Version classiqueVersion mobile

Le retour de Lyon sous l’autorité royale à la fin des guerres de Religion (1593-1597)

 | 
Henri Hours

La réduction et le Gouvernement du Consulat

Chapitre II
La réduction

Texte intégral

  • 1 Auguste Poirson, Histoire du règne de Henri IV, Paris, Didier, 1865, t. 1, p. 509.
  • 2 Henri Drouot, Mayenne et la Bourgogne. Étude sur la Ligue, 1587-1596, Paris, Picard, 1937, t 2, p. (...)
  • 3 Joannès-Erhard Valentin-Smith et Marie-Claude Guigue, Bibliotheca Dumbensis, Trévoux, Impr. de J. (...)
  • 4 Étienne Delcambre, Le consulat du Puy-en-Velay des origines à 1610, Le Puy, 1933, p. 280.

1Dans l’ensemble de la France, au début de 1594, la fortune d’Henri IV et celle de la Ligue suivaient deux chemins de sens contraires : la pleine victoire du roi, on le sait, s’affirmait sans cesse davantage. L’abjuration, l’échec des États de la Ligue produisaient leurs effets. Les premiers ralliements, un peu partout, traduisaient le changement des esprits : Bois-Rosé en Normandie, Cambrai, Meaux ; le 5 janvier enfin, le parlement d’Aix-en-Provence. « Entre la soumission d’Aix et la soumission de Lyon, il y a liaison étroite, [...] l’exemple de la première ville entraîna la seconde. »1 Poirson à ce propos cite de Thou. Bien que les documents lyonnais ne donnent aucun écho des événements de Provence, cette influence est assez vraisemblable. Notre ville était d’ailleurs bien entourée : le Dauphiné, maintenu par Lesdiguières dans les montagnes et Ornano dans la plaine, constituait une solide base royaliste ; la Bourgogne commençait à bouger : les garnisons y exaspéraient les villes, les artisans et paysans depuis l’abjuration reconnaissaient dans leurs cœurs Henri IV, de plus en plus les ligueurs se faisaient attaquer, des bandes se soulevaient dans les campagnes2. La Savoie, il est vrai, par le marquis de Treffort, tenait les Dombes3, Le Puy restait farouchement attaché à la Ligue4 ; mais cela ne suffisait pas pour empêcher la grande cité commerçante de ressentir les effets de l’évolution politique du royaume.

  • 5 Henri Drouot, Mayenne et la Bourgogne..., op. cit., t. 2, p. 324.

Le gentilhomme ne songeait qu’à prolonger la guerre, assurance de sa vie quotidienne et sursis de ses dettes ; la bourgeoisie qu’à presser la paix, condition de la renaissance du capital, des placements fructueux et sans risques. La vie, certes, continuait ; les filles se mariaient ; les fils partaient – sous escorte – pour les “universités des loix”, à Toulouse ou en Italie ; mais les cheveux grisonnants avertissaient qu’il fallait se hâter de parfaire son “establissement”, de compenser enfin les six années perdues.5

2Cet aspect que signale Monsieur Drouot des sentiments politiques en Bourgogne vaut pour la France entière, peut-être ; pour le Lyonnais, sûrement. Monsieur Doucet a, de son côté mis en valeur les raisons économiques de la lassitude des Lyonnais à ce moment :

Il est certain que les passions politiques et religieuses ne pouvaient se maintenir perpétuellement dans cet état d’exaltation où on les avait vues au début de la Ligue. L’absence de réalisations qui caractérise l’activité du parti ligueur devait amener les Lyonnais à un compromis et à un accord avec Henri IV. Mais les nécessités matérielles les y contraignaient également : ce régime dont on attendait la suppression des charges imposées par le gouvernement royal, en avait au contraire imposé de nouvelles, qui, cinq ans plus tôt, eussent paru intolérables. Et, avec la permanence des désordres, la vie économique, depuis longtemps précaire, s’acheminait vers la paralysie. L’illusion de prospérité, la facilité des transactions que l’abondance monétaire avait entretenues malgré tout finissaient par céder devant les réalités.

  • 6 Roger Doucet, Finances municipales..., op. cit., p. 124.

Une grande liquidation s’imposait pour préparer la voie à d’autres méthodes, d’autant plus rude qu’elle avait été plus longtemps différée. Le peuple lyonnais en entrevoyait la nécessité lorsqu’il se souleva, les 7, 8 et 9 février 1594, pour forcer le consulat à reconnaître Henri IV.6

  • 7 Bibl. nat. France, Italiens 1742, fol. 114, lettre à la République de Venise.
  • 8 Voir Charlotte Arbaleste, madame Du Plessis-Mornay, Mémoires, éd. de Witt, t. 1, p. 276-277 : « Ly (...)

3Cette idée mériterait d’être développée et approfondie par une étude serrée des textes. Le temps limité dont nous disposions nous a interdit de l’entreprendre. Telle quelle cependant, elle éclaire les changements politiques qui se préparaient et leur donne du relief. Ceux-ci n’échappaient pas aux observateurs contemporains. Mocenigo, toujours si avisé, écrivait le 11 janvier 1594 « Dopo che in Parigi s’intese la resa al Rè délia città di Meos, te mendo che altri non faciano il medesimo, et suspettando piu di Lione et di Sans che delle altre tutte, [...] » tout était à prévoir. D’ailleurs, ajoutait-il, les efforts de Mayenne n’empêchaient point « che si comincino a svegliare li animi tanto creduli et devoti ail casa di Ghisa per riconoscere il stato miserabile nel quai si è ridotto questo povero regno per la protettione di quelle casa »7. L’on se souvient d’autre part de sa conclusion optimiste en faveur du roi, dans la lettre où il relatait les négociations entre ce dernier, Épinac et Saint-Sorlin. La Fin, également, avait eu la même impression. La reprise de la guerre, favorisant les intérêts du roi, faisait son œuvre8.

  • 9 Le lieutenant-général du baillage de Mâcon, Parjot, exilé de Mâcon depuis 5 ans, écrivait de Lyon (...)
  • 10 Agrippa dAubigné, Histoire universelle, Alponse de Ruble (éd.), Paris, Renouard, 1886-1909, t. 9, (...)

4On se rappelle la résistance, désespérée presque, qu’opposait dans la fin du mois de janvier le consulat ligueur à la cause royale. La situation présentait des analogies avec celle d’octobre. Aussi était-on en droit de penser qu’une nouvelle trêve pourrait à l’occasion se conclure. Mais alors, recommencer les mêmes tractations, dans la même incertitude, au milieu des mêmes pillages ; continuer à se faire berner et exploiter ; laisser achever la ruine du commerce ; tout cela, pour aboutir à quoi ? Vraisemblablement, les royalistes, depuis la prorogation de l’échevinage, étaient inclinés à l’action. La reprise de la guerre, sans être leur victoire (elle s’imposait trop et avait été votée à une trop grande majorité), les servait. Le passage de La Fin les décida sans doute, ainsi que les rumeurs qui couraient sur les intentions des Espagnols de « secourir » la population contre le roi9. « Les Italiens et autres partisans de la ville exaltoyent et alloyent faire accepter cest offre »10.

5Ces « royalistes », qui étaient-ils ? Toutes les sources s’accordent pour indiquer quatre échevins ; or cinq restèrent en place après la Réduction. Peut-être faudrait-il enlever Colhabaud, nous avons vu son rôle lors de l’élection de la Saint Thomas. Resteraient donc Jacquet, Vize, Valentin et de Couvet. Participèrent en outre activement au complot : Montconis et Sève – que nous connaissons bien – André Laurens, le juge conservateur des foires, les deux imprimeurs associés, Julliéron et Ancelin. La liaison avec Ornano était assurée par Bongars, secrétaire de ce dernier. Notons en passant que tout se prépara dans le plus grand secret ; le consulat jusqu’à la fin sembla tout ignorer et ne rien soupçonner de ce qui se tramait.

  • 11 C’est ainsi que l’entend La Fin dans sa lettre au roi du 29 janvier, peu de jours après avoir vu l (...)
  • 12 Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 124.

6Il ne manquait plus qu’une occasion. Elle s’offrit tout naturellement sous la forme de l’entrevue projetée à la Guillotière entre Ornano et Épinac. Admirablement choisie, elle ne pouvait en effet inspirer aucune défiance. Malgré ses tractations ténébreuses, l’archevêque pouvait encore être considéré comme l’un des plus notables ennemis du roi11. Le consulat, se félicitant de la rencontre projetée, en même temps qu’il y invitait Chevrières demandait le 2 février à Ornano de bien vouloir fixer son jour12. Ce dernier avait par là-même une raison fort légitime et fort avouable de conduire ses troupes jusqu’à la porte du pont du Rhône. Au demeurant, qu’avait de terrifiant pour les Lyonnais l’idée de voir les troupes royalistes auprès de Lyon ? Depuis le 20 septembre et le 22 janvier, n’étaient-ils pas préparés par le consulat ligueur lui-même à les recevoir dans la ville ?

  • 13 Copie dune lettre escrite de Lyon par un serviteur du Roy a un sien amy a Tours, au onziesme fevr (...)
  • 14 Eustache Piémont, Mémoires..., op. cit., p. 323, les troupes avaient rendez-vous à Saint-Symphorie (...)
  • 15 Comment expliquer la lettre du consulat à Allard, qui était auprès d’Ornano, [arch. mun. Lyon, AA (...)
  • 16 Le sergent-major contrôlait les penons et capitaines à la solde de la ville. Depuis 1591, la charg (...)
  • 17 Arch. Mun. Lyon, CC 1449, n° 28 : le consulat paya, le 23 février, 1 éc. 30 s. pour « une assemblé (...)

