Version classiqueVersion mobile

L’Anticléricalisme intra-protestant en Europe continentale (xviie-xviiie siècles)

 | 
Yves Krumenacker

De la désertion des ministres au Désert des prédicants

Les reproches de Brousson aux pasteurs exilés à la révocation de l’édit de Nantes

Hubert Bost

Texte intégral

1Peut-on parler d’anticléricalisme interne au protestantisme ? Le mot anticléricalisme est une création récente (1903). L’adjectif anticlérical dont il dérive n’est attesté que depuis 1866. Ces mots sont nés, dans le contexte du débat sur l’action du clergé catholique dans la vie politique française, pour désigner les idées et les hommes qui s’opposaient à son influence. Le creuset historique dans lequel ce terme est apparu n’interdit-il pas une utilisation anachronique et trop large ? Pourtant, il est bien évident qu’un anticléricalisme existe avant l’apparition du mot, et notamment au sein du protestantisme : sans remonter aux critiques adressées au clergé à la fin du Moyen Âge, on rappellera que le premier « mur à abattre » selon Martin Luther en 1520 (A la noblesse chrétienne de la nation allemande, Pléiade p. 595-600) est précisément celui qui sépare l’état laïque de l’état clérical. Cet anticléricalisme est moral – il dénonce les abus du clergé – et ontologique – il refuse de reconnaître l’ordination comme un sacrement qui fera passer d’un état (laïc) à un autre (clerc).

  • 1 Huldrych Zwingli, Le Berger. Traduction française du traité Der Hirt et présentation par Jaques Cou (...)

2La Réforme magistérielle, tant dans sa version allemande que suisse et plus tard française, n’en investit pas moins le pasteur d’une autorité considérable, voire d’une aura. Il n’est que de lire le sermon de Zwingli Der Hirt (le Berger)1 pour s’apercevoir de l’importance de la fonction dont le pasteur est chargé. On comprend dès lors que la critique des pasteurs défaillants sera d’autant plus virulente que les attentes à leur égard étaient importantes. Il n’est donc pas déplacé de parler d’anticléricalisme interne au protestantisme à l’époque moderne, pour autant que l’on en donne une définition qui évite de possibles contresens. Dans ce qui suit, je désignerai par « anticléricalisme protestant » un ensemble d’attitudes ou de discours émis par les fidèles des Églises réformées qui critiquent, voire mettent en cause les comportements ou les choix de leurs pasteurs.

3La présente recherche n’est pas le résultat d’un travail abouti mais un chantier, c’est l’une des raisons pour lesquelles j’ai opté pour le commentaire de texte. D’autre part, la démarche proposée ici n’est pas purement ou seulement historienne. Elle entend occuper un espace entre approches historique, littéraire et théologique du document. Il ne me semble pas possible – ou trop réducteur – d’éliminer l’une de ces trois composantes de l’attention portée au texte.

*

  • 2 Voir E. Labrousse, « Le débat sur l’exil des pasteurs français en 1685 », in : Conscience et convic (...)

4Lorsque l’édit de Nantes est révoqué (octobre 1685), interdiction est faite aux fidèles des Églises de la Religion Prétendue Réformée de quitter le royaume. En revanche, les ministres (c’est le terme exact pour désigner les pasteurs) doivent soit abjurer, soit s’exiler dans les quinze jours. On sait qu’ils vont, pour les deux tiers d’entre eux, choisir l’émigration2.

5Abjurer constitue évidemment une apostasie, et les ministres qui signent leur conversion au catholicisme sont considérés comme des traîtres. Mais ceux qui sont partis ont-ils fait le bon choix ? C’est ici que les propos de Claude Brousson, avocat au moment où il les publie, prennent toute leur dimension. C’est à l’analyse de son discours que je vous propose de nous livrer, en cherchant à en dégager la logique, mais aussi les fondements implicites au plan de la théologie (question de la providence notamment), de l’anthropologie religieuse (martyre) et de l’ecclésiologie (vraie Église, bon pasteur). On verra comment la critique du manque de foi, de la déviance ecclésiale ou de la trahison ministérielle renseigne « en creux » sur le système de valeurs sur le fond duquel s’organise le discours anticlérical.

