Version classiqueVersion mobile

Le retour de Lyon sous l’autorité royale à la fin des guerres de Religion (1593-1597)

 | 
Henri Hours

Présentation

Pierre-Jean Souriac

Texte intégral

1Ce livre d’Henri Hours (1926-2017), Le retour de Lyon sous l’autorité royale à la fin des guerres de Religion (1593-1597), fait partie des textes importants de l’historiographie lyonnaise, fréquemment cité, mais au final rarement lu car jusqu’à ce jour inaccessible sans passer par l’auteur ou ses proches. Il s’agit donc ici de réparer cette lacune et de proposer, près de 70 ans après sa rédaction, une édition qui se veut la plus fidèle au texte original tout en l’insérant dans les grandes orientations historiographiques de l’histoire de la Ligue. Le lecteur trouvera dans les pages qui suivent le texte intégral, l’appareil critique, les annexes, l’état des sources et la bibliographie tels qu’ils ont été établis par l’auteur en 1951. La présente introduction reviendra sur les enjeux problématiques soulevés par ce texte, et la bibliographie finale mise à jour viendra compléter l’appareil critique déjà riche de l’ouvrage initial. Il ne s’agit pas tant d’actualiser ce travail d’historien que de l’inscrire dans une chaîne historiographique dont il est un des maillons.

2L’objet du livre est à la fois simple et complexe. Simple parce qu’il traite de quatre années cruciales dans l’histoire des guerres de Religion, quatre années qui virent le passage d’une situation de révolte à une situation de soumission. Ardemment ligueurs depuis février 1589, les Lyonnais revinrent à l’obéissance au roi entre septembre 1593 et février 1594. Il fallut ensuite réorganiser les rapports politiques internes à la ville et rétablir une relation avec un souverain honni pendant quatre ans : ce fut le travail tant des Lyonnais que des hommes du roi dont Pomponne de Bellièvre entre 1594 et 1597. Ce livre est donc l’histoire d’une soumission et d’une reprise de dialogue entre une ville et son autorité souveraine. Et c’est dans cette reprise de dialogue que réside toute la complexité de la situation. Henri Hours cherche à traquer quasiment au jour le jour les prises de position des différents acteurs, les moments d’attente, de basculement, soulignant les intérêts contradictoires qui s’affrontent. Lyon, ville catholique, ville ligueuse opposée au principal chef ligueur de la région, le duc de Nemours, se soumet à un souverain dont elle doute de la conversion et continue à revendiquer une catholicité intransigeante. Ambiguïté et contradictions sont à toutes les pages de ce livre. Peut-on se soumettre à Henri IV tout en interdisant l’entrée de la ville aux calvinistes ? Peut-on être encore ligueur tout en pactisant avec les troupes d’Henri IV et en emprisonnant le lieutenant nommé par Mayenne ? C’est cet écheveau de paradoxes et de contradictions apparentes que tente de démêler ce travail.

Une thèse de l’École des Chartes en 1951

  • 1 Chronique de l’École des Chartes et des archivistes paléographes, 1951, n°109-1, p. 169-170. Sa no (...)
  • 2 Sur l’histoire de l’École des Chartes, voir : Jean-Michel Leniaud et Michel Zink (éd.), L’histoire (...)

3Si ce texte n’a pas encore été publié, c’est qu’initialement il n’avait pas vocation à l’être. Cette thèse soutenue à l’École des Chartes visait l’obtention du diplôme d’Archiviste-Paléographe qu’Henri Hours reçut suite à sa soutenance, entre le 10 et le 15 mars 19511. Exercice académique obligatoire pour tout élève de l’École, elle sanctionnait près de six ans d’études : deux années de classes préparatoires et quatre ans d’École, la soutenance se faisant au cours de la quatrième année2. Situation originale, Henri Hours prépara le concours en candidat libre et intégra l’école en 1947 sans passer par une classe préparatoire. Une fois soutenu, ce travail ne faisait pas l’objet d’une diffusion, si ce n’est l’indication de son titre dans les Chroniques de l’École et la publication d’un résumé, les positions des thèses. À noter que jusqu’en 1961, les élèves n’étaient pas tenus de déposer un exemplaire aux Archives Nationales comme c’est le cas depuis, ce qui ajoute encore à la difficulté de leur accès. Tout ceci explique le caractère confidentiel du travail aujourd’hui édité dans la mesure où n’ayant pas donné lieu par la suite à une thèse de doctorat, il est resté à l’état de travail spécifique à la formation d’archiviste-paléographe sans ambition de diffusion.

4À l’époque où Henri Hours soutint cette thèse, l’École des Chartes était dirigée par le philologue Clovis Brunel (1884-1971). Depuis la fondation de l’institution en 1821, le cœur de la formation visait à la compréhension, l’analyse et l’interprétation des documents, à la maîtrise de la paléographie, de la philologie, de la diplomatique, de l’archivistique, du latin et des grands cadres institutionnels de la France, présents et passés. Deux enseignants de l’École composèrent le jury de cette thèse. Charles Perrat (1899-1976) fut le premier. Chartiste d’origine lyonnaise, il était alors professeur d’histoire des institutions depuis 1937, et devint en 1953 professeur de paléographie. Le second fut Robert Bossuat (1888-1968), lui aussi chartiste, titulaire de la chaire des sources narratives et littéraires depuis 1937, avant de détenir celle de philologie romane en 1955. Une vingtaine de thèses fut soutenue la même année, générant autant de fonctionnaires au service de la conservation des archives.

5Henri Hours ne chercha pas à quitter la voie professionnelle liée à sa formation initiale et suivit une carrière d’archiviste. Son premier poste fut aux Archives Départementales du Rhône, pendant sept ans. Puis en 1959, il gagna les Archives Municipales de Lyon dont il fut le directeur sur près de 30 ans. Il prit sa retraite en 1988 mais dirigea plusieurs années encore les archives diocésaines. Que ce soit par sa thèse, par les postes qu’il a occupés ou par les projets menés sur l’histoire de la ville au cours de ces années d’archiviste, Henri Hours est intimement attaché à l’historiographie lyonnaise de la deuxième moitié du xxe siècle. Son engagement dans les différentes sociétés savantes de la ville, l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon, la Société Historique, Archéologique et Littéraire de Lyon, la Société d’Étude Lyon Rive-Gauche, ou encore le Cercle Lyonnais de Numismatique, souligne les liens créés entre archives, érudition, université, grand public et production historique. Il incarne cette génération d’archivistes impliqués tant dans la conservation que dans l’animation de la recherche et sa diffusion dans les cercles érudits.

Un moment de l’historiographie lyonnaise

État des lieux en 1951

  • 3 Antoine Péricaud, Notes et documents pour servir à l’histoire de Lyon, Lyon, 1838-1867.
  • 4 Antoine Péricaud et Claude Bréghot de Lut, Biographie lyonnaise : catalogue des Lyonnais dignes de (...)

6Lorsqu’Henri Hours rédigea sa thèse, l’historiographie lyonnaise, comme celle de la plupart des villes françaises, mêlait érudition, publication de sources et grandes synthèses à visées quelques fois très politiques. Depuis le début du xixe siècle, l’histoire de la ville avait connu des progrès très importants grâce des entreprises de publications de sources qui permirent d’alimenter écrits érudits et approfondissement des connaissances. François Cochard (1763-1834) avait lancé ce mouvement en publiant à partir de 1831 les Archives historiques et statistiques du département du Rhône, mensuel où se mêlaient statistiques, histoire, architecture et littérature. Le travail le plus conséquent à cette même époque fut l’entreprise éditoriale d’Antoine Péricaud (1782-1867), employé comme bibliothécaire de la ville de Lyon. Entre 1838 et 1846, il publia les treize volumes de ses Notes et documents pour servir à l’histoire de Lyon qui restent encore à ce jour une publication de sources sur l’histoire lyonnaise particulièrement précieuse3. Plus précisément, le sixième volume porte sur le règne d’Henri III (1574-1589) et le septième spécifiquement sur le temps de la Ligue (1589-1594). Péricaud propose dans ces volumes une suite de transcriptions d’archives, classées chronologiquement et sans commentaire : elles offrent un matériau historique inédit et inégalé pour l’époque. Un volume de 228 pages étant consacré à la Ligue, l’épisode était déjà bien connu et documenté dès le milieu du xixe siècle. À l’origine d’un Catalogue des Lyonnais dignes de mémoire en 1839, il fut également l’auteur de quelques notices sur des personnalités lyonnaises du xvie siècle, dont, pour le sujet du présent livre, Charles-Emmanuel de Savoie duc de Nemours et Pierre d’Épinac4. Enfin, toujours à la même époque, l’imprimeur Léon Boitel fondait la Revue du Lyonnais qui publia de manière discontinue 125 numéros entre 1835 et 1924, soit plus de 7 000 articles et publications de sources sur l’histoire de la ville, véritables références de l’érudition savante des historiens lyonnais.

