Version classiqueVersion mobile

Bâtir pour Dieu : l'œuvre des religieuses et religieux architectes (xviie-xviiie siècles)

 | 
Julie Piront
, 
Adriana Sénard-Kiernan

Religieuses et religieux architectes, concepteurs et bâtisseurs des monastères féminins à l’époque moderne

Julie Piront

Texte intégral

  • 1   Philippe Bonnet, « La pratique des arts dans les couvents de femmes au xviie siècle », Bibliothèq (...)
  • 2   Marc Libert, « Le travail dans les couvents contemplatifs féminins », Revue belge de philologie e (...)
  • 3   Laurent Lecomte, « Jeanne de Chantal, maître de l’ouvrage de son ordre », dans Bernard Dompnier, (...)
  • 4   Laurent Lecomte, « De la manœuvre au maître d’œuvre : les visitandines sur les chantiers », dans (...)
  • 5   Laurent Lecomte, Religieuses dans la ville. L’architecture des Visitandines xviie-xviiie siècles, (...)
  • 6   Julie Piront, Empreintes architecturales de femmes sur les routes de l’Europe : étude des couvent (...)
  • 7   Marie-Élisabeth Henneau, Julie Piront, « Un nouveau profil de bénédictines au Nord de la Dorsale (...)
  • 8   https://lodocat.hypotheses.org/. Parmi les publications prévues dans le cadre du projet ANR, voir (...)

1Depuis une trentaine d’années, la recherche a révélé la présence de religieuses artistes à l’intérieur des cloîtres. Les travaux de Philippe Bonnet1 en France et de Marc Libert2 en Belgique ont été parmi les premiers à mettre en exergue l’abondance des sources qui permettent de les identifier. Méconnue et délaissée, la production artistique et, notamment architecturale, de ces femmes suscite désormais un intérêt croissant auprès des historiennes et historiens d’art. En se penchant sur l’architecture de l’ordre de la Visitation à l’aube des années 2000, Laurent Lecomte s’est d’abord intéressé à la figure de Jeanne de Chantal (1572-1641) qui, durant trois décennies, a formalisé le programme architectural de son ordre en élaborant et en diffusant des normes destinées à assurer, dans la mesure du possible, l’uniformité de la production architecturale des visitandines3. Sa contribution au colloque4 organisé à l’occasion du 400e anniversaire de la fondation de l’ordre de la Visitation et sa thèse publiée en 20135 consacrent quelques pages aux autres visitandines architectes. Outre les quelques ursulines, carmélites et visitandines signalées par ces chercheurs, d’autres ordres religieux féminins modernes, de moindre notoriété, ont compté dans leurs rangs plusieurs religieuses architectes. Mes recherches récentes ont révélé que les annonciades célestes, chanoinesses régulières de saint Augustin fondées à Gênes en 1604 par Vittoria Fornari (1562-1617)6, et les bénédictines de la Paix Notre-Dame, issues d’une réforme entreprise la même année par la cistercienne Florence de Werquignoel (1559-1638)7, ont fait elles aussi appel aux leurs pour concevoir leur cadre de vie et superviser son édification. Si leurs expansions sont restées modestes en comparaison des carmélites déchaussées ou des visitandines, ces deux ordres encore méconnus, documentés par des sources abondantes, ont fait l’objet d’études approfondies dans le cadre du projet international ANR Lodocat consacré aux « Chrétientés lotharingiennes – Dorsale catholique ixe-xviiie siècles » (2015-2018)8.

  • 9   Marie-Élisabeth Henneau, « Conception et écriture de l’histoire dans les couvents féminins liégeo (...)
  • 10   Marie de Pommereuse, Les chroniques de l’ordre des ursulines recueillies pour l’usage des Religie (...)

2À l’heure actuelle, l’historiographie des religieuses architectes francophones n’offre que des avancées ponctuelles au regard de l’ampleur des sources disponibles. Ce constat tient probablement à la nature même des documents qui permettent d’identifier ces femmes : la majorité d’entre eux sont des textes narratifs, rédigés sous forme manuscrite par les religieuses elles-mêmes. Ces écrits consistent en biographies de religieuses empreintes de considérations hagiographiques (notices nécrologiques, abrégés de vertus...), mais aussi en récits de fondation, chroniques et annales. Postérieures aux faits, ces réécritures du passé sont destinées à nourrir la mémoire des communautés, à construire leur identité et à édifier les religieuses qui les composent en mettant en exergue les vertus morales, spirituelles, mais aussi intellectuelles de certaines d’entre elles9. Si l’approche critique de ces textes est indispensable, leur analyse n’en demeure pas moins incontournable, car ils lèvent le voile sur les idéaux de ces femmes et nous font entendre la voix des religieuses commanditaires et le cas échéant, celle des religieuses qui conçoivent leur propre cadre de vie. Ces textes peuvent être complétés par les registres de vêtures, de professions et de décès qui donnent les principaux jalons de vie de ces femmes et renseignent parfois sur leurs origines familiales et sociales. Enfin, quelques informations sur les sœurs architectes sont transmises par des chroniques et des annales imprimées qui livrent les « histoires officielles » des ordres religieux sous l’Ancien Régime, compilées et diffusées jusqu’au xixe siècle10.

  • 11   Devenue prieure des visitandines de Vannes en 1668, elle est élue à la tête du monastère de Chart (...)
  • 12   Elizabeth Makowski, Canon Law and Cloistered Women. Periculoso and its Commentators, 1298-1545, W (...)

3Plusieurs raisons peuvent expliquer l’anonymat dans lequel sont longtemps demeurées ces religieuses, à commencer par la difficulté d’accès aux sources, restées majoritairement inédites et destinées à l’usage privé de la communauté. Contrairement à leurs homologues masculins, ces religieuses architectes n’ont réalisé qu’un édifice, leur propre monastère, à l’exception de la visitandine Madeleine-Élisabeth de Chaumont (v. 1627-1707) qui bâtit en l’espace de vingt ans trois couvents, tout de moins pour partie11. Ces femmes n’ont donc pas ou peu circulé, en raison de la clôture stricte imposée aux moniales et aux religieuses dès la fin du xiiie siècle par la bulle Periculoso de Boniface VIII et réaffirmée fermement par le Concile de Trente en 156312. Enfin, les œuvres de ces femmes, comme celles de leurs homologues masculins, sont loin d’être systématiquement conservées et lorsqu’elles nous sont parvenues, leur réhabilitation a souvent nécessité des remaniements qui ont plus ou moins profondément transformés ces édifices.

4Cet article se propose d’éclairer l’activité de ces religieuses, plus précisément celle des annonciades célestes et des bénédictines de la Paix Notre-Dame architectes, en s’intéressant aux circonstances dans lesquelles elles interviennent, à leur formation et leur profil social, avant d’envisager la typologie de leurs œuvres et la réception de celles-ci. Ces résultats seront confrontés aux recherches menées par Philippe Bonnet et Laurent Lecomte sur les visitandines et, en moindre mesure, les ursulines et les carmélites architectes. Aux côtés de ces femmes, maîtresses d’ouvrage et le cas échéant maîtresses d’œuvre, plusieurs religieux architectes sont également présents et participent à la conception de leurs édifices, notamment ceux des annonciades célestes. Ils seront traités dans la seconde partie de cette contribution.

Les religieuses architectes : des femmes dans un monde d’hommes

Des projets collectifs par les fondatrices

  • 13   Laurent Lecomte, « Ni voir ni être vues. Clôture et cura monialium dans les couvents féminins fra (...)
  • 14   Cylindre, généralement en bois et cerclé de fer, pivotant dans l’épaisseur du mur et muni d’une o (...)
  • 15   M.-É. Henneau et J. Piront, « Un nouveau profil de bénédictines », op. cit., p. 33-55 ;
    J. Piront(...)

5Contrairement à la Visitation et au Carmel qui ont bénéficié d’un plan-type joint aux textes normatifs13, les fondatrices des annonciades célestes et des bénédictines de la Paix Notre-Dame n’ont pas formulé de programme architectural précis visant à instaurer une uniformité du plan et/ou du répertoire ornemental des constructions. Les communautés de ces deux ordres n’avaient à leur disposition qu’une série de prescriptions écrites destinées à rendre leurs cadres de vie conformes à leur règle en général et à la clôture stricte en particulier. Pour les unes, comme pour les autres, les constitutions restreignent l’architecture aux dispositifs matériels censés garantir la clôture et au nombre d’ouvertures qu’elle autorise : les monastères doivent présenter deux portes, une piétonne et une charretière, des fenêtres à barreaux de fer, des ouvertures grillagées aux parloirs, au(x) chœur(s) des religieuses et à la fenêtre de communion ainsi qu’un tour14, nécessaires à la vie spirituelle de la communauté, à son approvisionnement en vivres et à son fonctionnement domestique15.

  • 16   San Cipriano, archives des annonciades célestes de Gênes (désormais SC), Fondations, 36, « Bref r (...)
  • 17   Dépôt d’Art Sacré à Langres, archives des annonciades célestes en cours de classement (désormais (...)
  • 18   KBR, département des manuscrits, ms 19.612, Sœur Marie Françoise Augustine Joseph [Laloire], « Hi (...)

6L’absence de consignes précises en matière d’architecture n’implique pas un désintérêt des annonciades célestes et des bénédictines pour les entreprises constructives. Bien au contraire. À chaque nouvelle fondation, les religieuses se mobilisent pour obtenir des biens par dons ou par acquisitions, aménager le bâti préexistant dans lequel elles s’installent pour ensuite le transformer en un monastère cloîtré qui corresponde, malgré les contraintes urbaines, aux exigences de leur règle et de leur vie spirituelle. Si la plupart des édifices se composent de corps de bâtiments relativement hétérogènes érigés au fil du temps, au gré de leurs revenus et de leurs besoins, quatre monastères d’annonciades célestes ont bénéficié d’un plan d’ensemble, conçu par les fondatrices et adoptant le plan en cloître traditionnel : Saint-Mihiel (Meuse) (pl. 8a)16, Joinville (Haute-Marne) (pl. 8b)17, le premier monastère liégeois (pl. 9a)18 et Saint-Claude (Jura).

  • 19   J. Piront, Empreintes architecturales de femmes, op. cit., vol. 1, p. 90-91.
  • 20   Arch. départ. Meurthe-et-Moselle, H 2364.
  • 21   Ibid.
  • 22   KBR, département des manuscrits, ms 19.612, p. 122.
  • 23   Elle quitta Joinville en avril 1623, trop tôt sans doute pour avoir eu le temps de participer à l (...)
  • 24   KBR, département des manuscrits, ms 19.612, p. 120-121.

7Il est intéressant de noter que les communautés de Saint-Mihiel, Joinville et Liège sont fondées ou cofondées par celle de Nancy, établie en 1616 – après Gênes (1604), Pontarlier (1612) et Vesoul (1613) – qui assure pratiquement seule le développement de l’ordre en Lorraine et au-delà, jusqu’à atteindre les Pays-Bas méridionaux, la principauté de Liège et même le Saint-Empire19. Outre l’ancienneté de leur fondation et leur dynamisme d’expansion remarquable, les annonciades célestes nancéiennes, ancrées dans la capitale ducale, peuvent également se prévaloir d’un recrutement dans les couches sociales élevées, comme en témoigne le registre des entrées, vêtures et professions du monastère20. Élues par le chapitre de leur communauté d’origine, les fondatrices sont, pour la majorité d’entre elles, des religieuses expérimentées, issues d’un milieu social privilégié et auxquelles leurs biographes reconnaissent généralement des capacités intellectuelles remarquables. C’est le cas notamment de la sœur Marie Anne Mauhain (1594-1634), vêtue de l’habit religieux en janvier 1617 au monastère de Nancy21 qui participe aux fondations de Joinville en 1621 puis de Liège en 1627 où elle occupe systématiquement les charges les plus hautes (prieure, sous-prieure, maîtresse des novices). Ses compétences intellectuelles avaient été notamment repérées par les jésuites de Nancy qui « ne pouvoient assez louer, ni assez admirer l’étendue de son esprit, la vivacité de sa mémoire, la force de son jugement, son génie, ses talans, l’excellence naturelle dont le Seigneur l’avoit avantagée »22. On ignore toutefois si elle a été formée au dessin ou à l’architecture, mais elle fait partie des fondatrices qui dessinèrent le plan du monastère liégeois23. Sa notice nécrologique signale simplement qu’à Liège, « elle avoit seule gouverné en qualité de prieure et de maîtresse des novices, sinon une ans avant sa mort qu’on luy donna une autre pour maîtresse des novices, afin de la soulager dans les fatigues continuelles de sa charge et des batimens dont elle avoit seule l’inspection et la conduitte, laborieuse au-delà de l’expression »24.