7« Quatre eschevins, le samedi cinquiesme, a huict heures du soir, se résolurent qu’ils prendroient les armes pour remettre la ville en l’obéissance du roy »13, et firent approcher les troupes d’Ornano14, qui arrivèrent à la Guillotière dans la journée du dimanche, nous dit Ponson Bernard ; il fut décidé, ajoute-t-il, que, le lundi 7, il irait avec l’archevêque rencontrer Ornano15. Dès le soir pourtant, il semble que les intentions des conspirateurs aient transpiré : à 9 heures, le consul ligueur, de Berny vint avertir son collègue Bernard que le quartier du Change s’agitait. Ce dernier, faisant ce mois fonction de sergent-major16, alla voir et trouva le calme ; la garde était en place. Vers 3 heures du matin (l’heure où les sentinelles qui ont veillé toute la nuit commencent à relâcher leur surveillance), le poste de garde de l’Herberie, au bout du pont de Saône, fut attaqué par une troupe venue, dit le Serviteur du roy, du quartier du Plastre17 sous la conduite de Jacquet, l’un des échevins, de Montconis et de Sève. Commandé par Thierry, consul et l’un des plus ligueurs, la garde se défendit « avec beaucoup de résistance ». Il n’y eut pourtant ni mort ni blessé. Cependant les bourgeois se réveillaient au bruit, et bien vite les barricades se dressèrent dans toute la ville, « par ceux qui estaient advertis de ce qui devait se faire » ; mais nul cri royaliste encore, seul celui de « Vive la liberté françoise ».

8Le consulat se réunit vers 9 heures du matin, « pour empescher toute sédition populaire », en présence d’une bonne vingtaine de notables. Montconis, Laurent y assistaient. Jacquet, prenant la parole au nom de ses collègues, expliqua, nous dit le récit du consulat, que l’on ignorait tout des événements de la nuit et ce qui avait pu les provoquer. Laurent, lui donnant sans rire la réplique, laissa entendre que la faute en revenait probablement aux partisans de Nemours qui voulaient le libérer. L’assemblée décida, « a pluralité des voix », de mettre hors de la ville huit des plus chauds partisans du duc : Tourvéon, Austrein, de Rubys, de Vaulx, de Bourg, Prost, Teste et Leaucourant. Elle confia à nouveau le gouvernement à l’archevêque, « jusques a ce que les estatz generaulx du royaulme ayent esleu un roy catholicque », et proclama son attachement à Mayenne. Puis, ils envoyèrent chercher Épinac qui vint, accompagné des représentants du clergé. Le Serviteur du roy, qui ne dit pas un mot de la première partie de la réunion, déclare simplement que l’archevêque proposa la paix et la neutralité, mais que devant le mécontentement de l’assemblée, il se retira. Mais ce document est une publication de propagande royaliste, qui tend évidemment à taire toute marque de sentiment ligueur. Le compte-rendu du consul nous semble serrer de plus près la vérité : rédigé le 9 février, il n’avait aucun intérêt à inventer à ce moment un épisode qui pouvait choquer les agents du roi ; au contraire... On peut donc le suivre et admettre avec lui que l’assemblée demanda à Épinac, comme il avait été convenu, d’accepter le gouvernement, sous l’autorité de Mayenne et en attendant un roi catholique. Il accepta, après s’être assuré que la ville resterait ligueuse. Puis, sur la demande des notables toujours, et suivi de plusieurs d’entre eux, il alla à la Guillotière trouver Ornano. Là, « apres les caresses accoustumées en semblables entrevues » (Ponson Bernard), l’on remit au lendemain la discussion sérieuse.

  • 18 Maurice Poculot, commissaire des guerres, s’y distingua [arch. mun. Lyon, CC 1452, fol. 80v ; BB 1 (...)
  • 19 Bibl. nat. France, Français 23 194, fol. 75. Lettre du 16 mars 1594, où de Vic demande au roi le t (...)

9Dans la journée cependant, l’arsenal fut occupé par les royalistes, sans effusion de sang également18. L’opération avait été préparée le 6 février au soir, chez l’imprimeur Guichard Julliéron, sergent du penonnage de Confort, par lui-même et son associé Thibaud Ancelin. Tous deux participèrent à l’opération ainsi que Caron, sergent au même quartier et surtout Poculot19.

10Pourtant, reconnaît le Serviteur du roy, ne fust parlé que « sourdement du service du roy ». Ce ne fut que dans la nuit du 7 au 8 février que

la vigilance et sollicitation de ceux qui avoient hardiment acheminé cest affaire eust tel pouvoir sur le peuple, que le mardy mesme au matin, on commença a prendre les uns des autres des pennaches blancs, et peu de temps après des escharpes, et a dix heures du matin ne se trouvoit plus de taffetas ny de crespe blanc dans la ville, tant fust grande l’affluence de ceux, et jusques aux enfans, qui voulurent porter les marques et enseignes de la France ; quelques serviteurs du roy en firent largesse.

11Les premiers cris de « Vive le Roi » éclataient. Le caractère royaliste du coup de force s’affirmait enfin. Les armes d’Espagne, de Savoie, de Nemours, une effigie de la Ligue, sous la forme d’une sorcière de paille ou de papier, furent brûlées. Partout on apposait les armes du roi. À tous les carrefours, des feux de joie, le peuple était en liesse.

  • 20 On y relève des noms connus : d’Andelot, Chevrières, Gadagne ; et d’autres : La Liègue, Saint-Forg (...)
  • 21 Saint-Nizier était, pour ainsi dire, le symbole des bourgeois et du consulat dans la Presqu’île, e (...)

12Les échevins se réunirent dans la matinée, revêtus pour l’occasion de la robe violette, leur tenue de cérémonie. Ayant rédigé « quelques articles que l’on desiroit que fussent accordez de la part de Sa Majesté avant que de se declairer de son party », ils les portèrent à Épinac qui, dit toujours le consulat, fort mécontent de leur versatilité, refusa de les approuver avant qu’un accord eût été conclu entre Mayenne et Henri IV. Ils décidèrent cependant, « pour se resouldre sur le contenu desd. articles », d’aller chercher Ornano à la Guillotière. Jacquet, Colhabaud et Ponson Bernard s’en chargèrent. Le colonel fit son entrée vers les deux ou trois heures de l’après-midi, avec sa suite, en tout une vingtaine de personnes20 ! Sa traversée de la ville prit l’allure d’un triomphe : « au desceu desd. Eschevins », avoue le consulat, les cris de « Vive le roi » l’accompagnèrent. Son arrêt à Saint Nizier et son action de grâces durent faire un excellent effet sur les esprits21. Il se rendit ensuite à l’archevêché où il passa peu de temps, car la nuit tombait.

  • 22 Ce détail est emprunté à Ponson Bernard : « Il vint grand nombre d’hommes en armes, disant qu’ils (...)
  • 23 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 21v.

13Le lendemain 9 février, tous les échevins (à l’exception de Thierry et Le Berny) se réunirent à l’hôtel commun, vers neuf heures du matin. Ils ne purent rien faire : une troupe d’hommes en armes se présenta dont quelques uns, étant entrés22, obligèrent les six consuls ligueurs à se démettre comme « soubçonnez par le peuple d’estre grands favoris de Mgr de Nemours, capital ennemy de ladite ville. » Rappelons leurs noms : Gella, Regnauld, Bernard (qui auraient dû sortir de charge en décembre), et Thierry, Noyrat et de Berny (qui en avaient encore pour un an)23.

14Les manifestants, protestant de leur foi catholique, affirmèrent que jamais autre religion ne serait admise en la ville et déclarèrent reconnaître Henri IV comme roi en considération de ce que le marquis de Saint-Sorlin faisait endurer à la ville. Le remplacement des échevins déchus fut remis à l’après-midi. Entre temps, dans la matinée, les sentiments royalistes avaient été encouragés encore par le retour triomphal de Nicolas de Langes, président de la sénéchaussée, et de son gendre Balthazard de Villars, lieutenant général, tous deux exilés depuis cinq ans par la Ligue. Avec un grand nombre de notables, ils se trouvèrent présents à l’assemblée de l’après-midi. Tous se déclarèrent « infiniment marrys » de la démission des six échevins, « pour estre personnages notables et très zelez a la religion catholicque et romaine et au bien et repoz de la ville... Mais puisqu’ilz s’en sont volontairement demis [!] pour satisfaire a la volonté du peuple », ils élirent en remplacement André Laurent, juge conservateur des foires, Alexandre Polaillon, Gaspard Mornieu, René de Thomassin seigneur de Montmartin, Arthus Henry et Jean Pelletier. Le Serviteur du roy fait à ce sujet une erreur, avec soin recopiée par tous les historiens de la ville : il compte au nombre des échevins de Rubys, qui, on se le rappelle, n’en faisait plus partie, et dont le mandat n’avait pas été renouvelé en décembre ; ayant sept échevins à renvoyer, il lui faut sept noms nouveaux pour les remplacer. Aussi désigne-t-il Guerrier, seigneur de Combelandes qui, effectivement, revint d’exil lors de la Réduction, mais n’eut rien à voir avec l’élection. D’où la présence de son nom dans toutes les listes imprimées du consulat. Il suffisait, pour corriger l’erreur, de consulter celles qui se trouvent dans les registres de délibérations jusqu’à la date de décembre 1595 pour s’apercevoir qu’il n’y figure pas. Mais l’affaire est après tout de peu d’importance.

  • 24 Son compte-rendu même fut un des moyens qu’il employa. Il demanda au roi l’approbation des mesures (...)