  • 5 Jean-Baptiste Monfalcon, Histoire de la ville de Lyon, Lyon, Gulibert et Dorier, 1847 ; André Stey (...)

7Ces matériaux vont être alors exploités dans quelques grandes synthèses historiques qui sont autant de références pour l’histoire de la ville : celle du médecin Jean-Baptiste Monfalcon (1793-1874), celle d’André Steyert (1830-1904), toutes deux très marquées par l’engagement politique de leurs auteurs, et un peu plus tard, avec une méthode historique plus rigoureuse, celle de Sébastien Charléty (1867-1931) et surtout celle d’Arthur Kleinclausz (1869-1947) qui faisait autorité lorsqu’Henri Hours menait ses recherches5. Dans la première moitié du xxe siècle, le travail d’érudition entamé au siècle précédent continua sur sa lancée, ce qui fait qu’à l’aube des années 1950, l’historiographie lyonnaise pouvait se vanter de disposer de solides bases en accord avec les attendus scientifiques de l’époque. Ainsi, lorsqu’Henri Hours rédigea sa thèse, il s’inscrivait dans une riche tradition historique et disposait d’outils de travail relativement abondants.

  • 6 Nicolas Sudan, Recherches sur le retour de la ville de Lyon à la monarchie, sous Henri IV ; conten (...)
  • 7 Didier Thomas, Mémoires pour servir à l’histoire de Lyon pendant la Ligue, contenant ce qui s’est (...)
  • 8 Fortuné Rolle, « Journal de Ponson Bernard », La revue du Lyonnais, 1865, vol. 2, p. 430-444. Le m (...)
  • 9 Cet article fut publié en trois livraisons de la revue en 1922 : Mathieu Varille, « Les Grands Jou (...)

8Au cours de ces années si favorables à la découverte des archives locales, la question de la Ligue lyonnaise fut un objet d’étude dont les contours avaient été plutôt bien cernés. Notons le travail de l’abbé Nicolas Sudan (1761-1827), ancien archiviste des chanoines-comtes et archiviste de la ville sous la Restauration. Il publia notamment en 1814 des Recherches sur le retour de la ville de Lyon à la monarchie sous Henri IV, véritable instrumentalisation des événements ligueurs pour justifier en 1814 la fidélité des Lyonnais aux Bourbons6. Il n’en demeure pas moins qu’il s’agit d’un des premiers livres sur un événement précis de l’histoire lyonnaise fondé sur des sources nommément citées et commentées. L’abbé Sudan publia à cette occasion plusieurs lettres du roi et différents textes issus des délibérations, assumant une histoire critique fondée sur les sources. En 1835, la Revue du Lyonnais publiait un texte sur la Ligue lyonnaise, texte inédit jusque-là, les mémoires de Didier Thomas, ancien bibliothécaire de Lyon au milieu du xviiie siècle7. Il rédigea ces lignes en 1741 mais elles ne furent publiées qu’un siècle après. À noter aussi, toujours dans la Revue du Lyonnais, la publication partielle du journal de Ponson Bernard par Fortuné Rolle en 18658. Ponson Bernard fut consul de Lyon entre 1592 et 1593 et dut s’éloigner de la ville lors de la réduction à l’obéissance royale. Il tint un journal où se mêlent comptes, indication de transactions commerciales et avis sur l’actualité politique de la ville. Toujours dans la Revue du Lyonnais, Mathieu Varille publiait en 1922 un article sur les Grands Jours que tint le Parlement de Paris à Lyon entre le 17 août et le 7 décembre 15969. Fait exceptionnel à Lyon, une quinzaine de juges royaux vinrent en ville pour rendre la justice sur les affaires en cours depuis les années 1580, instruments de pacification visant à apaiser les conflits par le recours à l’autorité du droit. Les Grands Jours participaient, par le biais de l’arbitrage judiciaire, à solder les années de guerre, appliquant les amnisties ordonnées par les édits de pacification sans pour autant tout pardonner de manière aveugle.

  • 10 Pierre Richard, La papauté et la Ligue française : Pierre d’Épinac, archevêque de Lyon (1573-1599)(...)
  • 11 Jean-Hippolyte Mariéjol, Charles-Emmanuel de Savoie duc de Nemours, gouverneur du Lyonnais, Beaujo (...)
  • 12 Maurice Pallasse, La Sénéchaussée et Siège Présidial de Lyon pendant les Guerres de Religion. Essa (...)
  • 13 Roger Doucet, Finances municipales et crédit public à Lyon au xvie siècle, Paris, Librairie des Sc (...)

9Trois monographies complètent ce tableau d’une historiographie sur la Ligue lyonnaise à la disposition d’Henri Hours au moment de la rédaction de sa thèse. En 1901, l’abbé Richard publiait une grosse biographie de Pierre d’Épinac, archevêque de Lyon très actif durant la Ligue et figure de proue de la réforme catholique en France10. En 1938, était publié le dernier livre posthume de Jean-Hippolyte Mariéjol (1855-1934) sur Charles-Emmanuel de Savoie, duc de Nemours, gouverneur pour la Ligue en Auvergne, Forez, Beaujolais et Lyonnais11. Enfin, en 1943, l’historien du droit Maurice Pallasse consacrait sa thèse à la sénéchaussée et siège présidial de Lyon pendant les guerres de Religion, proposant une des rares analyses institutionnelles d’une telle juridiction d’Ancien Régime confrontée aux guerres civiles12. Ouvrages de référence, ils correspondaient aux exigences scientifiques et académiques de leur temps. Leurs livres sont nourris aux archives lyonnaises et proposent de très nombreuses transcriptions de textes, autant de matériaux justifiant leurs propos et mis au service des historiens. Tout autant que les articles érudits cités précédemment, ces ouvrages soulignent l’intérêt des historiens lyonnais pour ce temps des guerres et l’analyse de leurs acteurs. Citons pour finir l’étude de Roger Doucet sur les finances municipales lyonnaises au xvie siècle qui comporte une troisième partie sur la Ligue, même si cette période n’est pas celle qui est la plus étudiée dans ce livre13.

L’objet de la recherche

10Ces auteurs, Henri Hours les connaît, les cite mais ne les commente pas. Sa plume est indéniablement influencée par une écriture de l’histoire fondée sur l’autorité de l’érudition et n’hésitant pas à juger certains de ses héros. Comment ne pas retrouver la marque de Mariéjol dans ces quelques mots rapides de l’introduction ?

Mais son gouverneur, le duc de Nemours, ambitieux, irréfléchi, à peine français de sentiments (il appartenait à la maison de Savoie par son père, à celle d’Este par sa mère), l’entraina dans des aventures où elle n’avait que faire… […] Il était à prévoir que les bourgeois lyonnais, orgueilleux à juste titre de leur passé, soucieux de leurs intérêts, ne se laisseraient pas indéfiniment humilier et exploiter.

11La thèse d’un duc de Nemours prêt à se tailler une principauté souveraine dans l’Est de la France était ici admise, et l’incohérence du projet jugé avec sévérité. Mais ne nous y trompons pas, si le style est celui de son temps, celui aussi d’un historien qui s’excuse pour « un ton parfois polémique et des conclusions un peu affirmatives », les ambitions de la thèse affirment implicitement trancher avec l’ancienne génération. Sur sa méthode, Henri Hours écrit toujours dans son introduction :

Nous ne nous sommes pas placés, pour ce faire, à un point de vue juridique. Ayant eu à nous occuper d’institutions diverses, plus qu’à leur forme extérieure, c’est à leur réalité mouvante que nous nous sommes attachés.

