Version classiqueVersion mobile

Le retour de Lyon sous l’autorité royale à la fin des guerres de Religion (1593-1597)

 | 
Henri Hours

La réduction et le Gouvernement du Consulat

Chapitre I
La fin de la Ligue

Texte intégral

  • 1 Roger Doucet, « Le xvie siècle », dans Arthur Kleinclausz, Histoire de Lyon, Lyon, Masson, 1925, t (...)

1Depuis Longtemps, les relations se tendaient entre Nemours et le consulat. Cela ne fit qu’empirer pendant l’année 1593. Les échevins demandaient à leur gouverneur de s’occuper de la ville, non de bouleverser le royaume. Leur susceptibilité pour tout ce qui paraissait menacer les « libertés » lyonnaises s’inquiétait de l’ambition que l’on soupçonnait en lui. Son mépris pour les commerçants étrangers, ses emprunts par trop fréquents achevaient de lui aliéner non plus seulement le consulat, mais la plupart des marchands et fabriquants de la ville1. Enfin ses troupes, revenues en août d’une expédition en Auvergne, entouraient la ville et pillaient le plat pays.

  • 2 Les détails de ces quatre journées se trouvent contés dans Jean-Hippolyte Mariéjol, Charles-Emmanu (...)
  • 3 Arch. mun. Lyon, BB 130, fol. 101 v.

2Dans la matinée du 18 septembre2, les échevins se trouvaient réunis chez Claude de Rubys, premier d’entre eux, qui leur soumettait une nouvelle demande d’argent formulée par le duc de Nemours en contrepartie de la promesse, accordée le matin-même, de faire évacuer le Lyonnais par ses troupes, quand Pierre de Montconis, conseiller au présidial, vint leur représenter le dommage que causait à la ville la présence de ses troupes autour des murs. Il obtint du consulat la décision de convoquer dans l’après-midi (la chose leur paraissait donc urgente) une assemblée de notables pour discuter de l’affaire et voir comment on pourrait se garder3.

  • 4 Arch. mun. Lyon, BB 130, fol. 102. Publié par Antoine Péricaud, Notes et documents…, op. cit., à s (...)

3Vraisemblablement dès ce moment furent tenus des propos peu favorables au gouverneur. Montconis, nous aurons l’occasion de le voir par la suite, était sans doute royaliste déjà ; significative surtout est l’absence de Rubys, l’après-midi, à l’Hôtel de ville, où se tenait l’assemblée prévue4. Il était à Lyon l’un des principaux et des plus fidèles partisans de Nemours et savait qu’il allait avoir à défendre son maître. Peut-être sentait-il l’hostilité trop forte, et sa cause perdue déjà...

4Si l’on examine d’ailleurs la liste des notables présents (en dehors des échevins, bien entendu), l’on constate que seul, Pierre Austrein, lieutenant criminel, sera, au moment de la réduction, jugé dangereux et chassé de la ville. Sur les seize autres, trois seront nommés échevins après le retour à Henri IV : Henry, Polaillon et Pelletier. Les autres se montreront par la suite loyaux sujets du roi : Montconis, Allard, le futur négociateur entre la ville et Ornano, le trésorier général Scarron... Rubys avait-il tellement tort de se tenir à l’écart ? Nemours avait parmi les dirigeants de la ville trop peu de partisans déterminés à le défendre.

  • 5 Arch. mun. Lyon, BB 130, fol. 102 v-103v. Publié par Antoine Péricaud, Notes et documents…, op. ci (...)

5Les notables n’eurent pas occasion, ce jour-là, de décider grand’chose On les interrompit en leur apprenant que la ville était brusquement en armes. Une fausse nouvelle avait suffi : Dizimieu, gouverneur de Vienne dévoué à Nemours, s’était, paraît-il, approché de la porte du pont du Rhône, avait voulu pénétrer dans la ville avec ses soldats et tué un des gardes de la porte ; on citait même un nom : Jean Thévenon. Celui-ci en fait se portait fort bien, mais les consuls durent employer le reste de l’après- midi à calmer les esprits et faire lever les barricades. Elles durèrent cependant toute la nuit. Le lendemain, 19 septembre, elles se renforçaient encore. Les cris de la population qui, la veille, marquaient simplement de l’hostilité contre les Espagnols, attaquaient maintenant Nemours ; la lutte s’engageait. Le consulat réunit une fois encore les notables dans la matinée5. Rubys continuait à s’isoler chez lui. De même que dans la réunion de la veille, la proportion fut faible des assistants qui, à la réduction, devaient être expulsés de la ville, trois notables sur vingt-quatre (mis à part toujours les échevins) : Pierre Austrein, l’avocat Guillaume de Villars, et le libraire Jean-Baptiste Buysson. Les autres ne devaient jamais apparaître par la suite comme spécialement hostiles au roi. Ce fut pourtant cette assemblée qui proclama sa fidélité au parti de la Sainte-Union et son désir de placer l’archevêque, Pierre d’Épinac, au gouvernement de la ville. Elle décidait en plus d’aller présenter des remontrances à Nemours et voulait auparavant s’assurer l’appui de l’archevêque.

  • 6 Ibid., fol. 104. Antoine Péricaud, Notes et documents…, op. cit., à sa date.

6L’après-midi, une délégation de notables alla donc le trouver et se mit d’accord avec lui sur les réclamations à faire. Ils décidèrent en même temps de faire emprisonner deux bourgeois de la ville, particulièrement violents et fidèles au duc : Louis Prost et son fils Balthazard. « Le sieur Loys Prost et son fils n’ont voulu obéir à la priere et commandement a eulx faictz de la part du consulat » de se consigner chez eux ; l’échevin de Berny leur avait notifié cet ordre, sans en tenir compte ils étaient sortis dans les rues. Il fut donc décidé que deux échevins, Vize et Regnauld, iraient les prendre chez eux et les mener dans les prisons de l’archevêché6. D’autres fidèles de Nemours, comme l’italien Janetto de Lequi et Ruzinant, étaient en fuite.

  • 7 Antoine Péricaud, Notes et documents…, op. cit., à sa date.
  • 8 Bibl. nat. France, Fr. 15 576, fol. 119.

7Le lendemain 20 septembre, le duc était gardé en son logis (pour le préserver des fureurs de la foule, disait le consulat) et sa suite désarmée. Dès ce moment les Lyonnais eurent conscience que le soulèvement avait pratiquement atteint son but. Le consulat, tout de suite, en prévenait Mayenne, lui présentait ses excuses et sa justification7. De son côté, d’Épinac prévenait son beau-frère que Nemours était entre les mains des habitants8. Le même jour, le capitaine La Fonte occupait le château de Pierre Scize où une nouvelle garnison était installée, et où le lendemain 21 septembre le duc était interné (pour sa sécurité) toujours sur la décision d’une nouvelle assemblée de notables réunie chez l’archevêque. À ce dernier était confiée la charge du gouvernement.

  • 9 Roger Doucet, « Le xvie siècle… », op. cit., p. 45.

8Les rôles des divers acteurs, dans ce coup de force, sont difficiles à déterminer. On a beaucoup parlé de la responsabilité d’Épinac. Roger Doucet lui attribue un rôle très actif9. C’est d’ailleurs l’opinion qu’en eurent les contemporains, notamment les ligueurs parisiens.

  • 10 Pierre de LEstoile, Mémoires-journaux, Brunet, Champolion, Halphen (éd.), Paris, 1879, t. VI, p. (...)

Ce jour, Madame de Nemoux dit tout haut que, depuis qu’elle estoit au monde, elle avoit eu beaucoup de fascheries, mais jamais une qui lui touchast tant au cœur que la prison de son pauvre fils, laquelle elle impute a M. de Lion, disant mille pouilles de lui...10

9Henri IV lui-même écrivait le 6 octobre au duc de La Force :

  • 11 Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives de Henri IV, Paris, 1843, t. IV, p. 41.

L’on tient que l’archevesque de Lyon, qui estoit dans ladicte ville, malcontent de luy il y a desja longtemps, luy a dressé ceste partie avec l’inteiligence des partisans du duc du Mayne.11

  • 12 Jean-Hippolyte Mariéjol, La réforme…, op. cit., p. 378.
  • 13 Pierre Richard, Pierre dÉpinac…, op. cit., p. 546.
  • 14 Bibl. nat. France, Fr. 15 576, fol. 119.
  • 15 Lettre à Guillaume de Gadagne, copie : Bibl. nat. France, Dupuy 62, fol. 37.

10Aux États Généraux, d’où il revenait, il s’était montré fort réservé devant les propositions espagnoles12, mais somme toute incertain sur la ligne de conduite à adopter. L’échec des États, l’impossibilité de trouver un roi selon son cœur, devaient plutôt semer en lui le doute et non l’ardeur d’un conspirateur. Peut-être était-il jaloux de la puissance de Nemours et prenait-il ombrage de ses entreprises peu loyalistes à l’égard de la Ligue ; il en aurait ainsi profité pour se faire donner le gouvernement de la ville par les insurgés ? Hypothèse séduisante, mais comment expliquer alors son inertie pendant la période qui suivit, et l’éloignement dans lequel il se tint des affaires de la ville, dont il laissa pratiquement la direction an consulat ? En novembre, aux réunions qui se tinrent à Lyon entre délégués ligueurs, il apparut convaincu de la situation désespérée de la Ligue13. On l’imagine difficilement, cinq semaines auparavant, inspirant et dirigeant un mouvement qu’il savait devoir favoriser Henri IV. Et si même, par la suite, il jeta un coup d’œil discret vers les royalistes, il n’assuma en aucune façon la responsabilité du coup de force pour s’en attribuer le mérite. Dans la lettre à Saint-Germain-d’Apchon, son beau-frère dont nous avons déjà parlé, il se montra neutre, se contentant de donner l’information sans juger l’événement, à plus forte raison, sans s’en donner pour l’un des acteurs. Or il terminait ainsi le billet : « ...et donnez advis a ceulx que sçavez. »14 D’Apcbon était royaliste, et envoya la copie de cette lettre au duc de Nevers. C’est cette copie que l’on possède. Il eût été facile à d’Épinac de se mettre davantage en valeur. Mais le 20 septembre, en pleins troubles, sans doute ne voulait-il pas se compromettre ? le 30 septembre, il s’associait davantage aux habitants : « Dieu nous a fait une fort grande grâce de nous avoir préservé ou inspiré de nous conserver. » ; il ajoutait : « ces trouppes qui estoient assemblées pour prendre nostre ville servent maintenant a executer contre nous les plus barbares cruaultés... »15. Il répondait ainsi à Guillaume de Gadagne, sénéchal de Lyon, royaliste fidèle depuis 1589, qui venait de lui proposer son aide contre les troupes de Nemours. Voulait-il, par ce pluriel, indiquer sa participation aux événements du 18 septembre ? Non point : il faisait, chose rare, acte de gouverneur, s’associant aux souffrances de la population ; de plus, demandant du secours, il ne pouvait paraître trop s’écarter du fait accompli. Enfin, dans le déroulement des quatre journées de l’insurrection, pas une fois on ne le voit prendre l’initiative : on va le trouver, on lui demande son appui, on lui confie le gouvernement, cela ne suffit tout de même pas pour lui attribuer la direction des opérations.

  • 16 Lettre d’Henri IV, du 6 octobre, au duc de la Force. Le 14 octobre, Mocenigo, ambassadeur de Venis (...)
  • 17 Arch. mun. Lyon, AA 34, n° 75 sq.
  • 18 Le 20 et 21 octobre ; Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 18v et 21.

11Les contemporains ont aussi accusé Mayenne d’avoir trouvé ce moyen de se débarrasser de son demi-frère remuant et ambitieux16. Rien d’autre ne permet d’affirmer avec certitude sa responsabilité. Il se montra plutôt surpris de l’événement et s’efforça le plus possible d’en enrayer les conséquences. Dans les dix-neuf lettres que du 29 septembre au 30 décembre 1593, il envoya au consulat17, aucune, il est vrai, ne contient de reproche vif ou désagréable : attristé tout d’abord, le ton se rassérène peu à peu, comme s’il avait pris son parti de la chose. Mais on peut répondre qu’il ne tenait pas à se brouiller avec Lyon. Le consulat, d’ailleurs, lui annonçant la nouvelle le fit avec timidité, cherchant à se justifier, non comme rendant compte d’une mission accomplie18.

