’on ferait de Nemours autour de qui l’on ne cessait d’intriguer, plusieurs personnages, Ornano entre autres, reconnurent que la Ligue gardait à Lyon de nombreux partisans. Poculot fut encore plus net :

  • 161 Arch. mun. Lyon, BB 131, ff. 93-99v.

Il y a telle zizanie en la ville pour en avoir espargné les ungs et traicté les aultres trop doulcement, encores qu’ilz n’eussent pas ainsy fet, et en a mesmes en ceste compagnie qui sont de la mesme opinion ; de sorte qu’il ne fault pas trouver estrange sy ce qui se dict céans est incontinent rapporté hors, et n’y a que la presence dud. Sr Collonel qui nous conserve.161

  • 162 Arch. mun. Lyon, AA 49, fol. 391v.
  • 163 Pignières, pourvu le 5 mai de l’office de lieutenant criminel robe courte ; Poussin qui reçut le t (...)
  • 164 Arch. dép. Rhône, 10 G 137, fol. 310.
  • 165 Ibid., fol. 369. Celui-ci, plus fin, attendit la présence du roi à Lyon pour faire valoir ses droi (...)
  • 166 Arch. mun. Lyon, BB 131, ff. 61 et 91, à Ladmiral, 19 mars et à Vincent Richard, 21 avril.
  • 167 Ibid., fol. 87v, 20 écus à Grolier Du Soleil qui demandait de pouvoir rentrer librement 20 pièces (...)
  • 168 Arch. mun. Lyon, AA 139.
  • 169 Arch. mun. Lyon, BB 379.
  • 170 Arch. mun. Lyon, AA 44, fol. 51v. ; Antoine Péricaud, Notes et documents..., op. cit., à sa date.

47Bernicot, déclarant qu’il fallait chasser les ligueurs, se fit violemment prendre à partie par l’avocat Pinet qui l’accusa d’en abriter chez lui. Les esprits, on le voit, fermentaient. Certains trouvaient d’ailleurs une cause d’irritation dans l’attente de réparations ou de récompenses. Les consuls les avaient demandées dans leurs cahiers de remontrances, et le 8 mai les députés les avertirent que « voz capitaines du chasteau et autres qui méritent recompense ne seront point oubliez par S. M. »162. L’édit de réduction désavoua les actes commis « par forme de volerie et sans adveu », ce qui permettait bien des espoirs, mais aussi bien des chicanes. De même les articles qui prévoyaient les remboursements des ventes forcées et des saisies arbitraires. Enfin le roi interdisait de spolier les exilés : et c’est lui-même qui, le 6 avril, avait accordé à Ancelin et Jullieron le privilège de Pillehotte. Mais il révoqua le don qu’il avait fait à de Mures des biens de Louis Prost ; de même il accorda des faveurs à des suspects chassés163. Tout cela ne favorisait guère le retour au calme. Parfois certaines faveurs heurtaient directement la fierté des corps constitués : le 10 février, le roi, en reconnaissance de services rendus, avait fait au sieur Du Soleil « le don de la première chanoinie » vacante à Saint-Jean « pour en pourveoir ung de ses enfans ou aultre personnes cappables »164. Le chapitre fit opposition : cette mesure n’était pas conforme à ses privilèges. Le 22 avril, même faveur au sieur de Vaumas, gentilhomme de la chambre165. Il faut cependant reconnaître que le consulat tenta dans la mesure du possible, de réparer ce qui pouvait l’être : restitutions d’armes166, dons en argent167. Mais c’était bien insuffisant. Le 25 mai, le consulat écrivit à Forget de Fresnes, secrétaire d’État : « l’on parle icy avec beaucoup d’apparence d’ung nouveau party qui se dresse, dont les particuliers advis seront portés de bouche par homme de creance car il n’y a nul moyen de le pouvoir escripre ny de nommer ceulx que l’on dict en estre »168. Les échevins, inquiets, éprouvèrent le besoin de réclamer au roi une nouvelle confirmation de leur élection de février169. Ils l’obtinrent le 10 mai. C’est sans doute pour pouvoir rassurer ses concitoyens sur la sincérité de la conversion du roi que Thomé, le 17 juin, décrivit en détail, dans une lettre au consulat, sa piété et son assiduité aux offices religieux170.

  • 171 Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 135.
  • 172 Arch. mun. Lyon, BB 131, ff. 63v-68v. ; Antoine Péricaud, Notes et documents..., op. cit., à sa da (...)

48L’opposition la plus vigoureuse et la mieux organisée venait naturellement du clergé. Dès le 1er mars, le consulat demanda à Pierre de Villars, archevêque de Vienne et ligueur modéré, d’exhorter, en l’absence d’Épinac, le clergé lyonnais au calme et à « rendre le debvoir a tout nostre peuple catholique »171. Cette attitude du clergé fut le principal souci de l’assemblée des notables du 23 mars172. En présence d’Ornano et de Vic, Montmartin ouvrit la séance en exposant que

Lesd. Srs eschevins ont grande occasion de se plaindre des predicateurs qui se licencient de parler adventureuzement contre le debvoir et Honneur du roy et l’obeissance deu a Sa Majesté et repost de l’estât de cette ville.

49Chalmazel répondit au nom du chapitre et du clergé tout entier

qu’ilz ont toujours prié les predicateurs de se comporter modestement, et sont bien marris s’il en est advenu aultrement et n’a pas sceu que aulcung d’eulx s’y soyt mal porté, mesme celluy de Ste Croix, sy ce n’est pour le regard de celluy de St Paul en quoy il ne le veult pas supporter, s’il est vray qu’il ayt fally, comme l’on dict.

50L’official, Chalon, défendit le prédicateur de Saint-Nizier lui aussi pris à partie. Là dessus, la discussion partit bon train. On demanda rudement au doyen et à l’official d’agir sur leurs confrères pour qu’ils cessassent leurs sermons rebelles. On menaça ; Ornano parla de « chastier » ce prédicateur de Saint-Paul. Aussitôt le clergé de dresser ses privilèges d’exception. Grolier de Servières, trésorier général, étendit le débat : « non seulement les capuchins, jhesuistes et minimes la refusent [la confession] et l’administration du St sacrement, mais encores plusieurs prestres en paroisses et esglises collegialles ». On touchait à la fameuse question du refus opposé par le clergé à la distribution des sacrements tant que le roi ne serait pas absous par le Pape, les réguliers furent encore attaqués par le penon Vaudel :

  • 173 Les jacobins du couvent de N.D. de Confort.

il y a des capucins, minimes, jhesuytes et de confort173 qui vont par les rues parmi les foulles, detestans le service du roy et font estat de prescheurs des princes [...] Supplie l’on recherche tels subjects qui sont vrayes causes de leze-majesté, en quoy il n’y a point de privilège.

  • 174 Qui tombait cette année-là le 10 avril.

51On demanda enfin aux représentants du clergé de faire en sorte que les sacrements fussent au moins administrés pour Pâques174, menaçant même, si les réguliers persistaient, de les chasser et d’en faire venir d’autres, « comme a fet Mons de Nevers en sa ville ».

  • 175 Publié par Julliéron et Ancelin, 1594.
  • 176 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 69v.
  • 177 Ibid., fol. 74-79.

52Le premier article de l’ordonnance publiée ce même 23 mars enjoignait en conséquence à tous les ecclésiastiques de parler du roi en bonne part175. Le 25, Henry fut envoyé par ses collègues demander à l’official de visiter chaque jour les paroisses et les couvents de la ville pour les engager à administrer les sacrements pendant les jours saints176. À l’assemblée du 31 mars, les notables furent peut-être plus violents encore, s’indignant et demandant pourquoi l’on ne faisait à Lyon de prières publiques pour le roi. Cette fois encore, le doyen et l’official se défendirent comme ils purent, c’est à dire mal177.

  • 178 Bibl. nat. France, Fr. 23 194, fol. 114.
  • 179 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 81v. Elle ne comptait pas de ligueurs notoires parmi ses membres (Pa (...)
  • 180 Arch. mun. Lyon, AA 139. Classé par erreur à la date du 14 mars, elle part du Te Deum chanté le 3 (...)
  • 181 Arch. dép. Rhône 10 G 137, ff. 306v-307.

53Comme partout le clergé séculier fut le premier à se soumettre. Dès le 15 mars, le chapitre de Saint-Jean avait félicité le roi de sa conversion et demandé confirmation de ses privilèges en même temps que le retour de l’archevêque178. Le 8 avril les pénitents de la confrérie de N.D. du Gonfalon vinrent en la personne de Grolier de Servières, l’un d’entre eux, prêter devant le consulat le serment de fidélité179. C’est à peu près de ce moment que date la lettre du consulat à ses députés où il est dit que « Monsieur nostre predicateur de Saint-Nizier a faict assez vertueuse déclaration de ce que nous avons tant requis de luy, dont certes l’obligation est principallement deue a Monsieur de Challon »180. Le 16 avril enfin, Balthazard de Villars d’après la décision prise à l’assemblée du 12, alla de la part du consulat requérir les chanoines de Saint-Jean de prêter le serment, ce qu’ils firent sans récrimination et à l’unanimité181.

