Version classiqueVersion mobile

Bâtir pour Dieu : l'œuvre des religieuses et religieux architectes (xviie-xviiie siècles)

 | 
Julie Piront
, 
Adriana Sénard-Kiernan

Un autre son de cloche : le rôle des marguilliers dans les chantiers des églises paroissiales de Paris sous l’Ancien Régime

Léonore Losserand

Texte intégral

  • 1 La maison professe des jésuites ou église Saint-Louis (1625-1635), le noviciat (1630-1641) et le c (...)
  • 2 L’église Sainte-Anne-la-Royale, dont les plans ont été donnés par un laïc, Maurizio Valperga, est (...)
  • 3 Claude du Creil est intervenu pour la construction de la curieuse façade de la petite église médié (...)
  • 4 Le frère Martellange dessine certaines pièces du mobilier liturgique des cathédrales Saint-Pierre (...)

1Les interventions de religieux architectes sur des chantiers d’églises parisiennes appartenant à des ordres religieux sont connues. Les plus célèbres sont l’œuvre du frère jésuite Étienne Martellange1, du père théatin Guarino Guarini2 et du chanoine réformé de Sainte-Geneviève Claude du Creil3. Nos recherches ne nous ont toutefois pas permis d’attester de la collaboration d’un maître d’œuvre ayant le statut de religieux dans un chantier paroissial de la capitale. Si on recense quelques rares projets de religieux architectes pour des églises paroissiales et cathédrales en province4, force est de constater qu’à Paris, ils n’interviennent dans aucun des chantiers paroissiaux durant les derniers siècles qui précèdent la Révolution.

2L’existence des religieux architectes met en lumière la volonté de disposer en interne d’un « homme du métier » capable de donner des dessins, diriger un chantier et concilier les besoins et les aspirations de la communauté religieuse avec les avis des hommes du bâtiment, tout en respectant les usages de l’ordre. Nous nous sommes donc demandée dans quelle mesure le corps paroissial tentait, à l’instar des congrégations religieuses, de maîtriser le déroulement du chantier par la mobilisation des compétences de ses membres.

3Pour tenter de répondre à cette interrogation, il fallait déterminer par qui et comment se prenaient les décisions paroissiales en matière de chantiers et notamment, quelle était la part jouée respectivement par le clergé séculier et les marguilliers, laïcs en charge des biens temporels de la paroisse. En rentrant dans les rouages de l’institution paroissiale parisienne, il est possible de saisir les enjeux de la commande artistique et du suivi des chantiers de construction. Participant à l’élaboration des projets et du suivi des chantiers, les marguilliers peuvent-il être considérés comme des « marguilliers architectes » ?

Les paroisses françaises à l’heure de la Réforme catholique

  • 5 Claude mignot, « Architecture et territoire : la diffusion du modèle d’église à la romaine en Fran (...)
  • 6 Adrien Friedmann, Paris : ses rues, ses paroisses du Moyen Âge à la Révolution, origine et évoluti (...)

4L’histoire de l’architecture religieuse des Temps modernes bénéficie depuis longtemps d’apports notables informant sur l’abondante production architecturale des ordres réguliers provoquée par la « révolution numérique »5 qu’ils connaissent à cette période, notamment en France. En contrepoint de cette évolution, le contexte paroissial est a priori moins évident à cerner. À l’aube du xviie siècle, quelques créations de paroisse surviennent encore, mais la tendance est plutôt à une rationalisation du maillage territorial et au regroupement des paroisses trop petites, sans atteindre toutefois l’ampleur des bouleversements qui succédèrent à la Révolution et au Concordat. À Paris, on compte ainsi neuf créations et cinq suppressions de paroisse pendant les deux derniers siècles de l’Ancien Régime6. Mais ce n’est pas dans ces quelques remaniements du découpage territorial que l’on peut percevoir la dynamique des paroisses modernes, mais dans leur intense activité constructive. Qu’il s’agisse de reconstructions totales ou partielles d’églises jugées vétustes et trop petites dans les paroisses anciennes ou qu’il s’agisse de construction de nouvelles églises destinées à remplacer des chapelles provisoires dans les rares paroisses nouvellement érigées, les chantiers paroissiaux s’inscrivent eux aussi dans l’élan insufflé par la Réforme catholique en France.

  • 7 Marc Venard, « La construction des églises paroissiales du xve au xviiie siècle », Revue de l’hist (...)
  • 8 Cet article est issu de notre travail de doctorat, auquel nous renvoyons pour plus de précisions : (...)

5Jusqu’à présent, seul l’historien Marc Venard a tenté d’esquisser le bilan des constructions d’églises paroissiales à l’échelle de la France entière, dans un article de la Revue d’histoire de l’Église de France publié en 19877. En une vingtaine de pages, il relevait plusieurs traits saillants de ces chantiers comme autant d’axes de recherches fondamentaux à développer, mais ne pouvait dresser un inventaire numérique de ces édifices pour l’ensemble du pays, inventaire fastidieux que l’on attend encore. C’est pourquoi nous avons souhaité commencer ce grand chantier de recherche en nous focalisant ici sur l’étude des chantiers de construction ex nihilo d’églises paroissiales à Paris8.

6Au cours des deux derniers siècles de l’Ancien Régime, six églises paroissiales furent bâties dans la capitale : Saint-Jacques-du-Haut-Pas, Saint-Sulpice, Saint-Roch, Sainte-Marguerite, Saint-Nicolas-du-Chardonnet et Saint-Louis-en-l’Île. En dehors de ces constructions nouvelles, les agrandissements ponctuels et les reconstructions partielles se comptent par dizaines. Cette intense activité se poursuivit jusqu’à la veille de la Révolution, lorsque sont lancés les chantiers de la Madeleine, Saint-Pierre-du-Gros-Caillou et Saint-Philippe-du-Roule.

  • 9 On peut citer entre autres : Anne Bonzon, L’esprit de clocher, Prêtres et paroisses dans le diocès (...)

7En nous concentrant sur les chantiers de construction débutés au xviie et achevés (peu ou prou) au xviiie siècle, il est possible de retracer le déroulement d’un chantier paroissial dans son intégralité. En nous appuyant sur les monographies des édifices et des maîtres d’œuvres qui y sont intervenus, mais surtout en consultant les archives des fabriques paroissiales conservées aux Archives nationales et aux Archives diocésaines de Paris, nous avons pu faire ressortir les traits généraux d’une procédure de chantier qui, comparée aux chantiers menés par les religieux, présente des points de similitude et de divergence. L’étude d’un seul chantier paroissial n’aurait pas suffi à mener une enquête approfondie, car les archives des fabriques paroissiales parisiennes sont très lacunaires. En croisant les données issues des fonds de chaque paroisse, la spécificité des chantiers paroissiaux se dévoile : le fonctionnement du conseil de la fabrique, maître d’ouvrage des chantiers paroissiaux. Si le fonctionnement des fabriques est bien connu des historiens9, son rôle en matière d’architecture demeurait jusqu’à présent assez peu exploité.

Les organes de décisions au sein de la paroisse

  • 10 Voir notamment l’exemple dans les Vosges étudié par Raphaël Tassin, Les églises de la prévôté de B (...)
  • 11 Daniel Jousse, Traité du gouvernement spirituel et temporel des paroisses : où l’on examine tout c (...)

8Précisons en préambule que les paroisses parisiennes ne connaissent pas la bipartition traditionnelle entre le chœur relevant du curé (ou du décimateur) et la nef et le clocher gérés par le conseil de fabrique, composé des marguilliers qui prennent les décisions au nom de l’ensemble de la communauté des paroissiens10. Cette répartition spatiale des églises est une configuration propre au milieu rural. Ainsi que le précise Daniel Jousse, au xviiie siècle : « Dans les villes où il n’y a point de dixmes, les fabriques sont tenues de ces réparations [du chœur comme de la nef] »11.

Le conseil de fabrique

  • 12 Ségolène de Dainville-Barbiche, « Les archives des fabriques paroissiales : une source pour l’hist (...)
  • 13 C’est-à-dire des marguilliers ayant été précédemment en charge.
  • 14 Entendu au sens actuel tel qu’il est utilisé par exemple dans le cadre associatif, pour le disting (...)
  • 15 Pour plus de détails nous renvoyons à notre thèse, citée plus haut, chapitre 1 : « Au cœur des cha (...)