15Le consulat ne pouvait prétendre, ainsi qu’il le tenta dans son récit des événements, présenter comme une réparation de l’illégalité commise en décembre le remaniement, plus illégal encore, de février. Il y eut certes réparation, mais politique et non juridique. Le nouveau consulat le sentait bien, qui s’efforça à plusieurs reprises de protéger son existence contre des récriminations possibles24.

  • 25 Joseph Vaësen, La juridiction commerciale à Lyon sous lAncien Régime. Études historiques sur la c (...)

16Parmi les nouveaux élus, qui tous par la suite se montrèrent fidèles sujets du roi, un seul émerge : André Laurent. Depuis longtemps le consulat était en rivalité avec le conservateur des foires, officier royal. En 1582, Laurent avait été nommé par le roi contre le candidat du consulat. « En sa qualité d’officier royal et d’adversaire du consulat, André Lorans devait s’appuyer sur la royauté. Aussi semble-t-il s’être montré assez peu favorable à la Ligue »25. Il avait par ailleurs participé activement à la préparation du complot.

  • 26 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 22.

17La même assemblée décida en outre « de supplier très humblement mondict seigneur l’archevesque, voyre le contraindre sy faire se doibt, d’accepter le gouvernement de ladicte ville et province, parce que le peuple a protesté de ne vouloir aultre gouverneur que luy » ; tandis que se faisait la transmission de pouvoirs : les échevins démis remettant à leurs successeurs les clefs de la ville en leur possession26.

18Dès ce moment la Réduction, si elle n’était pas achevée, était du moins un fait acquis. Ornano pouvait en rendre compte en ces termes au roi :

  • 27 Bibl. nat. France, Fr. 5045, fol. 421, Lyon, 9 février.

Sire, Dieu et sa saincte mere m’ont faict la grâce devant que de mourir de fere ung bon service a vostre majesté par la recongnoissance que les habitans de ceste ville ont faicte du debvoir et obeissance qu’ilz luy doibvent. Le nom et auctorité de vostre Majesté y est maintenant révéré, elle peult en estre asseurée, comme luy representera Bongars, present porteur, qui a eu cest honneur de se trouver a l’execution, l’y ayant envoyé quelques jours auparavant pour sonder le coeur de plusieurs desd. habitans qui ont en ceste occasion rendu le tesmoignage de leur fidelité. Je suis après d’y establir l’ordre que le bien de vostre service requiert.27

  • 28 Au sujet du gouverneur, voir lettre de Saint-André au roi, 15 février [Bibl. Nat. France, Fr. 23 1 (...)
  • 29 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 23. De Vic était présent à Lyon depuis la veille [arch. mun. Lyon, C (...)

19Il fallait maintenant établir un gouverneur. C’était la mission stricte de La Fin et du président de Saint-André, ce dernier restant seul pour mener l’affaire à terme28. Le lendemain, 10 février, les échevins réunis dans l’après-midi à l’hôtel de ville virent entrer Ornano, suivi de Chevrières, de Vic et Saint-André29. Celui-ci leur assura que la ville serait traitée avec tous les ménagements désirables : elle aurait le droit de choisir son gouverneur entre Épinac et Chevrières. Sans doute même avait-il amené avec lui ce dernier pour aider le consulat à comprendre les intentions du roi. Ornano à ce moment, craignant de se laisser oublier déclara « qu’il s’est acheminé jusques en ceste ville a deux fins, l’une pour fortiffier les bons serviteurs que Sa Majesté y a et l’aultre pour l’assister des forces de Sa Majesté contre celles de Monseigneur de Nemours ». Il demanda où l’on voulait faire porter l’effort de la guerre. Les échevins, remerciant l’un et l’autre, résolurent de proposer le gouvernement à l’archevêque et promirent leur réponse pour le lendemain.

20D’Épinac, jusqu’à présent, n’avait pas fait preuve de beaucoup d’activité. Sa démarche au consulat, le 7 février, n’avait guère eu de résultat ; il semblait peu pressé, en acceptant une responsabilité importante, de paraître s’associer à l’émeute. Son hésitation, son inaction peuvent d’ailleurs se comprendre un peu mieux par la lettre que, quelques jours après, le 15 février, le cardinal de Joyeuse lui écrivit de Rome (sans avoir eu le temps, évidemment, de connaître les nouveaux troubles de Lyon) :

  • 30 Bibl. nat. France, Fr. 2751, fol. 200v.

Moi et monsieur le baron de Senecey parlasmes devant hier au pape pour le désir que Monsieur de Maienne a de vous voir honnoré de la dignité que vous méritez il y a si longtemps ; […] ie crois que la bonne issue que par vostre sage conduicte pourroient prendre les affaires de Lyon vous y servira de beaucoup […].30

21C’est la mort dans l’âme qu’il devait voir s’éloigner son chapeau... Le Serviteur du roy (dont la lettre porte la date du 11 février) raconte que « Monsieur l’Archevesque a eu quelque mescontentement de ce changement et a demandé de sortir. Il a esté prié de demeurer. » Ce jour là, précisément, écrit Prunier de Saint-André, Épinac se rendant compte que le vent avait tourné sans retour, se décida à tourner lui aussi, et déclara vouloir reconnaître le roi. Les échevins s’en tinrent là.

  • 31 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 25.

22Le lendemain 12 février, les mêmes personnages revinrent au consulat. Saint-André, d’un ton un peu sec, reprocha aux échevins de s’être contentés de s’en tenir à leur intention du 9 février et de proposer à nouveau le gouvernement à l’archevêque « auquel la resolution avoit esté signifiée et l’acte d’icelle baillée avant que d’en communicquer avec led. Sieur Colonnel et autres agens de Sa Majesté, qui est contre la réquisition qu’ils en avoient faicte. »31 Il réclama en outre la convocation d’une assemblée générale « en laquelle le faict dud. gouvernement en chef fut proposé et résolu ». Les échevins en délibérèrent avec Nicolas de Langes, Balthazard de Villars, Montconis et Scarron, puis répondirent que la spontanéité de leur soumission ne permettait de doute de leur attachement au roi ; que d’autre part on ne pouvait se formaliser du choix de l’archevêque : il était capable et bien disposé pour la ville ; son élimination ferait un très mauvais effet sur le pape et les catholiques de France et de l’étranger ; enfin le peuple, « encore les armes aux poings », était « bigarré de diverses humeurs » et pourrait se choquer d’une nouvelle assemblée générale. Ornano alors intervint : avant qu’Épinac eût prêté serment de fidélité et que le roi eût approuvé l’élection, il ne pouvait être question d’approuver la décision des échevins. S’ils persistaient, il menaçait de retirer ses troupes en Dauphiné et de laisser la ville seule face à l’ennemi. En attendant l’ordre du roi, le gouvernement devait revenir au consulat, assisté seulement des conseils de l’archevêque. La peur de Saint-Sorlin primait tout : les échevins devant la menace se soumirent et acceptèrent.

  • 32 Bibl. nat. France, Fr. 23 194, fol. 66.

23Le 14 février, Du Troncy, secrétaire de la ville, rendit compte au roi32. Il exposait le rôle du colonel qui, après avoir fait changer les échevins, avait chargé du gouvernement le consulat, lequel « n’ayant aucune affection particulliere a nul des competiteurs au gouvernement qui tous sont icy accourus et par leurs contentions ont cuydé faire nouveaulx troubles, s’il n’y eust esté remédié par led. Sr Collonel et par les Srs de Vicq et de St André », atténuait la volonté du roi. Parmi les compétiteurs en question, seul Chevrières, candidat du roi, était sérieux. C’est contre lui, pour ne pas le reconnaître, que la ville avait accepté une si lourde charge. Le même jour, écrit Saint André au roi, Épinac vint faire officiellement soumission et réclama un grand nombre de faveurs. Il était trop tard.

  • 33 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 27. Cf. Annexe 1, n° 2.

24Les agents du roi gardaient d’ailleurs un œil vigilant sur les actes de gouvernement de ce consulat peu sûr : ayant voulu rendre une ordonnance contre les protestants et les expulser de la ville, il demanda auparavant l’avis d’Ornano qui accepta. Mais le 14, de Vic et Saint André en firent différer l’application33.

  • 34 À part de Langes et son gendre de Villars, on ne peut fixer une date de rentrée pour chacun. La li (...)
  • 35 Arch. mun Lyon, BB 131, fol. 27v. La prestation de serment par les avocats et procureurs n’eut lie (...)
  • 36 Le 11 février le Serviteur du roy pouvait déjà signaler 12 suspects expulsés (cf. Annexe 2). Le li (...)
  • 37 Arch. dep. Rhône, C 530, fol. 19. C’était la première séance depuis le 31-1.

25Cependant la vie reprenait peu à peu dans la ville. Des habitants rentraient, ayant subi de la part de la Ligue un exil plus ou moins long34; on commençait à prêter le serment de fidélité : le 14 Balthazard de Villars vint déclarer au consulat que dans la matinée tous les officiers du siège présidial l’avaient fait. Le lendemain ce serait le tour de tous les avocats et procureurs, puis des habitants, « penonage par penonage », entre les mains de la justice. Il demanda par la même occasion qu’il fût interdit « d’emprisonner ou conduire ès prisons de lad. ville personage quelconque sans permission et commission expresse de la justice », ce qui lui fut accordé35. On prenait les premières sanctions politiques36. Le 15 février le bureau des finances reprit ses séances37.