  • 25   L’acte de vente est conservé aux arch. départ. Jura, 43Hp 4.
  • 26   DAS Langres, Recueil de récits de fondation, copies et traductions d’après des originaux des xvii(...)
  • 27   Sur la circulation des modèles au sein de l’ordre des annonciades célestes, voir J. Piront, « Cop (...)

8La fondation du monastère de Saint-Claude ne résulte pas d’un essaimage, mais de l’initiative d’une jeune femme de la ville, Prospère de Boisset (1594-1650). Celle-ci fréquente la jeune communauté des annonciades de Vesoul et, dès 1613, décider de fonder un monastère à Saint-Claude, soutenue par son confesseur Guyenet Meynier, curé de Septmoncel, et le jésuite Jacques-Philibert de Bonivard (1563-1619). Prospère rassemble autour d’elle une dizaine de femmes et à partir de 1617, les permissions requises des autorités leur parviennent peu à peu. Les candidates se mettent en quête d’un lieu de vie, conseillées par le jésuite Parandier qui prêche alors dans la région, et achètent une maison en juin 161925. Elles y projettent une série d’aménagements et peut-être de nouvelles constructions, mais « considérant attentivement leur dessein et le plan qu’elles s’étaient formées pour leur monastère, elles trouvèrent la place [achetée] trop petite, sans espérance de pouvoir s’élargir », car la parcelle était cernée par des voies publiques et la montagne d’où on pouvait facilement les voir et les entendre, menaçant ainsi leur clôture26. Cette phrase laisse planer le doute sur la nature du plan « formé » par les fondatrices. Quoi qu’il en soit, il n’est pas certain que ces femmes aient dessiné un plan de l’édifice à ériger. Peut-être ont-elles examiné ensemble les lieux et réfléchi sur la réorganisation spatiale de l’édifice acquis précédemment. Même si la question reste en suspens faute de précisions complémentaires, il n’en demeure pas moins que ces futures religieuses s’intéressent à leur cadre de vie qui doit leur permettre d’observer leurs constitutions transmises par la communauté de Vesoul et d’exécuter les croquis des grilles envoyés, à leur demande, par leurs mères de Gênes dès 161627. Cette année-là, Prospère de Boisset a séjourné quelques mois au monastère de Pontarlier où elle a pu découvrir les choix architecturaux qui y ont été opérés et analyser la première réalisation architecturale de l’ordre en Franche-Comté. Ne pouvant adapter les bâtiments acquis à leur clôture stricte et aux besoins de leur mode de vie, le groupe de Saint-Claude se défait rapidement du premier bien au profit d’une autre propriété dès octobre 1619.

Des projets individuels en quête de légitimité

  • 28   Archives des bénédictines de la Paix Notre-Dame à Liège (désormais PND Liège), sans cote, « Livre (...)
  • 29   Ph. Bonnet, op. cit., p. 448, d’après Bibliothèque Mazarine, ms n° 2436, « Histoire chronologique (...)

9Au regard de ces quelques projets collectifs, les sources narratives épinglent plus fréquemment les compétences architecturales individuelles d’une religieuse tout en veillant à justifier sa démarche. Plusieurs de ces femmes s’emparent de la mine et de la plume de l’architecte sous prétexte que les projets proposés par les professionnels ne leur conviennent pas. Ainsi, l’abbesse des bénédictines de la Paix Notre-Dame de Namur, Marie Anne Joseph Lambillion (1658-1748), « fit elle-même le plan de l’église et de l’autel, ne trouvant pas dans les desseins des architectes les idées qu’elle avoit projettées » (ill. 10, pl. 9b)28. Le même argument est convoqué par le récit de fondation du second monastère de la Visitation à Grenoble, lorsque la supérieure Marie-Antoinette de Villiers qui, après examen des plans qui lui sont soumis par les « plus habilles architectes », décide « d’en dresser un elle-même, qui est celuy que l’on a suivy ponctuellement, et qui véritablement s’est trouvé très beau, très solide et des plus réguliers »29.

Ill. 10 Anonyme, Restitution du front de l’abbaye de la Paix Notre-Dame à Namur, début xxe siècle. Coll. bénédictines de la Paix Notre-Dame à Liège.

Ill. 10 Anonyme, Restitution du front de l’abbaye de la Paix Notre-Dame à Namur, début xxe siècle. Coll. bénédictines de la Paix Notre-Dame à Liège.

10Maîtresses d’ouvrage, les religieuses s’estiment être les mieux placées pour connaître les besoins auxquels l’édifice doit satisfaire. Les bénédictines de Namur déplorent que l’avis de leur abbesse ne soit pas pris en compte par les architectes lorsque la première aile de leur cloître est édifiée en 1620-1622 :

  • 30   PND Liège, sans cote, « Livre cronique des archives, annalles &a du monastère de la Paix Notre-Da (...)

Cest année 1622 a esté ledit cartiez tout achevé à très grand fray et mal constituez, car ceux qui en ont esté les ingénieurs ne s’entendoient aux maison des filles religieuses, car ledit premier cartier n’a rien de comode pour un cloistre, mais resemble à une maison séculièr[e] ou colège. La révérende abbesse Dame Caterine Laubegeois avansoit et disoit son avis et sentiment, mais ceux qui avoient la surintendance de l’ouvrage n’y vouloient entendre, aléguant beaucoup des raisons, auquelles ladite abbesse estoit containte [d’]acquiésser malgré elle et toute sa comunauté, car elles ne vouloinent avoir les estages si haut, lesquelles de deux sont bas tant pour en faire trois. L’on n’entendoit aussi d’y avoir la tour pour faire la montée du dortoir si largement, comme on l’a faict, cela n’estant séant à la simplicité monasticq[ue], ses messieurs on[t] tous faict selon leur volonté, mais la pauvre maison en a payé tous les fraicts et despens […]30.

  • 31   SC, « Libro I delle memorie annuali delle monache del monastero della SS Incarnazione cominciato (...)

11Toutes les communautés n’ont toutefois pas en leur sein les ressources humaines pour pouvoir produire elles-mêmes des plans de bâtiments. Les annonciades célestes du deuxième monastère de Gênes obtiennent plusieurs dessins d’architectes et peinent en effet à trouver le projet qui les satisfasse complètement, mais elles ne dessinent pas pour autant elles-mêmes le plan. Les religieuses et « leurs protecteurs » demandent (à l’un des architectes ?) « d’extraire de ces brouillons un modèle plus accompli et convenable à notre vie religieuse, avec cette parfaite clôture pratiquée par notre ordre »31.

  • 32   Fille du seigneur Charles de Vigneulles et d’Anne de Bildstein. Elle prit l’habit au monastère de (...)
  • 33   SC, Fondations, 37, « Abrégé de la fondation de notre monastère de l’Anonciade ditte céleste de l (...)

12Les sources narratives montrent également que le projet de la religieuse architecte est presque systématiquement soumis à l’approbation de personnes extérieures qui font autorité, que ce soit l’évêque ou un professionnel de l’architecture. Dans le premier cas de figure, l’intervention de l’évêque est l’occasion de rappeler les vertus de modestie et d’obéissance qui caractérisent la parfaite religieuse sous l’Ancien Régime. Ainsi c’est à la demande de son évêque que la prieure des annonciades célestes de Namur, Marie Alexis de Vigneulle32, dresse, au milieu du xviie siècle, « un plant en quarton […] avec estonnement de ceux qui l’on veu, et d’elle mesme », elle qui avait « l’intelligence de batir telle que l’on ne remarque nul manquement, quoy que sans expérience »33.

  • 34   Ph. Bonnet, op. cit., p. 459, d’après BM Avignon, ms n° 1764, p. 19.

13L’évêque joue aussi le rôle d’intermédiaire auprès de la communauté et des professionnels du bâti. Vers 1674, l’évêque d’Avignon fait ainsi contrôler le projet de l’ursuline Louise de Saxi de Saint-Bernard par un architecte professionnel34. Mais cette ingérence de l’évêque n’est pas toujours du goût des religieuses. Ainsi, lorsqu’en 1732 l’archevêque de Besançon rejette les différents projets qui lui sont soumis pour bâtir une aile du monastère des annonciades célestes de sa ville, les religieuses ne cachent pas leur agacement en narrant cet épisode dans la chronique du monastère :

  • 35   Il s’agit probablement de Jean-Pierre Galezot (1686-1742), architecte et sculpteur qui réalisa ég (...)
  • 36   Antoine-François de Bliterswijk de Montcley, archevêque de Besançon de 1732 à 1734.
  • 37   DAS Langres, « Livre contenant l’establissement de nostre monastère de l’annonciade, fait en cett (...)

L’on chercha promptement une personne capable de dresser un plan et de le faire exécuter. Nous rencontrames Mr Galezot35 très habile architecte. Nous lui exposames notre dessein, les aisances qui nous convenoit. Il nous promit d’y donner ses soins, mais comme il étoit consulté de toute part et qu’il ne pouvoit entendre à toute à la fois ainsi que Dieu, nous le trouvames bien lent à nous satisfaire. Apres six semaines, il nous fit voir un crayon de son dessein qui nous convenoit peu, ce qui nous deconcertoit, ayant déjà quatre autres plan qui ne nous contentoit pas. N’ayant donc pas envie d’employer tout notre argent en dessein, notre révérende Mère en fit faire un nouveau à une de nos religieuse[s] qui avoit de l’intelligence et du goût pour l’architecture. Elle y réussi [...] la communauté [...] le préféra à celui de Mr Galezot qui ne s’en choqua point et voulu bien rectifier le nôtre et les faire voir à Monseigneur36 qui vouloit bien s’intéresser à n[ot]re batiment. Ni l’un ni l’autre ne furent de son goût. Il se donna la peine d’entrer dans notre monastère pour voir la place, il étoit accompagné de ses vicaires généraux [...]. Il ne fut pas si aisé de contenter Monseigneur : plus il examinoit notre terrain, moins il se fixoit dans les idées qu’il se formoit pour notre batiment, ce qui nous embarrassoit fort. Il falut suspendre toutes les mesures qu’on prenoit pour l’avancer et n’en prendre d’autres, que de prière pour cela et d’engager notre architecte à lui faire comprendre les comodités qui se trouvait dans notre plan, ce qu’il fit avec succès. Sa Grandeur y ayant donné ses attantions et fait entrer de nouveau Messieurs ses vicaires généraux pour examiner le tout, Monsieur de Champagne lui representa que le batiment devant être pour nous, il ne voyoit pas pourquoy l’on ne suivroit pas notre gout. Monseigneur, acquieçant à ses sentimens, consentit qu’on fit exécuter notre plan, recommandant cet affaire à Mr Galezot, comme si c’eut été pour sa propre personne, et surtout la conservation de notre cloture, ce qu’il fit exactement. Il dressa les devis et les marchez des ouvriers […]37.

  • 38   SC, « Breve notizia del modo ed altre circostanze concorse nella fondazione del monastero della s (...)

14Ici encore, les religieuses confient à l’une des leurs le soin de concevoir un plan, faute de propositions satisfaisantes par l’architecte Galezot. Malgré l’avis très positif de celui-ci, il faut que plusieurs personnes présentes insistent pour que l’évêque l’approuve à son tour en confiant à Galezot le soin de superviser le déroulement du chantier. Si les annonciades célestes ne s’expriment pas sur les raisons qui ont provoqué les résistances de l’archevêque, elles affirment toutefois la compétence de leur sœur architecte, restée anonyme, par le biais de ceux qui ont défendu son projet, qu’ils soient ecclésiastiques ou laïcs, vicaires ou architectes. La chronique du monastère de Turin, fondé en 1629, procède de la même manière. Lorsque le plan des bâtiments réalisé en 1638 par une annonciade céleste est soumis à un ingénieur du duc de Savoie, Charles Emmanuel II, le texte précise que l’expert n’y trouve rien à redire38. Ce procédé rhétorique permet ainsi de revendiquer les compétences de la religieuse face aux hommes de métier tout en leur conférant une certaine modestie.

  • 39   M. de Pommereuse, op. cit., vol. 1, 2e partie, p. 254-255 ; Ph. Bonnet, op. cit., p. 447. Sur l’a (...)