  • 19 Jean-Hippolyte Mariéjol, Charles-Emmanuel..., op. cit., p. 188.
  • 20 Eustache Piémont, Mémoires, Brun-Durand (éd.), Valence, 1885, p. 320-321.

12Le rôle du peuple, quoique limité, paraît plus certain. L’émeute semble être le fait d’une population affolée par de longues années de guerres et d’exactions ; singulièrement inquiète et nerveuse aussi, puisqu’un faux bruit suffit à faire surgir les barricades. Cependant dès le second jour, l’initiative (si l’on peut dire...) échappa à la foule. Dans quel esprit se souleva-t-elle ? Il est très difficile de le dire. Le 5 décembre, d’Épinac, se justifiant auprès du pape, expliquait bien qu’il n’avait accepté le gouvernement que « pour arrêter un mouvement d’opinion en faveur du roi de Navarre »19 ; argument d’avocat. Plutôt que pour défendre une cause, il semble bien que ce soit seulement pour se débarrasser d’une personne détestée que se souleva le peuple lyonnais. Eustache Piémont, notaire à Saint-Antoine-en-Dauphiné, et qui, tapi dans sa petite bourgade, observait intensément tous les événements de la région, note même, dans le journal qu’il nous a laissé que « [...] feurent mis hors touttes les troupes dud. Sr. de Nemours ; cela effreya le pauvre peuple, ne sçachant sur quel subject se faisoit cella. »20 Ce qui laisse apparaître comme douteuse et trouble la conscience qu’avait la foule des humbles des motifs de son soulèvement. De toutes façons, elle n’aurait pu élever ses barricades sans l’assentiment, ni même la direction des capitaines-penons. Ceux-ci (on les appelle encore simplement : penons) étaient les chefs militaires des quartiers (ou penonnages), cadres topographiques de la milice urbaine. Ils avaient, dans la ville, une assez grande importance sociale. Parmi les notables (maîtres des métiers, consuls ou anciens consuls, officiers de justice ou de finances), plusieurs étaient penons de leur quartier. Les jurandes n’existant pas à Lyon, ils formaient, avec leurs lieutenants, les cadres de la population qui se trouvait ainsi davantage encore dans les mains des notables.

13Nous touchons au rôle essentiel qu’ont pu jouer ces derniers dans l’histoire de la Ligue à Lyon. Faut-il opposer à leur politique celle du consulat, comme l’a fait Mariéjol ?

  • 21 Jean-Hippolyte Mariéjol, Charles-Emmanuel..., op. cit., p. 181 et 191.

Nemours [dit-il] gardait dans le consulat un fort parti, peut-être la majorité... nombre de bourgeois, qui n’étaient pas encore ou qui n’étaient plus échevins, des capitaines penons et la majorité du peuple, à qui Nemours était suspect de mauvais desseins, s’étonnaient des ménagements du consulat, ne se contentaient plus de remontrances et passaient à l’action […] Ce sont les notables et le peuple qui mènent le consulat et le poussent à la répression.21

  • 22 L’on sait en effet que l’une des plaies de l’histoire de Lyon pendant les guerres de Religion a ét (...)

14Entre notables et consuls, intérêts et sentiments s’opposaient-ils à ce point ? Ils étaient du même milieu : Laurent, Polaillon, Charrier, de Pures, Du Coing, qui avec le consulat formaient la majorité dans les assemblées décisives des 20 et 21 septembre, étaient d’anciens ou de futurs consuls. Ce que l’on peut dire toutefois, c’est que les échevins en exercice redoutaient plus que les autres les risques à courir en cas de trouble et les avances de fonds qu’il leur faudrait consentir à la ville pour faire face aux dépenses qui ne manqueraient pas de survenir22. L’on peut dire que les consuls se montrèrent plus hésitants que les autres notables, qu’ils ont fait preuve de moins d’initiative, on ne peut les opposer entre eux. Le 18 septembre, c’est en effet un notable, Montconis, qui réclame le départ des troupes de Nemours et fait convoquer l’assemblée de l’après-midi ; mais le consulat s’en occupait déjà et ne fit aucune difficulté. Ne fut-il même pas satisfait de se voir forcer la main ? Dans aucune des quatre assemblées de ces journées on ne voit éclater d’opposition. Ce sont trois échevins (de Berny et Regnauld ligueurs notoires, comptaient parmi ce « fort parti » que l’on nous dit favorable à Nemours, et le troisième, Vize, devait rester en charge après la réduction) ce sont trois échevins qui, sur un ordre du consulat, s’occupent le 19 d’interner les Prost. La Ponte, qui occupa Pierre-Scize, était aux ordres du consulat. C’est le consulat encore qui prit en mains la direction des affaires, en accord avec les notables : remontrances à Nemours et son arrestation, délégation du gouvernement à d’Épinac.

15En résumé, il semble que les notables (y compris le consulat), excédés depuis un certain temps par Nemours, mais n’osant, sans forces d’exécution, passer à l’attaque, saisirent au passage l’occasion qui s’offrait. Cette insurrection, ne l’avaient-ils pas provoquée, ou du moins facilitée ? Les récits officiels nous les montrent calmant la foule, mais ils firent preuve de trop d’habileté et de rapidité à utiliser son excitation pour que nous ne regrettions pas d’ignorer ce qu’ils lui dirent en fait (ces récits officiels, n’oublions pas qu’ils furent rédigés pour être publiés). C’est en fait à eux que dans toute l’affaire revient le rôle principal.

  • 23 Jean-Hippolyte Mariéjol, Charles-Emmanuel…, op. cit., p. 392.
  • 24 Jean-Marie Prat, Recherches historiques et critiques sur la compagnie de Jésus, Lyon, 1876, t 1, p (...)
  • 25 Henri Fouqueray, Histoire de la compagnie de Jésus en France, Paris, 1913, t. 2, p. 263.

16Cette petite révolution portait à la Ligue un coup grave. Lyon se trouvait, par la violence faite à Nemours, aux prises avec ses troupes, c’est-à-dire les seules troupes ligueuses de la région, et risquait fort d’avoir à appeler à l’aide celles du roi. C’est ce qui devait en effet se produire. Aussi l’insurrection des Lyonnais contre leur gouverneur est elle, à juste titre, considérée comme la préparation directe de la Réduction, au mois de février suivant. Objectivement, la chose ne fait pas de doute. Mais subjectivement ? Les notables, en emprisonnant leur gouverneur, eurent-ils l’intention et la conscience de préparer leur retour à Henri IV ? Rien, dans les récits officiels de ces quatre journées ne permet de l’avancer. Il y avait à Lyon à ce moment, et même avant, des esprits favorables au roi, ne serait-ce que ce dominicain florentin, le père séraphin Barchi, qui de Lyon prévint à temps Henri IV des intentions meurtrières de Barrière, en août 159323. Prat signale une perquisition qui aurait été faite au collège des jésuites à ce moment, ainsi qu’une hostilité violente des bourgeois contre eux24 ; Fouqueray note seulement des outrages contre le collège et une menace d’envahissement par la foule25. De ce fait isolé, la conclusion est difficile à tirer.

  • 26 Voir une lettre très amicale écrite par Lucrèce d’Este à la duchesse de Nemours, de Ferrare, le 21 (...)
  • 27 Bibl. nat. France, Italien 1742.
  • 28 Ne serait-il pas possible de tenter, dans cet esprit également, une explication des manifestations (...)

17Mais quand il s’agit de Nemours, nous ne devrions pas oublier qu’il était de la famille de Savoie ; et l’on sait les ambitions de cette maison sur le Sud-Est de la France pendant tout le xvie siècle, et au-delà. Nous ne devons pas oublier que sa mère, Anne d’Este, était restée en relation avec sa famille italienne26. Nous ne devons pas oublier ses ambitions personnelles, que décrit abondamment Mariéjol, dans son ouvrage posthume, et que voyaient fort bien les contemporains27. Nous ne devons pas oublier enfin que nous sommes au moment où le sentiment national repousse la tutelle de Philippe II. Levant l’éventualité d’un roi espagnol, les États de la Ligue ont préféré négocier aux conférences de Suresnes, puis mourir. Vue sous cet angle, l’insurrection lyonnaise ne peut-elle pas être considérée comme une réaction française28 ? C’est toujours ainsi que l’ont présentée les Lyonnais, même royalistes, même après la réduction.

18Un examen de la conduite du consulat dans les semaines qui suivirent confirme cette hypothèse : le cœur des habitants restait attaché à la Ligue.

  • 29 En admettant qu’elle soit partie de Lyon le 20 septembre, cela lui ferait trois jours seulement po (...)

19Celle-ci pourtant, dans toute la France, s’émut en recevant la nouvelle. D’après Pierre de L’Estoile, elle arriva à Paris le 23 septembre29 :

  • 30 Pierre de LEstoile, Mémoires-journaux, op. cit., t. VI, p. 92.

Desquelles nouvelles le duc de Mayenne fait fort l’estonné ; Madame de Nemoux en pleure a bon escient ; les politiques en rient ; le Roy s’en resjouit et chacun se mesle de discourir ce stratagème, selon sa passion, encore qu’il n’y entende rien. […] Le samedi 25, les nouvelles de ce grand et nouveau remuement espandues partout et portées par toutes les villes de la France, mesmes ce jour a Orléans, ou j’estois, estonnent fort les gouverneurs.30 

  • 31 Arch. mun. Lyon, AA 28, n° 72, le 28 septembre 1593.
  • 32 Arch. mun. Lyon, AA 34, n° 75, le 29 septembre 1593.
  • 33 Arch. mun. Lyon, AA 42, fol. 94, 1er octobre. On notera cette déclaration comme une preuve supplém (...)

20Celui du Puy, d’Hautefort, se contenta de réclamer aux Lyonnais la libération du sieur de Montréal, emprisonné à la suite du duc31, tandis que Mayenne exprimait doucement sa tristesse32. Ce n’est que plus tard qu’arrivèrent les désaveux les plus nets : Saint-Jullien, gouverneur ligueur de Crémieu en Dauphiné, avouait ne pouvoir « dissimuler que je ne pourte très grand desplaisir de ce quy est survenu dans vostre ville a l’endroinct du prince. » Cependant, dévoué à Mayenne et à « la quonservasion de vostre frontière », il déclarait rester fidèle serviteur de la ville33. L’échevinage parisien fut plus net et plus vigoureux ; se rappelant les services rendus par le duc pendant le siège, il s’indignait du traitement subi par son protecteur et demandait sa libération ; il ajoutait curieusement :

  • 34 Arch. nat. France, H 1790, fol. 435. Lettre datée du 10 octobre 1593 ; publié dans François Bonard (...)

Il ne nous fault pas, Messieurs, s’il vous plaist, maintenant, desunir les ungs d’avec les aultres, ny périr au port après une si longue et périlleuse navigation estant prez de descouvrir une terre ferme et ung port de salut...34

  • 35 Arch. mun. Lyon, AA 30, n° 109.
  • 36 Antoine Péricaud, Notes et documents…, op. cit, à sa date.

21À Rome aussi l’émotion fut grande : le 16 octobre, de Dyou, ambassadeur de la Sainte-Union, exprimait ses craintes quant aux résultats possibles des événements de septembre35, suivi le 8 novembre par le pape lui-même : Clément VIII, répondant à la lettre du 14 octobre où le consulat lui annonçait l’insurrection, montrait le danger qu’elle faisait courir à la Ligue et à la religion catholique36.

22Des grands princes, chefs de la Ligue, rien de semblable.