9Point commun avec les communautés religieuses et, dans une certaine mesure, avec les conseils d’hôpitaux ou les bureaux de villes, les décisions en paroisse se prennent ordinairement collectivement, en l’occurrence par le conseil de fabrique. La fabrique désigne en premier lieu la communauté des biens paroissiaux qui sont exemptés d’impôt. Par extension, elle désigne également l’instance décisionnelle composée de paroissiens laïcs appelée Œuvre et fabrique ou conseil de fabrique12. Ce conseil est composé des marguilliers dit « en charge », d’anciens marguilliers13 et, le cas échéant, de toutes les personnes qui y ont été invitées (curé, représentant des confréries de charité, etc.). Les élections des nouveaux membres se font par cooptation et chacun exerce sa charge bénévolement. Pour être marguillier, il faut être avant tout paroissien laïc et de bonnes vie et mœurs ; dans les faits, il faut également être d’une bonne condition sociale. La fréquence des réunions du conseil, variant de quelques réunions annuelles à plusieurs réunions mensuelles, est déterminée selon les besoins de chaque conseil de fabrique. Ceci permet de s’adapter à d’éventuelles nécessités pressantes tout en ne contraignant pas les marguilliers à des réunions trop fréquentes, auxquelles l’exercice de leur métier les empêcherait d’assister. Lors de ces réunions, le conseil discute de projets liés à la gestion des biens temporels de la paroisse. Les points soumis à l’ordre du jour sont le plus souvent proposés par les marguilliers en charge, mais ils peuvent aussi être soulevés par le curé ou toute autre personne invitée, comme en témoignent les quelques procès-verbaux de délibération conservés. Les propositions sont adoptées à l’unanimité ou à la pluralité des voix. Il revient ensuite au bureau14 restreint, composé de quatre marguilliers « en charge » dont deux comptables, de mettre en œuvre les décisions adoptées collectivement et d’assurer la gestion quotidienne des biens de la fabrique. Ces quatre marguilliers sont élus par l’assemblée du conseil de fabrique pour des mandats de deux ans généralement, plus si besoin15.

  • 16 « Face du portail de la croisée de l’église Saint-Sulpice à Paris, construit et élevé par les soin (...)

10Parmi les marguilliers en charge, il convient de préciser la position de celui communément appelé premier marguillier ou marguillier d’honneur. Il est le plus souvent choisi dans une catégorie sociale élevée comme c’est le cas à Saint-Sulpice et à Saint-Roch, où cette fonction est attribuée à un noble ou à un riche financier. Cette fonction n’existe toutefois pas dans les paroisses moins aisées. La paroisse Sainte-Marguerite, par exemple, qui se situe dans l’industrieux et populaire faubourg Saint-Antoine, n’a pas de marguillier d’honneur en titre car les marguilliers sont tous des marchands, ce qui ne semble pas compatible avec cette fonction honorifique. Certains marguilliers d’honneurs ont été influents et se sont impliqués fortement dans le chantier. Ainsi, le premier marguillier de Saint-Roch au tout début du xviiie siècle, le duc Anne-Jules de Noailles, fit appel au premier architecte du roi, Jules Hardouin-Mansart, pour qu’il donne au conseil de fabrique un nouveau projet destiné à l’achèvement de l’église Saint-Roch en 1706 (ill. 13). On sait que le duc de Noailles connaissait bien Hardouin-Mansart auquel il avait confié la construction de son hôtel particulier à Saint-Germain-en-Laye quelques années auparavant, ce qui pourrait expliquer qu’il ait fait appel à lui pour achever l’église Saint-Roch. D’autres marguilliers d’honneurs se sont impliqués dans les chantiers de leurs église paroissiale au xviie siècle, à l’instar des princes de Condé, Louis-Henri et Louis II dit le Grand Condé qui assistèrent aux réunions et firent des dons importants à Saint-Sulpice. Le 24 juillet 1676, le Grand Condé posa d’ailleurs la première pierre du portail nord de Saint-Sulpice, cérémonie commémorée par une gravure qui lui fut dédiée (pl. 14)16.

Ill. 13. Jules Hardouin-Mansart, Projet d’achèvement de l’église Saint-Roch, janvier 1706. Archives nationales, cartes et plans, N III Seine 665.

Ill. 13. Jules Hardouin-Mansart, Projet d’achèvement de l’église Saint-Roch, janvier 1706. Archives nationales, cartes et plans, N III Seine 665.
  • 17 Laurence Croq, Nicolas Lyon-caen, « Le rang et la fonction. Les marguilliers des paroisses parisie (...)

11En dehors de ces quelques cas, les marguilliers d’honneurs se cantonnaient le plus souvent à assurer la présidence du conseil et à partir du début du xviiie siècle, on constate un très net désengagement de leur part qui se traduit par leur absence de plus en plus fréquente des réunions des conseils de fabrique17.

Les assemblées paroissiales

  • 18 Anne Bonzon-Leizerovici, « La fabrique ... », art. cit., p. 273-285.
  • 19 François-Henri Symon de Doncourt, Remarques historiques sur l’église Saint-Sulpice. Pièces justifi (...)

12De façon exceptionnelle, les membres du conseil de fabrique convoquaient l’assemblée paroissiale, parfois appelée assemblée générale, afin d’obtenir son avis. Cette assemblée était composée de « la plus grande et saine partie » des paroissiens dite aussi sanior pars, c’est-à-dire des notables ou des personnes de bonne condition sociale18. Bien que les motifs de convocation fussent variés, les dépassements budgétaires des chantiers à venir constituaient un motif suffisamment important pour solliciter l’avis et l’aval de l’assemblée. Ainsi, en 1643, les membres du conseil de fabrique de Saint-Sulpice (pl. 15a) « ont […] supplié […] ladicte assemblée de les honorer de leurs bons advis & conseils en cette affaire importante au public & à la gloire de Dieu » qu’est la reconstruction de l’église19.

  • 20 AN, Minutier central des notaires, CIX, 156 : délibération du 2 juin 1630.
  • 21 Fr.-H. Symon de Doncourt, op. cit., p. 69-71 : délibération du 10 mars 1643.
  • 22 AN, Cartes et plans, NIII Seine 665.
  • 23 Fr.-H. Symon de Doncourt, op. cit., p. 196-197.

13Pour convoquer ces assemblées extraordinaires, les marguilliers procédaient à des annonces et à un affichage public : « il y a aujourd’huy huict jours, et redit aujourd’huy, de faire advertir lesdicts paroissiens aux prosnes des messes paroichialles et encore en leurs maisons par billetz de s’assemblez en ce lieu pour donner leur advis »20. Le jour dit, 2 juin 1630 à Saint-Jacques-du-Haut-Pas (pl. 15b), la cloche fut sonnée après la grande messe du dimanche pour que les paroissiens, au nombre de quarante-quatre, viennent prendre connaissance puis approuver la décision du conseil de fabrique. Une décennie plus tard, en 1643, les paroissiens de Saint-Sulpice, convoqués pour le même sujet, sont seulement vingt-quatre21. À Saint-Roch, ils sont vingt le 24 janvier 1706 pour approuver et signer le plan de Jules Hardouin-Mansart pour la reprise des travaux de l’église (ill. 13)22. En 1718 à Saint-Sulpice, ils ne sont que dix-huit à assister à l’assemblée pour décider la reprise du chantier sous la houlette du curé Jean-Baptiste Languet de Gergy23. S’agit-il d’un désintérêt progressif des paroissiens ou d’un désir du conseil de fabrique de limiter le pouvoir, au demeurant relatif, des paroissiens ? La question reste ouverte en raison du trop faible nombre de cas recensés à ce jour.

14La décision prise en assemblée paroissiale à Saint-Jacques-du-Haut-Pas en 1630, précédemment évoquée, est suffisamment bien documentée pour nous permettre de comprendre qu’en réalité ce n’est pas tant la décision de rebâtir l’église qui est prise, mais qu’il s’agit plutôt d’obtenir l’accord des paroissiens pour consacrer une forte somme d’argent à ce chantier et de déléguer des pouvoirs extraordinaires aux marguilliers en charge pour le mener à bien :

  • 24 AN, Minutier central, CIX, 156 : délibération du 2 juin 1630.

D’un commung accord [les paroissiens assemblés] ont nommé député et constituez leur procureur général et spéciaulx lesdit quatre à présent marguiliers de ladite œuvre et fabricque, ausquel ils en ont donné et donnent pouvoir et pour faire dresser les desseings, d’en prendre les allignemens, faire et passé pardevant les notaires tous marchez à tel prix, charges, clauses et conditions que besoing sera et tous aultres actes nécessaires24.