6Le corpus étudié est constitué par une « Lettre aux pasteurs de France refugiez dans les Etats protestans, sur la desolation de leurs Eglises & sur leur propre Eglise » (datée 4 août 1688) et publiée dans Claude Brousson, Lettres et opuscules, Utrecht : Guillaume Vande Water, 1701, p. 1-54.

Lecture biblico-théologique des événements

7Pour Brousson, il convient tout d’abord de considérer que la situation historique dans laquelle se trouve l’Église est voulue par Dieu. Rien de ce qui se passe n’est étranger à la volonté divine. Ainsi Brousson place-t-il sa réflexion sous l’autorité de la Bible lorsqu’il constate : « Les pasteurs ont été frappez, & une infinité de brébis ont été disparsées [sic] » (2). Ce constat est une évocation de Zacharie 13/7 reprise en Mt 26/31 : « Je frapperai le berger et les brebis seront dispersées ». C’est une punition qui s’abat sur les huguenots, une punition qu’ils ont méritée parce qu’ils se sont éloignés de ses volontés : « A l’égard des troupeaux, on ne peut nier que ce soit avec raison que Dieu les a châtiez de cette maniére épouvantable » (2). Il en va malheureusement de même pour un grand nombre d’anciens et de diacres (5s).

8Le statut des pasteurs est différent. Ils ont en quelque sorte été épargnés par la sanction divine et doivent en être reconnaissants : « Pour ce qui vous concerne, mes très honorez fréres, vous devez bénir Dieu de ce qu’il vous a delivrez de la gueule de lion » (8). Là encore, on notera que c’est dans un contexte biblique que Brousson replace l’édit de Fontainebleau. Au fond, Louis XIV n’est ici que l’artisan de la volonté de Dieu. En effet, l’image évoque le Psaume 22 (« Délivre-moi de la gueule du lion », v. 21, trad. D. Martin) ainsi qu’Amos 3/12, « comme si un berger sauvait de la gueule d’un lion… » (D. Martin). Cependant, cette mansuétude divine ne dispense pas les pasteurs de tout devoir, bien au contraire. Ils sont renvoyés à leur vocation de bergers : « Vous devez, mes très honorez fréres, envisager votre sortie de France & par rapport à Dieu précisement, & par rapport à vos enemis, & enfin par rapport à vos troupeaux. » (8-9). La situation dans laquelle ils se trouvent doit en effet leur permettre de mesurer à la fois la bénignité de Dieu qui les a délivrés, et sa sévérité qui les a exilés.

9L’anticléricalisme de Brousson est la conséquence directe de sa lecture biblico-théologique des événements. Établir la culpabilité des ministres, c’est en quelque sorte donner du sens à la Révocation lue comme châtiment divin. Paradoxalement, plus la gravité des fautes constatées sera démontrée, plus il sera facile de comprendre ce qui s’est passé.

10Quelles charges pèsent sur les pasteurs des Églises réformées de France ? De quoi se sont-ils rendus coupables qui leur ait valu l’exil ? On notera qu’à partir du moment où les griefs sont énumérés, Brousson passe de la 2e personne du pluriel, destinée à instaurer le dialogue, à une 3e personne qui lui permet de ne pas adresser ses reproches trop directement à ses interlocuteurs. Brousson s’adresse aux pasteurs comme s’il leur parlait de tiers.

11Un premier ensemble d’accusations tourne autour de leur infidélité doctrinale, c’est-à-dire de l’abandon de la norme scripturaire au profit de la raison. Les pasteurs ont essayé de « se tirer du commun » par la philosophie, une philosophie dont les maximes sont dangereuses et pernicieuses. Non seulement ils se sont détournés des enseignements traditionnels,

« mais en même temps ils insinüent que l’esprit de l’homme est naturellement si éclairé que lors qu’il s’applique avec soin à la recherche de quelque verité & qu’il se persuade qu’il en a conceu une idée claire & distincte, il ne sauroit se tromper. […] lorsque ces Mrs croyent avoir clairement & distinctement conceu quelque chose, ils se persuadent qu’ils sont infaillibles, & ils rejettent comme absolument faux tout ce qui se trouve contraire à leurs idées »