  • 182 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 88v.

54Les réguliers furent beaucoup plus durs. À ce moment-même, le 17 avril eut lieu à Saint-Jean une cérémonie prescrite par le roi en action de grâces pour toutes les réductions de villes qui venaient de se produire dans le royaume depuis quelques mois. Comme le 13 mars, tous les ordres religieux s’abstinrent, à l’exception, toujours, des mendiants182.

  • 183 Paul Sainte-Olive, « Les grands capucins », Revue du Lyonnais, 1874, 3e série, t. XVII, 17 p.
  • 184 Cf. Annexe 2.
  • 185 Arch. mun. Lyon, EE 106, n° 50.
  • 186 Cf. Annexe 1, n° 8.
  • 187 Arch. mun. Lyon, AA 139, 12 mars.

55Les capucins, établis à Lyon depuis 1575, à la suite d’une prédication de frère Jérôme de Milan, s’étaient installés dans une maison achetée à Guillaume de Gadagne par le banquier milanais Pompeo Porro, avec les dons de plusieurs autres italiens, notamment Mascrani et Janetto de Lequi183. Or Lequi quitta Lyon dès la chute de Nemours, Porro fut chassé de la ville après la Réduction184, quant à Mascrani, nous le trouverons engagé, le 15 novembre dans une affaire de prêt d’argent à Nemours185. Une grosse partie de leurs religieux étaient italiens et ligueurs fanatiques186. Si l’on se rappelle l’influence qu’ils avaient prise sur le petit peuple par leurs prédications, leurs paroles et leurs allures simples, on comprendra que, malgré leur rôle un peu secondaire au moment précis où nous sommes, ils aient été particulièrement visés par les royalistes. À côté des minimes, eux aussi d’origine italienne, les cordeliers de l’observance eux-mêmes n’étaient pas très bien vus. Ils avaient assuré les offices au château de Pierre-Scize pour Nemours et l’un d’eux avait tenté de le faire évader ; un autre, venu de Mâcon « estoit porteur de mémoires d’une très dangereuse coniuration que l’on nous brassoit en ceste ville »187.

  • 188 Henri Fouqueray, Histoire de la compagnie de Jésus..., op. cit., t. 2, p. 270.
  • 189 Ibid., p. 268.
  • 190 Antoine Péricaud, Notes et documents..., op. cit., à sa date, le 16 mars. Lui-même avait été préve (...)
  • 191 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 50.
  • 192 Henri Fouqueray, Histoire de la compagnie de Jésus..., op. cit., p. 270, n. 4.
  • 193 Ibid., p. 268, n. 4.

56Mais de tous, ceux qui se montrèrent dans les débuts les plus réticents, furent sans contredit les Jésuites. À plusieurs reprises, nous avons pu voir que leur situation à Lyon n’était pas toujours très sûre. Dès le 16 février, inquiets sur la conduite à tenir à propos des sacrements, ils exposèrent au Général leurs cas de conscience188. Le 12 mars, celui-ci leur répondit en leur interdisant de prêter le serment avant que le Pape eût absous le roi189. Ils ne furent pas rassurés : le consulat, qui en dehors de leur attitude visible à tous avait été averti de leurs hésitations par le duc de Nevers190, avait déjà refusé, le 9 mars, au père Castor, de retour de Rome, l’entrée de la ville191. Dans l’assemblée du 23 mars ils furent l’objet de violentes attaques. Aussi, fixés sur la question du serment, ils demandèrent quelle attitude ils devaient avoir avec les Lyonnais qui avaient reconnu le roi : « Devons-nous inviter les consuls à la messe le jour de la Trinité ? Comment nous conduire envers le roi s’il vient lui-même en cette ville ? Peut-on dire la messe en public ? »192. Car ils ne voulaient pas quitter Lyon et sentaient qu’une attitude trop rigoureuse les desserviraient. Ils pensaient aux « incommoda quae imminere videntur si nostri urbem relinquant »193. Mais des casuistes ont plus d’une ressource. Ils ne pouvaient prêter serment de fidélité, soit ; mais quand on leur demanda de promettre

  • 194 Henri Fouqueray, Histoire de la compagnie de Jésus..., op. cit., t. 2, p. 266.

que dans un moys ou six sepmaines au plus tard vous ferez diligence d’avoir special mandement de vos supérieurs sur ce faict ; et cependant vous promettez de ne rien entreprendre ou negotier, soit de parolles soit par escript, en general ny en public ny en particullier contre et au préjudice du service ce Sa Majesté et du repos de ceste ville de Lion.194

57Ils signèrent : il n’était pas, là, question de fidélité. Tout s’arrangea ; le 14 mai ils purent prévenir le général qu’ils avaient repris la prédication et les confessions, suivant

  • 195 Ibid., p. 271.

l’exemple de leurs confrères de Paris, de Bourges et de Nevers [...] à la grande joie des catholiques et au vif regret des hérétiques qui ne désiraient rien tant que leur silence et par suite leur expulsion.195

  • 196 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 154.

58Le 6 juin, les consuls et les notables vinrent à la grand’messe solennelle du collège196. Certes, ce n’était pas encore la grande quiétude :

  • 197 Henri Fouqueray, Histoire de la compagnie de Jésus..., op. cit., p. 271, le 13 Juillet.

Aucun des notres ne peut pénétrer dans la ville ou en sortir sans la permission des consuls. On ouvre et on lit nos lettres ; la pluspart du temps on les interprête en mauvaise part [...] Nos amis ou bien quittent la ville, ou bien sont tellement terrorisés qu’ils n’osent dire un mot. Nous ne savons pas ce qui a pu donner lieu à une si grande haine, sinon le refus du serment auquel on veut nous contraindre. Nous tacherons de gagner du temps jusqu’à ce que nous arrive la permission de le prêter.197

59Mais ils eurent en fait plusieurs mois de répit. D’ailleurs, le bon père Coissard, en écrivant ces lignes s’imaginait-il que cette « grande haine », dont les manifestations étaient somme toute limitées, visait spécialement la compagnie. Elle n’était en fait qu’un reflet particulier d’un état de tension plus général.

60Car (et c’est ce que le père Coissard oubliait) le consulat était en lutte. Si le retour au roi s’était effectué de façon en quelque sorte « subreptice », sans que la population dans son ensemble le désirât vraiment, les opposants ne manquèrent pas à la politique officielle. Ce furent les « suspects ». Nous n’en connaissons par leur nom qu’une petite proportion, cela va de soi, mais elle forme déjà un nombre considérable. Soixante-cinq furent mis hors de la ville ou subirent une sanction quelconque après la Réduction (nous en écartons en effet ceux qui partirent après la chute de Nemours : Ruzinant, Lequi, Baraillon...) ; on en trouvera la liste en annexe 2. Soixante-cinq suspects reconnus, combien cela fait-il de sympathisants ? Certes, tous n’étaient pas à proprement parler « ligueurs ». Plusieurs, le 7 février par exemple, furent chassés comme partisans de Nemours. Mais le plus souvent dans les textes, une telle distinction n’est pas possible à établir ; l’était-elle d’ailleurs dans les faits ? Une fois exilés, leur sort commun les confondait ; les deux inspirations n’étaient pas, dans leurs applications courantes, tellement opposées ; pour nous, nous ne ferons pas cette distinction. Plusieurs, comme il arrive en ces cas-là, furent en outre sûrement chassés pour des motifs autres que politiques (vengeance, réglements de compte, rivalités commerciales…) : Arthur de Joye par exemple. Il est infiniment difficile de les reconnaître.

61Les premiers exilés le furent le 7 février au matin, puis, avant le 11 (c’est le Serviteur du roy qui les nomme), Du Pré, Balbani, Pignières, Malleval et les deux Poggio. Le roi, mis au courant, félicita le consulat, le 22 février, de s’être débarrassé des échevins ligueurs

  • 198 Arch. mun. Lyon, AA 24, fol. 72 ; Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives, op. cit., t. IV, (...)

qu’estoit véritablement par ou il falloit commencer, et qu’il est necessaire de continuer a l’endroict de ceulx que l’on cognoist n’estre pas entièrement nets et vuides de ceste mauvaise impression qui leur avoit esté donnée.198

62Revol, le secrétaire d’État était encore plus net :

  • 199 Arch. mun. Lyon, AA 103, n° 42, le 22 février ; Antoine Péricaud, Notes et documents..., op. cit., (...)

il ne peult estre que très dangereux de les retenir parmi vous pour les pratiques et efforts qu’ils pourroient faire sur vostre liberté, [...] [sa majesté] desire que vous vous délivriez de ce soupçon pour n’encourir ce mal, par les plus gracieulx moyens que vous sçauriez bien choisir.199

  • 200 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 50.

63Mais les suspects « chassés » n’étaient pas tous partis ; fort de tels encouragements, le consulat entreprit de faire respecter son autorité. Le 10 mars le lieutenant du guet reçut l’ordre d’aller à domicile signifier à nouveau aux suspects leur expulsion. Ils ne devaient pas rester à moins de cinq lieues de la ville200. Le 23, à l’assemblée des notables, on s’occupa aussi d’eux. Grolier de Servières

dict que sy l’on a osté de la ville les plus soupçonnés et s’il y a d’autres que l’on ayt reconeu despuys, on ne les doit retenir [...] On doibt les sortir, sans leur fere aucun mal, surtout ceulx qui ont charges et offices, dont il y en a beaucoup que l’on luy a rapporté qu’il ne cognoist pas.