15Les textes produits par les religieuses restent toutefois nuancés. Ils concèdent régulièrement que les esquisses des religieuses architectes sont « mises en ordre » par les professionnels avant que leur exécution soit confiée aux entrepreneurs et aux corps de métier. Les chroniques des ursulines expliquent notamment que le projet de la prieure de Vannes, Hélène Le Corvaisier de Pellaines de Sainte-Croix (1616-1675), remporte immédiatement l’adhésion du carme Sébastien de Saint-Roch, religieux architecte : « il l’admira et n’eut rien à y corriger ; seulement il le réduisit en ordre d’architecture »39. L’interprétation de cette intervention demeure incertaine : Opère-t-il un changement d’échelle ? Procède-t-il à la mise au net d’un croquis pour en faire un dessin d’architecture à proprement parler ?

  • 40   BnF, 4 Ld 173-2 (11), « Collection de lettres circulaires émanées des religieuses de la Visitatio (...)
  • 41   L. Lecomte, Religieuses dans la ville, op. cit., p. 104.
  • 42   Le plan le plus ancien date de 1662 : il est postérieur de vingt ans au dessin de la religieuse a (...)

16Le contrôle systématique et, le cas échéant, les corrections apportées par les hommes de métier soulèvent bien des questions : ce contrôle est-il nécessaire pour des raisons techniques (matériaux et mises en œuvre, mesures, articulation des espaces) ? Ou témoigne-t-il des rapports de genre ? Autrement dit la tutelle masculine du projet architectural féminin traduit-elle une relation hiérarchisée des uns sur les autres, une réticence des hommes à voir entrer les femmes dans un domaine professionnel presque exclusivement masculin ? Sans doute la réponse puise-t-elle dans les deux hypothèses. Face à ce contrôle extérieur, certaines biographies valorisent les compétences féminines en affirmant que certaines religieuses sont parvenues seules à mener le projet, telle la visitandine Jeanne-Françoise Marcher (1615-1685) qui « forma par ses seules lumières sans le secours d’autruy le plan d’un corps de logis » pour le monastère de Bourg où elle avait été élue supérieure en 165340. Par chance, le plan, l’élévation et la coupe qu’elle réalisa sont toujours conservés à la Visitation d’Annecy et ont été publiés par Laurent Lecomte41, offrant ainsi l’occasion rarissime d’examiner ses dessins. Malheureusement, d’autres dessins de religieuses architectes ne nous sont pas parvenus ou n’ont pas pu être identifiés. Les sources sont par ailleurs très indigentes sur le support et la technique de ces dessins : s’agissait-il de croquis sommaires, de dessins à l’échelle ou même de maquettes ? Signalé précédemment, le « plant en quarton » d’une annonciade céleste de Namur n’a pas été retrouvé, malgré le nombre exceptionnel de plans conservés de cet édifice42.

Des canaux d’apprentissage variés

  • 43   Jacky Theurot (dir.), Les femmes et l’accès au savoir au temps d’Anne de Xainctonge, Cahiers Dolo (...)
  • 44   Colette Nativel (dir.), Femmes savantes, savoirs des femmes, du crépuscule de la Renaissance à l’ (...)

17La formation des religieuses architectes aux xviie et xviiie siècles s’inscrit dans un champ de recherches plus vaste en plein développement43, celui de l’accès des femmes au savoir et à la culture, profanes ou religieux, durant l’Ancien Régime. À cette période, les femmes commencent progressivement à faire reconnaître leur place dans différents domaines de compétences, notamment les sciences, la littérature et les arts44. L’existence de religieuses architectes et leur volonté de s’affirmer comme compétentes auprès de leurs homologues masculins montrent que cette évolution gagne aussi les cloîtres.

  • 45   De nombreux autres exemples de religieuses, françaises et italiennes, formées avant leur entrée a (...)
  • 46   Cf. la contribution d’A. Sénard au présent volume.
  • 47   Sa notice nécrologique explique que « le long délai qu’elle dut subir pour attendre sa majorité e (...)
  • 48   PND Liège, 7, « Registre contenant la réception des filles et leur profession, en ce présent mona (...)

18À l’heure actuelle, la formation de bon nombre de religieuses architectes demeure méconnue, faute de sources. Toutefois, les biographies de certaines d’entre elles, les données fournies par les registres de vêtures et professions et, plus rarement, l’apport de sources extérieures à la communauté, permettent de dégager plusieurs canaux d’apprentissage. Plusieurs religieuses, françaises ou étrangères, ont été formées à la pratique artistique avant leur entrée en religion, généralement dans le cadre familial45, à l’instar de leurs homologues masculins46. Comme la visitandine architecte Anne-Victoire Pillon47, Antoinette Desmoulins, fille d’un peintre montois, est formée avant sa prise d’habit. Lors de son entrée en 1640 chez les bénédictines de la Paix Notre-Dame à Liège sous le nom d’Aldegonde, le registre des professions précise qu’elle « savoit escrire tout les sorte de lettre en perfection, composer lettre vers, pindre, faire les fleurs à la gomme »48. Initiée à la peinture, ses connaissances du dessin ont sans doute pu être mobilisées pour l’architecture : vers 1675, elle dessine les plans de l’église de la communauté, toujours conservée (pl. 10-11a).

  • 49   PND Liège, sans cote, « Livre cronique des archives, annalles &a du monastère de la Paix Notre-Da (...)
  • 50   Ibid., p. 471.
  • 51   Ibid., p. 652.
  • 52   Ibid., p. 651.
  • 53   Ibid., p. 651.
  • 54   Ibid., p. 651.

19La notice nécrologique de la bénédictine Marie Anne Joseph Lambillion, mentionnée précédemment, rapporte qu’elle est la fille de Lambert Lambillion et d’Anne de Gordinne, « gens pieux et craignant Dieu qui avoint très grand soin de l’éducation de leurs enfants »49. Elle entre au monastère le 4 mars 1674 à l’âge de 16 ans50, après avoir été pensionnaire de la communauté51. Très tôt ses qualités intellectuelles ont retenu l’attention des sœurs : « Cette bénite fille [...] était belle et douée de beaux talens, un naturel vif, une activité continuelle, une facilité à comprendre et retenir ce qu’on lui enseignoit », soulignant « la vivacité de son esprit, son exactitude à ses devoirs, sa soumission à ses maîtresses »52. À sa profession, « aussitôt on crut être obligée de ne pas laisser enfouir les rares talens dont elle étoit douée, c’est pourquoi on l’emploia d’abord en divers offices comme la sacristie, la lingerie, l’éducation des de[moise]lles pension[n]aires etc »53. Lorsqu’elle est élue abbesse en 1709 en raison de ses « rares vertus et les grands talens »54, ses compétences en matière d’architecture peuvent s’exprimer pleinement :

  • 55   Ibid., p. 653.

Son grand génie, sa ferveur, son courage qui ne se rebutoit de rien, son zèle pour le culte du Seigneur et pour la décoration des autels s’est bien manifesté dans l’entreprise qu’elle fit de faire bâtir notre église malgré le peu de moiens du monastère [...]55.

  • 56   Ibid., p. 599.
  • 57   Cité par R. Triger, op. cit., p. 229-230, d’après « Abrégé de ce qui s’est passé en ce monastère (...)

20Quelques religieuses se sont vues accorder la permission de sortir de leur clôture pour examiner sur place d’autres réalisations, leur offrant ainsi la possibilité d’enrichir leurs connaissances. L’abbesse bénédictine à Namur, Marie Anne Joseph Lambillion en bénéficie : « Le 25 de juin 1722 par permission de monseigr notre Évesque notre révérende dame abbesse, estant accompagnée de deux religieuses sortirent du monastère pour aller voir quelq[ue] églice de la ville à dessein d’en édiffier une nouvelle »56. Les sources d’inspiration des religieuses architectes ne se limitent donc pas forcément à la production architecturale de leur congrégation. En 1713, Anne-Victoire Pillon, visitandine du Mans, a obtenu elle aussi une permission épiscopale similaire, mais son supérieur l’envoie examiner d’autres monastères de son ordre57, inscrivant ainsi son projet de manière cohérente dans le programme architectural de la Visitation. Dès lors, quel est l’objectif des visites d’églises namuroises effectuées par l’abbesse Lambillion ? Peut-être s’agit-il d’observer des édifices qui bénéficient d’une certaine renommée et d’y trouver des modèles de distribution, d’aménagement ou d’ornementation. On peut aussi émettre l’hypothèse que les religieuses peuvent également se familiariser à la gestion d’un chantier.

  • 58   Bibliothèque de la Sorbonne, ms 769, « Matériaux pour un nécrologe des ursulines. Recueil de lett (...)
  • 59   L’architecte est « celui qui donne le dessein des ouvrages d’architecture […]. Il faut qu’il sach (...)
  • 60   BnF, 4 Ld 173-2 (75), « Collection de lettres circulaires émanées des religieuses de la Visitatio (...)

21Contrairement aux architectes professionnels, les religieuses n’ont eu accès aux traités et aux manuels d’architecture que de manière exceptionnelle, notamment grâce aux bibliothèques monastiques. Les sources des annonciades célestes et des bénédictines de la Paix Notre-Dame demeurent silencieuses à ce sujet. À ce jour, seules une ursuline d’Amiens et une visitandine de Mamers se seraient formées en consultant des ouvrages théoriques. La première, Françoise Becquerel de Sainte-Marie-des-Anges (1618-1689) aurait « appris par la seule lecture des livres la perspective, l’architecture, la géométrie »58, des connaissances qui définissent, entre autres, l’architecte durant l’Ancien Régime59. La biographie de la seconde laisse davantage planer le doute : Marie-Aymée Davoust (1633-1697) « sçavoit les règles de la musique, l’arithmétique et l’architecture, qui fut fort utile pendant le bâtiment »60. On peut du moins supposer qu’elle a pris connaissance d’ouvrages théoriques sur ces matières.

  • 61   Ibid., t. 123.
  • 62   BnF, département des manuscrits, fr. 13.887, f. 230v-231.
  • 63   J. Piront, « Les religieuses aux Temps Modernes », op. cit., p. 36-39.
  • 64   Chroniques de l’ordre des carmélites de la réforme de Sainte Thérèse depuis leur introduction en (...)

22La formation de ces femmes architectes repose donc sur différents canaux d’apprentissage, les uns pouvant se conjuguer aux autres. La plupart d’entre elles sont à tout le moins dotées d’un bagage intellectuel et culturel avant leur entrée au sein de la communauté qui peut ainsi tirer parti de leur potentiel. Les religieuses architectes possèdent souvent d’autres talents artistiques, à l’exemple de la bénédictine de Liège Aldegonde Desmoulins, de Marie-Madeleine Le Laboureur (1630-1708), visitandine à Saint-Denis, qui savait peindre des miniatures et broder61, ou encore d’une ursuline d’Abbeville, Anne Du Bourguier (1605-1685) qui s’était formée en autodidacte et savait « peindre, dorer, broder et conduire un bastiment »62. Par ailleurs, à l’instar des religieux, l’activité des religieuses architectes ne se limite pas à la conception et le cas échéant, à la production d’un plan. Polyvalentes, elles supervisent le déroulement du chantier63 tout en participant parfois à la gouvernance de la communauté, telle la supérieure des carmélites de Besançon qui parvient à se faire reconnaître par les ouvriers comme « un habile architecte »64.

Leurs réalisations

  • 65   Saint-Claude (?, 1619), Saint-Mihiel (monastère, vers 1624), Liège (monastère, v. 1628-1630), Joi (...)
  • 66   Liège (église) et Namur (église et aile des parloirs et du pensionnat). Les sources consultées à (...)

23Les œuvres des annonciades célestes et des bénédictines architectes restent minoritaires au sein de la production architecturale de ces deux ordres. Parmi les cinquante-cinq édifices construits pour les premières, six à huit monastères65 leur sont attribués, entièrement ou partiellement, soit 11 à 14 % des cas. La proportion des monastères érigés par une bénédictine de la Paix Notre-Dame est à peine plus importante : sur les dix fondations de l’ordre durant l’Ancien Régime, seuls deux sites66 auraient bénéficié de l’intervention d’une sœur architecte, soit 20 %.