12Point n’est besoin d’être grand spécialiste pour reconnaître derrière l’expression « idée claire et distincte » l’impératif de la méthode cartésienne. Descartes n’est pas visé en tant que tel. Il incarne simplement la tentation philosophique, une sorte d’hubris à laquelle les chrétiens ne devraient pas céder en matière de foi, et moins encore les conducteurs des troupeaux. Le résultat est en effet catastrophique car la concurrence qu’exerce la philosophie sur la théologie amène les pasteurs à privilégier la raison au détriment de la révélation :

« On ne peut voir sans douleur que lors que ces nouveaux philosophes, soit qu’ils soient pasteurs, ou qu’ils ne le soient pas, trouvent que l’Ecriture n’est pas conforme à leurs prétenduës idées claires & distinctes, ils entreprennent de la tordre d’une maniere honteuse pour l’accommoder à leurs sentimens. » (10).

13Cet « attentat des nouveaux philosophes » (11), Brousson en donne deux exemples : la théorie cartésienne de l’animal-machine et l’héliocentrisme copernicien. Dès lors que les pasteurs préfèrent la science à la Bible, ils manifestent un orgueil qui leur vaut le courroux de Dieu. Brousson, repassant ici à l’interpellation, leur enjoint de revenir à une humilité de bon aloi :

« Il me semble, mes très honorez fréres, que nous devons […] ce respect à la Parole de Dieu que de lui soûmettre les foibles lumiéres de notre esprit. […] Cependant ne voit-on pas un grand nombre de pasteurs qui, tout pleins d’eux mêmes, plus jaloux de leurs propres sentimens & de leur vaine gloire que de l’honneur & du respect qu’on doit à Dieu, & cherchans plûtot à paroitre bon philosophes que fidéles ministres, tiennent ouvertement une conduite toute opposée ? N’arrive-t-il pas tous les jours que sur la chaire même de Vérité, ils entreprennent de debiter leurs mauvaises maximes & de détourner les sens de l’Ecriture pour l’accommoder à leurs vaines spéculations ? » (12- 13).

14Cette importance démesurée de la philosophie, Brousson en constate les conséquences désastreuses sur le discours dogmatique : les pasteurs se mettent à discuter de la trinité (16), du mystère de l’incarnation et du rôle du Saint-Esprit dans le cœur des fidèles (17), de l’imputation du péché d’Adam (18), de l’imputation de l’obéissance du Christ (20) ; ils prétendent que la grâce est universelle (22). Brousson vise ici le socinianisme, les hypothèses saumuriennes de Josué de La Place et de Moyse Amyraut, les théories de Pistorius, bien que, pour ce qui concerne la pente jugée arminienne de l’amyraldisme, Brousson tempère son attaque puisqu’il juge qu’en France, elle est restée « renfermée dans des bornes étroites ».

15Un deuxième ensemble de reproches tourne autour de la manière de prêcher :

« La plûpart des pasteurs pensoient bien moins à précher Jesus Christ qu’à se précher eux-mêmes. […] Ce n’étoient que belles pensées, que tours d’esprit, que jeux de mots, que citations des anciens docteurs de l’Eglise qui ont presque tous contribué à l’établissement de l’antichristianisme, mais dont la lecture servoit à faire paroitre les gens savans. Ce n’étoient que traits de l’histoire profane ; que figures de rhétorique, c’est à dire qu’ornemens de l’eloquence du siécle ; que points de philosophie touchez en passant ; que termes barbares de l’Ecole, qu’on peut appeller le langage de Babel ; qu’expressions relevées, où le peuple & les idiots, qui sont en beaucoup plus grand nombre que les autres gens, ont beaucoup plus besoin qu’eux d’être instruits, n’entendoient rien. » (25).

16Cette charge de Brousson est tout à fait intéressante, d’autant qu’elle est éclairée par ses propres prédications ultérieures, qu’on sait être pénétrées de la « langue de Canaan ». Celle de Babel, c’est, pour lui, celle de la raison – et de l’hubris. C’est l’orgueil du prédicateur qui s’écoute prêcher, qui privilégie la forme sur le fond, le savoir sur l’édification.

17Si les deux premiers groupes de reproches ont pu paraître sévères, que dire du troisième ? Là, Brousson s’en prend aux mœurs des pasteurs :

« Mais surtout que ne pourroit on pas dire sur les mœurs & les qualitez d’un très grand nombre de pasteurs ? C’est bien ici qu’il faut dire, Seigneur, à toi est la justice, & à nous la honte & la confusion de face. Vous savez, mes très honorez fréres, que les ministres de l’Evangile doivent être sans reproche, & qu’en toutes choses il faut qu’ils soient les modéles du troupeau. Cependant il y avoit bien peu de pasteurs qui fussent tels. » (28).