  • 14 Henri Drouot, Mayenne et la Bourgogne. Étude sur la Ligue, 1587-1596, Paris, Picard, 1937.
  • 15 Jacques Revel, « L’histoire au ras du sol », préface de l’édition française de Giovanni Levi, Pouv (...)

12Prenant ses distances avec la récente thèse de Maurice Pallasse sur le présidial, il postule ici une étude sociale des institutions, cette « réalité mouvante », mettant à distance le cadre juridique pour s’intéresser aux hommes qui le composent. Dans un livre de 1951, c’est ici que réside la modernité, dans le souci de suivre les acteurs des événements lyonnais non pas en fonction de leur titre et de leur rang, mais en fonction de leur engagement et de leur prise de parti. Il bénéficie ici du modèle fourni par Henri Drouot sur la Bourgogne qui s’est attaché à comprendre comment le duc de Mayenne avait réussi à s’attacher certains membres des institutions locales pour contrôler sa province14. La thèse d’Henri Hours est donc une thèse d’histoire politique au sens large du terme, une histoire des institutions, de leurs acteurs et des discours qu’elles produisirent. Au-delà des seuls notables lyonnais suivis quotidiennement par l’auteur, ce souci de l’action individuelle lui permet de faire une histoire de la rue lyonnaise, de poser la question d’un petit peuple manipulé et des acteurs de cette manipulation. Si la définition de ce « peuple » est encore imprécise, nous y reviendrons, elle souligne implicitement la volonté de déplacer l’observation des structures institutionnelles vers l’engagement individuel et collectif, du plus puissant au plus « insignifiant ». Si le livre propose une analyse minutieuse du consulat, des instances ecclésiastiques et des représentants royaux, ce n’est pas tant par leur cadre juridique que par la coloration partisane que leur donnent leurs membres. Cette histoire au jour le jour sur quatre années n’est pas encore une « histoire au ras du sol » ou au ras du pavé lyonnais15. Il manque à ce travail les outils conceptuels de la micro-histoire ou de la sociologie historique, mais elle postule déjà que les évènements qu’il traque ne peuvent se comprendre en dehors des choix individuels et collectifs. Ce livre propose une histoire de la décision, voire de l’indécision politique, dans un contexte de guerre civile où les intérêts des uns et des autres débouchent sur des alliances ou des oppositions de circonstance, dans un équilibre d’autorités en constante recomposition.

13Henri Hours mobilisa pour ce faire des sources désormais classiques en histoire urbaine. De 1593 à 1597, la correspondance de la ville fut méthodiquement dépouillée, ainsi que les délibérations, les comptes et quelques liasses d’affaires militaires. Cette production du consulat lyonnais constitue le premier gros pôle documentaire de ce livre et oriente la réflexion vers le point de vue de la municipalité. Ce sont les douze consuls lyonnais et les notables qui les secondent qui sont systématiquement interrogés par ce qu’ils disent dans leurs lettres, par les décisions collégiales qu’ils prennent et par les dépenses qu’ils ordonnent. À côté des sources municipales, l’analyse s’appuie également sur les correspondances des représentants du roi à Lyon, Jacques de La Fin, Méry de Vic (mort en 1622), Pomponne de Bellièvre (1529-1607), correspondance conservée à la Bibliothèque Nationale. Enfin, troisième ensemble, l’étude s’appuie sur les registres des Grands Jours évoqués précédemment, conservés aux Archives Nationales. D’autres sources viennent compléter ce dispositif, mais ces trois ensembles permettent de cerner les trois points de vue qu’apporte cette thèse à la question de la soumission de la ville : celui de la municipalité, celui des hommes du roi et celui des juges venus arbitrer la réconciliation. Henri Hours le reconnaît lui-même, il manque à ce tableau la dimension financière, notamment le poids de la dette qui est évoqué mais pas étudié dans sa structure. De même, la dimension économique et démographique dont on perçoit l’importance ne sont pas accessibles par les sources mobilisées. Une thèse d’École des Chartes ne pouvait se permettre d’englober le sujet dans sa totalité, et le choix des sources indique clairement le souhait de l’historien d’écouter un dialogue politique entre institutions municipales et autorité royale. Aucune trouvaille dans les sources ainsi mobilisées, mais une lecture systématique des documents qui n’avait alors jamais été menée jusque-là.

  • 16 Voir l’inventaire des sources pour les références complètes.
  • 17 Pierre Mathieu, Harangue aux consuls et peuple de Lyon, s.l.n.d. ; Claude de Rubys, Histoire vérit (...)

14Plus précieux en revanche est l’inventaire des sources imprimées. Il fournit la liste de 22 textes royaux imprimés à Lyon entre février 1593 et septembre 1597, pour la plupart conservés à la Bibliothèque Nationale. Ils témoignent de la volonté du roi de rendre publiques certaines de ses décisions et du relais publicitaire que pouvait alors représenter l’imprimé. À côté de ces imprimés officiels, le livre s’appuie aussi sur quelques occasionnels publiés en écho quasi-immédiat aux événements. Citons La copie d’une lettre escrite de Lyon par un serviteur du roi, le Discours sur la réduction de la ville de Lyon par Antoine Du Verdier, le Manifeste et déclaration de la ville sur la prinse des armes… le 18 septembre 159316. Ajoutons à ces occasionnels les livres de Pierre Mathieu et Claude de Rubys, deux ligueurs repentis qui utilisèrent leur talent littéraire et leur penchant pour l’histoire afin de racheter leur conscience et se réconcilier avec la ville et avec le roi17. Cette recherche exhaustive des sources narratives et polémiques assure à ce livre une pluralité de points de vue, et ces sources croisées avec les manuscrits participent à l’établissement des faits. Henri Hours ne cherche pas à proposer une histoire des représentations, il n’est pas dans l’analyse du discours polémique, il est dans l’établissement des événements et la compréhension de leur enchaînement. Il met en œuvre une méthode cumulative afin d’être le plus assuré possible dans l’établissement du fait historique.

  • 18 Le document et sa transcription sont placés en annexe 4.
  • 19 Pour une lecture de cette gravure, voir Yann Lignereux, Lyon et le roi. De la « Bonne ville » à l’ (...)

15Au corpus rassemblé, des documents connus à ce jour, il ne manque qu’un libelle allemand publié suite à la réduction de la ville en février 1594. Il s’agit d’une gravure dont on ne connaît pas l’origine, accolée à un texte en allemand qui fait le récit des événements lyonnais en s’inspirant pour l’essentiel du récit d’Antoine Du Verdier18. Cette gravure présente la soumission de Lyon. Y figure le maréchal d’Ornano en tenue militaire venu en ville depuis la Guillotière dont le pont est symbolisé par la passerelle. À droite de la gravure, grâce au portrait d’Henri IV tendu sur le mur de la maison de ville par un consul royaliste, la ville s’engage sur la voie de la soumission. La Ligue quant à elle est figurée par la pyramide enflammée et la soumission par les feux de joie19. Cette lacune documentaire ne remet pas en question l’argumentaire d’Henri Hours, mais confirme son souhait de ne pas tant travailler sur les représentations que sur les événements.