15Le pouvoir conféré par l’assemblée paroissiale aux marguilliers n’est pas seulement d’ordre financier. Elle leur délègue aussi le soin d’assurer le suivi du chantier.

Le « bureau des travaux » : une conception collective du projet

16La décision de reconstruire l’église étant prise, les membres du conseil de fabrique pouvaient faire appel à d’autres paroissiens ou à d’anciens marguilliers pour soutenir le conseil dans cette entreprise accaparante et de longue haleine. À Saint-Jacques-du-Haut-Pas en 1630 et à Saint-Sulpice en 1643, l’assemblée paroissiale nomma quatre paroissiens pour seconder le bureau des marguilliers en charge dans la supervision du chantier qui, cela va sans dire, s’ajoutait à la gestion quotidienne de la paroisse :

  • 25 Fr.-H. Symon de Doncourt, op. cit., p. 70 : délibération du 10 mars 1643.

En a esté l’entière direction de tout ce que dessus donné ausdicts sieurs marguilliers à présent en charge, & leurs successeurs assistés desdicts sieurs d’Hillerin, Mors, Germain et Bonnet, députés pour cet effet, avec pouvoir de s’assembler entre eux, quand bon leur semblera & faire par lesdicts sieurs marguilliers conjointement avec lesdicts sieurs députés ou deux d’iceux en l’absence des aultres, tout ce que sera besoin de faire, selon qu’ils s’adviseront bon estre, mesmes de traiter desdictes maisons nécessaires à acquérir soit par achapt à prix d’argent, eschange contre d’aultres maisons, héritages ou rentes, appartenans à ladicte fabrique ou autrement, comme ils jugeront à propos25.

  • 26 En 1636 : D’Hillerin [conseiller et maître d’hôtel du roi, ancien marguillier en 1642], de Fleury, (...)

17La fonction de ces « députés aux travaux » est donc d’aider les marguilliers en charge à établir ou faire établir les documents contractuels du chantier : dessins, devis, marchés mais aussi tous les autres actes nécessaires au bon déroulement du chantier, comme l’achat des maisons se trouvant sur le terrain de la future église. En 1636, le conseil de fabrique de Saint-Sulpice avait procédé de la sorte en désignant sept députés aux travaux, ramenés à quatre lors de la relance du projet de reconstruction en 164326.

18Marguilliers en charge et députés aux travaux composaient ce qu’on pourrait appeler le « bureau des travaux ». D’après les délibérations du conseil de fabrique de Saint-Sulpice durant la première moitié du xviie siècle, la mission de ce bureau consistait en quelque sorte à préparer les dossiers en amont pour que le conseil de fabrique, et le cas échéant l’assemblée paroissiale, dispose des informations nécessaires pour rendre sa décision. Ainsi, en 1643, l’assemblée générale de la paroisse Saint-Sulpice demanda au « bureau des travaux » un certain nombre de documents précis destinés à informer au mieux le conseil de fabrique quant à la manière dont le projet allait être réalisé :

  • 27 Fr.-H. Symon de Doncourt, op. cit., p. 69-71 : délibération du 10 mars 1643.

A esté advisé et trouvé nécessaire par mondit Seigneur le Prince [de Condé] & assemblée de bastir une nouvelle église sur la place tant de l’antienne que du cymetière adjacent, mais qu’avant de travailler audict bastiment, il estoit à propos de faire deux plans : l’un général de ladicte place avec maisons qui sont aux environs d’icelle et qu’il est besoin d’acquérir, l’autre du bâtiment de ladite nouvelle église avec un devis de tous les ouvrages nécessaires à la perfection d’icelle et calcul de la dépense qu’il convient faire à ce suject27.

19Il revenait donc aux députés (ce mot est à prendre au sens large) et aux marguilliers en charge de commander un projet, de faire établir des dessins et des devis.

Ill. 14. Marcel Le Roy, [Projet de plan pour Saint-Sulpice], 1636. BnF, Estampes, Va 266, H 46362.

Ill. 14. Marcel Le Roy, [Projet de plan pour Saint-Sulpice], 1636. BnF, Estampes, Va 266, H 46362.
  • 28 Comprendre : assemblée où fut résolu (adopté) le plan.
  • 29 BnF, département des Estampes et de la photographie, Va 266 [Place Saint-Sulpice], MF H 46364.

20Si les dessins présentés à l’assemblée paroissiale en 1643 ont disparu, ceux qui ont été soumis lors de l’assemblée de 1636 sont conservés, réalisés par l’architecte Marcel Le Roy. Il s’agit toutefois des exemplaires de l’architecte et non des dessins de présentation vus et paraphés lors de l’assemblée, si l’on en croit la légende manuscrite sur le dessin de l’élévation « Nota que l’asemblée où feu rezour le plan est du 29 may 1636 »28 et sur le plan (ill. 14) « Quand je mestré ce plan au nu il faudra arondir les erestes des gros pilliers ou les fer en arcades »29.

21On conserve également le plan projeté pour la reprise du chantier de Saint-Roch, daté de 1706 (ill. 13), déjà mentionné, signé par les dix-neuf membres présents lors de l’assemblée paroissiale du 24 janvier et paraphé quatre jours plus tard par Jules Hardouin-Mansart qui en a donné le dessin :

  • 30 AN, Cartes et plans, N III Seine 665.

Paraphé au désir de la délibération de Messieurs les marguilliers de l’œuvre et fabrique de l’église paroissiale de St Roch à Paris estant sur le registre de ladite fabrique ce jourd’huy vingt quatre janvier mil sept cent six. Le maréchal de Noailles, de Grandval, Mazière, C. Bailleul, Tarade, Dionis, Ducoisellle, Mabille, Berthier, Trudon, Galland, Sandron, Maussan, Galland, Renard, Raison, Geoffrin, Puigeron, Jaillot [...] Le présent plan a été fait pour achever l’églize paroissiale de St Roch par nous premier architecte du roy surintendant et ordonnateur général des batimens de Sa Majesté à la prière de monsieur le maréchal duc de Noailles, marguillier d’honneur de cette paroisse. Fait à Marly le 28 janvier 170630.

22S’il est très clair ici que le marguillier d’honneur a confié à l’architecte de réaliser le plan du nouveau projet, dans d’autres cas, on ignore les modalités du choix de l’architecte : le « bureau des travaux » ne tenant pas de registre de délibération et les procès-verbaux de délibération du conseil ne donnant pas les détails des débats, on en est réduit à des suppositions circonstanciées pour saisir les raisons pour lesquelles le choix s’est porté sur un concepteur plutôt qu’un autre.

23Une fois l’architecte désigné, il peut être chargé d’établir le devis qui donnera lieu à l’établissement d’un marché :

  • 31 C’est-à-dire le conseil de fabrique.
  • 32 Fr.-H. Symon de Doncourt, op. cit., p. 66 : délibération du 25 mai 1634.

A esté arresté que le devis [pour la construction de l’église Saint-Sulpice] présenté par le sieur [Christophe] Gamard à l’assemblée sera veu & examiné par MM. De S. Julien, Contel, d’Hillerin & de Fleury [députés aux travaux], qui le corrigeront, ou accomoderont, comme ils verront bon estre & en feront rapport à la compagnie31 pour estre arresté le marché, selon qu’il sera advisé par ladicte compagnie sur leur rapport32.

24Les documents nécessaires pour démarrer le chantier, c’est-à-dire les dessins et les devis désormais réunis, faisaient l’objet d’un examen approfondi par le bureau des travaux, voire du conseil de fabrique. Les « députés aux travaux » contrôlaient la viabilité non seulement des plans, mais également des devis établis par chaque corps de métier. Ils rendaient un jugement sur la solution proposée, mais les délibérations ne sont pas suffisamment précises pour déterminer si leur avis portait sur des aspects financiers, techniques ou, ce qui reste l’hypothèse la plus vraisemblable, les deux en même temps.

  • 33 Ibid., p. 67-68 : délibération du 29 mai 1636.

25En mai 1634, l’architecte Christophe Gamard présenta un devis, huit mois après que les marguilliers et les paroissiens de Saint-Sulpice aient décidé de lui confier la conception de leur nouvelle église. Les délibérations suivantes ne disent pas ce qui a pu être modifié. De même, nous ignorons tout de la profession des députés aux travaux en cette année 1634 : il n’est pas possible de savoir s’ils disposaient de compétences techniques. On sait seulement que deux ans plus tard, ils procédèrent une fois encore à des modifications lorsque leur furent soumis les nouveaux plans dressés par Marcel Le Roy pour faire « un devis et convention au rabais & moins offrant, & au meilleur marché que faire se pourra »33.

