Version classiqueVersion mobile

L’Anticléricalisme intra-protestant en Europe continentale (xviie-xviiie siècles)

 | 
Yves Krumenacker

Le débat sur le départ des pasteurs dans les lettres pastorales de l’époque de la Révocation de l’édit de Nantes.

Agnieszka Stelegowska

Texte intégral

  • 1 Tels chiffres sont indiqués par Marianne Carbonnier-Burkard et Patrick Cabanel, Une histoire des pr (...)

1Parmi les nombreux débats, auxquels la Révocation confère une importance nouvelle, il y a sans doute celui du départ des pasteurs, moins par la nouveauté du phénomène, puisque les départs des pasteurs se sont poursuivis à la suite des interdictions du culte, ou encore de l’échec du projet de la résistance passive de Claude Brousson de 1683, que par son envergure. En conséquence de l’Edit de Fontainebleau interdisant à la fois le départ aux fidèles et l’ordonnant aux pasteurs, sur 780 pasteurs en activité ou « déchargés » se trouvant encore en France, 620 soit environ 80 % optent pour l’exil, le reste choisissant de se convertir au catholicisme1.

2Ces pasteurs qui, profitant de la possibilité qui leur a été offerte par l’article quatre de l’Edit de Fontainebleau ont quitté la France à la Révocation, sont-ils fugitifs, fuyant le régime impitoyable de Louis XIV (ce qui implique leur propre initiative), bannis par ce régime (ce qui implique le caractère forcé de leur départ), ou bien sont-ils traîtres et lâches qui abandonnent leurs troupeaux à l’heure de l’épreuve ?

  • 2 Brousson Claude, Lettres aux fideles de France refugiez dans les Etats Protestans. Avec une lettre (...)

3Le débat sur le départ des pasteurs, s’inscrivant dans une polémique plus large, à la fois celle sur l’état moral et religieux du protestantisme français, et celle sur les devoirs des pasteurs en général, puisque non seulement le départ des pasteurs a fait l’objet de controverses, mais aussi leur activité d’avant (Claude Brousson ne leur trouve pas moins de 12 fautes relatives à la religion dont les principales concernent la manière de prêcher l’Evangile, et 23 « crimes ordinaires », qui font des pasteurs d’aussi grands pécheurs que les fidèles2), peut être considéré, en fonction des interlocuteurs qui y prennent part, sur divers plans, chacun lui conférant une signification différente.

  • 3 Bossuet, Lettre pastorale de Monseigneur l’Evesque de Meaux aux Nouveaux Catholiques de son Diocèse (...)
  • 4 Brousson Claude, La sortie de France pour cause de religion de Daniel Brousson & de sa Famille (168 (...)
  • 5 Labrousse Elisabeth, « Le débat sur l’exil des pasteurs français en 1685 », Conscience et convictio (...)
  • 6 Bost Charles, Les premiers Prédicants Protestants des Cévennes et du Bas-Languedoc. 1684- 1700., Pa (...)
  • 7 Brousson Claude, Lettre aux fidéles de France refugiez dans les états protestants..., op.cit., Seco (...)

4Tour à tour, enjeu de la propagande lorsqu’elle était débattue par les membres des élites catholique et réformée (pour Bossuet3 le départ des pasteurs, présenté comme une trahison, servait d’argument afin de mieux conquérir les réformés), illustration des diversités d’opinion au sein même du corps pastoral qu’un contemporain déjà qualifiait d’un « corps divisé (qui) consistoit en grande quantité de têtes »4 (cet aspect a fait l’objet des études d’Elisabeth Labrousse5 et de Charles Bost6), la question du départ des pasteurs, considérée « par rapport aux troupeaux »7, pour reprendre l’expression de Claude Brousson, est aussi révélatrice des relations entre les pasteurs et les fidèles. C’est sur ce dernier aspect que nous nous proposons de nous concentrer en nous questionnant sur la réalité du débat entre les pasteurs réfugiés et leurs « cy-devant fidèles », ses manifestations, et enfin sur sa signification. Le débat sur le départ des pasteurs, relevait-il d’une hostilité passagère due à la situation difficile dans laquelle s’est trouvé le protestantisme français au lendemain de la Révocation, ou bien d’un phénomène plus profond que l’on pourrait associer à l’anticléricalisme ?

  • 8 Sur les lettres pastorales, il convient de consulter les travaux d’Elisabeth Labrousse, notamment « (...)
  • 9 Anon., Exhortation aux protestans de France exposez à une nouvelle persécution, chez Abraham Acher, (...)
  • 10 En dehors de la lettre évoquée plus haut, nous allons nous pencher notamment sur : Benoist Elie, Le (...)

5Nous allons essayer d’apporter quelques éléments de réponse, en questionnant les « acteurs » des événements à travers leurs écrits si abondants et divers au lendemain de la Révocation. Du côté des pasteurs, nous allons nous pencher sur quelques lettres pastorales8, genre qui sans être nouveau, a fait sa réapparition au cours des années 1682-1683 et a connu un grand succès. Source privilégiée pour l’étude des relations entre les pasteurs réfugiés et leurs anciens fidèles, car elles constituent le moyen - parfois le seul - pour les ministres au Refuge de garder le contact avec les réformés restés en France, les lettres pastorales en sont également une quant à la question particulière du départ des pasteurs. « Dialogue avec des absents », elles prennent parfois cette absence même pour un des sujets, et leurs auteurs glissent au passage, entre les consolations et les conseils, des remarques à ce propos. Il en va ainsi pour les lettres pastorales qui nous intéresseront particulièrement. A l’exception d’une, sensiblement postérieure aux autres mais intéressante car elle démontre une certaine continuité des attitudes9, ces lettres écrites au cours des années qui ont suivi la Révocation (le contenu l’indique plus que les données bibliographiques, souvent absentes), publiées dans la plupart des cas sans nom d’auteur, présentent plusieurs traits communs au point que l’on peut parler de leur caractère exemplaire quant à la question du départ des pasteurs10.