64L’ensemble des assistants ayant opiné et surenchéri, les « articles » publiés à la suite de l’assemblée interdirent à quiconque de parler du roi et de la Réduction « aultrement qu’en bonne part » et promirent des récompenses aux délateurs. Les penons devaient veiller à l’exécution, et au respect de l’autorité royale.

  • 201 Ibid., fol. 70.

65Le nombre des ordonnances que le consulat rendit en mars et en avril contre les suspects, indique qu’elles n’étaient pas respectées. Le 25 mars, il maintint toutes les mesures prises et chassa un nouveau groupe d’indésirables201. Le 31, une ordonnance publiée à la suite d’une nouvelle assemblée reconnaissait que de ces ordres

  • 202 Publié par Julliéron et Ancelin, Lyon, 1594.

le mespris en a esté tel que l’on voit se promener et traicter publiquement par ceste ville, non sans beaucoup de particulières assemblées et monopolles assez descouvertz qui se font mesmes la pluspart sous le voile de la dévotion [un grand nombre de ces suspects] entre lesquels il y en a de sy effrontéz qu’ils portent ordinairement les armes.202

  • 203 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 79v.
  • 204 Ibid. Publié par Julliéron et Ancelin, Lyon, 1594.
  • 205 Arch. mun. Lyon, AA 24, fol. 73.

66Le périmètre des cinq lieues n’était pas respecté. L’ordonnance enjoignait donc d’exécuter celle du 23 mars, décidait de nouvelles expulsions, réglementait les sorties des consignés, en même temps qu’elle prenait toute une série de mesures pour la police intérieure et la garde de la ville. Le 1er avril, en conséquence, le secrétaire de la ville signa la liste des nouveaux expulsés ; le soin de l’exécution était remis à quatre notables203. On comptait sans doute qu’ils réussiraient mieux que les penons. Le lendemain, lassé de voir que les exilés étaient encore là, le consulat les déclara ennemis : on pouvait les emprisonner sans ordre spécial et les traiter comme des prisonniers de guerre204. Henri IV le félicita, le 22 avril, de s’être débarrassé des indésirables et l’engagea à redoubler d’attention205.

  • 206 Arch. mun. Lyon, AA 49, fol. 379.
  • 207 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 125.
  • 208 Ibid., fol. 162v.

67Mais déjà la politique du roi n’était plus la lutte à outrance. Après avoir mis hors de combat les éléments les plus dangereux de la Ligue, il fallait rétablir l’ordre et ne pas s’obstiner dans des luttes partisanes. De son poste élevé, il pouvait distinguer et hiérarchiser les diverses nécessités de l’heure. Tandis que les notables s’engageaient maintenant dans l’hostilité ouverte contre la Ligue. S’en étant séparés sans enthousiasme, ils n’en avaient pas moins, par la force des choses, rompu les ponts avec elle. Tout de suite en butte aux attaques violentes de leurs alliés de la veille, ils avaient dû se défendre : leurs intérêts, leurs vies peut-être étaient en jeu. Ils voulaient, de plus, mériter les récompenses qu’ils pouvaient légitimement espérer de leur loyalisme. Les troupes ennemies menaçaient la ville. Il n’en fallait pas moins pour que les notables se fixassent sur la question des suspects et fissent de leur expulsion et de leur maintien en exil une condition de leur propre sécurité. Avaient-ils d’ailleurs si tort… ? Le consulat fit son possible pour obtenir du roi l’interdiction de la ville aux expulsés. Le 25 avril, les députés en cour écrivaient : « chascung demeurera en l’estat, du moings jusques a ce que le roy soyt a Lyon206». Mais dans l’article 20 de l’édit de réduction, Henri IV réduisait cette concession : « N’entendons que les expulsés de lad. ville [...] puissent y r’entrer, sinon avec la permission du gouverneur qui y sera de nostre part, et par l’advis qu’il en prendra desd. eschevins ». Le retour des suspects, par là-même, échappait en partie à l’initiative du consulat pour dépendre désormais de Bellièvre et d’Ornano qui se partageaient les pouvoirs du gouverneur absent. Il n’était même plus besoin d’attendre l’arrivée du roi. On pouvait penser que les premiers retours ne tarderaient pas. Le 21 mai encore, le consulat ordonna une recherche générale des suspects207. Le 28 juin, Gadagne vint au consulat remontrer que la ville en était encore pleine : « il se fet diverses assemblées en ceste ville, et mesmes la nuict, soubz pretexte de bal et danse ou il se peult traicter de très mauvaises affaires ». Mais les échevins répondirent seulement « que c’estoient toutes affaires qui dépendaient du gouverneur de ceste ville, a quoy luy appartient de pourveoir comme lieutenant en icelle, et a monsieur de Bellievre ». Ils allèrent donc tous en chœur trouver ce dernier pour lui soumettre le cas208. Mais déjà, le 24 juin, le roi avait répondu au consulat par l’intermédiaire de Thomé :

  • 209 Arch. mun. Lyon, AA 24, fol. 77 ; Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives…, op. cit., t. IV (...)

quant a ceulx qu’on a mis hors la ville après le serment de fidelité et qui se contiennent sans faire chose qui y soit contraire, il nous semble estre expédiant, pour le bien et la restauration de la ville, au lieu de nourrir les animositez, de tascher a les esteindre, et advancer tant qu’on pourra une bonne et entière réconciliation. Toutesfois, en l’urgente nécessité des affaires, il n’y a poinct de plus grande justice que de secourir le publicq par quelque moyen que ce soit [...].209

  • 210 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 104 ; lettre au consulat, même date [Arch. mun. Lyon, AA 24, f (...)

68Le 27 juillet, il écrivait à Bellièvre de voir « avec led. Sr d’Ornano et ceulx de mad. ville de Lyon » comment on pourrait rendre la liberté au libraire Regnauld210. Comme le problème de la dette, comme la conduite de la guerre, le réglement de la question des suspects échappait au consulat.

69Nous avons jusqu’à présent étudié la question du point de vue du consulat, nous pouvons maintenant nous placer à celui des suspects eux-mêmes.

70Tout d’abord, rappelons que tous ne furent pas chassés : Mailo, Gaignet, Regnauld, restèrent simplement consignés chez eux. Bernard et de Berny le furent du 10 février au 2 avril, et sans doute avec eux leurs collègues démis. Tous ceux qui étaient chassés ne partaient pas, témoin ce Jacques Humblet qui, expulsé le 25 mars, était accusé, le 23 avril, de se cacher chez l’avocat Pinet. Quelques uns enfin furent simplement démis de leurs fonctions : Cavalary, gardien de la porte de Vaise.

71À peine sortis de la ville, les suspects n’avaient en tête qu’une idée, y rentrer, le meilleur moyen, pensaient-ils, était de fournir la preuve de convictions royalistes ardentes. Aussi en voyons-nous plusieurs prêter ou tenter de prêter le serment de fidélité : Tourvéon, Gaignet, Castel... D’autres, plus simplement, protestaient de leur innocence et de la fausseté du chef d’accusation : Le Riche, Guidy. Mais les échevins restaient sceptiques, et le plus souvent ces protestations, des réclamations se heurtaient à un refus pur et simple.

72Il ne leur restait alors d’autre ressource que le recours au roi. Un certain nombre fit donc le voyage de Paris. Les députés de la ville en route pour la cour en signalaient déjà sur leur chemin le 1er avril :

  • 211 Arch. mun. Lyon, AA 49, fol. 373v, lettre au consulat.

tous les ligueurs s’assemblent pour nous couper le pas, crians que le seul Lyon a destruict la Ligue. Lesd. ligueurs nous n’en avons que trop avecq nous, et M. de Vicq qui les reçoipt tous en nostre compagnie nous mect davantage en péril parece qu’ilz descouvrent tous noz desseinctz estans logez avec luy.211

73À Paris ils intriguèrent à force pour obtenir leur grâce et l’autorisation de rentrer à Lyon.

Noz absens ont voullu estre ouys pour eulx et quelques aultres plus apparentés, et ont faict leurs remonstrances en noz présences.

  • 212 Ibid., fol. 379, lettre du 25 avril.
  • 213 Arch. mun. Lyon, AA 45, fol. 151.

74C’est à ce moment que les députés obtinrent que les choses resteraient en place jusqu’à la venue du roi. Certains suivaient le roi jusque dans ses camps : « Quant a Monsr. Austrein, il estoit a Amyens, d’ou il est de retour avecq esperance d’effectuer une bonne oeuvre qui le rendrait plus privilégié »212. Ils faisaient courir à Lyon des bruits désobligeants à l’endroit des députés ; de Vic était obligé de rassurer le consulat213. Ils faisaient parvenir au conseil des listes de gens méritant des récompenses :

  • 214 Arch. mun. Lyon, AA 49, fol. 391, lettre des députés 8 mai.

il y a des personnes de pardeça qui demandent, et autres par devers vous qui envoient demander recompenses, lesquelz ont plustost demerité. Partant, envoyez au plustost ung rolle de ceulx que vous jugez mériter, sans port ny faveur. Car il s’est veu icy ung rolle qui n’a este gueres approuvé.214

  • 215 Ibid., fol. 393.
  • 216 Arch. mun. Lyon, AA 139 ; AA 140, le 10 mai (indiqué faussement comme étant du 10 mai 1596) ; le 1 (...)
  • 217 Arch. mun. Lyon, AA 49, fol. 403, lettre des députés, 11 juin.