La nouvelle véritable venant de la ville de Lyon de ce qui s’est produit comme joie, une fois qu’elle s’est rendue au roi de Navarre, le 7 février de l’année 1594. Gravure de Georg Lang, Nuremberg, 1594

La nouvelle véritable venant de la ville de Lyon de ce qui s’est produit comme joie, une fois qu’elle s’est rendue au roi de Navarre, le 7 février de l’année 1594. Gravure de Georg Lang, Nuremberg, 1594

Bibl. nat. France, M 88372

16Le premier chapitre s’ouvre à la date du 18 septembre 1593, jour au cours duquel la ville connut émeutes et barricades dont la conséquence fut l’arrestation du duc de Nemours, le chef ligueur, par les non moins ligueurs consuls de Lyon alliés à l’archevêque Pierre d’Épinac. Le dernier chapitre se termine sur les recherches d’armes de l’été 1597, dernières alarmes ligueuses sans conséquence, signe d’une transition politique en train de s’achever sans que la pacification ne soit totalement aboutie. Entre ces deux bornes, neuf chapitres qui suivent avec minutie et force détails le quotidien politique de la ville, essentiellement par le prisme du consulat et des notables lyonnais. Ces dix chapitres sont structurés en trois parties, trois articulations principales : le temps des insurrections et de l’implication du consulat ; l’œuvre de Pomponne de Bellièvre et la reprise du dialogue avec le roi ; le séjour du roi et les premières mesures de remise en ordre, réforme des institutions municipales et Grands Jours. Les chapitres proposent un récit chronologique pour lequel chaque événement et chaque date sont justifiés. Henri Hours en bon chartiste exploite tout document pour établir la chronologie la plus fine et comprendre les enjeux de ses enchaînements. Dans la lignée de l’historiographie érudite lyonnaise évoquée précédemment, la thèse propose un ensemble de pièces justificatives inédites : des lettres, des extraits de délibérations, un ensemble de pièces autour d’un complot tramé chez les capucins de la ville. En appendice, l’auteur propose également une liste alphabétique des Lyonnais ayant eu à subir des mesures vexatoires dans le contexte de soumission au roi, avec pour chacun la référence des documents les concernant. Il propose un inventaire des Ligueurs proches de Nemours en butte aux plus modérés qui ont pris le pouvoir en février 1594. En second appendice, on trouve enfin les demandes du consulat au roi en juin 1596 concernant l’apurement des dettes de la ville. Ainsi construite, cette thèse répond aux critères de l’érudition et de la synthèse historique, dans une forme au final très classique et conforme aux canons de l’époque.

La Ligue dans l’historiographie lyonnaise depuis les années 1950

  • 20 Richard Gascon, Grand commerce et vie urbaine au xviesiècle. Lyon et ses marchands, Paris, SEVPEN, (...)
  • 21 Gabriel A. Pérouse, Nouvelles françaises du xvie siècle. Images de la vie du temps, Genève, Droz, (...)
  • 22 Olivier Poncet, Pomponne de Bellièvre. Un homme d’État au temps des guerres de Religion, Paris, Éc (...)
  • 23 Yann Lignereux, Lyon et le roi… op. cit., p. 30.
  • 24 Delphine Estier, « 1589-1594 : la maîtrise de l’opinion à Lyon pendant la Ligue, ou le secret néce (...)

17En raison de son absence de diffusion, cette thèse n’a pas véritablement irrigué les études lyonnaises malgré l’omniprésence du directeur des archives municipales dans les entreprises historiques sur la ville. Elle n’est même pas citée dans le travail monumental de Richard Gascon sur la vie municipale et le grand commerce au xvie siècle, alors que le livre étend ses analyses jusqu’à la fin des années 158020. De fait, lorsqu’Henri Hours plaide pour une étude financière et économique de la situation ligueuse, le travail de Richard Gascon n’y satisfait pas en s’arrêtant avant l’ultime phase des guerres de Religion. Ailleurs, ce livre n’est alors cité que très rarement à la marge d’ouvrages traitant d’acteurs de la Ligue lyonnaise. Gabriel Pérouse l’utilise dans ses développements sur Benoist Du Troncy, ligueur lyonnais éloigné lui aussi de la ville en février 159421. Olivier Poncet le cite tout aussi rapidement dans son étude biographique sur Pomponne de Bellièvre22. Yann Lignereux le cite également dans son étude politique sur les rapports de Lyon avec le roi entre la fin de la Ligue et le milieu du xviie siècle, mais ne s’appuie pas dessus pour construire son analyse23. Delphine Estier, dans ses premiers travaux sur le milieu ligueur lyonnais, fait quant à elle l’impasse sur cette référence24.

  • 25 Graziella Gentet, Lyon en 1594 : le retour à l’obéissance, Lyon, Université Jean Moulin-Lyon 3, 20 (...)

18De fait, la Ligue n’a pas fait l’objet d’un travail spécifique de doctorat depuis le travail d’Henri Hours et la non-diffusion de son travail en est peut-être une des explications. Les chercheurs lyonnais savaient le sujet déjà traité sans que pour autant ce dernier ait eu une influence notoire. À l’heure où sont écrites ces lignes, deux jeunes chercheurs tentent de corriger cette lacune. Aurélien Roulet est en train de finir une thèse sur Le consulat lyonnais et l’autorité réglementaire dans une société en guerre (1562-1595), travail dans lequel il intègre la période ligueuse de la ville. Et Graziella Gentet, déjà autrice de deux mémoires sur la Ligue à Lyon, débute un doctorat en ce domaine25.

Réflexions épistémologiques et pistes de recherche

Histoire de ligueurs et de royaux

19En voulant travailler sur les hommes impliqués dans les jeux de pouvoir à l’échelle de la ville, Henri Hours s’est heurté à l’identification non pas des hommes mais de leur engagement. Par ses sources – délibérations, assemblées de notables, correspondances – les noms des acteurs politiques sont bien connus et si la présente thèse fournit un inventaire plus complet que ce que l’on pouvait savoir jusque-là, la plupart d’entre eux était déjà connue. En revanche, il est beaucoup moins évident d’identifier le choix partisan des uns et des autres, d’identifier les factions et les réseaux en œuvre durant la Ligue. De manière pionnière, Henri Hours aborde un problème historique qui a préoccupé les historiens de la Ligue dans les années 1970-1980. Il utilisa les sources qui étaient à sa disposition à savoir tout d’abord les listes des participants aux assemblées de l’hôtel de ville. Selon le contexte, selon leur présence ou leur absence, il se résolut à les classer en ligueurs nemouristes ou ligueurs modérés, les principaux royalistes ayant été chassés de la ville dès 1589 et ne revenant qu’à partir de 1594. Il s’appuya aussi sur les listes de proscrits du printemps 1594, lorsque la ville se soumit au roi, pour confirmer ou compléter sa liste de ligueurs radicaux et proches de Nemours. C’est ainsi qu’il construisit le premier appendice de ce livre. La démarche est courageuse, forcément critiquable car l’identification ne part que des manifestations publiques et qu’une partie des ligueurs anonymes, ceux des émeutes, ceux des assemblées populaires, échappe à son regard. Henri Hours se garde aussi, à l’exception des proscrits, de fournir des listes exhaustives dont il sait la fragilité, ce qui donne à la lecture du livre un caractère quelque fois trop impressionniste pour envisager une pesée globale des rapports de force. La désignation de Nemouristes / Ligueurs / Royaux indique des engagements partisans conflictuels, mais aussi pour certains Lyonnais des glissements d’un groupe à l’autre selon le contexte. L’approche résolument chronologique de la question permet de repérer ces glissements, mais elle ne parvient pas à définir totalement les groupes qu’elle met en scène.

  • 26 Denis Richet, « Aspects socio-culturels des conflits religieux à Paris dans la seconde moitié du x (...)
  • 27 Elie Barnavi, Le parti de Dieu. Étude sociale et politique de la Ligue parisienne, Louvain, B. Nau (...)
  • 28 Robert Descimon, Qui était les Seize ? Mythes et réalités de la Ligue parisienne (1585-1594), Pari (...)
  • 29 Wolfgang Kaiser, Marseille au temps des troubles, 1559-1596 : morphologie sociale et luttes de fac (...)
  • 30 Michel Cassan, Le temps des guerres de Religion. Le cas du Limousin (v. 1530-v.1630), Paris, Publi (...)
  • 31 Stéphane Gal, Grenoble au temps de la Ligue. Étude politique, sociale et religieuse d’une cité en (...)