  • 11 Anon., Lettre écrite à un François réfugié, de la part de quelques réformez détenus captifs en Fran (...)
  • 12 Anon., Lettre d’un françois réfugié à la Haye à un nouveau converti des Cévennes, s.l., datée du 23 (...)
  • 13 Benoist Elie, Histoire et apologie de la retraite des pasteurs à cause de la Persecution de France.(...)
  • 14 D’Artis Gabriel, Sentiments dés-intéressés sur la retraite des pasteurs de France ou examen d’un li (...)
  • 15 Brousson Claude, Lettres aux fideles de France refugiez dans les Etats Protestans..., op.cit. Le mê (...)
  • 16 Roman Jean, Relation sommaire et veritable de ce que Dieu a fait par le Ministere du Sieur Jean Rom (...)

6Quant à « l’autre camp », celui des fidèles, nous ne pouvons prendre qu’une modeste contrepartie, en nous référant à deux lettres abordant la question, notamment une lettre très controversée des réformés restés en France à leurs pasteurs réfugiés11 et une autre, d’un réfugié à un nouveau converti, dans laquelle l’auteur exprime en même temps sa déception des pays du Refuge et ses regrets d’avoir suivi les conseils des pasteurs12. Nous allons également recourir, de manière ponctuelle, aux écrits très connus, d’Elie Benoist13, de Gabriel D’Artis14, ainsi qu’aux lettres de Claude Brousson15 et au récit du prédicant Jean Roman16.

  • 17 Dumont de Bostaquet, Mémoires inédits de Dumont de Bostaquet gentilhomme normand sur les temps qui (...)
  • 18 Op.cit., p. 105.

7Le terme de « débat » sur l’exil des pasteurs est-il approprié à la réalité dans le cas précis des relations entre les pasteurs réfugiés et leurs « cy-devant » troupeaux ? On rencontre rarement les traces des critiques des pasteurs dans les récits des non-pasteurs. Si elles apparaissent, elles concernent tout au plus les pasteurs apostats, comme c’est le cas dans les Mémoires de Dumont de Bostaquet17. Rencontrant sur son chemin un pasteur apostat qui, afin de l’encourager à devenir catholique, essaie de lui démontrer qu’en fin de comptes la religion catholique n’est pas aussi perverse que les réformés le pensent, Bostaquet répond avec ironie qu’il regrette que le pasteur en question n’ait pas pris soin de le lui apprendre plus tôt et qu’il lui a menti pendant tant d’années18.

8L’absence de la question dans la plupart des écrits porterait donc à croire que pour l’opinion publique réformée elle ne se pose pas. Les pasteurs ont été bannis et ils méritent la compassion au même titre que les fidèles.

  • 19 Anon., Lettre des réformés captifs..., op.cit.
  • 20 Benoist répond à cette lettre dans Histoire et apologie de la retraite des pasteurs..., op.cit.

9A leur tour, les pasteurs semblent se refuser au terme du débat avec les fidèles au sujet de leur départ. Benoist notamment, en répondant à la Lettre des réformés captifs en France aux ministres réfugiés...19, critiquant fortement l’attitude des pasteurs qui à la Révocation ont quitté la France, essaie d’en minimiser l’importance, en en réduisant la portée à une poignée de « trop zélés »20.

  • 21 Anon., Lettre aux fidelles protestans de la province de Poitou..., op.cit., p. 5.
  • 22 D’Artis Gabriel, Sentimens dés-interessés sur le retraite des pasteurs..., op.cit., p. 7.

10L’absence (ou presque) de la question dans les récits des laïcs, et le refus des pasteurs de lui attribuer ce nom, ne signifient pas pour autant que la polémique à ce sujet entre les ministres et leurs « cy-devant fidèles » n’existait pas. Le même Benoist entreprend quand même de répondre aux accusations contenues dans la lettre évoquée. L’auteur anonyme de la Lettre aux fidelles protestans de la province de Poitou exprime sa « douleur extrême » à la nouvelle des « plaintes que l’on fait contre nous »21 véhiculées également par une lettre, écrite par un particulier, mais exprimant, suppose l’auteur, l’avis de plusieurs. Gabriel d’Artis, opposant de Benoist, à son tour parle de ces fidèles « qui croient que les Pasteurs ont tres-mal fait de sortir de France, & qui regardent leur retraite comme une demarche directement oposée aux devoirs les plus essentiels de leur Ministere »22

11A en juger par la place que la question occupe et surtout par la fréquence avec laquelle elle revient, elle préoccupait beaucoup les réformés. Les lettres pastorales qui, il est vrai, semblent être parfois des « réponses sans questions », puisque les « accusations » des fidèles manquent, laissent entrevoir que la polémique était bien réelle.

  • 23 L’origine de cette lettre a fait l’objet de plusieurs spéculations. Charles Bost est convaincu que (...)
  • 24 D’Artis Gabriel, Sentimens dés-interessés sur la retraite des pasteurs..., op.cit.
  • 25 Benoist Elie, Histoire et apologie de la retraite des pasteurs..., op.cit., p. 68.
  • 26 Elie Benoist fonde sa conviction sur l’origine protestante de la lettre sur « le caractere du langa (...)

