Version classiqueVersion mobile

L’Anticléricalisme intra-protestant en Europe continentale (xviie-xviiie siècles)

 | 
Yves Krumenacker

La contestation de l’autorité du pasteur par l’assemblée des Chefs de famille : Saumur, 1655-1660

Françoise Chevalier

Texte intégral

1Au cours de la seconde moitié du XVIIème siècle l’église réformée de Saumur fut déchirée par un conflit qui vit s’opposer les partisans et les adversaires de ses deux principaux ministres, Moïse Amyrault et Isaac d’Huisseau. Le premier était accusé par les partisans du second, appelés couramment dans les libelles opposants ou adhérents, de vouloir chasser ce dernier de l’église de Saumur, alors même qu’il demandait à être déchargé de la prédication. L’affaire prit une telle ampleur que les fidèles ne les reconnaissaient plus ni l’un ni l’autre comme légitime pasteur.

2En mai 1656, l’assemblée des Chefs de famille demandait au synode provincial de Baugé

  • 1 Pièces authentiques et décisives de la question à qui doivent être imputées les troubles d (...)

« de descharger cette église dudit sieur d’Huisseau d’autant que tant s’en faut que son ministère y puisse estre en édification et y puisse estre à l’advenir qu’en scandale »1

3Encore en mars 1659, Pigier et Quinson, deux anciens, déclarèrent, au nom des opposants, ne plus reconnaître comme

  • 2 Ibid., p. 212.

« pasteurs de cette église lesdits sieurs Amyrault et Beaujardin [et vouloir les poursuivre] comme ministres scandaleux [afin disaient-ils] qu’ils nous soient ostés comme estant en scandale aux gens de biens et en achoppements aux infirmes par leurs actions et escrits »2.

  • 3 Ibid., p. 33.

4Ces mêmes pasteurs se voyaient reprocher par ceux qu’ils appelaient devant le consistoire « des actions indignes de leur robe »3. Leur prédication était méprisée

  • 4 Ibid., p. 33.

« les uns, lit-on dans les procès-verbaux, se soustrayants peu à peu à la fréquentation des saintes assemblées les autres y allant pour épier les paroles de ceux qui annoncent l’Évangile pour les tordre à contresens et les faire passer pour scandaleuses »4.

  • 5 Bernard Cottret, « Du bon usage de l’anticléricalisme : Jacques Fontaine, réfugié en Angle (...)

5S’interroger sur les formes que prirent la contestation de l’autorité du pasteur dans le cadre de cette Journée d’Études consacrée à l’anticléricalisme intra-protestant conduit à définir un ensemble d’attitudes « négatives de rejet du clergé voire de l’institution ecclésiale elle-même »5 qui s’exprima à l’occasion d’un conflit particulier, opposant deux personnalités du protestantisme saumurois et national. Il est nécessaire de rappeler que le concept d’anticléricalisme a été forgé au XIXème siècle à l’occasion des débats sur l’influence politique et culturelle de l’Église catholique après la Révolution française. Les contemporains évoquèrent à propos de cette querelle, le scandale de la désobéissance, celle-ci prit de l’ampleur en l’espace de quelques mois à l’instigation de quelques laïques, membres de l’assemblée des Chefs de famille qui ne prenaient pas part habituellement aux décisions du consistoire et des synodes provinciaux où seuls délibéraient pasteurs et anciens. La fonction du pasteur lui-même, l’autorité du consistoire et celle des synodes provinciaux furent remises en cause.

  • 6 Pièces authentiques..., p. 122.
  • 7 Ibid., p. 147.

6Moïse Amyrault, né en 1596, exerçait depuis déjà plus de trente ans les fonctions de pasteur et de professeur de théologie à Saumur, il y avait fait ses études sous la conduite de Cameron dont il devait reprendre et diffuser les idées sur la question de la prédestination. Pierre Bayle voyait en lui un des plus illustres théologiens de la France du XVIIe siècle, ses amis saumurois « un personnage qui travaille utilement à l’édification de l’église... qui excelle singulièrement en piété, probité et zèle... et duquel la vie et toutes ses actions preschent hautement »6. Et Moïse Amyrault lui-même pensait ne pas devoir être accusé de vanité en prétendant être « utile et en l’église et en l’école et de vive voix et par écrit »7.

  • 8 Ibid., p. 147.
  • 9 Isaac d’Huisseau, La Discipline des Églises réformées de France, Saumur, 1667.

7Quant à Isaac d’Huisseau qu’Amyrault jugeait dans la suite du portrait évoqué à l’instant « inutile à tous ces égards »8, il naquit en 1608 et fit des études de théologie à Sedan sous la direction de Pierre Dumoulin. Appelé à desservir l’église de Saumur en 1633, il était pasteur depuis déjà plus de vingt ans lorsque le conflit éclata. On lui doit l’édition la plus complète de La Discipline des Églises réformées de France9. Isaac d’Huisseau, affirmaient ses partisans, était un homme

  • 10 Pièces authentiques..., p. 126.

« reconnu de tous... pour estre d’une vie modeste, simple, pieuse et tout à fait exemplaire et un ministre de l’Évangile à qui Dieu a donné de très beaux et très excellens dons pour la prédication, pour la consolation des malades et pour la conduite des affaires »10.

  • 11 La Réunion du Christianisme où la manière de rejoindre tous les chrétiens sous une seule c (...)

8Après une carrière agitée, le synode provincial d’Anjou devait finalement le déposer en 1670, alors que la publication de La Réunion du Christianisme avait suscité au sein des Églises une violente polémique11.

  • 12 Roger Mazauric, « Lettre de Jacques Couet du Viviers, à Paul Ferry », BSHPF., t. 125, 1976 (...)
  • 13 Jean Aymon, Tous les synodes nationaux des Eglises réformées de France, 1710, La Haye, Del (...)

