Version classiqueVersion mobile

Le retour de Lyon sous l’autorité royale à la fin des guerres de Religion (1593-1597)

 | 
Henri Hours

Introduction

Texte intégral

1Dans la deuxième moitié du xvie siècle, pendant les guerres de Religion, Lyon, de déchéance en déchéance, s’endormit dans le rang de ville secondaire dont elle ne devait, par la suite, jamais plus se dégager.

2Il nous a paru intéressant d’étudier la dernière période de cette évolution. Après la Ligue et une relative indépendance, la ville essoufflée retombe sous le pouvoir du roi. Du point de vue financier, démographique, commercial, sa situation est désastreuse. Son rayonnement intellectuel s’est éteint.

3Lyon aspire au repos et à la paix. Dès 1562, l’occupation protestante l’avait jetée dans la mêlée. Revenue au bout d’un an dans le sein de l’État, secouée par les vêpres lyonnaises de 1572, affaiblie par les départs d’étrangers (banquiers italiens, huguenots allemands…), la ville, dès les premières manifestations de ce qui devait devenir la Ligue, suivit le mouvement. Mais son gouverneur, le duc de Nemours, ambitieux, irréfléchi, à peine français de sentiments (il appartenait à la maison de Savoie par son père, à celle d’Este par sa mère), l’entraîna dans des aventures où elle n’avait que faire. Tandis que le roi, par son abjuration, s’assurait en puissance la reconquête de ses sujets, tandis que la Ligue se désagrégeait, Nemours, sans comprendre qu’il perdait ainsi les fondements-mêmes de sa force, poursuivait ses rêves d’indépendance.

4Il était à prévoir que les bourgeois lyonnais, orgueilleux à juste titre de leur passé, soucieux de leurs intérêts, ne se laisseraient pas indéfiniment humilier et exploiter. Mais comment s’y prendre ? En rompant avec la Ligue, en revenant au roi ? Dans ce cas, avec ou sans l’assentiment profond de la population ? Et que de problèmes à résoudre ! Une énorme dette à résorber ; la justice et l’ordre à rétablir ; les esprits à pacifier. Le consulat y suffirait-il, comment et par qui le roi l’aiderait-il ?

mn

5Autant de questions auxquelles nous nous sommes efforcés de répondre. Nous ne nous sommes pas placés, pour ce faire, à un point de vue juridique. Ayant eu à nous occuper d’institutions diverses, plus qu’à leur forme extérieure, c’est à leur réalité mouvante que nous nous sommes attachés. Ce travail se veut historique. Comment le limiter dans le temps ? Le xvie siècle lyonnais se termine à la Réduction de la ville, en 1594, et non en 1595, à la transformation des statuts consulaires, comme on l’a dit trop souvent.

6C’est donc la première de ces dates qui eût dû nous servir de Terminus a quo ; mais comment comprendre la Réduction sans connaître toutes les hésitations, toutes les négociations qui la précédèrent immédiatement ? Nous nous sommes donc mis en route au lendemain de la chute de Nemours, en septembre 1593, ne la décrivant que pour aider à comprendre la suite, pour nous arrêter à la fin de 1597. À ce moment arrive à Lyon le premier intendant, de Vic ; le problème des dettes commence à être examiné sérieusement ; le calme politique, malgré quelques frémissements, semble établi. Notre courte période de transition est close.

7Ne nous le cachons pas, notre étude est incomplète. Nous avons délibérément laissé de côté tout le problème de la vie économique et de son renouveau (s’il y en eut un), celui des mouvements de la population et de la société : ce n’est pas deux ans qu’il nous eût fallu pour les traiter… Nous n’avons pu, de même, nous lancer dans le dépouillement des fonds d’archives judiciaires de Paris ou de Lyon ; seuls ceux des Grands Jours ont fait l’objet d’un travail systématique. Enfin nous avons dû laisser de côté la masse des archives notariales.

8Cet ouvrage est un peu un « livre à thèse ». Reprenant, d’après les documents inédits, un sujet maintes fois effleuré déjà, et qui semblait connu, nous avons cru nous apercevoir que, faute d’analyse suffisante des textes, les faits avaient été souvent mal interprétés. D’où un ton parfois polémique, et des conclusions un peu affirmatives peut-être. On nous excusera de nous y être laissé entraînés.

9Telle quelle cependant, nous espérons que cette thèse pourra, malgré ses imperfections, jeter quelque lumière sur un problème toujours si passionnant, celui de la reprise des contacts entre le gouvernement central et la province après une période de trouble. S’il en était ainsi, nos efforts n’auraient pas été vains.

Lyon, Janvier 1951.

© LARHRA, 2020

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search