26Dans certains cas, ces plans et les documents contractuels qui les accompagnaient pouvaient, avant d’être approuvés par le conseil de fabrique, être vérifiés par des architectes tiers à la demande des marguilliers. Lors de l’assemblée de Saint-Sulpice du 18 janvier 1660, les architectes Pierre Le Muet, Louis de Verdun et Gabriel Le Duc sont chargés de donner leur avis sur la faisabilité des dessins proposés par Daniel Gittard :

  • 34 Ibid., p. 89 : délibération du 18 janvier 1660.

Après avoir ouy les diverses propositions & veu les différens desseings touchant le bastiment de l’église, qui y ont esté rapportés, & mesme entendu en leur advis MM. Le Muet, de Verdun, & le Duc, conviés à cet effect par lesdicts sieurs marguilliers, [les membres du conseil de fabrique] ont arresté que le plan dressé par le sieur Gittard seroit examiné plus à loisir par lesdicts architectes, & pour ce sujet qu’il seroit prié de le vouloir porter chez M. Le Muet, l’un d’iceux où les autres avoient promis de s’assembler jeudy prochain, pour le sentiment desdicts sieurs raporté à la quinzaine estre fait par l’assemblée, ce qui sera jugé à propos34.

  • 35 « En l’assemblée tenue par les députez pour le bastiment de la nouvelle église, a esté résolu que (...)

27Après avoir été vus et discutés durant l’assemblée du 5 février suivant, les dessins de Gittard furent finalement approuvés et signés, suite à l’avis rendu par les trois architectes35.

  • 36 AN, Minutier central, CIX, 156, f. 821v : devis du 11 août 1630.
  • 37 Nous remercions Julie Piront pour nous avoir engagée à reconsidérer notre lecture du document ains (...)

28Certains marguilliers ont donné des consignes particulièrement précises aux maîtres maçons. Le devis de 1630 pour la construction du nouveau chœur de Saint-Jacques-du-Haut-Pas précise, par exemple, que « dans ladicte sacristye sera faict deux croisées de pierre de taille de quatre piedz de largeur et de la haulteur et au lieu convenable qui sera désiné par les marguilliers »36. Les marguilliers s’engagent donc à « désigner » l’endroit où doivent être fait les travaux37.

  • 38 Bibliothèque de l’Institut de France, Ms 1903, f. 7.
  • 39 Léonore Losserand, op. cit., t. 2 : chronologie de Saint-Sulpice, p. 774-805.

29Le rôle de l’architecte est plutôt ici celui d’un concepteur, œuvrant à l’élaboration du « dessein » (au sens moderne de projet général) par la production de dessins et d’un devis général examinés et validés par les membres du conseil de fabrique avant le début du chantier. Ceci n’empêche pas que le dessein général puisse être changé à plusieurs reprises, même lorsque les travaux ont déjà débuté. On peut ainsi citer l’exemple du chantier de Saint-Sulpice pour lequel le premier dessein de Marcel Le Roy est choisi en 1636, avant d’être remplacé en 1645 par celui de Christophe Gamard, puis encore en 1660 par celui de Daniel Gittard (dessins non conservés)38, juste après que Louis Le Vau et Jacques Lemercier aient été consultés39.

  • 40 Alexandre Cojannot et Alexandre Gady, Dessiner pour bâtir. Le métier d’architecte au xviie siècle, (...)
  • 41 Alexandre Cojannot, Alexandre Gady, op. cit., p. 35-37.

30Au fur et à mesure de la construction, l’architecte était amené à donner des dessins complémentaires et des devis pour des parties spécifiques du bâtiment. On conserve ainsi le devis autographe de l’architecte Daniel Gittard pour l’installation du pavé de la chapelle de la Vierge dans l’église Saint-Sulpice, passé devant notaire avec le marché d’adjudication des travaux le 4 février 166840. L’architecte pouvait aussi être appelé sur le chantier pour donner des précisions et vérifier la conformité des réalisations avec le projet : les cas de figures sont aussi nombreux que variés, mais leur étude ici-même nous amènerait trop loin de notre sujet. Toutefois, il faut noter que ce n’est pas l’architecte qui passe les contrats. La pratique de l’architecte n’étant pas reconnue par un statut juridique, il ne peut légalement, au xviie siècle et encore au xviiie siècle, faire œuvre de maître maçon en contractant des marchés41. Le contrat était passé entre les marguilliers en charge (ou les députés aux travaux) et les corps de métiers (maître maçon, maître charpentier, maître serrurier, etc.) ou un entrepreneur le cas échéant.

Le rôle du clergé

  • 42 AN, LL 834, f. 38v : délibération de la fabrique Sainte-Marguerite du 5 août 1721 : « Assemblée ex (...)

31Avant d’aborder le suivi du chantier, il est nécessaire d’évoquer brièvement la part du clergé dans la conception et la réalisation de ces chantiers. Jusqu’à présent, l’intervention du curé n’a guère été évoquée et pour cause : ainsi que nous l’avons vu plus haut, celui-ci n’est que convié aux réunions du conseil de fabrique42. C’est à ce titre qu’il est amené à signer avec les marguilliers en charge certains contrats, mais le processus de décision que nous venons de détailler montre que leur initiative et leur marge d’action reste soumises à l’avis du conseil de fabrique. Néanmoins, certains curés, comme celui de Sainte-Marguerite (ill. 15), n’hésitent pas à faire des propositions au cours des réunions préalables au chantier :

  • 43 AN, LL 834, f. 43 : délibération du 29 mars 1722.

Mr le curé [Jean-Baptiste Goy] ayant proposé de faire bastir une chapelle des charniers pour dégager les communians et soulager l’église qui est trop petite pour contenir les paroissiens, dans lesquels charniers il propose de construire une chapelle et que les mêmes charniers pourroient servir à faire le catéchisme des garçons et des filles séparément. Le tout sans engager n’y qu’il en couste rien à l’œuvre […] 43

Ill. 15. Plan de l’église Sainte-Marguerite, s. n., s. d. [vers 1715 ?]. AN, L 680.

Ill. 15. Plan de l’église Sainte-Marguerite, s. n., s. d. [vers 1715 ?]. AN, L 680.

32Les remaniements des plans suggérés par le curé Goy furent approuvés par le conseil de fabrique quelques jours plus tard et les travaux furent entrepris sur les fonds personnels du curé, qui, de par son statut séculier, possédait des biens en propre et tenait sa propre comptabilité. Cet exemple rappelle que les curés avaient certes la gestion spirituelle de la paroisse mais qu’elle nécessitait parfois de leur part un investissement financier. Le curé se devait d’être généreux envers les pauvres de sa paroisse et il pouvait aussi contribuer, dans la mesure de ses moyens, au financement du chantier de son église, à l’instar de l’abbé Goy.

  • 44 Pour quelque éclairage sur le cas sulpicien, nous renvoyons à notre article à paraître : « Transme (...)

33L’engagement personnel de Jean-Baptiste Languet de Gergy, curé de Saint-Sulpice au xviiie siècle, a surpassé l’investissement ponctuel de bien de ses homologues. En effet, ce curé prit l’entière direction du chantier (en termes de décision comme de financement), car trente ans plus tôt, la fabrique avait fait faillite à force d’emprunter, ce qui avait ainsi brisé la confiance des nombreux crédirentiers. Discréditée, la fabrique ne conserva à sa charge que l’entretien de l’église, mais la poursuite du chantier fut prise en charge par le curé seul, un cas qui demeure exceptionnel à Paris sous l’Ancien Régime44.

  • 45 Le xixe siècle est autrement plus cléricalisé. Voir à ce sujet : Chantal Bouchon, Catherine Brisac(...)
  • 46 Pour la période allant de la fin du xviiie au début du xixe siècle, nous renvoyons à la thèse en c (...)

34En temps normal, l’implication financière du curé dans le chantier de son église paroissiale relevait d’un choix personnel qui lui permettait aussi de se positionner sur l’échiquier paroissial, non seulement sur le plan spirituel mais aussi temporel. Il est toutefois difficile de parler de « curé bâtisseur », au sens où on l’entend au xixe siècle, car durant l’Ancien Régime, le conseil de fabrique reste, théoriquement, le seul décisionnaire en ce qui concerne le chantier45. Entre lutte d’influence et évergétisme, le rôle du curé dans les chantiers parisiens se mesure à l’aune du conseil de fabrique qui assume seul la responsabilité du chantier de construction46.

  • 47 Ségolène de Dainville-Barbiche, Devenir curé à Paris. Institutions et carrières ecclésiastiques (1 (...)