9L’affaire est bien documentée car les deux camps en présence ont tenté de faire triompher leurs points de vue en multipliant les publications. Les libelles avaient circulé en nombre dans Saumur. Le pasteur Jacques Couet du Viviers notait dans une des lettres qu’il adressait depuis Loudun en décembre 1659 à son grand-père, avec certes un peu d’ironie, qu’en réunissant tous les ouvrages évoqués devant le synode national on pourrait se constituer « une petite bibliothèque »12 . Dans sa décision finale le synode national de Loudun en 1659, condamnait « très grièvement tous les écrits et imprimez qui ont été faits et publiez de part et d’autre comme injurieux et scandaleux »13.

  • 14 Moïse Amyrault, Apologie contre Monsieur de Launay, A Saumur, chez Jean Lesnier, 1657, 110 (...)
  • 15 La Response de ceux qui ont embrassé les intérêts de Monsieur d’Huissea, à la lettre que M (...)
  • 16 Pièces authentiques..., p. 189.

10C’est après le synode provincial de Preuilly en 1658, qui censura les partisans d’Isaac d’Huisseau comme schismatiques que les premières publications parurent. Le conflit avait certes déjà été évoqué par Moïse Amyrault dans son Apologie contre Monsieur de Launay14en 1657, apologie dans laquelle sous couvert d’une énigme il racontait ce qui se passait à Saumur depuis quelques années. Mais à partir de cette date les deux camps se sont combattus par livres interposés. Après chaque publication de l’un des deux partis ses adversaires lui répondaient point par point dans un nouvel ouvrage. Après l’envoi à chaque consistoire d’une lettre de Moïse Amyrault dans laquelle il justifiait sa conduite les opposants firent paraître La Response de ceux qui ont embrassé les intérêts de Monsieur d’Huisseau15 jugée par le consistoire de Saumur de « la qualité de ceux qui rendent leurs auteurs dignes des dernières censures de l’Église et mesme de l’excommunication »16.

  • 17 Isaac d’Huisseau, Lettre [25 janvier 1659] à Messieurs les pasteurs et anciens de l’église (...)
  • 18 Pièces authentiques..., p. 189.

11Isaac d’Huisseau lui-même fit paraître une Lettre à Messieurs les pasteurs et anciens de l’église réformée de Poitiers17 qui fut au grand scandale de toute la ville placardée au carrefour des places publiques et jusque sur la porte même du collège où résidait Moise Amyrault. Il n’y fut relevé, selon le consistoire de Saumur « qu’injures atroces contre les synodes de cette province, contre l’ordre du saint ministère, contre le consistoire de cette église en général et particulièrement contre ses pasteurs »18.

  • 19 Lettre d’un provincial à un de ses amis de Paris, avec une instruction de l’estat présent (...)
  • 20 Jean Aymon, Tous les synodes nationaux..., vol. 2, 29- SN Loudun 1659, chapitre IX, articl (...)

12Deux de ces textes ont été plus particulièrement condamnés par le synode national, ce sont les Pièces authentiques et décisives de la question à qui doivent être imputés les troubles de Saumur et la Lettre d’un Provincial à un de ses amis de Paris avec une instruction de l’état présent des affaires de l’église réformée de Saumur19, car ils contenaient des attaques « contre les particuliers... contre le synode de la province et contre le consistoire de ladite ville »20.

  • 21 Pièces authentiques..., p. 185.

13Ces deux textes vont retenir notre attention car leurs auteurs ont inséré dans leur récit des événements, la copie de nombreux documents authentiques, extraits des actes du consistoire, procès-verbaux des assemblées des Chefs de famille, mémoires et plaintes soumises à délibérations lors des synodes provinciaux. La Lettre d’un provincial a été écrite par les partisans d’Isaac d’Huisseau, pour défendre l’honneur de son ministère, pour répondre aux calomnies publiées par Moïse Amyrault et démontrer que les troubles qui agitèrent l’église étaient fomentés par ses amis et ses familiers de l’académie. Mais à en croire Moïse Amyrault elle n’avait d’autre but, que de « préoccuper les esprits de ceux qui iraient au synode national »21.

  • 22 Ibid., p. 186.

14Si les opposants Niotte, Benoist, Bouchereau et de Hautmont, que le consistoire de Saumur pensait pouvoir identifier comme les auteurs de cette lettre la diffusèrent auprès de leurs amis dans la région et sur Paris, leurs adversaires la lacérèrent ou la brûlèrent dans l’enceinte même du consistoire. Pour y répondre le consistoire de Saumur fit paraître Les Pièces authentiques pour « donner connaissance, lit-on dans les actes, de l’innocence et des actions des assemblées et des personnes qui sont si horriblement diffamées par ces calomnieux escrits »22 et pour défendre l’honneur du ministère de Moïse Amyrault lui-même.

  • 23 Pièces authentiques..., Préface non paginée
  • 24 ibid., préface non paginée.

15Ce dernier rappelait dans la Préface des Pièces authentiques, que chaque église dispose d’un consistoire « pour l’administration ordinaire de la Discipline »23 et d’une assemblée des chefs de famille « pour les choses extraordinaires qui concernent leur ordre et leur édification. »24. Diverses sources attestent de la réunion plus ou moins régulière d’une assemblée des chefs de famille par les églises. Pour ce qui concerne, selon les termes d’Amyrault, l’ordre d’une église ce sont des questions financières, gages des pasteurs, réfection du temple, ou entretien des bâtiments annexes qui y sont examinées une fois par an environ. Les registres de consistoire, parce que les comptes rendus de ces assemblées sont comme dans le registre de l’église de l’Albenc joints aux notations hebdomadaires, en offrent plusieurs exemples. On lit dans ces registres en date du 13 septembre 1654 qu’

  • 25 Livre des délibérations de l’église réformée de l’Albenc (1606-1682), édition établie par (...)