18Dans le dispositif du réquisitoire, les citations d’1 Timothée 3 et 2 Timothée 2, 15, Tite 1, 7 puis 1 Pierre 3, 15 interdisent en quelque sorte aux pasteurs de se défausser, d’exciper de la difficulté de leur tâche, d’invoquer des circonstances particulières. Confrontés à l’autorité des Écritures, ils sont en quelque sorte – du moins est-ce l’intention de Brousson – obligés de mesurer l’écart entre les compromis qu’ils ont cru bon de rechercher et le caractère absolu de la mission qui leur était confiée. On peut dire ici, et la suite le vérifiera, que l’anticléricalisme que déploie Brousson est d’autant plus radical que, considérant le ministre comme un exemple vivant pour le troupeau, il lui est interdit de défaillir en quoi que ce soit. L’inventaire de ses manquements n’a d’autre but que de le renvoyer à cet idéal qu’il devrait incarner. Autrement dit, l’anticléricalisme fait ici fond sur un fort cléricalisme, puisque la figure pastorale est investie par Brousson d’une valeur véritablement extraordinaire.

19À cette conception élitiste du ministère pastoral s’oppose la pratique routinière et essentiellement intellectuelle de la formation des ministres dans les académies. Pour les proposants, la carrière pastorale est moins une vocation qu’un métier :

« La plûpart avoient embrassé le ministére non parce qu’ils eussent les qualitez nécessaires pour l’éxercer dignement, mais parce qu’ils le regardoient comme un emploi capable de les faire subsister & de les faire honorer. D’ordinaire lors qu’on les y recevoit, on requeroit bien moins en eux la sainteté de la vie & les autres dons de l’Esprit de Dieu que les connoissances acquises. Pourvû qu’ils eussent fait leurs cours en philosophie & en théologie, qu’ils sçussent les langues & qu’ils fissent une proposition selon les régles de l’art, on passoit facilement sur tous leurs autres défauts » (28-29).

20En montrant que le ministère pastoral a fini par être considéré davantage comme un emploi rémunéré qu’une vocation, Brousson joue sur l’opposition johannique entre le mercenaire et le bon berger : « Le mercenaire et celui qui n’est point berger, à qui n’appartiennent point les brebis, voyant venir le loup, abandonne les brebis et s’enfuit, et le loup ravit et disperse les brebis » (Jean 10, 12, D. Martin).

21Sur le plan des mœurs proprement dites, Brousson n’hésite pas à forcer le trait : l’inventaire des vices est accablant, que seule vient tempérer l’expression « les autres » : c’est d’une responsabilité corporative qu’il est ici question :

« Les uns avoient scandalisé l’Eglise par leur impudicité. Les autres, durant le cours même de leur ministére, étoient intempérans, aimans le vin & la bonne chére. Les autres étoient boufons. Les autres étoient coquets. La conversation des autres n’étoit pas édifiante. Les autres étoient batteurs de pavé. Les autres étoient injustes, plaideurs & chicaneurs. Les autres ne songeoient qu’à faire des cabales dans les Eglises, dans les consistoires & dans les synodes. Les autres étoient sans zele & sans piété. » (29)

22Si l’on considère que Brousson respecte ici une gradation, c’est au moment où la morale rejoint la piété – ou plutôt l’immoralité rejoint l’impiété – que les manquements les plus graves sont dénoncés :

« Plusieurs ne chantoient presque jamais les loüanges de Dieu, ou s’ils les chantoient quelquefois, c’étoit avec si peu d’application & si peu d’ardeur qu’ils étoient en scandale à ceux qui jettoient les yeux sur eux. Les autres faisoient paroitre tant de tiédeur dans les fonctions de leur ministére qu’ils rallentissoient le zéle du peuple, bien loin de l’exciter & de l’enflâmer. Les autres faisoient connoitre par leur conduite qu’ils craignoient plus les hommes que Dieu. Ils témoignoient tant de foiblesse & tant de timidité qu’ils n’en faloit pas davantage pour ébranler la fermeté de ceux qu’ils devoient fortifier par leur éxemple, & qui alloient être exposez à de terribles épreuves. Ils fermoient même le Royaume des cieux au devant des hommes car, sous prétexte qu’on leur défendoit d’y recevoir ceux qui souhaittoient d’y entrer, ils leur en fermoient la porte, ne considérans pas que Dieu en chasse ceux qui veulent en exclure les autres. » (29).