75Dès le 10 mai, les députés avertirent le consulat que « voz absens s’en retournent après avoir presté le serment de fidélité ès mains de Monseigneur le Chancelier de quoy acte leur a este octroyé, leurs estatz a eulx conservez pour recepvoir leurs gages »215. Plein d’inquiétude, le consulat suppliait le roi de ne pas écouter ces requêtes216. Quand les députés revinrent de Paris, accompagnant Bellièvre et de Vic, ils cherchèrent à profiter de l’occasion pour rentrer : depuis Moulins, ils suivaient la caravane, en cherchant à se mêler à elle. Mais Bellièvre décida qu’il ne pourrait les laisser rentrer avant que la situation se fut éclaircie du côté de Nemours217.

  • 218 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 165, 30 juin.

76Impitoyable, le consulat refusait les autorisations : de Bourg, Guidy, Noyrat, Bernard, Gella, de Berny se virent déboutés de leur demande. Baraillon ayant perdu sa femme reçut la permission de la faire enterrer à Lyon, mais ne put y venir lui-même218. Ce qu’il permit le plus volontiers fut la résidence dans les maisons de campagne situées à l’intérieur du périmètre des cinq lieues : Noyrat put se faire soigner à Vaise ou à Serin, Du Pré put rester à Serin, Bozon dans sa « grange » de Poleymieux, Porro en Bresse, Grimaud dans sa « grange » de Bron... Chasselay en recueillit plusieurs : Castel, Thévenon, Le Mort. D’autres, plus heureux, furent autorisés à de petits séjours dans Lyon, pour leurs affaires, à charge de ne pouvoir sortir de la maison où ils descendaient (cette condition était-elle respectée ?) ; Gaultier, Vuillat, Couterin, Raverye, Coton profitèrent de cette concession.

77Quelques rares heureux reçurent l’autorisation de rentrer définitivement : Arthur de Joye, chassé par « vindicte et faux rapport », Bozon, pour se soigner ; Chausse, avisé, sut procéder par paliers, mais dut pourtant se consigner chez lui en rentrant. Malleval et Du Troncy reçurent le droit de circuler librement par la ville. Faible proportion en regard de tous ceux qui demeurèrent au dehors. La majorité dut attendre l’arrivée du roi, en septembre 1595.

  • 219 À ce sujet couraient des bruits vagues mais répétés : « le congé de noz suisses a faict murmurer l (...)

78La position des notables et des échevins, dans cette lutte était cependant délicate. Ils étaient passés au roi, mais n’avaient pas pour cela renié leur catholicisme. La tradition anti-protestante de la ville était vivante. En outre, comment faire comprendre à l’extérieur, au pape que l’on vénérait, aux autres villes restées ligueuses, que l’on pouvait reconnaître un roi excommunié, user de menace à l’égard des ordres religieux les plus actifs dans la défense de la foi, et malgré tout rester catholique ? Et voilà maintenant que les protestants chassés de la ville depuis l’édit du 18 juillet 1585 et surtout après 1589, commençaient à rentrer219. C’était vraiment insupportable. Les dirigeants de la ville se heurtaient à l’immense problème qu’avait à résoudre Henri IV pour l’ensemble du royaume. Mais ils voyaient moins loin que le roi et ne se dégageaient pas suffisamment des luttes quotidiennes pour concevoir une vraie politique. Dès la Réduction, leur réaction de bons catholiques avait été de chasser de Lyon dans les vingt-quatre heures tous les protestants ; l’intervention des agents du roi seule avait empêché l’ordonnance d’être publiée. Prendre des mesures répressives contre les protestants restait le seul moyen de prouver aux Lyonnais, au clergé et à soi-même, que l’on demeurait fidèle à la vraie religion. La lettre d’introduction des députés de la ville auprès du roi contenait un passage pathétique :

  • 220 Arch. mun. Lyon, AA 139 ; Bibl. nat. France, Fr. 23 194, fol. 90.

estant, comme vous estes, du sang de St Loys, premier honneur de vostre tige, vous ne permettrés que les sectaires et suspectz de l’impieté hereticque qu’il avoit tant en horreur, aye désormais credict ny reffuge en cestuy vostre royaulme très chrestien.220

  • 221 Publié par Julliéron et Ancelin, Lyon, 1594.
  • 222 Arch. mun. Lyon, BB 131, ff. 89v-90.

79Le 15 avril, ne voyant rien venir et sentant le mécontentement gronder (le départ des Suisses datait du 12), ils se décidèrent à sortir des archives leur ordonnance du 14 février221. Constatant que des protestants chassés depuis l’édit d’Henri III commençaient à rentrer, il leur ordonnait de quitter la ville dans les trois jours et le gouvernement dans les huit jours (art. 1). Tous les habitants devaient, en public et en privé, vivre catholiquement (art. 2). Les penons devaient rechercher ceux qui n’avaient pas fait leurs Pâques (art. 3). Pour faire accepter une telle mesure il reprenait dans son quatrième article les ordonnances du 23 et du 31 mars en mettant hors de la ville les serviteurs des princes. Les penons se mirent au travail. Le 18 avril, le lieutenant et l’enseigne du Gourguillon traînèrent devant les échevins un malheureux apothicaire,
Jacques Ferrier, qui promit et jura tout ce que l’on voulut : il se confesserait et communierait, lui et sa femme222. Ce fut tout.

  • 223 Arch. mun. Lyon, AA 45, fol. 151.
  • 224 Cf. Annexe 1, n°4.

80L’impression produite en cour fut très mauvaise. Il suffisait que les Lyonnais s’attaquassent aux ligueurs ; s’ils s’en prenaient maintenant aux protestants, comment la politique de pacification pourrait-elle s’appliquer ? Dès le 7 mai, de Vic écrivit : « Vous sçaurez aussy la response de Sa Majesté [...] sur l’ordonnance faicte contre ceulx de la religion de laquelle l’execution doit estre différée ; pour des raisons fort considérables »223. Le consulat s’efforça, le 31 mai, de se justifier auprès du roi224. Il était trop tard, le roi déjà avait réagi :

  • 225 Bibl. nat. France, Ital. 1743, fol. 39v, dépêche de Mocenigo, 27 mai.

Quelli di Lione, che si sono sempre governati popolarmente hanno ultimamente fatto uneditto che li Ugonoti escano di quella città, et che non si possi haver commercio con quelli di Genevra, et altri dellia religione, cosa che ha dispiacciuto grandemente a Sua Maestà et ha detto alli deputati di quella città che questa era unautorità et un procedere che non aspettano che al Rè et per questo vanno questi signori [du conseil] pensando di mandare in quella città qualche personaggio disperienza et dautorità, accio che non lascia quelli popoli trascender i termini nei quali devono contenersi, et si regiona, che tal carica potria esser data a Monsr di Bellievre, persona destra et di molto giudicio.225

81L’heure des notables était passée.

82Dans tous les domaines, le consulat avait échoué dans ses efforts pour diriger les affaires. Était-il seul responsable ? n’avait-il pas été aidé ? Nous nous tournerons donc vers les agents du roi et nous verrons s’ils soutinrent ou gênèrent les échevins dans leur action.

  • 226 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 22v, le 10 février.
  • 227 Arch. mun. Lyon, AA 81, n° 45.

83Laissant de côté Prunier de Saint-André, à qui un passage trop rapide ne laissa pas le temps d’une action suffisante, voyons plutôt quelle fut celle de de Vic. Arrivé à Lyon pour traiter avec Nemours, il lui fut « permis » par le consulat « d’aller parler de la part de Sa Majesté a Monseigneur de Nemours », et l’échevin Colhabaud fut désigné pour l’accompagner226. Le 21 mars, nous le voyons « supplier » le consulat d’accorder à de Roddes un passeport227. Il ne semblait donc pas avoir sur le corps de ville une grande autorité. Aux gens du roi, par contre, il donnait des ordres : c’est lui qui enjoignit au bureau de la monnaie de frapper des pièces à l’effigie d’Henri IV. Mais à l’assemblée des notables du 23 mars, ses interventions ne se distinguèrent pas de celles des penons, des consuls ou des officiers du roi. Ce n’était pas lui qui commandait. Il ne semble pas non plus qu’il ait parfaitement saisi comment se présentait à Lyon la situation : le 17 février, rendant compte au roi de la Réduction, il reconnaissait à Ornano le mérite d’avoir le plus « travaillé et mérité » mais il ajoutait :

Monsr. l’archevesque de Lyon et plusieurs de ses parentz et amys se sont aussy declaires voz serviteurs, chose que plusieurs estiment digne de vostre bonne fortune, Sire, pour les quallité, mérité et suffisance dud. Sr de Lyon [...] Monsieur Le marquis que j’ay premièrement visité m’a rendu tesmoignage certain de l’honeur, respect et obéissance qu’il a tousjours porté et désiré rendre a vostre Majesté en son particulier.