  • 38 Lettre du P. Coissard au P. Général, 11 février [Henri Fouqueray, Histoire de la compagnie de Jésu (...)
  • 39 Arch. mun. Lyon, CC 1443, fol. 20v.
  • 40 Arch. mun. Lyon, CC, 1445, n° 16 (fol. 9v).
  • 41 Arch. mun. Lyon, CC 1452, ff. 80-84.
  • 42 Arch. mun. Lyon, BB 133 fol. 25 ; AA 150 ; Bibl. nat. France, Fr. 16 661, fol. 430. Proclamation d (...)

26Il ne semble pas que la ville ait eu à souffrir de nombreux dégâts matériels pendant les trois journées d’émeute. Les hommes qui envahirent le collège de la Trinité et contre lesquels le père Coissard, supérieur du collège, eut à résister, ne semblent pas avoir été très méchants ni avoir rien brisé38. Les seuls dégâts notables sont le dix-neuvième banc de la boucherie de la Lanterne « decloz puis les barricádes »39, et du bois et du charbon dont pendant « les baricades, il fust faict ung grand degast », pour la valeur de 65 écus40. Les principaux frais qu’eut à supporter le consulat furent le remboursement des sommes avancées par les penons, chacun dans son quartier. Il est malheureusement impossible de les calculer avec précision, les remboursements effectués ayant trait aux deux soulèvements du 18 septembre et du 7 février. Le total s’en éleva à 616 écus, la somme la plus importante ayant été versée à Maurice Poculot, pour l’occupation de l’arsenal par les soldats qui y restèrent pendant quinze jours ; dix-neuf penons, lieutenants, enseignes ou sergents de penonnages se partagèrent le reste41. Le 10 mai, le roi promit de rembourser par priorité les sommes avancées pour la Réduction par les échevins42.

  • 43 Maurice de Boissieu, Généalogie de la maison de Saint-Chamond, Saint-Étienne, Théolier, 1888, p. 1 (...)
  • 44 Arch. dép. Rhône, C 530, fol. 164 et BP 3647, Livre du roi 1590-1597, ff. 283-286. Chevrières eut (...)
  • 45 Arch. nat. France, E IB, fol. 83v. Voir aussi Noël Valois, Inventaire des arrêts du Conseil dÉtat (...)
  • 46 Pour suivre l’affaire, voir arch. dép. Rhône, C 530, ff. 104, 107, 108v-109. Le bureau des finance (...)

27Les frais causés au roi par la Réduction de Lyon, si on les compare à ce qu’il eut à payer pour d’autres places ou provinces, apparaissent minimes. Le 12 juillet 1594, il accorda à Chevrières, en même temps qu’un brevet de conseiller d’État43, la propriété, plus substantielle, des revenus des droits d’aubaine à échoir à Lyon pendant trois ans, y compris le passif des aubainiers il est vrai44. Le 8 novembre 1596, les sieurs Trocezard et de La Platière obtinrent chacun par arrêt du Conseil 1 000 écus en raison des services rendus pendant la Réduction45. Pour payer de Mures, on eut recours, le 1er avril, au procédé beaucoup plus économique, qui consistait à lui accorder les 2/3 des meubles et revenus confisqués sur Louis Prost. Le don fut d’ailleurs révoqué dès le 22 avril. On imagine quelles querelles purent en résulter46.Nous ne prétendrons pas que cette courte liste soit complète. Elle suffit cependant pour se rendre compte que ces dépenses ne furent pas engagées pour réduire la ville, mais pour récompenser, après coup, des serviteurs fidèles. Personne ne vendit au roi l’obéissance de Lyon, comme cela se produisit si souvent ailleurs.

  • 47 Par exemple celui que les filles de Gilles Régule poursuivaient depuis quatre ans contre Balthasar (...)

28Les conséquences de la Réduction furent à tous points de vue considérables. Plusieurs procès pendants ou même arrêtés rebondirent47. Dans l’imprimerie,

  • 48 Odon Reure, Le bibliographe Antoine Du Verdier (1544-1600), Paris, Picard, 1897, p. 58.

cette révolution eut sur la presse une influence immédiate. Les imprimeurs attitrés de la Sainte-Union cessent de publier des pièces politiques. D’autres imprimeurs, Julliéron et Ancelin, Gautherin, Morillon, Ferdelat, etc. entrent en scène à leur tour, et travaillent pour la cause qui vient de triompher, mais avec un peu plus de modération, car les haines étaient bien amorties.48

  • 49 Henri Baudrier, Bibliographie lyonnaise. Recherche sur les imprimeurs, libraires et fondeurs de le (...)

29Quelques coups d’œil sur la Bibliographie lyonnaise permettent de s’en assurer. Pierre Landry publia, au milieu d’ouvrages religieux ou juridiques, un livre dédié au roy ; Pierre Châtain un très grand nombre d’ouvrages royalistes ; Pierre Rochemont, par les deux seuls livres sortis de ses presses, faisait preuve du même esprit ; Benoit Rigaud, le seul a avoir publié en 1593 un livret de cette tendance, en sortit une dizaine ; Jonas Gautherin, l’arrêt du Parlement du 28 juin 1593, la seule publication signalée de lui ; enfin l’Anti-espagnol fut l’un des deux livrets sortis de chez Pierre Ferdelat ; Buysson et Jean Pillehotte même, tout en continuant à imprimer des auteurs jésuites ou espagnols (les deux à la fois souvent), se cantonnaient dans le genre religieux. Patrasson, abandonnant l’édition49, se consacrait au commerce de librairie, « plus profitable et moins dangereux ».

  • 50 Les feux de joye de Lyon, Orléans, Bourges, 1594, p. 22
  • 51 Cité dans Henri Drouot, Mayenne et la Bourgogne..., op. cit., t. 2, p. 443.

30Mais plus importantes, et de beaucoup, furent évidemment les répercussions sur l’ensemble du royaume. « Souvenez vous que vous n’avez plus Lyon qui vous faisoit tenir l’argent d’Espagne, Lyon le thresor de l’Europe, le siége principal du commerce de tout le monde, et le centre auquel toutes les ligues respondent »50, rappelait aux ligueurs un pamphlet royaliste. Et de fait, un bourgeois dijonnais, Breunot, raconte dans son journal qu’à Lyon les royalistes saisirent en banque 50 000 écus appartenant à Lartusie et lui firent savoir « que si il ne mettoit la citadelle qu’il tenait en l’obéissance du roy, qu’il s’asseura que la dite somme estoit perdue pour lui. »51 La prise de Lyon, c’était la facilité pour le roi de traiter avec les cantons suisses et de leur régler ce qu’il leur devait ; c’était Mayenne pris à revers en Bourgogne, et un point d’appui pour des opérations futures ; c’était les relations entre la Ligue et l’Italie fortement gênées ; c’était une sentinelle à la frontière savoyarde, un relai entre le roi, la Provence (qui en avait tant besoin !), le Dauphiné relié au reste du royaume, le Sud Est sous la main du roi. C’était le premier grand ralliement, la seconde ville du royaume se soumettant, sans une goutte de sang versé. Quel exemple pour toutes les villes, pour Paris !

  • 52 Pierre de LEstoile, Mémoires..., op. cit., t. VI, p. 155.

31Lyon, c’était tout cela52.

  • 53 Voir par exemple la dépêche de Mocenigo du 27 février : « Questi signori de consiglio pensano alli (...)
  • 54 Bibl. nat. France, Ital., 1742, fol. 134, dépêche de Mocenigo, 17 février.
  • 55 Arch. mun. Lyon, EE 106, n° 6, lettre de La Fin au consulat, Beaucaire, 11 mars. La ville de Boulo (...)
  • 56 Pierre de LEstoile, Mémoires..., op. cit., t. VI, p. 155.
  • 57 Henri Drouot, Mayenne et la Bourgogne..., op. cit., t. 2, p. 343-344.
  • 58 Ibid., t. I, p. 22 ; t. 2, p. 480.

32L’effet produit fut immense. Sur le roi lui-même, bien entendu : Pierre de L’Estoile nous le montre, le 13 février à Melun, au lit encore, recevant la lettre d’Ornano, se levant aussitôt, faisant ses actions de grâce. Le même jour il envoya la nouvelle aux villes sous son autorité pour faire chanter le Te Deum53. Le 15, la nouvelle arrivait à Chartres où elle donnait espoir pour les autres villes54. Tous les fidèles du roi en furent encouragés55. Les ligueurs, bien sûr, se lamentèrent : « les ligueux de Paris, advertys, y chantèrent le Requiem au lieu du Te Deum »56. En Bourgogne, l’émoi fut profond57 : les relations économiques et militaires entre Lyon et la vallée de la Saône étaient puissantes et de grande importance pour les Bourguignons58 dont beaucoup avaient des dépôts dans les banques Lyonnaises... À Chalon, à Dijon, à Avallon, à Mâcon, les habitants s’informèrent, des bruits contradictoires coururent, provoquant l’agitation. Au Puy, ville férocement ligueuse, l’indignation fut à son comble :

  • 59 Jean Burel, Mémoires de Jean Burel, bourgeois du Puy, Augustin Chassaing (éd.), Le Puy-en-Velay, 1 (...)

Povres nouvelles venues a nostre ville ! donc le peuple en estoit fort dollant... Sommes admonestez par ung Monsieur Gallesius de faire procession deux foys la sepmaine, faire abstinence toute cette caresme, affin que Dieu apaize son ire, que nous garde de tumber en ceste herezye que sont tumbés ceulx de Lion.59

  • 60 Arch. mun. Lyon, BB 131, ff.  222v-223. Le consulat distribua aussitôt 500 écus à chaque capitaine
  • 61 Arch. mun. Lyon, AA 111, ff. 126v-127. Les autres lettres dont nous parlons ici sont également enr (...)