12Dans ce débat La lettre des réformés captifs en France... occupe sans doute une place exceptionnelle, moins en tant qu’une « voix » réformée, condamnant les pasteurs, puisque son authenticité reste sujet à controverses23 mais plutôt par le caractère « exemplaire » de son contenu, qui donne une idée en quoi pouvaient consister les reproches des réformés face aux pasteurs. Les contemporains semblent d’ailleurs ne pas avoir de doutes quant à l’authenticité de cette lettre. Gabriel d’Artis l’attribue à Brousson24 et Benoist, même s’il se questionne sur sa provenance, conclut finalement à celle d’un protestant animé, il est vrai, « d’un zéle sans connoissance »25. Cette unanimité des contemporains prouve que les arguments qui y étaient avancés n’avaient rien de surprenant pour les pasteurs, donc qu’ils n’étaient pas isolés. Si l’auteur ou les auteurs ont pris la peine d’imiter le style « réformé », tâche compliquée, souligne Benoist26, ils ont imité aussi les arguments « en vigueur », puisque les auteurs des lettres pastorales semblent répondre justement à ces arguments.

13De quel ordre sont les « charges » retenues contre les pasteurs par les auteurs de la Lettre des réformés captifs en France ? Le contenu de la lettre se partage essentiellement entre les reproches destinés aux pasteurs, celui notamment d’avoir abandonné les fidèles en proie à des tentations qui, en l’absence de ceux dont le rôle est de les soutenir et qui ont choisi le repos dans les pays de la liberté de conscience, ont amené un grand nombre de « révoltes », les voeux, concernant leur imminent retour là où est leur place, auprès des fidèles, même au prix du martyre, les questions, sur les explications qu’ils fourniront, lorsque Dieu leur réclamera les troupeaux, ou encore les réfutations des arguments susceptibles de jouer en faveur de leur décision.

  • 27 Anon., Lettre aux fidelles protestans de la province de Poitou..., op.cit., p. 5.
  • 28 Loc.cit.
  • 29 Loc.cit.

14Face à ces accusations ou à des accusations semblables, les pasteurs sont sur la défensive, affirmant : « nous n’avons jamais commis la faute que l’on nous impute »27. Malgré ces déclarations fermes, ils se sentent obligés de fournir des explications, de se « disculper »28, et de démontrer leur « innocence »29. Pour ce faire, ils ont recours à des procédés tellement répétitifs, que l’on peut les qualifier de « stratégies », dont trois semblent particulièrement répandues. La première consiste en un refus des reproches, la deuxième en un effort de re-définition de la notion des devoirs des pasteurs, adaptée au temps, et la troisième en un « détournement » de la question, visant - procédé peut-être pas très charitable - à charger de la faute les fidèles ou encore à focaliser la question sur les pasteurs apostats.

  • 30 Op.cit., p. 6.
  • 31 Op.cit., p. 5.
  • 32 Il s’agit, bien entendu, de la Lettre d’un pasteur banni de son pays à une église qui n’a pas fait (...)
  • 33 Vial André, Lettre d’un pasteur à son Troupeau..., op.cit., p. 1.

15Premièrement, les pasteurs nient en bloc tous les reproches. Ils ne sont pas traîtres, et leur départ n’est ni une trahison, ni un abandon. Soulignant constamment leur exactitude dans l’accomplissement des devoirs avant la Révocation, leur propre courage et leur dévouement au service de Dieu et des fidèles, les pasteurs rejettent avec douleur l’accusation que seule la volonté de sauver leurs propres vies les a poussés à sortir de France, et qu’il y ont volontairement abandonné leurs enfants pour garder leurs biens. « Ce jugement est sans fondement & sans charité »30, constate avec amertume l’auteur de la Lettre aux fidelles protestans de la province de Poitou, rappelant en même temps que les pasteurs ont attendu d’être poussés aux dernières limites, avant de se décider à quitter la France. « N’avons nous pas attendu que le dernier coup eut été frappé ? »31, demande le même auteur. Le départ apparaît donc comme inévitable, les pasteurs ayant épuisé tous les autres recours possibles, mais en même temps involontaire puisque, Elie Benoist tient à le souligner dès le titre de sa lettre32, il s’agit là d’un bannissement, survenu d’ailleurs en partie par la faute des fidèles qui ont péché contre les commandements de Dieu. Le départ des pasteurs constitue une preuve de la justice et de la bonté de Dieu33, justice puisque il a privé ainsi du ministère les fidèles qui s’en sont montrés indignes, bonté car la conservation des pasteurs est révélatrice des intentions de Dieu, et signifie qu’il ne veut pas entièrement abandonner les troupeaux. Le départ des pasteurs a donc un caractère providentiel. Ne relevant que de la décision de Dieu, il n’est pas vraiment ce que l’on pourrait appeler la « décision » des pasteurs.

  • 34 Anon., Exhortation aux protestans de France..., op.cit., p. 3.
  • 35 Benoist Elie, Lettre d’un pasteur banni..., op.cit., p. 8-9.

16Tout comme il n’a rien d’une trahison, leur départ n’a également rien d’un abandon. « Comment pourrions-nous vous oublier après avoir été unis aussi étroitement que nous l’avons été ? »34 - écrivait en 1699 l’auteur de l’Exhortation aux protestans de France exposés à une nouvelle persécution. Les pasteurs soulignent la continuité de leur attachement aux fidèles, renforcé encore par la persécution et la séparation ainsi que la continuité du « dessein » pastoral, adapté au temps. La même bouche, déclare Elie Benoist35, qui pendant tant d’années proférait les messages d’instruction et de consolation, profère à présent les reproches « salutaires ». La séparation qui est seulement un éloignement physique, l’attachement des pasteurs restant le même, n’a qu’un caractère temporaire. A la manière de Moïse priant pendant qu’Israël combattait la tribu d’Amaleq, les pasteurs continuent à prier pour les fidèles, et, comme le promet André Vial, ils

  • 36 Vial André, Lettre d’un Pasteur Refugié aux Protestans de France, qui s’assemblent en diverses Prov (...)