24Dans l’état actuel des recherches, les religieuses architectes conçoivent, voire dessinent plus fréquemment les plans des bâtiments monastiques que des églises. Sur un échantillon de trente-et-un plans conçus et/ou dessinés par des religieuses (visitandines, carmélites, ursulines, annonciades célestes et bénédictines de la Paix Notre-Dame), trois sont des plans d’église. Les autres représentent des « bâtiments », un terme général employé par les sources qui désigne aussi bien le complexe monastique dans son ensemble que l’une de ses parties. La faible proportion de plans d’église pose questions. Cet édifice requiert-il des connaissances plus pointues ou plus spécifiques (techniques constructives, ordonnancement, décor, etc.) auxquelles les religieuses n’ont pas accès ? À l’inverse, peuvent-elles davantage valoriser leur expérience et leur connaissance des besoins de leur communauté en concevant les parties conventuelles ?

25Lorsque le parcellaire est suffisamment ample, les projets élaborés en amont du premier chantier consistent en un édifice au plan régulier formant quadrilatère, ouvert sur la cour intérieure par une galerie de cloître ou non. Au sein de la production architecturale des annonciades célestes, le plan carré ou rectangulaire est adopté par vingt-deux monastères sur les cinquante-cinq étudiés, soit un peu moins de la moitié des cas. Dans ce corpus de plans réguliers, les plans des monastères de Saint-Mihiel (pl. 8a), Joinville (pl. 8b), le premier monastère liégeois (pl. 9a) et celui de Turin (ill. 11) sont attribués à des religieuses architectes et ont été conçus au cours des deux décennies qui suivent l’arrivée des fondatrices.

Ill. 11 Plan-masse restitué du monastère des annonciades célestes de Turin à la fin du xviiie siècle. Croquis d’après Archivio Storico della Città di Torino, Cadastre « Gatti », Sezione del Po, n° 39, 1822 et Augusto Cavalleri Murat (dir.), Forma urbana e architettura nella Torino Barocca, vol. 2, Turin, Unione tipografico editrice torinese, 1968, p. 232.

Ill. 11 Plan-masse restitué du monastère des annonciades célestes de Turin à la fin du xviiie siècle. Croquis d’après Archivio Storico della Città di Torino, Cadastre « Gatti », Sezione del Po, n° 39, 1822 et Augusto Cavalleri Murat (dir.), Forma urbana e architettura nella Torino Barocca, vol. 2, Turin, Unione tipografico editrice torinese, 1968, p. 232.
  • 67   KBR, département des manuscrits, ms 19.612, p. 59, 90, 253-255 et 342.
  • 68   PND Liège, sans cote, « Livre cronique des archives, annalles &a du monastère de la Paix Notre-Da (...)
  • 69   Un plan en quadrilatère est attesté par les sources écrites et/ou iconographiques dans les abbaye (...)

26La majorité de ces quadrilatères sont construits d’un seul jet en quelques années. D’autres ne sont achevés qu’au bout de plusieurs décennies, mais le respect du projet initial aboutit à un édifice de plan régulier, à l’exemple du monastère des annonciades célestes de Liège-en-Île qui est érigé en trois phases de 1630 à 169967. La construction de l’abbaye de la Paix Notre-Dame à Namur s’étale sur plus d’un siècle. Après un « premier cartiez du cloistre » (1620-1622) et un « second quartier » (1687), il faut attendre l’abbatiat de la mère Lambillion pour voir enfin achever le quadrilatère au cours de la première moitié du xviiie siècle, avec la construction de l’église prolongée par le chœur des religieuses (1722-1726) formant la troisième aile du cloître puis enfin l’aile à front de rue abritant les parloirs et le pensionnat (1734-1735)68. Dans l’état actuel des recherches, le plan en cloître semble aussi remporter un succès certain dans les abbayes des bénédictines de la Paix Notre-Dame : six des dix maisons que compte l’ordre sous l’Ancien Régime adoptent ce plan69.

  • 70   Charles François Joseph Galliot, Histoire générale et civile de la ville et de la province de Nam (...)

27Les religieuses architectes ne conçoivent pas systématiquement de plan quadrangulaire. Le parti retenu par la prieure du monastère des annonciades célestes à Namur, érigé pour l’essentiel de 1644 à 1663, est celui d’un plan en T (pl. 11b). Si les sources écrites ne justifient pas ce choix, il est possible de formuler une hypothèse. La propriété des religieuses n’aurait pas été suffisamment vaste pour envisager un complexe monastique composé de quatre ailes placées en retour, d’autant plus qu’au nord, leur parcelle était jouxtée d’un terrain militaire où s’érigent, à partir de 1673, de nouvelles casernes70.

  • 71   Arch. départ. du Doubs, Q 458.

28Enfin, dans une moindre mesure, les religieuses architectes conçoivent le plan d’un seul corps de bâtiment, à l’exemple de l’aile nord du monastère des annonciades célestes de Besançon dont le plan fut défendu auprès de l’archevêque par l’architecte Galezot. Toujours conservée au 7, rue Gambetta (ill. 12), cette aile a été conçue pour abriter la salle capitulaire et une annexe au rez-de-chaussée et douze cellules réparties sur deux étages71.

Ill. 12. Façade de l’ancienne aile nord du monastère des annonciades célestes de Besançon, 1733-1734, aujourd’hui rue Gambetta, état actuel.

Ill. 12. Façade de l’ancienne aile nord du monastère des annonciades célestes de Besançon, 1733-1734, aujourd’hui rue Gambetta, état actuel.

29La distribution intérieure de ces édifices, érigés sur les plans des religieuses ou d’autres architectes, est dictée d’une part par la clôture qui distingue les locaux accessibles aux visiteurs des espaces réservés à l’usage des seules religieuses. D’autre part, les espaces sont articulés dans une approche fonctionnelle des lieux, adaptée aux besoins spirituels, liturgiques, communautaires et domestiques du groupe et autorisant une circulation fluide des religieuses.

  • 72   Si, contrairement à l’église liégeoise, l’abbatiale de Namur a complètement disparu, les contrats (...)
  • 73   Liège : nef de 16 mètres de long pour 14 mètres de large dans les bas-côtés, 7,5 mètres de large (...)
  • 74   Paola Barocchi (dir.), Trattati d’arte del cinquecento fra manierismo e controriforma, 3. C. Borr (...)
  • 75   Dans les abbayes des bénédictines à Mons et Bruges, le chœur des religieuses fait face au maître- (...)
  • 76   P.-L. De Saumery, op. cit., t. 2-1, 1740, p. 193.
  • 77   L’orgue, buffet et instrument, construits par Le Picard en 1737, et le mobilier du chœur des reli (...)

30Les abbatiales de la Paix Notre-Dame de Liège (1680-1690) et Namur (1722-1726), œuvres respectives des bénédictines Aldegonde Desmoulins et Marie Anne Joseph Lambillion, peuvent faire l’objet d’une comparaison plus précise. Édifiées dans la vallée de la Meuse à quelques décennies d’écart, elles sont relativement bien documentées72, même si les dessins dressés par leurs architectes ne sont pas conservés. Si les dimensions des deux églises sont à peu près équivalentes73, leurs plans diffèrent. À Liège, le chœur des religieuses est greffé latéralement au chœur liturgique de l’église dont la nef est pourvue de bas-côtés (pl. 12a) ; à Namur, le chœur des religieuses est placé dans l’axe de la nef unique (pl. 9b), au revers du maître-autel, conformément au parti idéal promulgué par le traité Instructiones fabricae et supellectillis ecclesiasticae paru en 157774 de Charles Borromée75. Dans les deux cas, le décor intérieur de la nef et du chœur des religieuses est sobre, composé de pilastres (en marbre noir à Namur) contrastant sur un enduit blanc. À Namur, une tribune d’orgue, soutenue par quatre colonnes de marbre, était greffée au revers de la façade76. À Liège, l’orgue, plus tardif, est placé lui aussi en tribune, mais dans le chœur des religieuses (pl. 12b)77. Sa présence témoigne de la place occupée par la musique dans la liturgie de l’ordre au xviiie siècle, lui conférant un certain apparat, notamment lors des prises d’habit et des professions des religieuses.

  • 78   Paul Philippot, Denis Coekelberghs, Pierre Loze, Dominique Wautiez, L’architecture religieuse et (...)

31Relativement sobres au regard de l’essentiel de la production architecturale religieuse entre la seconde moitié du xviie siècle et la première moitié du xviiie siècle78, les frontispices de ces deux églises sont structurés par des entablements, formant deux registres à Liège (pl. 10a), trois à Namur (pl. 9b), et par des pilastres recourant à la superposition des ordres architecturaux (ioniques puis composites à Liège ; doriques, ioniques et composites à Namur) qui ici ne respectent pas les règles de la théorie architecturale. Les pignons sont encadrés par deux ailerons qui équilibrent la composition et sont surmontés d’un fronton triangulaire à Liège, curviligne à Namur. Chaque façade est divisée en trois travées de percement. Au rez-de-chaussée, la porte d’entrée centrale est encadrée de part et d’autre par deux fenêtres à Liège, deux niches à Namur. En somme, les caractéristiques architecturales et ornementales de ces deux édifices traduisent les besoins et les préoccupations de ces religieuses tout en les inscrivant dans les pratiques de leur temps, au même titre que les autres constructions érigées par d’autres architectes pour d’autres communautés et congrégations religieuses féminines.

Les religieux architectes : des hommes sur les chantiers des annonciades célestes

  • 79   Ph. Bonnet, « Quelques religieux architectes au service des Ursulines dans la France du xviie siè (...)

32Dans l’état actuel des recherches, aucun religieux architecte n’a été identifié sur les chantiers des bénédictines de la Paix Notre-Dame. En revanche, sur la cinquantaine d’ensembles monastiques édifiés pour les annonciades célestes en Europe, quatre d’entre eux ont été bâtis avec l’aide de religieux architectes. Leur présence a pu être détectée grâce aux sources narratives écrites par les religieuses, mais leur nom de religion ne permet pas toujours de les identifier79. Par ailleurs, leur formation, leur carrière et leurs autres œuvres demeurent souvent encore méconnues.

  • 80   KBR, département des manuscrits, ms 19.612, p. 253.

33Lorsque les annonciades célestes décident d’ajouter une nouvelle aile au premier monastère liégeois en 1680, elles consultent des personnes extérieures « pour ne rien faire de superflus ou qui pu dans la suitte meritter un repentir »80. Pour ce faire, elles contactent notamment :

  • 81   Le père Simonis pourrait appartenir à la communauté des minimes établie à Liège en 1626, pourvue (...)
  • 82   KBR, département des manuscrits, ms 19.612, p. 255.

le père Simonis, religieux minime81, grand architecte et fort habille ingénieur ; il approuva extrêment la résolution qu’on avoit prise de s’élargire, trouvant la communauté logée trop à l’étroit et d’une manière très incommode. Il demanda de voir le plan sur lequel on vouloit se reigler, on le luy monstra en présence du maistre masson, appellé le sieur Jean d’Oreye. Ils raisonnèrent là dessus et convinrent ensemble d’en refaire un autre avec les modérations que l’on y désiroit, après quoy le Révérend père Simonis recommanda fort à la Révérende mère de le faire suivre et exécuter exactement dans tout ses points luy disant que si l’on venoit à changer quelque chose dans son tout ou dans ses parties, on gâtoit le reste de l’ouvrage absolument82.

  • 83   Les travaux de la première aile du monastère avaient été conduits « selon le plan dont les premiè (...)
  • 84   Ibid., p. 254.

34Ce passage éclaire l’intervention du religieux auprès des sœurs. Le P. Simonis rend son avis sur leurs motivations préalables à la construction, puis il examine le plan élaboré par les fondatrices de la communauté83 en compagnie d’un homme de terrain et des religieuses, avant de proposer un nouveau plan. Son intervention survient dans un contexte particulier : avant de faire appel à lui, la prieure s’était adressée à d’autres, le « commissaire Ponsart » et un certain monsieur Honlet, recommandés par le vicaire épiscopal comme « des gens expérimentez sur l’entreprises à faire », mais ceux-ci avaient renoncé à aider les religieuses, car l’un « connoissoit par expérience combien les opinions sont différentes dans les communautés religieuses et combien il est difficile de réussir à bâtir au gré de chaque personne »84. Peut-être est-ce pour cette raison que le minime recommande avec fermeté aux sœurs de mettre en œuvre son plan sans y apporter de modifications.

  • 85   À la fin du xviie siècle, la communauté des carmes chaussés de Liège comportait plusieurs « frère (...)
  • 86   Jacques Thielens, « Le couvent des carmes chaussés à Liège », Bulletin de la Société d’art et d’h (...)
  • 87   Alain Collée, « L’église Notre-Dame de l’Immaculée Conception à Liège, ancienne église des carmes (...)
  • 88   KBR, département des manuscrits, ms 19.612, p. 268.
  • 89   Ibid., p. 269.
  • 90   Ibid., p. 269.