  • 37 Antoine Péricaud, Notes et documents…, op. cit, à sa date.
  • 38 Chevrières, l’un des plus riches barons du Forez [Léo Chevalier, La situation économique de la nob (...)
  • 39 Saint-Genis-Laval, Condrieu, Vienne, Villefranche, Trévoux, et même Orléans, Bourges, Le Puy et Ri (...)
  • 40 Ces lettres se trouvent toutes dans : arch. mun. Lyon, AA 111, ff.17v sq.
  • 41 Ibid., fol. 22.
  • 42 Arch. mun. Lyon, BB 130, fol. 109. C’était Serracin. Il partit le premier octobre seulement, en pl (...)

23Cette réaction, les échevins l’attendaient. Aussi se firent-ils humbles et plaintifs quand ils eurent à avertir leurs amis de ce qui s’était passé. Leurs lettres d’information, leurs demandes de secours, s’adressèrent tout d’abord uniquement à des ligueurs. Les archives municipales de Lyon conservent sous la cote AA 111 le registre de la correspondance envoyée pendant cette période. Du 20 septembre au 5 octobre, il ne contient pas moins de soixante-six lettres ; huit seulement sont destinées à un royaliste, le colonel d’Ornano, lieutenant-général du roi en Dauphiné, et Guillaume de Gadagne sénéchal de Lyon et ce ne sont pas les premières en date. Dès le moment où le duc de Nemours fut gardé à vue chez lui, le 20 septembre, le consulat, nous l’avons dit, se rendit compte que l’essentiel était terminé. Il en saisit aussi la gravité et tout de suite se justifia d’une accusation possible de trahison à la Ligue, expliquant l’ambition démesurée de Nemours, et demandant de l’aide. Ce désir de justification se retrouve dans toutes les lettres émanées de lui pendant cette période. Dès le 20 septembre, il prévint le pape, Mayenne37 et quatre seigneurs ligueurs de la région (dont l’attachement à la Ligue se faisait, à ce moment déjà, douteux il est vrai) : Jacques Mitte, comte de Miolans, seigneur de Chevrières et de Saint-Chamond, Chalmazel de la Pye, d’Alton de Saint-Forgeux, et La Liègue38 ; le lendemain, c’était Nagu-Varennes, gouverneur ligueur de Mâcon, de Dion, le duc de Savoie ; puis vint le tour des corps de ville voisins39, des suisses catholiques40. On le voit, cette conduite était celle de ligueurs orthodoxes. Le 21 septembre même, pour montrer sa bonne volonté, il éprouvait le besoin d’annoncer au Général des jésuites qu’il avait obtenu en faveur du collège de la Trinité la résignation du prieuré de Saint-Irénée, que le pape avait accordé audit collège41. Le 27 septembre, il ne manquait pas, pour la reprise des États de la Ligue, d’envoyer un représentant à Paris42. Il avait la mission spéciale de prendre contact avec Mayenne et de lui demander à nouveau une aide rapide. La situation de la ville s’aggravait déjà.

  • 43 Publié dans le Discours sur la prinse des armes... ; Antoine Péricaud, Notes et documents…, op. ci (...)
  • 44 Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 27v.
  • 45 Arch. mun. Lyon, AA 38, n° 158, 22 septembre 1593.
  • 46 Arch. mun. Lyon AA 111, fol. 38.
  • 47 Antoine Péricaud, Notes et documents…, op. cit, à sa date.

24Quand, le 23 septembre, l’échevinage déclara solennellement à Nemours que jamais plus Lyon ne l’accepterait ni reconnaîtrait comme gouverneur43, il pouvait dire de Saint-Sorlin qu’il l’englobait dans le même reniement « seulement pour la proximité qui est entre vous et luy : car jusques a ceste heure nous n’avons aucune, occasion de nous douloir de luy. » Aussi, le lendemain 2444, pouvait-il décliner poliment le secours que venait de lui offrir Ornano « sans dessein ny ambition de me prévalloir de vostre division »45. Mais Saint-Sorlin réagit. Ce jeune gentilhomme, vaniteux et irréfléchi, entra en rage à la pensée que son frère, qu’il aimait certainement, était humilié, mais aussi qu’il se voyait frustré de l’espoir de pouvoir obtenir un jour la charge de gouverneur, cette charge dont il avait souvent exercé les fonctions en l’absence de Nemours et qu’il pensait devoir lui revenir à la disparition du titulaire. Il déchaîna ses troupes qui commirent dans la campagne lyonnaise les plus affreux excès. Le consulat lui demanda le 28 septembre, dans une lettre dont le ton ferme et digne le toucha sans doute peu, de cesser ses ravages, sinon « nous prévoyons qu’il nous seroit impossible d’éviter quelque grand inconvénient, duquel vous, Monseigneur, et nous aurions regret par apres... »46. Il répliqua par une lettre violente et grandiloquente, le 30 septembre47 :

J’atteste le Dieu tout puissant, vray scrutateur de nos coeurs et clairvoyant aux plus secretes pensées des hommes si, après son divin service, j’ay rien eu tant en recommandation que la manutention de la justice et conservation de vostre auctorité [...] Et aujourd’huy, sans que aucun de vous se peüst plaindre de moy, en mon absence [...] le payer d’une si pauvre recompense et m’outrer de juste douleur, retenant en une estroite prison la plus chere personne que j’aye au monde ! et encores, non contens de ça, [...], me déclarer incapable et indigne de vous pouvoir jamais servir ! C’est trop d’outrage, Messieurs, pour incliner et ployer un courage tel que le mien a la douceur.

25Il demandait en plus de punir les coupables.

  • 48 Arch. mun. Lyon, BB 130, fol. 112v.
  • 49 Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 41.
  • 50 Bibl nat. France, Dupuy 62, fol. 38.
  • 51 Ibid., fol.37.
  • 52 Arch. mun. Lyon, AA 31, n° 63, le 27 septembre.

26C’était la rupture ; la ville allait avoir besoin de secours. Ses murailles, certes, la protégeaient, mais laisser ravager plus longtemps le plat pays était impossible. Le consulat riposta à son tour : le jour même il demanda de nouveau, à l’archevêque de prendre le gouvernement de la ville « jusques a ce que Mgr de Mayenne y ayt pourveu […] et, pour l’assister de conseils, de choisir dans tous ordres et estats tels personnages qu’il jugera capables »48. Il répondit à Ornano que, la situation ayant changé, il acceptait maintenant ses services : « nous vous prions de faire acheminer voz forces droict en ceste ville, le plus promptement qu’Il vous sera possible »49. Il acceptait50 ainsi que d’Épinac51, l’aide que lui avait offert Gadagne trois jours avant52. L’archevêque rappelait que « nostre intention, Monsieur, est de nous maintenir soubz l’obéissance du party de l’union », mais il ajoutait : « nous voulons plustost mourir que d’estre démembré de l’estat et couronne de France. Nous voulons que celluy qui sera roy de France le soit aussi de nous, et non poinct ung particuiller. » Était-ce une annonce discrète d’un ralliement possible au roi de Navarre ? Non. C’était l’affirmation que l’insurrection ne voulait avoir d’autre portée que de maintenir la ville française, sans quitter la Ligue.

  • 53 Arch. mun. Lyon, AA 111, fol.41v.
  • 54 Ibid., fol.42v.
  • 55 Antoine Péricaud, Notes et documents…, op. cit, à sa date.

27La lutte s’organisa : dès le lendemain 1er octobre, la libération de Montréal était refusée au gouverneur du Puy53. Le 2 octobre, tout en lui prodiguant de bonnes paroles, le consulat refusait à Saint-Sorlin de le reconnaître jamais comme gouverneur54. Au baron de Pierre, envoyé par le duc de Savoie pour limiter les conséquences du soulèvement, et qui essayait de l’apaiser en faveur de Nemours, il opposait un refus catégorique et faisait claire allusion à son désir d’appeler Ornano, tout en restant bien entendu (c’était un véritable refrain), fidèle à la sainte-Union55. Il faisait en même-temps crier à son de trompe :

  • 56 Notes inédites relatives à lhistoire de Lyon, in Archives historiques et statistiques du départem (...)

Que tous les habitans qui estoient avec le Marquis de Sainct Sorlin eussent a se retirer en lad. ville dans trois jours, a peine de punition corporelle, confiscation de leurs biens, et leurs femmes et leurs enfans mis hors de ladicte ville.56

  • 57 Antoine Péricaud, Notes et documents…, op. cit, à sa date.
  • 58 Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 43. Ces forces comprenaient 600 maîtres à cheval, 1 000 arquebusiers (...)

28Le lendemain, un autre avis interdisait de reconnaître comme gouverneur Nemours ou Saint-Sorlin ; en attendant celui que désignerait Mayenne, il fallait s’adresser à l’archevêque57. Le 2 octobre encore le consulat avait renouvelé à Ornano son appel au secours et précisé son invitation à faire pénétrer dans la ville ses troupes58

lesquelles nous vous prions de haster le plus qu’il vous sera possible et, pour plus commodément passer la riviere, les faire acheminer a la Guillotiere pour passer l’un après l’aultre sur nostre pont. Elles n’y sçauroient estre sitost que l’on desire [...].

  • 59 Ibid., fol. 44v. Lettre au prince de Mayenne, fils du duc.
  • 60 Le 4 octobre, Ornano prévient le consulat qu’elles sont prêtes à traverser Lyon. Il offre des otag (...)
  • 61 Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 60. Il s’agissait de 250 chevaux.
  • 62 Arch. mun. Lyon, AA 38, n° 153.
  • 63 Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 45.
  • 64 Jean-Hippolyte Mariéjol, Charles-Emmanuel..., op. cit., p. 199.
  • 65 Arch. mun. Lyon, AA 36, n° 157.
  • 66 Arch. mun. Lyon, AA 111, ff. 47v-48. Le même jour, 9 octobre, lettre amicale du consulat à Saint-S (...)

29L’importance de cette offre est évidente : cette entrée dans la ville des troupes royales, qui devait se réaliser quatre mois après, à la Réduction, c’étaient des ligueurs qui la proposaient à Ornano et qui pensaient, ce faisant, pouvoir le rester. Ils se sentaient malgré tout gênés de cette aide ; s’ils s’y résolvaient, c’était bien à contre-cœur. Dès le 4 octobre, le consulat éprouva le besoin de se justifier aux yeux de Mayenne : les atrocités commises par les soldats de Saint-Sorlin le contraignaient, devant le silence du lieutenant-général du royaume, « de chercher protection ailleurs »59. L’allusion était discrète, mais claire. Il affirmait une fois de plus sa fidélité à la Ligue et à son chef, réclamant un secours rapide. À ce moment, une issue s’ouvrit devant lui. Les troupes que d’Ornano se dépêchait de faire venir sur Lyon60 inquiétèrent sûrement Saint-Sorlin. Pour écarter le danger, il lui fallait ruiner la confiance du colonel en la bonne foi des Lyonnais ; pour cela, engager, avec ou sans volonté de les mener à bien, des pourparlers de paix avec Lyon, et le faire savoir en Dauphiné ; il fallait aussi répandre la nouvelle que le vicomte de Tavannes amenait des forces de Bourgogne61. C’est ce qu’il fit. Le 5 octobre, Ornano envoya au consulat une lettre nerveuse où il demandait ce que signifiait ces bruits62. Les échevins protestèrent vertueusement de leur innocence en renouvelant leur appel au secours63. Il s’agissait pour eux d’obtenir d’Ornano qu’il amenât ses troupes plus près encore, pour intimider davantage Saint-Sorlin et le forcer à plus de facilité dans les négociations. Mariéjol parle même d’un traité qui aurait été conclu entre le marquis et Lyon, ce même 5 octobre64. Dans tous les cas, il semble qu’Ornano, pas plus aveugle qu’un autre et peu soucieux de se faire utiliser sans profit, ait ralenti sa marche. Le 8 octobre il députa au consulat le sieur de Sabran pour savoir où l’on en était65. Le lendemain les échevins durent avouer les négociations, tout en redemandant du secours devant la mauvaise foi de Saint-Sorlin66.