35L’absence quasi-totale de l’archevêque dans ces chantiers ne doit pas étonner dans les chantiers paroissiaux du Paris d’Ancien Régime. Les paroisses n’ont fait, semble-t-il, que bien peu cas de son autorité en la matière47. Pendant les xviie et xviiie siècles, le conseil de fabrique semble vouloir s’affirmer toujours plus face au pouvoir du clergé.

Le suivi des chantiers : quand le maître d’ouvrage se fait maître d’œuvre

  • 48 AN, Minutier central, CIX, 156, f° 512 v. : délibération du 2 juin 1630.

36Une fois les plans validés et le budget déterminé, le « bureau des travaux » veillait à mener à bien la construction du bâtiment. Le devis ayant été préalablement établi, l’annonce de l’adjudication des travaux était affichée en ville. Les offres des maîtres maçons étaient alors recueillies et l’adjudication se faisait au « moins offrant » (c’est-à-dire celui proposant le prix le moins élevé pour les ouvrages demandés), comme, par exemple, à Saint-Jacques-du-Haut-Pas aux mois de juillet et août 163048. Le devis étant publié le 21 juillet, les marguilliers en charge avaient donc réalisé ou fait réaliser préalablement ce document accompagné des dessins d’exécution dans l’intervalle d’un mois. Dans certains cas, les marguilliers ne passaient pas par l’adjudication publique mais fonctionnaient de gré à gré en convenant des prix des ouvrages directement avec des maîtres d’œuvres préalablement choisis.

  • 49 Rôles : cahiers d’écriture utilisés dans le cadre des chantiers pour noter le nombre de journées d (...)
  • 50 BnF, département des manuscrits, fr. 5989 : délibération du 28 janvier 1657.

37Pour engager et suivre les travaux, les marguilliers avaient deux possibilités : soit gérer le chantier en régie, c’est-à-dire le suivre en totalité, de l’achat des matériaux au paiement des ouvriers en passant par la tenue de la comptabilité quotidienne, soit déléguer ce travail à un entrepreneur. Lorsque les marguilliers fonctionnaient en régie, la tenue des comptes était assurée par un marguillier comptable qui assurait concomitamment la comptabilité ordinaire de la fabrique. À Saint-Sulpice, le conseil décida en 1657 « que la dépence se fera par l’ordre de Mrs les marguilliers qui arresteront les roulles49 et celuy comptable prendra le soin de payer chacune sepmaine à l’ouvrier »50.

  • 51 Robert Carvais, « La force du droit. Contribution à la définition de l’entrepreneur parisien du bâ (...)
  • 52 AN, Minutier central, CXVII, 222 : transaction du 7 juin 1709. L. Losserand, « Contribution à l’hi (...)

38La mission première des entrepreneurs était de coordonner quotidiennement les équipes des différents corps de métier. La seconde était d’ordre financier : ils avançaient les sommes d’argent et assumaient les risques entrepris51, souvent à leurs dépens. Guillaume de la Vergne, entrepreneur de bâtiment et maître maçon chargé de l’achèvement de l’église Saint-Roch d’après les plans de Jules Hardouin-Mansart, quitta brusquement le chantier en 1709 : « La situation de ses affaires ne luy permettant pas de la parachever [la chapelle de la Vierge], il se seroit retiré devers lesdits sieurs marguilliers et les avoit prié de l’en décharger […] »52. Le choix d’un entrepreneur libérait donc le conseil de fabrique de la gestion pesante du chantier, ce qui ne l’empêchait pas de nommer un « député » pour inspecter le chantier et faire l’intermédiaire entre l’entrepreneur et le conseil.

Des « députés » assurant le suivi du chantier

  • 53 AN, Minutier central, XVIII, 312 : quittance du 10 octobre 1665.
  • 54 « Mr Compain, […] comme il estoit toujours occupé au bastiment de la nouvelle église, un jour qu’i (...)

39Certains conseils de fabrique ne constituaient pas de bureau des travaux. Ils désignaient parfois une seule personne pour diriger le chantier en leur nom : c’est le cas de Léonard Philippes, ancien marguillier qui reçoit la charge de suivre le chantier et payer les ouvriers à Saint-Nicolas-du-Chardonnet à partir de 1665 (ill. 16)53. Philippes a succédé à un ecclésiastique, le vicaire Guillaume Compaing, décédé dans un accident sur le chantier en 166554. Mais les ecclésiastiques restaient rares à ce poste qui était presque toujours confié à des laïcs : le seul autre cas recensé est celui de l’abbé François Henri Symon de Doncourt à Saint-Sulpice dans la seconde moitié du siècle des Lumières.

Ill. 16. Église Saint-Nicolas-du-Chardonnet en cours de chantier, détail du plan de Paris par Pierre Bullet, 1710.

Ill. 16. Église Saint-Nicolas-du-Chardonnet en cours de chantier, détail du plan de Paris par Pierre Bullet, 1710.

40Le statut d’ancien marguillier de Philippes pourrait laisser entendre qu’il agit au même titre que les députés aux travaux que nous avons vu précédemment, même s’il n’en porte pas le titre. Un mystère entoure ces « députés » à l’exécution des travaux qui n’étaient pas connus jusqu’à présent : nous ignorons encore à ce stade s’ils travaillaient bénévolement, à l’instar des marguilliers et quelles étaient leurs qualifications professionnelles.

  • 55 « lesquels [ouvriers] seront payez de leur journées sur les rolles qui seront arrestés par led. si (...)
  • 56 Thierry Sarmant, Les demeures du Soleil, Louis xiv, Louvois et la surintendance des bâtiments du r (...)

41À l’instar de Léonard Philippes, un certain Simon, paroissien laïc, fut chargé par les marguilliers de Saint-Roch, au début du xviiie siècle, d’« avoir la conduitte et inspection desdits ouvrages » et d’établir les cahiers de rôles destinés à noter les présences des ouvriers en vue de les payer. C’est aussi lui qui déterminait le nombre d’ouvriers que devait employer l’entrepreneur des travaux55. Il occupait donc une fonction d’inspecteur des travaux travaillant pour le compte du commanditaire et devait vérifier si les travaux faits par l’entrepreneur Guillaume de la Vergne correspondaient bien aux mémoires d’ouvrages établis par les artisans, en plus de tenir la comptabilité quotidienne du chantier en collaboration étroite avec le marguillier comptable. Déjà identifiée sur les chantiers royaux, cette fonction d’inspecteur se retrouve dans tous les grands chantiers privés, séculiers et religieux56.

Une compétence en interne : les marguilliers exerçant dans le bâtiment

  • 57 AN, LL 916, p. 454-455.
  • 58 AN, Minutier central, CXVI, 61 : marché du 13 février 1683.
  • 59 AN, Minutier central, CXVII, 219.
  • 60 « suivant le marché des ouvrages y mentionnés et autres ouvrages faits […] de l’ordre verbal desd. (...)

42Au sein même du conseil de fabrique, nous avons recensé un certain nombre de marguilliers qui exerçaient une profession dans le bâtiment : maîtres maçons, maîtres charpentiers, architectes, etc. C’est ainsi qu’à Saint-Roch, dans la seconde moitié du xviie siècle, les travaux étaient vérifiés par d’anciens marguilliers exerçant comme architectes, tels Simon Delespine et André Mazière qui furent chargés en 1662 d’établir les cahiers de rôles hebdomadaires relevant chaque ouvrage accompli et de choisir les ouvriers57. En 1683, alors que la construction de trois chapelles était confiée au compagnon tailleur de pierre Esprit Cotte, les architectes et anciens marguilliers Odille Tarade et Nicolas Delespine furent chargés par le conseil de fabrique de « prendre le soin de la conduite desd[its] ouvrages »58. Au début du xviiie siècle, le maître charpentier Hubert Jolivet passait marché le 23 décembre 1708 pour un dôme à bâtir sur la chapelle de la Vierge « suivant devis et élévation et enrayure que les marguilliers ont fait faire et communiquer au sieur Jolivet et promet s’y conformer »59. Puisqu’à l’époque, l’architecte Odille Tarade était toujours chargé par le conseil de fabrique de vérifier les travaux réalisés60, on peut penser qu’il aurait pu réaliser le dessin joint au marché (pl. 16), mais rien ne permet de l’établir avec certitude.

  • 61 AN, Minutier central, XLIII, 157 : quittance du 14 septembre 1675.