« à l’issue de la prédication du matin les chefs de famille assemblés avec le consistoire de l’église de l’Albenc, ... ont délibéré par pluralité des suffrages et du consentement des assistants... pour qu’il leur fut permis de cottiser sur les habitants du lieu... et autres circonvoisins... la somme de huit cent septante deux livres employables aux états du sieur pasteur »25.

  • 26 BPF., Ms. 1184, Copie du registre du consistoire de l’église de Niort, 1624-1684, ff. 66.

16Les Actes des synodes nationaux, comme ceux des synodes provinciaux font état de l’audition de représentants de ces assemblées, lorsqu’un pasteur a à répondre aux accusations portées contre lui par une partie des fidèles. Aussi lors du synode national de Loudun, qui statua dans le conflit qui nous intéresse ici, furent également entendus les députés des chefs de famille des églises de Niort, Charenton et Montauban à propos des différends qui les opposaient à Pierre Plassay, Alexandre Morus et Joseph Arbussy leurs pasteurs respectifs. C’est bien l’édification de l’église qui est en cause lorsque les chefs de famille accusèrent Pierre Plassay « de s’emporter à des discours passionnés et intéressés, de choisir mal les termes convenables à la gravité de la chaire et la matière qui s’ y traite »26.

  • 27 Didier Poton, « Les protestants de Saumur aux XVIIème siècle : études démographiques », da (...)
  • 28 Ibid., p. 15.

17Il faut se rappeler que l’église réformée de Saumur ne doit pas « sa place importante dans l’histoire des réformés français à son poids numérique mais à l’implantation d’une Académie »27 et à la personnalité de ses pasteurs. La population protestante de Saumur serait environ d’un millier de personnes lors de cette querelle28. C’est donc une communauté de taille relativement modeste d’environ deux cent vingt familles qui est concernée par ces divisions.

18Lorsqu’en février 1656, Moïse Amyrault qui venait d’être sévèrement mis en cause fut obligé de se justifier devant le consistoire, il rappelait que ceux qui le condamnent ne sont que le quart de l’église,

  • 29 Pièces authentiques..., p. 66.

« pour ce qui est de ce qu’on l’accuse d’estre l’auteur des divisions... on ne peut rien luy imputer sinon que dans les assemblées des chefs de famille où il a dit son avis. Ses sentiments y étaient confirmés par les trois quarts des suffrages de l’église »29,

  • 30 Ibid., p. 121.

19et quant à l’autorité qu’on lui attribua sur ces assemblées, il ne l’aurait acquise « que par les services qu’il a rendus à l’église et l’école depuis trente ans »30. Les partisans de Moïse Amyrault représentaient près des trois quarts des chefs de famille, tous les témoignages s’accordent sur cette estimation.

  • 31 Ibid., p. 118.

20Les chiffres dont on peut disposer corroborent ces estimations. Les résolutions du 30 janvier 1656, par lesquelles l’assemblée des chefs de famille exhortait Isaac d’Huisseau à « se déporter de prescher dans l’église de Saumur, à ne plus se trouver au consistoire...[et à se pourvoir selon le] conseil qui lui avait été donné par le synode »31 d’une autre affectation ont été signées en séance par soixante-quatre personnes auxquelles se joignirent dès le lendemain trente autres signataires, des personnes qui n’avaient pas pu assister aux délibérations. Le procès-verbal de l’assemblée du 28 mai 1656, dans lequel les chefs de famille demandaient au synode provincial de Baugé de les décharger du ministère d’Isaac d’Huisseau avait été signé par quatre vingt-dix-sept chefs de famille.

  • 32 Ibid., p. 162.

21Lorsque les opposants présentèrent le 2 février 1656 une protestation au consistoire dans laquelle ils prétendaient faire condamner l’assemblée du 30 janvier et les résolutions qu’elle avait prises comme iniques « dénonçant Moïse Amyrault comme l’auteur et l’instigateur de tous les maux, désordres et sédition qui se sont veues dans cette église depuis des temps considérables »32, cette déclaration fut signée par vingt-cinq chefs de famille.

22Les deux camps s’accusèrent mutuellement d’extorquer des signatures aux indécis. Les opposants prétendaient que les partisans d’Amyrault avaient fait verrouiller les portes du temple afin de contraindre chaque personne présente à signer le procès-verbal de l’assemblée du 30 janvier. Les partisans de Moïse Amyrault refusèrent à certains signataires de l’acte du 2 février la qualité de chef de famille. Ceux-ci seraient six ou sept selon les sources à ne pas pouvoir porter cette qualité

  • 33 Ibid., p. 196.

« comme David Gamin domestique qui n’est point de la ville et n’y a résidé que peu de temps, et le sieur Guy Jeune, médecin qui après avoir demeuré quelques temps chez son frère, apothicaire est allé faire résidence ailleurs »33.

  • 34 Ibid., p. 71.
  • 35 Ibid., p. 136
  • 36 Ibid., p. 105.
  • 37 Lettre d’un provincial..., p. 49.