23L’accusation portée contre les pasteurs est d’une extrême gravité : ils négligent la piété, et en viennent même à adorer d’autres dieux sous la figure de l’autorité politique ; ce faisant, ils se compromettent mais, pire, ils empêchent les fidèles, qui paraissent à présent plus victimes que coupables, d’accéder au salut. La thématique de l’orgueil sous-tend à nouveau le propos. À l’humilité de la tâche pastorale, au soin des plus petits, est opposée la quête de notoriété : elle passe par une soumission excessive au pouvoir politique, comme on vient de le voir. Mais elle peut aussi, horreur suprême, rejoindre la déviance que constitue le papisme :

« Nôtre Seigneur dit qu’on reconnoîtroit ses disciples à l’amour qu’ils auroient les uns pour les autres ; mais ceux-ci étoient malins, jaloux, envieux ; se méprisans les uns les autres, se haïssans & se déchirans mutuëllement. Plusieurs négligeoient les prisonniers, les malades, les pauvres & ceux qui étoient affligez en d’autres maniéres. Ils n’avoient pas le soin d’instruire en particulier les ignorans, de fortifier les foibles, de ramener les égarez, de corriger les vicieux & de reconcilier les personnes divisées. Les autres étoient vains & superbes. Il y en avoit même qui vouloient dominer comme des patriarches & des papes. D’ordinaire ceux qui exerçoient leur ministére dans les villes les plus considérables imitoient en quelque sorte l’evêque de Rome & s’imaginoient que la grandeur de la ville où ils étoient établis les élevoit au dessus de leurs fréres. » (30).

24Pour saisir la portée de cette dernière attaque, il convient de rappeler que, selon la Discipline des Églises réformées de France, les rapports entre ministres et entre Églises sont régis par une stricte égalité : « Les ministres ne pourront prétendre primauté les uns sur les autres » (I, 16) ; « Nulle Église ne pourra prétendre primauté ni domination sur l’autre, ni une province sur une autre » (VI, 1). Brousson connaît bien cette Discipline, et les lecteurs auxquels il s’adresse également. Il n’a guère besoin d’insister pour se faire entendre. Notons au passage qu’on pourrait, en regard de l’accablant inventaire qu’il dresse, faire figurer différents articles de cette même Discipline. Citons par exemple le fait que l’examen des candidats au ministère doit se faire non seulement en fonction de leur doctrine mais également de leurs mœurs (I, 1) ; la signature d’une confession de foi (I, 9) ; l’obligation de rester au service de l’Église jusqu’à ce qu’on en soit déchargé (I, 11) et la menace d’excommunication pour les « déserteurs » (I, 23) ; le caractère exclusivement scripturaire de la prédication, la sobriété rhétorique (I, 12) ; leur comportement exemplaire en matière de mœurs, notamment vestimentaires (I, 20).

25Ayant stigmatisé le corps pastoral dont le comportement explique à ses yeux que Dieu ait châtié les Églises dont ils étaient responsables, Brousson voit bien le danger de l’amalgame. S’il admet que tous les ministres ne sont pas coupables des mêmes errements, il insiste néanmoins sur la nécessaire solidarité dans la culpabilité. Indice de cette solidarité dont lui-même ne peut s’exclure, il passe à présent à la 1re personne du pluriel :

« Il y avoit pourtant parmi les pasteurs de bonnes ames qui étoient distinguées par leur piété, & qui gémissoient dans la vuë d’une si grande corruption. Mais puisque le châtiment est général, nous devons tous y faire de salutaires réflexions. […] Nous devons donc reconnoître tous, & pasteurs, & anciens, & diacres, & troupeaux, & grands & petits, & riches & pauvres, que nous sommes de grands pécheurs. […] A l’égard des persécuteurs, qui sont les verges dont Dieu se sert pour nous frapper, quoique nous confessions que nous sommes de grands pécheurs & que c’est avec raison que Dieu nous châtie, ils ne doivent pas inferer de là que la religion que nous professons doit être mauvaise. Nôtre religion est pure & sainte, mais nous l’avions deshonoré par nôtre mauvaise conduite. » (30-32).