43Certains marguilliers, en charge ou anciens, étaient même directement partie prenante dans le chantier. C’est ainsi que, lors de la construction de la nef et de la façade de Saint-Jacques-du-Haut-Pas à partir de 1674, les marguilliers estimèrent « entendre parfaitement le bâtiment ; ils se donneront la peine d’avoir eux-mêmes l’œil sur les ouvriers pris à la journée »61. On comptait en effet parmi les marguillers d’alors : André de La Noue, maître maçon, qui réalisa la chapelle de la confrérie Sainte-Anne à droite du chœur en 1678, mais aussi Jacques Caquelart, maître menuisier à Paris et menuisier ordinaire des Bâtiments du roi, et Thomas Furet, maître serrurier. Forts de leur pratique professionnelle, ces marguilliers se chargeaient donc de mener le chantier sans l’aide d’aucun entrepreneur. Ce que n’avaient pas osé faire les marguilliers de Saint-Roch au début du xviiie siècle, eux qui n’avaient requis l’intervention d’anciens marguilliers et architectes que pour vérifier les travaux réalisés. Si on revient au cas de Saint-Jacques, la délibération de 1674 est pour une fois très explicite :

  • 62 Délibération du 9 juin 1675 citée dans AN, minutier central, XLIII, 157 : quittance du 14 septembr (...)

Il a esté trouvé à propos qu’il ne seroit poinct faict de marché avec un entrepreneur général et que comme aucun [sic] desd. marguilliers de présent en charge et quelques un des anciens entendoient parfaitement le bastiment, ils se donneroit [sic] la peine d’avoir l’[o]eil sur les ouvriers et qu’il en serait pris à la journée et qu’il ne seroit poinct faict de marché qu’aux taileurs de pierre62.

44On peut réellement parler, dans le cas de Saint-Jacques-du-Haut-Pas, d’une spécialisation des marguilliers dans le domaine du bâtiment afin d’assurer un suivi optimal du chantier et a fortiori des dépenses qu’il engendre, ce qui est exceptionnel. Bien qu’on ignore systématiquement les raisons qui amenaient à élire tel ou tel paroissien comme marguilliers, il est vraisemblable que leurs compétences professionnelles ainsi que leur disponibilité figuraient parmi les critères de choix.

  • 63 Les seuls registres de comptes conservés d’une paroissiale en période de chantier, Sainte-Margueri (...)

45Reste à savoir si ces députés aux travaux, marguilliers ou non, étaient rémunérés, car ce dernier point permet de distinguer ce qui relève de la gestion habituelle d’un chantier – avec son personnel qualifié et rémunéré – et ce qui est de l’ordre du don, du devoir du bon paroissien qui offre ses compétences à sa paroisse. Aucun document n’éclaire formellement cette fonction de député, repérée en dépouillant les archives des paroisses parisiennes. La disparition de la plupart des registres de comptes ne permet pas d’attester ou d’infirmer qu’un quelconque paiement leur soit versé63. Néanmoins, dans le cas de députés ayant le statut d’ancien marguillier, il semblerait logique que, au même titre que les marguilliers en charge, ils aient exercé bénévolement leur charge au sein du « bureau des travaux ». Pour ceux qui, comme Simon et Philippes ou l’abbé Compaing, reçurent la charge d’assurer le suivi quotidien du chantier, les données sont encore trop peu nombreuses pour pouvoir nous éclairer.

  • 64 AN, Minutier central, XII, 158 : concession du 25 mars 1671. AN, H5 3817, gros revenu 1680-1681, d (...)

46En revanche, un paiement ou un dédommagement en nature pouvait être accordé par le conseil de fabrique à certains employés du chantier : la concession d’un banc dans l’église pour l’architecte de Saint-Louis-en-l’Île, François Le Vau, un repas offert aux experts engagés à Sainte-Marguerite, etc64.

  • 65 AN, Minutier central, XCVIII, 236 : devis et marché du 25 juillet 1670.
  • 66 Marie-Pierre Buffard, Daniel Gittard, architecte de Louis XIV, mémoire de maîtrise inédit sous la (...)

47Summum de l’implication d’un homme du métier dans le chantier de son église paroissiale, Daniel Gittard, paroissien de Saint-Sulpice et architecte au service des Condé, eux-mêmes marguilliers d’honneurs de la fabrique de Saint-Sulpice. Gittard cumula en effet toutes les responsabilités possibles sur le chantier de Saint-Sulpice : il donna le nouveau « dessein » en 1660, fut élu marguillier au plus tard en 1662, puis marguillier comptable de 1663 à 1664, qualifié comme « prenant le [s]oin et conduitte des ouvrage du bastiment de ladite église »65 au plus tard en 167066. Mais ce cas semble unique.

  • 67 Claude Mignot, « Maîtres de l’ouvrage au Grand Siècle », dans Bernard Marrey (dir.), Les bâtisseur (...)

48Cette étude a permis de cerner plus nettement l’implication des marguilliers dans les chantiers de leur église paroissiale. Ils sont présents ou à tout le moins représentés par des délégués à chaque étape du chantier et leur investissement dépasse celui traditionnellement accordé au maître d’ouvrage, exception faite de certains chantiers privés, comme celui du château de Choisy de la Grande Mademoiselle à la fin xviie siècle67.

  • 68 Julie Piront, « Religieuses à l’époque moderne : architectes, gestionnaires de chantiers et manouv (...)

49Tout au long du déroulement de ces chantiers, la marguillerie en accompagne chacune des étapes, depuis la conception du projet jusqu’à la réception des travaux. En constituant un « bureau des travaux » composé de laïcs bénévoles, en recourant le cas échéant à des députés et en sollicitant l’avis de l’assemblée paroissiale, les conseils de fabrique parisiens ont mobilisé leurs paroissiens autour de ces chantiers, entreprises de longue haleine qui se sont souvent étalées sur plus d’un siècle. Parmi ceux-ci, les membres actifs dans les métiers du bâtiment ont été sollicités pour parvenir à maîtriser en interne, autant que possible, toutes les étapes de la construction. Ce recours aux compétences architecturales, comptables et intellectuelles disponibles au sein du groupe peut être comparé à l’investissement des religieuses qui, à la même époque, conçoivent des plans, dirigent les chantiers ou travaillent comme simples manouvrières pour contribuer à l’édification du lieu de vie de leur communauté68. Qu’ils soient qualifiés ou simplement prêts à donner du temps ou de l’argent, nombre de paroissiens ont contribué eux aussi, d’une manière ou d’une autre, à l’édification de leurs églises.

50Il n’est toutefois pas possible de parler de « marguillier architecte », dans la mesure où le corps des marguilliers évolue et se renouvelle constamment : les déménagements des habitants, la brièveté des mandats de marguilliers en charge et le manque de disponibilité de certains paroissiens que l’on devine entre les lignes des documents d’archives ne permettent pas la constitution d’un corps durablement spécialisé pour mener les chantiers.

Pl. 14 J. Nicolas Bonnard (sculp.), [Portail nord de Saint-Sulpice, projet de Daniel Gittard ?], [vers 1676]. Archives de la Communauté de Prêtres de Saint-Sulpice, Paris, église Saint-Sulpice, Iconographie, Grands formats.

Pl. 14 J. Nicolas Bonnard (sculp.), [Portail nord de Saint-Sulpice, projet de Daniel Gittard ?], [vers 1676]. Archives de la Communauté de Prêtres de Saint-Sulpice, Paris, église Saint-Sulpice, Iconographie, Grands formats.

Pl. 15a L’église Saint-Sulpice en cours de construction, détail du plan de la censive de Saint-Germain-des-Prés, 1713. AN, Cartes et plans, N I Seine 33.

Pl. 15a L’église Saint-Sulpice en cours de construction, détail du plan de la censive de Saint-Germain-des-Prés, 1713. AN, Cartes et plans, N I Seine 33.

Pl. 15b Vue intérieure de l’église Saint-Jacques-du-Haut-Pas depuis la tribune d’orgue, août 2015.

Pl. 15b Vue intérieure de l’église Saint-Jacques-du-Haut-Pas depuis la tribune d’orgue, août 2015.

Pl. 16 Coupe et plan de la charpente de la coupole de la chapelle de la Vierge de l’église Saint-Roch, annexés au marché du 23 décembre 1708. AN, Minutier central, CXVII, 219.

Pl. 16 Coupe et plan de la charpente de la coupole de la chapelle de la Vierge de l’église Saint-Roch, annexés au marché du 23 décembre 1708. AN, Minutier central, CXVII, 219.