35Quelques mois plus tard, alors que les travaux battent leur plein, les annonciades célestes de Liège sollicitent le frère carme Joseph85, « maistre ingénieure », pour expertiser les lieux. Leur chronique ne précise pas à quelle communauté il appartient, celle des carmes chaussés installée depuis 1265 dans le même quartier86 ou celle des déchaussés établie rue Hors-Château en 161887. Le jugement de ce religieux s’avère sûr, alliant une approche fonctionnelle des bâtiments, une expérience technique et des considérations artistiques, comme en témoignent ses réponses aux questions de la communauté, retranscrites in extenso dans la chronique. Par exemple, lorsque les religieuses lui demandent son avis sur les portes qu’elles jugent trop grandes, il répond : « C’est à présent la mode de faire des grandes portes et la reigle de l’art veux qu’une porte large de 4 pieds en ait 8 de hauteur »88. Il s’exprime aussi sur le choix des matériaux, quand les religieuses s’inquiètent de voir que le nouveau bâtiment alliera la brique et la pierre de taille calcaire, et non plus la pierre de sable : « J’ay fait des bâtimens de sable, dit frère Joseph, et il étoit en vogue du temps passé, mais à présent on ne le met plus en œuvre les pierres sont bien plus solides et tout bien comptez la façon de celles de sable revient aussi chères que celles de pierres de tailles »89. Les deux religieux architectes appelés sur le chantier des annonciades de Liège se connaissaient probablement, à tout le moins s’y sont-ils rencontrés : « Lorsque le Révérend père Simonis entra dans le jardin, [le frère Joseph] désapprouva aussi [les fenêtres] de l’ouvroire »90.

  • 91   Pierre Delattre (dir.), Les établissements jésuites en France depuis quatre siècles, t. 2, Enghie (...)
  • 92   SC, Fondations, 34 : « De la fondation du monastere de l’annontiade de Lion qui arivat le premier (...)
  • 93   Ibid.
  • 94   M.-É. Henneau et J. Piront, Chœur de femmes au cœur de la Savoie. Les annonciades d’Annecy entre (...)

36La construction du premier monastère des annonciades célestes à Lyon, fondé en 1624, bénéficie elle aussi de l’aide d’un religieux. En septembre 1625, les fondatrices s’installent dans la maison qu’elles viennent d’acheter sur les conseils du recteur du collège jésuite, Antoine Milieu91. Ce dernier leur recommande de « donner commencement à l’un des cor de logis du monastère, lequel pour le présent serviroit le bas pour la chapelle, sacristie, c[h]œur des religieuses, chambres pour les filles du tour, pour le tour et parloi[r] et le dessus, pour dix cellules de religieuses »92. Le « dessains » est fait par le recteur avec l’aide d’Antoine Moran, « hommes de grande piété, prudence et fort verser aux affaires », père d’une fille reçue temporairement au monastère93. Cette collaboration du jésuite peut être interprétée comme l’une des expressions de l’engagement de la Compagnie auprès de l’ordre des annonciades célestes dont il a accompagné la création et le développement de part et d’autre des Alpes94.

  • 95   DAS Langres, « Annales du monastère des annonciades célestes de Nozeroy », cahier 3, xviisiècle (...)
  • 96   Ibid., cahier 4, feuillet non folioté.
  • 97   Si on ignore tout de sa formation, Jacques Magnin se révèle comme un expert en matière d’architec (...)
  • 98   P. Brune, op. cit., p. 174 ; Christiane Roussel, « Les religieux architectes en Franche-Comté au (...)

37Les chantiers des annonciades célestes en Franche-Comté ont bénéficié davantage de la présence des religieux architectes, hommes expérimentés en matière d’architecture conventuelle. Le monastère de Nozeroy (pl. 13a) est augmenté en 1658 d’une aile comprenant des infirmeries au rez-de-chaussée et des cellules à l’étage, « le tout fort bien compris et le dessein très bon, lequel avoit été donné par le Révérend père Bruno, carme déschaussé »95. En 1680, une aile supplémentaire est bâtie, « conforme au dessein que nous a fait monsieur Magnin, directeur des M.M. de la Visitation Sainte Marie à Besançon, agrée et approuvée de notre très digne supérieur, monseigneur l’illustrisime archevesque de Besançon, Antoine Pierre de Grammont ; la mère prieure et communauté ont pareillement agrée le dict dessein »96. Quelques années auparavant, le chanoine Magnin († 1698)97 avait dessiné les plans du monastère et de l’église de la Visitation de Besançon (1660-1678). Après avoir œuvré auprès des annonciades, il réalise les plans du monastère des ursulines de Nozeroy (v. 1684) et son expertise est requise par les ursulines de Vesoul98.

  • 99   Branche réformée de l’ordre bénédictin, les bénédictins vannistes ont été institués en 1604 à l’a (...)
  • 100   Sa formation demeure mal documentée. Tout au plus sait-on qu’il a fait plusieurs voyages à Rome e (...)
  • 101   Un essai de catalogue de ses interventions a été réalisé par P. Boisnard et A. Derrider, op. cit.(...)
  • 102   Arch. départ. de la Haute-Saône, H 964.
  • 103   Ibid.
  • 104   Mickaël Zito, Les Marca (fin xviie-début xixe siècles). Itinéraires et activités d’une dynastie d (...)
  • 105   Arch. départ. du Jura, 41Hp 11.

38Vincent Duchesne (1661-1724), bénédictin de la congrégation de Saint-Vanne99 et issu de deux familles aristocratiques bisontines, est l’un des religieux architectes les plus actifs en Lorraine, en Champagne et en Franche-Comté entre la fin du xviie et les premières années du xviiie siècle100. Sur 37 chantiers où il est vraisemblablement intervenu, 21 concernent des prieurés, des abbayes et des monastères bâtis principalement pour des bénédictins et des bénédictines, mais aussi pour les prémontrés et les annonciades célestes101. Il fournit aux annonciades célestes de Gray les dessins et les plans de leur église, du chœur des religieuses et de bâtiments réguliers en 1700 (pl. 13b), puis les élévations du clocher en 1701102. Présent lors de la rédaction des contrats, il fait également office d’intermédiaire entre les annonciades célestes, l’entrepreneur et les corps de métier, notamment le sculpteur architecte Jean-Pierre Galezot en 1715 pour la réalisation de leur maître-autel103. Duchesne collabore à maintes reprises avec les stucateurs italiens Marca104 intervenus dans l’église des annonciades célestes de Nozeroy en 1730105.

  • 106   L. Lecomte, Religieuses dans la ville, op. cit., p. 270 ; Ch. Roussel, op. cit., p. 40.
  • 107   DAS Langres, « Livre contenant l’establissement de nostre monastère de l’annonciade, fait en cett (...)

39Les projets de ces clercs, réguliers ou séculiers, ne rencontrent pas systématiquement l’adhésion des religieuses. Le carme déchaussé Étienne Bacquet, auteur du plan du monastère de la Visitation de Gray106, est recommandé en 1698 par le vicaire général auprès des annonciades célestes de Besançon en vue de la construction d’une nouvelle aile. Si elles le qualifient de « fort sçavant et expérimenté en l’architecture et en la conduite des bastimens réguliers », elles rejetteront finalement son projet, le jugeant moins « commode » que celui proposé par l’architecte séculier Jean Cuène107.

  • 108   J. Piront, Empreintes architecturales de femmes... op. cit., p. 85-93.
  • 109   Plusieurs récollets architectes sont notamment identifiés grâce aux notices nécrologiques récemme (...)

40Ces religieux architectes sont majoritairement présents au xviie siècle, période au cours de laquelle s’érigent la majorité des monastères des annonciades célestes fondés principalement entre 1600 et 1650108. Reconnus comme des spécialistes compétents, ils fournissent des plans, donnent des conseils et parfois, servent d’interface entre la communauté et les corps de métier. Qu’ils interviennent auprès des annonciades célestes, des visitandines, des bernardines ou encore des ursulines, ces hommes appartiennent à différents ordres religieux (minimes, carmes, bénédictins, jésuites). Si plusieurs congrégations féminines post-tridentines ne sont pas assujetties à une branche masculine de leur ordre, il serait intéressant d’approfondir ces recherches pour voir si, par exemple, les carmes sont davantage sollicités par les carmélites dans les Pays-Bas et la principauté de Liège où elles sont soumises à leur juridiction. Il serait également pertinent de voir quelles relations s’opèrent entre les religieux architectes et les religieuses au sein de la famille franciscaine109.

41Abondamment conservées pour l’époque moderne, les sources narratives rédigées par les religieuses apportent de nombreux éclairages sur la pratique de l’écriture dans les monastères féminins et sur leur rapport au monde extérieur. Elles lèvent le voile sur les idéaux de ces femmes en quête d’élévation spirituelle, mais qui sont sans cesse aux prises avec le monde et ses contraintes matérielles et économiques. L’aménagement comme la construction de leur cadre de vie tiennent une place importante dans leurs préoccupations quotidiennes et font l’objet de la vigilance de leurs supérieurs qui se positionnent en garants de la stricte clôture, point de discipline essentiel réaffirmé par l’Église post-tridentine.

  • 110   BnF, 4 Ld 173-2 (123), « Collection de lettres circulaires émanées des religieuses de la Visitati (...)
  • 111   BnF, département des manuscrits, fr. 13.887, f. 230v-231.

42Dissimulées derrière leur volonté de justifier sans cesse leurs interventions au nom de la modestie religieuse, les ambitions de ces religieuses architectes tendent à franchir les murs de l’enclos monastique et les grilles de la clôture. Elles revendiquent leur autonomie et leurs compétences auprès de la société urbaine et des professionnels qui les entourent, affirmant l’« admiration de tous ceux qui [...] ont vu » leurs plans, que leur maison, bâtie par l’une des leurs, est « une des plus belles de la province »110. Ces textes soutiennent à maintes reprises que ces religieuses architectes ont parfois surpassé les hommes du métier tout en laissant entendre qu’elles n’ont pas bénéficié des mêmes conditions de formation, à l’image d’Anne Du Bourguier (1605-1685), ursuline d’Abbeville, « qui a conduit le bastiment de cette maison et de l’église, où elle a donné aux ouvrier des inventions dont il ne s’estoient pas avisés avec touttes leurs sciances »111. Les annonciades célestes et les bénédictines, comme les ursulines, les visitandines, les carmélites, et sans doute d’autres congrégations encore, sont parvenues à faire de l’architecture le support d’une affirmation de soi et ce, malgré la clôture et leur mise à l’écart des lieux de formation professionnelle et le contrôle presque systématique de leurs productions par les autorités religieuses masculines et les architectes professionnels.

43Parmi ces religieuses architectes, il n’est pas toujours possible de distinguer celles qui conçoivent un projet, de celles qui dessinent le plan sur papier et de celles qui surveillent le déroulement du chantier. Il est probable que les fondatrices aient surtout tenté collégialement de concevoir une organisation spatiale des lieux tandis que la production d’un plan reviendrait davantage à un individu. Néanmoins, toutes ces femmes maîtrisent les enjeux de l’architecture monastique féminine et la plupart d’entre elles sont au four et au moulin, assumant à la fois le gouvernement de leurs communautés tout en engageant la main-d’œuvre et supervisant les travaux.

44À leurs côtés, les religieux architectes sont surtout présents dans la seconde moitié du xviie siècle voire au début du siècle suivant, et plus particulièrement en Franche-Comté où le chanoine Jacques Magnin, le bénédictin Vincent Duchesne et le carme Étienne Bacquet sont des figures de premier-plan. Ici, ils donnent des conseils et expertisent. Là, ils proposent des plans ou rectifient ceux des autres. Si à Liège (1680) et à Besançon (1698), le vicaire épiscopal fait l’intermédiaire entre les religieuses et ces « experts », les sources ne renseignent pas systématiquement sur les circonstances de leur rencontre.