26Cette litanie de vices et d’immoralités se donne, on l’a vu, comme une explication de ce qui s’est passé. Mais Brousson ne s’en tient pas là : après la censure vient l’exhortation. Elle n’est pas exempte de critiques, et constitue même le second volet de l’anticléricalisme que déploie l’avocat. Ce qui a pu apparaître comme un devoir – l’obéissance au souverain – et comme une excuse – l’obligation de l’exil – ne saurait constituer un choix définitif. La concession que Brousson paraît faire à ses interlocuteurs n’est qu’une captatio benevolentiae de courte durée :

« Vous devez, mes très honorez fréres, examiner si vôtre retraite, considérée par rapport à vos troupeaux, est parfaitement juste. En sortant de France pour la Religion, vous êtes devenus des confesseurs de la vérité, cela est vrai. En cela vous faites connoître que vous voulez être du nombre des fidéles qui ont tout quitté pour l’Evangile. Mais comme vous n’étes pas de simples fidéles & que vous étes aussi des pasteurs, vous devez considérer, mes très honorez fréres, si par vôtre retraite & par vôtre longue absence, vous remplissez tous les devoirs de vos saintes charges. » (34-35).

27De la même manière qu’il a opposé au début la religion et la philosophie, ou l’autorité de la raison prenant le pas sur celle de la révélation, Brousson entend montrer que le devoir d’obéissance à Dieu doit, en dernière instance, l’emporter sur la soumission aux autorités politiques :

« Il est vrai que les hommes vous ont interdit de précher, mais Dieu vous le commande. Si c’étoient les hommes qui vous eussent établi dans le ministére, ils auroient le pouvoir de vous l’interdire. Mais puisque c’est Dieu qui vous a ordonné d’annoncer son Evangile, il n’y a que lui qui ait le droit de vous imposer silence, & vous devez lui obéïr plûtot qu’aux hommes. » (35).

28C’est encore à l’origine divine de leur ministère que les pasteurs sont renvoyés. Comme il le fait depuis 1683, Brousson estime que Romains 13 (« soyez soumis aux autorités ») ne saurait servir d’alibi à ceux qui invoquent ce verset pour justifier leur silence ou leur départ. Les pasteurs, considère-t-il, restent trop longtemps à l’abri et préfèrent, par confort, obéir aux lois humaines. Brousson, quant à lui, estime que la logique sans concession d’Actes 5, 29 (« il vaut mieux obéir à Dieu qu’aux hommes ») doit prévaloir. Les pasteurs sont renvoyés à leurs devoirs et à leur ministère ordinaire, d’autant que Dieu ne se résout pas au silence et donne à son Église des ministres extraordinaires : « Vous pouvez apprendre tous les jours que Dieu suscite d’autres pasteurs pour ramener ces pauvres brébis égarées, les brébis égarées entendent leur voix ; et qu’elles les suivent » (35). Le fait d’avoir exhorté leur troupeau avant de s’exiler ne les dispense pas d’exercer pleinement leur ministère pastoral dès lors que l’orage s’est un peu calmé. Tourner la page serait faire preuve d’un grand égoïsme, puisque les brebis n’ont pas bénéficié du même privilège que les pasteurs :

« On vous a donné des passeports, mais on vouloit retenir le peuple. Quelques uns pouvoient bien échapper, mais il étoit mal-aisé que près de deux millions d’ames peussent sortir d’un royaume où on les renfermoit avec soin. Dans les autres Etats on n’avoit peut-être pas non plus le pouvoir ou la volonté de recüeiller [sic] tant de monde. Cela même qu’on empêche nos fréres de sortir de France doit vous faire juger que Dieu, dont la Providence conduit toutes choses, ne veut pas transporter son Chandelier de ce royaume là. Quoi qu’il en soit, il suffit que vos brébis égarées y sont pour vous obliger à les aller chercher quand il n’en resteroit qu’une ; il faudroit quitter les autres pour aller chercher celle-là [Matth. 18. 12]. Que vous semble ? dit nôtre Seigneur ; Si un homme a cent brébis & qu’il en ait une égarée, ne laisse-t-il pas les quatre vingt dix neuf autres pour s’en aller aux montagnes chercher celle qui s’est égarée ! Elles sont tombées dans le piége de l’ennemi, elles gémissent jour & nuit sans avoir la force ou le courage de se tirer de ses mains, c’est à vous à les en arracher. Ce sont des roseaux cassés, que Dieu ne brise point ; mais selon la volonté révélée, c’est par vôtre ministére qu’il veut empêcher qu’ils n’achevent de se briser. Ce sont des lumignons fumans, qu’il n’etaint point ; mais c’est par vôtre ministére qu’il veut empêcher qu’ils n’achévent de s’éteindre. » (36).