« se rendront au milieu de vous, pour vous consoler, & combattre avec vous les ennemis communs de nôtre Salut ; ils attendent avec impatience que vous les rappelliez pour vous mener le long des eaux coyes, & en des parcs herbeux. Dés qu’ils sauront que vous aurés formé un dessein ferme & inebranlable de ne plus toucher à aucune chose soüillée, de ne plus communiquer avec les Idolatres, ou pour m’expliquer plus clairement de ne plus aller à la Messe, leur en deut-il couter mille vies, ils iront reprendre leur houlete pastorale pour conduire leurs cheres brebis que J.Christ a commise a leur inspection, & meler leur Sang avec le vôtre, si Dieu se veut servir d’eux & de vous pour séeller sa verité. »36

17L’image est, certes, optimiste, puisqu’elle implique la victoire finale, mais les promesses restent vagues, et surtout lourdes en conséquences pour les fidèles. Le retour des pasteurs ne pourra se produire que lorsque les fidèles redeviendront brebis, ce qui engage l’entière responsabilité des troupeaux pour le retour des pasteurs, tout d’ailleurs comme pour la délivrance des églises.

  • 37 Anon., Lettre des réformés captifs..., op.cit., p. 301.
  • 38 Vial André, Lettre d’un pasteur réfugié aux Protestans de France..., op.cit., p. 4.
  • 39 Anon., Lettres aux Fidelles Protestans de la province de Poitou..., op.cit., p. 3.
  • 40 Loc.cit.

18La notion du rôle des pasteurs semble subir une re-définition. Leur devoir est naturellement toujours celui de prier pour les fidèles, de les conforter par les exhortations et les assurances des pensées compatissantes, exprimées notamment dans les lettres pastorales qui donnent lieu aux pasteurs de continuer leur fonction. Néanmoins la présence des pasteurs auprès des fidèles, tant réclamée par les auteurs de la Lettre des réformés captifs, n’est pas nécessaire, et l’absence ne va nullement à l’encontre de leurs devoirs, d’autant plus qu’elle n’est, ils tiennent à le souligner, que temporaire. Les fidèles ne restent pas seuls, comme s’en plaint l’auteur de la Lettre..., sans avoir « ny signes, ny prophéties, ny personne qui nous dise jusques quand »37. Les enseignements antérieurs des pasteurs, leurs lettres et surtout l’Ecriture, cette « armure celeste »38, « ce riche tresor »39 où se trouvent tant « des promesses avantageuses, des consolations admirables, & des exemples »40, peuvent avec succès leur tenir la place de guides.

  • 41 Anon., Lettre aux Protestans de France sur la revolte de quelques uns de leurs Ministres..., op.cit(...)
  • 42 Benoist Elie, Lettre d’un pasteur banni..., op.cit., p. 8.

19De même que les pasteurs justifient leur absence, ils refusent avec force qu’on les charge de la responsabilité inconditionnelle pour les troupeaux, et plus encore pour les « révoltes » des fidèles, n’y voyant que les vains prétextes avancés par des « libertins et profanes »41, qui essaient de justifier leur faute en leur en rejetant la responsabilité. Le rôle des pasteurs dans la situation présente est d’avertir les fidèles du mal qui les menace pour ne pas contribuer à leur perte par le silence, affirme Elie Benoist42, ce qui n’implique pas pour autant qu’ils se sentent responsables des « chûtes ».

20La notion des devoirs des pasteurs, conçue ainsi, excluant le caractère nécessaire de leur présence auprès des fidèles et refusant la responsabilité pour le sort « postérieur » des troupeaux, paraît donc assez limitée. Cette « responsabilité limitée » des pasteurs face aux fidèles se solde en contrepartie, semble-t-il, par une confiance limitée des « cy-devant » fidèles, se manifestant par une certaine perte de prestige ou tout au moins des « privilèges » dus à leurs fonction.

  • 43 Pour n’en donner que deux exemples : Dauzou Pierre, Recueil de plusieurs lettres ecrites de la pris (...)
  • 44 Jean Cluzel, Lettre écrite aux Fidéles de l’Eglise Réformée du Cheylar en Vivarez par Jean Cluzel c (...)

21En effet, il est à remarquer que les pasteurs ne sont pas les seuls auteurs des lettres que l’on peut qualifier de pastorales. En dehors des lettres pastorales « par destination », dont les auteurs, pasteurs, se réclament ouvertement de l’héritage de la Bible, parmi les écrits destinés à consoler et à exhorter à la persévérance sans doute méritent une attention spéciale les lettres pastorales que nous appellerons « de fait », qui sont des lettres à l’origine privées ou présentées comme telles, remplissant auprès des fidèles les mêmes fonctions que les lettres pastorales « par destination ». Parmi les auteurs de ces lettres on trouve des laïcs, d’abord ceux qui ayant « tout abandonné pour cause de l’Evangile », c’est-à-dire ayant quitté la France et tout ce qu’ils y avaient de cher pour chercher la « liberté de conscience » ailleurs, se sentent en droit de donner des conseils sur un pied d’égalité avec les pasteurs, mais aussi des « confesseurs »43, écrivant du fond de leurs cachots, pour donner par leur vécu les exemples des attitudes à adopter, ou même des apostats44 qui, se repentant de leur « chute », essaient de la tourner en un enseignement utile à leurs coreligionnaires. La relation d’autorité morale qui se trouve à la base des lettres pastorales ne peut donc se résumer à celle des pasteurs à l’égard de leurs troupeaux. Le droit de donner les conseils résulte moins de la fonction ou de la position de la personne qui parle, que du vécu et des « mérites pour la foi », de la religion « vécue », même si son prix est l’apostasie. Les pasteurs semblent donc perdre une partie de leur prestige et de leur autorité morale, résultant de leur fonction, au profit des fidèles.

  • 45 Benoist, Lettre d’un pasteur banni..., op.cit., p. 9.