20C’est dans les années 1980 et pour le cas parisien que ces questions ont été posées par les historiens des guerres de Religion à la suite des premières réflexions de Denis Richet26. Elie Barnavi d’abord s’appuya sur les mêmes sources qu’Henri Hours pour identifier le milieu des ligueurs parisiens : gentilshommes, officiers, ecclésiastiques présents lors des assemblées constituèrent un premier noyau au profil finalement assez proche de celui de Lyon27. Robert Descimon approfondit la démarche et proposa une classification en fonction de critères complexes permettant de fixer un gradient d’engagement28. Il a défini des critères majeurs et mineurs et proposa d’inscrire les Parisiens dans des comportements dont le cumul des indices permettrait de les définir ou non comme ligueurs : participations aux assemblées générales, exercice de charges publiques, soutiens financiers de la cause, pour les officiers rester dans les juridictions malgré les translations des cours hors de Paris, prestation de serments, être désigné comme ligueur… Si le modèle parisien n’est pas transposable en l’état aux villes de province, il pose les bases d’une étude socio-politique de l’engagement ligueur et ouvre la voie à des analyses plus poussées. Wofgang Kaiser lui emboîta le pas pour étudier le cas marseillais, bénéficiant de la source fiscale exceptionnelle qu’est l’estime de 159529. Michel Cassan se saisit également de cette méthode pour l’étude des ligueurs limougeauds, ajoutant au modèle parisien la question fiscale et surtout la procédure judiciaire à l’encontre des meneurs ligueurs menés par le présidial de la ville30. Stéphane Gal pour Grenoble ou Olivia Carpi pour Amiens en firent autant31. Inutile de donner davantage de références, notons cependant que la Ligue lyonnaise n’a pas fait l’objet d’une telle étude malgré les ambitions des premiers travaux de Delphine Estier, et si la présente édition compense en partie cette lacune, le milieu ligueur lyonnais mériterait d’être mieux cerné.

  • 32 Richard Gascon, Grand commerce…, op. cit., t. 2, p. 533.

21Une telle approche est à souhaiter car l’engagement des différents groupes lyonnais derrière la cause ligueuse est loin d’être évident. Pour Jean-Hippolyte Mariéjol dans son livre sur le duc de Nemours cité plus haut, la période ligueuse est celle d’un affrontement entre partisans de l’archevêque Pierre d’Épinac et partisans du duc de Nemours. Selon lui, le consulat est resté en retrait face à ces deux meneurs d’envergure nationale et proches l’un comme l’autre du duc de Mayenne et des sphères parisiennes. Henri Hours dans les lignes qui suivent revient sur cette lecture trop binaire du rapport de force et montre au contraire un consulat et des notables très appliqués dans leur administration, en lien constant avec Paris, Nemours et d’Épinac, préoccupés de faire valoir les droits de la ville. Richard Gascon de son côté, dans sa lecture socio-économique des rapports de force lyonnais, présente la période ligueuse comme celle de « la revanche des gens de loi »32. Alors que le milieu marchand avait dominé le consulat lors des heures fastes du xvie siècle, les guerres auraient eu comme conséquence leur effacement relatif au profit des juristes et des officiers. Or, à la lecture du présent livre, les officiers royaux semblent aussi avoir été les gagnants du retour de Lyon à l’obéissance royale. Henri Hours a étudié la ventilation des fonctions municipales entre 1593 et 1595 et a bien montré le poids croissant que prirent les officiers du roi dans le processus de réduction. Tout cela pose la question des catégories socio-politiques impliquées dans cet affrontement, et surtout d’une opposition trop caricaturale entre marchands et gens de lois. De même, consulat, gouverneurs, présidial, archevêques, chanoines sont-ils condamnés à être rivaux ou leurs relations sont-elles un peu plus subtiles ? En réfléchissant sur les catégories d’analyse et en les discutant, un chantier sur l’engagement urbain durant les guerres de Religion et plus précisément durant la Ligue est encore à mener.

  • 33 Robert Descimon et José Javier Ruiz Ibanez, Les ligueurs de l’exil. Le refuge catholique français (...)

22Si l’annexe 2 de ce livre fournit une liste des proscrits lyonnais en 1594, il passe sous silence ce que vécurent ces exilés en dehors de leur effort pour revenir en ville. Les travaux de Robert Descimon et José Javier Ruiz Ibanez pour le milieu parisien et du nord de la France envoyé en exil hors du royaume après la Ligue incite à approfondir un peu plus cet aspect qui renvoie aussi aux connexions internationales de la Ligue lyonnaise33.

  • 34 Serge Brunet, « De l’Espagnol dedans le ventre ! » Les catholiques du Sud-Ouest de la France face (...)

23Concernant la définition des partis, la thèse d’Henri Hours soulève également la question de l’influence étrangère. Deux acteurs majeurs reviennent régulièrement sous sa plume : Philippe II d’abord, roi d’Espagne, qui intrigue pour faire reconnaître sa fille sur le trône de France et qui envoie des troupes à Lyon pour soutenir la cause ligueuse et entretenir la guerre. Le duc de Savoie ensuite, qui a étendu son influence sur les Alpes et la Provence et dont un membre de la famille, le duc de Nemours, guerroie pour la Ligue dans la région lyonnaise. Cette intervention étrangère n’est perçue que par le prisme des instances municipales. Pour ces dernières, en 1594, cette présence étrangère est assimilée au danger de division du royaume que les Lyonnais rejettent. En début de Ligue, les positions étaient bien plus nuancées et ces mêmes consuls avaient appelé à l’aide le roi d’Espagne comme le duc de Savoie. Ce discours municipal, ce regard sur l’internationalisation du conflit, mériteraient d’être confrontés aux récentes études sur les enjeux européens des conflits religieux français. Que ce soit du côté espagnol, du côté savoyard, et même du côté des princes protestants allemands, on sait aujourd’hui combien les états voisins se sont intéressés au contexte français et combien les acteurs des guerres civiles ont cherché à trouver des soutiens au-delà du royaume34.

La rue et l’espace public

  • 35 Lancelot de La Popelinière, L’Histoire de France, La Rochelle, Abraham Haultin, 1581, t. 1, f°315r
  • 36 Henri Hauser, « Étude critique sur la Rebeyne (1529) », Revue Historique, 1896, t. 61, p. 265-307  (...)

24Un second domaine dans lequel le livre d’Henri Hours présente de belles perspectives d’analyse est celui de la rue et de son rôle dans le basculement des rapports de force. L’analyse proposée des trois journées de février 1594 durant lesquelles les Lyonnais dressèrent des barricades s’avère particulièrement stimulante. Il revient sur le discours traditionnel des élites qui dès les évènements firent porter la responsabilité des coups de force à l’inconstance de la rue et à l’émotivité du « populaire ». Ce peuple est évidemment indéfini mais fait fonction de bouc-émissaire toujours commode. C’est un lieu commun des guerres de Religion, en tant que guerres civiles, que de considérer que « es seditions populaires le nombre des mals avisez [est] plus grand que des sages qui lors ne servent que de nombre »35. Comme si la rue avait son autonomie et forçait le destin d’une ville qui sans cela resterait sagement dans le cadre légal voulu par le roi. Déjà lors de la Grande Rebeyne de 1529, les jugements avaient été très sévères à l’égard de citadins opposés aux notables victimes de la rue36. Henri Hours pose alors la question d’un soulèvement spontané et détaille avec justesse la manipulation opérée par quelques activistes royalistes capables d’exploiter l’émotivité des citadins. Il montre comment la rumeur fit sortir les Lyonnais dans la rue en pleine nuit, comment cette rumeur partait d’une fausse nouvelle elle-même relayée par des hommes du roi. Il montre comment une fois dans la rue, les émeutiers firent spontanément des barricades sans pour autant savoir où était l’ennemi. Il montre qu’au bout du deuxième jour, écharpes blanches, portrait du roi et cris populaires favorables à Henri IV commencèrent à circuler. Il met au jour le financement de ces bouts de tissus, de ces tableaux, de ces barricades, et démonte ainsi l’architecture d’un soulèvement perpétré sans que la grande masse des agitateurs sache vraiment pourquoi elle agissait si ce n’est un réflexe d’autodéfense collectif. Plus intéressant encore, il montre aussi de quelle manière le consulat fut attentiste et de fait suivit la pression de la rue, elle-même orchestrée par une poignée de meneurs royalistes. Ainsi, on suit une instance politique qui attend de savoir de quel côté le vent va tourner et qui temporise jusqu’au moment où le contexte militaire la contraint de choisir son camp. On mesure dans cette analyse combien la rue est force de proposition politique et combien des jeux complexes de pouvoir s’articulent autour d’une violence urbaine manipulée mais qui au bout du compte est décisive.