23Les premiers libelles commencent leur récit détaillé, après la réunion de déjà sept ou huit assemblées infructueuses et les témoignages s’accordent à les juger plus nombreuses que de coutume, ce qui les rendit très vites suspectes aux yeux des partisans d’Isaac d’Huisseau. Moïse Amyrault et les siens auraient ameuté des « personnes de la plus basse condition... ceux qui sont à l’ausmone de l’église »34 qui n’avaient jusqu’alors jamais participé à ces assemblées. Ils auraient aussi fait appel aux proches du pasteur, tous liés à l’académie. Isaac d’Huisseau parlait d’eux avec mépris, évoquant avec gestes et mimiques lit-on dans les actes du consistoire « ces sortes de gens »35 tandis que son principal partisan de Hautmont parlait « de canailles »36. Bérard de Beaujardin, autre pasteur de Saumur, parlant aux chefs de famille favorables à Isaac d’Huisseau les traitaient de « factieux, de mutins, de perturbateurs du repos public, de schismatiques, d’ennemis de la paix, d’ennemis de la Gloire de Dieu, de troubles fêtes, de loups, de chiens, de guespes, de frelons, et d’aspics »37.

  • 38 Pièces authentiques..., p. 93.
  • 39 Ibid., p. 119.

24Depuis le début du conflit les opposants ne virent dans l’assemblée des chefs de famille qu’un simple instrument aux mains de Moïse Amyrault, manipulé par lui et ses amis avec la seule intention « d’inciter le peuple à lui couper la gorge »38. Certains allaient jusqu’à comparer le célèbre pasteur à Ponce Pilate « qui s’étant lavé les mains l’avait livré [Jésus-Christ] à la multitude »39. Si les partisans d’Isaac d’Huisseau ne constituaient qu’une faible minorité, celle-ci se considérait elle-même comme la meilleure part de l’église puisqu’elle n’était composée que d’officiers du Roi, d’avocats, de marchands et de médecins. Mais les rapports de force en présence faisaient redouter à Isaac d’Huisseau et à ses partisans les conséquences d’une décision qui serait prise à la pluralité des voix.

  • 40 Voir Philippe Denis, Jean Rott, Jean Morely (ca 1524-ca 1594) et l’utopie d’une démocratie (...)
  • 41 Antoine de la Roche Chandieu, La confirmation de la Discipline ecclésiastique, observée es (...)

25Rappelons ici qu’aucun chapitre de la Discipline n’est consacré aux modalités de fonctionnement des assemblées des Chefs de famille. Lorsqu’il y a conflit en son sein la question du vote ne peut se résoudre qu’en évoquant comme le font les opposants des distinctions aristotéliciennes entre l’égalité arithmétique et l’égalité géométrique. Si tous peuvent participer à ces assemblées, leurs suffrages n’ont pas le même poids selon qu’ils sont officiers du Roi ou à l’aumône de l’église. Les oppositions majeures formulées par Antoine de Chandieu aux théories développées par Jean Morely dans la seconde moitié du XVIème siècle avaient justement porté sur ces questions40. Il condamnait l’idée selon laquelle « tout le corps du peuple qui est dans l’église se doivent gouverner soy-mesmes selon la pluralité des voix de tous»41 . Jean Morély n’avait pas apporté de solution à cette question du vote pour la résolution des conflits. Selon l’historien Philippe Denis, c’est pour ce Parisien établi à Genève une question mal posée, car

  • 42 Ibid., p. 381.

« si la discipline voulue par le Christ est restaurée, l’Esprit assistera son Église et introduira dans les cœurs l’harmonie nécessaire. Tous auront le loisir d’exprimer leur opinion. Les plus sages et les plus expérimentés prendront la parole et ils seront écoutés [...] l’Esprit aidant, le différend sera réglé et l’église trouvera la paix »42.

26Dans le conflit saumurois s’opposent les théories démocratiques et oligarchiques du fonctionnement de l’assemblée des chefs de famille, les partisans d’Amyrault défendaient le premier principe, ceux d’Isaac d’Huisseau le second. Les opposants faisaient systématiquement appel des résolutions de l’assemblée des chefs de famille devant le consistoire puis devant le synode provincial et protestaient de la nullité des décisions prises et de l’illégitimité de ces assemblées.

  • 43 Sommaire de ce qui s’est passé dans l’église réformée de Saumur, depuis l’années 1653 jusq (...)
  • 44 Ibid., p. 3
  • 45 Pièces authentiques..., p. 101
  • 46 Ibid., p. 92.

27Le synode national de Loudun censura le consistoire de Saumur pour avoir donné une suite favorable aux décisions prises par l’assemblée des Chefs de famille du 17 septembre 1655, alors qu’elle était illégale. Elle s’était tenue dans le temple et avait réuni quarante à cinquante personnes « sans convocation, sans ordre, sans qu’aucun pasteur ni ancien n’y assistent, et... un jour sur semaine »43. Toutefois un grand nombre des assemblées réunies durant ces années de conflit avaient été convoquées légalement par le consistoire et présidées légitimement, en présence des anciens, par un pasteur dans le respect de l’ordre de l’église et de la légalité politique, car de telles réunions hors de tout cadre disciplinaire étaient « défendues par les ordonnances royales »44. Lors de l’assemblée des Chefs de famille du 19 décembre 1655, une partie des fidèles sut rappeler à Isaac d’Huisseau que s’il « vouloit estre pasteur ordinaire de l’église il devoit se trouver en ces assemblées »45, certains jugeant nécessaire « d’aviser si un homme qui abandonne les affaires et la conduite de l’église devoit estre reconnu pour son pasteur »46. Ces décisions étaient toujours selon les opposants entachées de nullité car elles allaient à l’encontre des décisions d’une instance supérieure, celles du synode provincial.

28L’assemblée des chefs de famille réclamait encore en septembre le départ du pasteur de Saumur, or lorsque l’affaire fut évoquée par le synode provincial de Loudun en 1655, celui-ci maintenait Isaac d’Huisseau dans sa charge en l’aménageant selon ses possibilités

  • 47 Lettre d’un provincial..., p. 42-43.