22Peut-être pour cette raison les pasteurs, à qui on reproche la facilité avec laquelle ils critiquent les attitudes des réformés restés en France, tout en étant à l’abri des persécutions eux-mêmes, se réclament de leurs souffrances antérieures, prétendant écrire en même temps en qualité de pasteurs qui de par leurs fonctions ont le droit de parler, mais aussi d’amis compatissant et surtout des « frères dans la souffrance », qui ayant vécu leur part de malheurs, écrivent en connaissance de cause. Elie Benoist, en devançant les reproches que pourraient éventuellement lui faire les anciens fidèles, tient à souligner ses souffrances passées : « Je suis encore tout noircy de la foudre qui m’a frappé, encore étourdi du coup qui m’a renversé : encore dégoutant du naufrage qui m’a dépouillé ; encore languissant de la playe qui m’a déchiré le coeur...»45.

23De plus, déclarent-ils, la vraie tranquillité n’est pas possible tant qu’ils savent que leurs troupeaux souffrent et tant qu’ils ne peuvent partager le bonheur de la libération.

  • 46 Anon., Lettre des réformés captifs..., op.cit., p. 303.
  • 47 Anon., Lettre d’un françois réfugié à la Haye à un nouveau converti..., op.cit., p. 1.

24D’ailleurs non seulement le droit de donner des conseils par les pasteurs est mis en doute, mais aussi leurs conseils mêmes, y compris le très connu et omniprésent « Sortez de Babylone ». Les auteurs de la Lettre des réformés captifs refusent clairement de suivre les conseils des pasteurs et de les suivre en terre étrangère, affirmant que si Dieu avait voulu « transporter son chandelier » ailleurs, il aurait permis qu’un plus grand nombre de personnes puisse quitter la France46. L’auteur anonyme de la Lettre d’un françois refugié à la Haye à un nouveau converti des Cévennes déclare regretter sa décision de quitter la France, décision qu’il a prise en suivant les conseils des pasteurs, ou plus précisément « aveuglé », dit-il, « par les emportemens & le faux zele de nos Ministres »47. Le départ lui a permis, certes, de garder sa foi, mais lui a ôté sa dignité puisque, comme tous les réfugiés français, il est considéré par ses hôtes comme un traître à sa patrie. Les solutions proposées par les pasteurs ne s’appliquent donc pas à tous les cas particuliers, et les fidèles déçus se permettent de les critiquer.

  • 48 Anon., Lettre aux fidelles protestans de la province de Poitou, op.cit., p. 5.

25La troisième, et la dernière « stratégie » adoptée par les pasteurs, est celle du « détournement » de la question. L’énumération des qualités des pasteurs et le rappel de l’exactitude avec laquelle ils remplissaient leurs fonctions s’accompagnent invariablement de l’évocation de l’attitude des fidèles dans les mêmes circonstances qui, elle, était toute contraire. Ce sont les fidèles qui ont « rompu les premiers (...), cette sacrée communion qu’il y avoit entre les Pasteurs & les Troupeaux »48, ce sont eux qui ont refusé tout contact avec leurs ministres, qui leur fermaient leurs maisons, et qui ne voulaient écouter ni leurs prières ni leurs exhortations. Pendant que les fidèles insistent sur les devoirs des pasteurs, consistant essentiellement en leur présence auprès de ceux qui ont besoin de consolations, les pasteurs à leur tour mettent donc l’accent sur les devoirs des fidèles, négligés depuis longtemps. Les fidèles, affirment les pasteurs, ont péché contre Dieu et leur qualité même de réformés (la critique « morale » et « religieuse » constitue un leitmotiv des lettres pastorales à cette époque), mais aussi contre leurs ministres qui ont été forcés de s’éloigner, ne trouvant auprès d’eux aucun secours ni support. Ce ne sont donc pas les pasteurs qui ont renoncé à leur qualité de ministres, comme les en accuse l’auteur de la Lettre des réformés captifs.... La faute d’abandon, qui a causé le départ des pasteurs revient aux fidèles qui se sont montrés peureux et ingrats. Sur ce point le débat entre les pasteurs et les fidèles sur les devoirs des uns et des autres paraît assez vain, puisqu’il consiste essentiellement à se rejeter réciproquement la faute et se réduit à la question de la « primauté » de la trahison.

  • 49 Tels chiffres sont cités par M. Carbonnier-Burkard et P. Cabanel, Une histoire des protestants de F (...)
  • 50 Cette question constitue le sujet principal de la Lettre aux Protestans de France sur la révolte de (...)

26Les pasteurs sont donc selon leurs propres dires irréprochables, mais le corps pastoral ne l’est pas, puisque 20 % de ses membres (environ 130 personnes)49 ont choisi à la Révocation d’abjurer et certains sont même devenus convertisseurs. La question de ces pasteurs-apostats, loin d’être occultée (elle ne peut l’être puisque tout le monde est au courant), constitue un des thèmes souvent soulevés dans les lettres pastorales50. Les auteurs expriment la douleur devant cette multitude de pasteurs qui au lieu d’édifier les fidèles, leur donnent un mauvais exemple. Néanmoins, la dimension « universelle » du péché d’apostasie que les ministres mettaient si souvent devant les yeux des fidèles (rappelons que l’apostasie était considérée comme un péché contre la communauté car elle corrompait les coreligionnaires du coupable ainsi que, « horizontalement », à l’égard des ancêtres dont elle « gaspillait » les efforts, et de la postérité à qui elle ôtait toute chance de salut), ne semble pas s’appliquer dans le cas précis des membres du corps pastoral. Les pasteurs se contentent de « retrancher » de leurs rangs les indignes apostats, exprimant leur joie de pouvoir se débarrasser ainsi des « fruits pourris », sans que ce péché, commis pourtant par leurs « pairs » les affecte autrement, et moins encore qu’ils s’en sentent co-responsables ou co-coupables, comme si deux mesures étaient applicables, l’une aux pasteurs, l’autre aux laïcs. La critique par les pasteurs n’est en aucun cas une critique des pasteurs et ne va jamais contre eux-mêmes, en d’autres termes, ne constitue pas une auto-critique.