29La kyrielle des citations et allusions bibliques renvoie toujours, lancinante, au caractère surnaturel du ministère pastoral. Quant à ceux qui seraient tentés de se prévaloir de l’exemple des premiers siècles de l’Église chrétienne, ils sont sèchement renvoyés à la faillibilité des clercs et à la seule autorité valable, celle de l’Écriture. Inversement, c’est au caractère exemplaire des pasteurs de l’Église primitive que les interlocuteurs de Brousson sont priés de se rapporter :

« L’histoire ecclésiastique parle bien de plusieurs evêques qui ont fuï à cause de la persécution. Mais outre que ces evêques n’étoient pas infaillibles & que nous ne trouvons l’infaillibilité que dans la Parole de Dieu, sur laquelle seule nous serons jugez, nous voyons d’ordinaire dans l’histoire ecclesiastique que, lors que la persécution regardoit aussi bien les troupeaux que les pasteurs, les pasteurs étoient les prémiers à s’exposer au danger, pour rassûrer par leur exemple les autres fidéles. Mais principalement à Rome, avant l’établissement de l’anti-christianisme, on a vû durant les trois prémiers siécles qu’un evêque n’y avoit pas plûtot soufert le martyre qu’un autre evêque prénoit sa place, en telle sorte que durant ces trois prémiers siécles, tous ceux qui y ont été établis evêques, à la réserve peut-être d’un seul, ont été martyrs. » (36-37).

30Remontant le cours du temps, Brousson fait la même remarque à propos des stratégies d’évitement du Christ et des apôtres. Quand Jésus Christ a fui, d’une part « il savoit le sécret du Conseil de Dieu », et d’autre part « il revenoit ensuite, & il s’exposoit de nouveau au danger ». Il fut en cela imité par ses disciples :

« Quand la mort étoit absolument inévitable & que Dieu leur laissoit la liberté de s’éloigner, ils le faisoient ; mais ensuite ils visitoient de nouveau les Eglises, & enfin ils ont presque tous soufert la mort pour rendre témoignage à la Vérité & pour donner aux autres fidéles des exemples de constance » (37).

31S’il ne s’agit pas d’inciter au martyre, il n’est pas non plus question de tout faire pour l’éviter :

« Les saints apôtres ont fait la même chose. Quand la mort étoit absolument inévitable & que Dieu leur laissoit la liberté de s’éloigner, ils le faisoient ; mais ensuite ils visitoient de nouveau les Eglises, & enfin ils ont presque tous soufert la mort pour rendre témoignage à la Vérité & pour donner aux autres fidéles des exemples de constance. »

32Il ne s’agit pas que la dénonciation pastorale des exhortations à courir au martyre serve d’alibi à la lâcheté : « Mais il ne faut pas que cette prudence dégénére en timidité, en tiédeur & en lâcheté. Il ne faut pas que ce soit une prudence charnelle qui les porte à abandonner les fonctions de leur ministére pour éviter absolument le danger. » (38)

33Passons sur les longs développements apocalyptiques inspirés de Jurieu parlant des « deux témoins et l’Apocalypse » (45-51). On relèvera simplement à leur propos le caractère profondément théologique, et même la dimension millénariste, de l’anticléricalisme de Brousson. C’est à partir du constat de la défaillance des ministres qu’il se lance dans une exégèse figurative du verset de Luc 19, 39-40 :

« Craignez donc, mes très honorez frères, que Dieu ne suscite de pareils ouvriers pour sa moisson. Nous voyons déjà l’accomplissement de ce que Jesus Christ avoit prédit touchant les ministres de son Evangile, en parlant de ses disciples. Si ceux-ci se taisent, avoit-il dit, les pierres mêmes crieront. Parce que vous vous étes teus, les pierres crient déjà. Prenez garde, mes très-honorez fréres, que Dieu ne continuë à les faire crier ; qu’il n’en fasse même crier beaucoup d’autres ; & qu’il ne vous laisse muets. Il les fait crier, & pour confondre ses ennemis, & pour vous émouvoir à la jalousie. » (52-53).