« en considération, lit-on dans le procès-verbal des actes, qu’il s’est toujours comporté en fidèle serviteur, il est juste qu’il demeure affermi en sa charge de pasteur en ladite église pour donner aux occasions qui lui seront possibles des prédications au soulagement de ses collègues, avec le droit d’assister, de présider en son ordre dedans les consistoires et se trouver mesme dedans les synodes de la province »47.

29Isaac d’Huisseau lui-même affirmait

  • 48 Pièces authentiques..., p. 123.

« rejeter l’autorité de l’assemblée des chefs de famille en ce qui regarde son ministère et ne reconnaître qu’un seul tribunal dans l’église, le consistoire qui a droit de juger les particuliers et du ministère d’un pasteur »48.

  • 49 François Méjan, Discipline de l’Eglise réformée de France, annotée et précédée d’une intro (...)
  • 50 Ibid., p. 229
  • 51 Ibid., p. 229.

30Il s’appuie ici sur les dispositions de la Discipline qui ne reconnaît dans l’église que l’autorité du consistoire. Il est précisément indiqué dans l’article 5 du chapitre 4 « qu’il n’y aura qu’un consistoire dans chaque église, et ne sera permis d’établir autre conseil pour aucune affaire de l’église »49. Mais si le consistoire est incapable d’apporter par lui-même une réponse à une question particulière, il est en mesure « d’appeler avec soi quelquefois tels de l’église que bon lui semblera »50. Il s’agit simplement de fortifier le consistoire par le renfort exceptionnel et ponctuel de quelques-uns des membres les plus éminents de l’église, sans accorder toutefois à quiconque le statut de sage ou d’expert. Dans ce même article il n’est pas davantage envisagé d’accorder à l’assemblée des chefs de famille un rôle de second conseil « s’il se trouve autre conseil établi séparé du consistoire, il sera promptement ôté [et il ne peut être] traiter d’affaires ecclésiastiques [hors des] lieux où le consistoire s’assemble ordinairement»51.

  • 52 Ibid., p. 231.

31Isaac d’Huisseau pouvait comparer le consistoire à un tribunal car il lui revient « la connaissance des scandales et le jugement d’iceux »52. Il faut noter que la conduite des ministres est très surveillée, elle doit être exemplaire et sur le plan intellectuel et sur le plan moral.

  • 53 Bernard Roussel, « Les premières Disciplines et la construction d’une culture réformée », (...)

« Pour ce qui est des censures, note Bernard Roussel, on retrouve en France une trace du double inventaire, établi dans les ordonnances ecclésiastiques genevoises, des vices qui sont intolérables en un pasteur d’une part, des vices qu’on peut supporter pourvu qu’on les avertisse d’autre part, et ce dès 1559 »53.

32Moïse Amyrault rappelait cette exigence d’une vie exemplaire du pasteur, conducteur et modèle de son troupeau

  • 54 Moïse Amyrault, La Morale chrestienne, Saumur, Desbordes, 1652, vol. 4, p. 12-13.

« ceux qui ont part dans le ministère de l’ église, écrivait-il dans la préface de la Morale chrétienne, doivent être en exemple à tous les autres, et s’ils sont en lieu plus éminent pour estre regardés. Comme les chaires sur lesquelles on les élève leur donnent [...] de l’autorité envers ceux à qui ils parlent, et aussi les exposent elles davantage au jugement de leurs auditeurs. Et comme la persuasion qu’on a de leur piété et de leur probité aide beaucoup à faire recevoir l’impression de leurs enseignements et de leurs exhortations, aussi n’y a-t-il rien qui en ruine davantage l’efficace, que quand on en a conçu quelque mauvaise opinion »54.

  • 55 Pièces authentiques..., p. 64.
  • 56 François Méjan, Discipline de l’Eglise réformée de France..., p. 212.
  • 57 Ibid., p. 197.
  • 58 Pièces authentiques..., p. 197.

33Le consistoire sur avis de l’assemblée des chefs de famille retirait à Isaac d’Huisseau sa qualité de pasteur ordinaire de l’église, au profit de celle de pasteur extraordinaire généralement attribuée aux professeurs des académies. Amyrault devait expliquer longuement à cette occasion les raisons qui l’obligeaient à ne pas la reconnaître à Isaac d’Huisseau, un ministre disait-il qui ne « presche point ou qui ne le fait que très rarement »55. Toute son argumentation reposait sur une analyse précise de l’article 48 du chapitre premier de la Discipline qui stipule que l’on ne peut pas « déposez [ceux] qui par maladie, vieillesse ou autre... seront rendus incapables d’administrer leur charge [mais que] l’honneur [du ministère] leur demeurera et qu’ils seront recommandez à leurs Églises pour les entretenir»56, tandis qu’un autre pasteur devait être nommé pour faire leur fonction, et de l’article 12 du même chapitre qui rappelle expressément « que la charge des ministres est d’évangéliser et d’annoncer la Parole de Dieu à leurs peuples »57. Il insistait longuement sur le fait que la prédication est de la responsabilité du seul pasteur, tandis que l’administration de la Discipline est elle confiée et aux pasteurs et aux anciens, de simples laïques. Quelques mois plus tard l’assemblée des Chefs de famille et le consistoire demandèrent au synode provincial de Baugé (1656) de décharger Isaac d’Huisseau, c’est-à-dire de lui ôter les fonctions du ministère tout en lui laissant l’honneur d’être reconnu comme ministre de l’Évangile car « c’est une infirmité sans blasme [la maladie] et non un délit qui l’empêche d’exercer sa charge »58. L’année suivante les mêmes exigeaient du synode provincial de Saumur (1657) qu’il dépose Isaac d’Huisseau jugé par l’assemblée des Chefs de famille responsable des troubles et des scandales qui agitaient l’église.