  • 51 Pour la question du « formulaire », voir Charles Bost, Les premiers prédicants du Désert..., op.cit(...)

27Dans le choix des arguments, les pasteurs font donc front commun contre les accusations, même éventuelles, et montrent la solidarité du groupe, à peu d’exceptions près. Le « formulaire »51, établi en 1688 par les pasteurs réfugiés à Lausanne en vue d’être envoyé par tous les pasteurs réfugiés à leurs fidèles restés en France afin de réconforter les réformés et de « consolider » les opinions, n’est donc pas nécessaire pour que les pasteurs parlent d’une même voix, du moins en ce qui concerne la question de leur départ et de leur rôle.

28Malgré ou peut-être justement à cause des défenses féroces comme celles de Benoist, et des explications, si abondamment fournies par certains auteurs et le ton de l’auto-justification adopté par les pasteurs, les lettres pastorales dévoilent un certain sentiment de malaise.

  • 52 Roman Jean, Relation sommaire et veritable de ce que Dieu a fait par le Ministere du Sieur Jean Rom (...)
  • 53 Brousson Claude, Lettres aux fideles de France réfugiez dans les Etats Protestans..., op.cit.

29Face à ce discours conventionnel et stéréotypé, relevant plutôt de la langue de bois que du langage de Canaan, les récits des prédicants, plus personnels et plus sincères, viennent briser les « certitudes » des lettres pastorales. Jean Roman notamment, prédicant en France de 1687 à 1699, fournit au début de son récit une description des craintes et de la « bataille » intérieure qu’il a dû se livrer avant de se décider à revenir en France52. De même les lettres pastorales de Claude Brousson53, critiquant non seulement l’exil, qu’il considère à la fois comme un châtiment et une faute, mais aussi les attitudes d’avant la Révocation, vont au-delà du discours conventionnel et, somme toute, peu convaincant des pasteurs.

  • 54 Roman Jean, Relation sommaire et veritable de ce que Dieu a fait par le Ministere du Sieur Jean Rom (...)

30En conclusion, la lecture de ces quelques lettres pastorales semble démontrer que si ce n’est pas une hostilité ouverte, du moins une certaine tension et une certaine réserve s’installent entre les pasteurs et leurs « cy-devant » fidèles, réserve se manifestant par les reproches réciproques et l’effort de faire endosser toute la responsabilité à « l’autre ». L’attitude des pasteurs, refusant leur part de responsabilité ce qui les met « à l’extérieur » des événements, semble leur valoir la perte d’une partie de leur autorité morale au profit des fidèles qui mettent en pratique les préceptes au péril de leur vie, et qui, consolant et exhortant à la persévérance par leur exemple ou par la parole (le rôle des prédicants laïcs auprès des fidèles ne peut être négligé à cette époque), se substituent aux pasteurs. Il semble que le mécontentement des pasteurs devant le phénomène des petits prophètes ou l’activité des prédicants (le récit que Jean Roman fait de l’accueil hostile que les pasteurs lui ont préparé pendant son bref séjour à Genève en apporte un exemple54), et les conflits qui en résultent peuvent être considérés comme une manifestation de la lutte dont l’enjeu est justement l’autorité morale sur les fidèles, qu’ils sont, nous l’avons dit, en train de perdre. L’abondance de la production littéraire des protestants au lendemain de la Révocation que nous avons soulignée et la richesse du contenu des lettres pastorales va de pair, du moins en ce moment précis, avec une certaine crise de la parole au profit de l’action.

31Ces tensions entre les pasteurs et les fidèles semblent résulter d’un phénomène plus profond que juste une hostilité ou un conflit passager dus à la situation moralement et physiquement difficile dans laquelle s’est trouvé le protestantisme français après 1685. Même si à l’époque de la Révocation la question du départ des pasteurs et en général de leurs devoirs devient urgente, elle n’est pas pour autant nouvelle. Elle a déjà été soulevée à plusieurs reprises à l’occasion du Projet de 1683, dont l’article 14 interdisait aux pasteurs de quitter la France sauf en cas d’une extrême urgence. D’autre part, le débat se prolonge aussi au-delà des environs directs de la Révocation, et même au-delà de la paix de Ryswick qui marque l’évanouissement des espoirs des réformés pour la « révocation » de la Révocation. On en trouve les traces dans les lettres pastorales encore en 1699, notamment dans l’Exhortation aux protestans de France exposez à une nouvelle persécution. Le débat sur le départ des pasteurs s’inscrit donc dans la « longue durée » et peut être considéré comme la réaction au cléricalisme qui s’était instauré au sein du protestantisme français, et que critique tant Claude Brousson.

32Les pasteurs qui ont quitté la France à la Révocation, étaient-ils réfugiés, bannis ou traîtres ? La question n’est pas là, le débat entre les pasteurs et leurs fidèles n’a jamais été résolu, car il ne pouvait l’être. La position des pasteurs était certainement loin d’être enviable, tout d’ailleurs comme celle des nouveaux convertis, et les reproches qu’ils se faisaient réciproquement sont compréhensibles, les uns se sentant blessés par l’ingratitude des fidèles, les autres trahis et abandonnés. Il reste que le point de vue des pasteurs et des fidèles, du moins certains, se trouvent, les lettres pastorales semblent en témoigner, en un profond désaccord.

Notes

1 Tels chiffres sont indiqués par Marianne Carbonnier-Burkard et Patrick Cabanel, Une histoire des protestants en France, XVIe-XXe siècle., Paris, Desclée de Brouwer, 1998, p. 78.