  • 228 Bibl. nat. France, Fr. 23 194, fol. 58.
  • 229 Bibl. nat. France, Fr. 23 195, fol. 119, lettre au roi.
  • 230 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 83v, assemblée des notables.
  • 231 Ibid., fol. 94.
  • 232 Note autographe au pied d’une lettre de créance pour son serviteur Leberche : « Siré ié vos suplié (...)

84Nemours lui paraissait plus réticent, mais il pensait pouvoir le convaincre ; enfin, en post-scriptum : « le bon peuple donne tous les jours nouvelles preuves de son contentement pour se veoir soubz la protection de vostre Majesté. Il feist hier ung grand feu de joie »228. Il ne brillait pas par la perspicacité. On le lui reprocha d’ailleurs souvent à Lyon : le 1er avril, nous avons vu les députés s’indigner de ce qu’il reçût des ligueurs. Le 12 avril, Thomé229 et Balthazard de Villars230 lui reprochèrent l’un de s’être fait berner par Nemours, l’autre de s’être laissé prendre aux « panaches blancs » des Suisses. Le 23 avril, ce fut Ornano qui l’accusa de s’être laissé tromper par Nemours malgré les avis des consuls et des notables, au moyen de la trêve du 20 mars231. Il faut pourtant se méfier de ces accusations partiales : les Lyonnais ne comprenaient pas que de Vic pût entrer en relation avec les ennemis et lui reprochaient un peu vite son aveuglement. Accusations courantes en temps de crise. Quant à Ornano, comment pouvait-il accuser de Vic d’avoir entraîné les consuls à signer la trêve ? Il savait bien que c’était eux qui avaient mené les négociations, et que de Vic ne l’avait pas signée ; sans doute voulait-il faire les reproches au consulat, sans en avoir l’air, en s’en prenant à un absent. Quoiqu’il en soit, son rôle fut épisodique, et sans grande influence sur les décisions du consulat. Ornano, lui, ne quitta pas la région, et son action put se faire sentir. Ce Corse au fort accent232 nourrissait, nous le savons de grandes ambitions. Se voyant déjà gouverneur de Lyon, il ne pouvait s’en éloigner ni abandonner les habitants. Dès la Réduction, il intervint de près dans les affaires de la ville. Le 14 février, il prit sur lui d’approuver l’ordonnance des échevins contre les protestants ; sans de Vic et Saint-André, elle eût été publiée. Militaire avant tout, il ne comprenait rien aux calculs à longue échéance de la politique.

  • 233 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 28 et 44.
  • 234 Bibl. nat. France, Fr. 23 194, fol. 77.
  • 235 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 58v.
  • 236 Bibl. nat. France, Fr. 23 194, fol. 100.
  • 237 Arch. dép. Rhône C 530, fol. 22, le 18 février.

85Comme chef d’armée, son autorité était évidente : dans le détail des questions militaires, le consulat lui obéissait souvent233. Mais il ne pouvait se contenter de ce simple rôle. Quand, le 6 mars il recommanda au roi Guillaume de Gadagne234, il le fit comme un supérieur rend compte des actes d’un subordonné. Il empêcha les Lyonnais de tirer rançon des Viennois prisonniers de guerre (le consulat obtempéra de mauvaise grâce, le 14 mars, sous la condition que les Viennois feraient de même)235. Le 6 avril, il demanda au roi de mettre à Villefranche une garnison et un gouverneur236. La seule mesure financière dont il soit responsable fut une ordonnance pour faire payer les deux quartiers de la taille par les paroisses de Lyonnais, Forez, Beaujolais237. Ces interventions disparurent au bout d’un certain temps : après avril, on n’en trouve plus trace. Elles ne pouvaient d’ailleurs suffire à contre-balancer l’influence du consulat.

  • 238 Arch. mun. Lyon, AA 139, lettre au roi.
  • 239 Bibl. nat. France, Fr 23 195, fol. 123.
  • 240 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 83.
  • 241 Ibid., ff. 93-99v.

86Dans le domaine des affaires générales, de la « police » de la ville, sa timidité fut peut-être plus grande encore, si l’on met de côté, bien entendu, son action au moment de la Réduction. À l’assemblée des notables du 23 mars, la première de ces grandes assemblées qui marquèrent les étapes de la vie politique de la ville, ce ne fut pas lui qui présida ; il donna son avis, comme un simple assistant, après que le clergé et la justice eussent commencé à donner le leur. Le 31 mars de même. Par déférence, le consulat le lui demanda sur le problème des suspects et du clergé. C’était un protecteur, mais il ne commandait pas. Ses interventions en matière politique furent rares : c’est sur son conseil que le consulat déclara le 8 avril avoir fait « une seconde purgation » de suspects238; il donna au roi des nouvelles sur la situation générale dans la ville, le 5 avril239. Il ouvrit le débat à l’assemblée du 12 avril où furent licenciés les Suisses240; il provoqua celle du 23 pour discuter du sort de Nemours, mais il ne la présida pas : il en laissa le soin à Montmartin. Il mena l’attaque contre le duc, l’accablant sous les accusations de traître et d’étranger, et obtint de le faire garder avec davantage de vigilance241. Mais ne nous y trompons pas, s’il faisait preuve dans cette affaire d’un tel intérêt, c’est qu’il voyait en Nemours un concurrent toujours possible ; il tenait à s’assurer de sa personne et à l’empêcher de lui voler ce gouvernement tant désiré.

87Toute sa conduite, pendant ces quatre mois, fut axée sur ce seul désir : devenir gouverneur. Même pendant la Réduction, on peut dire qu’il n’eut pas en vue l’intérêt du roi ni du royaume, mais le sien ; l’épisode du 14 février, son hésitation à ce moment devant l’ordonnance contre les protestants, montre assez que la politique du roi lui échappait. Jusqu’à ce qu’il eût l’assurance que le gouvernement de Lyon resterait sans titulaire, c’est-à-dire disponible pour lui, il s’occupa de la ville de façon active : jusqu’au 12 février. Après, quelques mesures de détail seulement, au milieu desquelles tranche son initiative au sujet de Nemours. L’âme occupée de ses ambitions glorieuses, il ne pouvait avoir une activité de gouvernement. Malgré ses colères, chaque fois qu’il voyait s’éloigner ses espérances, malgré les désirs des Lyonnais et de la noblesse du pays, on comprend que le roi ait jugé bon de le doubler par Bellièvre.

  • 242 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 61.

88Le consulat avait donc les mains libres pour exercer ses fonctions. De février à mai, ce fut bien lui qui commanda à Lyon, aidé fortement des notables dont il sollicita constamment l’appui par des convocations fréquentes d’assemblées générales. Le 19 mars même, constatant que « bien souvent a cause des presens troubles et mouvemens, se presentent affaires d’importance qui méritent d’estre communicquées a leurs concitoyens », ils désignèrent treize notables pour assister à des assemblées restreintes, plus faciles à convoquer que les autres242. Il gouverna en union totale avec eux.

89Dès avant la Réduction, le consulat, malgré lui d’ailleurs, avait pu se préparer à cette tâche ; dès avant la chute de Nemours même. Nous avons pu nous convaincre que durant le temps où il ne cessa de confier à Épinac le gouvernement de la ville, ce fut lui en fait qui, sans titre, en remplit les fonctions. Même avec Mayenne en qui pourtant il mettait toute sa confiance, il prenait des précautions, ne laissant pas entamer facilement sa liberté. Ce fut lui, de sa propre autorité qui traita avec Ornano.

90Après la Réduction, même autorité. Si les affaires militaires lui échappèrent un peu, cela va de soi, en matière financière, il traita de questions dépassant largement le territoire de la ville ; nous avons vu sa participation active et essentielle au conseil. Mais ce fut surtout dans le domaine plus proprement politique que s’exerça son autorité. C’est de sa propre initiative qu’il négocia et conclut le traité du 20 février avec la Savoie et la trêve du 20 mars avec Nemours. Ce fut lui qui traita les suspensions d’armes de mai. Ce fut lui qui mena la lutte contre les suspects. Ce fut lui qui promulgua « au nom du roy » toutes les ordonnances de caractère politique. Celles du 23 et du 31 mars portaient même que, le roi lui ayant remis « la conduite des affaires », il lui appartenait de prendre les décisions. Le 23, l’échevin Laurent fit remarquer en assemblée générale que le consulat avait, par ordre du roi, le gouvernement. Ce n’est donc pas par hasard que parurent les ordonnances des 23 et 31 mars, des 1er, 2 et 15 avril. Dans ces assemblées générales, ce fut toujours Montmartin (ou Henri, le second en dignité) qui ouvrit les séances, jamais de Vic ni Ornano. Les agents du roi étaient simplement admis à donner leur avis.