*

34Je conclurai en évoquant la « Defense du dit Sr Brousson sur la susditte Lettre adressée à Messieurs les pasteurs refugiés I. La sincerité de l’auteur. II. Sa vocation. III. Sa justification sur diverses plaintes qu’on lui a fait à l’occasion de ses Lettres aux pasteurs réfugiés » (1er septembre 1688) (Lettres et opuscules, p. 116-154), où Brousson répond à trois critiques qui lui ont été adressées :

  • Brousson est d’abord accusé d’usurper la fonction pastorale (121) : « A l’égard de ma vocation, on dit que puis que je ne suis pas revêtu du caractére de pasteur & que je ne prouve pas par des signes & des miracles que j’ai une vocation extraordinaire, je n’ai pas le droit de faire ce que je fais. » Brousson réplique qu’il suffit d’être chrétien, ancien de l’Eglise de Dieu, confesseur de la vérité, craignant Dieu, ayant du zèle pour sa gloire.

  • Il est ensuite accusé de pratiquer l’amalgame (137) « en taxant messieurs les pasteurs d’une maniére assez commune & générale, de quantité de choses dont la plûpart sont, par la grâce de Dieu, du tout innocens ». Brousson (140) se défend : il n’a pas dit que tous ses « fréres aient commis tous les péchéz et tous les abus » dont il parle. On a vu que, par le jeu des pronoms personnels et d’autres subtilités rhétoriques, il s’était effectivement montré prudent. Il n’empêche que Brousson, en plaçant ses propos dans le cadre eschatologique, radicalise et généralise de fait. D’ailleurs, aussitôt sa remarque faite, il ajoute que « plusieurs pasteurs refugiez, qui regardent plûtot les choses par rapport à Dieu que par rapport aux hommes, m’ont avoüé que toutes ces choses sont véritables, & qu’ils en passent condamnation ».

  • Il est enfin accusé de lâcheté (153) :

« Je croi […] que je ne dois pas passer sous silence ce qu’il dit, que puisque j’exhorte les pasteurs à aller en France pour y précher l’Evangile, je devrois y aller moi-même le prémier, & que s’il ne me manque que la vocation, on me la donnera facilement. Sur quoi j’ai à vous dire, mes très honorez fréres, qu’il me semble que lors qu’on nous exhorte à faire nôtre devoir, il n’est pas à propos de répondre qu’on doit le faire pour nous & de nous décharger sur autrui de ce que nous sommes obligez de faire nous même. Je souhaitterois que Dieu m’eût donné & le talent qu’il vous a donné & celui que j’ai receu de sa grace ; & je voudrois en même tems pouvoir faire valoir & l’un & l’autre ; mais Dieu distribuë ses dons comme il lui plaît. Je combas en ma maniére, & vous devez combattre en la vôtre. »

  • 3 Voir le Brousson d’Antoine Court, Paris : Bergers & Mages, 1961, p. 43.

35Retour ironique du destin sur celui qui profère l’un des plus vigoureux discours anticléricaux du protestantisme français, Claude Brousson va franchir le pas. L’année suivante (décembre 1689), il reçoit la consécration pastorale3.

Notes

1 Huldrych Zwingli, Le Berger. Traduction française du traité Der Hirt et présentation par Jaques Courvoisier, Paris : Beauchesne, 1984.

2 Voir E. Labrousse, « Le débat sur l’exil des pasteurs français en 1685 », in : Conscience et conviction. Études sur le xviie siècle, Paris/Oxford : Universitas/Voltaire Foundation, 1996, p. 118-133 – qui signale F. Du Vidal, Des devoirs des pasteurs et des peuples par rapport à la persécution et au martyr, Rotterdam, 1695.

3 Voir le Brousson d’Antoine Court, Paris : Bergers & Mages, 1961, p. 43.

© LARHRA, 2003

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search