2 Brousson Claude, Lettres aux fideles de France refugiez dans les Etats Protestans. Avec une lettre à ceux qui sont encore en France, & que la violence de la persécution a fait sucomber, Au Désert, 1689, 130 p., Seconde lettre aux Pasteurs de France refugiez dans les Etats Protestans.

3 Bossuet, Lettre pastorale de Monseigneur l’Evesque de Meaux aux Nouveaux Catholiques de son Diocèse, Pour les exhorter à faire leurs Pasques, et donner les avertissemens necessaires contre les fausses lettres Pastorales des Ministres, par Sébastien Mabre-Cramoisy, Paris, 1686, 35 p.

4 Brousson Claude, La sortie de France pour cause de religion de Daniel Brousson & de sa Famille (1685-1693), pub. par N. Weiss, Paris, Fischbacher-Grassart, 1885, p. 11-12.

5 Labrousse Elisabeth, « Le débat sur l’exil des pasteurs français en 1685 », Conscience et conviction. Etudes sur le XVIIe siècle., Paris, Oxford, Universitas, Voltaire Foundation, 1996, p. 118-133.

6 Bost Charles, Les premiers Prédicants Protestants des Cévennes et du Bas-Languedoc. 1684- 1700., Paris, Honoré Champion, 1912, 2 tomes. L’auteur retrace l’évolution des attitudes des pasteurs réfugiés devant la question du retour au pays.

7 Brousson Claude, Lettre aux fidéles de France refugiez dans les états protestants..., op.cit., Seconde Lettre aux Pasteurs de France Refugiez dans les Etats Protestans, p. 23.

8 Sur les lettres pastorales, il convient de consulter les travaux d’Elisabeth Labrousse, notamment « Les pastorales de Pierre Jurieu », Propagande et contre-propagande religieuse, éd. Jacques Marx, Editions de l’Université de Bruxelles, 1987, coll. Problèmes d’Histoire du Christianisme, p. 111-119 ; « Les premières Lettres pastorales », La Révocation de l’Edit de Nantes et le protestantisme français en 1685, Actes du Colloque de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français réunis par Roger Zuber et Laurent Theis, BSHPF, Paris, 1986 ; Avertissement aux protestans des provinces. 1684, PUF, coll. Etudes d’Histoire et de philosophie religieuses (cet ouvrage contient une bibliographie des lettres pastorales des années 1684-86), ou encore, « Le débat sur l’exil des pasteurs français en 1685 », op.cit.

9 Anon., Exhortation aux protestans de France exposez à une nouvelle persécution, chez Abraham Acher, Rotterdam, 1699, 44 p.

10 En dehors de la lettre évoquée plus haut, nous allons nous pencher notamment sur : Benoist Elie, Lettre d’un pasteur banni de son pays à une église qui n’a pas fait son devoir dans la dernière persécution, H.de Kroonevelt, Delft, 1686, 73p. ; Anon., Lettre aux fidelles protestans de la province de Poitou qui ayant eu le malheur de succomber à la tentation, se relévent par la profession publique de la Vérité, s.l.n.d. (écrite probablement, le contenu l’indique, en 1688), 8 p. ; Anon., Lettre aux Protestans de France sur la revolte de quelques uns de leurs Ministres, s.l.n.d. ; Vial André, Lettre d’un Pasteur Refugié aux protestans de France, qui s’assemblent en diverses provinces pour conserver le flambeau de la vérité, s.l.n.d., 4 p. ; (Vial André), Lettre d’un Pasteur à son Troupeau adressé à nos Frères devoyés de l’Eglise de... contenant des avis importans pour la délivrance de l’Eglise., s.l.n.d., 4 p.

11 Anon., Lettre écrite à un François réfugié, de la part de quelques réformez détenus captifs en France, pour communiquer celle qu’ils adressent à leurs pasteurs réfugiés dans les pays étrangers., (datée du 29 mars 1686), Amsterdam, 1686. La même lettre a aussi été publiée sous le titre : Lettre des réformés captifs en France aux ministres réfugiés en Angleterre, en Hollande, en Allemagne et en Suisse et autres lieux, BSHPF, 1863, p. 299-305. C’est cette édition que nous citons.

12 Anon., Lettre d’un françois réfugié à la Haye à un nouveau converti des Cévennes, s.l., datée du 23 avril 1691, 4 p.

13 Benoist Elie, Histoire et apologie de la retraite des pasteurs à cause de la Persecution de France., chez Jean Corneille, Francfort, 1687, 286 p.

14 D’Artis Gabriel, Sentiments dés-intéressés sur la retraite des pasteurs de France ou examen d’un livre qui a pour tître, Histoire & Apologie de la Retraite des Pasteurs à cause de la persecution de France., chez les héritiers de Pierre Hamel, Deventer, 1688, 300 p.

15 Brousson Claude, Lettres aux fideles de France refugiez dans les Etats Protestans..., op.cit. Le même texte a également été publié dans Lettres et opuscules de Claude Brousson (Utrecht, 1701).

16 Roman Jean, Relation sommaire et veritable de ce que Dieu a fait par le Ministere du Sieur Jean Roman en quelques provinces de France, où il a prêché sous la Croix pendant douze années, Abraham Acher, Rotterdam, 1701, 89 p.

17 Dumont de Bostaquet, Mémoires inédits de Dumont de Bostaquet gentilhomme normand sur les temps qui ont précédé et suivi la révocation de l’Edit de Nantes sur le Refuge et les expéditions de Guillaume III en Angleterre et en Irlande, pub. par Charles Read et Francis Waddington, Paris, Michel Lévy Frères, 1864, 376 p.