  • 243 Arch. mun. Lyon, BB 131. ff. 110-111.
  • 244 Ibid., fol. 111v.
  • 245 Arch. mun. Lyon, EE 106, n° 25.
  • 246 Arch. mun. Lyon, AA 45, fol. 80.
  • 247 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 81v.
  • 248 Arch. mun. Lyon, EE 106, n° 16.
  • 249 Arch. mun. Lyon, BB 131, ff. 70v, 72. Les 26 et 28 mars.
  • 250 Voir par exemple, pour Belleville : Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 127bis (13 février) ; AA 139 (10 (...)

91Son autorité, son activité s’étendaient bien au-delà des murs de la ville. L’effet considérable produit par la Réduction, l’absence de gouverneur régulier, la menace des troupes ligueuses, portèrent tout naturellement la ville à assumer dans la région un rôle de guide. Sous les ordres du consulat, les capitaines parcouraient le pays : La Forge dans les Dombes et à Givors, La Chomette à Estivareilles. Un bon nombre de villages et de petites villes reconnaissaient sans répugnance son autorité pourtant rude ; parfois même avec gratitude. Il ne peut être question d’énumérer les faits sur lesquels nous nous appuyons, donnons seulement quelques exemples. Le 5 mai, les habitants de Beaujeu demandèrent du secours : le château avait été récemment « pétardé » par des inconnus. Le consulat répliqua que, ni le capitaine, ni les habitants n’ayant prêté le serment de fidélité, on ne pouvait les aider. Ils promirent. Le consulat à son tour les assura de sa bonne volonté243, et ordonna, le 6, au juge royal de Beaujeu de recevoir le serment du capitaine du château et des habitants : ils ne pouvaient quitter leur ville en danger244. Le 10, le chapitre et les habitants remercièrent le consulat de sa « sauvegarde »245. Le 6 avril, Hugues Valentin demanda à Thorné, le secrétaire de la ville, de lui donner pour les habitants de Saint-Clément-sur-Valsonne une « sauvegarde » semblable à celle qu’avait obtenue l’avocat de Pomey246. Le même jour, le consulat envoya à ce village une « commission » lui interdisant de laisser entrer dans ses murs aucune troupe sans son ordre ni celui du roi247. Sur l’ordre du consulat toujours, les habitants de Cuire et de La Croix-Rousse faisaient le guet et montaient la garde au château de Cuire248.La ville avançait au pays de Dombes, pour pouvoir faire appliquer la trêve, 500, puis 600 écus249.Et nous pourrions en citer bien d’autres250.

92Mais combien fragile était cette autorité. Que ce soit dans le domaine politique, dans le domaine militaire, dans le domaine financier, on constate qu’elle subit, aux mois d’avril et mai, une forte crise. Le consulat ne pouvait soutenir longtemps son rôle de gouverneur. Les bases financières lui manquaient : comment gouverner, dans une incessante et urgente poursuite de deniers, à la merci de préteurs méfiants et sans la ressource qu’avait le roi de faire appel à la force ? Pris entre des forces opposées, il ne pouvait les dominer : on ne peut être à la fois juge et partie. Son seul secours était l’appui du roi : il le mécontentait en ne pouvant concevoir, ou suivre sa politique. L’ordonnance du 15 avril entraîna pour lui la perte du gouvernement ; sa seule faute fut d’être insuffisant à la tâche, qui le dépassait largement.

93Il fallait pour que Lyon restât dans l’ordre et sous l’autorité du roi, un pouvoir respectable et indiscutable pour tous. C’est ce que devait réaliser Bellièvre.

Notes

1 Bibl. nat. France, Fr. 23 194, fol. 66.

2 Cf. Annexe 1, n°3.

3 Arch. mun. Lyon, AA 24, fol. 73, lettre du roi au consulat ; Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives…, op. cit., t. IV, p. 98.

4 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 101v.

5 Ibid., fol. 58.

6 Ibid., fol. 59v.

7 Ibid., fol. 69v, le 25 mars. Voir aussi la lettre du consulat à La Fin, 26 mars [arch. mun. Lyon, AA 139].

8 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 73v, remboursement à Mathieu Ollier, mandeur de la ville, de 60 écus 26 s. pour du vin offert à Ornano.

9 Ibid., fol. 74.

10 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 85, lettre de Nicolas de Langes à Bellièvre, 25 avril.

11 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 100, le 24 avril.

12 Ibid., fol. 101v ; la lettre fut écrite le 26 avril [Bibl. nat. France, Fr. 23 194, fol. 94, orig. ; arch. mun. Lyon, AA 139, minute]. De cette lettre, il ressort que la demande avait déjà été faite par Polaillon et Laurent. Les officiers de la sénéchaussée firent la même demande le même jour [Bibl. nat. France, Fr. 23 194, fol. 81].

13 Ibid., fol. 96.

14 Arch. mun. Lyon, AA 24, fol.74. Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives…, op. cit., t. IV, p. 148.

15 Arch. mun. Lyon AA 49, fol. 391.

16 Lettres patentes [...] contenant le pouvoir donné [...] a M. dOrnano, Lyon, 1594. Bibl. nat France, Fr. 15 910, ff. 90, 91, 92, 93, Lettre du roi au consulat, 11 mai.

17 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 130. Les notes inédites (Notes inédites …, op. cit., t. XIX, p. 166), font donc une double erreur, quand elles disent que le 1er juin il fut reçu comme gouverneur provisoire.

18 Arch. mun. Lyon, CC 1449, n° 56 (ff. 4-7).

19 Ibid., n° 55.

20 Arch. mun. Lyon, CC 1443, ff. 1-38, 90v.

21 Arch. mun. Lyon, CC 1442, ff. 36-38, 65.

22 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 10v.

23 Ibid., fol. 46v, le 6 mars.

24 Arch. mun. Lyon, EE 106, n° 14, Requête du capitaine Rochette, du 26 mars, réclamant le quartier de Janvier. Renvoyée le 30 mars.

25 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 156, le 14 juin.

26 Arch. mun. Lyon, AA 139, lettre à de Chattes.

27 Arch. mun. Lyon, AA 49, fol. 397, mission des députés de la ville.

28 Arch. mun. Lyon, CC 1452, fol. 76v.

29 Un emprunt sur les Lyonnais aisés rapporta 37 144 écus dans l’année 1594. Rapport du receveur des tailles, 28 juin 1601 [arch. mun. Lyon, BB 138, fol. 118] ; voir aussi Jacques Permezel, La politique financière de Sully dans la généralité de Lyon, Lyon, Audin, 1935, p. 78.

30 Arch. mun. Lyon, CC 1450, n° 24.

31 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 43v.

32 Arch. mun. Lyon, CC 1449, n° 56 (ff. 2v-4).

33 Arch. mun. Lyon, CC 1450, n° 23. Reproduit au net : CC 1452, ff. 2-4.

34 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 126.

35 Arch. mun. Lyon, AA 150 ; BB 133, fol. 25 ; Bibl. nat. France, Fr. 16 661, fol. 430 : Instruction à Thomé, 15 février 1596.

36 Roger Doucet, Finances municipales et crédit public..., op. cit., p. 113.

37 Arch. dép. Rhône, C 530, ff. 96 et 96v.

38 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 164.

39 Ibid., fol. 165v. ; Arch. dép. Rhône, C 530, fol. 97v.

40 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 165.

41 Arch. dép. Rhône, C 530, fol. 22.

42 Arch. mun. Lyon, BB 131, ff. 31v-32.

43 Arch. dép. Rhône, C 530, fol. 23v.

44 Ibid., fol. 28v.

45 Le 26 avril, la noblesse du pays, guidée par Guillaume de Gadagne, et son frère Thomas, demanda au roi d’exempter de « toutes tailles et impositions extraordinaires » le Lyonnais, Forez, Beaujolais pour permettre aux villes du gouvernement de passer sous son obéissance [Bibl. nat. France, Fr. 23 194, fol. 112].

46 Bibl. nat. France, Dupuy 64, fol. 8, lettre de Bellièvre au roi, 24 juin.

47 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 156v.

48 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 63. Il s’agissait de levées arbitraires faites par d’Urfé et interdites par le bureau des finances [arch. dép. Rhône, C530, fol. 28v] ; l’affaire se poursuivit : le 6 mai le consulat essaya de lui faire accepter la decision prise à son sujet [arch. mun. Lyon, AA 139] ; le 13 juillet Henri IV charge Bellièvre de s’en occuper [Bibl. nat. France, Fr 15 910, fol. 101 ; Eugène Halphen, Lettres inédites du roi Henri IV au chancelier Bellièvre du 8 février 1581 au 23 septembre 1601, Paris, Aubry, 1872, p. 72].

49 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 26v.

50 Arch. mun. Lyon, AA 24, fol. 72 ; Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives…, op. cit., t. IV, p. 100, lettre du roi au consulat, 22 février.

51 On peut se demander si, depuis la fondation, l’institution ne perdait pas un peu de régularité.

52 Arch. mun. Lyon, EE 106, n° 9, lettre d’Auvergne au consulat, 16 mars.

53 Arch. mun. Lyon, BB 130, fol. 138v.

54 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 28.