  • 37 Jürgen Habermas, L’espace public : archéologie de la publicité comme dimension de la société bourg (...)
  • 38 Delphine Estier, dans l’article cité précédemment, a cherché à étudier les 280 éditions lyonnaises (...)
  • 39 De manière plus large, sur cette problématique, voir : Denis Crouzet, « Les stratégies symboliques (...)
  • 40 Sur la question de la police et de l’ordre public à Lyon, voir : Stéphane Nivet, « Acquisition des (...)

25À lire Henri Hours, on perçoit des intuitions que ni le volume de la thèse d’École des Chartes ni les outils conceptuels de 1951 ne permettent de véritablement approfondir. L’agitation urbaine lyonnaise invite à réfléchir sur l’espace public en tant que lieu d’expression politique des groupes et donc territoire de l’affrontement idéologique. Sans le dire explicitement, ce livre mobilise la notion d’opinion publique telle que les historiens essayent de la définir depuis les travaux d’Habermas37. Il utilise les occasionnels et pose la question de leur diffusion, de leur réception et de leur exploitation par les différentes factions engagées dans les conflits38. S’il ne cherche pas à étudier les discours qu’il utilise uniquement pour définir l’événement, il n’en demeure pas moins qu’il souligne leur point de vue et donc les regards contradictoires portés sur la conjoncture lyonnaise. Les développements du livre soulignent aussi la valeur symbolique de cet espace public, le poids de tel ou tel quartier, les circuits urbains des meneurs politiques comme le passage du lieutenant royal Ornano à Saint-Nizier, lieu mémoriel de l’identité politique du consulat, lors de sa première entrée à Lyon. L’émeute, la circulation dans les rues, le comportement public des différents protagonistes invitent à penser l’espace public comme une scène de théâtre dont l’historien se doit de trouver les codes39. L’espace lyonnais n’a pas encore bénéficié d’un travail de grande ampleur sur l’expression politique dans l’espace public, mais ce livre est un appel à poursuivre dans cette voie40.

  • 41 Voir en ce domaine l’œuvre de Lucien Romier : il ne traite pas directement les guerres de Religion (...)

26Henri Hours évacue totalement de son analyse historique la question religieuse. Il ne pouvait évidemment pas connaître les travaux qui allaient fleurir entre la fin des années 1970 et le début des années 2000 sur les enjeux religieux des guerres de Religion. Il est cependant à noter que son travail reste dans une historiographie très classique qui a cherché à séculariser les conflits religieux pour n’en faire que des luttes de partis aux préoccupations essentiellement politiques. Cette clef de lecture remonte aux contemporains mêmes des conflits et resta l’interprétation dominante jusque dans les années 198041. L’archevêque, les jésuites, les capucins et d’autres prédicateurs apparaissent au fil des pages de ce livre, mais jamais en tant qu’administrateurs du religieux, jamais dans une mesure de la dévotion des fidèles et des ressorts mystiques à la mobilisation ligueuse. Sur ce point, ce livre est évidemment de son temps, et cette recherche académique dont le but premier est l’obtention d’un diplôme s’inscrit logiquement dans l’historiographie dominante.

  • 42 Pour une lecture de cette historiographie de la violence religieuse, voir Mark Greengrass, « La Gr (...)
  • 43 Natalie Zemon Davis, « The Sacred and the Body Social in Sixteenth-century Lyon », Past and Presen (...)
  • 44 Denis Crouzet, Les guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles de religion (v. 1525-v.161 (...)
  • 45 Sur les processions et leur usage, voir l’article fondateur de Denis Richet, « Politique et religi (...)

27Le cadre lyonnais permit pourtant des études pionnières dans la réévaluation du religieux au cours des conflits du xvie siècle42. C’est à Natalie Zemon Davis que l’on doit ce changement de regard, et particulièrement les études qu’elle mena sur Lyon dans les années 1960 et 197043. Elle mit en valeur les codes symboliques de l’émeute religieuse et des formes de justice manifestées par la violence. Pour la première fois, elle rendit intelligible des gestes qui jusque-là paraissaient désordonnés et strictement spontanés. Autour de la notion de purification de l’espace civique, elle montra comment l’hérétique était châtié par des catholiques qui se considéraient comme parfaitement légitimes. À Lyon, elle examine particulièrement le milieu des imprimeurs, mais d’une manière générale elle s’attache à caractériser le théâtre urbain des affrontements confessionnels. Denis Crouzet lui emboîta le pas avec son classique Guerriers de Dieu et dès lors c’est toute l’approche des guerres de Religion qui se vit bouleversée44. La bibliographie est depuis fort abondante, mais faut-il constater une nouvelle fois que la situation lyonnaise a été relativement tenue à l’écart et que notre connaissance sur la mobilisation religieuse et dévotionnelle demeure assez sommaire. L’étude des confréries, celle des processions ou encore du sentiment religieux manquent cruellement pour cerner les motivations des Lyonnais au moment de la Ligue45. Le chantier demeure encore très ouvert.

Histoire de la pacification

  • 46 Yann Lignereux, Lyon et le roi…, op. cit, première partie.

28Dernier domaine dans lequel la thèse d’Henri Hours apporte une contribution notable, celui de la pacification du royaume sous Henri IV. Si la première partie du livre traite du basculement partisan de la ville, de la cause ligueuse à l’obéissance au roi, les deux autres concernent la reprise du dialogue avec le roi, donc la procédure de pacification. Trois moments rythment ce processus : l’envoi de commissaires dont le plus important fut Pomponne de Bellièvre ; la venue du roi en personne en septembre 1595 et les réformes qui s’ensuivirent ; la tenue des Grands Jours en 1596 et la fin des procédures judiciaires exceptionnelles. Conformément à sa méthode, notre auteur traque les indices d’un retour à la normale et ceux qui, au contraire, témoigneraient de la fragilité du processus : complots, rumeurs, assemblées, délégations sont inventoriées et montrent dans leur enchaînement la progressive normalisation de la situation lyonnaise. La thèse de Yann Lignereux est revenue en détail sur la période 1594-1600 et a repris pour une bonne part les sources et l’enchaînement factuel déjà établis par Henri Hours46. Mais elle prend comme clef de lecture des événements le cadre idéologique dominant de la fin du xvie siècle à savoir le stoïcisme et le néoplatonisme. Yann Lignereux construit son interprétation des faits autour de la notion du « Roi de Raison » définie par Denis Crouzet. Dans ce cadre, la passion religieuse céda le pas à la raison politique et les affects personnels à l’ordre public et au repos général. La reconstruction du dialogue entre la ville et son roi se fit dans cette valorisation de la figure monarchique, seule à même d’assurer la paix à son royaume et donc à sa ville. Dans son souci du détail, Henri Hours fournit un matériau exceptionnel pour mesurer les choix idéologiques de la monarchie qui s’imposent alors à la ville : décors des entrées, discours, correspondance, apparat urbain… Il n’a pas perçu cela comme un signe d’adhésion, mais bien plus comme celui d’une nécessité politique et financière pour sauver la ville du gouffre qui s’ouvrait devant elle. Le livre de Yann Lignereux reprend ce matériau et lui donne une lecture originale qui est évidemment discutable mais qui jusqu’à présent n’a pas été contestée.

  • 47 Voir sur la question des commissaires : Jérémie Foa, Le tombeau de la paix. Une histoire des édits (...)

29En dehors des trois temps de la pacification indiqués ci-dessus – commissaires, entrées royales, grands jours – deux points sont encore à souligner. D’abord une chronologie de la pacification propre à la ville. L’analyse proposée par ce livre s’interrompt avant que ne soit adopté l’Édit de Nantes. Pourtant sont abordées les questions du voisinage entre protestants et catholiques et particulièrement la difficulté pour les hommes du roi, commissaires de pacification avant l’heure, de faire admettre les grandes lignes de la coexistence au cœur de la politique henricienne. À l’échelle de Lyon, on mesure ici comment la paix se joue dès la réduction militaire, comment dans une ville ligueuse sont traitées conjointement les hypothèques religieuses, politiques, judiciaires et économiques laissées par les conflits et combien est grand le besoin de reconstruire une société apaisée. Les développements proposés dans ce livre sur la fonction des intendants – point sur lequel l’auteur revient longuement autour du personnage de Bellièvre – peuvent apparaître quelque peu futiles au regard d’une institution que l’on sait tâtonnante sur deux siècles. On perçoit cependant l’importance du commissaire royal et surtout la définition par le souverain de ses compétences dans un jeu de pouvoir local qui lui échappait en partie47.