34Moïse Amyrault et Isaac d’Huisseau s’accordaient à reconnaître que l’ordre de l’église était perverti. Durant cette période agitée de contestation de l’autorité du pasteur le culte et la célébration de la cène étaient perturbés par les partisans de l’un ou l’autre des pasteurs. Ainsi le 2 janvier 1656, alors que l’église doit célébrer la cène

  • 59 Lettre d’un provincial..., p. 61.

« Monsieur de Beaujardin prêchant le matin, dans l’application de son action s’émeut si fort contre les opposants, que sans considération ny du lieu où il estoit ny de l ’action à laquelle tout le monde se préparoit... il les envoya tous aux ténèbres éternelles. Monsieur Amyrault fit le semblable au presche de l’après-dinée, il s’emportoit contre ceux qu’il disoit murmurer contre leurs conducteurs et gouverneurs... employans ainsi l’un et l’autre une journée qui estoit destinée à la paix et à la communion de l’église à persécuter les opposants et animer le peuple contre eux »59 .

  • 60 Pièces authentiques..., p. 92.

35Scandalisés les amis d’Isaac d’Huisseau renoncèrent à communier. Lors d’une autre célébration de la cène les partisans de Moïse Amyrault demandèrent qu’Isaac d’Huisseau soit écarté de sa distribution, priant les pasteurs « de ne permettre pas qu’il donna la coupe parce qu’ils ne la pouvoient recevoir avec consolation et édification de sa main »60.

  • 61 Lettre d’un Provincial..., p. 23.

36Moïse Amyrault dont l’autorité était dénoncée par les opposants dans les libelles comme une tyrannie admettait qu’il n’était plus en mesure d’imposer à l’église une décision consistoriale. Dans la Lettre d’un Provincial, les opposants évoquaient « l’inquisition criminelle que le sieur Amyrault veut establir dans son consistoire [ils y expérimentent] ce qu’il y a de plus rude dans le désordre, dans la licence et dans l’injuste oppression de leur innocence »61.

  • 62 François Méjan, Discipline de l’Eglise réformée de France..., p. 231.
  • 63 Ibid., p. 226.

37Le consistoire était noyé sous une avalanche de récusations et de suspensions qui rendaient son fonctionnement impossible. Pour éviter que celui-ci ne soit dans l’incapacité de juger, faute d’un nombre de membres suffisant, les rédacteurs de la Discipline prirent soin de fixer certaines limites à ces procédures qui si elles garantissaient une certaine objectivité pouvaient si elles étaient utilisées abusivement très rapidement paralyser le fonctionnement de ce qu’Isaac d’Huisseau considèrait comme le tribunal de l’église. Si « les récusations [sont] valables contre les particuliers desdits consistoires tant pasteurs qu’anciens [elles ne peuvent concerner] les consistoires entiers... ni plus de la moitié »62 est-il précisé dans l’article 9 du chapitre 5. Il est par ailleurs stipulé dans l’article 9 du chapitre 3 que « les anciens seront déposés pour les mêmes causes que les ministres de la Parole »63.

  • 64 Lettre d’un provincial..., p. 39
  • 65 Ibid., p. 78

38La récusation a été utilisée à plusieurs reprises par Isaac d’Huisseau à l’encontre de Moïse Amyrault, Bérard de Beaujardin et Druet car ils étaient les chefs et les organisateurs de ce que le synode national condamnait comme un syndicat. Avec d’autres de leurs amis ils dirigeaient un second consistoire où étaient traitées à huis clos les affaires de l’église, tenant « pour oster [aux partisans d’Isaac d’Huisseau] la cognoissance des affaires, les consistoires en maisons particulières sans les en advertir ni sans les y appeler »64, ordonnant que « les délibérations qui s’y prendroient seroient de pareille force et autorité que celles qui se prennent dans les assemblées consistoriales ordinaires »65.

  • 66 Ibid., p. 85.

39Pour sa part Moïse Amyrault abusa de la suspension, écartant ainsi les anciens qui avaient pris ouvertement parti en faveur d’Isaac d’Huisseau en aidant à la publication et en encourageant la diffusion de la Lettre d’un Provincial. C’était selon ses adversaires pour lui le moyen de demeurer au sein du consistoire « le maître souverain et absolu...[n’y laissant participer] que des gens entièrement esclaves de ses volontés et de ses passions »66.

  • 67 Iibid., p. 26

40Les synodes provinciaux furent aussi le lieu de violents affrontements et de manœuvres d’intimidation. Comme au sein du consistoire de Saumur, c’est la tyrannie et la passion aveugle d’Amyrault qui est dénoncée par les opposants. Ils refusaient de voir dans le synode provincial l’arbitre impartial d’un tel conflit, car à les lire les pasteurs qui le composaient lui étaient redevables de charges et de faveurs. À propos du synode provincial de Preuilly (1658), l’auteur de la Lettre d’un provincial note que « cette compagnie synodale n’est presque composée que de ses écoliers et de personnes qui ont épousé ses sentiments »67. Ils en dénonçaient les vices et la corruption.

  • 68 Pièces authentiques..., p. 67.

41L’élection des membres du bureau du synode fut aussi un enjeu important de la querelle qui opposait les deux partis. Lors du synode provincial de Loudun (1655) l’intervention particulièrement virulente qu’Isaac d’Huisseau fit contre le professeur de Saumur, son adversaire, devait l’écarter du bureau et empêcher Moïse Amyrault d’être élu modérateur du synode. Le narrateur des Pièces authentiques rapporte que « le vacarme avoit fait impression sur les esprits, car ledit sieur Amyrault qui n’estoit pas sans réputation dans la province et qui avoit modéré quelques années auparavant n’eut qu’une seule voix dans la nomination »68.