33Cette réaction, le consulat l’attendait plein de crainte. Ayant fait demander, le 10 février aux capitaines suisses de la ville (venus, pendant la Ligue, des cantons catholiques) de « continuer le service qu’ils ont jusqu’icy presté pour la conservation de la ville, attendu qu’elle est tousjours catholique », ils répondirent qu’ils ne pouvaient prêter aucun serment sans autorisation de leurs supérieurs. En l’attendant, ils consentaient à défendre la ville, mais réclamaient leurs arriérés de solde60. Dès le lendemain, les échevins écrivirent aux villes de Lucerne, de Fribourg, au colonel catholique Pfiffer, dont le fils commandait une compagnie suisse à Lyon, pour obtenir de conserver les troupes61. Déjà, le 9 février ils avaient averti Villefranche du changement survenu dans leur ville ; le 12, c’était Bourges et Orléans ; le 16, le Puy : à toutes, ils demandaient de suivre le même parti. Ce ne fut que le 19 et le 21 février que le consulat se décida à prévenir, si elles ne l’étaient déjà, les autorités dirigeantes ou protectrices de la Ligue ; comme s’il se sentait mauvaise conscience : le 19, lettres au Pape, aux ambassadeurs de la Ligue à Rome, de Dion et Sénecey ; le 21 enfin à Mayenne et à l’échevinage de Paris. À tous, il présentait les mêmes explications : les ravages de Saint-Sorlin et de Nemours avaient rendu la situation intolérable ; le roi étant devenu catholique, ayant promis de n’accepter dans Lyon et le Lyonnais que la religion catholique, Mayenne d’autre part étant absent et reculant toujours sa venue, il n’avait pu faire autrement que se soumettre. Il ne disait mot de la volonté populaire ni de l’émeute, derrière laquelle il aurait pu se couvrir.

34Ces arguments nous ramènent aux mélanges de calculs et de convictions qui déterminèrent les rôles des acteurs de cette petite révolution. Quels motifs les poussèrent ? De qui l’action fut-elle décisive ? Le moment est venu de nous le demander.

  • 62 Antoine Du Verdier, Discours sur la reduction de la ville de Lyon a lobeissance du Roy, 1594, p.  (...)
  • 63 Bibl. nat. France, Fr. 16 661, fol. 457.
  • 64 Claude de Rubys, Histoire veritable de la ville de Lyon..., op. cit.,p. 450.
  • 65 Odon Reure, Le bibliographe …, op. cit., p. 51.

35Le rôle essentiel, déterminant, est généralement attribué au peuple. C’est l’opinion couramment admise. Elle prit corps, d’ailleurs, dès 1594. Antoine du Verdier nous dit que « durant huict jours de suite, tout le peuple avec allégresse a chargé l’escharpe blanche et le pennache blanc, faict feux de joye par toutes les places et crié haut et clair et de bon cœur : VIVE LE ROY. »62 Un mémoire rédigé vers juillet 1595 attribue le mérite de la Réduction à « l’inclination du peuple » qui força les notables63. « Leur retour a l’obéissance du roy fut faict de leur pure, franche et liberale volonté, sans force ny contraincte, et sans qu’ils en eussent estez seulement recherchez, ny qu’ils eussent marchandé ou capitulé au préalable avec Sa Majesté [...] »64. Il n’en fallut pas davantage pour que tous les historiens, depuis le xviie siècle, fissent de la Réduction l’œuvre de la volonté du peuple lyonnais. Il ne faut pas oublier, cependant, que lorsque Du Verdier écrivit son Discours, en 1594, il était en procès avec le consulat et avait donc tout intérêt à lui ôter la responsabilité d’une action glorieuse65. Quant à Rubys, ses sentiments profonds sont connus pour que ses accents royalistes n’apparaissent pas comme un désir de se faire réhabiliter.

36Nous possédons d’ailleurs d’autres témoignages : un second mémoire, composé à la même époque que le précédent, se montre plus sceptique :

  • 66 Il y aurait lieu de contrôler cette affirmation.
  • 67 Bibl. nat. France, Fr. 16 661, fol. 420.

Lad. ville est frontière, composée d’ung peuple de diverses nations, la pluspart estrangieres, fort vollage et remuant. Et neantmoings d’aultant plus traictable et facile a contenir. Les bourgeois bien fidelles, mais aulcungs d’entre eulx fort ambitieux et insupportables [...]
Pendant la Ligue le menu peuple de Lyon a esté fort soulagé et les bourgeois appauvris affin de depprimer les ungs et pour mieulx jouir des aultres66 qui sont le plus grand nombre, ont les armes a la main et sont aysez a conduire, moyennant qu’ilz vivent du jour a la journée.
C’est pourquoy ce menu peuple ne pouvoit perdre le gout de la Ligue ; mais l’insolence du feu duc de Nemours le feit consentir a l’hardye entreprise des meilleurs citoyens lesquelz, pour eviter leur ruyne totalle, et en appréhendant tousiours la tyrannie ont despuis continuellement animé le peuple impatient de son incommodité et qui se voyait resserré en ses murailles. Et ainsy il feust porté a l’obéissance du roy.
Et sera encores pour ce regard remarquée la maniere par laquelle il y feust procédé... attirant les plus maulvais garsons par quelque poignée d’argent qui leur fust au mêsme instant baillée avecq plus grandes promesses...67

  • 68 Bibl. nat. France, Fr. 16 661, fol. 422.

37L’intérêt de cette citation en fera pardonner la longueur : rédigée par un ennemi du roi, elle nous importerait moins ; sous la plume d’un serviteur, elle nous est au contraire précieuse. Un rapport analogue, composé à la même date assurait « que la réduction de la ville est advenue contre l’esperance et vouloir de la pluspart des habitans : et estoit au temps de la Réduction le nombre des ligueurs beaucoup plus grand que des serviteurs du roy »68.

38Un examen des faits seul peut résoudre la contradiction des témoignages.

  • 69 Bibl. nat. France, Fr. 23 990, p. 198, Canault, Vie de Alfonso dOrnano.
  • 70 Arch. mun. Lyon, CC 1452, fol. 68v.
  • 71 Ibid., fol. 89.
  • 72 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 191v.

39Est-ce par un soulèvement spontané, comme en septembre 1593 que commença la chute du régime établi ? Certes non, mais par un petit coup de main, opéré par quelques hommes seulement. Les barricades ? Réflexe de peur : les bourgeois se réveillent au bruit des armes, des cris ; ils craignaient l’arrivée des troupes espagnoles, ils les croient peut-être dans Lyon. Ils descendent dans la rue et édifient les barricades. Pourquoi faire exactement ? Ils ne savent pas mais crient : « Vive la liberté françoise ! » La preuve même que le soulèvement ne visait aucun but précis, c’est que dans la matinée Jacquet et Laurent purent faire croire à une bonne vingtaine de notables que le coup venait des partisans de Nemours. La manœuvre, de la part des royalistes, était avisée : elle consistait à se débarrasser d’abord des plus déterminés, pour ne plus avoir en face de soi que les tièdes. Admettons un instant l’invraisemblable : que tous, à cette réunion, aient été de mauvaise foi. Il reste significatif qu’ils n’aient pas osé afficher leurs sentiments : le public n’était pas prêt. Les textes nous le disent d’ailleurs, il suffit de les lire. C’est le Serviteur du roy lui-même qui nous dit (p. 10) « pour ce jour la ne fust parlé que sourdement du service du roy » et plus loin : « la nuict du lundy au mardy, la vigilance et sollicitation de ceulx qui avaient hardiment acheminé cet affaire eust tel pouvoir sur le peuple » que le matin les premiers « Vive le Roi » éclataient. Quand un témoin si peu suspect d’attachement à la Ligue le dit, nous pouvons le croire. Il n’y a pas moyen d’exprimer plus clairement que le peuple n’avait pas l’idée de reconnaître le roi, mais qu’elle lui fut inculquée. À ce moment, brusquement, voila que la population se précipite sur les étoffes blanches, que l’allègresse éclate dans les rues ? Grande versatilité, vraiment ; certes, mais aussi fut-elle aidée. Cette classique anecdote semblerait indiquer un enthousiasme spontané... Or Canault, le secrétaire d’Ornano raconte que son maître « faisait donner des escharpes blanches aux capitaines des quartiers qui n’en avaient point encores » le 9 février69. Le 21 février le consulat fit rembourser 18 écus à Guyot de Masso, receveur de la ville, pour l’achat qu’il avait fait au nom de la municipalité, lors de la Réduction, d’écharpes blanches pour les soldats de garde à l’hôtel de ville70. Le 8 juin, Vincent Richard reçut 385 éc. 19 s. 2 d. pour des marchandises fournies pendant la Réduction ; il était mercier71. Le 11 août
Jehan Régis, marchand de la ville reçut 35 écus pour du taffetas et des écharpes fournies sur l’ordre du consulat lors de la Réduction72.

  • 73 Bibl. nat. France, Fr 15 893, fol. 296v, Minute d’une lettre ou d’un rapport non daté, de la main (...)
  • 74 Pierre Matthieu, Histoire des derniers troubles de la France soubs les regnes des roys [...] Henry (...)