55 Ibid., ff. 31v-32.

56 Arch dép. Rhône, C 530, fol. 26.

57 Ibid., fol. 123v. La date de ce conseil n’est pas indiquée, mais la présence de de Vic et de Chevrières (Bellièvre étant absent) la situe entre la Réduction et le 28 mars.

58 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol.  63 ; AA 139, lettre du consulat à Urfé, 23 mars.

59 Arch. mun. Lyon, CC 1451, n° 71 (Les nesles, décriées, avaient été supprimées en 1592-93. Roger Doucet, Finances municipales et crédit public..., op. cit., p. 122-123).

60 Bibl. nat. France, Fr. 18 159, fol. 183, 14 juin 1594 ; Noël Valois, Inventaire…, op. cit., n° 948.

61 Ibid, fol. 117v, 24 avril ; Noël Valois, Inventaire…, op. cit., n° 690.

62 Arch. dép. Rhône, BP 3647, Livre du roi 1590-97, fol. 90v. On sait que les barbiers comptaient parmi les quatre métiers jurés de Lyon.

63 Bibl. nationale France, Dupuy 61, fol. 117. Douglas et J. Roman, Actes et correspondances du Connétable de Lesdiguières, publiés sur les manuscrits originaux par [...], Grenoble, 1878-1884, t. 1, p. 215. Il renouvela sa demande à la fin de mai : ibid., p. 231.

64 Ibid., p. 230, Lettre de Lesdiguières, fin mai 1594, s’attendant à trouver à Lyon de l’argent venant d’Italie.

65 Bibl. nat. France, Fr. 18 159, fol. 135 ; Noël Valois, Inventaire…, op. cit., n° 763. Le bureau reçut l’arrêt le 30 juillet [Arch. dép. Rhône, C 530, fol. 120].

66 Ibid., ff. 80-81v.

67 Arch. dép. Rhône, BP3647, Livre du roi 1590-97, ff. 98v-99.

68 Arch. mun. Lyon, AA 139 ; Bibl. nat. France, Fr. 2319 fol. 90, lettre du consulat au roi, 28 mars.

69 Arch. mun. Lyon, AA 49, fol. 373v, lettre de Laurent au consulat, 1er avril, pour le départ de de Vic ; Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 72v.

70 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 53. Ces instructions avaient été approuvées par les notables le 11 mars.

71 Arch. mun. Lyon, BB 133, fol. 25 Instructions à Thomé, 15 février 1596.

72 Arch. mun. Lyon, AA 49, fol. 376, lettre des députés au consulat, 12 avril.

73 Ibid., fol. 381.

74 Ibid., fol. 397.

75 Ibid., fol. 387, lettre du 4 mai.

76 Ibid., fol. 381.

77 Ibid., fol. 397, lettre au consulat.

78 Mathieu Varille, Les Grands Jours…, op. cit., n’en parle pas.

79 Arch. mun. Lyon, AA 49, fol. 379.

80 Arch. mun. Lyon, AA 45, fol. 151, le 7 mai.

81 Ce devait être de Vic : lettre de Thomé (frère du secrétaire), à de Vic, 16 mai [Arch. mun. Lyon, AA 139].

82 Arch. mun. Lyon, AA 49, fol. 391, lettre des députés, 8 mai.

83 Arch. mun. Lyon, AA 49, fol. 393. Le désir des lyonnais d’avoir un parlement était ancien. Joseph Vaësen, La juridiction commerciale…, op. cit., p. 93 ; Maurice Pallasse, La sénéchaussée …, op. cit., p. 253.

84 Ibid., fol. 395.

85 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 119v.

86 Arch. mun. Lyon, AA 139, lettre du consulat au roi.

87 Arch. mun. Lyon, BB 133, fol. 25, instructions à Thomé, 15 février 1596.

88 Arch. mun. Lyon, AA 49, fol. 391, lettre des députés au consulat, 8 mai.

89 Arch. mun. Lyon, AA 49, fol. 401, 31 mai.

90 Ibid., fol. 393. C’est en effet Forget qui le contresigna.

91 Arch. mun. Lyon, AA 21, fol. 2, lettre du roi au consulat.

92 Ce fut fait le 24.

93 Publié par Julliéron et Ancelin, Lyon, 1594 ; Antoine Fontanon, Les edicts et ordonnances des rois de France, 1604, t. IV, p. 776-779 ; Antoine Péricaud, Notes et documents..., op. cit, à la date du 14 mai (enregistrement par le parlement).

94 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 157v.

95 Ibid., fol. 159.

96 Arch. mun. Lyon, BB 131, ff. 33-34, délibération du 21 février.

97 Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 116.

98 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 31.

99 Jean-Hippolyte Mariéjol, Charles-Emmanuel..., op. cit., p. 232.

100 Ibid.

101 Arch. mun. Lyon, AA 75, n° 3.

102 Arch. mun. Lyon, AA 74, n° 66.

103 Auguste Bernard, Les dUrfé. Souvenirs historiques et littéraires du Forez au xvie et au xviie siècle, Paris, Imprimerie royale, 1839, p. 346.

104 Notes inédites…, op. cit., t. XII, p. 167.

105 Témoins les 50 écus reçus le 23 décembre 1593 par le capitaine La Vioze, pour « service extraordinaire [...] d’avoir l’oeil et prendre garde » à ceux qui avaient manqué le guet et la garde pendant l’année écoulée [Arch. mun. Lyon, CC 1449, n° 2].

106 Arch. mun. Lyon, BB 131, ff. 13v, 53v.

107 Ibid., ff. 51v, 62, 80v.

108 Ibid., fol. 45.

109 Bibl. nat. France, Fr. 23 194, fol. 85, lettre au roi, 16 mars.

110 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 61v ; publié par Julliéron et Ancelin, Lyon, 1594.

111 Arch. mun. Lyon, AA 53, fol. 316.

112 Auguste Bernard, Les dUrfé…, op. cit., p. 351.

113 Arch. mun. Lyon, AA 39, n° 144.

114 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 73.

115 Arch. mun. Lyon, AA 36, n° 109.

116 Arch. mun. Lyon, AA 25, n° 30.

117 Arch. mun. Lyon, AA 28, n° 76 et 77 ; BB 131, ff. 121-122.

118 Ibid., fol. 123v, Le 18 avril.

119 Arch. mun. Lyon, AA 53, fol. 315, lettre au consulat, 6 mai.

120 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 67v.

121 Ibid., fol.70.

122 Le 12 avril un courrier espagnol [Arch. mun. Lyon, AA 53, fol. 238 ; BB131, fol. 87] ; le 17 avril un Espagnol et un Toulousain portant des lettres de Saint-Sorlin [Arch. mun. Lyon, AA 53, fol.237 ; BB 131, fol. 91]. Le 23 avril un Auvergnat portant une lettre à Saint-Sorlin [Arch. mun. Lyon, AA 53, fol. 240 ; BB 131, fol. 102v]. Le 29 avril le consulat reçoit un courrier espagnol [Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 105].

123 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 87 ; CC 1445, n° 16 (fol. 5).

124 Ibid., n° 16 (fol. 6 v).

125 Arch. mun. Lyon, AA 45, fol. 43.

126 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 109, le 3 mai.

127 Ibid. fol. 110, le 5 mai.

128 Ibid., ff. 117-118.

129 Ibid., ff. 118v-119.

130 Ibid., fol. 120.

131 Ibid., fol. 112. La première avait été armée en octobre 1593 [Arch. mun. Lyon, BB 130, fol. 112 ; AA 30, n° 130].

132 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 29.

133 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 61v, 19 mars.

134 Arch. mun. Lyon, AA 29, n° 57 et 56.

135 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 102v.

136 Arch. mun. Lyon, AA 28, fol. 111 ; AA 29, n° 58 et 60.

137 Arch. mun. Lyon, AA 28, fol. 112. Lettre du consulat, 2 juin, AA 139.

138 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 172.

139 Ibid., fol. 122v. La nouvelle arriva à Lyon le 18.

140 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 127.

141 Eustache Piémont, Mémoires..., op. cit., p. 327.

142 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 130v. De retour de Vienne, de Villars expliqua que Saint-Sorlin n’avait signé la trêve que pour attendre des renforts milanais, 18 mai [Ibid., ff. 122v-123].

143 Jean-Marie Prat, Recherches sur la Compagnie de Jésus..., op. cit., t. 1, p. 156.

144 Arch. mun. Lyon, AA 139.

145 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 58.

146 Ibid., fol. 79v.

147 Antoine Péricaud, Notes et documents..., op. cit., à sa date.

148 Arch. mun. Lyon, EE 106, n° 19, lettre de Chavagnac, 22 avril.

149 Arch. dép. Rhône, C 530, fol. 42, le 23 mars.

150 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 74v.

151 Ibid., fol. 83.

152 Ibid., fol. 58.

153 Arch. mun. Lyon, 139, lettre au roi, 8 avril.

154 Arch. mun. Lyon, BB 131, ff. 42v-43.

155 Cité dans Henri Fouqueray, Histoire de la compagnie de Jésus..., op. cit, t. 2, p. 270.

156 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 45.

157 Arch. mun. Lyon, AA 103, n° 42, lettre au consulat, 23 février ; Antoine Péricaud, Notes et documents..., op. cit., à sa date.