  • 67 Le 5 octobre, ils félicitent le capitaine La Verdière, commandant le château de Saint-Cyr, de se m (...)
  • 68 Le 7 octobre il laisse à Mayenne le soin de pourvoir Nicolas Rolichon de la charge de maître des p (...)
  • 69 Le 11 octobre il écrit à Serracin qu’il vient de remplacer Pierre Perret, inapte et « tenant party (...)
  • 70 Antoine Péricaud, Notes et documents…, op. cit, Octobre 1593.
  • 71 Arch. mun. Lyon, AA 111, ff. 49v-50.
  • 72 Ce « Conseil », ou « Conseil d’Estat » avait été établi par le consulat en mars 1589, tout de suit (...)
  • 73 Arch. mun. Lyon, BB 130, fol. 120v.
  • 74 Il s’intéressait fort à la ville et nourrissait à son sujet de secrètes ambitions. Nous aurons l’o (...)
  • 75 Le jour-même le consulat exhorta les « marchans bladiers » à reprendre leur trafic avec la Bourgog (...)
  • 76 Arch. mun. Lyon, AA 111, ff. 50v-51, 13 octobre.

30L’on pourrait croire que ces derniers eussent pu être tentés, de par la situation même, de jouer à la république indépendante : ils négociaient des trêves avec les chefs d’armées, l’effacement de l’archevêque les amenait à remplir un rôle de direction (on pourrait dire de gouvernement...) dans la région67. Mais la ville était matériellement incapable de soutenir une telle politique. Aussi le consulat restait-il étroitement attaché à Mayenne, lui réservant les droits de provision aux charges municipales qui dépendaient du roi68, mais n’hésitant pas à priver de ces charges des non-ligueurs69. Il reçut donc très bien le personnage que leur envoya Mayenne, Champvallon, payant naturellement sa dépense au logis du Lion d’or, lui faisant cadeau d’un cheval de 400 écus, et l’accompagnant à son départ jusqu’à Chalon, avec onze chevaux70. Mayenne connaissait maintenant la situation ; il ne pouvait ni se rendre lui-même à Lyon, ni envoyer des troupes. Mais laisser la ville livrée à elle-même, c’était, par la force des choses, la livrer à Ornano et au roi : Champvallon avait donc mission de négocier une trêve. Dès son arrivée, il se mit en rapport avec Nemours, Saint-Sorlin et le baron de Pierre ; le consulat, avec satisfaction en avertit Ornano le 12 octobre71. Le lendemain 13 la trêve était signée. « Moyennée » par de Pierre, Tavannes et Champvallon, elle était accordée par Saint-Sorlin, et « approuvée » par le « Conseil »72, l’archevêque, Nemours et le Consulat73 ; Chevrières en avait été l’un des principaux artisans74. Elle devait durer deux mois. Mais la confiance ne revenait pas pour autant, la population étant blasée sur la façon dont se respectaient les trêves75. Le consulat lui-même, rendant compte des événements à Mayenne, disait simplement que « M. de Champ vallon a apporté quelque peu de réfrigération a la vehemence de l’ardeur des intéressez. » Comment pouvait-il avoir confiance quand il ajoutait : « laquelle suspension a été obtenue avec une très grande difficulté et soubz protestation faicte par son Excellence qu’estant mise en liberté elle courra la fortune du Roy de Navarre. »76 Dès ce moment Nemours songeait en effet, pour conserver son gouvernement, à négocier avec Henri IV. Rien n’était mieux fait pour maintenir le consulat et la ville dans le parti de la Ligue.

  • 77 Permission de sortir de la ville des chevaux de remonte pour l’armée d’Ornano, 13 octobre [ibid., (...)
  • 78 Ibid., fol. 51v. Cf. Annexe 1, n° 1. Le désir des Lyonnais d’avoir un intendant n’était pas nouvea (...)

31Aussi les échevins se raccrochaient-ils à elle, malgré quelques gentillesses faites aux royalistes77 : le 13 octobre, dans leur lettre à Mayenne et dans une autre envoyée à Serracin, ils réclamaient la venue du prince, accompagné d’un « intendant en la Justice »78. Notons ce désir, nous le retrouverons
exprimé jusqu’à la venue dans la ville des Grands Jours, et au-delà. Notons-le en passant comme une preuve supplémentaire que le consulat ne recherchait pas l’indépendance et l’isolement, mais qu’il désirait au contraire l’appui du pouvoir central contre les officiers du roi ; sur un plan plus général, comme un signe que l’institution des intendants se popularisait, que le public la connaissait, la désirait.

  • 79 Fortuné Rolle, « Fragments du Journal de Ponson Bernard », Revue du Lyonnais, 1865, 2e série, t. X (...)
  • 80 Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 60, 17 octobre ; fol. 62, 21 octobre ; fol. 73, 10 novembre ; fol. 8 (...)
  • 81 Ibid., fol. 72, 10 novembre ; fol. 88, 6 décembre ; fol. 108, 9 décembre.
  • 82 Ibid., fol. 80v, 17 novembre.
  • 83 Arch. mun. Lyon, BB 130, fol. 126v : du gibier, pour 78 éc. 20s.
  • 84 Arch. mun. Lyon AA 111, fol.72 et 88 : le 10 novembre.

32Le consulat n’était pas tranquille. Tant que Mayenne ne serait pas à Lyon, les négociations, ou plutôt les bonnes relations ne pourraient cesser avec les royalistes. Le 15 octobre, l’un des échevins, Ponson Bernard (un ferme ligueur, notons-le) fut envoyé à Heyrieux où se trouvait alors Ornano79 ; il devait lui offrir de la part du consulat quatre mille écus en dédommagement des frais qu’il avait engagés pour lever les troupes destinées à secourir la ville, et lui demander de rester en bonnes relations avec elle. Ornano, grand seigneur, refusa l’argent, mais obtint que ses domestiques auraient le droit d’aller à Lyon faire des achats ce qui, remarque son secrétaire, « facilita beaucoup ce qu’il négociât avec les serviteurs du roi. » Les bonnes relations continuèrent pendant les mois qui suivirent : lettres à Ornano80, Gadagne81, à Chevrières82 multipliaient les bonnes paroles. On faisait à Ornano de petits cadeaux83 pendant que l’on obtenait de Saint-Sorlin une prolongation de la trêve pour le mois de décembre84 ce qui, bien sûr, ne l’empêchait pas de ravager la campagne.

  • 85 Ibid., fol. 60v : Lettres à Serracin : 19 octobre ; fol. 70, 6 novembre ; fol. 78v, 16 novembre ; (...)
  • 86 Arch. mun Lyon AA 111, fol. 61, 19 octobre ; fol. 65v, 28 octobre ; fol. 73, 10 novembre ; fol. 78 (...)
  • 87 Arch. mun. Lyon, BB 130, fol. 163v.
  • 88 Bibl. nat. France, Fr. 3967, fol. 113, le 23 novembre.
  • 89 Arch. mun. Lyon, AA 21, fol. 3, lettre du roi au consulat, 28 septembre ; Bibl. nat. France, Fr. 3 (...)
  • 90 Arch. mun. Lyon, BB 130, fol. 127 ; copie : Bibl. nat. France Fr. 3960, fol. 134v.

33Cependant, dans leurs relations avec les royalistes, les échevins continuaient à se proclamer ligueurs. Les lettres à Ornano sont pleines de ces déclarations auxquelles la personnalité du destinataire confère une grande valeur de sincérité. Ils multipliaient les protestations de fidélité à la Ligue et les appels au secours85. Surtout ils relançaient Mayenne et lui réclamaient sa venue à cor et à cri86. Ces prières, d’ailleurs, n’étaient pas du verbiage : le 11 décembre, de Couvet, l’un des échevins, avançait quatre mille écus qui furent envoyés à Paris pour aider Mayenne à venir87. Le consulat, en même temps, mettait le prince au courant de ses relations avec Ornano. C’est en vertu de ses lettres que la trêve était prolongée ; on acceptait les conclusions d’un traité, négocié entre ses émissaires et ceux du duc de Savoie, qui maintenait Lyon sous l’autorité de la Ligue88. La ville restait en contact avec les ligueurs de la région, comme nous avons pu le voir. Le 20 octobre, Jacques de La Fin, envoyé par Henri IV pour sonder les intentions de la ville et, l’inviter à le reconnaître89 recevait la réponse du consulat90 : fort poli, parlant même de « Sa Majesté », celui-ci refusait de se séparer de la Ligue, et présentait l’insurrection contre Nemours comme un simple refus de se laisser arracher à « l’Estat royal et Corone de France ».

  • 91 Arch. mun. Lyon, BB 130, fol. 154 et fol. 156v.
  • 92 Il fut remplacé le 7 décembre par Guillaume de Villars, avocat d’un des plus ardents ligueurs de l (...)
  • 93 Ibid., fol. 155.
  • 94 Arch. dép. Rhône, C 530, fol. 2v. Ce remplaçant, André Corneille, fut pourvu par lettres patentes (...)
  • 95 Arch. mun. Lyon, BB 130, fol. 161.
  • 96 Arch. mun. Lyon, BB 130, fol. 165.
  • 97 Arch. mun. Lyon, BB 130, ff. 165v-166 ; ces commis étaient les « commis a avoir l’oeil a ceux qui (...)

34Vers la fin de novembre et au début de décembre, il semble que l’on puisse discerner un certain raidissement dans cette attitude. Le 26 novembre, malgré leur respect pour Mayenne et son ordre exprès, les consuls refusèrent de libérer Montespan ; il fallut une deuxième lettre du duc pour les y décider, le 2991. Le 26 encore, en même temps qu’elle destituait le procureur général de la ville92, une assemblée de notables décidait de démettre de ses fonctions et de chasser de la ville tout habitant exerçant une charge publique et reconnu favorable à Nemours93. Le consulat pouvait donc compter sur l’appui des notables. Le 1er décembre, le bureau des finances demandait à Mayenne de nommer un remplaçant à Jean Sève, receveur général, absent de Lyon et hostile « a ladicte union des Catholicques. »94 Le 7 décembre, Ruzinant, ancien trésorier de Nemours, était chassé de la ville avec son fils95. Le 14, on renouvelait aux penons l’ordre de surveiller le bon fonctionnement de la garde de la ville par les bourgeois et de rester fidèles à la Ligue96; les personnes présentes à Lyon en vertu d’un sauf-conduit devaient s’en aller, même si le délai autorisé n’était pas expiré. Le 15, l’archevêque, s’éveillant de sa torpeur, enjoignit dans une ordonnance (il faisait acte de gouverneur) aux chefs de maisons d’aller à la garde ; il défendait aux hôteliers de recevoir des voyageurs non munis des « tillets » délivrés par les commis des portes, ordonnait aux vagabonds de quitter la ville et renouvelait la défense de prendre les armes sans autorisation97.

  • 98 Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 62v. Lettre du consulat à Ornano.
  • 99 Arch. mun. Lyon, BB 130, fol. 133.
  • 100 Bibl. nat. France, Italien 1742, fol. 86 : Dépêche de Mocenigo, 6 novembre.
  • 101 Arch. mun. Lyon, AA 30, n° 110, lettre du 23 novembre.

35Ce durcissement peut s’expliquer. L’on se souvient de la phrase de Canault, le secrétaire d’Ornano : parlant des domestiques du colonel qui pouvaient depuis le 15 octobre aller faire leurs achats en ville, il ajoutait « qui facilita beaucoup ce qu’il négociât avec les serviteurs du roy. » Les dirigeants de la ville avaient à compter avec des éléments royalistes. De quelle force ? Rien ne permet de s’en faire une idée précise. Mais, dès le 21 octobre, un soldat d’Ornano pouvait se promener seul dans les rues de la ville sans cacher son écharpe blanche. Il ne fut arrêté et n’ôta son insigne que sous les menaces d’un noble ligueur, Platet baron de Vaulx98. Le consulat, rapportant l’affaire à Ornano, ajoute bien qu’il « scandalizoit le peuple ». Mais nous ne savons dans quel quartier se passait l’affaire, s’il avait eu le temps de parcourir beaucoup de chemin depuis la porte du pont du Rhône (par laquelle il était sûrement entré), qui était ce peuple (certainement pas des ligueurs fanatiques...). De toutes façons le consulat s’inquiétait. Il était royaliste encore, ce Marino D’Elbene, que l’on priait de quitter la ville dans les vingt-quatre heures, le 27 octobre99 ; et lui parti, il en restait d’autres... Les événements extérieurs n’engendraient pas non plus l’optimisme : le consulat connaissait certainement les coups de sonde que lançait Saint-Sorlin pour savoir les conditions d’un ralliement à Henri IV100. Il apprit de Dion lui-même que le pape venait de recevoir le duc de Nevers101. C’est tout cela qui incita les milieux dirigeants de la Ligue à faire ce petit coup d’État que fut le maintien en charge des échevins sortants.