40Et s’il n’y avait que les écharpes. L’on se souvient de ces « maulvais garsons » dont parle le mémoire de 1595, et qui furent attirés au roi par des « poignées d’argent ». De fait, en 1595 encore, Bellièvre demandait au roi de ne pas oublier ses fidèles, et notamment Jacquet qui, lors de la Réduction, avait dépensé 1 000 écus pour gagner les gens de guerre au parti du roi73. Enfin le Serviteur du Roy ne craint pas de déclarer (p. 8) que « aux places et barricades, les serviteurs du roy firent libéralité au peuple, tenans table ouverte, et beuvans a la santé du roy »74. L’allégresse du peuple n’était pas incompréhensible. Il se réjouissait de croire la guerre et la misère finies, certes ; il n’était pas mécontent d’avoir un roi. Mais de là à lui donner un rôle déterminant, à dire qu’il se donna au roi, en entraînant les notables, il y a loin. On le poussa, on se servit peut-être de lui pour faire peur au consulat ; simplement.

  • 75 Nous ne pouvons en effet les séparer : toutes les réunions d’échevins pendant ces trois jours fure (...)
  • 76 Bibl. nat. France, Fr. 23 990, p. 195, Canault, Vie de Alfonse dOrnano.

41Car il ne semble pas non plus que l’on puisse attribuer aux échevins ni aux notables le mérite de la Réduction75, les auteurs s’accordent sur ce point. Le 7 février, en effet, l’attitude de l’assemblée ne s’écarta pas de celle qu’elle avait eue depuis septembre : lutte contre Nemours, fidélité à Mayenne se manifestant par l’attachement à l’archevêque. Le 8, ils se décidèrent à faire venir Ornano. Nous savons que ce ne fut pas en cela que consistat la Réduction, mais dans le retour au roi, et que dans les esprits les deux choses n’étaient pas obligatoirement liées, si illogique que cela puisse paraître. Il n’est cependant pas douteux que, dès ce moment, la reconnaissance d’Henri IV n’ait été envisagée sérieusement. La rédaction d’articles à discuter avec Ornano est là pour nous l’assurer. Le 9 février d’autre part, les notables n’y opposèrent pas grande résistance. Mais que représentait-elle exactement pour eux ? Canault, sceptique, affirme que « de chaque costé, les intentions estoient bien differentes : celles d’Alfonse tendoient a réduire Lyon, et celles de la ville a se servir de luy contre Mr de St Sorlin »76. N’est ce pas cette attitude que nous avions reconnue chez les Lyonnais en octobre 1593, déjà ? Les mêmes doutes se retrouvent chez les auteurs anonymes des mémoires déjà cités. L’un d’eux pense que le consulat était resté ligueur :

  • 77 Bibl. nat France, Fr. 16 661, fol. 457.

N’estant revenu a leur debvoir d’une franche volonté et vray zelle du service du roy, ainsi la craincte d’estre touchez en leurs bourses et venduz esclaves, dont l’apparence leur faisait apprehender les menaces, les feist resouldre au bien sans le vouloir.77

  • 78 Ibid., fol. 422.
  • 79 Ibid., fol. 420.

42Un autre, constatant que le personnel dirigeant, au fond, est resté le même, assure « que la réduction de la ville est advenue contre l’esperance et vouloir de la pluspart des habitans » 78. Le troisième enfin attribuait à la « division du corps des eschevins » une grande importance79.

  • 80 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 27v. Cf. Annexe 1, n°2.

43Les Lyonnais voulaient un roi, comme tous les Français. Henri IV était revenu à la religion catholique et en promettait l’exercice exclusif. Que demandait-on d’autre ? Il était nécessaire de le reconnaître pour pouvoir se défendre contre Nemours, l’ennemi mortel. Fallait-il se montrer si pointilleux quand l’étranger était presqu’aux portes ? On remplirait cette condition, et, somme toute, on serait fidèle au roi. Mais on resterait fidèle aussi à l’idéal pour lequel on avait souffert de longues années : une France catholique, pure de tout protestantisme. D’où le souci de ménager l’opinion des villes ligueuses : le 14 février, le premier acte de gouvernement fut d’expulser les protestants « pour lever la mauvaise opinion que les villes qui tiennent le party de la Sainte-Unyon pourroient prendre »80. Ce ne fut pas comme ligueurs, mais comme partisans de Nemours que furent expulsés ou démis de leurs fonctions les premiers suspects, le 7 février. Si, dans la forme, on quittait la Ligue, le cœur chez beaucoup lui restait attaché. Le désir, exprimé par l’ancien comme par le nouveau consulat d’attribuer le gouvernement à d’Épinac n’a pas d’autre sens. On s’engageait ainsi dans une situation fausse, qui ne pourrait donc durer longtemps, où les intentions de chacun étaient peu claires. Ce qui permettait aux agents du roi, dans leurs rapports, d’accuser, avec exagération, les Lyonnais d’hypocrisie. Hypocrites ? explication trop aisée. Anxieux devant la ruine de la ville, enfoncés dans leur lutte contre Nemours, près de l’Italie, donc de Rome et de l’Espagnol, les problèmes se posaient à eux sous leurs angles les plus locaux. Leur politique se réduisait à une série d’expédients à courte vue. Ils ne pouvaient, de plus, concevoir l’ample entreprise royale de conciliation et de tolérance. D’où chez les agents du roi un certain énervement.

44Ni le peuple, ni les notables, qui donc alors ? Un très petit nombre de notables, soutenus par les représentants du roi.

  • 81 C’est sans doute pour éviter à l’avenir pareille division que le nouveau consulat décida de n’appr (...)
  • 82 On remarquera la proportion d’officiers du roi. Voir à ce sujet Roland Mousnier, La vénalité des o (...)
  • 83 Arch. dép. Rhône, BP 3647, Livre du roi 1590-1597, fol. 83.

45Quatre échevins81 (dont Jacquet, un « terrier », l’un des plus riches Lyonnais), Laurent, conservateur des foires, Sève, receveur des finances de la généralité, Poculot, commissaire des guerres, Henry, trésorier général. Peu de monde82; et poussés par quels sentiments, par quels intérêts ? Julliéron et Ancelin, qui jouèrent un rôle dans la prise de l’arsenal, reçurent le 6 avril le titre d’imprimeur du roi, titre détenu auparavant par Jean Pillehotte83. Zèle pur et désintéressé, récompensé inopinément, ou concurrence employant tous les moyens pour couler un rival ? Les deux à la fois peut-être...

  • 84 Antoine Péricaud, Notes et documents..., op. cit, 4 avril 1594.

46Que pouvaient-ils d’ailleurs sans Ornano et les agents du roi ? Les historiens se sont toujours penchés sur le rôle et la volonté des éléments lyonnais, non sur ceux des personnages qui opérèrent réellement la Réduction. La Fin, à son départ de Lyon, avait laissé derrière lui, selon les instructions du roi, le président de Saint-André, pour achever ce que l’on sentait tout proche. Ce dernier devait naturellement s’appuyer sur les forces royales de la région. Leur chef, Ornano, n’avait aucune mission d’Henri IV pour s’occuper du côté politique de l’affaire : il était simplement lieutenant-général du roi en Dauphiné. Mais il avait sur Lyon des projets très nets : la succession de Nemours était ouverte, il la voulait pour lui. La suite du récit nous le prouvera surabondamment. Signalons seulement pour l’instant qu’il fit expulser de Lyon Malézieux pour avoir cherché à faire obtenir le gouvernement à un autre qu’à lui84. On s’explique sa sollicitude pour les affaires de la ville.

  • 85 Bibl. nat. France, Fr. 23 194, fol. 62.
  • 86 Ibid., fol. 77.

47L’élimination des consuls les plus ligueurs ne se fit qu’après son entrée dans la ville, et sous la poussée d’une troupe armée. D’où venait cette troupe, de qui se composait-elle, nul ne nous le dit. Ce ne fut certainement pas des notables que vint l’initiative. Ils s’avouèrent « fort marrys » de la démission forcée des six échevins, et ne changèrent pas leur ligne de conduite sur la question du gouverneur. Plus vraisemblablement des agents du roi. Le 9 février, on se le rappelle, avertissant le roi de la Réduction Ornano écrivait : « je suis en train d’y establir l’ordre que vostre service requiert », sans parler du changement de l’échevinage. Le lendemain, dans une seconde dépêche, il le prévint que c’était chose faite85. Le 8 mars enfin, il lui demandait de laisser Gadagne en sa charge de lieutenant-général, celui-ci ayant « travaillé a l’establissement de l’ordre necessaire pour la seureté de la ville, par le changement de quelques eschevins et penons qui ont esté mis hors »86. Ajoutons le témoignage de Du Troncy qui, le 14 février, rendait Ornano responsable du changement. Une confrontation de ces renseignements permet de se représenter comment se passèrent les choses. Le 8 au soir, quand Ornano quitta l’archevêché, il était tard et faisait nuit. Il remit donc au lendemain de prévenir le roi. Il le fit dans la matinée du 9, tout en préparant avec Gadagne la remise en ordre : ils envoyèrent quelques hommes armés faire peur au consulat. Les échevins, sentant d’où venait le coup, n’osèrent rien faire. Le lendemain, quand de nouveaux échevins eurent été élus et mis en place, il put en avertir le roi. C’est à lui, et à Gadagne en second lieu, qu’il faut attribuer la responsabilité du coup de force.

48Au moment de désigner un gouverneur, son intervention s’étala, au grand jour cette fois (la chose lui tenait plus à cœur). Le consulat persistait à réclamer Épinac. Cela ne faisait pas l’affaire de Saint-André, qui savait que le roi n’en voulait pas ; ni de Chevrières (évidemment) ; d’Ornano encore moins. Le 12 février, quand, après une vive réprimande de Saint-André, le consulat s’entêta dans son désir, ce fut Ornano qui, intervenant de sa propre autorité et menaçant de se retirer, attribua de force le gouvernement à l’échevinage.