Notes

1 La maison professe des jésuites ou église Saint-Louis (1625-1635), le noviciat (1630-1641) et le collège de Clermont (1623-v. 1635). Voir la contribution d’A. Sénard-Kiernan au présent volume.

2 L’église Sainte-Anne-la-Royale, dont les plans ont été donnés par un laïc, Maurizio Valperga, est construite entre 1662 et 1666 par le père théatin. Marie De La Tullaye [Chagnas], À la recherche des Théatins, mémoire inédit de master I, sous la direction de Jean-François Cabestan, Université Panthéon-Sorbonne, 2010, 2 vol. 

3 Claude du Creil est intervenu pour la construction de la curieuse façade de la petite église médiévale de Sainte-Catherine-du-Val-des-Écoliers, dit aussi de la Couture Sainte-Catherine, en 1661. Joëlle Barreau, L’abbaye Sainte-Geneviève-au-Mont de Paris. Recherches sur ses constructions aux xviie et xviiie siècles, mémoire inédit de maîtrise, sous la direction d’Antoine Schnapper, Sorbonne Université (Paris), 1987, 1 vol. 

4 Le frère Martellange dessine certaines pièces du mobilier liturgique des cathédrales Saint-Pierre d’Avignon, Notre-Dame-Saint-Véran de Cavaillon et Saint-Bénigne de Dijon, le portail de l’église d’Isle-sur-la-Sorgue (Vaucluse) et le nouveau transept de la cathédrale Sainte-Croix d’Orléans. Voir Adriana Sénard-Kiernan, Étienne Martellange (1569-1641) : un architecte visiteur de la Compagnie de Jésus à travers la France au temps de Henri iv et de Louis xiii, thèse de doctorat inédite en histoire de l’art, Université Toulouse Jean Jaurès et Sorbonne Université Paris IV, 2015, 5 vol. 

5 Claude mignot, « Architecture et territoire : la diffusion du modèle d’église à la romaine en France (1598-1685) », dans Monique Chatenet, Claude Mignot (dir.), L’architecture religieuse européenne au temps des Réformes : héritages de la Renaissance et nouvelles problématiques [Actes du colloque, Maisons-Laffitte, 2005], Paris, Picard, 2009, p. 121-136.

6 Adrien Friedmann, Paris : ses rues, ses paroisses du Moyen Âge à la Révolution, origine et évolution des circonscriptions paroissiales, Paris, Plon, 1959 ; Léonore Losserand, « Paroisses et collégiales de Paris à l’heure de l’Église classique », dans Matthieu Lours (dir.), Paris et ses églises. Du Grand Siècle aux Lumières, Paris, Picard, 2016, p. 91-95.

7 Marc Venard, « La construction des églises paroissiales du xve au xviiie siècle », Revue de l’histoire de l’Église de France, « La construction des lieux de culte, du Moyen Âge à nos jours » [Actes des journées d’études de la société d’histoire religieuse de la France, Rouen et Le Bec-Helouin, 9-10 mai 1986], t. 73, 1987, p. 7-24.

8 Cet article est issu de notre travail de doctorat, auquel nous renvoyons pour plus de précisions : Léonore Losserand, Les chantiers d’églises paroissiales à Paris aux xviie et xviiie siècles, thèse de doctorat inédite en Histoire de l’art, Sorbonne Université (Paris), 2017, 3 vol. 

9 On peut citer entre autres : Anne Bonzon, L’esprit de clocher, Prêtres et paroisses dans le diocèse de Beauvais (1535-1650), Paris, Éditions du Cerf, 1999 et Bruno Restif, La révolution des paroisses. Culture paroissiale et Réforme catholique en Haute-Bretagne aux xvie et xviie siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006.

10 Voir notamment l’exemple dans les Vosges étudié par Raphaël Tassin, Les églises de la prévôté de Bruyères. Réfections et reconstructions (1661-1789), Langres, Éd. Dominique Guéniot, 2010.

11 Daniel Jousse, Traité du gouvernement spirituel et temporel des paroisses : où l’on examine tout ce qui concerne les fonctions, droits & devoirs des marguilliers dans l’administration des fabriques, des biens des pauvres & des écoles de charité : comme aussi ce qui regarde les fonctions droits & devoirs des curés & autres personnes préposées au gouvernement & au soin des églises / par m. J**, conseiller au Présidial d’Orléans, Paris, Debure père, 1769, p. 14. Ce texte offre une synthèse idéale à l’échelle de la France, compilant les textes normatifs pour démontrer la disparité des modes de fonctionnement des paroisses à cette époque et donc de la nécessité de les uniformiser. Il convient donc de l’utiliser avec prudence pour l’étude de cas particuliers.

12 Ségolène de Dainville-Barbiche, « Les archives des fabriques paroissiales : une source pour l’histoire de l’épargne populaire à Paris au xviiie siècle », dans Françoise Hildesheimer (dir.), L’épargne sous l’Ancien Régime, Paris, Éd. Économica, 2004, p. 76-77 ; Édouart Gruter, « Fabrique », dans François Bluche (dir.), Dictionnaire du Grand Siècle, Paris, Le Grand livre du mois, 2005, p. 573 ; Adrien Friedmann, Paris : ses rues, ses paroisses du Moyen Âge à la Révolution, origine et évolution des circonscriptions paroissiales, Paris, Plon, 1959 ; Anne Bonzon-Leizerovici, « La fabrique : une institution locale originale dans la France d’Ancien Régime », Historiens et géographes, t. CCCXLI, oct. 1993, p. 273-285.

13 C’est-à-dire des marguilliers ayant été précédemment en charge.

14 Entendu au sens actuel tel qu’il est utilisé par exemple dans le cadre associatif, pour le distinguer du conseil d’administration.

15 Pour plus de détails nous renvoyons à notre thèse, citée plus haut, chapitre 1 : « Au cœur des chantiers paroissiaux : une maîtrise d’ouvrage multiple ». Nous renvoyons également à l’ouvrage de Daniel Jousse, op. cit., 1769.

16 « Face du portail de la croisée de l’église Saint-Sulpice à Paris, construit et élevé par les soins et bienfaits de SAS Mgr le prince de Condé, qui comme un autre Mars a renversé tant de remparts, et gagné pour son roi tant de grandes batailles ; Condé, le plus grand des guerriers, élève à son Sauveur ces augustes murailles, qui feront à jamais fleurir tous ses lauriers ». Paris, archives et bibliothèque de la Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice, Église Saint-Sulpice, iconographie, grands formats.

17 Laurence Croq, Nicolas Lyon-caen, « Le rang et la fonction. Les marguilliers des paroisses parisiennes à l’époque moderne », dans Anne Bonzon, Philippe Guignet, Marc Venard (dir.), La paroisse urbaine du Moyen Âge à nos jours, Paris, Desclée de Brouwer, 2014, p. 199-244.

18 Anne Bonzon-Leizerovici, « La fabrique ... », art. cit., p. 273-285.

19 François-Henri Symon de Doncourt, Remarques historiques sur l’église Saint-Sulpice. Pièces justificatives, s. d. [exemplaire conservé aux archives de la Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice à Paris], p. 69-71 (délibération du 10 mars 1643).

20 AN, Minutier central des notaires, CIX, 156 : délibération du 2 juin 1630.

21 Fr.-H. Symon de Doncourt, op. cit., p. 69-71 : délibération du 10 mars 1643.

22 AN, Cartes et plans, NIII Seine 665.

23 Fr.-H. Symon de Doncourt, op. cit., p. 196-197.

24 AN, Minutier central, CIX, 156 : délibération du 2 juin 1630.

25 Fr.-H. Symon de Doncourt, op. cit., p. 70 : délibération du 10 mars 1643.

26 En 1636 : D’Hillerin [conseiller et maître d’hôtel du roi, ancien marguillier en 1642], de Fleury, Barbier, Sanguin, Pierredan, Germain [avocat], de la Nohé. En 1643 : d’Hillerin, Mors, Germain et Bonnet. Source : Fr.-H. Symon de Doncourt, op. cit., p. 67-71.

27 Fr.-H. Symon de Doncourt, op. cit., p. 69-71 : délibération du 10 mars 1643.

28 Comprendre : assemblée où fut résolu (adopté) le plan.

29 BnF, département des Estampes et de la photographie, Va 266 [Place Saint-Sulpice], MF H 46364.

30 AN, Cartes et plans, N III Seine 665.

31 C’est-à-dire le conseil de fabrique.

32 Fr.-H. Symon de Doncourt, op. cit., p. 66 : délibération du 25 mai 1634.

33 Ibid., p. 67-68 : délibération du 29 mai 1636.

34 Ibid., p. 89 : délibération du 18 janvier 1660.

35 « En l’assemblée tenue par les députez pour le bastiment de la nouvelle église, a esté résolu que le dernier plan fait par le sieur Gitar architecte du roy seroit présentement signé pour estre exécuté lors que les architectes auroint donné leur approbation par escrit ». BnF, département des manuscrits, fr. 5989, f. 37 v. Ces documents graphiques ont disparu.