36L’on sait que, d’après les statuts de la municipalité lyonnaise, le consulat se composait de douze échevins, renouvelés tous les deux ans par moitié. Chacun restait donc deux ans en fonction. Chaque année à la saint Thomas, le 21 décembre, les six nouveaux consuls étaient élus par les maîtres des métiers de l’année commençante désignés quelques jours avant par le consulat sortant.

37La date des élections approchait. Mayenne s’en préoccupait ; nous ne possédons plus la lettre qu’il envoya à ce propos, mais le 12 décembre le consulat lui répondit :

  • 102 Arch. mun. Lyon, AA. 111, fol. 92v.

Nous avons receu celles desquelles il a pleu a vostre Excellence de nous honnorer, concernant la prochaine eslection de ceux qui doivent entrer en noz charge, audienses pour l’année prochaine. À quoy nous nous disposerons de pourveoir le mieux qu’il nous sera possible, laissant toutesfoys les suffraiges du peuples libres, a l’accoustumée, pour éviter tout mescontentement qui pourroit engendrer quelque nouveau trouble.102

  • 103 Arch. mun. Lyon, BB. 130, fol. 168.
  • 104 Arch. mun. Lyon, BB 130, ff. 171v-172 ; Ponson Bernard, Fragments du Journal…, op. cit., p. 437.

38Ne sachant ce que demandait Mayenne, il est difficile d’interpréter ce passage : souci traditionnel de ne pas laisser toucher aux « privilèges et libertés » de la ville, intention d’influencer les élections sans toucher aux apparences, ou au contraire de ne pas les influencer ? Toujours est-il que le 16, parmi les nouveaux maîtres des métiers, les consuls désignèrent plusieurs ligueurs notables : les deux échevins Gella et Noyrat, François de Roddes, les libraires Pillehotte et Tantillon103. Le 18, la veille des élections, les magistrats du siège présidial vinrent à l’hôtel de ville et, « par la voix de Monsieur Claude de Tourvéon », lieutenant général criminel, exposèrent au consulat les « brigues et factions » qui « se brassoient » en la ville à cette occasion ; ils demandèrent que les échevins sortants soient maintenus en charge104. C’était illégal, mais on avait déjà vu la chose se produire deux ans de suite en 1589 et 1590, pour des raisons de sécurité politique. Cette démarche donna lieu aux divisions politiques du consulat de se manifester pour la première fois (dans les documents tout au moins). Sept échevins – Gella, Thierry, Regnauld, Bernard, Noyrat, de Berny, Colhabaud – tous, sauf le dernier, ligueurs notoires,

ont requis qu’il fust advisé par opinion et a la pluralité des voix si l’on procéderoit a la continuation ou non, ce que les Srs Jacquet, Vize, Valentin, de Couvet ont empesché, disans que [...] ce seroit contre et au préjudice des anciens statutz de la ville. 

  • 105 Le sixième à sortir de charge était de Rubys qui ne comptait plus comme échevin depuis le 18 septe (...)

39Sur quoi en fait s’opposaient-ils ? Sur une question de droit vraiment ? Ou d’intérêt personnel (l’on sait que l’échevinage était une lourde charge) ? Comment expliquer alors que Jacquet et de Couvet, qui devaient sortir de fonction, s’opposassent à Gella, Regnauld et Bernard105 qui se trouvaient dans le même cas ? L’explication est politique : à part Colhabaud, les premiers, partisans de la continuation étaient ligueurs (ils devaient être chassés de la ville à la Réduction), les autres non. Or ces derniers étaient en minorité ; la continuation de l’échevinage signifiait donc la continuation de la politique ligueuse. C’est ce que voyaient parfaitement les premiers quand ils protestèrent « contre lesd. Jacquet, Vize, Valentin et leur postérité, de tous les dommages et interets que la ville pourrait encourir et souffrir, que Dieu ne veuille, a faulte de lad. continuation [...]. »

40Ils s’accordèrent donc sur les noms à proposer aux maîtres des métiers le lendemain. Bernard, dans son journal, nous en a conservé la liste : de Sarrasin, Du Troncy, Du Coing, François Benoist Pelletier, François Bernard. Chose curieuse, elle ne contient qu’un seul ligueur, Du Troncy. Sans doute les consuls ligueurs, dans leur dépit, s’étaient-ils laissés entraîner à accepter ces modérés.

  • 106 Les élections se tenaient le dimanche le plus rapproché de la saint Thomas.
  • 107 Arch. mun Lyon, BB 130, ff. 172v-173v : harangue de Guillaume de Villars.

41Le lendemain 19 décembre106 les maîtres des métiers s’assemblèrent ; les consuls présentèrent leurs candidats. Ils avaient pourtant été requis par Épinac, lui aussi, d’accepter la prolongation de leur charge107. On peut penser que l’opinion de l’assemblée avait été « travaillée » au préalable. Si cela n’avait pas suffi, le nouveau procureur de la ville, de Villars, prononçant cette année-là le discours d’usage, se chargea de convaincre les hésitants. Toutes les traditions du royaume et de la ville

deffendent qu’aulcun heretique, fils d’heretique ou suspect et favorisant l’heretique ne soit nommé. Nous avons encores les epaules froissées, mâchées et courbes de la pesanteur de leur joug et domination furieuse de 1562 et 1563 et ne nous en pouvons relever droictz. Nous avons encores les dents agacées de l’aigreur et de l’amertume du fiel de leur rage et de leurs traitemens envers les bons citoyens. Ce seroit n’avoir poinct de coeur que de tomber soubs leur domination. Aceste occasion l’asseurance que l’on a des cinq eschevins qui sont pour sortir de charge, joincte a la nécessité des affaires de la ville, [...] doibt faire bander ung chacun a la continuation.

42L’échevinage de Paris en avait donné l’exemple, l’archevêque l’avait demandé, les magistrats du présidial également ; il fallait que les consuls sortants comprissent leur devoir, qu’ils sacrifiassent leurs intérêts privés au bien public. Le vote fut emporté. Considérant que les échevins sortants

  • 108 Arch. mun. Lyon, BB 131, ff. 2v-4.

sont très affectionnez, et bien zélés au party de la saincte Union des Catholiques, et parce que aussy que malaysement pourroyt on trouver aultres dignes et capables de la charge qui la voulsissent accepter, y estans esleuz et appeliez pour entrer en obligation et descharger ceux qui en sortiront des grands sommes qui pendant leur eschevinage ilz ont prinses et tiennent encores a change pour les affaires de lad. ville et communauté […].108

43L’assemblée les confirmait dans leurs charges pour un an, sans écouter les protestations de Jacquet et de Gella qui trouvaient trop lourd le fardeau.

44Le lendemain, ajoute Ponson Bernard, l’archevêque demanda au consulat de remplacer de Rubys par Gaspard de Coing.

Ce que quelques ungs luy accorderent. Ce neantmoings fut dict que nous ferions assembler autrefois les maïtres des mestiers, ce qui fut faict a l’après disner, ledict lundi, sur quoy furent de mesme voix et accord qu’elle n’en vouloient poinct d’autre, et qu’ils ne vouloient rompre ce qu’ils avoient resolu le jour auparavant.

45Le consulat ne se composait plus que de onze échevins ; l’on n’en était plus à se choquer d’une irrégularité.

46La victoire du parti ligueur semblait certaine. Saurons nous pourtant jamais quels intérêts entrèrent en jeu, quelles intrigues se nouèrent autour de ces élections ! Pourquoi les maîtres des métiers refusèrent-ils d’élire Du Coing ? Pourquoi ne put-on trouver six bourgeois capables d’occuper un siège au consulat ? N’y avait-il donc plus de ligueurs dans Lyon ? ou plutôt le poids de la dette publique les effrayait-il ? C’est possible : on sait qu’il atteignait le chiffre énorme de six cent mille écus. Il faudrait donc penser que les notables susceptibles d’être élus laissèrent leurs compagnons malheureux se débattre avec la difficulté, peu soucieux d’endosser la responsabilité d’une telle somme ; considération en face de laquelle les convictions politiques auraient été de faible poids. Ce serait assez humain. L’on comprendrait ainsi le changement d’attitude de Gella, avant et après l’élection.

47Quoiqu’il en soit, la Ligue restant maîtresse du terrain, le consulat n’avait qu’à poursuivre sa politique.

  • 109 Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 100, 24 décembre ; fol. 104, 31 décembre.
  • 110 Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 96v, lettre au Cardinal Aldobrandini, 19 décembre.
  • 111 Ibid., fol. 97v, lettre à Ornano, 22 décembre. Il est curieux de noter à ce propos la défiance qu’ (...)
  • 112 Ibid., fol. 99, 24 décembre 1593.

48Les appels à Mayenne continuèrent donc109 tandis que de multiples façons se manifestait la fidélité des échevins à l’esprit ligueur. Le prieur de Saint-Irénée s’étant démis de son bénéfice en faveur des jésuites, le consulat demanda qu’il fût rattaché au collège, comme il était convenu110. Tout en laissant sortir du drap de soie pour l’usage personnel d’Ornano, il refusa d’autoriser l’achat de cuivre raffiné pour la monnaie de Grenoble, de peur, expliqua-t-il à Ornano, « que Monseigneur Desdiguieres qui commandement [sic] absoluement aud. Grenoble ne s’en saisisse pour en faire des pièces qui nous pourroient offenser ou ceulx de nostre party. »111 Il recommandait au gouverneur de Thizy de rester bon ligueur112.

49Mais le problème capital, qui se posait maintenant à lui était celui de la paix ou de la guerre. Malgré la trêve qui, on se le rappelle, était prolongée d’un mois, jusqu’au 13 janvier, les soldats de Saint-Sorlin continuaient leurs ravages. Que faire ? Renouveler la trêve à son expiration, ou, laissant tomber les négociations, reprendre les armes ? Accepter la guerre, c’était servir les intérêts du roi de Navarre : cela nécessitait de toute évidence l’intervention des troupes d’Ornano, leur entrée dans la ville. Qu’adviendrait-il après ? Nous le savons, et le consulat le craignait bien. De là ses réticences à accepter les offres du colonel, son empressement, en octobre, à conclure la trêve, son entêtement à la respecter, à la prolonger, malgré les violations éhontées du pacte par Saint-Sorlin, malgré aussi les conseils de rupture.

  • 113 Arch. mun. Lyon AA, 111, fol. 99.
  • 114 Ibid., fol. 102.
  • 115 Ibid., fol. 103, lettre du 29 décembre.
  • 116 Ibid., fol. 104, lettre du 31 décembre.
  • 117 Ibid., fol. 103, lettre à Ornano du 31 décembre.