45Absentes chez les bénédictines de la Paix Notre-Dame, les œuvres des religieux architectes restent peu nombreuses au sein de la production architecturale des annonciades célestes. Ils ont contribué à la construction de quatre monastères (Liège I, Lyon I, Nozeroy, Gray), mais si on tient compte des plans fournis par les religieuses (Joinville, Saint-Mihiel, Liège I, Namur, Besançon, Turin), on arrive tout de même à près de 20 % des complexes monastiques envisagés, ce qui n’est pas négligeable. Malgré la richesse des sources conservées, il subsiste néanmoins encore bien des zones d’ombres sur le profil, la formation, la production de ces religieuses et religieux architectes, sur les liens que les unes ont pu nouer avec les autres, mais surtout sur leurs réalisations dont la plupart sont disparues aujourd’hui.

Pl. 8a Villers et Hurault, Plan de différentes maisons cy devant Monastères de la ville de Saint-Mihiel, détail du monastère des annonciades célestes, 1793. Arch. départ. Meuse, 116Fi 1.

Pl. 8a Villers et Hurault, Plan de différentes maisons cy devant Monastères de la ville de Saint-Mihiel, détail du monastère des annonciades célestes, 1793. Arch. départ. Meuse, 116Fi 1.

Pl. 8b Ingénieur Contenot, Vue cavalière de la ville de Joinville, détail du monastère des annonciades célestes, 1750. Coll. mairie de Joinville.

Pl. 8b Ingénieur Contenot, Vue cavalière de la ville de Joinville, détail du monastère des annonciades célestes, 1750. Coll. mairie de Joinville.

Pl. 9a Gustave Ruhl, Maquette de la ville de Liège vers 1730, détail du monastère des annonciades célestes de Liège (quartier de l’Île), 1905. Coll. patrimoniales de l’Université de Liège.

Pl. 9a Gustave Ruhl, Maquette de la ville de Liège vers 1730, détail du monastère des annonciades célestes de Liège (quartier de l’Île), 1905. Coll. patrimoniales de l’Université de Liège.

Pl. 9b Plan-relief de la ville de Namur, détail de l’abbaye bénédictine de la Paix Notre-Dame, v. 1725. Palais des Beaux-arts de Lille, coll. des plans-reliefs.

Pl. 9b Plan-relief de la ville de Namur, détail de l’abbaye bénédictine de la Paix Notre-Dame, v. 1725. Palais des Beaux-arts de Lille, coll. des plans-reliefs.

Pl. 10a Façade de l’abbaye de la Paix Notre-Dame à Liège, 1675-1690, aujourd’hui boulevard d’Avroy, état actuel.

Pl. 10a Façade de l’abbaye de la Paix Notre-Dame à Liège, 1675-1690, aujourd’hui boulevard d’Avroy, état actuel.

Pl. 10b Intérieur de l’abbatiale de la Paix Notre-Dame à Liège, maître-autel, 1675-1690, état actuel.

Pl. 10b Intérieur de l’abbatiale de la Paix Notre-Dame à Liège, maître-autel, 1675-1690, état actuel.

Pl. 11a Intérieur de l’abbatiale de la Paix Notre-Dame à Liège, vue de la nef depuis le chœur, 1675-1690, état actuel.

Pl. 11a Intérieur de l’abbatiale de la Paix Notre-Dame à Liège, vue de la nef depuis le chœur, 1675-1690, état actuel.

Pl. 11b Plan-relief de la ville de Namur, détail du monastère des annonciades célestes et de son église couverte de deux bâtières transversales, v. 1725. Palais des Beaux-arts de Lille, coll. des plans-reliefs.

Pl. 11b Plan-relief de la ville de Namur, détail du monastère des annonciades célestes et de son église couverte de deux bâtières transversales, v. 1725. Palais des Beaux-arts de Lille, coll. des plans-reliefs.

Pl. 12a Grille du chœur des religieuses donnant sur le chœur liturgique de l’abbatiale de la Paix Notre-Dame à Liège, fin xviie siècle, état actuel.

Pl. 12a Grille du chœur des religieuses donnant sur le chœur liturgique de l’abbatiale de la Paix Notre-Dame à Liège, fin xviie siècle, état actuel.

Pl. 12b Jean-Baptiste Le Picard, Orgue du chœur des bénédictines de la Paix Notre-Dame à Liège, 1736, état actuel.

Pl. 12b Jean-Baptiste Le Picard, Orgue du chœur des bénédictines de la Paix Notre-Dame à Liège, 1736, état actuel.

Pl. 13a Ancien monastère des annonciades célestes de Nozeroy, xviie-xviiie siècles, état actuel.

Pl. 13a Ancien monastère des annonciades célestes de Nozeroy, xviie-xviiie siècles, état actuel.

Pl. 13b Façade arrière de l’ancien monastère des annonciades célestes de Gray, début xviiie siècle, état en 2009.

Pl. 13b Façade arrière de l’ancien monastère des annonciades célestes de Gray, début xviiie siècle, état en 2009.

Notes

1   Philippe Bonnet, « La pratique des arts dans les couvents de femmes au xviie siècle », Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 147, 1989, p. 433-472.

2   Marc Libert, « Le travail dans les couvents contemplatifs féminins », Revue belge de philologie et d’histoire, t. 79, fasc. 2, 2001, p. 547-555.

3   Laurent Lecomte, « Jeanne de Chantal, maître de l’ouvrage de son ordre », dans Bernard Dompnier, Dominique Julia (dir.), Visitation et visitandines aux xviie et xviiie siècles [Actes du colloque, Annecy, 1999], Saint-Étienne, Presses Universitaires de Saint-Étienne, 2001, p. 89-107.

4   Laurent Lecomte, « De la manœuvre au maître d’œuvre : les visitandines sur les chantiers », dans Gérard Picaut et Jean Foisselon (dir.), De l’ombre à la lumière : art et histoire à la Visitation 1610-2010, Paris/Moulins, Somogy/Musée de la Visitation, 2011, p. 247-255.

5   Laurent Lecomte, Religieuses dans la ville. L’architecture des Visitandines xviie-xviiie siècles, Paris, Éd. du Patrimoine, 2013, p. 102-106.

6   Julie Piront, Empreintes architecturales de femmes sur les routes de l’Europe : étude des couvents des annonciades célestes fondés avant 1800, vol. 1, thèse de doctorat en Histoire de l’art, Université Catholique de Louvain, 2013, p. 300-301. Publication en cours de préparation.

7   Marie-Élisabeth Henneau, Julie Piront, « Un nouveau profil de bénédictines au Nord de la Dorsale catholique : une réforme pensée par et pour des femmes au xviie siècle », dans Jean El Gammal, Laurent Jalabert (dir.), Changer, rénover, restaurer : la réforme au fil de l’histoire et de l’actualité, n° spécial des Annales de l’Est, 2016, p. 33-55 ; Julie Piront, « Les religieuses aux Temps Modernes : architectes, gestionnaires de chantier et manouvrières », dans Anne-Marie Châtelet (dir.), « Femmes, architecture et paysage », Livraisons d’histoire de l’architecture, n° 35, 2018, p. 29-39.

8   https://lodocat.hypotheses.org/. Parmi les publications prévues dans le cadre du projet ANR, voir Julie Piront, « Copies et modèles architecturaux aux frontières de la catholicité : les sources d’inspiration des monastères des annonciades célestes (xviie-xviiie siècles) » et « Des femmes face aux hommes de métier : bâtir des monastères féminins sur la Dorsale catholique (xviie-xviiie s.) », dans Marie-Élisabeth Henneau, Corinne Marchal, Julie Piront (dir.), Entre ciel et terre : œuvres et résistances de femmes du nord de l’Italie au pays de Liège (xe-xviiie siècles) , Paris, Classiques Garnier, à paraître. Par ailleurs, plusieurs extraits de textes rédigés par des religieuses sur la construction de leurs monastères et leur vécu au sein de ces édifices seront publiés prochainement dans une anthologie aux Presses universitaires de Franche-Comté.

9   Marie-Élisabeth Henneau, « Conception et écriture de l’histoire dans les couvents féminins liégeois des xviie et xviiie siècles », dans Nicole Bouter (dir.), Écrire son histoire. Les communautés régulières face à leur passé, Saint-Étienne, Presses universitaire de Saint-Étienne, 2006, p. 637-655 ; M.‑É. Henneau, « Femmes en quête de rôles dans l’histoire du Salut : biographies de religieuses et religieuses biographes », dans Jean-Claude Arnould, Sylvie Steinberg (dir.), Les femmes et l’écriture de l’histoire. 1400-1800, Mont-Saint-Aignan, Presses Universitaires de Rouen et du Havre, 2008, p. 219-230.

10   Marie de Pommereuse, Les chroniques de l’ordre des ursulines recueillies pour l’usage des Religieuses du mesme Ordre, 2 vol., Paris, Jean Henault, 1673 ; Chroniques de l’ordre des carmélites de la réforme de Sainte Thérèse depuis leur introduction en France, 5 vol. , Troyes, impr. Anner-André, 1846-1865.

11   Devenue prieure des visitandines de Vannes en 1668, elle est élue à la tête du monastère de Chartres en 1676, puis de celui de Compiègne en 1682, ayant été choisie précisément pour ses talents d’architecte. Bibliothèque Mazarine, ms n° 2436, p. 150-151 ; BnF, « Collection de lettres circulaires émanées des religieuses de la Visitation-Sainte-Marie des différents monastères de France ou à elles adressées de France ou de l’étranger », t. 123.

12   Elizabeth Makowski, Canon Law and Cloistered Women. Periculoso and its Commentators, 1298-1545, Washington, The Catholic University of America Press, 1997 ; Giuseppe Alberigo (dir.), Le magistère de l’Église. Les conciles œcuméniques, t. II-2. Les décrets : De Trente à Vatican II, éd. fr. sous la dir. d’A. Duval et alii, Paris, Cerf, 1994, p. 1581.

13   Laurent Lecomte, « Ni voir ni être vues. Clôture et cura monialium dans les couvents féminins français aux xviie et xviiie siècles », dans Monique Chatenet, Claude Mignot (dir.), L’architecture religieuse européenne au temps des Réformes : héritages de la Renaissance et nouvelles problématiques [Actes du colloque, Maisons-Laffitte, 2005], Paris, Picard, 2009, p. 261-274 ; Laurent Lecomte, « La fortune des Instructiones de saint Charles Borromée en France : le programme architectural de la Visitation », dans Flaminia Bardati, Sabine Frommel (dir.), La réception des modèles cinquecenteschi dans la théorie des arts français au xviie siècle, Genève, Droz, 2010, p. 237-256.

14   Cylindre, généralement en bois et cerclé de fer, pivotant dans l’épaisseur du mur et muni d’une ouverture permettant de faire passer des objets de part et d’autre de la clôture.

15   M.-É. Henneau et J. Piront, « Un nouveau profil de bénédictines », op. cit., p. 33-55 ;
J. Piront, « Des espaces clos ? Normes, réalisations et représentations architecturales de la clôture monastique féminine », dans Albrecht Burkardt, Alexandra Roger (dir.), L’exception et la Règle. Les pratiques d’entrée et de sortie des couvents, de la fin du Moyen Âge au xixe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, sous presse.

16   San Cipriano, archives des annonciades célestes de Gênes (désormais SC), Fondations, 36, « Bref relation de la fondation du monastèr de la Très Saincte Annontiade de Genne fondée à Sainct-Mihiel en Lorrain[e] le vingte et unime novembre mil six cens dix neuf », vers 1630, non paginé ; Julie Piront, « Une architecture de frontières : les monastères des annonciades célestes dans les diocèses de Toul et de Verdun (xviie-xviiie s.) », dans Catherine Bourdieu (dir.), Les ordres religieux féminins dans les Trois-Évêchés : vocations, missions et cadres d’existence, Publications historiques de l’Est, vol. 63, 2018, p. 103-123.

17   Dépôt d’Art Sacré à Langres, archives des annonciades célestes en cours de classement (désormais DAS Langres), « Annales du Monastère de Notre-Dame de l’Annonciade Céleste de Joinville, mises en ordre l’année 1698 », xviie-xviiie siècle, p. 42-43 et 46 ; Julie Piront, « Entre idéal de vie cloîtrée et contraintes urbaines. Étude architecturale des couvents des annonciades célestes fondés au xviie siècle dans l’espace haut-marnais », Les Cahiers haut-marnais, n° 272-273, 2015, p. 16.

18   KBR, département des manuscrits, ms 19.612, Sœur Marie Françoise Augustine Joseph [Laloire], « Histoire de l’établissement de l’ordre de l’annonciade céleste dans la ville de Liège », [1746-1747], p. 251, 253-254 et 342.