  • 69 François Méjan, Discipline de l’Église réformée de France..., p. 249.
  • 70 Jean Aymon, Tous les synodes nationaux..., vol. 2, 28 SN Charenton 1644, chapitre XII, art (...)
  • 71 Pièces authentiques..., p. 134.

42Les décisions provinciales interprétées différemment selon qu’elles l’étaient par l’un ou l’autre camp ont été contestées par Isaac d’Huisseau qui fit appel devant le synode national et les synodes provinciaux voisins. D’après la Discipline le recours au synode national est légitime « pour ce qui touche les suspensions et dépositions tant des pasteurs que des anciens »69. Devant les délais que la situation politique imposait entre la réunion de deux sessions du synode national, celui de Charenton, en 1644, autorisait les appelants à recourir à l’arbitrage d’un synode provincial voisin ordonnant qu’il se soumette « au jugement de leur province voisine que tiendra la première son synode... et jugera jusqu’à la tenue du synode national suivant »70. Conformément à cette disposition Isaac d’Huisseau fit appel de la décision du synode provincial de Baugé (1656) devant le synode provincial du Poitou. Mais lorsqu’en août il se présenta avec l’ensemble des représentants de l’église de Saumur devant le synode de Niort celui-ci refusa d’en débattre et de prendre parti. Avec dépit Isaac d’Huisseau devait s’écrier par deux fois « Messieurs vous m’abandonnez »71, n’ayant plus d’autre recours que le synode national dont les Églises réclamaient depuis plusieurs années la convocation.

43À plusieurs reprises Isaac d’Huisseau fut accusé d’avoir pris ouvertement le parti des Indépendantistes alors que leurs positions avaient été condamnées formellement en 1644. Rappelant que les Indépendants

  • 72 Jean Aymon, Tous les synodes nationaux..., vol.. 2, 28 SN Charenton 1644, Chapitre XII, ar (...)

« enseignaient que chaque église particulière devait être gouvernée par ses propres lois, sans dépendre de personne, ni être subordonnée à qui que ce fut en matière de religion et sans être obligée de reconnaître l’autorité des colloques ou des synodes pour ce qui concerne la Discipline et l’ordre... que ceux qui faisaient profession de cette doctrine ne tachaient qu’à mettre tout en confusion, et à ouvrir la porte à toutes sortes de singularités, d’irrégularités et d’extravagances...[le synode national de Charenton] enjoint à toutes les provinces... d’empêcher que ce mal ne jetât point de racines parmi les Églises de ce royaume »72.

  • 73 Moïse Amyrault, Du gouvernement de l’Église, contre ceux qui veulent abolir l’usage et l’a (...)

44Il lui était reproché d’avoir prétendu que l’église pouvait se passer des synodes, que l’assemblée de Jérusalem (Actes des Apôtres chapitre 15) ne ressemblait en rien à un synode et n’avait jamais prétendu avoir autorité sur l’Église. Isaac d’Huisseau pour sa part avait accusé Moïse Amyrault d’avoir rédigé Du Gouvernement de l’Église73, livre qu’il consacrait à la réfutation de la doctrine des Indépendantistes, contre lui.

  • 74 Roger Mazauric, « Lettre de Jacques Couet du Viviers, à Paul Ferry », BSHPF., t. 125, 1976 (...)
  • 75 Ibid., p. 235.
  • 76 Ibid., p. 235.

45Déposé par le synode provincial de Saumur en 1657, ce n’est qu’en 1660 qu’Isaac d’Huisseau fut rétabli dans sa charge car jugé innocent par le synode national de Loudun des accusations portées contre lui. Et le dimanche 18 janvier 1659, lorsque les pasteurs Guitton et Dubourdieu firent assembler les chefs de famille de l’église de Saumur, pour leur lire les décisions du synode national de Loudun, un témoin le pasteur Jacques Couet du Viviers racontait qu’ils furent exhortés « vivement à recevoir de bon cœur Monsieur d’Huisseau que le synode avait trouvé bon de leur renvoyer. On fit également, poursuit-il, embrasser les chefs de party mais précise-t-il ce fut un peu froidement »74 à son avis. Un peu plus loin dans sa narration il s’en expliquait, près des trois quarts des fidèles de l’église parlaient encore d’Isaac d’Huisseau « comme d’un homme indigne de la chaire »75. Et lorsque le dimanche suivant, du haut de cette chaire que le consistoire et l’assemblée des chefs de famille lui avaient refusée pendant plusieurs années, « il parla, toujours selon Couet du Viviers, des troubles précédents et conclut par une exhortation à se reconnaître chacun coupable sans examiner la faute de son prochain »76, l’assistance était clairsemée.

Notes

1 Pièces authentiques et décisives de la question à qui doivent être imputées les troubles de Saumur, Saumur, Desbordes, 1659,p p. 192. Abrégé dans la suite Pièces authentiques...

2 Ibid., p. 212.

3 Ibid., p. 33.

4 Ibid., p. 33.

5 Bernard Cottret, « Du bon usage de l’anticléricalisme : Jacques Fontaine, réfugié en Angleterre et en Irlande (1655-1728) », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, t. 140, 1994, p. 517. Abrégé dans la suite BSHPF.

6 Pièces authentiques..., p. 122.

7 Ibid., p. 147.

8 Ibid., p. 147.

9 Isaac d’Huisseau, La Discipline des Églises réformées de France, Saumur, 1667.

10 Pièces authentiques..., p. 126.

11 La Réunion du Christianisme où la manière de rejoindre tous les chrétiens sous une seule confession de foi, Saumur ; 1670. Voir Richard Stauffer, L’affaire d’Huisseau, une controverse protestante au sujet de la réunion des chrétiens, Paris, PUF, 1969.