50Ceux-ci en effet ne lui manquaient pas. Chevrières et la noblesse du gouvernement trouvaient sans doute le temps long et les profits maigres à rester dans leurs gentilhommières et s’étaient, nous le savons, pratiquement ralliés à Henri IV ; ils poussaient fort à la reprise de la guerre aux côtés d’Ornano. Le 22 décembre le consulat fit part à Chevrières de sa répugnance à rompre la trêve : « se servir sans grande urgence de celles [des troupes] de Monsr. le Colonnel, ce seroit apprester subiect a plusieurs personnes de l’interprester aultrement que nostre intention n’est […] »113. Le 26, il lui confiait son espoir de pouvoir se sortir d’affaire « sans y employer les forces qui pourraient apporter umbraige aux vrais catholicques. »114 Mais Chevrières, s’en souciant peu, se mit en rapport avec Ornano et lui proposa de faire campagne avec lui. Le colonel, à son tour, se tourna vers le consulat et l’engagea à le suivre. Les échevins, tenaces, répliquèrent en le priant « de nous conserver ceste bonne volonté pour quand une plus preignante occasion se présentera [...] »115 et en suppliant Chevrières de ne pas « vendre ou engager vostre liberté et la nostre a ceulx de contraire party, les y employans. »116 Dans la ville aussi on le sollicitait. Montconis, député par le « Conseil » pour traiter de la reddition des places de Polly et Donzy en Forez, prises par Saint-Sorlin pendant la trêve, avait fait à Ornano des ouvertures très nettes en faveur de la guerre. Le consulat se vit obligé de le désavouer formellement117. Le même jour il confiait ses inquiétudes à Serraci :

La resolution que, contre nostre volonté, Monsr de Chevrières et toute la noblesse de ceste province joincte avec luy ont prise de faire la guerre, et a ces fins d’appeller a leur secours Monsr le Colonnel Alphonse et le Sr de Chattes avec leurs forces qui sont presque toutes composées d’huguenotz. Comme aussi la plus part de la noblesse qui assiste led. de Chevrieres a tousjours tenu le party contraire a la Sainte Union, qui nous fait craindre que ce qui se trame ne soit a autres fins que pour se saisir du plat pays pour led. contraire party.

  • 118 Ibid., fol. 104v.

51Il concluait piteusement « Somme, les affaires de pardeça vont très mal. »118

  • 119 Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 106, lettre à Ornano et 106v, à Chevrières.

52Une prompte venue de Mayenne restait son seul, espoir. Cependant la fin de la trêve approchait. À ce moment, alors que l’on ne s’y attendait plus, Nemours fit brusquement preuve de bonne volonté : le 3 janvier, les échevins pouvaient prévenir Ornano et Chevrières qu’une trêve de cinq à six semaines était à nouveau conclue. Allard, conseiller au présidial était chargé de les avertir et de les empêcher de se mettre en campagne119.

  • 120 Sans doute le frère Anthoine Brandin, ce cordelier emprisonné pour la garde duquel le capitaine Du (...)
  • 121 Le capitaine Jehan Gerg de Castagnier, lieutenant dans la compagnie du capitaine Pfiffer, et garda (...)
  • 122 Ibid., fol. 206, mandement de 10 écus aux religieux de l’Observance pour avoir dit la messe tous l (...)

53Mais l’on dut bien vite déchanter. Nemours une fois de plus les avait bernés ; sa feinte bonne volonté n’avait d’autre but que de cacher des préparatifs d’évasion. Un cordelier de l’Observance120, profitant de ce que son couvent assurait la messe du prisonnier, avait tout préparé. Mais il se confia à un suisse qui le dénonça121. L’entreprise fut sans doute découverte le 6 janvier puisque c’est à cette date que les religieux cessèrent de dire la messe à Pierre-Scize122 (il est vrai que nul autre document n’en parle avant le 11 janvier, ce qui représenterait de la part du consulat un délai de plusieurs jours avant de réagir...).

  • 123 Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 109, lettre à Serracin d’un consul ou du secrétaire de la ville le 1 (...)

54Devant une telle mauvaise foi, malgré sa répugnance persistante à se lier avec des royalistes et des huguenots123, le consulat le 11 janvier dans une lettre à Chevrières, commença à transiger sur son refus de ne pas rompre la trêve :

  • 124 Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 108v.

Nous avons très agreable vostre négociation avec Monsieur le colonel Alphonse, et la sainte resolution que vous avez ensemblement prise, suyvant laquelle nous ne traicterons aucune treüve que nous n’ayons bonne asseurance de l’observation d’icelle, et que vous et tout le reste de la noblesse n’y ayt consenty, sçachant bien que vous ne prenez les armes que pour le bien et repos de ceste province, laquelle seroit grandement solaigée par une bonne et perdurable trefve.124

  • 125 Bibl. nat. France, Italiens 1742, fol. 116v, dépêche de Mocenigo, 12 janvier : « Il marchese di Sa (...)
  • 126 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 10.
  • 127 Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 111v, lettre à Ornano.
  • 128 Arch. mun. Lyon, BB 131, ff. 11v-12, compte-rendu de l’assemblée.

55Ce n’était pas encore la guerre ouverte, mais on la voyait venir. Le consulat sentait autour de lui bien des intrigues : Saint-Sorlin, Épinac peut-être, négociaient avec Henri IV125 ; le 13 janvier, « ung bon nombre des principaux bourgeois de la ville », sous la conduite de Montconis, exposait au consulat « la grande pratique et intelligence » que Nemours avait dans la ville et demandait d’intenter au cordelier responsable du complot un procès extraordinaire. Les échevins répondirent assez brièvement que le religieux était prisonnier « et qu’ilz sont les seuls poursuivans pour l’instruction et le jugement de sond. procès. »126 Démarche en apparence anodine, dans laquelle plusieurs de ceux qui la faisaient pouvaient peut-être ne rien voir de dangereux pour la Ligue ; mais guidée par Montconis ? De toute façon la logique des faits s’imposait : le 14, les échevins étaient « presque résolus d’accepter la guerre »127. Le « conseil » tenu auprès de l’archevêque décidait de convoquer une assemblée, le lendemain, pour savoir si la ville romprait ou non cette trêve128. La « pluspart » des personnes convoquées, nous dit le greffier, ne vint pas : désintérêt des questions politiques, désir de ne pas se compromettre ? Parmi les participants, cinq ligueurs notoires seulement : Austrein, Cazault, et les trois conseillers au présidial Dupré, de Bourg et Vaudel, sans compter les six échevins du même parti, les arguments s’échangèrent pour et contre la guerre. Contre : il fallait accepter l’aide de d’Ornano. Pour : si l’on signait la trêve, il faudrait trouver de grosses sommes pour satisfaire les exigences de Saint-Sorlin et de Nemours ; et cette trêve ne servirait qu’à laisser à ce dernier le temps de refaire ses forces et de se libérer. On ne pouvait compter, l’expérience était faite, sur sa parole. À l’unanimité moins six voix (cinq ligueurs sur onze avaient donc suivi les autres), l’assemblée se prononça pour la guerre.

  • 129 Arch. mun. Lyon, AA 111, ff. 112 et 112v.
  • 130 Ibid., fol. 113, fol. 117v et 118. Il renouvela son refus le 24 et le 25 janvier.
  • 131 Antoine Péricaud, Notes et documents…, op. cit, à sa date, le 22 janvier.
  • 132 Arch. dép. Rhône, C 530, fol. 10v. On se souvient que c’est le 5 janvier que fut reçu audit bureau (...)
  • 133 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 16.
  • 134 Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 116, 20 et 122, lettre à Allard, 24 janvier ; à La Fin, 27 janvier ; (...)
  • 135 Ibid., fol. 121v.

56Le lendemain le consulat apprenait la nouvelle à Ornano et Chevrières et demandait leur aide129. Mais il n’abandonnait pas pour autant ses convictions. Il refusait à Jacques de La Fin, émissaire du roi venu préparer la réduction, le droit de séjourner dans la ville, prétextant le mécontentement causé au peuple par l’alliance avec Ornano130. Le colonel lui ayant remis un projet « d’Articles » pour régler leur coopération, le consulat, défendant point par point sa position, refusait de reconnaître Henri IV comme « Majesté », exigeait des obligations réciproques entre les parties contractantes, refusait de prêter son artillerie contre les Viennois qu’il jugeait de son parti ; il lui accordait, non sans réticences, le passage de ses troupes à travers la ville en cas de besoin131. Il trouvait d’ailleurs, pour cette dernière résistance, des appuis chez les officiers royaux : le 19 janvier le bureau des finances refusa les droits de présence, à compter du 1er janvier, à ses membres qui seraient absents de la ville sans son autorisation (c’est à dire aux royalistes exilés)132. Le 24, quatre conseillers du présidial vinrent exposer au consulat les dangers des « menées et praticques » qui se faisaient en faveur du roi de Navarre ou de Nemours. Pour resserrer les liens entre le consulat et le peuple, ils proposèrent d’offrir le gouvernement à l’archevêque (une fois de plus) et de renouveler le serment de la Sainte-Union. « Desquelles remonstrances [...] lesd. Srs eschevins ont receu une joye indicible ». Ils prêtèrent tous le serment et s’en allèrent chez d’Épinac qui les félicita, mais réserva son acceptation jusqu’à l’arrivée de Mayenne...133 Le consulat aussitôt s’empressa d’affirmer à tout le monde sa volonté de rester ligueur134, et protesta auprès de La Fin le 27 janvier, contre les menaces contenues dans les instructions d’Henri IV. Le 28, il demanda au canton de Lucerne de le secourir en cas de besoin, c’est-à-dire si « le roy de Navarre nous veulle faire la guerre, comme il nous en a menacé par le Sr de La Fin, sy nous ne voulions le recognoistre pour roy ».135

  • 136 Bibl. nat. France, Clair 358, fol. 223, Pouvoir donné à La Fin et à Saint-André ; fol. 228, déchar (...)

57Il est vraisemblable que devant un tel entêtement, les royalistes déterminés résolurent de ne plus attendre davantage. Le passage à Lyon de La Fin leur donna occasion de se décider. Sa mission datait déjà un peu : c’est en effet du 8 décembre que sont signées les pièces s’y rapportant136. Il était accompagné de Prunier de Saint-André, président au Parlement de Grenoble, qui devait rester à Lyon après son départ pour la Provence. Ils avaient mission de traiter du ralliement de la ville au roi et emportaient, pour faciliter les choses, une décharge générale par laquelle le roi promettait de ne jamais revenir sur ce qui avait pu être commis dans la ville pendant la Ligue. Ils avaient également reçu des instructions fort détaillées au sujet de la désignation d’un gouverneur. Henri IV considérait comme acquise l’incapacité de Nemours à occuper la charge (à Lyon tout au moins). Il hésitait entre Épinac et Chevrières, tout en penchant beaucoup pour le second. La Fin, après avoir traversé l’Auvergne, devait donc aller le trouver chez lui et lui exposer franchement la situation : à qui fallait-il donner le gouvernement, à Épinac ou à lui, Chevrieres ? S’il était nécessaire, en raison des sentiments des Lyonnais (que l’on devait, après l’expérience de Nemours, ménager sur ce point), nommer l’archevêque, il aurait en compensation 50 000 écus, et le commandement des armées dans l’étendue du gouvernement. Le pouvoir se trouverait ainsi dans ce cas partagé entre civil et militaire, ce dont, disait le roi, « led. sieur archevesque n’aura occasion de se plaindre pour n’estre charge convenable a la profession et quallité ecclesiasticque ». Tout serait utilisé pour limiter l’autorité d’Épinac. De plus, après la mort de ce dernier, Chevrières pourrait espérer sa succession. Mais le roi ne cachait pas sa préférence pour lui et La Fin devait faire son possible pour que l’archevêque se contentât des 50 000 écus Il verrait celui-ci à Lyon, le sonderait en lui proposant le gouvernement, 1 000 écus par mois à prendre sur la ferme du sel de Lyonnais et de Dauphiné, et le premier chapeau de cardinal que le pape accorderait à la France ; sans lui parler des intentions réelles du roi. Le choix d’Henri IV était donc à peu près arrêté. Il n’était pas question une seule fois d’Ornano. Aux échevins, La Fin devait assurer que la ville n’avait rien à craindre de Nemours, et que le gouvernement serait donné à la personne la plus agréable aux Lyonnais. Des gratifications étaient en outre promises pour ceux qui aideraient à la réduction.

  • 137 Bibl. nat. France, Fr. 23 194, fol. 383, lettre de La Fin au roi, rendant compte de sa mission à L (...)