36 AN, Minutier central, CIX, 156, f. 821v : devis du 11 août 1630.

37 Nous remercions Julie Piront pour nous avoir engagée à reconsidérer notre lecture du document ainsi qu’Étienne Faisant pour son conseil.

38 Bibliothèque de l’Institut de France, Ms 1903, f. 7.

39 Léonore Losserand, op. cit., t. 2 : chronologie de Saint-Sulpice, p. 774-805.

40 Alexandre Cojannot et Alexandre Gady, Dessiner pour bâtir. Le métier d’architecte au xviie siècle, catalogue de l’exposition aux Archives nationales, Paris, Le Passage et Archives nationales, 2017, p. 275, d’après AN, Minutier central, XCI, 357.

41 Alexandre Cojannot, Alexandre Gady, op. cit., p. 35-37.

42 AN, LL 834, f. 38v : délibération de la fabrique Sainte-Marguerite du 5 août 1721 : « Assemblée extraordinairement convoquée et tenue au bureau de l’œuvre par Mrs les marguilliers en charge et messieurs les anciens marguilliers à laquelle monsieur le curé a été mandé ».

43 AN, LL 834, f. 43 : délibération du 29 mars 1722.

44 Pour quelque éclairage sur le cas sulpicien, nous renvoyons à notre article à paraître : « Transmettre sur le temps long : pour une archéologie de papier du chantier de l’église Saint-Sulpice de Paris (1645-1836) », à paraître dans les actes du Congrès du CTHS (Paris, 2018).

45 Le xixe siècle est autrement plus cléricalisé. Voir à ce sujet : Chantal Bouchon, Catherine Brisac, Nadine-Josette Chaline, Jean-Michel Leniaud, Ces églises du dix-neuvième siècle, Amiens, Encrage éditions, 1993.

46 Pour la période allant de la fin du xviiie au début du xixe siècle, nous renvoyons à la thèse en cours d’Emmanuelle Bordure, Formes et espaces de l’architecture religieuse entre 1760 et 1848 : le cas des églises paroissiales en Île-de-France, sous la direction d’Alexandre Gady, Sorbonne université.

47 Ségolène de Dainville-Barbiche, Devenir curé à Paris. Institutions et carrières ecclésiastiques (1695-1789), Paris, PUF, 2005 ; Bernard Hours, L’Église et la vie religieuse dans la France moderne. xvie - xviiie siècle, Paris, PUF, 2000.

48 AN, Minutier central, CIX, 156, f° 512 v. : délibération du 2 juin 1630.

49 Rôles : cahiers d’écriture utilisés dans le cadre des chantiers pour noter le nombre de journées d’ouvriers ou l’achat des matériaux, etc.

50 BnF, département des manuscrits, fr. 5989 : délibération du 28 janvier 1657.

51 Robert Carvais, « La force du droit. Contribution à la définition de l’entrepreneur parisien du bâtiment au xviiie siècle », Histoire, Économie et Société, vol. 14, n° 2, 1995, p. 163-189.

52 AN, Minutier central, CXVII, 222 : transaction du 7 juin 1709. L. Losserand, « Contribution à l’histoire des entrepreneurs : Guillaume de la Vergne, un exemple parisien ( ?-1710) », Aedificare. Revue de l’association francophone d’histoire de la construction, à paraître en 2019.

53 AN, Minutier central, XVIII, 312 : quittance du 10 octobre 1665.

54 « Mr Compain, […] comme il estoit toujours occupé au bastiment de la nouvelle église, un jour qu’il estoit dedans, une chareste entra et alla donné contre un pillier d’un eschaffaut qui tomba sur luy dont il fut écrasé ». AN, L 716, notes du père Léonard sur diverses églises de France et particulièrement à Paris, écrites au xviiie siècle.

55 « lesquels [ouvriers] seront payez de leur journées sur les rolles qui seront arrestés par led. sieur Simon ». AN, Minutier central, CXVII, 205 : marché de charpenterie du 4 août 1706.

56 Thierry Sarmant, Les demeures du Soleil, Louis xiv, Louvois et la surintendance des bâtiments du roi, Seyssel, Champ Vallon, 2003 ; Frédéric Tiberghien, Versailles, le chantier de Louis xiv, Paris, Perrin, 2002.

57 AN, LL 916, p. 454-455.

58 AN, Minutier central, CXVI, 61 : marché du 13 février 1683.

59 AN, Minutier central, CXVII, 219.

60 « suivant le marché des ouvrages y mentionnés et autres ouvrages faits […] de l’ordre verbal desd. sieurs marguilliers ont tenus pour reçu après la visite [ ?] toisé et arrêt, fait desd. ouvrages à l’amiable en la présence et du consentement dud. sieur Carel par le sieur Tarade architecte, ancien marguillier de lad. fabrique St Roch suivant les apostiles mis par led. sieur Tarade en marge du mémoire desd. ouvrages lequel a esté paraphé par lesd. sieurs marguilliers et led. sieur Carel au dessous de lad. délibération », AN, Minutier central, CXVII, 202, quittance du 24 avril 1706.

61 AN, Minutier central, XLIII, 157 : quittance du 14 septembre 1675.

62 Délibération du 9 juin 1675 citée dans AN, minutier central, XLIII, 157 : quittance du 14 septembre 1675.

63 Les seuls registres de comptes conservés d’une paroissiale en période de chantier, Sainte-Marguerite, ne mentionnent aucun paiement de ce genre.

64 AN, Minutier central, XII, 158 : concession du 25 mars 1671. AN, H5 3817, gros revenu 1680-1681, dépenses : « le diné des experts des ouvrages du sieur Thomin dans les deux jours de visite nommés par monsieur le lieutenant civil ».

65 AN, Minutier central, XCVIII, 236 : devis et marché du 25 juillet 1670.

66 Marie-Pierre Buffard, Daniel Gittard, architecte de Louis XIV, mémoire de maîtrise inédit sous la dir. d’Antoine Schnapper et Claude Mignot, Université Paris-Sorbonne, 1987, vol. 1, p. 49-59.

67 Claude Mignot, « Maîtres de l’ouvrage au Grand Siècle », dans Bernard Marrey (dir.), Les bâtisseurs, des moines cisterciens… aux capitaines d’industrie, Paris, AMO-Le Moniteur, 1997, p. 48.

68 Julie Piront, « Religieuses à l’époque moderne : architectes, gestionnaires de chantiers et manouvrières », Livraisons d’histoire de l’architecture, n° 35, premier semestre 2018, p. 29‑39.

Table des illustrations

Titre Ill. 13. Jules Hardouin-Mansart, Projet d’achèvement de l’église Saint-Roch, janvier 1706. Archives nationales, cartes et plans, N III Seine 665.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6587/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Ill. 14. Marcel Le Roy, [Projet de plan pour Saint-Sulpice], 1636. BnF, Estampes, Va 266, H 46362.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6587/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Titre Ill. 15. Plan de l’église Sainte-Marguerite, s. n., s. d. [vers 1715 ?]. AN, L 680.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6587/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 389k
Titre Ill. 16. Église Saint-Nicolas-du-Chardonnet en cours de chantier, détail du plan de Paris par Pierre Bullet, 1710.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6587/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 538k
Titre Pl. 14 J. Nicolas Bonnard (sculp.), [Portail nord de Saint-Sulpice, projet de Daniel Gittard ?], [vers 1676]. Archives de la Communauté de Prêtres de Saint-Sulpice, Paris, église Saint-Sulpice, Iconographie, Grands formats.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6587/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Pl. 15a L’église Saint-Sulpice en cours de construction, détail du plan de la censive de Saint-Germain-des-Prés, 1713. AN, Cartes et plans, N I Seine 33.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6587/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Pl. 15b Vue intérieure de l’église Saint-Jacques-du-Haut-Pas depuis la tribune d’orgue, août 2015.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6587/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 733k
Titre Pl. 16 Coupe et plan de la charpente de la coupole de la chapelle de la Vierge de l’église Saint-Roch, annexés au marché du 23 décembre 1708. AN, Minutier central, CXVII, 219.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6587/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 325k

© LARHRA, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search