12 Roger Mazauric, « Lettre de Jacques Couet du Viviers, à Paul Ferry », BSHPF., t. 125, 1976, Lettre du 5 décembre 1659, p. 249.

13 Jean Aymon, Tous les synodes nationaux des Eglises réformées de France, 1710, La Haye, Delo, vol. 2, 29 - SN Loudun, chapitre IX, article XXI, p. 766.

14 Moïse Amyrault, Apologie contre Monsieur de Launay, A Saumur, chez Jean Lesnier, 1657, 110 p.

15 La Response de ceux qui ont embrassé les intérêts de Monsieur d’Huissea, à la lettre que Monsieur Amyrault, sous le nom du consistoire de l’église de Saumur a écrite à Messieurs les pasteurs et anciens des Églises réformées de France, A Saumur, chez François Ernou, 1659, 38 p.

16 Pièces authentiques..., p. 189.

17 Isaac d’Huisseau, Lettre [25 janvier 1659] à Messieurs les pasteurs et anciens de l’église réformée de Poitiers, sl, 1659, 4.p.

18 Pièces authentiques..., p. 189.

19 Lettre d’un provincial à un de ses amis de Paris, avec une instruction de l’estat présent des affaires de l’église réformée de Saumur, sl, 1658, 105 p. Abrégé dans la suite Lettre d’un provincial...

20 Jean Aymon, Tous les synodes nationaux..., vol. 2, 29- SN Loudun 1659, chapitre IX, article XXI, p. 767.

21 Pièces authentiques..., p. 185.

22 Ibid., p. 186.

23 Pièces authentiques..., Préface non paginée

24 ibid., préface non paginée.

25 Livre des délibérations de l’église réformée de l’Albenc (1606-1682), édition établie par François Francillon, Paris, Honoré Champion, 1998, (Vie des Huguenots, 2), p. 174-175.

26 BPF., Ms. 1184, Copie du registre du consistoire de l’église de Niort, 1624-1684, ff. 66.

27 Didier Poton, « Les protestants de Saumur aux XVIIème siècle : études démographiques », dans Saumur capitale européenne, du protestantisme au XVIIème siècle. Actes du colloque de Fontevraud, 26-28 avril 1991, p. 11.

28 Ibid., p. 15.

29 Pièces authentiques..., p. 66.

30 Ibid., p. 121.

31 Ibid., p. 118.

32 Ibid., p. 162.

33 Ibid., p. 196.

34 Ibid., p. 71.

35 Ibid., p. 136

36 Ibid., p. 105.

37 Lettre d’un provincial..., p. 49.

38 Pièces authentiques..., p. 93.

39 Ibid., p. 119.

40 Voir Philippe Denis, Jean Rott, Jean Morely (ca 1524-ca 1594) et l’utopie d’une démocratie dans l’Église, Genève, Droz, 1993, (Travaux d’Humanisme et Renaissance), 405 p.

41 Antoine de la Roche Chandieu, La confirmation de la Discipline ecclésiastique, observée es Églises réformées du Royaume de France. avec la résponse proposée à l’encontre, Genève, Henri Estienne, 1566, p. 73-74., cité dans Philippe Denis, « Penser la démocratie au XVIe siècle : Morely, Aristote et la réforme de la Réforme », BSHPF., t. 137, juillet-septembre 1991, p. 379.

42 Ibid., p. 381.

43 Sommaire de ce qui s’est passé dans l’église réformée de Saumur, depuis l’années 1653 jusqu’à présent, p. 3.

44 Ibid., p. 3

45 Pièces authentiques..., p. 101

46 Ibid., p. 92.

47 Lettre d’un provincial..., p. 42-43.

48 Pièces authentiques..., p. 123.

49 François Méjan, Discipline de l’Eglise réformée de France, annotée et précédée d’une introduction historique, Paris, Editions « Je sers », 1947, p. 229.

50 Ibid., p. 229

51 Ibid., p. 229.

52 Ibid., p. 231.

53 Bernard Roussel, « Les premières Disciplines et la construction d’une culture réformée », Actes du colloque de Haïfa, mai 2000 (à paraître).

54 Moïse Amyrault, La Morale chrestienne, Saumur, Desbordes, 1652, vol. 4, p. 12-13.

55 Pièces authentiques..., p. 64.

56 François Méjan, Discipline de l’Eglise réformée de France..., p. 212.

57 Ibid., p. 197.

58 Pièces authentiques..., p. 197.

59 Lettre d’un provincial..., p. 61.

60 Pièces authentiques..., p. 92.

61 Lettre d’un Provincial..., p. 23.

62 François Méjan, Discipline de l’Eglise réformée de France..., p. 231.

63 Ibid., p. 226.

64 Lettre d’un provincial..., p. 39

65 Ibid., p. 78

66 Ibid., p. 85.

67 Iibid., p. 26

68 Pièces authentiques..., p. 67.

69 François Méjan, Discipline de l’Église réformée de France..., p. 249.

70 Jean Aymon, Tous les synodes nationaux..., vol. 2, 28 SN Charenton 1644, chapitre XII, article I p. 676

71 Pièces authentiques..., p. 134.

72 Jean Aymon, Tous les synodes nationaux..., vol.. 2, 28 SN Charenton 1644, Chapitre XII, article XI, p. 679.

73 Moïse Amyrault, Du gouvernement de l’Église, contre ceux qui veulent abolir l’usage et l’autorité des synodes, A Saumur, Desbordes, 1653, 407. p.

74 Roger Mazauric, « Lettre de Jacques Couet du Viviers, à Paul Ferry », BSHPF., t. 125, 1976, Lettre du 28 janvier 1660, p. 235

75 Ibid., p. 235.

76 Ibid., p. 235.

Auteur

Centre d’Etudes des Religions du Livre

© LARHRA, 2003

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search