58La mission était claire et La Fin arriva, somme toute, au bon moment : la ville venait juste de prendre la décision de recommencer la guerre. Le consulat, nous l’avons vu, l’accueillit cependant assez fraîchement. Arrivé le 24 ou le 25 janvier, il séjourna trois jours à La Guillotière137 ; en route il avait eu à éviter une embuscade tendue par Saint-Sorlin. Il tombait dans un entremêlement touffu de négociations et d’intrigues : Chevrières, parent de Tavannes, travaillait à l’amener au roi ; Grolier de Servières, trésorier général de France à Lyon, exilé par les ligueurs, négociait pour le roi « au voisinage de Lyon » ; Ornano, le consulat et Saint-Sorlin étaient en pourparlers. La Fin se montra-t-il excellent diplomate ? De la question du gouverneur, pas un mot dans sa lettre au roi. Les discussions avec le consulat ne durent pas être très amènes si l’on en juge par les menaces qui impressionnèrent les échevins. Il eut avec Épinac une entrevue dont il ne dit rien. Il remportait du moins, disait-il à Henri IV, une impression très favorable sur la ville. La population lui paraissait mûre pour la réduction ; il suffisait de « quelque chef et bon serviteur de vostre Majesté ».

  • 138 Envoyé par le consulat pour représenter la ville. Mais, favorable au roi, remplit-il exactement la (...)

59Très vraisemblablement, dans la grande réunion qui se tint à Andance entre les chefs royalistes, le 28 janvier, il fit part de ces impressions. Se trouvaient là, dit-il, Ornano, d’Andelot, fils de l’ancien gouverneur de Lyon, Prunier de Saint-André, Chevrières, et Allard.138 « Il fut accordé que soubz bonnes conditions, on traicteroit avec eulx [les Lyonnais] ». Il s’agissait, ajoutait-il, de « donner moien à nos partisans dans Lyon, qui sont cinq pour une des autres, de mettre a fin leur projet a l’advantage de vostre Maiesté ». À ses yeux, il n’y avait plus longtemps à attendre.

  • 139 Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 124, le 2 février 1594.
  • 140 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 18v, le 3 février encore, le capitaine Madières, chargé par le consu (...)

60En conclusion il fut décidé qu’Ornano se rendrait à Lyon pour s’entendre avec Épinac au sujet de la trêve. Le consulat y invita Chevrières139. Tel était le but officiel de cette rencontre. Elle devait en effet avoir lieu, mais dans des conditions toutes autres que celles qu’attendaient les échevins. L’heure des royalistes arrivait enfin. La situation ne différait pas sensiblement de ce qu’elle avait été en octobre, avant la première trêve. Mais les ligueurs avaient maintenant perdu courage. Leur répugnance était extrême à collaborer avec les royalistes, ils avaient cherché de toutes leurs forces à l’éviter. La mauvaise foi, la brutalité de Saint-Sorlin et de Nemours, l’état général du royaume surtout, la Ligue perdant sa raison d’être en face d’un roi légitime et catholique, les y acculaient. Ils s’y résignaient, mais de mauvaise grâce140.

Notes

1 Roger Doucet, « Le xvie siècle », dans Arthur Kleinclausz, Histoire de Lyon, Lyon, Masson, 1925, t. 1, p. 454.

2 Les détails de ces quatre journées se trouvent contés dans Jean-Hippolyte Mariéjol, Charles-Emmanuel de Savoie, Paris, Hachette, 1938, p. 183-189.

3 Arch. mun. Lyon, BB 130, fol. 101 v.

4 Arch. mun. Lyon, BB 130, fol. 102. Publié par Antoine Péricaud, Notes et documents…, op. cit., à sa date. L’on pourrait objecter que le clergé était lui aussi absent, comme le fait remarquer Jean-Hippolyte Mariéjol, Charles-Emmanuel..., op. cit., p. 183. Mais d’abord l’assemblée avait un but précis, l’emprunt demandé par Nemours : jamais le clergé ne participait à une réunion de ce genre. Ensuite, à l’assemblée du lendemain, réunie à cause des troubles, le clergé était présent. On ne peut attribuer à son absence de la veille un motif politique, encore moins la valeur de celle de Rubys.

5 Arch. mun. Lyon, BB 130, fol. 102 v-103v. Publié par Antoine Péricaud, Notes et documents…, op. cit., à sa date.

6 Ibid., fol. 104. Antoine Péricaud, Notes et documents…, op. cit., à sa date.

7 Antoine Péricaud, Notes et documents…, op. cit., à sa date.

8 Bibl. nat. France, Fr. 15 576, fol. 119.

9 Roger Doucet, « Le xvie siècle… », op. cit., p. 45.

10 Pierre de LEstoile, Mémoires-journaux, Brunet, Champolion, Halphen (éd.), Paris, 1879, t. VI, p. 93.

11 Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives de Henri IV, Paris, 1843, t. IV, p. 41.

12 Jean-Hippolyte Mariéjol, La réforme…, op. cit., p. 378.

13 Pierre Richard, Pierre dÉpinac…, op. cit., p. 546.

14 Bibl. nat. France, Fr. 15 576, fol. 119.

15 Lettre à Guillaume de Gadagne, copie : Bibl. nat. France, Dupuy 62, fol. 37.

16 Lettre d’Henri IV, du 6 octobre, au duc de la Force. Le 14 octobre, Mocenigo, ambassadeur de Venise, rapportant tous les racontars de la cour, écrivait de Chartres : « questo accidente, avvenuto in Lione, à stato principalmente per commandamente di Mons. dUmena. » (Bibl. nat. France, Ital. 1742, fol. 71 v). Le 26 octobre il développait son information : « Si scuopre che Monsr. di Umena si è messo principalmente a essorter quelli di Lione a prendersi di Monsr. di Nemurs perché gli era entrato in suspettione che quel prencipe volesse rimetter nell autorità del duca di Savogia Lion et altre piaze circonvicine, concambiandole con il marchesato di Saluzio et altre ricompense in danaro ; la qual gelosia essendo stata vehementissima nel duca, ha voluto usar ogni modo possibile per sturbar lentrata del duca di Savogia in Francia. » (Ibid., fol 79 v)

17 Arch. mun. Lyon, AA 34, n° 75 sq.

18 Le 20 et 21 octobre ; Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 18v et 21.

19 Jean-Hippolyte Mariéjol, Charles-Emmanuel..., op. cit., p. 188.

20 Eustache Piémont, Mémoires, Brun-Durand (éd.), Valence, 1885, p. 320-321.

21 Jean-Hippolyte Mariéjol, Charles-Emmanuel..., op. cit., p. 181 et 191.

22 L’on sait en effet que l’une des plaies de l’histoire de Lyon pendant les guerres de Religion a été le mode de financement des dépenses publiques : les échevins en exercice avançaient à titre privé les sommes nécessaires, quittes à se faire rembourser plus tard... Chaque échevin sortant était déchargé individuellement par un des nouveaux ; et les dettes de la ville s’accumulaient... Cf. Roger Doucet, Finances municipales et crédit public à Lyon au xvie siècle, et, du même, Les institutions de la France au xvie siècle, t. I, p. 389, où il montre que le mal n’était pas seulement lyonnais.

23 Jean-Hippolyte Mariéjol, Charles-Emmanuel…, op. cit., p. 392.

24 Jean-Marie Prat, Recherches historiques et critiques sur la compagnie de Jésus, Lyon, 1876, t 1, p. 143-146.

25 Henri Fouqueray, Histoire de la compagnie de Jésus en France, Paris, 1913, t. 2, p. 263.

26 Voir une lettre très amicale écrite par Lucrèce d’Este à la duchesse de Nemours, de Ferrare, le 21 septembre 1593 [Bibl. nat. France, Fr. 3418, fol. 62].

27 Bibl. nat. France, Italien 1742.

28 Ne serait-il pas possible de tenter, dans cet esprit également, une explication des manifestations anti-jésuites vues précédemment ?

29 En admettant qu’elle soit partie de Lyon le 20 septembre, cela lui ferait trois jours seulement pour faire la route ; c’est bien rapide.

30 Pierre de LEstoile, Mémoires-journaux, op. cit., t. VI, p. 92.

31 Arch. mun. Lyon, AA 28, n° 72, le 28 septembre 1593.

32 Arch. mun. Lyon, AA 34, n° 75, le 29 septembre 1593.

33 Arch. mun. Lyon, AA 42, fol. 94, 1er octobre. On notera cette déclaration comme une preuve supplémentaire que le consulat ne parut pas forcément trahir la Ligue.

34 Arch. nat. France, H 1790, fol. 435. Lettre datée du 10 octobre 1593 ; publié dans François Bonardot (éd.), Registres de délibérations du bureau de la ville de Paris, Paris, Imprimerie Nationale, 1883, t. X, p. 382. Le 14 novembre le fanatique curé de Saint André-des-Arts fit faire des prières pour Nemours [Pierre de LEstoile, Mémoires…, op. cit., t. VI, p. 101].

35 Arch. mun. Lyon, AA 30, n° 109.

36 Antoine Péricaud, Notes et documents…, op. cit, à sa date.

37 Antoine Péricaud, Notes et documents…, op. cit, à sa date.

38 Chevrières, l’un des plus riches barons du Forez [Léo Chevalier, La situation économique de la noblesse dans le Lyonnais sous Henri IV, thèse de droit, Lyon, 1941, p.114-115], et l’un des chefs de la noblesse du pays, avait rallié la Ligue dès le début. Son ambition l’avait dès septembre 1590 mis en conflit avec Nemours et Saint-Sorlin (Arthur Kleinclausz, Histoire de Lyon…, op. cit., p. 450 sq). Son ambition seule…? Il était gendre de Guillaume de Gadagne, également riche et influent, que nous connaissons déjà comme l’un des piliers du sentiment royaliste dans la région...

39 Saint-Genis-Laval, Condrieu, Vienne, Villefranche, Trévoux, et même Orléans, Bourges, Le Puy et Riom.

40 Ces lettres se trouvent toutes dans : arch. mun. Lyon, AA 111, ff.17v sq.

41 Ibid., fol. 22.

42 Arch. mun. Lyon, BB 130, fol. 109. C’était Serracin. Il partit le premier octobre seulement, en pleine crise [Ibid., fol. 121].

43 Publié dans le Discours sur la prinse des armes... ; Antoine Péricaud, Notes et documents…, op. cit., à sa date.

44 Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 27v.

45 Arch. mun. Lyon, AA 38, n° 158, 22 septembre 1593.

46 Arch. mun. Lyon AA 111, fol. 38.

47 Antoine Péricaud, Notes et documents…, op. cit, à sa date.

48 Arch. mun. Lyon, BB 130, fol. 112v.

49 Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 41.

50 Bibl nat. France, Dupuy 62, fol. 38.

51 Ibid., fol.37.

52 Arch. mun. Lyon, AA 31, n° 63, le 27 septembre.

53 Arch. mun. Lyon, AA 111, fol.41v.

54 Ibid., fol.42v.

55 Antoine Péricaud, Notes et documents…, op. cit, à sa date.

56 Notes inédites relatives à lhistoire de Lyon, in Archives historiques et statistiques du département du Rhône, t. XII, p. 166.

57 Antoine Péricaud, Notes et documents…, op. cit, à sa date.

58 Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 43. Ces forces comprenaient 600 maîtres à cheval, 1 000 arquebusiers [Ibid., fol. 60v, lettre du consulat à Serracin, 19 octobre 1593].

59 Ibid., fol. 44v. Lettre au prince de Mayenne, fils du duc.

60 Le 4 octobre, Ornano prévient le consulat qu’elles sont prêtes à traverser Lyon. Il offre des otages en garantie et invite la ville à accumuler des munitions. Il annonce l’appui de la noblesse du pays, de Chevrières, notamment [Arch. mun. Lyon, AA 38, n° 161].

61 Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 60. Il s’agissait de 250 chevaux.

62 Arch. mun. Lyon, AA 38, n° 153.

63 Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 45.

64 Jean-Hippolyte Mariéjol, Charles-Emmanuel..., op. cit., p. 199.

65 Arch. mun. Lyon, AA 36, n° 157.

66 Arch. mun. Lyon, AA 111, ff. 47v-48. Le même jour, 9 octobre, lettre amicale du consulat à Saint-Sorlin [ibid., fol. 48].