19   J. Piront, Empreintes architecturales de femmes, op. cit., vol. 1, p. 90-91.

20   Arch. départ. Meurthe-et-Moselle, H 2364.

21   Ibid.

22   KBR, département des manuscrits, ms 19.612, p. 122.

23   Elle quitta Joinville en avril 1623, trop tôt sans doute pour avoir eu le temps de participer à la conception du plan de ce monastère : la première acquisition foncière ne remonte qu’au mois de mai ou juin 1623. J. Piront, « Entre idéal de vie cloîtrée et contraintes urbaines », op. cit., p. 13.

24   KBR, département des manuscrits, ms 19.612, p. 120-121.

25   L’acte de vente est conservé aux arch. départ. Jura, 43Hp 4.

26   DAS Langres, Recueil de récits de fondation, copies et traductions d’après des originaux des xviie et xviiie siècles conservés à Gênes, t. 4, début xxe siècle, « Histoire de la fondation du monastère des R. R. religieuses annonciades célestes de Saint-Claude, en comté de Bourgogne », p. 29.

27   Sur la circulation des modèles au sein de l’ordre des annonciades célestes, voir J. Piront, « Copies et modèles architecturaux aux frontières de la catholicité », op. cit., à paraître.

28   Archives des bénédictines de la Paix Notre-Dame à Liège (désormais PND Liège), sans cote, « Livre cronique des archives, annalles &a du monastère de la Paix Notre-Dame, ordre de Saint-Benoit à Namur ou registres, réceptions, mortes et éloges des religieuses qui ontes vescus en ce cloitre de la Paix Notre-Dame à Namur, avec aucunes choses plus remarcables avenues depuis l’érection dudit cloistre commenseant le 23 avril 1613. Livre premier des annales », xviie-xviiie siècles, p. 653 ; Julie Piront, « Lambillon, Marie-Anne », Dictionnaire des femmes de l’Ancienne France [en ligne], 2019, URL : http://siefar.org/dictionnaire/fr/Marie_Anne_Lambillon

29   Ph. Bonnet, op. cit., p. 448, d’après Bibliothèque Mazarine, ms n° 2436, « Histoire chronologique des fondations de tout l’ordre de la Visitation de Sainte Marie », vol. 7, xviiie siècle, p. 297.

30   PND Liège, sans cote, « Livre cronique des archives, annalles &a du monastère de la Paix Notre-Dame [...] à Namur », p. 147-148.

31   SC, « Libro I delle memorie annuali delle monache del monastero della SS Incarnazione cominciato l’anno 1633 al 1682 », fin xviie siècle, p. 11 : « [...] ordinando che dalli varii modelli fatti sene cavasse uno piu compito et avistato al vivere nostre religioso con quella perfetta clausura che professa quest’ordine ». La traduction française a été réalisée par Elisabetta Lurgo (U. Savoie Mont-Blanc) que je remercie vivement.

32   Fille du seigneur Charles de Vigneulles et d’Anne de Bildstein. Elle prit l’habit au monastère des annonciades célestes de Nancy le 19 mars 1631. Arch. départ. Meurthe-et-Moselle, H 2364.

33   SC, Fondations, 37, « Abrégé de la fondation de notre monastère de l’Anonciade ditte céleste de la ville de Namur faict par les Révérendes Mères de Nancy l’an 1630 », [xviie siècle], non paginé.

34   Ph. Bonnet, op. cit., p. 459, d’après BM Avignon, ms n° 1764, p. 19.

35   Il s’agit probablement de Jean-Pierre Galezot (1686-1742), architecte et sculpteur qui réalisa également les maîtres-autels des églises des annonciades célestes de Gray (1715-1718) et de Nozeroy (1730). Paul Brune, Dictionnaire des artistes et ouvriers d’art de la France. Franche-Comté, Paris, Bibliothèque d’art et d’archéologie, 1912, p. 107-108 ; Arch. Départ. du Jura, 41Hp11 ; Arch. Départ. de la Haute-Saône, H 964.

36   Antoine-François de Bliterswijk de Montcley, archevêque de Besançon de 1732 à 1734.

37   DAS Langres, « Livre contenant l’establissement de nostre monastère de l’annonciade, fait en cette cité de Besançon au mois de mars de l’an 1648, ensemble les choses plus remarquables qui y sont arrivées du depuis », xviie -xviiie siècles, non paginé.

38   SC, « Breve notizia del modo ed altre circostanze concorse nella fondazione del monastero della santissima Annunciata di Torino », xviie siècle, p. 56 : « da una monaca [...] fu fatto il dissegno del tutto il monastero, corretto dall’ingegnere di S. A. R., che l’approva senza mutar niente ».

39   M. de Pommereuse, op. cit., vol. 1, 2e partie, p. 254-255 ; Ph. Bonnet, op. cit., p. 447. Sur l’architecture des ursulines en Bretagne, voir Chantal Aravaca, « Enseignantes et cloîtrées : Les ursulines de la congrégation de Bordeaux en Bretagne au xviie siècle. À la recherche d’un modèle conventuel », Journal of Early Modern Christianity, t. 2, n° 1, 2015, p. 87-115.

40   BnF, 4 Ld 173-2 (11), « Collection de lettres circulaires émanées des religieuses de la Visitation-Sainte-Marie des différents monastères de France, ou à elles adressées de France ou de l’étranger ; rangées entre elles par ordre alphabétique de monastères, et, dans chaque monastère, par ordre chronologique », t. 11.

41   L. Lecomte, Religieuses dans la ville, op. cit., p. 104.

42   Le plan le plus ancien date de 1662 : il est postérieur de vingt ans au dessin de la religieuse architecte. AÉ Namur, archives ecclésiastiques de la Province de Namur, n° 3513.

43   Jacky Theurot (dir.), Les femmes et l’accès au savoir au temps d’Anne de Xainctonge, Cahiers Dolois, 14, 1997 ; Linda Timmermans, L’accès des femmes à la culture sous l’Ancien Régime, 2e éd., Paris, Champion, 2005.

44   Colette Nativel (dir.), Femmes savantes, savoirs des femmes, du crépuscule de la Renaissance à l’aube des Lumières, Genève, Droz, 1999 ; Adeline Gargam, Les Femmes savantes, lettrées et cultivées dans la littérature française des Lumières ou la conquête d’une légitimité (1690-1804), Paris, Champion, 2013 ; A. Gargam (dir.), Femmes de sciences de l’Antiquité au xixe siècle. Réalités et représentations, Dijon, Éd. universitaires de Dijon, 2014. Les travaux français sur les artistes féminines à l’époque moderne sont très récents, à l’instar de l’ouvrage de Séverine Sofio, Artistes femmes : la parenthèse enchantée, xviiie-xixe siècles, Paris, CNRS éditions, 2016 et du colloque « Femmes artistes à l’âge classique (arts du dessin, peinture, sculpture, gravure) » organisé à Paris du 30 mai au 1er juin 2018. Ces travaux offrent une place prédominante au xviiie siècle, période au cours de laquelle les femmes artistes, notamment les peintresses, acquièrent plus de visibilité. Pour un aperçu plus général, voir Sylvie Buisson, Femmes artistes. Passions, muses, modèles, Paris, Alternatives, 2012.

45   De nombreux autres exemples de religieuses, françaises et italiennes, formées avant leur entrée au couvent sont signalés dans M. Dunn, « Convents », op. cit., p. 24-26. Les recherches sur le travail des femmes et notamment dans les ateliers artistiques sous l’Ancien Régime, ne cessent d’ailleurs de se multiplier depuis une trentaine d’années. À titre d’exemple, Chiara Frugoni, « La femme imaginée », dans Christiane Klapisch-Zuber (dir.), Le Moyen Âge, t. 2 de l’ouvrage de Georges Duby, Michelle Perrot (dir.), Histoire des femmes en Occident, Paris, Plon, 1991, p. 416-422 ; à Bruges au xve siècle, des religieuses sont par ailleurs affiliées à la guilde Saint-Jean qui réunit principalement les métiers du livre. Marc Gil, « Les femmes dans les métiers d’art des Pays-Bas bourguignons au xve siècle », Clio. Femmes, Genre, Histoire [en ligne], 34 / 2011. URL : http://journals.openedition.org/clio/10349. Plautilla Bricci (1616-1690/1700), rare architecte romaine du xviie siècle étudiée à ce jour, aurait bénéficié elle aussi d’un apprentissage auprès de son père peintre. Thierry Verdier, « La villa benedetta et la difficile carrière de Plautilla Bricci, femme architecte dans la Rome du xviie siècle », dans Anne-Marie Châtelet (dir.), op. cit, p. 41-56

46   Cf. la contribution d’A. Sénard au présent volume.

47   Sa notice nécrologique explique que « le long délai qu’elle dut subir pour attendre sa majorité et l’époque de ses vœux, lui donna le loisir de cultiver les dispositions qu’on lui remarquait pour les ouvrages de l’art ». Cité par Robert Triger, « L’église de la Visitation au Mans et son principal architecte, Sœur Anne-Victoire Pillon », Revue historique et archéologique du Maine, t. 53, 1903, p. 241 ; L. Lecomte, Religieuses dans la ville, op. cit., p. 105-106.

48   PND Liège, 7, « Registre contenant la réception des filles et leur profession, en ce présent monastère de la Paix Notre-Dame », xviie-xviiie siècles, p. 13 ; Jean Demarteau, « L’église des Bénédictines de Liège : son architecte Dame Aldegonde Desmoulins, poète wallon et miniaturiste (1640-1692) et son sculpteur Arnold Du Honthoir », Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, t. 37, 1906, p. 155 ; Julie Piront, « Desmoulins, Antoinette », Dictionnaire des Femmes de l’Ancienne France [en ligne], 2018. URL : http://siefar.org/dictionnaire/fr/Antoinette_Desmoulins.

49   PND Liège, sans cote, « Livre cronique des archives, annalles &a du monastère de la Paix Notre-Dame [...] à Namur », p. 651.

50   Ibid., p. 471.

51   Ibid., p. 652.

52   Ibid., p. 651.

53   Ibid., p. 651.

54   Ibid., p. 651.

55   Ibid., p. 653.

56   Ibid., p. 599.

57   Cité par R. Triger, op. cit., p. 229-230, d’après « Abrégé de ce qui s’est passé en ce monastère de la Visitation Sainte-Marie du Mans, depuis sa fondation en 1634 jusqu’en 1722 ».

58   Bibliothèque de la Sorbonne, ms 769, « Matériaux pour un nécrologe des ursulines. Recueil de lettres circulaires imprimées, adressées à différents monastères et notes manuscrites », xviie siècle ; cité par Ph. Bonnet, op. cit., p. 453.

59   L’architecte est « celui qui donne le dessein des ouvrages d’architecture […]. Il faut qu’il sache le dessein, la geometrie, l’optique, l’aritmétique, l’astrologie & l’histoire ». Pierre Richelet, Dictionnaire françois, contenant generalement tous les mots, tant vieux que nouveaux, etc, nouv. éd., Amsterdam, J. Elzevir, 1706, p. 69. Pour une définition de la profession d’architecte sous l’Ancien Régime, voir Louis Callebat (dir.), Histoire de l’architecte, Paris, Flammarion, 1998 et Claude Mignot, « Architectes », dans Lucien Bély (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime : royaume de France, xvie-xviiie siècles, Paris, Presses Universitaires de France, 2002, p. 76-77.

60   BnF, 4 Ld 173-2 (75), « Collection de lettres circulaires émanées des religieuses de la Visitation-Sainte-Marie », t. 75.

61   Ibid., t. 123.

62   BnF, département des manuscrits, fr. 13.887, f. 230v-231.

63   J. Piront, « Les religieuses aux Temps Modernes », op. cit., p. 36-39.

64   Chroniques de l’ordre des carmélites de la réforme de Sainte Thérèse depuis leur introduction en France, t. 3, Troyes, impr. Anner-André, 1856, p. 88-89.

65   Saint-Claude (?, 1619), Saint-Mihiel (monastère, vers 1624), Liège (monastère, v. 1628-1630), Joinville (monastère, 1631), Turin (monastère, 1638), Namur (monastère, v. 1645-1648), Besançon (une aile du monastère, 1732). Outre le projet du monastère de Saint-Claude (1619), le doute subsiste aussi sur l’identité de l’auteur ou de l’autrice du plan de l’église des annonciades célestes de Vienne (Isère), « indiqué » et « remis » aux entrepreneurs en 1728 par le chapitre de la communauté (Arch. départ. Isère, 13 H 9).