30L’autre gros enjeu de la pacification est son aspect financier. On le sait, les guerres de Religion ont ruiné les provinces et les villes qui ont eu à financer hommes et matériels pour défendre leur parti. Cette ruine, elles l’ont clamée haut et fort pour obtenir du roi des décharges fiscales et des faveurs financières afin d’apurer leurs dettes et d’oublier les impayés d’impôts accumulés depuis plusieurs années. La thèse d’Henri Hours fournit des chiffres, ceux des délibérations municipales, ceux des correspondances, ceux reconnus par le roi. Finance et pacification sont intimement liées dans la deuxième partie de ce livre et la réconciliation religieuse, au-delà du dépôt des armes, passe par la normalisation de la situation financière du consulat. Seulement le lecteur reste ici sur sa faim car le système n’est pas révélé, pas davantage d’ailleurs que dans le travail de Yann Lignereux. Qui sont les créanciers, pour quelles sommes, pour quelle organisation, quel parti, quelles cautions ? Comment sont vérifiés les comptes et jusqu’à quand vont peser ces dettes ? Une fois encore, ce livre indique un chantier à ouvrir, celui d’une histoire financière de l’institution municipale dans un contexte de guerre civile, chantier qui attend toujours son historien.

31Le livre proposé ici est donc un beau travail d’érudition et de reconstitution critique des événements lyonnais qui marquèrent la fin de la Ligue et la reprise en main de la ville par le roi. C’est un livre marqué par l’institution qui a formé son auteur – l’École des Chartes – et marqué aussi par une tendance historiographique de son temps fondée sur l’histoire politique et événementielle. Si ce livre a incontestablement vieilli dans son exposé et ses enjeux problématiques, il n’en demeure pas moins un magnifique rappel aux historiens des fondamentaux de leur discipline. Croiser les sources pour établir les faits, critiquer les documents pour démêler le vrai de la falsification, mettre en valeur les liens de causalité entre les évènements, telle est la leçon d’histoire que nous donne cet archiviste lyonnais. Par ce souci de la justesse, par l’étendue des sources consultées et l’importance de son érudition, cette étude fait montre d’intuitions interprétatives que les générations ultérieures ont confirmé. Il offre un matériau de premier plan pour tout historien du Lyonnais et la présente édition espère que ce livre permettra l’ouverture de nouveaux chantiers de recherche.

Notes

1 Chronique de l’École des Chartes et des archivistes paléographes, 1951, n°109-1, p. 169-170. Sa nomination comme Archiviste-Paléographe fut annoncée le 5 mai 1951 par arrêté ministériel.

2 Sur l’histoire de l’École des Chartes, voir : Jean-Michel Leniaud et Michel Zink (éd.), L’histoire en mutation : l’École Nationale des Chartes aujourd’hui et demain. Actes du colloque du 13 novembre 2015, Paris, 2016 ; Yves-Marie Bercé (dir.), L’école Nationale des Chartes. Histoire de l’école depuis 1821, Thionville, Gérard Klopp éditeur, 1997.

3 Antoine Péricaud, Notes et documents pour servir à l’histoire de Lyon, Lyon, 1838-1867.

4 Antoine Péricaud et Claude Bréghot de Lut, Biographie lyonnaise : catalogue des Lyonnais dignes de mémoire, Paris, Techener, 1839 ; Antoine Péricaud, Notice sur Charles-Emmanuel de Savoie, duc de Nemours, gouverneur et lieutenant-général du Lyonnais, Forez et Beaujolais pendant la Ligue, Lyon, impr. Barret, 1827 ; Notice sur Pierre d’Épinac, archevêque de Lyon, sous Henri III et Henri IV, Lyon, impr. Barret, 1829.

5 Jean-Baptiste Monfalcon, Histoire de la ville de Lyon, Lyon, Gulibert et Dorier, 1847 ; André Steyert, Nouvelle histoire de Lyon et des provinces du Lyonnais, Forez, Beaujolais, Franc-Lyonnais et Dombes, Lyon, Bernoux et Cumin, 1895-1897 ; Sébastien Charléty, Histoire de Lyon des origines jusqu’à nos jours, Lyon, Rey, 1903 ; Arthur Kleinclausz, Histoire de Lyon, Lyon, P. Masson, 1939 [la partie sur le xvie siècle est rédigée par Roger Doucet].

6 Nicolas Sudan, Recherches sur le retour de la ville de Lyon à la monarchie, sous Henri IV ; contenant trois lettres inédites de ce prince, Lyon, imprimerie de la Ballanche, 1914.

7 Didier Thomas, Mémoires pour servir à l’histoire de Lyon pendant la Ligue, contenant ce qui s’est passé de plus remarquable dans le Lyonnais depuis l’année 1568 jusqu’à la fin de l’année 1594, Lyon, impr. Léon Boitel, s.d. [texte publié initialement dans la Revue du Lyonnais en 1835].

8 Fortuné Rolle, « Journal de Ponson Bernard », La revue du Lyonnais, 1865, vol. 2, p. 430-444. Le manuscrit complet est conservé aux archives municipales de Lyon sous la côte BB 388.

9 Cet article fut publié en trois livraisons de la revue en 1922 : Mathieu Varille, « Les Grands Jours de Lyon de 1596 », Revue du Lyonnais, 1922, série 6, n°5, p. 90-112, série 6 n°7, p. 61-76, série 6 n°8, p. 69-79.

10 Pierre Richard, La papauté et la Ligue française : Pierre d’Épinac, archevêque de Lyon (1573-1599), Paris, Picard, s.d. [1901].

11 Jean-Hippolyte Mariéjol, Charles-Emmanuel de Savoie duc de Nemours, gouverneur du Lyonnais, Beaujolais et Forez (1567-1595), Paris, Hachette, 1938. L’auteur est mort sans avoir pu achever son ouvrage, publié quatre ans après son décès par ses collègues et élèves de la Faculté des Lettres de l’Université de Lyon, Arthur Kleinclausz, André Latreille, et M. Dubois.

12 Maurice Pallasse, La Sénéchaussée et Siège Présidial de Lyon pendant les Guerres de Religion. Essai sur l’évolution de l’administration royale en Province au xvie siècle, Lyon, impr. Vitte, 1943.

13 Roger Doucet, Finances municipales et crédit public à Lyon au xvie siècle, Paris, Librairie des Sciences économiques et sociales, 1937.

14 Henri Drouot, Mayenne et la Bourgogne. Étude sur la Ligue, 1587-1596, Paris, Picard, 1937.

15 Jacques Revel, « L’histoire au ras du sol », préface de l’édition française de Giovanni Levi, Pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du xviie siècle, Paris, Gallimard, 1989.

16 Voir l’inventaire des sources pour les références complètes.

17 Pierre Mathieu, Harangue aux consuls et peuple de Lyon, s.l.n.d. ; Claude de Rubys, Histoire véritable de la ville de Lyon, Lyon, 1604.

18 Le document et sa transcription sont placés en annexe 4.

19 Pour une lecture de cette gravure, voir Yann Lignereux, Lyon et le roi. De la « Bonne ville » à l’absolutisme municipal (1594-1654), Seyssel, Champ Vallon, 2003, p. 48-50.

20 Richard Gascon, Grand commerce et vie urbaine au xvie siècle. Lyon et ses marchands, Paris, SEVPEN, 1971.

21 Gabriel A. Pérouse, Nouvelles françaises du xvie siècle. Images de la vie du temps, Genève, Droz, 1977, p. 397. La référence est reprise par Mario Turchetti, « 1592, instruction du prince chrestien de Bonoist Du Troncy : une traduction oubliée de l’Institutio Principis Christiani d’Erasme et étrangement absente des bibliothèques de France », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 2011, t. 73, n°1, p. 93-116.