  • 87 Jean-Hippolyte Mariéjol, Charles-Emmanuel..., op. cit., p. 232.
  • 88 Maurice de Boissieu, Généalogie…, op. cit., p. 114 n. 1. L’auteur rapporte au même endroit que Che (...)

49La Réduction ne pouvait être complète sans le remplacement d’un gouverneur. La répugnance d’Henri IV pour Épinac, le refus répété de ses agents de le laisser occuper la place montre assez que la situation ne serait pas nette tant qu’il serait présent à Lyon. Ornano, encore, décida l’affaire. Son calcul était simple : il lui fallait se débarrasser de Chevrières et d’Épinac, et s’arranger pour garder la place vacante jusqu’à ce qu’il ait pu faire valoir ses mérites auprès du roi. C’est ce que permettait l’attribution du gouvernement au consulat. Ce dernier, sur son ordre, expulsa ensuite l’archevêque87, tandis que Chevrières furieux s’en alla trouver le roi au sacre duquel il assista, le 27 février, à Chartres88. Il restait, pensait-il, maître de la situation.

50S’il fallait rechercher à qui attribuer le mérite de la Réduction, nous verrions donc : les quelques notables qui s’entendirent avec Ornano et ameutèrent la population pour la rendre prête à supporter le changement. Ornano surtout qui, en transformant la composition du consulat, en faisant donner à la ville le gouvernement, en éloignant l’archevêque, acheva et donna à cette révolution sa forme parfaite qu’elle n’eût pas eue si les seuls Lyonnais s’en étaient chargés.

51Si les habitants ne résistèrent pas, c’est que la situation générale du royaume n’était guère, à ce moment, favorable à la Ligue. C’est ensuite que Nemours, par son irréflexion, la petitesse de ses points de vue, sa violence, les poussa à se raccrocher à qui ils purent.

  • 89 Antoine Péricaud, Notes et documents..., op. cit, à sa date, lettre du consulat au secrétaire d’Ét (...)

52Mais leur cœur n’avait pas changé. Une fraction importante de la population regrettait en secret la Ligue : le consulat dut attendre jusqu’au 13 mars – un mois plein – pour faire chanter le Te Deum, « dont le contentement a esté d’aultant plus recogneu parmi les gens de bien que, par les menées des mal affectionnez, nous ne l’avions peu obtenir jusques a ce jour »89. Sa tâche de gouverneur devait précisément consister à unir les contraires, à maintenir la décision prise de reconnaître le roi sans exaspérer l’ensemble de la population. Lourde tâche, dont on pouvait craindre que le poids n’excédât ses forces.

Notes

1 Auguste Poirson, Histoire du règne de Henri IV, Paris, Didier, 1865, t. 1, p. 509.

2 Henri Drouot, Mayenne et la Bourgogne. Étude sur la Ligue, 1587-1596, Paris, Picard, 1937, t 2, p. 273-292.

3 Joannès-Erhard Valentin-Smith et Marie-Claude Guigue, Bibliotheca Dumbensis, Trévoux, Impr. de J. Jeannin, 1884, t. 1, p. 494.

4 Étienne Delcambre, Le consulat du Puy-en-Velay des origines à 1610, Le Puy, 1933, p. 280.

5 Henri Drouot, Mayenne et la Bourgogne..., op. cit., t. 2, p. 324.

6 Roger Doucet, Finances municipales..., op. cit., p. 124.

7 Bibl. nat. France, Italiens 1742, fol. 114, lettre à la République de Venise.

8 Voir Charlotte Arbaleste, madame Du Plessis-Mornay, Mémoires, éd. de Witt, t. 1, p. 276-277 : « Lyon aussy peu après fut reduict, chacun voulant faire et asseurer particulièrement sa condition contre les evenemens de la guerre, puisqu’il se voioit l’espoir osté de le faire par la paix ». Voir Palma-Cayet, Chronologie novenaire, Michaud et Poujoulat (éd.), Première série, t. XII, p. 541, col. 2 : « quoy qu’en chacune ville il y eust des zelez qui ouvertement disoient ne vouloir jamais recognoistre le roy, publians mille impostures de sa conversion, si est-ce que les politiques parloient a l’ouvert [ce n’était pas le cas à Lyon] qu’il le fallait recognoistre : le menu peuple mesmes, ennuyé de la guerre, qui avoit veu l’ombre de la paix dans la trefve, se jettoit de ce costé la. »

9 Le lieutenant-général du baillage de Mâcon, Parjot, exilé de Mâcon depuis 5 ans, écrivait de Lyon au roi, le 26 mars 1594 que, parmi les causes de la Réduction de Lyon, il fallait compter le fait que ceux qui depuis longtemps complotaient commencèrent à craindre pour leur vie et brusquèrent les choses [Bibl. nat. France, Fr. 23 194, fol. 7].

10 Agrippa dAubigné, Histoire universelle, Alponse de Ruble (éd.), Paris, Renouard, 1886-1909, t. 9, p. 10.

11 C’est ainsi que l’entend La Fin dans sa lettre au roi du 29 janvier, peu de jours après avoir vu l’archevêque lui-même.

12 Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 124.

13 Copie dune lettre escrite de Lyon par un serviteur du Roy a un sien amy a Tours, au onziesme fevrier 1594, contenant au vray ce qui sest passé en la reduction de ladite ville en lobeissance de sa Majesté [...], Tours, 1594, p. 5. Cette lettre est le principal récit d’ensemble que nous ayons des événements de le Réduction, les autres n’ajoutant que des détails. Il a été repris copié, paraphrasé par les historiens dès le xvie siècle (cf. Palma-Cayet, Pierre de lEstoile, qui la copie simplement, Agrippa dAubigné), jusqu’à nos jours. Les deux autres récits originaux sont : un récit officiel, contenu dans le registre BB 131 des actes consulaires, et celui du consul ligueur Ponson Bernard, dans son journal cité précédemment.

14 Eustache Piémont, Mémoires..., op. cit., p. 323, les troupes avaient rendez-vous à Saint-Symphorien-d’Ozon. Les compagnies des sieurs de Cuzy, de la Baulme, de Verdun, les corses de Saint-Marcellin passèrent par La Côte-Saint-André, la compagnie de Reboul par Saint-Antoine.

15 Comment expliquer la lettre du consulat à Allard, qui était auprès d’Ornano, [arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 125], où le consulat demande quel jour Ornano doit venir ? Elle est datée du 7 février ! La date est sans doute fausse...

16 Le sergent-major contrôlait les penons et capitaines à la solde de la ville. Depuis 1591, la charge était tenue par les échevins qui se relayaient chaque mois. Voir à ce sujet : Claude de Rubys, Histoire veritable de la ville de Lyon..., op. cit., p. 485 ; Eugène Vial, « Le chevalier du guet et sa compagnie », Revue dhistoire de Lyon, 1905, p.45, n. 3 ; « Le sergent-major de la ville de Lyon », ibid., 1908, p. 470-476.

17 Arch. Mun. Lyon, CC 1449, n° 28 : le consulat paya, le 23 février, 1 éc. 30 s. pour « une assemblée secrette en une maison donst il fust pris vingt soldatz ausquelz il fust baillé a souper » dans le penonnage de François de Bourges. Ce fut sans doute cette troupe qui prit le poste de l’Herberie.

18 Maurice Poculot, commissaire des guerres, s’y distingua [arch. mun. Lyon, CC 1452, fol. 80v ; BB 133, fol. 57].

19 Bibl. nat. France, Français 23 194, fol. 75. Lettre du 16 mars 1594, où de Vic demande au roi le titre d’imprimeur du roi pour Julliéron et Ancelin. Julliéron a de plus hébergé Bongars, secrétaire d’Ornano.

20 On y relève des noms connus : d’Andelot, Chevrières, Gadagne ; et d’autres : La Liègue, Saint-Forgeux, La Baume, de Mures. Prunier de Saint-André était présent.

21 Saint-Nizier était, pour ainsi dire, le symbole des bourgeois et du consulat dans la Presqu’île, en face de la primatiale.

22 Ce détail est emprunté à Ponson Bernard : « Il vint grand nombre d’hommes en armes, disant qu’ils avoient quelque chose a dire. L’on en fit entrer quelques nombre » ; malgré sa partialité, il nous parait ici plus objectif que le récit officiel du consulat : « y sont survenus un bon nombre des principaux et des plus notables bourgeois de la ville, suyvis d’une multitude de peuple, tous portans l’escharpe blanche ». N’oublions pas que ce récit a été composé par le nouveau consulat qui avait le plus grand intérêt à se présenter comme le représentant des notables, ce qui conférait à leur élection un certain caractère de légalité dont ils se montrèrent fort soucieux.

23 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 21v.

24 Son compte-rendu même fut un des moyens qu’il employa. Il demanda au roi l’approbation des mesures prises et l’obtint le 22 février. Le 10 mai, le roi confirma à nouveau et spécialement, sur sa demande, l’élection de février [arch. mun. Lyon, BB 379]

25 Joseph Vaësen, La juridiction commerciale à Lyon sous lAncien Régime. Études historiques sur la conservation des privilèges royaux des foires de Lyon. (1463-1795), Lyon, Mougin-
Rusand, 1879, p. 47.

26 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 22.

27 Bibl. nat. France, Fr. 5045, fol. 421, Lyon, 9 février.

28 Au sujet du gouverneur, voir lettre de Saint-André au roi, 15 février [Bibl. Nat. France, Fr. 23 194, fol. 60]. Cf. Annexe 1, n°3.