66   Liège (église) et Namur (église et aile des parloirs et du pensionnat). Les sources consultées à ce jour n’ont pas permis de relever la présence de religieuses architectes dans les huit autres communautés de l’ordre durant l’Ancien Régime.

67   KBR, département des manuscrits, ms 19.612, p. 59, 90, 253-255 et 342.

68   PND Liège, sans cote, « Livre cronique des archives, annalles &a du monastère de la Paix Notre-Dame [...] à Namur », p. 142-143, 147-148, 528, 599, 614, 630 et 632.

69   Un plan en quadrilatère est attesté par les sources écrites et/ou iconographiques dans les abbayes de Bruges, Douai, Grammont, Liège, Mons et Namur.

70   Charles François Joseph Galliot, Histoire générale et civile de la ville et de la province de Namur, t. 5, Liège, 1790, p. 90.

71   Arch. départ. du Doubs, Q 458.

72   Si, contrairement à l’église liégeoise, l’abbatiale de Namur a complètement disparu, les contrats et toisés de sa construction et de son ameublement sont conservés. Plusieurs sources iconographiques offrent aussi un complément intéressant. AÉ Namur, archives ecclésiastiques de la Province de Namur, 2759. L’église de Namur est par ailleurs décrite par Pierre-Lambert De Saumery, Les délices du Pais de Liège, ou description historique, géographique et chorographique des monumens sacrés et profanes de cet évêché-principauté, t. 2-1, Liège, Everard Kints, 1740, p. 191-192.

73   Liège : nef de 16 mètres de long pour 14 mètres de large dans les bas-côtés, 7,5 mètres de large dans le sanctuaire ; Namur : nef de 18,4 mètres de long pour 10,2 mètres de large.

74   Paola Barocchi (dir.), Trattati d’arte del cinquecento fra manierismo e controriforma, 3. C. Borromeo – Ammannati – Bocchi – R. Alberti – Comanini, Bari, Laterza e Figli, 1962, p. 1‑113.

75   Dans les abbayes des bénédictines à Mons et Bruges, le chœur des religieuses fait face au maître-autel. La position de ces chœurs des religieuses a été étudiée dans J. Piront, « Liturgie, cérémonial et architecture des églises des congrégations féminines implantées en ville sur la Dorsale catholique (xve-xviiie siècles) », dans Jean El Gammal, Frédéric Tixier (dir.), Liturgie et architecture. Constructions, usages et aménagements des églises, xiiie-xviiie siècles, Paris, Classiques Garnier, à paraître.

76   P.-L. De Saumery, op. cit., t. 2-1, 1740, p. 193.

77   L’orgue, buffet et instrument, construits par Le Picard en 1737, et le mobilier du chœur des religieuses et de la sacristie sont classés au patrimoine immobilier exceptionnel de Wallonie.

78   Paul Philippot, Denis Coekelberghs, Pierre Loze, Dominique Wautiez, L’architecture religieuse et la sculpture baroques dans les Pays-Bas méridionaux et la Principauté de Liège 1600-1770, Liège, Mardaga, 2003, p. 119.

79   Ph. Bonnet, « Quelques religieux architectes au service des Ursulines dans la France du xviie siècle », Revue d’histoire de l’Église de France, t. 73, 1987, p. 138.

80   KBR, département des manuscrits, ms 19.612, p. 253.

81   Le père Simonis pourrait appartenir à la communauté des minimes établie à Liège en 1626, pourvue d’une bibliothèque bien fournie (P.-L. De Saumery, op. cit., t. 1-1, 1738, p. 205). Aucune information n’a toutefois été trouvée sur ce religieux que ce soit aux Archives de l’État à Liège, aux Archives de l’Évêché de Liège et au département des manuscrits de la Bibliothèque de l’Université de Liège.

82   KBR, département des manuscrits, ms 19.612, p. 255.

83   Les travaux de la première aile du monastère avaient été conduits « selon le plan dont les premières mères l’avoient commencé ». Ibid., p. 253.

84   Ibid., p. 254.

85   À la fin du xviie siècle, la communauté des carmes chaussés de Liège comportait plusieurs « frère Joseph » : un « R. P. Joseph » mort en 1693 et le frère Joseph de Saint-Albert, mentionné en 1696, alors âgé de 49 ans, profès depuis 25 ans (AÉv Liège, G VII 14). Les registres d’entrées et de professions des deux communautés liégeoises de carmes sont perdus. Les recherches menées aux Archives de l’État à Liège et département des manuscrits de la Bibliothèque de l’Université de Liège n’ont livré aucun document complémentaire permettant de l’identifier.

86   Jacques Thielens, « Le couvent des carmes chaussés à Liège », Bulletin de la Société d’art et d’histoire du diocèse de Liège, t. 43, 1963, p. 47-65.

87   Alain Collée, « L’église Notre-Dame de l’Immaculée Conception à Liège, ancienne église des carmes déchaussés », Bulletin de la Société d’art et d’histoire du diocèse de Liège, t. 65, 2001, p. 5-131.

88   KBR, département des manuscrits, ms 19.612, p. 268.

89   Ibid., p. 269.

90   Ibid., p. 269.

91   Pierre Delattre (dir.), Les établissements jésuites en France depuis quatre siècles, t. 2, Enghien/ Wetteren, Institut supérieur de théologie/imprimerie De Meester frères, 1953, col. 1562.

92   SC, Fondations, 34 : « De la fondation du monastere de l’annontiade de Lion qui arivat le premier de novembre de l’an de Notre Seigneur 1624 », vers 1630, non paginé.

93   Ibid.

94   M.-É. Henneau et J. Piront, Chœur de femmes au cœur de la Savoie. Les annonciades d’Annecy entre clôture stricte et sociabilité urbaine (xviie-xviiie s.), Annesci, t. 51, 2016, p. 26-29 et 38-41. Pour le cas de Lyon, cf. Marie Hiéronime Chausse, Histoire de l’établissement et du progrès du premier monastère des religieuses annonciades célestes de la ville de Lyon, Lyon, veuve Chavance, 1699.

95   DAS Langres, « Annales du monastère des annonciades célestes de Nozeroy », cahier 3, xviisiècle, f. 68r.

96   Ibid., cahier 4, feuillet non folioté.

97   Si on ignore tout de sa formation, Jacques Magnin se révèle comme un expert en matière d’architecture religieuse et hospitalière. Outre les monastères féminins mentionnés, il fut chargé de revoir les plans de l’hôpital Saint-Jacques de Besançon, fournir le modèle des menuiseries et de la serrurerie (1670-1693) et de diriger le chantier. Il dessine par ailleurs les plans de l’hôpital d’Arbois (Jura) en 1682. P. Brune, op. cit., p. 174.

98   P. Brune, op. cit., p. 174 ; Christiane Roussel, « Les religieux architectes en Franche-Comté au xviie siècle », dans Monique Chatenet et Claude Mignot (dir.), op. cit., p. 40 ; L. Lecomte, Religieuses dans la ville, op. cit., p. 265.

99   Branche réformée de l’ordre bénédictin, les bénédictins vannistes ont été institués en 1604 à l’abbaye Saint-Vanne de Verdun. Cette réforme se répandit principalement en Lorraine, en Champagne et en Franche-Comté. René Taveneaux, Le catholicisme dans la France classique 1610-1715, Paris, Sedes, 1980, p. 58-64.

100   Sa formation demeure mal documentée. Tout au plus sait-on qu’il a fait plusieurs voyages à Rome et qu’il a eu accès à la bibliothèque de l’abbaye de Saint-Vincent à Besançon, abritant un certain nombre d’ouvrages d’architecture. Ch. Roussel, op. cit., p. 39-40 et 43 ; Patrick Boisnard et Annick Derrider, « Dom Vincent Duchesne, inventeur et architecte, 1661-1724 », Mémoires de la Société des Arts, Lettres, Sciences et Agriculture de Haute-Saône, suppl. au n° 60, oct.-déc. 2005, p. 6-8 et 14.

101   Un essai de catalogue de ses interventions a été réalisé par P. Boisnard et A. Derrider, op. cit., p. 29-62.

102   Arch. départ. de la Haute-Saône, H 964.

103   Ibid.

104   Mickaël Zito, Les Marca (fin xviie-début xixe siècles). Itinéraires et activités d’une dynastie de stucateurs piémontais en Franche-Comté et en Bourgogne, thèse inédite en Histoire de l’art, Université de Bourgogne, 2013, p. 59-70.

105   Arch. départ. du Jura, 41Hp 11.

106   L. Lecomte, Religieuses dans la ville, op. cit., p. 270 ; Ch. Roussel, op. cit., p. 40.

107   DAS Langres, « Livre contenant l’establissement de nostre monastère de l’annonciade, fait en cette cité de Besançon », op. cit., non paginé.

108   J. Piront, Empreintes architecturales de femmes... op. cit., p. 85-93.

109   Plusieurs récollets architectes sont notamment identifiés grâce aux notices nécrologiques récemment publiées dans Caroline Galland et Pierre Moracchini, « Le Mortuologe de la province Saint-Denys des récollets (xviie siècle) », Archivium Franciscanum Historicum, vol. 110, 2017, p. 215-33 et 501-625.

110   BnF, 4 Ld 173-2 (123), « Collection de lettres circulaires émanées des religieuses de la Visitation-Sainte-Marie », t. 123.

111   BnF, département des manuscrits, fr. 13.887, f. 230v-231.

Table des illustrations

Titre Ill. 10 Anonyme, Restitution du front de l’abbaye de la Paix Notre-Dame à Namur, début xxe siècle. Coll. bénédictines de la Paix Notre-Dame à Liège.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6582/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Titre Ill. 11 Plan-masse restitué du monastère des annonciades célestes de Turin à la fin du xviiie siècle. Croquis d’après Archivio Storico della Città di Torino, Cadastre « Gatti », Sezione del Po, n° 39, 1822 et Augusto Cavalleri Murat (dir.), Forma urbana e architettura nella Torino Barocca, vol. 2, Turin, Unione tipografico editrice torinese, 1968, p. 232.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6582/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre Ill. 12. Façade de l’ancienne aile nord du monastère des annonciades célestes de Besançon, 1733-1734, aujourd’hui rue Gambetta, état actuel.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6582/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Pl. 8a Villers et Hurault, Plan de différentes maisons cy devant Monastères de la ville de Saint-Mihiel, détail du monastère des annonciades célestes, 1793. Arch. départ. Meuse, 116Fi 1.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6582/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Titre Pl. 8b Ingénieur Contenot, Vue cavalière de la ville de Joinville, détail du monastère des annonciades célestes, 1750. Coll. mairie de Joinville.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6582/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Pl. 9a Gustave Ruhl, Maquette de la ville de Liège vers 1730, détail du monastère des annonciades célestes de Liège (quartier de l’Île), 1905. Coll. patrimoniales de l’Université de Liège.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6582/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Pl. 9b Plan-relief de la ville de Namur, détail de l’abbaye bénédictine de la Paix Notre-Dame, v. 1725. Palais des Beaux-arts de Lille, coll. des plans-reliefs.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6582/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Pl. 10a Façade de l’abbaye de la Paix Notre-Dame à Liège, 1675-1690, aujourd’hui boulevard d’Avroy, état actuel.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6582/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1013k
Titre Pl. 10b Intérieur de l’abbatiale de la Paix Notre-Dame à Liège, maître-autel, 1675-1690, état actuel.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6582/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 698k
Titre Pl. 11a Intérieur de l’abbatiale de la Paix Notre-Dame à Liège, vue de la nef depuis le chœur, 1675-1690, état actuel.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6582/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 741k
Titre Pl. 11b Plan-relief de la ville de Namur, détail du monastère des annonciades célestes et de son église couverte de deux bâtières transversales, v. 1725. Palais des Beaux-arts de Lille, coll. des plans-reliefs.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6582/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 950k
Titre Pl. 12a Grille du chœur des religieuses donnant sur le chœur liturgique de l’abbatiale de la Paix Notre-Dame à Liège, fin xviie siècle, état actuel.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6582/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Pl. 12b Jean-Baptiste Le Picard, Orgue du chœur des bénédictines de la Paix Notre-Dame à Liège, 1736, état actuel.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6582/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Pl. 13a Ancien monastère des annonciades célestes de Nozeroy, xviie-xviiie siècles, état actuel.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6582/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Pl. 13b Façade arrière de l’ancien monastère des annonciades célestes de Gray, début xviiie siècle, état en 2009.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6582/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 922k

© LARHRA, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search