67 Le 5 octobre, ils félicitent le capitaine La Verdière, commandant le château de Saint-Cyr, de se mettre au service de Mayenne et du leur [Antoine Péricaud, Notes et documents…, op. cit, à sa date] ; le 10 ils exhortent une ville (il n’est pas dit laquelle) à rester dans la Ligue [Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 48v] ; le 13 novembre ils écrivent aux ligueurs auvergnats (l’évêque de Clermont, la noblesse et les villes d’Auvergne) pour augmenter leur zèle ligueur [ibid., ff. 77 v-78].

68 Le 7 octobre il laisse à Mayenne le soin de pourvoir Nicolas Rolichon de la charge de maître des ports, dont seule la désignation appartenait au consulat [Arch. mun. Lyon, BB 130, fol.117].

69 Le 11 octobre il écrit à Serracin qu’il vient de remplacer Pierre Perret, inapte et « tenant party contraire a la ville », par le capitaine La Vioze, dans la même charge de maître des ports [Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 49v]

70 Antoine Péricaud, Notes et documents…, op. cit, Octobre 1593.

71 Arch. mun. Lyon, AA 111, ff. 49v-50.

72 Ce « Conseil », ou « Conseil d’Estat » avait été établi par le consulat en mars 1589, tout de suite après le ralliement à la Ligue, pour surveiller Nemours et assister le consulat dans la direction des affaires [Arthur Kleinklausz, Histoire…, op. cit., p. 380-332 ; Claude de Rubys, Histoire veritable de la ville de Lyon..., op. cit., p. 488]. Son rôle est encore mal connu. Il ne faut pas le confondre avec l’assemblée des notables. Sa composition, au moment où nous sommes, est indéterminable.

73 Arch. mun. Lyon, BB 130, fol. 120v.

74 Il s’intéressait fort à la ville et nourrissait à son sujet de secrètes ambitions. Nous aurons l’occasion de le retrouver. Pour son rôle pendant la trêve, cf. lettre du consulat du 13 octobre, à La Liègue [Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 52v] et à la noblesse du Lyonnais, Forez et Beaujolais [ibid., fol. 53].

75 Le jour-même le consulat exhorta les « marchans bladiers » à reprendre leur trafic avec la Bourgogne et les Dombes ; « a quoy ilz ont respondu qu’ilz ne peulvent ny ne doibvent hazarder leurs personnes et facultés soubz couleur et pretexte de lad. Trefve […] » [Arch. mun. Lyon, BB 130, fol. 120].

76 Arch. mun. Lyon, AA 111, ff. 50v-51, 13 octobre.

77 Permission de sortir de la ville des chevaux de remonte pour l’armée d’Ornano, 13 octobre [ibid., fol. 52] ; lettre d’amitié à Gadagne, même date [ibid.].

78 Ibid., fol. 51v. Cf. Annexe 1, n° 1. Le désir des Lyonnais d’avoir un intendant n’était pas nouveau. Ils l’avaient déjà exprimé le 9 février 1591, réclamant déjà Damours. Le Conseil général de la Ligue leur avait en 1589 envoyé comme super-intendant en la justice Lavergne. En 1592, ils chargeaient leurs députés aux États de la Ligue d’en obtenir un [Maurice Pallasse, La sénéchaussée …, op. cit., p. 382-386]. Ces constatations s’opposent aux affirmations de Roger Doucet, Finances municipales…, op. cit, p. 111.

79 Fortuné Rolle, « Fragments du Journal de Ponson Bernard », Revue du Lyonnais, 1865, 2e série, t. XXXI, p. 435 ; arch. mun. Lyon, BB 130, fol. 122 ; Bibl. nat. France, Fr. 23990, Jean Canault (secrétaire d’Ornano), Vie dAlphonse dOrnano, p.185. Personnellement, le colonel ne perdit rien à sa magnanimité : le consulat lui envoya en échange, nous dit Bernard, deux chevaux qui coûtèrent 1 800 écus, avec des harnais de velours passementé d’or qui en valaient 4 000... (Pour l’achat des chevaux, voir arch. mun. Lyon, BB 130, fol. 133 ; AA 111, fol.72).

80 Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 60, 17 octobre ; fol. 62, 21 octobre ; fol. 73, 10 novembre ; fol. 84v, 28 novembre ; fol. 93v, 11 décembre ; etc.

81 Ibid., fol. 72, 10 novembre ; fol. 88, 6 décembre ; fol. 108, 9 décembre.

82 Ibid., fol. 80v, 17 novembre.

83 Arch. mun. Lyon, BB 130, fol. 126v : du gibier, pour 78 éc. 20s.

84 Arch. mun. Lyon AA 111, fol.72 et 88 : le 10 novembre.

85 Ibid., fol. 60v : Lettres à Serracin : 19 octobre ; fol. 70, 6 novembre ; fol. 78v, 16 novembre ; fol. 83, lettre au Pape, 25 novembre ; fol. 90v, lettre au capitaine Pfiffer, suisse catholique.

86 Arch. mun Lyon AA 111, fol. 61, 19 octobre ; fol. 65v, 28 octobre ; fol. 73, 10 novembre ; fol. 78v, 16 novembre ; fol. 85v, 30 novembre ; fol. 88v, 7 décembre.

87 Arch. mun. Lyon, BB 130, fol. 163v.

88 Bibl. nat. France, Fr. 3967, fol. 113, le 23 novembre.

89 Arch. mun. Lyon, AA 21, fol. 3, lettre du roi au consulat, 28 septembre ; Bibl. nat. France, Fr. 3960, fol. 134 (daté par erreur du 2 septembre) ; Fr. 3956, fol. 113 : Instructions à M. de La Fin,

90 Arch. mun. Lyon, BB 130, fol. 127 ; copie : Bibl. nat. France Fr. 3960, fol. 134v.

91 Arch. mun. Lyon, BB 130, fol. 154 et fol. 156v.

92 Il fut remplacé le 7 décembre par Guillaume de Villars, avocat d’un des plus ardents ligueurs de la ville, ancien député aux états de la Ligue (Ibid., fol. 161).

93 Ibid., fol. 155.

94 Arch. dép. Rhône, C 530, fol. 2v. Ce remplaçant, André Corneille, fut pourvu par lettres patentes de Mayenne le 20 décembre (assez rapidement, donc), et reçu au bureau le 5 janvier.

95 Arch. mun. Lyon, BB 130, fol. 161.

96 Arch. mun. Lyon, BB 130, fol. 165.

97 Arch. mun. Lyon, BB 130, ff. 165v-166 ; ces commis étaient les « commis a avoir l’oeil a ceux qui entrent et sortent par la porte de [...] »

98 Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 62v. Lettre du consulat à Ornano.

99 Arch. mun. Lyon, BB 130, fol. 133.

100 Bibl. nat. France, Italien 1742, fol. 86 : Dépêche de Mocenigo, 6 novembre.

101 Arch. mun. Lyon, AA 30, n° 110, lettre du 23 novembre.

102 Arch. mun. Lyon, AA. 111, fol. 92v.

103 Arch. mun. Lyon, BB. 130, fol. 168.

104 Arch. mun. Lyon, BB 130, ff. 171v-172 ; Ponson Bernard, Fragments du Journal…, op. cit., p. 437.

105 Le sixième à sortir de charge était de Rubys qui ne comptait plus comme échevin depuis le 18 septembre.

106 Les élections se tenaient le dimanche le plus rapproché de la saint Thomas.

107 Arch. mun Lyon, BB 130, ff. 172v-173v : harangue de Guillaume de Villars.

108 Arch. mun. Lyon, BB 131, ff. 2v-4.

109 Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 100, 24 décembre ; fol. 104, 31 décembre.

110 Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 96v, lettre au Cardinal Aldobrandini, 19 décembre.

111 Ibid., fol. 97v, lettre à Ornano, 22 décembre. Il est curieux de noter à ce propos la défiance qu’éprouvait le consulat envers les capitaines royalistes autres qu’Ornano : le 13 octobre il soupçonnait Biron de s’entendre avec Nemours pour attaquer la ville ; c’était en relation avec les efforts tentés par Nemours pour se rapprocher de Henri IV [ibid., fol. 51]. Maintenant, au moment où il faisait des politesses à Ornano, il se défiait de Lesdiguières qu’il savait pourtant le principal ennemi de la Savoie. Croyait-il Ornano moins bon royaliste que les autres ? Le considérait-il comme un chef d’armée plus que comme un lieutenant de Henri IV ? Ou savaient-ils son ambition suffisante pour ne pas pouvoir entretenir de bonnes relations avec Nemours ?

112 Ibid., fol. 99, 24 décembre 1593.

113 Arch. mun. Lyon AA, 111, fol. 99.

114 Ibid., fol. 102.

115 Ibid., fol. 103, lettre du 29 décembre.

116 Ibid., fol. 104, lettre du 31 décembre.

117 Ibid., fol. 103, lettre à Ornano du 31 décembre.

118 Ibid., fol. 104v.

119 Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 106, lettre à Ornano et 106v, à Chevrières.

120 Sans doute le frère Anthoine Brandin, ce cordelier emprisonné pour la garde duquel le capitaine Duboys reçut le 10 mars 35 éc. 45 s. [Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 50v]. Ses confrères en avaient obtenu l’élargissement le 22 février (Ibid., fol. 35v).

121 Le capitaine Jehan Gerg de Castagnier, lieutenant dans la compagnie du capitaine Pfiffer, et gardant la porte de Pierre-Scize. Le 2 mai 1594, le consulat payait 119 écus à Marceau Bouzon, joailler, pour une chaine d’or donnée en récompense au suisse [Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 108].

122 Ibid., fol. 206, mandement de 10 écus aux religieux de l’Observance pour avoir dit la messe tous les jours au château de Pierre Scize, du 1er novembre 1593 au 6 janvier 1594.

123 Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 109, lettre à Serracin d’un consul ou du secrétaire de la ville le 11 février.

124 Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 108v.

125 Bibl. nat. France, Italiens 1742, fol. 116v, dépêche de Mocenigo, 12 janvier : « Il marchese di San Sorlin mantiene ordinariamente continue pratiche con il Ré ; lo fa anco larcivescovo di Lione ». Il ajoutait, clairvoyant : « Si stima fors : esser in fine ad avantaggio della Maestà sua ».

126 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 10.

127 Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 111v, lettre à Ornano.

128 Arch. mun. Lyon, BB 131, ff. 11v-12, compte-rendu de l’assemblée.

129 Arch. mun. Lyon, AA 111, ff. 112 et 112v.

130 Ibid., fol. 113, fol. 117v et 118. Il renouvela son refus le 24 et le 25 janvier.

131 Antoine Péricaud, Notes et documents…, op. cit, à sa date, le 22 janvier.

132 Arch. dép. Rhône, C 530, fol. 10v. On se souvient que c’est le 5 janvier que fut reçu audit bureau le receveur général nommé par Mayenne à la place de Sève.

133 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 16.

134 Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 116, 20 et 122, lettre à Allard, 24 janvier ; à La Fin, 27 janvier ; à Ornano et Chevrières, 28 janvier.

135 Ibid., fol. 121v.

136 Bibl. nat. France, Clair 358, fol. 223, Pouvoir donné à La Fin et à Saint-André ; fol. 228, décharge des actes faits pendant la Ligue ; fol. 259, pouvoir du gouverneur pour Chevrières. Fr. 3956, ff. 113-135, Instructions à La Fin et Saint-André.

137 Bibl. nat. France, Fr. 23 194, fol. 383, lettre de La Fin au roi, rendant compte de sa mission à Lyon, 29 janvier 1594.

138 Envoyé par le consulat pour représenter la ville. Mais, favorable au roi, remplit-il exactement la mission reçue ?

139 Arch. mun. Lyon, AA 111, fol. 124, le 2 février 1594.

140 Arch. mun. Lyon, BB 131, fol. 18v, le 3 février encore, le capitaine Madières, chargé par le consulat de lever une compagnie de 50 chevau-légers, devait prêter serment de fidélité à la ville, à la Ligue et à Mayenne.

© LARHRA, 2020

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search