22 Olivier Poncet, Pomponne de Bellièvre. Un homme d’État au temps des guerres de Religion, Paris, École des Chartes, 1998.

23 Yann Lignereux, Lyon et le roi… op. cit., p. 30.

24 Delphine Estier, « 1589-1594 : la maîtrise de l’opinion à Lyon pendant la Ligue, ou le secret nécessaire », Rives méditerranéennes, 2004, n°17, p. 63-83.

25 Graziella Gentet, Lyon en 1594 : le retour à l’obéissance, Lyon, Université Jean Moulin-Lyon 3, 2015, Master 1, dir. Pierre-Jean Souriac ; Réseaux de parenté et de clientèles à Lyon pendant la Ligue catholique, entre rébellion et loyalisme monarchique, Lyon, Université Jean Moulin-Lyon 3, 2016, Master 2, dir. Yves Krumenacker.

26 Denis Richet, « Aspects socio-culturels des conflits religieux à Paris dans la seconde moitié du xvie siècle », Annales ESC, n°32, 1977, p. 15-51.

27 Elie Barnavi, Le parti de Dieu. Étude sociale et politique de la Ligue parisienne, Louvain, B. Nauwelaertz, 1980.

28 Robert Descimon, Qui était les Seize ? Mythes et réalités de la Ligue parisienne (1585-1594), Paris, Klincksieck, 1983 ; Elie Barnavi et Robert Descimon, La Sainte Ligue, le juge et la potence. L’assassinat du président Brisson (15 novembre 1591), Paris, Hachette, 1985.

29 Wolfgang Kaiser, Marseille au temps des troubles, 1559-1596 : morphologie sociale et luttes de factions, Paris, EHESS, 1992.

30 Michel Cassan, Le temps des guerres de Religion. Le cas du Limousin (v. 1530-v.1630), Paris, Publisud, 1996, p. 263.

31 Stéphane Gal, Grenoble au temps de la Ligue. Étude politique, sociale et religieuse d’une cité en crise (vers 1562-vers 1598), Grenoble, PUG, 2002 ; Olivia Carpi, Une république imaginaire : Amiens pendant les troubles de religion, 1559-1597, Paris, Belin, 2005.

32 Richard Gascon, Grand commerce…, op. cit., t. 2, p. 533.

33 Robert Descimon et José Javier Ruiz Ibanez, Les ligueurs de l’exil. Le refuge catholique français après 1594, Seyssel, Champ Vallon, 2005.

34 Serge Brunet, « De l’Espagnol dedans le ventre ! » Les catholiques du Sud-Ouest de la France face à la Réforme (vers 1540-1589), Paris, Champion, 2007 ; Alain Hugon, Au service du Roi Catholique : « honorables ambassadeurs » et « divins espions » face à la France. Représentation diplomatique et service secret dans les relations hispano-françaises de 1598 à 1635, Madrid, Casa de Velazquez, 2004 ; Fabrice Micaleff, Un désordre européen. La compétition internationale autour des « affaires de Provence » (1580-1598), Paris, PUPS, 2014.

35 Lancelot de La Popelinière, L’Histoire de France, La Rochelle, Abraham Haultin, 1581, t. 1, f°315r.

36 Henri Hauser, « Étude critique sur la Rebeyne (1529) », Revue Historique, 1896, t. 61, p. 265-307 ; Henri Hours, « Procès d’hérésie contre Aimé Meigret », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 1957, n°19, p. 20-21.

37 Jürgen Habermas, L’espace public : archéologie de la publicité comme dimension de la société bourgeoise, Paris, Payot, 1997.

38 Delphine Estier, dans l’article cité précédemment, a cherché à étudier les 280 éditions lyonnaises publiées sous la Ligue, mais son travail demeure à ce jour inachevé. Sur la question des occasionnels et de leurs usages, de manière plus générale, voir : Tatiana Debbagi-Baranova, À coup de libelles : une culture politique au temps des guerres de Religion (1562-1598), Genève, Droz, 2012 ; Luc Racaut, Hatred in print : Catholic propaganda and Protestant identity during the French wars of Religion, Aldershot, Ashgate, 2002.

39 De manière plus large, sur cette problématique, voir : Denis Crouzet, « Les stratégies symboliques d’occupation de l’espace urbain au temps des premières guerres de Religion », dans Markus Meumann, Jörg Rogge (hg.), Die Besetzte respublica. Zum Verhältnis von ziviler Obrigkeit und militärischer Herrschaft in besetzten Gebieten vom Spâtmittelalter bis zum 18. Jahrhundert, Münster, Hambourg, Berlin, Londres, LIT, 2006, p. 167-192.

40 Sur la question de la police et de l’ordre public à Lyon, voir : Stéphane Nivet, « Acquisition des règles du métier et spécialisation des commissaires de police à Lyon au xviiie siècle », dans Jean-Marc Berlière, Catherine Denys, Dominique Kalifa, Vincent Millot (éd.), Métiers de police. Être policier en Europe xviiie-xxe siècle, Rennes, PUR, 2008, p. 249-260.

41 Voir en ce domaine l’œuvre de Lucien Romier : il ne traite pas directement les guerres de Religion, mais propose une lecture sécularisée de l’origine des conflits par une analyse très fouillée des positions aristocratiques à la cour. Lucien Romier, Les origines politiques des guerres de Religion, Genève, Slatkine Reprint, 1974 [première édition 1913-1914] ; Catholiques et protestants à la cour de Charles IX. Les Etats Généraux d’Orléans. Le colloque de Poissy. Le « concordat » avec les protestants. Le massacre de Vassy (1560-1562), Paris, Perrin, 1924. Voir aussi dans ce même esprit, Antoine de Lévis-Mirepoix, Les guerres de Religion (1559-1610), Paris, PUF, 1950.

42 Pour une lecture de cette historiographie de la violence religieuse, voir Mark Greengrass, « La Grande Cassure : Violence and the French Reformation », dans Robert von Friedeburg, Louise Schorn-Schütte (éd.), Politik und Religion Eigenlogik oder Verzahnung ? Europa im 16. Jahrhundert, München, Oldenbourg, 2007, p. 71-92. De manière plus générale, voir la récente synthèse de Nicolas Le Roux, Les guerres de Religion, 1559-1629, Paris, Belin, 2009, et notamment le dernier chapitre : « L’atelier de l’historien : écrire l’histoire des guerres de Religion ».

43 Natalie Zemon Davis, « The Sacred and the Body Social in Sixteenth-century Lyon », Past and Present, 1981, vol. 90, p. 40-70 ; « Le monde de l’imprimerie humaniste : Lyon », dans Henri-Jean Martin, Roger Chartier (dir.), Histoire de l’édition française, Paris, Promodis, 1993, vol. 1, p. 423-444 ; voir surtout « Les rites de violence », dans Les cultures du peuple. Rituels, savoirs et résistance au xvie siècle, Paris, Aubier-Montaigne, 1979, p. 251-301 [première édition de cet article en anglais en 1965].

44 Denis Crouzet, Les guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles de religion (v. 1525-v.1610), Seyssel, Champ Vallon, 1990.

45 Sur les processions et leur usage, voir l’article fondateur de Denis Richet, « Politique et religion : les processions à Paris en 1589 », La France d’Ancien Régime. Études réunies en l’honneur de Pierre Goubert, Toulouse, Privat, 1984, t. 2, p. 68-81. Sur la prédication et l’engagement des clercs, voir Arlette Lebigre, La révolution des curés. Paris (1588-1594), Paris, 1980 ; Fréderic Baumgartner, Radical reactionnaries. Political thought of the french catholic League, Genève, Droz, 1975.

46 Yann Lignereux, Lyon et le roi…, op. cit, première partie.

47 Voir sur la question des commissaires : Jérémie Foa, Le tombeau de la paix. Une histoire des édits de pacification (1560-1572), Limoges, PULIM, 2015.

Table des illustrations

Titre La nouvelle véritable venant de la ville de Lyon de ce qui s’est produit comme joie, une fois qu’elle s’est rendue au roi de Navarre, le 7 février de l’année 1594. Gravure de Georg Lang, Nuremberg, 1594
Crédits Bibl. nat. France, M 88372
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/7265/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 418k

© LARHRA, 2020

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search