29 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 23. De Vic était présent à Lyon depuis la veille [arch. mun. Lyon, CC 1449, n° 27, compte des dépenses faites par lui au logis des Trois Rois du 6 février au 28 mars] ; sa mission semble avoir été particulièrement de négocier avec Nemours toujours prisonnier [arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 22v], et il eut permission donnée par le consulat de voir Nemours [voir compte-rendu de sa mission au roi, 17 février ; Bibl. nat. France, Fr. 23 194, fol. 58].

30 Bibl. nat. France, Fr. 2751, fol. 200v.

31 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 25.

32 Bibl. nat. France, Fr. 23 194, fol. 66.

33 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 27. Cf. Annexe 1, n° 2.

34 À part de Langes et son gendre de Villars, on ne peut fixer une date de rentrée pour chacun. La liste même ne pourra en être établie que lorsqu’une étude approfondie des événements de la Ligue depuis 1589 aura permis de savoir qui avait été expulsé. Pour l’instant la seule liste est celle de Jean-Nicolas Sudan, Recherches …, op. cit, p. 23, n. 1, recopiée par Jean-Hippolyte Mariéjol, Charles-Emmanuel..., op. cit., p. 228. On peut y ajouter Henri Bonnet, penon selon une lettre au parlement de Grenoble du 20 avril 1595 [arch. mun. Lyon, AA. 140].

35 Arch. mun Lyon, BB 131, fol. 27v. La prestation de serment par les avocats et procureurs n’eut lieu en fait que le 17 [Bibl. mun. Lyon ms. 1477, harangue de Villars]. Celle des bourgeois eut lieu bien plus tard.

36 Le 11 février le Serviteur du roy pouvait déjà signaler 12 suspects expulsés (cf. Annexe 2). Le lieutenant du quartier de La Platière fut démis de ses fonctions [arch. mun. Lyon, BB 133, fol. 21]. Le 11, Thierry fui démis de sa charge de penon et remplacé par Jacquet [arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 24].

37 Arch. dep. Rhône, C 530, fol. 19. C’était la première séance depuis le 31-1.

38 Lettre du P. Coissard au P. Général, 11 février [Henri Fouqueray, Histoire de la compagnie de Jésus..., op. cit., t. II, p. 266]. « Les émeutiers de notre quartier, pensant que ce cri nous serait désagréable, se reunissent, et formés en bataille, pénétrent dans la cour du collège. Quand ils m’aperçoivent venir avec un autre père, ils veulent nous forcer de répéter leurs acclamations, mais ils n’obtiennent que celle-ci : Vive Dieu qui règne éternellement ! Alors ils parcourent le collège en jetant à tous les échos leurs “Vive le roi”. Puis ils sortent comme des triomphateurs et laissent des gardes à toutes les issues avec ordre de nous tenir enfermés. » D’après les cris de « Vive le roi » il semble que l’on puisse dater le fait du 8 février.

39 Arch. mun. Lyon, CC 1443, fol. 20v.

40 Arch. mun. Lyon, CC, 1445, n° 16 (fol. 9v).

41 Arch. mun. Lyon, CC 1452, ff. 80-84.

42 Arch. mun. Lyon, BB 133 fol. 25 ; AA 150 ; Bibl. nat. France, Fr. 16 661, fol. 430. Proclamation du prévôt des marchands, 15 février 1596.

43 Maurice de Boissieu, Généalogie de la maison de Saint-Chamond, Saint-Étienne, Théolier, 1888, p. 114, n. 2.

44 Arch. dép. Rhône, C 530, fol. 164 et BP 3647, Livre du roi 1590-1597, ff. 283-286. Chevrières eut de la peine à obtenir l’enregistrement de ces lettres patentes par la chambre des comptes. Après avoir réduit lui-même ses prétentions à 20 000 écus à prendre sur les droits d’aubaine, il lui fallut quatre requêtes appuyées de lettres impératives du roi pour l’obtenir : les 8 et 31 janvier 1596 et 20 (?) et 28 mai 1597.

45 Arch. nat. France, E IB, fol. 83v. Voir aussi Noël Valois, Inventaire des arrêts du Conseil dÉtat. Règne de Henri IV, Paris, Impr. nationale, 1886-1893, n° 3021.

46 Pour suivre l’affaire, voir arch. dép. Rhône, C 530, ff. 104, 107, 108v-109. Le bureau des finances renvoya l’affaire au présidial le 20 juillet 1594.

47 Par exemple celui que les filles de Gilles Régule poursuivaient depuis quatre ans contre Balthasard Prost, assassin de leur père. Elles obtinrent droit d’informer [Arch. nat. France, X IA 9269, fol. 71 : sentence des Grands jours, 30 septembre 1596].

48 Odon Reure, Le bibliographe Antoine Du Verdier (1544-1600), Paris, Picard, 1897, p. 58.

49 Henri Baudrier, Bibliographie lyonnaise. Recherche sur les imprimeurs, libraires et fondeurs de lettres de Lyon au xvie siècle, Lyon, 1895-1921, t. V, p. 341 ; VI, p. 28 sq ; I, p. 383 ; II, p. 430 sq. ; I, p. 178 ; I, p. 156 ; V, p. 124 ; II, p. 335 ; II, p. 189.

50 Les feux de joye de Lyon, Orléans, Bourges, 1594, p. 22

51 Cité dans Henri Drouot, Mayenne et la Bourgogne..., op. cit., t. 2, p. 443.

52 Pierre de LEstoile, Mémoires..., op. cit., t. VI, p. 155.

53 Voir par exemple la dépêche de Mocenigo du 27 février : « Questi signori de consiglio pensano alli modi de far che in Lione fondi di un milion doro habbia a servira per i bisogni dellia guerra, havendo intentions Sua Maestà de voler qhe il suo nome et le sue forze piu che mai se avancino in Italia contra il duca di Savoja. » [Bibl. nat. France, Ital., 1742, fol. 143].

54 Bibl. nat. France, Ital., 1742, fol. 134, dépêche de Mocenigo, 17 février.

55 Arch. mun. Lyon, EE 106, n° 6, lettre de La Fin au consulat, Beaucaire, 11 mars. La ville de Boulogne fit sonner les grosses cloches en apprenant la nouvelle [Année historique de Boulogne-sur-mer, 1859, p. 150].

56 Pierre de LEstoile, Mémoires..., op. cit., t. VI, p. 155.

57 Henri Drouot, Mayenne et la Bourgogne..., op. cit., t. 2, p. 343-344.

58 Ibid., t. I, p. 22 ; t. 2, p. 480.

59 Jean Burel, Mémoires de Jean Burel, bourgeois du Puy, Augustin Chassaing (éd.), Le Puy-en-Velay, 1875, p. 363.

60 Arch. mun. Lyon, BB 131, ff.  222v-223. Le consulat distribua aussitôt 500 écus à chaque capitaine.

61 Arch. mun. Lyon, AA 111, ff. 126v-127. Les autres lettres dont nous parlons ici sont également enregistrées dans le même volume, ff. 126-132.

62 Antoine Du Verdier, Discours sur la reduction de la ville de Lyon a lobeissance du Roy, 1594, p. 30.

63 Bibl. nat. France, Fr. 16 661, fol. 457.

64 Claude de Rubys, Histoire veritable de la ville de Lyon..., op. cit.,p. 450.

65 Odon Reure, Le bibliographe …, op. cit., p. 51.

66 Il y aurait lieu de contrôler cette affirmation.

67 Bibl. nat. France, Fr. 16 661, fol. 420.

68 Bibl. nat. France, Fr. 16 661, fol. 422.

69 Bibl. nat. France, Fr. 23 990, p. 198, Canault, Vie de Alfonso dOrnano.

70 Arch. mun. Lyon, CC 1452, fol. 68v.

71 Ibid., fol. 89.

72 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 191v.

73 Bibl. nat. France, Fr 15 893, fol. 296v, Minute d’une lettre ou d’un rapport non daté, de la main de Bellièvre.

74 Pierre Matthieu, Histoire des derniers troubles de la France soubs les regnes des roys [...] Henry III et Henry IIII [...], 1600, p. 43. Il rapporte également le fait, mais, absent de Lyon au moment de la Réduction, il reprend mot pour mot la phrase du Serviteur du roy.

75 Nous ne pouvons en effet les séparer : toutes les réunions d’échevins pendant ces trois jours furent des réunions de notables.

76 Bibl. nat. France, Fr. 23 990, p. 195, Canault, Vie de Alfonse dOrnano.

77 Bibl. nat France, Fr. 16 661, fol. 457.

78 Ibid., fol. 422.

79 Ibid., fol. 420.

80 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 27v. Cf. Annexe 1, n°2.

81 C’est sans doute pour éviter à l’avenir pareille division que le nouveau consulat décida de n’approuver que les décisions prises par sept échevins au moins, le 11 février [arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 24].

82 On remarquera la proportion d’officiers du roi. Voir à ce sujet Roland Mousnier, La vénalité des offices sous Henri IV et Louis XIII, Rouen, Maugard, 1946, p. 70.

83 Arch. dép. Rhône, BP 3647, Livre du roi 1590-1597, fol. 83.

84 Antoine Péricaud, Notes et documents..., op. cit, 4 avril 1594.

85 Bibl. nat. France, Fr. 23 194, fol. 62.

86 Ibid., fol. 77.

87 Jean-Hippolyte Mariéjol, Charles-Emmanuel..., op. cit., p. 232.

88 Maurice de Boissieu, Généalogie…, op. cit., p. 114 n. 1. L’auteur rapporte au même endroit que Chevrières aurait provoqué Ornano en duel pour lui avoir ravi la gloire de la Réduction de Lyon...

89 Antoine Péricaud, Notes et documents..., op. cit, à sa date, lettre du consulat au secrétaire d’État Revol, 16 mars 1594.

© LARHRA, 2020

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search