158 Arch. mun. Lyon, BB 131, ff. 83-85v. La ville s’obligea à cette occasion pour 8 749 écus 55 s. [Arch. mun. Lyon, CC 1450, n° 22].

159 Arch. mun. Lyon, AA 139, lettre du consulat aux députés, 20 avril. C’est ce qui explique la mesure sur ce corps de garde qui se trouve dans l’ordonnance sur les protestants du 15 avril.

160 Arch. mun. Lyon, 131, fol. 91v, plainte des nobles de Lyonnais au consulat, 22 avril ; Bibl. nat. France, Fr. 23 194, fol. 112, plainte des nobles du Lyonnais au roi, 26 avril ; Arch. mun. Lyon, AA 66, fol. 157, lettre des nobles de Forez au consulat, 26 avril.

161 Arch. mun. Lyon, BB 131, ff. 93-99v.

162 Arch. mun. Lyon, AA 49, fol. 391v.

163 Pignières, pourvu le 5 mai de l’office de lieutenant criminel robe courte ; Poussin qui reçut le titre d’imprimeur du roi.

164 Arch. dép. Rhône, 10 G 137, fol. 310.

165 Ibid., fol. 369. Celui-ci, plus fin, attendit la présence du roi à Lyon pour faire valoir ses droits.

166 Arch. mun. Lyon, BB 131, ff. 61 et 91, à Ladmiral, 19 mars et à Vincent Richard, 21 avril.

167 Ibid., fol. 87v, 20 écus à Grolier Du Soleil qui demandait de pouvoir rentrer librement 20 pièces de vin, 15 avril. Cette somme correspondait à la valeur de l’octroi à verser.

168 Arch. mun. Lyon, AA 139.

169 Arch. mun. Lyon, BB 379.

170 Arch. mun. Lyon, AA 44, fol. 51v. ; Antoine Péricaud, Notes et documents..., op. cit., à sa date.

171 Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 135.

172 Arch. mun. Lyon, BB 131, ff. 63v-68v. ; Antoine Péricaud, Notes et documents..., op. cit., à sa date.

173 Les jacobins du couvent de N.D. de Confort.

174 Qui tombait cette année-là le 10 avril.

175 Publié par Julliéron et Ancelin, 1594.

176 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 69v.

177 Ibid., fol. 74-79.

178 Bibl. nat. France, Fr. 23 194, fol. 114.

179 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 81v. Elle ne comptait pas de ligueurs notoires parmi ses membres (Paul Dissard, Notice sur la confrérie des pénitents de N. D. du Gonfalon, Lyon, A. Storck, 1881, p. 17).

180 Arch. mun. Lyon, AA 139. Classé par erreur à la date du 14 mars, elle part du Te Deum chanté le 3 avril comme d’une chose récente.

181 Arch. dép. Rhône 10 G 137, ff. 306v-307.

182 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 88v.

183 Paul Sainte-Olive, « Les grands capucins », Revue du Lyonnais, 1874, 3e série, t. XVII, 17 p.

184 Cf. Annexe 2.

185 Arch. mun. Lyon, EE 106, n° 50.

186 Cf. Annexe 1, n° 8.

187 Arch. mun. Lyon, AA 139, 12 mars.

188 Henri Fouqueray, Histoire de la compagnie de Jésus..., op. cit., t. 2, p. 270.

189 Ibid., p. 268.

190 Antoine Péricaud, Notes et documents..., op. cit., à sa date, le 16 mars. Lui-même avait été prévenu par Guiffràdo Lomellini (Henri Fouqueray, Histoire de la compagnie de Jésus..., op. cit., t. 2, p. 270, n. 4).

191 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 50.

192 Henri Fouqueray, Histoire de la compagnie de Jésus..., op. cit., p. 270, n. 4.

193 Ibid., p. 268, n. 4.

194 Henri Fouqueray, Histoire de la compagnie de Jésus..., op. cit., t. 2, p. 266.

195 Ibid., p. 271.

196 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 154.

197 Henri Fouqueray, Histoire de la compagnie de Jésus..., op. cit., p. 271, le 13 Juillet.

198 Arch. mun. Lyon, AA 24, fol. 72 ; Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives, op. cit., t. IV, p. 9.

199 Arch. mun. Lyon, AA 103, n° 42, le 22 février ; Antoine Péricaud, Notes et documents..., op. cit., à sa date.

200 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 50.

201 Ibid., fol. 70.

202 Publié par Julliéron et Ancelin, Lyon, 1594.

203 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 79v.

204 Ibid. Publié par Julliéron et Ancelin, Lyon, 1594.

205 Arch. mun. Lyon, AA 24, fol. 73.

206 Arch. mun. Lyon, AA 49, fol. 379.

207 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 125.

208 Ibid., fol. 162v.

209 Arch. mun. Lyon, AA 24, fol. 77 ; Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives…, op. cit., t. IV, p. 16

210 Bibl. nat. France, Fr. 15 910, fol. 104 ; lettre au consulat, même date [Arch. mun. Lyon, AA 24, fol. 78].

211 Arch. mun. Lyon, AA 49, fol. 373v, lettre au consulat.

212 Ibid., fol. 379, lettre du 25 avril.

213 Arch. mun. Lyon, AA 45, fol. 151.

214 Arch. mun. Lyon, AA 49, fol. 391, lettre des députés 8 mai.

215 Ibid., fol. 393.

216 Arch. mun. Lyon, AA 139 ; AA 140, le 10 mai (indiqué faussement comme étant du 10 mai 1596) ; le 12 mai : ibid. Le 16 mai : BB 131, fol. 120 ; AA 139 ; Bibl. nat France., Fr. 23 194, fol. 110.

217 Arch. mun. Lyon, AA 49, fol. 403, lettre des députés, 11 juin.

218 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 165, 30 juin.

219 À ce sujet couraient des bruits vagues mais répétés : « le congé de noz suisses a faict murmurer les mal affectionnés qu’on les envoyait pour fere places a d’aultres de la nouvelle opinion et peult estre aussy que ceulx de la mesme opinion par tropt d’hardiesse leur ont donné quelque occasion de tenir de langaige » ; lettre aux députés, 20 avril [Arch. mun. Lyon, AA 139].

220 Arch. mun. Lyon, AA 139 ; Bibl. nat. France, Fr. 23 194, fol. 90.

221 Publié par Julliéron et Ancelin, Lyon, 1594.

222 Arch. mun. Lyon, BB 131, ff. 89v-90.

223 Arch. mun. Lyon, AA 45, fol. 151.

224 Cf. Annexe 1, n°4.

225 Bibl. nat. France, Ital. 1743, fol. 39v, dépêche de Mocenigo, 27 mai.

226 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 22v, le 10 février.

227 Arch. mun. Lyon, AA 81, n° 45.

228 Bibl. nat. France, Fr. 23 194, fol. 58.

229 Bibl. nat. France, Fr. 23 195, fol. 119, lettre au roi.

230 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 83v, assemblée des notables.

231 Ibid., fol. 94.

232 Note autographe au pied d’une lettre de créance pour son serviteur Leberche : « Siré ié vos suplié vostré Maiesté croiré li Sr Berciocomo moi car il fildelé [...] et vostré servitur » ; (l’accentuation est, naturellement, d’Ornano lui-même) [Bibl. nat. France., Fr. 23 194, fol. 64].

233 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 28 et 44.

234 Bibl. nat. France, Fr. 23 194, fol. 77.

235 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 58v.

236 Bibl. nat. France, Fr. 23 194, fol. 100.

237 Arch. dép. Rhône C 530, fol. 22, le 18 février.

238 Arch. mun. Lyon, AA 139, lettre au roi.

239 Bibl. nat. France, Fr 23 195, fol. 123.

240 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 83.

241 Ibid., ff. 93-99v.

242 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 61.

243 Arch. mun. Lyon, BB 131. ff. 110-111.

244 Ibid., fol. 111v.

245 Arch. mun. Lyon, EE 106, n° 25.

246 Arch. mun. Lyon, AA 45, fol. 80.

247 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 81v.

248 Arch. mun. Lyon, EE 106, n° 16.

249 Arch. mun. Lyon, BB 131, ff. 70v, 72. Les 26 et 28 mars.

250 Voir par exemple, pour Belleville : Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 127bis (13 février) ; AA 139 (10 mars) ; AA 37, n° 29 (27 avril) ; ibid., n° 28 (26 avril) ; BB 131, fol 106 (1er mai) ; ibid., fol. 111 (5 mai) ; AA 37, n° 25 (19 mai) ; ibid., n° 26 (26 mai). – Givors : AA 53, fol. 315 (6 mai) ; BB 131, fol. 118 (13 mai) ; ibid., fol. 129 (27 mai) ; Givors ne semblait pas apprécier particulièrement cette protection. – Saint-Symphorien-le-Château : AA 53, fol. 34 (16 mars) ; AA 67, fol. 146 (17 mars) ; BB 131, fol. 63 (22 mars) ; – Villefranche : AA 111 fol. 126 (9 février) ; BB 131, ff. 26v-27 (14 février) ; AA 76 n° 65 (4 avril) ; BB 131, fol. 107 (1er mai).

© LARHRA, 2020

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search