18 Op.cit., p. 105.

19 Anon., Lettre des réformés captifs..., op.cit.

20 Benoist répond à cette lettre dans Histoire et apologie de la retraite des pasteurs..., op.cit.

21 Anon., Lettre aux fidelles protestans de la province de Poitou..., op.cit., p. 5.

22 D’Artis Gabriel, Sentimens dés-interessés sur le retraite des pasteurs..., op.cit., p. 7.

23 L’origine de cette lettre a fait l’objet de plusieurs spéculations. Charles Bost est convaincu que son auteur est protestant, mais non pas, comme il résulte du titre de la lettre, un nouveau converti, mais un réfugié. Matthieu Lelièvre et Daniel Benoist sont du même avis que Charles Bost. Selon O.Douen il s’agit d’une lettre d’un catholique imitant avec succès le style protestant. (Ces opinions sont citées par Ch.Bost dans Les premiers prédicants protestants... op.cit.) Elisabeth Labrousse parle d’une « supercherie d’origine catholique qui, à l’époque, n’a trompé personne au Refuge. » (Introduction à l’Avertissement... op.cit.)

24 D’Artis Gabriel, Sentimens dés-interessés sur la retraite des pasteurs..., op.cit.

25 Benoist Elie, Histoire et apologie de la retraite des pasteurs..., op.cit., p. 68.

26 Elie Benoist fonde sa conviction sur l’origine protestante de la lettre sur « le caractere du langage, qu’un Papiste auroit bien de la peine à imiter... », Histoire et apologie de la retraite des pasteurs..., op.cit., p. 68.

27 Anon., Lettre aux fidelles protestans de la province de Poitou..., op.cit., p. 5.

28 Loc.cit.

29 Loc.cit.

30 Op.cit., p. 6.

31 Op.cit., p. 5.

32 Il s’agit, bien entendu, de la Lettre d’un pasteur banni de son pays à une église qui n’a pas fait son devoir dans la dernière persécution, op.cit.

33 Vial André, Lettre d’un pasteur à son Troupeau..., op.cit., p. 1.

34 Anon., Exhortation aux protestans de France..., op.cit., p. 3.

35 Benoist Elie, Lettre d’un pasteur banni..., op.cit., p. 8-9.

36 Vial André, Lettre d’un Pasteur Refugié aux Protestans de France, qui s’assemblent en diverses Provinces..., op.cit., p. 3.

37 Anon., Lettre des réformés captifs..., op.cit., p. 301.

38 Vial André, Lettre d’un pasteur réfugié aux Protestans de France..., op.cit., p. 4.

39 Anon., Lettres aux Fidelles Protestans de la province de Poitou..., op.cit., p. 3.

40 Loc.cit.

41 Anon., Lettre aux Protestans de France sur la revolte de quelques uns de leurs Ministres..., op.cit., p. 1.

42 Benoist Elie, Lettre d’un pasteur banni..., op.cit., p. 8.

43 Pour n’en donner que deux exemples : Dauzou Pierre, Recueil de plusieurs lettres ecrites de la prison Royale de Lyon, par Pierre Dauzou, Pendant l’espace de plus d’un an qu’il a été detenu dans la dite prison pour la profession de l’Evangile à quelques uns de ses Amis refugiés à Lausanne avec les réponces qui lui ont été faites., A Cologne, 1697, 88 p. ; Anon., Lettres d’un Père à sa fille pour la retirer des erreurs et des superstitions de l’Eglise Romaine où elle étoit tombée dans les Nouvelles Catholiques de Roüen, chez Abraham Acher, Rotterdam, 1702, 320 p.

44 Jean Cluzel, Lettre écrite aux Fidéles de l’Eglise Réformée du Cheylar en Vivarez par Jean Cluzel cy-devant leur Ministre, Qui pour éviter la mort, avait abjuré sa Religion., Au Désert, chez Pierre le Sincerre, 1685.

45 Benoist, Lettre d’un pasteur banni..., op.cit., p. 9.

46 Anon., Lettre des réformés captifs..., op.cit., p. 303.

47 Anon., Lettre d’un françois réfugié à la Haye à un nouveau converti..., op.cit., p. 1.

48 Anon., Lettre aux fidelles protestans de la province de Poitou, op.cit., p. 5.

49 Tels chiffres sont cités par M. Carbonnier-Burkard et P. Cabanel, Une histoire des protestants de France., op.cit., p. 78.

50 Cette question constitue le sujet principal de la Lettre aux Protestans de France sur la révolte de quelques uns de leurs Ministres, op.cit.

51 Pour la question du « formulaire », voir Charles Bost, Les premiers prédicants du Désert..., op.cit. L’idée d’envoyer une lettre identique à tous les réformés français n’a pas suscité l’enthousiasme des pasteurs qui étaient d’avis que chacun d’eux devrait parler à ses anciens paroissiens à sa manière, et que le formulaire n’était pas nécessaire. L’initiative des pasteurs réfugiés à Lausanne n’était pas unique. Un autre formulaire a été préparé, intitulé Lettre d’un pasteur à son troupeau, adressée à nos frères dévoyés de l’Eglise de... contenant dix avis importans pour la délivrance de l’Eglise. La lettre qu’André Vial a envoyée à ses anciens paroissiens de l’église de Ganges (nous la citons dans la note 10), portant le même titre serait, indique Charles Bost, le seul exemplaire connu ou la seule « réalisation » de ce « formulaire ».

52 Roman Jean, Relation sommaire et veritable de ce que Dieu a fait par le Ministere du Sieur Jean Roman..., op.cit.

53 Brousson Claude, Lettres aux fideles de France réfugiez dans les Etats Protestans..., op.cit.

54 Roman Jean, Relation sommaire et veritable de ce que Dieu a fait par le Ministere du Sieur Jean Roman..., op.cit., pp.33-34.

Auteur

Ecole Pratique des Hautes Etudes

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search